Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les conflits frontaliers sino-vietnamiens

 | 
Thi Hanh Nguyen

Troisième partie. Les conflits frontaliers sino-vietnamiens et leur règlement de 1954 à nos jours

1. Le conflit de la frontière terrestre de 1954 à 1991

Texte intégral

La situation frontalière de 1954 à 1973

1La « guerre froide » déclenchée en 1947 divisa le monde en deux blocs adverses : socialiste et capitaliste. La victoire du Parti communiste chinois et la naissance de la République populaire de Chine renforcèrent le système socialiste dans le monde. La Chine jouait désormais le rôle de « premier frère rouge » des pays socialistes de l’Asie. La seconde guerre d’Indochine heurta directement les intérêts de la Chine en Indochine, notamment dans le temps où le face-à-face sino-américain devint de plus en plus tendu, après la guerre coréenne.

2En 1950, la Chine sortait à peine d’une terrible crise qui avait commencé avec la révolution de 1911 et qui avait atteint son maximum d’intensité à partir de 1937 avec l’invasion japonaise, puis la guerre civile de 1947 à 1949 entre les forces du Kuomintang et les communistes ; guerre qui s’était terminée en 1949 par la victoire des forces communistes. La République populaire de Chine dut immédiatement affronter de grosses difficultés : la restauration d’un système économique et social ravagé pendant les années de la guerre ; et l’exécution de ses « devoirs internationaux » envers les pays appartenant au système socialiste, le Vietnam du Nord au premier chef.

3Les Vietnamiens durent affronter la guerre durant plus de la moitié du siècle. Avec la victoire de Dien Bien Phu, la première guerre d’Indochine se termina avec la signature des accords de Genève en 1954. Mais ce n’était encore qu’une victoire incomplète, car le pays était coupé en deux. Dès 1959, la lutte armée reprit au sud : la seconde guerre d’Indochine commençait.

4À partir de 1950, la RDV prit le contrôle de la frontière du Tonkin. Les relations entre la RDV et la RPC étaient alors très chaleureuses, et la ligne de frontière vietnamo-chinoise fut alors plutôt une ligne amicale. Cependant, pratiquement, les problèmes frontaliers ne purent se dissoudre, et restèrent au mieux en filigrane avant de venir au premier plan, à cause à la fois des données complexes, historiques, qu’on a rappelées plus haut et de données de surgissement récent.

  • 1 MVAE, comité des frontières, document d’étude sur le problème frontalier sino-vietnamienne, Hanoi, (...)

5Dès février 1954, on signale un litige entre deux provinces, celle de Caobang (Vietnam) et le Guangxi (Chine). Des négociations entre les deux provinces furent menées sans succès pour le régler. Puis d’autres litiges apparurent successivement en plusieurs endroits de la frontière : Caobang, Quangninh, Langson, etc., et sous plusieurs modalités : déplacement de bornes à l’intérieur du territoire vietnamien ; conflits d’intérêt concernant des produits agricoles et forestiers, ou les ouvrages hydrauliques du territoire de Caobang1, etc.

  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.
  • 5 MAEV, comité des frontières, document des cours de perfectionnement d’experts du bornage de la fro (...)

6Le comité des frontières du ministère vietnamien des Affaires étrangères a dressé la liste des empiètements en terre vietnamienne auxquels, de 1953 à 1963, se seraient livrés les Chinois. Par exemple, dans la région de Langson, l’annexion d’environ six cents hectares de territoire vietnamien2 ; sous couvert de l’aide aux travaux de restauration et d’entretien de la voie ferrée entre la Chine et le Vietnam, report du point de jonction de la voie chinoise et de la voie vietnamienne à trois cents mètres à l’intérieur du territoire vietnamien, à Namquan, pour finir par prétendre que ce point de jonction marquait la frontière ; sous couvert de plantation d’arbres, captation de plus de deux cents hectares de la commune de Bao-lam3 ; à Quangninh, déplacement de neuf bornes frontière, moyen de prendre au territoire vietnamien plus de deux cents hectares une fois encore4 ; sur des rivières de frontière, plusieurs fois, installation unilatérale d’ouvrages hydrauliques entraînant le changement des courants des rivières et la modification de la ligne frontière5

7Cependant, malgré l’abondance de ces anicroches, il n’y eut pas d’action officielle des deux gouvernements pour traiter directement le problème — jusqu’en 1957.

  • 6 « Su that ve nhung lan xuat quan cua Trung Quoc va quan he Viet-Trung, Nha Xuat Ban », Da Nang, 19 (...)
  • 7 « Mémorandum des déclarations faites par le vice-premier ministre Li Xian Nian au Premier ministre (...)

8Le 12 novembre 1957, par une lettre envoyée au comité central du Parti communiste chinois, le comité central du Parti des travailleurs du Vietnam proposa le maintien du statu quo concernant le tracé de la frontière terrestre commune, selon les conventions de 1887 à 18956. En avril 1958, le comité central du Parti communiste chinois donna une réponse favorable : « En attendant une solution négociée, les deux parties maintiendront strictement le statu quo à la frontière et aucune d’elles ne modifiera unilatéralement et de quelque manière que ce soit l’étendue de sa juridiction effective. Si nous parlons du maintien du statu quo à la frontière, cela ne signifie pas, dans les futures négociations que les deux parties devront déterminer l’appartenance territoriale des régions contestées en fonction des limites actuelles de leur juridiction, mais c’est uniquement pour éviter tout conflit et préserver l’unité et l’amitié avant de trouver une solution négociée7. »

9Il ressort de ce texte que, dès avant 1957, le Vietnam et la Chine avaient deux positions opposées sur le tracé de la frontière. Le Vietnam admettait comme valable et devant être conservé le tracé concrétisé par les conventions actées de 1887 à 1895, signées à l’époque coloniale, alors que la Chine, sur cette face de son territoire comme sur les autres, ne reconnaissait pas la validité des tracés définis à l’époque coloniale.

  • 8 Nguyen Thi Huong, « L’établissement de la frontière terrestre entre la République socialiste du Vi (...)

10Il est remarquable que, selon les sources vietnamiennes et chinoises, les conflits, à propos de la zone frontalière et en son sein, aient commencé très tôt et se soient dangereusement envenimés après la signature des accords de Paris qui mettaient fin théoriquement à la guerre américaine au Vietnam. Les Vietnamiens faisaient remonter les conflits ou tout au moins les frictions à 1954. La Chine, jusqu’en 1974, a de son côté donné des chiffres d’incidents frontaliers et fait mine de considérer ces incidents comme le point de départ des confrontations sino-vietnamiennes — encore que le gouvernement chinois ait reconnu avoir opéré des déplacements de bornes-frontières sur le territoire du Vietnam : selon un rapport du 10 décembre 1959 de Houang Phounglan, président de l’office diplomatique du Yunnan, « la frontière entre le Vietnam et le Yunnan possède plus de 70 bornes frontières. Dans la première section, il y a 22 bornes dont 2 reportées à 2 kilomètres dans le territoire du Vietnam ; la deuxième section a 19 bornes dont 2 reportées à l’intérieur du territoire vietnamien, dont une jetée par des troupes du Kouo-min-tang8. »

  • 9 Cette formulation fut utilisée par Ho Chi Minh pour exalter les relations amicales entre le Vietna (...)
  • 10 Ronald Bruce St. John, « Land Borders in the Indochina », International Boundaries Research Unit, (...)

11Ainsi, en réalité, il y eut des conflits, ou tout au moins des embryons de conflit de frontière entre la Chine et la RDV dès les années 1950, alors que les relations des deux pays étaient pourtant très amicales, comme entre « les lèvres et les dents9 ». Mais les deux gouvernements ne voulaient pas les aborder à cause de plusieurs raisons, différentes de l’un et de l’autre côté, et surtout à cause de la prégnance des intérêts communs aux deux pays10.

12À partir de 1960, les relations « d’amitié » sino-vietnamiennes changèrent pas à pas, chaque côté ayant ses propres motifs et la situation internationale jouant aussi un rôle déterminant. Ajoutons que la Chine, plus tard dans la décennie, traversa la tempête de la révolution culturelle, aux lourdes et durables conséquences sur l’économie et sur la société. Tout cela pesa sur les relations sino-vietnamiennes.

13Au Vietnam, le 2 août 1964, eut lieu l’incident du golfe du Tonkin entre des torpilleurs nord-vietnamiens et deux destroyers américains ; s’ensuivirent les premiers bombardements américains sur le Nord et l’intensification du débarquement de troupes américaines au Sud. La RDV tenait le Nord, et soutenait la lutte contre l’intervention américaine au Sud en fournissant du matériel et des hommes.

  • 11 AMFD, SHAT, 10T982, Relation entre la Chine et la RDVN (1963-1967), « évolution des relations entr (...)
  • 12 Ibid. Pour l’aide de l’URSS voir également Valérie de Poulpiquet, Le territoire chinois, Paris, op (...)

14Plus que jamais, le Vietnam avait besoin des aides venues de la Chine et des pays socialistes, surtout de l’URSS. Avant la chute de Khrouchtchev (1964), l’aide de l’URSS était minime, en termes politiques comme sous l’angle matériel. La Chine apparaissait comme l’alliée principale du Vietnam ; l’aide tant politique que matérielle11 qu’elle apportait était considérable. Mais à partir de 1964, Moscou commença à fournir une aide plus significative, sur les deux plans, à l’effort de guerre de Hanoi12. Cela provoqua des désaccords entre la Chine et le Vietnam.

  • 13 Ibid.

15La Chine, bien qu’elle fût guère satisfaite du rapprochement entre le Vietnam et l’URSS, tenait toujours à préserver de bonnes relations avec le Vietnam au nom du but majeur : contenir les Américains. D’après des recherches menées du côté américain, la Chine, à cette époque, garda une attitude de « prudence à l’égard des États-Unis et de sensibilité dans les relations avec Hanoi13 ».

  • 14 Livre blanc du ministère vietnamien des Affaires étrangères publié le 4 octobre 1979. On y lit : « (...)
  • 15 MFD, SHAT, 10T982, op. cit.

16Le Vietnam, malgré son rapprochement avec l’URSS et son insatisfaction face à l’attitude chinoise lors de l’incident du golfe du Tonkin14, considérait toujours Pékin comme un « allié précieux », une source d’appui irremplaçable. Il était conscient entre outre que les Chinois contrôlaient les voies de communications par lesquelles arrivait le flot soviétique d’armements perfectionnés. C’est pourquoi Hanoi évitait la confrontation avec la Chine15.

17Ainsi, de 1954 à 1973, tous les facteurs, intérieurs et extérieurs retinrent la Chine et le Vietnam de s’affronter ouvertement sur le problème frontalier. Le heurt des intérêts, des deux côtés, était subordonné à un enjeu plus élevé, l’alliance des deux pays pour résister à la menace américaine. C’est pour cela qu’en 1957-1958 la Chine et le Vietnam s’accordèrent pour maintenir le statu quo concernant la ligne de frontière tracée par les conventions franco-chinoises de 1887 et 1895. Jusqu’à 1973, le problème frontalier ne fut pas abordé officiellement entre les deux pays malgré la multiplication des incidents sur le terrain.

La frontière de 1974 à 1979 : début de nombreux incidents

18À partir des années 1970, la situation changea en Chine comme au Vietnam. Du côté chinois, on était en plein développement. Des contradictions profondes étaient apparues entre la Chine et l’URSS, menant à la rupture ; du coup, la Chine avait renoué des rapports « normaux » avec les États-Unis. Cela influença directement les relations sino-vietnamiennes, avec impact sur le problème frontalier.

19Au Vietnam, la résistance contre les Américains atteignit son but. Le 27 janvier 1973, l’accord de Paris mit fin à la guerre. À la fin du mois de mars 1973, les forces de combat américaines se retirèrent du Sud-Vietnam, mais la guerre n’était pas encore terminée. Il faudra attendre jusqu’au 30 avril 1975 pour que la paix s’installe avec la victoire des forces communistes. Le pays fut totalement réunifié et devint la République socialiste du Vietnam en 1976.

  • 16 Valérie de Poulpiquet, Le territoire chinois, op. cit., p. 81.

20C’est dans ce contexte que commença le déclin des bonnes relations entre la Chine et le Vietnam. Le fort développement des relations vietnamo-soviétiques et la rupture des relations sino-soviétiques constituaient un obstacle insurmontable à la poursuite des relations d’amitié entre le Vietnam et la Chine ; les liens étroits tissés avec l’URSS conduisaient nécessairement le Vietnam à s’éloigner de la Chine16 ; il n’y avait pas d’équilibre possible, mais un vrai choix d’affiliation et d’option idéologique.

21L’aspect nouveau des relations internationales agit étroitement sur les relations frontalières sino-vietnamiennes. À partir de 1974, les incidents se multiplièrent et les relations des deux pays ne cessèrent d’empirer. La frontière, officiellement dénommée pendant les années 1950-1960 « frontière de l’amitié », devint le lieu d’incidents de plus en plus nombreux, avant de franchement devenir un champ de bataille en 1979. Contrairement aux pratiques antérieures, les deux côtés prirent soin désormais de dénoncer mutuellement les incidents frontaliers et les empiètements territoriaux réciproques ; les chiffres ne concordent d’ailleurs pas. (Voir le tableau ci-dessous.)

Tableau no 1

Année

Chiffres du côté chinois

Chiffres du côté vietnamien

1974

179 cas

121 cas

1975

294 cas

439 cas

1976

812 cas

986 cas

1977

873 cas

752 cas

1978

2 175 cas

1 108 cas

  • 17 Cité par Antoine Dauphin dans « La frontière sino-vietnamienne de 1895 à nos jours », in P.-B. Laf (...)

Sources : 1. MVAE, Comité des frontières, mémorandum du ministère des Affaires étrangères de la République socialiste du Vietnam, mars 1979. 2. Agence Xinhua, le 12 mai 197917.

22Même si les chiffres ne correspondent pas, les deux sources font bien percevoir l’aggravation rapide de la tension de 1974 à 1979. Dans l’optique vietnamienne, c’était la continuation, en pire, de ce qui se passait depuis 1954. Du côté chinois, on donnait l’explication suivante, conçue pour bien cadrer avec l’évolution des événements et bien dans le style d’alors : « Depuis 1974, notamment après la réunification du Vietnam, le gouvernement de Hanoi a lancé une campagne antichinoise violente, montrant par là son ingratitude envers la Chine et sa soumission à l’Union soviétique. Il a provoqué selon un plan préétabli des disputes et des frictions sur de nombreux points de la frontière. »

23Les deux années 1976 et 1977, les incidents frontaliers se multiplièrent et les relations générales des deux pays se gâtèrent, de façon simultanée.

Tableau no 2

Année

Chiffres du côté chinois

Chiffres du côté vietnamien

1976

812 incidents

986 incidents

1977

873 incidents

752 incidents

Source : MVAE, statistiques du Comité des frontières du gouvernement vietnamien, 2002.

  • 18 MVAE, comité des frontières, « Document des cours… », op. cit., Hanoi, janvier 2002, p. 26.

24La première négociation sur la frontière terrestre entre la Chine et le Vietnam eut lieu à Pékin d’octobre 1977 à juin 1978 au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères, sur la demande de la Chine. Le côté vietnamien persista dans son opinion de toujours, à savoir qu’il fallait maintenir le statu quo et garder pour référence la frontière établie par les deux conventions franco-chinoises de 1887 et 1895. Du côté chinois, on donna son accord pour régler les litiges en s’appuyant sur les conventions franco-chinoises, mais en ayant pour but d’enregistrer des modifications et d’installer une frontière révisée en phase avec l’état présent sur le terrain ou à peu près18. Le fond de l’affaire était simple, la Chine voulait maintenir l’état actuel de la frontière pour légitimer les empiètements sur le territoire vietnamien auxquels elle s’était livrée à l’époque coloniale et ensuite. La position du Vietnam, à l’inverse, impliquait un retour en arrière et la délégitimation par principe de ces empiètements réalisés depuis la signature des conventions franco-chinoises. Aucun résultat ne fut obtenu. Les relations entre les deux pays étaient aussi tendues dans la négociation que sur le terrain.

  • 19 Ibid.

25Le 8 août 1978, de nouvelles négociations gouvernementales s’ouvrirent mais furent rompues très vite19.

  • 20 Kosta Christitch, « Hanoi et Moscou : pacte anti-Pékin », Le Point, 13 novembre 1978.

26La signature du « traité d’amitié et coopération vietnamo-soviétique », le 3 novembre, conféra à Hanoi tous les attributs d’un membre à part entière du bloc soviétique, et fit sauter le dernier maillon de relations sino-vietnamiennes totalement fragilisées. Un passage de ce traité retient particulièrement l’attention : « Au cas où l’une des parties serait victime d’une agression ou d’une menace d’agression, les signataires se consulteront immédiatement pour écarter le danger et prendre les mesures adéquates et effectives […] » L’agresseur éventuel ne pouvait être évidemment que les États-Unis… ou Pékin20 !

  • 21 Ibid.

27Après la signature de ce traité, Pékin décida de suspendre son aide et de rapatrier ses experts et ses coopérants. Pour les Chinois, « le Vietnam avait définitivement basculé dans le camp de Moscou. Et Pékin en tira les conséquences : « Le Vietnam poursuivrait sa politique antichinoise s’il le voulait. Mais sans l’aide chinoise21 ».

  • 22 On trouve une explication de la décision chinoise dans un livre publié en 1979 : « Les autorités v (...)
  • 23 Agence Chine nouvelle, 4 décembre 1978.

28La situation à la frontière devint de plus en plus tendue, à l’image de cette aggravation des relations entre les deux pays. Les incidents augmentèrent, jusqu’à deux mille cas par an. La Chine interrompit l’aide économique, retira ses spécialistes, ferma les postes frontières22, etc. En juin 1978, l’ambassadeur chinois à Hanoi quitta son poste pour « raison de santé ». Il fallut attendre jusqu’en décembre l’arrivée à Hanoi d’un nouvel ambassadeur, Yang Kungsu. Ce nouveau représentant chinois était un spécialiste des questions frontalières ; il avait négocié ces questions dans le passé avec l’Inde et le Pakistan23. Mais l’expérience du représentant chinois ne put éviter l’éclosion d’un conflit armé, dont le problème frontalier ne fut qu’une des causes.

  • 24 Déclaration du Premier ministre Pham Van Dong, in numéro spécial en supplément au Bulletin du Viet (...)

29La rupture fut complète en 1978 ; le Premier ministre vietnamien Pham Van Dong, dans un discours le 2 septembre, déclara : « Pékin nourrit depuis longtemps des ambitions expansionnistes et hégémoniques de grande puissance à l’égard de notre pays. […] Déjà en 1975, alors que notre peuple venait de remporter la victoire totale dans sa lutte patriotique contre les agresseurs impérialistes américains et leurs agents du Sud-Vietnam, Pékin estimait que la naissance d’un Vietnam pacifique, indépendant, uni et socialiste constituait un obstacle à ses visées expansionnistes en Asie du Sud-Est24. »

  • 25 Ministère chinois des Affaires étrangères, À propos du Livre Blanc du Ministère vietnamien des Aff (...)

30En même temps, la Chine accusait le Vietnam « de provoquer des conflits à la frontière et de grignoter le territoire chinois », « de créer des incidents sanglants et même de faire tuer ou blesser des militaires et civils chinois, menaçant ainsi sérieusement la paix et la sécurité des régions frontalières chinoises », « d’installer en territoire chinois, selon un plan établi, un grand nombre de citoyens vietnamiens qui résidaient depuis des générations dans les provinces vietnamiennes voisines de la Chine25. »

  • 26 Ibid. p. 28.

31De plus, selon les Chinois, le machiavélisme vietnamien était sans limite : « à peine la guerre de résistance contre les États-Unis avait[-elle] touché à sa fin, [que] les autorités vietnamiennes ont profité du matériel fourni par la Chine pour construire des fortifications contre la Chine en deçà de la frontière sino-vietnamienne où elles ont stocké armes, munitions et céréales en quantité pour préparer la guerre contre la Chine26 ».

32Les désaccords sourds entre la Chine et le Vietnam depuis longtemps avaient désormais éclaté au grand jour. Le territoire frontalier devenait un prétexte sur lequel la Chine s’appuya pour justifier son ire, cachant ses motivations et intentions réelles.

  • 27 Antoine Dauphin, « La frontière sino-vietnamienne de 1895-1896 à nos jours », in P.-B. Lafont, (di (...)

33Le 31 janvier 1979, Deng Xiaoping, vice-président de la RPC, alors en visite aux États-Unis, annonça lors d’un déjeuner avec les sénateurs américains à Washington que la Chine allait « infliger une leçon au Vietnam », ce qu’il ne manqua pas de répéter aux dirigeants japonais lors de sa visite ultérieure au Japon27.

  • 28 Ibid.

34Le 10 février 1979, le ministre des Affaires étrangères de la RSV Nguyen Duy Trinh adressa deux messages urgents au président du Conseil de sécurité et au secrétaire général de l’ONU, par lesquels il les pressait d’intervenir en faveur d’une solution négociée dans le différend entre le Vietnam et la Chine, ainsi qu’en faveur d’un arrêt de la confrontation armée qui menaçait de dégénérer en conflit généralisé, déclenché à l’encontre du Vietnam28.

35Un conflit de courte durée, territorialement limité, mais violent, commença le matin du 17 février 1979 et s’acheva le 18 mars suivant sur la région frontalière sino-vietnamienne.

Intensification du conflit frontalier de 1979 à 1991

  • 29 Journal L’Armée du Peuple, Vietnam, le 2 janvier 1979.

36La bataille frontalière de 1979 fut la conséquence d’un nœud inextricable de relations complexes entre quatre pays : le Vietnam, la Chine, le Kampuchea (Cambodge des Khmers rouges) et l’URSS. Le 1er janvier 1979, le ministère vietnamien des Affaires étrangères envoya un mémorandum à l’ambassade de Chine au Vietnam dans lequel il affirmait que « le gouvernement et le peuple vietnamiens tenaient toujours en haute estime l’amitié entre les peuples vietnamien et chinois, [et] espéraient que les frontières entre les deux pays deviennent celles de l’amitié29 ».

  • 30 « Traités inégaux » désigne pour la Chine tous les traités signés entre la Chine et les puissances (...)

37Ce dernier effort de bonne volonté du côté vietnamien n’eut guère de succès. Un peu plus d’un mois après, l’armée chinoise attaqua les six provinces limitrophes du Vietnam. « Une agression armée lancée par les autorités vietnamiennes contre le Kampuchea afin de l’annexer » était alléguée comme cause explicative de la détérioration rapide des relations sino-vietnamiennes et de l’attaque chinoise contre les Vietnamiens. C’était aussi la manifestation concrète du refus obstiné d’admettre une frontière tracée par le « traité inégal30 » avec la France.

  • 31 Trois cent mille hommes, selon Valérie de Poulpiquet dans Le Territoire chinois, op. cit, p. 83.
  • 32 Pour la « bataille de la frontière » de 1979, voir notamment : Man Luc, Dix ans de la guerre sino- (...)

38Le matin du 17 février 1979, les troupes chinoises (220 000 hommes, selon les sources vietnamiennes31) appuyées par une nombreuse artillerie et de multiples avions et hélicoptères lancèrent « une contre-attaque des troupes chinoises », formule officielle chinoise, sur la zone frontalière du Vietnam. Ces troupes envahirent les provinces de Quangninh, Langson, Caobang, Hatuyen, Laichau. Des combats sanglants se déroulèrent sur beaucoup de points élevés de la frontière32.

  • 33 Antoine Dauphin, op. cit, p. 114.

39Sans retard, le 19 février 1979, le gouvernement soviétique fit une déclaration : « L’Union soviétique s’acquittera des engagements qu’elle a pris en vertu du traité d’amitié et de coopération entre l’URSS et la RSV. Ceux qui déterminent la politique à Pékin doivent s’arrêter avant qu’il ne soit trop tard33. » En même temps, les navires soviétiques débarquèrent du matériel de guerre dans les ports vietnamiens. Et les Chinois étaient obligés de rester vigilants sur leurs frontières Nord.

40Les troupes chinoises durent affronter une résistance énergique et une riposte décisive du côté vietnamien. La situation militaire se révéla sans issue. Bien que les troupes chinoises n’aient pu pénétrer que de quarante kilomètres au maximum à l’intérieur du territoire vietnamien, Hanoi décréta la mobilisation générale. Le 5 mars, le gouvernement chinois annonça que ses troupes avaient commencé de se retirer à l’intérieur du territoire chinois. Entre temps, le ministère chinois des Affaires étrangères avait adressé à l’ambassade du Vietnam à Pékin une note, le 1er mars 1979, proposant au gouvernement vietnamien l’ouverture rapide de négociations.

41Le 26 mars 1979, Pékin annonça que le retrait total des « gardes-frontières » chinois avait eu lieu le 16 mars 1979. Il était précisé :

  • 34 Beijing Information, no 12, le 26 mars 1979, cité par Antoine Dauphin, op. cit. p. 114.

Au cours de cette opération, ils [les gardes-frontières] ont pris une vingtaine de villes, bourgs et points stratégiques vietnamiens […] Ils ont donné une bonne leçon au Vietnam34.

  • 35 François Nivolon, « Début apparent de retrait des troupes chinoises », Le Figaro, 7 mars 1979.
  • 36 Bernard Hamel, « La guerre inachevée », Aspects de la France, 29 mars 1979. Voir aussi : Beijing I (...)

42Les Vietnamiens se déclarèrent prêts à entamer les négociations pour rétablir des relations normales entre les deux pays, à la condition que les troupes chinoises repassent réellement la frontière : « Ce retrait doit être total, inconditionnel et en deçà de la frontière historique reconnue par les deux parties35. » Le Vietnam affirmait en effet que des forces chinoises se trouvaient encore sur son territoire : « Ces forces étaient toujours présentes en divers points des régions qu’elles avaient envahies le 17 février36. » De plus, le Vietnam accusait la Chine d’avoir déplacé des bornes frontières vers l’intérieur du territoire vietnamien durant leur intervention militaire.

  • 37 MVAE, comité des frontières, documents de recherche, « La frontière terrestre vietnamo-chinoise », (...)

43Avant l’ouverture des négociations au niveau gouvernemental, une conférence au niveau provincial se tint entre les provinces vietnamiennes de Caobang et Langson et le Guangxi, du 5 au 15 mars 1977, l’objectif étant de régler le problème frontalier. La Chine proposa en cinq points le maintien de la « frontière actuelle ». Le Vietnam rejeta cette proposition chinoise et remit en selle, en dix points, son point de vue traditionnel de maintien du statu quo « historique » Les deux parties restèrent inconciliables37.

44Le Vietnam ne cessa de répéter qu’il était prêt à entamer des pourparlers avec la Chine dès que celle-ci aurait totalement évacué le territoire vietnamien. Le gouvernement de Hanoi proposa officiellement à celui de Pékin d’ouvrir dans la capitale vietnamienne des négociations au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères « une semaine après le retrait définitif des troupes chinoises de l’autre côté des frontières historiques ». Cela supposait, non seulement que le retrait chinois fût total, mais encore qu’il n’y eût pas de divergence sur le tracé de la frontière au-delà de laquelle les troupes chinoises allaient devoir se replier. Deux conditions difficiles à remplir.

45Finalement, pour débloquer la situation, le Vietnam accepta d’entamer les négociations malgré le maintien de troupes chinoises sur son territoire frontalier.

46Du côté chinois, le 19 mars 1979, une note du ministère des Affaires étrangères diffusée par l’agence Chine Nouvelle mentionna, comme sujet de négociations, « la paix et la tranquillité dans la région frontalière », les « différends sur les bornes frontalières », les « questions territoriales » et « les autres différends existant entre les deux pays ». Il était précisé que le problème cambodgien serait évoqué dès l’ouverture de ces négociations.

47Ce dernier point fut considéré comme une « provocation » par Hanoi. En réalité, toutes les séances de négociations s’envisageaient sous réserve du retrait des troupes vietnamiennes du Cambodge.

  • 38 Jean Leclerc du Sablon, « La bataille des négociations sino-vietnamiennes s’ouvre aujourd’hui à Ha (...)
  • 39 « Les Chinois cherchent à redessiner la frontière », L’Humanité, 22 mars 1979. Voir aussi L’Humani (...)

48Enfin, les pourparlers entre la délégation de la Chine et celle du Vietnam s’ouvrirent à Hanoi le 18 avril 1979, un mois après le « retrait » des troupes chinoises. La situation à la frontière demeurait instable, les deux adversaires s’efforçant chacun d’occuper des hauteurs leur permettant de contrôler les zones avoisinantes. Ces négociations furent comparées à « une bataille des négociations38 », du fait de leur inscription dans le prolongement des opérations militaires et de l’espoir de chacune des parties d’atteindre dans ce cadre ses buts de guerre ; il y avait de l’acharnement dans l’air. Dans la pratique, la mise en route des négociations fut retardée par la lenteur du retrait des troupes des deux côtés. Le 21 mars 1979, le ministère vietnamien des Affaires étrangères publia une note protestant contre le fait que « deux régiments chinois étaient encore stationnés dans la province de Langson à une distance de dix à vingt kilomètres de la frontière. Dans les autres régions les Chinois [avaient] encore déplacé des bornes frontière, pour la seconde fois en quarante-huit heures39 ».

  • 40 Ibid.

49De plus, en présentant la position vietnamienne, le vice-ministre des Affaires étrangères déclara que le gouvernement chinois, « en soulevant la question des négociations, [cherchait] à légaliser une occupation d’un certain nombre de lieux qui relèvent du territoire vietnamien. La Chine [voulait] redessiner la frontière à l’aide de la force brutale. Le Vietnam [adopterait] une attitude appropriée40 ».

50Lors de la première séance des pourparlers, le ministre Phan Hien adressa à la partie chinoise une proposition en trois points que l’on peut résumer comme suit :

  • 41 Antoine Dauphin, op. cit, p. 115. Voir aussi MVAE, comité des frontières, « Document des cours… »,(...)

1. Échange de prisonniers dans les plus brefs délais. Création d’une zone démilitarisée de trois à cinq kilomètres de part et d’autre de la frontière sino-vietnamienne ;
2. Normalisation progressive des relations entre les deux pays sur la base des principes de la coexistence pacifique. Développement de relations économiques, culturelles, mutuellement avantageuses et dans un esprit de respect mutuel concernant les deux parties ;
3. Règlement des problèmes de frontière et de territoire entre les deux parties suivant le principe du respect du statu quo de la frontière léguée par l’histoire et délimitée par les conventions de 1887 et 1895 signées entre le gouvernement français et la cour des Qing, ainsi qu’il avait été convenu entre la partie vietnamienne et la partie chinoise. Respect de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de chacun41.

  • 42 Ibid.

51Ainsi qu’on peut le constater, la proposition vietnamienne entrait dans le cadre du règlement bilatéral d’un différend ne dépassant pas les compétences des deux parties et ne devant avoir aucune incidence sur les relations de chaque partie avec un pays tiers42.

  • 43 Alain Jacob, « Les négociations sino-vietnamiennes », Le Monde, 28 avril 1979.
  • 44 MVAE, comité des frontières, « Documents du cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier (...)

52Lors de la deuxième séance, le 26 avril 1979, le chef de la délégation chinoise rejeta cette proposition vietnamienne en trois points et avança une contre-proposition en huit. Les Chinois y énonçaient une série de principes qui dépassaient largement les problèmes bilatéraux, comme « l’hégémonie en Indochine, dans le Sud-Est asiatique, ou d’autres régions », ou « [l’interdiction] d’envoyer des forces armées stationner à l’étranger », etc. Le but était de forcer le Vietnam à « renoncer à sa politique antichinoise et hégémoniste d’expansion43 ». Sur le plan bilatéral, la Chine réclama la reconnaissance de sa souveraineté sur les Paracels et les Spratleys et le règlement du problème de la frontière terrestre : il s’agissait du troisième point, le seul à avoir trait au règlement du conflit frontalier ; par sa formulation, il permettait d’envisager une convergence entre les deux gouvernements : « les deux parties respectent la frontière sino-vietnamienne délimitée par les accords sino-français sur la frontière, et elles les prendront comme base pour résoudre, au moyen de négociations, les litiges sur les problèmes frontalier et territorial. En attendant de trouver une solution au problème frontalier, les deux parties doivent, l’une comme l’autre, maintenir strictement le statu quo à la frontière constatée au moment de l’échange de lettres en 1957-1958 entre les deux comités centraux des partis chinois et vietnamien et s’abstenir de modifier unilatéralement et arbitrairement l’étendue de leur juridiction effective à la frontière, de quelque manière et sous quelque prétexte que ce soit44 ».

53Rapportés à l’ensemble des revendications chinoises, les problèmes concernant la frontière et les eaux territoriales apparaissaient de toute façon comme très secondaires. Hanoi qualifia d’« arrogantes » les propositions en huit points de Pékin.

  • 45 Ibid.

54Le chef de la délégation vietnamienne à la troisième séance plénière du 4 mai 1979 fit remarquer : « La partie chinoise réclame en outre le maintien du statu quo à la frontière terrestre et une délimitation de zones dans le golfe du Tonkin, ce qui est contraire à ses engagements de respect de la frontière historique entre les deux pays, délimitée par les conventions de 1887 et de 1895 et déjà officiellement abornée. » Et le ministre vietnamien d’insister en rappelant que « dans le point 1. de notre proposition en trois points, nous avons en effet suggéré de s’abstenir de masser des troupes à proximité de la frontière ; de maintenir une séparation entre les forces armées des deux parties ; de cesser tout acte de provocation de guerre et toute forme d’activité hostile ; de créer une zone démilitarisée45. »

  • 46 Le Figaro, 7 mars 1979.

55Lors de la quatrième séance des négociations, le 12 mai 1979, le représentant chinois réaffirma sa proposition de régler les « revendications territoriales », c’est-à-dire les questions terrestre et maritime46, en même temps que le reste. Cette proposition liait le problème du différend frontalier entre le Vietnam et la Chine à d’autres problèmes intégrés aux aspirations géopolitiques de la partie chinoise, ce qui mena les pourparlers entre les deux délégations dans l’impasse.

  • 47 Le Matin, 7 mai 1979.

56Cette première phase des négociations vietnamo-chinoises — du 18 avril au 18 mai 1979 — n’aboutit en fait qu’à la libération des prisonniers faits par les belligérants au cours du conflit. Ce qui pouvait porter au pessimisme : « Ces négociations ne sont pas l’antichambre de la paix, mais la salle d’attente de la guerre47. » De fait, les pourparlers de paix destinés à régler le litige des frontières furent suspendus par les Chinois. Ceux-ci menacèrent le Vietnam d’une nouvelle « leçon » en massant des troupes et des matériels militaires sur la zone frontalière.

  • 48 Antoine Dauphin, op, cit., p. 116.

57Les négociations reprirent à Pékin en juillet 1979 pour, dans cette deuxième phase, s’achever le 6 mars 1980. On n’enregistra aucun résultat. Les deux parties s’accusèrent mutuellement d’avoir provoqué des incidents de frontière en février 1979, sans aborder sérieusement et lucidement le fond de la question. La Chine choisit d’ajourner les négociations : le ministère chinois des Affaires étrangères proposa à son pendant vietnamien qu’« il soit mis fin au deuxième tour des négociations sino-vietnamiennes afin de laisser à chacune des parties le temps d’étudier avec sérieux les points de vue et la position de l’autre, de se mettre à la recherche de la solution des différends, et que le troisième tour des négociations se tienne à Hanoi dans le courant du deuxième semestre de l’année 1980, à un moment jugé opportun par les deux parties48 ».

  • 49 MVAE, mémorandum du 6 janvier 1981 du ministre vietnamien des Affaires étrangères.

58Mais ce troisième tour des négociations ne s’ouvrit pas. Les incidents sur la frontière se poursuivaient. Le 6 janvier 1981, le ministère vietnamien des Affaires étrangères publia un mémorandum de six pages où les dirigeants vietnamiens accusaient la Chine d’accélérer ses préparatifs de guerre en vue d’une nouvelle agression. Selon ce document, les troupes chinoises, estimées à une quinzaine de divisions, « occup[ai]ent de nombreuses hauteurs le long de la frontière et empiét[ai]ent en des dizaines d’endroits profondément à l’intérieur du Vietnam, en particulier dans les provinces de Langson, Caobang, Hagiang49 ».

59La Chine, pour sa part, rejeta sur le Vietnam la responsabilité de ces « provocations frontalières » et n’accepta pas l’offre de Hanoi de reprendre les négociations de paix interrompues depuis le 6 mars 1980. Et l’on en resta à ce jeu d’accusations réciproques, d’incidents de frontière en « provocations ».

  • 50 La vérité des offensives chinoises et les relations entre le Vietnam et la Chine, édition Danang, (...)

60Le 5 juin 1981, les Chinois lancèrent une nouvelle attaque sur le territoire vietnamien à Lang son et utilisèrent leurs forces armées pour s’emparer de divers points du territoire vietnamien. Les jours suivants, les Chinois attaquèrent et occupèrent des hauteurs du territoire vietnamien à Ha Tuyen. Ces offensives chinoises sur le territoire vietnamien se répétèrent de façon exponentielle, notamment du 28 avril au premier mai 1984, date à laquelle les Chinois montèrent au niveau de la division pour attaquer encore une fois deux provinces situées sur les endroits stratégiques de la zone frontière, celles de Lang son et de Ha giang et en occuper plusieurs points essentiels. Au cours de ces opérations, les deux côtés subirent de lourdes pertes50.

  • 51 Sa Luc, Man Luc, Neuf grandes offensives de la Chine, éditions Lettres et Arts de Tu-xuyen, 1992, (...)
  • 52 La vérité des offensives chinoises et les relations entre le Vietnam et la Chine, édition Danang, (...)

61La Chine prétendit que ces offensives se limitaient au recouvrement légitime des zones territoriales chinoises perdues51. Le Vietnam rejeta cette version et fit état de la déposition d’un officier chinois capturé par les Vietnamiens, qui attestait que la Chine voulait mettre la main sur des hauteurs de la zone frontalière du Vietnam afin de conquérir un avantage pour le contrôle d’une partie du territoire du Vietnam : « Il faut occuper quelques hauteurs du territoire vietnamien afin d’établir un avantage pour l’action de nos régiments52. »

  • 53 Ibid.

62Le 30 janvier 1982, le directeur du département de la Chine au ministère vietnamien des Affaires étrangères remit au chargé d’affaires par intérim de l’ambassade de Chine à Hanoi une note enjoignant la Chine de « commencer au plus vite le troisième tour des pourparlers vietnamo-chinois que la partie chinoise a suspendu unilatéralement depuis mars 1980, afin de résoudre la question de la paix et de la stabilité à la frontière commune et de discuter les questions qui intéressent chaque partie »53.

63Mais, on l’a déjà rappelé, il n’y eut aucune nouvelle session des négociations sino-vietnamienne sur la frontière de 1980 jusqu’à 1992 — après donc la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays.

  • 54 « Hanoi ne croit pas à une offensive chinoise », Le Figaro, 21 mars 1985.

64De 1984 à 1989 se succédèrent dans la zone frontalière des raids menés par l’une ou l’autre partie. Des régiments adverses campaient sur la frontière et restaient extrêmement vigilants. D’après l’accusation vietnamienne, « l’armée chinoise [s’était] renforcée. Il y a au moins vingt divisions le long de la frontière de nos provinces de Hagiang, Caobang et Langson54 ».

  • 55 Ibid.

65À partir de 1985, les incidents frontaliers se poursuivirent, semble-t-il, avec une intensité très vive. Les deux camps avouaient de lourdes pertes et se rejetaient la responsabilité de cette escalade. Les pertes des deux côtés dans le seul début de l’année 1987 furent plus importantes que lors de l’offensive chinoise de 197955.

  • 56 AFP, « Hanoi veut “rétablir l’amitié” avec Pékin », in Le Monde, 20 août 1986.
  • 57 AFP, Reuter, « Pékin repousse les avances de Hanoi », in Le Monde, 22 août 1986.

66Cependant, en même temps, apparaissaient de premiers signes d’un désir de normalisation des relations entre les deux pays. Lors d’une conférence des ministres des Affaires étrangères des trois États indochinois (Vietnam, Laos, Cambodge) réunie les 18 et 19 août 1986 à Hanoi, les représentants des trois pays avaient exprimé le souhait d’un « rétablissement de l’amitié de longue date » avec la Chine. Le Vietnam était prêt à mener des négociations à « n’importe quel niveau et dans n’importe quel lieu » avec la Chine contre laquelle il était en guerre depuis 197956. Mais la Chine rejeta ces avances : « Il est inutile d’organiser des pourparlers tant que le Vietnam refusera de renoncer à son invasion et à son occupation du Cambodge », déclara un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères57.

67En janvier 1989, le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères rencontra le vice-ministre chinois chargé des relations avec le Sud-Est asiatique, en vue de normaliser les relations bilatérales. Pour la première fois depuis dix ans, des contacts étaient renoués au niveau gouvernemental. Le Vietnam annonça le retrait de ses troupes du Cambodge dans un avenir proche. Le nœud bloquant les relations sino-vietnamiennes commençait à se délier.

***

68La frontière sino-vietnamienne, qui pratiquement n’avait jamais connu la paix, même dans la période où les relations des deux parties étaient comme entre « les lèvres et les dents » avait subi de considérables changements, qu’il s’agisse de son état concret ou de son rôle politico-diplomatique…

69Pour saisir ce qui s’était passé sur le terrain, on peut — avec la prudence souhaitable — se référer à l’état statistique dressé par la partie vietnamienne pour dénoncer l’occupation par la Chine, de 1974 à 1991, de nombreux points du territoire — tous ces points se trouvant dans les provinces frontalières.

Tableau no 3

Province

1974-1977

1979-1989

1991

Quangninh

13 points

14 points

14 points (et 489,5 ha)

Langson

33 points

36 points

36 points (et 6 870 ha)

Caobang

50 points

60 points

60 points (et 3 050 ha)

Hagiang

29 points

56 points

56 points (et 2771,8 ha)

Laokay

5 points

12 points

12 points (et 505 ha)

Laichau

3 points

6 points

6 points (et 2 ha)

Source : MVAE, statistiques du comité des frontières du gouvernement vietnamien, 2002.

  • 58 MVAE, statistiques du comité des frontières du gouvernement vietnamien, 2002.

70Si l’on en revient à un rapport vietnamien de 1977, il y avait alors environ deux cents points litigieux pour des questions de borne frontière ; selon ce rapport également, les empiètements chinois sur le territoire vietnamien étaient de loin plus importants que ceux du Vietnam sur la Chine58. Au travers de simples frictions ou d’offensives caractérisées, le conflit avait provoqué en tout cas une véritable modification des réalités frontalières et de la ligne frontière elle-même. L’un et l’autre côté avaient essayé de grignoter le territoire de l’adversaire en déplaçant des bornes frontières et de s’assurer l’avantage en occupant des hauteurs stratégiques. La frontière, telle qu’on pouvait l’appréhender en 1991, avait donc changé de façon appréciable par rapport à la frontière léguée par l’histoire et fixée par les conventions franco-chinoises de naguère. Cette situation inédite était l’une des raisons de l’impasse des négociations sino-vietnamiennes, car la Chine voulait maintenir cet état nouveau de la frontière, pour elle avantageux ; pour des raisons évidentes, le Vietnam, de son côté, voulait revenir à l’état ancien.

71L’autre bouleversement touche à la dimension même du conflit. Non seulement il fut d’une violence et d’un caractère sanglant inattendus pour qui avait pu croire trop naïvement dans des protestations d’amitié à motivation bien plus conjoncturelle et géopolitique que fondamentalement idéologique, mais encore, s’éloignant de la querelle de voisinage sur fond d’orgueil historique de deux nations chatouilleuses en la matière, il se revêtit d’un impact global.

  • 59 « Hanoi met en garde les pays du Sud-Est asiatique contre l’expansionnisme chinois », Le Monde, 6 (...)

72À partir du début de l’année 1974, les conflits frontaliers terrestres sino-vietnamiens furent en effet compliqués par la montée en puissance de divergences concernant le partage du golfe du Tonkin et les points d’assise de la souveraineté des uns et des autres dans la mer de Chine méridionale. La Chine ne cessa de refuser son accord à la demande formulée du côté vietnamien de l’acceptation de la frontière terrestre déterminée par les conventions franco-chinoises parce qu’elle considérait que les conventions franco-chinoises avaient aussi divisé illégalement le golfe du Tonkin et parce que ces conventions s’étaient hasardées à reconnaître une souveraineté vietnamienne bien discutable — selon elle — sur les îles Paracels et Spratleys59. La Chine voulait régler à la fois les problèmes de frontière terrestre et les enjeux maritimes.

  • 60 A. Gilks, La rupture des alliées sino-vietnamiennes, 1970-1979, monographie de recherche, Institut (...)

73Le problème frontalier devint particulièrement difficile en février 1979, quand la Chine déclencha ses offensives contre le Vietnam dans la zone frontalière avec plusieurs motivations. Pékin voulait d’abord déplacer la frontière terrestre pour obliger le Vietnam à négocier ce problème frontalier et les autres ; la Chine s’efforçait de tenir les zones territoriales contestées comme un avantage dans sa manche propre à influencer un adversaire mis ainsi en situation de faiblesse et de réclamation du terrain perdu60. Ensuite, les conflits de frontière entre la Chine et le Vietnam n’étaient plus, désormais, de simples conflits bilatéraux ; ils revêtaient une dimension régionale, voire franchement internationale. Les heurts frontaliers de 1979 à 1989 furent la pointe émergée d’une lutte d’influence en Asie du Sud-Est opposant la Chine, d’une part, et, d’autre part, le Vietnam soutenu par l’URSS. La Chine déclencha sa guerre contre le Vietnam après l’intervention des troupes vietnamiennes au Cambodge contre les Khmers rouges qu’elle soutenait. Cette guerre fut « justifiée » par les dirigeants de Pékin comme étant une « leçon » assénée aux dirigeants irresponsables de Hanoi pour leur faire comprendre qu’ils ne pouvaient impunément pousser leur influence, et à travers elle, celle de l’URSS, dans l’ensemble de l’ex-Indochine française.

74Des négociations sino-vietnamiennes eurent lieu dès l’arrêt provisoire des heurts frontaliers en avril 1987 et se prolongèrent les années suivantes. Mais aucun résultat ne fut encore atteint parce qu’en réalité, les négociations n’abordaient presque pas la question de la délimitation frontalière ou si elles le faisaient, c’était de la part des Chinois en la prenant en otage, afin d’imposer le retrait des troupes vietnamiennes du Cambodge et un règlement d’ensemble visant à la neutralisation de l’Indochine — c’était les buts principaux des attaques chinoises sur la frontière du Vietnam.

75Ainsi le problème de la frontière, dans toute cette période, fut compliqué au-delà de son objet propre. Contrairement à ce que faisaient semblant de croire les Vietnamiens, le litige était loin de se limiter à l’emplacement de quelques bornes frontières datant de la dynastie chinoise des Qing et des gouverneurs français d’il y a presque un siècle. La véritable cause du conflit, hors du problème cambodgien, c’était la rivalité sino-soviétique et la dispute de souveraineté sur les îles de la mer de Chine méridionale.

76Rien d’étonnant donc, si le problème frontalier terrestre resta en attente de solution jusqu’à ce que fussent réglés les autres différends existant entre les deux pays.

Notes

1 MVAE, comité des frontières, document d’étude sur le problème frontalier sino-vietnamienne, Hanoi, 2003.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 MAEV, comité des frontières, document des cours de perfectionnement d’experts du bornage de la frontière terrestre vietnamo-chinoise, Hanoi, janvier 2002, p. 208.

6 « Su that ve nhung lan xuat quan cua Trung Quoc va quan he Viet-Trung, Nha Xuat Ban », Da Nang, 1996 (« La vérité des offensives chinoises et les relations entre le Vietnam et la Chine », Danang, Vietnam, 1996), p. 95.

7 « Mémorandum des déclarations faites par le vice-premier ministre Li Xian Nian au Premier ministre Pham Van Dong le 10 juin 1977 », Beijing Information, no 13, le 2 avril 1979, cité par Antoine Dauphin, « La frontière sino-vietnamienne de 1895 à nos jours », in P.-B. Lafont, Les frontières du Vietnam, op. cit., p. 111. Voir aussi : Su that ve nhung lan xuat quan cua Trung Quoc va quan he Viet-Trung, Nha Xuat Ban Da Nang, 1996 (« La vérité des offensives chinoises et les relations entre le Vietnam et la Chine », Danang, Vietnam, 1996), p. 95 ; MVAE, comité des frontières, document des cours de perfectionnement d’experts du bornage de la frontière terrestre vietnamo-chinoise, Hanoi, janvier 2002, p. 26.

8 Nguyen Thi Huong, « L’établissement de la frontière terrestre entre la République socialiste du Vietnam et la République populaire de Chine », mémoire de D.E.A en droit, université nationale de Hanoi, Hanoi, 2002, p. 53.

9 Cette formulation fut utilisée par Ho Chi Minh pour exalter les relations amicales entre le Vietnam et la Chine dans les années 1950.

10 Ronald Bruce St. John, « Land Borders in the Indochina », International Boundaries Research Unit, Boundary and Security Bulletin, vol. 9, no 1, Spring 2001, p. 23.

11 AMFD, SHAT, 10T982, Relation entre la Chine et la RDVN (1963-1967), « évolution des relations entre Hanoi et Pékin », ministère des Armées, étude des services américains sur l’évolution des relations entre Hanoi et Pékin.

12 Ibid. Pour l’aide de l’URSS voir également Valérie de Poulpiquet, Le territoire chinois, Paris, op. cit. p. 81 ; François Joyaux et Patrick Wajsman, La nouvelle Asie, Hachette, 1984, p. 291.

13 Ibid.

14 Livre blanc du ministère vietnamien des Affaires étrangères publié le 4 octobre 1979. On y lit : « Beaucoup de dirigeants chinois à l’époque ont déclaré que “si on ne nous attaque pas, nous n’attaquerons pas” et que “la Chine ne combattra pas au-delà de sa frontière”. Ces déclarations ont eu en réalité pour effet d’encourager en catimini l’impérialisme américain à poursuivre son agression contre le Vietnam. »

15 MFD, SHAT, 10T982, op. cit.

16 Valérie de Poulpiquet, Le territoire chinois, op. cit., p. 81.

17 Cité par Antoine Dauphin dans « La frontière sino-vietnamienne de 1895 à nos jours », in P.-B. Lafont, Les Frontières du Vietnam, op. cit., p. 113.

18 MVAE, comité des frontières, « Document des cours… », op. cit., Hanoi, janvier 2002, p. 26.

19 Ibid.

20 Kosta Christitch, « Hanoi et Moscou : pacte anti-Pékin », Le Point, 13 novembre 1978.

21 Ibid.

22 On trouve une explication de la décision chinoise dans un livre publié en 1979 : « Les autorités vietnamiennes ne reculant devant aucun moyen pour s’opposer fiévreusement à la Chine, la poursuite normale des projets de construction avec l’aide chinoise est devenue impossible ; c’est la seule explication au fait que le côté chinois a été forcé de décider de cesser son aide économique et technique au Vietnam […]. ». Voir aussi À propos du Livre Blanc du Ministère vietnamien des Affaires étrangères sur les relations Vietnam-Chine (par les commentateurs du Renmin Ribao et de l’Agence Xinhua), éditions en langues étrangères, Beijing, 1979, p. 27-28.

23 Agence Chine nouvelle, 4 décembre 1978.

24 Déclaration du Premier ministre Pham Van Dong, in numéro spécial en supplément au Bulletin du Viet Nam, no 34, septembre 1978.

25 Ministère chinois des Affaires étrangères, À propos du Livre Blanc du Ministère vietnamien des Affaires étrangères sur les relations Vietnam-Chine (par les commentateurs du Renmin Ribao et de l’Agence Xinhua), éditions en Langues étrangères, Beijing, 1979, p. 26-27. Voir aussi : Sa Luc, Man Luc, 9 lan xuat quan lon cua Trung Quoc, NXB Van Nghe Tu Xuyen, 1992 (Sa Luc, Man Luc, Neuf grandes offensives de la Chine, Éditions des lettres et arts de Tu-xuyen, Chine, 1992), p. 39.

26 Ibid. p. 28.

27 Antoine Dauphin, « La frontière sino-vietnamienne de 1895-1896 à nos jours », in P.-B. Lafont, (dir.), Les Frontières du Vietnam…, op. cit., p. 113.

28 Ibid.

29 Journal L’Armée du Peuple, Vietnam, le 2 janvier 1979.

30 « Traités inégaux » désigne pour la Chine tous les traités signés entre la Chine et les puissances occidentales à l’époque coloniale.

31 Trois cent mille hommes, selon Valérie de Poulpiquet dans Le Territoire chinois, op. cit, p. 83.

32 Pour la « bataille de la frontière » de 1979, voir notamment : Man Luc, Dix ans de la guerre sino-vietnamienne, université de Tu Xuyen, Chine, 1993 (traduit en vietnamien) ; le Livre blanc du ministère des Affaires étrangères de la République socialiste du Vietnam, Hanoi, 1988 ; Sa Luc, Man Luc, Neuf grandes offensives de la Chine, Les Lettres et arts de Tu-xuyen, Chine, 1992 (traduit en vietnamien) ; La vérité des offensives chinoises et les relations entre le Vietnam et la Chine, Danang, 1996 ; La vérité des relations vietnamo-chinoises pendant 30 ans, La Vérité, Hanoi, 1979.

33 Antoine Dauphin, op. cit, p. 114.

34 Beijing Information, no 12, le 26 mars 1979, cité par Antoine Dauphin, op. cit. p. 114.

35 François Nivolon, « Début apparent de retrait des troupes chinoises », Le Figaro, 7 mars 1979.

36 Bernard Hamel, « La guerre inachevée », Aspects de la France, 29 mars 1979. Voir aussi : Beijing Information, no 12.

37 MVAE, comité des frontières, documents de recherche, « La frontière terrestre vietnamo-chinoise », Hanoi, 2001, p. 11.

38 Jean Leclerc du Sablon, « La bataille des négociations sino-vietnamiennes s’ouvre aujourd’hui à Hanoi », Le Matin, 15 avril 1979.

39 « Les Chinois cherchent à redessiner la frontière », L’Humanité, 22 mars 1979. Voir aussi L’Humanité du 12 mars 1979, où il est rapporté que le ministre des Affaires étrangères vietnamien avait déclaré que dans la province de Langson, les troupes de Pékin avaient déplacé les bornes frontières 41 et 45 dans l’intérieur du Vietnam.

40 Ibid.

41 Antoine Dauphin, op. cit, p. 115. Voir aussi MVAE, comité des frontières, « Document des cours… », op. cit.

42 Ibid.

43 Alain Jacob, « Les négociations sino-vietnamiennes », Le Monde, 28 avril 1979.

44 MVAE, comité des frontières, « Documents du cours de perfectionnement… », op. cit., Hanoi, janvier 2002, p. 26 ; cité aussi par Antoine Dauphin, op. cit., p. 115

45 Ibid.

46 Le Figaro, 7 mars 1979.

47 Le Matin, 7 mai 1979.

48 Antoine Dauphin, op, cit., p. 116.

49 MVAE, mémorandum du 6 janvier 1981 du ministre vietnamien des Affaires étrangères.

50 La vérité des offensives chinoises et les relations entre le Vietnam et la Chine, édition Danang, 1996, p. 93

51 Sa Luc, Man Luc, Neuf grandes offensives de la Chine, éditions Lettres et Arts de Tu-xuyen, 1992, tr. 29.

52 La vérité des offensives chinoises et les relations entre le Vietnam et la Chine, édition Danang, 1996, op. cit.

53 Ibid.

54 « Hanoi ne croit pas à une offensive chinoise », Le Figaro, 21 mars 1985.

55 Ibid.

56 AFP, « Hanoi veut “rétablir l’amitié” avec Pékin », in Le Monde, 20 août 1986.

57 AFP, Reuter, « Pékin repousse les avances de Hanoi », in Le Monde, 22 août 1986.

58 MVAE, statistiques du comité des frontières du gouvernement vietnamien, 2002.

59 « Hanoi met en garde les pays du Sud-Est asiatique contre l’expansionnisme chinois », Le Monde, 6 juillet 1978.

60 A. Gilks, La rupture des alliées sino-vietnamiennes, 1970-1979, monographie de recherche, Institut de recherches sur l’Asie du Sud-Est, université de Californie, 1992, p. 227-229.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540