Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Contester en Espagne 10. La crise de la représentation...

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Troisième partie. De la crise sociale à la crise institutionnelle et politique

10. La crise de la représentation et l’ascension de Podemos : L’émancipation citoyenne « au cœur » de l’échiquier politique ?

Mathieu Petithomme

Texte intégral

« Les démocraties contemporaines sont issues d’une forme de gouvernement que ses fondateurs opposaient à la démocratie ».
(Bernard Manin)

  • 1 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, [1995] 2012, p. 6.

1Dans son ouvrage classique, Bernard Manin rappelle que l’usage nomme « démocraties représentatives », par opposition à la démocratie directe, les régimes démocratiques actuels qui trouvent leurs origines dans les trois révolutions modernes (anglaise, américaine et française), alors même que « ces institutions n’ont nullement été perçues, à leurs débuts, comme une variété de la démocratie ou une forme de gouvernement par le peuple1 ». De nombreuses démocraties font aujourd’hui face à une « crise de la représentation », dans le sens où les gouvernants, à l’heure de la mondialisation et de la conditionnalité européenne, tiennent rarement leurs promesses électorales, voire même gouvernent en reniant complètement leurs engagements. Les citoyens ordinaires s’en trouvent d’autant plus frustrés qu’ils ont le sentiment que le principe de l’élection, fondement même de la démocratie, devient alors vide de sens. L’Espagne ne fait pas exception à cette tendance. Elle a vu émerger, en réponse, un mouvement citoyen fondé en janvier 2014, Podemos (« Nous pouvons »), qui a fait une entrée fracassante sur la scène politique lors des élections européennes du25 mai2014.

  • 2 Sondage El Mundo/Sigma Dos, 31 août 2014.
  • 3 Sondage La Razón/NC Report, 1er septembre 2014.
  • 4 Sondage El País/Metroscopia, 2 novembre 2014.

2En attirant les voix de plus de 1,2 million d’électeurs, il a obtenu 7,97 % des suffrages exprimés et envoyé cinq eurodéputés au parlement de Strasbourg. Depuis lors, l’« effet » Podemos recompose jour après jour le débat politique espagnol et fait pressentir des mutations plus profondes qui pourraient avoir lieu lors des prochaines élections législatives de décembre 2015, sur fond d’une crise économique grave et durable (le taux de chômage est toujours de 23,2 % en avril 2015 et touche 4,5 millions de personnes), de scandales récurrents de corruption (affaire Bárcenas, cas Gürtel pour le PP, scandale des ERE pour le PSOE etc.) et du discrédit de la classe politique. Les sondages d’opinion ne cessent de montrer que « la mayonnaise semble prendre » suivant l’expression d’Iñigo Errejón, secrétaire politique du mouvement, le situant au moins en troisième position. En août 2014, El Mundo plaçait Podemos à 21,2 % des intentions de vote, sur les talons du PSOE pronostiqué à 22,3 % des suffrages2. Le sondage le plus pessimiste pour la nouvelle force politique, celui du journal très conservateur La Razón, le plaçait à 15 % en septembre 2014, soit le double de son résultat des européennes, derrière le PSOE (23,4 %) et le PP en tête (33,9 %)3. Mais en novembre 2014, le plus optimiste le plaçait désormais en première position avec 27,7 % des intentions de vote, contre 26,2 % pour le PSOE et 20,7 % pour le PP4.

  • 5 L’« abstention différentielle » est un phénomène bien connu en sociologie électorale, qui implique (...)
  • 6 Barómetro La Sexta, 7 décembre 2014.
  • 7 Pablo Manuel Iglesias Turrión est né le 17 octobre 1978 dans le quartier populaire de Vallecas à Ma (...)

3Même s’il faut prendre ces enquêtes avec précaution en raison de « l’abstention différentielle » des électeurs du PP et des appels certains du PSOE au « vote utile » qui pourront remobiliser leurs sympathisants le moment venu, la percée de Podemos dans l’opinion n’en est pas moins spectaculaire5. Ainsi, 60 % des Espagnols, pour qui le chômage, la corruption et la situation économique constituent les trois enjeux principaux, considèrent « les propositions de Pablo Iglesias comme positives6 ». Sa montée en puissance s’effectue d’abord au détriment d’Izquierda Unida (« Gauche unie », IU), la coalition dominée par le Parti communiste d’Espagne, représentant traditionnel de la gauche alternative, qui après avoir progressé depuis 2008 en se faisant le porte-parole de l’opposition à l’austérité et obtenu 9,9 % des voix et six eurodéputés en mai 2014, n’attire plus que 3,8 % des intentions de vote. Mais Podemos cherche surtout à disputer le statut de principal parti de l’opposition au PSOE : 49 % des sympathisants socialistes considèrent d’ailleurs que Podemos peut dominer la gauche. Dans un contexte où 92 % des Espagnols pensent que le pays n’est pas sorti de la crise et où 70 % évaluent négativement l’action du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, le mouvement s’est constitué en parti politique lors de son « assemblée citoyenne » de Madrid en octobre 2014, et cherche désormais à occuper « la centralité de l’échiquier politique » en « replaçant l’émancipation citoyenne au cœur du débat » suivant Pablo Iglesias, son dirigeant et habile communicant7.

  • 8 En effet, le PSOE (35,4 %) et le PP (26,7 %) attirent de moins en moins d’électeurs. À l’inverse, l (...)

4Lors des élections régionales de mars 2015 en Andalousie, Podemos a obtenu 590011 voix, soit 14,8 % des suffrages exprimés, lui permettant d’envoyer quinze députés au parlement régional. Le parti a donc confirmé son statut de troisième force politique, devenant un « outsider » potentiellement déterminant dans la formation d’une majorité. Mais son résultat fut aussi plus faible qu’espéré par sa direction nationale, face au maintien du PSOE (1,4 million de voix, 35,4 % et 47 sièges) dans l’un des « bastions » historiques du socialisme espagnol. Pour Podemos, ce scrutin illustra toutefois la transformation de l’essai des européennes et la pénétration du parti dans les institutions. Il confirma aussi une évolution locale qui pourrait être prémonitoire de mutations futures plus larges au niveau national, à travers la fragmentation croissante du paysage électoral, de même que le déclin des deux partis dominants traditionnels8.

  • 9 Jacobo Rivero, Conversación con Pablo Iglesias. Podemos, de la calle a Bruselas (3e ed.), Madrid, E (...)

5En alliant des critiques radicales à l’égard du « système » et de « la caste PPSOE », tout en adoptant un « programme économique pour les gens » teinté de références sociales-démocrates et en se disant disposé à des alliances, Podemos cherche à incarner le changement et une alternative de gouvernement en jouant le même rôle que le PSOE durant la transition démocratique9. Quels sont les ressorts de cette nouvelle mobilisation politique ? En s’appuyant sur une enquête de terrain menée au sein de deux « cercles » du parti en février 2015, au cœur historique de Podemos dans son local du quartier populaire de Lavapiés et dans le cercle du quartier plus huppé de Salamanca à Madrid, ce chapitre explique les raisons de l’ascension fulgurante du nouveau parti. Il revient d’abord sur le contexte de crise de la représentation en Espagne et sur la structure d’opportunité politique favorable à l’émergence d’une formation qui entend fournir un débouché politique aux mouvements sociaux des indignés. La seconde partie étudie la structuration organisationnelle de Podemos, à partir des militants historiques de Lavapiés et d’Izquierda Anticapitalista (« Gauche anticapitaliste », IA), en s’appuyant sur une fédération d’assemblées et de collectifs autonomes et en utilisant largement les nouvelles technologies et les réseaux sociaux. La troisième partie revient enfin sur le leadership, le discours politique et la stratégie de compétition de Podemos, avant d’évoquer pour conclure, les effets que son éclosion pourrait potentiellement engendrer sur le système partisan espagnol.

Austérité et corruption : toiles de fond de la crise de la représentation politique

Le discrédit du « système PPSOE »

  • 10 Fondation Foessa (liée à l’association chrétienne Caritas), VII Informe sobre exclusión y desarroll (...)

6La crise de la représentation entraîne une rupture politique et économique profonde des élites des partis dominants avec les aspirations citoyennes : responsables de la spéculation bancaire et immobilière des années du « boom » (1993-2007), dotés d’appareils corrompus et ayant tour à tour soutenu les politiques d’austérité, le PSOE de 2008 à 2011 puis le PP depuis lors, feraient partie du problème et non de la solution. Il est vrai que l’exaspération des jeunes et des classes populaires est à son comble face à la persistance d’un chômage de masse, à la succession des expulsions locatives, à l’appauvrissement de larges secteurs de la société et à la hausse des inégalités qui fait désormais de l’Espagne le pays le plus inégalitaire d’Europe devant la Grèce. Face à cette dégradation de la situation sociale perçue par tous, puisqu’une famille sur deux a été touchée par le chômage depuis 2008 et que 1,7 million de familles survivent avec l’ensemble de leurs membres sans emploi, le gouvernement et le PP se réjouissent du « retour de la croissance » et de la « sortie de crise », en déphasage complet avec le ressenti des citoyens ordinaires10.

  • 11 Sur la théorie de la cartelisation et ses critiques, cf. Peter Mair, « Changing models of party org (...)

7Éclaboussés par les scandales de fausses factures, de dépenses excessives des députés, de détournement de fonds, d’évasion fiscale et de marchés publics surfacturés par des élites locales à des grandes entreprises du bâtiment, qui sont révélés quotidiennement par la presse, les membres des deux grands partis sont plus que jamais perçus comme une oligarchie, un « cartel » de personnalités qui partagent les mêmes intérêts au maintien du système politique actuel et de ce qu’un nombre croissant de citoyens perçoit comme des « privilèges » indus11. Les Espagnols sont frustrés de l’alternance figée au pouvoir, jugée inefficace, entre le PP et le PSOE. Cette structure d’opportunité politique, labellisée par Podemos comme le « PPSOE » (qui rappelle le « UMPS » du FN en France), caractérisée par le discrédit des deux grands partis traditionnels, du bipartisme et du « système » qu’ils ont mis en place lors de la transition, notamment le système électoral, la désignation des candidats par listes fermées, et la politisation de la justice et des grandes entreprises au sein desquelles l’État possède des parts, entre en résonance avec les aspirations des citoyens au changement.

  • 12 Pour l’élection des 350 membres du Congrès des députés tous les quatre ans, chacune des 52 circonsc (...)
  • 13 Sur le débat sur la « seconde transition », cf. notamment Sebastian Balfour et Alejandro Quiroga, E (...)
  • 14 Frédéric Verbeke, « En Espagne, le bipartisme rend les élections moins démocratiques », EiTB, 11 se (...)

8Imprégné de l’intérêt commun des deux groupes dominants, les élites de « l’ancien régime » franquiste qui se recyclèrent dans les rangs de l’Union du centre démocratique (UCD) d’Adolfo Suarez puis du Parti populaire à partir de 1986, et les « nouveaux démocrates » incarnés par le PSOE de Felipe González et d’Alfonso Guerra, le « pacte de la transition » explique le choix en1978 d’instaurer un système électoral proportionnel en théorie mais majoritaire dans les faits et surtout très inégalitaire, qui favorise structurellement les grands partis au détriment des plus petites formations12. Face à ce qui est perçu comme un frein au changement, de nombreux intellectuels et membres de la société civile demandent désormais une « seconde transition » à travers une réforme de la constitution et de la loi électorale de 1978, que ni le PP ni le PSOE ne sont prêts à soutenir puisque cela remettrait en cause leur hégémonie13. Le « système » semble d’autant plus bloqué qu’une réforme requiert une majorité des trois cinquièmes tant au Congrès des députés qu’au Sénat, disposition qui rend quasiment imprescriptible un accord entre le PP et le PSOE14.

9Mais les citoyens ne sont pas dupes. Ils savent aussi que l’indépendance assez partielle de la justice explique que peu de responsables politiques soient condamnés malgré le nombre très élevé de mises en examen : ce sont en effet les partis dominants qui nomment les vingt et un membres du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) et ceux du Tribunal constitutionnel, ce qui explique les interférences constantes de la classe politique dans les affaires judiciaires. Les mairies et les exécutifs des communautés autonomes peuvent aussi nommer un tiers (2087 sur6000) des conseillers généraux des quarante-sept caisses d’épargne nationales, ce qui favorise les échanges de faveur et l’enrichissement illicite des dirigeants, alors même que de nombreuses entités financières expulsent des particuliers de leur logement en se fondant sur une loi hypothécaire très défavorable aux acheteurs. Mais des partis en situation dominante cherchent rarement à transformer un système qui leur a permis de maintenir leur hégémonie.

  • 15 Sur la notion de « parti électoral professionnel », cf. Angelo Panebianco, Political parties. Organ (...)

10Bien loin du « populisme », de la « démagogie » ou d’une posture « d’extrême gauche », autant de catégories auxquelles ses adversaires veulent réduire le mouvement, c’est l’offre politique renouvelée de Podemos qui séduit les électeurs. Le parti se dirige très clairement aux citoyens d’en bas, aux victimes de la crise et de l’injustice sociale en activant le clivage contre les responsables de la crise politico-économique du pays, le PP, le PSOE, les banques et les puissants qui se sont enrichis depuis2008 sans répondre au désarroi de la jeunesse et des classes moyennes et populaires. Depuis trente ans, le PSOE s’est appuyé sur un système politique favorisant structurellement le bipartisme : s’étant embourgeoisé, il s’est coupé des classes populaires, s’est converti en un parti « électoral professionnel » sachant mieux faire campagne et user de la communication politique que gouverner pour les générations futures, tout en devenant très « libéral » sur le plan économique et en perdant de vue tout objectif d’émancipation sociale15.

11La formule de base qui permet à Podemos de percer dans l’opinion est en fait assez simple mais très puissante. Elle se fonde sur une repolitisation des thèmes traditionnels de la gauche délaissés par le PSOE : demande d’égalité hommes-femmes, dénonciation des salaires indécents des élites politiques et financières, de la hausse des inégalités, du scandale des expulsions, du coût croissant des études ne permettant pas aux classes populaires d’accéder à l’université, de la privatisation des hôpitaux, etc. L’austérité, la corruption politique, la hausse des inégalités et surtout l’incapacité des élites politiques traditionnelles à formuler un discours crédible proposant des solutions alternatives à ces problèmes qui touchent l’ensemble de la société, expliquent la forte réceptivité des citoyens à l’égard du discours de Podemos, qui incarne une nouvelle offre politique et une organisation ex novo, créée de toutes pièces et sans liens symboliques avec le passé, les vieilles idéologies et les anciens appareils partisans.

Transformer l’indignation citoyenne en une nouvelle alternative politique

  • 16 Pablo Iglesias Turrión et Juan Carlos Monedero, ¡Que no nos representan ! : El debate sobre el sist (...)

12Podemos a été officiellement créé le 17 janvier 2014 pour donner un débouché politique aux revendications des « indignés » qui ont occupé la Puerta del Sol à Madrid le 15 mai 2011. Pablo Iglesias, Juan Carlos Monedero et les autres fondateurs du mouvement issus du département de sciences politiques de l’université Complutense, conçoivent leur doctrine politique comme une réponse à l’indignation populaire et au slogan « Ils ne nous représentent pas16 ! ». Dans une tribune publiée par El País, Juan Carlos Monedero et Jesús Montero, membre du groupe de travail chargé de l’organisation, établissent avec ironie le constat qui justifie selon eux la création de Podemos :

  • 17 Juan Carlos Monedero et Jesús Montero, « Claro que Podemos », tribune dans le quotidien El País, 17 (...)

L’Espagne ressemble aujourd’hui à un reality show où les participants ont laissé leur carte de citoyens à l’entrée de l’enceinte. Un million de jeunes ont choisi l’émigration, presque 400 expulsions quotidiennes, près de 6 millions de chômeurs, un Espagnol sur quatre en risque d’exclusion sociale, des coupes budgétaires dans les secteurs de la santé et de l’éducation, la fermeture de l’université aux secteurs appauvris de la société, et le président du patronat madrilène qui utilise sa “carte B” de Caja Madrid pour multiplier illégalement ses notes de frais payées par le contribuable, tout en durcissant la loi sur les manifestations et en augmentant les frais de santé à la charge des patients. […] Le vote pour Podemos est le résultat de l’indignation sociale des places, des revendications des marées et des marches contre “l’État réel de la nation”, mais aussi du désir de changement afin de récupérer la démocratie espagnole démoralisée et discréditée. Il faut reconstruire l’espoir perdu en la politique, qui a été trop longtemps abandonné et déléguée aux élites. À travers un processus populaire participatif, Podemos vise à moraliser la vie publique, démocratiser le pouvoir et retrouver le bonheur17.

  • 18 Miguel Urbán, cité dans Patricia Ortega Dolz, « Las cuatro esquinas de Podemos », El País, 12 novem (...)

13Miguel Urbán, ancienne tête de liste d’Izquierda Anticapitalista lors des élections de 2011, reconnaît lui-même qu’il fallait « rompre avec les partis politiques traditionnels et incarner un discours non pas idéologisant, mais concret, qui parle aux gens18 ». Podemos se fonde ainsi sur cette volonté de proposer un débouché politique aux revendications sociales exprimées par les indignés. Le nom du parti, Podemos (« Nous pouvons »), proposé par Miguel Urbán lors du retour d’un diner en voiture dans la banlieue de Rivas avec Pablo Iglesias et l’écrivain Jorge Moruno, entend d’ailleurs aller au-delà du slogan « Sí se puede » (« Si c’est possible ») des manifestations des indignés. Ces origines « mouvementistes » de Podemos, ancré dans les luttes sociales des dernières années, sont bien évoquées par Pablo Ortega, étudiant en communication de vingt-quatre ans, activiste de Juventud Sin Futuro et désormais militant de Podemos :

  • 19 Entretien avec Pablo Ortega, Lavapiés, 27 février 2015.

Podemos est né de la conscience de la fin d’un cycle au sein du mouvement des indignés. Même si nous étions et nous restons profondément défiants à l’égard des partis, le mouvement a connu un reflux depuis un an. Nous avons touché un “plafond de verre”. Les assemblées ont débouché sur de nombreuses initiatives locales dans les quartiers : des associations culturelles, artistiques, des collectifs de défense des sans-papiers, des groupes qui se sont organisés contre l’austérité ou la loi contre le droit de manifester. Mais au niveau national, rien n’a changé. Le PP est toujours au pouvoir et la classe politique est toujours corrompue. C’est ce constat qui explique que malgré leur opposition aux partis, les indignés ont massivement investi Podemos qui propose un discours de changement social et redonne du sens à l’action politique19.

  • 20 Juan Carlos Monedero, cité dans « ¿Hacia dónde camina Podemos ? », El Mundo, 15 septembre 2014, p.  (...)

14Cette volonté d’entrer dans l’arène politique pour répondre aux luttes sociales qui se sont succédé depuis2008 est évoquée par Juan Carlos Monedero : « Nous avons formé Podemos pour que dans quelques années, si quelqu’un nous demande “Et toi qu’est-ce que tu as fait ?”, nous puissions lui répondre : « Nous avons fait revenir la politique aux gens, et nous avons rendu possible l’espoir en politique20. » Il s’agirait selon Pablo Iglesias, de « transformer la majorité sociale en une nouvelle majorité politique ». Dépasser l’apathie, la résignation passive des citoyens en incitant à l’engagement par une « pédagogie participative » est l’un des objectifs de Podemos.

  • 21 Entretien avec Luis Portela, quartier Salamanca, 26 février 2015.
  • 22 Entretien avec Clara, quartier Salamanca, 26 février 2015.

15Le parti contribue à la repolitisation de secteurs de la société qui s’étaient largement éloignés de la politique, notamment les jeunes, les précaires et les abstentionnistes. « Nous naviguons et nous construisons le parti en même temps » déclare Luis Portela, un avocat, lors de l’assemblée du jeudi du quartier huppé de Salamanca, qui réunissait ce jour-là une cinquantaine de personnes21. En discutant avec les membres de l’assemblée, je me suis rendu compte que seuls quelques-uns étaient directement issus du mouvement des indignés. La plupart avaient été des « indignés par télévision interposée » comme me dit Clara, une infirmière de quarante ans de l’hôpital La Paz22. Lors de rencontres hebdomadaires au sein de locaux prêtés ou loués, se forment des groupes de travail et des commissions (« municipale », « extension », « finance », etc.), formées par des citoyens issus de professions diverses et d’âges très disparates, allant de dix-neuf à soixante-cinq ans en ce qui concerne mon enquête. J’ai rencontré des personnes issues des milieux aisés et des classes moyennes (professeurs d’université, journalistes, avocats, mais aussi des employés de banque et de la communauté de Madrid, un instituteur et quelques commerçants) dans le quartier de Salamanca, et des citoyens plus majoritairement issus des classes moyennes et populaires dans le quartier de Lavapiés (travailleurs sociaux, artistes, étudiants et chômeurs notamment).

16Le point commun entre ces individus issus de milieux sociaux très divers est leur volonté de changement et leur indignation face à la corruption politique et la hausse des inégalités. Favorable à la séparation de l’Église et de l’État mais surtout pragmatique, Podemos se réapproprie des pratiques issues de la charité chrétienne : au sein des cercles de Salamanca et de Lavapiés, chaque assemblée se termine par une « quête » dans des boîtes en plastique surnommées « balais », en référence au soutien financier au mouvement permettant de « balayer la classe politique » en place. La carte de Madrid du local de Lavapiés, collée au mur derrière un vieux tableau, est une métaphore du débordement : les membres collaient initialement des petites pastilles de couleur pour situer chaque nouveau « cercle », mais face à la création de nouvelles assemblées chaque semaine partout en Espagne, les militants n’ont plus le temps ni l’espace pour mettre la carte à jour. En s’appuyant sur le socle du mouvement des indignés, Podemos attire des citoyens déçus des partis traditionnels et issus de différents milieux, et cherche désormais à s’adresser à l’ensemble des Espagnols.

La création rapide d’une organisation partisane moderne

Izquierda Anticapitalista et le tissu militant de Lavapiés

  • 23 Entretien avec Pablo, 24 ans, Lavapiés, 27 février 2015.
  • 24 Pour justifier leur engagement, Juan Carlos Monedero évoque sur ce point la « responsabilité social (...)

17Choisie dès la réunion fondatrice du17 janvier2014 tenue au sein du théâtre de Lavapiés, la méthode participative de Podemos s’est diffusée à travers les réseaux sociaux en s’appuyant sur le tissu social construit par les indignés suite au «15-M » de mai2011. Les membres les plus impliqués de Podemos ont l’impression d’être sans cesse « débordés » par le succès populaire de leur initiative et la création hebdomadaire de nouveaux cercles locaux. Ils disent « travailler contre la montre » pour structurer leur parti dans l’urgence, mais ont en fait peu de prise sur la création, la structuration et les initiatives prises par les cercles locaux : « ce qui séduit les gens, c’est que les bases du parti fonctionnent de façon autogérée » me dit Pablo, un étudiant de 24 ans23. Mais au-delà de l’image d’un « parti d’assemblées » décentralisées, qui proposent et qui votent les grandes orientations nationales, Podemos se fonde sur un cercle dirigeant restreint issu de professeurs de la faculté de sciences politiques de l’université Complutense, sur les militants historiques d’Izquierda Anticapitalista et sur le tissu de mouvements sociaux et de collectifs qui ont foisonné au sein du quartier de Lavapiés à Madrid depuis 2008. Pablo Iglesias, Juan Carlos Monedero, Íñigo Errejón, Carolina Bescansa et Luis Alegre sont tous docteurs et professeurs issus du département de sciences politiques et de sociologie de la Complutense. Loin d’être un mouvement « spontané », Podemos est dominé au contraire par des politologues, sociologues et philosophes spécialistes de la communication politique24. Illustrant l’engouement populaire pour la pensée politique de ces « cinq fondateurs », le livre Cours urgent de politique pour les gens honnêtes de Juan Carlos Monedero, authentique best-seller, en est à sa neuvième édition.

  • 25 « Espacio Alternativo becomes Izquierda Anticapitalista and decides to stand in European elections  (...)
  • 26 Segundo Sanz, « Quién es quién en Izquierda Anticapitalista, el partido que mueve los hilos dentro (...)
  • 27 Segundo Sanz, « El padre de Errejón (Podemos) acusa a Cebrián de impulsar una “operación” para salv (...)
  • 28 « Pablo Iglesias deja a Izquierda Anticapitalista fuera de Podemos », El Confidencial Digital, 21 o (...)
  • 29 Izquierda Anticapitalista, « El papel y tareas de IA ante la crisis del régimen surgido en 1978. Ad (...)
  • 30 Aitor Rivero, « Izquierda Anticapitalista busca la forma de que sus militantes puedan aspirar a car (...)

18Podemos se fonde aussi sur la structure et les six cents militants d’Izquierda Anticapitalista et sa branche catalane Revolta Global (« Révolte globale »), un parti d’extrême gauche fondé en 2008 par l’organisation Espacio Alternativo (« Espace alternatif »), qui regroupait les militants espagnols membres de la Quatrième Internationale qui avaient fait partie de la coalition Izquierda Unida25. Certains membres de Podemos ont animé la revue Corriente Alterna d’IA, tels l’eurodéputée Teresa Rodríguez, numéro deux sur la liste de Podemos aux européennes et désormais députée régionale et dirigeante du parti en Andalousie, ou Miguel Urbán, furent membres d’IA jusqu’à sa dissolution récente26. Le père d’Íñigo Errejón, José Antonio Errejón Villacieros est un haut fonctionnaire de l’administration espagnole et un militant d’Izquierda Anticapitalista favorable à l’abolition de la monarchie27. Dans le projet de « principes éthiques » adopté par 80 % des voix lors du congrès fondateur du 15 novembre 2014, il a été décidé que les membres des autres partis, tout en pouvant militer au sein de Podemos, ne pourraient pas être élus au « conseil citoyen » de la formation, disposition restreignant le « double militantisme » et empêchant une prise de pouvoir éventuelle des militants d’IA, à l’encontre des souhaits de fusion de Pablo Echenique et de Teresa Rodríguez28. Face à la perte de pouvoir de ses membres au sein de Podemos, IA a décidé dans un document interne, d’avancer son dernier congrès au 6 au 8 février 2015 pour débattre de sa stratégie, de son adaptation et de son rôle par rapport à Podemos : ce congrès a débouché sur la dissolution d’IA pour permettre à ses membres de pleinement militer et d’accéder à des positions de pouvoir au sein de Podemos29. Teresa Rodríguez notamment, qui avait initialement renoncé à faire partie de l’exécutif de Podemos, a joué un rôle central dans la dissolution d’IA, pour pouvoir continuer à influencer Podemos de l’intérieur et permettre à ses militants, qui constituent l’ossature de nombreux groupes locaux de la formation, de se présenter à des responsabilités internes30.

  • 31 « Anova e IU se presentarán como Alternativa Galega de Esquerda », El Mundo, 11 septembre 2012.
  • 32 David Lombao, « Galicia fue el laboratorio electoral de Podemos », [Eldiario. es], 10 octobre 2014.

19Pablo Iglesias, qui porte le même nom que le fondateur historique du PSOE, fils de Luisa Turrión, avocate de Comisiones Obreras et de Javier Iglesias, inspecteur du travail et professeur d’histoire à la retraite, fut lui-même membre de l’Union des jeunesses communistes d’Espagne de quatorze à vingt et un ans (1992-1999), et conseiller d’Izquierda Unida lors des législatives de2011. Il conseilla ensuite Alternativa Galega de Esquerda (AGE) lors des régionales de 2012 en Galice, permettant à la coalition d’obtenir neuf députés et de devenir la troisième force régionale avec14 % des voix31, devançant le Bloque Nacionalista Galego (« Bloc nationaliste galicien »). Ces élections constituèrent en quelque sorte le « laboratoire électoral » de Podemos32. Mais la nouvelle formation entretient aussi des liens personnels et politiques avec Izquierda Unida, un parti avec lequel Podemos est en concurrence directe : Juan Carlos Monedero a par exemple été conseiller de Gaspar Llamazares, le secrétaire général d’IU de 2000 à 2005, et Pablo Iglesias est en couple avec Tania Sánchez Melero, députée du parti à l’assemblée de Madrid.

20Enfin, l’émergence de Podemos ne peut être comprise sans tenir compte de son ancrage sociologique au sein du tissu militant du quartier de Lavapiés à Madrid. Le local du parti de Lavapiés, au 21 rue Zurita et à l’angle de la rue Torrecilla de Leal, fut d’ailleurs la librairie-coopérative Marabunta de Miguel Urbán, qu’il transforma en quartier général de la nouvelle organisation. Lavapiés est non seulement le quartier le plus multiculturel de Madrid, peuplé d’Indiens, de Pakistanais, d’Équatoriens, de Sénégalais et de nombreux autres peuples du monde, mais aussi le plus politisé : dans la plupart des bars, locaux ou centres sociaux, des réunions sont organisées et des mouvements sociaux emblématiques de l’Espagne d’aujourd’hui comme Juventud Sin Futuro ou Espacio Alternativo s’y sont structurés. Podemos s’est par exemple appuyé sur les sympathisants du Teatro del Barrio, à l’angle de la rue, fondé par l’acteur Alberto San Juán, qui est un projet théâtral coopératif, mettant en scène des pièces et des performances critiques et donnant un espace de libre expression à de nombreux artistes réalistes et à des collectifs politiques qui dénoncent et s’inscrivent pleinement dans la réalité sociale de la crise espagnole. Le noyau fondateur de Podemos se situe donc à la confluence d’intellectuels, de militants de la gauche anticapitaliste et d’activistes du mouvement social des indignés ancrés dans un territoire urbain.

Des assemblées citoyennes au parti politique

  • 33 Cette anecdote est citée par Patricia Ortega Dolz, op. cit., 12 novembre 2014, p. 27.

21Une anecdote que raconte Miguel Urbán, trente-quatre ans, proche du cercle des fondateurs de Podemos et ami intime de Pablo Iglesias depuis sa jeunesse étudiante, illustre bien l’ascension fulgurante de ce parti de nouvelle génération33. Lors de la première réunion publique du mouvement, il raconte comment un quidam lui demanda : « Tu es de Podemos Saragosse ? ». Miguel pensa alors : « Comment puis-je lui expliquer que Podemos n’existe pas avant que nous réunissions cinquante mille signatures, que nous présentions l’initiative et que les gens choisissent de former un groupe politique ? ». Il lui répondit : « Non, je suis de Madrid ». Et l’homme lui dit : « Ah, enchanté. Je suis de Podemos Catalogne ». Podemos n’existait pas encore pour Miguel, pourtant responsable de l’organisation et de son extension, mais le mouvement avait déjà une vie locale propre, à la marge de l’équipe nationale dirigeante. Cette petite histoire permet de comprendre comment, avant même de se transformer en parti, Podemos s’est cristallisé en une « méthode participative », incitant les citoyens à créer eux-mêmes des assemblées et des cercles locaux, au sein desquels ils s’auto-organisent, débattent, réagissent à l’actualité et formulent des initiatives. Comme le déclare Jaime, qui milite en se rendant au sein du local fondateur du parti, dans le quartier populaire de Lavapiés à Madrid :

  • 34 Entretien avec Jaime, 29 ans, militant de Madrid, Lavapiés, 25 février 2014.

De nouvelles personnes passent la porte tous les jours. Ils viennent de tous les horizons, mais ce qui attire ces gens, c’est la méthode. Le débat d’idées ouvert, la possibilité de se faire entendre, de dire ce que l’on pense et d’être écouté, de participer. Dans les autres partis, les citoyens doivent écouter les dirigeants, ils n’ont pas de forums pour s’exprimer. Ils ne sont pas vraiment consultés. Ici, ils se sentent valorisés, ils ont le sentiment d’être utiles et d’avoir un réel pouvoir. En renversant la pyramide hiérarchique, les gens se sentent plus concernés et ils s’engagent. C’est la clé du succès de Podemos : remettre l’engagement des citoyens au centre et leur redonner du pouvoir34.

  • 35 Cherchant à s’appuyer sur une large base sociale, le parti remet en cause la division traditionnell (...)
  • 36 Sergio Pascual, « Debemos alentar candidaturas de unidad popular en las municipales », El Mundo, 10 (...)

22Le parti veut montrer qu’il est possible de « diriger en obéissant » suivant l’expression de Juan Carlos Monedero, en se structurant en une fédération d’assemblées autonomes, où les groupes locaux choisissent eux-mêmes leurs représentants. Traditionnellement utilisé par les partis en Espagne, le système de listes fermées favorise la reproduction sociale, l’endogamie et la sélection des candidats sur la base de leur allégeance aux appareils partisans plutôt qu’en fonction de leur implication locale, de leurs soutiens citoyens et de leurs compétences. La présentation systématique par les partis de telles listes, dont les candidatures sont désignées « d’en haut » par les dirigeants, est ainsi directement responsable de la clôture du champ politique. En favorisant la constitution d’assemblées et de plateformes citoyennes pour les élections municipales de 2015, notamment avec la petite formation écologiste Equo ou fondées sur des collectifs citoyens, Podemos cherche à rompre avec ce schéma en privilégiant des listes ouvertes, ce qui suscite un engouement populaire. Cela contredit la thèse d’un déclin de la participation citoyenne : en moins d’un an, environ mille « assemblées citoyennes » ont été constituées sur l’ensemble du territoire, créant de toutes pièces un réseau de260000 sympathisants35. Sergio Pascual, secrétaire de l’organisation, cherche à ce que ces cercles forment et dirigent eux-mêmes « des candidatures d’unité populaire » lors des élections municipales et régionales de 2015, sans utiliser pour autant la « marque » nationale Podemos36. Des plateformes telles que Ganemos Madrid ou Ganemos Barcelona, dirigée par Ada Colau de la PAH, sont ainsi en train de se former dans cet esprit au sein de différentes villes d’Espagne.

23Podemos a entamé un processus constituant en septembre 2014, qui déboucha sur une assemblée préparatoire au sein de la Plaza de Toros de Vistalegre les 18 et 19 octobre, et entérina le choix de sa transformation en parti politique. Mille personnes organisées en164 équipes ont formulé 253 propositions, dont celles qui ont recueilli le plus de voix ont permis de définir les principes de base du parti. Puis, lors de son assemblée constituante du15 novembre2014 au théâtre Nuevo Apolo de Madrid, le parti s’est doté d’un « conseil citoyen » composé de 62 membres (sur plus de mille candidats), choisis par l’ensemble des sympathisants s’étant exprimés, plus dix-sept représentants des communautés autonomes et un membre élu par les sympathisants résidant à l’étranger. Pablo Iglesias a été élu secrétaire général en obtenant 90 % (95000) des 107000 votes électroniques émis, suivant un processus en ligne géré par la compagnie Agora Voting. Le fait que le second meilleur candidat sur les soixante-deux personnes qui se sont présentées au poste de secrétaire général, n’ait obtenu que 900 voix, illustre bien la très forte personnalisation de Podemos autour de Pablo Iglesias. Seuls 41 % des sympathisants du parti (environ260000) ont cependant voté. Les votants furent les sympathisants inscrits sur le site internet de Podemos, qui purent participer sans avoir besoin de payer une adhésion.

24Le « conseil citoyen » du parti se divise en aires de travail (organisation, économie, communication, égalité, réseaux, etc.) et constitue en quelque sorte le parlement de la formation. L’autre organe national est un « conseil de coordination » plus restreint, qui équivaut au « comité de direction » au sein d’autres partis, et qui est composé de dix à quinze personnes élues par le conseil citoyen sur proposition du secrétaire général. À ce jour, en plus des cinq fondateurs, il réunit l’eurodéputée Tania González, l’ancien juge anticorruption Carlos Jiménez Villarejo, l’avocat de la PAH Rafa Mayoral, l’économiste Alberto Montero de l’université de Málaga, l’éditeur Jorge Lago de la maison d’édition Lengua de Trapo et quelques membres de l’équipe technique chargée d’organiser l’assemblée du parti dont Miguel Urbán. Enfin, un « comité de garanties démocratiques » composé de dix personnes, dont Gloria Elizo, responsable de l’équipe juridique de Podemos et de la représentation de la partie civile dans l’affaire Oleguer Pujol, et le professeur de droit pénal Manuel Maroto, a pour rôle d’être le juge de la démocratie interne. Suite à l’approbation des structures centrales du parti, des représentants ont été élus au sein de chaque communauté autonome.

  • 37 Francesco Manetto, « Podemos corona a Pablo Iglesias para liderar la pugna al bipartidismo », El Pa (...)
  • 38 Francesco Manetto, « Iglesias : Las dificultades comienzan ahora », El País, 15 novembre 2014, p. 1
  • 39 Robert Michels, Les partis politiques. Essais sur les tendances oligarchiques des démocraties, Brux (...)

25Même si Podemos s’appuie sur des procédures visant à créer une « démocratie réelle » sur le plan interne, il serait trompeur de le qualifier de « parti d’assemblée ». Certes, à travers la fédération d’assemblées locales, la consultation par vote des militants sur les grandes orientations du parti et la revendication de « transparence » en publiant ses comptes sur internet, Podemos cherche à mettre en application les principes de la démocratie participative et directe37. Mais la ligne politique adoptée lors du congrès fondateur a intronisé un secrétaire général unique et l’ensemble du pouvoir interne a été confié aux groupes des fondateurs38. Le parti est certes doté d’un « conseil citoyen », mais aussi d’un exécutif dirigeant, d’une hiérarchie et d’une discipline commune aux partis traditionnels et à la « loi d’airain de l’oligarchie » définie par Robert Michels39. Fédération d’assemblées locales autogérées, dont les décisions sont soumises à l’approbation des bases, Podemos est aussi un parti au leadership très marqué.

  • 40 « Las renuncias de Echenique », El Periódico de Catalunya, 24 octobre 2014, p. 5.
  • 41 Le caractère décentralisé du parti constitue sa plus grande force mais aussi sa plus grande faibles (...)

26La marginalisation des courants internes favorables au maintien d’un mouvement d’assemblées et critiques de la ligne des fondateurs l’illustre bien. Représentant le courant interne « Sumando Podemos » avec les eurodéputées Teresa Rodríguez et Lola Sánchez, les militants Victor García et Beatriz Gimeno et le « cercle des infirmières » de Podemos, l’eurodéputé Pablo Echenique retira sa candidature au secrétariat général après avoir mis en cause la méthode de vote, estimant qu’une compétition interne avec l’équipe de Pablo Iglesias était impossible40. Le courant « Construyendo Podemos » dirigé par Clara Marañòn et Carolina Huelmo, qui réunit une dizaine de cercles très actifs (dont ceux de Madrid, Séville, Murcie, Ciudad Real, Alicante et Guipuscoa), fit aussi des déclarations critiques. Élément problématique, les sympathisants devaient soit voter en bloc pour la liste fermée proposée par les fondateurs, soit choisir un à un les soixante-deux candidats au « conseil citoyen ». Dans un tel système, le choix possible des candidats sur une base individuelle ne pouvait être qu’en compétition inégale avec la liste de Pablo Iglesias en raison du déficit de notoriété de la plupart des candidats. Le cercle des infirmières de Podemos, le plus critique, en vint à accuser ouvertement Iglesias de donner corps aux « premiers réflexes de caste » au sein du mouvement, montrant l’évolution rapide de Podemos vers une organisation dotée d’une discipline partisane autour d’une direction verticale et hiérarchisée41.

Une révolution « technopolitique »

  • 42 Guiomar Del Ser, « La infraestructura de Podemos vive en internet », El País, 15 novembre 2014.

27Dimanche19 octobre2014 dans la soirée. Les26 membres de l’équipe technique chargés d’organiser l’assemblée constituante de Podemos se connectent tous sur Telegram pour leur « rendez-vous virtuel ». À travers cette application de téléphone portable, ils débattent et votent sur la méthode de choix des documents fondateurs du futur parti. Cet épisode est une bonne illustration du fait que la maîtrise de l’internet et des nouvelles technologiques constitue l’une des pierres angulaires de l’organisation interne de la formation42. Dès son lancement le 17 janvier 2014, Twitter a dû suspendre deux fois le compte de Podemos devant l’avalanche de tweets des suiveurs. Depuis les élections européennes, grâce aux financements fournis par le Parlement européen pour l’organisation du travail des eurodéputés, Podemos occupe un local au septième étage d’un immeuble près de la Plaza de España à Madrid, où travaille le groupe spécialisé dans les nouvelles technologies, l’internet, les réseaux sociaux et les applications pour smartphones. Ce groupe se fonde notamment sur des militants de Juventud Sin Futuro, qui ont acquis des compétences en matière de partage numérique des informations dans le cadre du mouvement des indignés et du15-M. « Réseaux sociaux », « participation » et « technologies » constituent les trois piliers de l’organisation numérique du parti, qui veut être à la pointe dans ce domaine afin d’impliquer le plus de sympathisants possible et de renouveler les façons de faire de la politique.

28Eduardo Rubiño gère le groupe « réseaux sociaux » et coordonne une équipe de quinze à vingt volontaires, qui se relaient quotidiennement de10 heures à23 heures et diffusent du contenu sur la Toile. Ce travail d’organisation et de diffusion de contenus numériques porte d’ores et déjà ses fruits. Podemos est la formation politique la plus suivie sur Twitter (428000 suiveurs contre181000 pour le PSOE et177000 pour le PP), et domine encore plus ses concurrents sur Facebook (856000 suiveurs contre77000 pour le PP et73000 pour le PSOE). La jeunesse de nombreux militants du parti constitue un atout majeur face à ses concurrents pour réinventer des pratiques internes de vote et de partage de l’information. Comme le déclare Fernando, un militant de Lavapiés de trente-trois ans, qui se dit « journaliste précaire » et « hyperconnecté » sur Twitter, Facebook et Instagram :

  • 43 Entretien avec Fernando, Lavapiés, 25 février 2015.

Nous avons un coup d’avance sur les autres partis. Nous sommes mieux organisés qu’eux sur les réseaux sociaux et internet. Il y a un vrai travail d’organisation. Je pense que cela va payer et faire la différence. On voit d’ailleurs les dirigeants du PP qui commencent à dire qu’ils doivent réagir et être plus actifs. On est en train de créer des brèches dans les partis traditionnels. L’idée est d’attirer les forces vives, de faire travailler les jeunes créateurs, de s’entourer d’ingénieurs et de professionnels de l’internet. Podemos est une sorte de “start-up” politique où se retrouvent ceux qui veulent mettre l’innovation au service du changement politique43.

29Pablo Iglesias est désormais suivi par663000 personnes sur Twitter contre 614000 pour Mariano Rajoy, et très loin devant Pedro Sánchez (96000). À cela, il faut ajouter les dizaines de comptes sectoriels et régionaux promus par les cercles et les assemblées territoriales de Podemos, mais aussi ceux animés par les Espagnols à l’étranger. En utilisant l’application Telegram (concurrente russe de WhatsApp), le parti a aussi entrepris de recenser l’ensemble des comptes et des applications sympathisantes afin d’éviter les impostures et d’améliorer la capacité de réaction collective par rapport à l’actualité. Grâce à Telegram, des débats en temps réel pouvant inclure simultanément des représentants de près de250 cercles distincts ont lieu lors des grandes réunions publiques. La progression des adhésions sur les réseaux sociaux ne cesse de s’amplifier depuis les élections européennes qui ont marqué un point d’inflexion.

  • 44 Entretien avec Àngel, siège « numérique » de Podemos, Plaza de España, 24 février 2015.

30Àngel, un étudiant de vingt-cinq ans impliqué au sein du groupe « participation » dirigé par Miguel Ardanuy, m’a expliqué que le parti utilise l’application de vote Appgree, disponible sur les téléphones portables, qui permet de sélectionner à partir de critères sémantiques et numériques, parmi les centaines d’opinions et de propositions des utilisateurs sur un sujet donné, celles qui présentent les plus forts taux d’interaction, de popularité et de redondance. Pour lui, il s’agit d’un « exemple d’intelligence collective » permettant de travailler en temps réel, et de faire remonter vers la direction du parti les positions les plus appréciées par les sympathisants de base44. Cela permet aussi, grâce à la technologie, de tirer profit et de structurer le travail de processus d’assemblées qui ont montré leurs limites organisationnelles suite au15-M. L’application Appgree a ainsi été utilisée lors de l’assemblée citoyenne d’octobre2014 pour sélectionner cinquante questions (sur 15000) émanant des cercles de base du parti à travers 260000 votes, qui furent ensuite posées aux porte-parole de chaque aire thématique. Podemos utilise aussi le système de vote créé grâce à l’algorithme des entités indépendantes Open Kratio et Agora Voting, qui existe déjà en Suisse et en Norvège, et qui permet facilement d’organiser des votes en alliant respect de la vie privée, anonymat et garanties de sécurité et de fiabilité.

  • 45 Sur ce point, cf. notamment François Heynderickx, « Obama 2008 : l’inflexion numérique », Hermès, n (...)

31L’idée de la direction de Podemos est d’instaurer la possibilité de révocation interne des élus de la formation si25 % des votants en décident ainsi, et de favoriser des débats internes sur les initiatives programmatiques citoyennes qui obtiennent le soutien d’au moins 10 % des votants. Enfin, en utilisant la technologie américaine Reddit, la formation a créé Plaza Podemos, un site internet d’agrégation et d’interaction entre utilisateurs, qui permet de faire vivre ensemble les critiques de certains secteurs, les propositions et les débats. On voit donc bien comment l’essor de Podemos n’est pas le fruit du hasard, et se fonde notamment sur sa rénovation des pratiques politiques au service de la démocratie partisane interne et de la communication politique à l’heure de l’internet et des réseaux sociaux. Les nouvelles technologies sont activement utilisées par Podemos comme des instruments de mobilisation et d’invitation au débat, ce qui permet de relayer plus effectivement les prises de position publiques des porte-parole du parti, et de mener une « campagne2.0 » plus effective que ses concurrents. Cela rappelle l’innovation technologique utilisée de façon déterminante au service de la campagne présidentielle de Barack Obama en200845.

Renouvellement idéologique et stratégies politiques

Un leader médiatique

32Podemos, pour le grand public, c’est avant tout le verbe assez respectueux de ses adversaires et la parole critique étayée d’exemples de Pablo Iglesias. En 2010, ce dernier lança et présenta La Tuerka sur Público TV, une émission de débats politiques, qu’il a créée sur l’internet avec quelques collègues et amis, dont Juan Carlos Monedero, depuis le début des années 2000. Puis, le type de discours que propose désormais Podemos fut testé lors d’une émission hebdomadaire diffusée sur une chaîne télévisée locale du quartier madrilène de Vallecas, d’où est originaire Pablo Iglesias. Devant le succès rencontré par l’initiative, les plateaux télévisés et radios l’invitèrent peu à peu. Ces analyses minutieusement travaillées commencèrent à créer la polémique sur les réseaux sociaux et à faire monter l’audience des chaînes de télévision. En août 2012, il débuta une collaboration plus générale avec cette chaîne, et en novembre 2012, il devint analyste au sein du programme La Sexta Columna de la chaîne Sexta.

  • 46 Pablo Iglesias, « Rajoy año I : La realidad era esto », [atresplayer. com], 16 novembre 2012.
  • 47 Miguel Hernández, « El 25S llama a “asediar” el Congreso el 25 de abril y a no abandonar hasta que (...)
  • 48 Mario López, « Pablo Iglesias y la conquista de la inteligencia », Diario Siglo XXI, 4 juillet 2013

33Sa première analyse intitulée « Rajoy, an I : La réalité c’était ça », qui critiquait la première année du gouvernement conservateur, fit le « buzz » sur l’internet et les réseaux sociaux46. À partir de janvier 2013, il créa et présenta le programme Fort Apache, réalisé par les productions CMI et émis par la chaîne de télévision publique internationale iranienne Hispan TV, destinée au monde hispanique. Le 24 avril 2013, il fut ensuite invité à l’émission très suivie El Gato al Agua sur la chaîne Intereconomía, pour réagir à l’appel du collectif 25-S de tenter d’occuper le Congrès des députés le25 avril jusqu’à obtenir la démission du gouvernement47. Ayant milité au sein du mouvement altermondialiste en 2001, Pablo Iglesias défend la désobéissance civile comme moyen de lutte. Lors de cette intervention, tout en condamnant l’usage de la violence, il justifie les manifestations populaires en cherchant à montrer le manque de légitimité du gouvernement, de ses politiques d’austérité et plus généralement la crise du système politique issu de la constitution de 1978. Ses prises de position, très habiles et appuyées de données concrètes, lui ont permis de se faire connaître du grand public et ont suscité un large débat sur internet et dans la presse écrite48.

  • 49 Il a aussi participé à l’émission Te vas a enterar en 2013.

34Il est dès lors devenu peu à peu un analyste et un collaborateur habituel invité à différentes « Tertulias políticas », El Gato al Agua et El Cascabel al Gato (13 TV), La SextaNoche (La Sexta), Las Mañanas de Cuatro (Cuatro) et La noche en 24 horas présenté par Sergio Martin (24 horas)49. La principale nouveauté du discours qu’il propose et sa percée à l’écran s’expliquent par le fait que le format télévisuel des « Tertulias », des débats sur l’actualité politique entre supposés « spécialistes », journalistes et invités, a été largement « vampirisé » par des pseudo-experts au cours des dernières années. Ces « spécialistes du ciel et de la terre », pour reprendre l’expression d’Iglesias, ont pris l’habitude d’opiner sur tous les sujets et de se dire compétents sur toutes les thématiques, en ressassant les mêmes points de vue et idées reçues. En préparant au contraire très sérieusement en amont ses interventions télévisées, en rédigeant des notes, des argumentaires, et en étayant son propos de nombreux exemples, Pablo Iglesias a soudainement montré le faible niveau intellectuel de nombreux débats, prenant souvent le dessus sur ses interlocuteurs grâce à un vrai travail méthodique d’argumentation et de contre-argumentation.

  • 50 En octobre 2013, il a d’ailleurs obtenu un prix journalistique octroyé par le département de journa (...)

35Ses interventions très critiques, mais intelligentes et très documentées déstabilisent ainsi souvent les autres membres du plateau, en mettant le doigt sur les questions qui fâchent50. Avant même la création de Podemos en janvier 2014, elles lui ont permis de fidéliser un public et de diffuser ses prises de position à des heures de grande écoute. Depuis la formation du mouvement, Pablo Iglesias est devenu un vrai phénomène médiatique, invité en 2014 au sein de nombreuses autres émissions comme La Lupa, Via V, Al Rojo vivo, El Objetivo, Viajando con Chester, Un tiempo nuevo et Salvados. L’émergence de Podemos doit ainsi beaucoup au charisme, au travail critique sur le contenu et à la communication politique de Pablo Iglesias. L’essor de la formation est donc intimement lié à la diffusion de nouveaux cadres d’interprétation et d’un discours critique renouvelé au sein même des médias de masse traditionnels.

Un discours transversal s’adressant à tous

  • 51 Sur la notion de « parti attrape-tout », cf. l’article classique de Otto Kircheimer, « The transfor (...)
  • 52 Francesco Manetto, « Tsipras arropará a Pablo Iglesias en la clausura de la asamblea de Podemos », (...)
  • 53 Les expressions sont ici reprises de Juan Carlos Monedero et Jesús Montero, op. cit., 17 octobre 20 (...)
  • 54 Sondage El País/Metroscopia, 2 novembre 2014.
  • 55 Pablo Machuca, « Entrevista a Pablo Iglesias : “No es izquierda o derecha, es dictadura o democraci (...)

36Une autre clé du succès de Podemos réside dans la volonté de ses dirigeants de se démarquer des étiquettes politiques traditionnelles et du clivage gauche-droite. En refusant d’être « étiqueté » comme un parti « de gauche », Podemos se place dans une posture visant à articuler un discours transversal s’adressant à tous, une caractéristique des partis « attrape-tout », plus axés sur la conquête du pouvoir et la volonté de convaincre une majorité des citoyens que sur la défense acharnée d’une idéologie51. La présence de l’eurodéputée Maria Matìas du Bloco de Esquerda portugais et d’Alexis Tsipras, dirigeant de Syriza, coalition de gauche radicale grecque, lors de son congrès fondateur, et l’insertion de Podemos dans le groupe de la gauche unitaire européenne au Parlement européen, ne laissent cependant aucun doute sur son affiliation politique52. Mais contrairement à Syriza, qui n’a jamais cherché à occulter son idéologie héritée de l’eurocommunisme, Podemos refuse le label « gauche radicale » jugé trop péjoratif, et préfère se présenter comme un « mouvement citoyen » ou « un processus populaire participatif53 ». Perçu sans ambiguïté comme « de gauche » par les citoyens, sa posture lui permet de disputer l’espace politique traditionnel du PSOE, tout en étant en phase avec la radicalisation de l’électorat de gauche et en cherchant à attirer un électorat plus vaste : sur une échelle de 0 à 10, les Espagnols situent Podemos à 2,5, soit au cœur de la gauche voire même plus à proximité de la « deuxième gauche », et mettent le PSOE à 4, à savoir plus au centre gauche54. Cela explique l’accent mis par le parti sur la volonté de représenter « les gens » et « le peuple » face à « la caste » des partis traditionnels qui coopèreraient pour maintenir l’immobilisme du système politique malgré les fortes demandes de changement social55.

  • 56 « Documento estratégico », PSOE, 25 novembre 2014, cité dans Anabel Diez, « El PSOE tratará de situ (...)
  • 57 Patrick Charaudeau, « Réflexions pour l’analyse du discours populiste », Mots. Les langages du poli (...)

37Dépourvu face à l’ascension fulgurante du parti, le PSOE le qualifia d’abord de « populiste », mais devant l’inefficacité d’une telle stratégie, il cherche désormais, selon un document interne, à « dévoiler au public le mouvement comme une organisation d’extrême gauche56 ». Comme le note Patrick Charaudeau, le « populisme » consiste « à se réclamer du peuple et de ses aspirations profondes » mais « en manipulant la réalité politique et en la dramatisant à l’extrême57 ». Néanmoins, Podemos ne manipule pas plus la réalité politique en sa faveur que les autres partis. Il propose un discours simple mais pas simpliste. Pablo Iglesias veut « parler vrai », en révélant les injustices tout en employant un ton mesuré face à ses adversaires. Derrière chacune de ses interventions publiques et télévisées, il y a un intense travail de préparation, de recherche de données chiffrées, de petites formules et de slogans qui sont repris par les grands médias et qui entrent en écho avec les attentes des citoyens. Ses adversaires sont souvent déstabilisés parce qu’en professionnels confirmés de la politique, ils se sont habitués à la « langue de bois » et à improviser, ce qui n’est pas suffisant face à ses questions très précises. Même s’il propose des solutions de gauche, le discours de Podemos est avant tout concret, et cherche à mettre en avant des problèmes qui concernent « tout le monde ». C’est donc un discours qui s’adresse à la majorité et qui est différent de celui de la gauche traditionnelle, comme l’explique Pablo Iglesias :

  • 58 Pablo Iglesias, cité dans « ¿Hacia dónde camina Podemos ? », El Mundo, 15 septembre 2014, p. 15.

J’ai vu que ce discours fonctionnait et qu’il plaisait. Les gens m’arrêtait dans la rue et me disait : « Je sais que tu es de gauche et je ne le suis pas, mais je suis d’accord avec ce que tu dis58 ».

  • 59 Pablo Iglesias, discours d’investiture, Madrid, 15 novembre 2014.
  • 60 Cherchant à retourner le stigmate des mouvements anti-avortement qui se disent « défenseurs de la v (...)

38Dans son discours d’investiture en tant que nouveau secrétaire général du parti le 15 novembre 2014, Pablo Iglesias a soutenu que « Podemos [n’était pas] une expérimentation politique, mais le résultat de l’échec d’un régime ». Sa formation serait « un balai pour balayer la société de la corruption ». Il a cherché à répondre à la « peur » que ses adversaires essaient de répandre à l’égard de sa formation, en disant que « ce qui fait réellement peur aujourd’hui en Espagne est que pendant que le nombre de citoyens riches a augmenté de24 % l’année dernière, 65 % des personnes en risque de pauvreté ne sortent pas de celle-ci lorsqu’elles trouvent un travail59 ». Il s’est principalement focalisé sur la lutte contre la corruption et la nécessité de « changer de régime » pour résoudre le problème au-delà des nombreuses affaires individuelles qui ne seraient que « la pointe de l’iceberg ». Critique des excès du néolibéralisme, le discours politique de Podemos donne une importance centrale aux aspects les plus concrets de la vie des gens : le droit à une alimentation saine et à l’eau pour tous, aux libertés de disposer de son corps et de s’exprimer (contre les réformes du PP anti-avortement et restreignant le droit de manifester), et aux droits fondamentaux de se loger et d’accéder à l’éducation60. Comme le collectif de la PAH depuis 2009, Podemos prône l’utilisation des logements vides possédés par les banques et un moratoire sur les expulsions.

  • 61 Critiqué pour les liens supposés du parti avec le Venezuela, dans un entretien au quotidien El País(...)
  • 62 L’économiste Carlos Díez, particulièrement critique envers la formation, estime par exemple que « P (...)

39En matière économique, la position de Podemos a d’ores et déjà évolué, notamment sur l’euro et la dette publique, en cherchant surtout à rassurer61. Les économistes Bibiana Medialdea et les professeurs Alberto Montero et Nacho Álvarez défendent désormais un plan de restructuration partielle et concertée de la dette, notamment pour répondre aux critiques à l’égard de son projet initial lors des européennes, qui défendait le non-paiement des parties « illégitimes » de la dette62. Iglesias cherche aussi à rassurer en défendant qu’il ne s’agira de sortir ni de l’euro ni de l’UE. Son « Programme économique pour les gens », s’inspire des recommandations des économistes Juan Torres et Vicenç Navarro, qui proposent notamment un « plan de développement intégral » pour diversifier l’économie espagnole, trop dépendante des secteurs du bâtiment et du tourisme. Podemos propose de revenir sur la réforme du marché du travail du PP, de diminuer le temps de travail et d’améliorer la protection des salariés. Il veut mettre fin aux coupes budgétaires et favoriser l’investissement public pour créer de l’emploi dans les secteurs de la dépendance, de la recherche et des énergies renouvelables. Le parti prône enfin un « changement du modèle productif » qui soutiendra les PME et facilitera l’accès des entreprises au crédit. En s’entourant d’intellectuels et en leur demandant de proposer des alternatives et des solutions, Podemos cherche à se faire le porte-parole de nouvelles idées et donne l’image d’un parti qui pense et qui veut se doter d’un projet positif et progressiste pour le futur. Le parti entreprend en fait le renouvellement du discours de gauche et des pratiques politiques que le PSOE n’a pas su réaliser.

  • 63 Elsa García De Blas, « Errejón : “Los catalanes tienen derecho a decidir como los escoceses” », El (...)

40Prenant en compte les critiques à l’égard de la monarchie qui ont poussé Juan Carlos Ier à abdiquer au nom de sa volonté même de préserver et de renouveler l’institution, Podemos propose un référendum et se dit favorable à l’instauration d’une république. Le 12 juin 2014, Teresa Rodríguez, nouvelle eurodéputée de la formation, participa à une manifestation à Bruxelles d’Espagnols en faveur d’un référendum sur la monarchie. Ayant maintenu un profil bas lors du référendum symbolique sur l’indépendance de la Catalogne le 9 novembre, le parti soutient « le droit à décider » des Catalans lors d’un référendum, « comme les Écossais » selon Íñigo Errejón63. Il cherche à replacer la question territoriale dans le cadre de l’essoufflement de la constitution de 1978 et de la nécessité de sa réforme pour évoluer vers un « pays de pays, un pays de nations ». Mais l’ensemble des membres de Podemos ne sont pas sur la même longueur d’onde, comme le prouvent les critiques de l’ex-juge anticorruption Carlos Jiménez Villarejo, qui caractérisa d’« antidémocratique » et d’« illégale » la consultation catalane. La position officielle du parti est cependant de soutenir un référendum, tout en disant « non » à l’indépendance de la Catalogne, mais « oui » au droit à l’autodétermination de la nation catalane dans le cadre d’un État plurinational.

Une stratégie électorale de conquête du pouvoir

  • 64 Pablo Iglesias, discours de l’assemblée de Vistalegre, 8 octobre 2014.
  • 65 José Pablo Ferrándiz, cité dans « Pablo Iglesias, del ajedrez a la batalla política », El País, 22  (...)

41Pablo Iglesias et les dirigeants du parti ne cachent pas leurs ambitions et le répètent à chaque intervention publique : leur but est d’attirer « la majorité sociale » et d’« occuper la centralité de l’échiquier politique », des expressions qui ont fait mouche et sont reprises par les journalistes et les médias. Devant sept mille militants lors de l’assemblée de Vistalegre, Pablo Iglesias déclara clairement vouloir conquérir le pouvoir en incarnant l’opposition au PP et l’alternative au PSOE : « Les vraies difficultés commencent maintenant et lorsque nous gagnerons les élections en décembre de l’an prochain, débuteront les difficultés pour de vrai64 ». José Pablo Ferrándiz, sociologue et vice-président de l’institut de sondage Metroscopia, analyse ainsi cette stratégie : « Ils savent que c’est là où se trouvent les citoyens. Leur objectif final est d’occuper au sein de la société la position qu’a occupé le PSOE dans les années qui suivirent la transition démocratique65 ». La radicalité permet de « faire le buzz », d’attirer l’attention médiatique, mais n’est pas une fin en soi. Il s’agit avant tout d’un instrument de communication politique au service d’un programme qui apparaîtra « radical » à la droite conservatrice et que le PSOE s’efforce à présenter comme « extrémiste », mais qui est en fait assez loin d’une idéologie d’extrême gauche traditionnelle, est beaucoup plus modéré et progressiste. Le document fondateur de Podemos, élaboré par Iglesias, Monedero, Íñigo Errejón, Carolina Bescansa et Luis Alegre, reconnaît d’ailleurs un certain mérite à l’étape du socialisme de Felipe González et d’Alfonso Guerra, qui incarnèrent une rupture générationnelle et progressiste avec le passé :

  • 66 Podemos, « Claro que podemos », document fondateur de l’assemblée de Madrid, 15 novembre 2014.

Le parti socialiste a été (suite au rôle initial du PCE et des CC. OO), l’artisan de l’intégration des classes subalternes à l’État en 1978, et par conséquent des conquêtes sociales au sein de celui-ci, avant de devenir une pièce clé de l’incorporation de l’État au pacte social néolibéral. C’est lui qui ferme l’espace politique de la gauche et c’est sa crise qui ouvre les opportunités politiques pour une nouvelle majorité. En récupérant le prestige perdu, en mettant fin aux problèmes internes et en promouvant un nouveau dirigeant doté de peu de liens symboliques avec le passé, il devrait être possible de récupérer une partie de l’espace politique perdu et de renforcer les options d’une force de rupture démocratique, relativement transversale au sein d’un discours d’unité populaire et citoyenne66.

Photo 10.1. La « Marche du changement » de Podemos, Madrid, 31 janvier 2015

Photo 10.1. La « Marche du changement » de Podemos, Madrid, 31 janvier 2015
  • 67 Loïc Le Clerc, « Pourquoi Podemos progresse quand le Front de gauche patine », Marianne, 6 septembr (...)
  • 68 Gregorio Àlvarez, « IU se divide ante el ascenso de Podemos », El País, 7 novembre 2014.
  • 69 Alberto Garzon, conférence de presse publique, Madrid, 25 octobre 2014.

42Cette quête du pouvoir à laquelle aspirent les dirigeants de Podemos explique la recherche d’un discours transversal et rassembleur au-delà du clivage gauche-droite traditionnel. Contrairement au Front de gauche en France et au Bloco de Esquerda au Portugal, qui s’appuient sur des coalitions de partis et de mouvements dominées en termes organisationnels par les partis communistes français et portugais, Podemos cherche à ne pas apparaître comme un cartel d’organisations et à dépasser les partis traditionnels67. Cela différencie le parti du positionnement clairement axé et revendiqué à gauche d’Izquierda Unida qui se divise en deux secteurs face à son ascension. L’ex-coordinateur général d’IU, Cayo Lara, s’oppose à une alliance sans accord sur un programme commun. À Madrid par exemple, le représentant du parti Eddy Sánchez, vainqueur en2012 avec 51 % des voix des primaires pour les élections régionales face à Tania Sánchez Melero, dirige le courant majoritaire « Somos IU », et ne veut pas « perdre son identité dans Ganemos68 ». Mais le jeune député Alberto Garzón, actuel coordinateur général du parti et candidat favori à la primaire de la coalition pour les législatives de 2015, pense que « les gens ne comprendraient pas que IU et Podemos ne s’allient pas pour faire face au bipartisme69 ».

43Des brèches s’ouvrent aussi au sein du parti socialiste : José Antonio Pérez Tapias, dirigeant du courant « Gauche socialiste » du PSOE qui a obtenu 15 % des voix lors de la primaire de 2013, a qualifié Podemos de « renouveau » pour la vie politique, et invité ses dirigeants à poursuivre leur évolution avec en vue de possibles connexions. Il a assisté à l’assemblée de Podemos du15 novembre avec le socialiste madrilène Enrique del Olmo, candidat vaincu par Miguel Antonio Carmona lors de la primaire du PSOE pour la mairie de Madrid. La dirigeante du PSOE d’Andalousie, Susana Díaz, s’est aussi déclarée favorable à une alliance avec Podemos si celui-ci s’éloigne de l’anticapitaliste d’IA, mais le nouveau parti semble désormais exclure cette option suite à la victoire électorale du PSOE en Andalousie et à son peu de volonté de négocier sur les politiques qui seront menées par le nouveau gouvernement.

  • 70 Francesc Pallarès et Michael Keating, « Les élections autonomiques et les systèmes partisans région (...)

44De plus, Podemos n’absorbe pas seulement IU et une bonne partie des électeurs socialistes : son discours attire aussi une frange minoritaire des ouvriers et des électeurs dont l’identification à un parti est la plus faible, et qui ont voté pour le PP ou pour UPyD en 2011 pour sanctionner et « voter contre » le PSOE et sa gestion désastreuse de la crise. Podemos attire ainsi une partie des électeurs du parti de Rosa Díez, qui cherche depuis 2007 à incarner une alternative de centre droit au bipartisme, mais se heurte au système électoral et à la concurrence du PP. Il y a de même fort à croire que les partis nationalistes catalans (CiU et ERC) et basques (PNV et Bildu) se verront affectés par l’essor de Podemos lors des législatives de 2015, d’autant plus lorsque l’on connaît le comportement électoral dual de leurs électeurs, qui ont plus tendance à voter pour des partis « nationaux » lors des législatives que lors des régionales70.

  • 71 Déclaration publique de Íñigo Errejòn, Madrid, 12 décembre 2014.
  • 72 Francesco Manetto, « Podemos aparta de su agenda el debate sobre pactos para las generales », El Pa (...)

45Cette stratégie affirmée de conquête du pouvoir au niveau national explique le choix de se focaliser sur l’échéance des législatives de décembre2015 et de ne pas engager directement Podemos dans les élections municipales et régionales, même si le parti soutient l’auto-organisation de candidatures d’unité populaire et se dit ouvert à des alliances locales à géométrie variable. Pour le moment, au niveau national, la stratégie du parti est de refuser les alliances préélectorales, tout en se disant « ouvert » au dialogue avec les autres formations politiques pour mettre en place une réforme fiscale, la fin des expulsions et la remise en cause de la réforme du travail votée par le PP. Mais ses dirigeants pensent que « le PSOE devrait adopter un tournant à180 degrés pour faire partie de la solution et non du problème », et sont très sceptiques sur la possibilité d’un tel tournant71. Podemos se concentre donc sur deux actions : s’organiser et développer ses assemblées citoyennes sur l’ensemble du territoire, et construire un solide discours politique au niveau national qui déterminera son programme électoral, suivant l’objectif affirmé de devenir la première force politique de gauche, voire même d’Espagne72.

2015, La fin du bipartisme imparfait ?

46Au final, comment peut-on expliquer l’essor de Podemos ? L’ascension du nouveau parti se fonde sur plusieurs éléments-clés. D’abord, il se structure comme une « méthode participative » plus que comme un parti traditionnel. Il illustre la volonté de construire un parti hétérodoxe moderne, s’appuyant sur les mouvements citoyens et sociaux en attirant les militants associatifs, les abstentionnistes et les citoyens déçus des partis traditionnels, et allie une fédération d’assemblées locales à un exécutif national dominant en s’appuyant sur des procédures numériques de démocratie interne. Ensuite, il formule une proposition politique positive qui redonne de l’espoir aux citoyens et qui n’est pas « antipolitique » ou antisystème, en cherchant à convaincre que chacun peut être acteur de la politique et du changement social. Troisièmement, Podemos repose sur la communication politique médiatisée de son dirigeant Pablo Iglesias, qui lui a ouvert l’espace public de masse, en se fondant sur son expérience des joutes oratoires et politiques au sein de La Tuerka, la chaîne de débats télévisés en ligne qu’il a créé il y a déjà une dizaine d’années.

  • 73 Sur cette notion, cf. Gérard Grunberg et Florence Haegel, La France vers le bipartisme ? La préside (...)

47Quatrièmement, les réseaux sociaux et la base militante d’Izquierda Anticapitalista ont joué un rôle majeur pour activer des structures de base et diffuser les prises de position du cercle dirigeant à un large public. Enfin, son refus d’être catégorisé comme un parti « de gauche » et sa recherche d’un discours plus transversal s’adressant et cherchant à représenter « le peuple » dans son ensemble, taxé à tort à mon sens de « populiste » par ses adversaires, est néanmoins caractéristique d’un parti « attrape-tout » et « électoral-professionnel » clairement axé sur la conquête du pouvoir. L’essor de Podemos se fonde sur sa volonté de dominer le tempo politique en formulant un discours interclassiste qui recentre le débat autour des grandes questions transversales qui concernent la majorité des citoyens (plans de rigueur, corruption, emploi, logement, etc.), obligeant par là même l’ensemble des forces politiques de droite comme de gauche à se justifier ou à se resituer par rapport à ses propositions. L’ascension de Podemos reste à confirmer dans les urnes et dépendra de nombreux facteurs économiques et politiques tant internes qu’européens. Mais les élections municipales et régionales de mai2015 ont d’ores et déjà illustré une restructuration inédite du système partisan espagnol à travers un déclin du « bipartisme imparfait » incarné par le PP et le PSOE, et au contraire une plus grande fragmentation avec l’essor de nouveaux partis comme Citoyens et Podemos73.

  • 74 Carlos C, « Dolores de Cospedal no descarta una “gran coalición” si no obtiene la mayoría absolut (...)
  • 75 Francesco Manetto, « Sánchez no descarta acuerdos parlamentarios con otras fuerzas », El País, 1er (...)
  • 76 Sur ce point, la secrétaire d’analyse politique et sociale Carolina Bescansa juge « plausible » un (...)

48Pour terminer, il est possible d’évoquer les scénarios politiques les plus plausibles en vue des législatives de décembre2015. L’hypothèse stratégique du PP est de se dire que la fragmentation de la gauche lui permettra de maintenir sa position de parti dominant. Il s’agirait alors de gouverner sans majorité absolue, en recherchant soit l’appui de CiU comme en 2000 sous le gouvernement de José María Aznar, soit celui du PSOE, ou celui du nouveau parti de centre droit Citoyens. Un pacte potentiel avec CiU semble toutefois aujourd’hui très improbable, même dans le cas de concessions fiscales, car au vu de la poussée indépendantiste, CiU conditionnerait un tel accord à l’organisation d’un référendum. Par la voix de sa secrétaire générale, Dolores de Cospedal, le PP n’écarte donc plus l’hypothèse d’une « grande coalition » avec le PSOE, même s’il s’agit plus d’une posture de communication qu’une volonté réelle74. Pedro Sánchez refuse catégoriquement cette perspective, mais ne s’oppose pas toutefois à la possibilité d’accords ponctuels avec le PP, par exemple sur le débat territorial ou la réforme de la constitution, que le parti propose pour instaurer un État fédéral et répondre aux aspirations autonomistes catalanes75. En l’absence de majorité absolue, les dirigeants du PP préféreraient dominer un exécutif certes sans majorité parlementaire, mais pouvant gouverner en minorité si un pacte est passé avec le PSOE pour qu’il s’abstienne. De tels pactes ont de fait déjà eu lieu depuis la transition démocratique76. L’argument utilisé par le PP est que s’il maintient sa position de premier parti, il serait « antidémocratique » qu’il ne puisse pas gouverner. Mais l’émergence du parti Citoyens d’Albert Rivera, ancien membre du PP et catalan non nationaliste, complique la tâche du parti conservateur et renforce la concurrence à droite. Suite aux élections andalouses de mars 2015, il apparaît de plus en plus que Citoyens exerce une certaine attraction chez les libéraux et les jeunes conservateurs.

49Même s’il s’agit de « politique-fiction », deux autres configurations peuvent émerger. La première, assez improbable à mon sens aujourd’hui, serait celle d’une grande alliance victorieuse des trois composantes de la gauche, le PSOE, Podemos et Izquierda Unida. Si l’on se fonde sur les récentes enquêtes d’opinion sur les intentions de vote respectives du PSOE (20-23 %, de Podemos (20-24 %) et d’IU (5 %), une « grande coalition » de gauche aurait de grande chance de l’emporter. Mais une telle perspective est quasiment impossible pour une raison simple : à cause du mode de scrutin majoritaire à un tour, il faudrait que ces trois forces politiques se mettent d’accord en amont sur un programme politique partagé, mais aussi sur une liste commune de candidats. Cela impliquerait des négociations ardues entre les appareils politiques, mais surtout le retrait de nombreux « barons » locaux du PSOE au profit de candidatures issues de Podemos et d’IU. Ce serait intelligent pour conquérir le pouvoir, mais sonnerait le glas des ambitions de nombreux responsables locaux du PSOE, d’autant plus que ce dernier devrait ensuite trouver des compromis avec deux autres forces politiques pour gouverner, alors même qu’il est profondément empreint d’une culture de parti dominant. Mais le principal obstacle est surtout idéologique : pour le PSOE, s’allier avec Podemos serait s’avouer vaincu avant même d’avoir combattu ; pour IU, une alliance avec le PSOE serait contradictoire avec sa forte opposition aux mesures d’austérité prônées par José Luis Rodriguez Zapatero de 2008 à 2011 ; enfin pour Podemos, une telle alliance serait aussi totalement contradictoire avec son objectif politique de devenir le nouveau parti dominant de la gauche et d’incarner le renouveau en opposition à la « caste PPSOE ». Tant Podemos pour confirmer son ancrage électoral, que le PSOE pour ne pas le voir disparaître n’ont donc aucun intérêt stratégique à former une alliance préélectorale. Mais au vu de l’évolution idéologique rapide de Podemos vers la social-démocratie, une convergence post-électorale sous la forme d’un accord de gouvernement peut être possible, comme ce fut le cas dans de nombreuses municipalités. Mais il faudrait pour cela que les deux forces obtiennent suffisamment de soutiens électoraux pour pouvoir constituer une majorité ensemble. Il faudrait aussi que le PSOE préfère s’allier avec Podemos plutôt qu’avec Citoyens, puisqu’un tel pacte est aussi possible.

  • 77 PSOE, Documento estratégico, novembre 2014.
  • 78 Francesco Manetto, « Podemos : el rápido viaje ideológico hasta la socialdemocracia », El País, 30  (...)
  • 79 PSOE, Documento estratégico, novembre 2014.
  • 80 Carlos Carnicero, « El PSOE frente a Podemos », El Periódico, 8 novembre 2014.

50La seconde configuration serait celle d’une alliance alternative entre IU et Podemos. Après tout, Pablo Iglesias a lui-même collaboré avec IU dans le passé et de nombreux membres du cercle dirigeant du parti sont issus des rangs d’IU. Mais à ce jour, Podemos dépasse quasiment constamment les 20 % d’intentions de vote sans IU, en étant annoncé au mieux comme la première, au pire comme la troisième force politique. L’intérêt d’une telle alliance semble donc limité pour Podemos et ses dirigeants optent plutôt pour préserver leur indépendance et absorber de fait l’électorat d’IU sans avoir besoin d’accords partisans. Il semble clair qu’un affrontement entre le PSOE et Podemos se profile pour le leadership de la gauche. La stratégie du PSOE est de « rappeler aux gens que la majorité des dirigeants de Podemos sont issus de Izquierda Anticapitalista », en « dévoilant la contradiction entre leurs paroles modérées d’aujourd’hui et leur discours radical de toujours77 ». On estime qu’environ un tiers des électeurs de Podemos lors des européennes du25 mai2014 ont au moins voté une fois pour le PSOE dans le passé, ce qui témoigne de l’existence d’un électorat « flottant » que les socialistes espèrent récupérer. Mais la tâche semble difficile, puisque cela risque de stigmatiser comme « extrémistes » des électeurs qui ne se ressentent pas comme tels, et d’accroître encore l’attrait de Podemos au moment où il entreprend « un rapide voyage idéologique vers la social-démocratie78 ». Le PSOE reconnaît d’ailleurs lui-même que « les électeurs de Podemos sont majoritairement des personnes progressistes qui expriment leur indignation face au fonctionnement du système et qui ne trouvent pas aujourd’hui au sein du PSOE la réponse adéquate79 ». Mais les dirigeants socialistes ne comprennent pas la montée en puissance du mouvement, empêtrés qu’ils sont dans une vision réductrice du parti comme « une scission de la gauche d’Izquierda Unida », alors que la vraie question est celle de la radicalisation de l’électorat de gauche progressiste face au maintien d’un chômage de masse, à la hausse des inégalités et à la corruption politique80. Dans un contexte général de fragmentation et de multiplication des organisations partisanes, le scénario d’une tripartition, voire même d’une quadripartition (Podemos-PSOE-Citoyens-PP) de l’espace politique semble donc le plus probable, avec pour inconnues le poids relatif de chacune de ces quatre composantes principales et leurs stratégies d’alliances respectives.

Notes

1 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, [1995] 2012, p. 6.

2 Sondage El Mundo/Sigma Dos, 31 août 2014.

3 Sondage La Razón/NC Report, 1er septembre 2014.

4 Sondage El País/Metroscopia, 2 novembre 2014.

5 L’« abstention différentielle » est un phénomène bien connu en sociologie électorale, qui implique que lors des élections « intermédiaires » (régionales, municipales, européennes, etc.) entre deux élections majeures (présidentielles et législatives), les électeurs du parti au pouvoir ont tendance à plus s’abstenir que ceux de l’opposition, qui profitent de ces scrutins pour marquer leur défiance à l’égard du gouvernement. Cf. Raul Magni-Berton, « Pourquoi les partis gouvernementaux perdent-ils dans les élections intermédiaires ? Enquête Eurobaromètre 2004 et élections européennes », Revue française de science politique, vol. 58, n° 4, 2008, p. 643-656.

6 Barómetro La Sexta, 7 décembre 2014.

7 Pablo Manuel Iglesias Turrión est né le 17 octobre 1978 dans le quartier populaire de Vallecas à Madrid. Auteur en 2008 d’une thèse sur l’action collective post-nationale, il est devenu la même année maître de conférences en sciences politiques à l’université Complutense.

8 En effet, le PSOE (35,4 %) et le PP (26,7 %) attirent de moins en moins d’électeurs. À l’inverse, les partis de la « nouvelle politique », Podemos, mais aussi le parti Citoyens représenté en Andalousie par Juan Marin Lozano, qui obtint 369000 voix, 9,2 % des suffrages exprimés et 9 sièges, firent leur entrée sur la scène politique locale (devant IU-CA, qui obtint 6,89 % des voix et seulement 5 sièges).

9 Jacobo Rivero, Conversación con Pablo Iglesias. Podemos, de la calle a Bruselas (3e ed.), Madrid, Ediciones Turpial, 2014, p. 12.

10 Fondation Foessa (liée à l’association chrétienne Caritas), VII Informe sobre exclusión y desarrollo social en España, Madrid, 2014, p. 2. Sur l’optimisme macroéconomique du gouvernement, cf. Soraya Sàenz de Santamaría, « La recuperación empieza a llegar a las familias », ABC, 11 décembre 2014.

11 Sur la théorie de la cartelisation et ses critiques, cf. Peter Mair, « Changing models of party organization and party democracy : the emergence of the cartel party », Party Politics, vol. 1, n° 1, 1995, p. 5-31 ; Yohann Aucante et Alexandre Déze (dir.), Les systèmes de partis dans les démocraties occidentales. Le modèle du parti cartel en question, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

12 Pour l’élection des 350 membres du Congrès des députés tous les quatre ans, chacune des 52 circonscriptions (les 50 provinces plus les « villes autonomes » de Ceuta et Melilla) se voit attribuer un nombre de sièges proportionnel à leur population, avec un minimum de deux. La plupart des circonscriptions, rurales et peu peuplées, n’en apportent qu’un nombre très limité : le pourcentage de voix nécessaires pour obtenir un siège est si élevé que les petits partis ne peuvent espérer être représentés que dans les grandes circonscriptions. En 2008, par exemple, le Parti socialiste a obtenu 169 sièges avec 11 millions de voix, alors qu’IU n’a obtenu que deux sièges avec un million de voix. Pour le Parti socialiste, chaque siège au Congrès correspondait à 65 470 voix, alors qu’il en fallait 481 520 pour qu’IU obtienne un même siège. Sur le pacte de la transition, cf. Álvaro Soto, Transición y cambio en España 1975-1996, Madrid, Alianza Editorial, 2005, p. 87-95.

13 Sur le débat sur la « seconde transition », cf. notamment Sebastian Balfour et Alejandro Quiroga, España reinventada. Nación e identidad desde la Transición, Madrid, Peninsula, 2007, p. 350-364.

14 Frédéric Verbeke, « En Espagne, le bipartisme rend les élections moins démocratiques », EiTB, 11 septembre 2011.

15 Sur la notion de « parti électoral professionnel », cf. Angelo Panebianco, Political parties. Organization and Power, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

16 Pablo Iglesias Turrión et Juan Carlos Monedero, ¡Que no nos representan ! : El debate sobre el sistema electoral español, Madrid, Editorial Popular, 2011.

17 Juan Carlos Monedero et Jesús Montero, « Claro que Podemos », tribune dans le quotidien El País, 17 octobre 2014.

18 Miguel Urbán, cité dans Patricia Ortega Dolz, « Las cuatro esquinas de Podemos », El País, 12 novembre 2014, p. 27.

19 Entretien avec Pablo Ortega, Lavapiés, 27 février 2015.

20 Juan Carlos Monedero, cité dans « ¿Hacia dónde camina Podemos ? », El Mundo, 15 septembre 2014, p. 15.

21 Entretien avec Luis Portela, quartier Salamanca, 26 février 2015.

22 Entretien avec Clara, quartier Salamanca, 26 février 2015.

23 Entretien avec Pablo, 24 ans, Lavapiés, 27 février 2015.

24 Pour justifier leur engagement, Juan Carlos Monedero évoque sur ce point la « responsabilité sociale » des professeurs de science politique de faire surgir une politique utile pour les Espagnols. Cf. Juan Carlos Monedero, Curso urgente de política para gente decente (9e éd.), Madrid, Seix Barral, 2014, p. 15.

25 « Espacio Alternativo becomes Izquierda Anticapitalista and decides to stand in European elections », International Viewpoint, 24 novembre 2008.

26 Segundo Sanz, « Quién es quién en Izquierda Anticapitalista, el partido que mueve los hilos dentro de Podemos », Vozpópuli, 16 juin 2014.

27 Segundo Sanz, « El padre de Errejón (Podemos) acusa a Cebrián de impulsar una “operación” para salvar la Corona », Vozpópuli, 19 juin 2014.

28 « Pablo Iglesias deja a Izquierda Anticapitalista fuera de Podemos », El Confidencial Digital, 21 octobre 2014.

29 Izquierda Anticapitalista, « El papel y tareas de IA ante la crisis del régimen surgido en 1978. Adecuación organizativa del activismo anticapitalista ante las nuevas responsabilidades », document de travail interne, 24 novembre 2014.

30 Aitor Rivero, « Izquierda Anticapitalista busca la forma de que sus militantes puedan aspirar a cargos en Podemos », [Eldiario. es], 15 novembre 2014.

31 « Anova e IU se presentarán como Alternativa Galega de Esquerda », El Mundo, 11 septembre 2012.

32 David Lombao, « Galicia fue el laboratorio electoral de Podemos », [Eldiario. es], 10 octobre 2014.

33 Cette anecdote est citée par Patricia Ortega Dolz, op. cit., 12 novembre 2014, p. 27.

34 Entretien avec Jaime, 29 ans, militant de Madrid, Lavapiés, 25 février 2014.

35 Cherchant à s’appuyer sur une large base sociale, le parti remet en cause la division traditionnelle entre les « militants » (qui paient normalement une cotisation) et les « sympathisants ». Il se structure de fait comme un parti d’électeurs où le militantisme est plus fluide. Pour être considéré comme « sympathisant » de Podemos (ce qui implique suivant ses propres critères, faire partie de l’organisation), il suffit de s’affilier à l’un de ses cercles locaux ou d’enregistrer son inscription sur le site internet du parti. Aucune cotisation n’est exigée, mais les dons sont encouragés.

36 Sergio Pascual, « Debemos alentar candidaturas de unidad popular en las municipales », El Mundo, 10 décembre 2014.

37 Francesco Manetto, « Podemos corona a Pablo Iglesias para liderar la pugna al bipartidismo », El País, 14 novembre 2014, p. 22.

38 Francesco Manetto, « Iglesias : Las dificultades comienzan ahora », El País, 15 novembre 2014, p. 1.

39 Robert Michels, Les partis politiques. Essais sur les tendances oligarchiques des démocraties, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, [1914], 2009.

40 « Las renuncias de Echenique », El Periódico de Catalunya, 24 octobre 2014, p. 5.

41 Le caractère décentralisé du parti constitue sa plus grande force mais aussi sa plus grande faiblesse : cela permet d’instaurer une démocratie interne participative, mais peut donner une image d’incohérence de son positionnement idéologique. La question de la maîtrise des prises de parole commence à se poser. Preuve en est par exemple, la polémique sur la proposition de Fonsi Loaiza, membre du « cercle des sports », de limiter le salaire maximum des sportifs, une proposition ensuite désavouée par Íñigo Errejón. Cf. « Podemos no propone futbolistas con estudios o salario máximo », El País, 9 décembre 2014, p. 19.

42 Guiomar Del Ser, « La infraestructura de Podemos vive en internet », El País, 15 novembre 2014.

43 Entretien avec Fernando, Lavapiés, 25 février 2015.

44 Entretien avec Àngel, siège « numérique » de Podemos, Plaza de España, 24 février 2015.

45 Sur ce point, cf. notamment François Heynderickx, « Obama 2008 : l’inflexion numérique », Hermès, n° 59, 2011, p. 135-144 ; Maria Mercanti-Guerin, « Facebook, un nouvel outil de campagne : Analyse des réseaux sociaux et marketing politique », La Revue des sciences de gestion, n° 242, 2010, p. 17-28 ; Patrice Flichy, « La démocratie 2.0 », Études, n° 412, 2010, p. 617-626.

46 Pablo Iglesias, « Rajoy año I : La realidad era esto », [atresplayer. com], 16 novembre 2012.

47 Miguel Hernández, « El 25S llama a “asediar” el Congreso el 25 de abril y a no abandonar hasta que dimita el Gobierno », La Razón, 31 mars 2013.

48 Mario López, « Pablo Iglesias y la conquista de la inteligencia », Diario Siglo XXI, 4 juillet 2013.

49 Il a aussi participé à l’émission Te vas a enterar en 2013.

50 En octobre 2013, il a d’ailleurs obtenu un prix journalistique octroyé par le département de journalisme de l’université Carlos III de Madrid, puis le prix « Enfocados » de journalisme de l’ONG Coordinadora para el desarrollo, pour sa contribution au changement social.

51 Sur la notion de « parti attrape-tout », cf. l’article classique de Otto Kircheimer, « The transformation of the West European party systems », dans Joseph Lapalombara et Myron Weiner (dir.), Political Parties and Political Development, Princeton, Princeton University Press, 1966, p. 177-200.

52 Francesco Manetto, « Tsipras arropará a Pablo Iglesias en la clausura de la asamblea de Podemos », El País, 13 novembre 2014, p. 30 ; María Antonia Sànchez-Vallejo, « El espejo griego de Syriza », El País, 23 novembre 2014.

53 Les expressions sont ici reprises de Juan Carlos Monedero et Jesús Montero, op. cit., 17 octobre 2014. De 3 % lors des européennes de 2004, Syriza est devenu le premier parti de l’opposition lors des législatives de 2012, envoyant 71 députés (sur 300) au Parlement grec, puis le premier parti grec, le plus voté (26,5 %) lors des européennes de 2014. Pas à pas, Syriza s’est transformé en un parti de gouvernement cherchant à rassurer ses partenaires européens, ce qui a débouché sur sa conquête du pouvoir lors des élections législatives du 25 janvier 2015. Cf. Lamprini Rori et Elias Dinas, « Les élections législatives grecques de 2012 : des élections à haut risque », Pôle sud. Revue de science politique de l’Europe méridionale, n° 37, 2012, p. 173-183.

54 Sondage El País/Metroscopia, 2 novembre 2014.

55 Pablo Machuca, « Entrevista a Pablo Iglesias : “No es izquierda o derecha, es dictadura o democracia” », El Huffington Post, 26 février 2014.

56 « Documento estratégico », PSOE, 25 novembre 2014, cité dans Anabel Diez, « El PSOE tratará de situar a Podemos en la extrema izquierda », El País, 30 novembre 2014, p. 21.

57 Patrick Charaudeau, « Réflexions pour l’analyse du discours populiste », Mots. Les langages du politique, n° 97, 2011, p. 101-116.

58 Pablo Iglesias, cité dans « ¿Hacia dónde camina Podemos ? », El Mundo, 15 septembre 2014, p. 15.

59 Pablo Iglesias, discours d’investiture, Madrid, 15 novembre 2014.

60 Cherchant à retourner le stigmate des mouvements anti-avortement qui se disent « défenseurs de la vie », Iglesias a par exemple défendu que « défendre la vie, c’est défendre le droit des femmes à décider lorsqu’elles veulent un enfant ». Cf. Discours d’investiture, op. cit., 15 novembre 2014.

61 Critiqué pour les liens supposés du parti avec le Venezuela, dans un entretien au quotidien El País, Íñigo Errejón a bien précisé que Podemos n’a pas l’intention de s’inspirer des politiques menées par Hugo Chávez et Nicolás Maduro, un pays « qui n’est pas un modèle pour l’Espagne » selon lui. Cf. Entretien numérique avec Íñigo Errejón, El País, 13 novembre 2014, p. 15. Cette polémique se fonde notamment sur le fait que Juan Carlos Monedero a été conseiller du gouvernement vénézuélien dirigé par Hugo Chávez entre 2005 et 2010, tant directement avec le président de la république bolivarienne, qu’au sein du ministère de la Planification ou du Centre international Miranda où il fut responsable de formation.

62 L’économiste Carlos Díez, particulièrement critique envers la formation, estime par exemple que « Podemos a choisi un programme utopique, en vendant des promesses aux gens qu’ils ne vont pas pouvoir réaliser ». Selon lui, « ils sont partis vers la Voie lactée et sont toujours sur Mars ». Cf. Carlos Díez, « Podemos en el país de Nunca Jamás », El País, 27 novembre 2014, p. 36.

63 Elsa García De Blas, « Errejón : “Los catalanes tienen derecho a decidir como los escoceses” », El País, 13 novembre 2014, p. 19.

64 Pablo Iglesias, discours de l’assemblée de Vistalegre, 8 octobre 2014.

65 José Pablo Ferrándiz, cité dans « Pablo Iglesias, del ajedrez a la batalla política », El País, 22 septembre 2014, p. 22.

66 Podemos, « Claro que podemos », document fondateur de l’assemblée de Madrid, 15 novembre 2014.

67 Loïc Le Clerc, « Pourquoi Podemos progresse quand le Front de gauche patine », Marianne, 6 septembre 2014.

68 Gregorio Àlvarez, « IU se divide ante el ascenso de Podemos », El País, 7 novembre 2014.

69 Alberto Garzon, conférence de presse publique, Madrid, 25 octobre 2014.

70 Francesc Pallarès et Michael Keating, « Les élections autonomiques et les systèmes partisans régionaux : l’essor d’une compétition électorale multi-niveaux », dans Alicia Fernández Garcia et Mathieu Petithomme (dir.), Les nationalismes dans l’Espagne contemporaine. Compétition politique et identités nationales, Paris, Armand Colin, 2012, p. 238-263.

71 Déclaration publique de Íñigo Errejòn, Madrid, 12 décembre 2014.

72 Francesco Manetto, « Podemos aparta de su agenda el debate sobre pactos para las generales », El País, 2 décembre 2014, p. 12.

73 Sur cette notion, cf. Gérard Grunberg et Florence Haegel, La France vers le bipartisme ? La présidentialisation du PS et de l’UMP, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

74 Carlos C, « Dolores de Cospedal no descarta una “gran coalición” si no obtiene la mayoría absoluta », El País, 3 décembre 2014, p. 22 ; voir du même auteur, « El PP flirtea con un posible pacto con el PSOE, que lo niega rotundamente », El País, 2 décembre 2014, p. 18.

75 Francesco Manetto, « Sánchez no descarta acuerdos parlamentarios con otras fuerzas », El País, 1er décembre 2014, p. 15.

76 Sur ce point, la secrétaire d’analyse politique et sociale Carolina Bescansa juge « plausible » un pacte post-électoral entre le PP et le PSOE, ce qui serait certainement désastreux pour ce dernier, en actant son déclin, et risquerait d’entraîner sa quasi-disparition comme le PASOK grec.

77 PSOE, Documento estratégico, novembre 2014.

78 Francesco Manetto, « Podemos : el rápido viaje ideológico hasta la socialdemocracia », El País, 30 novembre 2014.

79 PSOE, Documento estratégico, novembre 2014.

80 Carlos Carnicero, « El PSOE frente a Podemos », El Periódico, 8 novembre 2014.

Table des illustrations

Titre Photo 10.1. La « Marche du changement » de Podemos, Madrid, 31 janvier 2015
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search