Version classiqueVersion mobile

Les conflits frontaliers sino-vietnamiens

 | 
Thi Hanh Nguyen

Première partie. Les données de la question frontalière sino-vietnamienne avant 1885

1. L’espace frontalier sino-vietnamien

Texte intégral

Sur le concept de frontière : déterminants et application asiatique

  • 1 J.-B. Duroselle, « Les frontières. Vision historique », Relations Internationales, no 63, automne (...)

1Contrairement à une illusion qui voudrait que la nature impose aux sociétés des lignes de partage, « les frontières sont des phénomènes que l’homme impose à la nature1 ». Afin de bien comprendre le concept de frontière, il faut ainsi prendre en compte ses diverses dimensions : historique, en premier lieu, avant d’être géographique, juridique, etc.

2« Territoire » et « frontière » sont d’abord, en effet, des catégories historiques, touchant à l’une des conséquences forcées de la cohabitation des sociétés humaines dès lors qu’elles perdent de leur caractère informel ou mouvant et que des référents tels que l’État, les lois divines et humaines et les distinctions sociales apparaissent. Le phénomène de la guerre et du recours qui y est fait pour régler les conflits entre sociétés ou groupes sociaux, pour satisfaire les revendications ou les désirs de conquête ne va pas sans réflexion sur la paix et les modalités de la gestion au moins provisoirement apaisée des situations territoriales. Plus ça va, plus on s’identifie et plus l’on se distingue. Au fur et à mesure que le développement des sociétés humaines s’approfondit et se complexifie, la notion de frontière et de territoire national se développe et se perfectionne de plus en plus, dans une marche continue à la rigueur et à l’incontestabilité.

3La géographie, le droit, les techniques viennent à l’appui d’une problématique qui ne s’affranchit que lentement de ses aspects symboliques ; il n’est que de voir combien l’imaginaire européen — de cette Europe qui a tant contribué à penser et à faire frontière — a du mal à faire avec la disparition « physique » des lignes de démarcation entre États membres de l’Union dans le cadre des accords de Schengen : ces frontières qui ont par ailleurs gagné la partie puisque nul ne conteste plus ces lignes pour lesquelles tant de sang a pu être versé, comme entre la France et l’Allemagne, l’ont également perdu, croient certains, puisqu’elle ne jouent plus leur rôle de rempart physique et prophylactique. Et l’on en appelle parfois à la construction de murs, de façon toute régressive…

4Car il fallut bien des siècles, d’innombrables apparitions et disparitions de peuples ou de pays pour que la « frontière » finisse par être ce que tout un chacun sur la planète conçoit aujourd’hui plus ou moins à l’identique. Il fallut une très longue histoire de disputes indécises, de murs de protection contre l’envahisseur potentiel ou le barbare à confiner dans ses déserts ou ses forêts, mais aussi de querelles dynastiques, de batailles débouchant sur des arpentages à l’échelle villageoise ou des tracés de lignes géométriques, fictives et présomptueuses comme lorsque les puissances occidentales se partageaient l’Amérique des Amérindiens ou l’Afrique des Africains ; ce furent enfin, les créations frontalières qui surgirent de l’exercice parfois ambigu du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

  • 2 Charles Rousseau, Droit international public, Paris, Sirey, 1953, p. 307-312, cité par J.-B. Duros (...)
  • 3 Ibid.

5Y a-t-il une constante ? Pour ne pas remonter aux temps les plus reculés, d’après Charles Rousseau, « le concept de frontière paraît ignoré de l’antiquité grecque2 ». En fait, pendant longtemps, le terme fut utilisé pour indiquer des « zones adjacentes », des « zones limitrophes » ou des « zones extérieures » d’un territoire, ce qu’on a longtemps désigné comme des « marches ». Il n’existait pas de lignes de frontière tracées continûment3. Autrement dit, il s’agissait de zones plus ou moins disputées entre des pays, des peuples ou des sociétés se retrouvant en situation de voisinage, et la démarcation des territoires était le plus généralement établie sur la base des forces respectives des puissances.

6Cette dimension de la puissance est toujours restée au cœur de la problématique frontalière et n’a fait, en somme, que se raffiner avec le temps, en s’assujettissant à une conception européenne qui s’est étendue au monde et a exporté à la fois sa rigueur et son sens de l’emprise géographique, et son caractère artificiel et impérieux, à usage interne autant qu’externe. Nul mieux qu’Yves Lacoste n’a su caractériser cette réalité :

  • 4 Y. Lacoste, « Typologie géopolitique », in Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), Problèmes de front (...)

La frontière a, d’abord, une histoire. Elle est une convention exprimant un vouloir : c’est pourquoi son explication relève du savoir — d’un savoir nécessairement pluridisciplinaire, […] Elle n’est pas donnée une fois pour toutes mais elle exprime un rapport de force qui finit par être admis par tous au terme de son histoire, au moment où la coïncidence s’opère entre frontière juridique et frontière nationale4 […]

  • 5 J.-B. Duroselle, « Les frontières. Vision historique », Relations Internationales, no 63, automne (...)
  • 6 Georges Condominas, L’espace social : à propos de l’Asie du Sud-Est, Paris, Flammation, 1980, nota (...)

7Les créateurs de frontières sont presque toujours les plus forts, les vainqueurs, responsables de traités « inégaux5 ». Ce phénomène s’applique tout à fait au cas des pays de l’Asie du Sud-Est, Vietnam compris. En effet, avant la colonisation occidentale à la fin du xixe siècle, le concept européen de souveraineté territoriale n’existait pas en Extrême-Orient. Dans l’optique de ces pays, les notions de « frontière » et de « zone d’influence » renvoyaient à la délimitation d’un espace social à l’intérieur duquel on dominait plutôt des peuples — souvent de « petits » peuples intermédiaires entre deux grandes nations — que des terrains naturels6.

  • 7 Y. Lacoste, op. cit., p. 9-16.
  • 8 Ibid.

8L’Europe de la colonisation a transporté en Asie deux acceptions antinomiques de la frontière, l’une ancienne et fermée (ligne de partage de souveraineté, barrière défensive politique et économique d’États nationaux et d’États-marchés), l’autre moderne et ouverte (« zone d’échanges, peuplée, attractive, vivante » et non plus « marge linéaire et désertée7 »). Les pays d’Asie du Sud-Est, n’ayant pas le choix, se sont trouvés enfermés dans le jeu de ces deux variantes : traditionnelle et ouverte. « Il y a dans l’adoption du modèle européen traditionnel quelque chose qui heurte, ne correspond pas à leur héritage historique et culturel, mais ce modèle importé et acclimaté prime eu égard à la nécessité d’affirmation nationale ; ils ne peuvent pas basculer trop vite dans la conception de la frontière ouverte qui rejoint à certains égards ce qui fut leur conception ancienne des zones de contact frontalier8. Ils doivent chercher un moyen de dépasser cette opposition.

9De cette tension subtile et souvent passionnante pour l’historien entre culture locale de la frontière de vieil héritage et modèle occidental désormais dominant dans sa variante traditionnelle — mais devant composer avec les rémanences et émergences de logiques d’ouverture, la ligne de frontière sino-vietnamienne tracée par les deux conventions de 1887 et 1895 entre la France et la Chine constitue un exemple représentatif. Cette ligne, au global, acte un compromis entre les lignes historiques de l’Annam et surtout de la Chine, d’un côté, et le concept moderne français, de l’autre. Pour le dire plus simplement et un peu à l’emporte-pièce, ce fut une reconnaissance de la frontière historique sur la base du concept occidental.

Premier aperçu des enjeux de souveraineté

La frontière terrestre

10Une ligne terrestre de plus 1 440 km sépare le Vietnam et la Chine. Que sépare-t-elle ?

  • 9 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, d (...)
  • 10 J.-B. Duroselle, op. cit., p. 230.
  • 11 Grande Muraille, fortification le long des frontières nord et nord-ouest de la Chine. Les premiers (...)
  • 12 Michel Foucher, L’Invention des frontières, Paris, Fondation pour les études de défense nationale, (...)
  • 13 J.-B. Durosselle, op. cit., p. 230.

11La civilisation chinoise a pris naissance dans le bassin moyen du fleuve Jaune (dans le Nord de la Chine) ; elle s’est développée rapidement et devint le centre de civilisation le plus grand de l’Orient antique. Les Chinois eurent vite le souci d’étendre leur territoire. Ils orientèrent leur conquête vers le sud, pour la première fois dans le courant du premier siècle avant J.-C. Les provinces qui composent le Sud de la Chine actuelle ne sont donc que des terres de colonisation, géographiquement très différentes de celles du Nord9. Ainsi, comme les États d’Europe à l’échelle mondiale, l’État-nation chinois s’imposa comme l’État colonisateur par excellence en l’Asie. Soucieux de préserver leurs conquêtes, les Chinois se dotèrent très tôt d’un « concept de frontière ». La notion semble être aussi ancienne chez eux que chez les Romains10. La Grande Muraille11 construite pour protéger la nation contre des agressions extérieures est devenue l’archétype indiscutable de la frontière linéaire à fonction de barrière12. En fait, ce système est déjà voisin de la notion actuelle : d’après J.-B. Duroselle, aujourd’hui, qui dit frontières dit « des lignes, bien tracées, marquées au moins par des poteaux ou des bornes frontières […] ou même un mur13 ».

  • 14 Selon les sources vietnamiennes, dans son histoire, le Vietnam aura dû faire face à douze guerres (...)
  • 15 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, d (...)
  • 16 MFAE, Mémoires et documents, Asie, Indochine, volume 60, procès-verbal de la délégation française, (...)

12Le pays Viet eut à résister à la conquête par l’Empire chinois à partir de 179 avant J.-C. La domination chinoise sur le Tonkin se maintint pendant plus de dix siècles (jusqu’en 939 apr. J.-C) et après son indépendance, le pays Viet dût encore se défendre d’une vague incessante d’invasions venues de Chine14. Celle-ci, pour servir son but d’expansion territoriale vers le sud, appliqua de ce côté le principe de la frontière ouverte, par contraste avec sa frontière fermée, matérialisée par la Grande Muraille, au nord. On peut même dire que sa volonté d’expansion se maintint jusqu’à la date où les Français imposèrent leur protectorat sur le Tonkin avec le traité de Hué de 188415. En fait, dans la pensée chinoise, le Vietnam était toujours un vassal : cela explique qu’il n’exista jamais une ligne frontière bien tracée et reconnue entre les deux pays16.

  • 17 MVAE, Comité des frontières, « Cours de perfectionnement du bornage de la frontière terrestre sino (...)
  • 18 J.-B. Duroselle, « Les frontières. Vision historique », op. cit., p. 236.

13Pour les Vietnamiens, historiquement, la frontière faisait sens, comme séparation établie et concrètement précisée au fil du processus de formation et de développement des deux nations17. Cependant, juridiquement parlant, cette ligne ne fut délimitée et officialisée qu’à l’époque coloniale, entre la France et la Chine. L’établissement de la frontière sino-tonkinoise fut une des conséquences de l’emprise des Français et des Anglais sur la Chine. La guerre de 1858 à 1860 fut livrée à celle-ci par ces deux puissances coloniales pour des intérêts commerciaux, c’est-à-dire, pour assurer l’ouverture de la Chine à leur commerce. À ce but se trouva lié la nécessité d’obtenir que la Chine se dote d’un ministère central des affaires étrangères et reconnaisse l’existence d’États extérieurs sur lesquels elle n’avait pas de prétention de suzeraineté à émettre18. La naissance de ce nouveau ministère chinois des Affaires étrangères, le « Tsoung Li Yamen » marque véritablement un changement dans la politique de la Chine.

  • 19 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, Étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, op. cit.,(...)
  • 20 MVAE, Comité des frontières, cours de perfectionnement du bornage de la frontière terrestre sino-v (...)

14Les Français, s’étant emparés du Tonkin, trouvent, comme on l’a rappelé, une situation très incertaine dans la région frontalière : les troupes régulières chinoises s’y installent, la cour de Hué perd son contrôle sur cette région. En réalité, la frontière n’était bien définie que sur les passages les plus fréquentés. Elle était même quelquefois matérialisée par des « portes ». Mais, partout ailleurs, elle restait floue19. Les Français, dans un souci de clarté et pour servir leurs buts commerciaux, amenèrent la Chine à redélimiter la frontière avec le Tonkin. Les deux traités de délimitation frontalière de 1885 et 1895 attestent de la renonciation de la part de la Chine à ses prétentions de suzeraineté sur le Vietnam en actant la valeur juridique de la ligne de frontière historique entre les deux pays. Avec ces deux traités, la ligne de frontière terrestre sino-vietnamienne devenait la première frontière internationale reconnue du Vietnam20.

La souveraineté sur les îles Paracels et Spratleys

15À la différence de la frontière terrestre, la délimitation de souveraineté maritime entre la Chine et le Vietnam ne fut guère un thème de discussion avant la colonisation française.

  • 21 François Joyaux, Géopolitique de l’Extrême-Orient. Tome 1 : Espaces et politiques, Bruxelles, Comp (...)
  • 22 Jacques Gernet, Le Monde chinois, Paris, Armand Colin, 1972, p. 287.
  • 23 François Joyaux, op. cit., p. 161.

16La Chine, concentrant son attention sur le maintien de ses frontières terrestres, ne s’est guère intéressée jusqu’au xe siècle à la navigation maritime21. Il faut attendre la grande dynastie des Song (960-1279) pour qu’elle affirme réellement son potentiel maritime, en particulier par l’apparition de la grande jonque de haute mer : un navire apte à exécuter de grands voyages de reconnaissance des pays étrangers aux xiie et xiiie siècles. « Le développement de la marine chinoise est jugé comme l’un des phénomènes les plus importants de l’histoire de l’Asie22. » La grande période de la marine chinoise dura du xie au xve siècle ; le relais fut pris ensuite par les grandes puissances maritimes occidentales : Portugais, Espagnols, Néerlandais, Anglais. L’arrivée au pouvoir des Mandchous, sous la dynastie des Qing (1644-1911) devait totalement stériliser la politique navale de l’Empire23.

17Cependant, même à l’époque où la marine chinoise était florissante, les archipels des Paracels (Hoang Sa en vietnamien ; Xisha en chinois) et des Spratleys (Truong Sa en vietnamien ; Nansha en chinois) ne furent pas des endroits que les jonques chinoises fréquentaient de façon régulière, du fait de leur caractère inhospitalier. Pour les commerçants chinois, les deux archipels n’avaient pas d’intérêt. Il n’y eut guère que des pêcheurs chinois pour les fréquenter. Malgré la précocité de cette fréquentation, les empereurs chinois ne procédèrent à aucun acte d’affirmation de souveraineté. La raison en est qu’à cette époque le concept de « souveraineté maritime » était encore étranger aux Chinois. De plus, la faiblesse de la navigation pratiquée par des pays riverains de la mer de Chine du Sud ne représentait aucune menace pour la Chine. D’où ce paradoxe qu’historiquement, les Chinois sont présents sur les deux archipels depuis très longtemps, mais que juridiquement, on ne peut trouver de documents officiels témoignant de leur prétention à la souveraineté sur ces archipels avant le xxe siècle.

18Jusqu’à la deuxième moitié du xixe siècle, l’activité navale vietnamienne resta elle très limitée. Cependant, sous la dynastie des Nguyen (1802-1945), les empereurs se soucièrent du développement des forces maritimes et lancèrent plusieurs expéditions dans la mer de Chine du Sud. Les Paracels s’habituèrent à la fréquentation des jonques envoyées par les empereurs et à la présence de pêcheurs vietnamiens.

19À partir du xxe siècle, tant la Chine que la France « protectrice » du Vietnam, commencèrent à prendre conscience de l’intérêt, des Paracels d’abord, puis des Spratleys un peu plus tard. Les deux parties invoquèrent l’histoire pour revendiquer chacune leur souveraineté sur ces archipels. Toutefois, le règlement de ce problème présentait de grandes difficultés et demanda un long temps.

La géographie de la frontière terrestre sino-vietnamienne

20[Pour une vue générale des frontières terrestres et maritimes, voir la carte no 1, page suivante.]

  • 24 À vrai dire on peut trouver des longueurs différentes, tenant à la phase d’utilisation ou au dével (...)
  • 25 Ibid. p. 77.

21La Chine et le Vietnam ont, rappelions-nous, une ligne de frontière terrestre d’une longueur de 1 440 kilomètres24. Elle commence à Apachai — point commun de la frontière des trois pays : Chine, Vietnam, Laos — à l’est jusqu’à l’embouchure du fleuve Packlung (Bac Luan) à l’ouest (Monkay). La ligne de frontière sépare les six provinces limitrophes du Nord du Vietnam : Laichau, Laokay, Hagiang, Caobang, Langson, Quangninh (Mongkay) des deux provinces du Sud de la Chine : le Yunnan et le Guangxi (une partie appartenait autrefois à l’ancienne province du Guangdong25).

  • 26 Ibid.

22La frontière s’étend sur une région au relief très complexe. Tant du côté vietnamien que du côté chinois, la variété règne. On relève trois types de paysages caractéristiques : le littoral, la plaine, la montagne. Suivant la ligne de frontière de l’est à l’ouest, le relief est de plus en plus accidenté, souvent montagneux. Il n’y a qu’une section frontalière courte de Quangninh (Monkay) à Langson, correspondant avec le Guangdong et le Guangxi chinois ; le relief est assez plat, avec des collines et des sommets de faible altitude. Quant à la section frontalière entre Caobang, Hagiang, Laokay, Laichau (Vietnam) et le Yunnan (Chine), elle présente un relief particulièrement complexe, provenant d’une érosion puissante, avec des pics très hauts, très violemment plissés26.

23La variété et la complexité de ce relief frontalier ont influé directement et fortement sur le processus de délimitation frontalière entre les deux pays, tant à l’époque coloniale qu’aux temps récents. Concernant la partie la plus accidentée, marquée par de grandes difficultés de transport, peu de litiges se sont fait jour dans le processus de délimitation frontalière, ni sous le régime français ni après, mais ce processus n’a jamais pu se dérouler que lentement, avec une application sur le terrain ne correspondant pas toujours aux textes et à la cartographie effectuée. C’est le cas notamment pour la section située entre le Yunnan (Chine) et Laichau, Laokay et Hagiang (Vietnam).

Carte 1. La frontière terrestre sino-vietnamienne

  • 27 Cette porte a de multiples dénominations : porte de Namquan, porte de Chine de Namquan, porte de l (...)

24En revanche, la section au relief aplani, qui offre des facilités de transport et une position stratégique, permet un déroulement plus rapide du processus de délimitation et facilite son application correcte. Cependant, représentent autant de sources de litige les points qui ont une position stratégique, militaire et/ou commerciale et sont des lieux de circulation : il en va ainsi de la section placée entre le Guangxi, le Guangdong (Chine) et Monkay et Langson (Vietnam.) Les litiges se font plus aigus quand on touche à des symboles historiques comme, au premier chef, la porte de Namquan27 dans la province de Langson.

  • 28 MVAE, Comité des frontières, document de recherche, « La frontière terrestre vietnamo-chinoise », (...)

25La zone frontière sino-vietnamienne est parcourue par un réseau de cours d’eau assez complexe. Environ quatre cents kilomètres de frontière (presque un tiers de sa longueur) sont fixés par ces cours d’eau. Il s’agit de fleuves et de rivières de taille réduite mais au régime de crue très vif ; plusieurs pentes rocheuses et des chutes d’eau occasionnent des difficultés de transport. Il faut noter que les courants varient selon les saisons, du fait des déformations du relief du lit des fleuves. Cela influe directement sur la ligne frontalière quand elle passe par les eaux, le lit des cours d’eau tendant à se déplacer. Ajoutons à cela que ces cours d’eau frontaliers jouent un rôle vital pour les riverains des deux bords : on ne s’étonnera pas qu’il y ait des incidents concernant l’utilisation de l’eau pour l’irrigation ou la construction d’ouvrages hydrauliques28.

26Il faut aussi signaler les ressources minières de la région montagneuse ; les gisements sont nombreux, mais, à dire vrai, leurs réserves sont modestes.

27Du côté chinois sont exploitées des mines de charbon, de fer, d’étain, de cuivre, etc., qui se trouvent pour la plupart au Yunnan. Au Tonkin, la principale ressource exploitée est le charbon. Ces données minières ne furent pas appelées à avoir beaucoup d’impact sur le processus de délimitation frontalière, sauf à Tulong ; le territoire situé dans la province de Hagiang (Vietnam) limitrophe du Yunnan (Chine) renferme de riches gisements de cuivre. La question de l’appartenance du lieu a impacté plusieurs fois le processus de délimitation, on le verra, et s’est même reposée après.

  • 29 MVD, statistique démographique, document de recherche sur le problème de la frontière vietnamo-chi (...)
  • 30 Ibid., p. 9-11.

28La variété des ethnies dans la zone frontalière est l’un des obstacles principaux à une délimitation frontalière aisée. Sont répertoriées quelque vingt-huit ethnies différentes : Tays, Nungs, Hoas, H’mongs, Daos, San Dius, Thos, Thais blancs, Thais noirs, etc., vivent sur les montagnes et le long des fleuves et des rivières29. Il est difficile d’évaluer avec exactitude le chiffre de ces populations « ethniques » de la zone frontalière parce qu’elle n’y sont pas installées de façon permanente. En outre, presque toutes les ethnies qui se trouvent dans cette zone du côté vietnamien se retrouvent de l’autre côté : ces populations locales ont la même culture, des langues similaires, et entretiennent des liens étroits, souvent familiaux, issus de mariages transfrontaliers. C’est un élément avec lequel il faut compter pour tracer avec quelque justesse, ou justice la ligne frontalière. La densité est faible et inégale. La plupart des habitants sont installés dans les plaines où il est facile de faire du commerce ou de l’agriculture, comme dans les provinces de Langson et Monkay (Vietnam) ainsi qu’aux Guangxi et Guangdong (Chine30). Si les « montagnards » ont subi l’influence des civilisations chinoise ou annamite, ils n’en ont pas moins conservé de nombreux particularismes. Ce particularisme des ethnies reste très vivace malgré leurs contacts permanents, du fait que le « montagnard » ne s’allie que très rarement en dehors de sa tribu.

29La zone frontière est comprise entre le 21e et le 23e degré de latitude Nord. Elle est soumise au climat de mousson. Ce climat comporte essentiellement deux saisons : 1) une saison des pluies de mai en septembre avec des vents chauds et humides — de juin à septembre notamment les pluies sont abondantes et provoquent des crues ; 2) une saison sèche de septembre à avril avec des vents frais et secs. Les brouillards sont fréquents en hiver, cependant les chutes de neige sont rares par suite de la sécheresse. Mais ceci n’est qu’une description schématique. La réalité est beaucoup plus complexe, en particulier du fait du relief. Les typhons, qui ravagent parfois le littoral d’août à novembre, ne parviennent pas dans la haute-région.

30Ce climat inclément ne peut que retarder le déroulement d’une délimitation frontalière, et surtout du processus de bornage frontalier, car la saison sèche est la seule favorable aux opérations. Pendant la saison des pluies, les pistes de montagne sont difficilement praticables et les cours d’eau en crue ne sont pas facilement franchissables.

31En dehors de caractéristiques communes, chacune des régions limitrophes chinoises et vietnamiennes présente sa particularité qui, selon le cas, offre des conditions favorables ou met des obstacles à la délimitation frontalière.

  • 31 MFD, SHAT, état-major de l’armée de terre, volume 10T686, renseignements généraux sur la Chine, p. (...)

32Voyons les régions limitrophes côté Chine : elles comprennent la partie méridionale des deux Guangs et le sud-est du Yunnan31.

33La province du Guangdong a son identité propre et l’a toujours conservée en dépit des efforts du gouvernement central pour améliorer les voies de communication qui la relient au reste de la Chine. Elle a un rôle économique et stratégique très important. Le centre vital de la province est la région de Canton où se trouvent les plus grandes villes de Chine du Sud.

  • 32 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, notice de renseignements sur les frontières nord-orientales sino (...)

34À l’extrémité orientale de la côte du Guangdong, le delta du Hanchiang constitue une région économiquement indépendante du reste de la province. C’est l’une des plus riches provinces agricoles de la Chine, et aussi une zone de communication par la voie maritime. Du Guangdong, la voie de pénétration la plus directe vers le Tonkin passe par Monkay et Tien yen32.

35Les régions des deux Guangs ont toujours subi l’influence des mouvements politiques du pays au cours de l’histoire.

36La colonisation du Sud a été favorisée par le fait qu’y ont cherché refuge, à plusieurs reprises, les dynasties chinoises fuyant les hordes nomades descendues du Nord : turco-mongoles au ive siècle, mandchoue au xviie siècle. C’est aussi du Sud que sont partis plusieurs mouvements de reconquête de l’Empire, au xive siècle contre les Mongols, au xxe contre les Mandchous. Au Guangxi a pris naissance et s’est développé le mouvement révolutionnaire du début du xxe siècle. Pendant les hostilités, les deux Guangs ont subi deux grandes offensives japonaises, en 1938 et en 1944.

37La province du Yunnan, par contre, a toujours été assez peu sensible aux fluctuations de la politique chinoise et a toujours manifesté des tendances autonomistes.

  • 33 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, p (...)

38Par la diversité de ses ethnies, son économie arriérée, sa situation excentrique, son incorporation relativement récente à l’Empire (xiie siècle), le Yunnan ne participe que de très loin à la vie générale du pays. Les rébellions contre le pouvoir central y ont été nombreuses (révolte de Wou San Koei au xviie siècle, soulèvement des Meos, rébellions musulmanes, révolte de 1915). L’achèvement du chemin de fer en 1910 n’a fait paradoxalement qu’accentuer l’opposition entre le pouvoir central et les tendances particularistes du Yunnan33.

  • 34 MFD, SHAT, 10T869, commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine, é (...)

39Conformément à la politique adoptée par le gouvernement central envers les groupements ethniques minoritaires et du fait de l’importance de ces groupements dans les deux provinces considérées, plusieurs districts autonomes ont été créés34.

40À cause de ces particularités, le pouvoir central chinois eut constamment peine à trouver un accord avec les pouvoirs locaux dans le processus de délimitation frontalière. Plusieurs fois, des négociations furent suspendues à cause de l’opposition des chefs locaux. Cet obstacle se présente aussi dans le bornage et l’administration de la frontière.

  • 35 Vietnam. La terre et les hommes, Éditions Thê Gioi, 2000.

41Du côté vietnamien, parmi les six provinces limitrophes de la Chine, Langson est la région frontalière la plus importante. Son nom revient régulièrement dans l’histoire du Vietnam, de l’ancien temps au présent. Cette province offre l’accès le plus facile aux incursions de l’extérieur. Langson marque le commencement de la route principale no 1, dont le premier tronçon de cent-vingt kilomètres conduit droit à Hanoi ; du côté chinois, cette route conduit vers Nanning et au-delà, vers Canton. Par voie ferrée, à partir de Langson, les trains desservent Pingxiang et Guangxi en Chine35. Son centre urbain Dongdang avec sa célèbre porte de Namquan ont toujours fait l’objet de disputes entre les deux côtés, chinois et vietnamien, à cause de leur position stratégique très importante et de leur signification historique. La porte de Namquan fut élevée au temps des Ming (1368-1644) et reconstruite à plusieurs reprises au cours de l’histoire, la dernière fois en 1959. Cette porte est à la fois un symbole de victoire de la nation Viet sur l’empire du Nord et, quand on lui donne le nom de « porte de l’Amitié », le symbole des liens amicaux entre les deux pays.

42Bref, la variété et la complexité de la région frontalière terrestre sino-vietnamienne posent des problèmes pour la délimitation frontalière tant dans le passé que dans le présent.

Les données des questions frontalières maritimes

  • 36 Les Vietnamiens dénomment depuis longtemps Bien Dong la mer que les cartes publiées en Occident ap (...)
  • 37 Un mille marin égale 1, 852 kilomètre.
  • 38 Hervé Couteau-Bégarie emploie d’expression de « Méditerranée d’Extrême– Orient » in Géostratégie d (...)

43Constituée par la partie orientale de la péninsule indochinoise, la République socialiste du Vietnam (RSV) occupe une localisation centrale dans la mer de Chine méridionale (Bien Dong en vietnamien ou mer orientale36). Avec une superficie de 3447 000 kilomètres carrés, une longueur de 3 520 kilomètres (1 900 milles marins37), une largeur de 1 200 kilomètres (648 milles marins), une profondeur moyenne de 1 140 mètres, la mer de Chine méridionale est bordée également par la Chine, les Philippines, la Malaisie, l’Indonésie, Brunei, Singapour, la Thaïlande, le Cambodge et Taiwan. C’est une véritable Méditerranée asiatique38. [Voir carte 2, ci-contre.]

44Le Vietnam subit fortement l’influence de la mer, de différentes façons. Ses territoires insulaires (îles Paracels et Spratleys et autres îles côtières) lui assurent une ligne de défense très efficace de son territoire. Par sa position, le Vietnam se trouve au carrefour des routes maritimes et aériennes en Asie du Sud-Est. Les navires venant de l’océan Indien par le détroit de Malacca et remontant vers les mers du Nord trouvent dans ses rivages très découpés d’innombrables abris, sans parler des points de relais aménagés qu’offrent ses ports, ses rades, ses baies.

  • 39 Nguyen Hong Thao, Le Vietnam et ses différends maritimes dans la mer de Bien Dong (mer de Chine mé (...)

45Au large du Vietnam, juste à côté des Paracels et des Spratleys, s’allonge une artère d’intense navigation maritime. Ce pays est donc bien placé pour développer le transport maritime, offrir des services maritimes, aéronautiques et des services de communication. Pour le Laos (État sans littoral) et pour des territoires comme le Sud-Est de la Chine à travers le golfe du Tonkin, le Nord-Est de la Thaïlande et le Cambodge à travers le fleuve international Mékong, le Vietnam sert de port ouvert sur l’extérieur, du fait de sa situation à l’extrémité de la péninsule indochinoise39.

46Parmi les ressources minérales de la mer de Chine du Sud, les plus importantes sont le pétrole et le gaz naturel.

Carte 2. La mer de Chine méridionale

  • 40 Ocean Yearbook 2, The University of Chicago Press, edited by E. Mann Borgese and N. Ginsburg, 1980 (...)

47S’allongeant en forme de S, du golfe du Tonkin au golfe de Thaïlande, le long de la mer de Chine méridionale, le Vietnam s’ouvre de toutes parts à l’influence de la mer : plus de 1 600 kilomètres du nord au sud entre le vingt-troisième et le septième degré de latitude Nord. Sur les soixante et une provinces, villes et zones spéciales du territoire, vingt-neuf baignent dans la mer de Chine méridionale. Du fait de cette longueur côtière, avec 3 260 kilomètres de littoral (1 760 milles marins), le Vietnam occupe la vingt-septième place au classement des 157 États côtiers, îles étatiques et territoires côtiers dans le monde40. D’autre part, la mer de Chine méridionale est peu profonde près des côtes du Vietnam. Partout le socle marin est à moins de cinquante mètres de profondeur, sauf au large du centre du pays (l’Annam) où l’on rencontre des fonds de plus de mille mètres, à dix kilomètres de la côte entre Quy Nhon et Phan Rang.

48Du point de vue géographique, les côtes vietnamiennes peuvent se diviser en quatre sections différentes : le golfe du Tonkin, le littoral du Centre, le golfe de Thaïlande et les archipels des Paracels et des Spratleys. Le golfe du Tonkin et ces deux archipels constituent les points de contestation avec la Chine.

49Les Vietnamiens et les Chinois ont des intérêts de même ampleur dans la mer méridionale. Celle-ci joue pour le développement de la Chine du Sud un rôle très important.

Aspect géographique du golfe du Tonkin

  • 41 Nguyen Hong Thao, op. cit. Les chiffres sont ceux (année 2000) du Comité vietnamien des frontières

50Le golfe du Tonkin (appelé en vietnamien Vinh Bac Bo et en chinois Beibu Wan) occupe le Nord-Ouest de la mer de Chine méridionale, s’étendant de 17o 06’à 21o 55’de latitude Nord et de 105o36’à 109o55’de longitude Est. Il a la forme d’un croissant s’ouvrant sur la mer de Chine méridionale avec sa superficie de 126 250 km2, sa longueur d’environ 500 kilomètres (environ 270 milles marins) et sa largeur maximale de 314 kilomètres (169,5 milles marins) entre Dien Chau (Nord-Vietnam) et l’île de Haïnan41 (Chine).

  • 42 Pour plus de détails, voir Nguyen Hong Thao, op. cit., p. 10-12.

51Ce golfe est délimité de part et d’autre par les territoires du Nord-Vietnam et de la Chine du Sud. À partir de l’embouchure de la rivière Calong (fleuve international) jusqu’au point Mui Lay, la côte vietnamienne s’étend sur 763 kilomètres environ (412 milles marins). Du côté chinois, de l’embouchure de la rivière Calong, le long de la péninsule Loi Chau, jusqu’à l’extrémité sud de l’île Haïnan (point Oanh Ca), la longueur du littoral est de 695 kilomètres42 (375,2 milles marins).

  • 43 Way Lin, The territorial sea Law of Chine, Rapport fait à Séoul le 15 juillet 1993 dans le cadre d (...)

52Le golfe communique avec la mer de Chine : au nord par le détroit international de Qiongzhou, entre le continent chinois et l’île de Haïnan43 ; au sud, par une ouverture mesurant 176 milles marins dans sa plus grande largeur.

53En général, le fond du golfe est assez plat ; sa profondeur moyenne est de quarante-trois mètres. Les zones dont la profondeur est inférieure à trente mètres constituent 60 % de sa superficie.

  • 44 Luu Ty, « Bao cao ve dia mao vinh Bac Bo » (« Rapport sur la géomorphologie du golfe du Tonkin »), (...)

54Outre le delta du fleuve Rouge, la partie occidentale du golfe est percée par les embouchures d’une quarantaine de cours d’eau. En conséquence, le littoral est profondément échancré et découpé. De hauts plateaux couvrant la quasi-totalité de la zone Nord-Est se prolongent sous l’eau et forment de mini-archipels44.

55Généralement, la côte occidentale est très variée et possède beaucoup de rades naturelles de grande profondeur, favorables à la navigation, au mouillage des navires et à la pêche comme la baie de Halong. S’agissant des îles (et îlots), il y a environ 2 300 du côté vietnamien dont la plus importante est l’île Bach Long Vy, située près du méridien du golfe, à 110 kilomètres du littoral vietnamien (54 milles marins) et à 130 kilomètres (70,2 milles marins) de l’île de Haïnan (Chine) ; sa superficie est de 2,5 kilomètres carrés. Cette île représente un point fortement discuté dans le processus de délimitation frontalière dans le golfe — quelle que soit l’époque.

  • 45 J. R. Morgan and M. J. Valencia, Atlas for Marine Policy in the Southeast Asian Seas, EWC, Hawaii, (...)

56Du point de vue non seulement de l’économie, mais également de la défense et de la sécurité, le golfe du Tonkin est d’une importance stratégique pour les deux parties, le Vietnam et la Chine. Il sert aussi de parc principal de richesses halieutiques pour les deux pays avec une multitude de stocks de poissons et d’autres espèces aquatiques. Les zones côtières sont très productives. D’après des statistiques incomplètes, il y a dans le golfe plus de cinq cents types de poissons de valeur commerciale considérable. De surcroît, le golfe du Tonkin recèle des ressources en faune et en flore de grande valeur pour la recherche scientifique, médicale et pour la conservation des espèces45.

  • 46 Sun Shangzhi, “Study on the Comprehensive and Coordinated Development of China’s Beibu Gulf Rim”, (...)

57D’après des sources chinoises, le golfe offre l’une des concentrations de gaz les plus importantes dans le monde, avec une réserve d’hydrocarbures d’environ 2, 29 milliards de mètres cubes46.

58Le golfe du Tonkin est enfin une voie de communication maritime importante pour les deux pays, mais surtout pour le Vietnam dont les navires peuvent accéder à l’océan Pacifique en passant par le détroit de Qiongzhou. Tous ces facteurs ont eu une influence sur la délimitation maritime dans le golfe.

Aspect géographique des Paracels

  • 47 Pour la dénomination des Paracels et des Spratleys dans les différentes langues, voir notamment la (...)
  • 48 Antunes, « Géopolitique du conflit et du contentieux frontalier sino-vietnamien relatif aux archip (...)
  • 49 MFD, SHAT, série 10H3342, ministère de la Guerre, état-major de l’Armée, note du service juridique (...)

59L’archipel des Paracels (Hoang Sa en vietnamien et Xisha en chinois47) est situé dans la mer de Chine méridionale, au large des côtes indochinoises ; il s’étend du 110e au 112e degré de latitude, à l’est et au sud-est de l’île de Hainan (Chine). Cet archipel se trouve à l’entrée du golfe du Tonkin à égale distance du point le plus méridional de l’île de Hainan et de la ville de Danang (Vietnam) : 170 milles marins48. Ces îles sont situées à 490 kilomètres (264,6 milles marins) de Hué, à 350 km (189 milles marins) de Quang Ngai, à 350 km (189 milles marins) de Yulinkiang — port de la côte méridionale de l’île de Hainan —, à 750 kilomètres (404,9 milles marins) de Hongkong et à 1 000 kilomètres (540 milles marins) de Manille. Grandes ou petites, ces îles s’étendent sur une surface de 15 000 kilomètres carrés et comprennent une trentaine d’îlots, de récifs, d’écueils, de hauts-fonds répartis en deux groupes principaux : celui du Croissant et celui de l’Amphitrite, distants d’environ 70 kilomètres (37,7 milles marins) l’un de l’autre. La plupart sont des bancs de sable incultes ; les autres sont formées de rochers ; huit sont réellement des îles49.

  • 50 Ibid.

60Le Croissant, dénommé ainsi à cause de sa forme, comprend une dizaine d’îles et d’îlots comme l’île Pattle (0,3 kilomètre carré) flanquée au nord-est et à l’est par le banc des Observations ; au sudest par les îles Drumon (0,41 kilomètre carré) et Duncan (0,48 kilomètres carré) ; au sud-ouest par les îles Money (0,5 kilomètre carré) et Robert (0,32 kilomètres carré) et, plus au sud, l’île Triton50.

61L’Amphitrite comprend l’île Boisée, la plus grande (3,7 kilomètres de long, 2,2 kilomètres de large), et, à une dizaine de kilomètres au nord, les îles de l’Arbre, du Milieu, du Nord, du Sud et l’île Rocheuse.

62Les récifs environnants (Vuladore, de la Découverte, du Nord, de Bombay) sont des formations coralliennes dont les lagons sont à l’abri de la houle.

63En dehors des garnisons qui y ont été envoyées à des époques différentes pour des raisons diplomatiques ou militaires, les îles Paracels ne possèdent pas de population fixe.

64D’un point de vue économique, le pétrole mis à part, les ressources de l’archipel sont assez restreintes. On y trouve cependant des ressources halieutiques intéressantes sur les hauts fonds, du phosphate (dans l’île Boisée) et du guano.

65Ces îles et récifs constituent un danger permanent pour les grandes lignes de navigation qui passent à proximité (Singapour-Hongkong et Haiphong-Manille) à cause de la présence sur une vaste étendue de nombreux bancs et hauts fonds. D’un autre côté, la position particulière de l’archipel à proximité de ces deux importantes routes maritimes lui permet sinon de les contrôler, tout au moins de les surveiller.

66L’intérêt purement militaire de l’archipel est assez limité. La guerre du Pacifique l’a démontré : les Japonais ont été dans l’impossibilité d’y établir des bases navales ou aériennes.

  • 51 Ibid.

67Cependant, sa position à quelque 350 kilomètres (189 milles marins) des côtes d’Annam lui confère un intérêt certain du point de vue indochinois. Les lagons de ses atolls peuvent offrir des plans d’amerrissage pour hydravions, mais seulement à certaines époques de l’année, car s’ils sont protégés de la houle, ils ne le sont pas des vents. Enfin, c’est un emplacement d’un très grand intérêt au point de vue météorologique : détection et surveillance de la marche des typhons en particulier51.

Aspect géographique des Spratleys

  • 52 Cet archipel était traditionnellement nommé l’île de la Tempête, selon les sources du ministère de (...)
  • 53 P. Howlett Martin, « Mer de Chine : le problème de délimitation du plateau continental », PPS No 1 (...)
  • 54 MVAE, Livre blanc : Les archipels Hoang Sa (Paracels) et Truong Sa (Spratlys) et le droit internat (...)
  • 55 Eric Denécé, Géostratégie de la mer de Chine méridionale et des bassins maritimes adjacents, op. c (...)

68Il s’agit d’îlots presque entièrement déserts, découverts par les Anglais, qui les avaient appelés Spratly Islands52. L’archipel des Spratleys se situe au centre de la mer de Chine méridionale entre le 111e et le 117e degré de longitude Est et du 6,5 au 12e degré de latitude Nord, englobant une centaine d’îles, récifs et bancs sur une étendue d’environ 180 000 kilomètres carrés. Il mesure 800 kilomètres (432 milles marins) de l’ouest à l’est et 600 kilomètres (342 milles marins) du nord au sud, en traversant le bassin sédimentaire de la mer de Chine méridionale, qui comprend dans sa partie sud-est le plateau de Sabah, de Sarawak et de Brunei, réputé renfermer des réserves de pétrole53. L’archipel se trouve à environ 250 milles marins de Cam Ranh (Vietnam) et à environ 522 milles marins du Yulin (Haïnan, Chine54). Seules une quinzaine d’îles sont habitables, disposent de végétation et de ressources en eau, le plus souvent très réduites. On peut schématiquement proposer quatre axes dans la répartition géographique des îles de l’archipel. Ils s’étendent respectivement en direction du nord, du sud, du nord-est et de l’ouest55.

69Sur certaines îles, on trouve de la végétation et de l’eau douce mais la quasi-totalité des îles, îlots, récifs et bancs est dépourvue de végétation et uniquement couverte de sable et de guano. Cela explique pourquoi toutes les îles sont restées inhabitées jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cet archipel, fréquenté et temporairement habité par des pêcheurs de diverses nationalités, est à peu près dépourvu de valeur économique. Le développement de l’aéronautique lui a conféré cependant un intérêt stratégique.

70Les ressources économiques de cet archipel peuvent être classées comme suit :

  • 56 P. Chevey, « Rapport sur le fonctionnement de l’Institut océanographique de l’Indochine pendant l’ (...)
  • 57 Nguyen Hong Thao, Le Vietnam et ses différends maritimes dans la mer de Bien Dong (mer de Chine mé (...)

71D’abord, le phosphate. Les Spratleys sont constituées en surface d’un terreau phosphaté56. Le guano des oiseaux apporte au sol, constitué de carbonate de chaux (de nature corallienne), de l’acide phosphorique dont les conditions climatiques humides permettent la transformation en un phosphate d’exploitation rentable57.

72Ensuite, le poisson. La ressource halieutique offerte par l’archipel est considérable.

73Enfin, il faut signaler l’existence éventuelle de pétrole offshore. Plusieurs sources abordent ce problème mais aucune n’évalue de façon précise la réserve totale d’hydrocarbure.

74Du point de vue stratégique et économique, par leur position au centre de la mer, ces îles font office de bases idéales pour le contrôle de toute la mer de Chine méridionale.

***

75En résumé, les deux archipels des Paracels et des Spratleys jouent un rôle très important pour la Chine et le Vietnam, tant en termes économiques qu’en termes de défense nationale. C’est pourquoi le conflit de souveraineté sur ces deux archipels est voué à rester sensible, voire toujours tendu et apparemment sans issue.

Notes

1 J.-B. Duroselle, « Les frontières. Vision historique », Relations Internationales, no 63, automne 1990, p. 232.

2 Charles Rousseau, Droit international public, Paris, Sirey, 1953, p. 307-312, cité par J.-B. Duroselle, article cité, p. 230.

3 Ibid.

4 Y. Lacoste, « Typologie géopolitique », in Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), Problèmes de frontières dans le Tiers-monde, Paris, Pluriel-débat/L’Harmattan, 1982, p. 9.

5 J.-B. Duroselle, « Les frontières. Vision historique », Relations Internationales, no 63, automne 1990, p. 238.

6 Georges Condominas, L’espace social : à propos de l’Asie du Sud-Est, Paris, Flammation, 1980, notamment p. 11-94.

7 Y. Lacoste, op. cit., p. 9-16.

8 Ibid.

9 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, documentation réservée à usage strictement militaire, p. 45.

10 J.-B. Duroselle, op. cit., p. 230.

11 Grande Muraille, fortification le long des frontières nord et nord-ouest de la Chine. Les premiers tronçons furent construits par les souverains du Chunqiu-Zhanguo (800-400 av. J.-C.), afin de se protéger des peuples du Nord, en particulier des Xiongnu, tribus apparentées aux Huns. La majeure partie de l’édifice fut toutefois érigée sous le règne de Shi Huangdi, premier empereur de la dynastie Qin, qui redoutait également les expéditions menées par les peuples nomades du Nord. La construction de la muraille prit de l’ampleur vers 221 av. J.-C., après que Shi Huangdi eut unifié la Chine, et fut complète vers 204 av. J.-C. Les Han (206 av. J.-C.), puis les Sui (589-618) reprirent l’entreprise. La dynastie des Ming (1368-1644) contribua à son étendue et à sa consolidation. La fortification atteignit finalement une longueur de 6700 km.

12 Michel Foucher, L’Invention des frontières, Paris, Fondation pour les études de défense nationale, 1986. Voir aussi J.-B. Duroselle, op. cit., p. 230-231 ; Valérie de Poulpiquet, Le territoire chinois, LGDJ, « Bibliothèque constitutionnelle et de science politique, » tome 88, p. 16-17.

13 J.-B. Durosselle, op. cit., p. 230.

14 Selon les sources vietnamiennes, dans son histoire, le Vietnam aura dû faire face à douze guerres d’agression sur une grande échelle de la part de la Chine. Source : MVAE, Comité des frontières, documents de recherche, « La frontière terrestre vietnamo-chinoise », Hanoi, 2001, p. 198.

15 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, documentation réservée à usage strictement militaire, p. 45. Ce document note que les Français « trouvent encore en Chine du Sud comme en haute-région tonkinoise des tribus semi-nomades réfractaires à la vie agricole sédentaire de type chinois ».

16 MFAE, Mémoires et documents, Asie, Indochine, volume 60, procès-verbal de la délégation française, no 1, séance du 12 janvier 1886, « L’argument de la délégation chinoise sur le problème de délimitation frontalière »

17 MVAE, Comité des frontières, « Cours de perfectionnement du bornage de la frontière terrestre sino-vietnamienne », Hanoi, janvier 2002, p. 9

18 J.-B. Duroselle, « Les frontières. Vision historique », op. cit., p. 236.

19 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, Étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, op. cit., p. 39.

20 MVAE, Comité des frontières, cours de perfectionnement du bornage de la frontière terrestre sino-vietnamienne, op. cit., p. 25.

21 François Joyaux, Géopolitique de l’Extrême-Orient. Tome 1 : Espaces et politiques, Bruxelles, Complexe, « Questions au xxe siècle », 1991, p. 159-161. Voir également Jean-François Dufour, Géopolitique de la Chine, éditions Complexe, 1999, p. 16.

22 Jacques Gernet, Le Monde chinois, Paris, Armand Colin, 1972, p. 287.

23 François Joyaux, op. cit., p. 161.

24 À vrai dire on peut trouver des longueurs différentes, tenant à la phase d’utilisation ou au développement plus ou moins complexe des sinuosités frontalières selon les documents. On relève ainsi 1 350 km dans MVAE, Comité des frontières, cours de perfectionnement d’experts du bornage de la frontière vietnamo-chinoise, op. cit., p. 25, ou encore, d’après des cartes retenues des deux côtés pour le bornage, 1306 km.

25 Ibid. p. 77.

26 Ibid.

27 Cette porte a de multiples dénominations : porte de Namquan, porte de Chine de Namquan, porte de l’Amitié, Huu Nghi Quan ou Cua khau Huu Nghi (en vietnamien). Nous utilisons le nom le plus répandu.

28 MVAE, Comité des frontières, document de recherche, « La frontière terrestre vietnamo-chinoise », p. 197.

29 MVD, statistique démographique, document de recherche sur le problème de la frontière vietnamo-chinoise, Hanoi, 2002, p. 7. Voir aussi : MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, p. 4

30 Ibid., p. 9-11.

31 MFD, SHAT, état-major de l’armée de terre, volume 10T686, renseignements généraux sur la Chine, p. 4.

32 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, notice de renseignements sur les frontières nord-orientales sino-tonkinoises, février 1949, p. 2.

33 MFD, SHAT, dossier 10T869, Chine, étude documentaire sur la frontière sino-indochinoise, 4/1949, p. 45.

34 MFD, SHAT, 10T869, commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine, état-major interarmées et des forces terrestres, deuxième bureau, subdivisions administratives du Kwangsi et du Yunnan, mars 1953, p. 2.

35 Vietnam. La terre et les hommes, Éditions Thê Gioi, 2000.

36 Les Vietnamiens dénomment depuis longtemps Bien Dong la mer que les cartes publiées en Occident appellent mer de Chine méridionale. D’autres appellations ont cours : mer de l’Est, mer de Giao Chi (Giao chi duong), mer du Sud (Nanhai). Ici nous utilisons « mer de Chine méridionale » ou « mer de Chine du Sud », dénominations courantes dans les terminologies internationales, sans aucun préjugé de souveraineté ; cité par Nguyen Hong Thao, Le Vietnam et ses différends maritimes dans la mer de Bien Dong (mer de Chine méridionale), A. Pedone, Paris, 2004, p. 10.

37 Un mille marin égale 1, 852 kilomètre.

38 Hervé Couteau-Bégarie emploie d’expression de « Méditerranée d’Extrême– Orient » in Géostratégie du Pacifique, Paris, Economica, 1987, p. 223. Voir aussi : Le Thanh Khoi, Le Vietnam. Histoire et Civilisation, éditions de Minuit, 1955, p. 160. ; Yves Lacoste, « Mer de Chine ou mer de l’Asie du Sud-Est ? », « Hérodote », 2e trimestre, Paris 1981, p. 8-13.

39 Nguyen Hong Thao, Le Vietnam et ses différends maritimes dans la mer de Bien Dong (mer de Chine méridionale), A. Pedone, Paris, 2004, p. 18.

40 Ocean Yearbook 2, The University of Chicago Press, edited by E. Mann Borgese and N. Ginsburg, 1980, tab. 21 “Marine jurisdictional claims by country”, p. 690-694.

41 Nguyen Hong Thao, op. cit. Les chiffres sont ceux (année 2000) du Comité vietnamien des frontières.

42 Pour plus de détails, voir Nguyen Hong Thao, op. cit., p. 10-12.

43 Way Lin, The territorial sea Law of Chine, Rapport fait à Séoul le 15 juillet 1993 dans le cadre d’un colloque sur le thème “Post-cold war Era and SLOC security in Asia-Pacific”, organisé par SLOC Study Group-Korea.

44 Luu Ty, « Bao cao ve dia mao vinh Bac Bo » (« Rapport sur la géomorphologie du golfe du Tonkin »), document dactylographié., Hanoi, 1974.

45 J. R. Morgan and M. J. Valencia, Atlas for Marine Policy in the Southeast Asian Seas, EWC, Hawaii, The University of California Press, 1985, p. 115.

46 Sun Shangzhi, “Study on the Comprehensive and Coordinated Development of China’s Beibu Gulf Rim”, Beijing, Metorogical Press, 1977, p. 10.

47 Pour la dénomination des Paracels et des Spratleys dans les différentes langues, voir notamment la partie « annexe » de Eric Denécé, Géostratégie de la mer de Chine méridionale et des bassins maritimes adjacents, Paris, L’Harmattan, « Recherches asiatiques », 1999.

48 Antunes, « Géopolitique du conflit et du contentieux frontalier sino-vietnamien relatif aux archipels Paracels et Spratleys en mer de Chine méridionale », mémoire, Paris VII, 1990, p. 15. Voir aussi : Republic of Vietnam, Ministry of Foreign Affairs, White paper on the Hoang Sa (Paracel) et Truong Sa (Spratly) islands, Saigon, 1974, p. 13.

49 MFD, SHAT, série 10H3342, ministère de la Guerre, état-major de l’Armée, note du service juridique du 6 septembre 1946. Voir aussi : Nguyen Hong Thao, Le Vietnam et ses différends maritimes dans la mer de Bien Dong (mer de Chine méridionale), op. cit., p. 15.

50 Ibid.

51 Ibid.

52 Cet archipel était traditionnellement nommé l’île de la Tempête, selon les sources du ministère des Affaires étrangères (MFAE), Asie-Océanie (1944-1955), Chine, volume 213, « les îles Spratley ».

53 P. Howlett Martin, « Mer de Chine : le problème de délimitation du plateau continental », PPS No 188, 3 au 10 août 1973, la Documentation française, p. 8, cité par Nguyen Hong Thao, op. cit., p. 16.

54 MVAE, Livre blanc : Les archipels Hoang Sa (Paracels) et Truong Sa (Spratlys) et le droit international, Hanoi, 1988, p. 32. Voir aussi Charles Rousseau, « Chronique des faits internationaux », in Revue générale de droit international public (RGDIP), 1972, tome 76, p. 827.

55 Eric Denécé, Géostratégie de la mer de Chine méridionale et des bassins maritimes adjacents, op. cit., p. 65.

56 P. Chevey, « Rapport sur le fonctionnement de l’Institut océanographique de l’Indochine pendant l’année 1932-1933 », Saigon, 1934, p. 9.

57 Nguyen Hong Thao, Le Vietnam et ses différends maritimes dans la mer de Bien Dong (mer de Chine méridionale), op. cit., p. 16.

Table des illustrations

Légende Carte 1. La frontière terrestre sino-vietnamienne
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Carte 2. La mer de Chine méridionale
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/1374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search