Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Contester en Espagne 9. La monarchie espagnole entre c...

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Troisième partie. De la crise sociale à la crise institutionnelle et politique

9. La monarchie espagnole entre crises et restaurations (1808-2015)

Benoît Pellistrandi

Texte intégral

En Juan Carlos, nous disons notre gratitude à l’égard d’une génération de citoyens qui a ouvert la voie à la démocratie et à l’entente entre les Espagnols.
(Philippe VI, 19 juin 2014)

1L’abdication du roi Juan Carlos, annoncée le 2 juin 2014, d’abord par le chef du gouvernement Mariano Rajoy puis expliquée par le roi lui-même au cours d’une intervention télévisée « institutionnelle », n’est pas apparue comme un geste volontaire mais bien comme le résultat quasiment obligé d’une détérioration de l’image du roi dans l’opinion publique, détérioration qui entraînait avec elle la remise en cause du système monarchique. Le processus constitutionnel exigeait que fût alors votée une loi organique prenant acte de l’abdication de Juan Carlos ; c’est lorsqu’il signerait la loi que son abdication deviendrait effective. L’acte solennel eut lieu le mercredi18 juin2014 au Palais Royal à Madrid. Le lendemain, les Cortès procédaient à la proclamation du nouveau roi, Philippe VI.

2La séquence politique fut donc extraordinairement rapide : en dix-huit jours, la Couronne avait changé de titulaire et la magistrature suprême de l’État faisait la démonstration qu’elle fonctionnait parfaitement dans le cadre prévu et instauré par la constitution de 1978. Les manifestations de républicains demandant qu’un référendum fût organisé pour décider de la continuité ou non de la forme monarchique de la tête de l’État furent rapidement noyées sous le flot des commentaires, souvent élogieux, qui accompagnèrent la décision de Juan Carlos. Celle-ci mettant fin à un règne de presque trente-neuf ans, on ne pouvait pas ne pas proposer un bilan. Et à cet égard, l’actif, la transition démocratique, la capacité à accompagner la métamorphose de l’Espagne et à représenter ce pays qui retrouvait la scène internationale, l’emportait largement sur le passif constitué par les scandales de corruption qui ont entaché la réputation de la famille royale et le comportement de l’homme privé Juan Carlos.

  • 1 « Encuesta de Metroscopia : el clima político y social en España », El País, dimanche 8 février 201 (...)

3Aujourd’hui, le nouveau roi Philippe VI jouit d’un crédit considérable : en février 2015, un sondage publié par le quotidien El País lui accordait une cote de popularité de71 % de satisfaits contre19 % de mécontents, soit un solde positif de 52 points. À titre de comparaison, les leaders politiques Mariano Rajoy (PP, chef du gouvernement), Pedro Sánchez (PSOE) et Pablo Iglesias (Podemos) ne recueillent, respectivement, que 23 %, 31 % et 34 % d’opinions favorables. Dans le contexte de désaffection généralisée qui marque le monde politique, la Couronne, renouvelée en son titulaire, a retrouvé l’appui et la confiance des citoyens1. Ce résultat semble effacer en partie la chute vertigineuse de la popularité de Juan Carlos au cours des dernières années. Selon les sondages du quotidien El Mundo élaborés par l’entreprise Sigma Dos : en janvier 2012, 76,4 % des personnes interrogées avaient une très bonne ou une bonne opinion du bilan du règne de Juan Carlos. Un an plus tard, le chiffre tombait à 50,1 % et à 41,3 % en janvier 2014. La conséquence était que 49,9 % des interrogés contre 43,3 % (et 6,8 % sans opinion) soutenaient la monarchie comme forme de l’État (contre 53,8 % en janvier 2013). Le seul point positif de ce sondage catastrophique était que 56,6 % des Espagnols estimaient que le prince Philippe serait à même de restaurer le prestige de la monarchie. Bien que très sensibles à la conjoncture immédiate, les sondages révèlent aussi des tendances de fond de l’opinion publique. La popularité actuelle du roi Philippe VI trouve ses fondements dans l’image qu’il s’était construite en tant que prince des Asturies. Fait notable, le samedi 31 janvier 2015, lors du meeting qui concluait la « marche du changement », le leader de la nouvelle formation radicale de gauche, Pablo Iglesias, n’évoquait pas de changement de régime alors qu’il est ouvertement républicain. Il faut voir là à la fois de la prudence tactique, mais aussi peut-être la relégation, peut-être provisoire, de la question monarchique au second plan de l’agenda politique.

  • 2 Telle est la raison d’un article consacré à la monarchie dans ce livre étudiant la crise démocratiq (...)

4Pour autant, la crise que la monarchie espagnole a traversée de 2012 à2014 est-elle seulement conjoncturelle ? Faut-il n’y lire que le crépuscule d’un règne qui aurait été trop long ? Les erreurs d’appréciation de Juan Carlos seraient-elles les seules raisons de cette crise ou ne faut-il pas l’inscrire dans un faisceau de crises2 ? La monarchie n’aurait-elle pas été pendant trois ans le paratonnerre qui attirait la colère populaire écœurée de découvrir l’ampleur de la corruption de ses élites, tant économiques et financières, que politiques et syndicales ? L’ébranlement d’une des clefs de voûte du pacte constitutionnel de 1978 doit être lu dans sa conjoncture courte mais aussi depuis une perspective historique. Si la monarchie en Espagne reste marquée par un héritage historique qui la fragilise, l’action politique de Juan Carlos a permis de nouer un pacte entre elle et la démocratie. La validité de ce pacte suffit-elle à assurer l’avenir de la monarchie ou l’entrée en crise des fondements du consensus démocratique ne peut-elle pas emporter cette réalité politique ? Ces questions politiques ne peuvent se comprendre sans une mise en perspective historique. La monarchie espagnole est une institution que l’histoire a fragilisée et la société espagnole en garde la mémoire. Après avoir décrit à grands traits cet héritage, nous montrerons comment grâce au pacte noué avec la démocratie, Juan Carlos, et désormais son successeur Philippe VI, ont fait de la monarchie une institution d’équilibre et d’incarnation. Cette démarche permettra ainsi d’exposer l’une des caractéristiques de la culture politique espagnole dont la juste appréhension est indispensable à la compréhension des enjeux actuels de l’Espagne.

La monarchie, un héritage fragilisé par l’histoire

  • 3 Pour une interprétation globale de ce moment dans l’histoire catalane, voir José Enrique Ruiz-Domèc (...)

5L’histoire des Bourbons en Espagne est une histoire complexe dans laquelle les scandales, les crises familiales, les abdications, les exils, les restaurations scandent une saga dynastique et politique hautement colorée. Il y eut d’abord la guerre de Succession et la manœuvre politique de Louis XIV, petit-fils de Philippe III (roi d’Espagne de 1598 à1621) et neveu et gendre de Philippe IV (roi de1621 à1665). Bien qu’il ait renoncé à la succession d’Espagne pour sa descendance lors de son mariage avec l’infante Marie-Thérèse, Louis XIV acceptera en 1700 la couronne d’Espagne pour son petit-fils le duc d’Anjou. Entre 1700 et 1714, la lutte entre les partisans de Philippe V et ceux du prétendant Charles de Habsbourg déchira l’Espagne. En Catalogne, notamment, où les Barcelonais qui, en 1640 s’étaient tournés vers Louis XIII contre Philippe IV, voient désormais en Charles de Habsbourg le meilleur défenseur des libertés catalanes3. Il convient de ne pas tomber dans l’anachronisme et de ne pas relire le xviiie siècle espagnol à la lumière des historiens catalans du xixe siècle. La vision misérabiliste d’une Catalogne opprimée est fausse : Pierre Vilar l’a magistralement démontré dans sa célèbre thèse, La Catalogne dans l’Espagne moderne. Recherches sur les fondements économiques des structures nationales (1962). Retenons cependant l’idée d’une nouvelle étape dans l’histoire nationale marquée, à la fois par l’implantation des Bourbons et par l’abolition des juridictions des différentes couronnes (Aragon, Valence, Catalogne, Baléares) au profit du système judiciaire castillan. D’un côté, un nouvel alignement de Madrid sur la France ; de l’autre, l’expérience d’une rationalisation administrative.

  • 4 Philippe V abdiqua en janvier 1724 et son fils Louis lui succéda. Il mourut prématurément en août 1 (...)

6L’Espagne du xviiie siècle avec ses quatre rois — Philippe V (1700- 1746), Louis Ier (1724)4, Ferdinand VI (1746-1759), Charles III (1759-1788) — est une puissance européenne qui compte et qui se modernise. Charles IV (1788-1808) va se trouver confronté à l’épreuve de la Révolution française, ce qui explique ses raidissements intellectuels et idéologiques. Quoiqu’engagé dans les guerres antifrançaises, l’Espagne retrouve très vite son alliance avec la France (traité de San Ildefonso en 1796, qui faisant suite à la paix de Bâle, lie les intérêts espagnols à ceux de la France… et explique l’alliance maritime qui vaudra à l’Espagne la perte de ses navires lors de la bataille de Trafalgar en1805). La présence de troupes françaises sur son sol dès1807 — elles se dirigent vers le Portugal — se transformera en occupation militaire en avril1808 lorsque la crise familiale et politique de la dynastie des Bourbons conduit Napoléon à la déposséder du trône. Charles IV doit, en effet, faire face à l’opposition de son fils Ferdinand, prince des Asturies. Choqué par l’attitude de sa mère, la reine Marie-Louise, protectrice de l’ascension indécente de Manuel Godoy et consterné par la faiblesse de son père Charles IV, Ferdinand est sans aucun doute impliqué dans la préparation du soulèvement d’Aranjuez. Explosion de violence populaire, cette émeute a d’immenses conséquences politiques entre le17 et le19 mars1808 : Charles IV abdique et Ferdinand VII est proclamé roi. Deux jours après, le vieux roi reprend sa décision prétextant qu’elle lui a été arrachée sous la contrainte… Pendant ce temps, Murat est entré dans Madrid. L’empereur français va jouer les médiateurs : convoquant et le père et le fils à Bayonne, il obtient d’eux leur abdication respective ! Joseph Bonaparte devient roi d’Espagne.

  • 5 Miguel Artola, La monarquía de España, Madrid, Alianza Editorial, 1999.

7Les tensions familiales ont pesé plus lourd que l’intérêt national. L’expression peut désormais être utilisée, puisque du 2 mai 1808 avec le soulèvement de Madrid et de la déclaration du maire de Mostoles on peut dater l’avènement de la notion de souveraineté nationale et populaire en Espagne5. Désormais, la dynastie a affaire avec un nouvel acteur politique : le peuple, la nation. Les Cortès de Cadix, qui donnent au pays sa première constitution le 19 mars 1812, formalisent cette nouvelle configuration politique. Elle est révolutionnaire. L’Ancien Régime espagnol est mort… Mais paradoxalement, le roi Ferdinand VII représente un élément clef de la mobilisation populaire. C’est au nom de « Ferdinand le Désiré » que luttent des bandes armées qui, grâce à l’aide anglaise supervisée par Wellington, mettent en échec les armées et les généraux napoléoniens. Le 24 mars 1814, Ferdinand VII passe la frontière à Figueras. Il est accueilli triomphalement à Saragosse, puis à Valence. Le 4 mai, avant d’entrer à Madrid, il dénonce la constitution de Cadix, « nulle et non avenue ». L’Ancien Régime vient de renaître… et avec lui l’Inquisition que Napoléon, dans son élan modernisateur, avait supprimée.

  • 6 Il s’agit d’un manifeste politique qui est proclamé par une partie de l’armée qui se soulève au nom (...)
  • 7 Benito Pères Galdos (1843-1920) a construit une grande fresque romanesque sur l’histoire contempora (...)

8De 1814 à 1833, Ferdinand VII gouvernera selon les règles du pouvoir absolutiste. Entre 1820 et 1823, il aura dû composer avec un gouvernement issu d’un pronunciamiento qui avait permis le rétablissement de la constitution de18126. Mais Ferdinand VII est rétabli dans ses prérogatives absolues grâce à l’intervention militaire française des « Cent mille fils de saint Louis », dont Chateaubriand se vantera dans ses Mémoires d’outre-tombe. La répression qui suivra sera féroce et les historiens ont coutume d’appeler la période1823-1833 « la décennie odieuse7 ». Roi absolu, Ferdinand VII n’en demeure pas moins un roi fragile. À l’étranger, les libéraux en exil noircissent sa réputation. À la cour, il doit affronter les ambitions trop visibles de son frère, don Carlos. En effet, Ferdinand VII n’a pas d’héritier. Sa quatrième épouse, Marie-Christine de Bourbon, épousée en 1829, lui donne deux filles : Isabelle née en 1830 et Louise-Fernande, née en 1832. Le 3 avril 1830, avant la naissance de la princesse, est publiée dans La Gaceta la pragmatique sanction qu’en1789 le roi Charles IV avait décidée mais pas fait sanctionner et qui abolissait la loi salique introduite en Espagne par le premier des Bourbons, Philippe V. La naissance d’Isabelle en septembre1830 la convertissait dès lors en princesse héritière : don Carlos était déplacé et relégué. En septembre 1832, Ferdinand VII, victime d’une attaque de goutte, est au plus mal. Le clan des partisans de don Carlos lui arrache l’annulation de la décision de1830 et le rétablissement de la loi salique. Mais, contre tout pronostic, Ferdinand VII se releva de cette alerte et annula la décision qu’on lui avait arrachée. À sa mort, le 29 septembre 1833, la cour est notoirement divisée entre les « cristinos » — partisans de la régence par la reine Marie-Christine — et les « carlistas » — les appuis de don Carlos.

  • 8 René Rèmond, Les droites en France, Paris, Aubier-Montaigne, 1982.

9L’histoire du règne de Ferdinand VII nous révèle la matrice de l’histoire de la dynastie des Bourbons. Elle est faite de divisions familiales qui sont des divisions politiques, d’exils, de revanches, de fragilités, de régences… Entre 1833 et 1839, le pays connaît sa première guerre civile entre carlistes et libéraux. Elle ravage le Nord, notamment le Pays basque et la Navarre. C’est plus qu’une division : on peut presque parler de schisme. Pour sauver le trône de sa fille, Marie-Christine fait alliance avec les libéraux. En 1834, elle octroie une charte (Estatuto Real), puis en1837 elle accepte une constitution tandis que don Carlos continue de plaider pour l’absolutisme et fait de sa foi catholique sa marque de fabrique. Avec le carlisme naît toute une tradition politique qui irriguera progressivement tout le volet intégriste du catholicisme espagnol. La fracture des droites trouve là une de ses origines. Pour tracer un parallèle avec la France en adoptant la typologie de René Rémond, don Carlos incarne l’ultracisme tandis que Marie-Christine aurait une pratique orléaniste8.

  • 9 Isabelle est proclamée majeure à ses treize ans en 1843. Mérimée dans sa correspondance insinue que (...)
  • 10 Une deuxième guerre carliste a eu lieu entre 1854 et 1856.

10La paix de Vergara, en 1839, met fin à la guerre civile. Elle place au premier rang politique le général Espartero qui a mené les troupes isabélines à la victoire. En 1840, il est à l’origine d’un pronunciamiento. Il devient même régent, forçant Marie-Christine à l’exil. La reine ne dispose pas d’une grande force politique. Son comportement personnel — elle s’est remariée en secret à l’un de ses gardes du corps dont elle a huit enfants, tous envoyés en France pour cacher le scandale ! — la fragilise. Ses tergiversations — elle n’est libérale que pour sauver son trône —, puis, plus tard, ses malversations financières auront miné le chemin qui devait conduire la jeune Isabelle sur le trône9. José Güell avait proposé en1858 un parallèle entre Isabelle II et la grande Isabelle la catholique. Il s’agissait bien de défendre la figure d’une très jeune femme qui occupait un trône contesté par les carlistes, et d’y voir la promesse d’un grand règne10. Cet essai restera infructueux et la réputation d’Isabelle II sera toujours sulfureuse. Cela commença par la question hautement politique de son mariage.

  • 11 François Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, 1874.
  • 12 Isabel Burdiel, Isabel II, Madrid, Taurus, 2010.
  • 13 Isabel Burdiel (dir.), Los Borbones en pelota, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 2012.
  • 14 « J’ai dit textuellement à Leurs Majestés que la haine qu’elle inspirait n’était tempérée que par l (...)

11Fruit d’une longue négociation diplomatique dont Guizot a laissé le récit11, le mariage d’Isabelle sera espagnol : elle épouse son cousin germain François, fils du fils cadet de Charles IV, un autre François. La sœur cadette de la reine, l’infante Louise-Fernande épouse le duc de Montpensier, un des fils de Louis-Philippe. Le mariage royal, célébré en 1846, fut immédiatement objet de scandale. Non seulement il n’était pas consommé, mais il semble que la jeune reine (elle a entre seize et dix-sept ans) s’attache à d’autres hommes. Il faudra l’intervention du pape Pie IX pour forcer la reine et son époux à vivre ensemble. Si des enfants naquirent de cette union, les appétits sexuels tant d’Isabelle que de François — on le surnommait « Paquita », diminutif féminin de François ! — eurent tôt fait d’alimenter toutes sortes de rumeurs et d’insinuations. La chose ne serait qu’anecdotique si elle n’avait eu des effets politiques. Tout récemment, Isabel Burdiel, à qui l’on doit la meilleure biographie d’Isabelle12, a préfacé la réédition d’un ouvrage scandaleux du xixe siècle : Los Borbones en pelota, littéralement Les Bourbons à poil13. Les images satiriques du pamphlet sont d’une violence inouïe : on y voit la reine offrant son sexe à ses courtisans dont le pénis est en violente érection. Le confesseur de la reine, le père Claret, sa conseillère spirituelle, Sœur Patrocinio sont tout aussi obsédés sexuels et dénudés… Circulant sous le manteau, ces images ont fait plus qu’abîmer la figure de la reine : elles minaient l’institution monarchique en discréditant la dynastie. Mérimée, dès 1853, informe Napoléon III du mépris dont elle fait l’objet14.

  • 15 L’expression est de Perez Galdos, La de los tristes destinos, Madrid, Pelardo y Peláez, 1907.

12En 1865, l’émeute dite de la saint-Daniel, née de la décision du gouvernement de suspendre le recteur de l’université de Madrid, plonge en réalité ses racines dans une nouvelle incartade politique et financière de la reine Isabelle. Celle-ci avait décidé de céder une partie de son patrimoine à l’État, afin que celui-ci puisse à son tour le vendre et en tirer des recettes qui réduiraient le déficit. Cependant, 75 % du produit de la vente était affecté à l’État tandis que les 25 % restant alimentaient la caisse personnelle de la monarque. Les affidés virent dans ce geste la répétition du geste généreux d’Isabelle la Catholique vendant ses bijoux pour financer l’expédition de Christophe Colomb. Mais l’opposition libérale et démocrate y vit la spoliation pure et simple d’un patrimoine national. Pour Emilio Castelar, professeur à l’université de Madrid et leader démocrate, la reine volait les Espagnols. L’émeute provoqua neuf morts : le trône en resta tout à fait vacillant. Trois ans plus tard, la « Gloriosa », (c’est le nom donné à la révolution qui est d’abord une conjuration de toutes les oppositions) met fin au règne d’Isabelle. Elle part en exil en France et connaît dès lors un « triste destin15 ». Isabelle a échoué comme reine constitutionnelle et la fragilité morale de ses comportements a convaincu les élites espagnoles de l’abandonner. Incapable de s’en tenir au rôle que lui fixaient les textes constitutionnels (essentiellement celui de1845 puisque la constitution progressiste de 1856 ne fut pas appliquée), Isabelle a démontré que sa pratique perturbait l’équilibre des pouvoirs. La solution passe donc par son renversement.

13Le nouveau pouvoir à Madrid, après que les Cortes constitutionnels ont rédigé un texte (1869), cherche un roi. Parmi les candidats, le duc de Montpensier, beau-frère de la reine déchue qui se vante d’appartenir à la famille d’Orléans : c’est une manière de dire son libéralisme. On sonde un prince Hohenzollern (ce qui provoquera la guerre entre la France et la Prusse). On écarte l’hypothèse d’un roi choisi parmi les prestigieux généraux espagnols. Au final, c’est le fils cadet de Victor-Emmanuel II roi de Piémont qui est élu. Amédée de Savoie arrivera à Madrid en décembre1871 et quittera l’Espagne en février1873. Son bref règne ne fait que traduire l’instabilité dans laquelle s’enfonce le pays. Après cette parenthèse italienne de la couronne espagnole, la République est proclamée.

  • 16 Ce document est connu sous le nom de Manifeste de Sandhurst.
  • 17 Luis Diez Del Corral, El liberalismo doctrinario, Madrid, 1955.

14Pendant ce temps, autour d’Antonio Canóvas del Castillo, les partisans d’une restauration de la monarchie et des Bourbons s’activent. Ils obtiennent une renonciation au trône de la reine Isabelle II au profit de son fils aîné, le jeune prince Alphonse, dont l’éducation se poursuit à Paris puis à l’académie militaire britannique de Sandhurst. Publiant un manifeste le1er décembre187416, le jeune prince s’offre pour une restauration qui reprendrait la forme d’une monarchie constitutionnelle. Pérez Galdos trouvera la formule qui dit la synthèse proposée : il s’agit d’unir dans un même corps l’esprit de Pie IX et celui d’Espartero. Début 1876, Alphonse fait son entrée à Madrid et devient roi sous le nom d’Alphonse XII. Une constitution mettant en place un système bicaméral et faisant du roi l’un des détenteurs de la souveraineté est votée en1876. Le suffrage est redevenu censitaire. La pensée politique de Cánovas emprunte au libéralisme anglais et au libéralisme doctrinaire17. Il rêve d’un système bipartisan : à un grand parti conservateur s’oppose un grand parti libéral, les deux étant unis sur la forme de l’État. Cet idéal est mis en forme à partir de1876. Il surmontera trois grandes épreuves : la mort prématurée d’Alphonse XII en1885 et la mise en place d’une régence sous l’autorité de la reine Marie-Christine de Habsbourg, l’instauration du suffrage universel en1890 par le gouvernement libéral de Mateo Praxedes Sagasta et enfin la grande crise de conscience nationale de 1898 consécutive à la perte des colonies cubaine et philippine, arrachées par les États-Unis au terme de combats rapides et humiliants.

15En 1902, le jeune Alphonse est proclamé roi sous le nom d’Alphonse XIII. Il a tout juste seize ans. Né après la mort de son père, il est l’enfant du miracle mais aussi roi dès sa naissance. Dès son plus jeune âge, il recevra les marques d’hommage et de révérence auxquelles son statut lui donne droit. Psychologiquement, cela ne fut pas sans conséquence : le jeune homme n’a jamais fait l’expérience d’une résistance… Entouré d’hommes politiques âgés, il se sent beaucoup plus à l’aise dans une ambiance militaire où ses talents et son énergie se libèrent. Comme roi, il doit faire face au lent dérèglement du système des partis : libéraux et conservateurs continuent d’alterner au pouvoir mais des dissidences purement personnelles compliquent la stabilité des groupes. À Madrid, à Barcelone, le socialisme commence à se manifester électoralement. En Catalogne et au Pays basque, des mouvements régionalistes, sans remettre en cause leur allégeance à la Couronne, développent de nouvelles perspectives pour l’Espagne.

16Le 31 mai 1906, lors du mariage du roi avec la princesse anglaise Victoire-Eugénie de Battenberg, un attentat fait vingt-trois morts sur le passage du convoi nuptial. La chance du roi aurait pu être un signe favorable, mais la poursuite des festivités malgré le drame heurte l’opinion publique. Première grave faute de communication, elle sera suivie d’autres erreurs semblables. Quinze ans plus tard, alors que les troupes espagnoles au Maroc ont subi à Annual un véritable massacre (on parle de dix mille morts), le roi célèbre à Burgos le rapatriement des cendres du Cid campeador ! L’écart est décidément trop manifeste entre une élite enfermée dans ses codes et ses symboles et un pays qui ploie sous les épreuves et les revers. La violence politique qui se développe à partir de la grève générale de1917 accentue cette impression de crise désormais ouverte et non plus larvée. Les contemporains ont conscience de cette crise. Les historiens ont d’ailleurs appelé ce temps « la crise de la Restauration », sous-entendant l’épuisement de la formule historique de1876.

  • 18 Les deux tantes du roi, les infantes, Eulalie et Paz, disent leur admiration pour Mussolini dans le (...)
  • 19 La formule conclut l’article donné par le philosophe le 15 novembre 1930 et passé à la postérité. « (...)

17On sait comment cela se régla : en septembre 1923, le commandant militaire de Catalogne, le général Miguel Primo de Rivera renverse le gouvernement civil et s’installe à la tête d’un directoire militaire. Alphonse XIII entérine le coup d’État. Primo de Rivera avait promis un gouvernement provisoire de90 jours : il présidera le gouvernement jusqu’en 1930 ! La constitution de 1876 est suspendue sans pour autant que soit institutionnalisée la dictature sous la forme d’un régime politique réglé par des lois fondamentales. Alphonse XIII a beau voir en Primo de Rivera « son Mussolini », l’Espagne n’est pas fasciste18. Elle n’est plus libérale. Quand les oppositions surmontant non sans mal leurs divisions se rassemblent — c’est le Pacte de Saint-Sébastien de l’été 1930 —, elles s’accordent sur l’idée que formulera avec audace José Ortega y Gasset : « Delenda est Monarchia19 ». Incriminant directement Alphonse XIII, il l’accuse de vouloir faire « comme s’il n’y avait pas eu de dictature », comme « si rien ne s’était passé » et qu’un retour à la normale était possible.

18Le 12 avril 1931, des élections municipales ont lieu dans toute l’Espagne. Elles sont le prélude à la reprise d’une vie politique selon les règles de la constitution de1876. L’opposition républicaine l’emporte dans 45 des 50 capitales de province. Et même si ses conseillers tentent de faire croire à Alphonse XIII que le rapport de forces numériques est favorable aux monarchistes (en comptabilisant tous les conseillers municipaux, or près de vingt-deux mille avaient été élus sans compétiteurs aux termes de la loi électorale qui prévoyait l’absence de vote en cas de candidature unique), le roi ne cède pas à la tentation de cette lecture biaisée. Il abdique et le14 avril1931 la République est proclamée.

19Arrêtons-nous un instant pour faire un bilan de cette monarchie du xixe et du début du xxe siècle. Ferdinand VII et Alphonse XII sont morts rois d’Espagne. Isabelle II et Alphonse XIII mourront en exil, en 1904 à Paris pour la première, à Rome en 1941 pour le second. Tous auront connu l’exil : Ferdinand VII de 1808 à 1814, Isabelle II de 1868 à 1904, Alphonse XII comme jeune prince de 1868 à 1876, Alphonse XIII de 1931 à 1941. Tous, à l’exception d’Alphonse XII (dont le règne fut bref : une dizaine d’années), ont dû gouverner avec des adversaires politiques. Ils n’y ont jamais vraiment consenti et ont toujours voulu reprendre la main. Ils n’ont pas joué le jeu de la constitution qui leur assignait une fonction précise dans l’État. Leur éducation, le plus souvent négligée, continuait de les convaincre qu’ils incarnaient l’Espagne et que l’État se confondait avec leur volonté.

20Ce bilan politique et historique explique la fragilité de la monarchie. Éclaboussée plus qu’il ne faut par des comportements outrageusement scandaleux quand il s’agissait de malversations financières (la reine Marie-Christine de Bourbon, Isabelle II) ou grivoisement comiques (concernant Isabelle II et Alphonse XIII, grand collectionneur de photos érotiques), la monarchie a souffert par et de ses incarnations successives. Le principe qu’incarne l’homme ou la femme qui règne n’a jamais vraiment percé devant des comportements qui trahissaient une trop grande complaisance à l’égard de pulsions privées. On ne compte pas les libelles et les articles qui dénonçaient les Bourbons. Un siècle de critiques, de blagues féroces et de mépris mine le respect, principe essentiel sur lequel reposent le pouvoir royal et sa symbolique.

21Il faut avoir présent à l’esprit ces réalités qui sont entrées dans la culture politique espagnole. Elles y sont demeurées et si elles ont, un temps été masquées par la popularité de Juan Carlos, on a pu voir avec quelle intensité elles sont revenues au premier plan lors de la crise de l’institution monarchique ces dernières années. Les images négatives que l’on peut avoir des Bourbons ne sont pas que des effets d’opinion : durablement ancrées dans l’esprit public, elles font partie d’une culture de la protestation et à ce titre, elles peuvent être réactivées dès lors que des similitudes entre le présent et le passé semblent apparaître.

La monarchie et le pacte démocratique

  • 20 Charles T. Powell, El piloto del cambio. El rey, la monarquía y. la transición a la democracia, Bar (...)

22Pour autant, ne voir l’institution monarchique que par le prisme de l’héritage historique négatif ne permet pas de comprendre la place qu’elle a occupée à partir de 1975 quand Juan Carlos, succédant à Franco, devint le « pilote du changement », pour reprendre l’expression de l’historien Charles Powell20. Mais pour que Juan Carlos puisse devenir ce pilote, il avait fallu que l’option monarchiste représente une alternative possible. Reprenons donc rapidement l’histoire des hommes qui font la monarchie pour comprendre l’héritage politique et familial dont Juan Carlos était lesté.

  • 21 Les monarchistes légitimistes français ne reconnaissent pas cette renonciation et tiennent cette br (...)
  • 22 Louis d’Anjou est donc l’arrière-petit-fils d’Alphonse XIII et de Franco !

23Nous avons laissé Alphonse XIII en exil. Sa famille se déchire : il vit séparé de son épouse la reine Victoire-Eugénie. Son premier fils, Alphonse, prince des Asturies, renonce à ses droits dynastiques le 11 juin 1933 pour pouvoir épouser une Cubaine riche peut-être, mais pas de sang royal. Les temps ne sont pas mûrs pour un mariage morganatique, ou plutôt les mentalités royales ne sont pas prêtes à cela. Don Alphonse meurt dans un accident de voiture, à Miami, en 1938. Le second fils, don Jaime, est contraint de renoncer à ses droits dynastiques : sourd et muet, on estime qu’il est incapable d’être roi21. Marié à Emmanuelle de Dampierre, il aura un fils, Alphonse, duc de Cadix et duc d’Anjou qui, en 1972, épousera la petite-fille de Franco22. C’est donc au troisième fils, don Juan qu’échoient les droits dynastiques. En 1941, il devient le chef de la famille royale et le prétendant au trône d’Espagne quand son père Alphonse XIII abdique quelques mois avant sa mort en désignant son fils comme son successeur.

  • 23 « Dès que j’ai assumé les devoirs et les droits de la Couronne d’Espagne, j’ai montré mon insatisfa (...)

24Sa vie politique s’organisera désormais autour de sa volonté de restauration des Bourbons. Ce combat est double : pour don Juan, il est un combat dynastique et historique mais aussi un combat politique et il saura faire évoluer le sens de la monarchie pour lui redonner toutes ses chances dans le débat espagnol. Le manifeste de Lausanne de mars1945 en est la première étape : le comte de Barcelone entend profiter du courant qui emporte tous les régimes totalitaires en Europe et présente la monarchie comme la solution. Ce sera une « monarchie réconciliatrice, juste et tolérante », encadrée par une constitution qui reconnaîtra « les droits inhérents à la personne humaine et les libertés politiques », établira une « assemblée législative élue par la nation », qui reconnaîtra les diversités régionales de l’Espagne et qui approuvera une « large amnistie politique ». Il n’hésite pas à exprimer son opposition frontale aux principes du franquisme23.

  • 24 Pour une approche détaillée voir Gonzalo Redondo, Política, cultura y sociedad en la España de Fran (...)

25Comme tout combat politique, il est dépendant des circonstances. En 1947, Franco fait ratifier par référendum la loi de succession qui établit en son premier article que « l’Espagne est un royaume », en son article 2 que Franco est le chef de l’État et en son article 7 que « Franco peut proposer aux Cortes la personne qui sera appelée à lui succéder comme roi ou régent »24. Don Juan proteste contre cet arbitraire qui donnait à Franco toute latitude pour restaurer la monarchie des Bourbons ou au contraire instaurer une nouvelle dynastie. Mais en 1948, il accepte de rencontrer Franco et de lui confier son fils Juan Carlos pour que ce prince espagnol soit éduqué en Espagne. L’épisode est essentiel parce qu’il apparaît, pour l’opposition antifranquiste, plus que comme un compromis, comme une compromission entre don Juan et le dictateur. Après l’avoir publiquement dénoncé, voilà que don Juan se place sous sa férule en lui abandonnant son fils. Pour les franquistes, c’est une véritable « prise de guerre » et Franco jouera le fils contre le père… Quant à Juan Carlos, alors âgé de dix ans (il est né le 5 janvier 1938 à Rome), c’est un arrachement au cadre familial et une plongée dans l’inconnu.

  • 25 Ce point est important : la désignation de Juan Carlos n’est pas le résultat d’un accord au sein de (...)

26Le jeune prince sera de fait éduqué par Franco dans l’Espagne de Franco. Il y fera une carrière militaire, renouant avec la préparation au trône que l’on avait donnée à Alphonse XII qui lui aussi fut le restaurateur des Bourbons. Jusqu’en 1962, la figure de Juan Carlos est discrète. Son mariage avec Sophie de Grèce est un événement de la vie mondaine. L’installation du nouveau couple à Madrid reste discrète. La naissance de leurs trois enfants — Hélène en 1963, Christine en 1965, Philippe en 1968 — reste un événement privé, même si le baptême de Philippe permet à la reine Victoire-Eugénie, la veuve d’Alphonse XIII, de revenir en Espagne pour la première fois depuis1931. Il faut attendre juillet1969 pour que Juan Carlos devienne une personnalité politique. Franco le désigne en effet comme son successeur. Cette décision provoque une crise familiale : le comte de Barcelone est furieux de constater que son fils accepte la succession de Franco sans le consulter et en violation flagrante des règles successorales et dynastiques25. Juan Carlos prendra d’ailleurs le titre de « prince d’Espagne » et non le titre traditionnel des héritiers de la couronne à savoir « prince des Asturies ». Ce faisant, il cherchait à ménager son père et à ne pas violer protocolairement les règles de la famille royale.

  • 26 Voir Juan Francisco Fuentes, Adolfo Suárez. Una biografía política, Barcelone, Planeta, 2011.
  • 27 Ortega y Gasset avait en 1930 dénoncé « l’erreur Berenguer », nom du général nommé à la tête du gou (...)

27En 1969, Franco est chef de l’État depuis plus de trente ans. Il vieillit et les cercles politiques bruissent des spéculations que génèrent ce que l’on appelle pudiquement « le fait biologique », c’est-à-dire la mort du vieux général. Juan Carlos est idéalement placé pour recueillir cette succession… si l’ordre franquiste survit à son fondateur. Le prince sera aidé par l’action du directeur général de la Télévision espagnole, un certain Adolfo Suárez26. Pendant six ans, le prince s’est donné à connaître et lorsque Franco meurt le 20 novembre 1975, il n’est plus un inconnu. Il demeure cependant une énigme tant il s’est habilement enfermé dans le silence. On sait désormais que cette attitude était le fruit d’une prudence absolue. Juan Carlos sait qu’il possède peu d’atouts : désigné par Franco contre son père, il n’a pas la légitimité monarchique pure ; héritier du dictateur, il apparaît comme le continuateur du régime honni par ses adversaires. Enfin, il ne jouit pas de la confiance des cercles franquistes. Le président du conseil Carlos Arias Navarro le méprise ouvertement et Juan Carlos déclarera publiquement lors de son voyage officiel aux États-Unis en mai 1976 que son Premier ministre « est un désastre » ! Ce n’est qu’en juillet de la même année que le jeune roi abat sa première carte : il nomme Adolfo Suárez chef du gouvernement. Par un effet d’anachronisme, on est amené à penser que la nomination suscita l’approbation générale. Tant s’en faut. Dans la presse, un essayiste, Ricardo de La Cierva, tentera de devenir l’Ortega y Gasset de sa génération en dénonçant « l’erreur Suárez27 ». Suárez vient du courant phalangiste du régime : il a été ministre du Mouvement (c’est-à-dire secrétaire général du parti unique). Il n’a que sa jeunesse (il est de1932) pour lui et son sens de la communication. Tout cela procède bien d’un pari politique fait par Juan Carlos qui a vu dans cet homme la personnalité idoine pour démanteler de l’intérieur le franquisme.

  • 28 À cause du souvenir d’avril 1931, on a choisi d’aller directement aux élections générales et de ret (...)

28Dès l’automne 1976, la loi de réforme politique est votée par les Cortes franquistes dans un acte d’auto-immolation politique étonnant. Le pari légaliste de Juan Carlos est en route. Des élections générales sont convoquées pour le15 juin197728. Elles seront des élections pleinement libres et régulières. Le Parti communiste espagnol peut y concourir après avoir été légalisé le samedi saint de cette année1977. Santiago Carrillo, son leader, donne immédiatement une conférence de presse avec, derrière lui, le drapeau monarchiste et non le drapeau républicain. Le 14 mai 1977, le comte de Barcelone renonce à ses droits dynastiques et reconnaît Juan Carlos, son fils, comme le roi d’Espagne. Il termine son discours en se tournant vers son fils et en disant : « Majesté, pour l’Espagne, tout pour l’Espagne, vive l’Espagne, vive le Roi ». Ainsi, au matin du 16 juin 1977, Juan Carlos peut estimer qu’il a mené la première phase de la transition démocratique sans heurts et qu’il a libéré l’expression démocratique des opinions politiques des Espagnols.

29La deuxième phase, d’une certaine façon, ne lui appartient plus. L’assemblée élue est, de fait, une assemblée constitutionnelle. Le texte élaboré par une commission de sept membres sera approuvé par référendum le6 décembre1978 par plus de 88 % de oui et une participation de plus de 67 %. Dans ce texte, l’alinéa 3 de l’article 1er désigne la forme politique de l’État : une monarchie parlementaire. Le titre II porte sur la Couronne (articles 56 à65) et établit les fonctions du roi et les règles de son action.

30Il y aura une troisième phase qui ne pouvait être prévue. Le 23 février 1981, une tentative de coup d’État a lieu au moment où l’ensemble des forces politiques est rassemblé au Parlement pour la séance d’investiture de Leopoldo Calvo Sotelo, désigné comme président du gouvernement à la suite de la démission d’Adolfo Suárez. Alors que les institutions politiques sont ainsi prises en otage, seul le roi, entouré de quelques secrétaires d’État, est à même d’assurer le fonctionnement régulier des institutions. Dans la nuit, à 1 h 20 du matin, Juan Carlos, en uniforme de capitaine-général, intervient à la télévision. Son discours est centré sur la défense de la Constitution et il agit comme l’un de ses organes en incarnant la « Couronne ». Il a ordonné aux autorités civiles et militaires de « maintenir l’ordre institutionnel dans la législation en vigueur » et rappelle que « la Couronne ne peut tolérer l’action de personnes qui prétendraient interrompre par la force le processus démocratique que la Constitution votée par le peuple espagnol lors d’un référendum déterminant ». Dans l’émotion du moment, on a trop peu prêté attention au calibrage extrême de ce très bref message d’une minute et demie ! Le roi n’a cessé de se placer dans le cadre constitutionnel. Il a sauvé la démocratie et la constitution de1978 en jouant le rôle que celle-ci lui avait dévolu. Il a agi comme pouvoir constitutionnel démontrant que la Couronne était parfaitement compatible avec la démocratie. Il est le premier roi d’Espagne à faire cette démonstration.

  • 29 Voir par exemple, Real Academia de la Historia, 25 años de reinado de S. M. D. Juan Carlos I, Madri (...)

31Immédiatement, le sentiment que le roi vient de gagner une partie décisive se répand non seulement parmi les Espagnols mais dans l’opinion publique mondiale. Si certains pouvaient douter de la légitimité du roi, successeur de Franco, Juan Carlos vient, en agissant constitutionnellement, de gagner sa légitimité historique et politique. Elle sera longtemps la base de l’immense respect qu’il inspirait. Fort de cette transition démocratique réussie, Juan Carlos va devenir l’ambassadeur de la nouvelle Espagne démocratique. La signature de l’adhésion de l’Espagne à la CEE en juin 1985, l’accueil de la conférence pour la paix au Moyen-Orient fin 1991, les Jeux olympiques de Barcelone en 1992 sont autant de moments fastes du règne de Juan Carlos. L’alternance démocratique — de1982 à1996 ont gouverné les socialistes de Felipe González, de 1996 à 2004, les conservateurs de José María Aznar, puis de 2004 à 2011 à nouveau les socialistes —, la prospérité du pays et sa modernisation accréditent l’idée d’un succès espagnol. Juan Carlos est célébré comme le promoteur de la période la plus brillante de l’histoire contemporaine de l’Espagne29.

32Le contraste est saisissant en effet entre ce règne qui voit fonctionner une constitution libérale et démocratique et les expériences antérieures qui avaient vu les rois être en eux-mêmes une partie des obstacles à la démocratisation du pays. Juan Carlos apportait un démenti à l’histoire passée de la dynastie des Bourbons en inscrivant celle-ci dans un système de monarchie parlementaire. Mais à ce premier volet, il en ajoutait un autre : il conjurait l’histoire de l’Espagne avec laquelle se confond celle de sa famille et il en écrivait une autre dont les Espagnols pouvaient être fiers.

Une monarchie démocratique

  • 30 L’un des premiers titres à représenter ce courant est Juan Pablo Fusi, Jordi Palafox, España. El de (...)

33Il est temps de conclure car nous avons peut-être là la clef de la crise qui affecta l’institution monarchique dans le courant des années2000. L’Espagne était devenu un pays normal. Dans l’historiographie, on pouvait mesurer cela dans les ouvrages qui désormais insistaient sur la non-exception espagnole30. Un vertige de succès s’empara de la société espagnole : il devait conduire à des excès de toute sorte. Quand la crise économique éclata et révéla brutalement les fragilités du modèle espagnol, l’effet ne fut pas que matériel. Il fut aussi moral. C’est un doute qui, progressivement, gangrena la société. L’effondrement du marché immobilier, l’explosion du chômage, le retour de l’émigration des jeunes pour trouver un emploi : le pays douta de lui-même et du récit que l’on avait donné de sa prospérité. Pire encore : l’ampleur de la corruption des élites se révéla supérieure à ce que les Cassandre avaient pu déjà dénoncer. La révélation des affaires troubles du gendre de Juan Carlos, Iñaki Urdangarin, mari de l’infante Christine, allait lézarder l’image jusque-là épargnée du roi et de sa famille. Urdangarin fut accusé de détournement de fonds publics et sa femme est de fraude fiscale. Mais il y a plus : l’accident du roi au Bostwana, où il était parti en avril 2012 pour un safari, allait mettre sur le devant de la scène sa liaision avec la princesse Corinne zu Sayn-Wittgenstein. Enfin, les problèmes de santé donnaient de Juan Carlos l’image d’un homme fatigué et usé. Très vite, l’opinion devint d’une extrême sévérité. En avril 2012, l’un des journalistes les plus en vue, Iñaki Gabilondo, signait sur El Pais. com un éditorial qui se concluait ainsi : « Majesté, divorcez ou abdiquez. »

  • 31 Le roi n’intervient que pour son message de Noël le 24 décembre à 21 heures Par quatre fois, il est (...)

34Depuis Juan Carlos a abdiqué. La fragilisation de sa position dans l’opinion publique était réelle. Elle posait un problème politique. Pourquoi Juan Carlos a-t-il cependant cédé alors qu’en 2012, lors de ses vœux aux Espagnols, il avait clairement fait savoir que « le service de l’Espagne était sa passion et sa mission » ? La presse avait dès le lendemain titré sur le rejet de l’hypothèse de l’abdication. Les pressions politiques et familiales ont été nombreuses. La bonne image du prince héritier rendait facile la succession. Ensuite, la mort en mars 2014 d’Adolfo Suárez avait d’un coup ramené à la mémoire des citoyens cette page glorieuse du début du règne. Juan Carlos intervint à la télévision pour rendre hommage à son ancien Premier ministre31. Ce message est un premier testament politique. Il y revendique « un des épisodes les plus brillants de l’histoire de l’Espagne contemporaine : la Transition qui, portée par le peuple espagnol, fut impulsée par Adolfo et [lui] ». Fort de ce regain de popularité qui est d’abord le fruit d’une nostalgie, Juan Carlos a accepté de se sacrifier pour sauver l’institution monarchique. On peut être sûr que dans ce choix a pesé l’exemple de son père, don Juan, comte de Barcelone. Juan Carlos, lors d’un entretien télévisé réalisé à l’occasion de ses soixante-quinze ans (en janvier 2013), avait rappelé que son père fut son mentor politique et que c’est de lui qu’il avait appris que la monarchie était au service des Espagnols.

35La relève désormais est assurée d’une main ferme et rigoureuse. Cette étape est essentielle dans la consolidation du modèle de la monarchie parlementaire et rappelle que la couronne est réglée par la Constitution. Mais si ce pacte de la Couronne avec la démocratie est vivant et solide, l’histoire rappelle que la fragilité d’une monarchie tient moins à ses principes qu’à ses incarnations. C’est tout le défi qui est posé à Philippe VI que de continuer à bénéficier du soutien de l’opinion alors même qu’il est exonéré de toute compétition électorale. L’opinion publique joue dans la confirmation de la monarchie un rôle plus éminent qu’on ne l’a cru. La monarchie espagnole est bien démocratique : c’est, par-delà sa soumission à l’esprit public, sa force.

Notes

1 « Encuesta de Metroscopia : el clima político y social en España », El País, dimanche 8 février 2015.

2 Telle est la raison d’un article consacré à la monarchie dans ce livre étudiant la crise démocratique espagnole.

3 Pour une interprétation globale de ce moment dans l’histoire catalane, voir José Enrique Ruiz-Domècec, Catalunya-España. Encuentros y desencuentros, Barcelone, La Vanguardia 2010 et Henry Kamen, España y Cataluña, Madrid, La Esfera de los libros, 2014. Pour un point plus détaillé sur la guerre de Succession, voir Joaquim Albareda Salvadó, La guerra de Sucesión en España (1700-1714), Barcelone, Crítica, 2011.

4 Philippe V abdiqua en janvier 1724 et son fils Louis lui succéda. Il mourut prématurément en août 1724 forçant son père à remonter sur le trône.

5 Miguel Artola, La monarquía de España, Madrid, Alianza Editorial, 1999.

6 Il s’agit d’un manifeste politique qui est proclamé par une partie de l’armée qui se soulève au nom des principes exposés. Le pronunciamiento peut aboutir à un changement de gouvernement ou pas. Il n’est pas un coup d’État : il est une invitation à changer le gouvernement et sa ligne politique. En vérité, il est la première étape du coup d’État !

7 Benito Pères Galdos (1843-1920) a construit une grande fresque romanesque sur l’histoire contemporaine de l’Espagne rassemblée sous le nom Épisodes nationaux (46 titres !). L’un des romans s’intitule : La terreur de 1824.

8 René Rèmond, Les droites en France, Paris, Aubier-Montaigne, 1982.

9 Isabelle est proclamée majeure à ses treize ans en 1843. Mérimée dans sa correspondance insinue que la reine mère, Marie Christine, qu’il appelle « la vieille coquine », avait tenté de vendre des toiles originales du Prado et de les remplacer par des copies… le tout à son profit exclusif !

10 Une deuxième guerre carliste a eu lieu entre 1854 et 1856.

11 François Guizot, Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, Paris, 1874.

12 Isabel Burdiel, Isabel II, Madrid, Taurus, 2010.

13 Isabel Burdiel (dir.), Los Borbones en pelota, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 2012.

14 « J’ai dit textuellement à Leurs Majestés que la haine qu’elle inspirait n’était tempérée que par le mépris », Lettre 2082, au général L.A. Callier, 2 janvier 1854, CG, t. VII, p. 244.

15 L’expression est de Perez Galdos, La de los tristes destinos, Madrid, Pelardo y Peláez, 1907.

16 Ce document est connu sous le nom de Manifeste de Sandhurst.

17 Luis Diez Del Corral, El liberalismo doctrinario, Madrid, 1955.

18 Les deux tantes du roi, les infantes, Eulalie et Paz, disent leur admiration pour Mussolini dans leurs mémoires. Voir María Victoriá López-Cordón, La casa de Borbón, vol. 2 : 1808-2000, Madrid, Alianza Editorial, 2000, p. 676.

19 La formule conclut l’article donné par le philosophe le 15 novembre 1930 et passé à la postérité. « Espagnols, écrit Ortega, votre État n’existe pas. Reconstruisez-le ! Delenda est Monarchia ».

20 Charles T. Powell, El piloto del cambio. El rey, la monarquía y. la transición a la democracia, Barcelone, Editorial Planeta, 1991.

21 Les monarchistes légitimistes français ne reconnaissent pas cette renonciation et tiennent cette branche pour la branche légitime. C’est ainsi que l’actuel duc d’Anjou, Louis est Louis XX pour les légitimistes.

22 Louis d’Anjou est donc l’arrière-petit-fils d’Alphonse XIII et de Franco !

23 « Dès que j’ai assumé les devoirs et les droits de la Couronne d’Espagne, j’ai montré mon insatisfaction à l’égard de la politique intérieure et extérieure suivie par le général Franco. […] Je ne lève aucune étendard de sédition, je n’incite personne à se soulever, mais je veux rappeler à ceux qui soutiennent le régime l’immense responsabilité qu’ils assument en prolongeant ainsi une situation qui est en train de mener le pays vers une irrémédiable catastrophe », Manifeste de Lausanne, 19 mars 1945.

24 Pour une approche détaillée voir Gonzalo Redondo, Política, cultura y sociedad en la España de Franco (1939-1975), t. 1 : La configuración del Estado español, nacional y católico (1939-1947), Pampelune, EUNSA, 1999, p. 787-1056.

25 Ce point est important : la désignation de Juan Carlos n’est pas le résultat d’un accord au sein de la famille royale comme l’avait été, par exemple, la renonciation au trône d’Isabelle II en faveur de son fils Alphonse XII.

26 Voir Juan Francisco Fuentes, Adolfo Suárez. Una biografía política, Barcelone, Planeta, 2011.

27 Ortega y Gasset avait en 1930 dénoncé « l’erreur Berenguer », nom du général nommé à la tête du gouvernement par Alphonse XIII après la démission de Primo de Rivera.

28 À cause du souvenir d’avril 1931, on a choisi d’aller directement aux élections générales et de retarder les élections municipales. De fait, il faudra attendre avril 1979

29 Voir par exemple, Real Academia de la Historia, 25 años de reinado de S. M. D. Juan Carlos I, Madrid, Espasa Calpe, 2002.

30 L’un des premiers titres à représenter ce courant est Juan Pablo Fusi, Jordi Palafox, España. El desafio de la modernidad, Madrid, Espasa Calpe, 1998.

31 Le roi n’intervient que pour son message de Noël le 24 décembre à 21 heures Par quatre fois, il est intervenu exceptionnellement : dans la nuit du 23 au 24 février 1981 pour empêcher le coup d’État, le 11 mars 2004 au soir des attentats de Madrid qui avaient coûté la vie à 192 personnes, le 23 mars 2014 à l’annonce de la mort d’Adolfo Suárez, le 2 juin 2014 pour expliquer son abdication.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search