Version classiqueVersion mobile

Les conflits frontaliers sino-vietnamiens

 | 
Thi Hanh Nguyen

Conclusion

Texte intégral

1Par la signature du traité de délimitation frontalière terrestre en 1999 et celle du traité de délimitation frontalière du golfe du Tonkin en 2000, le Vietnam et la Chine ont réglé deux des trois questions de leur conflit territorial après plus d’un siècle de discorde. Il reste la question de souveraineté sur les deux archipels des Paracels et des Spratleys, pour laquelle chacun utilise ses propres arguments pour affirmer sa souveraineté. Jusqu’à présent, aucune solution rationnelle n’a été trouvée pour régler ce problème.

2En ce qui concerne la frontière terrestre, cette question fut traitée par la France et la Chine à l’époque coloniale, puis par la Chine et le Vietnam.

3Avec les conventions de 1887 et de 1895 signées entre la France et la Chine, la frontière sino-vietnamienne, pour la première fois, fut délimitée selon des standards modernes : des cartes concrètes et précises établies selon des méthodes scientifiques après avoir arpenté le terrain ; des bornes sur le terrain, un tracé exact des positions des bornes sur des cartes ; un système de contrôle par l’armée et la douane, etc.

  • 1 « L’Histoire des lignes frontalières du Vietnam », département de recherche générale, office de st (...)

4Cette ligne de frontière fut la première ligne de frontière sino-vietnamienne reconnue par les puissances dans le monde entier. Elle fut enregistrée comme « statu quo international1 ». Les Français avaient fait des concessions à la Chine sur certains endroits, mais la ligne frontalière tracée concordait fondamentalement avec la frontière léguée par l’histoire, formée dans le processus de lutte incessante pour imposer et sauvegarder la souveraineté du Vietnam.

  • 2 J.R.V. Prêtcôte, Les frontières de l’Asie du Sud-Est, Membourg, 1977, p. 60

5On peut dire que cette ligne frontalière était en fait une ligne frontalière coloniale. Cependant, elle n’était pas semblable à la plupart des lignes frontalières en Afrique, tracées arbitrairement par les colonialistes. La ligne de frontière sino-vietnamienne établie par la convention franco-chinoise était une ligne historique acceptée par le droit international. D’après certains chercheurs, c’était « une des frontières le mieux définie dans la région d’Asie du Sud-Est2 ».

  • 3 MDF, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, d (...)

6Cependant, le processus de délimitation frontalière sino-tonkinoise dura longtemps et se heurta à plusieurs difficultés. La France et la Chine perdirent plus de dix ans. Plusieurs contestations ne purent être résolues par les deux délégations. Sur quelques secteurs, le travail dut reprendre plusieurs fois pour un règlement définitif3.

7Ainsi, la délimitation frontalière par les conventions de 1887 et de 1895 constitue une base pratique et juridique, d’une part, mais, d’autre part, une cause de litiges entre les deux pays aux époques ultérieures.

  • 4 Voir l’article 2 de la « convention relative à la délimitation de la frontière entre la Chine et l (...)

8Premièrement, la frontière était délimitée de façon trop vague sur le terrain et surtout dans les textes. Sur le terrain, dans plusieurs secteurs de frontière, des bornes étaient plantées au mauvais endroit ou faisaient défaut. Dans les textes, par exemple, définissant la frontière entre les points B et C, la convention de 1887 se contente de dire : « Du point B, la frontière a la direction est-ouest jusqu’au point C où elle rencontre le Teng-tiao-tchiang au-dessous de Ta-chou-tchio. Ce qui est au sud de cette ligne appartient à l’Annam, ce qui est au nord à la Chine4. » Ainsi, pour prendre ce seul exemple, on peut comprendre aisément qu’une telle imprécision ait laissé subsister des points litigieux.

  • 5 Le Monde, 17 février 1979.

9Deuxièmement, par suite des circonstances, le résultat de la délimitation de frontière ne satisfit ni les Chinois, ni les Français, ni les Vietnamiens. La Chine considérait que la France, profitant de la faiblesse chinoise d’alors, l’avait contrainte à renoncer à sa suzeraineté sur le Tonkin et à signer un traité « inégal », que « la Troisième République pratiquait alors une diplomatie « musclée » pour assurer les intérêts et la sécurité de son empire5 ». En revanche, la France considérait qu’elle avait fait de (trop) grandes concessions à la Chine en plusieurs endroits, en échange de bien modestes avantages commerciaux accordés par la Chine. Le Vietnam, plus tard, considérera que, soucieuse de ses intérêts commerciaux, la France avait cédé des zones vietnamiennes à la Chine, faisant fi de l’intégrité territoriale du Vietnam.

10Ces divergences portaient en germe les incidents de frontière qui ne manquèrent pas de se produire et constituèrent l’un des principaux problèmes discutés entre la Chine et le Vietnam quand des conditions favorables furent réunies.

11En fait, la question frontalière sino-vietnamienne fut soulevée dès la naissance de la République populaire de Chine en 1949. La Chine n’acceptant pas les traités signés avec les puissances occidentales, tenta de tracer une nouvelle ligne de frontière avec tous les pays voisins, y compris le Vietnam. La question de délimitation frontalière fut discutée par les deux côtés pendant des décennies et le résultat obtenu dépendit du degré des relations à chaque époque : un symbole de l’amitié et de la solidarité dans les années 1950 et un théâtre du conflit sino-vietnamien dans les années 1970-1980.

12Pour régler la question frontalière, la Chine accepta de prendre comme base de discussion un « traité inégal », mais tint à le remplacer par un « traité égal ». Cependant, dans les années 1950-1960, les relations entre la Chine et le Vietnam étaient subordonnées à un objectif commun : libérer le Vietnam des Français puis des Américains. C’est pourquoi les deux pays gelèrent le problème de frontière en reconnaissant provisoirement le statu quo, par lettres échangées entre les deux parties en 1958. La frontière devient un symbole de l’amitié et de la coopération entre les deux pays communistes et un lieu privilégié d’exercice de la solidarité socialiste.

13La victoire de 1975 du Nord-Vietnam changea totalement la situation du pays mais impacta aussi les relations entre la Chine et le Vietnam. Les divergences assoupies à l’époque précédente se réveillèrent alors. Les litiges frontaliers ne peuvent être considérés comme la seule cause, mais semblent plutôt être des conséquences du conflit sino-vietnamien, surtout dans le cas du conflit de frontière en 1979. Les relations auparavant amicales entre la Chine et le Vietnam deviennent hostiles. Les divergences entre Hanoi et Pékin sur le tracé de leurs frontières sont utilisées comme un prétexte couvrant d’autres objectifs. Les incidents de frontière se multiplient pendant plus d’une décennie (1979-1991) et augmentent en raison directe de la tension des relations sino-vietnamiennes.

14La normalisation des relations entre la Chine et le Vietnam en 1991 changea encore une fois tant la situation que le rôle de la frontière sino-vietnamienne. Le règlement de la question frontalière était considéré la condition de la normalisation sino-vietnamienne, il en fut la conséquence. Le problème fut réglé pas à pas. Après plusieurs négociations tendues, les deux côtés se mirent d’accord sur une base de règlement de la frontière terrestre. Les deux conventions frontalières franco-chinoises de 1887 et de 1895 restèrent la base principale sur laquelle les deux côtés s’appuyèrent pour régler ce problème. Le traité de frontière terrestre signé à Hanoi en décembre 1999 entre le Vietnam et la Chine marqua l’achèvement du processus de délimitation et perfectionnement de la frontière terrestre sino-vietnamienne, processus qui aura donc duré plus d’un siècle.

  • 6 MVAE, documents de cours de perfectionnement…, op. cit., p. 35.
  • 7 Ibid.

15Pour le Vietnam, la signature du traité de 1999 est un fait majeur : « Il affirme, en réalité, le principe d’égalité de souveraineté entre les deux pays6. » En fait, le problème de frontière terrestre fut toujours « sensible » et « difficile », et il empoisonna les relations entre les deux pays. C’est la première fois, dans l’histoire moderne des relations sino-vietnamiennes, qu’un traité de délimitation de frontière était signé. Et il s’agit cette fois-ci d’un traité égal, établi sur la base de la loi internationale et sur les caractéristiques propres de chaque pays. Désormais, il y a « une ligne frontalière claire et stable » entre les deux pays7.

  • 8 Ibid., p. 35.

16Le Vietnam est en passe de régler le problème frontalier avec ses pays voisins : la frontière terrestre avec le Laos, les frontières terrestre et maritime avec le Cambodge, la délimitation de la mer avec la Thaïlande, les zones communes d’exploitation avec la Malaisie et l’Indonésie8. La délimitation frontalière terrestre avec la Chine a créé des conditions favorables pour que le Vietnam puisse régler tous les conflits et problèmes de frontière et de souveraineté.

17Pour la Chine, plus sans doute que ses autres expériences de délimitation frontalière avec ses voisins, la délimitation de frontière avec le Vietnam aura joué un rôle important. L’Asie du Sud-est est une zone stratégique très importante où la Chine tente d’élargir son influence. Le Vietnam est une porte d’entrée dans cette zone. L’établissement de relations amicales et le règlement du conflit territorial avec le Vietnam s’imposait à cet égard.

18La question maritime se posant entre la Chine et le Vietnam s’est, en réalité et même si on ne le pense pas spontanément, révélée bien plus compliquée et potentiellement dangereuse que la question terrestre. En particulier, les problèmes de souveraineté sur des îles (comme ce fut le cas pour les Paracels et Spratleys) sont par nature beaucoup plus difficiles à résoudre que ceux de la frontière terrestre.

19Par le traité de délimitation frontalière du golfe du Tonkin signé en 2000, l’une des deux questions maritimes fut correctement réglée.

20En fait, la question du golfe du Tonkin avait été abordée par la France et la Chine en même temps que celle de la frontière terrestre. La convention de frontière franco-chinoise de 1887 fit passer la frontière à travers ce golfe, considéré comme une zone limitrophe du Guangxi, région autonome du Sud-Est de la Chine. Cette délimitation ne fit à l’époque aucune difficulté et aucun autre aménagement n’eut à être discuté entre la France et la Chine jusqu’à la fin de l’époque coloniale.

21La question fut remise sur le tapis par le Vietnam et la Chine à partir des années 1950 au sujet de l’exploitation des pêches et gisements dans le golfe. Les deux côtés ne purent se mettre d’accord pour le partage des ressources et des zones d’influence. Des négociations s’ouvrirent mais sans résultat à cause de présupposés contradictoires de part et d’autre. Le Vietnam considérait la ligne délimitée par la convention franco-chinoise de 1887 comme une frontière partageant le golfe et voulait régler ce problème en s’appuyant sur cette convention. En revanche, la Chine estimait que la convention de 1887 n’avait pas délimité la frontière dans le golfe, mais juste partagé les îles. Elle voulait régler ce problème sur la base d’une division du golfe « en deux ».

22Comme dans le cas de la frontière terrestre, la question du golfe du Tonkin ne fut réglée qu’après la normalisation des relations entre les deux pays. Les deux côtés, finalement, consentirent à des concessions réciproques pour atteindre une solution commune. Le traité de délimitation de frontière dans le golfe du Tonkin mit en 2000 un point final à ce contentieux. Restait donc la troisième question frontalière entre la Chine et le Vietnam, la seconde maritime : celle de la souveraineté sur les archipels des Paracels et des Spratleys.

  • 9 MFAE, Asie-Océanie, Chine, Paracels (1946-1947), note de J. Baeyens, consul général de France à Sh (...)

23Cette question, historiquement, fut soulevée plus tard que la question terrestre par la France et la Chine. Jusqu’à 1909, ni la France, ni la Chine n’avaient prêté attention à ces archipels et à la souveraineté qu’il pouvait y avoir lieu d’exercer sur eux. Le contentieux ne prit corps, jusqu’à mener à une réelle tension, qu’après la Seconde Guerre mondiale. La position stratégique très importante de ces archipels en période d’hostilité provoqua l’intensification des « prises de possession » de la part de la Chine comme de la France. Les deux pays occupèrent certaines îles et affirmèrent chacun leur souveraineté sur leur ensemble. L’agacement ne déboucha toutefois jamais sur des accrochages armés. La Chine n’abandonna jamais son but de transformer en réalité présente sa souveraineté « historique » sur ces îles, mais évita coûte que coûte d’utiliser la force. La France s’obstina aussi quelque peu à profiter de l’aubaine et à affirmer sa souveraineté sur ces îles dont elle n’était pas sûre de pouvoir faire grand chose, mais, comme dans le cas de la frontière terrestre, elle y vit un moyen de faire au moment adéquat des concessions à la Chine en échange de la satisfaction d’autres intérêts. Cela se manifesta le plus clairement dans l’affaire des Paracels en 1946. Afin d’obtenir des avantages et de les faire reconnaître dans le traité de Tchongking avec la Chine, et compte tenu de la neutralité du gouvernement de Nankin dans la question de l’Indochine, la France consentit à reconnaître la présence chinoise sur les îles des Paracels que la France s’était appropriées naguère9.

24La situation et le caractère du conflit de souveraineté sino-vietnamien changèrent fortement à partir de 1974, date à laquelle il n’y eut plus aucune puissance étrangère de présente au Vietnam. Les menaces française et américaine disparues, la Chine commença à intensifier sa présence dans les archipels et à utiliser la force armée pour affirmer sa souveraineté. En 1974, les troupes chinoises, chassant des Paracels les garnisons sud-vietnamiennes, occupèrent totalement cet archipel. Dès la victoire communiste de 1975 au Vietnam, le différend sur ces îles monta en puissance et finit par pourrir les relations sino-vietnamiennes. La Chine s’employa à renforcer sa position aux Paracels, et occupa aux Spratleys quelques îles inhabitées à l’appui de son affirmation de pleine souveraineté sur l’ensemble de cet archipel, exigeant le retrait des Vietnamiens des îles qu’ils occupaient.

25À la différence de ce qui se passa dans le cas de la frontière terrestre et dans celui du golfe du Tonkin, la normalisation des relations entre la Chine et le Vietnam en 1991 ne changea pas la situation ; ce contentieux resta toujours à vif, bien que les deux côtés aient passé des accords pour parvenir à le régler. Les deux pays confortèrent chacun sa position par des actes juridiques. L’adoption par le parlement chinois d’une loi maritime qui place la plus grande partie de la mer de Chine méridionale sous la souveraineté de Pékin, y compris les îles Paracels et Spratleys, heurta directement les intérêts des pays de l’Asie du Sud-Est qui revendiquent aussi, partiellement ou totalement, la souveraineté sur les deux archipels.

  • 10 Francis Deron et Jean-Claude Pomonti, « La Chine avance ses pions vers le Sud », Le Monde, 7 mars (...)

26Les Spratleys prêtèrent ainsi à des disputes de plus en plus vives. Il faut dire que la fin du xxe siècle aura été un moment particulièrement propice pour que la Chine avance vers le Sud. L’ASEAN avait du mal à gérer une grave récession économique, aux répercussions politiques continues. Cette crise raviva certaines des tensions traditionnelles entre les divers pays, facilitant le jeu de Pékin. Dans le même temps, le budget chinois de la défense augmenta de 20 % chaque année10.

***

27Au travers de tout ce qui a été vu ici, quelques observations peuvent être formulées : premièrement, le processus de délimitation frontalière sino-vietnamienne entre la France et la Chine ne fut pas simplement une délimitation de frontière géographique, ce fut aussi une recherche d’atout pour les négociations générales.

28Deuxièmement, les conflits de délimitation frontalière tendent à se répéter dans des zones stratégiques et symboliques où ils eurent déjà lieu au cours de l’histoire. Tel fut le cas, par exemple, de la porte de Namquan ou du canton de Tulong.

29Troisièmement, les problèmes de frontière terrestre et de frontière maritime s’influencent mutuellement. La solution de l’un est la condition pour régler l’autre. Ce fut particulièrement vrai à partir de 1974, quand le problème ne concerna plus que les deux pays : à l’occasion des négociations, la Chine comme le Vietnam utilisèrent le problème maritime comme une condition pour faire avancer le règlement de la frontière terrestre. Il y avait, certes, une divergence sur les modalités : la Chine, pour sa part, voulait régler le problème terrestre et le problème maritime de façon séparée ; le Vietnam était d’avis contraire.

30Quatrièmement, les litiges frontaliers ne peuvent être considérés comme des causes, mais semblent plutôt être des conséquences du conflit sino-vietnamien. Cela se voit très clairement dans le conflit à la frontière en 1979. Sous prétexte du non respect de la frontière par le Vietnam, la Chine lança une offensive contre six provinces du Nord-Vietnam en février 1979. La vérité est qu’elle se proposait trois grands objectifs : obliger le Vietnam à se prêter, au Cambodge, à une solution politique négociée qui rétablirait l’indépendance et la neutralité de ce pays ; persuader les dirigeants de Hanoi de prendre quelque distance avec Moscou ; amener les Soviétiques, ainsi défiés, à révéler les limites de leur soutien au Vietnam et à se convaincre eux-mêmes de réduire leurs activités dans une région qui relève traditionnellement de l’influence chinoise.

31On peut conclure que le règlement du problème de la frontière maritime entre la Chine et le Vietnam reste encore très difficile. Cependant, l’achèvement du règlement du problème de la frontière terrestre et celui du golfe du Tonkin crée, plus ou moins, les conditions pour le règlement de cette question dans l’avenir.

Notes

1 « L’Histoire des lignes frontalières du Vietnam », département de recherche générale, office de statistique 12, ministère de la Défense nationale du Vietnam, 1997.

2 J.R.V. Prêtcôte, Les frontières de l’Asie du Sud-Est, Membourg, 1977, p. 60

3 MDF, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, documentation réservée à usage strictement militaire, p. 40.

4 Voir l’article 2 de la « convention relative à la délimitation de la frontière entre la Chine et le Tonkin », annexe 22.

5 Le Monde, 17 février 1979.

6 MVAE, documents de cours de perfectionnement…, op. cit., p. 35.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 35.

9 MFAE, Asie-Océanie, Chine, Paracels (1946-1947), note de J. Baeyens, consul général de France à Shanghai à J. Meyrier, ambassadeur de France en Chine, le 24 janvier 1947.

10 Francis Deron et Jean-Claude Pomonti, « La Chine avance ses pions vers le Sud », Le Monde, 7 mars 1999.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search