Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Mixis 6. Quel genre lui donner ?

Mixis

 | 
Émeline Marquis
, 
Alain Billault

Deuxième partie. La pratique de la mixis

6. Quel genre lui donner ?

Le mélange des voix, des tons et des types de discours dans L’Eunuque de Lucien

Marine Glénisson

Texte intégral

1L’Eunuque est un court dialogue satirique qui prend pour cible les faux-semblants des philosophes. La conversation s’engage lorsque Pamphilos voit son ami Lycinos, déjà naturellement porté à rire, en proie à une hilarité encore plus forte que de coutume. Il en demande aussitôt la cause, et Lycinos répond de bonne grâce. Le dialogue-cadre laisse alors place au récit de la scène dont il vient d’être témoin sur l’agora entre deux philosophes. Le but de Lycinos est clair : faire rire son ami autant que lui-même. La tâche n’est pourtant pas aisée, car le sujet de la satire n’est pas très original, et son ami, comme lui un lettré, semble en connaître tous les codes.

2Le narrateur a néanmoins comme atout la personnalité de l’un de ses protagonistes, qui passe pour eunuque. Ses changements successifs d’identité constituent autant de péripéties qui tiennent le lecteur en haleine, d’autant plus que Lycinos se livre dans sa satire à un joyeux mélange des genres, jouant avec les codes littéraires afin de faire naître, par une parodie de plus en plus burlesque, un rire exponentiel.

3Cette courte satire est donc un montage de genres, tons, styles, images, autour des fluctuations génériques de l’eunuque. Nous nous intéresserons à la façon dont se nouent, autour de ce protagoniste, les différents éléments de ce mélange et à la manière dont, par ce biais, Lucien construit un rire de plus en plus abouti.

Renouveler un thème trop connu grâce au mélange des genres

4Lycinos veut tirer de son ami un rire aussi intense que celui qui l’anime lui-même, mais plusieurs éléments du récit, pourtant, menacent dès l’abord de tenir le comique en échec :

3. ΛΥΚΙΝΟΣ – Συντετάκται μέν, ὦ Πάμϕιλε, ὡς οἶσθα, ἐκ βασιλέως μισθοϕορά τις οὐ ϕαυλὴ κατὰ γένη τοῖς ϕιλοσόϕοις, Στωϊκοῖς λέγω καὶ Πλατωνικοῖς καὶ Ἐπικουρείοις, ἔτι δὲ καὶ τοῖς ἐκ τοῦ Περιπάτου, τὰ ἴσα τούτοις ἅπασιν. Ἔδει δὲ ἀποθάνοντος αὐτῶν τινος ἄλλον ἀντικαθίστασθαι δοκιμασθέντα ψήϕῳ τῶν ἀρίστων. Καὶ τὰ ἆθλα οὐ βοείη τις ἦν, κατὰ τὸν ποιητήν, οὐδὲ ἱερεῖον, ἀλλὰ μύριαι κατὰ τὸν ἐνιαυτόν, ἐϕ᾽ὅτῳ συνεῖναι τοῖς νέοις.

ΠΑΜΦΙΛΟΣ – Οἶδα ταῦτα· καὶ τινά ϕασιν αὐτῶν ἔναγχος ἀποθανεῖν, τῶν Περιπατητικῶν οἶμαι τὸν ἕτερον.
ΛΥΚ. – Αὕτη, ὦ Πάμϕιλε, ἡ Ἑλένη ὑπὲρ ἧς ἐμονομάχουν πρὸς ἀλλήλους. Καὶ ἄχρι γε τούτου γελοῖον οὐδὲν πλὴν ἐκεῖνο ἴσως, τὸ ϕιλοσόϕους εἶναι ϕάσκοντας καὶ χρημάτων καταϕρονεῖν ἔπειτα ὑπὲρ τούτων ὡς ὑπὲρ πατρίδος κινδυνευούσης καὶ ἱερῶν πατρῴων καὶ τάϕων προγονικῶν ἀγωνίζεσθαι.

ΠΑΜ. – Καὶ μὴν καὶ τὸ δόγμα τοῦτό γέ ἐστιν τοῖς Περιπατητικοῖς, τὸ μὴ σϕόδρα καταϕρονεῖν χρημάτων, ἀλλὰ τρίτον τι ἀγαθὸν καὶ τοῦτο οἴεσθαι.

3. LYCINOS – Tu n’ignores pas que l’empereur accorde une somme assez ronde aux professeurs de philosophie de chacune des sectes, Stoïciens, Platoniciens, Épicuriens, Péripatéticiens, allocation égale pour tous. L’un d’eux étant venu à mourir, il s’agissait de lui choisir un successeur nommé par les suffrages des notables. Or, le prix du combat n’était pas, comme chez le poète, une peau de bœuf, ou une victime, mais mille drachmes par an, à condition d’instruire la jeunesse.

PAMPHILOS – Je sais cela, et l’on m’a dit aussi qu’un d’entre eux était mort dernièrement, le second professeur, je crois, de philosophie péripatéticienne.

  • 1 La traduction françaises de LEunuque est celle d’Eugène Talbot, légèrement modifiée. Le texte grec (...)

LYC. – Telle a été, cher Pamphilos, l’Hélène pour laquelle nos champions ont combattu. Jusque-là, il n’y avait de ridicule que de voir de soi-disant philosophes, qui se vantent de mépriser l’argent, combattre pour un salaire avec autant d’ardeur que s’il s’agissait de la patrie en danger, de la religion nationale, ou des tombeaux de leurs ancêtres.
PAM. – C’est toutefois, un dogme des Péripatéticiens de ne pas mépriser complètement les richesses et de les regarder comme la troisième espèce de biens1.

  • 2 Voir Lucien, Icaroménippe, Zeus Tragédien, Le Banquet ou les Lapithes.
  • 3 Voir Lucien, Timon ou le Misanthrope, Les Ressuscités ou le Pêcheur, Le Songe ou le Coq.

5Tout d’abord, le sujet de la satire est convenu (des philosophes s’invectivent en public) et si connu que Pamphilos pense que, comme d’habitude, les combattants sont de sectes différentes. En général, en effet, c’est la diversité des opinions philosophiques, impossibles à accorder entre elles, qui est la cible de la satire2. De plus, même si l’on apprend que les protagonistes sont de la même secte, on débouche néanmoins sur une déception, car les candidats à la chaire de philosophie sont tous péripatéticiens, et considèrent l’argent comme une sorte de troisième bien. Un autre reproche courant, celui de l’hypocrisie des philosophes qui cachent leur avidité sous un vernis de désintéressement3, ne peut donc pas non plus être prétexte à raillerie pour un interlocuteur érudit comme Pamphilos, au fait des grands principes des différentes écoles. En outre, Lycinos exploite le registre héroïcomique trop souvent employé pour parodier les combats philosophiques, ce qui ne peut produire qu’un sourire d’amusement poli. Lycinos avoue d’ailleurs que son récit, jusqu’à présent, n’est que modérément drôle (ἄχρι γε τούτου γελοῖον οὐδὲν πλὴν ἐκεῖνο ἴσως… § 3). C’est la focalisation de la narration sur deux philosophes en particulier qui tire le comique de sa banalité.

Un eunuque peut-il philosopher ? Un ἀγών rhétorique sur une question paradoxale

Un ton nouveau pour une question insolite

6Le récit change de tonalité avec l’introduction de deux protagonistes, Bagoas et Dioclès, et la transformation de la scène héroïcomique en ἀγών rhétorique. La transition est ménagée par le passage à l’epitaphios logos, qui introduit la dimension rhétorique nécessaire à ce nouveau type de discours :

4. ΛΥΚΙΝΟΣ – […] δύο δὲ μάλιστα ἦσαν οἱ ἀμϕήριστοι αὐτῶν, Διοκλῆς τε ὁ πρεσβύτης – οἶσθα ὃν λέγω, τὸν ἐριστικόν – καὶ Βαγώας ὁ εὐνοῦχος εἶναι δοκῶν. Τὰ μὲν οὖν τῶν λόγων προηγώνιστο αὐτοῖς καὶ τὴν ἐμπειρίαν ἑκάτερος τῶν δογμάτων ἐπεδέδεικτο καὶ ὅτι τοῦ Ἀριστοτέλους καὶ τῶν ἐκείνῳ δοκούντων εἴχετο· καὶ μὰ τὸν Δί᾽οὐδέτερος αὐτῶν ἀμείνων ἦν.

5. Τὸ δ᾽οὖν τέλος τῆς δίκης ἐς τοῦτο περιέστη· ἀϕέμενος γὰρ ὁ Διοκλῆς τοῦ δεικνύναι τὰ αὐτοῦ μετέβαινεν ἐπὶ τὸν Βαγώαν καὶ διελέγχειν ἐπειρᾶτο μάλιστα τὸν βίον αὐτοῦ· κατὰ ταὐτὰ δὲ καὶ ὁ Βαγώας ἀντεξέταζε τὸν ἐκείνου βίον.

ΠΑΜΦΙΛΟΣ – Εἰκότως, ὦ Λυκῖνε· καὶ τὰ πλείω γε τοῦ λόγου περὶ τούτου μᾶλλον ἐχρῆν εἶναι αὐτοῖς· ὡς ἔγωγε, εἰ δικάζων ἐτύγχανον, ἐπὶ τῷ τοιούτῳ τὸ πλεῖον διατρῖψαι ἄν μοι δοκῶ, τὸν ἄμεινον βιοῦντα μᾶλλον ἢ τὸν ἐν τοῖς λόγοις αὐτοῖς προχειρότερον ζητῶν καὶ οἰκειότερον τῇ νίκῃ νομίζων.

6. ΛΥΚ. – Εὖ λέγεις, κἀμὲ ὁμόψηϕον ἐν τούτῳ ἔχεις. Ἐπεὶ δὲ ἅλις μὲν εἶχον βλασϕημιῶν, ἅλις δὲ ἐλέγχων, τὸ τελευταῖον ἤδη ὁ Διοκλῆς ἔϕη μηδὲ τὴν ἀρχὴν θεμιτὸν εἶναι τῷ Βαγώᾳ μεταποιεῖσθαι ϕιλοσοϕίας καὶ τῶν ἐπ᾽αὐτῇ ἀριστείων εὐνούχῳ γε ὄντι.

4. LYCINOS – […] deux, entre autres, se sont disputé la victoire, le vieux Dioclès, que tu sais, le fameux chicaneur, et Bagoas, qui passe pour eunuque. D’abord, ils ont fait assaut d’érudition ; chacun a déployé sa science des dogmes de l’école, et s’est montré le digne élève d’Aristote et de ses opinions. Ni l’un ni l’autre, ma foi, n’avait le dessus.

5 Enfin, voici comment se termina la dispute. Dioclès, au lieu de s’occuper à faire briller son savoir, fit une sortie contre Bagoas et essaya de mettre au grand jour sa conduite, tandis que Bagoas, de son côté, se mit à critiquer la vie de son adversaire.

PAMPHILOS – Excellente idée, Lycinos ! La plus grande partie de leur discours aurait dû rouler sur ce sujet. Moi, si j’avais été juge, je me serais plutôt attaché à rechercher la moralité que le talent de parole des deux combattants, et c’est au plus vertueux que j’aurais accordé la victoire.

6. LYCINOS – C’est bien dit, et j’aurais voté avec toi dans cette affaire. Après force accusations et récriminations, Dioclès a fini par s’écrier qu’il était tout à fait interdit à Bagoas de faire profession de philosophie et d’aspirer aux récompenses qu’elle confère, attendu qu’il était eunuque.

  • 4 Voir Maud Gleason, Mascarades masculines. Genre, corps et voix dans l’Antiquité gréco-romaine, trad (...)

7Jusque-là, il n’était question que d’un comique né du décalage entre le ton élevé de l’épopée et son application à une situation banale. À présent, nous avons un comique subtil de personnages et de mots qui se noue autour de la personnalité hybride de l’eunuque Bagoas. Ne parvenant pas à en venir à bout, son adversaire Dioclès change de stratégie et, sous prétexte de mettre son mode de vie (βίος) en accusation, se livre à une série d’attaques ad hominem. Dès lors, on note une première inflexion de la satire, dont le sujet passe de l’avidité des philosophes à un thème inattendu : un eunuque peut-il faire de la philosophie ? On connaît l’importance de la question de la virilité dans l’Antiquité et son lien avec la pratique oratoire4, mais dans le cas présent, c’est surtout le passage d’une question à une autre, mal posée qui plus est, qui provoque la perplexité, puis le rire de l’auditeur. La réplique de Pamphilos souligne ce glissement : pensant que βίος renvoie à la pratique effective et vraie de la philosophie, il approuve dans un premier temps cette stratégie — mais en fait, seul le physique de Bagoas retient l’attention de Dioclès.

Un comique de personnages

  • 5 M. Gleason, Mascarades masculines…, p. 241-249, voit suffisamment d’allusions à la vie de Favorinus (...)

8Le rire est renforcé par le comique de personnages, car on peut voir, derrière les protagonistes, une parodie de deux rhéteurs du iie siècle dont le différend portait essentiellement sur la virilité de l’orateur : Favorinus d’Arles et Polémon de Laodicée5. La clé interprétative est fournie par une allusion de Bagoas à Favorinus :

7. ΛΥΚΙΝΟΣ – Τὰ μὲν πρῶτα ὑπ᾽αἰδοῦς καὶ δειλίας – οἰκεῖον γὰρ αὐτοῖς τὸ τοιοῦτον – ἐπὶ πολὺ ἐσιώπα καὶ ἠρυθρία καὶ ἰδίων ϕανερὸς ἦν, τέλος δὲ λεπτόν τι καὶ γυναικεῖον ἐμϕθεγξάμενος οὐ δίκαια ποιεῖν ἔϕη τὸν Διοκλέα ϕιλοσοϕίας ἀποκλείοντα εὐνοῦχον ὄντα, ἧς καὶ γυναιξὶ μετεῖναι· καὶ παρήγοντο Ἀσπασία καὶ Διοτίμα καὶ Θαργηλία συνηγορήσουσαι αὐτῷ, καί τις Ἀκαδημαϊκὸς εὐνοῦχος ἐκ Πελασγῶν τελῶν, ὀλίγον πρὸ ἡμῶν εὐδοκιμήσας ἐν τοῖς Ἕλλησιν. Ὁ Διοκλῆς δὲ κἀκεῖνον αὐτόν, εἰ περιῆν καὶ τῶν ὁμοίων μετεποιεῖτο, εἶρξαι ἂν οὐ καταπλαγεὶς αὐτοῦ τὴν παρὰ τοῖς πολλοῖς δόξαν· καί τινας καὶ αὐτὸς ἀπεμνημόνευε λόγους καὶ πρὸς ἐκεῖνον ὑπό τε Στωϊκῶν καὶ Κυνικῶν μάλιστα εἰρημένους πρὸς τὸ γελοιότερον ἐπὶ τῷ ἀτελεῖ τοῦ σώματος.

7. LYCINOS – D’abord la honte, la timidité naturelle aux gens de son espèce lui ont fait garder quelque temps le silence : il rougissait, il suait à grosses gouttes. Enfin, d’un son de voix grêle et féminin, il a prétendu que Dioclès avait tort d’exclure un eunuque de la philosophie, puisqu’elle admet des femmes. Il a cité Aspasie, Diotime et Thargélie à l’appui de sa cause, et, de plus, un eunuque gaulois de la secte académique, qui, un peu avant notre époque, s’est fait un nom chez les Grecs. Mais Dioclès, sans égard même pour ce dernier philosophe, prétendait qu’il l’aurait repoussé, s’il avait voulu, étant eunuque, prétendre aux fonctions en question, et qu’il ne se serait pas laissé éblouir par sa grande renommée. Il allait jusqu’à citer les propos et les quolibets dirigés par les Stoïciens, et surtout par les Cyniques, contre son vice de conformation.

  • 6 M. Gleason, Mascarades masculines…, p. 150-154.

9Surgissent alors plusieurs thèmes qui serviront à Lucien à construire son ἀγών satirique : à travers Polémon, partisan de la virilité de l’orateur, et l’efféminé Favorinus, se dessinent deux styles rhétoriques distincts, que Maud Gleason nomme « dur » et « doux »6. Ainsi Bagoas fait-il entendre « un son de voix grêle et féminin », représentatif du style doux, tandis que Dioclès s’exprime avec la rudesse des cyniques. Cette différence de ton servira à construire deux argumentations désaccordées, caractérisées par le mélange des genres et des topoi.

  • 7 Voir à ce sujet Ernst Badian, « The Eunuch Bagoas. A Study in Method », in Classical Quarterly 8, 1 (...)
  • 8 Voir Lucien, Vie de Démonax, 12-13.

10De plus, on note un nouveau glissement dans la satire, car le nom de Favorinus entre en résonance avec celui de Bagoas et aide à cerner le protagoniste : Bagoas était notamment le nom d’un eunuque influent d’Alexandre le Grand7. Le lien de notre eunuque avec le pouvoir semble donc une composante du personnage et interroge sur les véritables intentions qui le poussent à briguer la chaire de philosophie. De plus, si le Bagoas de L’Eunuque est une sorte de Favorinus, il est alors la caricature d’un personnage que Lucien, dans d’autres écrits, qualifie de sophiste8. Sa valeur en tant que philosophe n’est donc plus assurée. Polémon pour sa part ne s’est jamais revendiqué de la philosophie. Nos péripatéticiens se révèlent donc deux sophistes avides de pouvoir, des imposteurs incapables de mettre en application leurs doctrines ; Dioclès a d’ailleurs montré qu’il ne savait pas ce qu’était le βίος ϕιλόσοϕος, puisque, censé attaquer Bagoas sur cette base, il n’en a pas dit un mot : confondant vertu et virilité, il a entraîné la discussion sur une pente de plus en plus scabreuse.

11Qui plus est, tous deux sont de mauvais sophistes, comme le montre le changement énonciatif : Lycinos introduit la polyphonie dans le récit en donnant la parole aux personnages, mais, grâce au discours indirect, garde la main haute sur leur discussion et fait un montage de leurs paroles, leur ôtant toute cohérence et toute efficacité.

Deux argumentations opposées et absurdes

12Les tirades antagonistes deviennent un mélange de genres, topoi et styles rhétoriques, que le lecteur doit identifier avant de pouvoir rire de leur détournement au profit d’une argumentation absurde. Dioclès se livre à un pastiche physiognomonique, à l’instar de Polémon, dont il est une pâle copie.

6. ΛΥΚΙΝΟΣ– […] ἀλλὰ τοὺς τοιούτους οὐχ ὅπως τούτων ἀποκεκλεῖσθαι ἠξίου, ἀλλὰ καὶ ἱερῶν αὐτῶν καὶ περιρραντηρίων καὶ τῶν κοινῶν ἁπάντων συλλόγων, δυσοιώνιστόν τι ἀποϕαίνων καὶ δυνάντητον θέαμα, εἴ τις ἕωθεν ἐξιὼν ἐκ τῆς οἰκίας ἴδοι τοιοῦτόν τινα. Καὶ πολὺς ἦν ὁ περὶ τούτου λόγος, οὔτε ἄνδρα οὔτε γυναῖκα εἶναι τὸν εὐνοῦχον λέγοντος, ἀλλά τι σύνθετον καὶ μικτὸν καὶ τερατῶδες, ἔξω τῆς ἀνθρωπείας ϕύσεως.

[…] 8. Ἐν τούτοις ἦν τοῖς δικαισταῖς ἡ διατριβή· καὶ τὸ κεϕάλαιον ἤδη τοῦ σκέμματος τοῦτο ἐτύγχανεν, εἰ δοκιμαστέος εὐνοῦχος ἐπὶ ϕιλοσοϕίαν παρραγγέλλων καὶ νέων προστασίαν ἐγχειρισθῆναι ἀξιῶν, τοῦ μὲν καὶ σχῆμα καὶ σώματος εὐμοιρίαν προσεῖναι ϕιλοσόϕῳ δεῖν λέγοντος, καὶ τὸ μέγιστον, πώγωνα βαθὺν ἔχειν αὐτὸν καὶ τοῖς προσιοῦσι καὶ μανθάνειν βουλομένοις ἀξιόπιστον καὶ πρέποντα ταῖς μυρίαις ἃς χρὴ παρὰ βασιλέως ἀποϕέρεσθαι, τὸ δὲ τοῦ εὐνούχου καὶ τῶν βακήλων χεῖρον εἶναι· τοὺς μὲν γὰρ κἂν πεπειρᾶσθαί ποτε ἀνδρείας, τοῦτον δὲ ἐξ ἀρχῆς εὐθὺς ἀποκεκόϕθαι καὶ ἀμϕίβολόν τι ζῷον εἶναι κατὰ ταὐτὰ ταῖς κορώναις, αἳ μήτε περιστεραῖς μήτε κόραξιν ἐναριθμοῖντο ἄν.

6. LYCINOS – Or ces sortes de gens, a-t-il affirmé, doivent être exclus non seulement de la philosophie, mais des sacrifices, des eaux lustrales, de toutes les réunions : « C’est, a-t-il ajouté, une vue de mauvais augure, une rencontre funeste, que de voir, en sortant le matin de sa maison, un de ces êtres dégradés. » Il a continué longtemps sur ce ton, disant qu’un eunuque n’est ni homme ni femme, mais je ne sais quel composé, un affreux mélange, un monstre étranger à la nature humaine.

[…] 8. Voici ce sur quoi les juges avaient à statuer, et leur délibération roulait sur la question de savoir si l’on doit tolérer qu’un eunuque étudie la philosophie et soit appelé aux fonctions d’instituteur de la jeunesse. « En effet, disait Dioclès, il est indispensable à un philosophe d’avoir un extérieur recommandable, un corps au grand complet, et, chose essentielle, une longue barbe qui puisse inspirer de la confiance à ses disciples, et qui soit digne des dix mille drachmes accordées par l’empereur. Mais la condition d’un eunuque est pire que celle des castrats. Ceux-ci, du moins, ont joui quelques temps de leur virilité ; l’autre, au contraire, retranché immédiatement du nombre des hommes, n’est plus qu’un être ambigu, semblable aux corneilles qui ne sont ni corbeaux ni colombes. »

  • 9 Voir Pierre Brulé, Les sens du poil (grec), Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 54-56.
  • 10 Voir en particulier l’entretien 21 de Musonius Rufus, « Sur la taille des cheveux », in Deux prédic (...)

13Bagoas doit être exclu de la vie publique parce que l’impureté est inscrite dans son corps hybride et reflète son immoralité : sa dépravation est visible dans son absence de pilosité et sa voix fluette. Cette thèse, qui associe la vertu du philosophe à sa virilité, et interdit donc à Bagoas de philosopher et d’éduquer les jeunes, s’assortit d’éléments disparates censés la conforter. Le cliché du philosophe à longue barbe et air imposant est mis à profit (§ 8), car il dénote un être bien membré et viril, digne de confiance9. À cela, Dioclès joint les invectives des stoïciens et des cyniques contre les efféminés10 (§ 7, cité plus haut). Dans un registre plus proche de celui de son maître Aristote, il esquisse une comparaison boiteuse entre l’ambiguïté générique des eunuques et celle des corneilles, « ni corbeaux ni colombes ». Les eunuques et la classification des oiseaux sont deux sujets bien attestés dans le corpus aristotélicien, mais c’est leur mélange inédit qui fait sourire l’auditeur et détruit l’efficacité de l’argument de Dioclès.

14Le montage de topoi est encore plus évident dans le cas de Bagoas, qui défend le droit d’un eunuque à philosopher. Tout d’abord, si même des femmes peuvent y prétendre, pourquoi pas un eunuque ? Il réinvestit alors des figures devenues des lieux communs rhétoriques, Aspasie, Thargélie, Diotime, à quoi il ajoute, étonnamment, Favorinus (§ 7, cité plus haut). Outre que ce catalogue évoque plus les dialogues de Platon que les thèses d’Aristote, il classe les eunuques parmi les femmes, et il n’est pas sûr que cela serve la cause de Bagoas. Après une interruption de Dioclès, Bagoas reprend la distinction platonicienne entre le corps, qu’il n’est pas nécessaire de juger, et l’âme et la connaissance des dogmes, qui sont primordiaux.

9. ΛΥΚΙΝΟΣ – […] τοῦ δὲ οὐ σωματικὴν λέγοντος εἶναι τὴν κρίσιν, ἀλλὰ τῆς ψυχῆς καὶ τῆς γνώμης ἐξέτασιν δεῖν γίγνεσθαι καὶ τῆς τῶν δογμάτων ἐπιστήμης. Εἶθ᾽ὁ Ἀριστέλης ἐκαλεῖτο μάρτυς τοῦ λόγου, εἰς ὑπερβολὴν θαυμάσας Ἑρμείαν τὸν εὐνοῦχον τὸν ἐκ τοῦ Ἀταρνέως τύραννον ἄχρι τοῦ καὶ θύειν αὐτῷ κατὰ ταὐτὰ τοῖς θεοῖς. Καί τι καὶ ἐτόλμα προστιθέναι ὁ Βαγώας τοιοῦτον, ὡς πολὺ ἐπιτηδείοτερος τοῖς νέοις εὐνοῦχος διδάσκαλος οὐδὲ διαβολήν τινα πρὸς αὐτοὺς ἐνδέξασθαι δυνάμενος οὐδὲ τὸ τοῦ Σωκράτους ἐκεῖνο ἔγκλημα παθεῖν ἂν ὡς διαϕθείρων τὰ μειράκια. Ἐπεὶ δὲ καὶ εἰς τὸ ἀγένειον μάλιστα ἐσκώϕθη, χαριέντως τοῦτο, ὡς γοῦν ᾤετο, προσέρριψεν·« Εἰ γὰρ ἀπὸ πώγωνος, ἔϕη, βαθέος κρίνεσθαι δέοι τοὺς ϕιλοσοϕοῦντας, τὸν τράγον ἂν δικαιότερον προκριθῆναι πάντων. »

9. LYCINOS – Bagoas répondait qu’il ne s’agissait pas de juger du corps, mais qu’il fallait examiner les facultés de l’esprit, la connaissance des dogmes de l’école ; et il invoquait le témoignage d’Aristote, qui poussa son admiration pour l’eunuque Hermias, tyran d’Atarne, jusqu’à lui sacrifier comme à un dieu. Il osa même ajouter qu’un eunuque est bien plus propre qu’un autre à l’enseignement de la jeunesse, puisque son état ne donne prise à aucune calomnie, et qu’on ne peut pas l’accuser, comme Socrate, de corrompre les jeunes gens. Et comme son adversaire avait raillé son menton imberbe, il lui répondit spirituellement, du moins le croyait-il : « S’il faut juger des philosophes sur la barbe, le bouc a des droits supérieurs à tous les autres. ».

  • 11 Athénée, Deipnosophistes, XV, 51-52.

15Tout en affirmant qu’un jugement droit doit être fondé sur une bonne connaissance des dogmes, Bagoas montre que la sienne pèche par certains aspects : alléguant qu’Aristote a autrefois conféré des honneurs dignes des dieux à l’eunuque Hermias, il dévoile sa mauvaise foi ou sa connaissance douteuse d’Aristote. En effet, Athénée, au livre XV des Deipnosophistes, cite une lettre où Aristote se défend d’un tel acte11. S’enhardissant, Bagoas prend l’exemple du procès de Socrate, topos rebattu des diatribes et des discours des rhéteurs : un eunuque est le meilleur professeur possible, car on ne peut pas l’accuser de pervertir la jeunesse. La fin de sa tirade amorce le basculement vers la comédie : Lycinos abandonne le discours rapporté et donne la réplique de Bagoas au style direct, ce qui lui permet de porter un jugement négatif sur la plaisanterie de l’eunuque. Les personnages, semble nous dire Lucien, ne sont pas maîtres du rire et leurs propos en eux-mêmes ne sauraient le provoquer : seul le narrateur, qui construit un récit burlesque, le peut.

De l’ἀγών rhétorique à la scène comique

  • 12 Traduction de Jacques Bompaire.

16Cette plaisanterie ratée préfigure un tournant dans la satire. Le terme τράγος est significatif de la stratégie narrative de Lucien et du mélange des genres auquel il se livre. Cet animal apparaît dans le Démonax, § 28, lorsque le philosophe commente l’absurdité de la discussion de deux rhéteurs : « Ne vous semble-t-il pas, dit-il, mes amis, que l’un des deux trait un bouc et que le second lui tend une passoire par-dessous12 ? ». À la lumière de cet intertexte, la remarque faussement spirituelle de Bagoas pourrait bien être la façon de Lucien de nous dire que les propos de ses deux péripatéticiens ne sont qu’un tissu d’absurdités qui ne mène à rien.

  • 13 Lucien, Assemblée des dieux, 4. (Traduction personnelle.)

17De plus, ce terme évoque la tragédie. Or, Bagoas veut faire rire : il semble alors être un mauvais acteur incapable d’atteindre l’effet qu’il veut produire, et c’est Lycinos, en changeant encore une fois le style du récit, qui construit une véritable scène comique. Bagoas est à contretemps et sa tentative de provoquer le rire intervient trop tôt. De plus, le surgissement du bouc dans le texte métamorphose nos deux philosophes en des sortes de satyres, créatures aux instincts bestiaux, compagnons des débauches de Dionysos. Dans L’Assemblée des dieux, ainsi, Mômos a cette formule pour décrire le dieu Pan : γένειον βαθὺ καθειμένος ὀλίγον τράγου διαϕέρων ἐστίν (« il déploie une barbe épaisse et diffère peu d’un bouc »13). La proximité des deux textes n’est sans doute pas fortuite : nos sophistes caricaturaux sont à présent très proches de personnages comiques dominés par leurs pulsions. D’ailleurs, l’animalisation des philosophes confirme que la vertu se confond maintenant avec la virilité.

18Nous quittons ainsi progressivement l’ἀγών rhétorique, et c’est encore une fois Bagoas qui, devenant personnage comique après avoir été le double parodique de Favorinus, enroule autour de lui les fils d’un comique multiforme.

Le faux eunuque de comédie : tout finit dans le rire

La victoire de la comédie

19Alors que la situation semble sans issue, la scène bascule dans la comédie, lorsqu’un troisième larron, surgissant comme un deus ex machina, annonce que Bagoas n’est pas eunuque, mais a simplement pris cette identité pour échapper à une accusation d’adultère. Cette mascarade infléchit encore l’enjeu de la discussion vers une virilité toute sexuelle.

10. ΛΥΚΙΝΟΣ – Ἐν τούτῳ τρίτος ἄλλος παρεστώς – τὸ δὲ ὄνομα ἐν ἀϕανεῖ κείσθω –« Καὶ μήν, ἔϕη, ὦ ἄνδρες δικασταί, οὑτοσὶ ὁ τὰς γνάθους λεῖος καὶ τὸ ϕώνημα γυναικεῖος καὶ τὰ ἄλλα εὐνούχῳ ἐοικὼς εἰ ἀποδύσαιτο, πάνυ ἀνδρεῖος ὑμῖν ϕανεῖται· εἰ δὲ μὴ ψεύδονται οἱ περὶ αὐτοῦ λέγοντες, καὶ μοιχὸς ἑάλω ποτέ, ὡς ὁ ἄξων ϕησίν, ἄρθρα ἐν ἄρθροις ἔχων. Ἀλλὰ τότε μὲν ἐς τὸν εὐνοῦχον ἀναϕύγων καὶ τοῦτο κρησϕύγετον εὑρόμενος ἀϕείθη, ἀπιστησάντων τῇ κατηγορίᾳ τῶν τότε δικαστῶν ἀπό γε τῆς ϕανερᾶς ὄψεως· νῦν δὲ κἂν παλινῳδῆσαί μοι δοκεῖ τοῦ προκειμένου μισθοῦ ἕνεκα.

11. Τούτων δὴ λεγομένων παρὰ πάντων μὲν γέλως ἐγίγνετο, ὡς τὸ εἰκός. Βαγώας δὲ μᾶλλον ἐταράττετο καὶ παντοῖος ἦν, ἐς μυρία τρεπόμενος χρώματα καὶ ψυχρῷ τῷ ἱδρῶτι ῥεόμενος, καὶ οὔτε συγκατατίθεσθαι τῷ περὶ τῆς μοιχείας ἐγκλήματι καλῶς ἔχειν ᾤετο οὔτε ἀχρεῖον αὑτῷ τὴν κατηγορίαν ταύτην ἐς τὸν παρόντα ἀγῶνα ἡγεῖτο εἶναι.

10. LYCINOS – Sur ces entrefaites, un troisième, dont je tairai le nom, s’étant levé : « Juges, dit-il, quoique l’orateur ait les joues lisses, la voix d’une femme et toutes les apparences d’un eunuque, faites-le dépouiller, et vous verrez qu’il est réellement homme. Si même ce qu’on dit de lui est vrai, il a été surpris jadis en flagrant délit d’adultère, corps à corps, comme dit le rouleau des lois ; mais alors il a prétendu qu’il était eunuque, et l’invention de ce subterfuge l’a fait absoudre d’un crime que les juges ne croyaient pas possible à la vue seule de l’accusé. Aujourd’hui, pourtant, je pense qu’il va se rétracter, pour gagner le salaire promis. »

11. À ces mots, comme tu peux croire, il s’élève un rire universel. Bagoas n’en est que plus interdit : il ne sait où se mettre, il devient de toutes les couleurs, une sueur froide l’inonde : d’un côté, il craint de se couvrir de honte en convenant de l’adultère ; de l’autre, il espère que cette accusation ne sera pas inutile à sa cause.

  • 14 Voir Térence, L’Eunuque.
  • 15 Selon Philostrate, Favorinus avait été accusé d’adultère. Le châtiment des adultères revient dans u (...)

20La scène est envahie par le comique aristophanesque. La situation emprunte les codes de la comédie : un deus ex machina surgit et dénoue l’intrigue, le public se déchaîne comme un chœur comique. Les discours alternés font place à un comique de gestes, où les mots s’effacent après l’intervention du messager. Ce dernier reprend un canevas de la comédie de Ménandre et Térence : un homme se cache derrière l’apparence d’un eunuque et séduit une jeune femme14. Or, tandis qu’à la fin de la pièce, le jeune homme est démasqué mais épouse celle qu’il a violée, Lucien mêle à cette intrigue des éléments biographiques qui lui sont étrangers et qui contribuent au mélange des genres15. Une situation nouvelle naît donc de la réunion de traditions différentes et permet le basculement dans le comique le plus corporel. Cette révélation, en effet, accentue la perplexité de l’auditoire devant l’inclassable Bagoas, car, malgré l’affirmation qu’il est πάνυ ἀνδρεῖος (§ 10), son visage est lisse, sa voix celle d’une femme. Il est par nature composite et changeant, παντοῖος comme son visage sous l’effet de la confusion (§ 11). La satire est à présent centrée sur le corps hybride de Bagoas, comme si la philosophie était réductible à une démonstration de virilité.

Quel genre pour l’eunuque ? Déshabiller Bagoas

21Il faut à présent démasquer Bagoas, c’est-à-dire le déshabiller, car ce n’est pas son visage mais son sexe qui est à couvert.

12. ΛΥΚΙΝΟΣ – Οὐκ ὁμόψηϕοι πάντες ἦσαν, ἀλλ᾽οἱ μὲν ἠξίουν ἀποδύσαντας αὐτὸν ὥσπερ τοὺς ἀργυρωνήτους ἐπισκοπεῖν εἰ δύναται ϕιλοσοϕεῖν τά γε πρὸς τῶν ὄρχεων· οἱ δὲ ἔτι γελοιότερον μεταστειλαμένους τινὰς τῶν ἐξ οἰκήματος γυναικῶν κελεύειν αὐτὸν συνεῖναι καὶ ὀπυίειν, καί τινα τῶν δικαστῶν τὸν πρεσβύτατον ἐϕεστῶτα ὁρᾶν εἰ ϕιλοσοϕεῖ. Μετὰ δὲ ἐπεὶ πάντας ὁ γέλως κατεῖχε καὶ οὐδεὶς ὅστις οὐ τὴν γαστέρα ἤλγει βρασσόμενος ὑπ᾽αὐτοῦ, ἔγνωσαν ἀναπόμπιμον ἐς τὴν Ἰταλίαν ἐκπέμψαι τὴν δίκην.

12. LYCINOS — Les suffrages étaient partagés : les uns demandaient qu’on le fît mettre à nu comme un esclave à vendre, pour examiner s’il pouvait, à ne considérer que sa virilité, exercer la philosophie ; les autres, invention plus amusante, opinaient à ce qu’on fît venir quelque courtisane d’une maison publique, et qu’on exigeât le coït d’un bout à l’autre, sous l’œil du plus ancien et du plus autorisé des juges, qui déciderait si Bagoas était bon philosophe. Enfin, après avoir ri, tous sans exception, au point que nous en avions mal au ventre, il fut décidé que la cause demeurerait pendante et serait renvoyée en Italie.

22L’eunuque de la Nouvelle Comédie précipite donc la scène dans l’Ancienne Comédie d’Aristophane. Les propositions saugrenues des juges produisent une cacophonie joyeuse et un comique de gestes qui fait d’eux un chœur déchaîné de comédie. L’un, conventionnel, veut déshabiller Bagoas, tandis qu’un autre, plus empirique, veut qu’on observe l’accouplement de Bagoas avec des femmes, pour voir « s’il philosophe » (§ 12). La philosophie devient une vide démonstration de puissance qui réduit à néant les prétentions des philosophes et démasque leur imposture.

23La satire a donc pris des chemins détournés pour échapper à la banalité où son thème trop connu pouvait la cantonner. Le comique change plusieurs fois de genre, comme Bagoas qui en devient peu à peu le sujet exclusif. On assiste à une dissolution de tout enjeu dans le rire qui saisit l’auditoire et devient, dirait-on, la seule leçon à tirer de l’affaire.

À quoi rime tout cela ? Le mélange des genres et le dialogue de Lucien

Enchaînement ou mélange des genres ?

24La satire de Lucien s’organise autour de Bagoas, être fluctuant qui la force à changer de genre pour s’adapter à ses diverses facettes. Elle se fait ainsi parodie d’ἀγών rhétorique lorsque Bagoas passe pour un eunuque-philosophe dans la lignée de Favorinus, puis pure comédie quand il se révèle aussi vide et ridicule qu’un masque comique. La satire a donc un aspect mêlé, car elle englobe plusieurs genres et styles littéraires qui s’enchaînent comme une succession de tableaux tirés de différents types de discours, au gré des fluctuations identitaires de Bagoas. Le but est de faire rire et tout finit en pure comédie, tordant le ventre des assistants, par ailleurs juges sévères et éminents. Sans doute faudrait-il donc parler d’un enchaînement plutôt que d’un mélange des genres. Néanmoins, à l’intérieur de chaque tableau, Lycinos fait un montage de différents éléments qui lui permet de développer de façon originale le genre principal de sa parodie. Le rire, causé tant par une situation burlesque que par les surprises créées par les métamorphoses de Bagoas, est sans cesse renouvelé.

La morale par le rire

25Le comique est aussi dû aux glissements successifs de l’enjeu de la dispute. Plus celui-ci devient dérisoire, plus nous progressons dans le rire, qui aboutit à une joyeuse fête aristophanesque. C’est ainsi que le rire devient la morale même de la satire. Les changements de genre ont montré que les travers sexuels et l’avidité de ces philosophes sans scrupules, capables d’argumenter sur n’importe quel sujet, sont dus à leur incompréhension du véritable enjeu : ce que signifie philosopher. La philosophie disparaît peu à peu derrière la virilité sexuelle, comme le note Lycinos avec ironie à la fin.

13. ΛΥΚΙΝΟΣ – Καὶ νῦν ἅτερος μὲν πρὸς τὴν τῶν λόγων ἐπίδειξιν, ὥς ϕασιν, γυμνάζεται καὶ παρασκευάζεται καὶ κατηγορίαν συγκροτεῖ καὶ τὸ τῆς μοιχείας ἔγκλημα ὑποκινεῖ, ἐναντιώτατον αὑτῷ καὶ οὗτος κατὰ τοὺς ϕαύλους τῶν ῥητόρων τοῦτο ποιῶν καὶ εἰς τοὺς ἄνδρας τὸν ἀντίδικον ἐκ τοῦ ἐγκλήματος καταλέγων· τῷ βαγώᾳ δὲ ἕτερα, ὥς ϕασι, μέλει καὶ ἀνδρίζεται τὰ πολλὰ καὶ διὰ χειρὸς ἔχει τὸ πρᾶγμα καὶ τέλος κρατήσειν ἐλπίζει ἢν ἐπιδείξῃ ὡς οὐδὲν χείρων ἐστὶν τῶν τὰς ἵππους ἀναβαινόντων ὄνων. Αὕτη γάρ, ὦ ἑταῖρε, ϕιλοσοϕίας ἀρίστη κρίσις ἔοικεν εἶναι καὶ ἀπόδειξις ἀναντίλεκτος. Ὥστε καὶ τὸν υἱόν – ἔτι δέ μοι κομιδῇ νέος ἐστὶν – εὐξαίμην ἂν οὐ τὴν γνώμην οὐδὲ τὴν γλῶτταν ἀλλὰ τὸ αἰδοῖον ἕτοιμον ἐς ϕιλοσοϕίαν ἔχειν.

13. LYCINOS – Dioclès cependant s’exerce, dit-on, à faire briller son éloquence ; il se prépare, il compose une accusation et prétend réveiller la plainte en adultère ; mais il travaille contre lui-même, à l’exemple des mauvais avocats ; il a l’air de compter son adversaire parmi les hommes, en voulant lui intenter un pareil procès. De son côté, Bagoas a, comme on dit, d’autres choses en tête : il fait tout ce qu’il peut pour paraître un homme ; il a son affaire en main et il espère triompher en prouvant qu’il n’est pas inférieur aux ânes qui saillissent les juments. C’est là, en effet, mon ami, une excellente preuve d’aptitude philosophique, un argument irréfutable. Aussi je ne désirerais pas que mon fils, qui est encore jeune, eût la langue et le jugement propres à la philosophie ; je lui souhaiterais, pour cette étude, d’avoir des couilles.

26Face à un tel non-sens, le rire est la seule issue. Ainsi Lucien ramène-t-il la satire des philosophes à son essence, la philosophie ; il fait voir, à travers Bagoas, toutes les dérives que cause l’incompréhension initiale de ce que ce mot représente.

Lucien et l’hybridité de la satire

  • 16 Lucien, La Double Accusation, 33.

27Le traitement nouveau d’un thème éculé nous invite enfin à soupçonner que la succession brillante de genres et thèmes dans l’un des dialogues les plus courts de Lucien tient aussi du manifeste. Bagoas, si difficile à définir, est l’occasion pour Lucien de montrer que sa satire peut prendre tous les visages, et la fin du récit montre que l’auteur pourrait continuer l’histoire, car les protagonistes sont en train de préparer de nouveaux arguments. Lucien maîtrise les codes du théâtre aussi bien que ceux de l’épopée et de la rhétorique, et ne le laisse pas ignorer. Qui plus est, la satire est chez lui par essence un mélange qui permet d’envisager tous les aspects d’une question. Comme Bagoas, à la fois homme et femme, la satire de Lucien est un hybride, un être mêlé (μικτόν), à l’image du dialogue dans lequel elle se coule bien souvent. C’est ainsi que dans La Double Accusation, Dialogue se plaint que le Syrien (un des masques de Lucien) lui fait jouer un rôle comique qui n’est pas le sien et le force à s’accommoder d’une profusion de styles et de genres qui en font un monstre σύνθετoν, à l’image des hippocentaures16.

  • 17 Id., Les Fugitifs, 10.

28Bagoas aussi, dans la bouche de Dioclès, est σύνθετον, il est même σύνθετόν τε καὶ μικτόν, association rare dans le corpus lucianesque que l’on ne retrouve que dans Les Fugitifs, pour qualifier une nouvelle fois les hippocentaures17.

29Or la figure de l’hippocentaure revient souvent lorsque Lucien parle de ses propres œuvres et de sa pratique du dialogue. De là à faire de Bagoas une figure du mélange des genres constitutif du dialogue de Lucien, il n’y a qu’un pas, et la tentation est forte de le franchir.

Notes

1 La traduction françaises de LEunuque est celle d’Eugène Talbot, légèrement modifiée. Le texte grec reprend l’édition de la Loeb Classical Library.

2 Voir Lucien, Icaroménippe, Zeus Tragédien, Le Banquet ou les Lapithes.

3 Voir Lucien, Timon ou le Misanthrope, Les Ressuscités ou le Pêcheur, Le Songe ou le Coq.

4 Voir Maud Gleason, Mascarades masculines. Genre, corps et voix dans l’Antiquité gréco-romaine, traduit de l’anglais par Boehringer Sandra et Picard Nadine, Paris, EPEL, 2012.

5 M. Gleason, Mascarades masculines…, p. 241-249, voit suffisamment d’allusions à la vie de Favorinus dans l’Eunuque, renforcées par des parallèles dans le Démonax de Lucien, pour faire de Bagoas une parodie de Favorinus, Dioclès s’apparentant alors, s’il ne s’agit de Polémon à proprement parler, à un rhéteur physiognomoniste de sa sorte. Bagoas est aussi considéré comme un personnage inspiré de Favorinus par Bruno Sudan, « Favorinus d’Arles : corps ingrat, prodigieux destin », dans Langages et métaphores du corps dans le monde antique, dir. par J. Wilgaux et V. Dasen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 169-182. Ryan B. Samuels, « Favorinus and the Comic Adultery Plot », dans Athenian Comedy in the Roman Empire, éd. par C. W. Marshall, T. Hawkins, Oxford, Bloomsbury, 2015, p. 89-116, va dans le même sens, et fait le lien entre la rivalité des personnages de l’Eunuque et celle qui opposa Favorinus à Polémon.

6 M. Gleason, Mascarades masculines…, p. 150-154.

7 Voir à ce sujet Ernst Badian, « The Eunuch Bagoas. A Study in Method », in Classical Quarterly 8, 1958, p. 144-157.

8 Voir Lucien, Vie de Démonax, 12-13.

9 Voir Pierre Brulé, Les sens du poil (grec), Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 54-56.

10 Voir en particulier l’entretien 21 de Musonius Rufus, « Sur la taille des cheveux », in Deux prédicateurs de l’Antiquité : Télès et Musonius, traduit par André-Jean Festugière, Paris, Vrin, 1978, p. 126-127.

11 Athénée, Deipnosophistes, XV, 51-52.

12 Traduction de Jacques Bompaire.

13 Lucien, Assemblée des dieux, 4. (Traduction personnelle.)

14 Voir Térence, L’Eunuque.

15 Selon Philostrate, Favorinus avait été accusé d’adultère. Le châtiment des adultères revient dans une autre vie écrite par Lucien, Sur la mort de Pérégrinos, où le protagoniste, moins malin que Bagoas, n’est pas parvenu à y échapper. Dans Le Banquet ou les Lapithes, un cas d’adultère châtié par le mari permet au stoïcien Hétoimoclès de mettre en accusation la mauvaise conduite d’un de ses adversaires.

16 Lucien, La Double Accusation, 33.

17 Id., Les Fugitifs, 10.

Auteur

Est agrégée de lettres classiques et doctorante à l’université Paris-Sorbonne. Elle prépare actuellement une thèse intitulée « La construction des personnages de philosophes grecs dans la littérature grecque du Haut-Empire » sous la direction d’Alain Billault.

© Demopolis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search