Version classiqueVersion mobile

Les marranismes

 | 
Jacques Ehrenfreund
, 
Jean-Philippe Schreiber

Les contributeurs

Texte intégral

1PATRICK CABANEL est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse-Le Mirail. Ancien directeur de la revue Diasporas. Histoire et sociétés, il est le conservateur du Musée du protestantisme de Ferrières (Tarn). Ses travaux portent sur la construction de la République laïque et de son école, l’histoire des minorités religieuses, les résistances à la Shoah. Derniers ouvrages publiés : Histoire des Justes en France (Armand Colin, 2012) ; Histoire des protestants en France, XVe -XXIe siècle (Fayard, 2012).

2JACQUES DEOM est licencié en philosophie (université catholique de Louvain), licencié en orientalisme (université catholique de Louvain), et agrégé de l’enseignement secondaire supérieur. Il est actuellement chercheur à la Fondation de la mémoire contemporaine, rattachée au Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité de l’université libre de Bruxelles. Il achève un ouvrage sur l’immigration illégale en provenance de Belgique de réfugiés juifs en Palestine sous mandat britannique (1946-1947). Il a notamment publié Qu’est-ce que l’antisémitisme ? Quelques éléments de réponse (Bruxelles, 2012).

3JACQUES EHRENFREUND est professeur, titulaire de la chaire d’histoire des Juifs et du judaïsme à l’université de Lausanne. Il est directeur de l’Institut Religions Cultures Modernité. Il s’intéresse à la question de la construction des groupes et des identités sociales à l’ère de la nationalisation des sociétés européennes, ainsi qu’au rôle rempli par les héritages religieux dans ce cadre. Il a notamment publié Mémoire juive et nationalité allemande. Les juifs berlinois à la Belle Époque (Paris, P. U. F., 2000).

4THOMAS GERGELY, romaniste de formation, est professeur de l’université libre de Bruxelles et directeur de l’Institut d’études du judaïsme auprès de la même université, où il enseigne, ainsi qu’au département de philosophie, l’histoire et la culture juives. Ses travaux, livres et articles traitent de rhétorique, de stylistique, d’histoire juive, de philosophie religieuse et envisagent régulièrement les rapports du judaïsme avec le monde occidental chrétien.

5FREDERIC GUGELOT est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims, membre du CEIFR-EHESS et du CERHIC-Reims. Spécialiste d’histoire culturelle du religieux, des conversions, ainsi que des intellectuels et écrivains catholiques, il a notamment publié récemment Catholicisme en tensions, avec Céline Béraud et Isabelle Saint-Martin (Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012, p. 257-264) ; « Entre Athènes et Babylone. Les catholiques en quête de capitale, XIXe et XXe siècles » (Bruxelles, Paris, Port-au-Prince, Québec), dans Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen-Diagre et Jean-Philippe Warren (dir.) (Archives des sciences sociales des religions, à paraître, mars 2014).

6MAURICE KRIEGEL est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ses recherches portent en priorité sur l’histoire politique, sociale et intellectuelle du monde juif au Moyen-Âge et au début de l’époque moderne. Parmi ses dernières publications : le Cahier de l’Herne « Scholem » (Éd. de l’Herne, 2009) ; « Nahmanides and Arnold of Villanova : on the early contacts between Christian millenarianism and Jewish messianism », dans Jewish History (vol. 26, 201).

7MARTINE LEIBOVICi, maître de conférences HDR en philosophie politique à l’université Paris Diderot-Paris 7, y est membre du Laboratoire de changement social et politique. Elle a publié plusieurs ouvrages et articles sur l’œuvre d’Hannah Arendt, dont Hannah Arendt, une Juive. Expérience, politique et histoire (Paris, Desclée de Brouwer, 1998), Emmanuel Levinas, Simone Weil, Walter Benjamin et Jacques Derrida. Ses recherches les plus récentes portent sur l’autobiographie comme vecteur de compréhension du monde dans des situations de transfuge, d’entre-deux ou d’être paria et ont donné lieu à l’ouvrage Autobiographies de transfuges. Karl Philipp Moritz, Richard Wright, Assia Djebar (Éd. Le Manuscrit, 2013).

8NATALIA MUCHNIK, maître de conférences à l’EHESS, est historienne. Ses recherches portent sur les marranes, l’inquisition espagnole et la diaspora séfarade en Europe occidentale, qu’elle analyse, entre autres, dans De paroles et de gestes. Constructions marranes en terre d’Inquisition (Éd. de l’EHESS, 2014). Depuis 2008, elle mène une étude comparée et croisée de plusieurs diasporas des XVIe -XVIIIe siècles : les séfarades, les morisques, les catholiques britanniques et les huguenots, sur lesquels elle a notamment publié « “S’attacher à des pierres comme à une religion locale…” La terre d’origine dans les diasporas des XVIe - XVIIIe siècles » (Annales. Histoire, Sciences sociales, 2011, p. 481-512).

9HILDA NISSIMI est professeur d’histoire moderne à l’université de Bar Ilan (Israël) où elle dirige le département d’histoire générale. Elle a notamment publié The Crypto-Jewish mashhadis. The Shaping of Religious and Communal Identity in their Journey from Iran to New York (Sussex Academic Press, 2007). Son intérêt pour la construction identitaire des communities, en particulier la communauté juive Mashhadi, l’a conduit à ses recherches actuelles sur le rôle des musées dans la représentation et la structuration de l’identité. Son article le plus récent (« Heritage Centres in Israel : Depositories of a Lost Identity ? ») va être publié dans le Journal of Jewish Culture and History.

10GIOVANNI RICCI, ancien professeur d’histoire moderne à l’université de Ferrare, dont les recherches croisent l’histoire sociale et celle des mentalités, est l’auteur de Bologna. Le città nella storia d’Italia (Roma-Bari, Laterza, 1980) ; Ravenna. Le città nella storia d’Italia (Roma-Bari, Laterza, 1985) ; Povertà, vergogna, superbia. I declassati fra Medioevo ed Età moderna (Bologna, Il Mulino, 1996) ; Il principe e la morte. Corpo, cuore, effigie nel Rinascimento (Bologna, Il Mulino, 1998) ; Ossessione turca. In una retrovia cristiana dell’Europa moderna (Bologna, Il Mulino, 2002) ; I giovani, i morti. Sfide al Rinascimento (Bologna, Il Mulino, 2007) ; I turchi alle porte (Bologna, Il Mulino, 2008) ; Appello al Turco. I confini infranti del Rinascimento (Roma, Viella, 2011).

11JEAN-PHILIPPE SCHREIBER est directeur de recherches au Fonds national de la Recherche scientifique (Belgique) et professeur ordinaire à l’université libre de Bruxelles, où il a dirigé le Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité. Parmi d’autres ouvrages, il a publié Orientalisme et études juives à la fin du XIXe siècle, avec Philippe Pierret (Bruxelles, 2004) et assuré la direction scientifique de Théologies de la guerre (avec Alain Dierkens, Bruxelles, 2006).

12NORMAN SIMMS, né à Brooklyn (New York), s’est installé en Nouvelle-Zélande en 1970 et y a enseigné à l’université de Waikato jusqu’en 2011. Il est diplômé d’Alfred University (New York) et de la Washington University (Saint Louis), où il a obtenu son doctorat. Il est le fondateur et le rédacteur en chef de la revue interdisciplinaire Mentalities/Mentalites et a ces dernières années publié plusieurs ouvrages sur les marranes, les crypto-juifs ou l’Affaire Dreyfus.

13PERRINE SIMON-NAHUM est directrice de recherches au CNRS et membre du Centre Raymond Aron de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris). Elle enseigne à l’École normale supérieure et à l’Institut d’études politiques de Paris. Elle est directrice de collection aux Éd. Odile Jacob. Elle a notamment publié La cité investie. La science du judaïsme français et la République (Paris, Éd. du Cerf, 1992) ou André Malraux : l’engagement politique au XX e siècle (Paris, Armand Colin, 2010).

14ANITA WAINGORT-NOVINSKY, originaire de Pologne, naturalisée brésilienne, enseigne à l’université de São Paulo. Elle y dirige le Laboratório de Estudos sobre a Intolerância et le Museu da Tolerância . Elle est également professeur invité de diverses universités de par le monde – Brown University, Rutgers, Austin ou l’École des hautes études en sciences sociales. Elle a notamment publié O Santo Ofício da Inquisição no Maranhão. A Inquirição de 1731 (Editora Universidade Estadual do maranhão, São Luiz, Maranhão, 2006).

15MONIQUE WEIS est chercheur qualifié du Fonds national de la recherche scientifique et maître d’enseignement à l’université libre de Bruxelles. Docteur en philosophie et lettres, elle s’est spécialisée dans l’étude des rapports entre politique et religion en Europe occidentale à l’époque moderne, s’intéressant aux littératures de combat, aux écrits d’opinion et à la réception du passé – plus particulièrement de la Renaissance et du XVIe siècle – dans les arts et la littérature des XIXe et XXe siècles. Monique Weis est directrice du Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité à l’université libre de Bruxelles.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search