Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Troisième partie. Situer un programme : Brentano et son école dans l'histoire de la psychologie scientifique

15. L’importance de Prague

Sur les rapports entre la phénoménologie et la physiologie à partir de Brentano

Fiorenza Toccafondi

Texte intégral

  • 1 Brentano, F. 1895, Meine letzen Wünsche für Österreich, Stuttgart, Cotta, p. 34.
  • 2 Cf. Brentano, F. 1982, Deskriptive Psychologie, hrsg. von R. M. Chisholm und W. Baumgartner, Hambu (...)

1Il est un fait bien connu que, dans sa Psychologie vom empirischen Standpunkt de 1874, Brentano affronte le problème épineux du rapport entre psychologie empirique et physiologie. En proposant une solution de continuité entre les deux, il s’oppose ainsi d’emblée à toute forme de subordination de l’une vis-à-vis de l’autre. Il confère à la première le devoir d’identifier le statut des phénomènes psychiques, d’en fournir une description et un classement, ainsi qu’une analyse de leurs lois de structuration. La vérification de ce qui a alors été établi et l’étude des mécanismes sous-jacents à la vie psychique sont ensuite confiées à la seconde. En retravaillant ce modèle général dans ses leçons viennoises de la fin des années 1880, Brentano parlera de « psychologie génétique » pour se référer au champ des études physiologiques et emploiera le terme de « psychognosie »1 pour se référer à la psychologie empirique qu’il nommera également « psychologie descriptive » ou encore « phénoménologie »2. Je crois qu’il n’est pas sans intérêt d’interroger la postérité de ces indications apportées par Brentano lui-même et d’approfondir la solution de continuité qu’il propose.

2Certes, il s’agit sans aucun doute d’un aspect de la pensée de Brentano qui reste parmi les moins explorés en comparaison de la perspective développée à partir du concept bien connu d’intentionnalité. Pour le thème qui nous intéresse, on prend habituellement acte du fait que Brentano se prononça en faveur d’un raccord entre phénoménologie et physiologie, mais on se limite ensuite au simple constat que celui-ci ne fut ni un psychologue expérimental, ni un physiologiste. Ce qui revient, en d’autres termes, à dire que sa perspective fut trop théorique pour pouvoir être mise en pratique. Toutefois, parmi ses élèves, certains cherchèrent à donner de la consistance aux indications qu’il avait fournies et tentèrent de les sortir de leur confinement théorique et spéculatif. Je pense en particulier à Carl Stumpf et au contexte plus général de l’Université de Prague dont l’environnement riche et stimulant lui a certainement permis de développer les indications brentaniennes tout comme ce même contexte avait permis de fixer un cadre précis à certains grands débats du XIXe et XXe siècles comme celui portant sur la perception chromatique.

  • 3 Mach et Hering quittèrent l’université de Prague en 1895, un an avant l’arrivée de von Ehrenfels, (...)
  • 4 Stumpf, C. 1906a, Erscheinungen und psychische Funktionen, Abhandlungen der Königlichen Preussisch (...)

3Après les années d’enseignement à Würzburg – grâce à la chaire devenue vacante en 1873 par la nomination de Brentano à Vienne –, Stumpf arrive à Prague en 1879 et y reste jusqu’en 1884, date à laquelle il est nommé à Halle. Au fil des années, l’université de Prague va se caractériser par la présence accrue de représentants de l’école brentanienne. En effet, un an après la nomination de Stumpf, c’est au tour d’Anton Marty d’être promu à Prague pour un poste qu’il occupera pendant trente-quatre ans. En 1896, quelques temps donc après le départ de Stumpf pour Halle, un autre élève important de Brentano rejoint la capitale tchèque, Christian Von Ehrenfels, déjà connu pour avoir publié, six ans plus tôt, le célèbre Über Gestaltqualitäten (1890). Remarquons au passage que Max Wertheimer, inscrit à l’Université de Prague en 1898 et futur représentant de l’école de la Gestalt de Berlin, fut un de ses élèves et fréquenta par ailleurs à la même période le laboratoire de physiologie d’une autre figure de premier plan de l’université tchèque, Ewald Hering. Quand Stumpf arrive à Prague, Ernst Mach est alors le président de l’université et représente, avec Hering, l’autre figure de tout premier plan du panorama universitaire3. Même si Mach et Hering n’avaient aucun lien direct avec l’école brentanienne, le rapport de Stumpf avec chacun de ses deux collègues à Prague est de première importance pour mieux appréhender sa conception de la phénoménologie qu’il formulera à Berlin en 1906 dans deux écrits décisifs4. De ce point de vue, comme nous le verrons, c’est en premier lieu la figure de Hering qui se révèle, de toute évidence, fondamentale. Celle de Mach, certes influente à de nombreux niveaux sur la culture de cette période, semble exercer une influence de moindre importance sur Stumpf, notamment en raison de l’irrémédiable contraste qui divise les deux hommes dans leurs conceptions de l’épistémologie. Néanmoins, comme nous le verrons, quelques aspects de la conception de Mach vont également dans une direction qui n’est en aucune façon contraire à celle que Stumpf pourrait trouver (et apprécier) chez Hering. Mais arrêtons-nous pour le moment sur la perspective énoncée par Stumpf, à Berlin, dans les deux publications mentionnées de 1906.

La définition de la phénoménologie selon Carl Stumpf

  • 5 Stumpf, C. 1906a, ibid., p. 4-5, trad. fr.. p. 134-136.
  • 6 Cf. respectivement Stumpf, C. 1906b, ibid., p. 28, trad. fr. p. 193 et 1906a, ibid. p. 22, trad. f (...)
  • 7 Stumpf, C. 1906b, ibid., p. 4, trad. fr. p. 153 et 1906a, ibid. p. 4, trad. fr. p. 134.
  • 8 Stumpf, C. 1906a, ibid., p. 4, trad. fr. p. 134.
  • 9 Stumpf, C. 1890, Tonpsychologie, vol. II, Leipzig, Hirzel, pp. 40-41 et p. 214.
  • 10 Stumpf, C. 1873, Über den psychologischen Ursprung der Raumvorstellung, Leipzig, Hirzel, p. 49 – 5 (...)

4Dans son article de 1906 intitulé Zur Einteilung der Wissenschaften, Stumpf attribue à la phénoménologie un domaine plus restreint que celui que lui avait attribué son Maître Brentano. L’étude des « fonctions psychiques » ne ressort plus de la phénoménologie mais est reléguée à la seule psychologie descriptive. Stumpf comprend alors les fonctions psychiques comme représentant la partie active de la vie psychique, c’est-à-dire les actes et leur diversité spécifique : le remarquable, l’union, la décomposition, le saisissement, la négation, le rejet, la formation des concepts, le jugement, les mouvements de l’esprit, le désir, la volonté5. En revanche, il attribue à la phénoménologie l’étude du monde de la sensibilité et des « lois de structure immanentes », et donc, en un certain sens, l’examen de la sphère passive de l’expérience, puisque, selon Stumpf, dans la sphère de la sensibilité « les relations ne sont pas créés […] mais seulement constatées […] »6. En effet, nous ne percevons pas des sensations isolées que nous pouvons combiner ensuite à notre volonté, mais plutôt des complexes de sensations, parmi lesquels subsistent des « relations » déterminées. « À l’intérieur du domaine même des phénomènes – écrit Stumpf – […] il y a aussi des lois, […] lois de structure immanentes », et des relations qui « sont toujours données dans et avec deux phénomènes ». Mais il précise immédiatement que « ce n’est pas nous qui les y plaçons » mais plutôt qu’« elles sont perçues dans ou à même les phénomènes »7. Des relations comme la similarité, la dépendance, la fusion « appartiennent au matériau des fonctions intellectuelles, mais elles ne sont pas elles-mêmes des fonctions ou encore des produits de celles-ci » : il s’agit de relations originelles, immanentes à la sphère des phénomènes sensibles8. Cela s’applique, par exemple, au phénomène de la fusion des sons, que l’on trouve dans la perception des accords musicaux, et que Stumpf expose et développe dès 1890 dans le second volume de sa Tonpsychologie. La perception d’un accord musical est telle qu’il semble former un tout, un contenu unitaire, et non la somme ou le résultat de deux composants, c’est-à-dire que les sons simples, qui constituent l’accord, semblent justement fonder un tout et ne peuvent être distingués de façon individuelle. Selon Stumpf, à la base de ce phénomène se trouvent principalement des raisons d’ordre physiologique, autrement dit des raisons à rechercher au niveau du système nerveux central9. Un autre exemple particulièrement représentatif de relation immanente à la sphère de la sensibilité, ayant trait cette fois au champ de la perception spatiale, est celle qui subsiste entre extension et couleur. La question a été abordée par Stumpf en 1873, dans son grand traité sur l’origine psychologique de la représentation de l’espace, Über den psychologischen Ursprung der Raumvorstellung, sur la base du Treatise Concerning the Principles of Human Knowledge (1710) de Berkeley, et des indications contenues dans la Metaphysik (1841) et dans la Logik (1843) de son autre grand maître, Rudolph Hermann Lotze, à qui le texte sur l’espace est dédié. L’extension, fait observer Stumpf, est toujours co-représentée avec une couleur et ce n’est pas pour rien qu’il est simplement impossible de se représenter une qualité chromatique sans une certaine extension. Si, par exemple, nous nous représentons une couleur et qu’ensuite nous essayons, toujours au niveau de la représentation, de la diminuer, nous réduisons également de façon inévitable l’extension, et vice versa. Entre extension et couleur on a donc une dépendance réciproque et originaire, et non un lien associatif : couleur et extension sont toujours données comme un ensemble et peuvent seulement être distinguées par abstraction10.

  • 11 1906b, op. cit. pp. 39-40, trad. fr. p. 204.
  • 12 Ibid, p. 30 ibid., trad. fr. pp. 195-196.
  • 13 Ibid, p. 27, trad. fr. p. 192.
  • 14 Ibid, p. 31, trad. fr. p. 196.

5Dans un tel cadre, on ne sera pas surpris d’observer que chez Stumpf la phénoménologie représente également un instrument épistémologique essentiel pour soumettre le monde de l’expérience à des typologies d’études bien différentes de celles menées par ce qu’il appelle « un kantisme encroûté » ou encore par les « recherches théorético-épistémologiques courantes »11. Mais ce qui est encore plus intéressant à souligner, ce sont ses considérations visant à ériger la phénoménologie au statut d’une science « propédeutique », dont l’autonomie revendiquée serait complète aussi bien par rapport à la psychologie descriptive que par rapport à la physique ou à la physiologie. Par rapport à la psychologie descriptive, l’autonomie dérive du fait déjà mentionné, que les lois du matériel phénoménal « n’ont rien à voir » avec celles des fonctions psychiques, les premières n’étant pas créées par les secondes, mais se situant davantage côte à côte par rapport à celles-ci « comme quelque chose d’objectif […] que nous avons seulement à reconnaître et à décrire ». Par exemple, observe Stumpf, « avec tout l’effort d’attention possible nous ne pouvons ajouter aucune nouvelle dimension à l’espace intuitif ni transmuter un son simple en son double […] » et ainsi de suite12. L’indépendance par rapport à la physique découle de l’abstraction de celle-ci, eu égard à la dimension qualitative qui inversement caractérise en propre le matériel phénoménal qui constitue l’objet d’étude de la phénoménologie. Si nous pensons par exemple aux lois du mouvement oscillatoire, du point de vue de la physique, cela concerne seulement « la formation des formes d’ondes qui sont plus ou moins composées dans différents modes de stimulation d’un medium », mais pas « la sensibilité, l’acuité, l’agrément », et encore moins le « plaisir que procure un phénomène sonore »13. Enfin, en ce qui concerne la physiologie, Stumpf n’a pas de difficultés à souligner que chaque légalité phénoménale peut être pensée comme reconductible à des événements physiologiques sous-jacents. Néanmoins, même si nous arrivions à une connaissance physiologique pleine et exhaustive des mécanismes sous-jacents de l’expérience, la phénoménologie continuerait pourtant à maintenir son autonomie, car les propriétés qualitatives de l’expérience phénoménale ne seraient toujours pas « dérivables » de la connaissance des mécanismes physiologiques sous-jacents14 : En d’autres termes, – pour reprendre un thème développé par Thomas Nagel et Franck Jackson à la fin du XXe siècle – une connaissance parfaite de ces derniers ne nous dirait rien sur la dimension qualitative de l’expérience correspondant à ceux-ci.

  • 15 Ibid, p. 31, trad. fr. p. 196-197.

6Lorsque Stumpf tente de fixer la nature du rapport existant entre phénoménologie et physiologie, il devient particulièrement instructif qu’il en vienne à le qualifier en des termes qui visent à attribuer à la phénoménologie un rôle heuristique, prédictif pourrions nous dire, par rapport aux lois sous-jacentes de l’expérience phénoménale. À propos de ce rapport entre phénoménologie et physiologie, Stumpf affirme que c’est bien « l’offre [qui] est toujours du côté de la phénoménologie, et la demande, du côté de la physiologie ». Il ajoute que « Hering a souligné avec raison que ce qui doit venir en premier lieu dans la théorie des couleurs est l’analyse et la description des phénomènes », étant donné que « [l] a construction d’hypothèses sur les processus organiques qui leurs correspondent » ne peut venir qu’après15.

Sur Mach et le monde de la sensibilité

7Le passage cité ci-dessus nous renvoie immédiatement aux années pragoises. En ce qui concerne les influences que Stumpf auraient reçues de la part de ses collègues de l’université tchèque, il faut de nouveau noter que si l’influence exercée par Hering est évidente et même explicitement attestée par Stumpf lui-même – comme on vient de le voir-il ne faudrait toutefois pas négliger celle de Mach. Commençons donc par évaluer cette dernière avant de revenir brièvement sur celle, plus évidente, exercée par Hering.

8Pour Mach, attribuer un caractère représentatif à nos contenus perceptifs représente une erreur, dans la mesure où l’unique réalité admissible est celle de nos sensations. Il écrit :

  • 16 Mach, E. 1883, Die Mechanik in ihrer Entwicklung : historisch-kritisch dargestellt, trad. fr. et i (...)

Ce ne sont pas les choses (les objets, les corps), mais bien les couleurs, les tons, les pressions, les espaces, les durées, (ce que nous appelons d’habitude des sensations), qui sont les véritables éléments du monde.16

9De ce point de vue, la perspective de Mach s’accorde parfaitement avec le monisme phénoméniste de Berkeley et s’inscrit du même coup en porte à faux avec la conception dualiste à laquelle souscrit Stumpf qui conserve quant à lui le couple sensation/représentation.

  • 17 Voir concernant Lübbe, H. 1960, « Positivismus und Phänomenologie (Mach und Husserl) », dans Höfli (...)
  • 18 Cf. Mach, E. 1886/1996, op. cit., p. 251. Comme nous le savons, il s’agit d’un passage que von Ehr (...)
  • 19 Cf. Mach, E. 1865, « Bemerkungen zur Lehre vom räumlichen Sehen », Zeitschrift für Philosophie und (...)

10Toutefois, Mach propose par ailleurs une approche de la perception reposant entièrement sur la description de ce qui est effectivement donné dans l’expérience du sujet mais qu’il ne désigne pourtant pas sous les termes d’une phénoménologie à proprement dite17. C’est justement par la description de ce qui est effectivement donné dans l’expérience que Mach se distingue profondément de Berkeley et de la tradition empiriste anglo-saxonne selon laquelle le monde de la sensibilité consiste originairement en une simple somme de sensations. À ses yeux, en effet, les contenus perceptifs présentent une nature intrinsèquement relationnelle et ce que l’organe de la vision (comme également les autres systèmes sensoriels) perçoit, ce ne sont pas des sensations indépendantes et sans rapport entre elles mais des contrastes, des complexes (Komplexe) de relations dans lesquels les sensations figurent comme de simples parties. Dans un passage de son Analyse der Empfindungen qui traite précisément du caractère relationnel de nos contenus sensibles, Mach donne l’exemple canonique de la reconnaissance des mélodies18. Déjà dans ses Bemerkungen zur Lehre vom räumlichen Sehen de 1865, Mach s’était occupé du thème fondamental des mélodies transposées qui, malgré le fait qu’elles ne présentent aucune sensation commune, sont reconnues avec la même forme sonore qu’il nomme Tongestalt. Mach introduit par là-même un terme, celui de Gestalt, promis à une grande postérité dans les années qui suivirent19, mais surtout il soutient que pour expliquer la reconnaissance immédiate de la même Tongestalt dans des mélodies transposées, il est nécessaire de rechercher dans celles-ci une composante commune, qu’il identifie alors comme une sensation additionnelle qu’il nomme Muskelempfindung ou Muskelgefühl. Les relations fonctionnelles avec lesquelles les sensations se présentent à l’expérience doivent alors être rapportées à des dynamiques physiologiques qui, pour ainsi dire, autonomisent les phénomènes tout en remettant au premier plan le rôle accordée à la subjectivité (à l’exception bien sûr de la dimension physiologique de celle-ci).

  • 20 Mach, E. 1886/1996, op. cit., Préface.
  • 21 Stumpf, C. 1906a, op. cit., p. 4, 22, 23, trad. fran., p. 134, p. 151.
  • 22 Husserl, E. 1966, Analysen zur passiven Synthesis. Aus Vorlesungs-und Forschungsmanuskripten, 1918 (...)
  • 23 Lotze, H. R. 1874/1880 (2e éd.) Logik. Drei Bücher vom Denken, vom Untersuchen und vom Erkennen, L (...)
  • 24 Stumpf, C. 1906a, op. cit., trad. fr., p. 151.
  • 25 Scheler, M. 1973, The Idols of Self-Knowledge, in Selected Philosophical Essays, trans. David R. L (...)
  • 26 Schlick, M. 1918/1925 (2e éd.), Allgemeine Erkenntnislehre, Berlin, Julius Springer Verlag, § 40.

11Il ne fait aucun doute que cette conception qui pose la centralité de l’égo jusqu’à nier l’existence d’une « différence essentielle entre phénomènes physiques et psychiques »20, conduit Mach à des résultats très distants de la perspective brentanienne. Néanmoins, l’analyse descriptive des structures et des comportements de ce qui est donné dans l’expérience phénoménale, la considération des contenus perceptifs comme intrinsèquement relationnels et leur lien à des processus physiologiques sous-jacents qui rendent passif le rôle conscient de l’égo, forment une perspective qui, au moins sur deux points, est loin d’être étrangère à celle développée par Stumpf. Le premier point concerne les lois structurelles immanentes à la sphère de la sensibilité, un aspect qui comme cela a été vu, représente un trait essentiel de la phénoménologie stumpfienne, caractérisée non seulement par la recherche d’une articulation entre philosophie et recherche empirique, mais également par une veine particulièrement anti-kantienne et anti-idéaliste. Dans son article de 1906, Phénomènes et fonctions psychiques, Stumpf parle en effet de relations qui portent sur le monde de la sensibilité en terme de contenus donnés (gegeben), c’est-à-dire comme quelque chose de constaté (konstatiert) et d’immanent (immanent) au matériel sensible21. Pour employer une expression mise au point par Husserl dans ses célèbres leçons du semestre hivernal de 1920-192122, nous pourrions considérer ce type de contenu comme une forme de synthèse passive. Le choix terminologique de Husserl est sans aucun doute judicieux, car il exprime efficacement l’idée d’un caractère non nécessairement créatif de nos synthèses sensibles et apparaît immédiatement par contraste avec la synthèse kantienne caractérisée avant toute chose par une créativité constitutive. Il faut cependant garder à l’esprit que bien avant les travaux de Husserl, la passivité des synthèses sensibles représentait en réalité un thème fortement présent dans la culture philosophique et psychologique allemande de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Cette idée d’une passivité se cristallise autour du terme vorgefunden, que Lotze introduit dans sa Logik et dont la fonction est clairement identique à celle que recouvrent les « rapports entre les impressions que nous subissons (leiden) » et qui sont à la base de notre activité de pensée (Tätigkeit des Denkens)23. Dans Erscheinungen und psychische Funktionen, Stumpf cite son Maître justement sur ce point24 avant d’apporter lui-même d’importants éclairages au sujet des déterminations intrinsèques du contenu ou de ce qui relève du plan du donné, de la Gegebenheit, afin de toujours mieux saisir le sens de la Vorgefundenheit et ses implications anti-kantiennes. Si déjà dans la Philosophie der Arithmetik et dans la troisième Recherche logique de Husserl, on trouve des indications très claires allant dans ce sens, certains témoignages permettent de mettre en lumière le rôle essentiel joué par Stumpf dans l’éclaircissement de cette notion. On les trouve à la fois dans Die Idole der Selbsterkenntnis (1912)25 de Scheler et dans la Allgemeine Erkenntnislehre (1918/1925) dans laquelle Schlick, parlant du vorgefunden, se rallie directement à ce qu’affirme Stumpf sur le caractère « donné » (gegeben), ou simplement « constaté » (konstatiert) de certaines caractéristiques du contenu du matériel sensible26. C’est donc bien sur ce thème que la conception exprimée par Mach sur le monde de la sensibilité et sur sa nature intrinsèquement relationnelle n’est pas si différente de la perspective développée par Stumpf.

12Le second point concerne l’idée que l’observation phénoménologique représente un stade préliminaire indispensable à la constitution d’hypothèses explicatives du substrat neurobiologique de l’expérience. Il s’agit là d’une perspective qui fait tout aussi bien partie du cadre théorique de Mach que du concept de phénoménologie que Stumpf théorise dans ses années berlinoises. Néanmoins cette perspective trouve sa meilleure illustration chez un autre collègue de Stumpf à Prague avec lequel il entretiendra, au cours de ces années, une longue relation d’amitié et d’échanges intellectuels, le physiologiste Ewald Hering. Si donc Stumpf apprit de son maître Brentano qu’il n’y avait pas de rapport conflictuel entre les recherches phénoménologiques et physiologiques, c’est peut-être bien plus encore au contact d’Hering qu’il put approfondir la nature exacte de ce rapport. Il est donc à présent nécessaire de nous tourner vers la figure d’Ewald Hering.

Phénoménologie et perception chromatique

  • 27 Hering, E. 1905-1911, 1920 (2e éd.) Grundzüge der Lehre vom Lichtsinne, Berlin, Springer, p. 1.
  • 28 Turner, S. 1993, « Vision Studies in Germany », Osiris 8, p. 80 – 103, p. 80 ; voir également Turn (...)

13Dans ses Grundzüge der Lehre vom Lichtsinne (1905/1920) Hering établit entre le monde des choses telles que nous les voyons (la dimension de la Sehwelt et des Sehdinge) et d’autre part le monde des choses réelles (la dimension du wirkliche Welt et des wirklichen Dinge) une démarcation nette qu’il considère comme étant « une condition préalable indispensable à la compréhension de la fonction visuelle et de ses lois »27. Ce qui peut apparaître à première vue comme une distinction banale, contient en réalité une indication méthodologique cruciale sur le sens de la recherche que Hering conduit depuis la seconde moitié du 19ème siècle sur les corrélats neurophysiologiques de l’expérience chromatique. Dans ce domaine de recherche, Hering s’est opposé, comme chacun le sait, à la théorie mise au point par Helmholtz qui représente l’une des figures majeures de la physiologie naissante. Cette controverse scientifique qui opposa les deux savants est souvent considérée comme la « plus infâme » du XIXe siècle et nous permet de mieux mesurer l’impact de la charge émotionnelle d’une controverse sur le développement d’un environnement de recherche28. Mais au-delà de la dimension strictement polémique de cette controverse, nous voulons attirer l’attention sur la raison précise et substantielle qui est à l’origine du désaccord et qui découle précisément de cette distinction mentionnée entre Sehwelt et wirkliche Welt. Contrairement à Helmholtz, Hering accorde un rôle de premier plan aux choses vues, à l’expérience phénoménale de la couleur, qui sert non seulement de point de départ mais également de guide et de source d’inspiration pour la formulation d’hypothèses concernant les mécanismes physiologiques sous-jacents. Le conflit entre Hering et Helmholtz découle en grande partie de ce choix méthodologique.

14Il est bien connu que la théorie trichromatique de Helmholtz reprend en substance les idées développées par Thomas Young au début des années 1800 et se base sur les principes de la synthèse additive. Ces principes reposent su un ensemble de faits expérimentaux décisifs, attestés notamment par le célèbre disque coloré mis au point par le même Young (puis ensuite perfectionné par James C. Maxwell). Une seconde démonstration expérimentale, également conduite par Young, consiste à projeter trois faisceaux de lumière sur un mur blanc : en dotant chacun de ces faisceaux respectivement d’un filtre rouge, d’un vert et d’un bleu, en les superposant ensuite de manière adaptée et en variant progressivement l’intensité lumineuse de chacun d’eux, il est alors possible d’obtenir dans la zone centrale toutes les couleurs de l’iris, y compris le jaune (qui résulte du mélange de la lumière rouge et de la lumière verte). Helmholtz interprète les résultats de Young en ramenant la vision diurne et la perception chromatique à trois types de cônes, un premier sensible au vert, un second sensible au rouge et un dernier sensible au bleu-violet. Le mélange des impulsions provenant des trois types de cônes, selon certaines proportions appropriées qui permettent à ce mélange de se réaliser, permet selon Helmholtz d’expliquer la perception de toutes les autres couleurs du spectre visible. De telles couleurs, par rapport à celles qualifiées de « primaires » (justement le rouge, le vert et le bleu-violet) sont alors définies comme des « couleurs mixtes ».

15À propos du jaune, Helmholtz n’a pas de difficultés à reconnaître que dans l’expérience immédiate de la couleur, celui-ci ne nous apparait pas du tout comme composé par une sensation de rouge et par une sensation de vert et soutient d’ailleurs que, une fois le mélange effectué au niveau physiologique, il est impossible de parvenir à distinguer les composants dans l’expérience immédiate : ce qui, au fond, revient à dire que ce qui apparaît dans l’expérience immédiate ne compte en rien dans sa propre classification des couleurs, dans la mesure où pour lui le jaune ne peut en aucun cas être considéré comme une couleur primaire ou fondamentale comme le laisserait pourtant entendre l’expérience immédiate.

  • 29 Comme il est possible d’en trouver déjà chez des auteurs comme Goethe, Schopenhauer ou encore Mich (...)

16Au contraire, la théorie de Hering prend son point de départ dans des observations purement phénoménologique29 et envisage la physiologie de l’organe de la vision comme découlant directement de la description phénoménologique de l’expérience chromatique ordinaire. Quelques unes de ces observations sont les suivantes. Le jaune, d’un point de vue phénoménologique, nous apparaît comme une couleur primaire, pure, fondamentale, exactement comme le rouge, le vert et le bleu et non comme un mélange des autres couleurs. L’expérience perceptive indique en outre qu’il existe des couples déterminés de sensations de couleurs, comme le rouge et le vert ou le jaune et le bleu (appelées précisément couleurs opposées) qui présentent des caractéristiques antagonistes, c’est-à-dire qui ne se fondent jamais et qui ne donnent pas lieu à des teintes intermédiaires. Il n’y a donc pas de sensations chromatiques que l’on peut décrire comme du rouge-verdâtre ou comme du jaune-bleuâtre. En revanche, on peut avoir des sensations de vertbleuâtre (c’est le cas du violet), comme également de jaune-rougeâtre (c’est le cas de l’orange).

17Sur la base de ces observations, Hering propose une théorie physiologique dans laquelle les couleurs de base, en plus du blanc et du noir, sont au nombre de quatre (le jaune, le rouge, le vert et le bleu) et il propose que leur vision soit imputable à des processus opposés donnant lieu à trois différents types de substances photochimiques, un type pour le rouge-vert, un autre pour le jaune-bleu et encore un autre pour le blanc-noir. La décomposition ou la désassimilation (Dissimilation) de chaque substance (c’est-à-dire la survenue dans celle ci d’un processus catabolique) donnerait lieu, respectivement, au rouge, au jaune et au blanc, alors que la recomposition ou l’assimilation (Assimilation) de cette même substance (c’est-à-dire la survenue dans celle-ci d’un processus anabolique) donnerait respectivement lieu au vert, au bleu et au noir. Hering émet alors l’hypothèse suivante : quand un récepteur, par exemple celui du couple rouge-vert, est stimulé, celui-ci répond soit au rouge soit au vert - la phase anabolique et la phase catabolique ne pouvant pas se vérifier simultanément dans la même substance photosensible. Pour cette raison, selon Hering, dans l’expérience immédiate de la couleur, il n’y a pas de sensation rouge – verdâtre ou jaune – bleuâtre. À l’opposé, des couples de couleurs comme le jaune et le vert, le vert et le bleu, le jaune et le rouge, peuvent dans l’expérience phénoménale se fondre en donnant lieu à des couleurs intermédiaires car de tels couples ne sont pas générés par des processus antagonistes ayant lieu dans le même récepteur, dans la même substance.

18Avec cette théorie Hering peut rendre compte de certains faits de l’expérience phénoménale que la théorie helmholtzienne n’explique tout simplement pas. Outre les phénomènes mentionnés d’opposition chromatique entre rouge et vert et entre jaune et bleu, on trouve également le phénomène du contraste chromatique simultané (ou induction chromatique), où la couleur induite est toujours antagoniste à celle de la surface inductrice. On peut également mentionner le phénomène des images résiduelles : si après avoir intensément fixé une tache de couleur, on regarde un point sur une surface d’une couleur neutre (par exemple gris), apparaît sur celle-ci une tache de la même forme que la tache fixée précédemment, mais avec une couleur complémentaire à celle-ci. Les deux phénomènes, selon Hering, peuvent être reconduits à un déclin de la phase anabolique ou catabolique de la substance photosensible intéressée, en raison de la stimulation prolongée, et donc à l’apparition dans celle-ci du processus opposé, responsable de la couleur antagoniste.

L’axe Hering-Stumpf

19Dans la longue dispute entre la théorie trichromatique de Helmholtz et la théorie quadri-chromatique de Hering, la première prit le dessus et imposa son hégémonie durant plusieurs décennies. Nous savons pourtant aujourd’hui que les comportements antagonistes ou bipolaires du type de ceux envisagés par Hering sont à proprement dit des cellules qui se trouvent soit au niveau rétinien, soit dans le corps géniculé ou dans le cortex visuel. Ces découvertes ont permis de remettre la théorie de Hering sur le devant de la scène et la question de son articulation à celle de Helmholtz a pu se poser à nouveaux frais.

20Il est important de souligner que bien avant cette reconnaissance, lorsque la théorie helmholtzienne tenait encore le haut du pavé, l’observation phénoménologique qui jouait un rôle central dans la théorie de Hering continua de revêtir une grande importance méthodologique dans les études sur la couleur menées au début du XXe siècle. Comme nous allons le voir tout de suite, Stumpf joua un rôle de première importance dans le soutien et la diffusion de l’approche de Hering, en premier lieu chez de nombreux auteurs qui se trouvaient à la frontière entre réflexion théorique et recherche empirique. En ce qui concerne le rapport entre phénoménologie et physiologie, comme nous l’avons déjà abordé, Stumpf s’appropria le point de vue de Hering, lequel avait pour but de faire de l’observation phénoménologique un point de départ plus fructueux encore que celui des approches objectives empruntées à la physique, à la chimie ou à des études purement fonctionnelles et morphologiques du cerveau. Faisant référence aux études de Hering, Stumpf écrit :

  • 30 Stumpf, C. 1906b, op. cit., pp. 31-32, trad. fr. p. 197.

[…] les phénomènes observés subjectivement fournissent beaucoup plus de points de repère pour les processus centraux dans le domaine des impressions sensibles et des processus d’association […] que ne le fait la recherche expérimentale des réactions chimiques ou de la recherche microscopique des relations de structure des cellules ganglionnaires du cortex cérébral.30

21Parmi les auteurs qui acceptèrent ce point de vue, figure en bonne place David Katz, élève de Georg Elias Müller et sympathisant en retour de la Gestaltpsychologie. Dans ses œuvres les plus importantes, Katz ne manquera pas de reconnaître sa propre filiation avec Hering. Il souligne notamment que :

  • 31 Katz, D. 1930, « Der Aufbau der Farbwelt “, Zeitschrift für Psychologie, Ergänzungsband, Leipzig, (...)

[L]’étude psychologique doit partir du moment descriptif, mais doit également comprendre la recherche des rapports entre les phénomènes et comprendre dans son cadre la recherche des rapports entre les phénomènes et les processus physiques sous-jacents, physiologiques et psychophysiques.31

22Et il n’hésite pas à affirmer que :

  • 32 Ibid.

Une théorie exhaustive des phénomènes chromatiques doit rigoureusement et exclusivement adhérer à la méthode descriptive de la phénoménologie. Personne, mieux que Hering, ne s’est rendu compte à quel point cela était indispensable pour la rigueur scientifique32.

23Pour renforcer sa propre conviction, Katz cite ensuite le passage suivant de Stumpf :

  • 33 Ibid., note 6. Le passage de Stumpf est tiré de Stumpf, C. 1917, Die Attribute der Gesichtsempfind (...)

Si quelque chose est reconnu comme un résultat pleinement et définitivement acquis par les efforts de Hering, c’est bien que la théorie des couleurs nécessite un point de départ psychologique, ou mieux phénoménologique.33

  • 34 Kardos, L. 1929, Die “Konstanz” phänomenaler Dingmomente, dans E. Brunswik et al. (éds.), Beitrage (...)
  • 35 Bühler, K. 1922, Die Erscheinungsweisen der Farben, Jena, Fischer, p. 3.

24Lajos Kardos, à son tour, l’un des grands élèves de Karl Bühler et auteur d’une œuvre importante sur l’ombre, cite Hering et ce passage de Stumpf en faveur de son propre cadre34. Dans Die Erscheinungsweisen der Farben (1922), Bühler lui-même avait déjà souligné le lien important entre les perspectives de Hering et de Stumpf, communes, selon lui, en raison de la mise en évidence de certains aspects de cette « nécessité naturelle » (Naturnotwendigkeit) qui joue un rôle important dans nos synthèses sensibles et qui pourtant reste encore trop largement méconnue. Bühler observe une très forte affinité entre les idées de fond de la « phénoménologie de Hering », selon laquelle il peut y avoir « une couleur rougeâtre et jaunâtre (l’orange) ou rougeâtre et bleuâtre (le lilas) mais non jaunâtre et bleuâtre ou rosâtre et verdâtre », et l’idée de Stumpf selon laquelle il y a une « connexion essentielle (Wesenszusammenhang) entre espace et couleur »35.

25Je crois que l’on peut affirmer que ces quelques remarques historiographiques indiquent avec clarté deux aspects de première importance. En premier lieu, les années durant lesquelles la théorie de Helmholtz profite d’un large consensus témoignent également de la vitalité de la perspective de Hering, à laquelle souscrit l’ensemble des auteurs mentionnés plus haut, et donc de l’idée d’une suprématie de la phénoménologie sur la physique dans la recherche d’une identification des corrélats physiologiques sous-jacents de l’expérience. Mais ces auteurs témoignent également d’un rapprochement significatif avec la figure de Stumpf qui apparaît à leurs yeux comme le promoteur de l’articulation mise en place par Hering entre la phénoménologie et la physiologie. C’est justement cette indication fondamentale sur la méthode à suivre qui peut légitimement être considérée comme l’un des héritages majeurs transmis par Stumpf à ses élèves berlinois qui donnèrent naissance à la psychologie de la Gestalt. Ainsi, la perspective Hering-Stumpf a fortement caractérisé la manière avec laquelle les gestaltistes appréhendèrent la phénoménologie. Ceci est parfaitement clair dans l’invitation de Kurt Koffka à « utiliser les […] observations sur l’environnement comportemental et sur le comportement comme des données pour l’élaboration concrète d’hypothèses physiologiques », où par « environnement comportemental » (et ceci vaut également pour ce qui est ensuite désigné comme un « champ environnemental ») Koffka entend ce qui concerne le monde phénoménal qu’il distingue de l’« environnement géographique » qui indique quant à lui la réalité physique effective incluant tous ses aspects objectifs, même ceux avec lesquels les différents organismes n’interagissent pas (par exemple les ultrasons pour les hommes). Pour définir l’esprit de fond de la phénoménologie de la Gestalt, Koffka affirme :

  • 36 Koffka, K. 1935 (1 ère éd.), 1950 (5e éd.), Principles of Gestalt Psychology, London, Kegan Paul, (...)

Pour nous la phénoménologie signifie une description de l’expérience directe la plus complète possible et non prévenue […] : si on ne décrit pas le champ environnemental on ne connaît pas ce qu’il faut expliquer.36

  • 37 Sur ce point je me suis permets de me reporter à Toccafondi, F. 2012, « Vincoli, rappresentazioni (...)
  • 38 Wertheimer, M. 1912, Experimentelle Studien über das Sehen von Bewe gung, Zeitschrift für Psycholo (...)

26Chez Wolfgang Köhler, élève direct de Stumpf lors des années berlinoises, il s’avère également difficile de ne pas s’apercevoir de l’influence exercée par Stumpf et par Hering37, en particulier en ce qui concerne la conviction selon laquelle il est nécessaire de se placer sur le plan phénoménal pour élaborer des hypothèses plausibles concernant le substrat physiologique de l’expérience, le premier permettant de suggérer des hypothèses sur le second. Au final, même la théorie bien connue de l’isomorphisme psychophysique, à laquelle Köhler resta fidèle pendant toute sa carrière, et qui figure dans le cadre théorique de l’étude très célèbre sur le mouvement stroboscopique de Wertheimer38 (qui fréquenta le laboratoire de Hering lors des années de Prague), peut de facto être lue comme une application cohérente et directe de cette orientation méthodologique.

*****

  • 39 Gallagher, S. & Zahavi, D. 2008, The Phenomenological Mind : An Introduction to Philosophy of Mind (...)
  • 40 Gallese, V. 2006, « Corpo vivo, simulazione incarnata e intersoggettività. Una prospettiva neurofe (...)
  • 41 Cf. Petitot, J., Varela, F. J., Pachoud, B. & Roy, J. M. 1999, Naturalizing Phenomenology. Issues (...)
  • 42 Gallagher, S. & Zahavi, D. The Phenomenological Mind, op. cit., p. 38.

27Si nous récapitulons notre parcours à la lumière des perspectives phénoménologiques – notamment contemporaines – fortement tributaires du cadre husserlien, les indications méthodologiques que l’on peut trouver dans les pages d’auteurs comme Brentano, Hering ou encore Stumpf peuvent se révéler entièrement dénuées d’intérêt. En effet, l’emploi de l’observation phénoménologique pour remonter aux processus sous-jacents de l’expérience immédiate et donc pour mener à l’étude de la relation entre cette expérience et le cerveau n’est pas tenu en haute estime par ces perspectives qui circonscrivent l’objectif de la phénoménologie à une analyse descriptive des structures de l’intentionnalité consciente39. Si nous adoptons en revanche le point de vue plus large que nous avons ici brièvement retracé, et qui s’avère quelque peu éloigné de celui promu dans le cadre husserlien, de telles indications méthodologiques nous semblent être aujourd’hui de première importance. Nous avons notamment pu voir comment Hering conférait une double fonction à la phénoménologie : celle de proposer de potentielles pistes de recherche sur le fonctionnement du substrat neurobiologique de l’expérience immédiate et celle de poser des explicanda aux explications disponibles pour cette expérience. Les multiples appels auxquels nous assistons actuellement ayant pour but de « naturaliser la phénoménologie », de « phénoménologiser les neurosciences cognitives »40, de miser sur la fertilité d’une approche « neurophénoménologique »41, ou encore d’« incorporer les intuitions phénoménologiques dans la conception expérimentale »42 plaident bien, selon nous, en faveur d’un raccord entre le plan phénoménologique et le plan physiologique dont la spécification fut l’un des enjeux majeurs pour l’ensemble des auteurs dont il a été ici question.

Notes

1 Brentano, F. 1895, Meine letzen Wünsche für Österreich, Stuttgart, Cotta, p. 34.

2 Cf. Brentano, F. 1982, Deskriptive Psychologie, hrsg. von R. M. Chisholm und W. Baumgartner, Hamburg, Meiner, p. 129.

3 Mach et Hering quittèrent l’université de Prague en 1895, un an avant l’arrivée de von Ehrenfels, pour se rendre respectivement, dans les universités de Leipzig et de Vienne. Quand, en 1882, la division de l’université de Prague en deux parties autonomes et indépendantes fut effectuée, l’une en langue tchèque et l’autre en allemand, Mach, Hering, Stumpf et Marty continuèrent à enseigner à l’université allemande de Prague. Précisément lors de la période de Prague Stumpf termine et publie le premier volume de la Tonpsychologie (1883). Pour des informations sur l’université de Prague durant ces années, voir Hoskovec, J. 2012, Czech Republic, in Oxford Handbook of the History of Psychology : Global Perspectives, Baker David B. (éd.), New York, Oxford University Press, pp. 138-161, pp. 140-141.

4 Stumpf, C. 1906a, Erscheinungen und psychische Funktionen, Abhandlungen der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Abhandlungen, IV, Berlin, Königliche Akademie der Wissenschaften & Reimer, pp. 1-40, trad. fr. « Phénomènes et fonctions psychiques », in Stumpf, C. 2007, Renaissance de la philosophie. Quatre articles, présentation, traduction et bibliographie par D. Fisette, Paris, Vrin, 2007, pp. 132-167 ; 1906b, Zur Einteilung der Wissenschaften, Abhandlungen der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Abhandlungen, V, Berlin, Königliche Akademie der Wissenschaften & Reimer, p. 1-95, trad. fr. « De la classification des sciences », dans Stumpf, C. 2007, ibid., pp. 169-254.

5 Stumpf, C. 1906a, ibid., p. 4-5, trad. fr.. p. 134-136.

6 Cf. respectivement Stumpf, C. 1906b, ibid., p. 28, trad. fr. p. 193 et 1906a, ibid. p. 22, trad. fr. p. 151.

7 Stumpf, C. 1906b, ibid., p. 4, trad. fr. p. 153 et 1906a, ibid. p. 4, trad. fr. p. 134.

8 Stumpf, C. 1906a, ibid., p. 4, trad. fr. p. 134.

9 Stumpf, C. 1890, Tonpsychologie, vol. II, Leipzig, Hirzel, pp. 40-41 et p. 214.

10 Stumpf, C. 1873, Über den psychologischen Ursprung der Raumvorstellung, Leipzig, Hirzel, p. 49 – 50, p. 112, et p. 115.

11 1906b, op. cit. pp. 39-40, trad. fr. p. 204.

12 Ibid, p. 30 ibid., trad. fr. pp. 195-196.

13 Ibid, p. 27, trad. fr. p. 192.

14 Ibid, p. 31, trad. fr. p. 196.

15 Ibid, p. 31, trad. fr. p. 196-197.

16 Mach, E. 1883, Die Mechanik in ihrer Entwicklung : historisch-kritisch dargestellt, trad. fr. et introduction sur la quatrième édition allemande (Brockhaus, Leipzig 1901) par E. Bertrand, La mécanique : exposé historique et critique de son development, Paris, Hermann, 1904, reprint, Paris, Éd. J. Gabay, 1987, p. 451. Cf. également Mach, E. 1886, Die Analyse der Empfindungen und das Verhältnis des Physischen zum Psychichen, Gustav Fischer, Jena, 1886, trad. fr. par Eggens et J.-M. Monnoyer 1996, L’Analyse des sensations. Le rapport du physique au psychique, Nîmes, J. Chambon, p. 31 : « Les couleurs, les sons, les espaces, les temps… sont pour nous, au demeurant, les éléments ultimes, les seuls dont nous devons rechercher la complexion donnée ».

17 Voir concernant Lübbe, H. 1960, « Positivismus und Phänomenologie (Mach und Husserl) », dans Höfling, H. (éd.), Beiträge zu Philosophie und Wissenschaft. Wilhelm Szilasi zum 70. Geburtstag, München, Francke, p. 161-184 et Smith, B. 1995, Austrian Philosophy. The Legacy of Franz Brentano, Chicago/LaSalle : Open Court, p. 27.

18 Cf. Mach, E. 1886/1996, op. cit., p. 251. Comme nous le savons, il s’agit d’un passage que von Ehrenfels avait à l’esprit dans l’écrit célèbre de 1890, Über Gestaltqualitäten.

19 Cf. Mach, E. 1865, « Bemerkungen zur Lehre vom räumlichen Sehen », Zeitschrift für Philosophie und philosophische Kritik 46, p. 4 sq.

20 Mach, E. 1886/1996, op. cit., Préface.

21 Stumpf, C. 1906a, op. cit., p. 4, 22, 23, trad. fran., p. 134, p. 151.

22 Husserl, E. 1966, Analysen zur passiven Synthesis. Aus Vorlesungs-und Forschungsmanuskripten, 1918-1926, Husserliana 11, Fleischer, M. (éd.), The Hague, Martinus Nijhoff.

23 Lotze, H. R. 1874/1880 (2e éd.) Logik. Drei Bücher vom Denken, vom Untersuchen und vom Erkennen, Leipzig, Hirzel, vol 1, pp. 24-25.

24 Stumpf, C. 1906a, op. cit., trad. fr., p. 151.

25 Scheler, M. 1973, The Idols of Self-Knowledge, in Selected Philosophical Essays, trans. David R. Lachterman, Evanston, Northwestern University Press, 1973, pp. 3-97, p. 25.

26 Schlick, M. 1918/1925 (2e éd.), Allgemeine Erkenntnislehre, Berlin, Julius Springer Verlag, § 40.

27 Hering, E. 1905-1911, 1920 (2e éd.) Grundzüge der Lehre vom Lichtsinne, Berlin, Springer, p. 1.

28 Turner, S. 1993, « Vision Studies in Germany », Osiris 8, p. 80 – 103, p. 80 ; voir également Turner, S. 1994, In the Eye’s Mind. Vision and the Helmholtz-Hering Controversy, Princeton, Princeton University Press.

29 Comme il est possible d’en trouver déjà chez des auteurs comme Goethe, Schopenhauer ou encore Michel Eugène Chevreul.

30 Stumpf, C. 1906b, op. cit., pp. 31-32, trad. fr. p. 197.

31 Katz, D. 1930, « Der Aufbau der Farbwelt “, Zeitschrift für Psychologie, Ergänzungsband, Leipzig, Barth, trad. ital. Funari, E., Stucchi, N., Varin, D. (Eds.) 1984, « Il mondo del colore », dans Forma ed esperienza, pp. 132-61, Milano, Angeli, p. 137.

32 Ibid.

33 Ibid., note 6. Le passage de Stumpf est tiré de Stumpf, C. 1917, Die Attribute der Gesichtsempfindungen, Abhandlungen der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften. Phil. -hist. Kl., Nr. 8, p. 7.

34 Kardos, L. 1929, Die “Konstanz” phänomenaler Dingmomente, dans E. Brunswik et al. (éds.), Beitrage zur Problemgeschichte der Psychologie, Festschrift zu Karl Bühlers 50. Geburtag, Jena, Fischer, pp. 1-77, p. 7.

35 Bühler, K. 1922, Die Erscheinungsweisen der Farben, Jena, Fischer, p. 3.

36 Koffka, K. 1935 (1 ère éd.), 1950 (5e éd.), Principles of Gestalt Psychology, London, Kegan Paul, p. 56 et p. 73.

37 Sur ce point je me suis permets de me reporter à Toccafondi, F. 2012, « Vincoli, rappresentazioni e realismo : un punto di vista fenomenologico », in F. Toccafondi (Ed.), Fenomenologia e scienza, Punti d’incontro passati e presenti, Firenze, Le Lettere, 2012, pp. 127-221, p. 143, note 34.

38 Wertheimer, M. 1912, Experimentelle Studien über das Sehen von Bewe gung, Zeitschrift für Psychologie 61, pp. 161-265.

39 Gallagher, S. & Zahavi, D. 2008, The Phenomenological Mind : An Introduction to Philosophy of Mind and Cognitive Science, London and New York, Routledge, p. 111.

40 Gallese, V. 2006, « Corpo vivo, simulazione incarnata e intersoggettività. Una prospettiva neurofenomenologica », in Neurofenomenologia. Le scienze della mente e la sfida dell’esperienza cosciente, M. Cappuccio (Ed.), Milano, Bruno Mondadori, pp. 293-326, p. 294.

41 Cf. Petitot, J., Varela, F. J., Pachoud, B. & Roy, J. M. 1999, Naturalizing Phenomenology. Issues in Contemporary Phenomenology and Cognitive Science, Stanford, Stanford University Press.

42 Gallagher, S. & Zahavi, D. The Phenomenological Mind, op. cit., p. 38.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search