Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conflits frontaliers sino-vietnamiens

 | 
Thi Hanh Nguyen

Troisième partie. Les conflits frontaliers sino-vietnamiens et leur règlement de 1954 à nos jours

2. Les résultats de la première étape de redélimitation frontalière terrestre depuis la normalisation des relations entre le Vietnam et la Chine (1991)

Texte intégral

Raisons des négociations

1Le problème de la frontière terrestre entre la Chine et le Vietnam fut abordé à nouveaux frais dès la normalisation des relations entre les deux pays. Rien de plus logique.

2D’abord, il faut se rappeler que la question de la frontière entre les deux pays avait été abordée dès les années 1950, quand la République populaire de Chine venait de s’établir et se souciait de renforcer ses lignes frontières et que, dans le même temps, la République démocratique du Vietnam avait avec l’aide de sa voisine pris le contrôle de la frontière du Nord.

  • 1 Tran Danh My, « La Chine et l’administration des frontières et des territoires du pays », in revue(...)

3La RPC, dès sa fondation en 1949, avait fait le tour de ses problèmes frontaliers avec ses divers voisins. Avec une longueur de frontière terrestre de plus de 20 000 kilomètres et de frontière maritime de plus de 18 000 kilomètres, la Chine est l’un des pays aux frontières terrestre et maritime les plus longues de la planète ; l’un des pays ayant aussi, sans doute, les vues les plus affirmées quant à ce que doit être le tracé de ces frontières1.

4Ayant une frontière commune avec vingt et un pays — puissances économiques et politiques à l’échelle du monde, puissances militaires régionales ou pays petits et faibles — la Chine était confrontée à de nombreuses contestations, ou en entretenait. Les régions frontalières sont des régions sensibles, influencées directement par des changements qui peuvent intervenir dans les pays limitrophes. Pour la Chine en tout cas, ses zones frontières sont des lieux et des moyens d’affirmation de la force réelle du pays ; il en va directement du prestige de la nation et de son armée.

  • 2 Mira Sinha Bhattacharjea, « China’s strategy in order to define and to fortify all the terrestrial (...)

5Systématiquement, depuis la création de la RPC, c’est la Chine qui a proposé le règlement de la question frontalière à ses voisins. Ne reconnaissant pas la légitimité de la plupart des traités à impact territorial signés au xixe siècle et au début du xxe, elle les presse de signer de nouveaux traités bilatéraux ; dans la plupart des cas, elle propose des approches concrètes et sensées pour résoudre définitivement ces questions de frontière2.

  • 3 Ibid.

6La politique de la Chine concernant ses frontières terrestres part d’une réalité historique. La plupart des pays asiatiques du tiers-monde devenus des pays indépendants après la Seconde Guerre mondiale avaient des lignes et des zones frontalières assez vagues ; les nouveaux pays restaient tributaires des limites dues aux invasions et partages coloniaux du xixe siècle. Les frontières de tous les pays voisins en Asie et même, dans une large mesure, les frontières de la Chine étaient les « produits des expansions et contrôles coloniaux des puissances d’empires au xixe siècle et au début du xxe siècle3 ».

7La problématique frontalière réunissant et opposant le Vietnam et la Chine ne fait pas exception, mais revêt certaines caractéristiques spécifiques.

  • 4 MVAE, comité des frontières, document de recherche « La frontière terrestre sino-vietnamienne », 1 (...)

8On peut dire que la ligne frontalière sino-vietnamienne déterminée par la France et la Chine au travers des accords de 1887 à 1895 était une ligne frontalière coloniale parce que le Vietnam était, pratiquement et juridiquement, devenu une colonie de la France. Mais, sans pleinement satisfaire ni le côté chinois, ni le côté français, les deux conventions de 1887 et de 1895 avaient eu le mérite d’imposer une ligne assez claire, acceptée par le droit international ; c’était la première fois qu’entre la Chine et le Vietnam existait un vrai système de bornes frontières (314 bornes4).

  • 5 MVAE, comité des frontières, document des cours de perfectionnement…, op. cit., Hanoi, janvier 200 (...)

9On l’a souligné, la Chine avait toujours considéré ces conventions comme inégales. Elle pensait que la France avait profité de ses difficultés pour la contraindre à renoncer à son intérêt séculaire au Vietnam avec pour lot de consolation une petite concession de territoire vietnamien. Les Vietnamiens, eux, préféraient penser que, profitant de la connaissance vague de la géographie indochinoise qu’avait la France et du désir de celle-ci de signer rapidement une convention commerciale pour disputer le marché chinois aux Anglais, la Chine s’était taillé plusieurs zones territoriales dans la chair de son voisin : le Vietnam avait ainsi perdu5 quelque 1 900 km2.

10Ainsi, la Chine n’accordait aucune légitimité aux conventions franco-chinoises ; le Vietnam, au contraire, admettait et voulait conserver le tracé concrétisé par les conventions. Ce dernier point de vue l’emporta, les Chinois eux-mêmes devant reconnaître qu’on ne pouvait trouver de meilleure solution pour régler le problème de frontière. Dès 1957-1958, les deux côtés se mirent d’accord pour maintenir le statu quo sur la base du tracé « français ».

11Il faut ajouter que bien qu’elle fût une ligne frontière coloniale, la ligne frontière sino-vietnamienne n’était pas comparable à la plupart des lignes frontalières en Afrique qui avaient été tracées arbitrairement, résultats douteux d’un partage à l’arraché dans le cadre de la compétition impérialiste des puissances européennes ; c’était une ligne historique, compatible avec l’héritage culturel vietnamien, jouant — à terme — en faveur de l’affirmation nationale de tout un peuple, une ligne inscrite dans le temps long qui devait à la négociation plus ou moins inégale, effectivement, entre la France et la Chine, d’avoir été acceptée par le droit international et de faire autorité. D’après certains experts, ce fut l’« une des meilleures frontières définies dans la région d’Asie du Sud-Est ».

12Reste que cette frontière était affectée par différents éléments :

13D’abord, il y eut des défauts ou des à-peu-près dans la délimitation et l’abornement, techniquement difficiles et compliqués par le relief accidenté et la mosaïque ethnique caractéristiques de la région. Dans plusieurs sections, les topographes, chinois et français, ne purent aller sur le terrain et la ligne fut tracée par comparaison des cartes topographiques plus ou moins valables des uns et des autres. L’imprécision en découlant fut l’une des causes du conflit récurrent entre la Chine et le Vietnam.

14Ensuite, bien que le processus d’abornement ait duré dix ans, le système de bornage n’était pas réalisé parfaitement. Sur quelques sections, à cause de difficultés géographiques et sociales, les exécutants d’abornements chinois et français ne posaient pas de bornes ou abornaient en des positions sur le terrain ne correspondant pas à celles de la carte.

15Enfin, la région était aux mains des bandes chinoises depuis toujours et elle le resta, même après la délimitation et l’abornement ; en lien, la constante dualité de la situation chinoise où s’opposent les décisions de Pékin et la réalité des provinces.

16À l’époque coloniale, la ligne frontalière ne fut jamais été modifiée officiellement, mais ne cessa d’être fragilisée, voire déformée par les incidents : destruction d’ouvrages, déplacement et démolition de bornes, campement de troupes, etc.

17Désormais, le conflit frontalier devait s’appréhender à la fois dans le cadre local et sur le plan gouvernemental.

18D’abord, la terre habitable et cultivable était limitée, précieuse et fortement disputée entre les habitants des deux côtés de la frontière. Malgré la délimitation et l’abornement officiels, les empiètements mutuels n’avaient cessé de se produire, donnant un certain « tremblé » à la frontière.

19Ensuite, la bataille de la frontière en 1979 avait affecté la frontière par le déplacement de bornes-frontières effectué dans les deux sens par les soldats de l’un et de l’autre parti.

20Ces divers défauts et inconvénients firent que, théoriquement et pratiquement, la redélimitation et la stabilisation définitive d’une frontière à rendre intouchable était, de longue date, une nécessité pour les deux pays. Les circonstances ont voulu qu’il faille attendre 1991 pour qu’il fût procédé à une reconnaissance sérieuse et techniquement valable de la frontière.

Le processus de règlement

  • 6 Rames Amer, “Sino-Vietnamese Relations and Southeast Asian Security”, in Contemporary Southeast As (...)
  • 7 « Un vice-ministre vietnamien des affaires étrangères pourrait se rendre à Pékin en février », Le (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Le Monde, le 4 octobre 1989, « Hanoi juge prioritaire la normalisation des relations avec la Chine (...)

21Dès la fin 1988, parallèlement à un processus intense et relativement prometteur de recherche d’une solution politique au conflit du Cambodge, processus stimulé par l’annonce du retrait complet des troupes vietnamiennes en septembre 1989, la tension tout au long de la frontière terrestre entre le Vietnam et la Chine se réduisit significativement, avec reprise du commerce transfrontalier, dans plusieurs endroits, entre les habitants des deux côtés ; les visites familiales furent réautorisées6. Les pourparlers, qui avaient été interrompus depuis 1980, reprirent de manière exploratoire au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères en janvier 19897. Le 11 janvier 1989, le chef de la diplomatie chinoise, Qian Qichen, déclara à Paris au prince Sihanouk que « la Chine était favorable à des conversations non officielles avec le Vietnam sous “certaines conditions8” ». La principale était le retrait total des troupes vietnamiennes du Cambodge. En août, le ministre vietnamien des Affaires étrangères, Nguyen Co Thach, eut un entretien avec le vice-ministre chinois des Affaires étrangères à l’ambassade de Chine à Paris, à l’occasion de la première conférence internationale sur le Cambodge9.

22Le sujet principal de toutes ces discussions fut le règlement du conflit du Cambodge et la normalisation des rapports sino-vietnamiens. Ces rencontres ne parvinrent à aucun résultat satisfaisant. Les positions chinoise et vietnamienne demeuraient encore trop distantes l’une de l’autre sur plusieurs questions fondamentales du règlement politique du conflit du Cambodge, particulièrement celle de l’installation d’un gouvernement par intérim dans la période précédant les élections générales. Du fait de ces divergences, la première conférence de Paris (août 1989) se solda par un échec, ou peu s’en fallut.

23En septembre 1989, le Vietnam retira tout ce qui lui restait de troupes stationnées au Cambodge. La voie pour un règlement du problème frontalier était désormais ouverte.

  • 10 Ibid.
  • 11 Le Monde, le 12 mai 1990, « Chine : timide dialogue entre Pékin et Hanoi », par Francis Deron.

24En février 1990, convaincu de la nécessité de se réconcilier avec la Chine, Hanoi envoya une délégation à Pékin pour tenter de hâter le rapprochement. Il en résulta la tenue du (si longtemps différé) troisième tour des pourparlers entre les deux pays : il eut lieu à Pékin en mai 199010. Certes, il subsistait des différences de vue. Le Vietnam assurait que le résultat positif des entretiens concernant le Cambodge devait s’étendre à la normalisation des relations sino-vietnamiennes, tandis que pour la Chine, « des points de compréhension communs [sur le Cambodge] [avaient] été atteints, mais il exist[ait] encore des vues divergentes sur un certain nombre de questions majeures, qui rest[ai]ent à discuter entre les deux parties à l’avenir11 ». Un règlement définitif et satisfaisant de la question cambodgienne était considéré comme la condition sine qua non pour que les relations sino-vietnamiennes aillent vers le mieux.

  • 12 Herald Tribune, le 9 juin 1990, « Hanoi and Beijing move to end decadelong rift », Michael Richard (...)

25En juin 1990, les pourparlers sino-vietnamiens se poursuivirent à Hanoi. La délégation vietnamienne était conduite par le vice-ministre des Affaires étrangères Tran Quang Co, et la chinoise par le vice-ministre des Affaires étrangères Xu Duxin. Ce fut la première fois, depuis 1979, qu’une si haute délégation chinoise se rendait à Hanoi ; jusqu’alors, la Chine avait toujours rejeté la proposition de Hanoi de tenir des rencontres à un niveau élevé. Les discussions furent centrées sur la question du partage du pouvoir entre les différentes factions khmères ; aucun progrès ne fut obtenu12.

  • 13 Carlyle A. Thayer, “Sino-Vietnamese Relations : The Interplay of Ideology and National Interest”, (...)

26S’agissant des relations bilatérales, les discussions furent limitées à la question de la réduction des tensions dans les régions frontalières et à celle du commerce transfrontalier entre les deux pays13.

  • 14 Le Monde, 21 septembre 1990, « Les retrouvailles sino-vietnamiennes », par Francis Deron. Voir éga (...)

27Toutefois, l’attitude chinoise changea rapidement en août 1990, en parallèle avec l’évolution des relations vietnamo-soviétiques. Pékin accepta de tenir un sommet secret sino-vietnamien en septembre. Une rencontre entre les dirigeants chinois et vietnamiens eut lieu du 3 au 7 septembre 1990 à Chengdu, dans le Sud de la Chine. Elle marqua le début du processus de normalisation entre les deux pays. Participèrent à ce sommet historique, du côté vietnamien, le secrétaire général du PCV, Nguyen Van Linh, le Premier ministre, Do Muoi et le conseiller du comité central du PCV, Pham Van Dong ; du côté chinois, le secrétaire général du PCC, Jiang Zemin et le Premier ministre Li Peng. On discuta du conflit du Cambodge, de l’aide économique, etc., et les deux parties tombèrent d’accord pour régulariser et promouvoir leurs échanges commerciaux transfrontaliers14.

  • 15 « Cuong linh xay dung chu nghia xa hoi trong thoi ky qua do » (« Plateforme de la construction soc (...)

28Le processus de normalisation prit de l’élan après le septième congrès du Parti communiste vietnamien (juin 1991), à l’occasion duquel fut affirmée la détermination du PCV à « restaurer la coopération d’amitié avec le Parti communiste chinois et la République populaire de Chine15 ».

  • 16 Le Quotidien de Paris, 10 septembre 1991, « Chine-Vietnam : la réconciliation des frères ennemis » (...)

29Dès lors, les rencontres entre les deux partis se multiplièrent. En juillet 1991, le général Le Duc Anh, chargé de la défense et des affaires extérieures du Vietnam, fut envoyé à Pékin. Il eut des entretiens avec des dirigeants du Parti communiste chinois. Furent mis sur la table le conflit du Cambodge, la réduction des troupes le long de la frontière vietnamo-chinoise, les disputes territoriales dans la mer de Chine méridionale, le commerce bilatéral, la réouverture des voies ferrées et aériennes reliant les deux pays16.

  • 17 Le Monde, 13 août 1991, « Pékin et Hanoi ont normalisé leurs relations », par Francis Deron.

30En août, le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères Nguyen Dy Nien se rendit à Pékin. Il fut reçu17 non seulement par son homologue chinois Xu Dunxin, mais également par le Premier ministre Li Peng et le secrétaire général du PCC et président de la RPC Jiang Zemin.

  • 18 Le Quotidien de Paris, 10 septembre 1991, « Chine-Vietnam : la réconciliation des frères ennemis » (...)
  • 19 L’Humanité, 20 septembre 1991, « L’intérêt commun prime », par Dominique Bari.

31Ces contacts conduisirent à la visite officielle en Chine du ministre vietnamien des Affaires étrangères18 Nguyen Manh Cam en septembre 1991 : cette visite de cinq jours prépara l’ultime étape du rapprochement de normalisation entre la Chine et le Vietnam19, ouvrant la voie au sommet de Pékin entre les dirigeants des partis et des gouvernements vietnamiens et chinois. Après quinze années de brouille à mort, les deux voisins asiatiques étaient maintenant résolus d’évidence à normaliser leurs relations.

  • 20 Ibid.

32Deux facteurs déterminants expliquent ces retrouvailles. D’abord l’évolution positive de la question cambodgienne. Le Vietnam et la Chine s’efforçaient de concert à dégager une « solution pacifique » au problème cambodgien. En juillet eut lieu pour la première fois, dans la capitale chinoise, une réunion du Conseil national suprême, l’organe destiné à incarner la souveraineté cambodgienne jusqu’à la tenue des élections libres prévues par l’ONU20.

33Autre élément déterminant dans le rapprochement de la Chine et du Vietnam, leur volonté de resserrer les rangs dans la tourmente du grand chambardement à l’Est. L’effondrement des régimes socialistes en Union soviétique et en Europe de l’Est eut un fort retentissement sur les relations des deux pays.

  • 21 L’Humanité, 7 novembre 1991, « Entente cordiale », par Dominique Bari.
  • 22 Le Monde, 9 novembre 1991, « La « normalisation » a été scellée entre la Chine et le Vietnam ».

34Le 5 novembre 1991, le secrétaire général du PCV Do Muoi et le Premier ministre vietnamien Vo Van Kiet vinrent à Pékin mettre un point final au processus de « normalisation complète » entre la Chine et le Vietnam. Ils rencontrèrent leurs homologues chinois et scellèrent la reprise des relations rompues depuis quinze ans. Ces rencontres marquèrent la fin d’une guerre non déclarée qui opposait depuis quinze ans les deux principaux régimes communistes d’Asie. Lors de cette rencontre, les deux parties aboutirent à un accord sur les principes directeurs des rapports entre les deux États. Jiang Zemin, le secrétaire général du PCC déclara : « Nous avons à résoudre des problèmes légués par l’Histoire et nous le ferons graduellement par la négociation21. » Ce qui fut considéré comme une méthode appropriée pour résoudre tous les litiges entre les deux pays. Sur la question frontalière, les deux côtés signèrent un accord provisoire, renvoyant à l’avenir le règlement définitif des différends22.

  • 23 L’Humanité, 6 novembre 1991, « Réconciliation à Pékin », par Dominique Bari. Voir également le Her (...)

35Le 6 novembre 1991, la Chine et le Vietnam annoncèrent officiellement la normalisation de leurs relations. Une page tragique de l’histoire des relations entre les deux pays était tournée23.

  • 24 L’Humanité, 5 novembre 1991, « Sommet Pékin-Hanoi », Dominique Bari. Voir aussi Libération, 5 nove (...)

36En réalité, l’évolution du contexte général avait beaucoup joué. Le Cambodge n’était pas seul à l’origine de la discorde entre Hanoi et Pékin, dont les relations avaient particulièrement souffert de l’affrontement idéologique entre la Chine et l’URSS. La visite de Nixon en Chine en 1972 et la signature du communiqué de Shanghai, au moment où les B52 ravageaient le Nord-Vietnam, avaient été durement ressenties par Hanoi. Cinq ans plus tard, Pékin avait reproché amèrement au Vietnam d’avoir cédé aux pressions de l’Union soviétique brejnévienne en acceptant d’adhérer au Comecon. L’embargo décrété par les États-Unis après la réunification du Vietnam contribua à son isolement dans la région. Deux ans de crise latente au cours desquels Pékin décida d’armer massivement les Khmers rouges alors au pouvoir à Phnom Penh, et de mener une action militaire contre le Vietnam après son intervention au Cambodge. Il fallut attendre sept ans pour percevoir le début d’une détente avec le discours de Gorbatchev appelant à la coopération en Asie, puis avec la normalisation des relations entre Moscou et Pékin en 198924.

37Lors de cette rencontre historique de la réconciliation, le 7 novembre 1991, les deux pays signèrent un « accord provisoire de règlement sur la frontière entre les deux pays », dont le premier chapitre « garde de la frontière » comprend trois articles :

  • 25 MVAE, comité des frontières, documents de référence sur la frontière terrestre sino-vietnamienne, (...)

Il faut administrer la frontière dans les conditions réelles de la frontière actuelle, ce qui ne préjuge pas des négociations entre les deux pays par la suite ;
Le règlement des problèmes relatifs à la frontière appartient aux gouvernements des deux pays ; ni branche ni gouvernement local ne sont habilités à faire changer la ligne de frontière. Si elle est modifiée, ce sera considéré comme inefficace et sera rejeté ;
Les deux parties se mettent d’accord pour garder ensemble la frontière et les bornes frontalières25.

  • 26 Libération, 8 novembre 1991, « Pékin et Hanoi s’obligent au dialogue », par Caroline Puel-Monange. (...)

38La volonté prévalait ainsi de maintenir la paix et la tranquillité le long de la frontière sino-vietnamienne et de développer les échanges entre les régions des deux pays. Un accord commercial et un accord provisoire sur les affaires frontalières furent signés à cette occasion26.

39La période qui suivit le sommet de Pékin fut essentiellement caractérisée par une expansion spectaculaire de la coopération bilatérale entre Hanoi et Pékin, tant au niveau des liens de parti à parti qu’au niveau des rapports de gouvernement à gouvernement.

  • 27 MVAE, comité des frontières, document de recherche « Le processus de délimitation de frontière ter (...)

40Les négociations sur la délimitation de la frontière terrestre commencèrent au début de l’année 1992 et occupèrent sept années, jusqu’en 1999. Entamées au niveau des experts, elles passèrent au niveau gouvernemental dès 199327. Le processus des négociations ne se déroula pas sans difficultés ni sans nervosité, compte tenu des caractéristiques complexes du dossier. Par ailleurs, il y eut l’impact des évènements très importants survenus dans les années 1992-1993.

  • 28 L’Humanité, 2 mars 1992, « La porte de l’amitié retrouvée », Dominique Bari

41En janvier 1992, le ministre chinois des Affaires étrangères, Qian Qichen, effectua une visite au Vietnam. Plusieurs accords furent conclus à cette occasion, touchant les communications, le transport et la coopération économique entre les deux pays. En ce même mois de mars 1992, plusieurs autres délégations du PCV et du ministère de la Défense du Vietnam visitèrent la Chine. Les délégations du PCV, composées de divers spécialistes, eurent des échanges de vue avec les représentants du PCC sur la construction du parti dans le contexte de réformes économiques et sur les politiques d’ouverture des deux partis vietnamien et chinois ; elles terminèrent leur visite par une tournée dans plusieurs provinces chinoises. Deux mois après, la porte de Namquan (porte d’Amitié) sur la frontière vietnamo-chinoise fut officiellement rouverte, en signe du commencement d’une nouvelle époque dans les relations entre les deux pays28.

  • 29 Le Monde, 6 au 7 septembre 1992, « Accrochage à la frontière entre la Chine et le Vietnam ».
  • 30 Le Monde, 22 septembre 1992, « Pékin et Hanoi discutent de leur contentieux frontalier », par Jean (...)

42Pourtant, en mai 1992, le problème frontalier terrestre se durcit29 à nouveau. Des gardes-frontières vietnamiens et chinois s’affrontèrent : un incident (échange de tirs) eut lieu notamment près de cette fameuse porte de l’Amitié, à l’endroit où la route nationale no 1 du Vietnam aboutit à la province chinoise du Guangxi. Ce fait illustra la persistance d’une tension et d’un fond de rancœur entre les deux voisins communistes, malgré l’accord de paix. À la même époque, Pékin signa avec la société américaine Crestone Energy un accord d’exploration pétrolière dans la région contestée des îles Spratleys, au large du Vietnam30 ; Hanoi affirma que ce contrat s’appliquait à une zone située sur son plateau continental. La tension resurgit, au point que, en septembre 1992, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères vint à Hanoi ; cette démarche apaisa un tant soit peu les esprits.

43Malgré la normalisation officielle, l’atmosphère sur la frontière terrestre restait donc au contentieux, à telle enseigne que le commerce, considérable, y était toujours illicite faute d’accord sur les contrôles douaniers. Le Vietnam commençait à s’inquiéter de l’invasion de son marché par des produits de consommation chinois que la production locale ne pouvait concurrencer.

  • 31 MVAE, comité des frontières, « documents du cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier (...)
  • 32 Le Monde, 14 octobre 1992.

44Conformément aux accords, on commença à négocier sur les problèmes frontaliers au niveau des experts, du 12 au 17 octobre 1992 à Pékin. Les deux côtés se mirent en quête de solutions aux problèmes anciens ou venant d’apparaître31. De source vietnamienne, ces conversations, « de la plus haute importance », portèrent sur la frontière terrestre et les questions économiques, mais aussi sur le golfe du Tonkin et l’archipel des Spratleys32.

  • 33 Le Monde, 30 novembre 1992.

45Le 30 novembre 1992, Li Peng entama une visite officielle à Hanoi. C’était le premier déplacement d’un Premier ministre chinois dans cette capitale depuis 1971. Il s’efforça de rassurer ses interlocuteurs sur les intentions de son pays, jugées inquiétantes par les Vietnamiens en dépit de la normalisation. Le différend sur les îles Spratleys avait pris le devant de la scène, Pékin ayant, par deux fois cette année-là, affirmé sa souveraineté sur cet archipel, contre les prétentions historiques de Hanoi33.

  • 34 Carlyle A. Thayer, “Sino-vietnamese Relation : The Interplay of Ideology and National Interest”, A (...)
  • 35 Dao Huy Ngoc, South China Sea : Disputes and Possible Solutions, Hanoi, Institut des Relations int (...)

46La question frontalière et les disputes territoriales dans la mer de Chine méridionale furent la source majeure de tensions dans les rapports vietnamo-chinois durant les premières années du processus de normalisation. Ces problèmes, compliqués et impossibles à évacuer, couvant de toujours sous la braise et pouvant au moindre incident redevenir incandescents, étaient de nature à miner, voire interrompre l’épanouissement fructueux des rapports bilatéraux ; par exemple, en octobre 1993, la ligne ferroviaire reliant les deux pays fut fermée, car, selon les Vietnamiens, la Chine avait déplacé la frontière de près de quatre cents mètres à l’intérieur du territoire vietnamien34. Hanoi et Pékin étaient bien conscients du risque qu’il y avait à laisser couver ce foyer et déployèrent de réels efforts pour que les négociations initiées en 1992 aboutissent. Il fut convenu de traiter en priorité les points de discorde concernant la frontière terrestre et la frontière maritime dans le golfe du Tonkin35.

  • 36 MVAE, comité des frontières, document de recherche : « Le processus de délimitation de frontière t (...)

47La deuxième séance de négociations sur la frontière au niveau des experts eut lieu à Hanoi de 14 au 19 février 1993. Outre les problèmes abordés lors de la séance précédente, les deux parties discutèrent des questions préparatoires à la négociation au niveau gouvernemental36.

  • 37 Ibid.

48Du 23 au 30 août 1993, à Pékin, les vice-ministres des Affaires étrangères chinois et vietnamien discutèrent des principes fondamentaux à respecter pour pouvoir résoudre les questions. S’agissant de la question maritime, les deux parties furent d’avis de se donner tout le temps de la discussion, afin de trouver une solution viable à long terme ; elles s’engagèrent aussi à ne point troubler le processus de négociation par un quelconque recours à la force, ou une quelconque menace d’y recourir, et à ne rien faire qui puisse exacerber encore les différends37.

  • 38 Ministère vietnamien de la Défense, office de recherche, recherches sur les problèmes de la fronti (...)

49Le 18 octobre 1993, une délégation du gouvernement chinois dirigée par le vice-ministre des Affaires étrangères vint à Hanoi pour signer un accord sur les problèmes frontaliers et territoriaux sino-vietnamiens. Cet « accord sur les principes de base du règlement des différends frontaliers et territoriaux entre la République populaire de Chine et la République socialiste du Vietnam38 » commandait de :

  • 39 MVAE, comité des frontières, document de référence : « La frontière terrestre vietnamo-chinoise », (...)

S’appuyer sur la base des conventions franco-chinoises de 1887 et de 1895, y compris les documents, les cartes de délimitation et d’abornement ; et aussi sur les bornes frontalières plantées en conséquence pour déterminer la ligne de la frontière terrestre ; Lors du processus, faire la comparaison pour déterminer la direction de la frontière et la position de la borne frontière ;
si pour telle ou telle zone, après avoir fait la comparaison plusieurs fois, les deux côtés ne peuvent tomber d’accord, alors ils iront examiner les choses sur le terrain, pour bien réfléchir sur toute la situation existant dans la région avec un esprit de sympathie et de concession mutuelle, et négocier amicalement pour chercher une solution juste et rationnelle ;
Après la fixation de la frontière, si une région qui appartient à l’administration de l’un ou l’autre pays dépasse la limite de la frontière, en règle générale, elle doit retourner à l’autre côté sans condition ;
Pour quelques zones particulières, afin de faciliter l’administration de la frontière, les deux parties peuvent, par la voie de la négociation, les réviser selon un esprit de sympathie et de concession mutuelle.
Les deux côtés tombent d’accord pour que des sections de frontière délimitées par des rivières ou des ruisseaux qui étaient fixées nettement par les conventions franco-chinoises de 1887 et de 1895 soient maintenues dans le statu quo. Des sections de frontières délimitées par des rivières ou de petits cours d’eau qui n’étaient pas encore fixées nettement par les deux conventions citées ci-dessus seront réglées selon la coutume internationale ;
Pour des zones où les habitants, vietnamiens et chinois, demeurent depuis longtemps, les deux côtés conviennent d’entretenir la stabilité de la vie des habitants. C’est-à-dire que des régions très peuplées de Chinois appartiendront à la Chine et celles très peuplées de Vietnamiens au Vietnam39.

  • 40 Do Van Mai, « L’amélioration de la capacité d’administration d’État des frontières terrestres viet (...)

50À partir de 1994, les négociations au niveau des gouvernements sur les questions frontalières et territoriales furent complétées par les travaux d’un groupe mixte de travail sino-vietnamien chargé de concrétiser les accords conclus. Quinze séances de négociations de ce groupe mixte, tant à Pékin qu’à Hanoi40 rendirent possible la signature du traité de frontière terrestre vietnamo-chinois en décembre 1999.

  • 41 Le Monde, 3 février 1994, « La politique de Hanoi reste dominée par la peur de la Chine », par Jea (...)

51En d’autres termes, Pékin et Hanoi s’en tinrent à leur engagement, pris en 1991, de régler leurs différends par des voies pacifiques. Ce n’est pas par hasard si un porte-parole vietnamien avait rappelé le 22 janvier 1994, pendant la conférence nationale du PCV, que son pays « [avait] tenté de régler le problème par des moyens pacifiques, en accord avec le droit international, et continuera[it] de le faire avec constance41 ».

  • 42 MVAE, comité des frontières, document de recherche : « La frontière terrestre vietnamochinoise », (...)

52Du 14 au 18 août 1994 eut lieu à Hanoi la deuxième séance de négociations au niveau gouvernemental sur les problèmes frontaliers et territoriaux, y compris le problème de la mer de Chine méridionale. Les vice-ministres des Affaires étrangères, vietnamien et chinois, s’efforcèrent d’aplanir le contentieux concernant la mer de Chine et les Spratleys, qui avait pris l’allure d’un affrontement ; ils discutèrent également de la frontière terrestre, par laquelle transitait un important trafic illégal de marchandises. Furent mis en avant certains points d’accord, à savoir que les problèmes frontaliers et territoriaux, y compris celui de Spratleys, devaient être réglés en vertu de « l’accord des principes de base du règlement des problèmes frontaliers et territoriaux » signé en octobre 1993, en recourant aux négociations sans recours à la force ou à la menace de force. Les deux parties estimaient que les relations entre les deux pays devaient se développer, quoi qu’il en fût de ces différends42.

53À l’issue de tractations au niveau gouvernemental menées en octobre 1994, les deux pays se mirent en devoir de préconiser, derechef :

  • 43 Ibid.

De régler tous les problèmes frontaliers et territoriaux par la voie de négociations pacifiques ;
d’accélérer le processus de négociation afin de trouver une solution à ces problèmes et de ne pas entreprendre en même temps d’actions susceptibles de les compliquer davantage ;
de ne pas recourir à la force, ni de menacer d’y recourir ; de se fonder sur les critères et les principes du droit international afin de régler tous les problèmes43.

54Cet accord de fond réitéré en faveur de voies pacifiques et respectueuses du droit aida à doter les négociations du soubassement juridique nécessaire à leur approfondissement ; la voie était libre pour dégager des solutions radicales et durables aux problèmes frontaliers et territoriaux. Les négociations sur les frontières terrestres aboutirent à de premiers résultats positifs. Après avoir avancé leurs propositions respectives sur la délimitation frontalière et soupesé les différences de points de vue, les deux parties se consacrèrent aux préparatifs techniques de la prise de vues aériennes.

  • 44 Reuter (Pékin), 2 décembre 1995.
  • 45 TASS (Pékin), 27 novembre 1995.

55Du 26 novembre au 2 décembre 1995, le secrétaire général du PCV, Do Muoi, fit une tournée de sept jours en Chine. Les entretiens entre les leaders des deux pays se déroulèrent, selon la presse officielle de Pékin et de Hanoi, dans un « climat d’amitié, de sincérité, de respect et de compréhension mutuelle ». Un communiqué commun réaffirma leur désir partagé de renforcer la coopération bilatérale et de résoudre leurs différends territoriaux par des négociations pacifiques sur la base des « principes de compréhension mutuelle, de la consultation amicale, du droit et des pratiques internationales44 ». Il y avait désormais, semble-t-il, plus de souplesse dans les positions chinoises : le secrétaire général du PCC, Jang Zemin, déclara même à la presse que « les problèmes dans les relations sino-vietnamiennes laissés par l’histoire pourraient être réglés convenablement sur la base du respect des intérêts mutuels, de la compréhension mutuelle et des concessions mutuelles45 ». À cette occasion, les deux parties signèrent un accord sur la réouverture du chemin de fer fermé depuis 1979.

  • 46 MVAE, comité des frontières. Voir aussi dans le Cong bao (Journal officiel du Vietnam) du 25 août (...)
  • 47 Xinhua, Le Quotidien du Peuple en ligne, 15 juillet 2002.
  • 48 Décision no 36/2000/QH10, Assemblée nationale du Vietnam, 6 juillet 2000. (“Nghi Quyet cua Quoc Ho (...)

56De 1996 à 1998, plusieurs tours de négociations au niveau gouvernemental rapprochèrent de plus en plus les deux parties de leur objectif commun. Enfin, le 30 décembre 1999, à Hanoi, le vice-premier ministre vietnamien des Affaires étrangères Nguyen Manh Cam et le ministre des Affaires étrangères chinois, Quan Qi Chen, apposèrent leur signature sur le « traité de frontière terrestre entre la République socialiste du Vietnam et la République populaire de Chine46 ». Ce traité fut adopté en avril 2000 par le comité permanent de l’Assemblée nationale chinoise47 et, deux mois plus tard, le 9 juin 2000, ratifié par l’Assemblée nationale du Vietnam48.

57Avant cela, du 21 et 22 février 2000, à Pékin, se tint une septième séance de négociations au niveau gouvernemental sur les problèmes de frontière et de territoire entre les deux délégations des gouvernements vietnamien et chinois, dirigées respectivement par le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, Le Cong Phung, et son homologue chinois, Wang Yi. Lors de cette rencontre, les deux côtés affirmèrent leur unité de vue et leur dessein de faire passer dans les faits les dispositions du traité de frontière terrestre de 1999, et de garantir la stabilité et la sécurité de la zone frontalière.

  • 49 MVAE, comité des frontières, document de référence : « Le processus de délimitation de la frontièr (...)
  • 50 Ibid.

58Le 6 juillet 2000, la cérémonie d’échange des ratifications du traité de frontière terrestre signées par le président vietnamien Tran Duc Luong et son homologue chinois Jiang Ze Min eut lieu au siège du ministère des Affaires étrangères chinois49, marquant l’entrée en application officielle de cet acte diplomatique majeur dont la gestation avait été si longue et si fréquemment contrariée50.

59Afin d’en assurer la bonne exécution se déroula à Pékin, du 19 novembre au 1er décembre 2000, la première séance du comité mixte de délimitation et d’abornement de la frontière terrestre sino-vietnamienne. On se mit d’accord sur les points suivants :

  • 51 Ibid.

Les deux côtés décident officiellement la fondation du Comité mixte de délimitation et d’abornement de la frontière terrestre sino-vietnamienne. Ce comité exécutera des travaux sous la direction des chefs des délégations gouvernementales de négociation sur le problème frontalier sino-vietnamien ;
Les deux côtés discutent de cinq textes : les règlements du Comité de coalition de délimitation et d’abornement de la frontière terrestre sino-vietnamienne, les prescriptions de détail d’organisation et d’action du Comité de coalition de délimitation et d’abornement de la frontière terrestre sino-vietnamienne, les prescriptions de détail du repérage de bornes de la frontière ;
Les deux côtés se mettent d’accord pour fonder douze groupes mixtes de délimitation et d’abornement de la frontière terrestre sino-vietnamienne sous la direction du Comité mixte de délimitation et d’abornement de la frontière terrestre sino-vietnamienne pour exécuter les travaux de délimitation et d’abornement sur le terrain51.

  • 52 People’s Daily, 28 décembre 2001.

60Le 27 décembre 2001, en présence des officiels chinois et vietnamiens, la première borne de la nouvelle frontière entre le Vietnam et la Chine fut plantée officiellement au poste frontière de Monkay, faisant communiquer la province vietnamienne de Quang Ninh et la région autonome chinoise du Zhuang (Guangxi). La première des 1 500 nouvelles bornes à placer dans les trois années suivantes52 !

Les résultats de la délimitation frontalière

61Dans le processus de délimitation frontalière, le Vietnam et la Chine durent affronter les difficultés de la situation réelle de la frontière et les limites des documents.

62Sur le long de la ligne frontalière, sur les 314 bornes plantées à l’époque coloniale française, 20 étaient perdues, 71 avaient été détruites. Par conséquent, le système de bornes existant, comme appui au travail de détermination de la ligne frontalière, laissait à désirer.

  • 53 MVAE, comité des frontières, « documents du cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier (...)

63Dans les 164 sections frontalières qui faisaient l’objet de contestations, et qui selon le texte de la convention franco-chinoise étaient balisées par 135 bornes, seules 99 bornes subsistaient : 53 se trouvaient sur la ligne frontalière préconisée par les Chinois, 32 bornes sur la ligne préconisée par les Vietnamiens et 14 à l’écart des deux lignes ainsi préconisées53. La quantité de bornes situées sur la ligne de frontière préconisée par la Chine dépassait celle des bornes placées sur la ligne retenue par le Vietnam.

  • 54 Ibid.

64Sur le terrain, le Vietnam administrait 56 sections avec une superficie de 62 km2 tandis que la Chine administrait 61 sections avec une superficie de 90,43 km2. Le Vietnam et la Chine administraient en partage 47 sections avec une superficie de 77,72 km2. Au global54, la Chine administrait 130 km2 et le Vietnam 100 km2 ; la Chine administrait des sections plus nombreuses et de superficie plus large que le Vietnam.

65Les deux parties s’appuyèrent comme convenu sur les deux conventions signées par la France et la Chine en 1887 et 1895 pour délimiter la nouvelle frontière. Cependant, il fallut bien reconnaître que les termes de la description de la ligne frontalière dans plusieurs sections étaient vagues, peu concrets voire inexacts. Il était très difficile de définir exactement la direction à donner à la frontière sur la seule base de ces indications.

66Les deux parties n’avaient presque pas de cartes originales ; de plus, ces cartes étaient d’une qualité très faible, avec des sections qui ne correspondaient pas au relief réel. Du côté du Vietnam, la plupart des cartes étaient des duplicata des documents du protectorat français. Le Vietnam n’avait qu’une carte d’abornement de la section entre Guangdong (Chine) et Quangninh (Vietnam) et ses cartes de délimitation frontalière du Guangxi se présentaient avec tampons et signatures des deux côtés.

  • 55 Ministère vietnamien de la Défense, office de recherche, recherches sur les problèmes de la fronti (...)

67Ces difficultés en quelque sorte instrumentales venant se surajouter aux différences de points de vue et jetant encore du flou dans ces affaires peu claires contraignirent les deux parties à discuter abondamment pour arriver un principe de règlement convenant à l’une et à l’autre. Ce fut même un des éléments les plus importants de la négociation entre la Chine et le Vietnam. L’« accord sur les principes de base d’un règlement des différends frontaliers et territoriaux entre la République populaire de Chine et la République socialiste du Vietnam55 », signé comme nous l’avons rappelé le 19 octobre 1993 par les deux chefs de délégation s’imposa comme la base juridique indispensable pour régler les problèmes frontaliers entre les deux pays. Du côté vietnamien, le gouvernement énuméra les principes suivants :

  • 56 Note officielle no 203 – TB/TW, bureau politique, 29 mars 1999.
  • 57 Note officielle no 226 – TB/TW, bureau politique, 18 juin 1999.
  • 58 Note officielle no 234 – TB/TW, bureau politique, 19 juillet 1999.

[Il faudra] s’efforcer de résoudre les questions relatives aux régions contestées. Particulièrement, s’il reste des régions dans ce cas, il faudra continuer à régler leur cas lors du processus de négociation, de délimitation et d’abornement. La solution générale englobera s’il le faut l’échange ou la révision sur la base du « donnant donnant » et sous la condition de garantir l’équivalence des superficies, en prêtant attention aux intérêts de défense et de sécurité du pays ;
[Il faudra], pour certaines régions, compter avec la nécessité de prendre en compte la présence avérée d’habitants chinois afin d’effectuer un échange ou une révision ; cela concernera seulement les régions où des habitants chinois demeuraient avant 1949, et non celles qui furent occupées après 1949, et surtout après 197956 ;
Pour des régions frontalières où du fait d’un trop vague fondement juridique les deux côtés ne peuvent se mettre d’accord sur l’orientation de la frontière, le principe fondamental de règlement sera de diviser leur superficie en deux57 ;
Pour les régions à propos desquelles on ne peut invoquer de base juridique et concernant lesquelles les approches chinoise et vietnamienne divergent, la solution devra s’inclure dans la solution générale. C’est-à-dire que ces régions seront divisées de telle façon que la solution générale sera équilibrée en termes d’intérêt économique et de superficie58.

  • 59 Communiqué interne du Parti communiste du Vietnam, avril 2002, « sur le traité de frontière terres (...)

68Chinois et Vietnamiens se résolurent à ce que chacun se fonde sur les documents disponibles (ceux que nous avons mentionnés plus haut, avec leurs imperfections) pour dessiner la ligne frontière selon sa propre opinion. Chaque partie devait tracer la ligne frontière sur sa carte ; ensuite, les deux parties échangeraient les cartes pour procéder à une comparaison méthodique, et vérifier section par section si le tracé était concordant ou non59.

  • 60 MVAE, comité des frontières, « documents des cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvie (...)

69Cette comparaison révéla que la plus longue partie de la ligne frontalière sino-vietnamienne était tracée de la même façon par les deux parties sur environ 900 kilomètres (soit 67 % de la longueur totale de la frontière) et ne prêtait à aucun différend60.

  • 61 Ministère vietnamien de la Défense, office de recherche, recherches sur les problèmes de la fronti (...)
  • 62 Ibid.

70Restait environ 450 kilomètres (33 % de la longueur de la frontière) que les deux côtés avaient tracé différemment. Cela représentait 289 sections ; le cas de 125 de ces sections pouvait être réglé assez correctement par des mesures techniques, assurant une solution rationnelle et équitable pour les deux pays61. Il subsistait donc 164 sections à propos desquelles les bases juridiques invoquées étaient contestées et qui étaient revendiquées par l’une et l’autre partie. Elles furent classées en deux catégories : les « sections claires » et les « sections vagues62 ».

71Les « sections claires » étaient celles dont le cas pouvait être résolu en se basant sur les conventions franco-chinoises de 1887 et 1895. Les sections appartenant à l’un, mais administrées par l’autre devraient être rendues sans condition.

  • 63 Ibid.

72Les « sections vagues » étaient celles qui imposaient de recourir à un ensemble d’éléments différents, administratifs, historiques, géographiques ; la carte historique, la borne frontière, l’administration pratique devaient être prises en compte, et un examen bilatéral sur le terrain pouvait être envisagé afin de régler les problèmes en bonne entente63.

  • 64 Ministère vietnamien des Affaires étrangères, comité des frontières, document de presse, 1999.
  • 65 Ibid.

73Le 22 décembre 1999, à Hanoi, les deux parties apposèrent leur paraphe au « texte de constatation commune du résultat de règlement des 164 sections C (sections en litige) de la frontière terrestre vietnamo-chinoise64 » ; avec ce texte, le cas des 164 sections en conflit était réglé. Sur un total de 227 km2 en litige, 112,3 revinrent au Vietnam et 114,8 à la Chine65.

74S’agissant de certaines sections où les habitants, vietnamiens ou chinois, de nationalité autre que celle du nouveau possédant demeuraient depuis longtemps, les deux côtés se mirent d’accord pour maintenir la stabilité du cadre de vie de ces habitants. Il n’y eut pas de transfert ethnique.

75Quant aux fortifications héritées du gouvernement français ou de l’Empire chinois, leur partage fut effectué dans le respect de la souveraineté de chacun. S’agissant des hauts points, positions clés conquises par les Chinois après 1979, les deux côtés réglèrent leur sort selon les conventions franco-chinoises : les points situés à l’intérieur du territoire vietnamien furent restitués au Vietnam.

  • 66 MFAE, Mémoires et Documents, Asie, Indochine, volume 60, Procès-verbal de la Délégation française. (...)
  • 67 MFAE, Mémoires et documents, Asie, Indochine, volume 61, procès-verbal de la délégation française, (...)
  • 68 Ibid.
  • 69 MVAE, comité des frontières, document de recherche : « Le processus de délimitation frontalière vi (...)

76Cependant, le plus difficile était de régler le cas des « sections sensibles », c’est-à-dire des sections qui avaient notoirement des rôles stratégique, militaire et commercial majeurs et une grande valeur historique. Ce sont ces sections qui étaient les foyers les plus fréquents de conflits armés ou diplomatiques. Donnons un exemple : l’une de ces « sections sensibles » était celle de la porte de Namquan (porte d’Amitié), numérotée 249C sur la carte de délimitation comprenant la porte de Namquan et la borne frontière numéro 0. C’était un point très important dans les domaines militaire, commercial et historique, et ce fut donc une source de conflit entre les deux pays, de la période coloniale jusqu’à nos jours. Tout au long de l’histoire, la porte de Namquan avait été considérée par les Vietnamiens comme leur appartenant ; c’était même un symbole des victoires du pays Viet contre les agressions des dynasties chinoises et comme un point inscrit dans le sol pour séparer les deux empires. La Chine jugeait de son côté que cette porte lui appartenait. Lors du processus de délimitation frontalière de la fin du xixe siècle, elle avait revendiqué cette porte de Namquan et le territoire de Dongdang66. Après un débat assez nerveux entre les deux délégations, française et chinoise, la France avait dû consentir à délimiter la frontière comme suit : « Le point qui se trouve en avant de la porte de Nan-Kouan à cent mètres de cette Porte, à l’endroit où la route conduisant de Nan-Kouan au village annamite à Dong-dang coupe un petit ruisseau est un point de la frontière. Il a été reconnu également que le pic appelé Kiéoutché-chan, situé au nord-est de la Porte de Nan-Kouan et au sud d’un piton couronné par un fort chinois, est un point par lequel passait la frontière67. » Autrement dit, la frontière passait au sud de la porte de Namquan et celle-ci revenait à la Chine. Sur le texte de la commission franco-chinoise, la borne frontière correspondante portait le numéro 2568. Lors du conflit armé de 1979, cette borne fut détruite par des soldats chinois. Après le conflit, des Vietnamiens domiciliés à cet endroit l’avaient reconstruite et (re)gravée zéro69.

  • 70 D’après l’interview au VASC Orient de Le Cong Phung, vice-ministre vietnamien des Affaires étrangè (...)

77Le point revint sur le tapis lors du processus de redélimitation frontalière entre le Vietnam et la Chine. En référence aux conventions de 1885 et de 1895, le Vietnam reconnut que la porte de Namquan appartenait à la Chine : « La porte de Namquan appartient à la Chine, distante de la borne de frontière numéro 0 de plus de 200 mètres. Partant de la borne numéro 0 vers le sud c’est le territoire du Vietnam, vers le nord c’est le territoire de la Chine70. »

  • 71 Note officielle, no 56-TB/TW, comité exécutif central du Parti communiste vietnamien, 31 mars 2002

78Le 31 mars 2002, le Parti communiste vietnamien publia un « communiqué de négociation et signature du traité de frontière terrestre, du traité de délimitation de la frontière du golfe du Tonkin et du traité de collaboration en matière de pêche entre le Vietnam et la Chine71 » où la question de la section de la porte de Namquan était abordée comme suit :

  • 72 Ibid.

Pour la section 249C (section de porte d’Amitié [porte de Namquan]) : elle est située au nord de la borne numéro 0 (la borne numéro 0 existe là depuis toujours) ; dans le texte de délimitation de la frontière franco-chinois de 1886 et dans la carte d’abornement de 1894, le cours de la frontière ne passe pas par la porte d’Amitié mais se situe en recul vers le sud de la porte d’Amitié. Se basant sur le texte et la carte des conventions franco-chinoises de même que sur les règlements consentis par les deux côtés dans le processus de négociations, la ligne de frontière ainsi définie dans cette section est satisfaisante72.

  • 73 En fait, après la signature du traité de frontière en 1999, il y eut des divergences d’opinion sur (...)
  • 74 Communiqué interne no 4/TBNB, comité exécutif central du Parti communiste vietnamien, avril 2002.

79Ainsi, le cas de l’une des « sections sensibles », des plus sensibles même, fut réglé « définitivement et raisonnablement », de l’aveu vietnamien73. Cependant, il restait une chose à méditer. D’après le texte des conventions franco-chinoises, la borne de frontière 25 (correspondant à l’actuel numéro 0) était située à cent mètres en avant de la porte de Namquan vers le sud. Or, le traité de frontière terrestre de 1999 reconnaît que « la nouvelle ligne frontière passe par la borne de frontière numéro 0 » et précise que « la distance de la borne de frontière numéro 0 à la porte de Namquan est de plus de deux cents mètres. » Donc, il s’est opéré un changement de distance entre la borne frontière numéro 0 et la porte de Namquan — même si le côté vietnamien affirme toujours que « la borne de frontière numéro 0 est au même endroit depuis longtemps74 ».

***

80Pour nous résumer, la frontière vietnamo-chinoise fut délimitée en continu, d’ouest en est, sur une longueur de 1 306 kilomètres. Les 298 sections sur lesquelles les points de vue divergeaient (dont 164 réellement litigieuses) virent leur cas totalement résolu. Il n’y eut plus dès lors de « sections sensibles »…

Le processus d’abornement

81Selon le droit international, le traité de frontière officiellement reconnu valable, il faut pousser jusqu’au bout le travail de délimitation de la ligne frontière et aborner, c’est-à-dire placer des bornes frontières sur le terrain. La ligne frontière n’est vraiment valable que lorsqu’elle est ainsi définitivement délimitée et abornée sur le terrain.

82C’est à cette fin que les deux pays mirent en place, en 2002, un comité mixte de délimitation et d’abornement de la frontière sino-vietnamienne. Un délai de trois à cinq ans apparut nécessaire pour mener à bien le travail, avec division de la ligne de frontière en douze sections et pose de 1 533 bornes frontières.

83Ce comité mixte exécuta son travail sur la base du système de 341 bornes franco-chinoises internationalement reconnu en son temps. Des difficultés ne manquèrent pas de surgir, relatives les unes au terrain et à ses occupants, les autres aux aléas des relations entre les deux délégations, vietnamienne et chinoise.

84Sur le terrain, il restait plusieurs endroits minés par les uns comme par les autres pendant la bataille à la frontière en 1979 et les années suivantes. Il fallut donc déminer avant d’aborner ; on commença par les points où était enfoui le plus grand nombre de mines.

  • 75 Selon les chiffres sur la carte de délimitation de frontière du côté vietnamien, documents du comi (...)

85D’autre part, comme on l’a déjà noté, la ligne frontière, de 1 306 kilomètres de longueur75, traverse des zones au relief très complexe avec des chaînes de montagnes et plusieurs fleuves, cours d’eau ou ravines ; cela rend les déplacements difficiles.

86Autre problème, il était prévu de réaliser des transferts de population, ici et là, en lien avec le travail d’abornement. C’était une gageure. Chinois et vietnamiens vivaient ensemble depuis longtemps et avaient des relations familiales. Dans quelques sections, il fallut faire face à l’opposition vive des habitants.

87Sur les relations de travail entre les deux délégations, chinoise et vietnamienne, les avis divergent. Pratiquement, le côté chinois avait une solide expérience en matière de délimitation et d’abornement de frontière. La Chine avait déjà négocié et délimité sa frontière avec onze pays avant cette nouvelle entreprise. En revanche, le Vietnam n’avait que peu d’expérience et était assez embarrassé devant une frontière aussi compliquée que l’est sa frontière avec la Chine.

  • 76 MVAE, « Documents des cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier 2002, p. 35.
  • 77 Ibid. p. 35

88Dans la première période du processus d’abornement, selon les sources vietnamiennes, la Chine profita de ces circonstances favorables et du manque d’expérience du Vietnam pour en tirer avantage76 ; elle tenta de faire progresser le plus rapidement possible le processus d’abornement pour que le côté vietnamien ait du mal à suivre et à vérifier la conformité des travaux aux principes énoncés. Par ailleurs, certains groupes de travail chinois se servirent de cartes où le dessin de la ligne frontière divergeait de ce qu’il était sur la carte établie officiellement entre les deux gouvernements77.

89Surtout, des divergences se firent jour concernant la méthode même d’exécution. Les Vietnamiens souhaitaient délimiter et aborner la frontière en même temps, pour établir une ligne de frontière nette. En revanche, les Chinois ne se souciaient vraiment que de l’abornement, et tendaient à simplifier le processus de délimitation pour que les travaux d’ensemble puissent être achevés en seulement trois ans. Tandis que le côté vietnamien avait le désir de délimiter et d’aborner la frontière graduellement de l’ouest à l’est comme le traité de 1999 le préconisait, la Chine souhaitait opérer selon la devise « faire les faciles d’abord, laisser les difficiles plus tard », manière de laisser à plus tard le règlement des « sections sensibles » et des « hauteurs principales » appartenant au Vietnam et occupées par les Chinois.

  • 78 MVAE, comité des frontières, recherche sur les frontières sino-vietnamiennes, 2002.

90Ce problème devient plus compliqué quand les deux côtés eurent à régler le cas des sections où la ligne frontière étaient délimitée par des fleuves ou autres cours d’eau. La Chine avait construit dans l’embouchure plusieurs ouvrages hydrauliques susceptibles de modifier le cours des fleuves, donnant avantage au côté chinois. Aussi le côté vietnamien voulait-il terminer rapidement les travaux dans ces sections, afin de limiter les dommages dans la mesure du possible, alors que les Chinois s’ingéniaient à retarder les opérations pour profiter de leur avantage. Les Vietnamiens accusaient la Chine de construire au bord des fleuves frontaliers des lignes de quai qui modifiaient les courants et faisaient s’éroder les bords de la rivière du côté vietnamien78.

***

  • 79 Chine, Le Quotidien du Peuple en ligne, 15 juillet 2002.

91Le rappel de ces aléas et de toutes les difficultés, embarras et tensions qu’il fallut concrètement surmonter donne toute sa valeur à la phrase de conclusion du discours prononcé lors de la cérémonie inaugurale de pose de la première borne frontière entre la Chine et le Vietnam par Wang Yi, vice-ministre chinois des Affaires étrangères : « Le traité de frontière terrestre signé par les deux pays a jeté une base solide pour la stabilité, la paix et la prospérité dans nos régions frontalières79. »

92Il était difficile de s’en convaincre, mais après sept ans de négociations officielles et presque un demi-siècle d’attente, le problème de frontière terrestre entre la Chine et le Vietnam était résolu définitivement. Cela dit, ce n’était que l’un des trois problèmes de frontière et de territoire existant depuis toujours et empoisonnant l’atmosphère des relations entre les deux pays.

Notes

1 Tran Danh My, « La Chine et l’administration des frontières et des territoires du pays », in revue Frontière et Territoire, no 14, 2003. Voir aussi Valérie de Poulpiquet, Le territoire chinois, op. cit.

2 Mira Sinha Bhattacharjea, « China’s strategy in order to define and to fortify all the terrestrial borders », review The Geographer, International Boundaries Research, USA, no 38, 29 octobre 1964, p. 2.

3 Ibid.

4 MVAE, comité des frontières, document de recherche « La frontière terrestre sino-vietnamienne », 1998, p. 204. Voir également Tran Cong Truc, « Vietnam : la frontière et le territoire », revue Frontière et Territoire, 2000, p. 3.

5 MVAE, comité des frontières, document des cours de perfectionnement…, op. cit., Hanoi, janvier 2002, p. 26

6 Rames Amer, “Sino-Vietnamese Relations and Southeast Asian Security”, in Contemporary Southeast Asia, vol. 14, no 4, mars 1993, p. 321.

7 « Un vice-ministre vietnamien des affaires étrangères pourrait se rendre à Pékin en février », Le Monde, 13 janvier 1989, Chine. Voir également Le Monde, 17 janvier 1989, « Un vice-ministre vietnamien est à Pékin pour des “consultations privées”, par Francis Deron ; Herald Tribune, January 21-22, 1989, « Hanoi and Beijing take first step to try to end breach over Cambodia », par Michael Richardson ; Le Figaro, 16 janvier 1989, « Chine-Vietnam : Normalisation en marche », par Antoine Keomanivong ; Financial Times, 24 janvier 1989, « Hanoi and Pekin pull back from conflict », par John Ridding.

8 Ibid.

9 Le Monde, le 4 octobre 1989, « Hanoi juge prioritaire la normalisation des relations avec la Chine », par Jean-Claude Pomonti.

10 Ibid.

11 Le Monde, le 12 mai 1990, « Chine : timide dialogue entre Pékin et Hanoi », par Francis Deron.

12 Herald Tribune, le 9 juin 1990, « Hanoi and Beijing move to end decadelong rift », Michael Richardson.

13 Carlyle A. Thayer, “Sino-Vietnamese Relations : The Interplay of Ideology and National Interest”, Asian Survey, vol. 34, no. 6, June, 1994, p. 513.

14 Le Monde, 21 septembre 1990, « Les retrouvailles sino-vietnamiennes », par Francis Deron. Voir également L’Express, 4 octobre 1990, « Hanoi dans le jeu de Pékin », par Jean Leclerc du Sablon ; Libération, 18 septembre 1990, « La Chine et le Vietnam renouent », par Patrick Sabatier.

15 « Cuong linh xay dung chu nghia xa hoi trong thoi ky qua do » (« Plateforme de la construction socialiste dans la période de transition »), Nhan Dan (« Journal du Peuple »), 1er décembre 1990.

16 Le Quotidien de Paris, 10 septembre 1991, « Chine-Vietnam : la réconciliation des frères ennemis », par Alain Barluet.

17 Le Monde, 13 août 1991, « Pékin et Hanoi ont normalisé leurs relations », par Francis Deron.

18 Le Quotidien de Paris, 10 septembre 1991, « Chine-Vietnam : la réconciliation des frères ennemis », par Alain Barluet.

19 L’Humanité, 20 septembre 1991, « L’intérêt commun prime », par Dominique Bari.

20 Ibid.

21 L’Humanité, 7 novembre 1991, « Entente cordiale », par Dominique Bari.

22 Le Monde, 9 novembre 1991, « La « normalisation » a été scellée entre la Chine et le Vietnam ».

23 L’Humanité, 6 novembre 1991, « Réconciliation à Pékin », par Dominique Bari. Voir également le Herald Tribune, 8 novembre 1991, « China and Vietnam : Trading Partners », par William Branigin.

24 L’Humanité, 5 novembre 1991, « Sommet Pékin-Hanoi », Dominique Bari. Voir aussi Libération, 5 novembre 1991, « Hanoi-Pékin : le sommet de la réconciliation forcée », par Patrick Sabatier.

25 MVAE, comité des frontières, documents de référence sur la frontière terrestre sino-vietnamienne, négociations de règlement de frontière entre la Chine et le Vietnam de 1991 à 1999. Voir aussi Nguyen Thi Huong, « L’établissement de la frontière terrestre entre la République socialiste du Vietnam et la République populaire de Chine », mémoire de D.E.A en droit, Université nationale de Hanoi, 2002.

26 Libération, 8 novembre 1991, « Pékin et Hanoi s’obligent au dialogue », par Caroline Puel-Monange. Voir aussi Le Quotidien de Paris, 6 novembre 1991, « Réconciliation sino-vietnamienne ».

27 MVAE, comité des frontières, document de recherche « Le processus de délimitation de frontière terrestre sino-vietnamienne », 2002, p. 14.

28 L’Humanité, 2 mars 1992, « La porte de l’amitié retrouvée », Dominique Bari

29 Le Monde, 6 au 7 septembre 1992, « Accrochage à la frontière entre la Chine et le Vietnam ».

30 Le Monde, 22 septembre 1992, « Pékin et Hanoi discutent de leur contentieux frontalier », par Jean-Claude Pomonti.

31 MVAE, comité des frontières, « documents du cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier 2002.

32 Le Monde, 14 octobre 1992.

33 Le Monde, 30 novembre 1992.

34 Carlyle A. Thayer, “Sino-vietnamese Relation : The Interplay of Ideology and National Interest”, Asian Survey, vol. 34, no 6, June 1994, p. 526.

35 Dao Huy Ngoc, South China Sea : Disputes and Possible Solutions, Hanoi, Institut des Relations internationales, p. 6.

36 MVAE, comité des frontières, document de recherche : « Le processus de délimitation de frontière terrestre sino-vietnamienne », 2002.

37 Ibid.

38 Ministère vietnamien de la Défense, office de recherche, recherches sur les problèmes de la frontière terrestre sino-vietnamienne, Hanoi, 2002, p. 14.

39 MVAE, comité des frontières, document de référence : « La frontière terrestre vietnamo-chinoise », Hanoi, septembre 1998. Voir également Nhan Dan (« Journal du Peuple ») du 28 février 1999.

40 Do Van Mai, « L’amélioration de la capacité d’administration d’État des frontières terrestres vietnamo-chinoises », mémoire de DEA en administration d’État, Institut administratif national, Hanoi, 2003.

41 Le Monde, 3 février 1994, « La politique de Hanoi reste dominée par la peur de la Chine », par Jean-Claude Pomonti.

42 MVAE, comité des frontières, document de recherche : « La frontière terrestre vietnamochinoise », septembre 1998.

43 Ibid.

44 Reuter (Pékin), 2 décembre 1995.

45 TASS (Pékin), 27 novembre 1995.

46 MVAE, comité des frontières. Voir aussi dans le Cong bao (Journal officiel du Vietnam) du 25 août 2002.

47 Xinhua, Le Quotidien du Peuple en ligne, 15 juillet 2002.

48 Décision no 36/2000/QH10, Assemblée nationale du Vietnam, 6 juillet 2000. (“Nghi Quyet cua Quoc Hoi Viet Nam, so. 36/2000/QH10, 6 juillet 2000”.)

49 MVAE, comité des frontières, document de référence : « Le processus de délimitation de la frontière vietnamo-chinoise », Hanoi, septembre 1998.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 People’s Daily, 28 décembre 2001.

53 MVAE, comité des frontières, « documents du cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier 2002, p. 28.

54 Ibid.

55 Ministère vietnamien de la Défense, office de recherche, recherches sur les problèmes de la frontière terrestre sino-vietnamienne, Hanoi, 2002, p. 14.

56 Note officielle no 203 – TB/TW, bureau politique, 29 mars 1999.

57 Note officielle no 226 – TB/TW, bureau politique, 18 juin 1999.

58 Note officielle no 234 – TB/TW, bureau politique, 19 juillet 1999.

59 Communiqué interne du Parti communiste du Vietnam, avril 2002, « sur le traité de frontière terrestre sino-vietnamienne », p. 4.

60 MVAE, comité des frontières, « documents des cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier 2002.

61 Ministère vietnamien de la Défense, office de recherche, recherches sur les problèmes de la frontière terrestre sino-vietnamienne, Hanoi, 2002, p. 16

62 Ibid.

63 Ibid.

64 Ministère vietnamien des Affaires étrangères, comité des frontières, document de presse, 1999.

65 Ibid.

66 MFAE, Mémoires et Documents, Asie, Indochine, volume 60, Procès-verbal de la Délégation française. No 1, séance du 12 janvier 1886 : « L’argument de la Délégation chinoise sur le problème de délimitation frontalière. » Voir aussi La délimitation de la frontière du Guangxi, premier chapitre : « Le processus de délimitation de la frontière sino-tonkinoise entre la France et la Chine (1885-1895) ».

67 MFAE, Mémoires et documents, Asie, Indochine, volume 61, procès-verbal de la délégation française, séance 21 mars/1886 à Nan-Kouan. Voir aussi P. Neis, « Sur les frontières du Tonkin », Le Tour du Monde, 1888, p. 321-416. Il y est écrit que « la frontière était délimitée à environ 150 mètres vers le sud de la Porte de Chine. »

68 Ibid.

69 MVAE, comité des frontières, document de recherche : « Le processus de délimitation frontalière vietnamo-chinoise », Hanoi, 2001.

70 D’après l’interview au VASC Orient de Le Cong Phung, vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères et chef de la délégation vietnamienne de frontière, sur la signature du traité de frontière terrestre entre la Chine et le Vietnam le 30 décembre 1999, Hanoi, 28 janvier 2002.

71 Note officielle, no 56-TB/TW, comité exécutif central du Parti communiste vietnamien, 31 mars 2002.

72 Ibid.

73 En fait, après la signature du traité de frontière en 1999, il y eut des divergences d’opinion sur les résultats de la délimitation, et surtout sur le règlement de la question de la porte de Namquan.

74 Communiqué interne no 4/TBNB, comité exécutif central du Parti communiste vietnamien, avril 2002.

75 Selon les chiffres sur la carte de délimitation de frontière du côté vietnamien, documents du comité de frontière, ministère vietnamien des Affaires étrangères, 2001.

76 MVAE, « Documents des cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier 2002, p. 35.

77 Ibid. p. 35

78 MVAE, comité des frontières, recherche sur les frontières sino-vietnamiennes, 2002.

79 Chine, Le Quotidien du Peuple en ligne, 15 juillet 2002.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540