Version classiqueVersion mobile

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Troisième partie. Des cultures de la dénonciation ? Entre promotion de la vertu et opprobre

15. Les figures du justicier anticorruption en Russie postsoviétique

Gilles Favarel-Garrigues

Texte intégral

  • 1 Fond Bor’by s Korrouptsei, On vam ne Dimon (« Ne l’appelez pas Dimon »), 2 mars 2017, disponible à (...)
  • 2 Fond Bor’by s Korrouptsei, Tchaïka. Kriminalnaïa drama v piati tchastiakh (« Tchaïka. Drame crimin (...)

1On vam ne Dimon (« Ne l’appelez pas Dimon ») : c’est sous ce titre ironique, jouant avec le diminutif familier du prénom Dmitri, que l’opposant Alexeï Navalny lance en mars 2017 l’offensive sur internet contre le Premier ministre Dmitri Medvedev1. Postée sur Youtube un an avant une élection présidentielle à laquelle Navalny compte se présenter, cette vidéo présente en cinquante minutes une enquête du Fonds de la lutte contre la corruption, dirigé par l’opposant, sur le patrimoine somptuaire du Premier ministre, en Russie et à l’étranger. Le fonds avait déjà réalisé de tels brûlots, en ciblant notamment le ministre de la Justice en 20162, mais l’impact est cette fois-ci sans commune mesure : déjà visionnée plus de sept millions de fois en une semaine, la vidéo dépasse les vingt millions de vues au bout de deux mois. Elle provoque aussi une série de manifestations anticorruption dans les grandes villes de Russie, ravivant ainsi le souvenir des mobilisations de 2011-2012.

  • 3 Sur la sociologie des scandales, voir Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005.
  • 4 Gilles Favarel-Garrigues, Kathy Rousselet, 2004

2Ce succès n’avait cependant rien d’évident : comment expliquer qu’un tel événement se produise dans un pays où le gouvernement s’emploie à limiter les possibilités de contestation politique ? Analyser la manière dont Navalny renouvelle la dénonciation de la corruption dans le contexte postsoviétique invite à réfléchir aux spécificités de ce registre dans le contexte russe. On peut en effet faire l’hypothèse que la « dictature de la loi », lancée par Vladimir Poutine en 2000, a conduit le gouvernement à revendiquer le monopole de l’accusation dans le domaine de la corruption, c’est-à-dire la capacité à fabriquer et diffuser les scandales concernant l’élite russe, en contrôlant notamment les médias traditionnels et les services de renseignement3. La lutte anticorruption a ainsi constitué une arme gouvernementale cruciale afin de discipliner les élites4. Dans un tel contexte, si l’entreprise politique de Navalny, qui débute en 2010, remporte un succès indéniable, c’est qu’elle renouvelle la manière dont la corruption a été dénoncée en Russie depuis la glasnost, lorsque d’intrépides juges d’instruction dévoilaient les trésors de la nomenklatura soviétique. L’objectif de cet article est de montrer comment Navalny s’inscrit dans l’histoire postsoviétique de la dénonciation de la corruption afin d’apprécier en quoi il la renouvelle.

Du magistrat vertueux au muckraker progouvernemental : trois figures de justiciers anticorruption

  • 5 Sur la figure du magistrat comme entrepreneur critique de la politique, voir Jean-Louis Briquet, P (...)
  • 6 Sur les muckrakers, voir Harold Wilson, 1970 ; Aileen Gallagher, 2006.

3Durant la glasnost, les magistrats Gdlian et Ivanov sont les premiers à tenir en haleine la population soviétique en dénonçant la corruption de certains dirigeants du Parti communiste. Le justicier revêt alors les traits du magistrat inquisiteur incarnant la « société civile » en guerre contre les privilèges des élites5. Au cours des années 1990, les affrontements politiques se déroulent sur le mode de l’accusation réciproque et du retournement des scandales en affaires, par médias interposés. La figure de Youri Skouratov, procureur général qui enquête sur l’entourage du président Boris Eltsine, se distingue néanmoins en posant à nouveaux frais la question de l’indépendance politique du pouvoir judiciaire. Avec la reprise en main des médias par le gouvernement fédéral, le renforcement du contrôle sur la fabrication des scandales marque la vie politique russe des années 2000. La lutte anticorruption constitue une priorité gouvernementale qui favorise l’apparition de personnalités politiques spécialisées dans la dénonciation, mais loyales au régime, à l’instar d’Alexandre Khinchtein, muckraker6 devenu député sur la liste de Russie unie.

Gdlian et Ivanov : grâce et disgrâce des « chevaliers blancs7 » de la glasnost

  • 7 Pierre Lascoumes, 1999.
  • 8 http://lvoropaeva.livejournal.com/3286517.html.
  • 9 Telman Gdlian, Nikolaï Ivanov, 1994.
  • 10 La thèse du suicide est défendue par exemple dans Iadgar Nasriddinova, « Izgnanie iz khlopkovogo r (...)

4« Héros de [leur] temps8 », les magistrats Telman Gdlian et Nikolaï Ivanov constituent des figures emblématiques de la glasnost. Gdlian, l’aîné du duo, est le plus populaire des deux. Cet Arménien né en 1940, nommé en 1983 « enquêteur en chef » pour les « affaires particulièrement sensibles » à la prokouratoura générale de l’URSS, mène les enquêtes en lien avec la célèbre « affaire ouzbèke » — généralement appelée « affaire du coton » — en tandem avec un autre magistrat, plus jeune, Nikolaï Ivanov, qui lui aussi a fait carrière dans les services de la prokouratoura. Ouverte au milieu des années 1970, l’affaire ouzbèke est le nom donné à une enquête hors norme dans l’histoire soviétique, qui dévoile l’existence d’un vaste réseau de détournement des fonds publics au sein des élites dirigeantes de la République, fondé sur les fraudes comptables et le trucage des statistiques concernant la production du coton. Démesurée de par sa durée (plus de sept ans) et la taille de l’équipe en charge de l’affaire (plus de deux cents enquêteurs), l’enquête aurait abouti à la condamnation de plus de quatre mille personnes. Soutenue par Youri Andropov lorsqu’il est au pouvoir de 1982 à 1984, elle est également marquée par le « suicide » de plusieurs hauts responsables9 et par le décès subit en 1983 du premier secrétaire du PCUS en Ouzbékistan dans des circonstances non élucidées10.

  • 11 Il bénéficiera d’une libération conditionnelle en 1993.

5La plupart de ces informations ne sont connues des Soviétiques qu’après coup, lorsque la glasnost sonne l’heure des révélations médiatiques. Dans un contexte de dénonciation des privilèges dont bénéficient les élites, les deux magistrats incarnent la justice en marche contre les dirigeants corrompus. L’enquête aboutit en effet en 1988 à la condamnation à mort d’un ancien ministre du secteur cotonnier et à l’emprisonnement d’un certain nombre de hauts responsables. Le scandale éclabousse également le « clan brejnévien », honni par les nouvelles élites dirigeantes réformatrices, notamment le gendre de Léonid Brejnev qui est condamné en 1988 à douze ans de prison11.

  • 12 http://lvoropaeva.livejournal.com/3286517.html.
  • 13 Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005, p. 34.
  • 14 Telman Gdlian aurait remporté plus de 86 % des suffrages. Cf. : http://ru.hayazg.info/
  • 15 Argoumenty i Fakty, no 19, 1990.

6La mise en scène de l’enquête offre à l’historiographie de la glasnost une de ses images marquantes, dans laquelle les magistrats, en véritables justiciers, dévoilent la richesse de la nomenklatura dans Vzgliad, l’une des émissions les plus populaires de l’époque. Les traits tirés, ils regardent avec circonspection les monceaux de billets de banque, d’or et de pierres précieuses qu’ils ont trouvés au cours de l’enquête. Alors que de nombreux Soviétiques continuent de penser que la société soviétique est marquée par une forte égalité sociale, cette image choque et confère aux magistrats une aura de « héros sans peur » et de « défenseurs du peuple » dont « tout le pays » suit les agissements en « retenant sa respiration12 ». Les journalistes jouent un rôle important dans la glorification des magistrats en trouvant leur place dans la « division du travail social de production et d’administration du scandale13 ». Enhardis par leur popularité et en écho au discours officiel appelant à lutter contre les « privilèges », les magistrats entendent désormais s’attaquer à la corruption des dirigeants du PCUS. Leur image de combattants intègres et déterminés constitue un capital politique précieux au moment où se tiennent les premières élections pluralistes. En mars 1989, poussés par les comités de soutien qui se sont multipliés, les magistrats sont largement élus députés du peuple de l’URSS dans la banlieue de Moscou14. Ils soutiennent Boris Eltsine en dénonçant la corruption de ses ennemis : d’abord Egor Ligatchev, le chef de file des conservateurs au politburo, puis Mikhaïl Gorbatchev15.

  • 16 La Literatournaïa Gazeta publie le 24 mai 1989 un article intitulé « Le mythe » qui décrit notamme (...)
  • 17 Telman Gdlian a exercé un mandat de député à la Douma d’État de 1995 et 1999 puis a disparu de la (...)

7La croisade des magistrats se heurte cependant à de fortes résistances. Dès 1988, leurs ennemis tentent de retourner le scandale en affaire en mettant en cause leur compétence professionnelle, notamment leur propension à recourir à des méthodes illicites d’investigation. Avec la glasnost en effet, la pluralisation de l’espace médiatique autorise les personnes mises en cause à rompre l’unanimité qui caractérisait la réprobation d’un scandale en Union soviétique et à retourner publiquement l’accusation. La campagne de dénigrement des magistrats porte peu à peu ses fruits : l’enquête sur l’affaire ouzbèke leur est retirée en 1988. En 1989, alors que la presse s’empare de la controverse et dénonce les abus commis au cours de l’enquête16, le procureur général limoge les magistrats et lance des poursuites pénales contre eux. Privés de leur immunité parlementaire, les magistrats se réfugient en Arménie d’où ils poursuivent leur activité dénonciatrice, mais la notoriété du duo s’étiole avec l’effondrement de l’Union soviétique, puis le déclin de la légitimité de Boris Eltsine et du camp démocrate en général17.

Skouratov et la guerre des « documents compromettants »

8Dans les années 1990, alors que les réformes économiques néolibérales sont mises en œuvre, les illusions de la glasnost se sont déjà dissipées et les stratégies visant à discréditer les adversaires s’imposent dans les affrontements politiques. Dans ce nouveau contexte, les accusations de corruption saturent l’espace médiatique et nourrissent une perception dégradée du nouveau régime russe. Le crédit dont peuvent bénéficier les acteurs prêts à s’improviser justiciers diminue auprès de la population. Ils ne révèlent plus aux citoyens russes un ordre caché mais enfoncent le clou des désillusions démocratiques. Ils ne sont plus détenteurs de vérité, mais immédiatement suspects de servir l’un des intérêts en conflit. Quelques aspirants au titre de champion de l’intégrité se distinguent néanmoins dans ce contexte. Il s’agit soit de personnalités politiques soucieuses de crédibiliser un programme de restauration de l’ordre, soit de responsables institutionnels dénonçant la corruption au nom des fonctions qu’ils occupent. La figure la plus marquante de cette période, Youri Skouratov, procureur général de la Fédération de Russie, partage de nombreux traits avec les deux magistrats qui défrayaient la chronique une décennie plus tôt.

  • 18 Youri Skouratov, 2000, p. 316-317.

9Né en 1952, Youri Skouratov est nommé procureur général de la Fédération de Russie en 1995 et traite lui-même les affaires les plus politiquement sensibles. En octobre 1998, il met en cause, dans le cadre de l’affaire Mabetex, les responsables de la direction des affaires du président russe, très proches de Boris Eltsine, suspectés d’avoir détourné des fonds destinés à des travaux de restauration du Kremlin. Son audace lui coûte cher : en mars 1999, la chaîne de télévision « Russie » montre les images d’un film réalisé en caméra cachée, intitulé À trois dans le lit, dans lequel « un homme ressemblant au procureur général », selon l’expression devenue célèbre, s’ébat avec deux prostituées. En dépit de ses dénégations, Skouratov est limogé par décret présidentiel le 2 avril 1999, au motif qu’il est mis en cause dans une affaire pénale. Malgré le soutien temporaire du Conseil de la Fédération, Skouratov est définitivement démis de ses fonctions le 19 avril 2000. Dans les années 2000, il essaie à plusieurs reprises de présenter sa candidature à des élections, sans succès. Ses appels à restaurer l’autorité de l’État (« C’est uniquement en possédant le pouvoir d’État qu’on pourra écraser la vermine » et « vaincre la corruption », selon lui18) semblent inaudibles dans un contexte où Vladimir Poutine se positionne sur le même créneau de manière beaucoup plus convaincante.

10Les trajectoires de Gdlian et Ivanov et celle de Skouratov partagent des points communs. Dans les deux cas, ils relaient initialement la détermination gouvernementale à lutter contre le corruption, mais perdent la confiance des élites au pouvoir en choisissant des cibles jugées illégitimes par ces dernières et en prétendant ainsi placer la justice au-dessus du politique. Le second point commun est lié au rôle crucial des médias. Gdlian et Ivanov sont les premiers à faire l’expérience d’un retour d’accusation. Si leur croisade symbolise la glasnost, c’est aussi parce que la pluralisation de l’espace médiatique autorise non seulement à accuser publiquement, mais également à retourner l’accusation contre celui qui l’a portée. Dix ans plus tard, lorsqu’explose l’affaire Skouratov, le procédé est devenu banal, mais reste néanmoins performant : les « oligarques » de l’époque investissent massivement dans la presse et la télévision et usent de leurs médias pour compromettre leurs adversaires.

Khinchtein, muckraker organique ou la monopolisation de la dénonciation sous Poutine

  • 19 Gilles Favarel-Garrigues, 2009, p. 275-285.

11Ces points communs montrent en quoi l’ère durant laquelle Vladimir Poutine est au pouvoir rompt avec l’ensemble de la période précédente. Constituant une arme employée afin de discipliner des élites, l’anticorruption permet de mettre en œuvre la « dictature de la loi » en exploitant de manière arbitraire la vulnérabilité juridique de ceux qui sont susceptibles de contester le nouvel ordre politique. La monopolisation des modes de fabrication et de diffusion des scandales se situe au cœur du rapport de force : le contrôle des services de renseignements et des médias vise à maîtriser l’information sur la corruption des élites et à empêcher l’émergence de nouveaux Gdlian et Skouratov capables de mettre en cause les dirigeants nationaux. En tant que dispositif qui repose à la fois sur l’application zélée des normes internationales dans ce domaine, le renforcement de la répression et l’engagement de la société civile dans ce combat19 ; l’anticorruption favorise notamment le développement de muckrakers organiques au service du pouvoir en place.

12Alexandre Khinchtein illustre emblématiquement cette nouvelle orientation. Né en 1974 à Moscou, il fait ses armes dès 1992 dans la rubrique « faits divers » du Moskovskii Komsomolets, c’est-à-dire du quotidien le plus populaire de la capitale, où il devient l’un des muckrakers les plus célèbres du pays dans le contexte tumultueux des années 1990. Spécialisé dans les « affaires retentissantes » (gromkie materialy), ses publications motivent le lancement de poursuites judiciaires et le limogeage d’un certain nombre de fonctionnaires haut placés, d’agents des services répressifs et des services secrets, ainsi que d’oligarques. Controversé et sulfureux, il fait lui-même l’objet de nombreuses attaques à la fin des années 1990.

  • 20 Il est l’un des dirigeants d’un parti d’opposition (RPR-Parnas) depuis 2012.
  • 21 Alexandre Khinchtein, 2007.

13La situation change radicalement à partir de 2000. Khinchtein témoigne d’une indéfectible loyauté envers Vladimir Poutine. Il devient un muckraker intégré dans le dispositif de mise en œuvre de la « dictature de la loi ». Chevauchant des positions dans le journalisme, l’arène politique (il est élu député à la Douma d’État en 2003 ; membre du groupe parlementaire de Russie unie, il participe aux travaux de la commission sur la lutte contre la corruption) et le monde du renseignement, Khinchtein constitue un contrepoids gouvernemental aux journalistes d’investigation hostiles au gouvernement, tels qu’Anna Politkovskaïa. En 2005, il se situe à l’origine du scandale lié à « la datcha de Kassianov », du nom de celui qui a été Premier ministre sous Vladimir Poutine de 2000 à 2004, puis est passé dans l’opposition. Suspecté d’avoir illégalement privatisé deux résidences d’État, Mikhaïl Kassianov fait les frais du soutien qu’il a apporté à l’homme d’affaires Mikhaïl Khodorkovski et de l’annonce de son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2008. Victime selon lui d’une offensive du pouvoir exécutif, Mikhaïl Kassianov restitue finalement sa résidence à l’État et renonce à ses ambitions politiques, au moins pour un temps20. Le muckraker relance également des accusations contre les oligarques qui ont fui le pays dans les années 2000. Ses travaux surfent sur le ressentiment toujours vivace d’une grande partie de la population vis-à-vis des figures de l’oligarchie les plus médiatiques21.

  • 22 Gilles Favarel-Garrigues, 2005.
  • 23 MK, 20 novembre 2012.
  • 24 Gazeta.ru, 29 juillet 2008.

14Khinchtein choisit également ses cibles au sein du gouvernement et contribue ainsi à montrer que personne ne peut échapper à la « dictature de la loi ». De 2005 à 2007, il consacre un nombre important d’articles à des scandales de corruption au ministère de la Santé, à un moment où beaucoup de Russes se plaignent de la moindre qualité des soins médicaux. Le muckraker est également en guerre contre la corruption dans les services répressifs. C’est par exemple lui qui se situe à l’origine du retentissant scandale des « loups garous à galons » en 2003, dévoilant les pratiques de racket à l’œuvre au sein de la police judiciaire moscovite22. Son combat contre l’arbitraire policier ne cesse pas : il critique avec une grande virulence le ministre de l’Intérieur Rachid Nourgaliev et la réforme de la police qui le lance en 2011, à laquelle, selon lui, « des milliers de corrompus, de débauchés et d’alcooliques ont survécu23 ». Il cible également d’autres services répressifs. À partir de 2008, Alexandre Bastrykine, le chef du service de l’instruction à la prokouratoura, devient la nouvelle bête noire du muckraker, qu’il suspecte de prendre part à des affaires à l’étranger24.

15Khinchtein poursuit simultanément sa carrière politique. Réélu député à la Douma d’État en 2007 et en 2011, il préside une commission en lien avec la sécurité informatique tout en continuant son activité d’expert anticorruption. Il collectionne en outre les gratifications (médailles, prix) attribuées par les services répressifs. S’il convient d’une manière générale de ne pas surestimer le rôle des médias dans la fabrication des scandales et aussi de ne pas oublier celui des acteurs du renseignement, le cas d’Alexandre Khinchtein montre de manière pure et parfaite comment le cumul de compétences journalistiques, de savoirs juridiques et de « ressources administratives » dans les services répressifs se situe au cœur de la carrière d’un professionnel du scandale, complètement intégré dans l’appareil d’État tout en prétendant agir au nom de la « société civile ». Ces compétences sont mises au service d’une conception intransigeante de la justice :

  • 25 http://www.peoples.ru/state/politics/aleksandr_hinshteyn/

Je veux que n’importe quelle affaire dont je m’occupe aille jusqu’au procès, parce que je suis convaincu qu’une bête blessée est la plus dangereuse de toutes. C’est pourquoi je préfère achever mes adversaires et jusque-là je n’ai pas trop mal réussi25.

16À la fin des années 2000, la dialectique de l’anticorruption connaît une nouvelle inflexion. Malgré les efforts incessants du gouvernement pour maîtriser l’information sur ce sujet, des voix contestataires s’élèvent pour dénoncer une corruption non plus individuelle, mais systémique, mettant en cause directement la responsabilité des gouvernants et in fine du Président. À la tête du projet anticorruption Rospil, Alexeï Navalny — à la fois juriste et blogueur — incarne le retour d’un discours dénonciateur qui ouvre la voie à une critique radicale du régime.

Navalny et le retournement de l’arme anticorruption

  • 26 Liora Israël, 2009, p. 13.
  • 27 Ibid., p. 19.

17Ni magistrat ni journaliste, Alexeï Navalny incarne une figure inédite d’entrepreneur de morale : c’est un juriste jeune et charismatique, soucieux de son indépendance et ayant saisi l’impact potentiel des nouvelles technologies dans la médiatisation des informations. Il représente en un sens cette « société civile » que rêvent de voir s’éveiller en Russie les experts occidentaux depuis de nombreuses années, mais ses opinions résolument nationalistes et xénophobes cadrent mal avec cette aspiration. Résolument opposé à Russie unie, alias le « parti des voleurs et des escrocs » selon sa célèbre expression, il fait de l’anticorruption le moteur d’une carrière politique. Comme le remarque Liora Israel, le droit est généralement considéré comme une arme du pouvoir contre ses opposants alors que « ce qui fait justement la force politique du droit [est] son possible retournement26 ». Le recours au droit est à la fois un acte « de défiance et de reconnaissance à l’égard des autorités » qui se situe au cœur des « enjeux de définition de l’exercice politique légitime27 ». C’est en effet avec le droit que Navalny défie les élites dirigeantes russes, mais cette compétence n’est pas sa seule ressource : sa capacité inattendue à constituer un large public sur internet est tout aussi importante, au grand dam de ses adversaires.

Genèse d’un « Batman virtuel28 »

  • 28 L’expression est tirée de Konstantin Voronkov, 2012. Cet ouvrage hagiographique comprend de nombre (...)
  • 29 Konstantin Voronkov, 2012, p. 16.
  • 30 Iabloko est un parti social-libéral fondé en 1995.
  • 31 Konstantin Voronkov, 2012, p. 29.
  • 32 Ibid., p. 48.

18Né en 1976, Navalny est à peu près de la même génération que Khinchtein, soit celle qui, selon ses propres termes, a reçu « une pleine dose d’irradiation par l’Union soviétique » mais « a commencé sa vie d’adulte dans un tout autre pays29 ». Il effectue ses premiers pas de militant dans les jeunesses de Iabloko30 et se moque aujourd’hui du soutien qu’il a pu accorder naïvement à Boris Eltsine et à la « canaille komsomol » qui bradait l’intérêt national au début des années 199031. En écho au discours antiparlementaire qui se développe à partir du milieu des années 1990, Navalny réalise que l’engagement politique doit être centré sur l’action et non sur le « bavardage » insupportable des députés. À partir de ces années-là, s’affermit chez lui la conviction que la politique n’est « pas une idéologie abstraite », mais « un problème concret » dont il se saisit de manière « pragmatique » et auquel il « donne une signification politique32 ».

19Alors qu’il est encore lié au parti socio-démocrate Iabloko, l’engagement politique de Navalny prend deux nouvelles directions à partir du milieu des années 2000 : une affirmation de ses convictions nationalistes et un investissement dans les moyens de communication pour transmettre son message politique.

  • 33 Voir par exemple : http://www.sova-center.ru/en/xenophobia/reports-analyses/2007/01/d9912/

20Navalny associe l’affirmation de ses convictions nationalistes à un événement fondateur : les affrontements interethniques de Kondopoga en Carélie en 200633. Inquiet face à l’émigration « illégale et hors de contrôle », il fonde un mouvement national-démocratique qui aspire à un changement radical des élites. Exclu des rangs de Iabloko après avoir déclaré qu’il participerait à la Marche russe du 4 novembre 2006, rassemblant les divers groupes de la nébuleuse ultra-nationaliste, Navalny s’affranchit de l’affiliation à un parti reconnu pour fonder son propre mouvement politique :

  • 34 Konstantin Voronkov, 2012, p. 66.

Je ne vois aucune contradiction entre être libéral et simultanément parler de l’émigration illégale et de la criminalité ethnique. […] Mais historiquement les libéraux et démocrates des années 1990 se sont en permanence battus contre les rouges-bruns. […] Bien sûr il y a des nazis parmi nous… des gens qui courent et frappent selon les signes d’appartenance nationale. C’est la réaction des couches marginales de la société à des problèmes qui existent réellement mais qui sont passés sous silence34.

  • 35 Natalia Moen-Larsen, 2014
  • 36 Françoise Daucé, 2013, p. 203.

21Navalny recourt lui-même volontiers à une rhétorique et à des visuels xénophobes, par exemple dans une vidéo célèbre, où il compare les Tchétchènes à des cafards et appelle à leur tirer dessus lorsqu’ils deviennent envahissants. En revendiquant d’être nationaliste, Alexeï réalise un véritable coming out qui heurte les valeurs traditionnelles du camp démocrate35. Cette orientation explique que les milieux traditionnels de défense des droits de l’homme, issus de générations plus âgées et dotés d’une culture politique héritée d’une partie de la dissidence soviétique, se distancient du blogueur36. Concomitamment avec ce virage nationaliste et xénophobe, Navalny se lance en 2005 dans une carrière médiatique en organisant des débats politiques retransmis à la télévision, dans lesquels les leaders libéraux et nationalistes confrontent leurs points de vue. Mais l’expérience tourne court : limogé de la télévision, Navalny se tourne résolument vers les nouvelles technologies. Il ouvre en 2006 son premier blog sur Jivoï Journal et lance en 2010 le projet Rospil.

« Tous ensemble nous créerons la société civile qui contrôlera les serviteurs du peuple »

22Tel est le slogan sous lequel Rospil est lancé afin de détecter et dénoncer les irrégularités constatées dans l’attribution des marchés publics. Par rapport aux initiatives qui l’ont précédé, ce projet est caractérisé par plusieurs innovations qui constituent la marque de fabrique de la méthode Navalny et que l’on retrouve dans la vidéo de 2017 consacrée à Dmitri Medvedev.

  • 37 Konstantin Voronkov, 2012, p. 102.
  • 38 L’équipe est composée en 2014 de cinq personnes, qui sont toutes de jeunes juristes.

23La première concerne les méthodes d’investigation, qui s’appuient sur des sources ouvertes. Il s’agit non seulement des informations publiques qu’émettent les administrations et les entreprises contrôlées par l’État, mais aussi de celles auxquelles Navalny accède en tant qu’actionnaire. N’ayant pas besoin de chercher des informations secrètes, le justicier peut s’abstenir de mobiliser des « ressources administratives » et de recourir à l’intimidation. Les abus ne sont pas difficiles à détecter car il suffit de comparer la somme proposée pour une prestation — par exemple l’équipement informatique d’un service — à son prix réel. Rospil effectue un monitoring de l’ensemble des appels d’offre émis par les administrations et les entreprises d’État, ainsi qu’un suivi des dossiers transmis aux autorités judiciaires37. Au-delà de cette activité de routine, Navalny dévoile avec son équipe38 des scandales plus retentissants, concernant notamment le secteur stratégique des hydrocarbures. Si les suspects sont couverts et que l’autorité judiciaire cherche à annuler la procédure, Navalny réagit en rédigeant une plainte qu’il demande à ceux qui se soucient de cette affaire d’envoyer au service compétent. L’affaire pénale est relancée et la démarche, donc, couronnée de succès. La « méthode Navalny » consiste ainsi, selon son concepteur, à « impliquer des citoyens dans une lutte active appuyée sur des faits et des procédures concrets », puisque les députés refusent de le faire.

24La deuxième innovation concerne la médiatisation du projet. Exclusivement en ligne, le travail de Navalny et de son équipe contourne la contrainte liée à la maîtrise gouvernementale des chaînes de télévision, de la radio et des journaux. La communication avec les citoyens se passe d’intermédiaires. En brandissant des chiffres sur le nombre de likes, de signatures, de commentaires ou de messages de soutien qu’il a reçus, Navalny dessine les contours d’une légitimité alternative à celle que donnent les urnes à un député. Il parvient ainsi à constituer un public échappant à ceux qui, au gouvernement, pensaient avoir évité ce danger en contrôlant les médias traditionnels.

  • 39 http://rospil.info/about
  • 40 Ekaterina Bryzgalova, « Contre les terroristes et Navalny. Qui souffrira des limitations sur les p (...)

25Le projet comporte une troisième spécificité, liée à son mode de financement. Jusqu’à cette date, les ONG étaient soit dépendantes du soutien gouvernemental, soit aidées par des fondations russes ou étrangères. Durant les années 2000, le gouvernement a fréquemment employé cet argument pour dénoncer la pseudo-indépendance des ONG qui le dérangent, qu’elles agissent au nom d’un ennemi intérieur (« oligarques », « crime organisé ») ou extérieur (fondations occidentales). Alexeï Navalny résout partiellement ce problème en recourant aux possibilités offertes dans ce domaine par les nouvelles technologies. Il demande en effet aux personnes intéressées par ce projet de contribuer directement via un site russe de paiement en ligne, Yandeks-dengui. Ce mode de financement, qui lui permet d’ériger la transparence en vertu39, suscite cependant rapidement divers projets de loi visant à l’encadrer, par exemple en empêchant les dépôts anonymes40.

  • 41 C’est moi qui souligne.
  • 42 Konstantin Voronkov, 2012, p. 84.
  • 43 Ibid., p. 107.

26La cause que Rospil défend en mobilisant la loi ne consiste pas à promouvoir un État de droit, mais à refléter une conception de la justice dans laquelle Navalny occupe la place du procureur. Ce dernier ne cache pas qu’il n’a besoin de personne d’autre que lui-même pour démêler le vrai du faux. « Nous avons démonté la chaîne et conduit le travail d’enquête. Si nous avions eu notre propre tribunal, nous aurions pu commencer le procès », dit-il à propos d’une affaire41. C’est un justicier au sens propre, administrant la justice au nom du « peuple », « dans un contexte où tout le monde a peur42 ». Volontiers menaçant, comme Gdlian, Skouratov ou Khinchtein avant lui, Navalny est « en guerre » : il est motivé par la « haine » et la « croyance » selon laquelle il les punira « tous tôt ou tard43 ».

De l’accusateur à l’accusé, du justicier au martyr ?

  • 44 Alexander Milov et al., 2011. L’opposant Boris Nemtsov, assassiné en 2015 à Moscou, est l’un des a (...)

27La dernière innovation concerne le positionnement politique du dénonciateur. Navalny n’est pas le premier à chercher à discréditer les plus hauts dirigeants de l’État. Des leaders de l’opposition « libérale » tentent en 2011 une opération similaire en publiant un rapport sur la corruption de Vladimir Poutine lui-même et de son entourage44. L’impact de ce rapport est cependant bien moindre que la vidéo de Navalny sur Medvedev en 2017, d’une part, parce que l’administration de la preuve est moins convaincante, d’autre part, parce que les auteurs, associés à l’opposition libérale, sont peu soutenus dans la population. Le succès de Navalny est aussi lié à sa capacité à transcender les clivages politiques habituels.

28Les mobilisations orchestrées par Navalny s’inscrivent bien dans le contexte social de la fin des années 2000, où les combats sont menés au nom d’objectifs concrets par des militants non affiliés aux partis politiques reconnus. Le fondateur de Rospil profite cependant de sa notoriété pour accéder à des responsabilités politiques. Il devient ainsi conseiller de Nikita Belykh, le gouverneur de la région de Kirov issu des rangs du parti libéral Union des forces de droite, opposé au régime. Comme nous le verrons plus loin, cette expérience se situe à l’origine des déboires judiciaires du blogueur. Navalny développe simultanément une critique radicale du régime. En février 2011, au cours d’une interview, il place la formule selon laquelle Russie unie est le « parti des voyous et des voleurs ». L’expression fait mouche et devient le slogan des grandes manifestations d’opposition au régime de fin 2011, dont Navalny est l’une des figures de proue. Il créé la même année le Fonds de lutte contre la corruption (FBK), exclusivement financé par des dons privés. En août 2013, il présente officiellement sa candidature à la mairie de la capitale en tant que challenger du maire sortant progouvernemental Sergueï Sobianine mais ne remporte que 27 % des voix. Le FBK se lance par la suite dans des investigations visant à dévoiler l’enrichissement illicite des plus hauts dirigeants : le ministre de la Justice, Iouri Tchaïka, et ses fils en 2015, puis le Premier ministre Dmitri Medvedev en 2017.

  • 45 Stanislav Bychok, Alexeï Semenov, 2014.
  • 46 Ce n’est pas la fin du feuilleton judiciaire car ce jugement est annulé. Le nouveau procès qui se (...)
  • 47 http://navalny.com/blog/2014/06/10/post_3618.html.

29Même si certaines de ses idées et méthodes sont reprises par le gouvernement, par exemple dans le domaine des règles d’attribution des marchés publics, Navalny fait l’objet d’un harcèlement protéiforme, aussi bien judiciaire et administratif que physique et moral. L’accusateur devient l’accusé dans des affaires qui, de plus, mettent en cause sa probité. C’est le cas notamment de l’affaire Kirovles, qui débute en 2011, en lien avec l’activité menée par Navalny dans la région de Kirov aux côtés du gouverneur libéral Nikita Belykh. Il lui est reproché d’avoir escroqué une entreprise en abusant de sa fonction45. L’affaire est jugée en juillet 2013, deux mois avant les élections municipales. Navalny écope d’une peine de cinq ans de prison ainsi que d’une amende, puis fait appel. Sa culpabilité est confirmée mais la peine est commuée en un emprisonnement de cinq ans avec sursis46. Simultanément se développent deux autres affaires judiciaires dans lesquelles Navalny se trouve accusé d’escroquerie et de blanchiment avec son frère, qui occupe une fonction importante à la Poste russe et qui, lui, écopera d’une peine de prison ferme en 2014. Il est également régulièrement arrêté par la police et placé en garde à vue du fait de sa participation à des manifestations interdites par la mairie de Moscou. Ses collaborateurs sont également visés par des poursuites pénales, par exemple suspectés d’avoir détourné des fonds lors de la campagne électorale pour la mairie de Moscou47. Les inspections administratives concernant le Fonds de lutte contre la corruption se multiplient.

30À ces accusations de corruption retournées s’ajoute le soupçon de ne pas agir en toute indépendance. Dans les milieux proches du pouvoir, Navalny est présenté comme un agent des États-Unis, chargé de fomenter une « révolution de couleur » comme dans le cas ukrainien, quelques années plus tôt. Alors que Poutine incarne l’ordre, Navalny est perçu comme un révolutionnaire et un traître. Populaire chez certains ultranationalistes, cette image explique pourquoi il est fréquemment victime d’agressions physiques. À titre d’exemple en 2015, à son arrivée dans l’aéroport d’une ville proche du Caucase-Nord, des Cosaques lui jettent du lait à la figure et le molestent ; en 2017, alors qu’il marche à Moscou, un jeune lui jette au visage un produit toxique qui endommage sa vue et le conduit à être opéré d’urgence. Malgré l’image de martyr dont il bénéficie chez ses soutiens, Navalny correspond pour la plupart des Russes à une aventure dans laquelle ils ne souhaitent pas s’engager.

***

31Les justiciers postsoviétiques mobilisent tous une rhétorique intransigeante et adhèrent, à l’exception d’Alexandre Khinchtein, à la croyance selon laquelle la justice doit se situer en surplomb du politique. Ils défendent une vision idéalisée de l’État de droit dans un contexte où le pouvoir se définit précisément par le cumul d’un ensemble de moyens de coercition, comprenant non seulement l’usage du droit, mais aussi le recours à la force et la divulgation de renseignements. L’affrontement avec le pouvoir en place est donc nécessairement asymétrique. Malgré les efforts qu’il déploie pour renouveler le répertoire d’action de l’anticorruption en s’appuyant notamment sur des sources publiques ainsi que sur des contributions individuelles et en constituant lui-même son propre public grâce aux possibilités offertes par les nouvelles technologies, Alexeï Navalny se situe de ce point de vue dans la continuité de ses prédécesseurs. En surestimant la capacité de l’arme du droit à déstabiliser le pouvoir en place, le justicier se heurte à des formes de coercition associant à l’offensive juridique des moyens de pression extrajudiciaires.

Bibliographie

Références bibliographiques

Briquet Jean-Louis, Garraud, Philippe (dir.), Juger la politique. Entreprises et entrepreneurs critiques de la politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

Bychok Stanislav, Semenov Alexeï, Navalny. Tchelovek kotory oukral les (Navalny. L’homme qui a volé une forêt), Moscou, Knijny Mir, 2014.

Daucé Françoise, Une paradoxale oppression. Le pouvoir et les associations en Russie, Paris, CNRS Éditions, 2013.

De Blic Damien, Lemieux Cyril, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, 71, 3, 2005, p. 9-38.

Favarel-Garrigues Gilles, « La police russe en procès », Le courrier des pays de l’Est, 6, 2005, p. 66-84.

Favarel-Garrigues Gilles, « La lutte anticorruption, de l’unanimisme international aux priorités intérieures », Droit et société, 72, 2009, p. 275-285.

Favarel-Garrigues Gilles, Rousselet Kathy, La société russe en quête d’ordre, Paris, Autrement, 2004.

Gallagher Aileen, The Muckrakers. American Journalism During the Age of Reform, New York, The Rosen Publishing Group, 2006.

Gdlian Telman, Ivanov Nikolaï, Kremlevskoe delo (« L’affaire du Kremlin »), Moscou, Kniga, 1994.

Gleason Gregory, «Nationalism or Organized Crime The Case of the “Cotton Scandal” in the USSR», Corruption and Reform, vol. 5, no 2, 1990.

Israël Liora, L’arme du droit, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

Khinchtein Alexandre, Berezovski i Abramovitch. Oligarkhi s bolchoï dorogui (Berezovski et Abramovitch. Des oligarques de grand chemin), Moscou, Lora, 2007.

Lascoumes Pierre, Corruptions, Paris, Presses de Sciences Po, 1999.

Milov Alexander et al., Poutin. Korrouptsia. Nezavisimy ekspertny doklad (Poutine. Corruption. Rapport d’expert indépendant), Moscou, 2011.

Moen-Larsen Natalia, « “Normal nationalism” : Alexei Navalny, Live Journal and “the Other” », East European Politics, 30, 4, 2014, p. 548-567.

Skouratov Youri, Variant drakona (La variante du dragon), Moscou, Detektiv-Press, 2000.

Voronkov Konstantin, Alexei Navalny : groza joulikov i vorov (Navalny : une menace pour les voyous et les voleurs), Moscou, EKSMO, 2012.

Wilson Harold S., McClure’s Magazine and the Muckrakers, Princeton, Princeton University Press, 1970.

Notes

1 Fond Bor’by s Korrouptsei, On vam ne Dimon (« Ne l’appelez pas Dimon »), 2 mars 2017, disponible à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=qrwlk7_GF9g

2 Fond Bor’by s Korrouptsei, Tchaïka. Kriminalnaïa drama v piati tchastiakh (« Tchaïka. Drame criminel en cinq parties »), 1er décembre 2015, disponible à l’adresse : https://www.youtube.com/watch?v=eXYQbgvzxdM.

3 Sur la sociologie des scandales, voir Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005.

4 Gilles Favarel-Garrigues, Kathy Rousselet, 2004

5 Sur la figure du magistrat comme entrepreneur critique de la politique, voir Jean-Louis Briquet, Philippe Garraud, 2001.

6 Sur les muckrakers, voir Harold Wilson, 1970 ; Aileen Gallagher, 2006.

7 Pierre Lascoumes, 1999.

8 http://lvoropaeva.livejournal.com/3286517.html.

9 Telman Gdlian, Nikolaï Ivanov, 1994.

10 La thèse du suicide est défendue par exemple dans Iadgar Nasriddinova, « Izgnanie iz khlopkovogo raïa » (« Le bannissement du paradis du coton »), MK, 5 novembre 2005.

11 Il bénéficiera d’une libération conditionnelle en 1993.

12 http://lvoropaeva.livejournal.com/3286517.html.

13 Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005, p. 34.

14 Telman Gdlian aurait remporté plus de 86 % des suffrages. Cf. : http://ru.hayazg.info/

15 Argoumenty i Fakty, no 19, 1990.

16 La Literatournaïa Gazeta publie le 24 mai 1989 un article intitulé « Le mythe » qui décrit notamment les étranges suicides survenus au cours de l’enquête. Sur la controverse concernant cette enquête, voir aussi Gregory Gleason, 1990.

17 Telman Gdlian a exercé un mandat de député à la Douma d’État de 1995 et 1999 puis a disparu de la vie politique. Nikolaï Ivanov, quant à lui, continue d’exercer le métier d’avocat.

18 Youri Skouratov, 2000, p. 316-317.

19 Gilles Favarel-Garrigues, 2009, p. 275-285.

20 Il est l’un des dirigeants d’un parti d’opposition (RPR-Parnas) depuis 2012.

21 Alexandre Khinchtein, 2007.

22 Gilles Favarel-Garrigues, 2005.

23 MK, 20 novembre 2012.

24 Gazeta.ru, 29 juillet 2008.

25 http://www.peoples.ru/state/politics/aleksandr_hinshteyn/

26 Liora Israël, 2009, p. 13.

27 Ibid., p. 19.

28 L’expression est tirée de Konstantin Voronkov, 2012. Cet ouvrage hagiographique comprend de nombreux entretiens et extraits du blog d’Alexeï Navalny.

29 Konstantin Voronkov, 2012, p. 16.

30 Iabloko est un parti social-libéral fondé en 1995.

31 Konstantin Voronkov, 2012, p. 29.

32 Ibid., p. 48.

33 Voir par exemple : http://www.sova-center.ru/en/xenophobia/reports-analyses/2007/01/d9912/

34 Konstantin Voronkov, 2012, p. 66.

35 Natalia Moen-Larsen, 2014

36 Françoise Daucé, 2013, p. 203.

37 Konstantin Voronkov, 2012, p. 102.

38 L’équipe est composée en 2014 de cinq personnes, qui sont toutes de jeunes juristes.

39 http://rospil.info/about

40 Ekaterina Bryzgalova, « Contre les terroristes et Navalny. Qui souffrira des limitations sur les paiements électroniques ? », gazeta.ru, 30 mai 2014. Voir : http://www.gazeta.ru/business/2014/01/16/5853761.shtml

41 C’est moi qui souligne.

42 Konstantin Voronkov, 2012, p. 84.

43 Ibid., p. 107.

44 Alexander Milov et al., 2011. L’opposant Boris Nemtsov, assassiné en 2015 à Moscou, est l’un des auteurs de ce rapport.

45 Stanislav Bychok, Alexeï Semenov, 2014.

46 Ce n’est pas la fin du feuilleton judiciaire car ce jugement est annulé. Le nouveau procès qui se tient en 2017 ne modifie pas la peine prononcée.

47 http://navalny.com/blog/2014/06/10/post_3618.html.

Auteur

Directeur de recherche au CERI (Sciences Po, Centre de recherche internationale, CNRS). Il mène actuellement des recherches sur les mobilisations internationales contre les menaces criminelles et sur les transformations de la politique pénale en Russie. Ses travaux s’inscrivent dans le projet transversal Trajectoires historiques de l’État. Médaille de bronze du CNRS en 2006, il codirige la collection Questions de recherche/Research in question du CERI et participe au comité de rédaction des revues Critique internationale, Cultures & conflits et Politix. Il a notamment publié Policing economic crime in Russia : From soviet planned Economy to privatization (NY, Columbia University Press, 2011).

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search