Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Contester en Espagne 7. Le mouvement des indignés : la...

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Deuxième partie. Revendications identitaires et nouveaux mouvements sociaux

7. Le mouvement des indignés : la création du 15-M et sa postérité

Sylvie Koller

Texte intégral

Ils ne nous représentent pas.
Ce n’est pas une crise, c’est une escroquerie.
Nous ne sommes pas contre le système, c’est le système qui est contre nous.
(Slogans des indignés de Madrid)

  • 1 Le sigle 15-M renvoie à la date du 15 mai 2011, c’est-à-dire à une manifestation organisée à Madrid (...)
  • 2 « Especial Aniversario 15-M », Madrid 15-M, periódico de Asambleas de Madrid, n° 25, mai 2014.

1En mai 2014, l’assemblée de Madrid de ce qui est désormais dénommé le15-M a célébré le troisième anniversaire de la création du mouvement des indignés1. Les formes mêmes de cet anniversaire s’inscrivent dans la continuité de l’élan premier, mais l’événement n’a pas fédéré plus de quelques centaines de personnes et a eu peu de répercussions médiatiques, même dans la presse sympathisante. Est-ce à dire que l’essoufflement du mouvement, annoncé dès juillet 2011, se confirme ? La réponse appelle des nuances. Certes, les mobilisations de masse convoquées directement par les différentes ramifications visibles du15-M (Democracia Real Ya, Juventud sin Futuro, Assemblée de Madrid, assemblées locales) ne se sont pas reproduites après la grande manifestation unitaire du15 octobre2011. Mais si le mouvement des indignés ne se pérennise pas dans sa forme initiale, ses nombreuses mutations en gardent l’empreinte originelle. Certains répertoires d’action et formes d’organisation demeurèrent bien présents lors du troisième anniversaire : tenue d’une assemblée ouverte sur la Puerta del Sol, travail échelonné sur plusieurs journées, au sein d’ateliers et de commissions thématiques, dans un espace public représentatif de la contre-culture : el Campo de la Cebada, dans le Madrid historique. Les indignés ont aussi organisé une célébration alternative de la fête votive de San Isidro, patron de Madrid, et appelé à manifester en direction de la Puerta del Sol. De tous ces événements, le journal de l’assemblée de Madrid s’est fait largement écho2.

2Les revendications soutenues lors du troisième anniversaire illustrèrent une lutte axée sur deux points centraux : la critique du modèle économique et financier espagnol et le refus du système politique en place, un double fil conducteur présent depuis le début du mouvement. La démocratie participative était encore à l’ordre du jour. Mais par ailleurs, la proclamation d’un esprit de résistance à diverses formes de répression minutieusement recensées, traduisit une forme d’autoglorification compensatrice propre aux groupes militants en perte de vitesse. Le paysage social du mouvement est donc aujourd’hui contrasté : perte d’audience directe, atomisation des groupes, tendance au ressassement de ses revendications et de ses modes d’action, mais aussi persistance d’un idéal incarné dans des espaces de débat public. Il faut ajouter que la perméabilité est grande entre le15-M et d’autres mouvements sociaux, voire politiques et que les formes d’engagement sont multiples et variables dans le contexte espagnol contemporain, caractérisé par une crise économique et sociale sans précédent. Le15-M lui-même peut donc paraître en sommeil ou en recul, tandis que les acteurs du mouvement des indignés choisissent en fait de s’investir dans des collectifs citoyens, des plateformes, des comités de quartier et des expériences d’économie alternative.

3Comment s’est structuré le mouvement des indignés en Espagne depuis ses origines ? Quels autres mouvements sociaux ont émergé dans son sillage ? Dans ce chapitre, nous montrerons d’abord que l’influence du mouvement des indignés survit actuellement sous des formes diverses, irriguant le mouvement social depuis 2011, sans qu’il soit possible d’attribuer aux indignés la paternité des protestations syndicales, des manifestations de rue ou de l’émergence de formations politiques. Pour expliquer ce rayonnement diffus, nous nous attacherons aux formes initiales de la mobilisation, dont la portée symbolique a pu éclipser le contenu même des aspirations qu’elle portait. Nous montrerons que la dimension de rassemblement fusionnel n’était pas le seul enjeu, mais que les revendications exprimées dès le début s’articulaient à un diagnostic porté sur l’économie et la politique, à un moment critique de l’histoire de l’Espagne. Puis nous décrirons les actions militantes des acteurs sociaux organisés qui se spécialisent sur certaines revendications, tout en s’inspirant des enseignements du 15-M afin d’entretenir une dynamique de rassemblement. Enfin, nous ouvrirons un questionnement sur la prolongation politique possible du15-M.

Un anniversaire peut en cacher un autre

4Il faut élargir notre champ de vision pour distinguer, au printemps 2014, deux événements qui doivent beaucoup à la brèche des possibles ouverte par les indignés dans le jeu social et politique espagnol depuis 2011. Deux événements préparés par des forces sociales et politiques qui se réclament de l’esprit du 15-M dans la mesure où ils récusent « le système », mais qui ont aussi des intérêts propres. Ces événements ne devaient rien à l’effet de surprise et à la spontanéité, et tout à la préparation.

5Le samedi 22 mars 2014, Madrid a vu converger les « marches de la dignité » parties de différents points de l’Espagne, organisées en huit colonnes, accueillies, hébergées, nourries et fêtées par les Madrilènes qui ont voulu manifester avec les marcheurs. Celles-ci ont été initiées par le Syndicat andalou des travailleurs (SAT) et rejointes par de nombreuses composantes : collectifs, syndicats, assemblées locales. Le triple mot d’ordre des marches était : « Du pain, un toit, du travail. » En contradiction avec l’esprit citoyen et non-partisan d’origine du 15-M, les drapeaux de syndicats et de partis nationalistes et républicains étaient visibles. Non-violente, la manifestation n’a dégénéré en affrontements avec la police que lors de sa dissolution, avec des heurts qui furent suivis d’interpellations. Ce répertoire d’action rappela en fait les marches organisées dans toute l’Espagne par les indignés entre le19 juin et le 24 juillet 2011, avec des haltes dans les petites villes et une arrivée « triomphale » à Madrid. Ces marches de la dignité représentèrent un effort porté par des militants et de simples citoyens en vue de fédérer les différentes formes de protestation sociale des dernières années contre la politique du gouvernement du Parti populaire, caractérisée par la régression des droits sociaux et l’austérité budgétaire. Bien que l’on soit loin de l’anonymat fusionnel des débuts, ces marches permirent aussi de revivre ce que le15-M avait de plus convivial : le partage d’espaces publics, le relais entre générations, le bonheur de faire nombre, le soutien des sympathisants.

6Le résultat du vote aux élections européennes du25 mai constitua l’autre événement du printemps 2014. À la surprise générale, le nouveau parti Podemos, après seulement quatre mois d’existence légale, récolta1245000 voix et remporta cinq sièges au Parlement européen. La figure médiatique de son leader, Pablo Iglesias, très bon communicant et participant actif de plusieurs tertulias, des débats politiques télévisés hebdomadaires, fut ainsi consacrée. Tandis que le parti fut immédiatement dénigré et calomnié par l’« establishment » politique et les médias de droite, dans la mouvance du 15-M les réactions varièrent de l’indifférence affichée à la réflexion tâtonnante sur l’ouverture d’une « fenêtre d’opportunité » démocratique, en passant par la critique de l’opportunisme des dirigeants de Podemos. De fait, en mai 2014, après déjà plus de six années de crise économique, les circonstances ont changé. La crise sociale persiste, les mobilisations sociales répétées des dernières années n’ont donné que peu de résultats concrets, le pouvoir donne des signes de raidissement et prépare une contre-attaque juridique et judiciaire musclée contre les activistes sociaux. Mais dans le même temps, les signes visibles d’une crise de régime et la désaffiliation politique croissante des Espagnols envers les partis traditionnels illustrent la fragilité du pouvoir. C’est ce moment propice que choisirent les militants de Podemos pour faire lever le grain de la contestation semé par le15-M.

7Du mouvement, ils reprirent un slogan central, Si, Podemos (« Oui, nous pouvons »), lui-même dérivé du célèbre « Yes, we can » popularisé par Barack Obama lors de la présidentielle américaine de2008. Mais surtout, Podemos a emprunté au15-M certaines règles de fonctionnement, comme un mode d’affiliation souple (sans cotisation exigée) et des formes de cyberactivisme : délibérations et forums de participation sur internet. De plus, le nouveau parti s’inspire des propositions du mouvement sur le contrôle démocratique : primaires ouvertes pour désigner les candidats aux élections ou à certaines fonctions ; possibilité de révoquer les élus ; limitation à deux mille euros des indemnités parlementaires. « Le parti, c’est la méthode », a déclaré Pablo Iglesias. Podemos invite ainsi ses sympathisants à constituer des cercles sur une base locale, professionnelle ou thématique, de façon libre et autonome, ce qui rappelle l’organisation du15-M. Il est encore trop tôt pour analyser les formes de délégation, de certification et de contrôle dirigeant que le parti va peut-être mettre en place pour limiter l’horizontalité et la démocratie directe et afin de renforcer ses positions dans la concurrence politique. Toujours est-il que suite aux élections européennes de mai 2014, un pas majeur fut franchi vers une transformation de l’indignation sociale en un nouveau capital politique.

  • 3 Sylvie Koller, « Espagne : les mains fragiles des indignés », Études, février 2012, p. 163-173.

8Revenir à présent sur la façon dont est né le mouvement du 15 mai, sur ses acteurs, sur les formes qu’il a adoptées et sur ses propositions, permet de comprendre l’influence qu’il a exercée en tant que vecteur d’insurrection morale. Peu susceptible de se perpétuer dans son état initial, cette indignation a connu des mutations, tout particulièrement en évoluant vers des formes d’indignation plus sélectives et spécialisées. Elle a servi de carburant à des acteurs sociaux différenciés qui se sont mobilisés pour défendre leurs objectifs propres. Elle a aussi changé de langage en épousant d’autres rhétoriques. Son héritage, cependant, est aujourd’hui bien palpable, et ne se laisse pas facilement enfermer dans des définitions caricaturales (populisme, anti-élitisme, spontanéisme), ni même réduire à des slogans politiques (démocratie directe et participative). À rebours de ces présupposés, il incarne surtout une philosophie de l’engagement social et de l’action politique3.

La Toile et la Place

9Si l’explosion du 15-M, incarnée par un mois de campement sur la Puerta del Sol en mai 2011, a pris de court l’opinion publique et les médias, elle n’était pas exactement une mèche qui prend feu par accident. L’étape de gestation du mouvement montre un mélange d’actions dans l’espace public et d’organisation sur la Toile. Sur les réseaux sociaux, on protestait déjà contre la loi Sinde (équivalent de la loi Hadopi). Un groupe de militants s’organisait depuis décembre2010 sous le nom de Democracia Real Ya, dans le but explicite de catalyser l’énergie des mécontents. Il s’agissait d’une plateforme virtuelle regroupant par adhésion volontaire de petits groupes d’acteurs sociaux sans affiliation partisane, qui s’organisaient sur des points de contestation du système économique et politique. L’interconnaissance et le mode traditionnel de la réunion y jouaient aussi un rôle. Le 7 avril 2011, un autre mouvement alors peu connu, Juventud Sin futuro, appelait à une manifestation de rue dans toute l’Espagne pour dénoncer les conditions de vie de la jeunesse. Sans dépasser un succès d’estime, ces jeunes furent remarqués car leur manifestation prenait la suite d’une mobilisation analogue de la jeunesse au Portugal. Les réseaux créateurs de ces mouvements étaient principalement constitués de personnes de vingt à trente ans, ayant un haut niveau d’études, représentatives de la génération que l’on dit la mieux formée de tous les temps, tout en la qualifiant de « génération perdue ». Un entre-soi solidement tissé et des leaders pour l’heure anonymes ne constituaient pas un levier suffisant. Il fallait y ajouter les circonstances : la proximité des élections municipales et autonomiques du 22 mai, propices à la dénonciation de la crise des institutions démocratiques. Contexte électoral défavorable à une réaction répressive de la part des autorités.

Un campement, des campements

  • 4 Nacima Baron Yellès, « Puerta del Sol versus les indignés. Une lecture de la crise espagnole au pri (...)

10La forme symbolique adoptée par ce premier cercle de manifestants s’est avérée la plus productive : celle du campement à ciel ouvert, sur une place emblématique de la vie madrilène, où se trouve le siège de la communauté autonome4. Délogés une première fois après deux nuits de campement, les manifestants-campeurs ont montré leur aptitude à réoccuper pacifiquement la place en accroissant le nombre de participants. La non-violence trouvait là à s’illustrer avec éclat. La deuxième phase, plus spontanée et véritablement surprenante, a consisté à créer sur la place un espace de confiance rassemblant des campeurs permanents et des visiteurs, des militants expérimentés et des novices en politique, des sympathisants et des curieux.

11Que cette phase du campement sur la Puerta del Sol ait pu durer un mois entier, ne se dégradant que vers la fin à cause de la présence de marginaux et d’escarmouches avec la police, fut le principal succès des indignés. Un succès qui reposait sur une philosophie de l’action inventée au fur et à mesure de l’occupation de la place : non-violence affirmée, organisation d’une vie matérielle digne, création d’espaces publics de délibération, prise de décision en assemblées, travail spécialisé en commissions. La création d’une bibliothèque, d’une garderie, de points de secours, la réception et le partage d’aliments, le nettoyage régulier de la place, la mise en place de moyens de communication propres, ont beaucoup contribué à la popularité du 15-M. Il n’est pas excessif de dire que ces expérimentations relevaient de l’autogestion et de la démocratie directe au sein même du mouvement, et qu’elles ont permis de conserver un capital de sympathie et d’attirer de nouveaux participants, au-delà même des frontières espagnoles. Certains détails, comme l’usage d’un langage gestuel dans les assemblées au lieu des traditionnels mégaphones, firent mouche et demeurent dans l’imaginaire de ce mois d’occupation de la place. De même, en choisissant de présenter des porte-paroles tournants aux médias, les indignés ont signifié concrètement leur refus du leadership et de la notoriété médiatique.

Photo 7.1. La Puerta del Sol, le 20 mai 2011

Photo 7.1. La Puerta del Sol, le 20 mai 2011

12Deux événements ont donné une grande résonance médiatique au mouvement pendant la phase du campement et en ont renforcé la cohésion. Tout d’abord, les indignés ont refusé de se plier aux consignes de l’organisme électoral qui demandait que soit strictement respectée la journée de réflexion la veille du scrutin municipal du 22 mai. Ils ont incarné cette désobéissance civile en restant sur les places du vendredi au samedi. Le grand rassemblement le soir du samedi21 mai sur la Puerta del Sol, la minute de silence à minuit, les bouches cousues de sparadrap, ont créé une véritable iconographie du 15-M. Une semaine plus tard, les indignés de Barcelone étaient chassés de la Place de Catalogne par la police. Les images de cette éviction par la force firent le tour de l’Espagne et suscitèrent immédiatement des manifestations de solidarité, puis une réoccupation de la Place de Catalogne. Au-delà des péripéties propres aux mouvements de rue, cet événement souligne le fait que le15-M commençait à transcender les clivages nationalistes et territoriaux.

Le socle intergénérationnel du mouvement des indignés

  • 5 Ce terme retourne un stigmate attaché au mot « Perroflautas », une façon péjorative de désigner les (...)

13De même qu’il transcendait les clivages territoriaux, le 15-M dépassait les clivages générationnels. À ce stade, plusieurs générations se trouvèrent rassemblées. Il ne s’agissait pas seulement du soutien des adultes à une génération marquée par la précarité et le chômage, mais d’une inscription dans l’histoire contemporaine des générations. Ces jeunes de vingt à trente ans qui campaient et délibéraient sur la Puerta del Sol étaient les enfants des Espagnols qui s’étaient mobilisés pour instaurer des espaces démocratiques, à la fin du franquisme et pendant la période de la transition démocratique (1975-1982). La crise de la démocratie espagnole décevait les uns et les autres, tandis que le souvenir des luttes passées se trouvait ravivé. La présence d’une « Commission Vétérans » sur la place dès les premiers jours du mouvement préfigura d’ailleurs la constitution d’une branche particulière des aînés du 15-M, celle des Iaioflautas, qui émergea d’abord à Barcelone en octobre 2011 puis essaimera ailleurs en Catalogne et, avec moins de force, dans d’autres villes espagnoles5.

  • 6 Iaioflautas, « El nostre manifest », 27 octobre 2011, [http://www.iaioflautas.org/el-nostremanifest (...)

14L’une des rubriques du manifeste fondateur des Iaioflautas met en évidence un effet générationnel très clair, par la référence explicite aux luttes contre la dictature franquiste6. En revendiquant « vérité, justice et réparation » pour les victimes de la guerre civile et du franquisme, ces militants âgés de plus de soixante-dix ans, issus pour la plupart de syndicats et de partis de gauche, mettaient le doigt sur les failles et les oublis du « pacte du silence » de la transition, l’amnistie ayant été accordée aux anciens dignitaires franquistes en échange de leur acceptation de la démocratie. À leur manière, par leurs demandes de réparation et de justice, ils exprimaient une remise en cause de ce pacte de la transition démocratique et du modèle constitutionnel lui-même, que portait désormais le mouvement contestataire. Le mouvement du 15-M, en se saisissant des droits fondamentaux inscrits dans la constitution de l978, exprima aussi une critique du modèle démocratique incarné par cette constitution.

Comment s’organiser ? Occupations, assemblées et extension du mouvement

  • 7 L’épuisement de telles formes de mobilisation, et leur incapacité à proposer une rénovation du syst (...)

15Une autre dimension de cette philosophie de l’action fut l’essaimage presque immédiat du15-M dans d’autres villes et sa déconcentration en assemblées de quartiers à partir du28 mai. Des groupes constitués ont pu continuer à se rassembler après l’étape du campement de la Puerta del Sol et entretenir la flamme pendant tout l’été. Ainsi ont-ils manifesté contre la tenue à Madrid des Journées mondiales de la jeunesse organisées par l’Église catholique, dénonçant l’usage de l’argent public au profit de cet événement. Les formes de participation collective horizontales trouvèrent bien entendu en elles-mêmes leurs limites : épuisement en discussions interminables ; empilement des propositions sans hiérarchie ; temps passé dans des navettes entre les différentes assemblées ; difficulté à prendre des décisions par consensus ou à mettre au point un autre mécanisme de décision juste. Ce bouillonnement confus rappelle ainsi les formes dites horizontales du cyber-activisme : chats, forums, wikis, écriture collective sur des tablettes, etc. Le temps investi dans la définition de règles de délibération et de modes d’organisation a pu sembler stérile pour certains observateurs. Il fut au contraire fondamental comme initiation politique, au sein d’un mouvement qui récusait par principe la démocratie représentative7.

  • 8 José-Luis Moreno Pestaña, « Vie et mort des assemblées », La vie des Idées, 25 mars 2013 [http://ww (...)

16La résorption de cette dynamique « assembléiste » et non-violente, propre à rassembler les Espagnols autour du mouvement, au profit de groupes de militants plus spécialisés, porteurs de la culture politique et des pratiques de la gauche radicale, a représenté une mutation et une mutilation8. De l’étape fondatrice du premier mois émerge cependant une sorte d’« organigramme idéal » ainsi formalisé de façon simple dans sa version madrilène, sous forme de mode d’emploi :

  • l’assemblée symbolisée par le campement de Sol essaime en assemblées de quartier tenues sur des places ou d’autres espaces ouverts ;

  • chaque assemblée de quartier crée librement en son sein des groupes de travail et de discussion et occupe son propre lieu ;

  • les délibérations de l’assemblée Sol se nourrissent du travail des commissions thématiques (économie, féminisme, grève générale…) ;

    • 9 « Especial Aniversario 15-M », op. cit., mai 2014, p. 22. L’article rappelle la méthode d’organisat (...)

    le mouvement met sur pied des groupes de travail spécialisés (défense légale, communication, préparation d’événements) pour assurer la longévité et la protection du mouvement9.

17L’articulation territoriale du mouvement, dont le périmètre était laissé à l’initiative des citoyens, se doublait donc d’une spécialisation. L’avantage de cette spécialisation fut de permettre la participation de groupes sociaux très divers, constitués sur la base d’un intérêt commun, que cet intérêt soit le goût pour des formes d’action ou celui des idées. L’inconvénient de ce mode d’organisation fut la prolifération de groupes rassemblés autour de causes très hétéroclites : la défense de la Palestine, la lutte contre les expulsions locatives, la remise en cause de la dette publique, la lutte pour la laïcité, la revendication de la mémoire historique et bien d’autres sujets d’indignation et de mobilisation. Le résultat fut aussi l’inévitable raréfaction d’une ressource capitale : le temps investi. Il va en effet de soi qu’une telle organisation dépend étroitement de la disponibilité d’espaces publics où les militants seront tolérés, mais aussi d’un travail de coordination à plusieurs étages installé sur la longue durée, et de l’utilisation d’outils de communication adaptés. Sur le plan de la coordination, il est permis de considérer que les indignés se sont quelque peu « cassé les dents ». Toutefois, ils se sont montrés prolifiques dans la mise en ligne de documents de référence destinés à leurs sympathisants et dans l’utilisation des réseaux sociaux. La radio locale du mouvement a elle aussi joué un rôle dans la mobilisation, d’autant plus que les médias dits traditionnels suscitent la méfiance des indignés. L’agenda actuel des militants démontre aussi que la tenue d’assemblées dans des lieux publics perdure sur des places, mais aussi dans des parcs ou des lieux déclarés ouverts par occupation spontanée.

  • 10 Cette règle souffre des exceptions : Democracia Real Ya ne diffuse pas les comptes-rendus de ses di (...)

18Une autre dimension de cette étape initiale est désormais bien ancrée : la publicité des débats, sous forme d’ordre du jour publics et de comptes-rendus de réunions mis en ligne. On peut ainsi suivre dans la durée les hauts et les bas des différentes « marques franchisées » du 15-M, les enquêtes qu’elles lancent auprès des assemblées locales ou auprès des personnes inscrites sur leurs réseaux sociaux, tout en lisant les commentaires postés sur leurs sites. L’ensemble de ces documents donne corps en quelque sorte aux archives virtuelles du mouvement, certes très éclatées, souvent affectées de discontinuité et truffées de liens hypertexte vers d’autres sites de mouvements sociaux ou d’organisations connexes. Cette façon de procéder est à mettre en relation avec l’impératif de transparence maintes fois affirmé comme horizon démocratique, que l’on tente de s’appliquer à soi-même10. Comme l’ont montré par la suite les autres mouvements qui s’ancrèrent aussi symboliquement sur différentes places du monde (Place de la perle à Manama au Bahreïn ; Tahrir en Égypte, Syntagma en Grèce, etc.), les outils numériques s’avèrent plus efficaces pour convoquer des manifestations réelles et pour échanger entre sympathisants que pour articuler un discours audible par l’ensemble de la société. La diffusion, l’appropriation et même la transformation des idées et des propositions exprimées par le 15-M dans la phase initiale sur la Toile et sur la Place, est un phénomène difficile à cerner. Quelle que soit l’appréciation que l’on porte sur ces idées, il faut toujours les mettre en rapport avec des formes d’action dans le monde réel.

L’importance de l’expérimentation sociale

  • 11 Les banques du temps sont des systèmes d’échange locaux, de services et des compétences dans un esp (...)
  • 12 Cf. Joan Subirats, Otra Sociedad, ¿Otra política ? De « no nos representan » a la democracia común, (...)
  • 13 Jérôme Ferret, « Des avenirs minoritaires. Retour sur l’expérience politique des indignés espagnols (...)

19Lorsque fut retombé l’effet euphorisant des rassemblements de foules, les indignés s’intéressèrent à d’autres mouvements sociaux organisés autour d’objectifs concrets. Ils furent ainsi partie prenante de la lutte contre les expulsions locatives, dans un contexte où les banques n’hésitent pas à chasser de leur logement de nombreuses familles frappées par le chômage, qui ne peuvent plus faire face au paiement de leurs emprunts immobiliers. Le15-M a aussi débouché sur de nombreuses expériences collectives telles que les « banques du temps », les coopératives de consommation, les jardins communautaires, le troc ou encore l’occupation de locaux collectifs11. Cette seconde phase allait de pair avec un certain essoufflement des formes initiales de la mobilisation, devenues plus intermittentes et moins spectaculaires. Un certain esprit demeurait, horizontal et coopératif, tel qu’on l’avait vu à l’œuvre pendant l’étape des campements sur les places. Bien que le mot ne figure pas explicitement à cette époque dans les documents militants, il s’agit d’une forme d’empowerment à l’espagnole, certes non théorisée, mais visant clairement à l’auto-organisation. Gagner des espaces d’autonomie et s’organiser en dehors des circuits marchands peut donner à des petits groupes de personnes le sentiment de prendre leur vie collective en main, alors que le financement des associations sociales et culturelles se réduit comme peau de chagrin. Il ne s’agit cependant pas de se substituer aux défaillances de l’État-providence, les mêmes individus se trouvant engagés dans ces formes d’organisation autocentrées et dans la défense publique de droits collectifs comme l’accès à la culture12. C’est dans cette mutation créative des mobilisations initiales, dont la force intrinsèque demeure comme moteur de la protestation mais surtout de l’engagement, que se joue la postérité du 15-M. En ce sens, le mouvement échappe aux catégorisations traditionnelles, car son indéfinition politique ne l’a pas stérilisé socialement. Elle lui a au contraire permis de durer dans l’imaginaire collectif et de porter des thèmes de mobilisation que le chercheur Jérôme Ferret, témoin et analyste de toute cette période, appelle des « universels dans le concret », qui associent le registre protestataire aux registres économiques, associatifs et caritatifs13.

20À Madrid, le 15-M s’est de même doté dès les premiers jours d’un outil culturel et militant qui porte l’emblème du Soleil (Sol) et accompagne ses actions : le chœur et l’orchestre Solfónica14. Des musiciens ont d’abord joué le quatrième mouvement de la Neuvième Symphonie de Beethoven sur la place de Neptune. Cette performance s’est répétée lors des grandes manifestations du19 juin et du15 octobre2011. Les musiciens et choristes volontaires se définissent comme « le bras symphonique des marées et manifestations citoyennes ». La Solfónica est constituée d’une base de deux cents musiciens amateurs et professionnels, sans distinction. L’ensemble est à géométrie variable, réunissant vingt à quarante personnes pour certains concerts, parfois davantage pour les grands événements. Il joue aussi bien dans des fêtes de quartier, lors d’événements comme le Forum social mondial qu’à la fin de manifestations de rue dont le concert est le point d’orgue. Chacun peut télécharger les paroles des chansons et les partitions pour se familiariser avec le répertoire et chacun peut faire partie de la Solfónica, quel que soit son niveau musical. La moyenne d’âge des choristes est assez élevée, ce qui peut s’expliquer par le répertoire lui-même, peu susceptible d’attirer des jeunes. Ce répertoire reprend de célèbres chansons engagées comme L’Estaca de Luis Llach, Grandola Vila Morena de José Afonso, des versions renouvelées de chants de la guerre d’Espagne, des chants populaires et des pièces de circonstance créées par et pour la Solfónica. Le clou de l’année2013 fut la mise en scène d’un opéra-bouffe donné plusieurs fois à guichets fermés à la Tabacalera : El crepúsculo del ladrillo, le « crépuscule de la brique » en référence à la bulle immobilière et à la crise du bâtiment, sur un livret de José Manuel Naredo datant des années 1990 et une musique de David Alegre, le directeur du chœur et de l’orchestre. La vie sociale de la Solfónica repose sur ses représentations mais aussi sur les répétitions et sur des ateliers d’initiation aux nouvelles technologies. Cet orchestre et ce chœur sont l’exemple le plus visible de la survie du 15-M à Madrid, à travers la perpétuation d’un collectif de musiciens amateurs et professionnels engagés.

De l’insurrection morale aux propositions de changement

21« Ni face A ni face B, on veut changer de disque ». « Nous ne sommes pas contre le système, c’est le système qui est contre nous ». « Ce n’est pas une crise, c’est une escroquerie ». « Haut les mains, c’est un contrat ! ». « Rebelles sans toit ». « Mes rêves sont trop grands pour tes urnes ». « Si vous ne nous laissez pas rêver, nous ne vous laisserons pas dormir ». Quelques-uns des slogans de mai 2011 n’étaient pas politiques au sens strict du terme. Leur portée était plus large et plus indéfinie. Par la suite, l’attention médiatique s’est portée sur les protestations anticapitalistes se réclamant des indignés, et sur le slogan du mouvement Occupy Wall Street : « Nous sommes 99 %, ils sont 1 % ». Mais en Espagne, l’un des slogans les plus repris fut « No nos representan » (« Ils ne nous représentent pas »), ce qui mettait davantage l’accent sur le manque de représentativité démocratique du personnel politique que sur le rejet de l’oligarchie financière mondiale. Dignité du peuple, indignité des politiques. Eux et nous, mais quel nous ? Voici ce qu’énonçait le début du premier manifeste adopté par consensus pour inaugurer le campement de la Puerta del Sol :

  • 15 Traduction de l’auteur, pour cet extrait et tous les extraits suivants.

Qui sommes-nous ? Des personnes venues ici de notre plein gré, qui ont décidé de nous réunir après la manifestation pour continuer à revendiquer la dignité et la conscience politique et sociale. Nous ne représentons aucun parti, aucune association. Ce qui nous rassemble, c’est l’appel au changement. Nous sommes ici en signe de dignité et de solidarité avec ceux qui ne peuvent pas être ici15.

  • 16 Toma la Plaza, propositions du 20 mai 2011, [http://madrid.tomalaplaza.net/2011/05/20/propuestas-20 (...)

22Ainsi s’exprimaient alors les indignés, opposant un « nous » moral à cet « autre », la classe politique. S’agit-il pour autant d’un certain « populisme » ? On peut en douter. Le rejet n’était pas seulement un rejet viscéral de principe. Il prenait clairement pour cible des dysfonctionnements précis de la vie démocratique espagnole, comme on le voit dans le second manifeste adopté par l’assemblée le20 mai201116. Parmi les seize propositions, figurait en premier point la modification de la loi électorale afin d’instaurer une circonscription unique dans tout le pays, des listes ouvertes et un système proportionnel. Le point6 demandait de même que la loi électorale obligeât les partis à présenter des listes « propres » où ne figureraient pas de personnes mises en examen ou condamnées pour corruption. Le point 5 proposait « une réforme des conditions de travail de la classe politique » et prévoyait de supprimer les « salaires versés à vie » aux parlementaires, en consonance avec la perception populaire d’un personnel politique formant une caste de privilégiés. Le point13 portait sur une séparation effective des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. La moralisation de la vie publique s’exprimait au point 16, par l’exigence de transparence dans les comptes des partis et de leur financement, afin de lutter contre la corruption.

  • 17 Eduardo Romanos, « Les indignés et la démocratie des mouvements sociaux », La vie des idées, 18 nov (...)
  • 18 « Difícil democracia sin líderes », El País, 28 juin 2011.

23D’autres propositions ont de même été formulées sur la Toile, comme celle d’incarner les votes blancs et nuls par des sièges vides au Parlement. Le15-M n’est donc pas un mouvement apolitique comme on a pu le dire. Il n’a pas renoncé aux idéaux démocratiques. Il a plutôt tenté d’incarner ces idéaux dans les formes de la démocratie délibérative, alors même que les partis politiques existants ont été récusés comme incapables de faire vivre ces idéaux démocratiques17. Nombre d’observateurs se considérant comme qualifiés en tant que spécialistes de sciences politiques ou en tant qu’élus n’ont pas manqué de souligner les impasses de la démocratie directe et participative prônée par le15-M. Mais la plupart ont reconnu un malaise dans la démocratie représentative et un fossé grandissant entre les élus et la population18. La faiblesse politique volontaire du 15-M, alors bien incapable d’articuler un programme, a consisté à renvoyer dos à dos tous les partis et à ne donner aucune consigne de vote pour les élections législatives de novembre 2011. Cependant, en tant que telles, les aspirations du mouvement n’ont pas été délégitimées. Elles se retrouvent en2014 dans le programme des partis qui se réclament de nouveaux modèles, et dans les tentatives d’aggiornamiento de partis de gauche plus classiques.

24L’appel au changement s’est également incarné dans des propositions portant sur le respect des droits économiques et sociaux inscrits dans la constitution de 1978 : droit au logement, à un système de santé gratuit et universel, protection des conditions de travail par la loi. Fragilisés par la crise économique, ces droits semblaient déjà remis en cause par les mesures prises par le gouvernement de José Luis Zapatero. Après les élections législatives de novembre 2011, les mobilisations incessantes contre les mesures économiques et sociales prises par le gouvernement du Parti populaire ont amplifié l’écho de ces revendications premières. D’une autre nature sont les propositions de réformer l’ordre économique existant, tant sur le plan national que sur le plan international. Le catalogue des propositions adoptées le 20 mai2011 convergeait avec l’agenda de la gauche radicale et avec les mouvements altermondialistes : implantation de la taxe Tobin, suppression des paradis fiscaux, limitation du pouvoir du FMI et de la Banque centrale européenne.

25D’autres propositions ont du sens par rapport à la crise économique espagnole : reprise des entreprises publiques privatisées, nationalisation des banques renflouées par l’État. Les marchés, le secteur bancaire et la troïka (BCE-UE-FMI) ont été voués aux gémonies, au fur et à mesure que les décisions du gouvernement du Parti populaire se faisaient plus durement sentir. Les militants du Forum social mondial de Madrid se sont d’ailleurs intéressés au15-M. Lors de la cinquième édition du Forum en mai 2012, les assemblées populaires de Madrid et plusieurs commissions de travail du15-M étaient invitées en tant que telles à participer à des ateliers-débats. Ce rapprochement est à mettre en rapport avec la volonté d’internationaliser la Spanish Revolution à l’automne 2011, sur des bases plus larges que les seules causes de l’indignation en Espagne. La grande manifestation du15 octobre2011 se voulait une manifestation mondiale.

  • 19 « A relaxing cup of democracia », Tinta Libre, n° 16, juillet-août 2016, p. 5.

26Le mouvement des indignés ne constitue donc pas un mouvement de rupture au sens révolutionnaire du terme. La définition qu’en a donnée Kike Castelló, cofondateur de la plateforme Democracia Real Ya, semble plus pertinente, quoiqu’elle demeure assez vague : celle d’un lobby de citoyens19. Le plus intéressant est le fait que bien des Espagnols se reconnaissaient dans ce lobby de citoyens, comme l’attestent les résultats du sondage Metroscopia publiés en juillet2011 :64 % des personnes interrogées déclaraient avoir plutôt de la sympathie pour le15-M ; 79 % déclaraient que les motifs de mobilisation du mouvement étaient fondés ; 71 % l’identifiaient comme un mouvement pacifique visant à régénérer la démocratie. Quatre propositions avancées par le 15 -M recueillaient entre 86 % et 89 % de réponses favorables : le caractère imprescriptible des délits de corruption, l’interdiction des licenciements collectifs lorsqu’une entreprise réalise des bénéfices, la restitution de l’argent public prêté aux banques et aux caisses d’épargne en difficulté, et la possibilité de solder un prêt hypothécaire en remettant son bien à l’organisme prêteur. Sur le plan politique, 59 % des sondés affirmaient que le 15-M n’avait pas de tendance politique affirmée, ce qui peut être corrélé à la sympathie qu’il suscitait.

Le dur désir de durer : que s’est-il passé depuis le 15 mai 2011 ?

  • 20 Pour une analyse des suites du mouvement, consulter « Rebelión a bordo », Tinta Libre, n° 1, mars 2 (...)

27Établir une filiation entre les formes de mobilisation initiales de 2011 et les formes de mobilisation ultérieures n’est pas une tâche facile. Cette généalogie reste à faire en écrivant une histoire documentée des mouvements sociaux, à partir d’archives et d’entretiens. Concluons à un héritage provisoire, car le dernier mot n’est pas encore dit. Cet héritage se manifeste par la permanence de formes qui relèvent de la philosophie de l’action. Il se lit aussi, plus difficilement, dans l’articulation entre des revendications sociales et des initiatives politiques20.

L’appropriation de l’espace public : assemblées, manifestations, marées, marches

28La continuité la plus visible entre ce mois de mai inaugural et la suite des événements est la réappropriation de l’espace public par les Espagnols. Le campement, bête noire des autorités, ressurgit souvent, échouant presque toujours. Mais l’assemblée en plein air demeure. Places, coins de rue, parcs, figurent sur les agendas de réunions. À l’automne 2012, des enseignants et des étudiants protestant contre l’asphyxie budgétaire ont donné des cours dans la rue, ouverts au public. Des lieux de substitution sont recherchés pour une occupation pacifique épisodique ou permanente, permettant d’associer des temps de délibération à la préparation d’actions et d’organiser des manifestations culturelles. À Madrid, l’édifice désaffecté de la Tabacalera, une ancienne manufacture des tabacs, et l’espace appelé Patio Maravillas, une sorte de maison de quartier autogérée, sont représentatifs de tels espaces. Mais il faut sans cesse renégocier leur disponibilité avec les autorités locales ou les propriétaires privés, ce qui les fragilise. En outre, ils sont moins neutres que l’espace public ouvert à tous. La caverne protectrice, l’antre des militants n’est pas la place ouverte aux passants.

Diversification et convergence des manifestations

29La manifestation demeure au centre du répertoire d’action du mouvement, qu’elle réunisse des centaines, des milliers ou des centaines de milliers de personnes. L’idéal-type de la manifestation héritière du 15-M est une manifestation transversale aux différents mouvements sociaux, qui entend porter une protestation globale contre le système politique en place et le modèle économique néolibéral. Les manifestations anniversaires du15-M et les manifestations convoquées sur des mots d’ordre large de refus des mesures gouvernementales correspondent à cet idéal-type. La démission du gouvernement du Parti populaire a été un mot d’ordre souvent entendu. À partir de l’automne 2012 se sont enchaînées des manifestations qui se situaient sur un axe continu entre les défilés syndicaux et les rassemblements populaires : les « marées ». La « marée blanche » aura été une plateforme, un collectif de syndicats, d’associations, d’usagers de santé, de comités de quartier et d’assemblées et de commissions du15-M. Dans la communauté autonome de Madrid, la marée blanche se mobilisa contre la privatisation annoncée de six hôpitaux et la fermeture de services hospitaliers. L’assemblée du15-M de Madrid déclare s’y être systématiquement associée. À partir de l’automne 2012, et pendant toute l’année 2013, les mobilisations, les grèves, les rassemblements et les manifestations se sont multipliés. Le blanc, couleur des uniformes de travail, est aussi celui des draps que suspendirent les Madrilènes au balcon en solidarité avec ce mouvement.

  • 21 Appel de la marée citoyenne, [Mareaciudadana. blogspot. fr], consulté en août 2014.

30Ce distinctif par couleurs a été utilisé par d’autres mouvements et collectifs à géométrie variable : « marée verte » des travailleurs et usagers de l’Éducation ; « marée violette » des mouvements féministes ; « marée grenat » des Espagnols ayant émigré pour chercher du travail ; « marée jaune » pour défendre les bibliothèques publiques, etc. Même les Iaoflautas se sont rapidement inventé un uniforme, portant des gilets jaune fluo lors de toutes leurs actions publiques. Pendant l’étape de préparation des marches de la dignité de mars 2014, une plateforme numérique intitulée « marée citoyenne » a vu le jour, pour tenter d’organiser la convergence de toutes ces marées sur l’ensemble du territoire21. Mais que signifie réellement le fait que plus d’une trentaine d’assemblées du15-M aient « adhéré » à cette plateforme virtuelle ? Une petite centaine de personnes seulement a pris la peine de répondre à une enquête en ligne sur la plateforme à propos de leurs attentes, des priorités à dégager et des raisons de l’essoufflement du mouvement social. Ce qu’il faut retenir de ces tentatives de fédérer des initiatives déjà pluralistes par nature, c’est la nostalgie de l’instant fondateur, du creuset de Sol. Il est permis de se demander si cette aspiration à la fusion des mouvements de protestation et à leur débouché « total » ne vient pas pallier la difficulté à articuler un projet de nature politique. Mais certaines formes de mobilisation sont plus directement politiques car elles s’en prennent aux symboles du pouvoir.

Occupations, obstructions

31Après les élections municipales de mai 2011, des militants se réclamant du15-M se sont réunis devant les mairies pour perturber l’installation de nouveaux conseils municipaux. D’autres ont cherché à y pénétrer pour dire leur fait aux élus : « Ils ne nous représentent pas ». Suivre les ordres du jour de certaines assemblées du15-M permet de voir que ces actions ont évolué vers un « contrôle citoyen » plus pacifique des conseils municipaux. Tout simplement, les personnes intéressées utilisent leur droit d’assister au conseil municipal pour connaître ses décisions et délibérations. Ces lieux de la représentation, après avoir été conspués, attirent ainsi une partie des héritiers du 15-M comme autant de lieux d’expérimentation politique. « Prendre d’assaut les institutions », slogan en soi vide de sens, devient en 2014 un slogan plus ouvert sur un projet politique. En sera-t-il de même du Congrès ? Certains groupes militants avaient inauguré cette forme d’action en entourant le parlement de Catalogne le15 juin2011 pour empêcher les députés d’y pénétrer, ce qui entraîna la mise en examen et le procès de plusieurs personnes. À partir de septembre 2012, des actions répétées visant à « entourer le Congrès des députés » se sont déroulées à Madrid, vite bloquées par les forces de l’ordre. Ce lieu est devenu un abcès de fixation, à conquérir pour les manifestants qui protestent contre les projets de loi à défendre du gouvernement. Les alentours du Congrès furent maintenus sous haute surveillance et plusieurs affrontements se produisirent à proximité. À défaut de s’y faire représenter, les opposants extra-parlementaires ont perturbé ce symbole de la démocratie parlementaire. À court d’arguments pour la défendre et la rénover, les tenants du pouvoir l’ont protégé manu militari.

32D’autres lieux, représentatifs du pouvoir économique et de la faillite des familles et des individus, ont été occupés par de petits groupes constitués dans cet objectif : des banques, notamment les banques renflouées par l’État, dont les pertes ont été socialisées, mais aussi toutes les banques ayant vendu des actifs douteux, et causé la ruine de nombreux petits épargnants, comme celles qui ont participé au scandale des Preferentes. Entrer dans une agence bancaire, s’y maintenir pacifiquement pendant un moment, chanter des slogans et des chansons, filmer l’opération : c’est une forme d’action récurrente que se sont appropriés les Iaioflautas pour dénoncer la spoliation des retraités dont l’épargne s’est volatilisée à cause de pratiques bancaires frauduleuses. Ces actions, comme celles qui ont été inventées par la Plataforma de Afectados por la Hipoteca et son collectif d’action Stop Desahucios (« Stop aux expulsions ») ont frisé l’illégalité tout en se voulant non-violentes. Cette limite entre légalité, illégalité et légitimité est élaborée et justifiée par des personnes appartenant aux mouvements sociaux, par des blogueurs, et plus généralement parlant, par les médias alternatifs, en réponse au pouvoir ou aux médias hostiles à de telles actions. Il s’agit d’opposer la justice sociale incarnée au droit positif. Le slogan du15-M : « Nous ne sommes pas contre le système : c’est le système qui est contre nous », a ainsi connu de nombreux avatars, tandis que le mot d’ordre du groupe militant « Désobéissance civile » fait désormais florès dans les documents militants d’autres organisations.

Défense des libertés fondamentales

  • 22 « Nous ne sommes pas un délit », [nosomosdelito. net], consulté en septembre 2014.

33Pour bien comprendre la postérité du 15-M et ses mutations, il faut bien avoir à l’esprit la conjoncture politique : en novembre 2011, l’élection d’un gouvernement de droite qui a mené une politique économique dure, remit en cause les droits sociaux et opéré des coupes claires dans les budgets publics. Au fur et à mesure que ce gouvernement s’est vu contesté dans la rue, il a contre-attaqué en essayant de décrédibiliser son opposition extra-parlementaire. Il a eu de plus en plus fréquemment recours aux charges policières, aux coups de matraque, aux gaz lacrymogènes, à la vidéosurveillance, aux interpellations et aux inculpations. De ce fait, une nouvelle cause de mobilisation a émergé, celle de la dénonciation des violences policières et de la criminalisation du mouvement social. Les militants se sont organisés pour assurer la défense légale des personnes mises en examen et pour payer collectivement les amendes infligées. Le durcissement annoncé du code pénal et le projet de loi sur la « sécurité des citoyens » ont fait naître le mot d’ordre et la plateforme « Nous ne sommes pas un délit »22. Les libertés fondamentales sont jugées menacées. Cette escalade n’a pas donné lieu à un changement de tactique de la part des mouvements organisés s’exprimant dans la rue. Le credo non-violent du15-M n’a pas été altéré. Cependant, lorsque des groupes organisés violents saisissent des occasions d’affrontement délibéré en venant se greffer sur les mouvements pacifiques, comme cela arrive quelquefois, le risque d’amalgame est grand. Le spectre de la mouvance de l’ETA ou celui de mouvements manipulés de l’extérieur par le Venezuela chaviste sont faciles à brandir par la droite conservatrice, comme celui d’une certaine jeunesse violente et incontrôlable. Ainsi, au printemps 2014, alors que la préparation des marches de la dignité et les marches elles-mêmes n’avaient pas fait l’objet d’une couverture importante par les grands médias, ces mêmes médias ont amplement répercuté le dénouement violent de la manifestation organisée en point d’orgue à ces marches.

Le rôle de Juventud Sin futuro

  • 23 Félix Taberna et Luis Campos, Informe sobre calidad, empleo joven, becarios y prácticas, Consejo de (...)
  • 24 Sandra Gaviria étudie les politiques de la jeunesse et du logement en Espagne sur le long terme. El (...)

34Tous les motifs de protestation qui ont poussé les jeunes de Juventud Sin Futuro à descendre dans la rue le 7 avril 2011 demeurent. Chômage, précarité, déqualification, faibles revenus, difficultés de logement sont toujours le lot d’une grande partie de la jeunesse espagnole. Un rapport récent du Conseil de la jeunesse d’Espagne, un organisme consultatif créé par les pouvoirs publics, a été mis en valeur par Juventud Sin Futuro23. Il dépeint le sort des jeunes de16 à29 ans à partir de leur situation vis-à-vis de l’emploi. Les statistiques mettent l’accent sur des conditions d’emploi dégradées aussi bien du point de vue du statut et du contrat que de la rémunération. Les conclusions sont sans appel : les jeunes sont le groupe d’âge qui a le plus souffert des répercussions de la crise sur l’emploi. Beaucoup d’emplois occupés par les jeunes ont été détruits ; les contrats à temps partiel ont augmenté ; 4,6 % des jeunes déclarent même travailler sans contrat. L’enquête révèle que sept jeunes sur dix occupant un emploi vivent encore chez leurs parents, et que 54 % d’entre eux déclarent ne pas pouvoir s’émanciper grâce aux revenus de leur travail. Par ailleurs, 35 % d’entre eux répondent qu’ils s’attendent à devoir émigrer pour trouver un emploi24.

35Les réponses concernant la qualité des emplois occupés par rapport au niveau d’études mettent l’accent sur une insertion très insatisfaisante des jeunes diplômés et sur un véritable gaspillage de ressources humaines et de talents. Le mouvement Juventud Sin Futuro propose des explications à cette situation. Il y voit l’effet des arbitrages effectués en temps de crise, défavorables aux jeunes. Ainsi, les possibilités d’accès aux études universitaires et les conditions d’études se sont-elles dégradées en Espagne, alors qu’une forte proportion de jeunes veut continuer à se former pour améliorer ses chances. Sans surprise, la responsabilité de cet avenir bouché est rejetée sur le gouvernement et sur la classe politique en général, mais aussi sur « les oligarchies économiques et financières ». Le discours est avant tout un discours de dénonciation globalisant, qui néglige les distinctions entre différentes catégories de la jeunesse et les causes structurelles du chômage des jeunes. Mais quelles sont les formes d’action du mouvement ?

36Le mouvement a pris par surprise les médias qui se sont intéressés à son apparition initiale dans les rues des villes espagnoles le7 avril2011. En effet, la jeunesse espagnole était plutôt jugée conformiste, voire résignée, en tout cas acculturée à l’individualisme. Bien vite éclipsé par le 15-M dont il fut l’un des initiateurs, ce mouvement n’a pas disparu pour autant. Il resurgit régulièrement dans l’espace public en lançant des campagnes qui réaffirment le sens de son mot d’ordre : « Sans toit, sans boulot, sans peur ». Celle qui a eu le plus d’impact sur les jeunes et sur l’opinion publique a marqué le deuxième anniversaire du mouvement. Au printemps 2013, Juventud Sin Futuro a appelé les jeunes Espagnols ayant émigré pour trouver un emploi à témoigner en tant qu’exilés, en insistant sur ce terme d’exil. « Nous ne partons pas, ils nous jettent », tel était le slogan de cette campagne. En deux mois, 7000 témoignages ont été recueillis et le site de la campagne a mis en ligne une carte détaillant la présence de ces jeunes exilés dans le monde. Le point d’orgue de la campagne, coordonnée sur les réseaux sociaux, fut un ensemble de manifestations et de rassemblements organisés le 7 avril 2013, non seulement en Espagne mais dans d’autres villes européennes, et même au-delà. La galerie de photos de jeunes arborant des pancartes, postée sur le site de la campagne, illustre bien le refus de considérer l’émigration comme le choix de la mobilité professionnelle, une interprétation avancée à la légère par certains responsables politiques. À l’automne 2014, Juventud Sin Futuro s’associe à une campagne lancée par le Conseil de la jeunesse d’Espagne : « Jeunesse migrante. Regardons du côté de chez nous ». Il s’agit à nouveau de réunir des témoignages de jeunes exilés pour la date du 8 novembre 2014, « jour de la jeunesse européenne ». Ce lien noué avec de jeunes compatriotes à l’étranger, comme la reconnaissance d’une communauté de destin avec d’autres mouvements de jeunes précaires au Portugal et en France, constitue peut-être l’embryon de nouvelles formes d’organisation de la jeunesse européenne. L’espace de socialisation perdu ou fermé dans le monde du travail serait en partie compensé par des formes inédites de sociabilité générationnelle protestataire.

  • 25 « No nos vamos, nos echan. Entrevista a Juventud Sin Futuro », Relaciones Internacionales, n° 24, G (...)

37La ligne du mouvement n’est pas arrêtée, sauf celle d’une indépendance revendiquée par rapport aux partis de gauche représentés au Parlement. Est-ce à dire que ce mouvement serait l’expression d’un noyau de jeunes militants refusant toute forme d’engagement politique ? Les longs entretiens qu’ils donnent à des médias sympathisants tendent à le démentir25. Reconnaissant que leurs rangs comptent des militants venus de partis de gauche et de mouvements sociaux « traditionnels », ils expriment pourtant leur défiance vis-à-vis d’une parole dogmatique et surplombante, des détenteurs de vérité et des avant-gardes politiques. L’acquis du15-M est rappelé : partage entre générations, pluralisme, formes labiles de mobilisation, formes nouvelles de dynamisation collective. La possibilité de construire une alternative à partir du bloc des mécontents s’exprime aussi bien plus nettement que la volonté de tourner le dos à la société : Juventud Sin Futuro ne joue pas sur la connotation nihiliste de son nom.

L’avenir politique du 15-M

38Il est indéniable que le succès électoral de Podemos a changé la donne politique en Espagne. Les partis politiques ont été obligés de se repositionner par rapport à ce nouveau venu, qu’ils soient en position dominante ou minoritaire. Par ailleurs, ce succès a agi comme un révulsif sur les personnes et les groupes qui se reconnaissent dans les idéaux du15-M. Une partie des électeurs de Podemos se sont remobilisés et sont redevenus des militants, faisant de nouveau fructifier leur capital social. Quel était leur horizon à l’été 2014 ? Ils pouvaient rejoindre les cercles de Podemos et préparer l’Assemblée citoyenne prévue à l’automne, sous l’égide de l’équipe de travail élue par un mécanisme de participation citoyenne (55882 votes exprimés en ligne pour désigner 26 responsables). Ils s’investiraient alors dans la construction d’un nouveau parti politique. Certes, ce parti affichait son intention de faire de la politique « autrement », mais il se distinguait fortement des idéaux du 15-M sur plusieurs points essentiels : un leadership personnel assumé, celui de Pablo Iglesias, entouré de personnalités déjà présentes lors de la campagne pour les élections européennes ; une stratégie médiatique décomplexée ; un grand appétit pour les échéances électorales. Du 15-M, Podemos reprend certains idéaux démocratiques (transparence, contrôle des élus, moralisation de la vie politique), mais son langage politique est beaucoup plus musclé. Le document politique soumis à la discussion des sympathisants et ouvert aux amendements (comme le document portant sur l’éthique, et celui portant sur l’organisation) est très corseté par l’esprit de la gauche radicale de rupture, tout en faisant montre d’un opportunisme politique manifeste. Le document se place en surplomb par rapport au15-M et à la période consécutive :

  • 26 Podemos, « Pre-Borrador político. La crisis del régimen de 1978, Podemos y la posibilidad de cambio (...)

Le 15-M a donné un coup de vieux aux élites et aux récits officiels, dévoilant l’épuisement de leurs consensus, de leurs certitudes, des cadres servant à distribuer les positions et à expliquer le rôle de chacun dans le contrat social, ou à canaliser les demandes des citoyens. Mais cette accumulation de petites transformations culturelles n’a pas touché tout le pays et n’a pas modifié l’équilibre des forces électorales et institutionnelles26.

39L’analyse du moment historique est beaucoup plus centrée sur le rapport de forces politiques que sur les aspirations des mouvements sociaux. Le parti se place en « challenger » et en « outsider » placé désormais au centre du jeu. Il entend construire un « appareil discursif, politique et électoral » en élargissant sa base, afin de profiter de la fenêtre d’opportunité que représente la crise du régime hérité de 1978. Il ne s’arrête pas aux élections municipales mais s’inscrit dans le long terme pour construire une autre majorité. Un tel positionnement doit très peu au 15-M. D’ailleurs, le réseau des universitaires engagés de l’université Complutense de Madrid aura joué un rôle plus important dans la gestation du parti que l’expérience du15-M. La composition de la liste de candidats pour les élections européennes, puis de la liste de l’équipe de travail présente toutefois un mélange de personnalités qualifiées par leur notoriété universitaire et/ou médiatique, de militants de Juventud Sin Futuro et de nouveaux-venus en politique.

L’avènement du « municipalisme »

40Une autre dynamique s’est ouverte à l’été 2014, dont l’étiquetage est le terme de « municipalisme ». Des plateformes citoyennes se sont constituées en vue des élections municipales de mai 2015, pour entrer dans la compétition électorale. Gagnons Barcelone, Madrid, la Corogne, Valladolid, Murcie, etc. Les différents manifestes qui président à ces initiatives sont assez voisins et ressemblent bien davantage aux textes produits par la mouvance du15-M qu’à ceux de Podemos. Il s’agit d’incarner les idéaux du renouveau démocratique dans l’espace local, en rassemblant des citoyens organisés et d’autres inorganisés pour leur « rendre la ville ». La conversion à la stratégie politique ne s’est pas faite sans mal, comme le montrent les premiers manifestes municipalistes de Madrid qui ont débouché sur la constitution de la plateforme Ganemos Madrid. On y sent une véritable hésitation sur le sens donné à des expressions comme « prendre d’assaut les institutions », et un mouvement de recul devant la démocratie représentative :

  • 27 Manifeste Municipalia, juin 2014 [municipalia. tumblr. com].

Le défi consiste à reprendre le projet de démocratie territoriale du 15-M, les élections ne représentant qu’une ressource parmi d’autres de ce pouvoir démocratique. En définitive, nous comprenons la politique institutionnelle comme un espace de conflit parmi d’autres et de mise en lumière des tensions qui traversent nos villes27.

41Même après le lancement de la plateforme, alors que le programme de gouvernance municipale est déjà dans une phase avancée d’élaboration, et que les contacts se nouent avec d’autres formations politiques, le groupe de travail intitulé « mouvement municipaliste » reste dans une certaine ambivalence :

  • 28 Document du groupe de travail « Municipalisme, version 3.0 », [ganemosmadrid. info], consulté en se (...)

Trop souvent, il y a eu confusion entre l’imaginaire de l’assaut institutionnel […] et la prise pure et simple du pouvoir. Loin de cette image, tout mouvement municipaliste qui entend avoir une présence institutionnelle doit concevoir son rôle de façon inverse. Il faut comprendre le municipalisme comme une façon d’ôter le pouvoir aux institutions et de le rendre aux mouvements28.

42Une expression se propage dans les entretiens, les déclarations, les textes à propos de ces plateformes. On se réclame de « l’ADN du15-M ». Que signifie une telle expression ? Que les sympathisants et militants se donnent rendez-vous sur les places ? Que se reforment des groupes de travail et des commissions chargés de la logistique, de la communication, de la méthodologie ? Que les documents de travail et les procès-verbaux de réunions sont disponibles sur la Toile ? Que les plateformes se réclament des collectifs, marées, marches, associations locales et « des gens comme toi et moi » ? Que l’on retrouve exprimée la même aversion pour les partis politiques dominants, les politiciens véreux, l’autoritarisme ? Qu’on y proclame le même amour des biens publics, des biens communs, de l’égalité entre citoyens ? Qu’une dynamique d’empowerment désormais explicitement reconnue et revendiquée est à l’œuvre ?

  • 29 Charles Péguy, Notre jeunesse, Paris, Gallimard, 1910 [1993].

43Sans doute, mais il y a aussi des groupes de travail « candidatures » et le travail de rapprochement avec les partis d’alternance, y compris Izquierda Unida, est engagé. Les porte-parole de ces plateformes, qui restent autonomes les unes par rapport aux autres, reconnaissent vouloir surfer sur l’effet Podemos et en attirer les militants, car le parti a décidé de ne pas se présenter directement aux élections municipales pour ne pas altérer son capital politique national. C’est dans le discours du rassemblement que se lit le mieux l’héritage du15-M. La délibération est investie comme forme démocratique nécessairement productive politiquement. Cependant, la construction d’une proposition politique demande d’autres ressources et oblige à choisir ses alliés. Le mot de « marque blanche » utilisé pour définir ces plateformes citoyennes qui refusent le modèle de la coalition multipartite est un élément de marketing politique. Il désigne aussi le dernier moment où l’illusion d’une limite nette entre « eux et nous » persiste, la blancheur renvoyant à une forme d’innocence. « Tout commence en mystique et finit en politique », disait Charles Péguy29.

Notes

1 Le sigle 15-M renvoie à la date du 15 mai 2011, c’est-à-dire à une manifestation organisée à Madrid contre l’ordre économique et politique. Refusant de se disperser, quelques participants à la manifestation passèrent la nuit sur la Puerta del Sol, marquant le début symbolique de l’occupation de la place. Cette date inaugurale est le coup d’envoi du mouvement social des Indignés. Il est habituel en Espagne de cristalliser les dates pour évoquer des événements marquants.

2 « Especial Aniversario 15-M », Madrid 15-M, periódico de Asambleas de Madrid, n° 25, mai 2014.

3 Sylvie Koller, « Espagne : les mains fragiles des indignés », Études, février 2012, p. 163-173.

4 Nacima Baron Yellès, « Puerta del Sol versus les indignés. Une lecture de la crise espagnole au prisme de l’espace public », Urbanités, n° 2, novembre 2013 [http://www.revue-urbanites.fr/?s=Puerta + del + Sol].

5 Ce terme retourne un stigmate attaché au mot « Perroflautas », une façon péjorative de désigner les marginaux urbains.

6 Iaioflautas, « El nostre manifest », 27 octobre 2011, [http://www.iaioflautas.org/el-nostremanifest/#caste
llano] consulté en août 2014.

7 L’épuisement de telles formes de mobilisation, et leur incapacité à proposer une rénovation du système politique sont pointés comme un échec prévisible par Jean-Jacques Kourliansky, « Espagne, Brésil, des indignations évanescentes », Revue internationale et stratégique, n° 93, 2014/1, p. 177-120. Ce chercheur souligne aussi l’absence d’horizons communs aux participants.

8 José-Luis Moreno Pestaña, « Vie et mort des assemblées », La vie des Idées, 25 mars 2013 [http://www.laviedesidees.fr/Vie-et-mort-des-assemblees.htm], consulté en août 2014.

9 « Especial Aniversario 15-M », op. cit., mai 2014, p. 22. L’article rappelle la méthode d’organisation instaurée en mai 2011.

10 Cette règle souffre des exceptions : Democracia Real Ya ne diffuse pas les comptes-rendus de ses discussions internes à ses membres.

11 Les banques du temps sont des systèmes d’échange locaux, de services et des compétences dans un esprit de coopération. Il s’agit d’une forme élaborée de troc de services non marchands, géré par des associations ou des collectivités locales.

12 Cf. Joan Subirats, Otra Sociedad, ¿Otra política ? De « no nos representan » a la democracia común, Barcelona, Icaria, 2011, 104 p. Joan Subirats, professeur de sciences politiques, est l’un des porte-parole de la plateforme Guanyem Barcelona.

13 Jérôme Ferret, « Des avenirs minoritaires. Retour sur l’expérience politique des indignés espagnols », Mouvements, n° 75, 2013/3, p. 86-98.

14 Chœur Solfónica, [Solfonica.wordpress.com] consulté en septembre 2014.

15 Traduction de l’auteur, pour cet extrait et tous les extraits suivants.

16 Toma la Plaza, propositions du 20 mai 2011, [http://madrid.tomalaplaza.net/2011/05/20/propuestas-20-mayo/], consulté en septembre 2014.

17 Eduardo Romanos, « Les indignés et la démocratie des mouvements sociaux », La vie des idées, 18 novembre 2011, [http://www.laviedesidees.fr/Les-Indignes-et-la-democratie-des.html?lang=fr].

18 « Difícil democracia sin líderes », El País, 28 juin 2011.

19 « A relaxing cup of democracia », Tinta Libre, n° 16, juillet-août 2016, p. 5.

20 Pour une analyse des suites du mouvement, consulter « Rebelión a bordo », Tinta Libre, n° 1, mars 2013, p. 20-21 et le numéro spécial « Rebelión ciudadana contra las élites », Tinta Libre, n° 16, juillet-août 2013.

21 Appel de la marée citoyenne, [Mareaciudadana. blogspot. fr], consulté en août 2014.

22 « Nous ne sommes pas un délit », [nosomosdelito. net], consulté en septembre 2014.

23 Félix Taberna et Luis Campos, Informe sobre calidad, empleo joven, becarios y prácticas, Consejo de la Juventud de España, 2014, 128p, [http://www.cje.org/descargas/cje5465.pdf].

24 Sandra Gaviria étudie les politiques de la jeunesse et du logement en Espagne sur le long terme. Elle souligne que la crise a bloqué l’accès à la propriété pour les jeunes Espagnols, modèle le plus acceptable culturellement, alors même que les aides au logement locatif sont insignifiantes. Le retard à l’émancipation, qui d’après elle n’est pas imputable principalement à des facteurs économiques, se trouve de fait aggravé par la dégradation de la situation économique. Cf. Sandra Gaviria, « Politique de logement et autonomie résidentielle de la jeunesse en Espagne », Informations sociales, n° 1 656 166, 2011/3-4, p. 146-154.

25 « No nos vamos, nos echan. Entrevista a Juventud Sin Futuro », Relaciones Internacionales, n° 24, GERI/Universidad Autónoma de Madrid, octobre 2013-janvier 2014, disponible à l’adresse [http://www. academia. edu/4987169/_NoNosVamosNosEchan_Entrevista_a_ Juventud_Sin_Futuro].

26 Podemos, « Pre-Borrador político. La crisis del régimen de 1978, Podemos y la posibilidad de cambio político en España », [Podemos. info], 5p., consulté en septembre 2014.

27 Manifeste Municipalia, juin 2014 [municipalia. tumblr. com].

28 Document du groupe de travail « Municipalisme, version 3.0 », [ganemosmadrid. info], consulté en septembre 2014.

29 Charles Péguy, Notre jeunesse, Paris, Gallimard, 1910 [1993].

Table des illustrations

Titre Photo 7.1. La Puerta del Sol, le 20 mai 2011
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Maîtresse de conférences en études ibériques et ibéro-américaines à l’université de Rennes 2, membre du laboratoire interdisciplinaire de recherches sur les Amériques.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search