Version classiqueVersion mobile

La constante « Tribu »

 | 
Hosham Dawod

Avant-propos

Hosham Dawod

Texte intégral

1Pourquoi un nouveau livre sur la tribu, sur le fait tribal ? Intérêt pour un certain « passé » de l’humanité qui n’en finirait pas de s’éteindre ? Ou qui, le cas échéant, l’emporterait en d’étonnantes revanches sur les modes d’organisation humaine, nationaux, étatiques qui étaient supposés avoir relégué le tribal au rayon anthropologie des « primitifs », ou, dans le meilleur des cas, résistance des peuples autochtones à la remise en cause de leur mode de vie ?

2En réalité, il s’agit avant tout d’un intérêt pour le présent, un présent qui, en certains lieux de la planète, n’est tel qu’il est et n’advient comme il advient que parce que le référent tribal le travaille et le modèle dans une certaine proportion. C’est pourquoi la tribu suscite un intérêt toujours renouvelé : tant pour l’intempestive persistance de son existence même, que pour ses étonnantes capacités d’adaptation et de métamorphose.

3Le paradoxe est là : dans le langage courant, le terme « tribu », et plus encore celui de « tribalisme », forgé pour rendre compte de phénomènes fort divers mais généralement opposés à la modernité, connote une certaine « arriération », souvent déplorée, parfois encensée, et mobilise tout un imaginaire dont la part d’inspiration nostalgique et coloniale n’est pas la plus absente. Dans les faits, et hors tout a priori favorable ou défavorable, le constat dont il faut repartir est qu’une partie non négligeable de l’humanité, en Asie et en Afrique notamment, vit encore, au moins partiellement, dans un monde où la tribu joue un rôle social et politique qui ne relève pas du simple « résiduel » mais s’inscrit dans des logiques actives encore pourvues de devenir possible. Ce phénomène qui travaille toute une partie de ces sociétés a pour trait le plus frappant de se projeter dans un espace local-global où se joue l’adaptation des acteurs à notre monde contemporain, à ses mutations profondes comme à ses bouleversements rapides. Nous nous trouvons ainsi face à des situations quelque peu nouvelles où les tribus sont stimulées non plus seulement par les contextes intérieurs, mais aussi directement par des rapports complexes avec des puissances économiques, politiques et militaires hautement globalisées.

4Dans un mouvement inverse, en quelque sorte dialectiquement lié, nous assistons ces dernières décennies à un phénomène d’opposition croissante à la globalisation, à un rejet tissé de souffrances et de violence dont a découlé une segmentation de la société en groupes, ethnique, identitaire et tribale. L’irruption sur le devant de la scène de certaines de ces entités constitue certes une réponse naturelle à des problèmes laissés sans solution depuis plus d’un siècle, mal ou pas traités par les Etats post-coloniaux, et dont la globalisation et l’affaiblissement des États nationaux ont favorisé la reviviscence. Cet état du monde les a encouragées à revendiquer une reconnaissance au niveau régional, voire international. La prolifération de ces entités et leur faible poids mondial les ont placées presque nécessairement sous l’influence prédominante des puissances globales (au premier rang desquelles se trouvent les États-Unis) ou régionales (la Turquie, l’Iran, l’Arabie Saoudite et le Pakistan). Dans ce contexte, les sociétés en question présentent un très grand foisonnement et l’on comprend que les individus qui y vivent, et dont la composition et l’histoire sont si diverses, se réclament de plusieurs identités à la fois, culturelle, religieuse, ethnique, confessionnelle, tribale, etc.

5Retrouvant sur chaque terrain une illustration particulière de cette configuration générale, le présent ouvrage vise au premier chef à apporter un éclairage nécessaire, et inédit sur certains aspects de la question tribale dans des sociétés arabo-musulmanes en conflit. Il s’est agi tout d’abord d’analyser la tribu en tant que structure sociopolitique, et de montrer en quoi la « constante » tribale se perpétuait et/ou était en rupture avec ce que l’on avait pu connaître dans le passé. On s’est attaché ensuite à analyser le rapport entre tribus et États d’une part, et tribus et mouvements islamistes, locaux ou internationaux, d’autre part.

  • 1 Il est étonnant de constater comment la pression étrangère sur l’opposition syrienne a conduit (mi (...)

6Restait le plus délicat : accorder au tribal la place importante qui est la sienne, mais éviter de céder à quelques sirènes ou au démon de l’extrapolation, qui ont pu conduire à sur-dimensionner cette place et à exagérer l’impact du facteur « tribu » sur les États nationaux – certes en difficulté, comme sur les forces globales – sans nul doute en manque de visibilité. Et sur ce point, l’étude de plusieurs cas du fait tribal (particulièrement en Irak, Afghanistan, et au Pakistan) dans ses rapports plus ou moins directs avec des forces militaires américaines et occidentales, témoigne de ce souci de la mesure à garder dans l’appréciation de l’importance que le champ du politique veut bien accorder à la tribu1. Naguère hâtivement désignées comme modernes, qu’elles soient républicaines ou monarchiques, la plupart de ces sociétés sont aujourd’hui présentées tout aussi hâtivement comme “tribales”, incapables de produire un État parlant au nom de tous.

7En vérité, rares, comme aujourd’hui, sont les moments dans l’histoire contemporaine des sociétés arabo-musulmanes où le monde politique a eu autant besoin de la recherche pour éclairer quelques grands enjeux. Le rôle persistant et renouvelé des structures tribales et claniques est un de ces sujets qui échappe aux schémas interprétatifs évolutionnistes qui marquent encore la pensée de notre temps. Aussi a-t-il occupé nombre de ces contributeurs lors de plusieurs colloques et tables rondes internationales entre 2009 et 2012, qu’ils aient eu lieu au Yémen, en Jordanie et en France, et qui furent organisés par le CRDI du Canada (Centre de Recherches pour le Développement International), le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), la FMSH (Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme) et l’Ifpo (Institut français du Proche-Orient). Cet ouvrage n’aurait certainement pas vu le jour sans l’aide généreuse, aussi bien scientifique, financière que logistique, de la FMSH.

Notes

1 Il est étonnant de constater comment la pression étrangère sur l’opposition syrienne a conduit (mi 2013) à imposer une figure tribale, Mohammed ‘Asi al-Jarba comme chef des rebelles syriens. Il est utile à rappeler que plusieurs tribus importantes enjambent la frontière syro-irakienne. Shammar reste la plus importante de toutes : son territoire est immense. Il s’étend de Mossoul au nord de l’Irak, en passant par la partie nord-est de la Syrie, à l’Irak central, où la tribu y prend des colorations chiites (alors qu’elle est monochrome sunnite au nord et en Arabie Saoudite), et s’échoue aux portes de Riyad. D’ailleurs, la mère du roi d’Arabie, Abdullah Bin Saoud, est originaire de la branche Shammar en Syrie. Ainsi, il peut exister un lien de parenté lointain entre le nouveau chef des rebelles syriens, Mohammed ‘Asi al-Jarba, et le roi d’Arabie ! Il est intéressant de signaler aussi que la branche syrienne de Shammar garde de bonnes relations aussi bien avec Paris que Riyad. C’est pourquoi, la nomination de ce nouveau chef des rebelles a été perçue comme une opération franco-saoudienne qui justifierait les bonnes relations entre Riyad et Paris. [Drôle de « coïncidence » : le premier Président post-Saddam Hussein, nommé sous l’occupation américaine en 2004, fut aussi un des dirigeants de la confédération tribale Shammar]. Ce rappel par le politique du facteur tribal ne doit pas être expliqué comme un retour mécanique vers le traditionnalisme d’antan, mais plutôt comme une vitalité de la tribu et son adaptation face aux profondes transformations de la société proche-orientale. Cependant, il serait aussi erroné d’affirmer que la tribu est une donnée a-historique qui se situerait hors-champ de la modernité et qui serait incapable de s’inscrire dans les dynamiques politiques contemporaines. Les parcours que nous avons retracés sont parlants. Les cas irakiens, syriens, et régionaux de manière plus générale, montrent définitivement le contraire.

© Demopolis, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search