Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Contester en Espagne 3. Le renouveau du mouvement répu...

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Première partie. De la crise économique au renouveau de la contestation sociale

3. Le renouveau du mouvement républicain : de la nostalgie à la défiance citoyenne

Alicia Fernández García

Texte intégral

Marcheur, il n’y a pas de chemin. Le chemin se fait en marchant.
(Antonio Machado, 1912)

  • 1 Les travaux historiques sur ces deux périodes sont très nombreux et documentés. Citons seulement qu (...)
  • 2 Sur la Seconde République, voir l’étude classique de Javier Tusell, Las Constituyentes de 1931 : un (...)

1Au cours des dernières années, les manifestations républicaines afin de célébrer la mémoire de la Seconde République ou de revendiquer l’instauration d’une « Troisième République » qui mettrait fin aux dérives du système politique actuel, ont connu un renouveau certain. Des voix de plus en plus nombreuses, issues principalement de la société civile et des milieux intellectuels, ont appelé à une « seconde transition » afin de dépasser les limites de la constitution de1978. Mais l’histoire moderne et contemporaine du républicanisme en Espagne demeure non seulement limitée, mais aussi très controversée. Elle se concentre essentiellement sur deux épisodes, la Première République (11 février 1873-29 décembre 1874), très brève et marquée par l’instabilité politique, et la Seconde République (14 avril 1931-1er avril 1939), qui gouverna en paix pendant seulement cinq ans jusqu’au coup d’État de juillet 1936, qui déclencha la guerre civile et obligea le gouvernement républicain de Largo Caballero et le président socialiste Manuel Azaña à se réfugier à Valence puis à Barcelone de 1937 à19391. Dans la mémoire collective des Espagnols, la Seconde République suscite le plus d’interprétations opposées : symbole d’une tentative de modernisation inachevée pour certains face à la violence d’une partie de la classe dirigeante réactionnaire ; régime honni par les autres, pour avoir exacerbé les divisions identitaires et les conflits idéologiques des années1930 et conduit le pays à l’affrontement sanglant2.

2On comprend donc aisément que la république comme régime politique et le républicanisme comme idéologie ne font pas consensus, loin de là. À l’inverse, il est associé à l’idéal politique de la gauche et demeure rejeté par la droite. Aujourd’hui, le républicanisme est même uniquement revendiqué par une certaine frange de la gauche, minoritaire au niveau des appareils politiques. Seuls deux partis, Izquierda Unida (IU) et Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), se disent clairement « républicains ». L’ERC prône cependant la république avant tout dans le contexte catalan. Le soutien au républicanisme est quoi qu’il en soit plus largement partagé par les bases militantes du PSOE et les Espagnols de gauche. Ainsi, comment expliquer le renouveau du mouvement républicain dans l’Espagne d’aujourd’hui ? La thèse de ce chapitre est que ce renouveau du républicanisme, qui demeure toutefois minoritaire, traduit une nostalgie idéalisée de la Seconde République, mais doit surtout être compris comme un symbole fort de défiance politique et de volonté de changement des citoyens.

3En replaçant les mouvements sociaux récents dans le contexte de crise économique et sociale du pays depuis 2008, ce chapitre cherche à déceler les raisons du renouveau de la sympathie à l’égard du régime républicain, tout en évaluant la portée de ces mobilisations. Il s’agira de s’intéresser dans le détail aux principaux groupes et collectifs politiques et sociaux qui se sont mobilisés lors des dernières années autour de l’enjeu républicain. Par là même, nous chercherons à mettre en avant leurs principales revendications, et à réfléchir plus globalement sur la capacité d’influence de ce secteur d’opinion. En s’appuyant sur des travaux historiographiques, la première partie retrace brièvement les principales réalisations et les dilemmes de la Première et de la Seconde République, puis illustre à travers des exemples récents, comment la mémoire républicaine demeure intimement liée à la question des victimes de la guerre civile. La seconde partie porte sur les mobilisations contemporaines, en montrant comment le mouvement républicain se situe à la confluence des mouvements sociaux, la « Troisième République » agissant comme un idéal rassembleur, et l’abdication du roi Juan Carlos Ier ayant joué le rôle d’un événement déclencheur d’une repolitisation de la question du régime politique de l’Espagne. La troisième partie étudie le lien entre la revendication républicaine et les mouvements indépendantistes et régionalistes en Catalogne, au Pays basque et en Galice. Enfin, la conclusion propose une réflexion critique sur les mobilisations des dernières années, l’influence et les perspectives futures du républicanisme en Espagne.

La mémoire historique républicaine en Espagne

La Première République : l’image négative de la « République de 1873 »

  • 3 Stéphane Michonneau, « Le Sexenio démocratique 1868-1874 », dans Jordi Canal (dir.), Histoire de l’ (...)

4La Première République fut le régime politique de l’Espagne du 11 février1873 au29 décembre1874. Il s’inséra dans le cadre du sexennat démocratique enclenché par la révolution de 1868, qui déboucha sur le règne d’Amadeo Ier, puis sur la République suite à l’abdication le 11 février 1873 de ce dernier, acculé par la troisième guerre carliste, le conflit de Cuba, l’opposition des monarchistes partisans de la restauration d’Alfonse de Bourbon (fils d’Isabel II) et les insurrections républicaines3. La Première République prit fin suite au coup d’État du général Arsenio Martínez-Campos qui donna lieu à la restauration bourbonienne. Elle fut très brève et caractérisée par l’instabilité politique : durant ses onze premiers mois d’existence, elle enchaîna quatre présidents issus du Parti républicain fédéral. Le premier gouvernement d’Estanislao Figueras dut faire face à une situation de crise économique et sociale dans le contexte de la crise mondiale de 1873, marquée par l’augmentation du chômage et des grèves à répétition. En Andalousie, la république était associée symboliquement à la réforme agraire par les paysans sans terre des latifundios, des domaines agricoles immenses, propriétés le plus souvent de nobles hidalgos issus de l’aristocratie madrilène : les paysans demandèrent ainsi la parcellisation immédiate des terres, entraînant de nombreux conflits locaux.

  • 4 Jorge Vilches, op. cit., 2001, p. 370.
  • 5 Josep Fontana, op. cit., 2007, p. 371-372.
  • 6 Jorge Vilches, op. cit., 2001, p. 372.

5La Première République peina à faire respecter l’ordre public, notamment en raison de la présence de « juntes révolutionnaires » qui défièrent le pouvoir de l’administration centrale et des mairies. Les « Volontaires de la République », une milice tolérée par le gouvernement, s’opposèrent4 aux « Volontaires de la Liberté », la milice monarchiste fondée durant le règne d’Amadeo Ier . Les radicaux, qui défendaient la république unitaire, s’opposaient aux républicains fédéralistes, comme l’illustre la caricature du quotidien satirique La Flaca de 1873, eux-mêmes divisés entre les fédéralistes « modérés » et « intransigeants5 ». Plusieurs coups d’État déstabilisèrent le régime, notamment ceux du radical, président de l’Assemblée nationale Cristino Martos le 24 février puis le 8 mars, et à nouveau le 23 avril 1873, avec l’appui du général Pavia et du Parti constitutionnel, d’orientation conservatrice6. Les républicains fédéralistes « intransigeants », qui dominaient la députation de Barcelone, proclamèrent de même l’État catalan en mars 1873.

Photo 3.1. Caricature de la Ire République, revue satirique La Flaca, 3 mars 1873

Photo 3.1. Caricature de la Ire République, revue satirique La Flaca, 3 mars 1873
  • 7 Dans les quelques districts où une compétition électorale eut toutefois lieu, celle-ci s’organisa u (...)
  • 8 Jorge Vilches, op. cit., 2001, p. 381.
  • 9 La troisième guerre carliste (21 avril 1872-28 février 1876), désigne l’affrontement qui opposa, d’ (...)
  • 10 La révolution cantonale est un mouvement politique qui se fit jour en juillet 1873 par une grève ré (...)

6Les élections du10 au13 mai1873 illustrèrent bien le manque de légitimité du régime : non seulement les carlistes (en guerre depuis 1972) et les monarchistes partisans d’Alfonse de Bourbon dirigés par Cánovas del Castillo ne reconnaissaient pas la République, mais les radicaux, les membres du Parti constitutionnel et même les organisations ouvrières proches de l’Internationale socialiste boycottèrent le scrutin, de telle sorte qu’il n’y eut pas de véritable lutte électorale7. Avec60 % d’abstention, ces élections comptent parmi les moins mobilisatrices de l’histoire de l’Espagne : en Catalogne, seul 25 % de l’électorat se rendit aux urnes et 28 % à Madrid, et ce, malgré l’abaissement de l’âge du droit de vote de25 à21 ans8. Les Espagnols doutaient beaucoup de la république. Le coup d’État du général Pavia, le 3 août 1874, remit en cause le fédéralisme et instaura une république unitaire, dirigée par le général Serrano, qui était d’ailleurs devenu le nouveau dirigeant du Parti constitutionnel. En parallèle avec l’instabilité gouvernementale et l’opposition entre partisans d’un régime fédéral ou unitaire et centralisé, la Première République dut faire face simultanément à trois conflits : la troisième guerre carliste (1872-1876)9, la révolution cantonale10 et la guerre des Dix Ans, première guerre d’indépendance de Cuba (1868-1878).

  • 11 Ce discours fut revu et corrigé, publié puis réédité par la suite. Cf. José María Jover Zamora, op. (...)
  • 12 Ibid., p. 81.
  • 13 Ibid., p. 82.

7Lors de son discours d’investiture à la Real Academia de la Historia en 1978, l’historien José María Jover Zamora dédia son exposé à la « réalité et aux mythes de la Première République ». Il montra combien la vision que l’on conserve de ce régime en Espagne reste stéréotypée et déformée. Il insista sur le caractère exagéré du parallèle parfois fait entre la révolution cantonale, très localisée et dont les effets furent limités, et la Commune de Paris, qui eut à l’inverse un impact mondial. S’il reconnut largement l’instabilité du régime et ses crises internes, Zamora mit en évidence la tendance de l’historiographie postérieure et d’importants historiens comme Manuel de la Revilla ou Marcelino Menéndez y Pelayo à promouvoir une « image de la République de1873 » trop détachée de sa situation historique de référence et déformée par une vision conservatrice hostile stigmatisant le fédéralisme comme « absurde » et l’associant au « séparatisme »11. Ainsi, les déboires de la Première République, mais aussi les interprétations dominantes formulées dans les années et les décennies qui suivirent, décrédibilisèrent durablement le régime républicain en Espagne, en l’associant à l’« instabilité », au « désordre », à la « crise d’autorité », à la « collectivisation », au « socialisme » et à l’« utopie »12. Autant de représentations sociales négatives qui contribuèrent à cimenter l’imaginaire collectif des Espagnols de la fin du xixe et du début du xxe siècle. En 1979, malgré le rétablissement de la démocratie, le Dictionnaire de la langue espagnole de la Real Academia Española associait encore la république à un « lieu où règne le désordre pour excès de libertés13 ».

La Seconde République : une image très clivée

  • 14 Genoveva García Queipo De Llano, El reinado de Alfonso XIII. La modernización fallida, Madrid, Hist (...)
  • 15 Santos Julia, op. cit., 2009, p. 20.

8Suite à la démission du général Miguel Primo de Rivera en janvier 1930, le roi Alfonse XIII nomma le général Dámaso Berenguer chef du gouvernement dans le dessein de revenir à la « normalité constitutionnelle ». Mais l’expérience, qui ne dura que jusqu’en février 1931, connue comme la « Dictablanda » (la « dictature douce »), fut peu concluante. La monarchie et les anciens partis dynastiques étaient d’autant plus discrédités qu’ils avaient soutenu le régime de Primo de Rivera14. Les élections municipales du12 avril1931 ne furent pas un triomphe pour les républicains, notamment dans les campagnes. Mais le fait que le vote rural ait été complètement déformé par l’influence et les pressions sociales des « caciques », relais locaux des élites conservatrices et monarchistes, délégitima celui-ci, alors que les républicains remportèrent de larges victoires dans 41 capitales de province, dont Madrid et Barcelone, ce qui les incita à instaurer immédiatement la république15.

  • 16 Sur ce point, voir Juan Pablo Fusi, « Nacionalismo y revolución : Octubre de 1934 en el País Vasco  (...)

9La Seconde République fut ainsi le régime politique démocratique sous lequel vécut l’Espagne entre le 14 avril 1931, date de sa proclamation, et le 1er avril 1939, date du début de la guerre civile qui déboucha sur la dictature franquiste (1939-1975). Après la mise en place du gouvernement provisoire (avril-décembre1931) qui approuva la constitution de 1931, la période durant laquelle la Seconde République gouverna « en paix » peut être divisée en trois phases. La première, de 1931 à 1933, permit à la coalition républicaine et socialiste dirigée par Manuel Azaña de mener à bien plusieurs réformes qui modernisèrent le pays. La seconde, de 1933 à 1935, considérée par la gauche comme une période réactionnaire, permit au gouvernement du parti républicain radical d’Alejandro Lerroux, avec l’appui de la droite catholique, la Confédération espagnole des droites autonomes (CEDA), de revenir sur une partie des réformes menées jusqu’alors. Durant cette période se produisit la révolution de 1934, une révolte populaire qui déboucha sur une véritable insurrection en Asturies et fut réprimée dans le sang par l’armée16. La troisième période fut marquée par la victoire du Front populaire, la coalition des gauches, lors des élections législatives de 1936 : le Front ne put gouverner que cinq mois en raison du coup d’État des17 et18 juillet1936 qui entraîna la guerre civile.

10Durant la guerre, de 1936 à 1939, trois gouvernements républicains se succédèrent, dont aucun ne parvint à faire respecter le monopole de la violence de l’État central et la légalité républicaine sur son propre territoire. Le gouvernement républicain de José Giral dut ainsi composer avec des centaines de comités républicains d’autodéfense formés suite à la révolution sociale de1936. Le gouvernement du socialiste Francisco Largo Caballero (septembre 1936-mai 1937), ex-dirigeant de l’Union générale des travailleurs (UGT), fut même obligé de composer avec la pression des anarchistes de la Confédération nationale du travail (CNT), qui avaient joué un rôle central dans la révolution, organisèrent des grèves insurrectionnelles et des actions directes pour prendre le contrôle des usines, et formèrent de nombreuses milices d’autodéfense, notamment en Catalogne. Depuis Barcelone, le gouvernement du socialiste Juan Negrín (mars1937-mars1939) chercha à résister jusqu’au bout à l’avancée des troupes « nationales », avant de prendre la route de l’exil, suite au coup d’État du général Casado.

  • 17 Santos Julia, op. cit., 2009, p. 30-35.

11La Seconde République eut à son actif des avancées sociales et politiques sans précédent. Dans ses principes fondamentaux, la constitution de 1931 proclama la séparation de l’Église et de l’État, le caractère laïc des institutions nationales et le principe de l’élection des responsables publics. Elle supprima aussi la seconde chambre trop aristocratique, reconnut le mariage civil et le divorce et imposa le suffrage universel, donnant ainsi aux femmes la possibilité de voter pour la première fois en193317. Une réforme agraire fut mise en place en 1932, de même que de nouveaux statuts d’autonomie en Catalogne, au Pays basque et en Galice. De nouveaux droits furent donnés aux travailleurs. Comme le souligne bien Mercedes Yusta, les importants progrès sociaux mais aussi les nombreux défis auxquels la Seconde République dut faire face ont donné corps à des interprétations opposées et très difficilement réconciliables sur les mérites ou au contraire les responsabilités de ce régime :

  • 18 Mercedes Yusta, « La Seconde République », dans Jordi Canal (dir.), op. cit., 2014, p. 173.

On trouvera difficilement dans l’histoire de l’Espagne une période aussi controversée que celle de la Seconde République. Pour les uns, elle représente une occasion unique de moderniser l’Espagne qui fut brutalement étouffée par ceux qui ne voulaient pas perdre leurs privilèges. Pour les autres, c’est la période qui exacerba les divisions et les conflits qui fracturaient la société espagnole, jusqu’à la faire éclater lors d’une sanglante guerre civile dont les politiciens républicains seraient partiellement, sinon totalement, responsables18.

12C’est pourquoi, dans la mémoire collective espagnole, la Seconde République demeure davantage jugée à partir des événements historiques qui lui sont postérieurs, la guerre civile puis la dictature franquiste, plutôt qu’à partir d’une analyse du régime lui-même, de ses succès et de ses limites. La Seconde République demeure plus associée au traumatisme de la guerre civile qu’à ses nombreuses avancées sociales et politiques et à sa contribution à la modernisation de l’Espagne. Pour beaucoup, elle symbolise aussi le passé, une expérience certes novatrice pour l’époque, mais dont le prix à payer a été trop lourd dans le contexte espagnol. La propagande franquiste a d’ailleurs largement contribué à délégitimer ce régime, semant le doute dans les mémoires collectives en falsifiant allégrement l’histoire et en lui faisant porter la responsabilité de la guerre civile.

Républicanisme et victimes de la guerre civile

  • 19 Sur la question de la gestion de la « mémoire historique », l’ouvrage de Paloma Aguilar Fernández c (...)

13De nos jours, l’idée d’un retour à la république séduit d’abord les descendants des républicains et des victimes de la guerre civile, de même que les personnes qui ont personnellement vécu la répression franquiste. Pour cette frange de la société espagnole, la Seconde République se remémore avec nostalgie et symbolise l’idéal d’un régime démocratique et républicain, sans personnalisation excessive du pouvoir. La monarchie est perçue comme « illégitime », sachant que Juan Carlos Ier a été choisi et promu par Franco lui-même en 1969, et qu’elle aurait été imposée lors de la transition sans consultation des Espagnols. S’il est clair, comme le rappelle Paloma Aguilar Fernández dans son œuvre magistrale, que la restauration de la monarchie a constitué un élément clé du « compromis » de la transition, permettant de convaincre les élites de l’ancien régime franquiste et de la droite conservatrice d’accepter le nouveau système démocratique (ce qui semblerait confirmer l’argument d’une « imposition » de la monarchie), il ne faut toutefois pas oublier que les Espagnols se sont prononcés par référendum et ont massivement approuvé la constitution de197819. Il est vrai qu’un référendum qui aurait exclusivement porté sur la forme de l’État, proposant le choix entre république et monarchie, n’a pas été organisé. Une telle consultation aurait redonné corps au clivage issu de la guerre civile entre les républicains et les conservateurs que le pacte de la transition cherchait justement à effacer. Mais, en plébiscitant la constitution de 1978, qui précise bien dans son article 3 que la forme de l’État est une monarchie parlementaire, les Espagnols ont réinstauré la monarchie sur de nouvelles bases démocratiques, et lui ont donné la légitimité originelle qu’elle nécessitait.

  • 20 Pour Sandrine Lefranc, spécialiste de la « justice transitionnelle », toute transition démocratique (...)

14Ce rappel des circonstances historiques qui ont présidé à la restauration de la monarchie lors de la transition permet de bien comprendre pourquoi la nostalgie de la Seconde République subsiste encore en Espagne, mais demeure un phénomène social assez minoritaire. Elle touche surtout une génération de personnes plutôt âgées, issues des milieux communistes et républicains, pour qui la transition a été vécue comme une évolution incomplète : elle n’a pas débouché sur une restauration de la république, idéalisée comme le régime le plus démocratique possible, ni même permis de punir les crimes franquistes. Certes, la loi sur la mémoire historique approuvée par le Congrès des députés le31 octobre2007 durant le premier mandat du socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, a reconnu symboliquement les souffrances de toutes les victimes de la guerre civile et de la dictature franquiste. Mais cette loi ne facilite pas l’ouverture des fosses communes, dans lesquelles se trouvent les restes de victimes et de disparus, qui est effectuée par des associations locales privées le plus souvent. La loi n’a pas non plus imposé une remise en cause totale de la présence des symboles franquistes dans les espaces publics : de nombreuses rues des villes et des villages d’Espagne arborent encore les noms de militaires responsables du coup d’État de 1936 et de dignitaires franquistes. Pour les descendants des personnes disparues, la transition symbolise donc toujours un « pacte de l’oubli » imposé au détriment des victimes et de la recherche de justice20.

  • 21 Joaquín Gil, « Hay que luchar por la III República », El País, 6 décembre 2011.

15Quelques exemples tirés de l’actualité récente permettent d’illustrer tant la nostalgie liée à la revendication républicaine, que son caractère minoritaire. À Madrid, le 6 décembre 2011, mille personnes se sont ainsi réunies pour manifester et rendre hommage au dirigeant communiste Julián Grimau, qui mourut en tombant d’une fenêtre en cherchant à échapper à la police franquiste21. De même, dans le cadre des protestations des indignés, le groupe des « Iaioflautas » a montré l’incorporation de la revendication républicaine au sein de ce nouveau mouvement social : en demandant « vérité, justice et réparation » pour les victimes de la guerre civile et du franquisme, ce collectif composé de personnes souvent âgées de plus de soixante-dix ans, a cherché à mettre en évidence le caractère actuel de ses revendications. La dénonciation des crimes de la guerre civile et de l’impunité est un élément central qui, aux yeux de ce secteur de la société, illustrerait les limites du système politique actuel issu de la transition. Par exemple, en avril 2014, la plateforme Séville pour la République, en présence du coordinateur d’IU pour l’Andalousie, Antonio Maíllo, a organisé un hommage aux victimes du soulèvement militaire de juillet1936 sur le lieu de la fosse commune du cimetière de San Fernando.

  • 22 Jusqu’en 1931, les républicains espagnols célébraient l’anniversaire de la Première République le 1 (...)

16Dans plusieurs villes et villages d’Espagne, des drapeaux de la Seconde République sont hissés symboliquement par des maires républicains lors de la date anniversaire de sa proclamation, le 14 avril de chaque année. En 2010, lors du 79e anniversaire de la Seconde République, un drapeau de 79 m de long a été tiré par le PCE sur la Puerta del Sol à Madrid22. En 2012, ce fut aussi le cas à Palomares del Río dans la province de Séville, une petite ville dirigée par Juana Caballero à la tête d’une coalition entre IU et la Coalition andalouse. Les autorités de Villaverde del Río, une localité gouvernée par la même coalition, décidèrent aussi d’orner la mairie du drapeau républicain pendant une semaine à côté des autres drapeaux (de l’UE, de l’Espagne et de l’Andalousie), avant d’être condamnées à le retirer par le tribunal administratif de Séville.

  • 23 « Miles de personas claman en Madrid por la III República », El País, 14 avril 2014.

17Le 14 avril 2014, deux mille cinq cents personnes ont à nouveau défilé à Madrid de la Plaza de Cibeles jusqu’à la Puerta del Sol en empruntant la rue Alcalá, en mémoire de la proclamation de la Seconde République23. Même si l’aversion de ces personnes à l’égard de la monarchie se comprend assez aisément pour les raisons historiques et familiales mentionnées précédemment, force est toutefois de constater que l’idéalisation de la Seconde République n’est pas partagée par la majorité des Espagnols, pour qui ce régime symbolise le passé et ses démons. La nostalgie de la Seconde République demeure minoritaire en ce qu’elle est associée symboliquement à un « retour en arrière ». Le propos d’un lecteur du quotidien El País de Majadahonda (Madrid) est parfaitement révélateur :

  • 24 Carlos Oliva, « La bandera de la República », Majadahonda, Cartas al lector, El País, 18 mai 2013.

Je ressens une grande sympathie pour le drapeau tricolore, mais plutôt que de mobiliser en faveur de la République du futur, je pense qu’elle implique un frein pour beaucoup de gens. Ce drapeau symbolise une idée de retour en arrière, avec une époque que nous cherchons tous à oublier. […] Si nous avons évacué de nos vies les symboles fascistes et autoritaires du régime franquiste, il n’y a aucun sens à revendiquer le futur en enlevant la poussière sur des photos en noir et blanc. La République, comme système politique moderne fondé sur l’égalité devant la loi, le libre choix des représentants publics, la séparation et le contrôle des pouvoirs de l’État, et la pratique du respect et de la tolérance, est inévitablement notre futur. Mais nous avons besoin de nouveaux symboles, de toutes les couleurs, en haute définition et sans connotations négatives pour personne. Le drapeau tricolore ne fut pas celui de la première République de 1873, et il n’y a pas de raison pour qu’il soit celui de la République espagnole du futur24.

Le mouvement républicain à la confluence des mouvements sociaux

La « Troisième République », un concept rassembleur

  • 25 La principale différence était surtout liée au fait que le parti libéral soutenait un plus importan (...)
  • 26 Sur le système politique de la Restauration, cf. Jordi Canal (dir.), Histoire de l’Espagne contempo (...)

18La revendication d’une « Troisième République » est un concept rassembleur pour l’ensemble des mouvements sociaux très divers qui se situent dans l’opposition au gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Les dérives du bipartisme figé issu de la transition, la corruption, de même que les politiques menées ces dernières années, guidées par l’austérité, les coupes budgétaires et la remise en cause de nombreux droits sociaux, sont très largement critiquées. Ces multiples griefs permettent de mieux idéaliser les alliances politiques, la reconnaissance des spécificités identitaires de certaines régions espagnoles et les avancées sociales de la Seconde République. D’une certaine manière, il est vrai que l’alternance figée entre le PP et le PSOE donne l’image d’un système à bout de souffle, ce qui suscite la comparaison avec le « turnismo » du système politique conservateur de la Restauration (1875-1923), lorsque le parti libéral de Práxedes Mateo Sagasta et le parti conservateur d’Antonio Cánovas del Castillo, deux organisations oligarchiques favorables à la monarchie, alternaient au pouvoir sans véritablement se différencier25. Les critiques mettent en avant les nombreuses affaires de corruption qui ont éclaboussé les deux partis dominants ces dernières années, et leur manque de volonté commune de lutter contre « l’affairisme » de leurs élites politiques locales et nationales, des dérives qui constitueraient autant de réminiscences du clientélisme et des « caciques » des deux partis dynastiques de la Restauration26.

19Mais la Seconde République est aussi largement idéalisée : on oublie vite l’instabilité, les sabotages, les attentats des groupes anarcho-syndicalistes et les affrontements politiques sans concession, à l’origine du climat néfaste de luttes idéologiques exacerbées qui a mené à la guerre civile. Il est d’ailleurs tout à fait significatif de noter que plus que « contre la monarchie », les personnes qui se sont mobilisées au cours des dernières années en faveur d’une IIIe République, ont avant tout manifesté « contre les élites » en général, et principalement contre le bilan passé du PSOE et la gestion actuelle du PP. Le propos de María, une jeune étudiante catalane de vingt-deux ans, rapporté par le quotidien El Mundo lors des manifestations de juin 2014, est ici assez révélateur :

  • 27 El Mundo, 3 juin 2014, p. 3.

Je pense que le système politique de 1978 ne marche plus. Chaque jour, nous voyons ses limites avec la multiplication des affaires de corruption qui touchent les élites. Mais les deux grands partis s’entendent pour ne rien changer, pour maintenir des lois qui favorisent l’impunité et ne permettent pas la transparence. C’est pour cela que je suis en faveur du référendum. Même si je suis contre la monarchie, je suis plus contre nos dirigeants. Je comprends que cela semble bizarre, mais c’est ainsi27.

20On voit bien comment, même si certains se mobilisèrent très clairement contre l’institution monarchique elle-même, d’autres manifestèrent leur mécontentement plus général à l’égard du système politique dans son ensemble, et à l’encontre des partis dominants en particulier. Le mouvement républicain doit donc être analysé comme un catalyseur des revendications plurielles des mouvements sociaux.

  • 28 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, 201 (...)

21En effet, il permet de réunir autour d’un concept et d’un horizon politique commun, des personnes qui se sont mobilisées autour d’enjeux sociaux pourtant distincts depuis la crise de2008 : « marée verte » contre les coupes budgétaires dans l’éducation ; « marée blanche » contre les privatisations et la remise en cause de l’assistance universelle dans le secteur de la santé ; syndicats contre la réforme du travail ; collectifs féministes voyant dans la République un régime plus à même de favoriser l’égalité hommes-femmes, jeunes chômeurs et précaires pour qui le système politique de 1978 n’a pas tenu ses promesses, etc. Le concept de « Troisième République » permet de rassembler des personnes issues de mouvements sociaux distincts et aux revendications plurielles derrière une même matrice revendicative. Les mobilisations de juin2014 illustrèrent d’une certaine manière l’essor de la « démocratie d’imputation » évoquée par Pierre Rosanvallon, caractérisée selon lui par la tendance avérée dans les sociétés contemporaines à se mobiliser « contre » tel ou tel projet de façon réactive, malgré la difficulté à mobiliser « en faveur » d’un projet de réforme ou d’une institution28. Le propos de Leandro Pullido, un délégué du syndicat Comisiones Obreras, illustre bien cette confluence des mouvements sociaux :

  • 29 « Manifestaciones multitudinarias por la República », La Vanguardia, 5 juin 2014.

Nous sommes ici dans cette manifestation républicaine car nous allons nous rendre à l’ensemble des manifestations convoquées par des mouvements de gauche. Parce que nous sommes contre les expulsions, contre les coupes budgétaires, et bien sûr, contre la réforme du travail. Revendiquer la République, c’est revendiquer un autre modèle social et politique29.

  • 30 Pour Francisco Pérez Esteban, le porte-parole de la Junta Estatal Republicana, qui est d’ailleurs a (...)

22Lors de ces mobilisations, les descendants des victimes républicaines de la guerre civile, les militants du Parti communiste d’Espagne et d’Izquierda Unida, de même que de nombreux jeunes, issus notamment du mouvement des indignés, ont constitué les principaux collectifs mobilisés. Le collectif Junta Estatal Republicana a joué un rôle central dans la convocation de ces manifestations, recueillant de même une pétition de 100000 signatures en faveur d’un référendum30. Lors de chaque manifestation républicaine à Madrid, des manifestations concomitantes ont eu lieu dans les grandes villes des provinces espagnoles, notamment en Andalousie où Izquierda Unida, le parti le plus nettement républicain, a le plus d’influence. Pour les jeunes et les étudiants qui sont nés après la transition, la figure du roi Juan Carlos n’est pas associée à son rôle de médiateur lors de la transition ou à sa défense des institutions démocratiques lors de la tentative de coup d’État du 23 février 1981. Il symbolise à l’inverse un régime vieillissant, monarchique et donc héréditaire, qui renvoie indirectement à l’endogamie et aux tendances oligarchiques qui prévalent dans la classe politique. Le propos de Nino Torre, le dirigeant des Jeunesses socialistes du PSOE, montre bien cela :

  • 31 « Las JSE llevamos la apuesta por la República », Público, 29 avril 2012.

Les Jeunesses socialistes sont républicaines pour des raisons idéologiques, de mémoire et de principes éthiques. La défense de la République fait partie de son identité politique. Le régime monarchique est le résultat hérité d’une génération qui considère cette institution comme un élément unificateur et de stabilité, mais ce n’est plus vraiment le cas pour les jeunes d’aujourd’hui31.

  • 32 « Malaise en Espagne après l’accident de chasse du roi au Botswana », Le Monde, 16 avril 2012.

23Pendant longtemps, la position plus neutre et surplombante de la monarchie lui a permis d’éviter les critiques : le roi, personnage respecté dans le monde pour son rôle historique lors de la transition, représentait le prestige de l’Espagne et permettait d’appuyer la diplomatie du pays sur une figure d’autorité. Il jouait aussi un rôle de rassembleur du monde hispanophone, et de promotion des entreprises et des intérêts de l’Espagne à l’étranger. Mais les dernières années ont terni son image, notamment suite au scandale « Urdangarin », et à son safari controversé à30000 euros au Botswana en pleine crise économique32.

  • 33 Carmen Morán, « Entrevista con Alberto Garzón : Aunque se eligiera Monarquía ya sería un gran avanc (...)
  • 34 Alberto Garzón espinosa, La Tercera República, Madrid, Madrid Ediciones Atalaya, 2014, p. 12.
  • 35 Ibid., p. 15.
  • 36 Ibid., p. 17.
  • 37 Ibid., p. 34.

24Izquierda Unida avec ses branches régionales est le seul parti qui milite très clairement pour l’instauration d’une Troisième République, et par défaut, pour l’organisation d’un référendum sur la forme de l’État. Le nouveau dirigeant d’IU, Alberto Garzón, propose ainsi un « référendum consultatif », sans forcément qu’il soit directement suivi d’effets juridiques, afin de pouvoir consulter les citoyens sur la forme de l’État espagnol : pour lui, « même si les citoyens choisissaient la monarchie, ce serait une grande avancée de les consulter »33. Dans son récent ouvrage La Troisième République, il plaide pour « un changement des règles du jeu afin de se doter de mécanismes pour combattre la corruption et faciliter la transparence en politique34 ». La république constituerait selon lui le « symbole de cette nouvelle politique35 ». Il évoque le fait que « la modernisation des institutions est beaucoup plus lente et insuffisante par rapport aux demandes des citoyens, en raison des résistances et des intérêts des deux partis dominants à maintenir le système en place, notamment en ce qui concerne le flou autour du financement des partis et les entraves à l’indépendance de la justice36 ». Il note de même l’émergence d’une « jeunesse républicaine » beaucoup plus critique à l’égard de la monarchie que la génération antérieure, estimant ainsi que « les bases du PSOE sont républicaines, mais que l’appareil du parti parle pour elles dans un sens contraire37 ».

  • 38 Le parti citoyens d’Albert Rivera, symbole de la « nouvelle politique » avec Podemos dirigé par Pab (...)
  • 39 « Manifestaciones republicanas en Catalunya », La Vanguardia, 3 juin 2014.
  • 40 L’ex dirigeant du PSOE, Alfredo Pérez Rubalcaba déclara ainsi que « la succession de Juan Carlos Ie (...)
  • 41 Lors des primaires du parti du 13 juillet 2014, José Antonio Pérez Tapias, représentant du courant (...)

25Même si certains des constats d’Alberto Garzón peuvent être justes, force est de constater que l’influence de IU est déclinante. Certes, le parti bénéficié d’un regain de sympathie entre 2009 et 2012, au plus fort de la crise, avec notamment une hausse des intentions de votes en sa faveur dans les sondages, mais l’ascension de Podemos et des partis de la « nouvelle politique » semble jouer très en défaveur d’une formation qui demeure associée à la « vieille politique »38. Lors des manifestations républicaines des dernières années, bien peu furent ceux qui pouvaient nommer l’actuel secrétaire général du PCE, José Luis Centella. Lors d’une manifestation à Barcelone, un jeune manifestant demande d’ailleurs à un journaliste de La Vanguardia : « Il existe encore le parti des communistes ? », ce qui montre bien que pour les jeunes, la coalition est associée à une époque révolue39. Même si le concept de « Troisième République » rassemble une part importante des mouvements sociaux qui s’opposent aux politiques d’austérité, au gouvernement du PP et qui dénoncent la corruption, parmi les partis politiques, seuls IU et les partis régionalistes ou indépendantistes (EH Bildu, ERC et BNG) plaident pour un changement de régime. Mais comme nous le verrons, ces derniers défendent plus une évolution du statut de leur communauté autonome respective, qu’ils ne s’identifient à un changement de la forme de l’État central. Enfin, le PSOE demeure favorable à la monarchie et voit en Philippe VI le respect de la constitution et de la normalité institutionnelle40. Sa base militante est toutefois plus partagée et les jeunesses du parti sont ouvertement républicaines41.

Les manifestations républicaines lors de l’abdication de Juan Carlos

  • 42 Àngels Piñol et Jesús Servulo González, « Miles de personas reclaman un referéndum sobre la Monarqu (...)
  • 43 Le slogan exact en valencien était « Per la República, els processos constituents, el dret a decidi (...)
  • 44 « Miles de personas piden en la calle un referéndum por la república », El Mundo, 7 juin 2014.

26Les manifestations républicaines les plus importantes des dernières années eurent lieu lors de l’abdication de Juan Carlos Ier. Ces mobilisations citoyennes furent essentiellement spontanées, effectuées la plupart du temps sans convocation préalable ni demande d’autorisation, suite à la propagation de la nouvelle sur les réseaux sociaux42. Le 6 juin 2014, 4000 personnes se réunirent ainsi à Valence, et environ 1000 personnes respectivement à Castellón de la plana et à Alicante, reprenant le slogan « Pour la République, les processus constituants, le droit à décider et le référendum43 ». La revendication républicaine était ainsi mêlée à celle du « droit à décider », concernant tant la forme de l’État que l’indépendance ou non des « Pays catalans », au sein desquels les indépendantistes incluent la communauté valencienne et son important groupe de locuteurs du catalan. Les mouvements de jeunesse Democracia Real Ya et Juventud Sin Futuro relayèrent activement l’appel à manifester. Quarante organisations de la communauté valencienne, des syndicats, des partis et des mouvements sociaux participèrent à ces manifestations44.

  • 45 Cristina Vázquez, « 40 entidades se unen para reivindicar la república », El País, 6 juin 2014.
  • 46 « IU comunica al Gobierno una manifestación para pedir un referéndum », El País, 4 juin 2014.
  • 47 « Un día como cualquiera », El País, 19 juin 2014.

27Parmi ces entités figuraient Compromís, Esquerra Unida del País Valencia (EUPV), Podemos, le PCE, les syndicats CC. OO et Intersindical Valenciana, de même que d’autres organisations comme Acció Cultural, les assemblées du 15-M, la PAH ou le collectif de la Marche pour la dignité45. IU convoqua de même une grande manifestation à Madrid le samedi7 juin201446. Dans l’ensemble, les manifestations furent importantes lors de l’abdication de Juan Carlos Ier, puis déclinèrent lors de la proclamation du nouveau roi Philippe VI le 19 juin, preuve du caractère réactif et conjoncturel de ces mobilisations. Ainsi, le 19 juin, seuls 400 sympathisants républicains se mobilisèrent dans la rue à Valence. À Alicante, trois manifestations successives réunirent respectivement 3000, 2000 puis 1000 personnes environ. Lors de la proclamation du nouveau roi, il n’y eut pas de contestation massive, mais pas vraiment d’engouement non plus dans la plupart des villes espagnoles47. Comme le notèrent de nombreux journalistes et observateurs, hormis sur le trajet du convoi royal, peu de drapeaux de l’Espagne flottèrent aux balcons le jour de l’intronisation de Philippe VI : le sentiment le plus partagé fut une certaine forme de résignation.

  • 48 « Los republicanos exigen que los Borbones se sometan a una consulta », El País, 8 juin 2014.
  • 49 Max Weber, Économie et société, Paris, Flammarion, [1922] 2003, p. 219.

28L’étude des slogans les plus récurrents lors des manifestations permet d’illustrer le discours politique et les principales revendications des groupes mobilisés. Lors des actions collectives dans les villes moyennes de la communauté valencienne, à Gandia, Dénia, Alcoi et Elche, des lycéens et étudiants scandèrent des slogans en faveur d’un « référendum royal maintenant », appelant « Les Bourbons aux élections », ou invoquant « La prochaine expulsion, à la Zarzuela », comme le firent les jeunes d’Alicante48. Plutôt que de mettre en avant la légitimité « historique » de la monarchie, ils critiquaient son absence de « légitimité électorale ». Il est clair que dans la tradition monarchique, en Grande-Bretagne, en Belgique ou ailleurs en Europe, l’institution royale ne se soumet pas au vote des citoyens lors d’élections régulières, puisqu’elle se fonde justement sur le type de « légitimité traditionnelle » évoquée par Max Weber, transmise de façon héréditaire et fondée sur les coutumes et la tradition49. Mais la « tradition » monarchique demeure contestée en Espagne, tant son histoire moderne et contemporaine a été liée à des épisodes répétés de dérives autoritaires et de gestion sulfureuse du pouvoir.

29Les autres slogans principaux des manifestants faisaient référence à des questions d’ordre économique : « Non aux coupes budgétaires », « Le gendre du Bourbon, en prison pour vol » ; « Nous ne sommes pas des paysans, nous sommes des républicains » ; « Pour le déficit, une réforme de la constitution est possible. Pour la monarchie aussi ». D’autres slogans appelaient à une « seconde transition » à travers une réforme des institutions et des pratiques politiques, afin de lutter contre la corruption et d’introduire le respect de certains droits sociaux, comme celui au logement, dans une nouvelle loi fondamentale. En ce sens, on comprend bien que les manifestations républicaines lors de l’abdication de Juan Carlos doivent être analysées à partir du contexte social de l’Espagne d’aujourd’hui, marquée par un sentiment assez répandu d’injustice. Une perception fondée sur un manque d’équité dans l’imposition de politiques d’austérité aux classes populaires touchées de plein fouet par la crise, sur les inégalités de traitement face à la justice et l’impunité des « puissants », ou encore sur la priorité donnée au paiement de la dette publique au détriment d’autres objectifs politiques et sociaux.

Photo 3.2. Manifestation républicaine lors de l’abdication de Juan Carlos Ier, Puerta del Sol, Madrid, 2 juin 2014

Photo 3.2. Manifestation républicaine lors de l’abdication de Juan Carlos Ier, Puerta del Sol, Madrid, 2 juin 2014
  • 50 Jesús Duva, « La policía impedirá exhibir banderas republicanas durante el desfile », El País, 18 j (...)
  • 51 Il est de notoriété publique que la « neutralité » du Tribunal supérieur de justice de la communaut (...)
  • 52 Les directives policières consistèrent à inciter les agents à prendre note des appartements ornant (...)

30Lors de la succession, le 19 juin 2014, une cérémonie marquée par la sobriété, sans invitation de chefs d’État étrangers et sans la présence de Juan Carlos Ier, l’interdiction des drapeaux républicains durant le défilé suscita la polémique50. La police justifia cette mesure en invoquant la loi Corcuera de1992 et une décision du tribunal supérieur de justice (TSJ) de Madrid motivée par le « risque d’affrontements »51. Le « risque réel » et « certain » d’échauffourées selon le TSJ prévalut sur la liberté d’expression pour interdire la manifestation « Revendiquer la République face à la proclamation du nouveau roi ». La police interdit les drapeaux républicains sur le parcours de Philippe VI, même aux balcons, au motif qu’ils pouvaient constituer « des provocations pour les personnes qui suivent le défilé »52. Les drapeaux des récalcitrants furent confisqués. Mais le TSJ reconnut qu’il n’était pas possible de mettre les personnes en détention, sauf dans le cas de désobéissance aux agents et d’altercations. La coordination républicaine de Madrid suspendit donc la manifestation prévue, appelant toutefois les citoyens à « exhiber pacifiquement » le drapeau républicain en symbole de « liberté inconditionnelle ». La loi espagnole n’interdit pourtant pas l’usage d’un drapeau (quel qu’il soit) dans l’espace public. Il ne peut pas y avoir de sanctions. Le TSJ de Madrid annula d’ailleurs récemment un arrêté du maire de Torrelodones, qui cherchait à empêcher IU d’arborer un drapeau républicain durant les fêtes de la ville. Eduardo Madina, alors candidat au poste de secrétaire général du PSOE, déclara « ne pas voir de raison d’interdire les drapeaux républicains ». Pour autant, certains policiers distribuaient des drapeaux espagnols lors du défilé, sortant évidemment de leur rôle, selon une pratique dépourvue de neutralité. Même s’il est clair qu’il s’agissait avant tout de donner au reste du monde une bonne image d’unité et d’une succession monarchique réussie, il apparut aussi toutefois, de façon évidente, que l’argument de la sécurité fut utilisé politiquement par les juges madrilènes et par le gouvernement conservateur afin d’éviter une éventuelle politisation de la cérémonie de la succession.

Républicanisme et indépendantisme

31Le renouveau de la revendication républicaine est aussi allé de pair avec l’essor des mouvements indépendantistes et régionalistes en Catalogne, au Pays basque et en Galice. En effet, ces communautés autonomes ont connu plusieurs manifestations où se sont mêlés républicains et indépendantistes, illustrant une certaine convergence entre les revendications de ces courants politiques pourtant très distincts.

La demande d’un référendum dans le contexte de la consultation catalane

  • 53 Maiol Roger, « El independentismo se moviliza a medio gas a favor de la República », El País, 3 jui (...)

32En Catalogne, cinq mille personnes sont mobilisées sur la place Sant Jaume à Barcelone en réponse à l’abdication du roi Juan Carlos53. Dans le cas catalan, les partis politiques ERC, la Candidature d’unité populaire (CUP) et la petite formation Solidarité catalane utilisèrent la manifestation républicaine afin de remobiliser leurs sympathisants en faveur de l’indépendance. Le député régional et porte-parole adjoint d’ERC Oriol Amoròs, et les représentants du parti au Congrès des députés, Alfred Bosch et Joan Tardà, firent acte de présence. Au contraire, Convergència i Unió (CiU) ne se prononça pas sur l’abdication et ne se mobilisa pas non plus dans la rue, attitude montrant bien le conservatisme de la formation et son acceptation implicite de la monarchie. Une illustration par ailleurs de l’absence de consensus des indépendantistes catalans sur cette question, certains préférant le silence et l’évitement, d’autres la mobilisation et l’opposition. Comme ailleurs dans le reste de l’Espagne, les mobilisations furent plus nombreuses en réaction spontanée à l’abdication de Juan Carlos Ier que lors de l’intronisation du nouveau roi Philippe VI : le 19 juin, seules six cents personnes se réunirent ainsi respectivement à Gérone et Lleida, et cinq cents personnes à Tarragone sur la Plaza de la Font.

  • 54 Rebeca Caranco, « ¡A por la República catalana ! », El País, 3 juin 2014.
  • 55 « Miles de personas se concentran en Barcelona a favor de la República », El Mundo, 2 juin 2014.

33L’Assemblée nationale catalane (ANC), à l’origine des plus importantes manifestations enregistrées depuis la transition démocratique en Catalogne, notamment le 5 septembre de chaque année depuis 2011 lors de la Diada, le « Jour de la Catalogne », se démarqua de même des mobilisations. L’ANC souligna que les revendications en faveur d’un changement de monarque ou d’un nouveau régime en Espagne doivent être séparées de celles portant sur la tenue d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. Dans un communiqué ultérieur, l’ANC déclara de même qu’elle ne soutient pas la revendication d’une république espagnole, étant donné qu’elle se focalise uniquement sur la politique catalane, à travers la proclamation et la reconnaissance d’une république catalane indépendante54. Malgré cette position de la direction de l’ANC, des membres de son mouvement de jeunesse, l’Assemblée nationale des jeunes indépendantistes (ANJI-ANC), ont participé aux manifestations prorépublicaines, mais il est vrai en brandissant le plus souvent des drapeaux catalans. Le 2 juin à Barcelone, deux grandes estelades, le drapeau catalan, furent étendues sur le sol avec le slogan « nous voulons voter. 9N 2014 », allusion très claire à la consultation souverainiste prévue pour le9 novembre55. Dans une dynamique similaire à celle de l’ANJI-ANC, les Jeunesses socialistes du Partit dels Socialistes de Catalunya (PSC) et le député autonomique Ferran Pedret se démarquèrent des positions monarchistes du PSOE et du PSC, mettant en évidence l’existence d’un clivage générationnel dans la perception de la légitimité de la monarchie au sein du socialisme et de la gauche en Espagne.

34Les souverainistes et les républicains ont protesté ainsi ensemble, unis par leur rejet commun de la monarchie plus que par un projet politique partagé. Certains ont brandi même deux drapeaux, l’un catalan, l’autre républicain, réclamant le changement de régime d’un État qu’ils désirent abandonner. Les slogans républicains tels que : « Espagne, demain sera républicain », « Vers la Troisième République » ou « À bas la monarchie, à bas l’hypocrisie », se sont partagé le terrain avec d’autres plus généraux comme : « En démocratie, le peuple décide », « Le bipartisme PPSOE s’effondre, c’est notre moment », ou d’autres encore, plus directement liés à la question catalane (« les Catalans nous n’avons pas de roi » ; ou le traditionnel « I-Inde-Independencia », répété à de nombreuses reprises ces dernières années). Les revendications des manifestants ont mis en avant non seulement la crise de légitimité de la monarchie, mais aussi la paralysie du système politique, bloqué par l’alternance entre le PP et le PSOE, deux partis qui ont déçu les électeurs par leurs promesses non tenues. La crise de confiance des citoyens à l’égard de leurs élites politiques a ainsi dominé ces actions collectives. Des slogans tels que « les Bourbons sont des requins » ou « Urdangarín, qu’il travaille au Burger King », mirent en scène et dénoncèrent de façon imagée les affaires de corruption qui touchèrent l’entourage du roi Juan Carlos Ier. Certains protestataires se sont déguisés en clowns ou en animaux, avec des éléphants en carton, des têtes ou des combinaisons de lion, faisant allusion avec humour au malencontreux safari du roi au Botswana, qui révéla tant sa liaison adultère que son goût pour les activités de luxe, dans un contexte social et économique particulièrement difficile pour les Espagnols.

  • 56 EUiA-ICV est une coalition de gauche alternative qui regroupe la branche catalane d’IU (EUiA), la f (...)

35Au-delà des membres d’ERC et de la CUP, parmi les personnalités politiques qui se joignirent à ces manifestations, on nota surtout la présence des dirigeants d’Esquerra Unida i Alternativa (EUiA-ICV), Joan Herrera et Dolors Camats56. EUiA est le parti politique catalan au positionnement le plus cohérent sur la question, puisque des fédéralistes et des indépendantistes coexistent en son sein : il est favorable à l’instauration d’une « république espagnole » via l’instauration parallèle d’un État fédéral, appréhendé comme une fédération d’entités autonomes, qui inclurait donc potentiellement des éventuelles républiques catalane ou basque. Pour EUiA, comme pour Ada Colau, l’ex porte-parole de la PAH, ou pour les « Iaioflautas », la question démocratique à travers la demande de l’organisation de référendums, que ce soit dans le contexte du futur statut de la Catalogne ou sur le régime politique de l’État espagnol, joua un rôle central dans ces mobilisations. À titre d’illustration, on peut citer ici le propos de Ramón Barba, rapporté par El País, un Iaioflauta de Barcelone de 59 ans :

J’espère qu’il y aura un référendum. La Couronne a été imposée dans la Constitution sans débat. Là, c’est la même chose, l’abdication du roi a été une surprise pour tout le monde. Ils veulent aller vite pour introniser le nouveau roi sans débat. C’est un déni de démocratie. C’est la même chose pour le référendum catalan. Ils s’opposent au9-N et ne veulent pas laisser le droit au peuple de décider de son propre futur.

36Ce propos résume bien le grief principal des manifestants, à savoir l’idée du manque de consultation des citoyens et de l’imposition, tant de la forme de l’État espagnol que du statut de la Catalogne, à travers des pactes entre les élites dominantes (« ils ») des deux principales forces politiques.

Au Pays basque : un enjeu mobilisateur pour les indépendantistes

  • 57 « Cientos de personas se echan a la calle en contra de la Monarquía », El País, 2 juin 2014.
  • 58 D’autres collectifs moins nombreux et représentatifs participèrent aussi à la manifestation, notamm (...)
  • 59 « Concentraciones para reivindicar la república vasca o un referéndum », El País, 19 juin 2014.
  • 60 « Manifestación contra la Monarquía », El País, 18 juin 2014.

37Au Pays basque, les militants de la gauche abertzale se sont joints aux manifestations des groupes républicains, des communistes et d’IU57. À Bilbao, les députés d’EH Bildu Oskar Matute et Maribi Ugarteburu et quelque 400 personnes seulement ont manifesté sur la place du théâtre Arriaga le 2 juin 2014, arborant de nombreuses ikurriñas en faveur de la « république basque libre » et de l’« indépendance ». Dès le départ, l’abdication du roi a été utilisée politiquement par les indépendantistes pour mettre en avant et remobiliser leurs sympathisants autour de l’enjeu de la création d’une « république basque » indépendante. EH Bildu a ainsi incité d’autres formations politiques et collectifs de gauche, de même que certaines organisations syndicales (notamment Podemos, Ezker Anitza-IU, Equo, les jeunesses du PSE-EE, et l’UGT)58, à participer à une manifestation unitaire à Bilbao le19 juin : mais alors que les manifestants « prorépublicains » demandaient un référendum sur le modèle d’État de l’Espagne (à travers le slogan « Monarkiari ez, hirtarrek erabaki », « Non à la monarchie, les citoyens décident »), les indépendantistes prirent le soin de bien différencier leur cortège du reste des manifestants59. Ils appelaient à la création d’une « république basque indépendante », en exigeant un processus démocratique qui permette « aux citoyens et aux peuples de l’État de décider de leur futur »60.

  • 61 L’Inem est l’Institut National de l’Emploi. À Bilbao, le groupe communiste appela à une « Troisième (...)
  • 62 Depuis son élection en 2012 à Saint-Sébastien, le maire Juan Carlos Izagirre du parti indépendantis (...)

38Contrairement au reste de l’Espagne, où les actions collectives furent plus importantes lors de l’abdication de Juan Carlos Ier puis s’essoufflèrent lors de l’intronisation du nouveau roi, le retrait du monarque suscita initialement peu de manifestations, avant que les indépendantistes se saisissent de l’occasion pour remettre leurs revendications sur le devant de la scène. Le 18 juin 2014, mille cinq cents personnes défilèrent à Vitoria-Gasteiz, puis deux mille personnes le jour suivant à Bilbao. Ce jour était aussi la date anniversaire de la prise de la ville par les troupes franquistes le 19 juin 1937, prétexte à la mobilisation de la Plateforme basque contre les crimes du franquisme. Contrairement au cas catalan, au Pays basque, les cortèges des différents collectifs mobilisés prirent toujours le soin de manifester séparément. EH Bildu revendiquait ainsi « la reconnaissance et le respect du droit à décider d’Euskal Herria », alors qu’Ezker Anitza-IU axa ses slogans sur un changement de régime (« Jamais deux sans trois, République de nouveau » ; « Les Bourbons aussi, à la queue de l’Inem61 »). À Saint-Sébastien, quatre cortèges distincts ont manifesté62.

Des mobilisations minoritaires en Galice, symbole d’un régionalisme conservateur

  • 63 « Miles de gallegos salen a la calle para pedir la República », El País, 2 juin 2014.
  • 64 Pour une étude synthétique de l’évolution des clivages politiques en Galice, voir Nieves Lagares, J (...)

39Enfin, en Galice, trois mille personnes se sont mobilisées à Vigo le 2 juin2014 sur la rúa do Príncipe et devant le musée d’Art contemporain de la ville63. D’autres manifestations eurent lieu à La Corogne, à Ourense et à Lugo (où deux cents personnes à peine ont défilé). Les militants du Bloc nationaliste galicien (« Bloque Nacionalista Galego, BNG) et de l’Alternative galicienne de gauche (« Alternativa Galega de Esquerda, AGE), de même que les membres des Jeunesses socialistes de Galice, auront été les principaux initiateurs de ces actions collectives. Des représentants de Podemos se sont joints aussi aux cortèges qui entonnèrent des slogans comme « La Zarzuela, la prochaine expulsion », « Référendum », ou encore le désormais célèbre « Oui nous pouvons ». À Saint-Jacques de Compostelle, la revendication identitaire fut plus marquée : quatre cents personnes défilèrent en faveur de « l’indépendance » et d’une république de Galice. Comme en Catalogne, les groupes de jeunesse indépendantistes furent assez mobilisés, criant notamment « Dehors les Bourbons de notre nation » (« Fóra Borbóns da nosa nación »), « Notre ruine, c’est l’Espagne » (« A nosa ruina, España é »), ou encore « Avançons sans relâche vers la république galicienne » (« Avante sen tregua á república galega »). Lors de l’intronisation de Philippe VI, seuls quelques centaines de manifestants se mobilisèrent à nouveau dans ces villes, preuve du caractère très minoritaire, voire résiduel de ce mouvement, dans une région où un conservatisme politique teinté de régionalisme domine64.

Renouveau et déclin du républicanisme dans l’Espagne d’aujourd’hui

40Ainsi, au final, comment expliquer le renouveau du mouvement républicain dans l’Espagne d’aujourd’hui ? En réponse à cette question, nous avons montré dans ce chapitre que la récurrence des manifestations républicaines ces dernières années est intimement liée au contexte de crise économique, sociale et politique qui caractérise l’Espagne depuis 2008. La crise a non seulement provoqué une paupérisation des classes moyennes et populaires et une augmentation des inégalités, mais s’est aussi traduite par une crise de légitimité des élites et du système politique issu de la transition et de la constitution de 1978. Cette situation de perte de confiance à l’égard du personnel politique et des principales institutions espagnoles a amené un nombre croissant de citoyens à réévaluer de façon critique le « pacte » de la transition. Pour les communistes et les descendants des républicains, victimes ou exilés pendant la guerre civile, la monarchie espagnole a été imposée d’en-haut par les élites de l’ancien régime franquiste, et constitue donc le dernier symbole d’une démocratisation inachevée. Pour ce secteur social qui demeure minoritaire dans l’Espagne d’aujourd’hui, la transition aura été incomplète et la république, idéalisée à partir du souvenir et d’une mémoire mythifiée et quelque peu déformée de la Seconde République, constituerait la solution.

41Mais comme nous l’avons vu, l’histoire contemporaine du républicanisme en Espagne demeure très controversée et sujette à des interprétations opposées. Pour la majeure partie de la société espagnole, la « république » n’est pas instinctivement associée au futur, à la modernité, à la coexistence pacifique et au progrès social. Dans la mémoire collective, elle est plutôt accolée aux démons du passé, à la division et au conflit, et demeure très connotée idéologiquement en référence à l’idéal politique de la gauche, plus qu’elle ne symbolise un régime politique consensuel. C’est pourquoi la monarchie n’a pas échappé à la crise de légitimité qui touche l’ensemble des institutions espagnoles. Mais comme des témoignages de manifestants ont permis de souligner, et comme le suggèrent les sondages d’opinion, ce sont d’abord les partis politiques traditionnels, leurs élites et le gouvernement qui sont mis en cause. Les Espagnols continuent de plébisciter majoritairement la monarchie et la figure du roi. Il est vrai toutefois que le cas Nóos, ayant mis en avant l’existence de pratiques de corruption dans l’entourage de Juan Carlos Ier, et son safari au Botswana en 2012 alors qu’il avait demandé aux Espagnols de « faire des efforts », assurant que « la justice est la même pour tous » dans son discours de Noël du 24 décembre 2011, s’est révélé profondément en décalage avec le vécu quotidien des citoyens ordinaires. En seulement quelques semaines, Juan Carlos Ier a perdu une bonne partie du crédit historique qui était le sien pour avoir joué un rôle majeur durant la transition, résisté à la tentative de coup d’État du 23 février 1981 et contribué à redonner à l’Espagne sa place dans le concert des nations européennes.

42Pour autant, comme nous l’avons mis en avant, les manifestations survenues lors de son abdication ont été essentiellement spontanées, liées à l’effet de surprise et à l’euphorie du moment. Il ne s’est en rien agi d’un mouvement social massif d’opposition à la monarchie. Nous l’avons constaté, ces mobilisations ont surtout été importantes en Catalogne et au Pays basque, à savoir au sein de communautés autonomes où les manifestants ne se mobilisèrent pas tant contre la monarchie qu’en faveur d’un nouveau statut politique pour leur territoire. Il est d’ailleurs révélateur qu’en Galice, où coexistent régionalisme identitaire et conservatisme politique, les manifestations prorépublicaines furent très peu suivies. Dans l’ensemble de l’Espagne, l’intronisation du nouveau roi Philippe VI a sonné le glas de ces mobilisations et attesté une forme de résignation des citoyens. Le républicanisme demeure d’autant plus minoritaire aujourd’hui que le PSOE, qui reste à ce jour le principal parti de la gauche, est attaché au régime politique de la monarchie parlementaire, même si les opinions de sa base militante et de ses électeurs demeurent plus nuancées.

  • 65 Pour Pablo Iglesias, « l’abdication accélère la décomposition du régime de 1978 ». Podemos a dénonc (...)
  • 66 Conscient que la poussée du mouvement indépendantiste catalan constituera l’un des défis de son règ (...)

43Conscient de la peur de l’inconnu et de l’image rassurante de stabilité que transmet la monarchie à beaucoup d’Espagnols, le nouveau parti Podemos a d’ailleurs fait évoluer sa position initiale, en évoquant la possibilité d’un référendum mais en ne mettant plus vraiment cette question au centre de ses préoccupations65. Le parti Citoyens d’Albert Rivera, qui devrait concurrencer le PP en attirant une partie de son électorat libéral, ne demande pas non plus un changement de régime. Les manifestations républicaines de ces dernières années ont ainsi traduit l’indignation, la défiance politique généralisée et la volonté de changement des citoyens plus qu’un désir d’en finir avec la monarchie. L’abdication de Juan Carlos Ier et son remplacement par Philippe VI, qui s’appuie sur un couple royal doté d’une image moderne et glamour, furent en ce sens une décision sage et stratégique de Juan Carlos Ier, afin de « sortir par le haut » de la crise de légitimité dans laquelle il avait fait entrer la monarchie du fait d’une succession d’épisodes polémiques. Seul l’avenir dira si le nouveau roi saura réaffirmer la légitimité de la monarchie66. Une institution dont le principal déterminant de légitimité populaire ne dépend pas tant de l’effet des mobilisations d’un mouvement social républicain qui demeure minoritaire que de sa propre capacité à incarner une autorité neutre, exemplaire et rassembleuse.

Notes

1 Les travaux historiques sur ces deux périodes sont très nombreux et documentés. Citons seulement quelques travaux de référence réactualisés. Sur la Première République, cf. José María Jover Zamora, Realidad y mito de la Primera República, Pozuelo de Alarcón, Espasa-Calpe, 1991 ; Josep Fontana, La época del liberalismo. Vol. 6 de la collection Historia de España, dirigée par Josep Fontana et Ramón Villares, Barcelone, Marcial Pons, 2007 ; Jorge Vilches, Progreso y Libertad. El Partido Progresista en la Revolución Liberal Española, Madrid, Alianza Editorial, 2001.

2 Sur la Seconde République, voir l’étude classique de Javier Tusell, Las Constituyentes de 1931 : unas elecciones de transición, Madrid, CIS, 1982. Pour une édition plus récente, voir Santos Julia, La Constitución de 1931, Madrid, Iustel, 2009. Voir de même les études classiques de Stanley Payne, La primera democracia española. La Segunda República, 1931-1936, Barcelona, Paidós, 1995, et El colapso de la República, Madrid, La Esfera de los Libros, 2005. Pour une vision synthétique d’ensemble, voir Julián Casanova, República y Guerra Civil. Vol. 8 de Historia de España, op. cit., 2007. Enfin, pour une étude plus récente sur la droite, voir Eduardo González Calleja, Contrarrevolucionarios. Radicalización violenta de las derechas durante la Segunda República, Alianza Editorial, Madrid, 2011.

3 Stéphane Michonneau, « Le Sexenio démocratique 1868-1874 », dans Jordi Canal (dir.), Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours (2e édition), Paris, Armand Colin, 2014, chapitre IX.

4 Jorge Vilches, op. cit., 2001, p. 370.

5 Josep Fontana, op. cit., 2007, p. 371-372.

6 Jorge Vilches, op. cit., 2001, p. 372.

7 Dans les quelques districts où une compétition électorale eut toutefois lieu, celle-ci s’organisa uniquement entre républicains fédéralistes « modérés » ou « intransigeants ».

8 Jorge Vilches, op. cit., 2001, p. 381.

9 La troisième guerre carliste (21 avril 1872-28 février 1876), désigne l’affrontement qui opposa, d’une part, les partisans de Charles VII de Bourbon (1848-1909), prétendant carliste au trône d’Espagne (et aîné des capétiens et chef de la maison de France, considéré à ce titre par les légitimistes comme le roi de France « Charles XI »), et, d’autre part, les gouvernements d’Amadeo Ier, de la Première République et d’Alfonse XII. Sur le carlisme, voir Julio Montero, El Estado Carlista. Principios teóricos y práctica política (1872-1876), Madrid, Aportes xix, 1992 ; Jordi Canal, El Carlismo. Dos siglos de contrarrevolución en España, Madrid, Alianza Editorial, 2 000. Sur le lien de Charles VII à la maison de France, voir Jacques bernot, Les princes cachés : Histoire des prétendants légitimistes, Paris, Lanore, 2014, p. 13.

10 La révolution cantonale est un mouvement politique qui se fit jour en juillet 1873 par une grève révolutionnaire à Alcoy puis par l’insurrection de Carthagène le 12 juillet, et qui consista en une réorganisation d’une partie du territoire de l’Espagne en cantons, à savoir de fédérations de villes qui se regroupaient librement. Il entraîna la démission de Pi y Margall, le ministre de l’Intérieur. Le mouvement s’étendit ensuite dans les régions de Valence, de Murcie, de l’Andalousie, en Estrémadure (à Coria, Hervás, Plasencia) où fut créé le journal El Canton Extremeño, et dans la province de Salamanque. La majorité des cantons, dotés de milices d’autodéfense, supprimèrent les monopoles et les impôts sur la consommation (droits d’octroi), tout en reconnaissant le droit au travail et en instaurant la journée de huit heures. Les cantons d’Almansa, Loja, Séville, Málaga, Cadix, Tarifa et surtout Carthagène, qui fut le dernier à résister (jusqu’au 13 janvier1874) furent les plus actifs. Ce mouvement était partisan d’un fédéralisme radical et eut une grande influence sur le mouvement ouvrier et surtout sur l’anarchisme en Espagne. Voir José Barón Fernández, El movimiento cantonal de 1873 (1a República), La Corogne, Edicios do Castro, 1998, p. 214.

11 Ce discours fut revu et corrigé, publié puis réédité par la suite. Cf. José María Jover Zamora, op. cit., 1991, p. 80.

12 Ibid., p. 81.

13 Ibid., p. 82.

14 Genoveva García Queipo De Llano, El reinado de Alfonso XIII. La modernización fallida, Madrid, Historia 16, 1997, p. 130.

15 Santos Julia, op. cit., 2009, p. 20.

16 Sur ce point, voir Juan Pablo Fusi, « Nacionalismo y revolución : Octubre de 1934 en el País Vasco », dans Gabriel Jackson et al. (dir.), Octubre 1934. Cincuenta años para la reflexión, Madrid, Siglo xxi, 1985, p. 110-123.

17 Santos Julia, op. cit., 2009, p. 30-35.

18 Mercedes Yusta, « La Seconde République », dans Jordi Canal (dir.), op. cit., 2014, p. 173.

19 Sur la question de la gestion de la « mémoire historique », l’ouvrage de Paloma Aguilar Fernández constitue sans aucun doute une référence par son détail, son érudition et sa perspective comparée. Cf. Paloma Aguilar Fernández, Políticas de la memoria y memorias de la política, Madrid, Alianza Editorial, 2008. Lors du référendum du 6 décembre 1978, sur 26,6 millions d’électeurs, 17,7 millions soit 67,1 % ont voté. Parmi les suffrages exprimés, 87,8 % des votants ont approuvé la nouvelle constitution démocratique.

20 Pour Sandrine Lefranc, spécialiste de la « justice transitionnelle », toute transition démocratique se caractérise par ce dilemme moral lié à la conciliation d’objectifs distincts, d’une part, la réconciliation, la pacification et le pardon, et d’autre part, la nécessité de justice. VOIR Sandrine Lefranc, Politiques du pardon, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

21 Joaquín Gil, « Hay que luchar por la III República », El País, 6 décembre 2011.

22 Jusqu’en 1931, les républicains espagnols célébraient l’anniversaire de la Première République le 11 février. Cette célébration a disparu par la suite, et fut remplacée par l’anniversaire de la proclamation de la Seconde République le 14 avril, qui fut d’ailleurs une « fête nationale » de 1932 à 1938 (même si dans les faits, seulement en territoire républicain à partir de 1936). Le 14 avril 1931, des milliers de personnes se sont réunies face à l’ancien ministère de l’intérieur, l’actuelle présidence du gouvernement de la communauté de Madrid, pour célébrer la fin du règne d’Alfonse xiii. Cf. « La bandera republicana regresa a la Puerta del Sol », El Mundo, 14 avril 2010. Sur l’utilisation symbolique par les municipalités du drapeau républicain ou des drapeaux catalan et basque, cf. Sebastian Balfour et Alejandro Quiroga, España reinventada. Nación e identidad desde la Transición, Barcelona, Ediciones Península, 2007.

23 « Miles de personas claman en Madrid por la III República », El País, 14 avril 2014.

24 Carlos Oliva, « La bandera de la República », Majadahonda, Cartas al lector, El País, 18 mai 2013.

25 La principale différence était surtout liée au fait que le parti libéral soutenait un plus important développement des libertés constitutionnelles établies, dans le but de rapprocher la constitution conservatrice de 1876 de celle, plus démocratique, de 1869. Cf. Ignacio Fernández Sarasola, Los partidos políticos en el pensamiento español. De la ilustración a nuestros días, Madrid, Marcial Pons, Ediciones de Historia, 2009, p. 179.

26 Sur le système politique de la Restauration, cf. Jordi Canal (dir.), Histoire de l’Espagne contemporaine. De 1808 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2009, p. 110-123.

27 El Mundo, 3 juin 2014, p. 3.

28 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, 2014.

29 « Manifestaciones multitudinarias por la República », La Vanguardia, 5 juin 2014.

30 Pour Francisco Pérez Esteban, le porte-parole de la Junta Estatal Republicana, qui est d’ailleurs aussi le responsable fédéral des droits de l’homme d’IU, il faudrait « ouvrir un processus constituant pour définir le droit à décider entre la monarchie ou la République », cf. « La junta Republicana manifiesta por la República », El Mundo, 14 avril 2014.

31 « Las JSE llevamos la apuesta por la República », Público, 29 avril 2012.

32 « Malaise en Espagne après l’accident de chasse du roi au Botswana », Le Monde, 16 avril 2012.

33 Carmen Morán, « Entrevista con Alberto Garzón : Aunque se eligiera Monarquía ya sería un gran avance el hecho de consultarlo », El País, 4 juin 2014.

34 Alberto Garzón espinosa, La Tercera República, Madrid, Madrid Ediciones Atalaya, 2014, p. 12.

35 Ibid., p. 15.

36 Ibid., p. 17.

37 Ibid., p. 34.

38 Le parti citoyens d’Albert Rivera, symbole de la « nouvelle politique » avec Podemos dirigé par Pablo Iglesias, est en faveur du maintien de la monarchie, mais demande plus de transparence.

39 « Manifestaciones republicanas en Catalunya », La Vanguardia, 3 juin 2014.

40 L’ex dirigeant du PSOE, Alfredo Pérez Rubalcaba déclara ainsi que « la succession de Juan Carlos Ier et sa succession par Philippe VI ouvre un temps nouveau pour l’Espagne. La monarchie incarne le compromis pour la coexistence et le consensus que représente notre loi fondamentale ». Cf. El Mundo, 15 juin 2014.

41 Lors des primaires du parti du 13 juillet 2014, José Antonio Pérez Tapias, représentant du courant « Gauche socialiste » demanda par exemple un référendum, le PSOE devant faire prévaloir sa « tradition républicaine » selon lui.

42 Àngels Piñol et Jesús Servulo González, « Miles de personas reclaman un referéndum sobre la Monarquía », El País, 2 juin 2014.

43 Le slogan exact en valencien était « Per la República, els processos constituents, el dret a decidir i per un referèndum ».

44 « Miles de personas piden en la calle un referéndum por la república », El Mundo, 7 juin 2014.

45 Cristina Vázquez, « 40 entidades se unen para reivindicar la república », El País, 6 juin 2014.

46 « IU comunica al Gobierno una manifestación para pedir un referéndum », El País, 4 juin 2014.

47 « Un día como cualquiera », El País, 19 juin 2014.

48 « Los republicanos exigen que los Borbones se sometan a una consulta », El País, 8 juin 2014.

49 Max Weber, Économie et société, Paris, Flammarion, [1922] 2003, p. 219.

50 Jesús Duva, « La policía impedirá exhibir banderas republicanas durante el desfile », El País, 18 juin 2014.

51 Il est de notoriété publique que la « neutralité » du Tribunal supérieur de justice de la communauté autonome de Madrid peut parfois être mise en question, notamment sur les questions hautement politiques, telle que la succession par exemple. En effet, il faut tenir compte du fait qu’un tiers des sièges de la chambre civile et pénale sont réservés à des juristes reconnus, souvent anciens membres ou proches de partis politiques, nommés par le Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) sur proposition de l’assemblée législative de la communauté autonome de Madrid, dominée sans partage, faut-il le rappeler, par le parti populaire depuis 1995.

52 Les directives policières consistèrent à inciter les agents à prendre note des appartements ornant des drapeaux républicains sur le passage du cortège, et de chercher ensuite à savoir, par un contrôle au domicile des personnes concernées, si l’intention était de provoquer. On imagine le type de conversations surréalistes entre policiers et occupants pour savoir si ces derniers cherchaient à « provoquer » ou à simplement « exercer leur liberté d’expression ». Pour éviter les drapeaux républicains aux balcons, les policiers effectuèrent des visites dans les jours qui précédèrent le défilé.

53 Maiol Roger, « El independentismo se moviliza a medio gas a favor de la República », El País, 3 juin 2014.

54 Rebeca Caranco, « ¡A por la República catalana ! », El País, 3 juin 2014.

55 « Miles de personas se concentran en Barcelona a favor de la República », El Mundo, 2 juin 2014.

56 EUiA-ICV est une coalition de gauche alternative qui regroupe la branche catalane d’IU (EUiA), la formation Iniciativa per Catalunya, et le parti écologiste Els Verds (« les Verts »).

57 « Cientos de personas se echan a la calle en contra de la Monarquía », El País, 2 juin 2014.

58 D’autres collectifs moins nombreux et représentatifs participèrent aussi à la manifestation, notamment Iratzarri-EKI, Alternativa Republicana, Antikapitalistak, Círculo Republicano, Colectivo Republicano de Euskal Herria, Gazte Komunistak, GKB, Goldatu, Ikasle Ekintza et URE Orduña.

59 « Concentraciones para reivindicar la república vasca o un referéndum », El País, 19 juin 2014.

60 « Manifestación contra la Monarquía », El País, 18 juin 2014.

61 L’Inem est l’Institut National de l’Emploi. À Bilbao, le groupe communiste appela à une « Troisième République » et entama le chant de l’internationale devant la mairie. À Pampelune, seule4 une centaine de personnes manifestèrent, et crièrent en basque « Dehors la monarchie ! » et « République basque », illustrant bien la prédominance historique du conservatisme en Navarre et le caractère minoritaire des groupes républicains au sein de cette communauté autonome.

62 Depuis son élection en 2012 à Saint-Sébastien, le maire Juan Carlos Izagirre du parti indépendantiste basque Bildu, dresse symboliquement un drapeau républicain depuis le balcon de la mairie le 14 avril de chaque année.

63 « Miles de gallegos salen a la calle para pedir la República », El País, 2 juin 2014.

64 Pour une étude synthétique de l’évolution des clivages politiques en Galice, voir Nieves Lagares, José Manuel Rivera et Ramón Maiz, « Le nationalisme galicien : de l’accès au gouvernement à la crise électorale et organisationnelle », dans Alicia Fernández García et Mathieu Petithomme (dir.), Les nationalismes dans l’Espagne contemporaine (1975-2011). Compétition politique et identités nationales, Paris, Armand Colin, 2012, p. 135-166.

65 Pour Pablo Iglesias, « l’abdication accélère la décomposition du régime de 1978 ». Podemos a dénoncé le pacte PSOE-PP pour la réforme de la loi organique qui a ouvert la succession Cf. Anabel Diez, « Las fuerzas de izquierda piden un referéndum sobre la monarquía », El País, 2 juin 2014.

66 Conscient que la poussée du mouvement indépendantiste catalan constituera l’un des défis de son règne, le simple fait que Philippe VI propose le 26 juin 2014 à Gérone, lors de sa première visite en tant que chef de l’État en Catalogne, un discours d’apaisement, dont la moitié fut prononcé en catalan, illustre à cet égard une évolution qui peut paraître anecdotique, mais qui illustre bien une rupture avec le passé et avec la domination du castillan dans les discours de Juan Carlos Ier.

Table des illustrations

Titre Photo 3.1. Caricature de la Ire République, revue satirique La Flaca, 3 mars 1873
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1952/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Photo 3.2. Manifestation républicaine lors de l’abdication de Juan Carlos Ier, Puerta del Sol, Madrid, 2 juin 2014
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1952/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

Professeure certifiée d’espagnol, doctorante à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense et ATER en civilisation hispanique à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search