Version classiqueVersion mobile

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Conclusion

Olivier Dard et Jens Ivo Engels

Texte intégral

  • 1 Jens Ivo Engels, Frédéric Monier, 2011.
  • 2 Wolfgang Reinhard, 2011 ; Jens Ivo Engels, 2014.
  • 3 Michael Johnston, 1996.

1Au terme de ce livre qui couvre plus de deux siècles d’histoire et prend assise dans huit pays de deux continents, un constat de base s’impose : il n’y a pas de corruption sans dénonciation. La raison en est assez claire : la corruption, telle que définie dans cet ouvrage et dans le programme de recherche dont il est issu1, doit s’entendre comme un phénomène de communication. L’acte corrupteur ne peut donc être appréhendé comme tel que quand il est ainsi qualifié. On rappellera un dicton juridique allemand bien connu : Wo kein Kläger, da ist auch kein Richter (« là où il n’y a pas de plaignant, il n’y a pas de juge »). La corruption, comme toute action humaine, n’a pas de signification en dehors du contexte social, moral et juridique de son temps. En conséquence, les formes de patronage, de faveurs, de « micropolitique2 » ou de vénalité qui sont censés être dans l’ordre des choses et qui ne suscitent pas de critique ou de réticence de la part de leur environnement social ne peuvent relever du registre de la « corruption ». C’est une position qui s’inscrit dans le cadre de la définition « néoclassique » de la corruption selon Michael Johnston3.

2Si la corruption est inséparable de la dénonciation, il s’agit de définir le terme « dénonciateur ». Il doit être pris dans un sens large, individuel ou collectif. Le dénonciateur est une personne, un groupe ou une organisation qui critique des pratiques qu’il estime violer telle ou telle des règles légales ou morales et des normes déontologiques qui régissent les fonctions publiques et politiques. Dans quelle mesure les manquements ainsi dénoncés sont-ils réellement, juridiquement constitués en infractions ? Quelle est la portée des discours des dénonciateurs dans les sociétés où ils se développent ? Ces deux questions sont au cœur d’une réflexion historique sur l’étude de la corruption.

3Les normes elles-mêmes, ainsi que les seuils de tolérance d’une société envers leur violation varient selon les cultures, les époques et les systèmes politiques. Au cours de ces dernières décennies, force est de constater une nette baisse de la tolérance publique envers les pratiques de favoritisme ou de sollicitation d’avantages personnels de la part des élites politiques.

  • 4 Voir Andreas Gelz, Dietmar Hüser, Sabine Russ-Sattar, 2014.

4Tout cela nous rappelle que la corruption ne devient un phénomène social que par la voie du fait discursif. Le dénonciateur est à l’origine de ce dernier. Il ne crée pas nécessairement les règles éthiques et presque jamais les normes juridiques. Mais il essaie de les appliquer dans un contexte précis. Il transforme ou plutôt essaie de transformer la règle générale et abstraite en un fait manifeste et concret. En incarnant la corruption dans la dénonciation individuelle ou collective de pratiques, le dénonciateur entend influencer les regards portés sur la corruption. Ouvrant la controverse, choisissant lui-même ses armes et son moment, il entend se donner les moyens de transformer les termes du débat public et de mettre en branle une opinion publique qu’il compte bien sortir de ce qu’il considère comme un état d’ignorance ou de léthargie. Le dénonciateur possède des atouts mais n’a pas la garantie de dominer le cours de la discussion. Nous savons en effet, grâce aux recherches sur les scandales médiatisés, qu’une controverse publique peut mener à des résultats différents, à savoir la confirmation d’une accusation, sa réfutation, ou bien même la transformation de normes dont la nature était à l’origine du débat4.

5Quel que soit cependant le résultat de leur entreprise, ces acteurs peuvent être regardés comme des créateurs de la dénonciation — entendue comme fait moral et politique. Il est donc indispensable de beaucoup mieux connaître ces dénonciateurs afin de saisir la signification et l’histoire de la corruption.

Connaître les dénonciateurs

6Qui sont donc les dénonciateurs ? Ce volume montre qu’il ne s’agit pas d’un groupe homogène ou bien défini. On compte en effet parmi eux des hommes de lettres, des journalistes, des hommes politiques, des fonctionnaires. Et cette nomenclature n’est pas limitative. Le portrait de groupe est donc délicat, tant l’image est fragmentée. Peut-on cependant proposer une typologie du point de vue de l’histoire politique en se demandant, par exemple, si un dénonciateur change son statut d’acteur politique via la dénonciation ? Ou si la dénonciation de la corruption est un moyen d’entrer dans la sphère politique, ou, au contraire, si elle n’est effective que quand le dénonciateur possède, dès le début, une place solide et importante au sein du système ? À lire les contributions, les deux cas de figures se présentent, puisqu’on compte parmi les dénonciateurs aussi bien des habitués du jeu politique que des novices. Le dénonciateur serait donc aussi bien un professionnel qu’un aspirant professionnel ou un amateur.

  • 5 Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne, 2015.

7Les professionnels sont aussi bien des hommes politiques chevronnés que des journalistes « vivant » de leurs investigations (écrites ou audiovisuelles) tournées vers la dénonciation de la corruption, comme le journaliste Bernt Engelmann en Allemagne ou son collègue journaliste de télévision Alain Gravel au Canada. La professionnalisation de la presse est aujourd’hui un fait bien connu et revendiqué par des journalistes qui entendent exercer un métier : au fil du temps, la presse s’est professionnalisée et le métier de journaliste s’est institutionnalisé. Il n’en a pas toujours été ainsi, ce qui n’interdit pas de s’interroger sur la professionnalisation de nombre de pamphlétaires des xixe et xxe siècles qui ont fait de la dénonciation de la corruption des sociétés de leur temps une véritable spécialité, qui peut d’ailleurs se combiner avec d’autres activités5. Restent à ajouter, depuis les années 1970 ou 1980, les organisations non gouvernementales spécialisées dans la lutte contre la corruption. Bien qu’elles ne se regardent pas elles-mêmes comme parties prenantes des élites dirigeantes, mais plutôt comme des entités marginales quant à leur participation aux institutions politiques, elles ont tout de même atteint un degré élevé de professionnalisation et d’insertion dans le débat public. Leur pouvoir réside dans leur capacité de déclencher un débat public sur des cas de corruption choisis.

8L’accent mis sur la professionnalisation ne saurait faire négliger l’importance, qui ressort de l’ouvrage, d’acteurs insolites ou inattendus. La dénonciation de la corruption leur permet de s’ouvrir des voies d’accès au débat public et, le cas échéant, de sortir par ce bais de l’anonymat au bénéfice des causes, des idées ou des intérêts qu’ils défendent. On rattachera à cette catégorie les particuliers dénonciateurs à Venise, le mouvement des anciens proscrits sous la Troisième République en France, les citoyens locaux militant contre les éoliennes ou encore certains anciens collaborateurs de la FIFA intervenant sur la scène publique, voire politique suite à leur témoignage contre des pratiques frauduleuses.

9Indépendamment de ce constat, la plupart des dénonciateurs se regardent eux-mêmes comme des individus en marge, des francs-tireurs souvent qui aspirent à plus d’influence tant ils se sentent investis d’une mission publique importante. Bien entendu, cette représentation fait partie de leur stratégie communicationnelle. En réalité, quand ils ont du succès, c’est bien qu’ils ont trouvé un accès aux instruments politiques et/ou journalistiques.

Le statut du dénonciateur de corruption

  • 6 Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005, p. 17.

10La lutte contre la corruption est souvent gratifiante pour son auteur, car celui-ci endosse plus ou moins automatiquement le rôle du « chevalier blanc ». Des exceptions existent bien entendu, en particulier quand une « affaire » politique mettant en jeu la dénonciation des formations voit les partis mis en cause monter une campagne dirigée contre les accusations des dénonciateurs ou directement contre ces derniers. Dans la plupart des cas, cependant, cette campagne reste de nature essentiellement défensive6. En règle générale, quand le dénonciateur de corruption apparaît sur la scène, il profite régulièrement et au moins originellement d’un statut de moralité élevé. Il y a plusieurs raisons à cela.

  • 7 Florence Hartmann, 2014.

11Dans le contexte actuel et dans une perspective « structuraliste », les whistle blowers (lanceurs d’alerte) sont censés être un détecteur du dysfonctionnement d’un système et se voient qualifiés de « mauvaises consciences de nos démocraties7 » : ils mettent en lumière des défauts ou des dérives appelés à être corrigés à l’avenir. Dans le contexte d’une dénonciation de la corruption politique, le dénonciateur bénéficie le plus souvent d’un préjugé de désintéressement et de crédibilité, il s’adresse à un public obsédé par le danger de la corruption.

  • 8 Jens Ivo Engels, 2014.

12La raison de cette crédibilité peut être recherchée dans la configuration même de la notion de corruption dans nos sociétés. Dans les sociétés contemporaines (depuis le xixe siècle), la violation des limites entre l’intérêt privé et l’intérêt public est devenue l’un des crimes majeurs qu’un homme politique puisse commettre. Et — ce qui est encore plus important et grave pour certains — il n’est plus possible de légitimer un tel acte, ni par la morale ni par la raison d’État. Ceci est le résultat d’un processus historique spécifique. Dans l’histoire primitive de l’État moderne, vers 1800 (la Sattelzeit selon Reinhart Koselleck), les partisans de celui-ci ont assimilé au bien et au futur attendu la séparation des sphères publique/privée, le progrès, l’idée de l’État moderne et l’idée de la perfection morale de l’humanité. Ils ont, en revanche, assimilé au mal et à la dégradation — voire à l’inexistence — le patronage et les pratiques de faveurs d’un ancien régime dorénavant déprécié8. Depuis lors, cette distribution des rôles n’a guère changé et cette mentalité explique la position avantageuse du dénonciateur de corruption. Car le dénonciateur de corruption ne désigne pas seulement un méfait ou dysfonctionnement quelconque. Il met en lumière une possible défaillance du système politique considérée comme extrêmement grave. Il nourrit un soupçon bien établi quand il parle de corruption, un soupçon latent qui s’est inscrit dans les débats sur l’État et la politique depuis le xixe siècle. On pourrait même dire que les sociétés contemporaines sont obsédées par la peur de la corruption. Car retomber dans les usages réputés d’ancien régime mettrait en cause l’État moderne qui se conçoit essentiellement par le fait de les avoir surmontés. Depuis la Sattelzeit, les opinions publiques européennes et nord-américaines scrutent les actes des leaders politiques et des fonctionnaires avec soin. Comme les actes de corruption sont perpétrés dans l’ombre, chaque dénonciation en la matière semble, a priori, devoir être impérativement débattue.

13Il est donc essentiel pour un dénonciateur de déclencher un débat de corruption. Une fois entamé, il est assez rare que ce débat puisse se clore sans atteindre un point d’orgue, souvent la condamnation morale et médiatique d’un coupable qui se voit mis au ban d’infamie avant même que la justice — dont le temps est différent — ait pu définitivement se prononcer. Les débats sur la corruption à l’époque contemporaine font donc preuve de ce que l’on pourrait appeler une force ou un « élan » autonome. Ils signifient une belle opportunité de peser sur le débat public, en particulier pour des acteurs qui ne sont pas, a priori, accoutumés au jeu politique. Le dénonciateur de la corruption a donc la chance d’aboutir à ses fins même quand il manque de professionnalisme, une fois qu’il a percé le mur du silence.

  • 9 Annika Klein, 2014.

14Être un dénonciateur de corruption ne confère pas seulement un statut de moralité élevée à celui qui remplit ce rôle. Ce rôle implique aussi un positionnement relativement aux groupes au pouvoir ainsi qu’aux autres forces agissant en marge du champ politique. Les extrêmes ou les partis périphériques se touchent, comme le montre ici le cas roumain où nationalistes et socialistes se retrouvent autour de la dénonciation de la corruption. Un constat similaire a été fait pour l’Allemagne de Weimar qui a été prise en tenaille entre les dénonciations de corruption anticapitaliste émanant des communistes et celles qui provenaient des nazis9.

15Cela dit, la dénonciation de la corruption peut être aussi bien une affaire de routine que le catalyseur de changements importants dans le champ politique — en permettant la montée, quelquefois transitoire, de nouveaux acteurs politiques. Souvent, le débat sur la corruption indique ou déclenche des mutations conséquentes dans les systèmes politiques en cause, comme le montre l’Italie à l’époque de Mani pulite. Toutefois, dans d’autres contextes, ce débat peut aussi servir à consolider les systèmes en place, comme l’attestent les articles sur l’Espagne, les Pays-Bas et l’Allemagne fédérale.

  • 10 Christophe Portalez, Anna Rothfuss, 2014 ; voir aussi la thèse d’Anna Rothfuss, Debatte-Skandal-Di (...)

16On ne saurait négliger l’existence des dénonciateurs professionnels — surtout des pamphlétaires ou des journalistes d’investigation qui ont créé leur propre « modèle d’entreprise ». Là aussi, il faut faire des différences historiques. Il semble qu’à certaines époques et dans certaines sociétés, ce modèle est rentable et représente un gage de succès dans les débats publics, comme c’est le cas aujourd’hui dans la plupart des pays, le Canada et les pays d’Europe de l’Est notamment, et comme ce fut le cas sous la Troisième République française. En revanche, ce type de dénonciation était beaucoup moins bienvenu dans le Kaiserreich allemand10 et même en RFA dans les années 1950 et 1960, où les dénonciateurs étaient généralement plutôt décriés.

  • 11 Jean-Yves Mollier, 1991.

17Une question importante à retenir pour de futures recherches est celle des réseaux des dénonciateurs et des informateurs des journalistes. Très souvent, les journalistes dénonciateurs profitent d’un règlement de comptes au sein d’un groupe impliqué, comme le montre le cas classique du scandale de Panama en 1892, issu d’une sorte de chantage de Cornelius Herz envers ses débiteurs11. Mais les journalistes professionnels d’investigation ne peuvent pas fonder ou anticiper leur travail uniquement sur la chance de tomber sur un cas de règlement de comptes. Certains articles de ce volume témoignent du souci constant des dénonciateurs d’inviter leurs lecteurs à leur adresser des informations qu’ils ne manqueront pas de citer, voire de commenter avantageusement. Au-delà du recueil de données propres à étayer le dossier, il s’agit de faire participer ce lectorat à ce qui se donne comme une œuvre de salubrité publique. On sait aujourd’hui le rôle d’internet et des réseaux sociaux, où se multiplient les réactions et les démarches collaboratives. L’étude des dénonciateurs des siècles précédents, qui gagnerait à être approfondie sur ces points, mettrait en valeur leur insertion dans la société de leur temps en montrant que les lecteurs d’alors étaient loin d’être tous passifs et que les dénonciateurs avaient aussi une fonction de porte-paroles, en même temps que de chevaliers blancs.

Les styles de dénonciation

18La dénonciation n’a pas seulement des acteurs. Elle est, comme fait discursif, soumise aux règles de la communication. Outre le statut social du dénonciateur, il convient donc d’analyser le ton et la méthode de la dénonciation. Les contributions de ce volume montrent qu’existent plusieurs styles de dénonciation. Soyons clairs cependant, l’état actuel des recherches ne permet pas encore d’identifier un catalogue de styles de dénonciation. Il semble cependant possible de décrire, a priori, deux pôles extrêmes, entre lesquels se déploie une multitude de stratégies de dénonciation de la corruption.

19Le premier pôle renvoie à une dénonciation généralisée d’un état général de la société ou d’un système politique prétendument gangrené, voire pourri. Ce genre de dénonciation peut avoir un caractère rituel et constitue, en certaines circonstances, un vrai genre littéraire (le genre pamphlétaire) ou journalistique. Ce n’est pas du tout limité à l’écriture, la diffusion peut s’opérer via les médias électroniques (télévision, internet). L’une des caractéristiques de ce style consiste dans l’actualisation d’un répertoire, assez invariable, d’accusations connues. Dans ce contexte, les événements de la vie politique ne servent qu’à confirmer ce catalogue ou ces avis préconçus. Ce style a peut-être moins la force de persuader ou d’attirer l’attention de nouveaux groupes sur la corruption, que de renforcer ou de stabiliser la cohésion d’un groupe politique donné. Cela étant, ce type de dénonciation peut, par la force de la répétition, contribuer à l’érosion de la légitimité d’un système politique ou d’un gouvernement.

20Le second pôle se dessine autour de campagnes intenses et disruptives de corruption. À la différence du premier cas, la communication vise à trouver de nouveaux arguments, à créer un moment de stupéfaction, voire de sidération, bref à créer un scandale perturbateur. Ici, des fins politiques très précises dominent. Au lieu de répéter des convictions bien enracinées, il s’agit de faire percer un débat nouveau.

21Un troisième concept se fait jour également à la lecture de ce volume, la formule de la « dénonciation populiste » proposée dans l’article de E.-Martin Meunier et Ryan Lux qui évoquent à son propos un style « journalistique ». Un style marqué selon eux par la volonté de délégitimation d’une politique ou d’un gouvernement — les soucis de corruption seraient donc instrumentalisés par les meneurs de la campagne. L’efficacité du propos procède de deux séries d’éléments, à savoir l’articulation d’images d’Épinal convenues sur le mauvais état de la société ou « des élites » à des reproches et des arguments assez précis, qui permettent à leurs auteurs de mener une campagne politique vigoureuse et efficace, de nature à stimuler de nouveaux débats et à renforcer en même temps des préjugés bien enracinés.

22Conduisant ainsi de la connaissance des dénonciateurs à l’examen de la diversité de leurs statuts et à l’analyse des styles de la dénonciation, cet ouvrage, international et pluridisciplinaire, ne peut prétendre pour autant avoir épuisé son objet. Au moins aura-t-il contribué à mettre en évidence un angle mort de l’histoire de la corruption, dont on connaît le développement actuel ; et ce, en dirigeant la focale sur ces acteurs que leurs proclamations placent en dehors d’un champ dont, non seulement, ils ne peuvent être exclus mais dont toute l’ambition de ce livre a été de montrer qu’ils étaient pleinement parties prenantes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bussière Éric, Dard Olivier, Duchenne Geneviève, Francis Delaisi, du dreyfusisme à l’Europe nouvelle, Bruxelles, Peter Lang, 2015.

De Blic Damien, Lemieux Cyril, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix 71, 2005, p. 9-38.

Engels Jens Ivo, Die Geschichte der Korruption. Von der Frühen Neuzeit bis ins 20. Jahrhundert, Frankfurt a. M., S. Fischer, 2014.

Engels Jens Ivo, Monier Frédéric, « Pour une histoire comparée des faveurs et de la corruption : France et Allemagne (xixe-xxe siècles), in Engels Jens Ivo, Monier Frédéric, Petiteau, Natalie (éds), La politique vue d’en bas. Pratiques privées et débats publics xixe-xxe siècles, Paris, Armand Colin, 2011, p. 127-148.

Gelz Andreas, Hüser Dietmar, Russ-Sattar Sabine (éds), Skandale zwischen Moderne und Postmoderne, Berlin, New York, De Gruyter, 2014.

Johnston Michael, « The Search for Definitions. The Vitality of Politics and the Issue of Corruption », International Social Science Journal 48, 1996, p. 321-335.

Hartmann Florence, Lanceurs d’alerte. Les mauvaises consciences de nos démocraties, Paris, Don Quichotte éditions, 2014.

Klein Annika, Korruption und Korruptionsskandale in der Weimarer Republik, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2014.

Mollier Jean-Yves, Le scandale de Panama, Paris, Fayard, 1991.

Portalez Christophe, Rothfuss Anna, « Panama and the opposition. The perception of French and German socialists of the Panama scandal », in Monier Frédéric, Dard Olivier, Engels, Jens Ivo, Fahrmeir Andreas (éds), Scandales et corruption à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014, p. 181-194.

Reinhard Wolfgang, « Die Nase der Kleopatra. Geschichte im Licht mikropolitischer Forschung. Ein Versuch », Historische Zeitschrift 293, 2011, p. 631-666.

Rothfuss Anna, Debatte-Skandal-Diskurs. Korruptionskommunikation im Deutschen Kaiserreich 1871-1914, thèse de doctorat, université de Darmstadt, 2017.

Notes

1 Jens Ivo Engels, Frédéric Monier, 2011.

2 Wolfgang Reinhard, 2011 ; Jens Ivo Engels, 2014.

3 Michael Johnston, 1996.

4 Voir Andreas Gelz, Dietmar Hüser, Sabine Russ-Sattar, 2014.

5 Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne, 2015.

6 Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005, p. 17.

7 Florence Hartmann, 2014.

8 Jens Ivo Engels, 2014.

9 Annika Klein, 2014.

10 Christophe Portalez, Anna Rothfuss, 2014 ; voir aussi la thèse d’Anna Rothfuss, Debatte-Skandal-Diskurs. Korruptionskommunikation im Deutschen Kaiserreich 1871-1914, soumise en 2017 à l’université de Darmstadt.

11 Jean-Yves Mollier, 1991.

Auteurs

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et spécialiste d’histoire politique du xxe siècle. Il est membre de l’UMR SIRICE (Laboratoire Sorbonne Identités, Relations internationales et Civilisations de l’Europe) et du laboratoire d’excellence EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe). Ses travaux ont principalement porté sur le conspirationnisme, les droites radicales françaises et étrangères (Charles Maurras, l’OAS, le salazarisme), l’histoire des élites politiques, économique et technocratiques et l’histoire des idées politiques et économiques.

Professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Institut d’histoire de la Technische Universität Darmstadt. Il est l’éditeur principal de la revue Neue politische Literatur. Depuis 2016, il dirige une école doctorale pluridisciplinaire traitant des « infrastructures critiques », financée par la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Ses recherches portent sur l’histoire de la monarchie en France, sur l’histoire du mouvement écologique en Allemagne, sur les infrastructures techniques et sur l’histoire de la corruption politique en Europe depuis les débuts de l’époque moderne. Avec Frédéric Monier, il a initié la coopération franco-allemande en ce domaine et coédité plusieurs ouvrages. Il est l’auteur de Die Geschichte der Korruption. Von der Frühen Neuzeit bis ins 20. Jahrhundert (Frankfurt a. M., S. Fischer, 2014).

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search