Desktop versionMobile Version

Théories intercontinentales

 | 
Pascale Rabault-Feuerhahn

Première partie. Edward Said ou les racines d'une entreprise comparatiste

Edward Said ou les racines d’une entreprise comparatiste

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändlern im PDF- und ePub-Format online erworben werden, wenn der Verlag diesen kommerziellen Vertrieb gewählt hat. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

S’il est un auteur que le terme de « postcolonialisme » évoque spontanément, c’est bien Edward Said. Celui-ci n’en a certes pas inventé l’étiquette, mais lorsque ses travaux ont commencé à être désignés comme tels, il ne l’a pas récusée et les études postcoloniales comme l’œuvre de Said elle-même ont certainement tiré de cet étiquetage des bénéfices respectifs en terme d’audience, de diffusion et de structuration.

Mais pourquoi Said en a-t-il été le récipiendaire privilégié ? La question se pose autant en amont (les éléments de son œuvre qui pouvaient le rattacher à ce que l’on définit ensuite par postcolonialisme) qu’en aval (les facteurs de sa notoriété particulière). Nul doute que la diffusion très large de l’œuvre de Said a été favorisée par un triple faisceau de facteurs : sa position d’enseignant à la prestigieuse université américaine de Columbia ; l’ampleur d’une œuvre alliant études littéraires, ouvrages théoriques et prises de position politiques ; enfin, une écriture fluid...

© Demopolis, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search