Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Troisième partie. Situer un programme : Brentano et son école dans l'histoire de la psychologie scientifique

12. Ouverture

Charles-Édouard Niveleau

Texte intégral

1Même si certaines contributions, dans les parties précédentes, ont déjà opéré quelques excursus dans l’histoire de la psychologie, notamment avec l’examen de la figure de Wundt, ceux-ci visaient avant tout à mieux définir le contenu, circonscrire l’extension et comprendre le contexte de développement théorique et institutionnel du programme de Brentano. La dernière partie se concentre sur l’inscription de ce programme tel qu’il a été défini, réalisé et poursuivi par Brentano et ses élèves, dans ce qu’on pourrait appeler l’histoire officielle de la psychologie scientifique, dans laquelle – il faut bien l’avouer - le programme ici décrit n’apparaît en général que de manière marginale lorsqu’il est même mentionné dans les manuels. Ce vide historiographique résulte au moins en partie de l’oubli des relations que Brentano et ses élèves ont pu nouer et entretenir avec les principaux psychologues et physiologistes de leur époque. Si l’ambition du programme de Brentano et son école réside effectivement dans ce projet de fondation de la psychologie scientifique, encore faut-il rendre justice à la manière dont ce programme s’inscrit lui-même dans un ensemble de problèmes disciplinaires qui lui préexistent, auxquels il prend part, mais dont il souhaite également déterminer les contours.

2L’article de Riccardo Martinelli montre comment, dans la première édition de la Psychologie d’un point de vue empirique de 1874, Brentano accepte de se confronter directement aux grandes figures de l’histoire de la psychologie scientifique qui, à l’image d’un Herbart ou d’un Fechner, avaient tenté de fonder la psychologie en tant que science sur un modèle intensif des sensations. On peut même considérer cette question comme l’enjeu majeur de la psychologie scientifique naissante. En relevant ainsi le défi des pères fondateurs de la psychologie, Brentano en vient donc à reconnaître la légitimité d’un modèle intensif de l’âme et même à le concevoir comme compatible avec sa propre défense de la psychologie empirique. C’est ainsi qu’au lieu de nier toute validité à la psychophysique de Fechner, Brentano en propose une reformulation qui repose sur la détermination des relations d’intensité entre les sensations et leurs objets. Martinelli commente ainsi sa démarche : « Brentano adopte pour ainsi dire un double registre : il développe une formulation parallèle à son propre modèle psychologique en envisageant la possibilité de certaines relations d’intensité entre les actes psychiques (…). » Il n’existe donc pas de contradiction de principe entre la psychologie qu’il souhaite promouvoir et l’objectif que poursuit le programme psychophysique, au sens où elle pourrait parfaitement être formulée dans les termes d’un tel modèle intensif. Pour Brentano, que Fechner et Wundt ne soient pas parvenus à mesurer de manière satisfaisante l’intensité des sensations, n’enlève rien au fait que le psychologue doit bien rendre compte des différences d’intensité entre les sensations. L’auteur décrit comment Brentano, démentant la loi logarithmique, en vient à défendre la thèse, d’inspiration herbartienne, selon laquelle il existe une relation de proportionnalité entre la cause physique et la sensation : en d’autres termes, la sensation correspond à l’intensité de l’objet. Après avoir étendu cette relation à l’ensemble des classes d’actes psychiques, Brentano en vient quelques années plus tard, suite à la critique que formule Hering contre l’application du concept d’intensité à la sensation, à limiter cette relation aux seules représentations sensibles, avant de rejeter définitivement l’appareil intensif parallèle lui-même en 1911 dans la deuxième édition de la Psychologie. Comme le remarque l’auteur, le renoncement à toute perspective intensive dans l’analyse des actes psychiques, y compris la sensation, coïncide avec un renforcement de la perspective descriptive propre à la psychologie brentanienne. Il est donc tout à fait remarquable qu’un tel renforcement soit observable par le prisme d’une évolution de Brentano vis-à-vis d’un axe de recherche, historiquement attaché à la psychologie scientifique avant lui, qui joue ici, d’une certaine manière, un rôle d’indicateur de sa pensée. L’auteur montre enfin comment Stumpf réélabore la psychologie descriptive de son Maître à la lumière d’une critique de la psychophysique qui l’amène, en un certain sens, à rester sans doute plus proche de la position initiale de Brentano sur le sujet, principalement en concevant la différence entre sensation et représentation sous un rapport graduel d’intensité.

3Dans son article, Sabine Plaud propose de mener une confrontation systématique de Brentano avec une autre grande figure fondatrice de la psychologie scientifique, à savoir le savant Ernst Mach. Sa stratégie consiste à comparer les approches des deux psychologues sur un ensemble de thèmes fondateurs de leur approche scientifique et qui semblent, à première vue, fortement les rapprocher. Qu’il s’agisse de leur démarche positiviste en psychologie, de la reconnaissance d’une complexité de la conscience ou encore de leur phénoménisme, tout, sur le papier, semble les faire embrasser une seule et même conception de la psychologie scientifique. Pourtant, partager les grandes lignes d’un programme de recherche et partager la même position recouvrent en réalité deux choses bien distinctes comme le montre l’auteur. Brentano et Mach sont-ils positivistes ? Certainement, en faisant reposer la psychologie sur la seule expérience, et en désactivant au maximum les présupposés métaphysiques qui étaient attachés à l’ancienne science de l’âme ; mais ils n’accordent certainement pas la même importance et le même rôle à l’expérimentation dans ce retour à l’expérience, ni n’accordent la même portée à cette méfiance envers la métaphysique qui se transforme chez Mach en un véritable scepticisme. Reconnaissent-ils la fondamentale complexité de la vie psychique ? Certainement, mais comme l’écrit Plaud : « là où Mach en dérive l’obligation de renoncer entièrement à l’idée d’une unité du psychique, Brentano considère que cette complexité ne porte nullement atteinte à la thèse de l’unité de la conscience, en faisant l’hypothèse que l’unité n’exige pas nécessairement la simplicité », comme nous l’avions d’ailleurs pu l’observer dans la contribution de Fisette. Partagent-ils la même conception phénoméniste du rapport entre le psychique et le physique ? Oui, mais là où il découle chez Brentano de la découverte d’un critère permettant de distinguer et d’articuler les deux types de phénomènes, Mach pense qu’un tel critère est hors de portée en raison d’un monisme qui nie toute différence ontologique entre le mental et le physique. En un sens, pour Brentano, Mach est un penseur excessif dont la radicalité des positions lui fait endosser une forme de dogmatisme naturaliste conduisant à une naturalisation extrême de la philosophie qui s’avère tout à fait inacceptable, puisqu’elle coïnciderait avec sa propre disparition.

4Fiorenza Toccafondi analyse la postérité de la distinction que Brentano introduit entre une approche descriptive, qui analyse les phénomènes psychiques et leurs lois de structuration, et une approche explicative explorant les mécanismes physiologiques sous-jacents de ces phénomènes. Son objectif est d’évaluer l’importance de l’influence exercée par l’expérience pragoise de Stumpf dans le développement de ce programme de recherche dont Brentano s’est attaché à strictement développer le volet descriptif, comme nous l’avons vu. En particulier, jusqu’à quel point les influences de Hering (et Mach) ont-elles été décisives sur le programme que poursuit Stumpf dans la lignée de Brentano ? Toccafondi commence par montrer comment la conception de la phénoménologie défendue par Stumpf se définit par rapport à la psychologie descriptive de Brentano, et surtout comment cette phénoménologie pose les termes de la distinction introduite par Brentano en s’appuyant sur les travaux de Hering. La controverse sur les couleurs qui oppose ce dernier à Helmholtz s’avère particulièrement instructive à cet égard. Au-delà du problème spécifique, concernant le type d’explication physiologique fournie, Hering entend faire droit à des observations de nature phénoménologique qu’il considère alors comme un préalable nécessaire ou un couloir d’accès indispensable à la recherche des corrélats physiologiques. L’auteur montre alors comment cette approche, concurrente du physicalisme de Helmholtz, a pu se généraliser parmi toute une génération de psychologues de la perception qui, de Katz à Bühler en passant par Kardos et G. E. Müller, n’ont manqué de reconnaître leur inscription dans le programme de Hering ainsi que leur dette à Stumpf en tant que principal responsable de sa diffusion. Qui de Wundt ou Brentano faut-il choisir pour faire de la psychologie scientifique ? C’est à peu près cette question, à laquelle souhaite répondre le psychologue américain Edward Titchener, qui est ici reconstituée par Denis Seron dans sa contribution. Cette confrontation entre Brentano et Titchener – lui-même élève de Wundt – permet de mieux circonscrire ce qu’il faut comprendre par « empirique » dans la psychologie dite « empirique » de Brentano, par contraste avec l’approche expérimentale promue par le second. Cette confrontation nous semble d’autant plus décisive que, du point de vue de Brentano, les deux perspectives sont loin de s’exclure, comme nous l’avons vu, alors que pour Titchener elles sont irréconciliables. Même si dans sa critique de la psychologie brentanienne de l’acte, c’est bien le concept d’intentionnalité que vise Titchener, le véritable enjeu réside davantage, selon Seron, dans « la pertinence et la signification de la distinction entre le psychique et le physique ». Titchener commence par montrer que ce qu’on a pris l’habitude de désigner par « intentionalisme » ne renvoie pas un programme homogène mais bien à tout un ensemble de théories qui divergent profondément sur la classification des phénomènes psychiques, la sensation ou encore l’attention. Pire encore, ces divergences s’avèrent essentiellement indécidables d’un point de vue scientifique, en reposant en dernier ressort sur la personnalité ou le goût de chaque psychologue. La conséquence immédiate est double : l’intentionalisme représente une menace sérieuse pour l’unité de la psychologie et relève davantage de la philosophie que de la science. Comme le précise Seron « ce penchant philosophique [selon Titchener] s’exprime par un souci d’analyse conceptuelle, d’argumentation et de systématisation qui peut porter préjudice à l’observation expérimentale » en se traduisant par une préoccupation pour les théories au détriment de l’observation des faits. « D’une manière générale, écrit Seron, la critique de Titchener nous amène à nous interroger sur ce que doit être une approche empirique en psychologie et, au-delà, sur la nature des données empiriques. » Titchener défend quant à lui une approche dite « existentielle », au sens où il définit l’attitude scientifique « comme une attitude d’ observation dirigée vers de simples existences. » C’est donc au nom d’un retour aux choses mêmes que le véritable scientifique doit se débarrasser des couches de significations conceptuelles qui dissimulent la « simple existence » du fait. Cette attitude, strictement descriptive, conduit Titchener à refuser la notion même d’explication, et à s’inscrire dans le monisme de Mach et surtout d’Avénarius. L’observation ou accointance avec les faits, sans présupposition théorique ou conceptuelle, suppose alors un entraînement et un contrôle scientifique qui nous éloigne de l’observation du sens commun sur laquelle repose finalement l’approche brentanienne. Seron analyse ensuite plus spécifiquement l’argumentation de Titchener contre la théorie brentanienne de l’intentionnalité. Privilégiant la réflexion sur l’observation pure, Brentano ignore que sa thèse n’est décidable que d’un point de vue expérimental et qu’en attendant elle est de nature logique et non psychologique. Or c’est justement à une telle vérification expérimentale qu’a procédé l’élève de Meinong, Stefano Witasek, et c’est contre lui que Titchener adresse ses objections décisives. La première concerne l’attribution erronée d’un statut privilégié à la représentation au détriment d’autres actes (affectifs par exemple). La seconde vise la généralisation de la distinction entre acte et contenu à toute la vie mentale ; ce qui a pour conséquence immédiate de « dupliquer la psychologie », et partant de compliquer inutilement la tâche de la psychologie. Conformément à son monisme, Titchener opposera à cette duplication l’idée que l’acte et le contenu représentent « les deux aspects d’une même réalité observationnelle qui est l’esprit ou la vie mentale pris comme processus » et que leur distinction découle d’une approche logique et non observationnelle. Seron s’applique enfin à étendre les enjeux méthodologiques et épistémologiques des citiques formulées par Titchener en montrant comment ces dernières pourraient concourrir à remodeler le champ problématique des théories de la conscience conteporaine.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search