Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Contester en Espagne 11. Un tournant historique en Esp...

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Troisième partie. De la crise sociale à la crise institutionnelle et politique

11. Un tournant historique en Espagne ? Nouvelles alternatives et renouveau de l’engagement citoyen

Alicia Fernández García

Texte intégral

Le futur a été créé pour être changé » (Paulo Coelho)

1La séquence historique qui s’est ouverte en2008 est sans précédent dans l’histoire de l’Espagne contemporaine à plus d’un titre : le pays a connu une récession économique majeure aux effets réels et durables sur la société, la jeunesse, les travailleurs peu qualifiés et les plus vulnérables. La hausse des inégalités, de la précarité et le développement des bas salaires donnent corps à un paysage social plus fragmenté, où les mondes qui séparent classes sociales populaires et aisées tendent à se différencier de plus en plus. Mais loin d’être atone et malgré le découragement, le désespoir et la peur de l’avenir qui touchent de nombreuses familles à travers la dégradation de leurs conditions de vies, la société espagnole s’est remise en mouvement, descendant massivement dans les rues pour exprimer son mécontentement et son indignation à l’égard des élites politiques, des banques et de l’austérité.

2Pour clore cet ouvrage collectif, nous dégagerons quelques pistes de réflexion sur les explications de la crise économique, sociale et politique qu’a traversée l’Espagne d’aujourd’hui. Mais loin du pessimisme qui se dégage si l’on s’intéresse à la situation sociale des classes moyennes et populaires, à leurs conditions de vie et de travail, nous tenons à souligner toutefois la vitalité des mouvements sociaux qui ont émergé au cours des dernières années, et leur contribution au changement social et à l’évolution des mentalités. Les crises multiples auxquelles le pays a dû faire face ont au moins eu pour effet positif de contribuer à une repolitisation de la société espagnole, en remettant des enjeux sociaux majeurs sur le devant de la scène publique et médiatique. La défense des droits fondamentaux au travail, au logement, à la santé et à l’éducation a engendré un renouveau de l’engagement citoyen. Il semble ainsi désormais que l’Espagne soit à un tournant de son histoire contemporaine, marqué par l’essor de nouvelles demandes citoyennes, qui déboucheront très certainement sur des alternatives et des pratiques politiques et sociales renouvelées.

Une crise aux origines et aux effets multiples

Un « miroir grossissant » des dérives politico-financières

3Dans cet ouvrage collectif, les auteurs ont mis en avant des diagnostics assez proches en ce qui concerne les principales causes du déclenchement de la crise économique. La responsabilité des élites politiques d’abord, largement coupables de l’endettement excessif des communautés autonomes par des investissements publics démesurés qui ont parfois engendré de véritables gouffres financiers. Les gouvernements successifs depuis les années1990 ont aussi très souvent fermé les yeux sur les pratiques douteuses (emprunts toxiques, clauses abusives de prêt, etc.) des établissements bancaires. Les intérêts de nombreuses élites politiques, membres des conseils d’administration des banques, des caisses d’épargne ou encore des principales multinationales espagnoles, ont évidemment renforcé le manque de contrôle et de transparence, tant dans l’utilisation des deniers publics, que dans les prêts consentis aux particuliers. Les échanges de faveur entre membres de l’élite politico-financière sont aussi directement mis en cause. Les conflits d’intérêts, la surfacturation des marchés publics et le financement illégal des partis politiques, sont autant de pratiques qui ont été mises en lumière et qui ont suscité l’indignation générale des citoyens.

4Une deuxième raison qui permet d’expliquer pourquoi l’impact social de la crise a été plus important en Espagne qu’ailleurs en Europe est liée aux limites du modèle économique espagnol et à ses déséquilibres structurels. En effet, les gouvernements successifs du PP et du PSOE ont plébiscité depuis les années1980 un modèle de croissance économique assez artificiel et peu viable à long terme, fondé principalement sur les secteurs du bâtiment et du tourisme. Les limites de ce modèle expliquent l’effondrement de la « bulle immobilière », l’explosion et le maintien d’un fort taux de chômage, de même que l’aggravation des inégalités. À cet égard, Elìes Furiò Blasco, Mathilde Alonso Pérez et Christel Birabent Camarasa ont bien exposé comment la persistance d’un fort taux de chômage en Espagne « n’est pas uniquement la conséquence de la crise économique », mais résulte plutôt de facteurs structurels : l’échec scolaire, la proportion importante de travailleurs au faible niveau de qualification, l’importance surdimensionnée du secteur du bâtiment, ou encore la dépendance très forte de l’économie à l’égard de la demande intérieure. Ces déséquilibres, connus de longue date, n’ont pas été corrigés par les différents gouvernements qui ont dirigé le pays au cours des deux dernières décennies. Les élites politiques espagnoles, de gauche comme de droite, se sont accommodées à l’idée que la forte croissance des années d’expansion (1993-2008) serait durable sur ces bases pourtant fragiles.

5Le fait que l’Espagne a été plus touchée que d’autres pays européens suite à la grave récession mondiale qui débuta en 2008, s’explique donc par une conjonction de facteurs : les nombreux risques inconsidérés pris par le secteur bancaire ; le fort endettement des familles et des entreprises ; la sous-qualification de nombreux travailleurs, peu à même de se reconvertir suite à la perte de leur emploi dans les secteurs du bâtiment et de l’hôtellerie/restauration notamment ; ou au contraire, la surqualification de nombreux jeunes dans des filières qui ont vu leurs perspectives d’avenir remises en cause par la crise. Parmi les jeunes Espagnols évoqués par Sylvie Koller qui s’organisèrent autour de Juventud Sin Futuro, de Democracia Real Ya et du mouvement des indignés à partir de 2011, on trouve certes de jeunes précaires peu qualifiés, mais aussi et surtout des diplômés universitaires, bien plus qualifiés que leurs parents, mais qui peinent à trouver une place sur un marché du travail peu fluide et dominé par le localisme et le régionalisme. Les perspectives d’embauche de toute une génération se sont progressivement assombries et le règne des enchufes (« pistons ») à travers l’utilisation des réseaux familiaux et amicaux, qui commençait à être remis en cause, a brusquement repris le dessus sur celui du mérite, compliquant l’accès des jeunes au marché du travail et poussant nombre d’entre eux à partir à l’étranger.

6L’Espagne a ainsi connu une longue phase de crise sociale pendant au moins cinq ans, si ce n’est plus, depuis 2008. Certains estiment même que la crise est loin d’être terminée, et que malgré la reprise de la croissance économique depuis 2014, ses effets sur la société seront beaucoup plus durables. Les politiques d’austérité, la diminution des dépenses publiques et les augmentations d’impôt, de même que « l’objectif prioritaire de diminution du déficit public » comme le soulignent Elìes Furiò Blasco et ses coauteurs, ont largement contribué à renforcer l’impact social de la crise. L’effet collatéral des dernières années est que les choix des gouvernements du PSOE et du PP ont largement été perçus par les citoyens comme faisant partie du problème plus que de la solution, entraînant une crise de légitimité sans précédent de ces partis dominants.

7Certes, avec le retour de la croissance, largement dû d’ailleurs à la baisse des taux d’intérêt et à la mise sur le marché de nombreuses liquidités par la Banque centrale européenne, le gouvernement conservateur soutient désormais avec force que les « efforts » des Espagnols et ses choix de politiques publiques commencent à porter leurs fruits. Le fait que le discours des institutions de la Troïka loue la politique du gouvernement espagnol, dont la priorité demeure la réduction des déficits publics, renforce la légitimité de ses choix politiques face à ses adversaires internes. L’entrée dans une phase de précampagne électorale en vue des législatives qui se tiendront à la fin de l’année 2015 laisse augurer que ce discours de la « récupération » constituera l’axe dominant de la campagne du parti conservateur. D’autant plus qu’il doit désormais faire face à l’émergence de nouvelles alternatives politiques. Il est très probable que Mariano Rajoy cherchera donc à agiter le chiffon rouge de « l’instabilité » et à s’octroyer les mérites du retour de la croissance pour tenter de convaincre les électeurs.

8Les conservateurs bénéficieront donc peut-être de l’effet des « cycles économiques », dans le sens où la crise, déjà très longue, ne peut pas durer éternellement. Mais pour les classes moyennes et populaires, ses effets sociaux se font encore largement sentir. L’Espagne d’aujourd’hui est plus inégalitaire que celle de2008 : si certains Espagnols vivent aussi bien en 2015, la plupart vivent moins bien. Une dualité très forte s’est installée sur le marché du travail, avec une minorité de travailleurs bénéficiant de bonnes conditions de travail et de contrats à durée indéterminée, et une majorité devant enchaîner les contrats à durée déterminée et les emplois précaires. Il est de même important de noter que la plupart des emplois créés depuis le renouveau de la croissance économique en 2014 sont des emplois précaires et peu qualifiés. Les employeurs utilisent désormais la réserve de travailleurs pour tirer les conditions de travail et les salaires vers le bas, ce qui touche d’abord les classes populaires et les salariés peu qualifiés.

9Autre conséquence de la crise, le travail au noir a aussi largement refait surface, permettant de limiter l’impact social de la crise en donnant des revenus d’appoint aux familles, mais obligeant aussi de nombreuses personnes à travailler sans cotisations retraites ni protection sociale. Le chômage reste très élevé et touche fortement les jeunes pour qui les perspectives d’avenir ne sont plus les mêmes. Elìes Furiò Blasco et ses coauteurs ont bien mis en avant le fait que la hausse des frais d’inscription à l’université décidée par le gouvernement conservateur illustre « une vision idéologique de l’éducation », qui risque de priver toute une génération de jeunes issus des classes populaires de l’accès à l’enseignement supérieur, les exposant d’autant plus au chômage sur le long terme et accroissant la fracture entre les classes sociales. La réforme du marché du travail de 2012 facilite les licenciements, même si les études économiques ont montré, selon eux, « qu’il n’existe en fait pas de relation causale directe entre les coûts de licenciement et le taux de chômage moyen ». La diminution de la capacité d’action collective des syndicats risque aussi de modifier durablement « le rapport de force entre les agents sociaux ». Certes, la situation peut évoluer dans les années à venir avec des changements possibles de majorité à l’échelon local ou au niveau national. Mais il sera impossible de compenser les souffrances passées, de rendre leur argent aux épargnants floués et leur appartement aux personnes expulsées durant la crise.

Une crise de légitimité des institutions

10Au-delà de la crise économique et sociale, l’Espagne d’aujourd’hui a aussi connu une crise de légitimité des élites et du système politique issu de la transition et de la constitution de 1978. En étudiant les manifestations républicaines, nous avons montré comment leur renouveau a été intimement lié au contexte des crises multiformes depuis2008. Cette situation nouvelle s’est traduite par une perte de confiance envers les élites et les principales institutions, ce qui « a amené un nombre croissant de citoyens à réévaluer de façon critique le “pacte” de la transition », désormais perçu comme le symbole d’une démocratisation inachevée. La récession économique a déclenché une crise du politique, remettant en cause les principaux piliers du compromis de la transition démocratique. Le système électoral majoritaire, la loi sur les partis, le manque de transparence de la vie politique, les échanges de faveurs et la circulation des élites politiques et financières entre les sphères publiques et privées, ou encore le manque d’indépendance de la justice, sont dénoncés par les citoyens comme autant de limites du système démocratique actuel. La persistance de certaines pratiques, comme l’ampleur de la corruption politique, tend à donner l’image d’un pays européen en retard, où le clientélisme règne encore en maître. Mais cette image ne constitue qu’un versant de la réalité : la révélation de nombreuses affaires est aussi justement liée à la démocratisation, au travail des juges et aux condamnations de plus en plus récurrentes de pratiques qui passaient inaperçues dans les années1980 et1990. D’autre part, les citoyens espagnols du xxie siècle sont devenus plus exigeants et plus critiques, ce qui débouche sur de nouvelles demandes sociales et sur un contrôle accru des pratiques politiques.

11Sur la forme de l’État, la résurgence du républicanisme n’a toutefois pas traduit un mouvement social massif d’opposition, car comme le rappelle Benoît Pellistrandi, la monarchie, certes « marquée par un héritage historique qui la fragilise », demeure perçue comme « une institution d’équilibre et d’incarnation ». Les manifestations lors de l’abdication de Juan Carlos Ier, marquées par leur caractère spontané et principalement « liées à l’effet de surprise et à l’euphorie du moment », illustrèrent « la défiance généralisée » et « la volonté de changement des citoyens » plutôt qu’un désir d’en finir avec la monarchie. En étudiant la mémoire historique républicaine, nous avons rappelé le faible soutien au républicanisme en Espagne, délégitimé par les expériences, très courte de la Première République, et plus controversée et traumatique de la Seconde République. Il est vrai que pour certains secteurs, notamment pour les descendants des républicains réprimés, exilés ou victimes de la guerre civile et du franquisme, la transition demeure le symbole d’un « pacte de l’oubli » qui n’a pas permis d’obtenir justice, vérité et réparation pour les crimes commis. De même, dans un contexte marqué par l’austérité et la radicalisation des revendications indépendantistes, la Seconde République, largement idéalisée, demeure un référentiel inconscient pour la gauche, associé au progrès social et à l’autonomie régionale. Mathieu Petithomme et Mercè Pujol s’accordent d’ailleurs à dire que le renouveau de l’indépendantisme tant au Pays basque qu’en Catalogne, est intimement lié à l’attitude dogmatique du gouvernement conservateur, qui refuse d’évoquer une réforme de la structure territoriale de l’État vers plus d’autonomie et de fédéralisme.

  • 1 Comme le note Benoît Pellistrandi, malgré que Juan Carlos Ier fût « éduqué par Franco dans l’Espagn (...)

12Benoît Pellistrandi a d’ailleurs suggéré, à juste titre, que la défiance que les Espagnols ont exprimée à de nombreuses reprises lors des manifestations républicaines, allait plus à l’encontre des responsables politiques et des élites financières que de la monarchie elle-même. Devant la peur de l’inconnu, les Espagnols demeurent majoritairement attachés à l’image rassurante de stabilité que transmet la monarchie1. La tourmente dans laquelle Juan Carlos Ier a plongé l’institution monarchique par ses frasques personnelles n’a donc pas débouché sur un mouvement massif favorable à un changement de régime : « à l’heure du bilan, l’actif, la transition démocratique, la capacité à accompagner la métamorphose de l’Espagne et à représenter le pays sur la scène internationale, l’emportait largement sur le passif constitué par les scandales de corruption ». Ce ne fut pas un hasard si les manifestations les plus importantes lors de l’abdication eurent lieu en Catalogne et au Pays basque, où les revendications républicaines se mêlent aux demandes d’indépendance. Mais il est vrai que le clivage à l’égard de la monarchie et de la figure de Juan Carlos Ier demeure avant tout générationnel. C’est ce défi, susciter l’enthousiasme, ou par défaut, au moins le respect des jeunes, pour qui la monarchie ne va plus forcément de soi, qui est au cœur de la nouvelle mission de Philippe VI, dont l’accession au trône incarne d’une certaine manière en elle-même une forme de renouvellement. En effet, suivant Benoît Pellistrandi, « la fragilité d’une monarchie tient moins à ses principes qu’à ses incarnations ». La résorption de la crise de légitimité de l’institution monarchique dépendra essentiellement de la capacité du nouveau roi à incarner une autorité neutre, exemplaire et rassembleuse.

La contribution des mouvements sociaux au changement

Une diversification des formes de contestation

  • 2 On peut citer la pétition de l’ILP pour un moratoire sur les expulsions à l’initiative de la PAH, m (...)

13En se mobilisant, en manifestant, en signant des pétitions2, en cherchant à entourer le Congrès des députés, en utilisant l’humour, la désobéissance civile (des médecins par exemple dans la défense de la santé universelle) ou des actions anticonventionnelles, les Espagnols ont fait advenir un renouveau de nombreuses pratiques de contestation. Contrairement aux années 1990 et 2000, les citoyens sont descendus massivement dans les rues depuis2008 lors d’actions collectives qui resteront dans l’histoire : quatre grèves générales contre l’austérité, le chômage et la précarité ont ainsi été organisées entre 2010 et 2012, du jamais vu depuis la transition ; des dizaines de milliers de jeunes ont protesté puis occupé la Puerta del Sol à Madrid le11 mai2011 ; plus d’un million de Catalans ont manifesté pour l’indépendance le 11 septembre 2012, puis plus de deux millions se sont mobilisés lors de la consultation symbolique sur le futur de la Catalogne le9 novembre 2014. Les Espagnols ont protesté contre la classe politique, la corruption, l’impunité des élites, le bipartisme, les banques, le néolibéralisme, contre les expulsions, la monarchie, les violences de genre et pour le droit à l’avortement. Des pratiques traditionnelles des mouvements sociaux sont ainsi revenues sur le devant de la scène : défilés massifs de manifestants ; signature de pétitions (comme lors de l’initiative législative populaire contre les expulsions à l’initiative de la PAH) ; sitting de protestation devant des gouvernements de communautés autonomes et le Congrès des députés ; ou encore, usages de sifflets et de casseroles par les militants indépendantistes catalans.

  • 3 Pierre Merckle, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, 2011, p. 87.
  • 4 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, [1995] 2012, p. 6.
  • 5 Patrick Champagne, Faire l’opinion, Paris, Éditions de Minuit, 1990.
  • 6 Sur les émotions en politique, Christophe Traini (dir.), Émotions… mobilisations, Paris, Presses de (...)
  • 7 Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky, La manifestation, Paris, Presses de Sciences-Po, 2013, p (...)
  • 8 Érik Neveu, « Médias, mouvements sociaux, espaces publics », Réseaux, vol. 17, n° 98, 1999, p. 17-8 (...)

14Les ressources informationnelles, notamment l’utilisation des réseaux sociaux et de l’internet, se sont imposées comme de nouvelles armes dans l’arsenal militant3. Karine Bergès estime en ce sens que « l’usage politique des nouvelles technologies » a participé au « renouvellement des répertoires d’action du féminisme contemporain ». Dans une « démocratie du public » pour reprendre l’expression de Bernard Manin, au sein de laquelle les médias jouent un rôle central, la « spectacularisation des actions militantes » a permis d’attirer l’attention des médias, comme ce fut par exemple le cas pour les initiatives et les « performances » des militantes féministes4. Patrick Champagne parle sur ce point de « manifestations de papier », dans le sens où les mouvements sociaux contemporains se jouent certes sur le terrain à travers la force du nombre de manifestants, mais aussi dans les interprétations que les médias donnent de ces mobilisations5. Le rôle des émotions, dans la dramatisation des actions de résistance aux expulsions locatives diffusées à la télévision, a permis à des acteurs faiblement dotés de ressources de toucher l’opinion publique6. Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky ont en effet démontré que l’immense majorité des manifestations n’obtient pas de couverture médiatique (2 à 5 %)7. Les événements routiniers n’intéressent pas les médias, de telle sorte que les mouvements sociaux doivent souvent avoir recours au spectaculaire pour attirer leur attention8.

15D’autres répertoires d’action, jusqu’alors peu utilisés en Espagne, se sont développés. Mercè Pujol a rappelé comment les indépendantistes catalans ont mis en place une chaîne humaine massive (la Via Catalana) le 11 septembre 2013 ou encore, ont formé un drapeau catalan humain gigantesque dans les rues de Barcelone en2014. Le phénomène des « marées » (verte, jaune, grenat, violette, etc.) a dévoilé la volonté de confluence de différents mouvements sociaux (étudiants et personnels de l’éducation, de la santé, fonctionnaires des communautés autonomes, féministes etc.), leur appropriation d’un code couleur et le transfert de certaines pratiques entre les groupes mobilisés. De plus, des pratiques artistiques de contestation ont illustré une repolitisation de la culture, du cinéma, le retour du « théâtre social » autour du Teatro del Barrio et d’Alberto San Juan à Madrid, ou encore le renouveau de la veine contestataire du flamenco (Flo 6x8). Les artistes ont souvent joué un rôle direct dans le mouvement social en s’associant à d’autres collectifs. Par exemple, Flo 6x8 et des membres de la PAH se sont associés aux étudiants de l’université Pablo de Olavide en2013 lors de la venue d’un représentant de la Banque Santander sur le campus, pour contester les profits démesurés de ses actionnaires et ses actions d’expulsion contre certains de ses épargnants. Cette action collective illustra bien la synthèse entre artistes, étudiants, jeunes précaires mobilisés et militants de la PAH pour dénoncer les pratiques d’une entité jugée comme responsable de la bulle immobilière, de la crise économique et de nombreuses expulsions locatives.

  • 9 Gustave Le Bon, La Psychologie des foules, Paris, Flammarion, 2003 [1895].

16Les féministes, comme les indignés et d’autres collectifs, ont de même utilisé les escraches, une pratique ancienne, longtemps tombée en désuétude. Pour Mathieu Petithomme, il s’agit de « manifestations devant une institution publique ou privée ou le domicile d’un particulier, qui visent à dénoncer par l’intimidation, les cris, les sifflets et les slogans, les agissements considérés comme honteux d’entités publiques ou de personnes privées ». Ces pratiques donnant lieu à des rassemblements populaires et à des intimidations existaient déjà au Moyen Âge sous la forme de ce que l’on appelait alors les « charivaris ». Le retour de ce répertoire d’action n’est pas anodin, dans le sens où il illustre une forme de rage et de colère populaire à l’égard de certaines déviances et de personnes jugées responsables de pratiques délictueuses ou honteuses. Ces réactions populaires peuvent mener à des dérives liées à cette « effervescence collective » évoquée par Gustave le Bon dans La psychologie des foules9. Les intimidations peuvent déboucher sur une violence physique réelle, des menaces que les personnes concernées n’hésitent pas à exagérer pour substituer au débat sur leurs pratiques un autre sur la violence « inacceptable » des manifestants. Elles peuvent conduire à incriminer une personne lors d’un jugement médiatique, sans respecter la présomption d’innocence. Mais les exemples des dernières années montrent que les personnes qui ont subi ces protestations d’indignation avaient souvent des faits lourds à se reprocher. Les escraches ont toujours eu lieu après la révélation par la presse ou les médias de pratiques frauduleuses ou répréhensibles. Le renouveau de ce type d’intimidation révèle donc surtout les frustrations populaires latentes, le retour d’une forme de refoulé, face à des injustices, à l’impunité et à des pratiques jugées non seulement comme honteuses, mais aussi comme intolérables et nocives pour la démocratie.

17De plus, les occupations, popularisées dans les années 2000 par le mouvement Okupas, sont devenues plus systématiques. Sylvie Koller a rappelé comment la forme du campement ouvert sur des places et des lieux publics, bien adaptée au tissu urbain, à la localisation et à l’ancrage territorial des luttes, a joué un rôle central dans la médiatisation du mouvement des indignés et la diffusion de ses revendications. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’essor d’une nouvelle formation comme Podemos doit beaucoup à l’adoption d’une structure organisationnelle décentralisée autour de « cercles » et d’« assemblées » locales ancrées dans un territoire et un quartier, qui donnent le sentiment aux citoyens d’agir concrètement dans un espace physique familier. Mathieu Petithomme a expliqué comment les occupations ont été utilisées de façon récurrente par les collectifs de la PAH afin d’occuper des sociétés bancaires, de porter atteinte à l’image de marque des banques, et de les forcer à ouvrir une négociation avec les particuliers pour éviter des expulsions et renégocier des prêts bancaires.

  • 10 Luz Sánchez-Melado, « Los indignados más furibundos », El País, 25 septembre 2013.
  • 11 Sur ce point, la récente loi sur la sécurité a d’ailleurs été votée par le gouvernement conservateu (...)
  • 12 La nouvelle loi introduit un changement de la doctrine de maintien de l’ordre : il s’agira désormai (...)
  • 13 Ce fut notamment le cas lors des manifestations étudiantes de 2013 ou de la tentative d’occupation (...)

18La Coordination25-S a de même appelé à « entourer le Congrès » le 25 septembre 2012, puis à « assiéger le Congrès » le 25 avril 2013, en estimant que les députés ne représentent pas les aspirations du peuple espagnol10. Autour de la Coordination25-S mais aussi d’autres organisations proches des milieux d’extrême gauche et anarchistes, notamment en Catalogne, la violence de rue a fait son retour. Certes, durant les années 1990, elle jouait déjà un rôle central pour certains mouvements sociaux, comme autour de la Kale borroka utilisée politiquement par le nationalisme basque radical pour monopoliser l’espace public et intimider ses adversaires. Mais les affrontements avec la police lors des actions d’interposition des citoyens pour éviter les expulsions, ou l’infiltration de radicaux violents lors des manifestations contre les banques et l’austérité, s’expliquent aussi par l’indignation générale de la société et la radicalisation d’une certaine frange de la jeunesse11. Ils traduisent une forte défiance vis-à-vis de la criminalisation et de la pénalisation croissante des mouvements sociaux par la récente loi sur la sécurité intérieure12. Le « moment manifestant » selon l’expression de Pierre Favre, a ainsi parfois contribué à délégitimer les pouvoirs publics, suite à l’usage disproportionné de la répression par les forces de l’ordre13.

La politisation de nouveaux enjeux

  • 14 Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky, La manifestation, Paris, Presses de Sciences-Po, 2013, p (...)
  • 15 Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2000, p. 35.

19Les mouvements sociaux espagnols ont également contribué à mettre de nouveaux enjeux au cœur de l’agenda politique. L’une des caractéristiques essentielles des manifestations de rue est liée à « la nature politique de la démonstration » : elles « doivent se traduire par ou déboucher sur l’expression de revendications de nature politique ou sociale14 ». « L’arène des conflits sociaux » qui se sont exprimés depuis 2008 a donc fonctionné, suivant l’expression d’Érik Neveu, « comme un espace d’appel au double sens d’expression d’une demande de réponse à un problème et, au sens judiciaire, de recours15 ». Par leurs slogans, leurs pancartes et leurs chants, transmis sur les réseaux sociaux, de même que filmés puis diffusés par les chaînes de télévision, les Espagnols, qui se sont mobilisés en masse depuis le début de la crise, ont donné une visibilité publique à des injustices et à des problèmes sociaux et politiques, en demandant des réponses et des solutions aux responsables publics.

  • 16 « Siete de cada diez españoles simpatizan con el movimiento 15-M », El Mundo, 20 septembre 2013.

20À travers une forme d’« insurrection morale », le mouvement des indignés a ainsi contribué à diffuser au sein de la société espagnole la demande d’instauration d’une démocratie plus participative et d’une moralisation de la vie publique. Il a dénoncé les limites de la personnalisation excessive du pouvoir, les comportements répréhensibles, les salaires et les avantages parfois démesurés des élites politiques. Sylvie Koller a bien noté que les principales revendications du mouvement sont de fait soutenues par une large majorité des Espagnols. Il en va ainsi de la volonté d’imposer le « caractère imprescriptible des délits de corruption », « l’interdiction des licenciements collectifs lorsqu’une entreprise réalise des bénéfices », « la restitution de l’argent public prêté aux banques et aux caisses d’épargne en difficulté », ou encore d’obtenir « la possibilité de solder un prêt hypothécaire en remettant son bien à l’organisme prêteur ». Cette sympathie montrée par l’ensemble des enquêtes d’opinion, de sept Espagnols sur dix, à l’égard des indignés et de leurs revendications, montre bien le rôle central qu’a joué le mouvement dans la politisation de nouveaux enjeux et la diffusion de leurs propositions de réformes et de changement au sein de la société16.

21La question de la corruption politique, qui n’est pas nouvelle en Espagne, tant ces pratiques étaient déjà courantes durant les années 1990, est désormais appréhendée différemment par la société, comme un fléau majeur à traiter. Auparavant, la corruption était perçue comme un phénomène résiduel, comme la résultante des conduites déviantes de certains individus. Elle est désormais associée à un « système » plus général, qui peine à combattre cette tare, ce qui amène à poser la question de réformes profondes, au-delà des cas individuels : nécessité de remédier au manque de transparence dans la gestion des fonds publics, mise en cause du cumul des mandats, de l’opacité du financement des partis, ou encore de l’impunité des élites qui tirent profit d’un système judiciaire qui manque d’indépendance. Même s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, les partis politiques et leurs acteurs commencent à prendre conscience que la corruption mine leur image, et détourne les électeurs des formations qui n’excluent pas les personnes soupçonnées de corruption ou qui présentent une attitude jugée trop reprochable. Tant à travers l’essor de nouveaux partis qui mettent clairement cet enjeu au centre de leurs préoccupations, que grâce à l’évolution progressive des pratiques des partis traditionnels, il est possible d’espérer que des mesures plus coercitives pour combattre ces dérives et que de nouvelles pratiques seront adoptées au cours de la prochaine décennie.

22D’autres enjeux ont aussi ressurgi grâce aux mouvements sociaux : la réforme du système électoral et de la loi sur les partis demandée par les indignés ; la réforme de l’État des autonomies voulue par les indépendantistes basques et catalans ; la dénonciation de l’austérité par les « marées » citoyennes, ou encore celle de la financiarisation de l’économie et des pratiques frauduleuses des banques par la mobilisation des petits épargnants, notamment autour du scandale des preferentes, ces placements à risque autour d’actifs toxiques vendus sans informations suffisantes qui ont causé la ruine de nombreux particuliers. Mathieu Petithomme a, de même, bien montré combien la PAH a contribué à dénoncer la loi hypothécaire espagnole, les clauses abusives dans les contrats de prêts immobiliers et le scandale des expulsions. Par ses actions d’interposition, ses plaintes et ses recours devant les tribunaux, ce collectif a fait pression sur les pouvoirs publics. Grâce à ses actions, les Espagnols ont pris conscience de la responsabilité des banques dans le déclenchement de la bulle immobilière. Si l’actuel gouvernement conservateur a décidé en mars 2015, avant tout pour des raisons électoralistes, de faire voter une future loi facilitant les renégociations entre les particuliers et les banques et instaurant une forme limitée de « donation pour paiement », c’est parce que l’enjeu du droit au logement politisé par la PAH depuis2008 fait désormais consensus dans la société. Il s’agit d’un exemple concret d’influence du mouvement social, tant sur des situations locales et personnelles que sur une réforme législative.

23Karine Bergès a aussi mis en avant le rôle majeur des femmes dans les mobilisations sociales du temps présent. Elles se sont mobilisées sur les questions de genre, notamment dans le cadre du « mouvement intergénérationnel et contestataire » contre le projet de réforme sur l’avortement de 2011, forçant le gouvernement à faire marche arrière. En première ligne du mouvement des indignés, s’insurgeant « contre le poids de l’ordre patriarcal, hétérosexiste et capitaliste », elles ont plus généralement dénoncé « la dégradation des conditions de vie des familles et des femmes, liée aux coupes budgétaires en matière de santé, d’aides sociales et de gel des salaires ». Comme le note Karine Bergès, « l’institutionnalisation du féminisme, sous les gouvernances socialistes », a certes « inscrit les politiques de genre à l’agenda politique ». Cependant, ce « féminisme de service, légitime et nécessaire, a eu pour effet de reléguer le féminisme autonome dans les interstices de la contestation minoritaire ». Depuis 2008, on peut observer une nouvelle phase marquée par un certain renouveau du féminisme contestataire, et par l’insertion croissante des revendications féministes au sein de luttes transversales et à l’avant-garde du mouvement social : Sylvie Koller a évoqué le rôle de la « marée violette » au sein du15-M ; Karine Bergès, celui des « féminismes alternatifs » de la « troisième vague féministe », mais aussi du cercle féministe au sein de Podemos ; Mercè Pujol, l’influence décisive de Muriel Casals et de Carme Forcadell, les présidentes respectives d’Òmnium Cultural et de l’Assemblée nationale catalane, sur le mouvement indépendantiste ; Mathieu Petithomme, le charisme d’Ada Colau dans la création de la Plateforme des affectés par l’hypothèque. Cette centralité des femmes dans les luttes, a non seulement permis d’inclure « les sujets des marges » et de politiser les questions sexuelles et du quotidien, mais aussi selon Karine Bergès, de « croiser systématiquement les propositions féministes avec la race, la classe, le genre et la sexualité ». Les enjeux féministes sont devenus plus transversaux, à travers de nombreuses déclinaisons et en pénétrant le corpus des revendications d’autres mouvements.

24Enfin, les actions collectives, nombreuses et plurielles qui ont émergé depuis 2008, ont contribué à questionner et à remettre en cause les discours dominants, en proposant de nouveaux récits et « cadres d’interprétation » pour expliquer le réel et l’histoire espagnole du temps présent. Les élites politiques, comme l’a bien montré le comportement de José Luís Rodríguez Zapatero, ont d’abord nié l’existence de la crise, pour ensuite minimiser son impact et ses effets. La repolitisation de la société espagnole est en ce sens intimement liée au manque d’empathie et à la déconnexion du réel de la classe politique. Les pensions de retraite généreuses des députés, les « parachutes dorés » des dirigeants de multinationale qui licencient sans état d’âme, les rémunérations démesurées des actionnaires de banques au bord de la faillite sont devenues intolérables pour les citoyens et le symbole même des limites du système politique issu de la transition et de l’ordre économique néolibéral. Face à des acteurs politiques dominants qui partageaient globalement le même discours, la même vénération du libre-échange et le même maniement de la langue de bois pour éviter toute réforme structurelle du système de 1978, du modèle économique espagnol et de leurs pratiques, les citoyens, par leurs mobilisations, ont joué le rôle de « lanceurs d’alerte », dénonçant les injustices et proposant de nouvelles alternatives. En attirant l’attention sur de nouveaux enjeux, en évoquant des causes, en dénonçant des responsables et en proposant des solutions, les mouvements sociaux ont redonné du sens à l’engagement, rompant avec le cercle vicieux de la lassitude et redonnant de l’espoir aux citoyens. La transformation du slogan « Oui, c’est possible » des indignés, en celui de Podemos « Bien sûr que oui nous pouvons », ou encore l’appellation même du nouveau parti « Citoyens », symbolisent bien cette volonté de remettre la citoyenneté et son engagement au cœur de l’action politique.

Activisme citoyen et nouvelles pratiques

25Le mouvement des indignés espagnols a eu un retentissement planétaire, illustrant la défiance d’une génération entière à l’égard des élites politiques et du système économique néolibéral. Toutefois, Sylvie Koller a bien montré comment, après quelques mois d’effervescence collective, le mouvement s’est peu à peu estompé face à l’« atomisation des groupes » et à la « tendance au ressassement de ses revendications ». Les dynamiques horizontales, le refus de porte-parole et de dirigeants et le choix de modes de fonctionnement fondés sur l’autogestion, les dynamiques consensuelles et la démocratie directe ont conduit le mouvement à l’« épuisement en discussions interminables » de même qu’à l’« empilement des propositions sans hiérarchie ». Mais au-delà de l’image d’une mise en sommeil du 15-M, les acteurs de ce mouvement se sont peu à peu investis « dans des collectifs citoyens, des plateformes, des comités de quartier et des expériences d’économie alternative », diffusant en fait de nouvelles pratiques citoyennes au sein d’arènes et de lieux publics distincts. Cette « contre-culture » de la protestation a débouché sur des initiatives telles que la création de jardins communautaires, de coopératives de troc, d’électricité, des centres sociaux alternatifs, des occupations d’immeubles abandonnés par des promoteurs immobiliers en faillite, ou encore des villages ruraux autogérés.

26En ce sens, l’« esprit citoyen et non-partisan d’origine du 15-M » a eu un impact plus global sur la société espagnole. Il explique par exemple l’essor du « municipalisme », à savoir de nouvelles plateformes citoyennes présentées dans le contexte des élections municipales (Ganemos Barcelona par exemple). Selon Sylvie Koller, en incitant ses sympathisants « à constituer des cercles sur une base locale, professionnelle ou thématique, de façon libre et autonome », Podemos a suscité un large engouement citoyen. Cette dynamique montre l’attachement d’une frange importante des citoyens à l’auto-organisation et à la territorialisation des luttes dans leur quartier et leur municipalité. L’activisme du mouvement des indignés, les nombreux mouvements sociaux qui sont descendus dans la rue depuis 2008, de même que Podemos dans leur sillage par la formulation d’une nouvelle plateforme politique, ont contribué à une repolitisation de la société espagnole par le bas.

27Les limites de la dynamique d’assemblée du mouvement des indignés, notamment les difficultés à prendre des décisions par consensus, à hiérarchiser les revendications et à définir une stratégie politique cohérente, ont logiquement débouché sur une volonté de transformer l’indignation sociale et citoyenne en de nouvelles alternatives politiques. Ainsi, selon Sylvie Koller, le nouveau parti Podemos « a emprunté au 15-M certaines règles de fonctionnement, comme un mode d’affiliation souple (sans cotisation exigée et des formes de cyberactivisme : délibérations et forums de participation sur l’internet ». Il s’inspire de même des propositions du mouvement sur la question du contrôle démocratique à travers « des primaires ouvertes pour désigner les candidats aux élections ou à certaines fonctions », « la possibilité de révoquer les élus », et « la limitation à 2000 euros des indemnités parlementaires ».

28Mais comme l’a souligné Mathieu Petithomme, Podemos est certes « une fédération d’assemblées locales autogérées, dont les décisions sont soumises à l’approbation des bases », mais aussi « un parti au leadership très marqué ». La centralisation du parti autour d’un noyau dirigeant issu des fondateurs, le manque de notoriété de nombreux candidats, qui a débouché sur une compétition assez inégale entre les différentes listes dans l’élection de son « conseil citoyen » et de son secrétaire général, sont autant d’exemples montrant les limites du processus de délégation de pouvoir. À ce jour, le fonctionnement interne de Podemos illustre cependant une tentative de créer une organisation partisane sur des bases nouvelles, alliant une centralisation et une autonomie du cercle dirigeant avec la décentralisation et l’autogestion des assemblées locales. D’une certaine manière, Podemos incarne une forme de « laboratoire politique », une expérience, à mi-chemin entre la verticale du pouvoir des partis traditionnels hiérarchisés et la mise en œuvre de nouvelles pratiques de démocratie participative directement issues du mouvement des indignés.

29De par la nécessité d’adopter une stratégie politique claire pour convaincre les électeurs et parvenir au succès électoral, de nombreux événements de l’actualité incitent à penser que la centralisation des décisions, des prises de parole et de la stratégie nationale du parti tend à se renforcer. Mais ce qui est important est le processus lui-même, et ce que feront les acteurs de cette organisation de cette expérience de « nouvelle politique ». À cet égard, les élections régionales andalouses, qui ont permis au parti d’obtenir quinze représentants au parlement régional, ont illustré tant l’accès à la fonction politique de nouvelles élites, que la défense de leur nouvelle autonomie politique : les conflits entre Teresa Rodriguez, eurodéputée et dirigeante du groupe parlementaire andalou, et la direction nationale sur la stratégie à adopter à l’égard du gouvernement régional du PSOE mettent ainsi à l’épreuve le principe d’autonomie des groupes locaux. L’élection de l’eurodéputé Pablo Echenique au parlement régional d’Aragon, une personnalité assez critique du manque de délégation de pouvoir de la direction, laisse augurer de futures négociations internes entre les acteurs du parti, afin de réellement appliquer les pratiques démocratiques revendiquées par Podemos. Sur ce point, Karine Bergès l’a de même souligné « à travers le grand nombre de féministes qu’il compte dans ses rangs » qui se regroupent dans le cercle Podemos Féminismes, dont une figure emblématique comme Beatriz Gimeno, le nouveau parti s’impose ainsi comme un « laboratoire expérimental » de la mise en œuvre transversale de l’égalité femmes-hommes. Au-delà des déclarations d’intention, ce sera ainsi la pratique politique des acteurs locaux et nationaux de Podemos, qui permettra de dire si de nouvelles pratiques de démocratie interne, participative et d’égalité s’imposeront.

  • 17 Au niveau local, cette tendance au dépassement du clivage gauche-droite et au recentrage sur des «  (...)

30D’autres tendances récentes, conséquences directes de l’activisme et de l’évolution des préférences des citoyens, indiquent des évolutions. Il en va ainsi pour le système de listes ouvertes, choisi par Podemos pour la désignation de ses candidats locaux, l’utilisation de votes électroniques, ou encore la publication des comptes de ce parti et de ceux d’UPyD sur internet. Une autre tendance intéressante est celle du choix de positionnements transversaux (au moins au niveau du discours), mis en avant par Podemos et le parti Citoyens. Ces deux nouvelles formations, qui incarnent la « nouvelle politique », refusent d’une certaine manière le clivage gauche-droite et tentent de se démarquer des étiquettes « gauche » et « droite ». Pour beaucoup de gens, ce clivage politique est perçu comme dépassé : un nombre croissant d’entre eux plébiscite le retour à des politiques concrètes, simples, soutenues de façon assez consensuelles, et aux effets immédiats en faveur du plus grand nombre17.

31Les mouvements sociaux les plus emblématiques des années de crise ont directement contribué à ce changement de paradigme et à ce recentrage sur l’humain. Sylvie Koller a par exemple montré le soutien quasiment consensuel (proche de90 %) de l’opinion publique espagnole aux principales revendications des indignés, à savoir « le caractère imprescriptible des délits de corruption, l’interdiction des licenciements collectifs lorsqu’une entreprise réalise des bénéfices, la restitution de l’argent public prêté aux banques et aux caisses d’épargne en difficulté, et la possibilité de solder un prêt hypothécaire en remettant son bien à l’organisme prêteur ». Selon Mathieu Petithomme, il est possible de dire la même chose au sujet du soutien des Espagnols aux demandes de la PAH : ils soutiennent très largement son idée, évoquée précédemment d’instaurer une donation pour paiement, mais aussi sa demande d’un moratoire sur les expulsions, et les idées de développer le logement social et de mieux contrôler les pratiques abusives et frauduleuses des banques.

  • 18 « Los jóvenes condenan a los partidos clásicos a un futuro precario », El País, 6 avril 2015.
  • 19 Jacques Ion, La fin des militants ?, Bellecombe-an-Bauges, Éditions de l’Atelier, 1997 ; voir de mê (...)

32Dans la mesure où les jeunes, les plus touchés par la crise et le chômage, ont été en première ligne des manifestations et des actions collectives, le « cycle protestataire » entamé depuis 2008 a débouché sur de fortes demandes en faveur d’un renouvellement idéologique mais aussi générationnel des organisations politiques18. Dans les mouvements protestataires, des confluences entre générations ont été observées par Sylvie Koller à propos du 15-M, par moi-même au sujet du mouvement républicain, ou encore par Karine Bergès dans le croisement de plusieurs générations de militantes féministes. L’activisme des jeunes dans le cadre de Juventud Sin Futuro, Democracia Real Ya, du 15-M, des mouvements étudiants, des mobilisations de la PAH ou des actions collectives lors de l’abdication de Juan Carlos Ier, permet de nuancer la thèse d’un déclin de l’engagement19. Les partis traditionnels connaissent un déclin du militantisme, mais une formation comme Podemos plaît aux jeunes et à de nombreux citoyens, et suscite un engouement militant. Certes, le militantisme est aujourd’hui plus diffus, moins stable dans le temps, plus réactif et spontané et intimement lié aux nouveaux moyens de diffusion de l’information que constituent les réseaux sociaux. Militer aujourd’hui ne veut plus vraiment dire la même chose que du temps des partis de masse. Mais l’exemple espagnol montre que lorsque le jeu en vaut la peine, les citoyens s’engagent, se mobilisent dans des collectifs formés sur de nouvelles bases et font valoir leurs droits sociaux et politiques.

33À ce jour, hormis le Parti populaire au pouvoir et CiU, l’ensemble des autres partis politiques ont renouvelé leurs dirigeants en faveur de responsables plus jeunes : Alberto Garzòn (29 ans) a remplacé Cayo Lara à la tête d’Izquierda Unida ; Pedro Sánchez (43 ans) a remporté la primaire socialiste de juillet2014 ; Oriol Junqueras (46 ans) est devenu le dirigeant d’ERC et chef de l’opposition en Catalogne ; Pablo Iglesias, le nouveau leader de Podemos, est âgé de 37 ans et Albert Rivera, celui de Citoyens, de 36 ans. Même s’il n’existe pas de lien direct entre l’âge et les politiques publiques soutenues, puisque par exemple, une frange importante de la jeunesse présente des attitudes tout à fait conservatrices, parfois même plus que leurs propres parents, force est toutefois de constater que la crise a débouché sur un renouvellement sans précédent des dirigeants politiques nationaux au profit d’une nouvelle génération de trentenaires et de quadragénaires. Il reste à savoir si ce mouvement, au-delà de son effet cosmétique, se poursuivra au niveau local et dans les structures de base des partis. Mais les évolutions récentes semblent aller dans le bon sens, celui de la volonté de changement et de renouvellement des citoyens, en faisant entrer une nouvelle génération, avec un autre vécu et potentiellement d’autres manières de voir les choses.

Nouvelles alternatives et recomposition du paysage politique

Un jeu électoral plus ouvert

  • 20 La notion de « parti de cartel » a été proposée en science politique par Peter Mair pour évoquer la (...)

34Enfin, les mouvements sociaux qui se sont développés depuis 2008 ont directement contribué à faire émerger de nouvelles alternatives électorales et déboucheront vraisemblablement sur une recomposition du paysage politique, notamment à travers un affaiblissement des partis dominants. Il est possible d’établir un parallèle entre « l’épuisement de la formule historique de 1876 » évoquée par Benoît Pellistrandi, et la crise institutionnelle et démocratique actuelle. En effet, la constitution de l’époque faisait du roi l’un des détenteurs de la souveraineté et avait mis en place un système bicaméral et bipartisan organisé autour de deux partis, l’un conservateur, l’autre libéral, toutefois unis sur la forme de l’État, qui alternaient au pouvoir sans véritable alternative, conduisant peu à peu à un « dérèglement du système des partis » qui se transforma en une sorte de « cartel politique » marqué par l’entente entre les deux partis oligarchiques20. Benoît Pellistrandi note d’ailleurs à propos du système politique du début du xxe siècle, que « l’écart » était « décidément trop manifeste entre une élite enfermée dans ses codes et ses symboles et un pays qui ployait sous les épreuves et les revers ». De nombreux points communs peuvent être mis en avant avec cette période que les historiens ont appelée la « crise de la Restauration ». Depuis 2008, la crise économique et sociale a durement touché les Espagnols. La constitution de 1978, la forme de l’État, le système politique et la légitimité des deux principaux partis ont été mis en cause. Les élites, enfermées dans leurs calculs politiciens et personnels et leurs vieux schémas, n’ont pas vu monter la défiance citoyenne et leur volonté de changement.

  • 21 « Cidudadanos, un parti centrista y liberal », El Mundo, 12 juin 2014.

35C’est ce contexte qui explique la sympathie retranscrite par les sondages et exprimée dans les urnes lors des municipales de 2015, à l’égard des nouvelles formations Podemos et Citoyens (devenu le principal parti de l’opposition en Catalogne suite aux régionales du 27 septembre2015). Mathieu Petithomme a bien illustré les raisons de la percée dans l’opinion du discours du nouveau parti de Pablo Iglesias depuis janvier2014 : un retour aux fondamentaux des « marqueurs » de la gauche (droits des travailleurs, droits à l’éducation, à la santé, au logement, etc.) ; un travail sur le contenu pour proposer un « contre-discours » opposé au discours conservateur et néolibéral dominant ; une mise en application des principes de la démocratie participative qui séduit les citoyens ; et une utilisation réfléchie des réseaux sociaux et des outils modernes de la communication politique. De même, Citoyens, fondé le 1er juin2006 et qui se présente comme « le parti de la citoyenneté », offre un profil à la fois proche de la droite sur les questions économiques (libéralisme et proximité au monde des affaires) mais proche de la gauche sur les valeurs (droit à l’avortement, mariage homosexuel). Il est centriste sur le soutien au fédéralisme européen. Il prône l’autonomie régionale mais refuse le « nationalisme obligatoire », adoptant une posture plus conservatrice sur la question identitaire, en décalage avec la majorité des Catalans, mais en phase avec l’électorat du parti conservateur dans le reste de l’Espagne. Initialement localisé en Catalogne, Citoyens s’appuie désormais sur un réseau d’environ 20300 militants, de même que sur 18 députés autonomiques, 116 conseillers municipaux et deux eurodéputés21. Comme Podemos, Citoyens cherche à dépasser le clivage gauche-droite, en acceptant seulement le qualificatif de « libéral ». Il occupe l’espace politique du centre laissé vacant par le PP, cause l’hémorragie d’UPyD, et dispute à Podemos le monopole de la « nouvelle politique ».

  • 22 Même parmi les sympathisants du parti conservateur, 44 % pensent la même chose. Cf. « Clima polític (...)
  • 23 « PP y socialistas repuntan ligeramente aunque el 77 % quiere que dejen de ser predominantes », El (...)
  • 24 Dans son ouvrage classique sur les systèmes de partis, Giovanni Sartori évoque ces notions de « cap (...)

36Pour Sylvie Koller, on assiste ainsi aujourd’hui à « une transformation de l’indignation sociale en un nouveau capital politique ». L’application de mesures d’austérité et de coupes budgétaires massives par les gouvernements socialiste et conservateur, sans véritables réformes du système politique et institutionnel ni des pratiques des acteurs politiques, donne l’impression à de nombreux Espagnols que le système ne peut pas être réformé de l’intérieur par les mêmes acteurs qu’hier.74 % des citoyens considèrent en effet que les mesures du gouvernement conservateur ont engendré plus d’inégalités22. Ils sont 81 % à ne pas croire au discours de la « récupération économique », et 63 % ne mettent pas l’amélioration récenteau crédit du gouvernement. À l’heure du triomphe des réseaux sociaux, les citoyens, mieux informés, ne croient plus aux artifices de la communication politique. C’est cette perception qui explique la crise de légitimité des deux grands partis, le PP et le PSOE, et le désir de voir émerger de nouvelles formations et de nouvelles élites. Il est tout à fait significatif que 77 % des citoyens ne veulent plus que le PP ou le PSOE décident seuls du futur du pays grâce à des majorités absolues23. Cela témoigne d’une forte volonté de changement et du désir que l’émergence de nouveaux partis et de leur « capacité de chantage » et « potentiel de coalition » oblige les partis traditionnels à évoluer24. Seuls26 % des citoyens souhaitent une « grande coalition » entre le PP et le PSOE, indication a contrario du soutien possible à un gouvernement qui serait soit de gauche ou de droite, mais s’appuierait surtout sur une coalition entre plusieurs acteurs.

De l’indignation citoyenne au changement politique

  • 25 Enrique Gil Calvo, La lucha política a la española. Tragicomedia de la crispación, Madrid, Taurus, (...)

37Pour comprendre et anticiper l’Espagne de demain, il faut certes tenir compte du sentiment d’indignation de nombreux citoyens. Mais il est encore trop tôt pour savoir si les Espagnols plébisciteront un changement radical du système à travers l’accession au pouvoir, au niveau régional ou national, de nouveaux partis tels que Citoyens ou Podemos. Il faut aussi tenir compte d’un certain conservatisme qui imprègne la société, tant dans les milieux catholiques que parmi les classes moyennes, qui pourrait rendre plus difficile pour Podemos ou Citoyens le fait de devenir de vrai partis de gouvernement et pas seulement des partenaires minoritaires de coalition. Le refus de l’extrémisme et du radicalisme est désormais largement ancré dans une société espagnole pacifique, qui demeure largement influencée par les valeurs démocratiques issues de la transition, du consensus et de la négociation. Sur ce point, c’est donc plutôt la confrontation politicienne stérile et les affrontements partisans sur fond de stratégies électorales lors des alternances entre le PP et le PSOE, cette « lutte politique à l’espagnole » évoquée par Enrique Gil Calvo, qui semble en déphasage avec le désir de compromis des Espagnols et le retour d’une « culture de la négociation25 ». Pour beaucoup de citoyens, cette volonté d’entente dans un but commun de modernisation politique et sociale, qui permit les principales réussites de la transition, a progressivement disparu au profit des considérations politiciennes.

  • 26 Sur ce point, voir les nombreux travaux de Juan Diez Nicolas, par exemple, « Opinión Pública y Polí (...)

38Les enquêtes sociologiques ont également bien montré que la société espagnole est de même moins critique à l’égard des étrangers, plus tolérante, ouverte et proeuropéenne que de nombreuses autres sociétés européennes26. Aussi évident soit-il, l’un des meilleurs indicateurs demeure toutefois que, contrairement à la Grèce et à l’Italie pour l’Europe du sud, mais aussi à la France, à la Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark et à d’autres pays européens, la crise, pourtant plus importante en Espagne qu’ailleurs, n’a pas débouché sur l’émergence d’un parti populiste, xénophobe et antieuropéen. Cette exception espagnole mérite respect, tant elle se situe à contre-courant du repli identitaire et du retour de valeurs réactionnaires qui touche la plupart des pays européens.

39Pour l’ensemble de ces raisons, le scénario le plus probable dans les années à venir ne semble donc pas celui d’un renversement complet de l’échiquier politique et institutionnel. Plutôt, à l’image des élections régionales andalouses, il est probable que l’Espagne connaisse une forme de rééquilibrage politique à travers l’entrée de nouveaux acteurs comme Podemos, Citoyens, mais aussi ERC qui pourrait s’imposer en Catalogne, entraînant un affaiblissement des deux partis dominants (PP et PSOE), et une crise ou une quasi-disparition de certaines options (UPyD, Izquierda Unida ou encore le PSC en Catalogne). Le paysage politique, à l’image de la société, deviendra certainement plus fragmenté, avec une forme d’instabilité à court terme, qui obligera à moyen terme les acteurs à coopérer, à trouver de nouvelles alliances et à s’adapter à la nouvelle donne. Il est difficile de prédire les évolutions futures, tant elles seront dépendantes de facteurs internes (taux de chômage, reprise économique etc.) et externes (contexte international, politique monétaire européenne, terrorisme, etc.).

  • 27 Ignacio Urquizu, « Un escenario más abierto », El País, 11 avril 2015.

40La très forte volatilité électorale observée dans les intentions de vote, qui évoluent chaque mois dans un sens ou dans un autre, montre que « le jeu est désormais plus ouvert », pour reprendre l’expression du journaliste Ignacio Urquizu27. Face à la concurrence de Podemos, le PSOE va devoir réorienter son discours plus à gauche. De même, face à l’émergence de Citoyens, au positionnement plus libéral et moins traditionnaliste sur les questions de société, le PP va devoir moderniser son discours et son image. L’ordre d’arrivée et la hiérarchisation des forces politiques par les électeurs joueront un rôle central, puisqu’en l’état, le système électoral majoritaire bénéficie au parti qui recueille le plus de votes et dans une moindre mesure à la seconde formation, tout en pénalisant largement les organisations qui terminent troisième ou quatrième. Mais ce qui est clair, c’est que l’Espagne est aujourd’hui « à un tournant ». Certes, pour les sceptiques, la période historique qui s’ouvre incarne peut-être une phase d’incertitude et d’instabilité, mais les optimistes verront dans la redistribution possible des cartes le symbole même de changements démocratiques possibles. Comme le disait Antonio Machado, le chemin se fait en marchant.

Notes

1 Comme le note Benoît Pellistrandi, malgré que Juan Carlos Ier fût « éduqué par Franco dans l’Espagne de Franco », ce qui apparaît pour l’opposition antifranquiste comme « une compromission avec le dictateur », le fait qu’il devint le « pilote du changement démocratique », et qu’il incarne la légitimité et la défense de la Constitution lors du coup d’État raté du 23 février 1981, contribua à asseoir sa légitimité auprès des Espagnols de la génération de la transition. Voir aussi Charles T. Powell, El piloto del cambio, op. cit., 1991. Sur l’importance historique du coup d’État de 1981, on peut se référer à l’essai historique primé, sous la forme d’un roman, de Javier Cercas, Anatomía de un instante, Madrid, Editorial Mondadori, 2009.

2 On peut citer la pétition de l’ILP pour un moratoire sur les expulsions à l’initiative de la PAH, mais aussi suite aux révélations d’El Mundo sur la « comptabilité B » du PP le 31 janvier 2013, la pétition lancée le 1er février sur le site internet change. org, demandant la démission de Mariano Rajoy, qui recueillit un million de signatures en une semaine seulement.

3 Pierre Merckle, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, 2011, p. 87.

4 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, [1995] 2012, p. 6.

5 Patrick Champagne, Faire l’opinion, Paris, Éditions de Minuit, 1990.

6 Sur les émotions en politique, Christophe Traini (dir.), Émotions… mobilisations, Paris, Presses de Sciences-Po, 2009. Voir aussi Dominique Wisler, « La couverture médiatique de l’action protestataire, étude à partir du cas suisse », Revue française de sociologie, n° 40, 1999, p. 121-138.

7 Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky, La manifestation, Paris, Presses de Sciences-Po, 2013, p. 145.

8 Érik Neveu, « Médias, mouvements sociaux, espaces publics », Réseaux, vol. 17, n° 98, 1999, p. 17-85.

9 Gustave Le Bon, La Psychologie des foules, Paris, Flammarion, 2003 [1895].

10 Luz Sánchez-Melado, « Los indignados más furibundos », El País, 25 septembre 2013.

11 Sur ce point, la récente loi sur la sécurité a d’ailleurs été votée par le gouvernement conservateur en réponse aux affrontements et aux arrestations massives qui eurent lieu en septembre 2012. Plutôt que de voir la radicalisation violente d’une partie de la jeunesse comme la conséquence directe de l’inaction des pouvoirs publics à l’égard d’une jeunesse condamnée au chômage de masse (un jeune sur deux est au chômage), le gouvernement a préféré « surveiller et punir » pour reprendre l’expression de Michel Foucault, cf. Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

12 La nouvelle loi introduit un changement de la doctrine de maintien de l’ordre : il s’agira désormais de « prévenir » les troubles à l’ordre public plutôt que de simplement les encadrer, de contrôler les personnes suspectées comme « déviantes », bref pour reprendre l’expression d’Éric Fassin, « d’institutionnaliser la surveillance ». Ceci implique des atteintes croissantes aux libertés individuelles, une pratique plus courante des arrestations de masse et du fichage policier, de même que des actions « préventives ». L’interdiction des manifestations républicaines lors de l’abdication de Juan Carlos Ier, symbolisèrent par exemple la primauté des considérations sécuritaires sur la liberté d’expression. Cf. Èric Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Le Seuil, 2011.

13 Ce fut notamment le cas lors des manifestations étudiantes de 2013 ou de la tentative d’occupation du Congrès des députés : la diffusion de la répression policière à la télévision a développé une certaine solidarité émotionnelle de nombreux Espagnols avec les protestataires. Cf. Pierre Favre, « Le moment manifestant », dans Pierre Favre (dir.), La manifestation, Paris, Presses de Sciences-Po, 1990, p. 20.

14 Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky, La manifestation, Paris, Presses de Sciences-Po, 2013, p. 17.

15 Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2000, p. 35.

16 « Siete de cada diez españoles simpatizan con el movimiento 15-M », El Mundo, 20 septembre 2013.

17 Au niveau local, cette tendance au dépassement du clivage gauche-droite et au recentrage sur des « coalitions de projet » a par exemple débouché sur le soutien inédit d’Izquierda Unida au PP en Estrémadure entre 2011 et 2015 (à travers son abstention pour faciliter le gouvernement du PP avec une majorité simple), une entente qui semblait d’autant plus improbable vu la distance idéologique qui sépare les partis, et le caractère quasiment impossible d’une telle alliance au niveau national. Mais le PP régional, sans majorité absolue, devait absolument trouver un partenaire, et a su convaincre IU en faisant des concessions programmatiques concrètes (maintenir l’impôt sur les successions notamment contrairement à la position du PP national), qui donna à la majorité régionale un programme globalement de droite mais teinté de certaines mesures de gauche. Cf. « Rajoy autoriza a Monago a mantener el impuesto de sucesiones para atraer a IU », [http//www.publico.es], 23 juin 2011, consulté le 8 avril 2015.

18 « Los jóvenes condenan a los partidos clásicos a un futuro precario », El País, 6 avril 2015.

19 Jacques Ion, La fin des militants ?, Bellecombe-an-Bauges, Éditions de l’Atelier, 1997 ; voir de même Olivier Fillieule, Le désengagement militant, Paris, Editions Belin, 2005.

20 La notion de « parti de cartel » a été proposée en science politique par Peter Mair pour évoquer la tendance des partis dominants dans les démocraties occidentales à dépendre de plus en plus des ressources de l’État (notamment du financement public), et à être de moins en moins ancrés dans la société (à travers un déclin du militantisme). La survie des grands partis serait donc de plus en plus liée à leur capacité à sauvegarder leurs positions de pouvoir au sein du système institutionnel et à maintenir des règles en leur faveur, plutôt que directement liée à leurs soutiens dans la société, qui tendent à décliner. Pour une discussion de cette théorie, voir l’ouvrage de référence en français, Yohann Aucante et Alexandre Déze (dir.), Les systèmes de partis dans les démocraties occidentales. Le modèle du parti cartel en question, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

21 « Cidudadanos, un parti centrista y liberal », El Mundo, 12 juin 2014.

22 Même parmi les sympathisants du parti conservateur, 44 % pensent la même chose. Cf. « Clima político en España », sondage Metroscopia pour El País, 10 avril 2015.

23 « PP y socialistas repuntan ligeramente aunque el 77 % quiere que dejen de ser predominantes », El País, 13 avril 2015.

24 Dans son ouvrage classique sur les systèmes de partis, Giovanni Sartori évoque ces notions de « capacité de chantage » et de « potentiel de coalition » afin de caractériser le rôle important que peuvent jouer des organisations politiques certes mineures, mais qui dans un système fragmenté, ont un rôle central dans la formation des coalitions gouvernementales, ce qui leur permet d’exercer une influence, soit sur la stratégie et le programme des autres partis, soit sur les politiques publiques adoptées par un gouvernement. Cf. Giovanni Sartori, Partis et systèmes de partis. Un cadre d’analyse, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2011 [1976].

25 Enrique Gil Calvo, La lucha política a la española. Tragicomedia de la crispación, Madrid, Taurus, 2007.

26 Sur ce point, voir les nombreux travaux de Juan Diez Nicolas, par exemple, « Opinión Pública y Políticas de Inmigración », dans Ricard Zapata-Barrero (dir.), Políticas y Gobernabilidad de la Inmigración en España, Ariel, Barcelona, 2009, p. 110-126.

27 Ignacio Urquizu, « Un escenario más abierto », El País, 11 avril 2015.

Auteur

Professeure certifiée d’espagnol, doctorante à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et ATER en civilisation hispanique à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search