Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Mixis 11. Le mélange des genres chez Lu...

Mixis

 | 
Émeline Marquis
, 
Alain Billault

Troisième partie. Focus sur un genre

11. Le mélange des genres chez Lucien : le cas de la rhétorique judiciaire

Isabelle Gassino

Texte intégral

  • 1 Le terme est par exemple employé par Suzanne Saïd dans son Histoire de la littérature grecque (en c (...)
  • 2 Cf. Quintilien, Institution oratoire, X, 1, 93 : Satura quidem tota nostra est.
  • 3 Cf. Bénédicte Delignon, Les satires d’Horace et la comédie gréco-latine : une poétique de l’ambiguï (...)
  • 4 Cf. Bis acc. 34, Prom. uerb. 5.

1Il existe sans doute plusieurs raisons acceptables pour caractériser l’œuvre de Lucien par la notion de mélange. En effet, Lucien est volontiers défini comme un satiriste par les commentateurs modernes1 et, de son côté, il revendique comme principal fait d’armes littéraire l’invention du dialogue comique. Quel que soit le point de vue retenu, c’est donc l’idée de mixis qui apparaît comme le cœur de la poétique lucianesque : en effet, la satire, genre essentiellement romain2, tire son nom du mot satura qui signifie « mélange3 », et d’autre part, le dialogue comique que Lucien se targue d’avoir inventé est lui-même présenté comme une création hybride4.

  • 5 Cf. Souda XI, 683.
  • 6 Cf. Bis acc. 33.
  • 7 Cf. B. Delignon, Les satires d’Horace…, p. 21 ; c’est Horace qui donne de la satire la définition q (...)

2En outre, on trouve chez Lucien de très nombreuses pièces au caractère judiciaire plus ou moins marqué : la fréquence des scènes de tribunal est un trait distinctif de sa production. Rien d’étonnant à cela, puisqu’il avait initialement embrassé une carrière d’avocat5 et qu’il était donc rompu à la pratique du logos dikanikos ; de plus, ce type de discours paraît tout désigné pour servir efficacement la cause de la satire. En effet, si le dialogue philosophique de type platonicien — dont Lucien reconnaît s’être à la fois inspiré et écarté6 — est apte à concilier les opinions contraires et à aboutir à un accord entre deux interlocuteurs qu’a priori tout oppose, en revanche, la forme du procès apparaît comme le lieu d’une confrontation indépassable, l’expression de deux points de vue opposés entre lesquels, bien loin de trouver une sorte de moyen terme à l’amiable, un tiers tranchera. On peut, à cet égard, se rappeler que le verbe « plaider » traduit le grec ἀγωνίζομαι, et que les deux discours d’accusation et de défense forment un ἀγών, c’est-à-dire un face-à-face. Dans la mesure où les deux parties plaident chacune leur tour, sans temps pour la synthèse ou la conciliation, la forme judiciaire paraît donc tout particulièrement en phase avec la satire, qui, à certains égards, peut être définie comme « le genre du franc-parler et des attaques nominatives7 », et suppose donc le choc de deux visions opposées.

3Or, il se trouve justement que l’un des textes recourant le plus largement à la forme judiciaire est également celui qui expose le plus précisément ce qu’est le dialogue comique : La Double Accusation se présente en effet comme une série de procès culminant dans les deux actions intentées contre un personnage anonyme, désigné comme « le Syrien », accusé successivement d’abandon par Rhétorique et d’outrage et mauvais traitements par Dialogue.

4Un autre dialogue dans lequel un procès joue un rôle central est Le Pêcheur, caractérisé, quant à lui, par des changements de ton assez remarquables, puisqu’on y voit coexister sérieux et comique, discussions sur la philosophie et scènes de comédie.

5Ces quelques constatations nous amènent à nous poser les questions suivantes, qui nous guideront dans notre lecture des deux textes qui viennent d’être mentionnés :

  • Existe-t-il un lien précis entre l’emploi de la forme judiciaire et la satire, c’est-à-dire la dénonciation plutôt virulente d’un personnage ou d’un type de personnages ?

  • Dans quelle mesure le mélange des genres contribue-t-il lui aussi à la dénonciation ? A-t-il partie liée avec le logos dikanikos ?

La Double Accusation : des procès « exemplaires » ?

6L’un des passages les plus célèbres de La Double Accusation est celui où Dialogue se plaint des mauvais traitements que lui a infligés « le Syrien » en faisant de lui un objet non plus philosophique mais comique, caractérisé par son hybridité (Bis acc. 33) :

Κρᾶσίν τινα παράδοξον κέκραμαι καὶ οὔτε πεζός εἰμι οὔτε ἐπὶ τῶν μέτρων βέβηκα, ἀλλὰ ἱπποκενταύρου δίκην σύνθετόν τι καὶ ξένον ϕάσμα τοῖς ἀκούουσι δοκῶ.

  • 8 Le texte de Lucien cité ici est celui établi par J. Bompaire et édité dans la collection des univer (...)

Je suis une sorte de mélange bizarre, ni prose ni vers, et j’apparais aux auditeurs, tel un hippocentaure, comme un alliage et un monstre étrange8.

7Si ces mots s’appliquent au dialogue tel que Lucien le pratique en général, on peut se demander s’ils ne visent pas aussi plus directement, et très précisément, le dialogue en train de se tenir, La Double Accusation elle-même ; en effet, celle-ci présente une série de procès qui, à bien des égards, peuvent sembler étranges, ou étrangers, selon la polysémie de l’adjectif ξένον.

Référence aux normes des institutions athéniennes et écart par rapport à celles-ci

8Les paragraphes 8 et 9 ne laissent aucun doute quant au fait que les procès fictifs du dialogue se tiennent à Athènes : la mention de lieux voisins tels que le cap Sounion, l’Hymette ou le Parnès rend la localisation certaine. Concernant le déroulement et les conditions matérielles du procès, on peut également reconnaître certains traits du fonctionnement du tribunal populaire athénien de l’Héliée, tels que le tirage au sort des juges, en nombre différent selon l’importance de l’affaire jugée (§ 14) ou leur rétribution (§ 12 : attribution du triobole pour chaque procès).

9Cela étant, le respect de la norme des procès athéniens se limite à peu près à ce que nous venons d’énoncer : pour le reste, rien n’est conforme au fonctionnement habituel des institutions athéniennes. En effet, si le tribunal mis en place par Zeus ressemble à l’Héliée, il est précisé qu’il est établi sur l’Aréopage (§ 4, § 12) : c’est peut-être une manière de signaler l’extrême importance des causes qui vont être jugées. Cela peut expliquer aussi que le nombre de juges (entre trois et onze selon les procès, comme indiqué au paragraphe 14) soit très réduit par rapport à ce qu’il était dans le tribunal populaire de l’Héliée. Il est à noter, du reste, que c’est aux deux procès contre le Syrien que sont affectés les juges les plus nombreux, comme pour confirmer que ces procès sont bien les plus importants de toute la série.

  • 9 Cf. Alberto Camerotto, Gli occhi e la lingua della satira. Studi sull’eroe satirico in Luciano di S (...)

10Ensuite, contrairement à la règle qui veut qu’on parle en son nom propre devant un tribunal, deux parties se font défendre par un tiers : Ivresse (dont la cause est soutenue par Académie qui, d’ailleurs, est aussi l’accusateur, et parle donc pro et contra) et Volupté, à la place de qui Épicure prend la parole. Il y a là plus qu’une entorse mineure à l’usage : que des parties soient incapables de prendre la parole devant le tribunal indique que les dés sont pipés, dans la mesure où accusateur et accusé ne sont pas sur un pied d’égalité ; d’autre part, qu’une même personne soutienne une thèse et son contraire montre à quel point elle tient peu aux idées qu’elle défend ; on a l’impression qu’elle prend la chose plus comme un exercice que comme un vrai procès. Dans ces conditions, il est peu vraisemblable que le procès voie l’établissement, ou le rétablissement, de la justice — et même, il semble finalement peu important d’y travailler, puisque certains ne semblent pas du tout convaincus de ce qu’ils avancent. Il y a une voix qui, a priori, sera plus entendue que l’autre ; or, la satire telle que la pratique Lucien repose aussi sur une voix critique9. Il semble donc que ces procès soient de nature à permettre l’expression d’une « voix satirique ».

11Mais les procès intentés au Syrien ne sont pas en reste pour ce qui est de l’étrangeté : comme le fait remarquer Justice elle-même (14), ils auraient dû avoir lieu « de l’autre côté de l’Euphrate » (ὑπὲρ τὸν Εὐϕράτην), et il est inouï de faire comparaître un accusé dont le nom n’est même pas précisé (§ 14), même si Hermès assure que cela ne constitue pas un empêchement.

Des procès emblématiques

12Cependant, même lorsque les parties des différents procès sont expressément nommées, cela ne change pas grand-chose : l’impression générale qui se dégage est que l’on ne se contente pas de juger des individus, mais qu’on a affaire à des confrontations emblématiques. Cet aspect se manifeste en premier lieu à travers les parties mises en cause : ici, contrairement à ce qui se passe en droit athénien (où même les procédures relatives à la « sécurité nationale » sont prises en charge par un accusateur qui n’est qu’un simple particulier), on n’assiste pas à des différends entre deux individus, mais, pour chaque procès, l’une des parties est une allégorie (Ivresse, Académie, Portique, Volupté, Luxure, Vertu, Banque, Peinture, sans oublier Rhétorique et Dialogue). Cela est dû au fait que Justice décide de prendre en priorité les procès intentés à des hommes par des arts, des professions, des sciences (τέχναις ἢ βίοις ἢ ἐπιστήμαις, § 13). Le jugement rendu vaudra donc pour tout un ensemble d’individus, ce qui peut sembler paradoxal dans la mesure où, comme on vient de le voir, les conditions ne sont pas réunies pour que les verdicts soient des modèles du genre.

13S’il paraît évident que les deux procès les plus importants sont ceux du Syrien, placés en fin de dialogue, ceux qui les précèdent n’ont pas pour seule fonction de distraire le lecteur en retardant l’entrée en scène du personnage principal : ils sont comme une introduction à ces procès, dans la mesure où les thèmes abordés et les arguments développés trouvent un écho dans ces deux derniers procès. En effet, les causes ont toutes pour fondement le choix fait par une personne de changer de mode de vie ; or, l’accusation formulée contre le Syrien par Rhétorique reprend la même thématique, celle-ci se plaignant d’avoir été abandonnée au profit du Dialogue. Dans chaque procès, l’accusé est ou bien l’école qui a accueilli le transfuge (Académie, dans le premier procès), ou la notion qui l’a attiré à elle (Volupté puis Vertu, dans les deuxième et troisième procès), ou bien, dans les affaires suivantes, la personne qui a quitté une école ou une activité (Diogène, Pyrrhon). Il y a donc une progression logique dans les différentes causes plaidées, qui visent d’abord des écoles ou des concepts incarnant des modes de vie, avant de viser des individus. En outre, parmi les procès mettant en cause un individu, les deux qui sont faits au Syrien sont les seuls à parvenir à leur terme : ni celui de la Banque contre Diogène, ni celui de la Peinture contre Pyrrhon ne peuvent finalement avoir lieu, parce que, dans le premier cas, Diogène entreprend de frapper la Banque avec son bâton et que, dans le second, Pyrrhon ne s’est pas présenté devant le tribunal.

14On assiste ainsi à une prolifération de procès qui sont autant de variations sur le thème des chefs d’accusation finalement formulés contre le Syrien ; ainsi, le tribunal devant lequel les causes sont plaidées se trouve saturé de questions qui, toutes, reviennent à ce qui est reproché au Syrien : un délit de fuite, et d’abandon.

Étrangeté et singularités

  • 10 Cf. Sandrine Dubel, « Dialogue et autoportrait : les masques de Lucien », dans Lucien de Samosate. (...)

15Que les procès impliquant « le Syrien » soient jugés à Athènes est une bizarrerie relativement mineure : l’existence même de ce personnage en est une, bien plus grande ! Qualifié tour à tour de « Syrien » ou d’« orateur syrien » (§ 14), il est une sorte d’« oxymore » incarné, dans la mesure où un orateur formé à l’éloquence grecque ne peut être syrien, mais doit nécessairement être grec10.

  • 11 Id.

16Mais il y a surtout une forte déception de l’attente du lecteur lorsqu’arrivent enfin les deux procès intentés à ce Syrien — dans lequel il est bien sûr très difficile de ne pas voir Lucien lui-même11. En effet, l’identité des accusateurs — Rhétorique, puis Dialogue — laissait augurer des débats d’ordre littéraire, au lieu de quoi les chefs d’accusation sont tout ce qu’il y a de plus ordinaires : Rhétorique se présente comme une épouse qui a tout fait pour son mari avant d’être abandonnée par lui, et Dialogue se plaint d’outrages et de mauvais traitements.

  • 12 Cf. Pisc. 12 : Ὑπεφαίνετο δέ τι καὶ ψιμύθιον καὶ φῦκος, καὶ τὰ ῥήματα πάνυ ἑταιρικά, καὶ ἐπαινουμέν (...)

17Un tel procédé n’est pas sans parallèle chez Lucien : la Rhétorique, qui se présente elle-même comme une épouse irréprochable, apparaît au contraire, dans le discours de défense du Syrien, comme aguicheuse et coquette, exactement comme la femme que le commun des mortels prend pour la Philosophie dans Le Pêcheur12 : le Syrien prétend qu’elle l’a trompé (ἐμοιχεύετο, § 31), qu’elle avait de nombreux amants (ἐραστῶν) et se comportait et « s’arrangeait et se coiffait comme une courtisane, se fardait et soulignait ses yeux de noir » (κοσμουμένην δὲ καὶ τὰς τρίχας εὐθετίζουσαν εἰς τὸ ἑταιρικὸν καὶ ϕύκιον ἐντριβομένην καὶ τὠϕθαλμὼ ὑπογραϕομένην).

  • 13 C’est notamment le cas du faux prophète Alexandre (Alex. 5).
  • 14 Le personnage connu comme le « maître de rhétorique », qui manifestement fait siennes bon nombre d’ (...)
  • 15 En effet, le verbe ἄγω, ou plus souvent ἄγομαι, au sens d’« épouser », a normalement un sujet mascu (...)

18Ce type d’accusation rappelle les critiques que Lucien adresse à ses adversaires dans d’autres dialogues : celles qui consistent à dire qu’ils sont efféminés, qu’ils se sont prostitués dans leur jeunesse13, toutes choses contribuant à accréditer l’idée qu’ils n’ont pas la virilité indispensable à la pratique de la rhétorique14. Ici, l’ingéniosité consiste à simplement faire de la Rhétorique un personnage qui prend la parole : puisqu’elle est désignée par un mot de genre féminin, elle ne pourra être qu’une femme. Or, de quoi une femme pourrait-elle parler devant un tribunal, si ce n’est d’affaires privées, en l’occurrence, de son mari et des relations qu’elle a avec lui ? Le cadre judiciaire détermine donc non seulement la forme du discours, mais aussi son contenu et même, son résultat : une femme exposant son infortune conjugale devant un jury nécessairement composé exclusivement d’hommes, ne pourra qu’être raillée et se rendre ridicule. En outre, la Rhétorique avance quelques arguments hautement fantaisistes : elle prétend par exemple avoir fait de son mari un citoyen — chose rigoureusement impossible selon le droit athénien — dans une phrase stipulant que c’est elle qui a joué, dans le couple, le rôle normalement dévolu à l’homme15 (Bis acc. 27) :

Εἶτα ἀγαγοῦσα αὐτὸν εἰς τοὺς ϕυλέτας τοὺς ἐμοὺς παρενέγραψα καὶ ἀστὸν ἀπέϕηνα.

Puis, je l’ai pris pour époux, je l’ai fait inscrire en fraude parmi les membres de ma tribu et je fis de lui un citoyen.

  • 16 Ajoutons que faire perdre la face au personnage de Rhétorique est d’autant plus savoureux que la ch (...)

19En somme, Rhétorique est ridicule à la fois parce qu’elle est une femme et parce qu’elle a tenté d’agir comme un homme : autant dire que le discours qu’elle tient est doublement frappé de nullité. En effet, elle se plaint de maux qui, somme toute, devaient paraître bien communs à la plupart des gens et qu’il valait bien mieux ne pas dévoiler au grand jour, sous peine de subir un opprobre plus blessant, au fond, que les faits eux-mêmes. Et quoi de plus facile, pour la partie adverse — en l’occurrence, le Syrien — que d’opposer à la vision de l’épouse abandonnée et trompée la thèse du mari fidèle qui, au contraire, a été peu à peu délaissé par une épouse résolument dévergondée16 ?

20En somme, le simple fait de donner la parole aux personnages suffit presque à discréditer Rhétorique, et ce n’est pas le seul moment où Lucien use de ce procédé : il fait exactement la même chose plus haut, lorsque Stoa (le Portique) prend la parole contre Volupté, pour protester contre le fait qu’elle s’est fait ravir par sa rivale son amant, Dionysos : Stoa, dont le nom est féminin en grec, n’a aucune chance de convaincre qui que ce soit de sa virilité : une phrase telle que ἐν χρῷ κέκαρμαι καὶ ἀρρενωπὸν βλέπω καὶ σκυθρωπὴ δοκῶ (« Je suis tondue à ras, j’ai le regard viril et l’air sombre », § 20) se fracasse sur l’avant-dernier mot, accordé au féminin, chose aussi impossible et hautement risible que pouvait l’être le titre « L’Assemblée des femmes » (en grec, le participe féminin ἐκκλησιάζουσαι) de la comédie d’Aristophane.

  • 17 Cf. Aristophane, Grenouilles 1008 sq :
    ΑἸΣΧΎΛΟΣ – Τίνος οὕνεκα χρὴ θαυμάζειν ἄνδρα ποιητήν ;
    ΕΥΡΙΠΊΔΗ (...)
  • 18 Aristophane, Lys. 574 sq.
  • 19 Il est vrai que le tissage est aussi une métaphore de l’activité politique, comme l’analysent John (...)

21Si le Syrien l’emporte facilement, à l’unanimité moins une voix (§ 32), il n’a pourtant apporté d’argument convaincant sur aucun des points cruciaux ; il n’a en effet pas démontré en quoi, sur le plan poétique et conceptuel, son passage de la rhétorique au dialogue était pertinent. On peut faire le parallèle entre ce glissement du débat et celui auquel on assiste dans Les Grenouilles d’Aristophane : la fameuse discussion entre Eschyle et Euripide, dans les Enfers, ne porte pas tant sur des questions littéraires que sur des questions morales, puisque, selon Euripide, ce qui rend un poète digne d’admiration, c’est le fait qu’il rende les hommes meilleurs17. Néanmoins, le débat entre les deux poètes tragiques conservait une certaine tenue, alors qu’ici, la confrontation entre Rhétorique et le Syrien sombre dans de sordides histoires d’adultère, auxquelles le Syrien semble finalement bien inspiré de s’être soustrait. La discussion est contaminée et discréditée par le basculement dans la sphère privée et, plus précisément, conjugale, comme cela se passe dans Lysistrata : l’Athénienne propose des solutions de bon sens pour diriger la cité correctement18, ce qui ne peut convenir, puisqu’elle mélange le problème, considéré comme strictement privé, des femmes athéniennes (elles veulent retrouver leurs maris pour pouvoir coucher avec eux) — problème qu’elle entend résoudre en lui appliquant des solutions elles aussi purement domestiques inspirées du traitement de la laine brute19 — et les problèmes de la cité, sur lesquels les femmes ne sauraient, n’étant pas citoyennes, avoir leur mot à dire.

22Toujours est-il que ce procès a quelque chose d’extrêmement décevant : le Syrien est acquitté, mais les questions essentielles sont passées sous silence. Le procès n’a même pas vraiment permis la confrontation des opinions, mais a simplement vu l’une des parties se faire tourner en ridicule par l’autre ; autrement dit, il s’est prêté bien plus à la satire qu’à l’établissement d’une justice en bonne et due forme.

Le Pêcheur : du tribunal à la tribune

  • 20 Sur cette identification, cf. S. Dubel, « Dialogue et autoportrait… ».
  • 21 Cf. Pisc. 24 : Κἂν ἡ Φιλοσοφία δὲ πρὸς τοὺς λόγους ἐπικλασθεῖσα — φύσει γὰρ ἥμερος καὶ πρᾶός ἐστιν  (...)
  • 22 Le bâton est, avec la besace, l’attribut traditionnel des philosophes cyniques, et en particulier d (...)
  • 23 Cf. Pisc. 42 : au moment où, attirés par les promesses de Parrhèsiadès, tous les philosophes préten (...)
  • 24 Cf. Florence Dupont, Le théâtre latin, Paris, Armand Colin, 1988, p. 114.

23Le Pêcheur ou les Ressuscités est consacré au rapport qu’entretient Lucien, empruntant ici les traits de Parrhèsiadès20, avec la philosophie. Il présente l’originalité de commencer par une tentative de règlement de comptes entre les anciens philosophes et Parrhèsiadès et de se clore par une autre tentative du même ordre — mais empruntant d’autres moyens — entre Parrhèsiadès et les philosophes de son époque, en deux scènes entre lesquelles les échos sont nombreux. Entre ces deux moments, un procès, obtenu de haute lutte par Parrhèsiadès face aux philosophes déchaînés : la scène judiciaire apparaît donc, d’emblée, comme une manière de continuer le lynchage de l’adversaire par d’autres moyens, d’autant que Diogène envisage clairement de recourir à son bâton si, d’aventure, le procès ne donnait pas le résultat escompté21. On a ici un glissement remarquable du personnage du philosophe à celui du vieillard de comédie : Diogène est caractérisé par son bâton en tant que philosophe cynique22 mais aussi en tant que philosophe tout court, car le bâton est, chez Lucien, l’attribut de tous les faux philosophes, quelle que soit l’école dont ils se réclament23 ; mais il évoque aussi, irrésistiblement, le personnage du senex de la comédie latine, également repérable à son bâton24. On a ainsi un contexte qui tient à la fois de la polémique et de la comédie. Tout porte donc à croire que ce procès-ci aura, lui aussi, des caractéristiques mêlées. De fait, comme ceux de La Double Accusation, il ne respecte pas les canons de la rhétorique judiciaire et se distingue par un mélange des genres à différents niveaux.

Mixis des lieux, des règles et des institutions

24Comme dans le dialogue précédemment étudié, même si le procès est situé à Athènes, il ne se déroule pas selon les normes des tribunaux démocratiques athéniens :

  • le lieu n’est ni l’Héliée ni même l’Aréopage, mais l’Acropole ;

  • la composition du jury est très particulière, puisque Parrhèsiadès annonce que les philosophes seront à la fois accusateurs et juges (οἱ αὐτοὶ καθηγορεῖτε καὶ δικάζετε, § 9). La Philosophie elle-même sera juge aussi (§ 9) ; Parrhèsiadès, de son côté, prend comme avocate (συνήγορον) Vérité (§ 16), ainsi que Liberté, Franchise et Argument. S’il est étrange de voir les accusateurs parmi les membres du jury, il l’est tout autant qu’un accusé puisse décider qui siégera parmi eux.

  • Parrhèsiadès réclame un procès en mêlant le vocabulaire de la justice et celui de la vie politique, parlant de « rendre des comptes » (εὐθύνας, § 8) ; il qualifie les philosophes de « législateurs de la vie la meilleure » (ἀρίστου βίου νομοθέτας ὄντας, § 30) ; au paragraphe 46 est mise en place une dokimasie (δοκιμάζεσθαι) des philosophes prétendus.

  • Surtout, Parrhèsiadès est initialement en position d’accusé, mais sa défense prend rapidement la forme d’un acte d’accusation des faux philosophes : un procès en amène un autre, qui avorte très vite parce que les accusés, sommés de venir se justifier (ἀπολογησομένους, § 40) devant Vertu, Philosophie et Justice, ne disent rien.

Du procès comme spectacle

25On retrouve donc des traits présents dans La Double Accusation ; cette fois, pourtant, il est encore plus évident que le procès n’est pas censé garantir un jugement équitable, mais mettre en scène le personnage principal. En effet, la neutralisation prévue de Parrhèsiadès et sa réduction au silence, voire sa mise à mort, sérieusement envisagée par les philosophes au début du dialogue, laissent place, par étapes, au triomphe du personnage. On a successivement :

  • une tentative de lynchage de Parrhèsiadès par les anciens philosophes revenus sur terre (§ 1-2) ;

  • une ébauche de dialogue entre Parrhèsiadès et les philosophes en colère, avec un ἀγών qui prend tout d’abord la forme d’un échange serré, à coup de citations. Ce dialogue débouche sur un procès (§ 3-10) ;

  • un procès dans lequel Parrhèsiadès est accusé (§ 11-28), jusqu’au moment où la défense de Parrhèsiadès se mue en acte d’accusation des faux philosophes (§ 29-39) ;

  • Cette seconde accusation ne débouche pas sur un second procès, mais directement sur un châtiment infligé aux faux philosophes. Parrhèsiadès en effet trouve une manière expéditive (la dokimasie citée plus haut, § 46) de faire la distinction entre vrais et faux philosophes, en attirant les imposteurs avec de l’or ; il joue un rôle central, car les alliés de Vérité et de Philosophie (Syllogisme, en l’occurrence, qui fait la proclamation), ne sachant dissimuler, sont incapables de faire venir jusqu’à elles les escrocs de profession.

  • 25 Parrhèsiadès commence en effet par souligner qu’il est d’accord avec le réquisitoire prononcé par D (...)

26Ainsi, le personnage, muet au tout début du dialogue, quand il est menacé d’être mis à mort sans possibilité de se défendre, prend la parole dans un cadre judiciaire, puis retourne cette parole contre ses véritables adversaires, qui ne sont pas ses accusateurs, mais les individus qui s’en réclament de manière illégitime. La scène du procès est donc le moment où le personnage de Parrhèsiadès prend toute sa dimension en devenant, d’accusé qu’il était, porte-parole et défenseur de la « vraie » philosophie. L’intérêt de la forme du procès ne réside pas dans la confrontation des points de vue entre les anciens philosophes et Parrhèsiadès, puisqu’en réalité, ils sont d’accord25 ; il est, bien plutôt, de donner une tribune à celui-ci en lui permettant d’exposer aussi longuement qu’il le souhaite son opinion sur les philosophes de son temps — et cette opinion est une condamnation sans appel : les prétendus penseurs sont éreintés à coups d’images et d’anecdotes les assimilant, pour commencer, à de mauvais acteurs (§ 31), puis à des animaux, tantôt à des ânes (§ 32), tantôt à des singes (§ 36), en un réquisitoire qui culmine dans une série de comparatifs (Pisc. 34) :

Τοὺς πλουσίους τεθήπασιν καὶ πρὸς τὸ ἀργύριον κεχήνασιν, ὀργιλώτεροι μὲν τῶν κυνιδίων ὄντες, δειλότεροι δὲ τῶν λαγωῶν, κολακικώτεροι δὲ τῶν πιθήκων, ἀσελγέστεροι δὲ τῶν ὄνων, ἁρπακτικώτεροι δὲ τῶν γαλῶν, ϕιλονεικότεροι δὲ τῶν ἀλεκτρυόνων.

Ils sont en extase devant les riches, bouche bée devant l’argent, plus hargneux que les roquets, plus peureux que les lièvres, plus flatteurs que les singes, plus lubriques que les ânes, plus chapardeurs que les chats, plus combatifs que les coqs.

  • 26 Cf. la remarque de Parrhèsiadès (Pisc. 51), posant une question à l’un de ces poissons-philosophes  (...)

27La distribution de la parole joue un rôle déterminant : celui qui n’y a pas droit ne peut, bien évidemment, participer à un procès. Or, dans la scène d’ouverture comme dans celle de clôture, les individus mis en cause n’ont pas droit à la parole, comme la métamorphose des faux philosophes en poissons26 le manifeste ; mais, à la différence de Parrhèsiadès, à qui silence était imposé par la force, au début du dialogue, les imposteurs, eux, consentent, par leur attitude, à se métamorphoser en poissons : c’est en se laissant attirer par l’appât qui leur est présenté qu’ils se font prendre et se réduisent eux-mêmes au silence.

De l’écart à l’hybridation

Une confrontation à peine moins violente

28Plutôt qu’une série d’écarts ponctuels par rapport à une norme, le procès en question est délibérément construit comme une forme hybride. En effet, certains détails du vocabulaire employé montrent qu’il n’est pas seulement une manière de continuer la bataille par d’autres moyens, mais un mélange de polémique (verbale) et de combat (physique) : Parrhèsiadès dit par exemple qu’il aura à combattre (προσπολεμῆσαι, § 17) des adversaires redoutables, révélant qu’il conçoit son argumentation comme une bataille. Et comme pour souligner cette ambivalence, il conseille aux philosophes de conserver leurs pierres à la main, « parce qu’ils en auront besoin ensuite, au tribunal » (δεήσει γὰρ αὐτῶν μικρὸν ὕστερον ἐν τῷ δικαστηρίῳ, § 11) comme si la pierre qui servait à frapper était, en l’occurrence, d’un usage normal, à l’instar du jeton servant à exprimer un suffrage.

29C’est le face-à-face, plus que la résolution du différend, qui est attendu de ce procès ; non seulement, comme on l’a vu, Diogène n’a aucune intention de renoncer à l’usage du bâton, mais en outre, lorsque Parrhèsiadès convainc Philosophie et les autres jurés de la culpabilité des faux philosophes, il ne propose pas d’organiser un nouveau procès, mais il met immédiatement en place un dispositif destiné à prouver leur culpabilité — un dispositif qui ressemble à s’y méprendre à un piège dans lequel ils vont immanquablement tomber. Si justice il y a ici, elle est peu conforme à l’idée que les jurés athéniens pouvaient s’en faire.

Comédie et tragédie

  • 27 Cf. Pisc. 26 : μεγἀλῃ τῇ φωνῇ ἀγορεύει κακῶς Πλάτωνα, Πυθαγόραν, Ἀριστοτέλη τοῦτον, Χρύσιππον ἐκεῖν (...)

30Ce n’est sans doute pas pur hasard non plus qu’on ait un usage aussi manifeste du vocabulaire du théâtre, avec, en particulier, une association de la comédie et de la tragédie. C’est ainsi que Diogène accuse Parrhèsiadès d’avoir convaincu Ménippe de « participer à ses comédies » (συγκωμῳδεῖν αὐτῷ, § 26) tandis que Diogène exprime son souhait de voir Parrhèsiadès châtié, comme il assisterait à un spectacle, en employant le verbe θεάομαι (εἰ θεάσαιντο αὐτὸν κολασθέντα, § 27). L’élément-clef de l’accusation est que Parrhèsiadès fait de la comédie alors qu’aucune fête ne l’y autorise27 : autrement dit, tout semble se ramener à une question de temps et de lieu, à ce que la bienséance et les usages autorisent ou non. Dans ces conditions, l’accusation formulée par Diogène semble relever elle-même du pur formalisme ou, pour le dire plus crûment, de la mauvaise foi.

31Parrhèsiadès lui-même reprend cette image de la comédie, lorsqu’il conclut son discours en disant que, loin de nier les faits qu’on lui reproche (ses attaques contre les philosophes — mais pas ceux qui s’en prennent à lui à ce moment-là), il continuera à le faire, (οὔποτε παύσομαι ἐλέγχων καὶ κωμῳδῶν, « je ne cesserai jamais de les confondre et de faire de la comédie avec eux »), en associant deux termes empruntés, l’un au vocabulaire de la polémique, l’autre au vocabulaire du théâtre, créant ainsi un nouvel hybride d’un type comparable au dialogue comique évoqué dans La Double Accusation.

  • 28 C’est à ce trait que les philosophes sont reconnaissables dans la comédie ; ainsi chez Baton (fr. 5 (...)

32Mais Lucien ne s’exempte pas du ridicule potentiellement attaché à un personnage de comédie : dans La Double Accusation, Rhétorique rapporte avoir vu la métamorphose progressive du Syrien qui commençait à hausser le sourcil, ce qui est un trait des philosophes de comédie28. En d’autres termes, le Syrien ressemblant fort à Lucien devenait donc lui-même, en partie, un personnage de comédie !

  • 29 Sur la métaphore du théâtre au iie siècle, voir Monique Trédé, « Le théâtre comme métaphore au iie (...)

33La présence du champ lexical de la tragédie est d’autant plus remarquable que les termes ne sont pas connotés négativement, contrairement à ce qui se passe généralement chez Lucien29. Ainsi, à l’énoncé du verdict, qui décrète l’acquittement de l’accusé, Parrhèsiadès se prosterne devant Philosophie et souligne qu’il doit s’exprimer dans un style « plus tragique » (Pisc. 39) :

Τραγικῴτερον αὐτὸ ποιήσειν μοι δοκῶ· σεμνότερον γάρ.

Je vais le faire dans un registre plus tragique, car cela impose davantage le respect.

34La référence à la tragédie est amenée par les philosophes qui, reconnaissant leur erreur, avaient déclaré (Pisc. 38) :

Τραγῳδόν τινα τοῦτον ἐϕ ἡμᾶς κεκινήκαμεν ᾀσόμενον τὰς Φρυγῶν συμϕοράς. Ἀιδέτω γοῦν καὶ τοὺς θεοῖς ἐχθροὺς ἐκτραγῳδείτω.

Nous avons dressé contre nous un acteur tragique, que voici, pour chanter les malheurs des Phrygiens. Qu’il chante donc et fasse des ennemis des dieux des personnages de tragédie.

  • 30 Cf. J.. trag. 6 : Οὕτω ψιλά, ὦ Ἑρμῆ, καὶ ἁπλοϊκὰ καὶ πεζὰ κηρύττεις, καὶ ταῦτα ἐπὶ τοῖς μεγίστοις σ (...)

35Parrhèsiadès devient, dans leur discours, un acteur tragique, au moment même où ils admettent s’être trompés sur lui, c’est-à-dire quand ils commencent à le prendre au sérieux. Dans le discours qu’ils tiennent, on passe de la comédie (condamnable) à la tragédie (estimable) ; dans l’un et l’autre cas, la représentation semble primer sur tout le reste : il s’agit de dénoncer, de montrer, de faire une action publique. Mais, paradoxalement, la référence à la tragédie peut se teinter d’une touche de comique, dans la mesure où le Parrhèsiadès annonçant qu’il va parler d’une manière « plus tragique », c’est-à-dire plus solennelle, rappelle irrésistiblement le Zeus du début du Zeus tragédien, qui reproche à Hermès de ne pas convoquer les dieux à l’assemblée avec suffisamment de solennité30.

Maîtrise de la rhétorique et défense de la philosophie

36Le plaidoyer de Parrhèsiadès incluant un portrait à charge des faux philosophes est aussi assimilé à un tableau, ce qui est un nouveau trait positif, puisque Vérité déclare (Pisc. 38) :

Καὶ ὅλως ἔδειξε τοὺς ἄνδρας ἐναργῶς καθάπερ ἐπί τινος γραϕῆς τὰ πάντα προσεοικότας, οὐ τὰ σώματα μόνον ἀλλὰ καὶ τὰς ψυχὰς αὐτὰς εἰς τὸ ἀκριβέστατον ἀπεικάσας.

En un mot, il a fait voir ces hommes aussi clairement que dans un tableau ; il les a peints avec la plus grande précision, ressemblants en tous points, non seulement physiquement mais aussi moralement.

  • 31 Parrhèsiadès est en effet défini comme tel plus haut dans le dialogue, cf. Pisc. 9 : Φασὶ γοῦν ῥήτο (...)
  • 32 Cf. Théon, Progymnasmata, 118, cité par Sandrine Dubel, « Du bouclier d’Achille dans l’ekphrasis so (...)

37Bien sûr, en tant qu’orateur31, Parrhèsiadès est apte à faire des « tableaux en paroles » remarquables par leur enargeia, c’est-à-dire à faire des ekphraseis selon la définition antique du terme32 ; mais cet orateur est aussi quelqu’un qui connaît suffisamment la philosophie pour être à même de confondre les imposteurs, plus que Vérité elle-même : en effet, au paragraphe 44, Philosophie annonce que, aidée de Vertu et Vérité, elle jugera qui sont les vrais philosophes (καὶ νῦν ἔγωγε ἡ Φιλοσοϕία καὶ Ἀρετὴ αὕτη καὶ Ἀλήθεια δικάσομεν οἵτινες οἱ ὀρθῶς ϕιλοσοϕοῦντές εἰσιν), mais elle ne réussit qu’à faire fuir tout le monde, en annonçant clairement ce qu’elle va faire. Un nouveau moyen est envisagé par Vérité, confier l’affaire à Parrhèsiadès (§ 46) : qu’il rencontre ceux qui se revendiquent philosophes, avec Argument, et qu’il décide qui en est un vrai, ou pas. Philosophie approuve. Parrhèsiadès trouve un moyen de les faire remonter à l’Acropole : les figues sèches, l’or et l’hameçon qui vont lui permettre de « pêcher » les faux philosophes.

38Une conclusion s’impose : le meilleur moyen de servir les intérêts de la philosophie n’est pas d’être purement philosophe, mais de recourir aux subterfuges et aux ruses propres à la rhétorique, comme le montre clairement l’intervention de Vérité et d’Argument, alors que Justice est reléguée à l’arrière-plan dans ce passage du dialogue.

Mise en scène et parole

39L’importance de la référence au théâtre (comédie, tragédie) et l’aptitude particulière de Lucien à mettre sous les yeux de son public le « tableau » des philosophes attestent l’importance de l’aspect visuel, voire spectaculaire, de sa production. C’est l’un des aspects par lesquels la forme judiciaire est bien adaptée au projet du personnage Parrhèsiadès comme de l’auteur Lucien ; elle est privilégiée avant tout comme forme d’exposition d’une thèse, bénéficiant en outre des moyens de séduction et de réduction au silence de l’adversaire.

40En effet, comme on l’a vu, les philosophes prétendus de la fin du dialogue ne parlent pas, en tout cas pas pour se défendre : sollicités pour le faire (ἀπολογησομένους) devant Vertu, Philosophie et Justice, ils ne disent rien (§ 44) ; on ne les entend que lorsqu’ils se disputent pour être les premiers à toucher les récompenses promises. Ce silence apparaît comme un aveu de culpabilité, dans la mesure où la Philosophie doit se reconnaître à la parole. En effet, lorsqu’est recherché un moyen de reconnaître la philosophie parmi ses ersatz, un philosophe suggère (Pisc. 13) :

Δηλώσει ἥτις ἐστιν ϕθεγξαμένη μόνον.

Elle montrera qui elle est rien qu’en prenant la parole.

  • 33 Cf. Pisc. 48 et 50 notamment.

41Cette idée qu’il faut parler pour montrer qui l’on est justifie l’intérêt d’un procès en même temps qu’elle contribue à discréditer ceux qui renoncent à faire usage de la parole. Et le silence coupable de ces individus est redoublé par leur anonymat : on ne sait comment ils s’appellent. Tout au plus sait-on de quelle école philosophique ils se réclament, et cela alors que les représentants desdites écoles ne les reconnaissent pas pour leurs33.

***

42Le logos dikanikos tel que Lucien le pratique dans les deux dialogues où il occupe une place centrale n’a que peu de chose à voir avec le souhait d’établir, ou de rétablir, une forme de justice, malgré la présence, dans certains cas, de Justice elle-même. Il est plutôt une forme commode ou même, pourrait-on dire, accommodée, pour servir les intérêts de l’auteur Lucien et faire la satire de l’adversaire : lieu de confrontation, il est chez notre auteur de nature à privilégier l’une des parties en présence. Loin d’offrir la garantie d’un traitement équitable de l’accusateur et de l’accusé, il disqualifie presque immanquablement, d’entrée de jeu, l’adversaire de Lucien, en lui attribuant des arguments irrecevables, voire en le montrant inapte à prendre la parole.

43En tant que processus d’exposition de thèses opposées, la rhétorique judiciaire offre à Lucien un moyen de mettre en scène, sous une forme dramatisée, les choix qui se posent à lui. Il y a dramatisation, en effet, dans le fait d’exposer un problème sous la forme d’une question à laquelle on ne peut répondre que par oui ou par non, comme c’est le cas dans un procès, dont l’issue donne raison à l’une des parties au détriment de l’autre. Mais la « judiciarisation » du discours permet aussi de transformer en spectacle l’exposé plus ou moins dogmatique et monotone d’une thèse, et de faire de celui qui l’expose une sorte de vedette, selon un principe cher non seulement à Lucien, mais aussi, plus généralement, à la Seconde Sophistique.

  • 34 Cf. Jacyntho Lins Brandão, A poética do hippocentauro. Literatura, sociedade e discurso ficcional e (...)

44La dramatisation se révèle également dans l’emploi d’un vocabulaire du théâtre, ainsi que dans l’importance de la comédie, parfois juxtaposée à la tragédie, dans l’écriture de Lucien ; et il est remarquable que les textes dans lesquelles la forme judiciaire revêt une importance particulière soient précisément ceux dans lesquels elle n’occupe pas tout l’espace, mais coexiste avec d’autres formes littéraires ; comme si le genre judiciaire ne trouvait tout son sens qu’en étant associé à des éléments hétérogènes, à l’instar de ce qui se passe pour le dialogue associé à la comédie ; comme si ce type d’association inattendue, mal assortie en un sens, cette manière de « monstre étrange » et d’« hippocentaure » était non seulement la marque caractéristique du dialogue comique, mais, plus largement, de ce qu’il y a de plus original34 et de plus convaincant chez Lucien.

Notes

1 Le terme est par exemple employé par Suzanne Saïd dans son Histoire de la littérature grecque (en collaboration avec M. Trédé et A. Le Boulluec), Paris, PUF, 1997, p. 466. On notera que, si les monographies consacrées à Lucien usent largement de ce terme, elles n’en donnent pas de définition précise ; même l’ouvrage de Jennifer Hall, Lucian’s satire, New York, Arno Press, 1981, ne le fait pas ; l’auteur cite Photius pour avoir qualifié Lucien de satiriste (p. 194 et p. 389), mais en réalité, le texte ne parle que de comédie (cod. 128, 96a : τὰ τῶν Ἑλλήνων κωμῳδεῖ) et non, à proprement parler, de satire — il est vrai que trouver l’exact équivalent du terme en grec est problématique.

2 Cf. Quintilien, Institution oratoire, X, 1, 93 : Satura quidem tota nostra est.

3 Cf. Bénédicte Delignon, Les satires d’Horace et la comédie gréco-latine : une poétique de l’ambiguïté, Louvain/Paris/Dudley (MA), Peeters, 2006, p. 19-23. Le terme satura vient vraisemblablement de l’expression satura lanx désignant un plat composé de multiples ingrédients, sorte de macédoine de fruits ou de légumes ; « la satura littéraire mêle des éléments variés comme la macédoine mêle divers ingrédients : c’est le genre du mélange » (p. 20).

4 Cf. Bis acc. 34, Prom. uerb. 5.

5 Cf. Souda XI, 683.

6 Cf. Bis acc. 33.

7 Cf. B. Delignon, Les satires d’Horace…, p. 21 ; c’est Horace qui donne de la satire la définition qu’elle avait en fait acquise avec Lucilius ; cf. la satire II, 1 : Sunt quibus in satura uideor nimis acer, « Il en est à qui je semble trop piquant dans la satire ».

8 Le texte de Lucien cité ici est celui établi par J. Bompaire et édité dans la collection des universités de France (CUF, 2008) ; les traductions des divers auteurs proposées dans cet article nous sont propres.

9 Cf. Alberto Camerotto, Gli occhi e la lingua della satira. Studi sull’eroe satirico in Luciano di Samosata, Milano & Udine, Mimesis, 2014, p. 15-107.

10 Cf. Sandrine Dubel, « Dialogue et autoportrait : les masques de Lucien », dans Lucien de Samosate. Actes du colloque international de Lyon (30 septembre – 1er octobre 1993), éd. par A. Billault, Paris, De Boccard, 1994, p. 19-26 (le terme « oxymore » est employé p. 21).

11 Id.

12 Cf. Pisc. 12 : Ὑπεφαίνετο δέ τι καὶ ψιμύθιον καὶ φῦκος, καὶ τὰ ῥήματα πάνυ ἑταιρικά, καὶ ἐπαινουμένη ὑπὸ τῶν ἐραστῶν εἰς κάλλος ἔχαιρε, « On voyait un peu de fard et de rouge, elle parlait comme une courtisane, elle aimait s’entendre complimenter par ses amants ».

13 C’est notamment le cas du faux prophète Alexandre (Alex. 5).

14 Le personnage connu comme le « maître de rhétorique », qui manifestement fait siennes bon nombre d’idées reçues, dit notamment que, pour exercer son métier, il faut, entre autres choses, passer pour collectionner les conquêtes féminines (Rh. pr. 23) : Καλὸς γὰρ εἶναι θέλε καὶ σοὶ μελέτω ὑπὸ τῶν γυναικῶν σπουδάζεσθαι δοκεῖν, « Fais effort pour être beau et veille à ce qu’on croie que les femmes te poursuivent de leurs assiduités ».

15 En effet, le verbe ἄγω, ou plus souvent ἄγομαι, au sens d’« épouser », a normalement un sujet masculin et pour complément d’objet un nom de femme.

16 Ajoutons que faire perdre la face au personnage de Rhétorique est d’autant plus savoureux que la chose est éminemment paradoxale, dans la mesure où, manifestement, le Syrien a une parfaite maîtrise de l’art oratoire et rejette l’accusation avec brio. Pour commencer, en effet, il suscite la curiosité et l’intérêt des juges en affirmant (§ 30) que son adversaire a dit la vérité ; puis il évoque les faits antérieurement rapportés d’un point de vue différent, de nature à modifier l’opinion de ceux qui l’écoutent, avant d’apporter une justification supplémentaire à sa conduite (§ 32) et de terminer sur la traditionnelle adresse aux juges, néanmoins réduite au minimum, comme s’il voulait donner un échantillon de son talent sans développer tout ce qui aurait pu l’être. Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce qu’il gagne les deux procès qui lui sont intentés.

17 Cf. Aristophane, Grenouilles 1008 sq :
ΑἸΣΧΎΛΟΣ – Τίνος οὕνεκα χρὴ θαυμάζειν ἄνδρα ποιητήν ;
ΕΥΡΙΠΊΔΗΣ – Δεξιότητος καὶ νουθεσίας, ὅτι βελτίους τε ποιοῦμεν
τοὺς ἀνθρώπους ἐν ταῖς πόλεσιν.
ESCHYLE – Pour quelle raison faut-il admirer un poète ?
EURIPIDE – Pour son habileté et ses mises en garde, parce que nous rendons les hommes meilleurs dans les cités.

18 Aristophane, Lys. 574 sq.

19 Il est vrai que le tissage est aussi une métaphore de l’activité politique, comme l’analysent John Scheid et Jesper Svenbro dans Le métier de Zeus. Mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain, Paris, La Découverte, 1994, p. 17-43, et plus spécialement dans les pages 23 à 25, qui commentent le texte auquel nous nous référons ; mais la lecture proposée de ce passage d’Aristophane semble ne pas tenir compte de son caractère foncièrement comique. Même si Lysistrata a des intentions pacificatrices, il n’en demeure pas moins que son projet ne peut que susciter les quolibets du public athénien.

20 Sur cette identification, cf. S. Dubel, « Dialogue et autoportrait… ».

21 Cf. Pisc. 24 : Κἂν ἡ Φιλοσοφία δὲ πρὸς τοὺς λόγους ἐπικλασθεῖσα — φύσει γὰρ ἥμερος καὶ πρᾶός ἐστιν — ἀφεῖναι διαβουλεύηται αὐτόν, ἀλλ᾽οὐ τὰ ἐμὰ ἐνδεήσει· δείξω γὰρ αὐτῷ ὅτι μὴ μάτην ξυλοφοροῦμεν, « Même si la Philosophie se laisse fléchir par ses discours — elle a un naturel doux et conciliant — et décide de l’acquitter, je ne me sentirai pas lié : je lui ferai voir que ce n’est pas pour rien que nous portons un bâton. »

22 Le bâton est, avec la besace, l’attribut traditionnel des philosophes cyniques, et en particulier de Diogène ; cf. Diogène Laërce, VI, 2, 2-3 : Βακτηρίᾳ δ’ ἐπεστηρίζετο ἀσθενήσας· ἔπειτα μέντοι καὶ διὰ παντὸς ἐφόρει, οὐ μὴν ἐν ἄστει, ἀλλὰ καθ’ὁδὸν αὐτῇ τε καὶ τῇ πήρᾳ, καθά φησιν Ὀλυμπιόδωρος ὁ Ἀθηναίων προστατήσας καὶ Πολύευκτος ὁ ῥήτωρ καὶ Λυσανίας ὁ Αἰσχρίωνος, « Il se soutenait avec un bâton alors qu’il était malade, et ensuite, il l’emportait partout — pas en ville, mais en voyage — avec une besace, d’après ce que disent Olympiodore, prostate des Athéniens, le rhéteur Polyeuctos et Lysanias fils d’Aischrion ».

23 Cf. Pisc. 42 : au moment où, attirés par les promesses de Parrhèsiadès, tous les philosophes prétendus se précipitent vers l’Acropole, Philosophie décrit la scène : καὶ πανταχοῦ πήρα κολακεία, πώγων ἀναισχυντία, βακτηρία λιχνεία, συλλογισμὸς φιλαργυρία, « Partout ce n’est que besace et flatterie, barbe et impudence, bâton et gourmandise, syllogisme et cupidité ». Rien ne permet de caractériser ces imposteurs comme des cyniques, ainsi que le montre la suite du dialogue.

24 Cf. Florence Dupont, Le théâtre latin, Paris, Armand Colin, 1988, p. 114.

25 Parrhèsiadès commence en effet par souligner qu’il est d’accord avec le réquisitoire prononcé par Diogène — à ceci près que celui-ci est incomplet (Pisc. 29).

26 Cf. la remarque de Parrhèsiadès (Pisc. 51), posant une question à l’un de ces poissons-philosophes : Καίτοι γελοῖός εἰμι ἀναγκάζων ἰχθὺν λαλεῖν· ἄφωνοι γὰρ οὗτοί γε, « Mais je suis ridicule d’essayer de forcer un poisson à parler, puisqu’ils sont muets ».

27 Cf. Pisc. 26 : μεγἀλῃ τῇ φωνῇ ἀγορεύει κακῶς Πλάτωνα, Πυθαγόραν, Ἀριστοτέλη τοῦτον, Χρύσιππον ἐκεῖνον, ἐμὲ καὶ ὅλως ἅπαντας οὔτε ἑορτῆς ἐφιείσης οὔτε ἰδίᾳ τι πρὸς ἡμῶν παθών, « Haut et fort il dit publiquement du mal de Platon, Pythagore, Aristote qui est ici, de Chrysippe qui est là-bas, ainsi que de moi, bref, de tous sans exception, sans qu’aucune fête ne l’y autorise, et sans qu’on lui ait rien fait de mal ».

28 C’est à ce trait que les philosophes sont reconnaissables dans la comédie ; ainsi chez Baton (fr. 5), les philosophes sont appelés οἱ τὰς ὀφρῦς ἐπηρκότες, « ceux qui ont les sourcils levés » : cf. Rudolf Kassel, et Colin Austin (éd.), Poetae Comici Graeci, Berlin, De Gruyter, 1983, vol. IV, p. 34.

29 Sur la métaphore du théâtre au iie siècle, voir Monique Trédé, « Le théâtre comme métaphore au iie s. ap. J.-C. : survivances et métamorphoses », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2, 2002, p. 581-605 ; sur la métaphore tragique chez Lucien, voir Isabelle Gassino, « Théâtre, spectacle et mise en scène chez Lucien : de la satire à la poétique », dans La satira del successo. La spettacolarizzazione della cultura nel mondo antico, éd. par A. Camerotto, Milano, Mimesis (à paraître).

30 Cf. J.. trag. 6 : Οὕτω ψιλά, ὦ Ἑρμῆ, καὶ ἁπλοϊκὰ καὶ πεζὰ κηρύττεις, καὶ ταῦτα ἐπὶ τοῖς μεγίστοις συγκαλῶν ; « C’est tout, Hermès ? Une déclaration si sèche, commune, prosaïque, alors que tu convoques les dieux pour une affaire de la plus haute importance ? »

31 Parrhèsiadès est en effet défini comme tel plus haut dans le dialogue, cf. Pisc. 9 : Φασὶ γοῦν ῥήτορά σε καὶ δικανικόν τινα εἶναι καὶ πανοῦργον ἐν τοῖς λόγοις, « Tu es, dit-on, un orateur, rompu à l’éloquence judiciaire et retors dans tes discours ».

32 Cf. Théon, Progymnasmata, 118, cité par Sandrine Dubel, « Du bouclier d’Achille dans l’ekphrasis sophistique grecque (de Philostrate à Callistrate), entre théorie et pratique », revue en ligne Textimage, « Nouvelles approches de l’ekphrasis », mai 2013, consultable à l’adresse http://revue-textimage.com/conferencier/02_ekphrasis/dubel7.html, p. 1 : « L’ekphrasis est un discours qui fait parcourir (λόγος περιηγηματικός) et qui met sous les yeux (ὑπ᾽ ὄψιν ἄγων) avec évidence (ἐναργῶς) ce qu’il montre (τὸ δηλούμενον) » (consulté le 2 juin 2016). Cf. Icar. 16.

33 Cf. Pisc. 48 et 50 notamment.

34 Cf. Jacyntho Lins Brandão, A poética do hippocentauro. Literatura, sociedade e discurso ficcional em Luciano de Samosata, Belo Horizonte, Editora UFMG, 2001.

Auteur

Est maître de conférences en langue et littérature grecques, membre de l’Équipe de recherche interdisciplinaire sur les aires culturelles (université de Rouen-Normandie) ainsi que du groupe de recherche « Graecia capta » (université de Barcelone) ; ses travaux portent sur Lucien de Samosate, en particulier sur la poétique de cet auteur et sur les rapports qu’il entretient avec le monde romain. Elle a notamment étudié la place qu’occupe le latin dans ses œuvres et consacré plusieurs articles aux Histoires vraies ; elle prépare actuellement la publication d’un volume consacré à Images et pouvoir chez Lucien.

© Demopolis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search