Version classiqueVersion mobile

Conférences chinoises de la rue d’Ulm

 | 
Michel Espagne
, 
Julie Gary
, 
Guangyao Jin

Introduction

Jin Guangyao et Michel Espagne

Texte intégral

1Pour quiconque s’intéresse à la répartition des grands centres de recherche et d’enseignement universitaire dans le monde, il est clair que la Chine est devenue un pôle de plus en plus essentiel, tant dans les sciences humaines et sociales que dans les sciences physiques et mathématiques. Cette évolution ne fait que s’accélérer à mesure que de nouvelles universités y sont fondées ou tissent de larges réseaux internationaux, à mesure que le nombre d’étudiants boursiers chinois présents dans les grands établissements mondiaux augmente, à mesure que des collaborations transnationales se développent. Il paraît inutile de projeter dans l’avenir des prochaines décennies les tentatives de hiérarchiser les universités pour savoir, au-delà de toute forme de classement, que la Chine est devenue un exceptionnel foyer d’attraction scientifique.

2La conscience aiguë de ces évolutions ne pouvait que conduire les équipes de recherche de l’École normale supérieure à développer un programme d’échanges avec des partenaires chinois, qui inclut notamment la présence de doctorants chinois à l’ENS, des conférences prononcées par des chercheurs français en Chine et des conférences prononcées en retour par des professeurs chinois rue d’Ulm. Si ce partenariat scientifique s’est concentré sur l’université Fudan à Shanghai, c’est que celle-ci jouit, notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales, d’une grande renommée. Il devenait urgent que les chercheurs français soient mieux informés sur les orientations actuelles des sciences humaines en Chine.

3La construction de ponts reliant les chercheurs français à une société et un espace intellectuels trop longtemps réservés à une poignée de sinologues est ainsi devenue une priorité dont l’université Fudan et le labex TransferS ont souhaité répondre en organisant diverses séries de conférences présentant des regards de chercheurs chinois sur l’histoire, la littérature, la philosophie, la géographie, l’art, la philosophie de la religion…

4Les professeurs Dai Yan, Ge Zhaoguang, Huang Bei, Huang Yang, Jin Guangyao, Li Hongtu, Li Tiangang, Mo Weimin, Sun Xiangchen, Benoit Vermander, Yu Xin ont accepté de délivrer aux auditeurs de l’ENS, qui accueille maintenant chercheurs et étudiants chinois, un enseignement conçu non comme une introduction à la culture chinoise mais plutôt comme l’ouverture à un indispensable dialogue sur des questions communes, un dialogue dont ces conférences se voulaient le point de départ. Certaines séries de conférences ont constitué des chapitres d’ouvrages en cours de publication (travaux de Huang Yang sur les barbares en Chine et dans l’Antiquité classique européenne, recherches de Yu Xin sur l’archéologie du Xinjiang), mais la plupart sont ici rassemblées en un volume résolument transdisciplinaire. On y trouvera des réflexions d’historien sur la Révolution culturelle à Shanghai (Jin Guangyao) ou sur l’implantation et le développement d’une pensée libérale en Chine (Li Hongtu). La construction d’une certaine identité du territoire chinois a été analysée (Ge Zhaoguang). On a cherché à éclairer les formes de réception de la philosophie européenne dans la Chine actuelle, qu’il s’agisse de la phénoménologie et des rencontres possibles avec le confucianisme (Sun Xiangchen) ou de la philosophie française contemporaine (Mo Weimin). Les premières rencontres, celles qui font intervenir les jésuites et leurs tentatives de rapprochement avec les rites et les écrits classiques chinois, n’ont pas été négligées (Li Tiangang). De façon plus générale, la contribution des jésuites à la création d’une science sinologique a été particulièrement mise en lumière (Benoît Vermander). Dans le domaine littéraire on trouvera des contributions tant sur ce que signifie traditionnellement l’histoire littéraire en contexte chinois (Dai Yan) que sur la fascination des poètes français pour la sémiotique chinoise, de Segalen à Michaux (Huang Bei).

5Bien évidemment, les conférences ici rassemblées ne représentent que quelques points d’entrée possibles dans un dialogue en sciences humaines qui doit être approfondi. Elles seront complétées par d’autres recueils et signalent seulement la nécessité de se mettre à l’écoute des universitaires et chercheurs chinois.

6Soucieux de laisser les collègues chinois exprimer toutes les nuances de leur réflexion dans leur langue de travail habituelle, nous avons fait traduire une large part des contributions ici réunies. Nous devons donc particulièrement remercier les traducteurs, dont le nom figure à la fin de chaque article.

© Demopolis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search