Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books Demopolis Quaero Dénoncer la corruption 16. L’émission de télévision Enquête

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Troisième partie. Des cultures de la dénonciation ? Entre promotion de la vertu et opprobre

16. L’émission de télévision Enquête

Le renouveau médiatique de la dénonciation de la corruption au Québec1 (2009-2011)

E. -Martin Meunier und Ryan Lux

Volltext

  • 1 Nous aimerions remercier les membres du GDRI pour leurs questions et commentaires. Des remerciemen (...)
  • 2 France Charbonneau, Renaud Lachance (commission Charbonneau), 2015.
  • 3 Jean-Louis Fortin, 2015.
  • 4 Sur la question des élites et la commission Charbonneau, voir Stéphane Baillargeon, 2012.
  • 5 Il s’agit de reportages de 30 à 45 minutes environ.
  • 6 Société Radio-canada, « Épisode 19 E – 0692647 », Enquête, 13 octobre 2011.
  • 7 Sur l’histoire de la publicisation des scandales de corruption au Québec, lire notamment : Geneviè (...)

1La commission Charbonneau portant sur les scandales de corruption dans l’industrie de la construction au Québec, instaurée le 19 octobre 2011 par le gouvernement libéral provincial, a finalement déposé le 24 novembre 2016 ses recommandations, consignées dans un volumineux rapport de 1 700 pages2. Nombreux sont ceux qui pensent que la commission n’a pas livré ce que les Québécois espéraient3 : une mise au net de la collusion entre le monde des affaires et la politique4. D’un point de vue sociohistorique cependant, il se peut que la véritable contribution de la commission ne se trouve pas tant dans ses conclusions que dans ses prolégomènes, notamment dans l’apport exceptionnel des médias à sa mise sur pied. Jamais on n’aura vu au Québec une simple émission de télévision avoir autant d’influence sur la conduite d’un gouvernement, voire même sur la détermination du programme politique de la province. Car, avec ses vingt-six reportages5 portant sur la corruption et la collusion dans le secteur de la construction au Québec diffusés en moins de deux ans, l’hebdomadaire télévisé Enquête est sans nul doute l’un des « dénonciateurs » les plus avérés des dernières années au Québec, concernant ce que certains ont nommé le « scandale de l’asphalte6 ». L’émission a été en fait une véritable plaque tournante des dénonciateurs et autres lanceurs d’alerte ; elle a été le lieu d’une mise en scène de la dénonciation parmi les plus efficaces et convaincantes qu’on puisse relever dans l’histoire contemporaine de la nation québécoise7.

2Notre article portera sur cette émission, ses contributeurs, son plan et ses moyens d’action. Nous essaierons ainsi de mieux saisir comment les principaux metteurs en scène de ces dénonciations, dont l’animateur vedette Alain Gravel et la journaliste Marie-Maude Denis, ont endossé le rôle de « chevaliers blancs » et comment le type de journalisme qu’ils ont choisi témoigne d’une transformation actuelle du rôle lui-même. À partir de ce cas singulier, nous tenterons, en conclusion, de mieux comprendre ce qu’il en est du statut de la dénonciation et de sa modification dans la société québécoise actuelle.

  • 8 Sur l’histoire du journalisme d’enquête au Québec, voir Pierre Godin, 1981 ; Rémy Rieffel, 2003.
  • 9 Sur la dénonciation médiatique, voir Patrick Champagne, 1991.
  • 10 Éric Martin, 2007.
  • 11 Harold Garfinkel, 1956.

3Première considération générale : depuis 2007, l’émission Enquête pose à nouveau frais et de manière inédite la question du rôle du journalisme d’enquête dans la dénonciation de la collusion et de la corruption8. Le médium télévisuel, avec ses limites et ses qualités, accroît ici le caractère spectaculaire de l’acte de dénonciation et contribue à modifier l’image du dénonciateur en celle d’un « metteur de scène » des dénonciations9. Considéré selon une perspective qui situe notre objet d’un point de vue symbolique, cet épisode québécois de dénonciation médiatique intense ne va pas sans questions10. Comme le disait le sociologue Harold Garfinkel11 il y a soixante ans déjà, toute indignation morale peut tourner en une cérémonie de dégradation si bien réussie parfois, qu’elle peut aller jusqu’à omettre la loi et faire oublier l’existence même de la présomption d’innocence — pourtant principe pivot de la justice au Canada. Loin de penser toutefois que les artisans de l’émission Enquête ont cherché à outrepasser ces limites, nous estimons néanmoins que leur action et leurs dénonciations contribuent à la transformation contemporaine du journalisme et du mode de régulation dominant des sociétés actuelles.

4D’abord un mot sur l’émission Enquête. Magazine télévisuel du journalisme d’enquête diffusé par le radiodiffuseur public francophone du Canada depuis 2007, Enquête se veut emblématique d’un renouveau journalistique, après des décennies de compression des programmes d’information et de journalisme d’enquête. Son histoire est directement liée au scandale québécois de la corruption, au sens où c’est à Enquête qu’est revenue l’initiative de diffuser ces allégations. Cette émission a continué à suivre le dossier pendant plus de cinq ans, y consacrant une somme importante d’énergie et d’argent. Son succès tant auprès du grand public que du milieu journalistique a augmenté au fur et à mesure que le scandale de corruption s’amplifiait et se voyait divulguer.

5Le visage public de l’émission est dominé par le journaliste vedette Alain Gravel et sa collaboratrice d’alors, Marie-Maude Denis, à qui on aurait remis une enveloppe remplie de documents contenant de nombreuses allégations de collusion généralisée et de malversations — révélations qui allaient lancer toute l’affaire. Ces informations répétées aideront d’ailleurs à renforcer le rôle et le statut du journalisme d’enquête, entraînant une augmentation en conséquence des ressources allouées.

6Alain Gravel, qui a, depuis quelques années déjà, été promu à un nouveau poste plus prestigieux, avance que son œuvre à Enquête est allée jusqu’à changer le journalisme québécois :

  • 12 Alain Gravel cité dans Pierre Cayouette et Marc-André Sabourin, 2015, p. 15.

Ce qui en ressort est un témoignage authentique sur la possibilité pour chacun d’entre nous de changer le monde dans nos domaines respectifs en nous appuyant sur les valeurs qui ont de moins en moins la cote : l’honnêteté, la rigueur et la vérité12.

7L’intention de Gravel dépassait toutefois l’idée de changer seulement le journalisme ; c’était le Québec qu’il voulait transformer ! Le soir de la première émission consacrée à la corruption politique et économique au Québec, il se rappelle le moment comme une heure :

  • 13 Ibid., p. 178.

[… de] télévision qui a transformé le Québec. L’Histoire, celle avec un grand H, retiendra la diffusion de ces reportages comme un événement marquant dans la vie publique québécoise13.

  • 14 Ibid., p. 177.

C’est l’un de ces soirs où les journalistes éprouvent le sentiment de contribuer à changer au monde et à faire avancer la justice14.

Alain Gravel et Marie-Maude Denis, chevaliers blancs ?

  • 15 Il est marié et père de trois enfants, dont les deux aînés travaillent aussi dans les médias.

8Né à Jonquière, ville du nord-est du Québec en 1958, Alain Gravel a commencé sa carrière de journaliste à vingt ans dans sa ville natale. Il quitte des études en sciences politiques à l’université du Québec à Montréal pour poursuivre une carrière à la radio à Québec. De là, il partira pour Montréal, où il demeure depuis. Au cours des années, il a couvert de multiples sujets, allant des nouvelles régionales, aux nouvelles nationales et internationales, et ce, tant à la radio qu’à la télévision15 :

  • 16 Hassan Serraji, 2016.

Le journaliste d’enquête est [alors] devenu une des figures médiatiques emblématiques du Québec. Le plus réputé. Le plus adulé16.

  • 17 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 13.
  • 18 TVA, « Biographie : Alain Gravel », http://tva.canoe.ca/emissions/galaartis2011/nommes/biographies (...)

9Alain Gravel ne le cache pas : une fois qu’il eut commencé à exposer les révélations de son enquête, les gens dans la rue ne se sont plus contentés de le reconnaître, ils ont commencé à le remercier17. Lorsqu’il a été critiqué pour le caractère lacunaire de certains de ses reportages, ses collègues se sont vite portés à sa défense, en témoignant de sa rigueur intellectuelle et de son professionnalisme. Cette réputation lui a mérité six prix de la télévision canadienne au fil des ans. Il a obtenu le prix Italia en 2004 pour un reportage sur la téléréalité, un prix au New York International Documentary Festival pour un documentaire sur les délateurs et il a été le récipiendaire, en 2008, du prix Judith-Jasmin pour sa couverture d’un autre scandale, celui du dopage de l’athlète Geneviève Jeanson. À trois reprises, il a été nommé « personnalité de l’année » par le journal The Montreal Gazette, entre 2004 et 200718. Il a aussi été élu par acclamation à la présidence de la prestigieuse Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), durant la même période. Si ce poste l’écarte du journalisme de terrain pour un temps, il a accentué sa conscience des défis démocratiques qui se posent au Québec. Son retour à la télévision — à la barre de l’émission Enquête (2007 à 2015) — le consacre grand journaliste de Radio Canada. Il devient alors autant figure publique que journaliste de premier plan.

  • 19 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 175.
  • 20 Andrew King, 2010, p. 14.

10Au-delà des prix et de la reconnaissance statutaire, Gravel mesure d’abord son succès grâce à l’impact de son travail. Ses enquêtes cherchent à provoquer et déranger l’ordre social, d’où l’onomatopée qu’il aime employer lorsqu’il sort un scoop : « Baboom19 ! ». Si les enquêtes d’Alain Gravel peuvent provoquer un changement social et politique, elles comportent également des aspects juridiques — où des dénonciations qui auraient dû être divulguées publiquement se font derrière les grillages d’un confessionnal —, le scénario des reportages mettant à profit toutes les techniques possibles pour cacher l’identité des informateurs. Gravel reconnaît que son approche visant à diffuser des révélations choquantes et anonymes a tenu le département juridique de Radio-Canada fort occupé20.

  • 21 Agence Qmi, « Pierre Bruneau, l’homme de confiance des Québécois », Journal de Montréal, 29 avril (...)

11Grâce à ces combats juridiques commentés dans les journaux et à la télévision, la notoriété d’Alain Gravel s’est peu à peu accrue, notamment parce que ses argumentaires revendiquant « le droit à savoir » et la nécessité de préserver l’anonymat des participants à l’émission étaient diffusés. Pas étonnant que, lors d’un sondage en 2015, il ait été désigné comme le douzième homme le plus digne de confiance au Québec21.

  • 22 Denis Gratton, 2016.
  • 23 Ibid.

12L’autre visage d’Enquête — Marie-Maude Denis — fournit un contrepoint à l’image de Gravel. Née à Sudbury, ville minière du nord de l’Ontario en 1981 et ayant grandi à Ottawa, Marie-Maude Denis a fréquenté l’école secondaire publique de La Salle et étudié les sciences politiques, la communication et le théâtre à l’université d’Ottawa22. Descendante d’une longue lignée de militants franco-ontariens, elle a comme premier souvenir politique une manifestation contre la réduction des services francophones en Ontario23.

  • 24 « Il se peut que je vive un jour une autre enquête aussi majeure que celle-là, mais certainement p (...)

13Alors que Gravel semble voir la série de reportages sur la corruption de l’émission Enquête comme autant de moyens d’utiliser l’information pour créer un choc, exigeant une prise de conscience, une catharsis et des réformes d’ampleur, les motivations journalistiques de Marie-Maude Denis demeurent plutôt pragmatiques. Son ambition et le rôle qu’elle a joué dans la transmission de documents secrets accablants à l’équipe d’Enquête ont été la clé de son succès professionnel. Avoir eu Gravel comme mentor lui a été profitable, lui procurant notamment le sentiment que le succès journalistique équivaut à faire éclater un scandale24. Elle a également appris que le fait de jouer selon les règles établies empêche bien souvent les délations publiques, celles qui, pourtant, retiennent l’attention et la reconnaissance nécessaires pour faire éclore une commission d’enquête. En discutant des répercussions financières et sociales de la dénonciation, Denis reconnaît que :

  • 25 Andrew King, 2010, p. 14.

[I]t is a real risk nowadays and the only way to fight that is to make the facts public, and then it is up to the government to react25.

  • 26 Notons également que :
    « [Ses] reportages sur la collusion et la corruption dans l’industrie de la (...)

14Ce type de transgression des normes journalistiques — par exemple l’utilisation de la caméra cachée lors de discussions informelles avec des intervenants dans ces dossiers — lui a valu une reconnaissance impressionnante dans la communauté québécoise du journalisme. On saluait d’abord son audace et son courage. En quelques années seulement, Denis est passée du statut d’inconnue à la notoriété de coanimatrice de l’émission Enquête, dans son format actuel26.

Comprendre le procédé de dénonciation : un reportage type

15Alain Gravel et son équipe communiquent leurs soupçons de corruption à travers une logique symbolique qui transcende les règles habituelles du journalisme. Au lieu de compter sur les sources officielles qui parleraient du dossier en réponse à un conflit public spécifique et étalé au grand jour, l’équipe d’Enquête modifie cette dynamique en choisissant une cible générale, en la reliant à des sources non officielles et en utilisant ces faits pour déduire un lien plausible entre la corruption supposée de certains représentants de l’élite et une corruption généralisée des institutions qu’ils gouvernent. On ne part pas, par exemple, d’accusations policières ou judiciaires pour étayer la nouvelle, mais on profite d’une information secrète (souvent des enveloppes livrées discrètement à leur attention et révélant des informations sur une organisation ou sur des individus) pour aller corroborer ces dires, micro à la main ou micro caché. Bref, on cherche à incriminer celui qui, selon eux, devrait l’être, mais qui semble protégé par un système.

  • 27 Celles diffusées avant l’établissement de la Commission.

16Pour illustrer cette dynamique, décrivons un reportage type qui a établi la formule qu’Enquête a utilisée au cours de ses vingt-six émissions27, un reportage qui a déterminé l’ouverture de l’enquête anticollusion du gouvernement et la création de la commission publique sur la corruption dans l’industrie de la construction au Québec. Dans sa deuxième émission consacrée à la question, diffusée le 29 septembre 2009, les journalistes d’Enquête, à partir d’informations bien incertaines, se rendent aux Caraïbes pour y prendre des images d’un yacht de luxe : le Touch. Celui-ci appartient à un magnat québécois de la construction, impliqué dans l’émission précédente sur la corruption d’un des plus grands syndicats du Québec, la FTQ-Construction (Fédération des travailleurs du Québec-Construction). Pour Gravel et son équipe, le Touch représente le lieu où affaires et politique se rencontrent loin des yeux du public :

  • 28 Société Radio-canada, « Épisode 2 E – 059952 », Enquête, 24 septembre 2009.

Ici aux Îles Vierges, il n’y en a qu’un entre les autres… Mais au Québec il est devenu le symbole du copinage dans le milieu de la construction28.

17D’abord, Gravel demande une information banale à un membre ciblé de la haute direction des entreprises de construction au Québec, information qu’il utilisera par la suite pour établir un lien entre le symbole et la réalité. Par exemple, être déjà monté à bord du Touch ou non ? Réponse du membre de l’élite visé :

  • 29 Ibid.

Moi ce que je vous dis c’est que le président de la FTQ [ne] peut pas diriger la FTQ de son sous-sol… Moi je vais vous dire […] Certainement… [le propriétaire du yacht] C’est un de mes amis29.

18Au lieu d’aborder directement le fond de l’insinuation en utilisant les faits dont il peut disposer, Gravel procède plutôt par ouï-dire et allégations qui associent le yacht, son propriétaire et le président du syndicat, tout en détaillant la manière dont lui et ses collaborateurs sont parvenus à cette hypothèse :

  • 30 Ibid.

Au moment de cette déclaration, ça fait déjà quatre mois que l’équipe d’Enquête tente d’établir des liens entre la FTQ, le Fonds de solidarité de la FTQ, Michel Arsenault [le président du syndicat] et Tony Accurso30 [le propriétaire du yacht].

19Les journalistes d’Enquête s’efforcent de confronter plusieurs membres de l’élite au sujet de leurs possibles visites sur le Touch — surtout ceux qu’ils soupçonnent d’être plus disposés à reconnaître avoir visité le bateau que d’admettre de but en blanc leur participation à un système de corruption. Ils partent alors à la rencontre du ministre des Transports, du maire de Laval, des directeurs syndicaux, etc. Ces acteurs nient invariablement avoir commis un délit, mais l’équipe d’Enquête les oblige toutefois à reconnaître au moins l’existence du yacht. Pour certains, on va même jusqu’à les interroger sur leur présence hypothétique à bord du yacht. Sans avoir légitimement prouvé leur culpabilité et leur participation à un système organisé de corruption, les artisans d’Enquête jettent néanmoins un doute : les visiteurs du bateau ne seraient-ils pas « coupables par association » ?

  • 31 Société Radio-canada, « Épisode 2 E – 059952 », Enquête, 24 septembre 2009.

20Finalement, afin de consolider ces allégations ainsi que ces doutes, Gravel et son équipe concluent leur reportage en confrontant les allégations de culpabilité des acteurs aux témoignages de figures anonymes, visages et voix masqués, qui confirment l’existence d’une collusion entre le propriétaire du Touch, Tony Accurso, les syndicats de la construction et des membres du gouvernement31. L’épisode terminé, la consolidation des allégations lancées ce soir-là est, quant à elle, loin d’être achevée. Alain Gravel et Marie-Maude Denis sont ensuite invités par les autres médias afin, d’une part, de répéter les grandes lignes de l’argumentaire de leur émission, et d’autre part, de supputer sur les profondeurs du scandale qu’ils sont en train d’élucider.

21Finalement, leurs passages médiatiques les aident à obtenir de nouvelles informations afin de relancer leur enquête. Il importe de saisir qu’à cette étape, Gravel et Denis font l’actualité tout en la commentant, et espèrent que — par leurs commentaires ou leurs réponses à d’autres commentaires ou à des questions de la presse — de nouveaux scoops pourront être portés à leur attention. En fin de compte, l’allégation prend peu à peu valeur de vérité, suffisamment en tous les cas pour que Gravel et Denis puissent en appeler à la création d’une commission d’enquête officielle.

Société Radio-Canada et son triumvirat : Le Téléjournal, Enquête, Tout le monde en parle

  • 32 Cet appui n’était pas seulement technique ou symbolique, mais aussi juridique, car chaque reportag (...)

22En appuyant Gravel et Denis32, la Société Radio-Canada aurait — d’une certaine manière — fixé l’ordre du jour, sinon élaboré en un sens le programme de la couverture du scandale de la corruption au Québec, et ce, en utilisant de multiples plates-formes de diffusion en son sein. Une véritable mise en marché semble avoir été conçue ici. Des publicités au ton dramatique, diffusées la veille de l’émission durant le Téléjournal, avaient pour fonction d’identifier les « ciblés » de la semaine et de semer le doute à leur égard. Le lendemain, Radio-Canada livrait un épisode d’Enquête d’une heure. Le dimanche suivant, à l’émission télévisée la plus regardée au Québec (par près de 30 % des citoyens) — Tout le monde en parle (TLMEP) — on discutait des développements du scandale en invitant Gravel et Denis à détailler le contenu de leur reportage et à préparer le terrain pour la semaine d’après. Tout comme son homonyme français, la variante québécoise est un talk-show, où des invités discutent de divers sujets, y compris de l’actualité. Par sa forte cote d’écoute, TLMEP vient attester l’existence des problèmes et consacrer les personnalités de l’heure auprès d’une part importante des Québécois. Être invité à TLMEP vaut son pesant d’or : un individu devient immédiatement connu ; une interview favorable peut faire vendre film, disque ou livre. Les positions typiques d’une gauche culturelle, à la fois en rupture avec l’ordre établi, mais partie prenante de l’évolution des mentalités au Québec y sont largement représentées. TLMEP oriente la nouvelle pour la semaine entière ; on commente l’émission dès le lendemain dans tous les médias (à la pause-café dans les bureaux et officines) ; son équipe d’animateurs a autant le pouvoir de mettre au ban un individu que de légitimer des acteurs sociaux et leurs combats.

  • 33 Voir Luc Boltanski, Yann Darré, Marie-Ange Schiltz, 1984.
  • 34 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 180.

23Après le passage d’Alain Gravel et de Marie-Maude Denis à Tout le monde en parle (le 5 novembre 2009), afin de donner sans ambages son aval à la démarche des artisans de l’émission Enquête, TLMEP a créé une ligne téléphonique où les téléspectateurs pouvaient soumettre informations et allégations complémentaires pouvant orienter et aider les journalistes dans leur mission. Dénonciation et délation se mélangent ici de manière ambivalente33. La Société Radio-Canada reçut alors des milliers de messages de téléspectateurs34. Non seulement TLMEP a été un mécanisme efficace pour activer l’intérêt pour le scandale de la semaine à venir, mais il s’est également adapté au nouveau type de personnalisation du rôle du journaliste incarné par Gravel à travers l’émission Enquête. TLMEP a permis aux téléspectateurs de se joindre à la croisade contre la corruption avec le duo de « chevaliers blancs ».

Contrôle du cycle des nouvelles ?

  • 35 Voir parmi plusieurs, l’article de Elisabeth Bastos Duarte et Maria Lilia Dias de Castro, 2011.

24Grâce à ce système dit de « convergence du cycle médiatique », Radio-Canada a ainsi contraint les autres organismes de nouvelles. La convergence médiatique cherche à relayer certains contenus des émissions de télévision au cœur des informations (lors des journaux télévisés), mais aussi à trouver un écho dans plusieurs autres émissions au sein de la même chaîne (émissions de variétés, de débats, etc.) afin de bénéficier d’un contenu déjà payé et ainsi faire des économies d’échelle. La recherche n’a pas encore bien mesuré l’effet de concentration, de légitimation et de dramatisation d’une information produite par une émission qui se voit alors répétée ad nauseam35. Ce qui ne devait être au départ qu’une simple mesure commerciale finit par transformer la structure même de l’information et de sa diffusion — comme on peut le constater avec le cas de l’émission Enquête. Qu’on nous comprenne bien toutefois, il ne s’agit pas de minimiser le caractère scandaleux des informations mises au jour par l’équipe Gravel et Denis, mais de comprendre par quel mécanisme inédit un individu s’érige aujourd’hui en chevalier blanc et comment est produite et avalisée in situ la diffusion d’une dénonciation de corruption dans la société québécoise contemporaine.

  • 36 Gabrielle Sirois, 2016, p. 57. Au cours de la même période, une recherche d’archives utilisant Eur (...)
  • 37 Influence Communication, « État de la nouvelle : bilan 2011 au Québec », 2011, p. 69, site web : h (...)

25Le mécanisme de la structure des médias convergents est ici très imposant. Du début septembre 2009 au 9 novembre 2011 — soit 1 174 jours — 555 articles ont été publiés dans les principaux journaux francophones du Québec (Le Journal de Montréal, La Presse, Le Devoir36). En fait, cela a rempli plus d’espace dans les journaux que tout autre sujet en 2011, ce qui représente 5,08 % de la couverture de nouvelles cette année-là37. Non seulement la logique de la convergence encourage les plates-formes multiples, comme nous le comprenons avec le Téléjournal, Enquête et le TLMEP, mais cela signifie également une concentration des moyens de production journalistiques dans les mains de quelques entreprises qui, en retour, emploient moins de journalistes et moins de ressources en concurrence. Ainsi, durant cette période, Enquête était l’un des principaux enquêteurs médiatiques québécois et assurément, le plus influent.

  • 38 Société Radio-canada, « Épisode 8 E – 059527 », Enquête, 11 mars 2010.
  • 39 Article de Denis Lessard, La Presse, 12 mars 2010.
  • 40 Ibid., 12 mars, 2010.
  • 41 Article de Kathleen Levesque, Le Devoir, 13 mars, 2010.
  • 42 Article d’André Duchesne, La Presse, 16 mars 2010.
  • 43 Article de Jeanne Coriveau, Le Devoir, 16 mars 2010.

26Cela signifie qu’à la suite de chaque épisode, les nouvelles révélations d’Enquête déterminaient la couverture des journaux. Le huitième épisode d’Enquête titré « Chantiers minés38 », est exemplaire à cet égard. Il décrit la violence syndicale dans les chantiers de construction. Avant l’émission du 11 mars 2010, il y avait eu pendant un mois une accalmie dans la couverture des journaux, mais immédiatement après sa diffusion, le scandale de la corruption et la nécessité d’une enquête ont de nouveau fait les manchettes, respectant un modèle alors établi. Le lendemain de sa diffusion, La Presse titre : « L’opposition trouve un nouveau souffle pour réclamer une enquête publique39 ». Le même jour, ce titre est repris dans Le Devoir : « Mandat d’arrestation contre l’ex-DG de la FTQ-Construction40 ». Le 13 mars, Le Devoir publie un autre reportage intitulé « La FTQ intimide « toutes les couches de la société » estime la CSN41 [Centrale des syndicats nationaux] ». Le 16 mars, La Presse et Le Devoir impriment respectivement : « La FTQ se déchaîne42 » et « Menaces de poursuites de la FTQ-Construction43 ». Jusqu’à l’émission suivante d’Enquête consacrée à la corruption, c’est-à-dire plus d’un mois après, les journaux québécois n’auront de cesse de creuser plus encore l’histoire de la FTQ établie par Gravel et Denis. En raison de cette convergence médiatique, il était alors impossible pour les journaux d’éviter l’histoire et les allégations diffusées par Enquête. L’arrangement singulier du cycle d’allégations, de reprises et de réactions produit et peaufiné par les artisans de l’émission Enquête a changé peu à peu les règles du jeu de la dénonciation médiatique de la corruption. Gravel et Denis ont utilisé la nouvelle dynamique, et en particulier Tout le monde en parle, pour élargir leur public traditionnel et promouvoir un style de diffusion plus populaire.

  • 44 Voir entre autres Frédéric Monier, 2011.

27La plupart des médias n’ont pas hésité à relayer l’information de l’équipe d’Enquête, voire à chercher à affiner certaines informations par des interviews complémentaires. Plusieurs d’entre eux ont même décrit Gravel et Denis comme de véritables héros. Ce faisant, ils ont contribué — à leur façon — à accroître leur crédibilité en tant que « chevaliers blancs ». Comme beaucoup d’historiens l’ont remarqué, le statut du chevalier blanc est pleinement opératoire lorsqu’il identifie un adversaire, sorte d’ennemi à abattre pour le triomphe de la bonne cause44. À travers ses vingt-six reportages (vingt-six cycles de convergences médiatiques, donc), Enquête a soigneusement construit ce repoussoir. L’émission désignera d’abord les entrepreneurs en construction, pour rapidement les associer aux syndicats qui encadrent la nature contractuelle du travail ; processus de nomination qui se généralise finalement en ciblant la classe politique (municipale et provinciale — surtout issue du parti libéral) qui, parasitant les opérations de corruption, remplirait ses caisses électorales contre silence et privilèges. En désignant clairement son repoussoir, Enquête persuade ainsi son public et les autres médias du Québec de la nécessité d’une commission d’enquête officielle et indépendante. Un processus de disqualification de l’élite si imposant n’aurait pas été rendu possible sans fondements réels de collusion ou de corruption, mais également sans la construction méticuleuse d’un scandale médiatique via cette figure renouvelée du chevalier blanc.

Construire un scandale et voir légitimer son œuvre par la mise sur pied d’une commission d’enquête

  • 45 Nous ne donnons que ces exemples parmi d’autres :
    - « Pis le DGE me refile aux affaires municipales (...)
  • 46 Voir Mathieu Lapointe, 2015.

28Tout au long du processus par lequel l’émission Enquête a mis au jour le scandale de la corruption, ses animateurs Gravel et Denis ont dépeint la société québécoise en société gouvernée par une élite amorale, sclérosée et conformiste. Chaque épisode a élargi l’étendue de la connaissance de la corruption et, par effet cumulatif, leur diffusion hebdomadaire a fini par faire accroire inévitablement que l’ensemble de la société québécoise était corrompu ou en voie de l’être. Traçant avec précision les pourtours du scandale, éclaircissant la situation sociale du Québec et bénéficiant de son relais par toutes les instances de la Société Radio-Canada, l’équipe d’Enquête a ainsi contribué à créer ce qu’on pourrait nommer un mouvement social médiatique. À l’évidence, ce mouvement dépasse la fonction journalistique liée à l’information. Il s’inscrit ici davantage dans un mouvement de prise de conscience, voire de politisation des citoyens contre toutes les franges de l’élite corrompue. Et ce mouvement social médiatique ne cherche ni plus ni moins que le renversement de cette dernière. Qu’il s’agisse d’un syndicaliste ostracisé, d’un bureaucrate à la retraite ou d’entrepreneurs honnêtes, bien que prisonniers d’un système mafieux, leurs informateurs ont joué un rôle unique dans le script des artisans d’Enquête ; ils sont ces inconnus vertueux qui leur ressemblent. Ils sont également des personnages attrayants pour les téléspectateurs qui peuvent s’identifier à eux contre le type amoral représenté par tous ces hommes politiques, ces hommes d’affaires, ces dirigeants syndicaux et ces criminels baignant censément dans des manœuvres et des systèmes de corruption et de collusion. Lorsque la polarisation entre les bons et les méchants est exacerbée de façon aussi manifeste, l’intention ne peut être nuancée et les actions renvoient la société davantage à un état idéalisé qu’à des réformes rapides et concrètes45. Au Québec, pour diverses raisons historiques et structurelles, le mécanisme privilégié à cet égard se nomme la commission publique d’enquête46.

  • 47 L’escouade Marteau est une escouade policière spécialisée, créée en 2009, par le gouvernement du Q (...)

29Pour Gravel et Denis, l’appel à la commission d’enquête sera l’élément totalisateur de leurs revendications. Cette commission qui, non seulement viendra politiser le débat, mais avalisera nombre de leurs allégations, renforçant au passage leur crédibilité. Tout au long des vingt-six reportages sur la corruption, l’équipe d’Enquête n’a eu de cesse de répéter combien il s’agissait ici d’un phénomène global, la corruption totale du Québec, qui appelait un processus judiciaire extraordinaire — d’où la faible confiance accordée aux instances policières et judiciaires (Escouade Marteau47 et Unité permanente anticorruption) pourtant créées par le gouvernement pour contrer pareils phénomènes.

  • 48 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 264.

30Le 19 octobre 2011, le gouvernement libéral finit par céder à la pression médiatique et annonce la mise sur pied d’une commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction qui sera présidée par la juge France Charbonneau. L’équipe d’Enquête n’est pas la seule à célébrer cette victoire. L’opposition talonnait depuis longtemps déjà le gouvernement en place. Or, même une fois la commission constituée, les personnels d’Enquête sont insatisfaits des pouvoirs qu’on accorde à sa présidente, allant jusqu’à dire qu’il ne s’agit que d’un « simulacre de commission48 ». Il s’agissait là encore d’un jugement visant à accroître la capacité de changement social accordée à la commission.

31Lors de galas en l’honneur de journalistes et de reportages, les médias ont universellement salué le travail et l’engagement d’Alain Gravel et de Marie-Maude Denis. Beaucoup dans la société civile sont persuadés que cette commission a été le fruit de leur labeur et de leur obstination :

  • 49 Sophie Durocher, « Journalistes de Couillard et les “pitoyables” journalistes », Le Journal de Mon (...)

S’il y a eu une commission Charbonneau, c’est grâce entre autres aux journalistes d’Enquête qui ont fouillé des histoires louches, pas grâce aux députés libéraux qui votaient contre la tenue d’une commission sur la construction49.

32Ainsi, selon ce récit de la genèse de la commission Charbonneau, les actions de l’équipe d’Enquête n’ont eu de cesse de s’opposer à celles de la classe dominante qui, elle, aurait tout fait pour éviter la mise en place d’une commission.

***

33Dans le traitement des allégations de corruption dans le secteur de la construction au Québec, Alain Gravel, Marie-Maude Denis et l’ensemble de l’équipe d’Enquête ont choisi et élaboré un style journalistique singulier. Ce style a mis en avant certains aspects du populisme de gauche, vite modérés toutefois par une approche pragmatique liée en partie à la personnalité des animateurs et en partie aux exigences du marché des médias. Nous savons que l’emprunt de la notion de populisme (même de gauche) n’est pas dépourvu d’une connotation négative, mais là n’est pas notre but. Au contraire, nous pensons que Gravel et Denis ont réussi de manière magistrale à réincorporer, avec courage et détermination, des éléments normatifs qui peuvent manquer à un certain journalisme aseptisé. En montant en épingle un conflit entre l’élite et le peuple du Québec, l’équipe a néanmoins choisi de faire sienne la dénonciation journalistique de type populiste qui est de plus en plus populaire en Occident depuis les années 2000. Au Québec, cette forme existait peu dans les années 1980 ou 1990. Depuis, elle a germé. Depuis la Révolution tranquille des années 1960, le journalisme s’est bâti à partir d’une éthique libérale universaliste et d’un code de déontologie visant à soutenir l’agir démocratique. Une part des grandes réformes de ces années a été appuyée par la mise sur pied d’une éthique journalistique reposant sur la recherche de faits et la vérification. La dénonciation journalistique en soi n’avait de sens que comme adjuvant (voire coéquipier) du système policier et pénal : non sans tension, tous ces acteurs travaillaient ensemble pour le bien commun des démocraties locale, régionale et nationale. La dénonciation journalistique était alors circonscrite, prudente et surtout, avancée en tout respect de la présomption d’innocence, qui était observée par une part importante de la colonie médiatique.

  • 50 Voir E.-Martin Meunier, 2016.

34Au Québec, le contexte d’apparition d’un nouveau mode de dénonciation de type populiste coïncide avec une importante transformation de la société depuis les vingt dernières années. Marquée par l’échec déchirant du référendum sur la souveraineté, par une crise des accommodements religieux qui a lancé le Québec dans un débat identitaire profond, diviseur et durable, et par une crise étudiante de plus de deux cents jours qui entraîna une véritable révolte populaire contre le gouvernement libéral mené par Jean Charest, cette société a connu son lot de difficultés. Ces crises successives auraient amoindri la capacité de penser des projets collectifs. Elles auraient aussi émoussé la foi dans les idéaux démocratiques forgés par la modernité québécoise depuis la Révolution tranquille. Ces crises successives auraient également érodé la confiance des citoyens à l’égard de leurs élites50. Si le Québec n’est pas la seule nation à avoir connu de tels problèmes, entraînant des effets néfastes comparables, la teneur des bouleversements qu’il a connus s’est avérée peut-être plus délétère encore. Affaibli par l’échec de deux référendums sur la souveraineté du Québec (1980 et 1995), divisé par une crise sociale autour d’un projet de loi maladroit cherchant à encadrer la laïcité, le Québec a connu lors du « Printemps érable » des manifestations citoyennes d’une ampleur peu commune faisant croire à plusieurs qu’une révolution sociale — de gauche, participationniste et de démocratie directe — était littéralement en train de survenir. Ces grandes manifestations étudiantes et citoyennes de l’année 2012 ont établi une tension maximale entre une partie du peuple du Québec et l’élite politique.

  • 51 Au sens où l’entend Paul Jankowski, 2008.

35À l’évidence, il ne faut pas confondre ici l’effet et la cause, mais la dénonciation du scandale de la construction par l’équipe d’Enquête, de 2009 à 2011, n’aurait-elle pas préparé les consciences de certains citoyens à la révolte de 2012 ? Certes, ici encore, il ne faut pas confondre la dénonciation et l’indignation même du scandale51. Toutefois, il demeure intéressant de lier le premier mouvement au second afin de mieux comprendre la genèse de cette révolte populaire. Rappelons que, si en 2012 tout a commencé par une grève nationale étudiante, le « Printemps érable » a rapidement amalgamé toutes sortes de mouvements sociaux, dont celui « des casseroles », véritable mouvement populaire où, littéralement écœurés par la situation sociale et politique, des citoyens sortaient spontanément de leur maison, casserole et spatule à la main, pour faire entendre leur mécontentement.

  • 52 Max Weber, 1985.

36Répétons-le, il n’est pas question de lier causalement le type de dénonciation parfois populiste de l’équipe d’Enquête à cet état de colère sociale qui est survenu six mois après la mise sur pied de la commission Charbonneau. Il s’agit tout au plus d’une « affinité élective52 ». L’apparition de tangentes populistes au sein du discours journalistique peut être considérée ici comme une résultante affinitaire entre des mouvements sociaux et une commune façon de penser l’agir démocratique en période de crise sociale. Ce que partagent le « Printemps érable » et le type de dénonciation de la corruption par l’équipe d’Enquête, c’est moins une même visée idéologique qu’une commune posture devant la crise sociale que traverse le Québec — questionnant la probité voire la légitimité des dirigeants devant les idéaux démocratiques du Québec moderne. Façon de dire que l’esprit du « Printemps érable » aurait été préparé en partie et d’une certaine façon par cette éthique populiste adoptée pour l’occasion par l’émission Enquête — visible notamment dans leur critique acerbe de l’élite politique et financière et relayée par le poids médiatique considérable de leurs interpellations dans le paysage médiatique du Québec de 2009 à 2011.

  • 53 Plusieurs « personnages » des vingt-six reportages d’Enquête ont été appelés à comparaître devant (...)

37Le discours populiste journalistique répondrait ainsi à l’émergence d’une crise de confiance dans l’État, et, plus largement, de l’ensemble de l’élite par l’introduction d’un journalisme critique d’enquête spectaculaire. Ce type de dénonciation s’approprie les idéaux démocratiques de la Révolution tranquille — c’est en son nom qu’il parle, mais en y mariant des techniques et des procédés de diffusion qui débordent la déontologie classique. Les chevaliers blancs, qui apparaissent dans son sillage, se confèrent dès lors une légitimité nouvelle qui tente de pallier le cynisme produit par les crises successives vécues au Québec. Le labeur de Gravel et de Denis a mené à la mise sur pied de la commission Charbonneau et leurs reportages en ont même préparé implicitement l’agenda53. Mais deux ans après la remise du rapport final de la commission en 2015, ferions-nous face une fois de plus à ce dilemme classique des fins phagocytées par les moyens ? Force est de reconnaître dans ce cas que la dénonciation de type populiste couplée au pragmatisme du marché médiatique ne semble pas encore avoir fait ses preuves — du moins, n’aurait pas encore réalisé ses intentions de départ. Mais c’est à suivre…

Literaturverzeichnis

Références bibliographiques

Baillargeon Stéphane, « L’année vue par… Gérard Bouchard – Le retour des polarisations au Québec », Le Devoir, 27 décembre 2012.

Baillargeon Stéphane, « Le journaliste Alain Gravel peut protéger ses sources », Le Devoir, 2 mars 2012, P. A10.

Bastos Duarte Elizabeth, Maria Lília Dias de Castro, « Sur la convergence médiatique », Télévision, vol. 2, no 1, 2011, p. 129-133.

Bernard Barbeau Geneviève, Le dossier Maclean’s et le Québec bashing : analyse sociodiscursive d’une affaire médiatique controversée, Thèse de doctorat, université Laval, 2014.

Boltanski Luc, Darré Yann, Schiltz Marie-Ange, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 51, mars 1984, p. 3-40.

Cayouette Pierre, Sabourin Marc-André, Dans les coulisses d’Enquête, Montréal, Société Radio-Canada, 2015.

Champagne Patrick, « La construction médiatique des malaises sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, 90, no 1, 1991.

Charbonneau France, Renaud Lachance (Commission Charbonneau –, Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction), Rapport final de la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction. Québec, Archives nationales du Québec, 2015. https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/fichiers/Rapport_final/Rapport_final_CEIC_Integral_c.pdf

Coriveau Jeanne, « Menaces de poursuites de la FTQ-Construction », Le Devoir, 16 mars 2010, p. A1.

Durocher Sophie, « La commission Charbonneau vue par Fabienne Larouche », Le Journal de Québec, 29 novembre 2012, p. 57.

Durocher, Sophie, « Journalistes de Couillard et les “pitoyables” journalistes », Le Journal de Montréal, 31 mars 2014, p. 44.

Duschesne André, « La FLQ-Construction se déchaîne », La Presse, 16 mars 2010.

Fortin Jean-Louis, « Rapport Charbonneau : 1 741 pages mais 0 blâme », Le Journal de Montréal. 24 novembre 2015.

Fournier Guy, « Denis & Gravel, les justiciers de la SRC », Le Journal de Montréal, 14 août 2012, site web : journaldemontreal.com.

Fournier Guy, « Le mauvais côté des enquêtes de la télé », Le Journal de Montréal, 22 novembre 2011, p. 50.

Freitag Michel, Dialectique et Société. Culture, pouvoir, contrôle. Les modes formels de reproduction de la société, tome II, Montréal, éd. Saint-Martin, 1984.

Garfinkel Harold, « Conditions of successful degradation ceremonies », American journal of Sociology, 61, 5, 1956, p. 420-424.

Godin Pierre, La lutte pour l’information : histoire de la presse écrite au Québec, Montréal, Le Jour, 1981.

Gratton Denis, « Les racines de Marie-Maude Denis », Le Droit, 10 septembre 2016, p. 8.

Jankowski Paul, Shades of Indignation : Political scandals in France, past and present, Berghahn books, 2008.

King Andrew, Colliene Fiona, « Exposing Montreal’s Dirty Little Secret », Canadian Association of journalists, Vol. 14, no. 2, 2010, p. 11-12.

King Andrew, « Cover Story Interview », Canadian Association of journalists, Vol. 14, no. 2, 2010, p. 13-14.

Lagacé Patrick, « Plus d’Enquête, pas moins » La presse, 25 avril 2014, site web : lapresse.com.

Lapointe Mathieu, « “Beaucoup trop Chicago” : la campagne de moralité publique montréalaise dans ses contextes internationaux », Bulletin d’histoire politique, Vol. 24, no 1, 2015.

Lapointe Mathieu, Corruptions et réformes au fil du xxe siècle québécois : regard historique sur les commissions d’enquête ayant porté sur des thèmes reliés au mandat de la Commission Charbonneau, Expertise historique pour la Commission Charbonneau, février 2015. https://drive.google.com/viewerng/viewer?url=https://www.ceic.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_client/centre_documentaire/CEIC-R-2896.pdf [Consulté le 2 juin 2017].

Lessard Denis, « L’opposition trouve un nouveau souffle pour réclamer une enquête publique », La Presse, 12 mars 2010.

Levesque Kathleen, « La FTQ intimide “toutes les couches de la société”, estime CSN », Le Devoir, 13 mars 2010.

Levesque Kathleen, « Mandat d’arrestation contre l’ex-D.G. de la FTQ-Construction », Le devoir, 12 mars 2010.

Martin Éric, Le journalisme et la désymbolisation du monde. Pour une critique dialectique de la crise contemporaine du journalisme, mémoire de maîtrise, Département de science politique, université du Québec à Montréal, 2007, p. 56-125.

Meunier E.-Martin (dir.), « Feu la Québécitude ? », in E.-Martin Meunier (dir.), Le Québec et ses mutations culturelles : six enjeux pour le devenir d’une société, Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa, coll. « Amérique française », 2016, p. 1-18.

Meunier E.-Martin, « De la critique du régime clérico-duplessiste, dit corrompu et vicié, à la constitution de la « Grande noirceur » au Québec des années 1950 », in Dard Olivier, Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric (dir.), Scandales et corruption à l’époque contemporaine : les coulisses du politique dans l’Europe contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014, p. 242-259.

Monier Frédéric, Corruption et politique : rien de nouveau ?, Paris, Armand Colin, coll. « Éléments de réponse », Série Libertés d’historiens, 2011.

Petrowski Nathalie, « Dans la tempête parfaite », La Presse, 2 janvier 2015, P. Arts.

Picher Guy, « À la défense d’Alain Gravel », La Presse. 29 avril 2015, p. A17.

Rieffel Rémy « La profession de journaliste entre 1950 et 2000 », Hermès, La Revue 1, 2003, p. 49-60.

Sauvé Mathieu Robert, « “Professeur” Alain Saulnier », udemnouvelles, 19 novembre 2012, site web : nouvelles.u.montreal.ca

Serraji Hassan « Votez pour moi, ensuite, on verra ! » Metro Montréal, 14 mai 2016.

Sirois Gabrielle, Commission Charbonneau : de l’enjeu à la stratégie. Étude du cadrage médiatique de la mise en place en place de la commission d’enquête et du débat sur la transparence, mémoire en communication publique, université Laval, 2016.

Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, Agora, 1985.

Anmerkungen

1 Nous aimerions remercier les membres du GDRI pour leurs questions et commentaires. Des remerciements spéciaux à Olivier Dard, Frédéric Monier, Jens Ivo Engels, Nicolas Maisetti et Nathalie Gagnon.

2 France Charbonneau, Renaud Lachance (commission Charbonneau), 2015.

3 Jean-Louis Fortin, 2015.

4 Sur la question des élites et la commission Charbonneau, voir Stéphane Baillargeon, 2012.

5 Il s’agit de reportages de 30 à 45 minutes environ.

6 Société Radio-canada, « Épisode 19 E – 0692647 », Enquête, 13 octobre 2011.

7 Sur l’histoire de la publicisation des scandales de corruption au Québec, lire notamment : Geneviève Bernard Barbeau, 2014 ; Mathieu Lapointe, 2015a et b ; E.-Martin Meunier, 2014 ; Gabrielle Sirois, 2016.

8 Sur l’histoire du journalisme d’enquête au Québec, voir Pierre Godin, 1981 ; Rémy Rieffel, 2003.

9 Sur la dénonciation médiatique, voir Patrick Champagne, 1991.

10 Éric Martin, 2007.

11 Harold Garfinkel, 1956.

12 Alain Gravel cité dans Pierre Cayouette et Marc-André Sabourin, 2015, p. 15.

13 Ibid., p. 178.

14 Ibid., p. 177.

15 Il est marié et père de trois enfants, dont les deux aînés travaillent aussi dans les médias.

16 Hassan Serraji, 2016.

17 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 13.

18 TVA, « Biographie : Alain Gravel », http://tva.canoe.ca/emissions/galaartis2011/nommes/biographies/index.php?bio=68356, [consulté le 5 mai 2017].

19 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 175.

20 Andrew King, 2010, p. 14.

21 Agence Qmi, « Pierre Bruneau, l’homme de confiance des Québécois », Journal de Montréal, 29 avril 2015. L’article est basé sur un sondage réalisé par la firme Ipsos Reid, 2011.

22 Denis Gratton, 2016.

23 Ibid.

24 « Il se peut que je vive un jour une autre enquête aussi majeure que celle-là, mais certainement pas demain matin. En attendant, je ne vais pas me rendre malade de stress en me disant que tous mes reportages doivent nécessairement mener à une commission d’enquête. La meilleure façon, c’est d’aller voir ailleurs, dans d’autres domaines » (in Nathalie Petrowski, 2015).

25 Andrew King, 2010, p. 14.

26 Notons également que :
« [Ses] reportages sur la collusion et la corruption dans l’industrie de la construction […] ont valu à Enquête de remporter de nombreux prix de journalisme, dont le prestigieux Tara Singh Hayer Memorial Award en 2012 » (Site web de l’émission Enquête, http://ici.radiocanada.ca/tele/enquete/2016-2017/emission/animateurs/1/marie-maude-denis [consulté le 4 mai 2017].)

27 Celles diffusées avant l’établissement de la Commission.

28 Société Radio-canada, « Épisode 2 E – 059952 », Enquête, 24 septembre 2009.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Société Radio-canada, « Épisode 2 E – 059952 », Enquête, 24 septembre 2009.

32 Cet appui n’était pas seulement technique ou symbolique, mais aussi juridique, car chaque reportage faisait l’objet de discussions longues et parfois ardues pour prévenir d’éventuelles poursuites. Voir Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015 ; Andrew King, Fiona Colliene, 2010, p. 14 ; Société Radio-canada, Tout le monde en parle, épisode du 5 avril 2009.

33 Voir Luc Boltanski, Yann Darré, Marie-Ange Schiltz, 1984.

34 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 180.

35 Voir parmi plusieurs, l’article de Elisabeth Bastos Duarte et Maria Lilia Dias de Castro, 2011.

36 Gabrielle Sirois, 2016, p. 57. Au cours de la même période, une recherche d’archives utilisant Eureka montre que Radio-Canada a procédé à au moins 93 diffusions de radio et de télévision consacrées au sujet.

37 Influence Communication, « État de la nouvelle : bilan 2011 au Québec », 2011, p. 69, site web : http:www.influencecommunication.com/sites/default/files/bilan-2011-qc-pdf, [page consultée le 5 juin 2017].
« À titre comparatif, la commission Gomery sur le scandale des commandites au niveau fédéral a reçu 5,32 % de l’attention médiatique en 2005 (Influence Communication, 2005, p. 1) alors que la commission Bouchard-Taylor a reçu 5,78 % de l’attention des médias en 2008 » (Influence Communication, 2008, p. 55).

38 Société Radio-canada, « Épisode 8 E – 059527 », Enquête, 11 mars 2010.

39 Article de Denis Lessard, La Presse, 12 mars 2010.

40 Ibid., 12 mars, 2010.

41 Article de Kathleen Levesque, Le Devoir, 13 mars, 2010.

42 Article d’André Duchesne, La Presse, 16 mars 2010.

43 Article de Jeanne Coriveau, Le Devoir, 16 mars 2010.

44 Voir entre autres Frédéric Monier, 2011.

45 Nous ne donnons que ces exemples parmi d’autres :
- « Pis le DGE me refile aux affaires municipales qui me refile aux DGE parce que finalement, dans cet imbroglio personne [ne] veut prendre l’odieux d’avoir à accuser quelqu’un. » (Société Radio-canada, « Épisode 17 E – 066509 », Enquête, 10 mars 2011.)
- « […] c’est une industrie sale qui a besoin d’un remaniement total et complet. » (Société Radio-canada, « Épisode 4 E – 059961 », Enquête, 15 octobre 2009.)
- « Il faut que les citoyens se réveillent, s’il faut aller dans la rue pour que ça cesse, bien allons dans la rue pour que ça cesse. » (Société Radio-canada, « Épisode 22 E – 069660 », Enquête, 10 mars 2011.)

46 Voir Mathieu Lapointe, 2015.

47 L’escouade Marteau est une escouade policière spécialisée, créée en 2009, par le gouvernement du Québec, qui a été chargée d’enquêter sur le milieu de la construction, notamment les allégations de collusion et les liens possibles avec le crime organisé.

48 Pierre Cayouette, Marc-André Sabourin, 2015, p. 264.

49 Sophie Durocher, « Journalistes de Couillard et les “pitoyables” journalistes », Le Journal de Montréal, 31 mars 2014, p. 44.

50 Voir E.-Martin Meunier, 2016.

51 Au sens où l’entend Paul Jankowski, 2008.

52 Max Weber, 1985.

53 Plusieurs « personnages » des vingt-six reportages d’Enquête ont été appelés à comparaître devant la commission Charbonneau, comme si cette dernière était une reprise de l’original…

Autoren

Professeur à l’École d’études sociologiques et anthropologiques de l’université d’Ottawa, titulaire de la chaire « Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles ». Ses recherches portent sur différents sujets, allant de la sociologie de la société québécoise à la sociologie des religions, en passant par l’analyse sociale et historique du Canada français. E.-Martin Meunier dirige un chantier de recherche subventionné par le CRSH (2008-2011 ; 2011-2014) « Vers une sortie de la religion culturelle des Québécois ? Enquête quantitative et qualitative au Québec et au Canada (1968-2014) ». Auteur de plus d’une cinquantaine de contributions scientifiques, il a notamment publié Le pari personnaliste (Fides, 2007), avec S. Lefebvre et C. Béraud, Catholicisme et cultures. Regards croisés Québec-France (PUL/PUR, 2015) et, récemment, Le Québec et ses mutations culturelles (PUO, 2016). Il dirige la collection « 21e – Société, histoire et culture » aux Presses de l’université d’Ottawa.

Doctorant en sociologie à l’École d’études sociologiques et anthropologiques de l’université d’Ottawa, diplômé en journalisme de l’université Carleton et ancien journaliste. Ryan Lux s’intéresse tout particulièrement à la transformation de l’imaginaire socioculturel au Québec et au Canada. Il consacre d’ailleurs sa thèse à la délicate question des fermetures d’églises catholiques au Québec, de 1980 à nos jours. Ryan Lux est chercheur étudiant à la chaire « Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles » de l’université d’Ottawa.

© Demopolis, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search