Version classiqueVersion mobile

Rachid El-Daïf

 | 
Katia Ghosn

Avant-propos

Texte intégral

1Rachid El-Daïf est une figure majeure de la littérature arabe. Il est né en 1945 à Zgharta, bourgade du nord du Liban. Après avoir suivi des études de lettres arabes à l’École normale supérieure de l’Université libanaise, il s’installe à Paris en 1971 afin de poursuivre ses études et de fuir les feux de la guerre civile libanaise (1975-1990). Il obtient, en 1974, un doctorat en lettres modernes (à Paris 3) sous la direction d’André Miquel et, en 1978, un DEA de linguistique (à Paris 4). Durant ce séjour en France, il est influencé par la révolte étudiante de mai 1968, toujours présente dans les esprits. Il s’imprègne également de structuralisme et s’initie au « nouveau roman », mouvements qui tiennent le dessus du pavé à l’époque. Très vite il se trouve engagé — tels les premiers missionnaires égyptiens arrivés en France au début du XIXe siècle, qui furent les promoteurs de la nahḍa (renaissance culturelle et littéraire arabe) — dans un dialogue avec la culture française qui se répercutera sur son œuvre. De retour au Liban, il enseigne la littérature arabe dans différents établissements : à l’Université libanaise, à l’Université libano-américaine (LAU) et à l’Université américaine de Beyrouth (AUB) où il dispense toujours, à ce jour, un cours de creative writing (« écriture créative »).

  • 1 Pendant la guerre civile, la capitale libanaise était divisée en deux parties séparées par une lign (...)
  • 2 Rachīd al-Ḍa‛īf, ’Azīzī al-sayyid Kawabata, Beyrouth, Mukhtārāt, 1995. Nouvelle édition, Riāḍ al-Ra (...)

2En 1972, il adhère au Parti communiste libanais et milite pour la cause palestinienne. Ce choix le contraint, pendant la guerre, à se réfugier à Beyrouth Ouest1. Le 11 juillet 1983, lors d’un bombardement de Beyrouth, il est grièvement blessé par des éclats d’obus. Échappé de justesse à la mort, il se retrouve paralysé de l’épaule droite et du cou. Une greffe des nerfs, opérée en France, lui permet de retrouver un peu de mobilité. Son roman ‘Azīzī al-sayyid Kawabata2 (Cher Monsieur Kawabata) revient sur cet événement traumatique ainsi que sur les désillusions politiques de la gauche libanaise qui, à partir des années 1980, assiste impuissante à la perte d’influence des projets révolutionnaires et progressistes au profit d’un islamisme montant.

3Son œuvre se distingue par une démarche singulière et témoigne d’un véritable renouveau esthétique. Après des débuts poétiques, il s’est consacré exclusivement à l’écriture romanesque. Ses romans, intimistes, relèvent pour la plupart de l’autofiction et ont pour narrateur « Rashīd », un personnage dont l’identité diffractée et multiple est marquée aussi bien par la violence de la guerre civile et les échecs des politiques du monde arabe que par les dynamiques propres à la mondialisation. Ses romans cherchent à illustrer un malaise multiforme. Le personnage principal est le plus souvent emblématique de l’époque contemporaine, en perte de repères et d’ancrages. Cependant, l’intimisme et l’obsession du détail ne doivent pas occulter le rapport fondamental au politique. Au sein de la crise identitaire des différents narrateurs — mêmes et autres tout à la fois — les dimensions de l’interne et de l’externe sont inextricables.

4Outre les œuvres autofictionnelles, Rachid El-Daïd a publié des romans historiques : Ṭablīt al-baḥr (« Paver la mer ») et Ma‘bad yanjaḥ fī Baghdād (Le Musicien et le calife de Bagdad). Plusieurs de ses romans ont fait l’objet d’une adaptation théâtrale, aussi bien au Liban qu’en Europe. Qu’elle aille au diable, Meryl Streep !, réalisée par Mohamed Kacimi et présentée au théâtre du Rond-Point à Paris, fut une expérience des plus réussies.

5Outre le français et l’anglais, certains de ses romans ont été traduits en espagnol, italien, allemand, suédois, polonais, danois et japonais. Prochainement, il sera possible de le lire en vietnamien.

6Son style, attrayant, d’un abord facile, se tient au ras du langage le plus ordinaire et le plus courant. Il est toutefois le résultat d’un travail laborieux et relève de l’esthétique de « la simplicité inimitable », ce que la rhétorique de la langue arabe appelle al-sahl al-mumtani‛. Il se distingue par la sobriété, la concision et la proscription de toute forme de redondance. Son discours se donne à dessein d’être « correct » et non pas « beau », comme il l’explique lui-même.

***

7Le présent ouvrage, collectif, aspire à combler un manque. Traduite — cinq romans publiés chez Actes Sud — et largement lue, l’œuvre de Rachid El-Daïd n’est pas suffisamment étudiée. Le choix des contributeurs, chercheurs, traducteurs de ses romans, critiques, fins lecteurs, issus de champs disciplinaires divers, permet d’offrir un aperçu panoramique de la richesse et de la diversité de l’œuvre et de dégager pleinement les fondements esthétiques sur lesquels elle se construit. L’ensemble s’adresse aux étudiants, mais aussi à tous les amateurs de littérature arabe, qui apprécient particulièrement El-Daïf. Ce livre permettra également au lecteur, qu’il munit des outils conceptuels appropriés, d’accéder à une vision, plus large, de l’état de la littérature arabe contemporaine, qui est présentement le chantier d’un profond mouvement de renouveau.

EHESS, 18-12-2014. De gauche à droite : Jean-Charles Depaule, Farouk Mardam Bey, Rachid El-Daïf, Renaud Ego

Paris 8, 11-12-2014. De gauche à droite : Salam Diab, Annick Allaigre, Rachid El-Daïf, Vincent Colonna, Sobhi Boustani, Katia Ghosn.

Notes

1 Pendant la guerre civile, la capitale libanaise était divisée en deux parties séparées par une ligne de démarcation, Beyrouth-Est contrôlée par les milices chrétiennes et Beyrouth-Ouest, à majorité musulmane, bastion des forces palestiniennes et du Mouvement national qui réunit les arabistes.

2 Rachīd al-Ḍa‛īf, ’Azīzī al-sayyid Kawabata, Beyrouth, Mukhtārāt, 1995. Nouvelle édition, Riāḍ al-Rayyis, 2001. Traduit en français par Yves-Gonzales- Quijano sous le titre Cher monsieur Kawabata, Arles, Sindbad-Actes Sud, 1998.

Table des illustrations

Légende EHESS, 18-12-2014. De gauche à droite : Jean-Charles Depaule, Farouk Mardam Bey, Rachid El-Daïf, Renaud Ego
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Paris 8, 11-12-2014. De gauche à droite : Salam Diab, Annick Allaigre, Rachid El-Daïf, Vincent Colonna, Sobhi Boustani, Katia Ghosn.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Demopolis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search