Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Contester en Espagne 6. La « transition démocratique »...

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Deuxième partie. Revendications identitaires et nouveaux mouvements sociaux

6. La « transition démocratique » du nationalisme basque radical : de la légitimation de la violence à l’indépendantisme démocratique ?

Mathieu Petithomme

Texte intégral

La tolérance est le seul remède contre la diversité des opinions.
(Charles Nodier)

  • 1 En plus des 843 victimes mortelles de l’ETA et de groupes sympathisants, il faut ajouter 2533 perso (...)
  • 2 Anecdote racontée par Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, Sangre, votos, manifestacione (...)

1En décrétant unilatéralement le 20 octobre 2011 « la fin définitive de la lutte armée », dans le but selon l’organisation de « donner une solution juste et démocratique au conflit politique séculaire », l’ETA (Euskadi Ta Askatasuna, « Pays basque et liberté ») entérina la « transition démocratique » du nationalisme basque radical, marquée depuis le début des années 2000 par le déclin de la légitimation de la violence, et le choix de plus en plus marqué de ses sympathisants de privilégier la défense d’un indépendantisme démocratique au sein même des institutions. Après avoir causé, directement ou indirectement, la mort d’au moins 843 civils, policiers, militaires ou responsables publics de 1968 à 2010, cette évolution traduisit de fait le déclin de la composante militaire du nationalisme basque radical et son démantèlement progressif par l’État de droit à travers la répression policière1. Pour autant, lors de l’Aste Nagusia, la « Grande Semaine » de Bilbao de 2011, lorsque résonnait la chanson « Il n’y a pas de trêve » du groupe de rock navarrais Barrikada au sein de certaines txoznas (paillotes festives), certains criaient encore haut et fort « ETA, ETA, ETA ! »2.

  • 3 Pour les principaux travaux sur l’ETA, se référer à Miren Alcedo, Militar en ETA. Historias de vida (...)
  • 4 Sur cette notion, cf. Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2015 ; O (...)
  • 5 Le fait que le nationalisme radical se revendique comme le seul représentant légitime de la nation (...)

2 Ce chapitre a pour objectif de montrer comment, au-delà de l’ETA3, de ses nombreuses organisations satellites et des formations politiques et différentes « marques » de la gauche abertzale, le nationalisme basque radical constitue surtout un puissant mouvement social, dont les fondements sociologiques et l’ancrage dans l’espace public permettent d’expliquer la persistance jusqu’à nos jours. Par mouvement social, nous entendons les actions collectives d’une communauté politique qui partage un système de valeurs et un sentiment d’appartenance, tout en se dotant d’une capacité de mobilisation dans l’espace public et en définissant des revendications, des adversaires et un projet politique et social4. Même s’il évoque nécessairement le rôle de la lutte armée de l’ETA, le chapitre porte donc avant tout sur la « lutte de masse » du « mouvement basque de libération nationale » (MLNV) à travers le prisme de ses actions collectives. Il s’agira d’étudier l’actualité de cette communauté politique, en la replaçant dans son contexte historique et social, et en partant du point de vue des mobilisations, des manifestations et des mouvements sociaux contemporains qui donnent corps à ses revendications et les légitiment. Par nationalisme basque radical, nous entendons la version la plus intransigeante de l’ultranationalisme basque, qui renvoie à l’extrémisme mais aussi aux racines de l’idéologie nationaliste de Sabino Arana (voir infra), ce courant s’autodésignant comme le représentant légitime de la nation basque entendue au sens large (Euskadi, Pays basque français et Navarre), et revendiquant son droit à l’autodétermination5.

  • 6 Ce courant s’autodésigne comme « abertzale », à savoir « patriote » et de gauche, en référence à se (...)
  • 7 Mathieu Petithomme, « Commémorer les “gudaris” d’hier pour légitimer la violence d’aujourd’hui : un (...)
  • 8 Le « botellón » est une pratique des jeunes Espagnols, qui consiste à se rassembler dans la rue, le (...)

3Les protestations, les manifestations et les marches constituent en effet des répertoires d’action centraux de l’abertzalisme radical, des formes de « lutte » (borroka, en basque) si importantes pour la diffusion de ses revendications dans l’espace public que ses militants6 sont d’ailleurs dénommés les « borrokas ». Des années1960 jusqu’à nos jours, les nationalistes radicaux ont organisé de nombreuses actions collectives en faveur de l’amnistie de ceux qu’ils considèrent comme des « prisonniers politiques ». Des cérémonies en l’honneur des « gudaris », un terme initialement utilisé pour désigner les soldats basques et républicains qui luttèrent contre les troupes franquistes lors de la guerre civile, ont été détournées afin de rendre hommage aux « martyrs d’hier et d’aujourd’hui », en présentant les combattants de l’ETA comme les héritiers historiques des soldats de la guerre civile7. Des cérémonies d’accueil triomphantes ont été organisées par les Gestoras pro-amnistia lors des sorties de prison des détenus de l’ETA. Durant les années 1990, la « kale borroka », la lutte de rue, fut utilisée par des jeunes radicaux du samedi soir qui, combinant kalimotxo, un mélange de vin et de coca-cola typique du « botellón » espagnol, passe-montagne, lance-pierre et cocktails molotov, cherchèrent à provoquer des affrontements violents avec les forces de police8. Des troubles censés donner corps et représenter le « conflit » basque lors d’actes violents à vocation performative. Les fêtes populaires du Gudari Eguna et de l’Albertia Eguna et des chants tels que l’Agur Jaunak ou la Marche funèbre Guernica ont été aussi récupérés par le nationalisme radical et utilisés pour justifier ses objectifs : l’autodétermination, l’amnistie et l’expulsion des forces armées du Pays basque à travers la lutte armée, les urnes et les manifestations. Ces buts n’ont pratiquement pas changé depuis1958. Seuls les moyens mis en œuvre ont évolué à travers la fin définitive de la lutte armée depuis octobre2011.

4La « lutte de masse » du nationalisme basque radical peut être appréhendée à travers quatre phases distinctes : la phase de « résistance » au régime franquiste (1958-1977) ; la monopolisation de l’espace public (1978-1994) ; le déclin de l’hégémonie mobilisatrice (1995-2011) et l’institutionnalisation du nationalisme radical au sein du jeu démocratique et électoral depuis2011. En nous appuyant notamment sur des archives de presse et une large littérature scientifique, il s’agira donc de considérer les principales caractéristiques de chacune de ces périodes, en revenant sur les mouvements sociaux qui illustrent le mieux la trajectoire contemporaine de ce courant politique au Pays basque espagnol.

La « résistance » au régime franquiste et la légitimité originelle du nationalisme radical (1958-1977)

La résistance antifranquiste et le procès de Burgos

  • 9 Pour une présentation synthétique de la théorie et de l’apport de Sabino Arana au nationalisme basq (...)
  • 10 Javier Corcuera Atienza, Orígenes, ideología y organización del nacionalismo vasco : 1876- 1904, Ma (...)
  • 11 Sur ce groupe nationaliste radical, antécédent historique de l’ETA, cf. Eduardo Renobales, Jagi-Jag (...)
  • 12 José Manuel Mata Lopez, El nacionalismo vasco radical. Discurso, organización y expresiones, Bilbao (...)
  • 13 Rafael Durán Muñoz, Contención y transgresión. Las movilizaciones sociales y el Estado en las trans (...)

5Contrairement aux idées reçues, l’émergence de l’abertzalisme radical est bien antérieure à la fondation de l’ETA en1958. Elle trouve son origine historique dans une interprétation littérale des positions de Sabino Arana, théoricien du nationalisme basque de la fin du xixe siècle, sur les critères linguistiques et ethniques d’exclusion qui caractériseraient selon lui la « race » basque9. Un groupe de nationalistes radicaux fut de même formé dès1906 autour de Santi Meabe et de la publication d’Aberri (patrie)10. Toujours autour d’une revue nationaliste, en l’occurrence Jagi-Jagi, le groupe radical du même nom fut formé en 1934 par Elias Gallastegui, en mêlant au nationalisme basque radical une référence anticapitaliste11. L’approche idéologique de l’ETA, qui adapta la rhétorique marxiste-léniniste et tiers-mondiste des mouvements de libération nationale des années 1960, ne fut donc pas inédite12. Dans les années 1960, l’ETA recevait initialement l’appui d’une partie de l’opinion espagnole, qui considérait l’organisation comme un groupe d’opposition au franquisme, et ce d’autant plus que le groupe ne fit ses premières victimes frappées à mort qu’en 1968, dix ans après sa fondation. Les premières manifestations de rue lors de l’Aberri Eguna de1966 symbolisèrent bien ce rôle d’opposition antifranquiste. Le PNV conflua silencieusement à Vitoria et ses membres se dispersèrent avant l’arrivée des forces de police. Les radicaux eux, affrontèrent violemment la police à Irun. Aux nationalistes modérés, la passivité ; aux radicaux, l’action et la résistance. Les funérailles de Txabi Etxebarrieta en 1968, le premier « martyr » de l’organisation, furent accompagnées d’incitation à suivre son chemin : ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les morts imputables à l’ETA se multiplièrent à partir de cette date. Durant la dictature, le contexte d’absence de liberté d’expression, de réunion et de manifestation, renforcé par l’état d’exception, eut pour conséquence que le nationalisme basque radical fut perçu comme l’avant-garde du mouvement antifranquiste. Cependant, comme l’a bien montré Rafael Durán Muñoz dans sa thèse, ce fut surtout le mouvement ouvrier, à travers des grèves à répétition, qui joua le rôle principal dans la contestation du régime franquiste à la fin des années 1960 et au début des années197013.

  • 14 Javier Tusell, Carrero, eminencia gris del régimen de Franco, Madrid, Temas de Hoy, 1993, p. 4-7.

6Au Pays basque, le prestige social de l’ETA fut très largement renforcé suite au procès de Burgos du 3 décembre 1970, qui condamna 17 membres de l’organisation à des peines très lourdes, dont six condamnations à mort. Les mobilisations populaires sans précédent au Pays basque et dans l’ensemble de l’Espagne, ainsi que les nombreuses protestations internationales, obligèrent toutefois le régime à transformer les peines de mort en des peines de prison. La médiatisation très forte du procès, les manifestations de rue et les grèves qui se succédèrent pour demander l’amnistie des prisonniers contribuèrent à donner à l’ETA l’image d’une organisation de résistance. L’opération « Ogro » qui réalisa l’assassinat de Luis Carrero Blanco le 20 décembre 1973, accéléra la déliquescence du régime14. Lorsque Juan Paredes Manot (Txiki) et Àngel Otaegui, militants de l’ETA-pm, furent mis à mort le 27 septembre 1975 lors des dernières exécutions du régime, le prestige social de l’ETA ne faisait plus aucun doute. Paradoxalement, ces exécutions symbolisèrent la défaite idéologique du franquisme. L’organisation s’empressa de faire des condamnés des « martyrs » de la lutte nationaliste basque, célébrant chaque année leur mémoire pour mieux justifier la légitimité de sa cause et la perpétuation de la lutte armée.

  • 15 Santiago De Pablo, Documentos para la historia del nacionalismo vasco, Barcelona, Ariel Practicum, (...)
  • 16 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 226.

7En 1974, l’accroissement des attentats aboutit à la scission de l’ETA en deux branches : « l’ETA militaire » (ETA-m) qui privilégia la « lutte armée », et « l’ETA politico-militaire » (ETA-pm) qui adopta la « lutte de masse ». En 1976, lors de sa VIIème assemblée, l’ETA-pm privilégia la voie politique, ce qui conduira cette branche à intégrer plus tard la coalition nationaliste de gauche Euskadiko Ezkerra (« Gauche d’Euskadi », EE). Dans le mouvement inverse, en 1977, ses commandos spéciaux (bereziak) rejoignirent l’ETA-m. À rebours de la condamnation de la violence du PNV dès 1964, l’ETA-m intensifia celle-ci à partir de 1978, une fois la démocratie réinstaurée, ce qui lui fit perdre progressivement l’appui de l’opinion publique15. Le nationalisme radical chercha à disputer au nationalisme modéré du PNV la légitimité de la continuité de la lutte historique du nationalisme basque. Entre démocrates et radicaux, la rupture fut consommée à Saint-Sébastien le 8 septembre1977 : lors d’une manifestation unitaire pour l’amnistie générale, des jeunes proches d’ETA-m s’en prirent au député José Antonio Maturana du PSE-PSOE, détruisirent des panneaux et crièrent des slogans tels que « ETA, le peuple est avec toi » ou « Dehors les espagnolistes » (« Espainolistak kanpora »), redéfinissant la ligne de fracture idéologique qui prévalait jusqu’alors entre partisans de la dictature et démocrates, au profit d’une division politique entre Espagnols et Basques (et parmi ces derniers, entre patriotes et traîtres16).

  • 17 Sur ce point, voir notamment Fernando Molina, « El nacionalismo español y la “guerra del Norte”, 19 (...)
  • 18 Cette évolution politique l’amènera finalement à s’émanciper du nationalisme radical et à intégrer (...)

8La transition illustra le rejet par le nationalisme basque radical de la démocratie représentative : il boycotta les élections législatives et autonomiques, et nia toute légitimité à l’État espagnol et au statut d’autonomie de1979 qui créa la communauté autonome du Pays basque espagnol et la dota d’un parlement. Suite à la mort de Franco en1975 et à la restauration de la monarchie, le nationalisme modéré du PNV devint majoritaire dans les urnes dès1977. Il dut faire face aux pressions centrifuges croissantes des radicaux, tant par la lutte armée de l’ETA que dans la rue, puisque ce courant minoritaire de la société basque opposait la légitimité « populaire » des mouvements sociaux proches de sa cause à la légitimité électorale exprimée à travers le vote libre des citoyens17. Un courant minoritaire issu d’ETA-pm forma le Parti pour la révolution basque (Euskal Iraultzarako Alderdia, EIA) en 1976, puis se regroupa autour d’EE en 1977, adoptant peu à peu un nationalisme plus hétérodoxe et intégrateur18. Trois grandes mobilisations durant la transition illustrèrent cependant l’hégémonie du nationalisme radical sur l’expression des revendications identitaires, notamment grâce à sa capacité de mobilisation et aux pressions et intimidations exercées sur ses adversaires : la marche pour la liberté de l’Euskadi durant l’été 1977 ; l’hommage en l’honneur de la libération du dernier prisonnier de l’ETA, Francisco Aldanondo (Ondarru) le9 décembre1977 suite à la loi d’amnistie ; et enfin, la « contre-manifestation » convoquée par Herri Batasuna en octobre 1978, en opposition à la manifestation pour la paix organisée par le PNV.

La marche pour la liberté du Pays basque

  • 19 Jokin Apalategi (dir.), Marcha de la Libertad, Elkar, Zarauz, 1978.
  • 20 Andrea Micciche, « La transizione in Euskadi : un proceso di pacificazione ? », Spagna Contemporáne (...)
  • 21 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 212.

9Entre le 10 juillet et le 28 août 1977, les Gestoras Pro-Amnistía, convoquèrent une « marche pour la liberté du Pays basque » avec l’objectif d’obtenir une amnistie pour les prisonniers de l’ETA mais aussi, selon le militant Jokin Apalategi, « la reconnaissance de notre identité nationale, un statut d’autonomie qui reconnaîtrait l’autodétermination de l’Euskadi, et la dissolution des corps répressifs », entendus comme les forces de la Garde civile au Pays basque19. Alors que l’ensemble des partis politiques et des organisations syndicales proches du nationalisme radical et de l’extrême gauche soutinrent l’initiative, les partis de gauche (PSE-PSOE, PCE-EPK), nationalistes basques (PNV, ESEI) et de droite (UCD, AP) intégrés dans le processus de transition et représentés au Congrès des députés depuis les élections de juin 1977, restèrent en marge20. Il s’agissait d’organiser une vaste marche autour de quatre colonnes partant de points différents, qui devaient confluer dans la plaine d’Arazuri près de Pampelune. Symbolisant la marche du peuple basque en mouvement, l’événement dura tout l’été, les marcheurs parcourant plus de 1870 kilomètres en Biscaye, à Guipuscoa, en Alava, au Pays basque français et en Navarre, tout en organisant de nombreux meetings, concerts et bals populaires dans les villes et les villages traversés21.

  • 22 Kepa Aulestia, HB. Crónica de un delirio, Madrid, Temas de Hoy, 1993, p. 45-50.
  • 23 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 212.
  • 24 Né le 1er décembre 1904 à Bergara et décédé le 9 mars 1981 à Bayonne, Telesforo Monzón dirigea le P (...)

10La marche devait symboliser le mouvement déterminé du « peuple en marche » vers la liberté, en rupture avec le passé franquiste, en traversant l’ensemble des territoires revendiqués de l’« Euskal Herria », une terminologie utilisée pour dépasser le cadre de la future communauté autonome du Pays basque espagnol (l’Euskadi), et inclure l’Iparralde, le « Pays Basque nord » réunissant les trois « pays » français du Labourd, de la Basse-Navarre et de la Soule, ainsi que la Navarre. Kepa Aulestia, militant d’ETA-pm puis secrétaire général d’Euskadiko Ezkerra de 1985 à 1990, considéra d’ailleurs que la participation à la marche constituait à certains égards une « profession de foi abertzale »22. Des anciens prisonniers de l’ETA condamnés par le conseil de guerre de Burgos, puis remis en liberté et expulsés par le gouvernement d’Adolfo Suárez en mai 1977, tels Mario Onaindia et Eduardo Uriarte (Teo), profitèrent de la marche pour retourner en Espagne dans la clandestinité et furent accueillis en héros à Durango en juillet197723. La plupart d’entre eux intégrèrent pourtant EIA en1976 puis EE en1977 (tel le sénateur Juan Mari Bandrés), à savoir la branche « politico-militaire » qui chercha à s’émanciper de l’ETA-m à partir de1974 en se présentant aux élections et en s’insérant au sein du jeu démocratique. Lors de l’acte final de la marche, le 28 août 1977, l’apparition de Telesforo Monzón, dirigeant indépendantiste, poète et dramaturge basque exilé à Saint-Jean-de-Luz durant la dictature, fut minutieusement mise en scène aux côtés des principaux dirigeants nationalistes radicaux24.

  • 25 Florencio Domínguez, Dentro de ETA : la vida diaria de los terroristas, Madrid, Santillana, 2002, p (...)
  • 26 Miguel Castells, Los procesos políticos. De la cárcel a la amnistía, Madrid, Fundamentos, 1977, p.  (...)
  • 27 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 214.

11Les organisateurs échouèrent toutefois à rallier Pampelune, dont les accès restèrent sous contrôle de la police et où se déroula une contre-manifestation des autonomistes navarrais contre l’abertzalisme, largement rejeté dans une terre historiquement plus conservatrice qui s’opposait à l’intégration du « Vieux Royaume » dans la future communauté autonome basque. Les organisateurs de la marche interdirent les bannières des partis afin de transmettre l’image d’un peuple uni derrière un objectif commun. Mais Florencio Domínguez put noter que les cris et les slogans de soutien à l’ETA-m furent nombreux, la marche ayant même permis à l’organisation de recruter des volontaires25. Pour Michel Castells, contrairement à l’image voulue de « neutralité » d’un mouvement directement issu de la société civile, les radicaux utilisèrent la marche pour faire entendre leurs revendications, comme la mise en liberté de Miguel Àngel Apalategi (Apala), accusé de l’assassinat du garde civil Manuel Pérez à Ataun en1974 et de diriger les commandos bereziak — formés à partir d’ETA-pm en1977 et qui devaient rejoindre ensuite la branche militaire de l’organisation26. Les membres de l’Union des jeunesses maoïstes (UJM) furent aussi sifflés et conspués aux cris de « Komunistak kanpora » (« Dehors les communistes »), sous le prétexte qu’ils utilisaient une marche unitaire pour défendre une propagande minoritaire27.

  • 28 Ibid., 2012, p. 215.

12Ainsi, selon Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, « il était possible de crier en faveur d’une organisation terroriste, mais pas de montrer le sigle des jeunesses d’un parti politique antifranquiste, mais “espagnoliste”28 ». Le meeting final à Arazuri fut cependant une véritable réussite, à laquelle participèrent plus de cent mille personnes qui supportèrent des contrôles policiers et l’interdiction de l’accès à Pampelune. Cette marche renforça les objectifs politiques maximalistes des nationalistes radicaux, telle l’obtention d’une « amnistie totale ». Cette action collective légitima le discours suivant lequel les conquêtes politiques du « peuple » basque ne pouvaient être obtenues que grâce à la lutte armée et aux manifestations de rue.

Le tournant de l’amnistie générale

  • 29 José Luis Unzueta, « Euskadi : amnistía y vuelta a empezar », dans Santos Julia, Javier Pradera et (...)
  • 30 Paloma Aguilar, « La amnesia y la memoria : las movilizaciones por la amnistía en la Transición a l (...)

13Comme le suggéra José Luis Unzueta dans son article « Amnistie et retour au départ », le vote consensuel de la loi d’amnistie générale du15 octobre1977 marqua un tournant29. Les sociétés basque et espagnole partageaient l’idée que la libération des prisonniers politiques était nécessaire pour la paix au Pays basque et la démocratisation en Espagne. Il fut choisi de privilégier le pardon et la réconciliation au détriment du désir de justice des victimes du terrorisme, puisque même les prisonniers de l’ETA condamnés pour des « délits de sang » furent libérés30. Cette loi accrédita ainsi l’idée que les prisonniers de l’ETA pouvaient bénéficier d’un pardon puisque leur lutte s’insérait dans la résistance plus globale au franquisme. En sortant des prisons tous les prisonniers de l’organisation, l’amnistie illustra le caractère « démocratique » du nouveau régime, pardonnant les errements du passé et de la lutte armée dans le contexte de la résistance au franquisme dans le but de parvenir à la paix et à la réconciliation. Mais pour un secteur du nationalisme radical, rien n’avait changé : la lutte, armée si besoin, devait continuer afin de mettre fin à la « répression de l’État espagnol » et au « conflit basque » à travers la mise en place de l’autodétermination. Le propos de l’ancien dirigeant de l’ETA, Kepa Pikabea, aujourd’hui emprisonné pour plus d’une vingtaine d’assassinats et pour l’enlèvement d’Àngel Urteagan en 1985 puis de Julio Iglesias Zamora en 1993, illustre bien le prestige social des militants de l’ETA à cette époque :

  • 31 Emprisonné en 1994 après son arrestation à Bayonne, Kepa Pikabea devint un dissident de l’ETA après (...)

Être militant durant la répression franquiste revenait à être doté d’un grand prestige social. Lorsque les amnistiés rentraient dans leur village après la mort de Franco, tout le village sortait pour les recevoir31.

  • 32 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 216.

14Ainsi, lors de la sortie de prison du dernier militant de l’ETA, Francisco Aldanondo (Ondarru) le 9 décembre 1977 à Saint-Sébastien, une foule de sympathisants proféra des cris en faveur d’une « amnistie totale » et de l’ETA (« ETA, herria Zurekin », « ETA, le peuple est avec toi »), même s’il n’y avait alors plus aucun prisonnier à amnistier et que la lutte armée n’avait plus aucun sens dans le nouveau contexte démocratique32.

  • 33 José Luis De La Granja, Santiago De Pablo et Coro Rubio Pobes, Breve historia de Euskadi. De los fu (...)
  • 34 Florencio Domínguez, « El enfrentamiento de ETA con la democracia », dans Antonio Elorza (dir.), La (...)

15Durant l’ensemble de la période des sorties de prison des membres de l’ETA amnistiés, l’organisation ne déclara aucune trêve et continua à commettre des attentats : dix victimes moururent en 1977, puis soixante-cinq en 1978, soixante-dix-neuf en 1979 et quatre-vingt-quatorze en 1980, qui marquèrent « le zénith des années de plomb », illustrant justement une escalade de la violence — après — le retour à la démocratie et l’amnistie générale33. Après l’amnistie, certains groupes tels que la Comisión Gestora de Guipuscoa décidèrent de s’autodissoudre. Ces collectifs considéraient que leur travail était désormais terminé. Mais d’autres organisations, dans le sillage d’ETA-m, continuèrent à demander une amnistie, anticipant la répression des actions terroristes à venir. Le fait que l’État espagnol n’accepte pas l’autodétermination du Pays basque fut considéré comme un prétexte suffisant pour proclamer le caractère illégitime de ses institutions. Ce casus belli et cette posture de victimisation furent utilisés pour justifier la stratégie « action-répression-action », visant à utiliser la violence pour susciter en retour une répression policière disproportionnée, et développer ainsi le soutien social au nationalisme radical, tout en obligeant le gouvernement espagnol à accepter ses conditions34.

16Le fait qu’entre1978 et1980 les différents commandos de l’ETA assassinèrent 246 personnes, au moment même où fut approuvée la constitution de 1978, le statut de Guernica de 1979 et furent institués le parlement de Vitoria et le nouveau gouvernement basque, attestèrent de la volonté des radicaux du maintien d’une stratégie violente et antisystème malgré l’avènement de la démocratie. Il apparut alors clairement que l’ETA ne s’opposait pas simplement à Franco et à la dictature, mais aussi et surtout à l’État espagnol. L’institutionnalisation de la démocratie dans le reste de l’Espagne alla ainsi de pair avec l’intensification de la violence politique au Pays Basque.

Violence politique et monopolisation de l’espace public (1978-1994)

Légitimation de la violence politique et culte des « gudaris »

17Ni les premières élections démocratiques en juin1977 et l’amnistie générale en octobre de la même année, ni l’approbation de la constitution en 1978 et du statut de Guernica en 1979 ne permirent de contenir l’escalade de la violence. Il est vrai que lors du référendum sur la constitution, une proportion importante de l’électorat basque décida de s’abstenir, illustrant un déficit de légitimité des institutions de l’État central auprès d’un secteur assez large de la société. Malgré l’avènement de la démocratie, le nationalisme radical décida de continuer sa lutte par les armes et les manifestations, jusqu’à la consécration de ses objectifs contenus dans l’« Alternative KAS » (« Koordinadora Abertzale Sozialista », « Coordination socialiste patriote »), à savoir l’autodétermination pour un Pays basque incluant le « Pays basque nord » (français) et la Navarre, de même que l’expulsion de la police et de l’armée.

  • 35 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 219.
  • 36 Rogelio Alonso et al., op. cit., 2010, p. 134.
  • 37 Le PSE-PSOE, le PCE-EPK, l’organisation révolutionnaire des travailleurs (ORT), le parti du travail (...)

18La branche basque du parti communiste espagnol (PCE-EPK), peu implanté dans la région, fut la première à adopter une posture de rejet de la violence en convoquant une manifestation sous le slogan « Nous sommes fatigués de la violence et des assassinats » (photo 6.1), qui eut lieu le28 juin1978 à Portugalete suite à l’assassinat par ETA-m de José María Portell, journaliste et directeur de l’hebdomadaire Hoja del Lunes de Bilbao35. D’autres manifestations convoquées par le parti furent de même organisées en octobre 1978 à Elgoibar et Getxo sous la bannière « Non au terrorisme, Oui à la constitution », suite aux assassinats de plusieurs gardes civils36. Il est intéressant de noter que lors de la première manifestation convoquée par le PNV, la « marche pour un Pays basque libre et en paix » qui réunit entre trente et soixante mille personnes qui défilèrent en silence le 28 octobre 1978 à Bilbao, le mot d’ordre des jetzales n’était pas « contre le terrorisme » ou « contre ETA », mais « contre la violence » en général. Les dirigeants du PNV comme Xabier Arzalluz, condamnaient les crimes de l’ETA mais attribuaient à l’État espagnol l’origine de la violence politique au Pays basque, ce qui contribua à miner la légitimité du gouvernement auprès d’un secteur non négligeable de la société basque. Il est d’ailleurs symptomatique que le PNV s’opposa à la participation de l’UCD d’Adolfo Suárez à la manifestation, suggérant de façon implicite que les responsabilités étaient partagées entre l’ETA et le pouvoir central37.

Photo 6.1. Manifestation du PCE-EPK contre la violence, Portugalete, 28 juin 1978

Photo 6.1. Manifestation du PCE-EPK contre la violence, Portugalete, 28 juin 1978
  • 38 La coalition Herri Batasuna fut formée par quatre partis : Herri Alderdi Sozialista Iraultzailea (p (...)
  • 39 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 221.

19Herri Batasuna, le parti formé en 1978 par les nationalistes radicaux, et les Gestoras Pro Amnistía, interprétèrent cette convocation comme un affront à l’ETA et organisèrent une contre-manifestation le même jour dans le centre historique de Bilbao sous le slogan « Pour les gudaris d’hier et d’aujourd’hui »38. Ce slogan fut ensuite constamment repris par les radicaux, jusqu’en 2011, lors de leurs meetings et des principales fêtes du calendrier historique du nationalisme basque ; les radicaux établirent ainsi à leur profit un parallèle entre les soldats du PNV et de l’ANV qui combattirent en 1937 lors de la guerre civile, et les « martyrs » de l’ETA, en présentant ces derniers comme les continuateurs de la « lutte séculaire » des Basques contre « l’oppression de l’État espagnol ». La contre-manifestation des radicaux du28 octobre1978 débuta d’ailleurs près de la maison de Txabi Etxebarrieta, le membre de l’ETA qui déclencha le premier assassinat (contre le garde civil José Pardines en1968) et le premier à mourir ensuite dans un affrontement avec la police, tout en se terminant sur le mont Artxanda, lieu de la dernière bataille contre les troupes franquistes en193739. La contre-manifestation, non autorisée, ne réunit que quelques centaines de participants et fut réprimée par la police. Pour les dirigeants de HB Telesforo Monzón et Francisco Letamendia, ce fut là une « preuve » de plus de « l’autoritarisme » du pouvoir central.

  • 40 Sur le calendrier mémoriel du nationalisme radical, cf. Mathieu Petithomme, op. cit., 2015.

20Un « calendrier commémoratif » alternatif a peu à peu été institué par les nationalistes radicaux afin d’intégrer la célébration des funérailles de certains « martyrs » historiques de l’ETA. Le Gudari Eguna (« jour du soldat basque »), une fête basque nationaliste traditionnelle célébrant chaque27 septembre les résistants antifranquistes de la guerre civile, a été détourné par les radicaux pour remémorer les exécutions en1975 de Txiki et d’Otaegi, membres de l’ETA, par le régime franquiste40. Des commémorations sont aussi organisées le20 novembre et le21 décembre pour remémorer les assassinats de Santiago Brouard et de Josu Muguruza d’Herri Batasuna par les GAL dans les années 1980, de même que celui de José Miguel Beñaran, membre de l’ETA, en 1978. Les fêtes du Bizkargi Eguna en mai et de l’Albertia Eguna en juillet, ont de même été détournées au profit de la célébration des « martyrs » de l’ETA. À la fin des années 1970 et durant la majeure partie des années 1980, les nationalistes radicaux n’hésitaient pas à légitimer ouvertement la violence, célébrant les membres de l’ETA comme des « résistants » et incitant les jeunes lors des rassemblements de rue à s’engager, si besoin par les armes, pour défendre leur cause.

De l’« Alternative KAS » au monopole de la rue

  • 41 . « Puntualizaciones de Letamendia », El País, 28 octobre 1979.

21Durant l’époque-clé de la transition, la stratégie de l’« Alternative KAS » du MLNV fut définie. Conçue comme une « organisation d’organisations », l’alternative KAS intégrait ETA-m, permettait à HB de graviter dans son orbite et cherchait à combiner une lutte sur trois fronts : la « lutte armée » de l’ETA-m ; la « lutte de masse » à travers les manifestations de rue et la domination de l’espace public ; et enfin, la « lutte institutionnelle » à travers la participation d’HB aux élections. Même si les représentants d’HB boycottaient ensuite leurs sièges aux institutions nationales et régionales, ils se présentaient aux élections notamment pour barrer la route à d’autres formations indépendantistes telles qu’EE. Les élus d’HB s’impliquaient toutefois au niveau municipal, un échelon plus en accord avec l’idéologie du parti prônant l’auto-affirmation du « peuple » par le bas sous la forme d’un « contrepouvoir local ». HB maintint cependant un lien ambivalent avec la lutte armée. Francisco Letamendia, le député d’HB élu en 1979, expliqua ainsi à l’époque que son parti « assum[ait] toutes les formes de lutte qui conduisent à la libération nationale et sociale de l’Euskadi »41. En 1979, ETA-m assassina pourtant soixante-cinq personnes, alors même que ETA-pm et les Commandos autonomes anticapitalistes (CAA) passèrent aussi à l’action, faisant quatorze victimes cette année-là (puis encore quinze l’année suivante), dont les membres de l’UCD basque, José Ignacio Ustarán, Jaime Arrese et Ramón Baglietto.

22Le nationalisme basque radical s’organisa en cercles concentriques pour démultiplier son influence sociale : le parti socialiste révolutionnaire du peuple (Herriko Alderdi Sozialista Iraultzailea, HASI) fut formé en1977 pour représenter la classe ouvrière nationaliste ; la solidarité des travailleurs basques (Eusko Langileen Alkartasuna, ELA-STV) et les commissions des ouvriers patriotes (Langile Abertzaleen Batzordeak, LAB), pour impulser le mouvement syndical ; les CAA et les commandos bereziak (de 1977 à 1985) de même que ETA-m pour la lutte armée ; et enfin, HB comme parti d’« unité populaire » cherchant à offrir un débouché politique à la lutte armée. Le nationalisme radical obtint cent cinquante mille voix, un député et deux sénateurs lors des élections législatives de 1979, puis devint la seconde force politique du Pays basque espagnol derrière le PNV, qui garda le contrôle des trois capitales Vitoria, Bilbao et Saint-Sébastien, mais devant le PSE-PSOE. De la fin des années 1970 jusqu’aux années 1990, les membres de AP et de l’UCD ne bénéficièrent pas de la même liberté d’expression que les autres représentants politiques du Pays basque, devant subir les intimidations et les menaces, en étant présentés comme des « fascistes » liés au franquisme. Mais le nationalisme radical, pour qui les élections étaient avant tout un recours instrumental, demeurait minoritaire dans les urnes, obtenant au mieux entre20 et25 % des voix. Il chercha ainsi à compenser cette faiblesse à travers le monopole de la rue, car il constituait de loin le courant politique qui montra la plus forte capacité de mobilisation lors des meetings de campagne et des rassemblements politiques.

23Mais les nombreuses manifestations de rue reflétaient plus les préférences politiques d’un groupe organisé que celles du « peuple » basque, au nom duquel les nationalistes radicaux disaient pourtant parler et qu’ils prétendaient incarner. Ils exercèrent en fait un chantage sur les institutions démocratiques, en utilisant la violence pour obliger les gouvernements basque et espagnol à accepter leurs conditions. Cette posture antisystème discréditant le système politique fut bien illustrée par la création de l’« Assemblée nationale du peuple basque » (Euskal Herriko Biltzarre Nazionala) en 1979, une assemblée parallèle qui rassemblait en fait uniquement les membres d’HB, quelques conseillers municipaux d’extrême gauche et des indépendants nationalistes. Pour les nationalistes radicaux, la transition n’avait rien changé car leurs objectifs — « l’amnistie totale », l’autodétermination et l’expulsion des forces de police et de l’armée — n’avaient pas été atteints. La tentative de coup d’État ratée du 23 février 1981 confirma aux yeux de ce secteur social « l’autoritarisme » latent du nouveau régime. Au début des années 1980, les personnes séquestrées par l’ETA furent ainsi maintenues en captivité au nom de la lutte pour la « liberté » du peuple basque, dans ce que l’organisation appelait des « prisons du peuple ». Les sigles de l’ETA et des slogans défendant le groupe armé étaient très clairement mis en avant lors des manifestations de rue. Le monopole de l’espace public du nationalisme radical était d’autant plus prononcé qu’il n’existait pas de véritable confrontation avec d’autres groupes. Cette communauté politique maintenait un quasi-monopole sur l’expression de l’identité territoriale basque. De nombreuses organisations s’institutionnalisèrent autour du MLNV, qui reprit à son compte l’expression des principales revendications sociales du Pays basque en créant des organisations sympathisantes ou en faisant de l’entrisme puis en contrôlant de l’intérieur les mouvements sociaux, ce qui fut particulièrement vrai pour les mouvements ouvriers, féministe, antinucléaire et anti-répression.

  • 42 Le concept de « spirale du silence » a été proposé par Elisabeth Noelle-Neumann. Pour une discussio (...)
  • 43 Contextos históricos del terrorismo y consideración social de las víctimas. 1968-2010, rapport de l (...)
  • 44 Sur cette question du processus de radicalisation, cf. Xavier Crettiez, « High risk activism : comp (...)
  • 45 « El 82 % de los asesinatos de ETA en los 80 no tuvieron respuesta social », El País, 26 février 20 (...)

24La monopolisation de l’espace public par le nationalisme radical fut largement la conséquence des attentats et des assassinats à répétition qui instaurèrent un climat de terreur, condamnant la société civile basque à une « spirale du silence », et incitant les opposants à ne pas s’engager en politique de peur des représailles42. En 1979 par exemple, selon une étude récente des historiens de l’institut Valentín de Foronda de l’université du Pays basque, lorsque les victimes étaient des policiers, des manifestations de rejet de la violence furent organisées dans seulement 7 % des assassinats, un taux qui atteignit au contraire 100 % lorsque les victimes étaient des civils ou des membres de l’ETA assassinés par l’extrême droite43. Une culture radicale se solidifia, qui célébrait ou au moins justifiait et comprenait l’assassinat des policiers et des militaires, tout en saluant les responsables comme des héros ou des martyrs44. Ce contexte d’indifférence à l’égard des victimes de l’ETA et de démobilisation eut pour conséquence que la réponse au terrorisme dans la rue fut pratiquement nulle et se nourrit uniquement d’initiatives institutionnelles comme des minutes de silence. 82 % des assassinats de l’ETA durant les années1980 n’engendrèrent en fait aucune réponse sociale à travers d’éventuelles manifestations de rejet45. À l’inverse, l’ensemble des décès de membres de l’ETA débouchèrent sur des répliques politiques sous la forme de grèves et de manifestations.

  • 46 Luis Aizpeolea, « Los extorsionados por ETA toman la palabra », El País, 1er mars 2015.
  • 47 Les seules personnes poursuivies par l’Audience nationale, les sœurs Bruño, furent d’ailleurs ensui (...)

25Les menaces et les intimidations prirent aussi d’autres formes, notamment à travers l’extorsion et le paiement forcé de « l’impôt révolutionnaire ». Une étude scientifique récente du Centre d’éthique appliquée de l’université de Deusto estime ainsi qu’environ neuf mille personnes ont été victimes d’extorsion de1993 à2008 et environ quinze mille depuis les années 1960, principalement des petits commerçants et des professions libérales dans les villes et les villages où la présence des nationalistes radicaux était la plus forte46. Les entrepreneurs et les directeurs de grande entreprise pouvaient plus facilement résister en s’appuyant sur des équipes de sécurité. Au contraire, le manque de protection des civils et des petits entrepreneurs victimes, eut pour effet qu’ils préféraient souvent payer les demandes de rançon, même si la « collaboration avec le terrorisme » constitue un délit suivant l’article 576 du code pénal espagnol47. Le collectif Gesto Por la Paz (« Geste pour la paix ») organisa la première manifestation contre la violence à l’initiative de la société civile le26 novembre1985. La violence avait alors déjà fait 465 victimes depuis 1968. Le propos d’Ana Rosa Gómez Moral, membre de Gesto por la Paz, illustre bien le sentiment qui prévalait à l’époque :

  • 48 Ana Rosa Gómez Moral, cité dans Luis Aizpeolea, « Fin del movimiento anti-ETA », 22 février 2015.

Nous avons tardé à réagir parce que nous venions d’une dictature et que de nombreux Basques, de façon erronée, nous justifiions la rébellion de l’ETA contre l’oppression. Nous avons tardé à nous rendre compte que nous étions désormais en démocratie et que le terrorisme n’avait plus de justification possible48.

Le déclin de l’hégémonie mobilisatrice (1995-2011)

  • 49 « Hipercor, el atentado más salvaje », La Vanguardia, 21 juillet 1987.
  • 50 « Barcelona expresó su dolor en silencio », La Vanguardia, 23 juin 1987, p. 24.
  • 51 Lors de ces élections le parti obtint 367 000 voix dans l’ensemble de l’Espagne, dont 251 000 au Pa (...)
  • 52 « Zaragoza condena el terrorismo y clama por la paz, en la mayor manifestación de toda su historia  (...)
  • 53 Anna Argemi, « El Estado, condenado por negligencia policial en el atentado de Hipercor », El País, (...)

26À partir du début des années 1990, le soutien social au nationalisme radical déclina. L’attentat à la voiture piégée de l’Hipercor de l’avenue Meridiana à Barcelone le 19 juin 1987, le plus meurtrier de l’ETA, marqua un tournant, tuant vingt et une personnes et en blessant quarante-cinq autres, la plupart des civils, dont des femmes et des enfants49. Les manifestations de rejet furent sans précédent dans l’ensemble de l’Espagne. Le 21 juin, plusieurs centaines de milliers de Barcelonais se réunirent silencieusement à Sant Andreu, puis occupèrent le paseo de Gràcia le jour suivant lors de la plus grande manifestation depuis 1977 en Catalogne50. Cinq minutes de silence furent décrétées dans toutes les institutions espagnoles et catalanes. Dix jours plus tôt, Herri Batasuna, qui critiqua de façon confuse le déroulement de l’attentat sans le condamner, avait obtenu presque quarante mille voix en Catalogne lors des élections européennes51. Mais ETA-m continua son escalade de la violence et sa négation de la réalité : le 11 décembre 1987, un attentat du commando Argala contre la caserne de la Garde civile de Saragosse fit onze morts (dont cinq jeunes filles) et quatre-vingt-huit blessés. Le 13 décembre 1987, deux cent cinquante mille personnes défilèrent sous le slogan « Saragosse pour la paix et contre le terrorisme », dans ce qui restera la plus grande manifestation de l’histoire de la ville52. Lorsque l’État fut condamné en 1994 par l’Audience nationale pour « négligence policière », pour ne pas avoir empêché l’entrée des clients et décidé l’évacuation du magasin suite à trois appels téléphoniques anonymes prévenant de l’attentat, les radicaux y virent la confirmation de leurs arguments et la preuve de « la responsabilité de l’État espagnol dans la violence53 ».

La rupture de la spirale du silence : l’émergence de Gesto por la Paz

  • 54 José Luis De La Granja, El siglo de Euskadi. El nacionalismo vasco en la España del siglo XX, Madri (...)
  • 55 « La manifestación más concurrida en el País Vasco », El País, 19 mars 1989.

27Les manifestations de Gesto por la Paz, très peu nombreuses jusqu’alors et principalement silencieuses, prirent une nouvelle ampleur et débouchèrent sur « l’accord pour la normalisation et la pacification de l’Euskadi », connu comme le pacte d’Ajuria Enea, signé le12 janvier1988 par tous les partis démocratiques nationalistes (PNV et EE) et non-nationalistes (PSE-PSOE, CDS, AP) pour le respect de l’État de droit, la coexistence pacifique et contre le terrorisme54. Les premiers slogans contre l’ETA apparurent et les mobilisations sociales du collectif jouèrent un rôle déterminant dans la signature du pacte. La première macromobilisation contre l’ETA au Pays basque, « pour la paix maintenant et pour toujours », eut lieu à Bilbao le 18 mars 198955. Avant cette date, les plus grandes mobilisations avaient eu lieu à Bilbao le 2 septembre 1977 pour l’amnistie, puis le 22 octobre 1983 lorsque cent mille personnes protestèrent contre l’assassinat du capitaine Martín Barrios. Cet assassinat avait aussi mis un million et demi de personnes dans la rue le jour précédent à Madrid, du jamais-vu depuis les protestations contre le coup d’État raté du 23 février 1981. La trajectoire de ces mouvements sociaux reflète assez bien l’évolution des attitudes de la société basque à l’égard du terrorisme. Peu à peu, menés par les familles des victimes du terrorisme et des citoyens de plus en plus nombreux commencèrent à rompre le monopole de l’espace public et la spirale du silence imposés par le nationalisme radical.

  • 56 On observe un « pic » lors des années 1986-1987 puis un déclin au début des années 1990. Pour les é (...)
  • 57 María Jesús Funes Rivas, La salida del silencio. Movilizaciones por la paz en Euskadi 1986- 1998, M (...)
  • 58 « Una estrategia de presión diseñada a raíz de la ponencia “Oldartzen” del 94 », El Diario Vasco, 8 (...)
  • 59 Hanspeter Van Der Broek, « Borroka. The legitimation of street violence in the political discourse (...)

28Alors que l’appareil militaire d’ETA-m se retrouva soumis à une pression policière croissante et à des arrestations en chaîne, notamment suite au démantèlement de son groupe dirigeant à Bidart en1992 puis des commandos Alava, Andalousie et Biscaye en 1996, le déclin du nationalisme radical se fit aussi sentir dans les urnes. Des 172110 voix obtenues par Herri Batasuna lors des élections législatives de 1979, puis 231722 en 1986, il n’en restait plus que 181306 en 1996 (alors même que l’électorat était désormais beaucoup plus important). Entre les européennes de 1987 (360952 voix) et celles de 1994 (180324), ses soutiens électoraux se réduisirent de moitié. La même tendance est observable lors des élections autonomiques et municipales56. La séquestration de l’entrepreneur Julio Iglesias Zamora en 1993, puis celles de José María Aldaya, Cosme Delclaux et du gardien de prison José Antonio Ortega Lara, marquèrent un nouveau tournant57. Le nationalisme radical chercha à compenser cet ostracisme croissant par un plus grand contrôle social : la déclaration Oldartzen en1994 acta ainsi le choix d’une stratégie de « socialisation de la souffrance », à travers l’augmentation des persécutions contre les intellectuels et les opposants non-nationalistes du PP et du PSE-PSOE58. Cette période coïncida aussi avec la radicalisation des jeunes activistes violents à travers le développement de la « kale borroka »59.

  • 60 Carlos Martínez Gorriarán, « El discurso del medio. Retóricas comprensivas del terrorismo en el Paí (...)

29Entre le 5 mai1995 et le1er juillet 1997, malgré les intimidations et les menaces, Gesto por la Paz organisa des manifestations hebdomadaires, arborant un emblématique « lacet bleu » pour demander la libération des personnes séquestrées. La manifestation de condamnation de l’enlèvement de Miguel Àngel Blanco en juillet1997 à Bilbao fut massive. Des contre-manifestations furent cependant organisées par les radicaux sous le slogan « Euskal Herria Askatu » (« Libérez Euskal Herria »), durant lesquelles de nombreuses insultes étaient proférées contre les citoyens portant le lacet bleu, traités de « fascistes » et de « franquistes ». Mais le discours exaltant le conflit avec « l’Espagne » et « l’État espagnol » était en proie à une crise de légitimité. Suite à l’assassinat de Miguel Àngel Blanco, des mouvements plus activistes firent leur apparition, tels que ¡Basta Ya ! (« Ça suffit ! »), qui revendiquait clairement l’identité « basco-espagnole » et s’opposait au « nationalisme obligatoire ».72 % des Basques considéraient d’ailleurs qu’il s’ouvrait une nouvelle étape contre l’ETA60.

De la fracture à la dissolution des mouvements antiviolence

  • 61 Cité dans ¡Basta Ya !, Euskadi, del sueño a la vergüenza, Madrid, Ediciones B, 2005, p. 74.

30Mais en 1998, la société basque se divisa en deux blocs : les nationalistes modérés et radicaux s’allièrent à travers le pacte de Lizarra pour l’obtention de l’indépendance ; à l’inverse, les non-nationalistes convergèrent dans la critique du manque de détermination de ce front souverainiste pour condamner la violence de l’ETA. Les mouvements sociaux antiviolence se scindèrent suivant la même ligne de fracture : Elkarri prétendait obtenir la fin de la violence à travers la condamnation de tous les types de violence et l’exercice du droit à l’autodétermination ; d’autres collectifs, dont le plus emblématique fut ¡Basta Ya !, mettaient d’abord en avant le respect de l’unité de l’Espagne et la condamnation de la violence de l’ETA. La posture plus rassembleuse de Gesto por la Paz devint alors dépassée et obsolète face à la radicalisation des deux camps. José María Calleja, l’un des promoteurs de ¡Basta Ya ! évoque bien la posture plus militante promue par ce groupe dans le sillage du forum d’Ermua : « Basta Ya chercha à rassembler l’ensemble des Basques qui rejetaient le terrorisme avec l’objectif de mettre fin à la peur et de reprendre la rue aux membres de l’ETA et à leurs sympathisants »61. Le groupe organisa d’importantes mobilisations entre 1997 et 2003, à un moment où l’ETA déployait sa stratégie de « socialisation de la souffrance » à travers la répétition d’attaques contre des civils non-nationalistes, notamment des intellectuels, des journalistes et des hommes politiques connus pour leur condamnation de la violence. Deux activistes du mouvement, José Luis López Lacalle et Joseba Pagazaurtundua, furent d’ailleurs assassinés pour prix de leur résistance non-violente.

31Au début des années 2000, la répression s’intensifia contre les groupes politiques et sociaux accusés de servir de « couverture » à l’ETA : les partis Herri Batasuna puis Batasuna et Euskal Herritarrok, les Gestoras Pro Amnistía et les organisations de jeunesse Segi et Ekin furent successivement interdits. De nombreuses « herriko tabernas », ces bars qui rassemblaient les nationalistes radicaux dans le quartier historique de Bilbao et ailleurs au Pays basque, et dont les murs étaient souvent recouverts de portraits des « martyrs » de l’ETA et des prisonniers de l’organisation, furent fermés. Les marches des radicaux furent de plus en plus souvent interdites et les condamnations pour « apologie du terrorisme » se multiplièrent. La mobilisation des mouvements sociaux antiviolence diminua entre2003 et2011 parallèlement à la réduction drastique des victimes de l’ETA (douze depuis 2004, la dernière en 2010). L’ensemble de ces évolutions illustrèrent la fatigue de l’opinion publique basque et son désir de fin de la violence et de pacification. Peu à peu, au sein de la communauté nationaliste radicale, certains acteurs commencèrent à prendre conscience que la fin de la violence n’était pas négociable contre des contreparties politiques, et devait être décidée unilatéralement par l’organisation armée.

  • 62 « La disolución de Lokarri », El Mundo, 10 mars 2015.

32Dans la veine du cessez-le-feu de 2011, le changement et la pacification sont aujourd’hui très nettement perceptibles au Pays basque, notamment à travers l’autodissolution des mouvements sociaux anti-ETA. Lokarri, le dernier mouvement social en activité, créé en 2006 dans la continuité de Elkarri né en 1992 avec l’objectif de mettre fin au terrorisme, s’est ainsi dissous en mars 2015. Son coordinateur, Paul Ríos, justifia en effet cette décision par le fait que « la fin de la violence est désormais irréversible »62. Lokarri a servi de mouvement social médiateur dans le processus de légalisation de la gauche abertzale en février 2011, de même que lors de la déclaration d’Aiete d’octobre 2011 qui mit fin à la lutte armée. Avant lui, en juin 2012, ce fut Gesto por la Paz qui annonça sa dissolution après ¡Basta Ya ! en 2008, dont les principaux responsables se sont depuis engagés en politique, notamment au sein du parti Union, progrès et démocratie (UPyD). Certaines questions restent cependant en suspens, notamment le désarmement, la réintégration sociale des prisonniers et la coexistence pacifique.

Photo 6.2. Manifestation de dénonciation de la politique pénitentiaire (2011)

Photo 6.2. Manifestation de dénonciation de la politique pénitentiaire (2011)

Institutionnalisation et « transition démocratique » du nationalisme basque radical (depuis 2011)

  • 63 « ETA anuncia el cese definitivo de su actividad armada », Gara, 20 octobre 2011.
  • 64 L’expression de « religion politique » est ici reprise de Jesús Casquete, En el nombre de Euskal He (...)

33Depuis le « cessez-le-feu définitif de l’activité armée » de l’ETA le 20 octobre 2011, il est donc possible de dire que l’on assiste à la « transition démocratique » du nationalisme basque radical, caractérisée par un rejet formel de la violence et un début d’autocritique sur les dérives des années de lutte armée63. Pendant les années 1980, le nationalisme radical légitimait ouvertement la violence, puis il s’employa à formuler de nombreux euphémismes pour ne pas la condamner durant les années1990. Ses partisans présentèrent ses postulats comme non-négociables — l’autodétermination, l’appartenance du Pays basque français, de la Navarre et de l’Euskadi à la même nation, le retrait des forces de police et de l’armée du Pays basque —, leur permettant de justifier, devant la non-réalisation de ces conditions, l’exercice d’une violence présentée comme « défensive » contre une autre violence jugée antérieure de « l’État espagnol » contre le « peuple » basque. La sacralisation de ces postulats hautement contestables créa une « religion politique » légitimant non seulement la désobéissance civile, mais exerçant surtout la violence en niant à l’autre la liberté d’expression que l’on revendiquait pour soi64.

34La posture antisystème, le populisme — en prétendant constamment agir au nom du « peuple » basque —, et la tendance à la victimisation du nationalisme radical n’ont pas fondamentalement changé. Pas plus que le recours très fréquent aux manifestations de rue. Ce courant a fidélisé une base militante déterminée et très impliquée politiquement. Mais il est en passe de s’insérer définitivement au sein du jeu démocratique et c’est tant mieux. Certes, la rhétorique de la « violence de l’État espagnol » est toujours de mise. Mais le choix affirmé de la continuation de la lutte pour l’indépendance par la rue et les urnes en écartant définitivement la violence politique constitue une avancée majeure dans la démocratisation de ce courant politique. Comme nous le verrons ci-dessous en retraçant des événements symptomatiques de l’actualité basque depuis 2011, ce processus en cours est toutefois incomplet et sujet à des tensions importantes au sein même de la communauté nationaliste radicale.

Une rupture avec le passé : fin de la violence, renouveau de l’indépendantisme et pacification

  • 65 « Batasuna considera el comunicado de ETA una “decisión sin precedentes” con un alcance “histórico” (...)
  • 66 Lors des élections européennes de 2014, la coalition a aussi envoyé un représentant, Josu Juaristi, (...)
  • 67 Notons que ce résultat lui permet d’être loin devant le PSE-EE/PSOE (avec 16,7 % et 177 243 voix), (...)
  • 68 Ibid.

35En octobre 2010, plusieurs anciens responsables de Batasuna, dont son ex-dirigeant Arnaldo Otegi en prison depuis2009 pour une collaboration présumée avec l’ETA, ont incité l’organisation armée à proclamer un cessez-le-feu unilatéral et inconditionnel de la violence sans exiger de conditions préalables au gouvernement espagnol. La gauche abertzale a donc accueilli comme une « évolution sans précédent » et à la portée « historique », le communiqué postérieur de l’ETA d’octobre201165. Le nationalisme radical a parallèlement effectué un retour important sur la scène électorale : avec vingt et un représentants sur soixante-quinze (suite à l’obtention de 25 % des voix), Euskal Herria Bildu (« Réunir l’Euskal Herria », EH Bildu), qui intègre les partis Sortu, Eusko Alkartasuna, Aralar et Alternatiba, constitue désormais la deuxième formation politique derrière le PNV (vingt-sept représentants) au Parlement du Pays basque depuis2012. Bildu compte aussi onze représentants (sur cinquante) au Parlement de Navarre et Amairur a envoyé sept parlementaires au Congrès des députés et obtenu quatre sénateurs66. Lors des élections municipales de mai 2011, Bildu (sans Aralar) a obtenu 26,3 % des voix (276151) derrière le PNV (30,7 %), même si son vote, plus territorialement concentré dans certaines zones (Guipuscoa notamment), lui a permis d’obtenir 953 conseillers municipaux contre 873 pour le PNV67. La coalition a aussi conquis la ville de Saint-Sébastien, dont Juan Carlos Izagirre est devenu maire. Bildu, une coalition initialement formée le 3 avril 2011, s’est transformée en juin2012 pour devenir EH Bildu. Il est aussi intéressant de noter que Guipuscoa constitue toujours le « fief » du nationalisme radical (Bildu-EA y obtenant 34,6 % des voix et 441 conseillers contre seulement 21 % pour le PNV), alors que la Biscaye est toujours dominée par le PNV (37,4 % contre 21 % pour Bildu) et que le PP est désormais majoritaire en Alava (25,3 % contre 22,4 % pour le PNV et 20,7 % pour Bildu-EA)68.

  • 69 Mikel Ormazabal, « Sortu aguarda su refundación », El País, 22 février 2014.
  • 70 « EH Bildu muestra al PNV su voluntad de acuerdos sobre el derecho a decidir », El País, 4 janvier  (...)
  • 71 « EH Bildu pide a los vascos que se pongan en pie como en Cataluña », El País, 21 février 2015.
  • 72 « EH Bildu propone un proceso en tres fases hasta una Constitución vasca », El País, 24 janvier 201 (...)
  • 73 « Arraiz apela a la “ruptura democrática” con España », El País, 25 septembre 2014.

36Dix ans après la condamnation de Batasuna et après avoir présenté huit « marques » électorales distinctes, le « congrès constituant » de Sortu à Pampelune le 23 février 2013, marqua le début d’une nouvelle ère dans le respect de la légalité pour le nationalisme basque radical. Le parti appela à « rompre les chaînes avec la France et l’Espagne et à participer à la vague en faveur de l’indépendance »69. Sortu et EH Bildu cherchent à convaincre le PNV de parvenir à un accord sur « le droit à décider », tout en appelant la base sociale du PNV à se joindre aux manifestations et au mouvement social indépendantiste70. À Irun, le 24 janvier 2015, Sortu proposa la construction d’un État basque indépendant. Le 7 mars suivant, au Bilbao Exhibition Centre de Barakaldo (Biscaye), dix mille militants écoutèrent sa proposition souverainiste surnommée la « voie basque », présentée face à la « passivité du PNV » et à « l’immobilisme de l’État ». Les dirigeants du parti incitèrent les citoyens basques à une « insubordination démocratique » afin d’avancer dans un processus « unilatéral et désobéissant » qui puisse déboucher sur une « constitution de la République basque »71. Le parti cherche à amplifier la base sociale de l’indépendantisme en multipliant les organisations politiques, syndicales et culturelles partenaires. Son objectif est de « créer des majorités sociales et politiques pour utiliser les institutions existantes au service de la souveraineté », puis de redéfinir par le bas les modèles juridico-politiques de l’Euskadi, du Pays basque français et de la Navarre, suivant trois processus distincts, avec des rythmes différents, mais suivant le même objectif de construire un État basque indépendant72. Le porte-parole d’EH Bildu, Hasier Arraiz, appelle ainsi à une « rupture démocratique » unilatérale avec l’Espagne et à un « processus constituant en Euskal Herria », puisque selon lui, « l’État espagnol ne reconnaîtra jamais le droit à décider du peuple basque »73.

  • 74 Javier Doria, « Sortu llama a una alianza soberanista en su constitución », El Mundo, 24 février 20 (...)

37Même si le discours a changé et que Sortu rejette désormais clairement la lutte armée dans ses statuts, les anciens membres de Batasuna Rufi Etxebarria, Joseba Permach et Juan José Petrikorena dominent son conseil national, illustrant une certaine continuité des figures dirigeantes. Arnaldo Otegi a joué un rôle central dans l’évolution de la stratégie des indépendantistes, en soutenant depuis sa prison de Logroño la « construction d’une majorité sociale », notamment à travers un « front souverainiste » avec le PNV74. La manifestation commune de la gauche abertzale avec le PNV en janvier2014 sembla illustrer ce rapprochement. La « lutte idéologique » et la « confrontation démocratique » dans la rue et dans les urnes constituent toujours les piliers de sa stratégie politique. Mais le fait que les militants de Sortu choisirent Otegi pour occuper le poste de secrétaire général, laissé vacant en son absence, illustre bien que pour eux, la « normalisation » du conflit n’aura réellement lieu qu’une fois que les prisonniers de l’ETA seront libérés et que cesseront les emprisonnements de dirigeants abertzales. Devant environ deux mille militants à Irun en janvier 2015, le porte-parole du Conseil National, Pernando Barrena, déclara ainsi que « la politique de répression de l’État espagnol n’est pas encore terminée », ce qui serait attesté par « ses menaces » et « sa politique pénitentiaire criminelle ».

  • 75 « Sortu dejará vacante la secretaria general mientras Arnaldo Otegi siga en prisión », El País, 14  (...)

38Sur le plan organisationnel, le nationalisme basque radical a maintenu la tradition de la création d’une multiplicité de groupes politiques s’organisant en cercles concentriques autour d’un noyau central. Cela permet de multiplier les acteurs et les niveaux de discours, tout en développant son impact social : Amairur est présent au Congrès des députés, EH Bildu au sein des institutions basques, et Sortu définit la stratégie d’ensemble. L’utilisation de plusieurs organisations offre la possibilité à Sortu d’adopter une posture moins radicale et plus surplombante, tout en laissant à des organisations proches le soin de prendre des postures plus critiques et anticonventionnelles. Mais la démocratisation interne du parti qui dit opter pour la « démocratie participative » demeure limitée. Certes, plus de six mille personnes ont participé à son congrès constituant, mais seules certaines candidatures furent ouvertes au pluralisme, les militants devant ratifier les candidats uniques proposés pour la direction : Hasier Arraiz fut nommé président, Idoia Aiastui responsable de l’organisation interne, Juan Joxe Petrikorena de la communication, Marisa Alejandro des finances, Maite Ubiria des relations internationales et Arnaldo Otegi fut nommé secrétaire général malgré son incarcération suite à l’affaire Bateragune75.

  • 76 Selon l’Euskobarómetro de novembre 2014, à la question « si des élections avaient lieu prochainemen (...)

39Le responsable de la « lutte idéologique », Iosu Lizarralde, fut de même imposé d’en haut. Comme pour le conseil national, les militants purent uniquement ratifier en bloc les coordinateurs territoriaux proposés par la direction : Maribi Ugarteburu en Biscaye, Txus Martinez en Alava, Joxean Agirre en Guipuscoa, Juan Kruz Aldasoro en Navarre et Jean-François Lefort pour le Pays basque français. Les bases militantes purent en fait seulement choisir trois porte-parole (Amaia Izko, Xabi Larralde et Pernando Barrena) sur cinq proposés, de même qu’un responsable de la « lutte de masse », en optant pour Marije Fullaondo, et un responsable de la « lutte institutionnelle » (Joseba Permach), parmi trois candidats à chaque fois. Pour la « résolution du conflit », ils choisirent Rufi Etxeberria (ancien membre de l’ETA-m jusqu’en 1981 puis de HB, EH puis Batasuna) parmi trois candidatures, de même que cinq personnes sur dix proposées par le conseil national pour les représenter à l’international. Suite à un sondage récent annonçant Podemos devant la gauche abertzale, Hasier Arraiz plaida pour une réorganisation au-delà de la coalition de partis et une « nouvelle culture de participation » qui devrait permettre aux militants de « décider eux-mêmes »76. En plus de sa fragmentation, force est toutefois de constater que le nationalisme basque radical demeure structuré en interne par une certaine verticale du pouvoir, et par une culture du conflit dans sa stratégie de compétition.

Une transition inachevée

  • 77 « Los presos de ETA apoyan el acuerdo de Gernika que asume el fin de la violencia », El País, 24 se (...)
  • 78 « Los presos disidentes de ETA urgen a abordar la reparación de las víctimas », El País, 23 septemb (...)

40D’autres événements indiquent toutefois que la transition en cours demeure inachevée. Le 23 septembre 2011, le « Collectif des prisonniers et des prisonnières politiques basques » (EPPK) qui regroupe732 prisonniers de l’ETA, à savoir la quasi-totalité des détenus de l’organisation, émit un communiqué soutenu par 90 % de ses membres, dans lequel il approuvait l’accord de Guernica du 25 septembre 2010 sur la fin de la violence et s’engageait à « avancer dans le processus démocratique », sans pour autant solliciter clairement la fin des actions de l’ETA, et en plaidant pour un processus de négociation entre l’organisation et le gouvernement77. Les détenus considérés comme « dissidents » par l’organisation (la plupart en ont été expulsés), regroupés autour du « Collectif des prisonniers impliqués avec le processus de paix irréversible », émirent un autre communiqué le même jour appuyant l’accord de Guernica, mais appelant aussi « à la reconnaissance des souffrances infligées aux victimes et à la réconciliation sociale78 ». En 2012, seuls une trentaine de prisonniers avaient choisi la voie Nanclares qui facilite les remises de peine pour les prisonniers qui rejettent la violence et assument de façon critique leur passé. Ceci illustre bien le fait que malgré la fin de la violence, la reconnaissance des souffrances infligées aux victimes et la réconciliation demeurent encore des enjeux problématiques.

  • 79 La “doctrine Parot” correspondait à une jurisprudence du Tribunal suprême qui permettait de mainten (...)
  • 80 « El Foro Social pide al Parlamento una interlocución con los presos de ETA », El País, 15 mars 201 (...)
  • 81 Inés Chavarri, « Miles de personas defienden en la calle a los abogados de presos de ETA », El País(...)
  • 82 « Urkullu, el primer lehendakari a recibir presos de ETA », La Vanguardia, 22 février 2015.

41Le jugement de la Cour européenne des droits de l’homme de juillet 2012, qui donna raison à l’ex-membre de l’ETA Inés del Rio Prada, mit fin à la doctrine Parot, permit la libération de soixante et onze prisonniers de l’ETA et posa encore plus clairement sur l’agenda politique la question de leur réinsertion sociale79. Le Forum social créé en février2013 par Lokarri et dirigé par Paul Ríos, de même que le collectif Bake Bidea dirigé par Peio Dufau, estime que les prisonniers doivent jouer un rôle important dans le nouveau scénario politique, et sont soutenus dans leur démarche par EH Bildu et le PNV80. Le Forum social cherche à obtenir la fin de la politique de dispersion (qui engendre l’incarcération des prisonniers de l’ETA dans différentes prisons d’Espagne et de France) et la libération des prisonniers. Il demande aussi la liberté conditionnelle des prisonniers malades et de ceux âgés de plus de soixante-dix ans. Les prisonniers et leurs associations de défense constituent des groupes de pression centraux dans le processus de pacification. Par exemple, suite à la convocation d’EH Bildu et des syndicats ELA et LAB, plus de dix mille personnes ont manifesté le samedi 17 janvier2015 dans le centre-ville de Saint-Sébastien pour protester contre l’opération Mate de la Garde civile menée à l’encontre des avocats des prisonniers de l’ETA, suivant le slogan « Droits de l’homme. Solution. Paix » (« Giza Eskubideak. Konponbidea. Bakea »), le même que celui utilisé lors de la manifestation de Bilbao en janvier2014 à laquelle participa le PNV81. Le 25 février 2015, Iñigo Urkullu est de même devenu le premier lehendakari (président de la communauté autonome) du Pays basque espagnol à recevoir de façon officielle des familles de prisonniers de l’ETA lors d’une réunion avec Maider Alustiza, la porte-parole d’Etxerat, l’association qui les représente82.

  • 83 « El presidente de Sortu pide a la Guardia Civil que se vaya de Euskadi », El País, 14 janvier 2015
  • 84 « Arraiz declara que defendió romper con el Estado y no la “lucha armada” de ETA », El País, 2 avri (...)

42De plus, le discours de ce courant politique demeure toujours aussi « radical », flirtant parfois avec « l’apologie du terrorisme », ce qui crée un climat tendu avec les autres formations politiques et engendre une multiplication des poursuites et des condamnations à répétition de ses dirigeants. En octobre 2013, Hasier Arraiz traita ainsi de « fasciste » Borja Sémper, le porte-parole du PP au Pays basque. Le 18 décembre 2013, lors d’un hommage aux dirigeants de Herri Batasuna assassinés par les GAL, Santiago Brouard en 1984 et Josu Muguruza en 1989, il déclara que « la seule violence est celle de l’État terroriste, de la Garde civile et des corps répressifs », revendiquant la trajectoire du parti malgré sa dépendance passée à l’égard de l’organisation armée83. Convoqué par le Tribunal suprême de justice du Pays basque pour un délit présumé d’apologie du terrorisme et d’humiliation des victimes suite à une plainte de l’association Dignité et Justice, il déclara avoir défendu la stratégie de la gauche abertzale des trente-cinq dernières années visant à « rompre avec l’Espagne », et non la « lutte armée de l’ETA », avant d’être finalement acquitté84. Pour lui, sa convocation illustrerait le « manque de liberté d’expression des militants indépendantistes » et leur répression. L’utilisation politique par Sortu de la manifestation conjointe avec le PNV en faveur des droits de l’homme en 2014, qui se termina par des cris en faveur de l’ETA, constitue une autre illustration du chemin qui reste à parcourir. Même si les statuts de Sortu condamnent la violence, les discours des nationalistes radicaux demeurent parfois ambigus, et la condamnation explicite des années de lutte armée de l’ETA demeure encore un tabou pour ce secteur social.

Photo 6.3. Manifestation en faveur des prisonniers de l’ETA, Saint-Sébastien (2015)

Photo 6.3. Manifestation en faveur des prisonniers de l’ETA, Saint-Sébastien (2015)

***

  • 85 « Ataque con artefactos incendiarios contra la sede del PP de Barakaldo », ABC, 25 novembre 2013.
  • 86 . « Mintegi se va ajena a la oposición dura de Bildu y a su papel diluido », El País, 25 juillet 20 (...)

43Pour conclure, le nationalisme basque radical est aujourd’hui à un tournant, ce qui donne lieu à de nombreuses divisions en son sein. D’une part, il condamne de plus en plus la lutte armée passée et même la « kale borroka », certains dirigeants ayant condamné des épisodes récents de violence de rue. Le dirigeant de Sortu, Joseba Permach, a ainsi déclaré son « rejet le plus absolu » de l’attaque contre le quartier général du PP à Barakaldo en novembre 2013, appelant ses sympathisants à défendre les droits des prisonniers de l’ETA « avec des méthodes pacifiques85 ». Des dirigeants de Bildu ont de même participé à l’hommage rendu aux parlementaires socialistes Fernando Buesa et Enrique Casas en 2012, témoignant du début d’une reconnaissance des souffrances engendrées par la lutte armée. Le choix d’une ligne dure d’opposition au gouvernement régional dirigé par Urkullu n’est pas partagé par tous, comme l’atteste par exemple la démission de la parlementaire d’EH Bildu Laura Mintegi en septembre 2014, et son remplacement par Iker Casanova, détenu en 2002 et condamné en 2009 par l’Audience nationale comme responsable du mouvement de jeunesse Ekin86.

  • 87 Au contraire, pour la droite conservatrice, comme en relève le maire de Vitoria Javier Maroto (PP), (...)
  • 88 « La izquierda “abertzale” rechaza la “kale borroka”, pero evita recordar a las víctimas », El País(...)

44D’autre part, l’autocritique quant à l’usage du terrorisme demeure encore largement taboue, comme en atteste la volonté de mettre « l’ensemble des victimes » affectées par le terrorisme sur le même plan, sous-entendant que les membres de l’ETA tués par les forces de l’ordre doivent tout autant être remémorés que les victimes civiles, policières et militaires de l’organisation87. Ainsi, par exemple, Bildu refusa de participer en2013 à l’hommage aux victimes soutenu par l’ensemble des partis, célébré à Getxo chaque année depuis 2009 lors du « Jour de la mémoire ». Lors de la commémoration, le maire Imanol Landa, issu du PNV, déclara pourtant dans une volonté de rassemblement que « dans cette ville, nous avons eu des victimes du terrorisme de l’ETA et des GAL. À travers cette minute de silence nous voulons honorer la mémoire de toutes les victimes88 ».

45Force est toutefois de constater que la démocratisation de ce courant politique est en marche. Notons aussi que, si l’on demande à juste titre aux indépendantistes de condamner le maintien de la lutte armée après la transition, peu nombreux sont ceux qui, parmi les conservateurs, font l’effort d’admettre le terrorisme d’État des GAL et de rendre hommage à ses victimes. Dans les villes moyennes et les villages ruraux du Pays basque, les descendants de victimes de l’ETA côtoient souvent au quotidien d’anciens membres de l’organisation sortis de prison. Ils se haïssent souvent, s’évitent généralement, mais se parlent de plus en plus. Des forums de rencontre et des lieux de parole se créent. La même dynamique est à l’œuvre dans les conseils municipaux où les représentants d’EH Bildu prennent part aux décisions politiques locales. Des confrontations naissent ici ou là. Les indépendantistes n’hésitent pas à hisser des drapeaux basques et à retirer parfois les drapeaux espagnols des frontons des mairies. Ils prennent parfois des décisions ou émettent des communiqués qui illustrent des pratiques de désobéissance civile. Mais ils se plient aussi aux nécessités de la « gestion » municipale et au besoin de satisfaire leurs électeurs, pas toujours indépendantistes. Ceux qui vivent au Pays basque espagnol s’accordent pour dire que les choses ont changé depuis2011. Le climat est plus serein. La paix se construit jour après jour. Petit à petit, chacun accepte le jeu de la démocratie et de la réconciliation, reconnaissant la nécessité du dialogue et du compromis dans une société basque pluraliste, une caractéristique qui demeure inchangée depuis au moins la fin du xixe siècle.

Notes

1 En plus des 843 victimes mortelles de l’ETA et de groupes sympathisants, il faut ajouter 2533 personnes blessées (dont 709 souffrent d’une invalidité partielle ou totale permanente) et 80 séquestrées (dont 9 assassinées et 14 libérées suite à des « tirs de châtiment » dans les pieds) pour des durées allant de un jour à 532 jours pour le fonctionnaire de prison José Antonio Ortega Lara.

2 Anecdote racontée par Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, Sangre, votos, manifestaciones : ETA y el nacionalismo vasco radical 1958-2011, Madrid, Tecnos, 2012, p. 35. Sur le lien entre nationalisme radical et musique alternative, cf. Christian Lahusen, « The aesthetic of radicalism : the relationship between punk and the patriotic nationalist movement of the Basque country », Popular Music, n° 12, 1993, p. 263-280.

3 Pour les principaux travaux sur l’ETA, se référer à Miren Alcedo, Militar en ETA. Historias de vida y muerte, San Sebastián, Haranburu, 1996 ; Florencio Domínguez, ETA : estrategia organizativa y actuaciones, 1978-1992, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1998 ; Carmen Gurruchaga, Los jefes de ETA, Madrid, La Esfera de los libros, 2001 ; Ignacio Sánchez-Cuenca, ETA contra el Estado. Las estrategias del terrorismo, 2001 ; Fernando Reinares, Patriotas de la muerte. Quiénes han militado en ETA y por qué (2e édition), Madrid, Taurus, 2011 ; Iñigo Bullain, Revolucionarismo patriótico. El Movimiento de Liberación Nacional Vasco. Origen, ideología, estrategia y organización, Madrid, Tecnos, 2011. Voir aussi en français Antonio Elorza et al., ETA une histoire, Paris, Denoël, 2002 et Jacques Massey, ETA : histoire secrète d’une guerre de cent ans, Paris, 2010.

4 Sur cette notion, cf. Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2015 ; Olivier Fillieule, Lilian Mathieu et Cécile Pechu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

5 Le fait que le nationalisme radical se revendique comme le seul représentant légitime de la nation basque constitue une synecdoque (prendre une partie pour le tout) commode, qui exclut une partie des citoyens basques, soit sur des critères d’exclusion notamment linguistiques, soit pour leur « espagnolisme » (leur sentiment d’appartenance à l’Espagne). Sur ce point, cf. Jesús Casquete, « La religión de la patria », Claves de Razón Práctica, 2010 b, n° 207, p. 30-36.

6 Ce courant s’autodésigne comme « abertzale », à savoir « patriote » et de gauche, en référence à ses liens historiques avec l’extrême gauche, même si le référentiel de gauche est avant tout instrumental et a toujours été secondaire, au contraire de la prédominance de l’ultranationalisme. Sur ce débat cf. Jesús Casquete, « Abertzale sí pero, ¿quién dijo de izquierda ? », El Viejo Topo, n° 268, 2010, p. 15-19.

7 Mathieu Petithomme, « Commémorer les “gudaris” d’hier pour légitimer la violence d’aujourd’hui : une étude iconographique du détournement du Bizkargi et de l’Albertia Eguna au Pays basque », Pôle Sud. Revue de science politique de l’Europe méridionale, n° 41, 2015.

8 Le « botellón » est une pratique des jeunes Espagnols, qui consiste à se rassembler dans la rue, les parcs et sur la voie publique pour consommer de l’alcool, fumer et écouter de la musique en minimisant les dépenses, souvent avant des sorties en discothèque. Plus que l’expression d’un simple divertissement, le botellón balise aussi d’une certaine manière un espace de protestation, à travers l’occupation spontanée de lieux publics, et le contournement de l’obligation commerciale de payer l’accès aux boissons alcoolisées au prix fort dans les bars et autres lieux réservés en théorie à cet effet.

9 Pour une présentation synthétique de la théorie et de l’apport de Sabino Arana au nationalisme basque, cf. José Luis De La Granja, El siglo de Euskadi. El nacionalismo vasco en la España del siglo XX, Madrid, Tecnos, 2003, p. 18-20 ; voir aussi du même auteur, « El antimaketismo : La visión de Sabino Arana sobre España y los españoles », Norba, 2006, vol. 19, p. 191-203.

10 Javier Corcuera Atienza, Orígenes, ideología y organización del nacionalismo vasco : 1876- 1904, Madrid, Siglo XXI, 1979, p. 110-115.

11 Sur ce groupe nationaliste radical, antécédent historique de l’ETA, cf. Eduardo Renobales, Jagi-Jagi. Historia del independentismo vasco, Bilbao, Ahaztuak, 2010.

12 José Manuel Mata Lopez, El nacionalismo vasco radical. Discurso, organización y expresiones, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1993, p. 21-39.

13 Rafael Durán Muñoz, Contención y transgresión. Las movilizaciones sociales y el Estado en las transiciones española y portuguesa, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, Estudios Políticos, 2 000.

14 Javier Tusell, Carrero, eminencia gris del régimen de Franco, Madrid, Temas de Hoy, 1993, p. 4-7.

15 Santiago De Pablo, Documentos para la historia del nacionalismo vasco, Barcelona, Ariel Practicum, 1998.

16 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 226.

17 Sur ce point, voir notamment Fernando Molina, « El nacionalismo español y la “guerra del Norte”, 1975-1981 », Historia del Presente, n° 13, 2009, p. 41-54.

18 Cette évolution politique l’amènera finalement à s’émanciper du nationalisme radical et à intégrer le parti socialiste d’Euskadi, qui deviendra donc le PSE-EE en 1993. Cf. José Luis De La Granja, « L’évolution des nationalismes hétérodoxes au Pays basque », dans Alicia Fernández García et Mathieu Petithomme (dir.), Les nationalismes dans l’Espagne contemporaine (1975-2011). Compétition politique et identités nationales, Paris, Armand Colin, 2012, p. 196- 226 ; Gaizka Fernández Soldevilla, « Agur a las armas. EIA, Euskadiko Ezkerra y la disolución de ETA político-militar (1976-1985) », Sancho el Sabio, n° 33, 2010, p. 55-95.

19 Jokin Apalategi (dir.), Marcha de la Libertad, Elkar, Zarauz, 1978.

20 Andrea Micciche, « La transizione in Euskadi : un proceso di pacificazione ? », Spagna Contemporánea, 2008, n° 33, p. 31-42. Le PSE désigne le parti socialiste d’Euskadi, le PCE le parti communiste d’Espagne (et sa branche basque), le PNV le parti nationaliste basque, ESEI l’union des socialistes d’Euskadi (Euskadiko Sozialistak Elkartze Indarra), UCD l’union du centre démocratique et AP l’alliance populaire.

21 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 212.

22 Kepa Aulestia, HB. Crónica de un delirio, Madrid, Temas de Hoy, 1993, p. 45-50.

23 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 212.

24 Né le 1er décembre 1904 à Bergara et décédé le 9 mars 1981 à Bayonne, Telesforo Monzón dirigea le PNV durant la Seconde République puis s’exila à Caracas au Venezuela puis en France durant plus de quarante ans suite à la guerre civile. Figure de référence de l’indépendantisme basque, qu’il prône dans ses poèmes et son œuvre théâtrale en langue basque, il contribua à fonder la coalition Herri Batasuna en 1978, tout en travaillant au développement de la culture basque. Ses références métaphoriques et allégoriques à la lutte et à la liberté du peuple basque ont souvent été utilisées politiquement par les nationalistes radicaux pour justifier leurs propres objectifs.

25 Florencio Domínguez, Dentro de ETA : la vida diaria de los terroristas, Madrid, Santillana, 2002, p. 151.

26 Miguel Castells, Los procesos políticos. De la cárcel a la amnistía, Madrid, Fundamentos, 1977, p. 13 ; Rogelio Alonso et al., Vidas Rotas. Historia de los hombres, mujeres y niños víctimas de ETA, Madrid, Espasa, 2010, p. 38.

27 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 214.

28 Ibid., 2012, p. 215.

29 José Luis Unzueta, « Euskadi : amnistía y vuelta a empezar », dans Santos Julia, Javier Pradera et Joaquín Prieto (dir.), Memoria de la transición, Madrid, Taurus, 1996, p. 275-283.

30 Paloma Aguilar, « La amnesia y la memoria : las movilizaciones por la amnistía en la Transición a la democracia », dans Rafael Cruz et Manuel Pérez Ledesma (dir.), Cultura y movilización en la España Contemporánea, Madrid, Alianza Editorial, 1997, p. 327-357. Plus globalement, sur la thématique de la mémoire en Espagne, voir l’œuvre magistrale de la même auteure, Políticas de la memoria y memorias de la política. El caso español en perspectiva comparada, Madrid, Alianza Editorial, 2008.

31 Emprisonné en 1994 après son arrestation à Bayonne, Kepa Pikabea devint un dissident de l’ETA après l’assassinat de Miguel Àngel Blanco. Il fit son autocritique, considérant que « la stratégie militaire a été inhumaine » et choisit la « voie Nanclares », suivant laquelle il condamna le terrorisme, cf. Monica Ceberio Belaza, « Dos condenados “al final del túnel” », El País, 24 octobre 2011. Voir aussi, « De ídolo de ETA a traidor », El Mundo, 27 mars 2014.

32 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 216.

33 José Luis De La Granja, Santiago De Pablo et Coro Rubio Pobes, Breve historia de Euskadi. De los fueros a la autonomía, Barcelona, Editorial Debate, 2011, p. 241.

34 Florencio Domínguez, « El enfrentamiento de ETA con la democracia », dans Antonio Elorza (dir.), La Historia de ETA, Madrid, Temas de Hoy, 2006, p. 272-435.

35 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 219.

36 Rogelio Alonso et al., op. cit., 2010, p. 134.

37 Le PSE-PSOE, le PCE-EPK, l’organisation révolutionnaire des travailleurs (ORT), le parti du travail d’Espagne (PTE), les syndicats CC. OO et UGT de même que le Conseil général basque, l’organe pré-autonomique créé en janvier 1978, soutinrent la manifestation.

38 La coalition Herri Batasuna fut formée par quatre partis : Herri Alderdi Sozialista Iraultzailea (parti socialiste révolutionnaire populaire, HASI), Langile Abertzaleen Iraultzarako Alderdia (parti révolutionnaire des travailleurs patriotes, LAIA), Euskal Sozialista Biltzarrea (assemblée socialiste basque, ESB) et l’action nationaliste basque (ANV), un parti créé en 1930 sous la Seconde République et qui connut une dérive radicale suite à sa réémergence lors de la transition. Herri Batasuna utilisa notamment sa « légitimité historique » en tant que parti issu de la guerre civile pour obtenir sa légalisation.

39 Gaizka Fernández Soldevilla et Raúl López Lomo, op. cit., 2012, p. 221.

40 Sur le calendrier mémoriel du nationalisme radical, cf. Mathieu Petithomme, op. cit., 2015.

41 . « Puntualizaciones de Letamendia », El País, 28 octobre 1979.

42 Le concept de « spirale du silence » a été proposé par Elisabeth Noelle-Neumann. Pour une discussion de celui-ci dans le contexte espagnol, cf. Alejandro Muñoz-Alonso, « La espiral del silencio en el País Vasco », Cuenta y Razón, n° 33, 1988, p. 45-52.

43 Contextos históricos del terrorismo y consideración social de las víctimas. 1968-2010, rapport de l’institut Valentín de Foronda, présenté devant la Commission des droits de l’homme du Parlement basque, Victoria, 26 février 2015.

44 Sur cette question du processus de radicalisation, cf. Xavier Crettiez, « High risk activism : comprendre le processus de radicalisation violente », Pôle sud, n° 34, 2011 ; Jeff Justice, « Of guns and ballots : Attitudes towards unconventional and destructive political participation among Sinn Fein and Herri Batasuna supporters », Nationalism and Ethnic Politics, n° 11, 2005, p. 295-320.

45 « El 82 % de los asesinatos de ETA en los 80 no tuvieron respuesta social », El País, 26 février 2015. La comptabilité de Sokoa, arrêté en France en 1986 à Hendaye, prouva que plus de 7,2 millions d’euros de l’ETA provenaient directement de l’extorsion. À partir de 1993 et face à l’augmentation des arrestations policières, l’extorsion diminua peu à peu, puis reprit après l’assassinat de l’entrepreneur José María Korta, proche du PNV en août 2000, avant de décliner à nouveau suite à la détention en France de Mikel Antza et Soledad Iparraguirre, qui contrôlaient l’appareil d’extorsion. De 2000 à 2004, on estime que l’extorsion représentait 2 millions d’euros par an.

46 Luis Aizpeolea, « Los extorsionados por ETA toman la palabra », El País, 1er mars 2015.

47 Les seules personnes poursuivies par l’Audience nationale, les sœurs Bruño, furent d’ailleurs ensuite acquittées par le Tribunal suprême en juin 2012 au motif d’une « peur insoutenable ».

48 Ana Rosa Gómez Moral, cité dans Luis Aizpeolea, « Fin del movimiento anti-ETA », 22 février 2015.

49 « Hipercor, el atentado más salvaje », La Vanguardia, 21 juillet 1987.

50 « Barcelona expresó su dolor en silencio », La Vanguardia, 23 juin 1987, p. 24.

51 Lors de ces élections le parti obtint 367 000 voix dans l’ensemble de l’Espagne, dont 251 000 au Pays basque et en Navarre, faisant élire sa tête de liste Txema Montero au Parlement européen.

52 « Zaragoza condena el terrorismo y clama por la paz, en la mayor manifestación de toda su historia », La Vanguardia, 14 décembre 1987, p. 5.

53 Anna Argemi, « El Estado, condenado por negligencia policial en el atentado de Hipercor », El País, 21 mai 1994.

54 José Luis De La Granja, El siglo de Euskadi. El nacionalismo vasco en la España del siglo XX, Madrid, Tecnos, 2003, p. 331-340.

55 « La manifestación más concurrida en el País Vasco », El País, 19 mars 1989.

56 On observe un « pic » lors des années 1986-1987 puis un déclin au début des années 1990. Pour les élections autonomiques, Herri Batasuna obtint 151 636 voix (16,5 %) en 1980, puis 199 900 voix (17,47 %) en 1986 et 166 147 (16 %) en 1994. Lors des élections municipales, le parti évolua de 158 000 voix en 1983 (385 conseillers municipaux) à 239 010 en 1987 (669 conseillers), puis 199 090 en 1991 (701) et 184 742 en 1995 (621). Sources : Ministère de l’intérieur et Gouvernement du Pays basque.

57 María Jesús Funes Rivas, La salida del silencio. Movilizaciones por la paz en Euskadi 1986- 1998, Madrid, Akal, 1998.

58 « Una estrategia de presión diseñada a raíz de la ponencia “Oldartzen” del 94 », El Diario Vasco, 8 juillet 2007.

59 Hanspeter Van Der Broek, « Borroka. The legitimation of street violence in the political discourse of radical basque nationalists », Terrorism and Political Violence, vol. 16, n° 2, 2004, p. 714-736.

60 Carlos Martínez Gorriarán, « El discurso del medio. Retóricas comprensivas del terrorismo en el País Vasco », dans Kepa Aulestia et al., Razones contra la violencia : por la convivencia democrática en el País Vasco, Bilbao, Bakeaz, vol. 1, 1998, p. 103.

61 Cité dans ¡Basta Ya !, Euskadi, del sueño a la vergüenza, Madrid, Ediciones B, 2005, p. 74.

62 « La disolución de Lokarri », El Mundo, 10 mars 2015.

63 « ETA anuncia el cese definitivo de su actividad armada », Gara, 20 octobre 2011.

64 L’expression de « religion politique » est ici reprise de Jesús Casquete, En el nombre de Euskal Herria. La religión política del nacionalismo vasco radical, Madrid, Tecnos, 2009.

65 « Batasuna considera el comunicado de ETA una “decisión sin precedentes” con un alcance “histórico” », El País, 10 janvier 2011.

66 Lors des élections européennes de 2014, la coalition a aussi envoyé un représentant, Josu Juaristi, au Parlement de Strasbourg.

67 Notons que ce résultat lui permet d’être loin devant le PSE-EE/PSOE (avec 16,7 % et 177 243 voix), et qu’une autre formation indépendantiste, Aralar, a aussi obtenu 2,9 % (avec 30 708 voix). Cf. « Elecciones municipales 2011 en Euskadi », Archives des résultats électoraux, Gouvernement basque, département de la sécurité, [http://www.euskadi.net], consulté le 12 mars 2015.

68 Ibid.

69 Mikel Ormazabal, « Sortu aguarda su refundación », El País, 22 février 2014.

70 « EH Bildu muestra al PNV su voluntad de acuerdos sobre el derecho a decidir », El País, 4 janvier 2015.

71 « EH Bildu pide a los vascos que se pongan en pie como en Cataluña », El País, 21 février 2015.

72 « EH Bildu propone un proceso en tres fases hasta una Constitución vasca », El País, 24 janvier 2015.

73 « Arraiz apela a la “ruptura democrática” con España », El País, 25 septembre 2014.

74 Javier Doria, « Sortu llama a una alianza soberanista en su constitución », El Mundo, 24 février 2013.

75 « Sortu dejará vacante la secretaria general mientras Arnaldo Otegi siga en prisión », El País, 14 février 2013.

76 Selon l’Euskobarómetro de novembre 2014, à la question « si des élections avaient lieu prochainement pour qui voteriez-vous ? », 30,5 % des enquêtés de la communauté autonome d’Euskadi déclarèrent opter pour le PNV, 25,6 % pour Podemos et seulement 19,7 % pour EH Bildu. Cf. « Estimación de voto en el País Vasco », Encuesta electoral Euskobarómetro, novembre 2014.

77 « Los presos de ETA apoyan el acuerdo de Gernika que asume el fin de la violencia », El País, 24 septembre 2011.

78 « Los presos disidentes de ETA urgen a abordar la reparación de las víctimas », El País, 23 septembre 2011.

79 La “doctrine Parot” correspondait à une jurisprudence du Tribunal suprême qui permettait de maintenir en détention des prisonniers pourtant libérables. Condamnée en juillet 1987, Inés del Rio devait être remise en liberté en 2008 après vingt ans de réclusion. Mais le 2 juillet 2008, l’Audience nationale décida de repousser celle-ci jusqu’au 27 juin 2017, une décision qui fut considérée comme abusive par la Cour européenne en 2012. La Cour considéra que l’Espagne avait violé les articles 5 et 7 de la Convention européenne des droits de l’homme, ce qui fit jurisprudence et engendra la remise en liberté de nombreux prisonniers de l’ETA. Cf. « La Cour de Strasbourg condamne l’Espagne pour la “doctrine Parot” », [EiTb. eu], 10 juillet 2012, consulté le 11 mars 2015.

80 « El Foro Social pide al Parlamento una interlocución con los presos de ETA », El País, 15 mars 2015.

81 Inés Chavarri, « Miles de personas defienden en la calle a los abogados de presos de ETA », El País, 17 janvier 2015.

82 « Urkullu, el primer lehendakari a recibir presos de ETA », La Vanguardia, 22 février 2015.

83 « El presidente de Sortu pide a la Guardia Civil que se vaya de Euskadi », El País, 14 janvier 2015.

84 « Arraiz declara que defendió romper con el Estado y no la “lucha armada” de ETA », El País, 2 avril 2014.

85 « Ataque con artefactos incendiarios contra la sede del PP de Barakaldo », ABC, 25 novembre 2013.

86 . « Mintegi se va ajena a la oposición dura de Bildu y a su papel diluido », El País, 25 juillet 2014.

87 Au contraire, pour la droite conservatrice, comme en relève le maire de Vitoria Javier Maroto (PP), « seules les victimes de l’ETA méritent une reconnaissance spécifique », considérant qu’il n’y a pas eu de « guerre » entre deux parties au Pays basque, mais plutôt une violence unilatérale de l’ETA. Cf. « Maroto reprocha al gobierne que “mezcle” a todas las víctimas », El Mundo, 9 février 2015. Ce positionnement est défendu avec ardeur par le PP et les associations de victimes du terrorisme. La position la plus partagée au sein de la société basque est cependant de reconnaître qu’il y a eu des victimes des deux côtés, tout en considérant toutefois que les victimes de l’ETA ont été beaucoup plus nombreuses que celles du « terrorisme d’État » des GAL. Pour la plupart des Basques, le « conflit » avec l’État espagnol évoqué par les nationalistes radicaux n’a existé que jusqu’à la fin du franquisme. Le choix du maintien de l’utilisation de la violence par l’ETA malgré l’instauration du cadre démocratique définitivement ancré après 1982, relevant plutôt d’une violence unilatérale. C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle parvinrent les historiens Raúl López Romo, Luis Castells, Antonio Ribera et José Antonio Pérez dans un rapport sur la « mémoire historique au Pays basque, 1968-2010 » rendu récemment au gouvernement de Vitoria-Gasteiz. Pour un compte-rendu du rapport, cf. Luis Aizpeolea, « No hubo conflicto vasco, sino totalitarismo de ETA », El País, 11 mars 2015.

88 « La izquierda “abertzale” rechaza la “kale borroka”, pero evita recordar a las víctimas », El País, 29 novembre 2013. Les GAL correspondent aux groupes antiterroristes de libération, groupes d’extrême droite qui assassinèrent des membres de l’ETA lors des années de plomb.

Table des illustrations

Titre Photo 6.1. Manifestation du PCE-EPK contre la violence, Portugalete, 28 juin 1978
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Photo 6.2. Manifestation de dénonciation de la politique pénitentiaire (2011)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Photo 6.3. Manifestation en faveur des prisonniers de l’ETA, Saint-Sébastien (2015)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search