Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Troisième partie. Situer un programme : Brentano et son école dans l'histoire de la psychologie scientifique

13. Le problème de l’intensité dans la psychologie de Brentano et de Stumpf

Riccardo Martinelli

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse du développement de la question dans la philosophie du 19e siècle, je me permets (...)
  • 2 Kant, E. 1781 (1 ère éd.), Kritik der reinen Vernunft, dans Kants Werke, Akademie-Ausgabe, Berlin, (...)
  • 3 Kant, E. Prolegomena zu einer jeden künftigen Metaphysik, die als Wissenschaft wird auftreten könn (...)
  • 4 Herbart, J. H. 1822, « Über Möglichkeit und Nothwendigkeit, Mathematik auf Psychologie anzuwenden  (...)
  • 5 Fechner, G. Th. 1860/1964, Elemente der Psychophysik, 2 vol., Leipzig, Breitkopf & Härtel, Amsterd (...)
  • 6 Wundt, W. 1874 (1ère éd.)/1893 (4e éd.), Grundzüge der physiologischen Psychologie, 2 vols., Leipz (...)

1Si l’on peut affirmer sans exagération que le problème de l’intensité des états mentaux est au centre du débat sur la méthode et le statut épistémologique de la psychologie au XIXe siècle1, son origine remonte au moins à certaines propositions ambiguës de la première édition de la Critique de la raison pure où Kant semble considérer comme possible l’attribution d’une certaine « quantité intensive » aux sensations2 . Ainsi, en dépit d’un scepticisme bien connu concernant la scientificité de la psychologie empirique, Kant envisage la possibilité de concevoir la sphère psychique à partir d’une mathesis intensorum ou encore d’un calcul des quantités intensives, dont parlait déjà Johann Heinrich Lambert, et que Kant conçoit lui-même, au chapitre 24 de ses Prolégomènes, comme une « deuxième application » de la mathématique à la science de la nature3. La psychologie de Johann Friedrich Herbart sera quelques années plus tard entièrement fondée sur cette idée d’une mesure de l’intensité relative des représentations, suivant l’hypothèse que toute représentation exhibe nécessairement des variations d’intensité mesurables4. En 1860, Gustav Theodor Fechner aboutit à la fameuse formule logarithmique – parfois appelée de manière inexacte « loi de Weber-Fechner » – qui exprime la relation entre l’intensité de la sensation et sa cause physique5 . Enfin, mentionnons que Wilhelm Wundt, dans les Grundzüge der physiologischen Psychologie de 1874, va jusqu’à admettre explicitement que la science de l’âme se fonde sur l’intensité en tant que « seconde dimension » qui s’ajoute à celle de la temporalité, permettant ainsi l’application de la mathématique au psychique6.

2Ces quelques brèves remarques historiques nous permettent de mieux comprendre le contexte dans lequel interviennent les considérations de Brentano dans sa Psychologie de 1874, contexte dans lequel la question de l’intensité des sensations représente alors un enjeu majeur pour la psychologie scientifique naissante. Il ne faut pas oublier que les Eléments de psychophysique de Fechner parus quatorze ans avant la parution de la Psychologie de Brentano et des Grundzüge de Wundt, avaient déjà suscité de très vifs débats autant en Allemagne qu’à étranger, si bien qu’il eût été très difficile pour Brentano d’ignorer le problème de l’intensité des sensations qu’il discute d’ailleurs amplement dans la première édition. Loin de nier absolument toute validité à la psychophysique, Brentano propose une correction à la formule de Fechner qui repose sur la détermination des relations d’intensité entre les sensations et leurs objets. Brentano adopte pour ainsi dire un double registre : il développe une formulation parallèle à son propre modèle psychologique en envisageant la possibilité de certaines relations d’intensité entre les actes psychiques, dont les représentations et les jugements, et leurs objets : que ce soit pour l’objet premier ou l’objet second. Même s’il est vrai que Brentano ne vise absolument pas en premier lieu à fonder une science quantitative ou mathématique de l’âme, on doit reconnaître qu’en 1874 il s’efforce de montrer que la conception originale de la psychologie qu’il souhaite promouvoir pourrait très bien, à l’occasion, être exprimée dans les termes de certaines relations intensives élémentaires et donc satisfaire sans difficultés le desideratum d’un modèle intensif, selon que la discussion scientifique du moment l’exigerait ou non.

3Toutefois, une douzaine d’années plus tard, Brentano semble réviser sa position initiale jusqu’à rejeter en bloc cet apparat intensif parallèle en 1911 dans la deuxième édition de sa Psychologie d’un point de vue empirique . Il adopte alors une nouvelle doctrine, suivant laquelle seules les sensations possèdent une intensité ; ce qui entraîne de fait une séparation très nette entre la sphère du sensible et celle du noétique.

  • 7 Voir Fisette, D. La philosophie de Carl Stumpf : ses origines et sa posterité, dans C. Stumpf, Ren (...)

4La complexité de l’héritage brentanien au sujet de l’intensité psychologique se manifeste d’ailleurs dans son école. En particulier, il nous semble très instructif d’examiner la position de Carl Stumpf qui était, avec Anton Marty, l’un des élèves les anciens et les plus proches de Brentano, et qui se distingue néanmoins très nettement de l’« orthodoxie » brentanienne pour développer une conception originale et rigoureuse de la philosophie7 . Bien que Stumpf n’embrasse ni la première, ni la seconde version de la doctrine brentanienne, nous allons voir qu’il reste sans aucun doute plus proche des vues originelles de son maître. Afin de reconnaître les positions respectives de Brentano et de Stumpf, nous devrons commencer par revenir sur l’analyse que propose la Psychologie du point de vue empirique du 1874 du problème de l’intensité des sensations (§ 1) et des représentations non-sensibles ainsi que des jugements (§ 2). Ensuite nous examinerons comment Brentano abandonne cet apparat dans le cadre d’une doctrine psychologique qui ne reconnaît de dimension quantitative qu’à la seule sensation (§ 3). Nous finirons par une comparaison entre les idées de Brentano et la théorie que Stumpf développe dans les deux volumes de la Tonpsychologie (1883, 1890) et dans un essai du 1918 intitulé Empfindung und Vorstellung (§ 4).

L’intensité des sensations dans la Psychologie de 1874

5Dans la première édition de la Psychologie vom empirischen Standpunkt du 1874, Brentano établit les principes fondamentaux de la psychologie. Une bonne partie du premier des deux livres dont l’ouvrage se compose, intitulé « La psychologie en tant que science », est dédié à la question de la méthode de la psychologie. Brentano s’efforce notamment de démontrer que les principes méthodologiques de la science de l’âme n’impliquent aucune exception particulière à la logique générale de la méthode scientifique. Le premier moment est représenté par l’induction des lois générales, suivi par la déduction de lois particulières et par leur vérification expérimentale. Cependant, admet Brentano, la psychologie est soumise à certaines limitations spécifiques, surtout en ce qui concerne le premier moment, celui de l’induction. Brentano identifie deux limitations : 1) la relation du psychique aux conditions physiologiques concomitantes et 2) l’absence d’une méthode pour la mesure de l’intensité. L’analyse de ces questions tient donc en premier lieu aux relations de la psychologie avec ses disciplines voisines, à savoir la physiologie (1) et la psychophysique (2). Concernant la première limitation, on se bornera ici à observer que Brentano frustre quelque peu les espoirs de ceux – comme Maudsley ou Horwicz – qui essaient de réduire la psychologie à la physiologie. La position brentanienne trouvera quelques éclaircissements lorsque Brentano proposera plus tard la distinction entre psychologie génétique et psychologie descriptive. Néanmoins, son attitude non-réductionniste est déjà parfaitement définie en 1874. C’est davantage sur la seconde limitation – qui concerne l’intensité et la psychophysique – que nous allons porter noter attention.

  • 8 Stadler, A. 1878, « Über die Ableitung des psychophysichen Gesetzes », Philosophische Monatshefte (...)
  • 9 Hering, E. 1874, « Zur Lehre vom Lichtsinne. IV : Über die sogenannte Intensität der Lichtempfindu (...)
  • 10 Voir Seron, D. 2011, « The Fechner-Brentano Controversy on The Measurement of Sensations », Revue (...)

6Selon Brentano, la psychophysique n’a pas pu obtenir de manière satisfaisante le résultat d’une mesure de l’intensité des sensations, ni dans la version originelle de Fechner, ni après les corrections apportées Wundt et bien d’autres. Cependant, il y a bien des différences d’intensité entre les sensations dont le psychologue doit rendre compte. Même si Brentano ne souscrit pas à la doctrine fechnerienne, sa position diffère remarquablement de celle des philosophes néokantiens de Marburg – on pensera à August Stadler ou à Hermann Cohen8 – qui nient toute validité à la psychophysique. En même temps, Brentano n’adhère pas non plus aux thèses de ceux qui réfutent la catégorie même de l’intensité, comme l’affirmera pour le sens visuel Ewald Hering (on y reviendra plus tard), et plus généralement Henri Bergson dans le chapitre sur l’intensité des sensations de son Essai sur les données immédiats de la conscience de 18899. Brentano introduit plutôt une variation remarquable de la loi de Fechner10. Selon lui, il faut distinguer deux moments distincts dans la loi psychophysique le moment physiologique et le moment psychologique. La détermination des différences dans la cause physique qui correspondent aux différences juste perceptibles par le sujet, est un problème physiologique ; mais c’est au psychologue qu’il revient de déterminer la relation réciproque entre les différences ainsi obtenues, car elles sont déjà quelque chose d’entièrement psychique. En tant que psychologue, Brentano s’efforce alors de déterminer la relation quantitative entre les accroissements également perceptibles. Son résultat est que chaque augmentation dans l’intensité des sensations est également perceptible si son rapport avec la sensation augmentée est constant.

  • 11 Brentano, Psychologie, p. 85.

7On avait trouvé que l’accroissement de l’excitant physique, qui produit, dans la force de la sensation, l’accroissement perceptible minimal, demeure toujours dans un rapport constant avec la grandeur de l’excitant auquel il s’ajoute. On considéra donc comme évident que le moindre accroissement perceptible de la sensation devait être considéré comme constant. Et l’on aboutit de la sorte à cette loi : l’intensité de la sensation s’accroît de la même grandeur, quand l’accroissement relatif de l’excitant psychique est identique. Mais, ce qui est évident de prime abord n’est pas que tout minimum perceptible soit égal mais bien qu’il soit également perceptible (gleich merklich)11.

8Par conséquent, la loi qui établit une relation logarithmique entre l’intensité du stimulus et l’intensité de la sensation, est analysée et reformulée par Brentano de la manière suivante :

1. Quand l’accroissement relatif de l’excitant physique est identique, la sensation augmente de grandeurs également perceptibles.
2. Quand la sensation augmente de grandeurs également perceptibles, l’accroissement relatif de la sensation est identique.
Il suit de là que :
3. Quand l’accroissement relatif de l’excitant physique est identique, l’accroissement relatif de la sensation est identique. En d’autres termes : quand l’excitant physique croît d’un même multiple, l’intensité de la sensation croît du même multiple. (Brentano, Psychologie, p. 85)

9Comme Herbart l’avait déjà affirmé, il y a donc une relation de proportionnalité entre la cause physique et la sensation, ce qui dément donc la loi logarithmique. Toutefois, Herbart posait une condition trop forte lorsqu’il affirmait une proportionnalité directe : il suffit d’imaginer, selon Brentano, que deux quantités soient liées par une relation de proportionnalité indirecte :

Notre loi n’exige pas que, toutes les fois que l’excitant croît d’un multiple, la sensation croisse du même multiple ; il lui suffirait que, chaque fois que l’excitant augmenterait de moitié, la sensation s’accrût d’un tiers. (Brentano, Ibid.)

10En tant que doctrine des relations entre le corps et l’esprit, au sens de Fechner, la psychophysique est donc dépourvue de toute validité. Mais le problème posé par Fechner signale, selon Brentano, un sujet tout à fait digne d’intérêt pour la psychologie : celui des relations d’intensité parmi les sensations. Ce n’est donc pas sans raisons que Brentano rend hommage « à un physiologiste de premier ordre, E. H. Weber », pour ses travaux préparatoires, et « à un physicien de culture philosophique, tel que Fechner » pour « l’établissement définitif de la loi avec un contenu élargi » (Ibid., p. 30).

11Après examen, la critique brentanienne de la psychophysique semble donc n’être que le premier pas vers une réflexion plus ample sur la question de l’intensité. Afin de mieux en comprendre l’enjeu, commençons par remarquer que Brentano semble concéder à Fechner bien plus que ce qu’on pourrait croire après la critique qu’il vient de lui adresser :

J’admets donc pour ma part que, d’après la méthode de Fechner, l’on peut trouver le moyen de mesurer à la fois les phénomènes physiques et les phénomènes psychiques qui les expriment. (Ibid, p. 87)

12Néanmoins, cette concession n’implique aucune véritable réhabilitation de la discipline. D’un coté, les sensations, qui forment l’objet de la psychophysique, ne sont qu’une seule classe de phénomènes psychiques. Mais surtout, la relation entre l’intensité des sensations et l’intensité du phénomène physique qui leur correspond renvoie à une dimension qui n’épuise nullement la nature des actes psychiques. Comme Brentano le remarque immédiatement :

Mais il me semble nécessaire d’ajouter cette nouvelle restriction : ce n’est que sous un seul aspect, son rapport à l’objet premier, que le phénomène psychique est mesuré quant à son intensité. Nous verrons, en effet, qu’il présente encore d’autres aspects et ne s’épuise pas dans ce rapport. (Ibid., p. 87)

13Lorsqu’on considère la relation de l’acte psychique à son objet premier, par exemple de la sensation de son ou de couleur, on pourra bien y trouver une correspondance du genre de la proportionnalité indirecte qui émerge de la réforme brentanienne de la loi de Fechner et que Brentano, comme nous allons le voir dans la prochaine section, étend aux représentations en général. Mais la relation à l’objet premier n’épuise pas la totalité des relations psychiques dont la psychologie doit s’occuper, ce qui entraînera des problèmes très délicats.

Intensité et perception interne

14Après avoir introduit dans le premier chapitre de la deuxième partie la distinction célèbre entre phénomènes physiques et psychiques, Brentano se penche dans le deuxième chapitre, intitulé « De la conscience intérieure », sur la question des phénomènes psychiques inconscients. L’intégralité de la discussion est subordonnée à la thèse, tout à fait centrale, de l’évidence caractéristique de la perception interne. Dans la théorie brentanienne, chaque phénomène psychique de n’importe quelle nature est enregistré dans la « perception interne » (innere Wahrnehmung). La perception interne est constituée par une double couche formée de deux actes distincts : une représentation dont l’objet est le phénomène psychique, et un jugement évident. Tout acte psychique s’accompagne donc d’une double conscience intérieure, d’une représentation corrélative et d’un jugement corrélatif, ce qu’on appelle la perception interne, qui est une connaissance immédiate, évidente de l’acte (Psychologie, p. 152). Il faut souligner que les phénomènes psychiques sont tous représentés, sans exception, dans la perception interne. Autrement dit, selon Brentano il n’y a aucun phénomène psychique inconscient. Ce principe constitue un postulat nécessaire et fondamental de la psychologie brentanienne. S’il y avait des phénomènes psychiques inconscients, ceux-ci échapperaient à la perception interne, et par voie de conséquence, la fondation brentanienne de la psychologie subirait un échec très grave : elle serait structurellement incomplète (Ibid., p. 130). Brentano formule quatre thèses contre l’existence des phénomènes psychiques inconscients (Ibid., p. 117). Nous nous pencherons ici seulement sur la troisième de ces preuves dans la mesure où elle porte sur un calcul de l’intensité des actes psychiques. En général, Brentano établit une correspondance entre l’intensité de la représentation et celle de son objet :

15« L’intensité de l’acte représentatif est toujours égal à l’intensité avec laquelle se manifeste l’objet représenté ; en d’autres termes, elle est égale à l’intensité du phénomène qui constitue le contenu de l’acte représentatif. On peut dire que cela va de soi. » (Ibid., p. 131)

16Ce point de vue est conforme à la réforme que Brentano apporte à la psychophysique : le principe ci-dessus n’est que l’expansion à chaque représentation de la relation que nous avons introduite plus haut pour les sensations. Ainsi, pour toutes représentations (y compris les sensations) on pourrait établir que l’intensité de la représentation est proportionnelle à l’intensité de l’objet :

17(1) i (R) = k i (O)

18Dans le cas de la sensation, comme nous l’avons vu, il suffit d’établir que k ≠ 0 ; dans le cas des représentations, par contre, selon la citation qui précède, on peut poser une condition plus étroite, à savoir que k = 1. Bien entendu, Brentano ne formule pas la question à l’aide d’une formule de ce genre. Néanmoins, son point de vue pourrait bien être exprimé au moyen d’une expression comme (1), où la variation de k se rallie à la différence entre sensation et représentation.

19Dans le cas de la perception interne, il y a d’autres complications. L’objet (O) est à son tour un acte psychique. Par conséquent, l’intensité doit coïncider (k = 1) avec l’intensité de la représentation de la perception interne, dont l’acte psychique forme l’objet. S’il en est bien ainsi, si l’intensité de la représentation est toujours égale à l’intensité du phénomène qui en constitue le contenu, il est clair que l’intensité de l’acte par lequel nous nous représentons une représentation, doit aussi être égale à l’intensité avec laquelle apparaît cet acte représentatif. Il s’agit simplement de déterminer quel est le rapport entre l’intensité de nos propres représentations conscientes lorsqu’elles apparaissent et leur intensité réelle.

20Mais il ne peut y avoir de doute à cet égard. Si la perception interne ne saurait nous tromper, alors les deux intensités doivent être égales. La perception ne peut confondre voir et entendre, ni prendre une sensation auditive forte pour une sensation auditive faible et inversement. Nous arrivons donc à cette conclusion : dans toute représentation consciente, l’intensité de la représentation correspondante est égale à sa propre intensité (Psychologie, p. 131). Brentano est convaincu que cette conception est conforme à l’opinion commune :

Ainsi s’explique aisément l’opinion commune selon laquelle la vision et la représentation de la vision ne diffèrent pas non plus d’intensité ; opinion que tout semble aujourd’hui confirmer. Si l’intensité d’une sensation consciente ou d’une autre représentation consciente augmente donc ou diminue, l’intensité de la représentation intérieure corrélative augmente ou diminue dans la même mesure si bien que, sous le rapport de l’intensité, les deux phénomènes restent toujours au même niveau. (Ibid., p. 143)

21Mais surtout, l’argumentation sert à démontrer qu’il n’y a pas de phénomènes psychiques inconscients. Des phénomènes de ce genre devraient avoir une intensité positive, tandis que la représentation de la perception interne qui devrait leur correspondre, aurait une intensité = 0. S’ils existaient, leur intensité serait donc ≠ 0 ; mais comme ils doivent être inconscients, l’intensité de la représentation de la perception interne correspondante serait = 0. Mais cela est impossible en raison de (1). Par conséquent,

  • 12 Après une discussion très intéressante sur la perception de l’absence de sensations, Brentano conf (...)

Il n’y a pas d’acte psychique inconscient. Partout où un acte psychique existe avec plus ou moins d’intensité, il faudra attribuer une intensité égale à la représentation concomitante de cet acte, représentation dont il est l’objet. (Ibid., p. 132)12

  • 13 De même pour les émotions que nous ne traiterons pas ici.

22Toutefois, la perception interne ne se compose pas seulement de représentations. Bien sûr, comme nous l’avons vu, l’acte psychique apparaît dans une représentation de la conscience intérieure : mais s’y ajoute toujours un jugement de la conscience intérieure. Les jugements, en général, possèdent deux genres d’intensité : (a) l’intensité de la représentation sur laquelle ils s’appuient - suivant le principe général qui veut que « rien ne peut être jugé […] qui n’ait d’abord été représenté » (Ibid., p. 94)13 -, et (b) l’intensité spécifique, le degré de conviction (Überzeugungsgrad) : « l’intensité d’un jugement » comprise comme « le degré d’assurance avec lequel il est énoncé […] » (Ibid., pp. 144-145).

23Pour la première forme d’intensité (a), Brentano a déjà formulé la loi de correspondance intensive (1). Par contre, l’intensité spécifique du jugement (b) peut varier d’une manière indépendante de (a). Encore une fois, on pourrait aisément formaliser ce que dit Brentano de la façon suivante : l’intensité du jugement i (J) est fonction des deux intensités (a) et (b), c’est-à-dire de l’intensité de la représentation i (R) et du de degré d’assurance i (j). Soit la formule :

24(2) i (J) = a x b = i (R) x i (j)

25Par exemple, on peut affirmer quelque chose avec une certitude absolue à propos d’un objet qui n’est que faiblement représenté ; à l’inverse, parfois on pourrait être extrêmement dubitatif à propos d’un objet représenté avec une force remarquable. C’est surtout ce dernier cas qui menace la démonstration brentanienne suivant laquelle il n’y a pas de phénomènes psychiques inconscients. Après tout, étant donné que l’intensité d’un jugement (b) peut varier, elle pourrait même devenir = 0.

26Pourtant, Brentano montre que dans le cas de la perception interne l’intensité des jugements n’est pas soumise à cette condition générale ; au contraire, elle est toujours la plus haute qu’on puisse concevoir :

Il ne nous reste à considérer que la force propre au jugement en tant que jugement, c’est-à-dire au degré de conviction. Ici nous ne trouvons rien qui paraisse analogue au rapport fonctionnel dont on a parlé : la mesure de la conviction immanente à la connaissance concomitante, n’est certainement pas fonction de l’acte psychique qu’accompagne cette connaissance. Qu’il s’agisse d’une représentation, d’un jugement, d’un désir ou de toute autre sorte de phénomène psychique, les variations de son intensité n’influent aucunement sur l’intensité de la croyance qui s’attache à ce phénomène. Les relations sont pourtant de telle nature qu’elles permettent de conclure en toute sûreté. Le degré de la conviction propre au jugement concomitant qui consiste à affirmer l’existence du phénomène psychique demeure en toutes circonstances une grandeur égale et constante. Et loin de correspondre à ce faible degré d’assentiment qui caractérise une opinion à peine enracinée, ce degré est le plus haut qui se puisse concevoir (Ibid., pp. 151-152)

  • 14 Selon les termes formels adoptés ici, on devrait affirmer que l’intensité spécifique (b) est défin (...)

27Du point de vue de la démonstration selon laquelle il n’y a aucun phénomène psychique inconscient, Brentano a accompli son but. Ni l’intensité de la représentation, ni l’intensité du jugement, dont la perception interne se compose, ne peuvent jamais s’annuler14.

La nouvelle doctrine de l’intensité

28En 1874, Brentano accepte donc une confrontation directe avec des penseurs qui, comme Herbart ou Fechner, s’étaient déjà efforcés à leur manière de fonder la science de l’âme sur un modèle intensif. En acceptant le défi que s’étaient posés les pères fondateurs de la psychologie scientifique, Brentano est conduit à admettre la légitimité d’un modèle intensif de l’âme, dans sa version simplifiée, modèle qui ne lui semble alors pas incompatible avec sa propre psychologie descriptive. Il est remarquable que, dans les passages cités, Brentano conçoit l’évidence de la perception interne en des termes quantitatifs, en l’occurrence comme l’intensité du jugement de la perception interne ayant le plus haut degré concevable. L’intensité des représentations découle de l’intensité de l’objet représenté selon une relation de proportionnalité indirecte. L’intensité des jugements et des émotions (ou « mouvements affectifs », Ibid., p. 203) est quant à elle indépendante. Toutefois, dans le cas de la perception interne, l’intensité du jugement est constante, ayant la plus haute valeur concevable.

  • 15 Hering, E. 1874, « Zur Lehre vom Lichtsinne. IV : Über die sogenannte Intensität der Lichtempfindu (...)
  • 16 Brentano, F. 1896, « Über Individuation, multiple Qualität und Intensität sinnlicher Erscheinungen (...)

29Cependant, dans une deuxième phase – à partir du 1896 – Brentano rejettera complètement son modèle intensif de 1874. Sa nouvelle position fut certainement influencée par la publication d’une thèse très radicale soutenue par Ewald Hering suivant laquelle la notion d’intensité n’est pas du tout applicable au sens visuel15. Brentano admet alors que la position de Hering se situe largement à contre-courant dans la mesure où le concept même d’intensité était auparavant « unanimement » accepté, y compris par Brentano lui-même, et reconnu comme l’un des fondements épistémologiques de la science de l’âme16. Brentano tire de cette critique ses premiers doutes quant à la possibilité de généraliser la catégorie de l’intensité. En tout cas, le revirement qu’opère Brentano est radical : il conclut que tous les activités de la conscience supérieure, ou « noétiques », n’ont rien à voir avec la notion d’intensité. Plus précisément, Brentano rejette la thèse selon laquelle l’intensité des représentations est identique à celle de l’objet représenté (voir (1) ci-dessus), c’est-à-dire la thèse que la représentation des jugements puisse être exprimée en des termes intensifs (voir 2, ci-dessus).

  • 17 Ce texte est l’appendice VI à l’édition de 1911, « Von der Klassifikation der psychischen Phänomen (...)

Il m’est apparu que les degrés de préférence et les degrés de décision du vouloir ne présentent aucune analogie avec les degrés d’intensité d’une sensation et que, du moment que l’on rencontre des représentations non-intensives (par exemple celle du nombre trois en général) il fallait abandonner l’idée que tout rapport psychique comporte une intensité au sens réel du mot. (Psychologie, p. 279)17

  • 18 Cf. Brentano F. 1896, op. cit. Sur ce thème voir également Eisenmeier, J. 1918, « Brentanos Lehre (...)
  • 19 Brentano, Psychologie du point de vue empirique, pp. 278-279.

30Suite à ce revirement, Brentano attribue une intensité aux seules représentations sensibles, c’est-à-dire aux sensations. La sensation d’un son a une intensité qui découle du nombre de parties réelles qui lui correspondent dans l’espace phénoménal18 . Toutes les variations d’intensité sont facilement concevables en fonction de la variation de la stimulation résultant de l’augmentation de l’énergie sensorielle, ou de la portion plus large du sensorium impliqué. À l’opposé, toutes les représentations dont les objets ne sont pas sensibles n’ont aucun rapport avec l’intensité de leurs objets. La représentation du 3 n’est par exemple ni plus ni moins intense que la représentation du 2 ou du 4. Évidemment, les représentations de la conscience intérieure sont toutes de ce type. À propos de l’intensité des jugements, Brentano souligne la différence entre la croyance et l’intensité. Dans l’Appendice VI à l’édition du 1911 de sa Psychologie, Brentano rejette sa position initiale, qu’il qualifie de « fausse », et qui coïncidait avec l’idée traditionnelle « qui voit dans les degrés de conviction des différences d’intensité »19 . Les différents degrés de notre conviction n’ont rien à voir avec des variations réelles. Ils ne peuvent donc en aucune manière être compris comme des quantités intensives. Par contre, l’intensité des sensations auditives de celui chez qui l’ouïe est forte est bien réellement supérieure à celle de celui chez qui l’ouïe est faible, de même pour une personne qui écoute par rapport une autre qui ne ferait qu’entendre. Il en va de même, toute chose égale par ailleurs, pour les sensations gustatives, olfactives et tactiles (Psychologie, p. 279).

  • 20 Brentano, F. Untersuchungen zur Sinnespsychologie, en particulier Kritik der hergebrachten Intensi (...)
  • 21 Brentano, F. 1933, Kategorienlehre, hrsg. von A. Kastil, Hamburg, Meiner, en particulier : Von der (...)

31Comme on le voit dans la citation précédente, les thèses de Brentano au sujet de l’intensité et de la qualité multiple (par exemple une couleur mixte comme le violet ou le orange, etc.) n’ont pas seulement une valeur psychologique, mais également métaphysique. La diminution d’une qualité n’est jamais une diminution d’être (ou d’existence, de réalité), comme cela s’ensuit de la doctrine traditionnelle de l’intensité, suivant laquelle on devrait se représenter l’intensité comme une quantité sans parties20 . Selon Brentano il y a une intensité – qui se manifeste dans les sensations suivant la manière que l’on a défini plus haut – mais il n’y a pas des quantités intensives au vrai sens du mot « quantité ». Brentano prend soin de rejeter particulièrement les thèses de Meinong sur le degré de conviction des jugements et de montrer l’incohérence de la critique de Kant, dans la deuxième édition de la Critique de la raison pure (B 413 sq.), à la preuve erronée de l’immortalité de l’âme donnée par Moses Mendelssohn dans le Phädon21.

32En conclusion, l’intensité ne renvoie jamais à des questions marginales dans l’évolution de la pensée de Brentano, et cela autant dans sa première que dans sa seconde phase. En 1874, l’entier apparat des phénomènes psychiques (de la conscience première et seconde) est formulé en termes intensifs. Il est vrai que Brentano conçoit sa psychologie sans trop concéder d’importance à la quantification intensive, tout en visant à une conception descriptive ; cependant, il ne renonce pas encore à formuler parallèlement ses thèses principales en termes de relations intensives élémentaires d’un certain type. La quantification de l’intensité ne constitue pas le véritable fondement de sa psychologie, mais Brentano trouve approprié de se pencher sur les relations intensives des sensations (pour offrir une alternative à la psychophysique), des représentations et des jugements (pour montrer que les phénomènes psychiques sont tous conscients). Dans la deuxième phase, qui commence à Vienne et se manifeste dans la deuxième édition de la Psychologie du point de vue empirique, Brentano se rétracte. Ainsi, l’entier apparat intensif de 1874 – même la relation de la représentation à son objet – ne peut plus être conçu en termes quantitatifs. Les représentations sensibles, les sensations elles-seules conservent une intensité, que Brentano reconduit à une augmentation réelle de petites parties dans l’espace phénoménal. L’intensité joue donc un rôle essentiel pour la compréhension de la psychologie de Brentano dans son évolution. Bien que la reforme de sa pensée - qui conduit à la suppression d’une bonne partie de la Psychologie du 1874 dans l’édition du 1911 – sont dues en premier lieu à des questions d’ordre ontologique, même si la question de l’intensité psychologique détient également une importance fondamentale dans cet itinéraire brentanien. Tandis que la première doctrine de l’intensité peut être interprétée comme un hommage aux perspectives de la psychologie développées autour de la moitié du 19e siècle, le renoncement à cette perspective quantitative, centrée sur l’intensité dans la seconde phase, s’adapte aux principes de la psychologie brentanienne d’une façon probablement plus appropriée. Ce renoncement entraîne, par contre, une distinction très nette entre conscience sensible et conscience noétique, que Brentano s’efforçait de rassembler dans la première phase au nom d’une notion plus unifiée des représentations sensibles et noétiques.

Le problème de l’intensité chez Carl Stumpf

  • 22 Stumpf, C. 1883-1890, Tonpsychologie, 2 vols., Leipzig, Barth, réimpr. Amsterdam, Bonset, 1965, vo (...)

33Stumpf discute de la question de l’intensité surtout dans la Tonpsychologie (vol. 1, 1883, vol. 2, 1890) et dans un essai intitulé Empfindung und Vorstellung (1918). Du point de vue temporel, la parution de la Tonpsychologie est contemporaine de la première phase brentanienne alors que l’essai de 1918 paraît peu après la mort de Brentano et donc de nombreuses années après sa rétractation de la doctrine de l’intensité de 1874. Toutefois, Stumpf n’adopte ni l’une ni l’autre des positions brentaniennes à ce sujet. En particulier, loin de nier toute intensité aux représentations non sensibles, dans Empfindung und Vorstellung, Stumpf conçoit précisément la différence entre sensation et représentation, en général, comme une différence d’intensité. Dans la Tonpsychologie, Stumpf discute amplement de l’épistémologie de la psychologie scientifique. Au-delà de son thème particulier, l’ouvrage est conçu en bonne partie comme un travail de psychologie générale22 . Stumpf y expose de façon assez précise ses principes méthodologiques. Plutôt que d’insister sur l’évidence de la perception interne, comme Brentano le faisait, Stumpf fonde sa Tonpsychologie sur la « mesure de la fiabilité » (Zuverlässigkeit) intersubjective des jugements sensibles prononcés.

Nous ne parlons pas de l’évidence que le jugement possède pour celui qui le prononce […]. Pour les recherches suivantes, peu importe que le sujet qui prononce le jugement lui accorde cette évidence. Pour nous, il s’agit seulement du degré fiabilité (Vertrauenswürdigkeit) que ce jugement possède pour un autre. (Tonpsychologie, I, p. 22)

  • 23 Bien que le rejet stumpfien de l’évidence de la perception interne ne soit jamais explicitement fo (...)

34L’évidence du jugement pour le sujet est une question qui revient à la logique, non à la psychologie. Par conséquent, même si Stumpf ne conçoit jamais les degrés de conviction des jugements en termes intensifs, cela ne l’empêche pas de les mesurer en termes statistiques, suivant la méthode expérimentale. Ainsi, ce qu’on mesure n’est pas la fiabilité du jugement pour ainsi dire « en soi », mais le nombre de jugements que les sujets expérimentaux prononcent sur une question déterminée. Stumpf procède, dans les deux volumes de la Tonpsychologie, en mesurant le degré de fiabilitité des jugements portant sur les sons successifs (premier volume) et les sons simultanés (deuxième volume) ; ce qui le conduira à ses thèses sur la Tonverschmelzung. On voit ainsi aisément que Stumpf se démarque de la psychologie brentanienne. Néanmoins, il est intéressant de remarquer à quel point il évite soigneusement, ici comme ailleurs, d’ouvrir un front polémique avec Brentano23.

35À partir des considérations qui précèdent, on comprend aussi la position de Stumpf sur la psychophysique de Fechner. Etant donné que Fechner a négligé le rôle des jugements sensibles (Sinnesurteile), il s’est trompé au sujet de sa propre discipline : ce que la psychophysique mesure en réalité ce ne sont jamais les sensations, mais bien les jugements sensibles. Lorsqu’on reconnaît un son comme un ut ou un fa, on prononce déjà un jugement, même s’il ne s’exprime pas explicitement (Tonpsychologie, I, p. 3). La psychophysique fechnerienne représente donc « le dernier chapitre » dans le progrès des recherches psychologiques, c’est-à-dire une « doctrine de la mesure des jugements » (messende Urteilslehre, ibid., p. 53).

  • 24 Stumpf, C. 1896, « Leib und Seele », dans Philosophische Reden und Vorträge, Leipzig, Barth, 1910, (...)

36Avec cette limitation – que Stumpf tire de Brentano par rapport à la valeur essentielle des jugements, mais qui ne coïncide pas avec la critique brentanienne de la doctrine de Fechner – et suivant certaines conditions posées ultérieurement (ibid., p. 61), la psychophysique conserve donc une bonne partie de sa validité. Par ailleurs, rappelons que lors du troisième congrès de psychologie, qui s’est tenu à Munich en 1896, Stumpf n’hésite pas à citer la psychophysique parmi les progrès qui ont permis une nouvelle formulation de la question du rapport entre l’âme et le corps. Dans son Rektoratsrede, prononcé à Berlin en 1906, Stumpf nomme Fechner à coté de son maître de Göttingen, Rudolph Hermann Lotze, parmi les principaux promoteurs d’une renaissance de la philosophie rendue possible par le renforcement des liens entre la philosophie et les sciences. De façon tout à fait remarquable, Brentano n’est pas mentionné dans ce contexte24.

  • 25 Stumpf, C. 1918, Empfindung und Vorstellung, Abhandlungen der Königlich Preussischen Akademie der (...)
  • 26 Voir aussi Stumpf, Tonpsychologie, 2, p. 9, sq.

37En 1918, dans Empfindung und Vorstellung, Stumpf examine systématiquement le rapport entre sensation et représentation25. Appliquant la méthode aporétique aristotélicienne26, Stumpf discute d’abord les possibilités de distinguer les notions de sensation et de représentation. Les trois options principales consistent en une distinction conduite à partir de : 1) la présence (sensation) ou absence (représentation) d’une cause physique extérieure ; 2) une différence spécifique (soit des contenus, soit des actes eux-mêmes de sensation ou de représentation) ; 3) une distinction graduelle, selon le niveau d’intensité (Empfindung und Vorstellung, pp. 10-23).

  • 27 Stumpf, C. 1939-40, Erkenntnislehre, 2 vols. Leipzig, Barth, vol. 1, pp. 9 sq. Voir mon essai « St (...)

38Bien qu’elle puisse sembler proche du bon sens, la première option se révèle inadmissible (1). Sensation et représentation ne peuvent pas être distinguées à partir de la présence ou l’absence d’une cause extérieure. Stumpf demeure en ce sens loyal à Brentano en adoptant une attitude « descriptive » en psychologie. La conscience de l’inexistence de la chose représentée ne suffit pas à transformer une sensation en une représentation, de même qu’une représentation accompagnée de la conscience de l’existence de la chose représentée n’est pas encore une sensation, s’il lui manque une certaine « vivacité » qui est tout à fait typique du sensible (Ibid., p. 24). Quant à la deuxième option, adoptée entre autres par Brentano, il convient de renvoyer ici à une discussion détaillée à la conclusion (2). Quoi qu’il en soit, Stumpf ne doute pas que toutes les tentatives d’établir une différence spécifique entre sensation et représentation échouent et il décide par conséquent d’adopter la troisième option (3). Il identifie la différence fondamentale entre sensation et représentation à une différence graduelle d’intensité. L’influence empiriste sur la pensée de Stumpf est ici particulièrement manifeste – en particulier la distinction que Hume opère entre impressions et idées à partir du degré de leur force – et se retrouvera, par exemple, dans sa théorie de l’origine empirique des catégories dont Stumpf traite dans sa doctrine de la science, parue à titre posthume en 1939-4027.

39Néanmoins, Stumpf tente de reviser en profondeur la « vieille doctrine » de la continuité intensive entre sensation et représentation (Empfindung und Vorstellung, p. 26).

Les apparences intuitives sensibles d’une certaine classe forment, quant à leur force, une série continue qui s’étend de la plus faible à la plus forte. Dans cette série, considérée en soi et en pleine conformité aux apparences, il n’y a aucun point de césure qui sépare deux classes. Une telle séparation s’accomplit progressivement dans la conscience pendant le développement : elle dépend de la distinction entre le corps propre et l’environnement, et de la connaissance du fait que les apparences appartenant à une certaine zone supérieure quant à leur intensité, dérivent d’habitude de l’influence d’objets et processus externes sur nos organes sensoriels. (Ibid., p. 81)

  • 28 Pour une critique des thèses de Stumpf voir Hofmann, P. 1919, Empfindung und Vorstellung. Ein Beit (...)

40Que les sensations et les représentations se distinguent par une différence d’intensité signifie, par exemple, qu’« un fortissimo représenté est plus faible qu’un pianissimo entendu » (Ibid. p. 27). Ainsi, toute variation d’intensité peut être représentée : on peut se rappeler très exactement un certain crescendo entendu auparavant à la salle de concert. Mais lors de cette opération, le son avec une intensité plus haute (dans la représentation) sera toujours moins intense que le son plus faible entendu directement de l’orchestre28.

41Entre les deux séries il n’y a donc aucune césure infranchissable, mais « une zone intermédiaire » dans laquelle il est difficile de déterminer avec précision la nature de l’acte. Selon Stumpf, les cas douteux où le sujet hésite entre sensation et représentation – par exemple, lorsqu’on entend un son sans pouvoir décider s’il est réel ou halluciné – prouvent qu’il n’y a aucune véritable division discrète entre sensation et représentation. Elles correspondent plutôt aux deux pôles d’un même continuum distribué sur une échelle unitaire. De ce point de vue, les causes physiques retrouvent leur rôle dans la théorie stumpfienne. Bien qu’elles n’autorisent pas à distinguer sensation et représentation, les causes physiques conduisent à « tarer » ou à calibrer le système des intensités dans notre esprit. De même que l’on « tare » un instrument de mesure, par exemple un thermomètre, en indiquant 0 ° lorsque l’eau gèle, et 100 ° lorsqu’elle boue, on définit et fixe un certain niveau sur l’échelle des intensités, juste par correspondance avec les cas de présence – établie – d’une cause extérieure.

*****

  • 29 Stumpf ne vise pas ici la doctrine brentanienne de l’intensité, mais une élaboration ultérieure co (...)
  • 30 Stumpf, Empfindung und Vorstellung, p. 25, n. 1. En fait, il y a beaucoup de représentations (Vors (...)

42Revenons, en guise de conclusion, sur la discussion de la deuxième hypothèse (voir ci-dessus), adoptée par Brentano et repoussée par Stumpf : celle d’une différence spécifique entre sensation et représentation. En concluant son analyse, Stumpf se confronte directement à la théorie de Brentano, qui s’efforçait de définir le concept de Phantasievorstellung (par rapport à celui de Wahrnehmungsvorstellung) à partir de la distinction entre le représenter directement et le représenter indirectement (proprement/improprement)29. Ayant reconnu la grande influence de cette thèse brentanienne sur Husserl et Marty, ainsi que sur Jaspers, Specht, Theodor Conrad, Grünbaum et Koffka, Stumpf poursuit : « quant à moi-même, bien que je sois son élève en des questions encore plus importantes, je n’ai jamais pu adopter son opinion à ce regard »30. Puisque l’enjeu ne concerne pas exclusivement la question de l’intensité, nous ne suivrons pas les argumentations critiques de Stumpf en détail : l’analyse de cette question, aussi intéressante que subtile soit-elle, nous amènerait trop loin. On se limitera donc à des conclusions générales sur les différentes conceptions de ces deux philosophes sur la notion d’intensité, à laquelle Brentano finit par renoncer presque complètement, tandis que Stumpf l’utilise afin de tracer l’une des distinctions les plus fondamentales pour sa psychologie descriptive. Le Brentano de la maturité, comme on l’a dit, confine l’application de l’intensité aux seules sensations et nie toute intensité aux représentations. Stumpf, qui rejette explicitement la distinction de Brentano entre sensation et représentation, étend par contre la notion d’intensité aux deux espèces d’acte ; plus encore, il utilise l’intensité comme un criterium pour leur distinction phénoménologique.

43Paradoxalement, c’est à partir de ces différences indéniables que l’on comprend la liaison subtile entre la leçon de Brentano et les développements de la psychologie stumpfienne. En affirmant une homogénéité essentielle entre la sensation et la représentation, conçues toutes deux par des lois intensives communes, la théorie stumpfienne se révèle être finalement l’héritière la plus fidèle de la première édition de la Psychologie du point de vue empirique de 1874, dont Stumpf n’abandonnera jamais l’esprit d’origine.

Notes

1 Pour une analyse du développement de la question dans la philosophie du 19e siècle, je me permets de renvoyer à Martinelli, R. 1996, Misurare l’anima. Filosofia e psicofisica da Kant a Carnap, Macerata, Quodlibet, et 1996, « Il problema delle grandezze intensive nella filosofia dopo Kant », Rivista di filosofia, 88, pp. 445-471.

2 Kant, E. 1781 (1 ère éd.), Kritik der reinen Vernunft, dans Kants Werke, Akademie-Ausgabe, Berlin, vol. IV, A 166. Dans la deuxième édition de 1802 (Kants Werke, vol. III, B 210), Kant insiste sur l’attribution d’une quantité intensive à la « réalité » dans le phénomène, plutôt qu’à la sensation.

3 Kant, E. Prolegomena zu einer jeden künftigen Metaphysik, die als Wissenschaft wird auftreten können, Kants Werke, vol. IV, pp. 306-307.

4 Herbart, J. H. 1822, « Über Möglichkeit und Nothwendigkeit, Mathematik auf Psychologie anzuwenden », dans Sämtliche Werke, in chronologischer Reihenfolge, hrsg. von K. Kehrbach und O. Flügel, Langensalza, 1887-1915 ; réimpr. Aalen, Scientia, 1989, vol. V, pp. 91-122 (p. 102) ; Idem 1824-1825, Psychologie als Wissenschaft, neu gegründet auf Erfahrung, Metaphysik und Mathematik, 2 vols. Sämtliche Werke, vol. V, p. 177-402, vol. VI, pp. 1-338 (vol. V, p. 196).

5 Fechner, G. Th. 1860/1964, Elemente der Psychophysik, 2 vol., Leipzig, Breitkopf & Härtel, Amsterdam, Bonset.

6 Wundt, W. 1874 (1ère éd.)/1893 (4e éd.), Grundzüge der physiologischen Psychologie, 2 vols., Leipzig, Engelmann. Voir la discussion de Brentano, F. 1874/1944, Psychologie vom empirischen Standpunkt, Erster Band, Hamburg, Meiner, pp. 94-95, tr. fr. M. de Gandillac Paris, Aubier, éditions Montagne, p. 83-84 [Noté Psychologie par la suite]. Pour les questions philologiques relatives aux différentes éditions voir les apparats de l’édition allemande ou française citées. Il nous suffira de rappeler qu’une partie du texte de la Psychologie du 1874 (première édition) à été réédité par Brentano en 1911 (deuxième édition) sous le titre Von der Klassifikation der psychischen Phänomene (voir F. Brentano, Psychologie vom empirischen Standpunkt, Zweiter Band : Von der Klassifikation der psychischen Phänomene, Hamburg, Meiner, 1971). En 1911, les chapitres V-IX du seconde livre sont augmentés et deviennent les chapitres I-V de la Klassifikation, qui contient aussi des appendices ultérieures (Anhang), dont le VIème est dédié à la question de l’intensité.

7 Voir Fisette, D. La philosophie de Carl Stumpf : ses origines et sa posterité, dans C. Stumpf, Renaissance de la philosophie. Quatre articles, sous la direction de D. Fisette, Paris, Vrin, 2006, pp. 7-114.

8 Stadler, A. 1878, « Über die Ableitung des psychophysichen Gesetzes », Philosophische Monatshefte 14, p. 215-223 ; Cohen, H. 1883, Das Prinzip der Infinitesimal-Methode und seine Geschichte. Ein Kapitel zur Grundlegung der Erkenntniskritik, dans Holzey, H. (éd.) 1984, Werke, vol. V, Hildesheim, Olms.

9 Hering, E. 1874, « Zur Lehre vom Lichtsinne. IV : Über die sogenannte Intensität der Lichtempfindung und über die Empfindung des Schwarzen », Sitzungsberichte der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. Mathematisch-naturwissenschaftliche Klasse, Wien, pp. 85-104 ; Bergson, H. 1889, Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, Alcan, chap. 1.

10 Voir Seron, D. 2011, « The Fechner-Brentano Controversy on The Measurement of Sensations », Revue Roumaine de Philosophie 55 (1), pp. 87-102.

11 Brentano, Psychologie, p. 85.

12 Après une discussion très intéressante sur la perception de l’absence de sensations, Brentano confirme cette thèse p. 143.

13 De même pour les émotions que nous ne traiterons pas ici.

14 Selon les termes formels adoptés ici, on devrait affirmer que l’intensité spécifique (b) est définie entre 0 et 1 et qu’elle est toujours = 1 dans le jugement de la perception interne.

15 Hering, E. 1874, « Zur Lehre vom Lichtsinne. IV : Über die sogenannte Intensität der Lichtempfindung und über die Empfindung des Schwarzen », Sitzungsberichte der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. Mathematisch-naturwissenschaftliche Klasse, Wien.

16 Brentano, F. 1896, « Über Individuation, multiple Qualität und Intensität sinnlicher Erscheinungen », dans R. M. Chisholm und R. Fabian (éds.) 1979, Untersuchungen zur Sinnespsychologie, Hamburg, Meiner, p. 85.

17 Ce texte est l’appendice VI à l’édition de 1911, « Von der Klassifikation der psychischen Phänomene ».

18 Cf. Brentano F. 1896, op. cit. Sur ce thème voir également Eisenmeier, J. 1918, « Brentanos Lehre von der Empfindung », Monatshefte für pädagogische Reform, 68, p. 474-493 et Baumgartner, W. 1986, « Vom Bemerken und Wie man ein rechter Psychognost wird », Grazer philosophische Studien, 28, p. 235-251.

19 Brentano, Psychologie du point de vue empirique, pp. 278-279.

20 Brentano, F. Untersuchungen zur Sinnespsychologie, en particulier Kritik der hergebrachten Intensitätslehre et Zur Lehre von der Intensität, pp. 176-197.

21 Brentano, F. 1933, Kategorienlehre, hrsg. von A. Kastil, Hamburg, Meiner, en particulier : Von der sogenannten Intensität des Seienden (Seinsgrade, Seinsstufen), p. 68-97 ; Kants Intensitätslehre, p. 92-97. Même la doctrine aristotélicienne du mouvement comme entéléchie incomplète est proche des erreurs critiquées ici ; néanmoins, note Brentano, Aristote utilise parfois l’expression « sensation faible » (aisthesis asthenés), mais il ne parle jamais d’une « intellection faible » (p. 75).

22 Stumpf, C. 1883-1890, Tonpsychologie, 2 vols., Leipzig, Barth, réimpr. Amsterdam, Bonset, 1965, vol. I, p. 54.

23 Bien que le rejet stumpfien de l’évidence de la perception interne ne soit jamais explicitement formulé, il n’échappe pas à un recenseur excellent : Meinong, A. 1891, Rezension von : Carl Stumpf, Tonpsychologie, Band 1, Vierteljahrsschrift für Musikwissenschaft 1, p. 127-183, p. 130.

24 Stumpf, C. 1896, « Leib und Seele », dans Philosophische Reden und Vorträge, Leipzig, Barth, 1910, trad. fr. 1896, « L’âme et le corps », La revue scientifique, 6, pp. 321-326 ; 1907, « Die Wiedergebucht der Philosophie », trad. fr. dans Fisette, D. (éd.) 2007, Renaissance de la philosophie, pp. 115-132, p. 117.

25 Stumpf, C. 1918, Empfindung und Vorstellung, Abhandlungen der Königlich Preussischen Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, 1, Berlin. Voir Martinelli, R. 2002/3, « Descriptive Empiricism. Stumpf on Sensation and Presentation », Brentano-Studien, X, p. 83-106.

26 Voir aussi Stumpf, Tonpsychologie, 2, p. 9, sq.

27 Stumpf, C. 1939-40, Erkenntnislehre, 2 vols. Leipzig, Barth, vol. 1, pp. 9 sq. Voir mon essai « Stumpf on categories », à paraître.

28 Pour une critique des thèses de Stumpf voir Hofmann, P. 1919, Empfindung und Vorstellung. Ein Beitrag zur Klärung psychologischer Grundbegriffe, Kantstudien, Ergänzungshefte, n ° 47.

29 Stumpf ne vise pas ici la doctrine brentanienne de l’intensité, mais une élaboration ultérieure contenue dans un cours des leçons du 1885/86, qu’il connaît à partir de la transcription d’Husserl (Husserl, E. 1986, Erinnerungen an Franz Brentano, in Husserliana. Gesammelte Werke, vol. 25 : Aufsätze und Vorträge (1911 – 1921), Berlin, de Gruyter, p. 304 [151]). Le texte (Ausgewählte Fragen der Psychologie und Ästhetik), inédit en 1918, a par la suite été publié : Brentano, F. 1954 (1 ère éd.)/1988, (2e éd.), Grundzüge der Ästhetik, aus dem Nachlaß hrsg. von F. Mayer-Hillebrand, Hamburg, Meiner/Bern, Francke : pp. 3-85 ; pour la discussion sur les « Phantasievorstellungen » voir en particulier p. 82 sq.

30 Stumpf, Empfindung und Vorstellung, p. 25, n. 1. En fait, il y a beaucoup de représentations (Vorstellungen) qui n’exercent aucune fonction de « Repräsentanz », comme cela se passe selon Brentano. Par ailleurs, d’un autre point de vue Stumpf ne dénie pas toute validité aux principes brentaniens : Stumpf, Empfindung und Vorstellung, p. 32.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search