Version classiqueVersion mobile

Les conflits frontaliers sino-vietnamiens

 | 
Thi Hanh Nguyen

Introduction

Texte intégral

  • 1 À ne pas confondre avec la mer de Chine orientale dont sont riverains la Chine, la Corée du Sud, T (...)

1Pays voisins en Asie, le Vietnam et la Chine ont des frontières terrestres et maritimes communes. Ils se partagent une frontière terrestre de plus de 1 440 kilomètres qui se déploie sur une région montagneuse au nord du Vietnam et au sud-ouest de la Chine. S’agissant de l’espace maritime, les deux pays sont riverains de la mer de Chine du Sud (ou mer de Chine méridionale, dite encore mer de l’Est par les Vietnamiens1) et se partagent le golfe du Tonkin ainsi que les archipels des Paracels et des Spratleys.

2Le conflit territorial et frontalier est récurrent dans les relations sino-vietnamiennes. Un facteur de complexité supplémentaire tient à la réalité passée mais marquante des ingérences française, japonaise puis américaine. Mais, bien que l’on sache depuis longtemps que le Vietnam et la Chine trouvent toujours à se disputer sur la question frontalière, celle-ci n’a encore jamais fait l’objet de recherches approfondies.

3Toute nation, dès sa naissance, donne à la délimitation de ses frontières une dimension existentielle ; c’est par la position des frontières qu’on s’affirme, à ses propres yeux comme face aux autres. La frontière est celle qu’on a voulue, ou celle que l’histoire a permise, ou imposée. Mais elle a un rôle, une utilité pratique incontestable : elle délimite les territoires respectifs, elle bome et contient, différencie un chez moi et un chez vous. La frontière sino-vietnamienne, bien évidemment, ne fait pas exception à la règle. Mais sa fonction de délimitation géographique claire, celle qu’on visualise d’emblée dans les atlas, est largement tributaire d’une sorte de vocation historique à témoigner des évolutions du rapport, pourvu d’une certaine essence mais jamais figé, entre deux nations précises, le Vietnam et la Chine ; un rapport pris dans un jeu d’acteurs multiples faisant de la frontière entre ces deux pays le reflet certes de leurs relations bilatérales, mais aussi des relations régionales et internationales. La question frontalière sino-vietnamienne présente éminemment ces divers aspects. Elle reflète entièrement et franchement, pour autant qu’on puisse les décrypter, à la fois les traits propres des relations sino-vietnamiennes et l’impact fluctuant des influences régionales et internationales sur ces relations. Elle exerce une causalité historique propre tout comme elle inscrit dans la géographie, de façon plus ou moins directe ou biaisée, les effets de relations bilatérales très complexes et mouvementées, tantôt très amicales, tantôt très hostiles.

4Ce clair reflet de l’état des relations sino-vietnamiennes, la question frontalière terrestre le fournit davantage, concrètement et au fil du temps, que la question maritime. Outre la plus grande nécessité, évidence et présence aux yeux de tous d’une frontière terrestre que d’un partage du territoire fluctuant des ondes, c’est aussi une affaire d’inscription dans le temps long : la frontière terrestre sino-vietnamienne fut établie officiellement très tôt, dès le xe siècle, avec l’obtention de l’indépendance du pays Viet. Chacune des dynasties vietnamiennes s’efforça ultérieurement de préciser cette frontière, de l’inscrire dans les faits : ce fut l’enjeu constant d’une affirmation de souveraineté territoriale, et même, dira-t-on, nationale : la formalisation de cette frontière aura été l’un des éléments créateurs de l’identité Viet. Cependant, il fallut attendre la conquête française et l’implantation coloniale au Tonkin pour voir apparaître une ligne frontalière « définitive ».

5Le 6 juin 1884, par la signature du traité de Hué dit traité Patenôtre (nom de son négociateur français, le diplomate Jules Patenôtre, voir en annexe) entre la France et la cour de Hué, le Vietnam (plus exactement l’Annam et le Tonkin, la Cochinchine, au sud, ayant été annexée par la France en 1862) se vit imposer le régime du protectorat. Dès lors, pour quelques décennies, le pays allait vivre sous l’autorité de la France, dont le but était d’être bien présente dans le jeu occidental en Asie, face notamment à la Grande-Bretagne, l’éternelle concurrente, et d’imposer sa voix dans le partage d’influence imposé à la Chine. S’agissant du Vietnam lui-même, la France, quand elle y réfléchissait, envisageait sa présence comme pérenne, dans la double perspective — assez illusoire ! — de l’exploitation à grande échelle d’un pays riche et de l’assujettissement d’une population qui ne manquerait pas d’être reconnaissante de son inclusion dans le grand projet civilisationnel de la République française…

6Mais la réalité est dure. En dépit de la signature du traité, la France peina jusqu’à 1896 à asseoir son pouvoir sur le riche Tonkin (qu’elle détacha rapidement de l’Annam, réduit à la partie centrale du pays, en en faisant un protectorat à part) du fait de la situation troublée de la haute-région (partie montagneuse du Tonkin) : outre des activités de guérilla, liées à la présence de soldats réguliers et d’irréguliers chinois nombreux et bien armés, outre l’inefficacité du contrôle exercé par le pouvoir central de l’Annam imposant la nécessité d’une mainmise administrative directe et pesante de la part de la France, ce qui jouait un rôle délétère, surtout aux yeux d’un colonisateur cartésien, c’était le caractère vague — aussi vague qu’ancien — de la ligne frontière sino-tonkinoise.

7S’il importait à la France de mener à bien le plus vite possible son processus d’occupation du Tonkin et d’y imposer son protectorat, c’est qu’il fallait faire preuve de force, le contrôle du fleuve Rouge lui étant indispensable dans le cadre de ses relations globales avec la Chine. Celle-ci ne pouvait admettre sincèrement l’établissement d’un tel protectorat français au Tonkin. Considérant toujours — malgré une reconnaissance formelle du traité de Hué en 1884 — l’Annam comme son vassal, elle entendait bien, au nom de ces droits de suzeraineté, obtenir le retrait des troupes françaises, et elle s’employa à troubler concrètement les activités françaises au Tonkin. Les opérations des troupes expéditionnaires françaises n’eurent rien d’aisé ; il y eut même des heures franchement difficiles (bataille du col de Zhennan et retraite de Lạng Sõn).

8Cependant, les succès de la guerre que la France déclencha sur terre et surtout sur mer (avec le combat naval de Fou Tchéou en 1884) amenèrent la Chine à signer le traité de Tientsin du 9 juin 1885. Ce traité mit fin à la guerre franco-chinoise entamée en 1881 ; il stipulait le retrait des troupes régulières chinoises au Tonkin, et, au-delà, affichait aux yeux du monde la reconnaissance par la Chine de la mainmise française sur le Vietnam.

  • 2 MFAE, Mémoires et documents, Asie, Indochine, volume 60, procès-verbal de la délégation française, (...)

9Ces circonstances ne pouvaient être sans conséquences pour la frontière sino-tonkinoise. Résumons : la Chine, bien qu’elle n’eût jamais officiellement perdu sa souveraineté et n’ait pas été colonisée, eut à subir de fortes contraintes exercées par les grandes puissances occidentales : concessions territoriales, avantages commerciaux, etc. Son plus grand souci dans ce temps-là était de sauvegarder sa souveraineté et ses intérêts économiques. La présence française au Tonkin créait un risque pour ces deux objectifs dans une situation où la frontière entre les deux pays était assez floue et non reconnue internationalement. Se trouvant dans une situation défensive, la Chine avait besoin d’avoir une frontière bien définie pour se protéger, quitte, cette sécurité apportée, à ne pas s’interdire de faire entrave localement à la présence française par des moyens détournés : « Lorsque l’Annam dépendait de la Chine, nous n’avions pas besoin d’avoir de frontière de ce côté, mais aujourd’hui qu’il dépend de la France, nous avons besoin d’en avoir une2. »

10Quant à la France, en situation offensive, l’occupation du Vietnam était considérée par elle comme une étape très importante dans le déploiement de son offensive politico-économique sur la Chine. Par conséquent, la France avait intérêt à mettre en avant la question de la délimitation de la frontière sino-vietnamienne dans deux buts : contraindre la Chine à renoncer officiellement à son influence sur le Vietnam ; se placer en position de force dans ses discussions commerciales avec la Chine.

11Les deux pays, non sans arrière-pensées, avaient donc intérêt sinon à « couler dans le bronze », tout au moins à fixer clairement la délimitation de la frontière entre la Chine et le Tonkin.

  • 3 Article 3 du « Traité de paix, d’amitié et de commerce signé à Tien-Tsin entre la France et la Chi (...)

12L’article 3 du traité de Tientsin précisait : « Dans un délai de six mois, les commissionnaires se rendront sur les lieux pour reconnaître la frontière entre la Chine et le Tonkin. Ils poseront, partout où besoin sera, des bornes destinées à rendre apparente la ligne de démarcation. Dans le cas où ils ne pourraient se mettre d’accord sur l’emplacement de ces bornes ou sur les rectifications de détail qu’il pourrait y avoir lieu d’apporter à la frontière actuelle du Tonkin, dans l’intérêt commun des deux pays, ils en référeraient à leur gouvernement respectif3. »

***

13Ces termes étaient clairs, mais semble-t-il, insuffisants par rapport au travail à réaliser. L’affaire n’allait pas être si simple et c’est par son examen que s’ouvrira la présente étude : comment le processus de délimitation frontalière sino-tonkinoise entre la France et la Chine se déroula-t-il ? Avec quels résultats ? Que révèle le traitement de cette question frontalière à l’époque coloniale, entre deux puissances majeures (cas de figure sans doute unique), la France et la Chine, se trouvant à des moments parfaitement différents de leur histoire à chacune, l’une avançant ses pions à la face du monde dans une aventure qui se voulait définitive mais ne dura qu’une seconde à l’échelle de l’histoire — mais une seconde dont l’influence est loin de s’être complètement éteinte — l’autre en situation de résistance à ses démons internes et aux pressions extérieures mais cherchant déjà la voie d’une renaissance qui allait en refaire en quelques décennies la puissance majeure, avec les États-Unis, de la planète ? Entre les deux, une nation, le Vietnam, dont l’existence et la singularité ancestrales ne prêtaient en rien à contestation, mais dont la pleine autonomie étatique et l’unité allaient paradoxalement être le résultat le plus tangible et éclatant de ce processus historique que la dénégation coloniale de ses droits élémentaires avait rendu nécessaire.

  • 4 Étienne Hirsch, « Tensions en mer de Chine méridionale », in Les relations internationales en Asie (...)
  • 5 Chen Jie, « China’s Spratly policy… », Asian Survey, volume 34, no 10, oct. 1994, p. 893. Cité par (...)

14Nous l’avons rappelé d’emblée, la frontière sino-vietnamienne n’est pas qu’une ligne délimitant les deux territoires, c’est bien davantage le reflet en quelque sorte vivant des relations entre les deux pays. L’histoire des relations sino-vietnamiennes change sans cesse, et ses changements influencent directement la question de frontière. Fruit de la colonisation dans son dernier avatar, cette frontière ne pouvait manquer de tout de suite redevenir un objet de discussion entre les deux pays sitôt le rideau tombé sur l’époque coloniale. D’autant que, comme le rappelait Étienne Hirsch4, la Chine n’est pas une puissance de statu quo : pour elle, le rejet de l’ordre géopolitique imposé par les puissances occidentales et la revendication d’un rôle accru sur la scène internationale allaient de soi ; la Chine communiste, dès sa naissance en 1949, considérant tous les traités signés avec les puissances comme « inégaux » chercha à les remplacer par des traités « égaux5 ».

15La fin de l’époque coloniale laissa donc face-à-face une puissance entendant bien récupérer toute son importance, la Chine, et un État nouveau, l’État vietnamien, incarné par la République démocratique du Vietnam, encore en attente de la pleine récupération de l’indépendance et de l’unité du pays. La question de la frontière sino-vietnamienne — au-delà de sa permanence historique et de son aspect de baromètre de la relation entre les deux pays, qui en soi prenait un cours nouveau, chacun se relançant à sa manière et sous la fausse apparence de choix idéologiques semblables —, prit un caractère particulièrement complexe et mouvementé du fait de la prégnance temporaire de facteurs extérieurs supplémentaires. Les relations entre les deux États furent très amicales dans les années 1950-1960 quand les deux côtés avaient un but commun, faire pièce aux Américains, et quand les relations tripartites sino-vietnamo-soviétiques étaient étroites. Mais cela changea très vite. Les relations sino-vietnamiennes devinrent hostiles dans les années 1970-1980. La victoire du Nord-Vietnam en 1975 changea totalement la situation du pays, qui désormais, son but atteint, n’avait plus besoin de l’aide extérieure pour être lui-même et entendait bien persévérer dans la voie de son affirmation nationale. Ces prémices dans le surgissement inédit d’un Vietnam fort ne pouvaient que changer le ton des relations entre celui-ci et la Chine, et la rupture des relations tripartites sino-vietnamo-soviétiques en occasionna le basculement dans une conflictualité radicale.

16À partir de 1989, les relations sino-vietnamiennes prirent toutefois un nouveau cours et se rétablirent pas à pas. La normalisation entre les deux pays, en 1991, marqua un tournant. Les deux côtés commencèrent à régler des questions pendantes depuis longtemps. La question frontalière ne resta naturellement pas en dehors.

17Après l’examen de ce qui se passa à l’époque coloniale, c’est donc à cette deuxième série de questions que se consacrera cette étude : comment les conflits frontaliers entre la Chine et le Vietnam se déroulèrent-ils à l’époque postcoloniale ? À quel règlement de leur conflit frontalier terrestre les deux pays sont-ils parvenus ?

18Vient ensuite ce qui ce qui concerne le problème spécifique de la frontière maritime : le Vietnam et la Chine se trouvent face aux deux problématiques du golfe du Tonkin, et des îles Paracels et Spratleys dans la mer de Chine méridionale.

19Situé au nord-ouest de la mer de Chine méridionale, le golfe du Tonkin est limité de part et d’autre par les territoires du nord du Vietnam et du sud de la Chine ; il est pour ainsi dire un objet de dispute placé par la nature entre les deux pays. En fait, considéré comme une zone limitrophe de la province du Guangdong, ce golfe fut traité une première fois par la France et la Chine dans le processus de délimitation frontalière. Cependant, les termes de ce règlement provoquèrent ultérieurement l’apparition de crispations entre la Chine et le Vietnam. Le problème gagna en importance à partir des années 1970, quand on prit la mesure des ressources offertes par la pêche et que l’on trouva du pétrole dans ce golfe. Les divergences quant au partage de l’exploitation de ces ressources apparurent vite, incitant les deux côtés à chercher un règlement. Comment cela se passa-t-il, et avec quel résultat ?

20La dernière question qui sera abordée est celle de du conflit de souveraineté sur les Paracels et sur les Spratleys. La question, là aussi, fut au menu des tensions récurrentes et discussions frontalières entre la France et la Chine dans les diverses phases de l’époque coloniale et, là aussi, connut des rebondissements ensuite entre la Chine et le Vietnam. Situés au centre de la mer de Chine méridionale, ces archipels ont une position très importante d’un point vue stratégique et économique : disséminées en travers ou aux abords des principales voies maritimes entre l’océan Pacifique et l’océan Indien, leurs îles sont une base idéale pour le contrôle de toute la mer de Chine méridionale. De plus, elles possèdent des richesses naturelles significatives : ressources halieutiques, pétrole, gaz. Nous retracerons l’histoire des complexes conflits de souveraineté occasionnés par ces deux archipels sans émettre, ici comme ailleurs, de jugement sur l’appartenance légitime de ces îles ni sur le caractère satisfaisant ou non, définitif ou non des derniers accords obtenus.

***

21Pour de telles recherches, la question des sources est le point capital. L’idéal, pour une vue plus riche, plus complète, aurait été de pouvoir consulter trois registres de sources : françaises, chinoises et vietnamiennes. Or, nous n’avons pu utiliser que les archives françaises et vietnamiennes, n’étant malheureusement pas en mesure de nous reporter directement aux archives chinoises. Les documents officiels chinois, les ouvrages chinois que nous avons étudiés proviennent de traductions vietnamiennes, françaises et anglaises.

22Ce travail s’appuie essentiellement sur les recherches opérées aux archives du ministère des Affaires étrangères au Quai d’Orsay, aux archives militaires de Vincennes, aux archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence et aux centres no 1 et no 3 des archives nationales du Vietnam. Toute archive nécessite une approche critique, une confrontation avec d’autres archives, nécessite d’être replacée dans son contexte historique. Une telle méthode est une garantie d’objectivité. En raison de la limite de délai d’ouverture des archives, j’ai dû — et pu — consulter plusieurs documents par dérogation.

23L’utilisation fouillée des archives françaises et vietnamiennes contribuera sans doute à faire l’originalité du présent travail par rapport à ce qui a été déjà publié sur le sujet. Nous nous sommes en tout cas efforcée de tirer le meilleur parti des documents officiels publiés, des ouvrages relatifs à ces problèmes et des documents de presse.

24Fondée ainsi sur la critique historique des sources et l’analyse des documents, nous espérons que cette étude apportera un éclairage d’ensemble sur le conflit frontalier sino-vietnamien dans l’histoire contemporaine, sans prétendre donner une analyse définitive de questions qui ne manqueront pas de connaître, à l’avenir, d’autres péripéties. Nous serons satisfaite si, confrontés à l’actualité, les témoins de nouveaux événements trouvent ici de quoi se rappeler l’ancienneté et l’épaisseur historique de cette problématique frontalière, dont les déterminants anciens ou plus récents continueront vraisemblablement d’agir longtemps, de façon sous-jacente.

25Notre exposé suivra l’ordre chronologique, de 1885 à nos jours.

Notes

1 À ne pas confondre avec la mer de Chine orientale dont sont riverains la Chine, la Corée du Sud, Taiwan et le Japon.

2 MFAE, Mémoires et documents, Asie, Indochine, volume 60, procès-verbal de la délégation française, no 1, séance du 12 janvier 1886, « L’argument de la délégation chinoise sur le problème de délimitation frontalière. »

3 Article 3 du « Traité de paix, d’amitié et de commerce signé à Tien-Tsin entre la France et la Chine, le 9 juin 1885 », Journal officiel, 27 janvier 1886.

4 Étienne Hirsch, « Tensions en mer de Chine méridionale », in Les relations internationales en Asie-Pacifique, sous la direction de Serge Bésanger et Guy Schulders, Roissy, Alban Éditions, 1998, p. 119.

5 Chen Jie, « China’s Spratly policy… », Asian Survey, volume 34, no 10, oct. 1994, p. 893. Cité par Étienne Hirsch, op. cit, p. 120.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search