Version classiqueVersion mobile

Contester en Espagne

 | 
Alicia Garcia Fernandez
, 
Mathieu Petithomme

Avant-propos

Texte intégral

1 Contester dans l’Espagne d’aujourd’hui. Le titre même de cet ouvrage est une invitation à l’analyse des causes et des effets des nombreuses mobilisations sociales et politiques qui ont bousculé le pays depuis 2008. Violence de la crise après l’éclatement de la bulle immobilière marquée par l’appauvrissement des classes populaires, la hausse des inégalités et les expulsions locatives, plans d’austérité drastiques et chômage avoisinant les 25 %, renouveau de l’émigration des jeunes entraînant un vieillissement et un déclin démographique, multiplication des affaires de corruption touchant jusqu’à la famille royale, radicalisation de l’indépendantisme en Catalogne, crise du bipartisme, les éléments « dramatiques » ne manquent pas dans le tableau de l’Espagne d’aujourd’hui. La crise économique, sociale et politique enclenchée depuis2008 marquera toute une génération. Les années 2007-2015 seront présentées comme une « décennie perdue » dans les manuels d’histoire, puisque le niveau de vie des Espagnols est revenu à ce qu’il était au début des années2000. Les frais d’inscription à l’université ont augmenté, les prestations sociales aux familles ont été réduites et les frais de santé seront désormais moins remboursés. Les sans-papiers ne peuvent plus avoir accès aux soins suite à la remise en cause de la couverture maladie universelle. Les exigences européennes et le soutien au dogme des plans d’austérité par les gouvernements du socialiste José Luis Rodríguez Zapatero (2004-2011) et du conservateur Mariano Rajoy (2011-2015), ont frappé l’État-providence espagnol de lourds coups de butoir.

2Mais au-delà du pessimisme, des drames humains et de la résignation, ce livre montre que cette période troublée a aussi été marquée par le renouveau de l’action citoyenne et par l’essor de nouveaux mouvements sociaux : luttes contre les expulsions ; mouvement des indignés mobilisés à Madrid en2011 pour dénoncer les limites de la démocratie représentative ; résistance syndicale aux plans d’austérité à travers trois grèves générales en quelques années, du jamais vu depuis la transition ; « marées » citoyennes contre les coupes budgétaires pratiquées dans l’éducation et la santé ; mobilisations féministes contre le projet de loi anti-avortement, et républicaines en faveur de l’abdication de Juan Carlos Ier et d’un référendum sur la monarchie ; renouveau des groupes anarchistes et d’extrême gauche qui furent jusqu’à « faire le siège » du Congrès des députés ; regain d’intérêt pour le théâtre social, le cinéma engagé, le flamenco militant et les pratiques artistiques critiques. La crise démocratique et l’indignation citoyenne ont peu à peu laissé place à une politisation nouvelle de la société espagnole pour la défense de ses droits fondamentaux (logement, éducation, santé), qui s’exprime aussi par la critique de la corruption politique et du fonctionnement d’institutions issues de la constitution de1978 et qui ont très peu évolué depuis lors.

3Il est d’ailleurs frappant de noter l’inscription résolument « progressiste » de la contestation dans un pays qui, pour une raison historique liée à l’héritage dictatorial franquiste, demeure imperméable à la poussée de l’extrême droite observée ailleurs en Europe. Les enquêtes d’opinion montrent aussi que malgré la crise, les Espagnols demeurent assez pro-européens.

4En réunissant les travaux de neuf spécialistes issus de différentes disciplines des sciences sociales (économistes, hispanistes, politologue et historien), ce livre offre des analyses de l’intérieur sur les principaux mouvements sociaux qui ont fait l’actualité espagnole des dernières années. Rédigé en 2014 et en 2015, il éclaire ainsi le lecteur sur l’ensemble des phénomènes sociaux et politiques de l’histoire du temps présent : il explique les causes et les principaux effets postérieurs de la crise de 2008, présente le contexte de crise de légitimité des partis dominants et de l’institution royale, et montre en parallèle le caractère historiquement minoritaire du mouvement républicain en Espagne. Le livre permet aussi de comprendre le rôle et les revendications des féministes espagnoles, l’impact durable dans le débat d’idées du mouvement des indignés, la « transition démocratique » du nationalisme basque radical par la sortie de la violence, ou encore la radicalisation de l’indépendantisme en Catalogne, un sujet d’actualité brûlant. Cet ouvrage collectif de référence montre enfin la transformation de l’indignation citoyenne par l’essor de nouvelles pratiques sociales et la prise de pouvoir progressive en politique d’une nouvelle génération, où les femmes occupent un rôle majeur. L’émergence de nouvelles alternatives telles que Citoyens au centre droit et que Podemos, qui propose un discours plus critique et transversal, illustre ainsi ce désir de « régénération » démocratique. Les élections européennes de2014 puis les municipales et régionales de 2015, qui ont permis à des listes citoyennes établies autour de Podemos de conquérir Madrid, Barcelone, Valence mais aussi Saragosse et Cadix, ont donné une illustration de plus de la volonté de changement des Espagnols à la faveur du nouveau cycle politique et social qui s’annonce.

5Alicia Fernández García et Mathieu Petithomme

6Marne la Vallée/Besançon,

75 novembre2015.

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search