Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Troisième partie. Situer un programme : Brentano et son école dans l'histoire de la psychologie scientifique

14. Deux approches de la psychologie empirique

Quel dialogue entre Franz Brentano et Ernst Mach ?

Sabine Plaud

Texte intégral

1Si l’on recherche un penseur qui, dans le monde austro-hongrois du tournant-du-siècle, s’est fait l’avocat d’une psychologie guidée par la seule expérience, on est bien entendu enclin à citer immédiatement le nom de Franz Brentano comme figure emblématique de cette psychologie modernisée et transformée en science empirique. À cette même description correspond pourtant le nom d’une autre personnalité majeure de la psychologie germanophone de la fin du XIXe siècle : celui d’Ernst Mach (1838-1916).

  • 1 . Cf. Mach, E. 1996, L’Analyse des sensations [ci-après : AS], tr. fr. F. Eggers et J. -M. Monnoyer (...)
  • 2 Voir par exemple AS, p. 44 : « Je ne vois donc pas d’opposition entre ce qui est physique et ce qu (...)

2En effet, en plus des recherches qu’il mena dans le domaine de la physique théorique ou de ses travaux épistémologiques relatifs au problème de la connaissance, Mach produisit de très importantes contributions en matière de psychologie, et plus spécifiquement en matière de psychologie de la perception. Ces contributions sont notamment consignées dans son ouvrage de 1886 intitulé L’Analyse des sensations1. En vue de rendre compte des phénomènes psychiques et des rapports entre le mental et le physique, Mach y défend une position que l’on a pris l’habitude de désigner comme un « monisme neutre », position selon laquelle il n’existe pas de différence substantielle entre la matière et l’esprit, la perception et son objet, le sujet et le monde : la réalité tout entière est constituée de sensations élémentaires, et c’est uniquement en vertu d’exigences fonctionnelles que l’on en vient à distinguer entre divers complexes d’objets que l’on qualifie tantôt de spirituels, tantôt de matériels2. Or c’est sur la base de cette hypothèse que Mach peut introduire sa défense d’une approche empirique en psychologie : car le psychologue est alors encouragé à s’engager dans une étude descriptive et naturalisée de ces phénomènes qui font converger le corps et l’esprit que sont les sensations, dont il cherchera en particulier à saisir les lois de combinaison et d’association.

  • 3 Sur l’influence de Brentano sur la philosophie autrichienne et viennoise du tournant-dusiècle, cf. (...)

3Ces deux penseurs, Mach et Brentano, ont donc contribué chacun à leur manière à révolutionner la psychologie moderne : Brentano, à travers sa défense d’une psychologie empirique et son introduction de la théorie de l’intentionnalité comme critère du psychique ; Mach, à travers son positivisme, son refus de tout présupposé métaphysique au sujet de l’idée d’âme substantielle, ou encore à travers ses positions phénoménistes qui viennent s’articuler à son monisme neutre. Qui plus est, ces deux approches nouvelles ont trouvé leur émergence dans un environnement qui fut essentiellement le même, puisque Brentano et Mach eurent en commun d’enseigner tous deux à l’université de Vienne, où ils exercèrent une influence significative : Brentano, en multipliant les disciples de renom et en donnant parlà naissance à l’école qui porte son nom3 ; Mach, en inspirant les penseurs positivistes du Cercle de Vienne dont chacun sait qu’ils s’étaient initialement baptisés « Association Ernst Mach ». Dès lors, quelles purent être au juste les connexions entre ces deux auteurs en matière de psychologie ? Quels sont les points de contact entre leurs pensées respectives, quelles sont leurs différences ?

  • 4 Ce point est souligné dans la préface de l’ouvrage : À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne, (...)
  • 5 Ces différents textes sont proposés dans Brentano, F. 1988, Über Ernst Machs Erkenntnis und Irrtum(...)

4On soulignera tout d’abord l’existence de nombreux lieux de croisements et de dialogues, directs ou indirects, entre la pensée de Brentano et celle de Mach. Du point de vue des contacts indirects, on mentionnera le fait que, par exemple, Brentano a pu entretenir une correspondance avec Giovanni Vailati, le « pragmatiste italien » dont les idées portaient également la marque significative de la pensée d’Ernst Mach4. Du point de vue des contacts directs, on évoquera bien sûr la correspondance qui eut lieu entre ces deux auteurs, ainsi que les remarques détaillées que Brentano consacra en 1905-1906 à l’ouvrage de Mach, Erkenntnis und Irrtum5, dans une recension qui le conduit à souligner les diverses insuffisances qui, à ses yeux, s’attachent à la pensée positiviste et empiriste de ce dernier, mais dont le caractère précis et détaillé témoigne pourtant à lui seul de l’intérêt, si critique fût-il, que Brentano éprouvait pour la pensée de son homologue.

5Et en effet, il existe incontestablement des points de rapprochement entre Mach et Brentano : d’abord, parce que tous deux défendent la mise en place d’une psychologie guidée par la seule expérience, à l’exclusion des diverses présuppositions métaphysiques relatives à la nature de l’âme ; ensuite, parce que tous deux défendent (à des degrés divers) une approche globalement phénoméniste selon laquelle l’objet de la conscience n’est pas (ou n’a pas à être) un objet externe et transcendant à cette dernière. Pourtant, et peut-être même surtout, il existe également des différences entre ces deux auteurs, et qui plus est, des différences de la plus grande importance. Cellesci portent par exemple sur leur interprétation de l’idée même de psychologie empirique qui, dans un cas (celui de Mach), donne lieu à des méthodes strictement expérimentales qui sont en revanche absentes de la méthode brentanienne, bien que Brentano ait pu y être dans l’ensemble favorable. Ensuite, on relève d’importantes différences quant à la question de savoir quelle unité attribuer à la conscience : Brentano et Mach s’accordent certes sur la thèse d’une fondamentale complexité de la vie de la conscience, mais là où Mach en dérive l’obligation de renoncer entièrement à l’idée d’une unité du psychique, Brentano considère que cette complexité ne porte nullement atteinte à la thèse de l’unité de la conscience, en faisant l’hypothèse que l’unité n’exige pas nécessairement la simplicité. Enfin, ces deux auteurs diffèrent non seulement du point de vue de leur attitude au sujet de l’unité de la conscience, mais au sujet de leur conception même du psychique, et de la possibilité de trouver un critère de distinction entre le psychique et le physique : là où Brentano est convaincu de la possibilité de découvrir un tel critère à travers sa thèse d’intentionnalité, le credo de Mach est en revanche qu’un tel critère ne saurait en aucun cas être découvert, pour la simple raison qu’il n’existe pas de différence ontologique entre le mental et le physique.

6Ce sont donc tout à la fois les convergences et les différences entre la psychologie empirique de Brentano et celle de Mach qui feront l’objet de la présente étude, où l’on choisira de se concentrer successivement sur le rôle de l’expérience dans la psychologie de ces deux auteurs, sur leurs approches respectives du problème que pose l’unité du psychique, et sur leur attitude quant à la possibilité de trouver un critère de distinction entre le mental et le physique.

Psychologie empirique et critique de la métaphysique

L’expérience contre la métaphysique

  • 6 Sur la continuité entre cette attitude anti-métaphysique de Brentano et le rejet de la métaphysiqu (...)

7Un point qui semble très évidemment rapprocher Brentano et Mach dans leur conception de la psychologie tient à leur volonté commune de faire de cette discipline une science empirique, et cela dans le cadre d’une démarche que l’on peut, chez Mach à tout le moins, qualifier de positiviste, puisqu’elle aboutit à purifier ce champ du savoir des différents présupposés d’ordre métaphysique qui pourraient être encouragés par une définition de la psychologie comme science de l’âme6. Chez Brentano, cette revendication d’une approche strictement empirique est, comme chacun sait, le tout premier principe qui anime l’entreprise même de cet ouvrage qu’est la Psychologie du point de vue empirique, principe dont l’énoncé occupe les toutes premières lignes de l’avant-propos à la première édition :

  • 7 F. Brentano, Psychologie du point de vue empirique [ci-après : PPVE], tr. fr. M. de Gandillac revu (...)

Le titre de l’ouvrage en indique l’objet et la méthode. Je me place, en psychologie, au point de vue empirique. Mon seul maître, c’est l’expérience.7

8Or, la défense d’un tel appui de la psychologie sur l’expérience implique un positionnement assez net à l’égard de la métaphysique : même à supposer que la métaphysique en tant que telle puisse présenter un intérêt dans le cadre de certains types d’études, il est de fait, aux yeux de Brentano, que ce n’est pas à ce domaine du savoir qu’il revient de traiter des phénomènes psychiques, lesquels gagnent au contraire à rejoindre le champ des sciences naturelles. De là, en particulier, l’attitude qu’il adopte lorsqu’il est question de savoir s’il est ou non pertinent de substituer à la définition traditionnelle de la psychologie comme science de l’âme une définition plus moderne de cette discipline comme science des phénomènes psychiques. En effet, s’il est au moins un mérite que l’on peut reconnaître à cette redéfinition, celui-ci réside aux yeux de Brentano dans l’économie qu’elle permet de réaliser en termes de présuppositions métaphysiques en remplaçant l’expression d’« âme » par celle de « phénomènes psychiques ». L’économie de présupposés métaphysiques réalisée par cette redéfinition est ainsi décrite dans les termes suivants :

Il est possible que [ces deux définitions] soient vraies. Il n’en reste pas moins entre elles la différence suivante : l’une contient des présupposés métaphysiques que l’autre ignore […]. Toute élimination d’une question reconnue comme étrangère au sujet est synonyme de simplification et de renforcement. Elle nous montre les résultats de nos recherches comme liés à un plus petit nombre de conditions préalables et conduit ainsi plus sûrement à la certitude. (PPVE, p. 32)

9Or, des considérations de ce type évoquent irrésistiblement certains thèmes centraux de la pensée de Mach. D’abord, parce que le souci d’économie et de simplification que manifeste ici Brentano présente une forte cohérence avec la volonté d’économie qui anime en permanence la méthode machienne. Rappelons ici la célèbre formulation du principe d’économie de pensée que Mach, dans son Histoire de la mécanique de 1883, présente comme le fondement méthodologique des sciences naturelles, et qui pourrait presque décrire les principes de méthode défendus par Brentano dans la citation qui précède :

  • 8 Mach, E. 1904, La Mécanique, Exposé historique et critique de son développement, Paris, Hermann, r (...)

Toute science se propose de remplacer et d’épargner les expériences à l’aide de la copie et de la figuration des faits dans la pensée. Cette copie est en effet plus maniable que l’expérience elle-même et peut, sous bien des rapports, lui être substituée.8

  • 9 Mach, E. 1905, Erkenntnis und Irrtum, Skizzen zu eine Psychologie der Forschung [ci-après : EI]’Le (...)

10Mais encore et surtout, cette prise de parti brentanienne pour une approche empirique de la psychologie par opposition à son embrigadement dans la métaphysique présente une forte cohérence avec l’attitude anti-métaphysique de Mach en matière de psychologie, attitude qui devait au reste trouver par la suite de fortes résonances dans le rejet de la métaphysique opéré par le positivisme logique du Cercle de Vienne. C’est ainsi que Mach, dans son ouvrage de 1905 intitulé La Connaissance et l’erreur et sous-titré « Esquisses d’une psychologie de la connaissance », oppose à la philosophie (comprise comme métaphysique spéculative) une démarche empirique d’enquête psychologique, et affirme qu’« il n’y a avant tout pas de philosophie machienne, mais au mieux une méthodologie propre aux sciences de la nature et une psychologie de la connaissance »9. À cet égard, il rejoint par un certain biais l’attitude brentanienne consistant à défendre l’idée d’une psychologie rigoureuse appuyée par des méthodes aussi exactes que celles des sciences naturelles : la « psychologie de la connaissance » qu’évoque Mach dans ce passage ne sera évidemment pas une psychologie spéculative, mais bien une psychologie empirique qui, en l’occurrence, s’appuiera sur des données scientifiques et expérimentales relatives à la physiologie de la perception.

11De même, cette volonté de faire jouer l’attitude scientifique et empirique contre l’attitude métaphysique est exprimée de la façon la plus claire possible au premier chapitre de L’Analyse des sensations, texte intitulé fort à propos « Remarques préliminaires anti-métaphysiques » et dans lequel Mach propose une tentative de naturalisation de la psychologie, d’une façon qui rapproche science physique et science psychologique. En effet, si l’on se situe sous l’hypothèse du monisme neutre, à savoir l’hypothèse selon laquelle la matière et l’esprit sont fondamentalement de même nature, alors il n’y a plus aucune raison d’établir de fossé entre la physique (comprise au sens large comme science de la matière) et la psychologie (comprise à tort ou à raison comme « science de l’âme ») ; dans les termes de Mach, il n’existe « de large fossé entre recherche physique et psychologique que dans le mode de pensée habituel et stéréotypé » (AS, p. 20). Et c’est pour cette raison que, chez Mach, cette approche se tourne à son tour en profondeur contre les thèses avancées par les métaphysiques traditionnelles de l’âme : non seulement parce que la psychologie se voit arrachée des bras de la métaphysique pour revenir dans ceux des sciences naturelles, mais encore parce que cette naturalisation de la psychologie permet de discréditer les principales notions métaphysiques liées à la nature de l’âme. En affirmant que les éléments qui composent la vie psychique sont de même nature que ceux qui composent la vie physique, mais sont simplement considérés sous un autre point de vue, Mach entend également montrer que des notions comme celles de moi, d’âme ou d’identité personnelle relèvent au pire de la pure illusion, au mieux de simples stratégies d’adaptation sans portée objective :

Par leur haute signification pratique, non seulement pour l’individu mais pour toute l’espèce, les combinaisons en unités du « Moi » et du « corps » s’affirment de manière instinctive, et se manifestent avec une force élémentaire. Toutefois, dans certains cas particuliers, lorsqu’il ne s’agit pas de but pratique, mais lorsque la connaissance devient une fin en soi, cette délimitation peut se révéler insuffisante, gênante et indéfendable. (AS, p. 25)

12En cela, la posture anti-métaphysique de Mach en matière de psychologie est même en fait bien plus radicale encore que celle de Brentano, puisque l’auteur de L’Analyse des sensations prend ouvertement parti contre les thèses de la métaphysique dogmatique, là où Brentano les mettait simplement à l’écart des principes fondamentaux de la psychologie empirique. Et c’est justement la radicalité de ce positionnement qui est relevée de façon critique par Brentano luimême dans son commentaire à La Connaissance et l’erreur, lorsqu’il s’interroge sur les motifs qui incitent Mach à vouloir intégralement naturaliser la philosophie :

Voici donc ce qui l’y a conduit : les tâches principales de la philosophie consistent en considérations métaphysiques, en particulier celles qui se rapportent à Dieu comme cause première ainsi que les considérations psychologiques qui se rapportent à l’âme et à ses activités. Or Mach rejette la métaphysique tout entière ; pour lui, il n’y a pas de Dieu et pas de cause première ; il n’admet pas davantage l’existence de l’âme, de sorte qu’il prive les activités psychiques telles que la représentation, le jugement, l’amour et la haine du caractère d’activité psychique, au point d’identifier tout simplement le psychique au physique. (UEMEI, pp. 22-23)

  • 10 C’est ainsi que Mach, dans ses Principes de la théorie de la chaleur, affirme notamment qu’« en de (...)
  • 11 Cf. Mécanique, op. cit., p. 76 : « Le désir d’abréger et de simplifier la communication agit dans (...)
  • 12 Voir en particulier le chapitre XVI d’UEMEI où Mach affirme que le concept de cause introduit par (...)

13Pourtant, même si Brentano se montre critique à l’égard de l’attitude positiviste extrême de Mach qui à tend à considérer toute question philosophique spéculative comme un faux problème, il n’en reste pas moins que l’attachement de ces deux auteurs à l’idée d’une psychologie appuyée sur l’expérience motive non seulement une critique plus ou moins marquée des interventions de la métaphysique en matière de psychologie, mais encore l’adoption partagée d’une méthode descriptive plutôt qu’explicative. Chez Mach, en effet, on trouve les prémices d’une approche positiviste selon laquelle les sciences de la nature en général (et donc la psychologie empirique en particulier) doivent renoncer à une recherche des causes qui, bien qu’elle se situe au fondement d’un très grand nombre de recherches empiriques, se révèle en réalité pénétrée de présupposés métaphysiques10. Voilà pourquoi il considère que les lois énoncées par les sciences de la nature (y compris, donc, celles de la psychologie comme science empirique) ont une valeur, non pas explicative, mais bien descriptive ; ou, dans ses propres termes, qu’il s’agit uniquement de « descriptions abrégées » des phénomènes11. Or bien que Brentano exprime à l’occasion son désaccord avec la façon spécifique dont Mach entend la notion de cause12, il reste que cette même volonté de privilégier les approches descriptives, notamment dans le domaine de la psychologie, se retrouve effectivement au cœur de la démarche brentanienne, comme il ressort en particulier de la Psychologie descriptive, ouvrage publié à titre posthume qui propose des transcriptions de cours donnés à Vienne entre 1887 et 1901. Brentano y distingue ainsi entre deux dimensions de la recherche psychologique : la « psychognosie », qui l’intéresse spécifiquement et qui entend déterminer les éléments de la conscience humaine ; et la psychologie génétique, qui s’intéresse aux conditions causales auxquelles les phénomènes psychiques sont sujets. Or à la différence de la psychologie génétique, la psychognosie à laquelle Brentano consacre une part majeure des cours en question laisse de côté la démarche explicative au profit d’une attitude essentiellement descriptive, la description dont il s’agit étant en premier lieu la description introspective, c’est-à-dire celle que le psychologue peut opérer en première personne au sujet de ses propres vécus de conscience. Cette dimension descriptive plutôt qu’explicative de la démarche psychognosique est décrite par Brentano dans les termes suivants :

  • 13 Brentano, F. 1995, Descriptive Psychology, éd. et tr. anglaise B. Müller, London, New York, Routle (...)

La psychognosie est différente. Elle n’enseigne rien des causes qui donnent naissance à la conscience humaine et sont responsables du fait qu’un phénomène spécifique se produise effectivement à présent, qu’il ne se produise pas ou disparaisse. Elle ne vise à rien d’autre qu’à nous procurer une conception générale du domaine entier de la conscience humaine.13

14Ici, donc, la partie de la psychologie qui, du point de vue empirique défendu par Brentano, se révèle tout d’abord féconde est bien la partie descriptive, affranchie au moins dans un premier temps de toute considération d’ordre causal, explicatif ou génétique : et un tel descriptivisme semble pouvoir être accordé avec l’esprit positiviste de la psychologie empirique de Mach.

Quelle signification donner à l’idée de psychologie empirique ?

15À présent, si Mach et Brentano partagent une même défense du rôle joué par l’expérience dans le développement de la psychologie moderne et si tous deux font de cette naturalisation de la psychologie le corrélat d’une attitude anti-métaphysique plus ou moins marquée, ils diffèrent malgré tout quant à la place exacte que l’un et l’autre assignent à l’expérimentation, et en particulier à l’expérimentation physiologique, lorsqu’il s’agit de psychologie de la perception. Chez Mach, en effet, il est très manifeste que la défense d’une psychologie appuyée sur l’expérience signifie de fait la défense d’une méthode potentiellement expérimentale, et qu’en matière de psychologie de la perception, les expérimentations en question doivent pouvoir prendre la forme d’expérimentations physiologiques. Cet intérêt pour la physiologie de la perception est attesté par les nombreux travaux que Mach consacra à la physiologie acoustique (notamment au sujet de l’effet Doppler), ou encore par ses contributions en optique qui, en particulier, donnèrent lieu en 1865 à la découverte du phénomène dit des « bandes de Mach ». Or d’un point de vue plus profondément théorique, un tel recours à l’expérimentation physiologique se justifie non seulement par la défense générale du rôle que doit jouer l’expérience dans les sciences naturelles, mais encore par la théorie du monisme neutre qui, en établissant un parallélisme voire une identité stricte entre le physique et le psychique, implique également que tous les vécus psychiques (notamment les sensations) sont en fait identiques, sous un certain point de vue, à des processus nerveux. Ce point est affirmé par exemple au sujet des sensations d’espace et de temps :

Partout où j’ai une sensation d’espace, que ce soit par la vue, le toucher ou autrement, j’aurai à accepter comme donné un processus nerveux de même type dans tous les cas. Je supposerai les mêmes processus nerveux pour toute sensation de temps. (AS, p. 61)

  • 14 À ce sujet, voir À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne, op. cit., p. 73.
  • 15 Cf. PPVE, p. 42 : « Comme les sciences de la nature, la psychologie repose sur la perception et l’ (...)

16Chez Brentano, en revanche, le rôle joué par l’expérimentation et par la physiologie est loin d’être aussi développé qu’il ne l’est chez Mach, et cela, notamment, parce que Brentano ne partage pas le physicalisme machien en matière de conception du psychique. Ainsi, la psychologie empirique de Brentano telle qu’elle est proposée dans la PPVE ne se présente directement ni comme une psychologie expérimentale, ni comme une psychologie basée sur les mesures ou sur le calcul. Certes, Brentano ne manque pas d’affirmer son soutien au développement de la psychologie expérimentale : dans ses « Vœux à l’Autriche » de 1895, il exprime en particulier son souhait de voir les laboratoires de psychologie expérimentale financièrement soutenus par l’État14. Mais il reste qu’à ses yeux, le fait d’en appeler à l’expérience en matière de recherche psychologique ne signifie pas que l’on en appelle à la recherche expérimentale proprement dite : comme nous l’avons déjà souligné, l’expérience dont il s’agit chez Brentano est avant tout l’expérience en première personne que chacun peut faire de ses propres vécus psychologiques, c’est-à-dire la perception interne ou introspection15, et non l’expérimentation en troisième personne et appuyée par des observations et mesures telle qu’elle peut être conduite en laboratoire.

  • 16 Voir par exemple EI, p. 25 pour un exemple d’un tel recours à l’introspection dans l’enquête psych (...)
  • 17 Cf. EI, p. 20 : « Mes pensées ne sont immédiatement accessibles qu’à moi-même, tout comme celles d (...)

17À cet égard, Brentano peut effectivement prendre ses distances à l’égard de la méthode de Mach en psychologie. Non pas que Mach ait entièrement méconnu le rôle que peut et doit jouer l’introspection dans l’enquête psychologique ; mais parce que tout en introduisant effectivement une part d’introspection dans la méthode en question16, il a considéré qu’en vertu de l’ancrage des phénomènes psychiques dans les phénomènes physiques et cérébraux, la seule introspection, qui s’attache à l’aspect psychologique ou vécu, ne suffisait pas à fournir la totalité des données nécessaires, et devait par conséquent être complétée par des observations externes et expérimentales relatives au conditionnement physiologique des vécus en question17.

18Or c’est justement cette différence entre cette approche de Mach et la sienne que ne manque pas de relever Brentano dans son commentaire à La Connaissance et l’erreur :

[Aux yeux de Mach] la méthode introspective à elle seule ne suffit pas à l’enquête psychologique ; elle doit être associée à l’observation externe, comme cela résulte de la dépendance du psychique à l’égard des processus cérébraux. (UEMEI, pp. 27-28)

19De la même manière, Brentano ne partage pas l’attitude de Mach vis-à-vis du rôle de la physiologie dans la recherche psychologique, rôle qu’il est loin de tenir pour une évidence. Bien entendu, Brentano reconnaît dans une certaine mesure la légitimité et l’intérêt que peut présenter la convocation de la physiologie pour une recherche en psychologie de la perception :

Le psychologue n’a-t-il pas pour tâche évidente de fixer les premiers éléments des phénomènes psychiques ? Or le psycho-physicien ne saurait non plus les négliger, car les sensations sont provoquées par des stimuli physiques. Et n’est-ce pas le rôle du physiologiste, lorsqu’il étudie les manifestations du mouvement spontané ou du réflexe, de remonter, par un enchaînement continu, jusqu’à leur origine ? Or le psycho-physicien aura pourtant, lui aussi, à rechercher la première conséquence physique de la cause psychique.
Ne nous formalisons donc pas des empiétements inévitables entre la physiologie et la psychologie. Ils ne seront d’ailleurs pas plus grands que ceux que nous observons par exemple entre physique et chimie. (PPVE, p. 21)

20Cependant, notre auteur met aussi soigneusement en garde contre une surestimation des bienfaits théoriques que la physiologie pourrait apporter à la psychologie, surestimation qui pourrait à ses yeux conduire à une réduction abusive de celle-ci à celle-là. Tel est le sens des longs développements consacrés à cette question dans la Psychologie du point de vue empirique, où l’on peut lire par exemple les critiques suivantes de la foi exagérée que des penseurs comme Auguste Comte ou Adolf Horwicz prêtent à la physiologie :

Ce sont des perspectives séduisantes, notamment à une époque où les sciences de la nature possèdent un crédit entier alors que celui de la philosophie est pour ainsi dire inexistant. […] Mais il ne faut pas que nos désirs nous entraînent inconsidérément à des illusions. Et il ne semble pas difficile de démontrer qu’à l’exemple de Comte, Horwicz exagère les services que la physiologie peut rendre à la psychologie. (PPVE, p. 62)

21La raison qui incite Brentano à critiquer une telle réduction de la psychologie à la physiologie comme dommageable et abusive est évidente : elle tient à son refus des perspectives physicalistes et à sa non-adhésion fondamentale à la thèse de l’identité entre le physique et le psychique, qui exclut de penser que l’on aurait saisi l’essence des phénomènes psychiques en élucidant leur ancrage physique. Or c’est également cette prise de position qui introduit justement le point de rupture entre sa psychologie empirique et la physiologie machienne des sensations, en tant que cette dernière s’appuie effectivement sur une tentative de réduction du physique au psychique. Comme le souligne Brentano dans son commentaire à La Connaissance et l’erreur, il serait certes malvenu de vouloir conduire une enquête psychologique sans tenir compte de la physiologie cérébrale ; mais il serait plus dommageable encore d’en conclure, comme le fait Mach, à une nécessaire identification du psychique au physique et de la psychologie à la physiologie :

Il n’est pas nécessaire de tomber dans la confusion de Mach qui identifie le psychique au physique ni même de considérer, avec les psychophysiciens, que le psychique n’est que le revers de quelque chose de physique pour se convaincre du fait qu’une psychologie génétique ne peut en général pas se passer d’une étude du cerveau et des processus nerveux. (UEMEI, p. 30)

22Il est donc très manifeste que si Mach et Brentano ont bien en commun l’adoption d’une démarche naturaliste orientée contre la métaphysique, sinon en tant que telle, du moins en tant qu’elle pourrait vouloir empiéter à mauvais escient sur le domaine de la psychologie, ils ne comprennent pas de la même manière la portée et les conséquences méthodologiques de la thèse selon laquelle une psychologie moderne et correctement comprise doit être conduite par la seule expérience. Mais cette première divergence n’est pas le seul point qui sépare ces deux auteurs : comme nous allons le voir à présent, ils diffèrent également quant au degré de critique dont ils font preuve au sujet de la question de l’unité de la conscience.

Unité de l’âme et unité de la conscience

La complexité de la conscience et la question de son unité

  • 18 Comme le souligne Arnaud Dewalque dans ses études consacrées à cette question : « Pour le dire d’u (...)

23Nous avons déjà eu l’occasion de souligner que même si Mach et Brentano avaient en commun de proposer une psychologie empirique plutôt que métaphysique, leur degré de radicalité dans la critique de la métaphysique était loin d’être le même. Or dans la continuité de ces considérations, on constate chez eux une différence décisive quant à la question de savoir quelle unité attribuer à la conscience ou au psychique, et donc quant au degré de critique qui doit être appliqué au postulat métaphysique traditionnel de l’unité de l’âme. En effet, le point qui doit à présent nous interpeler est que chez Brentano, la défense d’une approche descriptive des phénomènes psychiques est corrélative d’une approche analytique visant à l’identification des éléments de la vie psychique18. Ainsi, il apparaît que les phénomènes décrits par la psychologie se caractérisent par une forme de complexité intrinsèque que révèle justement la démarche descriptive et pré-phénoménologique ; c’est d’ailleurs cette complexité qui conduit Brentano à opposer l’étude psychologique à la science mathématique :

Ces deux sciences [mathématique et psychologie] sont comme des pôles opposés. La mathématique considère les phénomènes les plus simples et les plus indépendants, la psychologie les phénomènes les plus dépendants et les plus complexes. (PPVE, p. 41)

24En d’autres termes, la mise en œuvre d’une psychologie descriptive et analytique conduit le psychologue à se rallier à la thèse selon laquelle la conscience n’est pas simple mais complexe, si bien qu’il faut renoncer à l’idée d’une simplicité fondamentale de la conscience ou de l’âme.

25À cet égard, il pourrait être tout à fait tentant de rapprocher cette approche analytique de la vie psychique défendue par Brentano de l’approche analogue défendue par Mach dans L’Analyse des sensations. Chez Mach également, la vie de la conscience se laisse en effet analyser en faisceaux de sensations qui se caractérisent par leur fondamentale complexité :

Les couleurs, les sons, les températures, les pressions, les espaces, les temps, etc., forment entre eux des connexions multiples et variées, et ils sont eux-mêmes associés à des états d’âme, des sentiments et des volitions. De ce réseau émerge ce qui est relativement plus solide et plus stable, qui s’imprime dans la mémoire, et s’exprime dans la langue. Se manifestent tout d’abord, comme étant relativement plus stables, parce qu’ils sont liés (fonctionnellement) au temps et à l’espace, les complexes de couleurs, de sons, de températures, etc., de sorte qu’on leur attribue des noms particuliers et qu’on les désigne comme des corps. En aucun cas, toutefois, ceux-ci ne sont absolument stables. (AS, p. 8)

  • 19 Sur ces questions, voir notre article : « Le Moi peut-il être sauvé ? La subjectivité, de Mach au (...)

26Mais sur la base de ces considérations, Mach en vient alors à adopter une position tout à fait radicale dans sa critique de l’unité substantielle de l’âme et de la conscience : à ses yeux, non seulement la vie de la conscience est une vie complexe consistant à appréhender des faisceaux de sensations sans unité, mais le prétendu Moi lui-même, qui fait l’expérience de ces données, n’est jamais à son tour qu’un faisceau de sensations sans noyau propre, sans la moindre unité substantielle. Tel est le sens de ces considérations que nous avons déjà examinées plus haut et dans lesquelles Mach exprimait son scepticisme au sujet de la notion de Moi. Tel est également le sens de ces quelques formules frappantes qui sont restées célèbres, comme lorsque Mach affirme, en reprenant à son compte le célèbre aphorisme de Lichtenberg dirigé contre le cogito cartésien, que l’« on devrait dire : ça pense », comme on dit, à propos de l’éclair : ça luit (es blitzet) (AS, p. 30) ; ou encore comme lorsqu’il proclame que « le Moi ne peut être sauvé » (AS, p. 27)19.

27Les conséquences que dérive Mach de la thèse de la complexité de la conscience sont donc extrêmes. Or sa position semble initialement analogue à celle de Brentano quant à leur conviction relative à la complexité de la vie psychique. Demandons-nous donc à présent si le radicalisme des conséquences qu’en dérive Mach est également présent chez Brentano : sa défense d’une psychologie empirique et non métaphysique, son adoption d’une démarche analytique le conduisentelles aussi loin que Mach dans le rejet de la thèse de l’unité du psychique ? Nous allons voir que cela n’est en aucune manière le cas, comme en témoigne à lui seul ce verdict sans appel de Brentano quant à la conception du Moi défendue par son homologue : « Rien n’est plus obscur ni plus confus que la doctrine machienne du Moi » (UEMEI, p. 44).

28Assurément, la psychologie empirique de Brentano n’est pas au service d’une métaphysique substantialiste de l’âme : nous avons déjà examiné la façon dont cet auteur s’opposait aux approches métaphysiques de la psychologie, et nous avons également mentionné la recherche de neutralité métaphysique qui s’exprimait à travers la volonté de définir la psychologie comme science des phénomènes psychiques plutôt que comme science de l’âme. Mais malgré cela, il est de fait que la reconnaissance par Brentano de la fondamentale complexité de la conscience n’interdit nullement, à ses yeux, de penser l’unité du psychique. Bien au contraire, c’est évidemment cette unité qui fait l’objet du chapitre de la Psychologie du point de vue empirique intitulé « De l’unité de la conscience ». On peut ainsi rappeler la question initiale que pose Brentano au début de ce chapitre :

[I] l arrive fréquemment que nous ayons simultanément présents à l’esprit un nombre assez considérable d’objets, avec lesquels nous avons des rapports de conscience très variés. Une question se pose alors : Y a-t-il toujours une unité réelle qui embrasse, malgré leur grande abondance, tous ces phénomènes psychiques ? Tous ces phénomènes font-ils partie, comme phénomènes partiels, d’un tout unique, ou bien nous trouvons-nous en présence d’une multiplicité de choses, la totalité de l’état psychique devant alors être considérée comme un collectif, un groupe de phénomènes dont chaque élément constitue une chose en soi ou fait partie d’une chose particulière ? (PPVE, p. 169)

29La question qui est soulevée ici par Brentano est donc tout à fait claire : c’est un fait incontestable que celui de la complexité et de la diversité de la vie psychique, qui fait preuve d’une variété et d’un changement permanent ; mais cette complexité de la vie psychique signifie-t-elle immédiatement qu’il faille renoncer pour cette raison même à la thèse de l’unité du mental ? Bien entendu, la réponse est non, puisque l’unité du psychique reste concevable même sous l’hypothèse de sa complexité. Ce point est très explicitement souligné par Brentano, par exemple dans les termes suivants :

[L]’ensemble de notre état psychique, quelle qu’en soit la complexité, constitue toujours une unité réelle. C’est le fait bien connu de l’unité de la conscience que l’on a raison de considérer en général comme l’un des principes les plus importants de la psychologie. (PPVE, p. 169)

30Ainsi, il est selon Brentano indispensable de faire l’hypothèse d’une unité du mental car à défaut, il ne serait pas possible de penser la seule possibilité des actes de conscience. Mais a contrario, rien n’oblige à penser que cette unité soit une unité substantielle rapportée à une entité simple et indivisible : en réalité, on peut tout à fait envisager d’autres formes d’unité qui ne sont pas absolument incompatibles avec l’idée de pluralité ou de variété. Comme il le souligne lui-même :

Pas plus que la pluralité des parties, l’unité de la conscience n’exclut leur variété. Ce qui est nécessaire, ce n’est pas que les parties soient de même nature, mais simplement qu’elles appartiennent à la même unité réelle. (PPVE, p. 176)

31Une telle défense de l’unité (reconsidérée) de la conscience est réaffirmée par Brentano lorsqu’il souligne que même si une telle notion « appauvrie » de l’unité de la conscience pourrait décevoir un métaphysicien dogmatique, elle n’en est pas moins appuyée par des arguments rigoureux qui mettent à mal les idées proposées par l’empirisme sceptique :

L’unité de la conscience, telle que nous l’avons affirmée et délimitée, a un contenu plus modeste que celui qu’on lui attribue fréquemment. Mais en revanche les preuves que nous venons d’en donner sont absolument décisives et prévalent contre toutes les objections […]. (PPVE, p. 181)

32Cette idée selon laquelle on peut parfaitement penser l’unité de la conscience tout en tenant compte de sa complexité n’est pas moins centrale dans la Psychologie descriptive, en particulier au chapitre II de ce texte dont l’une des rubriques s’intitule « L’unité, pas la simplicité de la conscience ». Brentano y remarque qu’en affirmant que sa démarche en psychologie vise à déterminer les éléments de la conscience humaine et la façon dont ils sont connectés, on semble effectivement contredire la doctrine de la simplicité et de l’uniformité de l’âme. Pourtant, tout en reconnaissant qu’il conteste la doctrine de la simplicité de l’âme, Brentano tient à se démarquer de positions empiristes radicales telles que celle de Hume pour qui contester la simplicité de l’âme, ce n’est ni plus ni moins que contester son unité et donc son existence substantielle :

  • 20 Brentano, F. Descriptive Psychology, op. cit., p. 15.

Notre conscience ne se présente pas à notre perception interne comme quelque chose de simple, mais elle apparaît comme composée d’un grand nombre de parties. L’unité d’une réalité est quelque chose de différent de la simplicité de cette réalité.20

  • 21 Cette différence essentielle entre ces deux penseurs est d’ailleurs justement ce que souligne Arna (...)
  • 22 À ce sujet, voir à nouveau les commentaires de Dewalque : « La position de Brentano, sur ce point, (...)

33Ainsi, le caractère incontestablement composite de la conscience ne dit rien contre l’unité de cette dernière. Et cela parce que si l’âme est composée de parties, les parties en question sont simplement distinctes, mais pas pour autant objectivement séparables (contrairement à ce que voudrait par exemple une doctrine matérialiste telle que celle des atomistes) : comme le remarque Brentano dans ce passage, il s’agit pour ainsi dire de parties sans éléments, dont l’existence ne porte donc pas atteinte à l’unité substantielle de la réalité d’ensemble. Or c’est ici, effectivement, que la position brentanienne s’écarte significativement de la position machienne21, puisque l’empirisme machien voit au contraire dans l’irréductible pluralité et complexité du psychique un argument irrécusable contre l’unité de ce dernier. C’est une telle position que Brentano considère quant à lui comme intenable22, porteuse d’implications contradictoires et absurdes :

À la place de l’unité réelle [du Moi], [Mach] pose une pluralité. Celleci doit bien comporter un lien, mais ce nom lui-même ne recèle rien d’autre que l’existence de lois selon lesquelles les représentations interviennent simultanément ou successivement. Que ces lois ne puissent pas constituer une unité pour la conscience, cela ne fait aucun doute pour quiconque ne méconnaît pas entièrement le concept de conscience comme il le fait. Mais lui-même, tandis qu’il admet cela, se voit […] contraint, dans son identification du physique au psychique, de présenter le monde entier comme un moi unique. Quant à savoir pourquoi ce monde entier ne dispose pas d’une conscience unique, c’est là ce qui demeure incompréhensible. (UEMEI, p. 40)

L’intentionnalité comme critère du psychique ?

34On peut alors souligner un dernier aspect qui éloigne Brentano du scepticisme machien en matière de conception du psychique, aspect qui est tout à fait crucial puisqu’il ne concerne rien de moins que la portée même de la thèse de l’intentionnalité qui est au cœur de la psychologie brentanienne. Certes, la théorie brentanienne de l’intentionnalité peut sembler se rapprocher de certains aspects de la pensée de Mach, notamment du phénoménisme qui s’attache à la pensée de ce dernier à travers la thèse radicale qui découle du monisme neutre, et selon laquelle « il est juste d’affirmer que le monde n’est constitué que de nos sensations » (AS, p. 16). Bien entendu, Brentano est loin de pousser jusque dans ces extrémités ses orientations phénoménistes ; mais il souligne néanmoins que pour être intentionnel, un acte de conscience ne doit pas nécessairement être dirigé vers un objet transcendant ; l’acte est et demeure intentionnel, quand même l’objet vers lequel il est dirigé relèverait de la pure et simple représentation sans corrélat externe. Dans les termes de la Psychologie du point de vue empirique :

Il faut cependant admettre ceci : l’objet auquel se rapporte un sentiment n’est pas toujours un objet extérieur. Quand j’entends un son harmonieux, le plaisir que j’éprouve n’est pas dû en réalité au son, mais au fait que je l’entends. On n’aurait peut-être pas même tort de dire que, d’une certaine façon, ce plaisir se rapporte à lui-même. (PPVE, p. 103)

  • 23 Sur cette possibilité d’extension du mental dans le physique et inversement, cf. AS, p. 17 : « En (...)

35De ce point de vue, donc, la théorie de l’intentionnalité telle qu’elle est proposée par Brentano semble se rallier à une approche de type phénoméniste en apparence compatible avec le phénoménisme machien. Pourtant, il est un aspect de la pensée de Mach avec lequel, de par ses conséquences, une telle thèse est purement et simplement incompatible : à savoir le rejet catégorique qu’exprime l’auteur de L’Analyse des sensations quant à la possibilité d’établir un critère strict de démarcation entre le physique et le psychique. L’absurdité qu’il y aurait à vouloir établir un tel critère tient évidemment au fait qu’en vertu du monisme neutre, ces deux dimensions de l’homme que sont le physique et le psychique ne sont que deux aspects d’une même réalité, et qui plus est, deux aspects qui viennent souvent se confondre l’un dans l’autre sans solution de continuité23. Rappelons à nouveau l’une des formules de Mach à ce sujet :

Sur cette voie, nous ne rencontrons pas de fossé entre corps et sensations, entre intérieur et extérieur, entre monde matériel et monde physique […]. Tous les éléments […] s’agrègent en une seule masse cohérente. (AS, p. 20)

36On comprend alors immédiatement dans quelle mesure la thèse brentanienne de l’intentionnalité est incompatible avec ces positions machiennes : sinon du point de vue de son contenu en tant que tel (en tant qu’elle affirme que tout acte de conscience est dirigé vers un objet intentionnel), en tout cas du point de vue de sa portée, c’est-à-dire dans son ambition de valoir comme critère du mental, permettant de distinguer ce dernier du physique. On peut ici renvoyer au tout début du chapitre de la Psychologie du point de vue empirique qui porte sur la « Différence entre phénomènes psychiques et phénomènes physiques », et où l’on peut lire cette déclaration qui ne laisse aucune ambiguïté quant au projet de trouver un critère strict de démarcation entre ces deux dimensions du réel :

Ce que nous voulons, c’est élucider le sens des termes phénomène physique et phénomène psychique et couper court à tout malentendu et à toute confusion. (PPVE, p. 92)

37Or c’est afin de répondre à cette volonté de démarcation du physique et du psychique que Brentano propose sa définition du psychique liée à la notion d’intentionnalité, définition dont il ne sera guère nécessaire de rappeler la formulation dans le présent volume :

Ce qui caractérise tout phénomène psychique, c’est ce que les Scolastiques du Moyen Âge ont appelé l’inexistence intentionnelle (ou encore mentale) d’un objet et ce que nous pourrions appeler nousmêmes – en usant d’expressions qui n’excluent pas toute équivoque verbale – la relation à un contenu, la direction vers un objet (sans qu’il faille entendre par là une réalité ou objectivité immanente) […]. Cette inexistence intentionnelle appartient exclusivement aux phénomènes psychiques. Aucun phénomène physique ne contient rien de semblable. Nous pouvons donc définir les phénomènes psychiques en disant que ce sont les phénomènes qui contiennent intentionnellement un objet en eux. (PPVE, p. 101-102)

  • 24 Et malgré, au demeurant, un degré de phénoménisme qui demeure moindre dans la pensée de Brentano, (...)

38Une telle déclaration relative à la portée de la théorie de l’intentionnalité montre clairement que malgré de possibles convergences sur le contenu24, il demeure que du point de vue de sa justification même ou de sa raison d’être, cette théorie vient heurter des postulats sceptiques qui sont essentiels à la pensée de Mach relativement à la nature du psychique et à sa différence de nature réelle ou supposée avec le physique : et c’est ici également que se marque un point de rupture irréconciliable entre Mach et Brentano.

*****

39Ernst Mach et Franz Brentano sont donc deux penseurs qu’en apparence, bien des choses semblent rapprocher : qu’il s’agisse du contexte viennois, de leur volonté de refonder empiriquement la psychologie, de leur positivisme et de leurs réserves à l’égard de la métaphysique, ou encore de leur intérêt pour la question controversée de l’unité du psychique. Mais sur fond de ces possibls rapprochements qui incitent à la comparaison, on voit se dessiner plusieurs lignes importantes de démarcation, contribuant à faire en sorte que chacun de ces deux auteurs conserve un syle caractéristique qui lui est propre, les maintenant ainsi dans leur fondamentale singularté comme deux figures majeures, mais irréductilement distinctes, de la psychologie moderne.

Notes

1 . Cf. Mach, E. 1996, L’Analyse des sensations [ci-après : AS], tr. fr. F. Eggers et J. -M. Monnoyer, Nîmes, J. Chambon.

2 Voir par exemple AS, p. 44 : « Je ne vois donc pas d’opposition entre ce qui est physique et ce qui est psychique, mais une identité simple entre ce qui concerne leurs éléments. Dans la sphère sensorielle de ma conscience, tout objet est à la fois physique et psychique ».

3 Sur l’influence de Brentano sur la philosophie autrichienne et viennoise du tournant-dusiècle, cf. notamment Smith, B. 1994, Austrian Philosophy. The Legacy of Franz Brentano, Open Court Publishing Company, Chicago and LaSalle, Illinois ; voir en particulier le chapitre 1 consacré à la place de l’école de Brentano dans la philosophie autrichienne.

4 Ce point est souligné dans la préface de l’ouvrage : À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne, éd. D. Fisette et G. Fréchette, Paris, Vrin, 2007, p. 38. Les traces de cette influence sont consignées dans la correspondance Brentano-Vailati éditée par R. M. Chisholm et M. Corrado, in Topoi, Décembre 1982, Volume 1, n ° 1-2, pp. 3-30.

5 Ces différents textes sont proposés dans Brentano, F. 1988, Über Ernst Machs Erkenntnis und Irrtum [ci-après : UEMEI], éd. R. M. Chisholm et J. C. Marek, Amsterdam, Rodopi.

6 Sur la continuité entre cette attitude anti-métaphysique de Brentano et le rejet de la métaphysique opéré plus tard par le positivisme logique, voir Smith, B. op. cit., p. 16 : « Brentano n’éprouvait pas seulement de la sympathie pour une méthode rigoureusement scientifique en philosophie ; il partageait également avec les positivistes logiques une certaine orientation anti-métaphysique […] ».

7 F. Brentano, Psychologie du point de vue empirique [ci-après : PPVE], tr. fr. M. de Gandillac revue par J. -F. Courtine, Paris, Vrin, 2008, p. 11.

8 Mach, E. 1904, La Mécanique, Exposé historique et critique de son développement, Paris, Hermann, reproduit chez J. Gabay, Sceaux, 1987, p. 449. On relèvera cependant que même si Brentano reconnaît dans l’ensemble l’intérêt des principes d’économie et les applique dans sa propre pensée, il n’est pas sans exprimer quelques réserves quant à une généralisation extrême de ce principe telle que la pratique Mach. Voir à ce sujet le chapitre X de UEMEI, où Brentano commente les théories machiennes relatives au besoin de purification logicoéconomique de la pensée.

9 Mach, E. 1905, Erkenntnis und Irrtum, Skizzen zu eine Psychologie der Forschung [ci-après : EI]’Leipzig. Tr. fr. M. Dufour, La Connaissance et l’erreur, Paris, préface à la 1ère édition, note 1.

10 C’est ainsi que Mach, dans ses Principes de la théorie de la chaleur, affirme notamment qu’« en dehors de la nécessité logique, il n’en existe aucune autre » et que, « par exemple, il n’existe pas de nécessité physique », ce qui implique que les sciences de la nature doivent renoncer à toute recherche de causes ou de principes nécessaires.

11 Cf. Mécanique, op. cit., p. 76 : « Le désir d’abréger et de simplifier la communication agit dans le même sens et c’est ainsi que, pour des raisons d’économie, un grand nombre de faits avec leurs lois en arrivent à être rassemblés et exprimés dans un énoncé unique ».

12 Voir en particulier le chapitre XVI d’UEMEI où Mach affirme que le concept de cause introduit par Mach est « entièrement fautif ».

13 Brentano, F. 1995, Descriptive Psychology, éd. et tr. anglaise B. Müller, London, New York, Routledge, p. 4.

14 À ce sujet, voir À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne, op. cit., p. 73.

15 Cf. PPVE, p. 42 : « Comme les sciences de la nature, la psychologie repose sur la perception et l’expérience. Mais sa source essentielle est la perception interne de nos propres phénomènes psychiques. »

16 Voir par exemple EI, p. 25 pour un exemple d’un tel recours à l’introspection dans l’enquête psychologique.

17 Cf. EI, p. 20 : « Mes pensées ne sont immédiatement accessibles qu’à moi-même, tout comme celles de mon voisin ne sont connues que de lui. […] Pourtant, cette même expérience m’apprend que mes pensées, mon psychisme, sont dépendants de l’environnement physique […]. L’examen du psychique par l’« introspection » n’est pas exhaustif ; il doit marcher main dans la main avec une enquête sur le physique ».

18 Comme le souligne Arnaud Dewalque dans ses études consacrées à cette question : « Pour le dire d’un mot, la psychologie descriptive brentanienne est, foncièrement, une psychologie analytique : décrire un état mental, ce n’est pas autre chose que l’analyser, c’està-dire opérer des distinctions qui font apparaître ses parties constitutives » (Dewalque, A. « Le programme analytique de Brentano », Conférence de la société belge de philosophie, ULB, 31 octobre 2012, p. 3. Téléchargeable sur :
http://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/137094/1/Conf_SBP__Programme_analytique_Brentano.pdf.
Voir également, du même auteur : « Brentano and the parts of the mental : a mereological approach to phenomenal intentionality », Phenomenology and the Cognitive Sciences, Janvier 2013.

19 Sur ces questions, voir notre article : « Le Moi peut-il être sauvé ? La subjectivité, de Mach au premier Wittgenstein », in Philonsorbonne, 2006-7, n ° 1, pp. 49-59.

20 Brentano, F. Descriptive Psychology, op. cit., p. 15.

21 Cette différence essentielle entre ces deux penseurs est d’ailleurs justement ce que souligne Arnaud Dewalque, lorsqu’il met en avant les différences entre la position de Mach et celle de Brentano vis-à-vis de l’empirisme sceptique de Hume en matière de rejet de l’unité du psychique. Cf. Dewalque, art. cit., pp. 5-7 : « En rejetant la simplicité, Hume rejette également l’unité du mental. Concrètement, cela implique qu’il n’existe rien de tel que le « Moi ». Le Moi est, comme dit Hume, une fiction. Comme on sait, une conception similaire est défendue par Mach dans L’Analyse des sensations. [… Or c] omme Hume [et Mach], il [Brentano] admet la thèse de la complexité du mental, mais contre lui [eux], il défend la thèse de l’unité. […] Brentano estime que la thèse selon laquelle le mental est un faisceau ou une collection de perceptions ne fait pas droit à l’unité réelle de l’expérience. Unité et simplicité dont deux choses différentes. […] Avec Hume, Brentano rejette la thèse de la simplicité, mais contre lui, il accepte la thèse de l’unité ».

22 À ce sujet, voir à nouveau les commentaires de Dewalque : « La position de Brentano, sur ce point, se situe à l’opposé de celle de Mach : la conscience, bien que complexe, ne constitue pas seulement une unité nominale mais constitue bel et bien une unité réelle, soit une seule et même chose » (idem., p. 9).

23 Sur cette possibilité d’extension du mental dans le physique et inversement, cf. AS, p. 17 : « En conséquence, le Moi peut être élargi au point d’inclure le monde entier. Le Moi n’est pas nettement délimité ; sa frontière est fort incertaine et peut être déplacée à notre gré. »

24 Et malgré, au demeurant, un degré de phénoménisme qui demeure moindre dans la pensée de Brentano, qui ne pousse pas ses idées jusqu’à un idéalisme affirmé comme le fait Mach.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search