Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Les marranismes 5. Avatars du marranisme au Brésil

Les marranismes

 | 
Jacques Ehrenfreund
, 
Jean-Philippe Schreiber

5. Avatars du marranisme au Brésil

D’une présence forte aux devenirs-autre

Anita Waingort Novinsky
Traduction de Patrick Houdin

Texte intégral

  • 1 M Kayserling, Historia dos Judeus do Portugal, traduit de l’allemand par Gabriela Borchard Correia (...)

1Pendant la dernière décennie du XVe siècle, les juifs vécurent en Espagne et au Portugal l’expérience la plus dramatique de l’histoire de la Diaspora. Après quinze siècles de présence dans la péninsule ibérique, ils furent jugés indésirables et obligés, pour ceux qui étaient désireux de rester fidèles à leur foi, de quitter l’Espagne, terre qu’ils considéraient comme leur patrie (1492). Cinq ans plus tard, le Portugal, d’une manière que l’on peut juger plus cruelle encore, obligea les juifs à se convertir au catholicisme (1497)1.

2Se convertir ne signifiait pas seulement pour les juifs recevoir les eaux du baptême. Un décret draconien interdit aux juifs de pratiquer leur langue, leurs coutumes, de lire leurs livres, de fréquenter leurs synagogues et de célébrer leurs fêtes. On leur retira leurs noms et leur identité, leurs enfants leur furent enlevés pour être élevés par des chrétiens. Les juifs furent obligés d’adopter une religion et un style de vie qui leur étaient étrangers.

3Ce changement radical provoqua chez beaucoup de juifs un traumatisme qui les poussa parfois au suicide et créa d’importantes confusions mentales. D’autres acceptèrent avec résignation les nouvelles règles du monarque portugais, mais un nombre significatif de convertis opposa une inébranlable résistance à l’abandon de leur religion qui, devant les menaces de punition, devint clandestine. Ils adoptèrent un masque, toujours utilisé en public, mirent en place deux vies et jouèrent un double jeu pendant cinq cent ans. Pour l’ensemble des Portugais commençait « l’époque des nouveaux-chrétiens ».

Un marranisme sui generis

  • 2 L Gorenstein, A Inquisição Contra as Mulheres, éd Humanitas (université de São Paulo), 2005.

4Le présent travail est axé sur le marranisme au Brésil, une histoire pratiquement inconnue. Ces dernières années, des recherches réalisées par une équipe d’historiens de l’université de São Paulo ont considérablement élargi les études sur le marranisme, qui se révéla être un phénomène complètement différent de celui connu en Europe, un marranisme sui generis, ayant acquit des caractéristiques spécifiquement brésiliennes2.

  • 3 A W Novinsky « Estudantes Brasileiros Afrancesados da Universidade de Coimbra A perseguição de Ant (...)

5Le nouvel habitat modela un nouvel homme. Le vaste continent, la jungle, le climat, les différentes cultures, la peur des indigènes et des maladies, la lutte pour la survie, créèrent une psychologie et une mentalité qui portèrent les nouveaux-chrétiens à réaliser des entreprises inconcevables dans d’autres contextes. Un nouveau marranisme se créa également. En traversant l’Atlantique pour prendre racine au Brésil, les convertis transportèrent avec eux un bagage culturel et des héritages qui ne disparurent jamais totalement, mais qui se mélangèrent avec les représentations catholiques et locales. Au Brésil, les marranes, relativement bien intégrés au système, assumèrent en permanence une position critique à l’égard de la religion obligatoire. Leur pensée s’aiguisa au contact de la religion catholique. De plus, l’ambiance particulière brésilienne contribua beaucoup au développement d ´ une tendance irréligieuse. Ils devinrent de plus en plus incroyants et sceptiques. Aussi, à cause de leur critique de la religion, les marranes peuvent être considérés comme les pionniers de l’Illuminisme brésilien3.

  • 4 Fr Froger, Relation d’un voyage fait en 1695, 1696 et 1697 aux côtes d’Afrique, détroit de Magella (...)
  • 5 Engenho : établissement industriel situé dans les zones de production de la canne à sucre destiné (...)
  • 6 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, éd Perspectiva, 3e édition, São Paulo, 2013, p 69.

6La plupart des marranes qui quittèrent le Portugal tentèrent de rejoindre le Nouveau Monde. De nombreuses difficultés existaient pour sortir du pays : des lois étaient fréquemment promulguées interdisant les déplacements aux marranes. Fuir pour le Brésil était plus facile, les navires qui sortaient des ports portugais étant fréquemment pilotés par des marranes qui aidaient leurs compagnons de foi. D’après un voyageur français, les trois-quarts de la population brésilienne était, au XVIIe siècle, constituée de juifs4. L ´ agent du Saint-Office Diogo Correa confirme la proportion des trois-quarts et le vicaire de Bahia affirme que de nombreux juifs étaient propriétaires de engenhos5 ce qui, au Portugal, équivalait à être propriétaire de villages entiers6.

  • 7 Ibid, pp 107-108, voir aussi La lettre du roi Felipe IV, fac-similé.
  • 8 Commerçants portugais qui faisaient l’aller retour Europe-colonie brésilienne pour s’approvisionne (...)

7Le Brésil offrait d’énormes opportunités d’ascension sociale et beaucoup de marranes réussirent à s’élever jusqu’à des positions importantes dans la vie politique et publique. Liés à l’agriculture depuis le début de la colonisation, les marranes devinrent d’importants propriétaires terriens et de plantations de canne à sucre – les engenhos – disposant de véritables armées pour les défendre. C’est une des raisons pour lesquelles le Tribunal de l’Inquisition ne s’est jamais établi au Brésil au XVIIe siècle même si le roi et l’inquisiteur le souhaitaient7. À cette époque, le Conseil municipal constitué de représentants élus était très puissant et ses membres dirigeaient la colonie, la plupart d’entre eux étant marranes, crypto-juifs ou libres penseurs. Au XVIIe siècle, on arrêta au Brésil principalement des commerçants, nommés hommes de « l’aller et du venir8 » et accusés d’être judaïsants, mais non les propriétaires des engenhos – en raison de leur pouvoir.

  • 9 En 1548, le Portugal crée le gouvernement général afin de gérer au mieux sa colonie brésilienne Il (...)
  • 10 R Mizrahi, Inquisição no Brasil Um Capitaõ mór judaisante, éd Universidade de São Paulo/Centro de (...)

8Même s’ils occupaient des charges importantes, les marranes étaient des parias, mais des parias très spéciaux, car ils se situaient à la fois à « l’extérieur » et à « l’intérieur » de la société. Au XVIIIe siècle, la situation des marranes devint plus fragile et les lois relatives à « la pureté du sang » furent appliquées de manière plus rigoureuse. L’intendant, nommé pour la région des Mines, exerçait le droit de vie et de mort sur les citoyens, le Conseil municipal était fragilisé et un grand nombre de marranes furent arrêtés. Nous connaissons l’exemple d’un riche capitãomor9, Miguel Teles da Costa, qui fut arrêté et condamné malgré sa prestigieuse fonction10.

Des élites parias

  • 11 Kayserling, op cit, p 374 et Antonio Baião, « O Banqueiro Duarte da Silva », in Episódios Dramátic (...)

9Tant du point de vue religieux que social, des hommes aux caractères les plus extrêmes vivaient dans la colonie brésilienne : des crypto-juifs les plus fervents à des athées, des aventuriers, des révolutionnaires et des hommes de guerre. Du point de vue politique, ils occupaient des positions qu’ils auraient difficilement eues au Portugal. Le prestige qu’ils acquirent dans le Royaume provenait de leur fortune, comme ces puissants hommes d’affaires : Duarte da Silva en est l’exemple ; bien que riche financier de la couronne (D. João iv), il ne réussit pas à échapper aux prisons de l’Inquisition dans lesquelles il passa cinq années de sa vie11.

  • 12 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, op cit, p 69.

10Au Brésil, les postes occupés par les marranes étaient conditionnés par leurs talents personnels et leurs capacités créatives. Diogo Lopes Ulhoa était, par exemple, l’homme « des décisions » du gouvernement de Diogo Luis de Oliveira, il était appelé le « favori » du gouverneur12, et Felipe de Guilhem gouvernait le Brésil à la place de Tomé de Souza.

  • 13 S Lycurgo, História Geral da Medicina Brasileira, éd Edusp/Hucitec, São Paulo, 1991.

11Durant les premiers siècles de la colonisation, presque tous les médecins étaient marranes13. Les fugitifs portugais voyaient dans le Brésil d’immenses potentiels de progrès dans tous les secteurs, principalement dans celui des sciences médicales, possibilités qui étaient contrariées au Portugal à cause de l’esprit du clergé et de la classe dirigeante. Quand, au XVIIIe siècle, le marquis de Lavradio fut nommé vice-roi du Brésil, il amena avec lui, comme médecin personnel, le docteur José Henriques Ferreira, formé à l’université de Coimbra, qui lui-même était accompagné de son père Antonio Ribeiro de Paiva, chirurgien, judaïsant récemment sorti des prisons de l’Inquisition, et d’un frère fortement persécuté à cause de ses idées hérétiques.

  • 14 A W Novinsky, « Um Judeu Sefaradi, fundador da primeira academia de Ciências do Brasil », in Confa (...)

12Le marrane Jose Henriques Ferreira créa la première Académie des sciences du Brésil, qui fut inaugurée le 18 février 1772 au palais du vice-roi. Mais les Portugais obligèrent Henriques Ferreira à fermer son Académie, paralysant ainsi le progrès scientifique au Brésil14.

  • 15 A W Novinsky, « Reflexões sobre o Antisemitismo em Portugal, sec XVI-XX », in Portugal no século X (...)

13Pendant tous les siècles de la colonisation, les marranes utilisèrent des masques afin de ne pas révéler leur origine, leur foi et leur pensée. À partir de leur conversion forcée et ce jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les sceptiques comme les crypto-juifs furent pourchassés par l’Inquisition. Ce qui prévalait dans le destin des nouveaux-chrétiens était leurs origines, à savoir s’ils étaient descendants de juifs. Le Tribunal était un organe d’un racisme le plus extrême15.

14Au XVIIIe siècle, les soupçons les plus importants portaient sur la critique politique. Les marranes enrichis envoyaient leurs enfants à l’université de Coimbra où le groupe des Brésiliens se révéla être le foyer le plus subversif de l’Université. Ces Brésiliens lisaient les œuvres des philosophes français et critiquaient le fanatisme et l’intolérance du gouvernement portugais. Ils se moquaient de l’enfer et du purgatoire en disant qu’il s’agissait de fables et qu’ils n’existaient pas. Ils ridiculisaient le péché originel, émettaient des doutes sur les Saintes Écritures et scandalisaient les « anciens chrétiens » en niant l’immortalité de l’âme. Ils critiquaient le célibat des prêtres, affirmaient que le mariage était universel et que les relations sexuelles n’étaient pas un péché. Ils raillaient le baptême en plongeant des animaux et des chiens dans l’eau en faisant semblant de les baptiser. Ils se moquaient des moines et des ecclésiastiques en les traitant d’hypocrites, de xénophobes, de fanatiques, d’ignorants et de maniaques. Ils méprisaient le pape et critiquaient les inquisiteurs, disant que ces derniers arrêtaient les marranes afin de leur confisquer leurs biens.

Un syncrétisme impossible

15En vivant deux vies et deux religions, l’une pénétrant l’autre, le syncrétisme au Brésil acquit le caractère spécifique d’une autre religion. Certains considéraient comme sacré le jour du samedi dédié à l’amour de Notre-Dame et d’autres gardèrent les deux jours, le samedi et le dimanche.

  • 16 Inquisition de Lisbonne, Procès nº 2 218 de Teresa Paes de Jesus, manuscrit, Instituto Nacional de (...)
  • 17 L Gorestein, A Inquisição Contra as Mulheres, op. cit.

16Un des cas les plus curieux de syncrétisme, qui coûta la vie à la modeste Teresa Paes de Jesus (née à Rio et brûlée à Lisbonne en 1720), fut le fait de croire en Moïse et en Jésus en même temps. Elle priait « Notre Père » et « l’Ave Maria » comme s’ils avaient été Moïse et Esther car on lui avait dit que : « La Reine Esther était Notre-Dame et que Moïse était Dieu dont elle était la mère. Elle croyait donc ainsi que Jésus Christ était la même personne que Moïse, fils de la Reine Esther, qui vint au monde en premier et qu’il était le Roi des juifs que tous, juifs et chrétiens, adoraient »16. Elle croyait que la Loi du Christ et celle de Moïse étaient la même et qu’on lui avait enseigné que le Dieu présent dans l’Hostie consacrée était Moïse, fils de la reine Esther17.

17Pauvre Teresa ! Comme les autres nouveaux-chrétiens, elle espérait qu’en croyant dans la Loi de Moïse elle deviendrait riche. Elle créa une autre religion et ne comprenait pas pourquoi sa croyance était hérétique. Teresa fut brûlée sur la place publique le 16 juin 1720 non seulement pour le fait d’être juive, mais pour son « impertinence », son « obstination » et son ingénuité. De nombreux autres syncrétismes rendaient confuse la pensée de marranes qui adoraient Moïse et Esther comme des saints catholiques.

  • 18 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, op. cit.
  • 19 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, op. cit., p 162.

18Bien que tous les marranes se sentissent diffamés, ils essayaient de valoriser les offenses en les transformant en symboles d’honneur. La plus grande honte, ce que tout marrane voulait cacher derrière le masque, était le fait d’être un chrétien. Dans une conversation secrète le marrane disait, orgueilleux, que « la meilleure partie qu’il avait de lui-même était celle du nouveau chrétien »18, un autre pestait – « envoyez au diable celui qui souhaite être ancien chrétien » –, un autre encore : « Si je savais que j’avais quelque-chose d’ancien chrétien, je le jetterais à la mer ou le brûlerais ». Et quand le marrane jurait devant les inquisiteurs, il répétait orgueilleux qu’il était « nouveau chrétien avec la grâce de Dieu »19.

  • 20 Inquisition de Lisbonne, procès nº 7 487 de Diogo Nunes Henriques, manuscrit, INATT Voir également (...)

19Certains marranes souhaitaient ardemment appartenir au peuple juif. Durant les vingt-quatre années pendant lesquelles les Hollandais occupèrent le Nordeste du Brésil, ce retour au judaïsme fut possible. Néanmoins, les doctrines de l’Église s’étant déjà inculquées dans son être, il était difficile au marrane d’accepter le judaïsme rabbinique. L’orthodoxie traditionnelle juive était trop stricte aux yeux des marranes. Le marrane habitant de la région du Minas Gerais, Diogo Nunes Henriques, dit à son procès « qu’il devrait exister une liberté de choix, et que chaque personne devrait vivre et mourir avec la loi de sa conscience20. »

20Les Juifs qui arrivèrent avec les Hollandais dans le Nordeste brésilien tentèrent de convertir les marranes installés depuis longtemps au Brésil pour qu’ils reviennent au judaïsme. Nombreux furent ceux qui acceptèrent de devenir juifs et intégrèrent la congrégation Zur Israël ; pour beaucoup, le retour fut toutefois impossible. Ils éprouvaient une angoisse extrêmement profonde et ne réussirent pas à s’adapter. Il existe de nombreux cas de marranes qui, après s’être convertis au judaïsme, demandèrent au prêtre qu’il les baptise à nouveau. Puis, ne réussissant plus à croire dans les dogmes du catholicisme, ils se tournaient encore une fois vers le judaïsme. Ils passaient d’une religion à l’autre, de plus en plus hésitants, jusqu’à ce qu’ils soient arrêtés, emmenés au Portugal, finissant leurs jours miséreux ou déséquilibrés.

Appartenir : entre le désir et le doute

  • 21 R H Popkin, The Third Force in the seventeenth century thought, éd E J Brill, Leiden, 1992.

21Ces dernières années, le marranisme suscite un énorme intérêt parmi les chercheurs en sciences humaines. Son étude a dépassé le champ limité du crypto-judaïsme et est devenue interdisciplinaire, elle est passée du champ de l’histoire à ceux de la philosophie, de l’anthropologie, de la psychologie et de la psychanalyse. Le philosophe Richard Popkin attribue l’origine du scepticisme moderne aux controverses religieuses des conversos du XVIIe siècle qui ouvrirent le chemin au rejet des deux religions, le catholicisme et le judaïsme. Popkin parle de la lutte qui se déroula au XVIIe siècle et qui vit se joindre les défenseurs du millénarisme et les sceptiques21. Nous avons connaissance d’une secte millénariste à Bahia au XVIIe siècle à laquelle appartenaient le père Antonio Vieira et son ami Manoel Mendes Monforte, médecin marrane qui fut arrêté et accusé de crypto-judaïsme. Ce dernier, extrêmement perturbé, finit ses jours en mendiant dans les rues de Lisbonne.

  • 22 M Abensour, « Au-delà de la fluctuatio animi marrane Spinoza en quête de l’universel », Tumultes, (...)

22Miguel Abensour, devant les multiples incertitudes des marranes, pose la question : « Peut-on parler d’un fluctuatio animi marrane ?22 «Fluctuatio animi » se définissant comme le souhait d’appartenir et de ne pas appartenir, ce qui fait que l’esprit flotte entre le désir et le doute. D ´ une part, les marranes souhaitaient s ´ intégrer à la communauté juive, mais, d ´ autre part, ils hésitaient, incertains.

  • 23 M Abensour, Ibid.
  • 24 A W Novinsky, « Novos Elementos para a Historia de São Paulo Paulistas, Cristãos Novos contra os J (...)

23Pour Spinoza qui, sous certains aspects, est également considéré comme marrane, la « fluctuatio animi » est cette structure de l’esprit qui naît de deux affects contradictoires. L’âme se retrouve dans une confusion mentale, elle ne sait plus ce qu’elle aime ou ce qu’elle haït et elle tombe dans une incertitude douloureuse23. Le marrane brésilien est cet homme inquiet, incertain, qui répond toujours que « je ne suis pas sûr », « je pense que », « je ne me souviens pas ». Il a toujours peur d’assumer une position et quand l’inquisiteur lui demande son âge, il répond : « Je ne me souviens pas bien. » La férocité avec laquelle les marranes bandeirantes guerroyaient contre les jésuites24, contre les emboabas, contre les natifs, contre les Hollandais, dénote l’ampleur du défi, le danger et la nécessité de construire un espace sûr contre les persécutions du Tribunal de l’Inquisition qui ne semblaient jamais finir. La lutte des marranes paulistes, connus sous le nom de Bandeirantes, permet d’émettre l’hypothèse qu’ils avaient comme projet de construire une République indépendante qui garantisse un territoire aux marranes.

  • 25 A G Araujo Jr « A Biblioteca de um Cristão Novo », Ensaios sobre a Intolerância Inquisição, Marran (...)

24Toutes sortes de personnes arrivaient au Brésil : des intellectuels et des érudits comme des exilés, des fugitifs et des déclassés. Dans la colonie brésilienne, des œuvres interdites circulaient et on sait que des marranes possédaient d’importantes bibliothèques dont certaines contenaient plus de deux cent titres, ce qui pour l’époque est un nombre significatif25.

  • 26 Inquisition de Lisbonne, procès nº 5 206 de Bento Teixeira, manuscrit, INATT.
  • 27 E Lipiner, Os Judaisantes nas Capitanias de Cima, éd Brasiliense, São Paulo, 1969.
  • 28 E Lipiner, Ibid.
  • 29 E Lipiner, Ibid.

25Le plus illustre des marranes qui vécut au Brésil au XVIIe siècle est le poète Bento Teixeira26. Comme Elias Lipiner l’a écrit : avec Bento Teixeira, Dieu gagna son premier ennemi au Brésil27. Il fut le premier poète de la colonie et comme les marranes secrets, il mena deux vies, se masquant face au monde. Libre penseur, il proclama la supériorité de la raison sur le traditionalisme de toutes les religions28. Il fut un précurseur puisqu’il substitua la conscience humaine au paradis et à l’enfer29. Toutefois, il utilisa son masque pour tromper le monde : il communiait, confessait et portait soutane, mais il se refusait à donner cours le samedi.

  • 30 E Lipiner, Ibid.

26Bento Teixeira avait une connaissance profonde du judaïsme, mais il ne pratiquait pas les préceptes judaïques. Connaisseur érudit de la littérature juive, il enseignait la Bible en langue vernaculaire, ce qui était interdit. Ses amis le sollicitaient pour qu’il leur traduise des extraits de la Bible et des Psaumes du latin en portugais et pour qu’il leur explique certains concepts du judaïsme. Il fut dénoncé parce qu’il lisait des livres interdits et qu’il niait les dogmes du christianisme et des autres religions30.

27Bento Teixeira lisait Ovide, Horace, Virgile et d’autres œuvres interdites et, parce qu’il avait été élève de la Compagnie de Jésus il eut accès aux bibliothèques de la congrégation. Il est intéressant de noter que Bento Teixeira eu accès à l’œuvre rare de Samuel Usque : « Consolation des tribulations d’Israël », écrite au XVIe siècle à Ferrara. Plusieurs autres brésiliens marranes furent arrêtés en même temps que Bento Teixeira pour être crypto-juifs et pour avoir lu des œuvres interdites.

Nós somos o rebotalho do mundo, nós somos nada

  • 31 J Cortesão, Raposo Tavares e a Formação do Território Brasileiro, éd Portugalia, Lisbonne, 1966.
  • 32 J Cortesão, Ibid, p 248, voir aussi J Cortesão, Introdução a História das Bandeiras, vol 1, éd Liv (...)

28Au XVIIe siècle à São Paulo, parmi les marranes qui jouèrent un rôle important dans l’histoire du Brésil, se détache la figure du révolutionnaire et homme de guerre Antonio Raposo Tavares31. Une personnalité que nous aurions peine à trouver parmi les Juifs ashkénazes avant le XXe siècle. La majorité des historiens brésiliens s’accordent sur ce fait : il fut le chef des fameux bandeirantes, groupes comparables à des armées de plus de deux mille volontaires, indiens et blancs, dont les objectifs étaient d’entrer dans la « jungle », de capturer les natifs et rechercher des métaux précieux. Les bandeirantes furent responsables de la destruction des Missions, tuant les jésuites, détruisant les églises et les images sacrées. Les jésuites envoyaient des rapports annuels à leurs supérieurs dans lesquels ils dénonçaient Raposo Tavares et les bandeirantes paulistes en les incriminant d’être des juifs secrets, de faux chrétiens, des athées, des hommes sans Dieu et sans Roi. Il est important de savoir, pour comprendre la question des guerres contre les Missions, que les jésuites étaient les hommes de confiance de l’inquisiteur du Tribunal de l’Inquisition de Lima appelé « Commissaire du Saint-Office » et auquel incombait la mission d’arrêter les Bandeirantes et de les livrer à l’Inquisition32.

  • 33 P S J Pastells, História de la Companhia de Jesus de la provincia del Paraguay (Argentina, Uruguay (...)
  • 34 J Cortesão, Raposo Tavares e a Formação do Território Brasileiro, op cit, p 239.

29Nous ne connaissons pas le degré de judaïsme du marrane Antonio Raposo Tavares, mais il existe un fait qui peut être considéré comme sa déclaration d’appartenance au judaïsme : quand un jésuite lui demanda quelle loi l’autorisait à les détruire, il répondit : « La loi que Dieu donna à Moïse. »33 Raposo Tavares était iconoclaste et luttait contre la théocratie jésuite. Il fut, d’après son biographe, Jaime Cortesão, l’auteur de la plus importante expédition de découverte de tous les temps34.

  • 35 A W Novinsky, « Novos Elementos para a Historia de São Paulo Paulistas, Cristãos Novos contra os J (...)

30Nous savons que Raposo Tavares fut élevé dans une maison de judaïsants, que les jésuites espagnols, responsables des Missions, furent des agents commissaires de l’Inquisition de Lima ; l’on sait également que l’Inquisition de Lima envoya le père Diogo de Alfaro avec le titre de « Commissaire du Saint-Office », qu’il avait pour mission d’arrêter Raposo Tavares et de le livrer à l’Inquisition. On sait, par ailleurs, que les Bandeirantes tuèrent le père Diogo de Alfaro. On peut ainsi mieux comprendre la haine des Bandeirantes à l’égard des frères de la Compagnie de Jésus, les raisons de leur violence et les racines profondes des guerres des Missions35.

***

  • 36 Campina Grande : ville de l’État de Paraíba connue pour son grand nombre d’universités (NdT)
  • 37 Anussim : terme employé dans la littérature rabbinique pour qualifier les convertis de force (NdT)

31Cinq siècles se sont déroulés depuis que le roi D. Manuel obligea les Juifs du Portugal à se convertir au catholicisme. Les premiers marranes commencèrent à arriver au Brésil au début du XVIe siècle avec dans leur cœur un judaïsme qui palpite encore aujourd’hui. Curieusement, des marranes, éparpillés dans tout le pays, continuent actuellement à pratiquer les mêmes rites : ils enterrent leurs morts couverts d’un suaire, ils ne mangent pas de viande de porc et autres aliments interdits, ils allument des bougies les vendredis, ils posent de petites pierres sur les tombes et pratiquent bien d’autres coutumes. Les plus nombreux des survivants du marranisme vivent dans le Nordeste du Brésil et principalement dans l’État du Paraíba. Durant ces dernières années, avec la diffusion de la question du marranisme dans les livres, journaux et revues, les secrets marranes commencent à être divulgués, on en parle ouvertement, des congrès sont organisés sur le sujet, nombreux sont ceux qui étudient l’hébreu et certains ont déjà visité Israël. Les plus aisés vivent isolés, leurs fils ont été circoncis et ils ont édifié des synagogues privées dans leurs propres résidences. Toute leur famille obéit aux rituels juifs. Toutefois, la plupart des marranes appartient à la classe sociale la plus pauvre. Actuellement, à Campina Grande36, ils prient dans une pièce dont la porte d’entrée est munie d’une mezuza. Ils ont commencé déjà à édifier une synagogue sur un terrain cédé par un membre du groupe. Le nombre de marranes augmente avec l’adhésion des anoussim37 de toutes les régions du Brésil.

32Les marranes souffrirent durant plusieurs siècles d’un isolement complet. Les juifs orthodoxes, jusqu’à aujourd’hui, ne reconnaissent pas les marranes brésiliens comme juifs. Nous ne pouvons pas indiquer avec exactitude leur nombre puisque beaucoup vivent encore dans le secret et ne savent pas que leurs pratiques sont juives. Cependant, beaucoup font preuve d’une énorme curiosité et cherchent à connaître l’origine de leurs noms et de leurs ancêtres. Ils parlent avec beaucoup d’amour d’Israël et se plaignent de ne pas être reconnus par les juifs orthodoxes.

33C’est un processus similaire qui se répète, cinq cent ans plus tard. La plupart des marranes ne savent pas s’ils sont chrétiens ou juifs. Avec leurs multiples ascendances, ils ont acquis les caractéristiques physiques et psychologiques du Brésilien du Nordeste : généreux, joyeux, expansif et sentimental.

34La plupart des habitants du Nordeste brésiliens ont un rapport poétique au monde, ils sont des vrais poètes. Sous les tropiques naquît ainsi un « autre » homme qui n’a rien à voir avec le juif sépharade dont il est originaire. C’est ce marrane brésilien que nous connaissons aujourd’hui.

35À Fortaleza, dans une assemblée d’anussim, j’ai entendu un marrane âgé se lever et déclarer à haute voix : « Nós somos o rebotalho do mundo, nós somos nada » – « Nous sommes le rebut du monde, nous ne sommes rien. »

Notes

1 M Kayserling, Historia dos Judeus do Portugal, traduit de l’allemand par Gabriela Borchard Correia da Silva et Anita Waingort Novinsky, introduction et notes de Anita Waingort Novinsky, éd Perspectiva, 2ème édition, São Paulo, 2009.

2 L Gorenstein, A Inquisição Contra as Mulheres, éd Humanitas (université de São Paulo), 2005.

3 A W Novinsky « Estudantes Brasileiros Afrancesados da Universidade de Coimbra A perseguição de Antonio Moraes e Silva (1779-1806) », A Revolução Francesa e seu Impacto na America Latina, org Oswaldo Coggiola, éd Edusp, 1990, pp 357-371.

4 Fr Froger, Relation d’un voyage fait en 1695, 1696 et 1697 aux côtes d’Afrique, détroit de Magellan, Brésil, Cayenne et isles Antilles, par une escadre des vaisseaux du Roy commandée par M De Gennes faite par le Sieur Froger Ingénieur volontaire sur le vaisseau Le Faucau, en anglais, Amsterdam, chez les héritiers d’Antoine Schelte, MDCXCIX.

5 Engenho : établissement industriel situé dans les zones de production de la canne à sucre destiné à moudre la canne pour l’extraction du sucre, de l’alcool, etc Par extension, l’ensemble relatif à la culture et au traitement industriel de la canne à sucre Au XVIe siècle, au Brésil, de grandes propriétés latifundiaires étaient destinées à la culture de la canne et à sa transformation, notamment dans le Nordeste (NdT)

6 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, éd Perspectiva, 3e édition, São Paulo, 2013, p 69.

7 Ibid, pp 107-108, voir aussi La lettre du roi Felipe IV, fac-similé.

8 Commerçants portugais qui faisaient l’aller retour Europe-colonie brésilienne pour s’approvisionner et vendre des marchandises (NdT)

9 En 1548, le Portugal crée le gouvernement général afin de gérer au mieux sa colonie brésilienne Il s’agit d’une administration centrale dirigée par le gouverneur général Ce gouverneur était investi de la plus haute autorité et représentait les intérêts du roi du Portugal Devant l’immensité du territoire à gérer, la couronne portugaise créa trois fonctions qui avaient pour tâche de seconder le gouverneur : le provedor-mor avait la responsabilité de lever l’impôt et de gérer les dépenses liées à la gestion administratives du territoire ; l’ouvidor-mor exerçait les fonctions de juge, il veillait à l’application de la loi et résolvait les conflits ; le capitão-mor avait la responsabilité d’organiser les troupes militaires de la défense du littoral brésilien contre de possibles invasions étrangères et des attaques des communautés indiennes présentes dans la colonie (NdT)

10 R Mizrahi, Inquisição no Brasil Um Capitaõ mór judaisante, éd Universidade de São Paulo/Centro de Estudos Judaicos, São Paulo, 1984.

11 Kayserling, op cit, p 374 et Antonio Baião, « O Banqueiro Duarte da Silva », in Episódios Dramáticos da Inquisição Portuguesa, éd Seara Nova, Lisbonne, 1936, 1953, vol II, pp 287-401.

12 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, op cit, p 69.

13 S Lycurgo, História Geral da Medicina Brasileira, éd Edusp/Hucitec, São Paulo, 1991.

14 A W Novinsky, « Um Judeu Sefaradi, fundador da primeira academia de Ciências do Brasil », in Confarad, éd Garamond, Rio de Janeiro, 2001, pp 78-88.

15 A W Novinsky, « Reflexões sobre o Antisemitismo em Portugal, sec XVI-XX », in Portugal no século XVIII De D Joaõ V á Revolução Francesa, éd Universitária, Lisbonne, 1991, pp 451-471.

16 Inquisition de Lisbonne, Procès nº 2 218 de Teresa Paes de Jesus, manuscrit, Instituto Nacional de Arquivos Torre do Tombo (désormais : INATT).

17 L Gorestein, A Inquisição Contra as Mulheres, op. cit.

18 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, op. cit.

19 A W Novinsky, Cristãos Novos na Bahia, op. cit., p 162.

20 Inquisition de Lisbonne, procès nº 7 487 de Diogo Nunes Henriques, manuscrit, INATT Voir également : A W Novinsky, « Marranism and Inquisition on Gold Route in Minas Gerais, Brasil », The Jews and Expansion of Europe to the West 1450-1800, sous la dir de Paulo Bernardini & Norman Fiering, Berghahm Book, NY – Oxford, 2001, p 226.

21 R H Popkin, The Third Force in the seventeenth century thought, éd E J Brill, Leiden, 1992.

22 M Abensour, « Au-delà de la fluctuatio animi marrane Spinoza en quête de l’universel », Tumultes, Le Paria une figure de la modernité, nº 21-22, éd Kimé, 2003, pp 107-139

23 M Abensour, Ibid.

24 A W Novinsky, « Novos Elementos para a Historia de São Paulo Paulistas, Cristãos Novos contra os Jesuítas », Revista USP, mars/avril/mai 2005, pp 95-104.

25 A G Araujo Jr « A Biblioteca de um Cristão Novo », Ensaios sobre a Intolerância Inquisição, Marranismo e Antisemistismo, 2 e édition, sous la dir de Lina Gorestein et Maria Luisa Tucci Carneiro, éd Humanitas, 2005, pp 231-239.

26 Inquisition de Lisbonne, procès nº 5 206 de Bento Teixeira, manuscrit, INATT.

27 E Lipiner, Os Judaisantes nas Capitanias de Cima, éd Brasiliense, São Paulo, 1969.

28 E Lipiner, Ibid.

29 E Lipiner, Ibid.

30 E Lipiner, Ibid.

31 J Cortesão, Raposo Tavares e a Formação do Território Brasileiro, éd Portugalia, Lisbonne, 1966.

32 J Cortesão, Ibid, p 248, voir aussi J Cortesão, Introdução a História das Bandeiras, vol 1, éd Livros Horizonte, Lisbonne, 1975, chap IV, pp 40-49.

33 P S J Pastells, História de la Companhia de Jesus de la provincia del Paraguay (Argentina, Uruguay, Peru, Bolivia y Brasil), Madrid, Libreria General de Victoriano Suarez, 1912, vol I, p 458, dans Washington, Luís Na Capitania de São Vicente, éd do Senado Federal, v 24, Senado Federal, Conselho Editorial Brasília, 2004.

34 J Cortesão, Raposo Tavares e a Formação do Território Brasileiro, op cit, p 239.

35 A W Novinsky, « Novos Elementos para a Historia de São Paulo Paulistas, Cristãos Novos contra os Jesuítas », op cit.

36 Campina Grande : ville de l’État de Paraíba connue pour son grand nombre d’universités (NdT)

37 Anussim : terme employé dans la littérature rabbinique pour qualifier les convertis de force (NdT)

Auteur

Originaire de Pologne, naturalisée brésilienne, enseigne à l’université de São Paulo. Elle y dirige le Laboratório de Estudos sobre a Intolerância et le Museu da Tolerância . Elle est également professeur invité de diverses universités de par le monde – Brown University, Rutgers, Austin ou l’École des hautes études en sciences sociales. Elle a notamment publié O Santo Ofício da Inquisição no Maranhão. A Inquirição de 1731 (Editora Universidade Estadual do maranhão, São Luiz, Maranhão, 2006)

Patrick Houdin (Traducteur)

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search