Version classiqueVersion mobile

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Troisième partie. Des cultures de la dénonciation ? Entre promotion de la vertu et opprobre

14. Une révolution par le bas ?

La dénonciation par les nationalistes conservateurs catalans des pratiques de corruption dans l’Espagne de la Restauration (1893-1916)

Gemma Rubí

Texte intégral

  • 1 La génération noucentista catalane comprenait environ trois cents intellectuels et s’adressait à u (...)

1Dans le dernier tiers du xixe siècle, on assiste, à l’émergence de la figure de l’intellectuel professionnel, qui remet en cause, dans les pays de l’Europe méridionale, l’ordre institutionnel et social bourgeois, mais décide également de descendre dans l’arène publique. Mais les intellectuels ne parviennent pas toujours à construire une stratégie politique de parti et à la mettre en pratique, autrement dit, à passer de la théorisation doctrinale à la praxis ou, au moins, à faire tenir ensemble le discours et la stratégie. L’histoire de la génération noucentista catalane, celle de 1907 — dans laquelle le plus grand intellectuel-homme politique du nationalisme conservateur dans la Catalogne du début du xxe siècle, Enric Prat de la Riba (1870-1917), joua indéniablement un rôle majeur —, témoigne d’une expérience interventionniste précoce dans le domaine public et institutionnel de l’Europe du Sud1.

  • 2 Voir une approche récente de Borja de Riquer (2016) ; une bonne analyse de la politique espagnole (...)
  • 3 Voir sur ce parti : Isidre Molas, 1973 ; Borja de Riquer, 1977 ; Enric Ucelay, 2003.

2Prat de la Riba et Francesc Cambó (1876-1947), un autre homme politique, mirent au point dans une large mesure la ligne du parti qu’ils fondèrent en mai 1901, la Lliga regionalista, qui inquiéta les gouvernements de la Restauration, au point que dans les cercles officiels et dans les médias parler du « problème catalan » était devenu monnaie courante2. C’était, en effet, un parti antidynastique qui finit, avec le temps, par s’intégrer de manière assez souple au régime politique canoviste. Exception faite de son accord programmatique avec un secteur du parti dynastique conservateur, celui que dirigeait l’homme politique majorquin Antonio Maura (1853-1925) et de sa participation à deux reprises à des gouvernements de coalition, il se maintint dans l’opposition antidynastique, ce qui contribua à son hégémonie électorale en Catalogne. Mais il misa aussi sur le réformisme monarchique, naviguant entre la lutte pour l’autonomie politique et le clivage de classe, dans un contexte de montée de l’action directe de l’anarcho-syndicalisme3.

  • 4 Voir Jordi Casassas, 1994.

3Les racines intellectuelles d’une telle politique possibiliste et réformiste, également marquée par une volonté de modernisation découlant d’un européisme résolu, sont à chercher dans le pessimisme critique, le révisionnisme et le relativisme du régénérationnisme fin de siècle particulièrement florissant en France, en Italie et en Espagne4. Le discours de ces intellectuels avait pour dénominateur commun, entre autres, la dénonciation de la corruption politique, étroitement liée à la crise du parlementarisme libéral face aux défis et aux tensions grandissantes que suscitait la société de masses émergente. Cette critique implacable s’alliait souvent à la méfiance et aux doutes quant à la valeur du processus de démocratisation des États libéraux.

  • 5 Pour une définition de la corruption au sens historique, voir particulièrement Jacob Van Klaveren,(...)

4En Europe occidentale, l’expression de « corruption politique » devint un item politique de plus en plus récurrent avec l’avènement de la modernité politique libérale au moment de la naissance de la bureaucratie étatique moderne, étape de distinction entre la sphère publique et la sphère privée, de lutte contre le clientélisme et le patronage, pratiques sociopolitiques héritées des anciens régimes monarchiques et qui persistèrent tout au long du xixe siècle5. Dans l’Espagne du début du xxe siècle, on voit s’intensifier le processus de dénonciation du caciquisme (modalité hispanique du clientélisme politique) sur lequel s’était appuyé le pouvoir étatique depuis son tournant libéral, au point de devenir le principal cheval de bataille des partis d’opposition, républicains nationalistes et socialistes, pour obtenir une représentation politique et conquérir des espaces de pouvoir public et institutionnel.

  • 6 Gemma Rubí, 2013.

5L’analyse de la place qu’occupait la corruption politique dans la société et dans le langage devint une composante essentielle aussi bien du discours politique de Prat de la Riba que des stratégies mises en œuvre dans toute conjoncture par le comité d’action de la Lliga regionalista. Des règles de praxis politique se traduisirent, notamment, dans les instructions précises formulées en vue de rentabiliser les efforts électoraux, de mobiliser et de capter le plus grand nombre de voix ; ou dans la dénonciation de scandales entachant la mairie de Barcelone gouvernée par le Parti républicain radical (l’affaire de l’approvisionnement en eau de 1910, entre autres, fut l’objet d’un débat au Congrès des députés) ; ou encore dans le choix d’une politique électorale possibiliste qui amena la Lliga à faire partie de l’encasillado officiel — qui était basé sur un système d’attribution de sièges visant à créer a priori une majorité gouvernementale stable au parlement — et à participer, au besoin, à la corruption électorale pour obtenir la représentation des circonscriptions catalanes6.

  • 7 Joaquín Costa, 1901 (traduit en français sous le titre d’Oligarchie et caciquisme par Simon Sorlin (...)
  • 8 Pour le cas roumain, cf. l’article de Silvia Marton dans cet ouvrage.

6C’est précisément dans les périodes de crise ou de transition que l’opinion publique et les différents acteurs institutionnels ont une vision critique des pratiques de gouvernement et que s’établit un consensus assez généralisé autour du dénigrement de la politique, qui peut être plus ou moins accentué en fonction du moment historique. Se pose alors la question de la régénérescence de la politique afin de recomposer et de recouvrer un équilibre supposément perdu, prioritairement axé, au xixe siècle, sur la moralisation de la vie publique. Ce souci n’était pas nouveau, mais découlait d’une vision cyclique des formes de gouvernement, tantôt pures tantôt dégénérées, une vision issue des penseurs classiques, développée par les Lumières et encore très prégnante à l’aube du xxe siècle. La définition de la moralisation de la vie publique peut varier selon les époques en fonction des conjonctures politiques et des luttes pour le pouvoir. Le débat que les intellectuels de diverses tendances alimentèrent dans le dernier quart du xixe siècle en Europe visait en grande partie à critiquer les défaillances du libéralisme parlementaire. Cette critique se nourrit principalement des limites qu’ils constataient dans le domaine de la représentation politique, où il était impossible, selon eux, d’articuler efficacement les intérêts très différents présents dans la société. De fréquentes diatribes accusaient les partis de notables de se comporter de façon oligarchique ou caciquiste, donc, en définitive, de façon excluante. Indiscutablement, cette façon de voir imprégna le diagnostic émis par le régénérationnisme, dès avant la perte des dernières colonies espagnoles de Cuba, Puerto Rico et des Philippines en 1898, mais surtout après : le point culminant en fut l’enquête influente dirigée par Joaquin Costa à l’Ateneo de Madrid en 19017. À travers toute l’Europe, les critiques contre le parlementarisme visaient les partis de notables et provenaient avant tout de la périphérie des systèmes politiques, qu’il s’agisse des agrariens nationalistes et des socialistes roumains — partis qui nouèrent des alliances contre nature pour renverser l’oligarchie au pouvoir — ou de partis de masse émergents comme celui de Lerroux en Catalogne, les partis socialistes ou les partis directement antilibéraux8.

  • 9 Sur le caciquisme dans l’Espagne de la Restauration, voir Javier Moreno, 2007.
  • 10 Sur ce sujet, voir Gemma Rubí, « The fight against corruption and the new politics in Urban Spain (...)
  • 11 Ce travail s’inscrit dans le cadre des projets de recherche concurrents du « Plan nacional de inve (...)

7L’historiographie espagnole a largement analysé la nature du phénomène caciquiste, mais n’a que très peu étudié la façon dont ces pratiques sociopolitiques se réadaptèrent à des contextes de politisation électorale croissante. Elle a, en revanche, mis l’accent sur le comportement électoral des oppositions antidynastiques9. Cela n’empêche pas, d’ailleurs, que pour analyser les campagnes politiques et publicitaires contre la conception caciquiste du jeu politique, il faille adopter une perspective plus large, géographiquement étendue10. Mais il existe un vide historiographique criant quant à l’étude de la dénonciation et des dénonciateurs, des entrepreneurs critiques, ainsi que des interdépendances entre ces critiques, les tactiques de pouvoir et le remplacement des élites politiques, et c’est précisément ce à quoi nous nous attelons dans cette contribution11.

Le « coup fatal du caciquisme » : la corruption politique dans l’État de la Restauration12

  • 12 Expression employée par Prat de la Riba dans « Els enemics de Solidaritat. Els caciquistes », La V (...)
  • 13 L’œuvre de Prat de la Riba a été consultée principalement dans Enric Prat de la Riba. Articles, Ba (...)
  • 14 Gemma Rubí, Francesc Espinet, 2008.

8C’est dans les articles qu’il écrit entre les années 1890 et 1907 qu’on trouve le gros de la critique de Prat contre l’État de la Restauration, jugé franchement corrompu13. L’année 1907 est celle où Prat devient président de la députation de Barcelone et celle de la grande campagne menée par Solidaritat Catalana à l’occasion des élections générales, où cette coalition électorale regroupant les partis antidynastiques, les républicains nationalistes, la Lliga regionalista et les carlistes remportent 42 sièges sur les 44 qui sont attribuées à la Catalogne au parlement de Madrid14.

  • 15 « La salvació d’Espanya II », LVC, 12 février 1899.
  • 16 Valentí Almirall, 1887. Pour une vue d’ensemble, voir Jordi Casassas, 1989.
  • 17 Dans cet article, Prat signale que les révolutions ne se font pas par le haut, mais par le bas, co (...)

9Pour la tradition catalaniste, le mot de caciquisme résume à lui seul toute la critique et le refus d’un État qui ne représente pas à ses yeux les véritables intérêts de la société et est confisqué, de surcroît, par une oligarchie, les hommes politiques de la Restauration et les caciques locaux. Prat le qualifie synthétiquement de « gouvernement de tribu15 ». Les réticences envers cet État non intégrateur et inefficace ne sont pas étrangères à la tradition du catalanisme politique, ni à la mentalité de l’élite dirigeante catalane de la deuxième moitié du xixe siècle16. Ce qui est dénoncé, c’est un État uniformisé et centralisé, d’importation française, étranger à la dynamique et à la tradition des régions qui le constituent. En ce sens, l’État est perçu comme une structure éloignée des intérêts de la Catalogne, parce qu’il ne prend pas ceux-ci en compte, mais en même temps parce qu’il est gouverné d’une façon corrompue. Ainsi, dans le discours de Prat, la corruption est assimilée à la mauvaise gouvernance, aux mauvaises pratiques, à un État vain, inepte et inefficace dans un contexte d’opposition entre une régénération stérile, celle que proposent les dynastiques, et la régénération constructive, celle que met en œuvre le catalanisme politique. Prat désigne la politique de la Lliga comme une « révolution par le bas », qui prend le contre-pied du projet lancé par le conservateur Antonio Maura de « révolution par le haut » et vise à mobiliser les classes moyennes, qui s’étaient tenues à l’écart de la vie politique officielle17.

  • 18 Les influences intellectuelles de Prat sont hétérogènes, mais on peut mentionner notamment les thè (...)
  • 19 « A en Clarín », dans La Renaixensa. Diari de Catalunya, 1er avril 1896 ; « La salvació d’Espanya  (...)
  • 20 « Nacionalisme català i separatisme espanyol », LVC, 20 août 1899.

10Au fond, Prat part d’une position critique à l’égard du libéralisme politique parce qu’il conçoit la société comme une agrégation d’individus atomisés démunis face à l’État, et en même temps dépendants de lui. Ayant une conception organiciste de la société, Prat souligne le caractère artificiel de l’État libéral, étendant du reste cette vision à tous les États libéraux européens, comme tant d’autres auteurs méfiants quant aux vertus du parlementarisme18. L’État-nation est une « carcasse pourrie et totalement artificielle », une « formation fossilisée qui s’emploie à empêcher la libre expression de la vie des peuples19 ». Bref, l’État de la Restauration n’est pas seulement pourri et artificiel, c’est aussi une entrave, un obstacle, notamment au libre développement des nationalités telles que la catalane. Ce dont la Catalogne a besoin, c’est d’institutions libres, d’un gouvernement honnête et d’une administration vertueuse et intelligente, affirme Prat en août 189920. Il aspire à un État véritable, au service de ses citoyens. Quand les gouvernements ne recherchent pas le bien commun, soutient-il, il n’y a pas d’État :

  • 21 « L’actitud dels gremis », LVC, 14 octobre 1899.

Il n’y a pas de gouvernement, et les dispositions dictées par ceux qui détiennent le pouvoir dans l’objectif de maintenir l’ordre établi sont abusives, n’ont aucune base morale pour exercer leur contrainte21.

  • 22 Avec Pere Muntanyola, 1894.
  • 23 Intervention du 26 mars 1892 à l’Assemblea de la Unió Catalanista qui vote les Bases de Manresa. A (...)

11Pour résumer, la corruption a pour corollaire la dégénération, la décomposition, l’anarchie et la mauvaise gestion. L’État libéral est une entité artificielle et volontariste, qui, en Espagne, n’est pas « un flambeau de civilisation, une source de vie et de progrès », comme il l’est en Europe, mais un État épuisé, à l’agonie22. Comme Hippolyte Taine, Prat conçoit la société comme séparée et indépendante de l’État. Ce dernier doit reconnaître la société « comme il doit reconnaître et respecter les droits de la personne individuelle ou humaine23 ». En ce tournant de siècle, Prat appelle à une vraie régénération face à cette situation d’anarchie qui signifie que le gouvernement ne gouverne pas. Sur un ton polémique, Prat lance qu’il n’y a pas d’État quand les gouvernants n’œuvrent pas au bien commun. C’est la réflexion qu’il formule lors du Tancament de Caixes (fermeture des caisses) en mai 1899, un mouvement de protestation et de désobéissance fiscale qui mobilise les classes moyennes des villes industrielles catalanes :

  • 24 « L’obra de les bombes », LVC, 9 septembre 1905.

Les impôts ne sont plus des contributions mais des exactions qui ne s’imposent que par la force24.

  • 25 « L’Estat contra Barcelona », LVC, 18 février 1905 ; « Barcelona abandonada », LVC, 21 février 190 (...)

12En outre, cet État décrépit est, selon Prat, défavorable à la Catalogne puisqu’il ne protège pas Barcelone des bombes anarchistes et, en définitive, n’assure pas l’ordre public tout en écrasant les citoyens sous les impôts25.

Une représentation politique falsifiée

  • 26 « Progressant », LVC, 3 mai 1899.

13Dès sa création, la Lliga regionalista axe sa stratégie politique sur la lutte contre le caciquisme et met donc l’accent sur son épicentre, la corruption électorale, considérée par un grand nombre comme la mère de toutes les corruptions. La fraude électorale est la pierre angulaire et le principal symptôme d’une représentation politique jugée factice et éloignée des vrais intérêts de la société. En ce sens, Prat et les intellectuels partageant cette vision pensent que le suffrage organique peut être la solution au déficit de représentativité qu’ils constatent dans des institutions décadentes. De plus, le citoyen, signale Prat, se sent aussi esclave au sein de l’État contemporain que le sujet d’ancien régime sous le règne de l’absolutisme26.

  • 27 « Naturaleza de la representación política », dans « Miscelánea Jurídica », Revista Jurídica de Ca (...)
  • 28 « El sufragio universal inorgánico y el sufragio universal corporativo », dans « Miscel. lània », (...)
  • 29 « L’atemptat contra el sufragi », LVC, 10 janvier 1908.

14D’autre part, cet auteur — de même que Charles Benoist dans la Revue des deux mondes — explique la crise de l’État moderne à partir de ce que tous deux considèrent comme l’échec du suffrage universel, qu’ils situent au cœur ou au fondement même du régime parlementaire libéral qu’ils jugent inconsistant et conventionnel27. Pour Prat, le suffrage universel est discrédité par son application néfaste, les hommes politiques ayant voulu le présenter comme « le remède universel contre tous les maux28 ». Il critique le suffrage universel parce qu’il isole l’individu. Cette marginalisation est « la cause de toutes les corruptions », elle pousse l’électeur à « toutes sortes d’immoralités » car il est prisonnier de la « domination de véritables oligarchies politiques29 ».

15Il reprend les propos de Benoist sur le suffrage universel :

Ou il est séquestré, accaparé par des meneurs, ou il est exposé aux tentations de l’argent. Étant corruptible, il est corrupteur. Il livre le pays à trois ou quatre catégories ou professions politiquantes. Il ne donne jamais qu’une représentation adultérée ; une législation impulsive et incohérente ; un gouvernement précaire et contraint à de mesquines négociations de couloirs ; un État incertain, chancelant, à toute heure sur le point d’être bouleversé. Il est également incapable de fonder une démocratie et de ne pas fonder une démagogie.

16La solution résiderait dans le retour à la conception médiévale des classes et des métiers (suffrage corporatif), mais, constatant les bénéfices obtenus par la Lliga dans le cadre d’une compétition électorale ouverte, il abandonne peu à peu cette idée. Au contraire, il incite les citoyens à participer aux élections. Il déclare même, en 1908, que celui qui ne vote pas ou vote mal, n’est pas digne de posséder des droits civiques. Il s’honore du fait que la Lliga a donné au droit de vote sa pleine effectivité. La force des faits le pousse donc à accorder une plus grande confiance à la maturité et à l’intelligence des électeurs.

  • 30 Ibid.
  • 31 « La cuestión del mandato imperativo », dans « Miscelánea Jurídica », Revista Jurídica de Cataluña (...)

17Il n’en demeure pas moins que, pendant longtemps, Prat, ainsi que des auteurs tels qu’Orlandi ou Benoist, a qualifié le suffrage inorganique de corrompu et adultéré, car, de par son caractère artificiel, il ne représentait pas les intérêts des citoyens concrets des territoires, mais une entité abstraite, la nation, et qu’il vouait la représentation des citoyens à être instrumentalisée par les politiciens de métier. Il ne s’en prenait pas à l’universalité du suffrage, mais à la façon dont il était mis en œuvre : à la façon, selon ses propres termes, « de l’activer dans l’organisation naturelle, dans la structure de la société elle-même30 ». C’est pourquoi il penchait pour une forme organique de suffrage universel s’inspirant de la représentation des corporations et pas seulement des individus. Cependant, Prat soutenait que le mandat impératif, propre à la représentation politique de l’ancien régime, n’était pas viable, pas plus qu’un parlement sans partis31.

Les hommes politiques, les « chefs de bandes » et les partis, « bouquet de clientèles »

  • 32 « Les indústries polítiques », La Renaixensa. Diari de Catalunya, 4 novembre 1896.
  • 33 « Progressant », LVC, 3 mai 1899.

18Assurément, selon Prat, les principaux responsables de l’adultération du suffrage et de la dégénération du principe de gouvernement représentatif sont les hommes politiques, que la vox populi de l’époque appelle les « chefs de bande ». Leur seul objectif est d’exploiter, comme s’il s’agissait d’une industrie, la fonction gouvernementale32. Ils opèrent dans des organisations partisanes et mettent à leur service les employés publics. Hommes politiques et fonctionnaires dénaturent les droits indispensables et inaliénables des citoyens. Les uns et les autres se moquent des principes avec une « indifférence cynique » et un tel naturel que personne ne s’en rend compte avant d’être victime de leurs agissements arbitraires. C’est seulement alors que l’indignation s’empare des citoyens qui s’aperçoivent que ces irrégularités rendent « illusoires toutes les garanties qui ont été écrites sur le papier des Codes33 ». Bref, à son avis, la corruption devient la manifestation d’une attitude indigne, et donc dégénérée.

  • 34 « La dictadura », LVC, 6 juin 1899 ; « Constitucions i privilegis », LVC, 27 septembre 1899 (artic (...)
  • 35 « La salvació d’Espanya », LVC, 2 et 12 février 1899.

19Les hommes politiques sont traités d’intrigants qui « cancanent comme des poissonnières », les parlementaires de « phraseurs et de parasites34 ». Prat pense que l’Espagne manque de vrais hommes d’État et que les nations ne sont pas gouvernées par des mots mais par des actes35. À l’opposé, la politique espagnole est :

  • 36 « Política espanyola », LVC, 23 juin 1899.

[…] la politique du manque de gouvernement, de la pagaille dans l’Administration, de la corruption et la trivialité, la politique qui fait des bateaux qui ne naviguent pas, des armées qui ne luttent pas, des employés qui volent mais n’administrent pas36.

  • 37 « La salvació d’Espanya », LVC, 2 et 12 février 1899.

20Et il ajoute que la véritable force régénératrice ne provient pas des « tribus d’orateurs », mais des « classes sociales puissantes par leur activité, par leur richesse, par leur intelligence37 ».

21Au tournant du siècle, Prat doute profondément de la capacité régénératrice des partis dynastiques de la Restauration quand il signale que ces hommes politiques :

  • 38 « L’actitud dels gremis », LVC, 14 octobre 1899.

[…] se contentent de parler, ne se soucient pas des réalités, se satisfont de libertés qui n’existent que dans les lois, de même qu’il leur suffit d’avoir écrit le mot régénération dans leur programme et dans leurs articles de presse38.

22Des propos très durs qui reflètent la profonde déception ressentie par certains secteurs de la population face au mépris, malgré ses promesses, du gouvernement Silvela-Polavieja (1899-1900) envers les revendications catalanistes, axées sur la concession d’un « accord fiscal » — c’est-à-dire, l’assignation d’un contingent d’impôts à délivrer à l’État — comme celui dont jouissent les Basques.

  • 39 « L’amicitia moderna », La Renaixença, 5 mars 1893.

23Pour Prat, les partis dynastiques sont un « bouquet de clientèles mal reliées par leur intérêt particulier ». La clientèle — ou Amiticia — n’est qu’une autre forme de corruption, mais constitue, en fin de compte, une véritable source de pouvoir39. À cette époque, Prat considère les Cortès espagnoles comme une bande d’amis et les partis comme des associations privées qui n’existent que pour exploiter la chose publique.

  • 40 « La mort del Círcol Conservador », LVC, 6 février 1905.
  • 41 Ibid.
  • 42 « L’escàndol del Congrés », LVC, 31 octobre 1904.

24Heureusement, soutient Prat, que le parlementarisme, comme l’affirment d’autres intellectuels européens, est à l’agonie. Il le qualifie, au demeurant, de pseudo-parlementarisme imposant une double tyrannie : celle qui va du haut vers le bas, celles des caciques, et celle qui va du bas vers le haut, « la tyrannie populaire […] fille du suffrage universel, forte de la représentation des citoyens, avec un luxe écrasant d’élections et de scrutins, de certificats et de paperasse40 ». Une pure fiction quant aux électeurs et aux votes, insistera-t-il, mais une « réalité en tant que pouvoir effectif au sein des organismes de l’État41 ». Se souvenant que l’accord fiscal revendiqué par le catalanisme avait été refusé au motif qu’il s’agissait d’un privilège, Prat contre-attaque en qualifiant les députés eux-mêmes de privilégiés n’ayant pas à répondre de « leurs propos ou de leurs écrits comme les autres citoyens […] devant l’indifférence et la complicité de tous42 ».

25Dans l’œuvre de Prat, le régime politique de la Restauration est assimilé à l’abus et au mensonge systématiques. Il justifie donc le mouvement d’indignation et de protestation mené par la Lliga en faveur d’une politique nouvelle, échappant « aux déclamations rhétoriques et aux congrès d’opérette ». Pour lui, la nouvelle politique doit consister en une nouvelle ère d’éducation pratique, aussi bien contre la tyrannie du pouvoir que contre la démagogie des « tourbes ». Prat conclut que les problèmes de gouvernement ne se résolvent pas à coups d’axiomes idéologiques, mais grâce à une connaissance profonde de la réalité. Il oppose à la vieille politique la politique positive, la politique des faits, de la réalité, en définitive celle qu’il planifie et met en œuvre au sein de la Mancomunitat de Catalogne. Cette institution concentre, entre le mois d’avril 1914 et l’année 1925 (règne alors le dictateur Primo de Rivera), les attributions des quatre députations provinciales catalanes. Bien qu’elle ne possède pas de compétences politiques, mais seulement administratives, la Mancomunitat constituera malgré tout la première marche institutionnelle vers le recouvrement d’un régime d’autogouvernement, qui s’imposera sous la Seconde République, dans les années 1930.

La nécessaire sincérité électorale, « une œuvre hygiénisante »

26Même si Prat continue à penser que le suffrage corporatif doit nuancer ou compléter le suffrage universel inorganique, il a pleinement confiance dans la force des urnes et dans la transformation en profondeur des habitudes électorales. Il lui semble donc nécessaire de mener un travail de « désinfection », qui sera, selon lui, ce que la Lliga aura fait de mieux. La fraude électorale est source de déshonneur. Aussi, à la veille des élections générales d’avril 1907, il recommande fermement que la coalition de Solidaritat Catalana lutte « proprement, loyalement, sans coercitions, sans violences, sans corruptions indignes ». Pour Prat, les urnes sont l’expression, la manifestation du pouvoir politique du citoyen. Ce n’est pas en vain qu’il affirme avec fierté que la Lliga a appris aux Catalans à respecter le suffrage. Celle-ci est et a été pour eux une école d’éducation politique.

  • 43 « L’obra de sempre », LVC, 13 mars 1901.
  • 44 « La mort del Círcol Conservador », LVC, 6 février 1905.

27C’est seulement ainsi que le pouvoir du cacique peut être renversé. Car la corruption est tout simplement « la citadelle du caciquisme ». Ce gouvernement de caciques, affirme Prat, empêche le peuple d’intervenir dans la chose publique43. Il faut donc en finir avec le détournement de la volonté collective. Cette manipulation est à ses yeux « une spoliation indigne des droits d’autrui, plus répugnante et plus grave que tous les vols communs punis de prison44 ». Les caciques convoquent les élections pour les gagner à tout prix :

  • 45 Ibid.

Partout où passaient leurs pelotons d’électoralistes salariés, ils laissaient une empreinte de méchanceté, de corruption, d’abaissement moral45.

  • 46 « Notificació », LVC, 3 mars 1905.
  • 47 « Notificació », LVC, 3 mars 1905.
  • 48 Ibid.

28Grâce à cette entreprise d’« hygiénisation », les citoyens peuvent exercer dignement la plénitude de leurs libertés politiques46. Il considère comme un modèle le gouvernement représentatif britannique. Il manifeste à plusieurs reprises sa satisfaction devant le changement qui se produit, selon lui grâce à l’exemple de la Lliga, dans la mentalité collective, et devant les sentiments civiques qui s’enracinent en Catalogne, principalement à Barcelone, au point que la conscience publique refuse, sanctionne et disqualifie « celui qui vole des procès-verbaux ou aide à les voler avec la même sévérité que celui qui vole des portefeuilles ou cambriole des appartements47 ». Pour Prat, dans les régimes représentatifs, « l’urne est plus inexpugnable, puissante et sacrée que le Capitole » ; l’urne est aussi inviolable que « la maison où l’homme vit », elle est un symbole des libertés individuelles48.

  • 49 Sur Lerroux et le républicanisme lerrouxiste : José Alvarez Junco, 2002.

29Le plus important, naturellement, est d’obtenir le plus grand nombre de voix. C’est en cela que réside la force de la Lliga, car, en cas de fraude électorale, ce parti antidynastique n’aurait aucune chance, pas plus que ses éternels ennemis, les partisans de la figure charismatique d’Alejandro Lerroux et de sa politique populiste49. Il ne s’agit pas non plus de minimiser la dignité des voix exprimées dans les urnes. L’objectif est de mobiliser les citoyens en leur faisant prendre conscience de leurs droits civiques. Le travail de Francesc Cambó en ce sens a été colossal : Prat reconnaît que le Dictionnaire des électeurs qu’il a conçu est devenu une grande arme de combat. Il faut par conséquent purger les listes électorales, où sont inscrites des personnes décédées ou non résidentes dans tel ou tel bureau de vote ou des électeurs ayant définitivement déménagé. Dans ce travail de pédagogie électorale, la divulgation de brochures donnant des instructions précises sur le mécanisme du vote s’est avérée décisive. À titre d’exemple, dans la circonscription de Barcelone, on élisait sept députés, dont cinq « par majorité » et deux « par minorité ». Le scrutin était plurinominal majoritaire, bien que limité, ce qui renforçait la représentation des minorités. À chaque élection, on luttait pour la majorité ou pour le copo, majorité et minorité à la fois. Meetings, modes d’emploi du vote, purge des listes, vote de proximité, surveillance des bureaux de vote par des scrutateurs pour la transparence du scrutin : tout cela suppose une véritable révolution civique, également menée par les républicains. En respectant le suffrage, en respectant la volonté des électeurs — selon les dirigeants de la Lliga — on renverse le pouvoir des caciques.

Les incohérences de la lutte contre la corruption électorale

  • 50 Je paraphrase Gumersindo de Azcárate, 1931, p. 81.
  • 51 Josep Pella y Forgas, 1906, p. 104.
  • 52 Ibid., p. 84-91.

30Pour l’ensemble des intellectuels régénérationnistes, la corruption électorale est la mère de toutes les corruptions : elle nourrit à la racine la corruption parlementaire et administrative et finit par corrompre tout le système politique de la société50. C’est aussi ce qu’affirme l’écrivain et historien Josep Pella i Forgues, l’un des fondateurs de la Lliga regionalista, représentant du catalanisme historique le plus réticent à l’action politique de partis, jugeant que les élections sont un élément corrosif. Même mal organisées, les élections sont pourtant le seul moyen légal d’intervenir dans la chose publique51. Mais il affirme que la Lliga ne peut se contenter d’être un pôle électoral, comme elle tendait à le devenir depuis sa création du fait de son succès aux élections générales de mai 1901, grâce à une candidature rassemblant des représentants de la bourgeoisie économique et catalaniste52.

31Or, c’est précisément Josep Pella i Forgues qui va se trouver impliqué dans un cas de corruption électorale présumée lorsque la Lliga obtient, aux élections générales du 10 novembre 1905, deux sièges « par minorité », alors que l’Union républicaine d’obédience lerrouxiste remporte les cinq sièges de la majorité. Pella nourrit depuis longtemps l’ambition de siéger au Congrès des députés, mais la direction de la Lliga n’y est pas favorable, lui préférant d’autres candidats. Quant à Cambó, il souhaite être élu aux côtés de l’architecte moderniste Josep Puig i Cadafalch. Enfin, les candidats jugés les moins catalanistes — selon Pella, qui les considère comme des opportunistes — sont les candidats « économiques » Frederic Rahola et Ignasi Girona. Pella a donc du souci à se faire.

  • 53 Le candidat de Manresa dut aussi expliquer les causes de la falsification supposée des procès verb (...)
  • 54 Lluís Costa i Fernández, 1997 ; Borja de Riquer, 1981 ; Josep Pella i Forgues, 1906.

32En ces circonstances, des procès-verbaux des ive et ve districts de Barcelone disparaissent mystérieusement. Prat accuse Pella de les avoir cachés, Cambó accuse même son fils de les avoir falsifiés. Deux jours plus tard, on retrouve ces procès-verbaux à l’entrée des bureaux de la commission électorale de la mairie de Barcelone. Écoutant Prat, Pella demande l’invalidation du procès-verbal du ve district pour falsification. Finalement, c’est le procès-verbal présenté par les scrutateurs républicains favorables à l’élection de Rahola et de Girona (lesquels sont également, selon Borja de Riquer, les « protégés » du député républicain et économiste Pere Pi i Sunyer) qui est jugé recevable. Pella, dégoûté par la politique d’alliances pratiquée par la Lliga, par la fraude électorale présumée de ses candidats dans les villes de Granollers et de Vic et par les accusations portées contre lui qu’il n’a pas réussi à démentir, est invité à quitter le parti53. Cambó tient à cette expulsion et Prat souhaite éviter la publicité autour de cette affaire par crainte du scandale54.

33Ce ne sont donc pas les intrigues des adversaires qui ont condamné l’historien à l’éviction, mais celles qui se sont tramées au sein même de la Lliga regionalista, qui se veut le champion de la transparence électorale. Il s’agit, comme à l’accoutumée, d’éviter le scandale public : en l’occurrence, en étouffant les conspirations internes et une fraude plus que probable concertée avec les républicains, même si les gens de la Lliga ne reviennent pas aux candidats souhaités (Cambó et Puig i Cadafalch), au prix du « sacrifice » d’une personnalité du catalanisme historique, Pella. On ne sait toujours pas très bien si Pella subtilisa ou non provisoirement les procès-verbaux pour « se protéger » de ces intrigues, sans avoir eu le temps, à ce qu’il semble, de les manipuler.

34Cette affaire révèle, d’une part, que la Lliga commence alors à subir une crise de croissance, devant assumer que le catalanisme a cessé d’être un mouvement pour se transformer en parti ; de l’autre, que face à la force écrasante des républicains, prévoyant une implacable défaite, elle a préféré préserver coûte que coûte deux sièges « par minorité », fût-ce en renonçant à ses candidats favoris. D’autre part, l’exclusion de Pella i Forgues permet de mettre sous le boisseau les intrigues ayant très probablement conduit à de la corruption électorale. Prat n’a pas d’autre choix que d’étouffer l’affaire à tout prix. Si elle apparaît au grand jour, si le scandale éclate, l’honorabilité de la Lliga et de ses dirigeants sera entachée à jamais. Ainsi, en pratique, la Lliga ne refuse les magouilles électorales que jusqu’à un certain point, les limites étant fixées par la tolérance sociale — ce que l’opinion publique est prête à accepter. Le discours sur la moralisation des élections sert à mobiliser l’électorat, mais au besoin, si le candidat élu n’est pas celui qu’on souhaite, ou en cas de menace de défaite, les vieilles habitudes reprennent opportunément le dessus.

  • 55 Tentative gouvernementale pour distribuer les sièges.
  • 56 J’ai pu le vérifier en ce qui concerne Manresa : Gemma Rubí, 2006 ; voir aussi Gemma Rubí, 2013.

35Ultérieurement, la corruption électorale deviendra une pratique difficilement tolérable dans une société habituée à la compétition électorale, à la force du nombre de voix et à la lutte transparente. Cela ne veut pas dire que la Lliga ne participera pas à l’encasillado55 officiel, surtout dès lors qu’elle intégrera, en 1918, des gouvernements de coalition aux côtés des différentes factions des partis dynastiques, ou qu’elle ne s’adonnera pas à une pratique très répandue : l’achat de voix56.

La dénonciation de la corruption et la praxis politique

36La lutte contre le caciquisme s’appuie sur des éléments rhétoriques, comme la transparence électorale ou la moralité publique, aspects mobilisateurs indispensables des campagnes de dénonciation de la corruption dans l’Espagne du début du xxe siècle. Ce discours régénérationniste contre le caciquisme est payant, comme le montre l’hégémonie électorale de la Lliga à partir de 1918, dans le contexte d’une nouvelle ère de masses, accompagnée d’une décomposition précoce de l’alternance pacifique des deux partis de gouvernement, le parti conservateur et le parti libéral, en Catalogne. Cela entraînera le remplacement d’une élite politique « oligarchique » par une élite prônant le nationalisme conservateur, qui va continuer à exploiter les relations clientélaires, moins avec des personnes et des familles qu’avec des intérêts organisés dans la société civile, en recourant, le cas échéant, à l’achat de voix.

  • 57 Le travail le plus récent sur l’œuvre de la Mancomunitat de Catalunya est celui d’Albert Balcells,(...)

37Discours contre le caciquisme et stratégie nationaliste aboutissent à la création de la Mancomunitat de Catalunya en avril 1914, principal produit de la « nouvelle politique » mise en œuvre par la génération noucentista catalane de 1907. En dépit d’un manque de ressources publiques, cette institution a joué un rôle notable, notamment dans le renouveau des enseignements professionnels, l’extension du réseau téléphonique, la création du premier réseau public de bibliothèques populaires au sein de l’État espagnol, la création d’une série d’écoles (de fonctionnaires, de bibliothéconomie, du travail, de commerce, d’agriculture), la diffusion du coopérativisme dans le monde agricole ou la normalisation de la langue catalane57.

Bibliographie

Références bibliographiques

Almirall Valentí, L’Espagne telle qu’elle est, Paris, Albert Savine éditeur, 1887.

Alvarez Junco José, The Emergence of Mass Politics in Spain: Populist Demagoguery and Republican Culture, 1890-1910, Brighton, Sussex Academic Press, 2002.

Azcárate Gumersindo de, El régimen parlamentario en la práctica, Madrid, Sobrinos de la Sucesora de M. Muniesa de los Ríos, 1931.

Balcells Albert (ed.), La Mancomunitat de Catalunya (1914). Simposi del Centenari, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, 2015.

Balcells Albert, Josep Maria Ainaud de Lasarte (eds.), Enric Prat de la Riba. Obra completa, 3 vols. Barcelone, Ed. Proa/Institut d’Estudis Catalans, 1998,

Balfour Sebastian, The End of the Spanish Empire, 1898-1923, Oxford, Clarendon Press, 1997.

Benoist Charles, « De l’organisation du suffrage universel. i- La crise de l’État moderne » et « De l’organisation du suffrage universel. ii-Expédients et palliatifs », Revue des deux Mondes, juillet-août 1895.

Casassas Jordi, « Els intel. lectuals catalans, el catalanisme i la crisi cultural de les darreries del vuit-cents », Afers, 19, 1994, p. 681-694.

Casassas Jordi, Intel. lectuals, professionals i polítics a la Catalunya contemporània (1850-1920), Barcelone, Els Llibres de la Frontera, 1989.

Casassas Jordi, La voluntat i la quimera. El noucentisme català entre la Renaixença i el marxisme, Barcelone, Pòrtic, 2017.

Cattini Giovanni Conrad, Prat de la Riba i la historiografia catalana. Intel. lectuals i crisi política a la fidel segle xix , Barcelone/Catarroja, Ed. Afers, 2008.

Costa i Fernández Lluís, Josep Pella i Forgues i el catalanisme, Barcelona, Rafael Dalmau Editor, 1997.

Costa Joaquín, Oligarquía y caciquismo como la forma actual de gobierno en España. Memoria de sección sometida a debate del Ateneo de Madrid en marzo de 1901, Madrid, Establecimiento Fortanet, 1901.

Engels Jens Ivo, « Corruption as a Political Issue in Modern Societies: France, Great Britain and the United States in the Long 19th Century », Public Voices, vol. x, no. 2, 2008, p. 68-84.

Kerkhoff Toon, Ronald Kroeze, Peter Wagenaar, « Corruption and the Rise of Modern Politics in Europe in the Eighteenth and Nineteenth Centuries : A Comparison between France, the Netherlands, Germany and England. Introduction », Journal of Modern European History, 11, 2013, 1, p. 19-30.

Molas Isidre, Lliga Catalana. Un estudi d’estasiologia, vol. i: «Lliga regionalista», Barcelone, Ed. 62, 1973.

Moreno Javier, « Political clientelism, Elites, and Caciquismo in Restoration Spain (1875-1923) », European History Quaterly 37 (3), 2007, p. 417-441.

Muntanyola Pere, Prat de la Riba Enric, Compendi de la doctrina catalanista, Sabadell, Imprenta La Rensaixensa, 1894.

Pella y Forgas Josep, La crisis del catalanisme, Barcelone, Imprenta Henrich i Cia, 1906.

Pérez Manuel, La secessió catalana. Els corrents culturals europeus a la fi del segle (1872-1900), Catarroja, Afers, 2007.

Riquer Borja de « La defenestració política d’en Pella i Forgues o sobre la pretesa « honradesa » electoral de la Lliga », Revista de Girona, no 97, 1981, p. 243-250.

Riquer Borja de, Anar de debò. Els catalans i Espanya, Barcelona, Rosa dels Vents, 2016.

Riquer Borja de, Lliga regionalista : la burgesia catalana i el nacionalisme (1898-1904), Barcelone, Ed. 62, 1977.

Rubí Gemma, « Coaliciones de turno. Corrupción electoral y política competitiva en la Cataluña de la Restauración (1900-1923) », Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle Série, 43 (1), 2013, p. 273-293.

Rubí Gemma, « La lluita contra la corrupció política en temps de la Lliga i de Prat de la Riba », Jornada d’estudi : Enric Prat de la Riba (1870-1917), Barcelone, 1er décembre 2016.

Rubí Gemma, « La représentation de la corruption. L’Espagne dans la construction du libéralisme politique (1840-1868) », in Dard Olivier, Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric (dir.), Scandales et corruption à l’époque contemporaine : les coulisses du politique dans l’Europe contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014.

Rubí Gemma, « The fight against corruption and the new politics in Urban Spain (1890-1923) », in Engels Jens Ivo, Fahrmeier Andreas, Mattina Cesare, Monier Frédéric (ed.), Stadt. Macht. Korruption : Parktiken, Debatten und Wahrnehmungen staädstischer Korruption im 19 und 20 Jahrhundert, Stuttgart, Steiner Verlagg, 2017, p. 97-107.

Rubí Gemma, Els catalans i la política en temps del caciquisme : Manresa, 1875-1923, Vic, Eumo Editorial, 2006.

Rubí Gemma, Entre el vot i la recomanació. Partits, eleccions i canvi polític a Manresa, 1899-1923, Manresa, Angle Editorial, 1995.

Rubí Gemma, Espinet Francesc, Solidaritat Catalana i Espanya, Barcelone, Ed. Base, 2008.

Serrano Carlos, Serge Salaün (ed.), 1900 en Espagne. Essai d’histoire culturelle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1988.

Sorlin Simon (ed.), Oligarchie et caciquisme comme forme de gouvernement actuelle en Espagne, Paris, éditions Rue d’Ulm, 2009.

Taine Hippolyte, Les origines de la France contemporaine. Tome v : Le régime moderne, Paris, éditions Robert Laffont, 1986.

Ucelay Enric, El imperialismo catalán. Prat de la Riba, Cambó, D’Ors y la conquista moral de España, Barcelone, Edhasa, 2003.

Van Klaveren Jacob, « Corruption as a historical phenomenon », in A. J. Heidenheimer, M. Jonhston, Victor T. Le Vine (eds.), Political CorCorruption : A Handbook, New Brunswick, Transaction Publishers, 1989.

Notes

1 La génération noucentista catalane comprenait environ trois cents intellectuels et s’adressait à un public de classe moyenne, ce qui pouvait représenter à Barcelone un tiers de l’électorat d’une ville dépassant à peine les cinq cent mille habitants. Voir Jordi Casassas, 2017 ; Manuel Pérez, 2007.

2 Voir une approche récente de Borja de Riquer (2016) ; une bonne analyse de la politique espagnole du début du xxe siècle de Sebastian Balfour (1997).

3 Voir sur ce parti : Isidre Molas, 1973 ; Borja de Riquer, 1977 ; Enric Ucelay, 2003.

4 Voir Jordi Casassas, 1994.

5 Pour une définition de la corruption au sens historique, voir particulièrement Jacob Van Klaveren, 1989. Pour un regard comparatif sur l’Europe, cf. Toon Kerkhoff et al., 2013 ; s’agissant de corruption politique et modernité voir Jens Ivo Engels, 2008. Pour une réflexion sur l’étymologie historique du terme de « corruption politique » dans le discours du libéralisme espagnol du milieu du xixe siècle, voir Gemma Rubí, 2014.

6 Gemma Rubí, 2013.

7 Joaquín Costa, 1901 (traduit en français sous le titre d’Oligarchie et caciquisme par Simon Sorlin, 2009) ; Carlos Serrano, Serge Salaün, 1988.

8 Pour le cas roumain, cf. l’article de Silvia Marton dans cet ouvrage.

9 Sur le caciquisme dans l’Espagne de la Restauration, voir Javier Moreno, 2007.

10 Sur ce sujet, voir Gemma Rubí, « The fight against corruption and the new politics in Urban Spain (1890-1923) », (2017).

11 Ce travail s’inscrit dans le cadre des projets de recherche concurrents du « Plan nacional de investigación » HAR-2009-08989 et HAR2015-67173-P du ministère espagnol de l’Économie et de la Compétitivité. Autre travail lié à celui-ci : Gemma Rubí, 2016.

12 Expression employée par Prat de la Riba dans « Els enemics de Solidaritat. Els caciquistes », La Veu de Catalunya (LVC), 16 mai 1906.

13 L’œuvre de Prat de la Riba a été consultée principalement dans Enric Prat de la Riba. Articles, Barcelone, Biblioteca política Lliga Catalana, 1934, et dans Albert Balcells, Josep Maria Ainaud de Lasarte, 1998. Nous avons tenu compte des articles de presse publiés dans la Revista Jurídica de Catalunya et du contenu de son ouvrage majeur — La nacionalitat catalana (1906) —, où il développe les idées issues des aspirations politiques et nationales du mouvement catalaniste.

14 Gemma Rubí, Francesc Espinet, 2008.

15 « La salvació d’Espanya II », LVC, 12 février 1899.

16 Valentí Almirall, 1887. Pour une vue d’ensemble, voir Jordi Casassas, 1989.

17 Dans cet article, Prat signale que les révolutions ne se font pas par le haut, mais par le bas, comme cela a été le cas en Catalogne (« El sentit de la lluita. La lluita per la ciutadania », LVC, 5 avril 1916).

18 Les influences intellectuelles de Prat sont hétérogènes, mais on peut mentionner notamment les thèses de Balmes, Benoist, Spengler, Sighele, Orlando, Savingy, Maurras, Barrès, Le Play, Renan, De Maistre, Bonald, Suart Mill et Comte. Cf. à ce sujet, Giovanni Conrad Cattini, 2008, p. 287 sqq.

19 « A en Clarín », dans La Renaixensa. Diari de Catalunya, 1er avril 1896 ; « La salvació d’Espanya », LVC, 2 et 12 février 1899.

20 « Nacionalisme català i separatisme espanyol », LVC, 20 août 1899.

21 « L’actitud dels gremis », LVC, 14 octobre 1899.

22 Avec Pere Muntanyola, 1894.

23 Intervention du 26 mars 1892 à l’Assemblea de la Unió Catalanista qui vote les Bases de Manresa. Amendements aux Bases 8 et 9 et ajouts non approuvés dans Albert Balcells, Josep Maria Ainaud de Lasarte (ed.), 1998, p. 180 (voir référence à Hippolyte Taine, 1986).

24 « L’obra de les bombes », LVC, 9 septembre 1905.

25 « L’Estat contra Barcelona », LVC, 18 février 1905 ; « Barcelona abandonada », LVC, 21 février 1906.

26 « Progressant », LVC, 3 mai 1899.

27 « Naturaleza de la representación política », dans « Miscelánea Jurídica », Revista Jurídica de Cataluña, I, 1, 1895, p. 37-39 ; Charles Benoist, 1895.

28 « El sufragio universal inorgánico y el sufragio universal corporativo », dans « Miscel. lània », Revista Jurídica de Cataluña, I, 5, 1895, p. 367-374.

29 « L’atemptat contra el sufragi », LVC, 10 janvier 1908.

30 Ibid.

31 « La cuestión del mandato imperativo », dans « Miscelánea Jurídica », Revista Jurídica de Cataluña, III, 1897, p. 347-348.

32 « Les indústries polítiques », La Renaixensa. Diari de Catalunya, 4 novembre 1896.

33 « Progressant », LVC, 3 mai 1899.

34 « La dictadura », LVC, 6 juin 1899 ; « Constitucions i privilegis », LVC, 27 septembre 1899 (article également publié dans Lo Somatent de Reus, le 29 du même mois).

35 « La salvació d’Espanya », LVC, 2 et 12 février 1899.

36 « Política espanyola », LVC, 23 juin 1899.

37 « La salvació d’Espanya », LVC, 2 et 12 février 1899.

38 « L’actitud dels gremis », LVC, 14 octobre 1899.

39 « L’amicitia moderna », La Renaixença, 5 mars 1893.

40 « La mort del Círcol Conservador », LVC, 6 février 1905.

41 Ibid.

42 « L’escàndol del Congrés », LVC, 31 octobre 1904.

43 « L’obra de sempre », LVC, 13 mars 1901.

44 « La mort del Círcol Conservador », LVC, 6 février 1905.

45 Ibid.

46 « Notificació », LVC, 3 mars 1905.

47 « Notificació », LVC, 3 mars 1905.

48 Ibid.

49 Sur Lerroux et le républicanisme lerrouxiste : José Alvarez Junco, 2002.

50 Je paraphrase Gumersindo de Azcárate, 1931, p. 81.

51 Josep Pella y Forgas, 1906, p. 104.

52 Ibid., p. 84-91.

53 Le candidat de Manresa dut aussi expliquer les causes de la falsification supposée des procès verbaux à Manresa (voir Gemma Rubí, 1995).

54 Lluís Costa i Fernández, 1997 ; Borja de Riquer, 1981 ; Josep Pella i Forgues, 1906.

55 Tentative gouvernementale pour distribuer les sièges.

56 J’ai pu le vérifier en ce qui concerne Manresa : Gemma Rubí, 2006 ; voir aussi Gemma Rubí, 2013.

57 Le travail le plus récent sur l’œuvre de la Mancomunitat de Catalunya est celui d’Albert Balcells, 2015.

Auteur

Professeure d’histoire moderne et contemporaine à l’université autonome de Barcelone, et directrice académique du groupe de recherche Politique, institutions et corruption à l’époque contemporaine. Ses recherches portent essentiellement sur l’étude du pouvoir, des discours et des pratiques politiques. Elle travaille sur le parlementarisme, la représentation politique, les actions politiques et contestations de la Catalogne et de l’Espagne contemporaines. Elle est l’auteur, avec Josep Armengol, de Vots, electors i corrupció. Una anàlisi de l’apatia política a Catalunya, 1869-1923, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2012. Elle a lancé des recherches en Espagne sur l’histoire de la corruption à l’époque contemporaine, en partenariat avec des collègues français, allemands et roumains.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search