Version classiqueVersion mobile

Les conflits frontaliers sino-vietnamiens

 | 
Thi Hanh Nguyen

Première partie. Les données de la question frontalière sino-vietnamienne avant 1885

2. L’état des frontières sino‑vietnamiennes (terrestre et maritime) avant 1885

Texte intégral

L’état de la frontière terrestre

1En 111 avant notre ère, après la conquête par Han Wudi, le Giaochi (un des anciens noms du Vietnam) devint un district (district de Giao-chi) de la Chine. Durant le millénaire d’occupation chinoise qui suivit, la limite frontalière sino-vietnamienne ne fut qu’une démarcation administrative.

  • 1 Pierre-Bernard Lafont (dir), Les frontières du Vietnam. Histoire des frontières de la péninsule in (...)

2En 264, le district de Giao-chi fut divisé en deux régions : le Quang-chau au nord et le Giao-chau au sud. Cette séparation administrative interne préfigurait la future frontière d’État entre l’Empire chinois et le Vietnam après son indépendance. « Ce hasard d’une réforme administrative restaurait un cadre politique ancien propre à ressusciter le sens du destin commun des Viet1. »

3Au xe siècle, une ligne de frontière d’État sino-vietnamienne fut établie officiellement suite à l’obtention de son indépendance par le pays Viet.

4En 968 en effet, les Vietnamiens chassèrent les Chinois et unifièrent, pour la première fois, la nation Viet. Avec la création du royaume vietnamien indépendant, la démarcation entre les deux régions devint frontière d’État, alors qu’elle n’était depuis sept siècles qu’une limite administrative. L’espace national se trouvait ainsi défini au plan diplomatique. Mais le Vietnam, depuis lors, dut faire face aux menaces constantes exercées par la Chine à l’encontre de son indépendance et de sa souveraineté territoriale. Chacune des dynasties qui tinrent le pouvoir en Chine lança des expéditions vers le pays Viet pour le reconquérir et effacer l’existence d’une ligne frontière entre les deux pays. L’indépendance du pays Viet ne cessa de dépendre étroitement de la stabilité de la zone frontalière. Le conflit de protection de la souveraineté comporta toujours deux facteurs : militaire et diplomatique.

5La menace chinoise, constamment présente, imposa très tôt la nécessité de définir l’espace vietnamien. Dès l’obtention de l’indépendance et au long des siècles suivants, les souverains vietnamiens eurent toujours soin d’insister sur l’intangibilité de leur souveraineté territoriale et sur le caractère inamovible de la frontière dans les proclamations énoncées avant ou après les conquêtes chinoises.

6Dans les siècles suivants, à l’époque des Le, des Tran, des Nguyen et malgré des invasions mongoles des Ming et des Qing, la frontière fut défendue avec vigueur et ne subit guère de changements.

  • 2 DAO Duy Anh, Dat nuoc Viet Nam qua cac doi (« Le Vietnam à travers les règnes »), Hanoi, 1964, p.  (...)

7Montagneuse d’un bout à l’autre, physiquement isolée par l’éloignement, distante des centres politiques et économiques de la Chine comme du Vietnam, la région frontalière présentait — de toujours — une grande diversité ethnique. Le contrôle administratif vietnamien comme chinois semblait se restreindre à quelques centres administratifs et militaires et aux grandes voies de communication. De ce fait, la zone frontalière donnait, à première vue, l’impression de constituer un no man’s land aux limites imprécises, où les juridictions vietnamienne et chinoise s’estompaient plutôt qu’elles ne se rencontraient. Pourtant, les deux gouvernements procédèrent à une démarcation territoriale : les premières commissions d’abornement furent formées en 1084 et par la suite, l’implantation occasionnelle de bornes frontières partagea de plus en plus nettement les deux domaines de surveillance2.

  • 3 Gabriel Devéria, La frontière sino-annamite. Description géographique et ethnographique, Paris, 18 (...)
  • 4 Philippe Langlet, « La tradition vietnamienne : un État national au sein d’une civilisation chinoi (...)

8Au xiiie siècle, le tracé de la frontière apparaît assez bien indiqué dans les descriptions géographiques officielles (sous forme de croquis), tant chinoises que vietnamiennes3. Mais il subsista toujours assez de points litigieux pour provoquer occasionnellement des disputes : des incidents éclatèrent sur la frontière de Lang-son vers 16894, sur celle de Hung-Hoa vers 1773-1778, sans parler de la contestation qui devait s’étaler sur quarante ans de 1688 à 1727 à propos de trois districts de la province de Tuyenquang.

9Cependant, de par les facteurs naturels et sociaux, la zone frontière posait des problèmes particuliers d’administration. Encore une fois, les deux pouvoirs centraux vietnamien et chinois se heurtaient à de grandes difficultés et à l’instabilité.

10Ces régions périphériques peu peuplées et montagneuses n’offraient pas de ressources suffisantes pour l’entretien d’une administration régulière. L’influence gouvernementale s’y exerçait par l’intermédiaire des chefs tribaux, avec la création pour cela d’une institution spéciale. Par cela même, les chefs locaux jouissaient d’une (trop) grande liberté d’action, d’une (trop) large autonomie.

11D’autres éléments de turbulence s’incarnaient dans les multitudes de bandits, écumeurs et rebelles habitués à se réfugier dans ces régions où il était plus difficile de les capturer, d’autant plus qu’il était malaisé de mettre en place une coordination efficace des deux autorités qui contrôlaient mal chacune leur côté respectif de la frontière commune.

12Au xvie siècle, il y eut une modification dans la zone frontalière sino-vietnamienne : une cession territoriale par Mac Dang Dung (le premier roi Mac) à la Chine. Après la prise du pouvoir sur les Le, celui-ci offrit en effet quelques cantons frontaliers à côté de Guangdong (Chine) à la Chine pour se faire reconnaître à la place des Le, en 1540.

13À partir du xviie siècle, des changements complexes affectèrent le domaine frontalier. Tout d’abord, il fallut aborder un problème de division intérieure du pays Viet. Dans les dernières années du xvie siècle, il y eut une lutte de pouvoirs entre les puissances féodales de la société vietnamienne. Le conflit entre les Trinh et les Mac qui se termina par la victoire des Trinh créa une conjoncture favorable à l’extension de l’influence chinoise sur la zone frontalière : l’empire des Trinh, sous la contrainte chinoise, dut restituer Caobang et quatre districts qu’il avait réussi à reprendre aux Mac réfugiés du côté chinois.

14Cependant, les Chinois ne purent maintenir durablement leur influence sur la région au-delà de la frontière du Guangxi. Enfin, l’empire d’Annam reprit la région de Caobang et rétablit la frontière historique fixée en 1079. En même temps, la tendance à borner la frontière, là où il pouvait y avoir un conflit, est avérée.

15En 1688, le pouvoir local du Yunnan occupa trois districts du Tuyen Quang ainsi que Hung Hoa (une région à côté du Yunnan chinois où l’on trouve la mine de cuivre de Tulong) et les annexa à la province de Khai Hoa (Chine). Le gouvernement du Yunnan y avait envoyé des soldats chinois exploiter le cuivre. À partir de ce moment-là, l’empire Le-Trinh envoya maintes délégations à la Chine pour tenter de récupérer son territoire, mais sans résultat. Il fallut attendre le début du xviiie siècle : la puissance centrale de l’Empire chinois déclinant alors de plus en plus, les pouvoirs locaux devinrent plus forts et de nombreuses révoltes éclatèrent dans la région frontalière. Dans ces circonstances, l’empire d’Annam eut loisir de renforcer sa position, et s’employa à restaurer son influence sur cette région et à repréciser sa frontière. De 1724 à 1728, les empereurs chinois et vietnamien ordonnèrent plusieurs enquêtes de concert en vue de clarifier cette dernière. Il faut rappeler qu’à ce moment-là, l’empereur Qing avait besoin de toutes ses forces en Asie centrale : il devait donc céder. Une région d’une la superficie de 120 li, comprenant Tulong et son cuivre, fut restituée à l’empire d’Annam. La frontière avec le Yunnan fut bornée « définitivement » au bord de la rivière Do-chu en 1728. Sa description figurait sur la stèle érigée sur la rivière Do-chu de l’un et de l’autre côté. Bien que les Vietnamiens n’eussent récupéré qu’une partie des terres réclamées depuis 1690, ils étaient donc parvenus à résister aux prétentions chinoises et avaient récupéré une importante mine de cuivre (Tulong).

16De la fin du xviiie siècle jusqu’à 1885, la ligne de démarcation frontalière sino-vietnamienne, théoriquement, resta inchangée. Mais, dans la réalité, la région montagneuse au nord du Vietnam fut envahie par un flux hétéroclite de groupes humains venant de Chine : migrations ethniques, bandes armées, masse inorganisée de pauvres diables fuyant le massacre et la famine, marchands et hommes venant pour chercher à exploiter des mines de métaux précieux dans la montagne et surtout troupes régulières chinoises envoyées par le gouvernement impérial suite à l’appel à l’aide de l’empire d’Annam contre les rebelles.

17La cause de cette immigration fut le déclin du pouvoir central de l’Empire chinois, les troubles affectant la société chinoise et surtout la faiblesse et le manque de rigueur de l’administration exercée par les autorités tant chinoises que vietnamiennes sur la région frontalière. Cela ne fit qu’accentuer encore plus la désorganisation de cette zone de toujours insaisissable. Les conséquences en furent nombreuses : l’empire d’Annam ne put véritablement imposer de fiscalité et la région, par désinvestissement, s’en trouva appauvrie. En outre, les bandes chinoises devinrent au fil du temps un facteur de sinisation des populations tonkinoises, et exercèrent en somme une forme d’expansion permanente chinoise.

  • 5 La maison de l’Empire Nguyen, chronique véridique du Đại Nam, T. 3, éditions Giao Duc, tr. 58, 200 (...)

18Ces bandes chinoises qui occupèrent le large pays montagneux de l’Annam du Nord nouèrent des rapports complexes avec les féodalités locales : dans quelques régions frontalières, notamment du côté de Yunnan, les chefs locaux payaient tribut à la fois aux Vietnamiens et aux Chinois. Par exemple, dans les régions de Phong Thu et Binh Lu (Hung Hoa) du côté de l’Annam, les chefs de ces deux régions payaient un tribut de cinquante grammes d’argent par an à l’empire des Qing5.

19En résumé, on peut dire que la ligne frontalière sino-vietnamienne fut établie très tôt, dès l’indépendance du pays Viet au xe siècle, mais que, jusqu’à la fin du xixe siècle, aucune délimitation systématique et complète ne fut effectuée ; la tâche ne fut esquissée que pour régler telle ou telle contestation ou pour contrôler les principales voies de communication. La frontière, comme limite matérialisée d’un commun accord sino-vietnamien, resta discontinue.

20En fait, ce fut une frontière plus vietnamienne que chinoise, au sens où son existence et sa délimitation portent témoignage d’un processus de lutte permanente du pays Viet contre l’empire du Milieu pour protéger son indépendance. Il faut encore le souligner, chacune des dynasties vietnamiennes s’efforça de préciser la frontière et d’affirmer sa souveraineté territoriale. En revanche, du côté chinois, on refusa jusqu’à la fin du xixe siècle de considérer la frontière comme une démarcation entre deux États égaux. Pour la Chine, cette ligne frontalière entre les deux pays ne faisait que matérialiser la distinction entre territoire propre du suzerain et territoire administré par le vassal ; s’opposant à l’obstination vietnamienne, chacune des dynasties chinoises lança des expéditions pour reconquérir le Vietnam et effacer la ligne frontalière.

21Aussi, le regard sur la situation nouvelle créée par le débarquement inopiné du colonisateur européen ne pouvait être le même d’un côté et de l’autre. Du point de vue vietnamien, la conquête française trouvait en place une frontière sino-vietnamienne définie, historiquement et juridiquement, et, puisque conquête il y avait, celle-ci devait au moins épouser et défendre cette opinion.

22Ce n’était toutefois pas si simple : les Français, qui trouvèrent comme on l’a dit une situation plus trouble et complexe que jamais dans la région frontalière, furent en somme mis au défi, dans leur propre intérêt coïncidant sur ce point avec celui de l’empire d’Annam, de régler un problème d’une grande profondeur historique qu’ils n’étaient pas bien armés, intellectuellement, pour comprendre, ni, pratiquement, pour traiter par la force. Rien n’était stabilisé. D’une part, la frontière d’État passait au travers d’ethnies montagnardes semblables de part et d’autre et entretenant des rapports permanents. D’autre part, les bouleversements enregistrés dans la société de la Chine du Sud dans le troisième quart du xixe siècle et l’affaiblissement simultané de la monarchie des Nguyen s’étaient traduits par des empiètements chinois de toute nature.

23C’est sur ce fond assez opaque que l’implantation coloniale fit émerger pour la notion de frontière, comme dans bien d’autres domaines, une période nouvelle.

Les affirmations de souveraineté sur les Paracels et les Spratleys de l’Empire chinois et de l’empire d’Annam avant 1885

Du côté vietnamien

  • 6 En ce qui concerne les documents sur les Paracels et les Spratleys avant l’époque coloniale, voir (...)
  • 7 Les seigneurs Nguyen, à partir de l’année 1558, furent les maîtres du Sud du Vietnam — le territoi (...)
  • 8 Collection de cartes indiquant quatre itinéraires au sud du Ciel, premier livre, ouvrage dû au let (...)

24Les îles Paracels (nommé Cat-vang ou Hoang-sa) et Spratleys (nommé Trýõng-sa ou Van-lý Trýõng-sa) sont fréquemment mentionnés dans les ouvrages vietnamiens depuis le xve siècle6. Selon ces ouvrages, les Paracels ont été pris en charge par les seigneurs Nguyen à partir de l’année 16307 ; cet archipel était fréquenté par leurs jonques : « Chaque année, au dernier mois de l’hiver, les Nguyen y envoient une flottille de dix-huit jonques pour récupérer des produits, obtenant ainsi en grande quantité de l’or, de l’argent, des monnaies, des fusils et des munitions8. »

  • 9 Le Quy Don, resté célèbre pour son savoir encycplopédique et son œuvre philosophique et poétique, (...)
  • 10 Le Quy Don, « Mélanges sur le Gouvernement des marches, second livre », cité par Vo Long Te, op. c (...)

25Le Quy Don9 explique dans son ouvrage Mélanges sur le Gouvernement des marches, second livre, que l’archipel des Paracels appartient à la préfecture annamite de Quang-nghia et que l’archipel des Spratleys (sous le nom de Van-ly Truong-sa, « Dunes longues de dix mille lieues ») appartient directement à l’Annam. Les Nguyen, précise-t-il, avaient créé une « compagnie de Hoang– sa (Hoang– sa doi), forte de soixante-dix soldats. Au premier mois de chaque année, cette compagnie partait en mission de collecte aux Paracels pour un séjour de six mois10. Pour les Spratleys, les Nguyen avaient créé la « compagnie de la mer du Nord » (Bac-hai doi). La compagnie de Hoang-sa fit aussi de la collecte sur les Spratleys.

26Ces mentions dans l’ouvrage de Le Quy Don vont dans le sens de la thèse selon laquelle les archipels des Paracels et des Spratleys furent rattachés à leurs territoires par les Nguyen (xviiie-xixe siècles), qui manifestèrent par de nombreuses entreprises leur souveraineté sur les deux archipels.

  • 11 Le Quy Don, op. cit., p. 63.

27À cette époque, des Chinois et des Vietnamiens y séjournaient, sans qu’il soit fait état d’incidents entre eux. Au contraire, « parfois des navigateurs vietnamiens rencontraient des jonques de pêche chinoises et des conversations entre Vietnamiens et Chinois avaient lieu au milieu de l’océan11 ».

28Les seigneurs Nguyen contribuèrent donc activement à la consolidation de la souveraineté vietnamienne sur les territoires insulaires. En fait, ils s’inscrivirent strictement dans la continuité de la politique définie aux origines de la dynastie, concrétisée par un ensemble de mesures administratives prises par les empereurs Gialong (1802-1819) et Minhmang (1820-1840). Les Nguyen, qui avaient leur base dans les terres peu cultivées — ils réalisèrent des défrichements — du Sud du Vietnam, eurent le souci constant d’étendre leur territoire et de bien affirmer leur souveraineté.

  • 12 « Écrits véridiques sur le Dai Nam – Partie réservée à la présente dynastie », p. 245-281, cité pa (...)
  • 13 Jean-Baptiste Chaigneau, Notice sur la Cochinchine, présenté et annoté par A. Salles dans « Le Mém (...)

29C’est ainsi que l’empereur Gialong, en 1815-1816, ordonna à Pham Quang Anh de la compagnie Hoang-sa de se rendre aux Paracels pour étudier et relever les itinéraires maritimes parcourus12. Jean-Baptiste Chaigneau (1769-1825), qui fut au service du prince Nguyen Anh, futur empereur Gialong (ce Chaigneau qui fut nommé en vietnamien Nguyen Van Thang par Gia Long), reproduit dans sa Notice sur la Cochinchine, datée de 1820, un témoignage de l’affirmation de souveraineté des Nguyen sur les îles Paracels : « C’est seulement en 1816 que l’empereur actuel (Gialong) a pris possession de cet archipel13. »

  • 14 Mgr Taberd, La Géographie de la Cochinchine, traduit en anglais et publié partiellement dans le Jo (...)

30Le même fait est rapporté par Jean-Louis Taberd, vicaire apostolique de Cochinchine puis évêque, dans sa Géographie de la Cochinchine. Dans cet ouvrage, il fournit des précisions géographiques sur les Paracels et fait la narration de la cérémonie de prise de possession de ce territoire qui se déroula en 1816 sous la présidence de l’empereur Gialong : « Depuis plus de trente-quatre ans, l’archipel des Paracels nommé Cat-vang ou Hoang-sa (« Sable jaune »), véritable labyrinthe de petits îlots et de bancs de sable justement redoutés des navigateurs, a été occupé par les Cochinchinois. Il est certain que l’empereur Gia-long a tenu à ajouter ce fleuron à sa couronne car il jugea à propos d’en aller prendre possession en personne et ce fut en l’année 1816 qu’il y arbora solennellement le drapeau cochinchinois14. »

  • 15 Sauvaire Jourdan, « Les Paracels, infiniment petit de notre domaine colonial », La Nature, Revue d (...)

31S’appuyant sans doute sur les écrits de J.-B. Chaigneau et de Mgr Taberd, le commandant Sauvaire Jourdan écrit à son tour en 1933 : « C’est en 1816 que l’empereur d’Annam prit possession de l’archipel, baptisé Hoang-sa15. »

  • 1

32Cependant, selon Vo Long Te, on n’a pu trouver trace dans les anciens documents vietnamiens de l’événement ainsi relaté par J. -B. Chaigneau et Mgr Taberd. Selon le Dai-Nam Thuc-luc chinh-bien de nhat ky, tome 52, il ne s’agit en 1816 que d’une mission de reconnaissance de l’archipel des Paracels, accomplie conjointement par la compagnie de Hoang-sa et d’autres forces navales16.

  • 17 Relation véritable du Dai-Nam, Partie principale, Second règne, 104e livre, p. 16b-17a, traduit pa (...)

33En 1833, l’empereur Minhmang donna au ministère des Travaux publics les instructions suivantes relatives aux archipels : « Au territoire maritime, face à la province de Quang-nghia, se rattache l’archipel de Hoang-sa qui, vu de loin, se confond avec le ciel et l’eau dans une même couleur, ce qui ne permet pas de distinguer le degré de profondeur de la mer dans ces parages. Aussi, en ces derniers temps, des navires de commerce y sont-ils souvent naufragés. Il convient dès maintenant d’apprêter des cargos et de transporter l’année prochaine des matériaux pour édifier sur cet archipel un temple et une stèle. Il convient aussi de le boiser. Les arbres grandiront et constitueront une végétation luxuriante, ce qui permettra aux navigateurs de reconnaître facilement ces parages et de ne pas laisser leurs navires s’échouer dans les eaux peu profondes. Il y va d’un avantage dont seront bénéficiaires dix mille générations à venir17. »

34C’est la première fois qu’un document officiel de la Cour fait clairement mention de l’affirmation de souveraineté et de l’exécution d’ouvrages sur l’archipel des Paracels.

  • 18 Ibid., 122e livre, p. 23a-23b, cité par Vo Long Te, op. cit., p. 100. Voir également Le Courrier d (...)
  • 19 Ibid., 104e livre, p. 16b-17a, traduit par Vo Long Te, op. cit., p. 100.

35En 1834, l’empereur Minhmang ordonna au commandant de garnison Truong Phuc Si et à plus d’une vingtaine de marins de « se rendre à l’archipel de Hoang-sa, province de Quang-nghia, pour en faire des relevés cartographiques18 ». À leur retour, Truong Phuc Si lui fit respectueusement un rapport décrivant la variété des produits de l’archipel et mentionnant la présence de Chinois : « Des sujets de la dynastie des Thanh [c’est-à-dire des Chinois] le fréquentent aussi pour se livrer à la pêche et capturer des oiseaux19. » Ce point, semble-t-il, provoqua des inquiétudes…

  • 20 Ibid., p. 105. Voir également Le Courrier du Vietnam, op. cit, p. 17.

36Sans retard, en 1835, Minhmang ordonna au commandant de ses forces navales Pham Van Nguyen de construire un temple en l’honneur des génies et de planter une stèle de pierre dans cet archipel. Ces travaux durèrent dix jours20.

  • 21 Ibid., 165e livre, p. 14b-25b, traduit par Vo Long Te, op. cit., p. 110. Voir également Le Courrie (...)
  • 22 Ibid., p. 112.

37En 1836, le même Minhmang, ayant approuvé la demande du ministère des Travaux publics, dans laquelle on soulignait que « les îles de Hoang-sa constituent aux frontières maritimes de notre pays des territoires d’une grande importance stratégique21 », ordonna au commandant des forces navales Pham Huu Nhat d’accomplir une mission d’exploration de la totalité de l’archipel, de s’habituer aux itinéraires maritimes y menant et de planter des bornes à chaque escale. À l’achèvement de la mission dix bornes en bois avaient été plantées et gravées avec pour légende : « En l’année Binh-Than, 17e année du règne Minh-menh (1836), le commandant principal des forces navales Pham Huu Nhat, envoyé impérial à Hoang-sa en mission de relevés cartographiques, est arrivé en cet endroit où il a planté cette borne pour en perpétuer le souvenir22. »

38Dix bornes donc par lesquelles l’empereur Minhmang réaffirmait la souveraineté du Vietnam sur cet archipel.

39À partir de 1836, des missions d’exploration d’itinéraires maritimes et de relevés cartographiques furent diligentées chaque année par la cour de Hué aux fins d’améliorer la connaissance des deux archipels, Paracels et Spratleys.

  • 23 « Rapport du ministre des Travaux publics sous le règne de Thieu Tri, » archives du Centre nationa (...)

40Ces missions furent plusieurs fois ajournées par l’empereur Thieu Tri (1840-1847), le successeur de Minhmang — comme bien d’autres affaires publiques — à cause des difficultés financières et politiques du moment et malgré les demandes du ministre des Travaux publics23.

41Ainsi donc, pour résumer, à partir du règne de Gialong (1802-1819), pour des raisons politiques, scientifiques, économiques, l’empereur prêta attention à la reconnaissance, à l’exploitation, à la collecte des produits sur l’archipel Paracels. Cela en phase avec l’intense action globale de la dynastie des Nguyen : la fiscalité, la justice (code de Gialong de 1812), l’armée furent réformées et de grands travaux entrepris, comme le percement de la route mandarine reliant la frontière chinoise au Cambodge et surtout le développement des forces navales vietnamiennes. De nombreux documents étrangers attestent de l’importance de ces forces sous la dynastie, des forces permettant aux Nguyen d’être maîtres des archipels situés au large des côtes du pays vietnamien.

  • 24 Georges Taboulet, La Geste française en Indochine. Histoire par les textes de la France en Indochi (...)
  • 25 Le Gentil de la Barbinais accomplit de 1714 à 1718 le tour du monde par Madagascar, le détroit de (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Georges Taboulet, La Geste française en Indochine. Histoire par les textes de la France en Indochi (...)
  • 28 Reproduit d’après Taboulet, op. cit., tome I, p. 148.

42Sans doute le fil ne faisait qu’être renoué avec une histoire plus ancienne. Dans son Journal du Voyage de Siam fait en 1685 et 1686, l’abbé de Choisy rapporte que le roi de Cochinchine entretenait, en 1679, « 131 galères, sans compter celles des provinces, chacune pourvue de trente rames sur chaque bord et montée par trois officiers, six canonniers et deux tambours24 ». On peut trouver un chiffre correspondant à celui indiqué par l’abbé de Choisy dans l’ouvrage de Le Gentil de la Barbinais25 Nouveau voyage autour du Monde, dans lequel il est noté que « les emplois de l’armée navale [de Cochinchine] sont plus recherchés, comme étant les plus honorables. Le Roi de Cochinchine entretient 150 galères […] À la dernière revue des galères, qui se fit en 1678, il y avait 131 galères26 ». Enfin, d’après les recherches de Georges Taboulet27, plusieurs pièces de canon, la plupart portugaises, furent trouvées par l’armée navale de Cochinchine, provenant « des anciens naufrages sur les bancs des Paracels28 ». Diverses autres citations attestent que les missions de collecte entreprises par les compagnies de Hoang-sa et Bac-Hai furent fructueuses.

  • 29 Pour tout ce qui concerne la souveraineté du Vietnam sur les archipels des Paracels et des Spratle (...)

43Tous les témoignages concordent en tout cas, la présence des Vietnamiens aux Paracels et aux Spratleys remonte à fort longtemps29.

Du côté chinois

44Comme le Vietnam, la Chine avance des arguments pour prouver sa souveraineté, de longue date, sur les Paracels et les Spratleys.

  • 30 Nouvelles sinologiques, no 7, 20 avril 1988, cité par Monique Chemillier-Gendreau, op. cit., p. 59

45Les arguments chinois s’expriment soit dans les documents publiés par le ministère des Affaires étrangères de la Chine, soit dans des publications d’origine gouvernementale comme les Nouvelles sinologiques ou d’autres études en provenance de chercheurs chinois ou étrangers. En général, toutes les sources fonctionnent par affirmations : « Une grande quantité de livres d’histoire et de documents ainsi que de nombreuses pièces archéologiques exhumées prouvent à l’évidence que les îles Xisha (Paracels en français et Hoang Sa en vietnamien) et Nansha (Spratleys en français et Truong Sa en vietnamien) sont depuis l’antiquité des territoires chinois30. »

  • 31 Pour les documents concernant la souveraineté de la Chine et du Vietnam sur les deux archipels dan (...)
  • 32 Op. cit., p. 60.

46Selon des documents anciens chinois, fondés sur des récits de navigation, les Chinois auraient fait acte de présence sur des îles dans la mer de Chine méridionale, Paracels et Spratleys compris, depuis le iiie siècle31. Mais « la plupart de ces récits font mention des îles avec une très grande variabilité dans les dénominations, ce qui rend toute identification incertaine […] Elles ne confirment pas toujours qu’il s’agisse bien des Paracels, encore moins des Spratleys, beaucoup plus éloignées des côtes chinoises32 ».

47Les autres documents chinois notent qu’au xiiie siècle (en 1293), une expédition fut menée, avec une troupe d’environ cinq cents hommes, pour attaquer Java. Ces troupes campèrent dans certaines îles de la mer de Chine méridionale.

  • 33 Vo Long Te, op. cit.

48Les Chinois tirent aussi parti de certains rapports d’archéologues : il y aurait eu à l’île Pattle (l’une des Paracels) un pagodon — détruit, donc pas vu directement — qui aurait été un vestige chinois33.

  • 34 Op. cit., p. 62.

49Les documents chinois rapportent aussi qu’entre 1710 et 1712, sous la dynastie des Qing, Wu Sheng, vice-amiral des forces navales de Guangdong, dirigea une patrouille en mer ; l’itinéraire en est cité avec un commentaire selon lequel Qizhouyang (« mer des Sept Iles »), traversé par la patrouille, correspondrait aux parages des Paracels. Le texte rapporte : « Parti de Qiongya, il passa par Tong Gu et traversa Qizhouyang et Sigengsha parcourant ainsi 3 000 li. » Qiougya est le chef-lieu de l’île de Hainan Nord (Haihow), Tong Gu est une montagne à la pointe nord-est de l’île, Qizhouyang désigne le groupe des îles Taya34 ; Sigengsha désigne l’archipel des Paracels.

  • 35 Malheureusement, nous n’avons pu consulter directement les anciens ouvrages en chinois de façon à (...)
  • 36 Roderik Ptak, « Les îles dans la mer de Chine du Sud selon les documents chinois (de la dynastie d (...)
  • 37 Nguyen Nha, op. cit, p. 49.

50Les anciens ouvrages chinois35, jusqu’à la dynastie des Ming (1368-1644), décrivent rarement les Paracels et les Spratleys comme des endroits fréquentés par les Chinois, alors qu’à cette époque, plusieurs îles dans la mer de Chine méridionales sont couramment mentionnées, comme l’archipel des Pescadores situé près de Taiwan36. Selon Nguyen Nha, toutes les cartes chinoises dessinées avant 1909 ne placent pas le nom de ces deux archipels dans le territoire chinois ; ces mêmes cartes définissent l’île de Hainan comme l’extrémité nord de la frontière méridionale chinoise37.

  • 38 Gutz Laff, « Geography of the Cochin China Empire », in The Journal of the Geographical Society of (...)

51Certains documents occidentaux notent la présence de Chinois aux Paracels. Le missionnaire protestant Charles Gutzlaff, dans son article « Geography of the Cochin China Empire », rapporte dans les années 1830 que depuis longtemps les jonques chinoises venaient de l’île Hai Nan chaque année pour pêcher et qu’elles faisaient de grands profits. L’empereur nguyen Gialong (voir supra) ordonna (en 1816) de créer un camp sur l’archipel pour percevoir les impôts des bateaux-pêcheurs chinois et pour protéger les pêcheurs annamites38.

  • 39 Louis Malleret, « Une tentative ignorée d’établissements français en Indochine au xviiie siècle : (...)

52Ou encore : des marins hollandais venant aux Paracels trouvèrent « des débris des naufrages des vaisseaux de Chine39 »…

  • 40 Le Floch de la Carrière, Plan d’une partie des côtes de la Cochinchine, depuis Cham-collao et la R (...)

53L’Iconographie historique de l’Indochine française, de Paul Boudet et André Masson, inclut le passage suivant traduit par Malte-Brun (édition 1907, T. II, p. 250-300) : « Les bâtiments qui sont employés au commerce de la côte, à la pêche et à cueillir […] les nids d’hirondelles dans les groupes d’îles appelées Paracels, sont de diverses constructions. La plupart sont, comme les sampans chinois, couverts de nattes, sous lesquelles toute la famille se tient constamment. Les autres ressemblent aux barques des Malais, tant pour le corps que pour les agrès. Leurs bâtiments marchands sont sur le plan des jonques chinoises40. »

  • 41 Le Quy Don, « Mélanges sur le Gouvernement des marches, second livre », cité par Vo Long Te, op. c (...)

54On trouve aussi dans les anciens ouvrages vietnamiens des pages qui notent la présence des Chinois aux Paracels et l’existence de relations entre les deux parties. Comme on l’a rappelé plus haut à propos de l’ouvrage de Le Quy Don, il est avéré qu’au temps des seigneurs Nguyen, des navigateurs vietnamiens rencontraient des jonques de pêche chinoises et que des conversations entre Vietnamiens et Chinois se tenaient au milieu de l’océan41.

  • 42 Relation véritable du Dai-Nam, Partie principale, Second règne, 104e livre, p. 16b-17a, traduit pa (...)

55De plus, le rapport de Truong Phuc Si à l’empereur Minhmang après son séjour aux Paracels en 1834 note : « Des sujets de la dynastie des Thanh [c’est-à-dire des Chinois] le fréquentent aussi pour se livrer à la pêche et capturer des oiseaux42. »

  • 43 Nguyen Nha, op. cit., p. 47.

56Globalement, les citations ci-dessus montrent que la présence des Vietnamiens et des Chinois sur l’archipel des Paracels remonte à loin. Les deux côtés eurent les mêmes activités : pêcher, collecter des produits, etc. Le point saillant est que, pour protéger leurs intérêts, les empereurs de la dynastie des Nguyen affirmèrent officiellement leur souveraineté sur cet archipel, mais qu’en revanche, on ne trouve pas d’initiative pareille du côté chinois. Et il est à noter qu’il n’y eut pas d’incidents entre les Chinois et les Vietnamiens sur la question de la souveraineté territoriale sur l’archipel jusqu’à la conquête française de l’Indochine43.

  • 44 Le Quy Don, Mélanges sur le Gouvernement des marches, Second livre, p. 82b-85a, cité par Vo Long T (...)

57S’agissant des Spratleys, les documents historiques tant chinois que vietnamiens sont avares en précisions. Dans les anciens ouvrages officiels vietnamiens, on ne trouve qu’une fois le sujet traité en détail. En 1753, sous le règne de l’empereur Canlong, de la dynastie des Qing, un mandarin chinois fit une enquête sur les Vietnamiens de la compagnie de collecte (compagnie de Hoang– sa) qui s’étaient rendus aux Spratleys (« Dunes Longues de dix mille lieues » ou Van-ly Truong-sa) pour recueillir divers produits, et dont les uns furent retrouvés morts et d’autres furent sauvés et escortés chez eux par les Chinois44. Cette note prouve la présence et l’activité de Chinois et de Vietnamiens aux Spratleys, mais reste à notre connaissance unique à le faire. Cela s’explique, peut-être, par le relief accidenté de cet archipel et les limites de la technique navale à cette époque ; ces îles n’attirent vraiment l’attention qu’au début du xxe siècle.

Notes

1 Pierre-Bernard Lafont (dir), Les frontières du Vietnam. Histoire des frontières de la péninsule indochinoise, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 15.

2 DAO Duy Anh, Dat nuoc Viet Nam qua cac doi (« Le Vietnam à travers les règnes »), Hanoi, 1964, p. 187-192.

3 Gabriel Devéria, La frontière sino-annamite. Description géographique et ethnographique, Paris, 1886, XVII, p. 183.

4 Philippe Langlet, « La tradition vietnamienne : un État national au sein d’une civilisation chinoise », Études indochinoises, no 2-3 (1970), p. 217-219.

5 La maison de l’Empire Nguyen, chronique véridique du Đại Nam, T. 3, éditions Giao Duc, tr. 58, 2007.

6 En ce qui concerne les documents sur les Paracels et les Spratleys avant l’époque coloniale, voir notamment : Vo Long Te, Les archipels des Paracels et Spratleys selon les anciens ouvrages vietnamiens d’histoire et de géographie, Publications en langues étrangères de la commission de traduction, Saigon, 1974 ; « Les archipels des Paracels et Spratleys », dossier, tome II, Le Courrier du Vietnam, Hanoi, 1984 ; Nguyen Nha, « Le processus d’établissement de souveraineté sur les archipels Paracels et Spratleys du Vietnam », thèse de doctorat, Université nationale Ho Chi Minh, 2002.

7 Les seigneurs Nguyen, à partir de l’année 1558, furent les maîtres du Sud du Vietnam — le territoire auquel était rattaché l’archipel Paracels, voir Vo Long Te, Les archipels des Paracels et Spratleys selon les anciens ouvrages vietnamiens d’histoire et de géographie, Publications en langues étrangères de la commission de traduction, Saigon, 1974, p. 41.

8 Collection de cartes indiquant quatre itinéraires au sud du Ciel, premier livre, ouvrage dû au lettré admis aux examens, originaire de Thanh-giang, Bich-trieu, de patronyme Do-ba et de pseudonyme Dao-phu ; traduit par Vo Long Te, Les archipels des Paracels et Spratleys selon les anciens ouvrages vietnamiens d’histoire et de géographie, op. cit, p. 39.

9 Le Quy Don, resté célèbre pour son savoir encycplopédique et son œuvre philosophique et poétique, fut marquis de Dinh-thanh, vice-ministre des Finances, haut-conseiller adjoint sous les Nguyens, comme le rappelle Vo Long Te dans Les archipels des Paracels et Spratleys selon les anciens ouvrages vietnamiens d’histoire et de géographie, op. cit, p. 57.

10 Le Quy Don, « Mélanges sur le Gouvernement des marches, second livre », cité par Vo Long Te, op. cit., p. 60. Voir également « Les archipels des Paracels et Spratleys », Dossier, tome II, édité par Le Courrier du Vietnam, Hanoi, 1984, p. 15.

11 Le Quy Don, op. cit., p. 63.

12 « Écrits véridiques sur le Dai Nam – Partie réservée à la présente dynastie », p. 245-281, cité par Le Courrier du Vietnam, Hanoi, 1984, p. 16.

13 Jean-Baptiste Chaigneau, Notice sur la Cochinchine, présenté et annoté par A. Salles dans « Le Mémoire sur la Cochinchine de J. Baptiste Chaigneau », Bulletin des Amis du Vieux Hué, dixième année, no 2, avril-juin 1923, p. 357. Cité par Vo Long Te, op. cit.

14 Mgr Taberd, La Géographie de la Cochinchine, traduit en anglais et publié partiellement dans le Journal de la Société asiatique, Bengale, 1838. Cité par Vo Long Te, op. cit.

15 Sauvaire Jourdan, « Les Paracels, infiniment petit de notre domaine colonial », La Nature, Revue des sciences et de leurs applications à l’art et à l’industrie, 61e année, Paris, 1933, 2e semestre, Masson et Cie éditeurs, no 2196, p. 385-387. Cité par Vo Long Te, op. cit.

16

17 Relation véritable du Dai-Nam, Partie principale, Second règne, 104e livre, p. 16b-17a, traduit par Vo Long Te, op. cit., p. 97. Voir également « Les archipels des Paracels et Spratleys », dossier, tome II, édité par Le Courrier du Vietnam, Hanoi, 1984, p. 16.

18 Ibid., 122e livre, p. 23a-23b, cité par Vo Long Te, op. cit., p. 100. Voir également Le Courrier du Vietnam, op. cit.

19 Ibid., 104e livre, p. 16b-17a, traduit par Vo Long Te, op. cit., p. 100.

20 Ibid., p. 105. Voir également Le Courrier du Vietnam, op. cit, p. 17.

21 Ibid., 165e livre, p. 14b-25b, traduit par Vo Long Te, op. cit., p. 110. Voir également Le Courrier du Vietnam, op. cit., p. 17

22 Ibid., p. 112.

23 « Rapport du ministre des Travaux publics sous le règne de Thieu Tri, » archives du Centre national no 2 de Ho Chi Minh, cité par Le Courrier du Vietnam, Hanoi, 1984, p. 19.

24 Georges Taboulet, La Geste française en Indochine. Histoire par les textes de la France en Indochine des origines jusqu’en 1914, tome I, p. 69 note I ; p. 73-75, cité par Vo Long Te, op. cit., p. 117.

25 Le Gentil de la Barbinais accomplit de 1714 à 1718 le tour du monde par Madagascar, le détroit de la Sonde, la Chine et le Brésil, et en fit publier en 1738 la recension, sous le titre Nouveau voyage autour du Monde ; cité par Vo Long Te, op. cit., p. 117.

26 Ibid.

27 Georges Taboulet, La Geste française en Indochine. Histoire par les textes de la France en Indochine des origines jusqu’en 1914, tome I, p. 69 note I. Cité par Vo Long Te, op. cit., p. 145-151.

28 Reproduit d’après Taboulet, op. cit., tome I, p. 148.

29 Pour tout ce qui concerne la souveraineté du Vietnam sur les archipels des Paracels et des Spratleys, voir aussi Monique Chemillier-Gendreau, La souveraineté sur les archipels Paracels et Spratleys, L’Harmattan, 1996, p. 59-78.

30 Nouvelles sinologiques, no 7, 20 avril 1988, cité par Monique Chemillier-Gendreau, op. cit., p. 59.

31 Pour les documents concernant la souveraineté de la Chine et du Vietnam sur les deux archipels dans les anciens textes, voir notamment Monique Chemillier-Gendreau, op. cit.

32 Op. cit., p. 60.

33 Vo Long Te, op. cit.

34 Op. cit., p. 62.

35 Malheureusement, nous n’avons pu consulter directement les anciens ouvrages en chinois de façon à pouvoir fournir des éléments plus concrets. Nous citons donc selon les auteurs qui travaillent sur les ouvrages chinois.

36 Roderik Ptak, « Les îles dans la mer de Chine du Sud selon les documents chinois (de la dynastie des Song à la dynastie des Ming) », rapport présenté à la conférence d’Oslo, le 2 au 4 juin 2000, p. 17. (Traduit par le Comité des frontières du Vietnam.)

37 Nguyen Nha, op. cit, p. 49.

38 Gutz Laff, « Geography of the Cochin China Empire », in The Journal of the Geographical Society of London, vol. 19, 1849, p. 97. Cité par Vo Long Te, op. cit.

39 Louis Malleret, « Une tentative ignorée d’établissements français en Indochine au xviiie siècle : Les vues de l’amiral d’Estaing », in « Notes sur l’Asie demandées par Monsieur de la Borde à Monsieur d’Estaing », le 10 avril 1768, archives du ministère français des Colonies. Cité par Vo Long Te, op. cit., p. 53.

40 Le Floch de la Carrière, Plan d’une partie des côtes de la Cochinchine, depuis Cham-collao et la Rivière de Faifo jusqu’à celle du Roi ou autrement fong bué. Levé dans les années 1755 et 1756. Dédié à Mgr le Maréchal de Castries (1787). BNF, Dépôt des cartes. Reproduit par MM. Boudet et Masson dans l’Iconographie historique de l’Indochine française, Paris, 1931, pl. XV. Cité par Vo Long Te, op. cit.

41 Le Quy Don, « Mélanges sur le Gouvernement des marches, second livre », cité par Vo Long Te, op. cit., p. 60. Voir également « Les archipels des Paracels et Spratleys », Dossier, tome II, édité par Le Courrier du Vietnam, Hanoi, 1984, p. 63

42 Relation véritable du Dai-Nam, Partie principale, Second règne, 104e livre, p. 16b-17a, traduit par Vo Long Te, op. cit., p. 100.

43 Nguyen Nha, op. cit., p. 47.

44 Le Quy Don, Mélanges sur le Gouvernement des marches, Second livre, p. 82b-85a, cité par Vo Long Te, op. cit., p. 62.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search