Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Contester en Espagne 5. Mouvements de contestation en ...

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Deuxième partie. Revendications identitaires et nouveaux mouvements sociaux

5. Mouvements de contestation en Catalogne : manifestations et consultation(s) sur l’indépendance

Mercè Pujol Berché

Texte intégral

Malgré le mauvais usage de la justice fait par les autorités du gouvernement espagnol, nous ferons réalité un rêve et ne permettrons pas que l’on nous l’abîme.
(Muriel Casals, présidente d’Òmnium Cultural,
Gran Teatre del Liceu, Barcelone, 22 décembre 2014)

1Le 9 novembre 2014, 33 % des électeurs catalans (un peu plus de deux millions de personnes) se sont rendus aux urnes pour répondre à ces deux questions : « Voulez-vous que la Catalogne soit un État ? », et « Voulez-vous que cet État soit indépendant ? ». 80,75 % des personnes qui se sont exprimées lors de cette consultation ont répondu « Oui » aux deux questions ; 10,07 % « Oui » à l’État, mais « Non » à un État indépendant ; et enfin, 4,54 % « Non » aux deux questions. Cette consultation, voulue par la société civile et organisée par la Generalitat, n’était pas un référendum et n’était pas non plus légale. Elle fait partie d’une « longue histoire », dont on pourrait situer l’origine en 1714 lorsque la Catalogne, ainsi que les îles Baléares, Valence et l’Aragon ont subi l’abolition des Fors (lois), l’interdiction du catalan et l’instauration des Bourbons en Espagne.

2Le renouveau du mouvement indépendantiste catalan doit être analysé dans le contexte des discussions sur la réforme du statut catalan (2004-2006). Il commença à prendre forme avec les consultations populaires initiées en 2009, puis connut un sursaut qualitatif lors de la manifestation massive de juillet2010 contre la décision du Tribunal constitutionnel sur le caractère anticonstitutionnel des articles les plus emblématiques de ce statut, notamment par rapport à la langue catalane, à la fiscalité et à la reconnaissance de l’identité catalane en tant que « nation » politique à part entière. Dans le contexte des crises économique et démocratique, l’indépendantisme catalan s’est cristallisé petit à petit à l’occasion du 11 septembre, le jour de la Diada, la fête nationale catalane, depuis 2011. Une entité culturelle, Òmnium Cultural, et l’Assemblée nationale catalane créée en 2010, deux instances présidées par deux femmes, Muriel Casals et Carme Forcadell respectivement, ont pris en charge l’organisation des mouvements de contestation, en faisant pression sur les politiques et en menant le débat vers la société civile.

3Comment a ressurgi la vieille revendication de l’indépendance de la Catalogne ? Dans quel contexte social espagnol s’insère-t-elle ? Qui organise le mouvement et pourquoi ? Ce sont les questions auxquelles le présent chapitre essaie de répondre. Pour ce faire, nous commencerons par un bref rappel historique, afin de donner quelques points de repères permettant de situer la demande contemporaine des Catalans, ce qui nous permettra notamment de retracer la trajectoire du nationalisme catalan depuis la naissance de l’Espagne des autonomies. Puis l’« œuvre collective » qu’a constituée le statut d’autonomie de la Catalogne de 2006 nous servira à « écrire une page de l’histoire », selon les mots de celui qui fut le président de la Catalogne, Pasqual Maragall. Une histoire du temps présent où la langue catalane ainsi que la « nation catalane » font partie d’un imaginaire collectif qui se sent attaqué et bafoué par le Tribunal constitutionnel et donc par le gouvernement espagnol. L’histoire des relations entre le gouvernement de Madrid et celui de la Generalitat de Catalogne s’est donc ranimée. La voix du peuple s’est organisée et des protestations ont surgi dans une Espagne en crise où les Espagnols sont très remontés contre des politiques menées au détriment des personnes, contre la corruption institutionnelle et l’incapacité des partis à donner des réponses à leurs demandes de démocratie et de mesures sociales. Nous terminerons en rappelant qu’un sondage récent, d’avril 2015, met en évidence que60 % des Catalans considèrent qu’aucun parti politique ne peut donner une réponse adéquate à leurs problèmes principaux, le chômage et la précarité, donnée qui illustre un important désenchantement démocratique.

Repères historiques : le nationalisme catalan en perspective

4Le débat autour d’un État indépendant pour la Catalogne n’est pas nouveau. En effet, il est le fruit d’une longue histoire qui débute avec les décrets de Nova Planta de Philippe V, avec l’abolition de toutes les institutions catalanes et la mise au ban du catalan. En effet, pendant la période allant de 1707 à 1715, les décrets se traduisirent concrètement par l’abolition des Fors (lois) : d’abord en Aragon et à Valence (1707), puis dans les îles Baléares (1715), et enfin en Catalogne (1716). L’espagnol ou castillan sera désormais la seule langue obligatoire de l’administration, de la justice et de l’enseignement.

  • 1 Pere Anguera, « Nacionalismo e historiografía en Cataluña. Tres propuestas en debate », dans Carlos (...)
  • 2 Juan Luis De La Granja, Justo Beramendi et Pere Anguera, La España de los nacionalismos y las auton (...)

5À partir de la seconde moitié du xixe siècle, après une longue période de mise en silence et de relégation de la langue catalane, prend corps une conscience de la langue et de l’identité catalanes. L’avènement des Jocs Florals (littéralement des « Jeux Floraux »), des joutes poétiques en langue catalane, marque une étape importante du renouveau culturel de la Renaixença (« Renaissance »), et réanime la catalanité, sans rejeter l’espagnolité de la Catalogne. Ainsi, lors de l’ouverture des Jocs Florals en 1858, son président, Antoni de Bofarull, prononce quelques mots sur le passé glorieux de la Catalogne, compatible avec l’espagnolité du présent1. Le xixe siècle verra naître les nationalismes que l’on appelle « périphériques » : basque (ethnique), galicien (plutôt culturel) et catalan (littéraire, culturel et politique) à cause, entre autres, de l’incapacité des gouvernements centraux de mener une politique de progrès social, d’adopter le libéralisme politique et d’affronter sereinement la perte des dernières colonies2.

  • 3 La Lliga Regionalista fut créée par des groupes politiques catalans dans le but de faire pression s (...)
  • 4 La première histoire écrite de la Catalogne est celle d’Antonio de Capmany, puis celle de Víctor Ba (...)
  • 5 Il faut mentionner la publication Lo Verdader Català où l’on proclame que les Catalans sont des Esp (...)

6Du point de vue politique, la Lliga Regionalista créée entre1898 et1901 sera au pouvoir jusqu’à la dictature de Primo de Rivera (1923)3. Son leader, Prat de la Riba, conduira les débats sur la nation et l’État, et publiera La nacionalitat catalana (1906), en établissant la distinction à faire selon lui entre l’État — organisation politique et artificielle —, et la nation — entité naturelle avec une histoire et une culture partagées, et dotée d’une langue propre qui a une importance centrale pour la création d’un sentiment national. C’est à partir de là que la nation, la langue et l’identité prendront une forte valeur symbolique : on commence alors à créer une communauté imaginaire basée surtout sur la langue, sur le passé historique4 de la Catalogne, ainsi que sur sa littérature5.

  • 6 Signalons que déjà, lors du congrès de pédagogie de 1888, on avait sollicité de la reine régente (M (...)
  • 7 Sur l’action pan-catalaniste et le travail de promotion de la langue catalane au début du xxe siècl (...)

7À propos de l’importance de la langue catalane, signalons quelques faits qui contribuèrent à la construction de cet imaginaire collectif : le Primer Congrés Internacional de la Llengua Catalana a lieu à Barcelone du13 au18 octobre1906 et Joan Bardina demande que cette langue soit la seule enseignée6 ; l’Institut d’Estudis Catalans est créé le18 juin1907 par Prat de la Riba, alors président de la province de Barcelone. Puis Pompeu Fabra (1868-1948) élève la langue catalane du statut de langue ancestrale à celui de langue nationale de la Catalogne et des pays catalans, en menant un travail remarquable et de grande profondeur sur le corpus de la langue7 (tout ce qui est en rapport avec sa normativité : dictionnaires, grammaires, etc.). La Mancomunitat catalana, créée en 1914, regroupe les quatre institutions provinciales catalanes (Diputacions de Tarragone, de Barcelone, de Lleida et de Gérone), favorise la décentralisation administrative et l’autogouvernance en matière économique, tout en œuvrant considérablement en faveur de la langue, des bibliothèques et de la diffusion de la culture catalane.

  • 8 Référendum du 2 août 1932 avec 75,09 % de « Oui ».
  • 9 Isidre Molas, « Los nacionalismos durante la II República. Una perspectiva comparada », dans Justo (...)

8Par la suite, pendant les années 1930, comme l’a fait remarquer Riquer, « catalaniser » s’opposera en quelque sorte à « espagnoliser », dans la mesure où le catalanisme politique émergent entrera de plus en plus en confrontation avec le nationalisme espagnol. Ce sera ensuite grâce à la Seconde République que la Catalogne obtiendra son statut d’autonomie, le 9 septembre 19328. C’est là qu’il faut situer le début de l’Espagne des autonomies car pour Manuel Azaña (1880-1940), président de la Seconde République de 1936 à 1939, l’État central était alors devenu capable d’admettre la pluralité territoriale de l’Espagne9.

La constitution de 1978 et l’Espagne des autonomies

  • 10 Alicia Fernández García et Mathieu Petithomme, « Du nationalisme d’État aux nationalismes espagnols (...)
  • 11 Luís Moreno, La federalización de España. Poder político y territorio, Madrid, Siglo XXI, 2008.
  • 12 Eduardo García De Enterría, Estudios sobre autonomías territoriales, Madrid, S. L. Civitas edicione (...)

9Après la dictature de Franco (1939-1975) et l’approbation de la constitution de 1978, les dix-sept nouvelles « communautés autonomes » et les deux « villes autonomes » (Ceuta et Melilla) rédigeront leurs statuts d’autonomie respectifs à partir de1979. Ceux de la Catalogne et du Pays Basque furent ainsi votés par référendum le25 octobre1979 et celui de la Galice le 21 décembre 1980. D’après certains auteurs, l’Espagne des autonomies présente les caractéristiques d’un « fédéralisme sans État fédéral10 » ou d’une « fédéralisation caractérisée par une compétence ethno-territoriale multiple11 ». D’autres estiment que la nouvelle structure territoriale de l’État des autonomies a eu cet effet que l’« État devenait ainsi fédéralisable12 ».

10En effet, l’un des buts de la mise en place des communautés autonomes était d’établir une structure administrative et politique capable de dépasser les grands déséquilibres entre les régions observés et forgés pendant les xviiie et xixe siècles, que l’industrialisation de seulement quelques-unes d’entre elles (notamment de la Catalogne, du Pays Basque puis de Madrid), avait creusées. Il s’agissait de même de dépasser les blessures collectives du xxe siècle, en reconnaissant les particularismes identitaires et en octroyant un statut distinct aux trois « nationalités historiques » dotées d’une langue propre. Or, lorsque l’on rédigea la Constitution de 1978, ce qui a été désigné comme le « café para todos » (« café pour tous »), c’est-à-dire le rejet d’une différence de traitement entre les « nationalités historiques » et les autres communautés autonomes, a eu pour conséquence que l’ensemble des communautés autonomes se sont dotées de leur propre statut d’autonomie et de leurs symboles. Certaines d’entre elles (non historiques) ont dû, de ce fait, les créer, comme Murcie ou l’Estrémadure (dont l’hymne a été approuvé en1985).

  • 13 Il avait été vice-président (du 12 décembre 1982 au 12 janvier 1991) des gouvernements de Felipe Go (...)

11La réforme des statuts d’autonomie concerna également toutes les communautés autonomes et pas seulement la Catalogne. Les partis de gauche ont donné une nouvelle impulsion à ces débats pendant le premier mandat du socialiste José Luís Rodríguez Zapatero (2004-2008), même si tous les socialistes ne partageaient pas le même avis et si les contextes politique et social étaient très différents de ceux du début des années1980 lorsque les premiers statuts furent rédigés et votés. Dans ce sens, José Luís Rodríguez Zapatero, président du gouvernement central entre2004 et2011 a plaidé lors du débat sur l’état de la nation pour qu’une réforme des statuts puisse avoir lieu. L’un des grands détracteurs d’un tel projet fut Alfonso Guerra13, président de la commission constitutionnelle du Congrès des députés entre2004 et2011.

  • 14 Les premiers statuts pour ces mêmes communautés autonomes ont été votés comme suit : 1982 : Aragon (...)
  • 15 Afin de rendre plus lisible le texte, nous traduisons en français les noms des partis politiques. C (...)
  • 16 Julio Pérez Serrano, « Migraciones, identidad cultural y ciudadanía en la construcción de la Comuni (...)
  • 17 Voir Marie-Claude Chaput et Julio Pérez Serrano (dir), La transición española. Nuevos enfoques para (...)

12Pour donner quelques exemples des moments où les réformes des statuts d’autonomie ont eu lieu, mentionnons : celui de la communauté de Valence a été voté en 2006, en 2007 ont été votés ceux des îles Baléares, de l’Andalousie, de l’Aragon et de la Castille et Léon et en 2011 celui de l’Estrémadure14. Les mots de « nation » et de « nationalité » ont à nouveau posé problème, même si, rappelons-le, lors de la déclaration de Barcelone du 16 juillet 1998, les partis CiU (Convergence et Union15), PNV (Parti nationaliste basque) et BNG (Bloc nationaliste galicien) ont appelé à la reconnaissance du caractère plurinational de l’Espagne et des identités plurielles qu’elle inclut en forgeant une coexistence positive, en reconnaissant l’Espagne comme « nation de nations ». Ces termes ne sont pas exclusifs de la Catalogne, ainsi le statut de l’Andalousie de 2007 utilise-t-il le terme de « nation » pour définir cette communauté autonome : le syntagme de « réalité nationale » est employé pour mettre en évidence sa construction politique16. On discute encore et toujours autour de l’État-nation, des nationalités et de l’unité de l’Espagne. Pour l’instant, aucun des gouvernements centraux depuis Leopoldo Calvo-Sotelo jusqu’à Mariano Rajoy n’a accepté de revenir sur les acquis de la transition17 (notamment sur le « pacte du silence »), de revoir le modèle de l’État (l’Espagne des autonomies et la monarchie parlementaire), et enfin, de poser clairement et de débattre de la possibilité d’instaurer un véritable État fédéral.

Les statuts d’autonomie de 1979 et 2006

  • 18 Oui : 120 parlementaires : PSC (Parti socialiste de Catalogne), ERC (Gauche Républicaine de Catalog (...)
  • 19 Les groupes politiques suivant votèrent en faveur du statut d’autonomie : PSOE (Parti socialiste ou (...)
  • 20 En faveur : PSOE, CiU, PNV, BNG et CC ; Non : PP et 3 abstentions : ERC, EA et PAR.

13Le statut d’autonomie de la Catalogne fut voté par référendum par le peuple catalan le 25 octobre 1979. Avec une participation de 59,7 %, la consultation donna les résultats suivants : 88,15 % de « oui », 7,76 % de « non » et 4,09 % de votes blancs et nuls. Le nouveau statut de 2006 fut voté le 18 juin 2006, avec une participation de seulement 48,85 % des électeurs, et avec les résultats suivants : 73,24 % de « oui », 20,57 % de « non » et 6,19 % de votes blancs et nuls. Comme tout processus démocratique, le nouveau statut d’autonomie avait d’abord été approuvé par le parlement catalan le 30 septembre 2005, par 89 % des voix (11 % contre)18 ; puis, après de longues discussions et amendements, adopté au Congrès espagnol le 30 mars 2006 avec 189 voix pour, 154 contre et 2 abstentions19 ; et enfin au Sénat, sans modification, le 10 mai 2006 avec 189 voix pour le « oui », 159 pour le « non » et 3 abstentions20. Nous y reviendrons.

  • 21 Cette coalition réunit le PSC, ERC, et ICV-EUiA, domina le Parlament et le gouvernement de Catalogn (...)
  • 22 Il sera président du 20 décembre 2003 au 28 novembre 2006. C’est aussi grâce à lui que, lorsqu’il é (...)

14Lors des élections catalanes de 2003, le CiU obtint le nombre de voix le plus important, mais, même avec les voix du Parti populaire, il ne pouvait pas atteindre la majorité absolue. Ce fut donc la coalition « tripartite21 » PSC, ERC et ICV-EUiA qui accéda à la Generalitat, avec comme président, le socialiste Pasqual Maragall22. Le 14 décembre 2003, le « pacte du Tinell » fut signé, avec pour visée l’autogouvernement, une meilleure qualité démocratique et l’obtention d’un statut plus favorable pour le catalan. Cette coalition de gauche mit fin aux vingt-trois années de gouvernement de Jordi Pujol, du 24 avril 1980 au 16 décembre 2003. La coalition tripartite relança les discussions en vue de la modification du statut d’autonomie de la Catalogne : il en résulta une nouvelle rédaction et une certaine reconnaissance (relative) de la pluralité de l’Espagne. Pour ces trois partis de gauche au pouvoir, il était très important de mener à bien le projet du nouveau statut, car cela impliquait de donner une cohésion interne à leurs actions.

  • 23 Jordi Pujol avoua le 25 juillet 2014, après des fuites dans la presse qu’il ne pouvait plus cacher, (...)

15Quant à José Luís Rodríguez Zapatero, il avait promis pendant sa campagne électorale de 2004 de revoir les statuts d’autonomie, de donner son soutien au socialiste Pasqual Maragall, ainsi que d’accepter le statut que les Catalans auraient voté. Dans le contexte politique et institutionnel du gouvernement central, le Parti populaire s’affrontait certes aux socialistes en tant que principal parti de l’opposition. Mais dans le jeu politique de l’alternance (gauche-droite ; socialistes-populaires) et du bipartisme, les enjeux des pactes des uns et des autres jouaient un rôle non négligeable, surtout avec les partis « minoritaires » qui servent de charnière lorsque le camp majoritaire ne dispose pas d’une majorité absolue. Le PP était farouchement opposé aux propositions nationalistes tripartites, et encore plus à la demande d’indépendance d’ERC. Rappelons néanmoins que Jordi Pujol23 (CiU) avait passé un pacte avec le Parti populaire en 1999 afin que José María Aznar (président entre1996 et2004) puisse être investi en tant que président du gouvernement central. Mais à cette époque-là, la CiU n’avait aucune prétention indépendantiste.

  • 24 Recours du Parti populaire présenté au Tribunal constitutionnel le 31 juillet 2006, admis le 27 sep (...)
  • 25 Recours n° 1/2006, présenté le 19 septembre et admis le 10 octobre : « Recursos de inconstitucional (...)
  • 26 Il s’agit de la deuxième manifestation massive après celle de la transition en 1977 avec le slogan (...)

16Le statut de 2006 fut « une œuvre collective », comme l’illustrent ces mots écrits par Pasqual Maragall, tirés de l’introduction du texte : « Nous avons démontré une fois encore que la Catalogne est forte lorsque nous les Catalans exprimons librement notre volonté. Nous avons écrit une page de notre histoire ». Malgré le vote du peuple catalan, le Parti populaire présenta un recours d’inconstitutionnalité à l’encontre du nouveau statut à propos de114 articles et de12 dispositions24. Le socialiste Enrique Múgica Herzog, défenseur du peuple (du 15 juin 2000 au 30 juin 2010), présenta lui aussi un recours auprès du Tribunal constitutionnel concernant109 articles et 4 dispositions25. Le Tribunal constitutionnel prononça son jugement bien plus tard, le 28 juin 2010, remettant en cause 14 articles seulement, mais les plus emblématiques, à propos de la langue, de la notion de nation et du pacte fiscal, entre autres. C’est cette décision du Tribunal constitutionnel qui déclencha la grande manifestation du10 juillet2010 dont le slogan « Nous sommes une nation, nous décidons » (Som una nació, nosaltres decidim), retentit dans les rues de Barcelone26. Des manifestations massives se sont répétées chaque année depuis lors à l’occasion de la fête nationale de la Catalogne, la Diada, le 11 septembre.

  • 27 Montilla, né à Iznájar dans la province de Cordoue, a été maire de Cornellà, une ville près de Barc (...)

17Rappelons pour terminer que quelques mois après le vote du nouveau statut, des élections régionales anticipées ont dû être organisées pour légitimer à nouveau le gouvernement catalan dans le contexte de l’adoption du statut ; des élections qui furent remportée par le PSC. C’est ainsi que José Montilla27, qui avait été ministre de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce (du18 avril2004 au 8 septembre2006) du premier gouvernement de José Luís Rodríguez Zapatero, fut élu président de la Generalitat, fonction qu’il a occupé du 28 novembre 2006 au 22 décembre 2010. En prévision des élections autonomiques catalanes, José Luís Rodríguez Zapatero avait « demandé à Montilla de quitter le gouvernement pour se consacrer à ces élections qu’il a donc gagnées ».

La langue catalane comme symbole d’identité et de cohésion sociale

  • 28 Le lecteur peut consulter Mercè Pujol Berché, « Política lingüística : lengua, cultura e identidad. (...)

18Le nationalisme catalan s’est construit avec presque les mêmes paramètres que les nationalismes d’État : territoire, langue et identité. Il a construit, comme nous l’avons rappelé, un imaginaire collectif autour de ces trois éléments. La « question de la langue » est devenue un des symboles de l’identité catalane28. Rappelons que parmi les compétences des communautés autonomes se trouvent l’éducation et la politique linguistique. Sur ce point, à nouveau, la Catalogne n’est pas différente des autres communautés. Si l’on compare le statut d’autonomie de 1932 avec celui de 1979, il n’y a en effet pas de grande différence, si ce n’est la désignation retenue pour les langues autres que le castillan. En effet, le terme largement débattu de « langue propre » fut accepté et les langues des trois « nationalités historiques », le catalan, le basque et le galicien, se virent attribuer le statut de langues co-officielles. Si l’on compare maintenant le statut d’autonomie de 1979 avec celui de 2006, on observe un traitement différencié du castillan et du catalan. Dans la constitution de 1978, on privilégie le castillan car il est la seule langue de l’État espagnol, officielle sur l’ensemble du territoire. Le statut catalan de 2006, dans son article 6.1, considère, lui, que la langue catalane est la langue des administrations publiques, la langue véhiculaire et la langue des apprentissages de l’enseignement en Catalogne. L’article6.2 précise que les citoyens de la Catalogne ont le droit d’employer aussi bien le catalan que le castillan, et l’on ne peut pas les discriminer à cause de la langue.

  • 29 Rafael Ninyoles, « España como país plurilingüe : Líneas de futuro », dans Albert Bastardas et Emil (...)
  • 30 Sur l’utilisation des langues à des fins politiques pendant les élections voir Mercè Pujol Berché, (...)
  • 31 José Carlos Moreno Cabrera, El nacionalismo lingüístico. Una ideología destructiva, Barcelone, Pení (...)

19La politique dite de « normalisation linguistique » de la Generalitat à l’égard de la langue catalane s’est mise en place à partir de 1980 afin de normaliser l’usage de cette langue. L’action de normaliser consiste à mettre en place un ensemble de lois et de textes juridiques permettant d’assurer la stabilité d’une langue. Un bon exemple en est le Québec où l’on parle d’aménagement linguistique. En d’autres termes, il s’agit de réorganiser les fonctions d’une langue minorisée et minorée afin qu’elle puisse être utilisée dans tous les domaines. Les tensions entre l’État central et les communautés autonomes peuvent être mises en évidence au niveau linguistique, comme Ninyoles l’a souligné29. En effet, les différences deviennent politiques et peuvent coïncider avec d’autres lignes de tension. La langue ou la « question de la langue » est ainsi instrumentalisée, notamment par les politiciens lors des élections, comme nous l’avons mis en évidence dans différents travaux30. La politique linguistique concerne aussi la relation entre langue et pouvoir31. On voit bien ces tensions : au xixe siècle avec l’incapacité de l’État à mettre en place un projet national inclusif, puis pendant la rédaction de la constitution avec le « café pour tous » visant à ne pas introduire de traitement différencié parmi les communautés autonomes, en 2006 avec la réforme des statuts d’autonomie et actuellement avec le débat autour de la réforme de la constitution et de la demande d’indépendance de la Catalogne.

  • 32 Isidor Mari, « De la normalització a la sostenibilitat : els límits de la planificació de l’estatus (...)
  • 33 Impossible de ne pas rappeler que le PP veut des écoles séparées selon la langue, quelque chose qu’ (...)

20Quelques mots sur la politique linguistique de la Generalitat. D’après Isidor Marí, il est possible de distinguer quatre périodes32. La première est celle de la « normalisation » (depuis la transition jusqu’à la fin des années 1980), la deuxième est celle de la planification avec le « plan général de normalisation linguistique de 1995 » (depuis la fin des années 1980 jusqu’aux années 1990), la troisième est celle de la mise en place de la « nouvelle loi » de 1998 (fin des années 1990-début 2000), enfin la dernière est celle de la « soutenabilité linguistique », caractérisée par la gestion de la diversité. Actuellement, la politique linguistique est organisée de manière transversale, en incluant un travail conjoint entre les administrations et les secteurs privés, et la représentation de la langue catalane et de la Catalogne au niveau européen et à l’Unesco. Pendant ces quarante ans de démocratie et de politique linguistique il y a une constante : indépendamment de la couleur politique des partis au pouvoir, à la langue n’a cessé d’être l’un des symboles de l’identité catalane, de même qu’un outil de cohésion sociale et d’inclusion33.

  • 34 Nous avons écrit sur l’intégration sociolinguistique des migrants en Catalogne. Voir par exemple Me (...)

21La Catalogne a toujours été une région d’accueil de migrants, et a toujours veillé à leur insertion : il s’est agi d’abord de migrants originaires de Murcie (au début de l’industrialisation), puis en provenance surtout de l’Andalousie (dans les années 1960), et enfin issus de la nouvelle immigration internationale (depuis les années1990). Pour illustrer le souci d’inclusion des nouveaux-venus dans la population, mentionnons le Plan pour la langue et la cohésion sociale de 2003-2004, puis le Pacte national pour l’immigration en 2009, où l’un des points reconnus les plus importants est la cohésion sociale et la participation de tous à la société34. Sur ces chapitres, les propositions émises par Pasqual Maragall avant qu’il devienne président de la Generalitat en 2003 furent reprises, à savoir que la Catalogne devait travailler pour l’immigration, pour sa place dans l’Union européenne et pour les droits civiques et sociaux de tous. Un travail à l’international que l’on constate aussi au sein du mouvement indépendantiste. Rappelons également que la Generalitat possède des délégations, entre autres, pour la France et la Suisse, dont le siège est à Paris ; auprès de l’Union européenne, le siège étant à Bruxelles ; et enfin, aux États-Unis, dont les sièges sont à Washington et à New York.

La place des contestations : la voix du peuple

  • 35 Òmnium Cultural est une entité catalane crée en 1961 (censurée par Franco entre 1963 et 1967), qui (...)

22S’il est vrai que le détonateur des contestations massives a été l’appréciation du Tribunal constitutionnel sur le caractère anticonstitutionnel de plusieurs articles du statut d’autonomie de 2006, il me semble que le « malaise » a commencé à prendre corps lors des discussions à propos dudit statut. Nous avons égrené plus haut quelques éléments des discussions de la classe politique, mais il faut aussi parler des gens. En effet, c’est en 2005 que la plateforme « droit à décider » a vu le jour. Elle a été établie par 700 entités, 49 municipalités et 4000 personnes en réponse à la non-reconnaissance par l’État de la Generalitat comme sujet juridique. En effet, après le vote du statut par le parlement catalan en 2005, ce texte est parti au Congrès et là, comme nous l’avons mentionné plus haut, une multitude de modifications ont été apportées. Pour faire état du mécontentement populaire, la plateforme a convoqué une manifestation le 18 février 2006, puis une autre en 2007. On passe alors des forces politiques à un mouvement transversal de la société. C’est là, nous semble-t-il, qu’il faut placer le « début du début » de toutes les manifestations qui vont suivre à cause de la décision du Tribunal constitutionnel adoptée en juillet2010. La société civile va alors s’organiser : les consultations populaires vont commencer, une entité civique et culturelle comme Òmnium Cultural35 jouera un rôle important en tant qu’organisatrice du mouvement, l’Assemblée nationale catalane (ANC) sera créée, et la consultation du9 novembre2014 aura lieu.

23Si tel est le contexte catalan, il ne faut pas oublier qu’il s’insère dans le contexte espagnol de la bulle immobilière de 2008, provoquant la crise économique qui éclate avec force, quoique niée par José Luís Rodríguez Zapatero qui ne prend pas les mesures adéquates. La société civile continue de s’organiser : la « Plateforme des affectés par l’hypothèque » voit le jour en 2009 avec Ada Colau à sa tête, « Jeunesse sans futur » naît en février 2011, le « Mouvement des indignés » en mai de la même année, puis toutes les « marées » et bien sûr le collectif « Démocratie réelle, maintenant ! », toujours en 2011. Mariano Rajoy arrivant au pouvoir en décembre2011 prend une série de mesures d’austérité, comme il l’avait promis pendant sa campagne électorale. Les crises ne font que s’aggraver : crise économique, mais également crise démocratique, crise de l’État-providence et crise de l’État-nation.

  • 36 La présidence de la Generalitat via le Secrétariat aux Affaires étrangères et à l’Union européenne, (...)

24Le début du mouvement actuel pour l’indépendance de la Catalogne commence à prendre forme lors de consultations populaires lancées à l’initiative d’une femme, Elisenda Paluzié, à Arenys de Munt, un village situé au nord de Barcelone, le 13 septembre 2009. Lors d’une consultation symbolique, 41 % de la population âgée de plus de seize ans vote sur le futur de la Catalogne. La question posée : « Êtes-vous d’accord pour que la nation catalane devienne un État de droit, indépendant, démocratique et social, intégrée à l’Union européenne ? » reçoit 92,2 % de « oui » et 2,3 % de « non ». Cette consultation a ensuite été reproduite dans 169 communes en 2009, puis d’autres municipalités ont organisé le même scrutin en 2010, puis en 2011 — y compris dans des communes en dehors de la Catalogne comme ce fut le cas d’un village de locuteurs catalans de la Sardaigne. Finalement, le 9 novembre 2014, eut lieu une grande consultation populaire organisé par la Generalitat dans l’ensemble de la Catalogne36, qui eut comme résultat un « oui » sans appel. Nous y reviendrons.

  • 37 Il est important de mentionner que depuis les manifestations massives de 2003 contre la guerre d’Ir (...)
  • 38 Les chiffres de manifestants sont toujours sujets à des controverses. La police estima ainsi le nom (...)

25Mais le véritable élément déclencheur fut, comme nous l’avons indiqué, le rejet par le Tribunal constitutionnel de plusieurs articles du nouveau statut d’autonomie voté par le peuple catalan lors du référendum du18 juin2006. La réponse à cette décision fut donc la manifestation qui eut lieu le 10 juillet 2010 à Barcelone, et qui fut l’antichambre de celle, encore plus massive, du 11 septembre 201237. Sous le slogan « Nous sommes une nation. Nous décidons », cette manifestation historique fut organisée par Òmnium Cultural. L’Assemblée nationale catalane (ANC) incita aussi les citoyens à se mobiliser dans la rue : deux millions de personnes selon les organisateurs participèrent à ce mouvement social sans précédent38. Il s’est agi d’un acte citoyen d’affirmation nationale, réclamant le respect de l’identité catalane et la création d’un nouvel État tourné vers l’Europe, sous les slogans « La Catalogne, un nouvel État européen », « Indépendance » et « L’indépendance, solution pour la Catalogne ».

  • 39 Il faut, à notre avis, situer l’ANC sur la même ligne que l’assemblée de Catalogne constituée à la (...)
  • 40 Pour plus d’informations, voir son site internet, [http://assemblea.cat].
  • 41 Mònica Terribas est une journaliste très connue en Catalogne ; elle fut la directrice générale de l (...)

26Pour comprendre cet élan indépendantiste, il faut s’arrêter sur la création de l’ANC le 10 mars 2012, sur la base du travail accompli par les assemblées territoriales39. Cette organisation eut pour embryon la Conférence nationale pour un État propre, réunie au palais des congrès de Barcelone le30 avril2011 et marquée par l’élection d’un conseil permanent incluant intellectuels, écrivains, artistes et des personnalités de la société civile. L’ANC se considère comme une deuxième chambre du peuple catalan, souveraine et constituée par la société civile40. Il s’agit d’un mouvement citoyen (hommes et femmes libres avec des droits) et souverain (autorité suprême). Elle a été présentée à l’université autonome de Barcelone par Mònica Terribas et son père, Jaume Terribas, ainsi que par Joan Manuel Tresserras41. Depuis, la relève médiatique a été constante.

  • 42 [http://www.elclauer.cat], consulté le 14 mars 2014. Les organisations sont : Cercle català de nego (...)
  • 43 Double sens de l’expression. D’une part, le sens réel « fer via » signifie s’unir à la voie et, d’a (...)

27Une nouvelle étape commença le7 mars2013 lorsque Òmnium Cultural, l’ANC et l’Associació de Municipis per la independència (Association des municipalités pour l’indépendance) avec onze autres organisations souverainistes créèrent le site El clauer, visant à fournir des arguments rassurants et positifs sur les conséquences de l’indépendance et chargé d’expliquer aux citoyens les perspectives possibles à propos des institutions de gouvernement, concernant le statut de la Catalogne dans le monde, les droits et la citoyenneté, la gestion de l’argent public, l’immigration et un ensemble le plus large possible d’enjeux politiques et sociaux42. Puis, lors de la Diada suivante, le 11 septembre 2013, la manifestation fut organisée autour de la « Via catalana » : une chaîne humaine de 400 km traversa symboliquement toute la communauté autonome. Via catalana fait allusion à l’expression « Fer Via », « Fer la Via43 » tirée d’un classique de la littérature catalane du Moyen Âge, Tirant lo Blanc de Joanot Martorell. Il s’agissait de tirer un fil conducteur entre le passé et le présent, de créer et recréer l’imaginaire collectif sous un angle historique et mémoriel. On attendait aussi de cette action très largement médiatisée une visibilité internationale accrue (avec des rassemblements concomitants à Paris, Londres, etc.) de l’idée d’une Catalogne indépendante. Enfin, la manifestation du 11 septembre 2014, dont l’objectif était d’attirer encore plus de monde que les années précédentes, en lien avec les efforts fournis par Muriel Casals et Carme Forcadell, les présidentes respectives d’Òmnium culturel et de l’ANC pour élargir la majorité sociale, fut organisée sous le signe du « V » : V de Victoire, mais aussi V de Vote, en faisant directement allusion au référendum du9 novembre2014 sur l’indépendance, « V de Volonté d’un peuple à décider, V de Valeurs d’un peuple, V de Vieilles reVendications qui sont toujours Vives ». La date du 11 septembre2014 était de surcroît dotée d’une forte composante symbolique, puisque l’on commémorait la défaite de Barcelone « après » la prise de la ville par les partisans de Philippe d’Anjou, lors de la guerre de Succession d’Espagne, le 11 septembre 1714 _ — cette guerre qui instaura le pouvoir monarchique des Bourbons.

  • 44 Le lecteur peut consulter une bibliographie déjà importante sur les mouvements sociaux : Donatella (...)
  • 45 Josep Fontana, op. cit., 2013. Voir de même Josep Fontana, « Espanya i Catalunya : tres-cents anys (...)
  • 46 Francisco Fernández Moreno, Spanish Revolution. Ensayo sobre los lenguajes indignados, Madrid, Unoy (...)
  • 47 La composition du Parlement catalan depuis les élections du 10 décembre qui ont porté Artur Mas à l (...)

28Toutes ces manifestations, ainsi que d’autres actions collectives locales illustrent le renouveau des mouvements sociaux indépendantistes dans la Catalogne d’aujourd’hui44. Il s’agit de mouvements citoyens de masse remettant en cause la légitimité de l’État central, dans une région, la Catalogne, mais avec des répercussions globales profitables à d’autres mouvements indépendantistes comme ceux d’Irlande ou d’Écosse, qui ont eux-mêmes des répercussions sur la construction de l’Union européenne. Comme le signale l’historien Josep Fontana, certains secteurs de la société catalane considèrent que le pacte de 1978-1979 est devenu caduc, et que la Catalogne demeure perçue par le gouvernement central comme une province de la couronne de Castille45. À notre avis, c’est à partir de cette intransigeance du gouvernement central, comme du contexte de l’émergence du mouvement des indignés du « 11-M » depuis 2011, des « Novísimos » ou de la Spanish Revolution46, qu’il faut considérer et analyser la demande d’indépendance des Catalans47.

  • 48 Javier De Lucas, « Crisis de la democracia, ciudadanía, desobediencia », conférence plénière pronon (...)
  • 49 Actes du secrétariat national du 8 septembre 2012.

29En effet, il est essentiel de souligner que ces protestations surgissent en Espagne dans un contexte où les Espagnols (y compris donc les Catalans) sont très mécontents des politiques menées par les différents partis politiques, des sauvetages financiers accordés aux banques au détriment des personnes, des scandales de corruption institutionnelle qui touchent tous les partis politiques y compris la Couronne (la sœur de l’actuel roi Felipe VI, Cristina de Borbón, est toujours inculpée). Les Espagnols se rendent compte que les politiques ne les représentent pas, qu’il y a un abîme de plus en plus profond entre les gens et leurs représentants. La démocratie est en crise. Comme Javier de Lucas le fait remarquer à juste titre, le problème de la société espagnole est non seulement la crise économique (utilisée souvent aussi comme une excuse pour ne pas aborder d’autres sujets probablement plus importants), mais la crise de la démocratie et la méfiance des Espagnols à l’égard des politiques qui n’ont pas su, pu ou voulu s’adapter au nouvel espace social, culturel, politique et économique de la mondialisation48. Pour ce professeur de droit constitutionnel, « le modèle de citoyen (consommateur de voix) du Parti populaire c’est la majorité silencieuse ». Face à une politique économique qui favorise les banques et qui paupérise de plus en plus les gens, ces mouvements sociaux demandent des changements profonds. Pour la Catalogne, cela s’exprime dans la manière dont l’ANC pousse, à partir de la base, les politiciens à agir pour qu’ils organisent un référendum : « Regardez le peuple qui est là dehors, lui, il a fait un pas, maintenant c’est au gouvernement de le faire, et qu’il sait que s’il le fait nous serons à son côté. Écoutez la clameur du peuple49. »

30En résumé, les contestations surgissent dans un contexte social de crise : crise économique (chômage, incapacité à créer de l’emploi), crise démocratique (méfiance des gens à l’égard de leurs élus), corruption (institutionnelle), crise de l’État-providence (privatisation de la santé et de l’éducation, âge de la retraite plus tardif), de l’État des autonomies (réforme des statuts, réforme de la constitution). Face à ce marasme, surgit la voix de la citoyenneté qu’incarnent les mouvements sociaux avec leurs revendications, leurs modes de fonctionnement, leurs stratégies d’action allant de l’action collective à la connectivité, dans le contexte plus global de la mondialisation du xxie siècle avec ses caractéristiques : la rapidité, les nouvelles technologies et les réseaux sociaux.

Le mouvement vers l’indépendance et la consultation du 9 novembre 2014

31Les deux collectifs qui ont pris en charge les actions vers l’indépendance sont Òmnium Cultural et l’ANC. Le premier est une entité culturelle qui existe depuis 1961, travaille pour la culture catalane au sens large du terme et, depuis l’automne 2012, se déclare ouvertement pour l’indépendance. La même année, il a reçu la médaille d’honneur du parlement catalan pour l’œuvre réalisée pendant toutes ces années d’existence. L’entité mène différentes actions dans ce sens, dont une intitulée « Un pays normal » pour faire allusion à la nécessité d’être un État différent de celui de l’Espagne. Certaines actions sont en rapport avec la « nation », même celle de 1981 pendant la transition : « Appel à la solidarité : langue, culture et nations catalanes » (1981), « Freedom for Catalonia » pendant les jeux Olympiques de Barcelone (1992), « Free Catalonia » pendant le Forum des cultures après les jeux (1994), « Dignité nationale » (2007), « Ensemble pour la Catalogne » après les recours déposés auprès du Tribunal constitutionnel (2008), « Nous sommes une nation, nous décidons », manifestation de juillet (2010), « Construisons tous un nouvel État d’Europe », « Feuille de route » (2012), « La Sant Jordi : rose, livre et “Estelada” sur les balcons » (2013), « Questions d’État : réflexions à propos du pays du futur » (2014).

32De son côté, l’ANC soutient un processus qui cherche à mener à l’indépendance à travers l’effort collectif. Ses membres et ses sympathisants veulent faire de la Catalogne un État de droit (par tradition), démocratique (faire face aux élus dont les gens ne sentent pas qu’ils les représentent), social (meilleure répartition des richesses) et inclusif (de tous ceux qui vivent en Catalogne). L’un de ses objectifs a été de faire pression sur les politiciens pour réclamer un référendum sur l’indépendance, une consultation qui a eu lieu le 9 novembre 2014. L’ANC a mené également différentes campagnes : « La marche vers l’indépendance » qui commença à la Seu d’Urgell (au pied des Pyrénées) et se termina à Barcelone ; l’« Estelada » (drapeau indépendantiste catalan) organisée par « Bagès independència ». Son caractère non-partisan est l’une de ses caractéristiques, car il s’agit d’une plateforme populaire qui souhaite s’appuyer sur la majorité sociale et l’utiliser comme outil pour faire pression. Elle s’autodéfinit aussi comme une organisation inclusive afin que tous les citoyens puissent y adhérer. Ses promoteurs mettent toujours en avant la volonté collective, en soulignant que l’ANC représente une organisation civile, transversale, qui s’est construite depuis le bas vers le haut. Comme dans les mouvements d’assemblée, celle-ci décide les actions que l’organisation doit entreprendre. Ses membres œuvrent à dans ce processus qui demande le droit à décider, dans les urnes, du futur politique de la Catalogne, afin qu’elle puisse avoir son propre État. Si nous nous attardons maintenant sur le discours de l’ANC, on peut observer qu’il se structure autour de trois axes thématiques : la société civile, la démocratie et le mouvement50.

33Concernant la société civile, l’ANC évoque une « volonté collective, une organisation civile, transversale », et le fait que « c’est toute la société civile souveraine qui convoque le processus, auquel les politiciens donneront une forme politique, mais depuis la société civile, [et que] nous nous sentons responsables d’animer le débat ». Quant à la démocratie, il s’agit de « faire pression sur les partis pour qu’ils organisent la consultation », de « porter les urnes dans la rue », afin de favoriser une « régénération démocratique » : « Nous sommes ici pour faire connaître notre cause, qui est aussi celle de la Catalogne et surtout la cause de la démocratie, celle du peuple, et de la justice. » Enfin, s’agissant du mouvement : « Nous ne bougerons pas d’ici, c’est notre chemin, mettre en marche des actions, suivre le processus d’indépendance afin de sauvegarder notre identité et l’État-providence, nous faisons du chemin vers notre souveraineté. » En phase avec cette dynamique du mouvement, les retours sur avancée sont fréquents : « Nous sommes en train d’initier le chemin de la construction nationale, nous continuerons, nous travaillerons toujours, nous sommes en train de faire une révolution. » Enfin, l’État central, « l’autre », lui, c’est « l’État espagnol qui nous soumet, au gré d’une “situation semi-coloniale” ».

  • 51 Candidature d’Unité populaire-Alternatives de gauche.
  • 52 C’est sous cette désignation qu’il a été nommé par les indépendantistes.
  • 53 [http://premsa.gencat.cat/pres_fsvp/AppJava/notapremsavw/277304/ca/of-2-305-290-catalans-have-taken (...)

34La consultation du 9 novembre 2014 sous l’égide de CiU, ERC, ICV et CUP51 a posé deux questions : « Voulez-vous que la Catalogne soit un État ? », « Voulez-vous que cet État soit indépendant ? ». Le résultat de ce « processus participatif52 » avec une participation d’un peu plus de 33 % des électeurs, a été le suivant : 80,75 % de « oui » aux deux questions ; 10,07 % de « oui » à l’État, mais « non » à un État indépendant, 4,54 % de « non » aux deux questions53. Qu’est-ce qu’on peut dire de ces résultats ? D’abord, la première constatation importante est que la consultation a eu lieu grâce à la mobilisation des gens — la société civile —, et que l’organisation a été assurée par Òmnium Cultural, l’ANC, ainsi que grâce à la Generalitat elle-même (qui s’est chargée de l’enregistrement des électeurs). Ensuite, il faut noter que les électeurs se sont rendus aux urnes dans la bonne humeur et avec un esprit festif sachant que le moment, malgré le caractère non plébiscitaire de la consultation, était historique. Enfin, bien qu’il n’y ait pas eu d’enjeu politique (car il s’agissait d’une consultation et non d’un référendum organisé de manière légale), une bonne partie des électeurs qui se sont rendus aux urnes ont exprimé le souhait d’une gouvernance agissant dans une Catalogne souveraine. Après cette consultation, le Tribunal supérieur de justice de Catalogne a poursuivi trois personnes : le président de la Generalitat Artur Mas, la vice-présidente Joana Ortega et la conseillère Irene Rigau.

35Même s’il s’agissait bien d’un processus entamé par la société civile, il faut également tenir compte de la pression des organisations de la société civile sur les partis, sans oublier les échéances électorales qui, comme dans tout État démocratique, ont lieu de manière périodique et, en ce qui concerne l’Espagne, sont prévues pour décembre 2015. Le « jeu politique » ne fait que commencer, mais ce que l’on peut d’ores et déjà dire, c’est que l’ANC et Òmnium Cultural par le biais de ses deux présidentes, provoquent et stimulent le débat parmi les citoyens, au sein même de chacun des partis politiques et entre les différentes organisations. Voyons donc finalement comment chaque tête de liste se situe par rapport à ces élections.

36Les élections municipales du 24 mai 2015, mais surtout les régionales du27 septembre2015 ont montré le maintien dans les urnes d’un fort indépendantisme. Quant à la classe politique espagnole, Mariano Rajoy (PP) reste immuable, alors que Pedro Sánchez (PSOE) pencherait plutôt pour essayer d’ouvrir un dialogue vers le fédéralisme. En ce qui concerne la classe politique catalane, Artur Mas (CDC) et Oriol Junqueras (ERC) ont signé, le 30 mars 2015, la « feuille de route » conjointement avec l’ANC, Òmnium Cultural et l’AMI. Miquel Iceta (PSC) demande une nouvelle loi électorale qui prenne plus en compte la proportionnelle et comme le PSOE, un débat sur la réforme de la constitution et le fédéralisme. Pour Alicia Sánchez Camacho (PPC), la feuille de route n’est qu’un « papier mouillé » (« papel mojado »), à savoir que selon elle, « Mas et Junqueras continuent de tromper les Catalans54 ». Joan Herrera (ICV) souhaite quant à lui un « pacte pour la démocratie », sans renoncer à un référendum sur le futur de la Catalogne55. Enfin, Albert Rivera (Citoyens), farouche opposant au nationalisme catalan, continue sa croissance dans les intentions de vote au niveau national et pour promouvoir un air de changement (à l’égard du PP et du PSOE), utilise le vocable « mouvement » (très à la mode, il est vrai), en qualifiant sa formation de « mouvement citoyen » (« Movimiento ciudadano »).

La Catalogne face au renouveau indépendantiste

37Òmnium Cultural, l’ANC et l’AMI (Association des municipalités pour l’Indépendance) poursuivent leurs actions, cette fois avec le slogan « Maintenant c’est l’heure », en vue des élections de septembre. Ils organisent un grand meeting au Palais des congrès de Barcelone le 24 avril 2015, et mènent une campagne unitaire pour les élections locales de mai, qu’ils voudraient plébiscitaires, avec le slogan « Revenons aux urnes, revenons dans la rue ». À six mois des élections au parlement de Catalogne, les trois entités ont organisé le 27 mars, plus de cent actions sous le slogan « Là où tout commence », afin de rendre visible « la force de la société civile ». Si Convergència de Catalunya-Groupement indépendantiste et ERC remportent ces élections, l’ANC interprétera certainement ces résultats en considérant que le peuple a décidé d’entamer le processus vers l’indépendance. Il semble important de souligner deux points majeurs de leur feuille de route : la nécessité d’un État social (santé, éducation et retraites) et la régénération démocratique. On retrouve bien ici les demandes de la société civile quant au renouveau de la démocratie et à la manière de faire face à la crise économique par d’autres biais que les coupes budgétaires (« recortes-retallades »).

  • 56 La progression de Podemos depuis les élections européennes de mai 2014, ainsi que l’apparition de C (...)

38Les élections régionales de septembre2015 ont ainsi encore eu lieu sous le signe de l’indépendance, afin de donner une réponse à la société civile, de redonner au peuple la démocratie perdue et de revenir à l’État-providence. Enfin, dans la mesure où le contexte catalan est inséré dans le contexte espagnol, la force du nouveau parti Podemos56, qui réclame également une nouvelle démocratie et l’effacement des « castes » peut changer la donne des futures élections législatives. Il en est de même de la crispation d’une partie de la société espagnole, créée par le Parti populaire lorsqu’il nie tout débat, qu’il porte sur la possibilité d’un État fédéral pour l’Espagne, ou sur une plus grande autonomie des communautés « demandeuses » et non de toutes les communautés autonomes à la manière du « café pour tous ». En effet, le processus souverainiste n’est pas envisageable comme un pacte, mais comme un choc à cause d’un manque total de dialogue entre le gouvernement central et le gouvernement de la Generalitat. Ceci par rapport aux politiques, mais qu’en est-il au final en ce qui concerne la société civile ?

  • 57 Centre d’estudis d’Opinió, Baròmetre d’Opinió Política, 1a onada de 2014, n° 746, Barcelone, Genera (...)

39Le dernier sondage, effectué auprès de deux mille personnes par le CEO57 est riche de renseignements concernant les opinions des citoyens espagnols résidant en Catalogne sur la situation politique, la confiance à l’égard du personnel politique ou de la situation économique. Arrêtons-nous sur quelques données qui vont nous servir à conclure ce chapitre. Près de la moitié des personnes interrogées (49,3 %) considèrent que la situation politique en Catalogne est mauvaise tandis que plus de90 % considère que la situation politique en Espagne est très mauvaise (49,3 %) ou mauvaise (41,1 %). Plus de la moitié des enquêtés (60,1 %) considèrent qu’aucun parti politique ne peut donner une réponse adéquate à leurs problèmes, dont les principaux sont le chômage et la précarité (67,4 %). Les résultats en termes de sympathie à l’égard des partis sont les suivants : ERC (11,7 %), CiU (10,6 %), CUP (4,3 %), PSC (3,4 %), C’s (2,8 %), ICV-EUiA (2,0 %), PPC (1,3 %). Cette enquête sociologique montre clairement le désenchantement de la société civile envers les élites politiques, les partis et leurs promesses. Elle illustre bien la grande déception des indépendantistes, mais également du reste de la société catalane, face à l’absence totale de perspective.

Notes

1 Pere Anguera, « Nacionalismo e historiografía en Cataluña. Tres propuestas en debate », dans Carlos Forcadell (dir.), Nacionalismo e historia, Zaragoza, Institución Fernando El Católico & CSIC, 1998a, p. 73-88.

2 Juan Luis De La Granja, Justo Beramendi et Pere Anguera, La España de los nacionalismos y las autonomías, Madrid, Síntesis, 2001.

3 La Lliga Regionalista fut créée par des groupes politiques catalans dans le but de faire pression sur le gouvernement de Madrid afin de revendiquer les particularités linguistique et culturelle catalanes. Sa presse était La veu de Catalunya (1899-1936).

4 La première histoire écrite de la Catalogne est celle d’Antonio de Capmany, puis celle de Víctor Balaguer en 1860 : Historia de Cataluña y de la Corona de Aragón, cf. Pere Anguera 1998b. « El nacionalismo catalán desde sus orígenes a 1930 », dans Jean-Louis Guereña (dir.), Les nationalismes dans l’Espagne contemporaine. Idéologies, mouvements, symboles, Paris, Éditions du temps, 1998, p. 117-146. La première histoire nationale est celle d’Antoni Aulèstia Pijoan, publiée en 1887 : Història de Catalunya.

5 Il faut mentionner la publication Lo Verdader Català où l’on proclame que les Catalans sont des Espagnols : « L’Espagne est notre nation, mais la Catalogne est notre Patrie ».

6 Signalons que déjà, lors du congrès de pédagogie de 1888, on avait sollicité de la reine régente (Marie Christine de Habsbourg-Lorena, épouse d’Alfonse XII), le droit de scolariser les enfants en catalan, au moins chez les tout-petits.

7 Sur l’action pan-catalaniste et le travail de promotion de la langue catalane au début du xxe siècle, voir Isabel Graña i Zapata, Lacció pancatalanista i la llengua : nostra parla (1916-1924), Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1995.

8 Référendum du 2 août 1932 avec 75,09 % de « Oui ».

9 Isidre Molas, « Los nacionalismos durante la II República. Una perspectiva comparada », dans Justo Beramendi et Ramón Màiz (dir), Los nacionalismos en la España de la II República. Madrid, Siglo XXI, 1991, p. 13-23.

10 Alicia Fernández García et Mathieu Petithomme, « Du nationalisme d’État aux nationalismes espagnols, la réinvention de la “nation” espagnole depuis la transition démocratique », dans Alicia Fernández García et Mathieu Petithomme (dir.), Les nationalismes dans l’Espagne contemporaine (1975-2011). Compétition politique et identités nationales, Paris, Armand Colin, 2012, p. 9.

11 Luís Moreno, La federalización de España. Poder político y territorio, Madrid, Siglo XXI, 2008.

12 Eduardo García De Enterría, Estudios sobre autonomías territoriales, Madrid, S. L. Civitas ediciones, 1985.

13 Il avait été vice-président (du 12 décembre 1982 au 12 janvier 1991) des gouvernements de Felipe González et avait reçu, en 2005, le prix de la fondation Abril Martorell pour « sa contribution décisive au “grand pacte” de la rédaction de la constitution de 1978 », cf. El País, 3 décembre 2005.

14 Les premiers statuts pour ces mêmes communautés autonomes ont été votés comme suit : 1982 : Aragon et Valence ; 1983 : Castille et Léon, Estrémadure et Iles Baléares.

15 Afin de rendre plus lisible le texte, nous traduisons en français les noms des partis politiques. CiU est une coalition libérale et démocrate-chrétienne.

16 Julio Pérez Serrano, « Migraciones, identidad cultural y ciudadanía en la construcción de la Comunidad autónoma andaluza (1982-2014) », dans Marie-Claude Chaput, Géraldine Galeote, Maria Llombart, Mercè Pujol Berché et Bruno Tur (dir.), Migraciones e identidades en la España plural. Madrid, Biblioteca Nueva, 2015.

17 Voir Marie-Claude Chaput et Julio Pérez Serrano (dir), La transición española. Nuevos enfoques para un viejo debate, Madrid, Biblioteca Nueva, 2005.

18 Oui : 120 parlementaires : PSC (Parti socialiste de Catalogne), ERC (Gauche Républicaine de Catalogne), ICV-EUiA (Initiative pour la Catalogne-Verts-Gauche unie et alternative) et CiU ; non : 15 parlementaires du PPC (Parti populaire de Catalogne).

19 Les groupes politiques suivant votèrent en faveur du statut d’autonomie : PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), CiU, PNV, BNG et CC (Coalition Canaries). Les députés du PP et d’ERC (soit 159 représentants) s’y opposèrent. Enfin, deux groupes choisirent l’abstention, EA (Eusko Alkartasuna) et PAR (Parti Aragonais).

20 En faveur : PSOE, CiU, PNV, BNG et CC ; Non : PP et 3 abstentions : ERC, EA et PAR.

21 Cette coalition réunit le PSC, ERC, et ICV-EUiA, domina le Parlament et le gouvernement de Catalogne de 2003 à 2006, puis à nouveau de 2006 à 2010.

22 Il sera président du 20 décembre 2003 au 28 novembre 2006. C’est aussi grâce à lui que, lorsqu’il était le maire de Barcelone, cette ville a organisé les Jeux olympiques de 1992 qui furent pour cette ville, et pour l’Espagne de 1992 un événement marquant.

23 Jordi Pujol avoua le 25 juillet 2014, après des fuites dans la presse qu’il ne pouvait plus cacher, qu’il avait fraudé le fisc au moins pendant 34 ans, concernant la prétendue fortune qu’il avait reçue de son père, qu’il avait transmise à ses sept enfants et gardée en Andorre.

24 Recours du Parti populaire présenté au Tribunal constitutionnel le 31 juillet 2006, admis le 27 septembre 2006 : « Recurso de inconstitucionalidad n° 8045-2006 en relación con diversos preceptos de la Ley Orgánica 6/2006, de 19 de julio, de reforma del Estatuto de autonomía de Cataluña », Boletín Oficial del Estado, n° 241, 9 octobre 2006, Madrid.

25 Recours n° 1/2006, présenté le 19 septembre et admis le 10 octobre : « Recursos de inconstitucionalidad n° 8675-2006, en relación con diversos preceptos de la Ley Orgánica 6/2006, de 19 de julio, de reforma del Estatuto de autonomía de Cataluña », Boletín Oficial del Estado, n° 248, 17/10/2006, Madrid. Voir sur les recours José Carlos Herreras, « Le statut des langues de l’Espagne dans les nouveaux “statuts d’autonomie” », La linguistique, n° 44/1, 2008, 7-28.

26 Il s’agit de la deuxième manifestation massive après celle de la transition en 1977 avec le slogan « Liberté, amnistie et Statut d’autonomie ».

27 Montilla, né à Iznájar dans la province de Cordoue, a été maire de Cornellà, une ville près de Barcelone, dont la proportion de personnes nées en Andalousie (migration interne des années soixante) était très importante.

28 Le lecteur peut consulter Mercè Pujol Berché, « Política lingüística : lengua, cultura e identidad. El ejemplo de Cataluña », Amnis. Revue de civilisation contemporaine Europe/Amériques, [http://amnis.revues.org/2061], mis en ligne
le 20 novembre 2013.

29 Rafael Ninyoles, « España como país plurilingüe : Líneas de futuro », dans Albert Bastardas et Emili Boix (dir.), ¿Un estado, una lengua ? La organización política de la diversidad lingüística, Barcelone, Octaedro, 1994, p. 25-73.

30 Sur l’utilisation des langues à des fins politiques pendant les élections voir Mercè Pujol Berché, « Une manipulation subtile : Les propositions concernant les langues pendant la campagne électorale espagnole », dans José Carlos De Hoyos et Marie-Hélène Pèrennec (dir), Langue et manipulation, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2012, p. 47-60 et Mercè Pujol Berché, « La cuestión lingüística en la campaña electoral española de 2008 y su transposición en los periódicos ABC y El País », dans Christian Lagarde (dir.), Le discours sur les « langues d’Espagne »/El Discurso sobre las « lenguas españolas », (1978-2008), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2009, p. 231-254. Sur l’usage que les personnalités politiques font des termes sociolinguistiques, voir Mercè Pujol Berché, « Langue, nation et nationalités : Us et abus de notions sociolinguistiques par les politiques », dans Henri Boyer (dir), Colloque International : Pour une épistémologie de la sociolinguistique, Limoges, Lambert-Lucas, 2010, p. 309-318.

31 José Carlos Moreno Cabrera, El nacionalismo lingüístico. Una ideología destructiva, Barcelone, Península, 2008.

32 Isidor Mari, « De la normalització a la sostenibilitat : els límits de la planificació de l’estatus », Treballs de Sociolingüística catalana, n° 21, 2011, p. 83-94.

33 Impossible de ne pas rappeler que le PP veut des écoles séparées selon la langue, quelque chose qu’il demande sans cesse par exemple aux Îles Baléares où il a gouverné pendant des années.

34 Nous avons écrit sur l’intégration sociolinguistique des migrants en Catalogne. Voir par exemple Mercè Pujol Berché, « Contribution de l’immigration à la richesse linguistique et culturelle de l’Espagne : réflexions autour de l’intégration sociolinguistique », dans Marie-Claude Chaput, María Luisa Peñalva et Bruno Tur (dir). Regards, n° 14, 2009, p. 253-270 et Mercè Pujol Berché, « Immigració i integració sociolingüística a Catalunya », Actes du Colloque international de l’Association rrançaise des catalanistes et de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, Limoges, Lambert-Lucas, 2015.

35 Òmnium Cultural est une entité catalane crée en 1961 (censurée par Franco entre 1963 et 1967), qui œuvre pour la défense de la langue, la cohésion sociale, la culture, le modèle d’école catalane, de même qu’en faveur de la projection internationale de l’identité catalane.

36 La présidence de la Generalitat via le Secrétariat aux Affaires étrangères et à l’Union européenne, a organisé l’inscription au « Registre des Catalanes et Catalans résidant à l’extérieur », et ces Catalans ont pu voter dans différentes capitales du monde.

37 Il est important de mentionner que depuis les manifestations massives de 2003 contre la guerre d’Irak (avec le Parti populaire au pouvoir), on considère ces manifestations comme étant planétaires à cause du nombre de manifestants, du nombre de villes où elles ont eu lieu et du retentissement médiatique qu’elles ont reçu.

38 Les chiffres de manifestants sont toujours sujets à des controverses. La police estima ainsi le nombre de manifestants à 1 500 000, et le quotidien El País à 600 000. Mais la plupart des observateurs s’accordèrent pour dire que plus d’un million de personnes participèrent, un chiffre historique, cf. « El independentismo catalán logra una histórica exhibición de fuerza », El País, 11 septembre 2012.

39 Il faut, à notre avis, situer l’ANC sur la même ligne que l’assemblée de Catalogne constituée à la fin du franquisme, le 7 novembre 1971, par des syndicats, organisations sociales et secteurs progressistes de l’église. Elle a été dissoute suite à la création de l’assemblée des parlementaires.

40 Pour plus d’informations, voir son site internet, [http://assemblea.cat].

41 Mònica Terribas est une journaliste très connue en Catalogne ; elle fut la directrice générale de la télévision de Catalogne (2008-avril 2012), Professeure à l’université Pompeu Fabra de Barcelone, elle possède un doctorat de l’université de Reading (Écosse), sa thèse ayant pour titre : Television, national identity and the public sphere : a comparative study of Scottish and Catalan discussion programmes. Jaume Terribas a fondé à Montserrat le parti Convergència Democràtica de Catalunya (1974) et Joan Manuel Tresseras fut conseiller pour la culture et la communication de la Generalitat de Catalogne à l’époque de Montilla.

42 [http://www.elclauer.cat], consulté le 14 mars 2014. Les organisations sont : Cercle català de negocis, l’associacionisme cultural català, Sobirania i Justícia, Associació catalana de professionals, Ciemen, Fundació Catalunya Estat, Plataforma per la llengua, Sobirania i Progrès, Collectu Emma, la Fàbrica et Plataforma pro-Seleccions esportives catalanes.

43 Double sens de l’expression. D’une part, le sens réel « fer via » signifie s’unir à la voie et, d’autre part, le sens figuré signifie se presser afin d’atteindre un objectif. On doit à Tirant lo Blanc « fer la via » dans le sens d’aller vers un but.

44 Le lecteur peut consulter une bibliographie déjà importante sur les mouvements sociaux : Donatella Della Porta et Mario Diani, Social Mouvements : an introduction, Londres, Blackwell, 2006 ; Enric Prat (dir.), Els moviments socials a la Catalunya contemporània, Barcelone, Publicacions i edicions de la Universitat de Barcelona, 2004 ; Benjamín Tejerina Montaña, La sociedad imaginada : movimientos sociales y cambio cultural en España. Madrid, Trotta, 2010 ; Manuel Castells, Redes de indignación y esperanza : los movimientos sociales en la era de Internet, Madrid, Alianza editorial, 2012 ; Josep Fontana, El futuro es un país extraño : una reflexión sobre la crisis social de comienzos del siglo XXI, Barcelone, Pasado & Presente, 2013.

45 Josep Fontana, op. cit., 2013. Voir de même Josep Fontana, « Espanya i Catalunya : tres-cents anys d’història », Leçon inaugurale du Simposi Espanya contra Catalunya : una mirada histórica, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, mis en ligne le 12 décembre 2013, [http://www.youtube.com/watch?v=3rw-OHM4ysc], consulté le 23 de mars 2014.

46 Francisco Fernández Moreno, Spanish Revolution. Ensayo sobre los lenguajes indignados, Madrid, UnoyCero ediciones, 2013.

47 La composition du Parlement catalan depuis les élections du 10 décembre qui ont porté Artur Mas à la présidence de la Generalitat de Catalogne est la suivante : 62 sièges pour CiU, 28 pour le PSC, 18 pour le PPC, 10 pour ERC, 10 pour ICV-EUiA, 4 pour SI (Solidarité catalane pour l’Indépendance) et 3 pour C’s (Citoyens).

48 Javier De Lucas, « Crisis de la democracia, ciudadanía, desobediencia », conférence plénière prononcée dans le cadre du Congreso Internacional Nuestro Patrimonio Común : Movimientos sociales, université de Cadix, 20 mai 2013.

49 Actes du secrétariat national du 8 septembre 2012.

50 Source : [http://assemblea.cat/?q=node/31], consulté le de 2 mars 2014.

51 Candidature d’Unité populaire-Alternatives de gauche.

52 C’est sous cette désignation qu’il a été nommé par les indépendantistes.

53 [http://premsa.gencat.cat/pres_fsvp/AppJava/notapremsavw/277304/ca/of-2-305-290-catalans-have-taken-part-in-the-9-participative-process.do], consulté le 1er avril 2015.

54 [http://www.ppcatalunya.com/sanchez-camacho-califica-de-papel-mojado-el-preacuerdo-de-hoja-de-ruta-independentista], consulté le 5 avril 2015.

55 [http://www.iniciativa.cat/icv/news/54829], consulté le 5 avril 2015.

56 La progression de Podemos depuis les élections européennes de mai 2014, ainsi que l’apparition de Citoyens (depuis les élections catalanes de 2010, Ciutadans/Ciudadanos, né en 2006, possède 9 sièges), peut remettre en cause le bipartisme, une perspective qui fait peur aux deux partis majoritaires et nationaux, le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Lors des dernières élections anticipées en Andalousie qui ont eu lieu le 22 mars 2015, les deux partis Citoyens et Nous Pouvons ont obtenu des sièges. En effet, la composition actuelle est la suivante : PSOE : 47 sièges, PP : 33, Podemos : 19, Ciudadanos : 9, IU-Verts-Convocation pour l’Andalousie : 5.

57 Centre d’estudis d’Opinió, Baròmetre d’Opinió Política, 1a onada de 2014, n° 746, Barcelone, Generalitat de Catalunya, 30 avril 2015.

Auteur

Professeure des universités en espagnol à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense et co-directrice du Centre de recherches ibériques et ibéro-américaines (EA 369 Etudes Romanes).

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search