Version classiqueVersion mobile

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Troisième partie. Des cultures de la dénonciation ? Entre promotion de la vertu et opprobre

13. Le « monde des coquins »

La dénonciation de corruption dans les écrits pamphlétaires (1868-1898)

Cédric Passard

Texte intégral

  • 1 Cf. John B. Thompson, 2000 ; Alain Garrigou, 1993.

1Avec l’installation durable de la République à la fin du xixe siècle, la dénonciation de corruption, si elle n’est certes pas inédite, prend une résonance nouvelle à la faveur de la libéralisation du droit d’expression. Sa signification elle-même se transforme puisque les règles du jeu démocratique, en cours d’élaboration, contribuent à remodeler la définition de la morale ou de la probité publique et, par là-même, à renforcer la perception et la critique d’actes ou de pratiques jugées transgressives de ce point de vue. Cela favorise l’essor des scandales politiques1.

  • 2 Pierre Larousse (dir.), 1877, p. 1154.
  • 3 La catégorie de « pamphlétaire », si elle circule beaucoup à l’époque, ne désigne pas un groupe al (...)
  • 4 Michel Offerlé désigne ainsi la stratégie qui vise à faire scandale mais aussi à énoncer qu’il y a (...)

2Or, les pamphlets politiques, en tant qu’écrits critiques marqués généralement par la véhémence, voire l’outrance et visant à attaquer une personne, un groupe ou une institution, apparaissent alors comme des opérateurs importants de cette scandalisation de la vie politique à travers la mise au jour de formes de corruption, réelles ou fantasmées. En effet, cette littérature d’humeur connaît un formidable développement dans le dernier tiers du xixe siècle au point que le terme « pamphlétarisme » fait son apparition à l’époque pour désigner la « manie du pamphlet, l’emploi systématique du pamphlet pour attaquer, pour dénigrer2 ». Le pamphlet devient un genre politico-journalistique avec ses propres spécialistes reconnus et désignés ou, plus exactement, stigmatisés comme tels. L’image sociale des pamphlétaires se cristallise ainsi autour de quelques noms, parmi lesquels Henri Rochefort, Édouard Drumont, Jules Vallès, Auguste Chirac, Léon Bloy, Octave Mirbeau, Laurent Tailhade, Léo Taxil, George Darien, Alfred Gérault-Richard, Urbain Gohier ou encore Zo d’Axa3. Ces pamphlétaires sont précisément de ceux qui se servent de la dénonciation de corruption comme d’une arme pour vilipender leurs adversaires et tenter d’imposer leurs vues. Ils l’utilisent comme un « coup » politique et « médiatique » dont ils peuvent estimer les risques et escompter certains bénéfices. Toutefois, leur « stratégie scandaleuse4 » n’est jamais assurée de succès : elle peut ne pas susciter de réaction et échouer à produire le scandale espéré, elle peut se retourner contre ses auteurs (si, par exemple, la dénonciation apparaît infondée ou calomnieuse), ou encore, la mise en cause de départ peut conduire à de multiples redéfinitions aux effets incontrôlés échappant à son initiateur. La dénonciation pamphlétaire peut donc engendrer des formes de jugement et d’action très variées, depuis le silence ou l’indifférence jusqu’au scandale ou à l’affaire. La présente contribution vise ainsi à examiner comment et dans quelle mesure les pamphlétaires participent à la construction de la corruption comme problème public et à la fabrication de scandales ou d’affaires politiques.

Des entrepreneurs critiques de la politique5

Des outsiders politiques

  • 6 Octave Mirbeau, 15 décembre 1883.

3Un détour rapide par une sociologie des pamphlétaires apparaît utile pour expliquer et comprendre la place centrale qu’occupe la dénonciation de corruption dans leur discours. On observe, en effet, une assez grande proximité des parcours et des trajectoires biographiques des pamphlétaires. Ces derniers, pour la plupart provinciaux et assez peu dotés scolairement, sont tentés par une carrière littéraire, mais se retrouvent le plus souvent dépourvus des moyens financiers nécessaires pour ne vivre, du moins dans un premier temps, que par et pour la littérature. Ils appartiennent ainsi à la catégorie alors très répandue des écrivains-journalistes en situation de « prolétaires des lettres », ainsi que se qualifiait Octave Mirbeau à ses débuts6. L’inscription dans une « carrière » pamphlétaire peut être analysée comme une façon, pour ces publicistes en quête de notoriété, d’accéder à une certaine visibilité sociale en s’adressant à un vaste public et en adoptant une stratégie scandaleuse. On en trouve un bon témoignage dans Le Désespéré, roman autobiographique de Léon Bloy, où le héros — Marchenoir — se lance dans une histoire très semblable à celle du Pal, le pamphlet de Bloy :

  • 7 Léon Bloy, [1887], 2010, p. 366-367.

Puisque tous les journaux lui étaient fermés […] il décida de publier, à ses frais, un pamphlet périodique dont il serait l’unique rédacteur et qu’il lancerait, chaque semaine, sur Paris, comme un tison […] Il faudrait vraiment que tous les démons s’en mêlassent pour que l’inouïe vocifération dont il méditait d’assaillir ses contemporains ne produisît aucun résultat. Une circonstance favorable, assurément, sortirait de l’ombre, jusqu’alors implacable de sa destinée7.

  • 8 Gisèle Sapiro, 2006, p. 143-144.
  • 9 Michel Offerlé, 1984.

4Venus du champ littéraire, les pamphlétaires investissent ainsi le champ politique par le biais du journalisme d’opinion8, mais sont généralement considérés comme des outsiders ou tendent à se comporter et à se représenter eux-mêmes comme tels. Même lorsqu’ils intègrent directement la scène politique en prenant part, par exemple, à la compétition électorale, ils adoptent une stratégie de « légitimation par l’illégitimité9 » au sens où ils mettent en scène une posture de marginalité dans le champ politique, posture qui repose précisément sur leur parole politiquement incorrecte, sur leur revendication d’une liberté totale d’expression. Ainsi, le pamphlétaire se présente comme :

  • 10 Luc Boltanski, 1984, p. 35.

[Un] grand homme, c’est-à-dire précisément un individu qui non seulement peut, à la différence du porte-parole institutionnel, représenter les autres sans mandat, mais encore qui, à la façon du prophète dans la typologie wébérienne, tire argument de son indépendance et de sa solitude […] pour réclamer d’être suivi ou écouté10.

  • 11 Emmanuelle Danblon, 2005, p. 53.
  • 12 Christian Le Bart, 2003.

5Alors que, pour être jugée normale, la dénonciation suppose, comme l’a montré Luc Boltanski, un travail de « désingularisation » de la cause et des actants, le pamphlétaire prend le parti inverse, en affirmant fièrement son autonomie. Il se construit « un éthos paradoxal qui tire une légitimité du fait même qu’il est illégitime […] hors du groupe, incompétent11 ». De ce point de vue, il tend à s’inscrire dans un « registre de la singularité » propre à l’éthique contemporaine de la vocation artistique qui puise dans les valeurs aristocratiques et qui valorise l’originalité, la subjectivité voire l’anormalité. Jouant de la « nostalgie chevaleresque12 », le pamphlétaire refuse de se soumettre aux règles de civilité propres aux courtisans et adhère à un autre code de comportement et de langage que celui posé par les gens établis. Héros indépendant, il se présente comme un redresseur de torts, un éveilleur des consciences, investi d’une mission, d’un devoir de parole, celui de dévoiler la vérité et notamment les dessous frauduleux du monde politique.

Des moralistes outragés

  • 13 Howard Becker désigne ainsi ceux qui créent les normes et ceux qui les font appliquer ou respecter (...)
  • 14 Jens Ivo Engels, Frédéric Monier, 2014, p. 18.

6Au-delà de leur variété, les discours pamphlétaires ont, en effet, en commun de fournir un cadre d’interprétation de la chose politique où celle-ci ne prend sens qu’à travers des « magouilles », des « tripotages », des « agiotages » selon les expressions mêmes de l’époque. Les pamphlétaires s’instituent ainsi non seulement comme des entrepreneurs critiques de la politique, mais aussi parfois comme des entrepreneurs de morale13 ou, du moins, de moralisation : en identifiant, en dénonçant certaines pratiques comme déviantes ou intolérables, ils font pression pour que des mesures soient prises à leur encontre, pour que certains comportements ne soient pas (ou plus) supportés, pour que les normes évoluent ou pour que des valeurs soient sauvegardées, car « le scandale de corruption exprime la nécessité d’une purification14 ». Par exemple, alors que les campagnes électorales restent le théâtre de tentatives de corruption de toutes sortes et que les moyens de fraude sont multiples, les pamphlétaires fustigent la corruption électorale. Si cette dénonciation s’énonce souvent dans des termes très généraux, ils stigmatisent parfois des pratiques précises. Dans L’Agiotage sous la Troisième République (1886a), Auguste Chirac consacre ainsi plusieurs pages à expliquer comment, en dépit du suffrage universel, les possédants parviennent à se maintenir en place bien que leurs intérêts soient contraires à ceux du peuple :

  • 15 Auguste Chirac, 1886a, p. 154-155.

M. le comte de P. est devenu député du département de * * *, où il a de grandes propriétés. Or, pour se faire nommer, il a compris que le meilleur procédé était le procédé américain, la franche et universelle corruption. Il se faisait suivre dans ses tournées par des domestiques chargés de sacs d’argent, et on distribuait à tous les électeurs 5 francs, 10 francs, 15 francs, suivant la valeur de l’homme. Tout paysan qui se présentait à son château recevait une pièce de cent sous. Pour les personnes qu’on ne pouvait ainsi solder, il y avait table ouverte, et tous les jours. […] Et voilà comment beaucoup de possédants hostiles aux intérêts populaires étaient parvenus à s’en faire les représentants15.

  • 16 C’est notamment le titre d’un article d’Édouard Drumont dans La Libre Parole (27 janvier 1893).

7La corruption n’est pas seulement, pour les pamphlétaires, le mode d’accès aux responsabilités politiques, elle est plus généralement, pour eux, la règle de fonctionnement du monde politique vu comme le « monde des coquins16 ». Le thème des « pots-de-vin » constitue un de leurs thèmes de prédilection. Dans ses Grimaces (1883), pamphlet dirigé contre les « opportunistes » au pouvoir, Octave Mirbeau dénonce ainsi ce qu’il appelle le « Pot-de-vinat », c’est-à-dire la corruption généralisée des hommes politiques et du régime républicain :

  • 17 Octave Mirbeau, 4 août 1883.

Depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, la France a joui de régimes politiques très divers. […] Nous possédons aujourd’hui le Pot-de-vinat. Ce régime nouveau et nullement compliqué […] consiste, pour les aimables escarpes qui nous gouvernent, à crocheter les caisses publiques, à barboter dans les budgets, à dévaliser les Compagnies de chemins de fer, à faciliter les entreprises véreuses, à gagner enfin, bon an mal an, trois cent mille livres de rentes en élevant des portefeuilles de ministre et des mandats de député […].
Le Pot-de-vinat offre des ressources si merveilleuses qu’un député, ne possédant qu’un traitement de neuf mille francs, peut, au bout de quelques heures d’exercice, à la barbe des gendarmes, entretenir des femmes très chères, avoir table ouverte, perdre au jeu des sommes considérables ou acheter des propriétés superbes, à son choix17.

  • 18 Marc Angenot, 1982.

8Si la corruption supposée des hommes politiques fournit les ingrédients d’accusations incessantes, celle-ci, loin d’être perçue comme un simple accident ou comme le fruit d’individus isolés, apparaît généralement comme la conséquence d’un dérèglement global du système et dépasse donc largement les frontières du monde politique. Les pamphlets charrient, en effet, toute une imagerie de la dégénération propre à la « vision crépusculaire du monde » caractéristique du genre pamphlétaire selon Marc Angenot18. De fait, la corruption ne se limite pas aux seuls aspects économiques ou financiers, mais prend un sens bien plus large : elle est associée à une perversion d’ensemble. Par exemple, dans un ouvrage intitulé La Corruption fin de siècle, le pamphlétaire Léo Taxil dénonce les mœurs sexuelles, la débauche de son époque en commençant ainsi :

  • 19 Léo Taxil, 1894, P. II.

Tout observateur attentif conviendra que nous vivons à une époque où la corruption est devenue effrénée ; il y a en Europe, et notamment en France, un débordement de luxure qui rappelle les hontes de la décadence romaine. Nous retournons au paganisme. Eh bien, c’est contre ce dévergondage de mœurs que je m’élève19.

9Face à un tel « monde inversé », où le vice a pris la place de la vertu, où les fripons sont perçus comme des honnêtes gens, la corruption n’est donc même pas vue comme telle car elle est l’expression d’une civilisation entièrement nécrosée. Comment les pamphlétaires entreprennent-il alors de se faire entendre dans une société qu’ils jugent entièrement dominée par la corruption et l’imposture ?

Le « tout-dire » pamphlétaire

Dénoncer les coulisses de la politique

  • 20 Le patrimoine de Jules et de Charles Ferry est resté largement commun.

10Les pamphlétaires ne vont pas habituellement chercher très loin le scandale. Sans mener le plus souvent d’investigation mais en s’appuyant sur de simples rumeurs ou en détournant des faits d’actualité, ils proposent leur propre interprétation des événements, en instillant le soupçon sur les motifs réels qui font agir les hommes politiques. Les pamphlétaires contestent les mobiles officiels donnés par ces derniers, car ils masquent, selon eux, les raisons véritables qui les animent, en expliquant par des considérations élevées ou de nobles principes des démarches inspirées par de mesquins intérêts. C’est ainsi que, par exemple, toute la politique coloniale de Jules Ferry est accusée par Henri Rochefort de n’avoir pour but que de l’enrichir. Au cœur de cette accusation se trouvent les rapports de Jules Ferry avec la Banque franco-égyptienne dirigée notamment par son frère, Charles, qui a participé à certaines opérations touchant aux affaires coloniales. Dans L’Intransigeant, Henri Rochefort mène, dans les années 1885, une violente campagne contre Jules Ferry qu’il affuble du surnom de « Ferry-Pot-de-Vin ». Rochefort et son journal multiplient les articles incriminant les « tripotages des Ferry », les « comptes fantastiques de Charles » ou encore les « millions de la famille Ferry », la fortune des Ferry étant censée fournir la preuve de leurs fraudes20 :

  • 21 L’Intransigeant, 28 juillet 1885.

Monsieur Charles Ferry, ancien commis voyageur en vases de nuit et autres porcelaines inutiles, est aujourd’hui vingt fois millionnaire et il achète des maisons de cinq cent quarante mille francs : voilà la vérité21.

  • 22 Il s’agit de Daniel Wilson, député d’Indre-et-Loire et gendre du président de la République Jules (...)
  • 23 Henri Rochefort, 1887.

11Dans le contexte du scandale des décorations, Rochefort vilipende Charles Ferry comme un « autre Wilson22 », voire pire, puisqu’il affirme que « dix gendres de la force de Wilson donneraient à peine la monnaie d’un pareil frère23 ». Chez les pamphlétaires, la dénonciation de la corruption repose ainsi le plus souvent sur des micro-récits prenant la forme d’anecdotes, de témoignages, de « on-dit » qui font office de ressource argumentaire par défaut et qui sont aussi :

  • 24 Philippe Aldrin, 2004, p. 196.

[…] une façon peu contraignante d’opiner sur la politique en comparaison des efforts et de l’inconfort qu’impliquerait une opinion de type dialogique. La création et l’échange de rumeurs appartiennent à ces tactiques ordinaires grâce auxquelles les acteurs sociaux donnent à la politique ce tour personnel, sensationnel, trivialement humain, qui la redimensionne à l’échelle de l’expérience commune24.

12En phase avec les appréhensions ordinaires de la politique, qui voient les turpitudes privées des hommes politiques comme des symptômes de leur immoralité publique, les pamphlétaires privilégient donc une approche ad hominem, centrée sur les aspects biographiques voire intimes, qui leur servent d’instruments de classification et d’évaluation politiques. C’est pourquoi ils portent souvent loin l’exigence de transparence en refusant toute sanctuarisation de l’intimité des hommes politiques. Urbain Gohier s’en prend ainsi à la séparation de la sphère publique et de la sphère privée qui tend à se formaliser à l’époque :

  • 25 Urbain Gohier, 7 juin 1898.

La distinction entre la vie publique et la vie privée rentre dans la casuistique de Tartuffe. Un homme public appartient au public. Tout entier. […] C’est en séparant la vie privée, pour la rendre inviolable, de la vie publique livrée à la discussion, qu’on arrive à composer des Assemblées presque entières d’aigrefins, de corrompus, d’intrigants prêts à tout […]
Vie privée ! Silence forcé ! Procès en diffamation ! La loi, la bonne loi des honnêtes gens, va nourrir d’infamie le diffamateur qui ne voudrait pas que son pays fût gouverné ou son peuple représenté par un infâme. Il importe pourtant aux nations de connaître la vie privée, la vie intime des hommes qu’elle se donne pour chefs. Car il faut n’avoir jamais ouvert un livre pour ignorer que les prétendues grandes combinaisons des prétendus grands politiques ont toujours été dictées par de petits intérêts, par de misérables passions de la vie privée25.

13Au cœur de l’entreprise de dénonciation pamphlétaire, la logique qui consiste à tout dire justifie donc une transgression des barrières posées à l’énonciation politique comme la ligne de partage entre la vie privée et la vie publique. Les pamphlétaires remettent en cause toute clôture du politique à une époque même où ses frontières ne sont pas encore clairement établies et cherchent à construire un espace public très large où s’actualisent rumeurs et commérages et dans lequel tout, ou presque, doit se savoir.

L’effet de dévoilement

  • 26 Bernard Lamizet, 2004, p. 11.
  • 27 Voir Alain Brossat, 2005.
  • 28 Georg Simmel, [1908] 1998.

14Aussi la dénonciation pamphlétaire s’inscrit-elle souvent dans une « sémiotique du secret » pour laquelle ce qui a du sens, ce n’est pas tant l’information dissimulée et faisant l’objet d’un secret, réel ou imaginé, que le fait même qu’elle soit perçue comme secrète26. Ce qui explique que même les détails a priori anodins puissent devenir signifiants, essentiels aux yeux des pamphlétaires dès lors qu’ils manifestent, selon eux, la part obscure d’une réalité, d’un personnage ou d’un événement. Pour le dire autrement, le secret supposé importe moins par ce qu’il renferme que par le simple fait qu’il existe et ce que cela signifie, à savoir que l’on cache des choses27. En somme, les agissements qu’évoquent les pamphlétaires ne doivent une grande partie de leur attrait qu’au fait qu’ils sont présentés comme étant dissimulés, ce qu’avait bien remarqué Georg Simmel28 en notant qu’on accorde, psychologiquement, toujours plus d’intérêt à un fait secret qu’à un fait déjà connu.

  • 29 Raoul Girardet, 1990, p. 41.

15Cette sémiotique du secret alimente donc fréquemment des représentations fantasmatiques, puisant dans un imaginaire de l’intrigue, du complot et de puissances occultes, de l’existence d’un « Empire des ténèbres29 ». De ce point de vue, les pamphlétaires se targuent souvent d’une lucidité particulière, qui témoigne de leur capacité à voir au-delà des apparences ou des illusions qui aveuglent. De manière exemplaire, les pamphlets d’un Auguste Chirac sont ainsi généralement précédés par une adresse au lecteur qui met bien en évidence ce travail de « présentation de soi », comme l’illustre cet avant-propos de ses Rois de la République (1886b) :

AU LECTEUR

  • 30 Auguste Chirac, 1886b, p. VII-VIII.

L’œuvre que je poursuis et dont je livre au public la seconde partie, consiste, principalement, à dire tout haut ce que chacun dit tout bas et à écrire, en le signant, ce que d’autres écrivent en se cachant sous l’anonymat.
C’est donc, en quelque sorte, l’ÉCHO DE LA CONSCIENCE PUBLIQUE
[…]
Je dénonce, dans l’ouvrage actuel, et abstraction faite de toute préférence politique, l’abîme vers lequel on pousse perpétuellement la France, en pratiquant sous tous les régimes, le même PARASITISME et la même IMPROBITÉ. Aussi dois-je prévenir le lecteur que, si préparé qu’il soit, par mes premiers récits, à voir se dérouler une nouvelle série d’abominations, celles dont l’exposé va suivre, lui apparaîtront encore plus épouvantables dans leur réalité, et plus terrifiantes dans leurs conséquences […]
Certainement, les HOMMES FORTS, qui détiennent TOUTES LES ROYAUTÉS, s’irriteront de ma franchise et chercheront, dans l’avenir, comme ils l’ont fait dans le passé, à étouffer ma voix.
De leurs efforts, je n’ai cure ! J’écris ce que j’écris parce que je le crois utile au relèvement et à la prospérité de mon pays […]
Auguste Chirac, Paris, octobre 188530

  • 31 Marc Angenot, 1982.

16L’extrait révèle bien les ambivalences de l’ethos du pamphlétaire : en effet, s’il se place dans une situation de surplomb, il s’installe, en même temps, dans une position d’exil intellectuel. De même, tout en prétendant divulguer des faits insoupçonnés, il reconnaît, en même temps, exprimer publiquement ce qui n’est déjà que trop connu. En somme, le secret, c’est qu’il n’y a pas de secret : la réalité est dans ce que l’on raconte tout bas et que le pamphlétaire ose dire tout haut. La vérité jouit chez ces pamphlétaires de ce statut paradoxal que Marc Angenot a repéré31 : bien que dissimulée, elle s’impose par l’évidence mais n’est pas démontrable rationnellement. C’est donc dans la mise en scène de sa propre posture et la mobilisation des affects politiques que réside largement l’efficacité persuasive de la rhétorique pamphlétaire toujours menacée de ne pas être crue, d’être rejetée dans l’insignifiance, la paranoïa ou la folie. De ce fait, il convient d’interroger finalement la portée de ces accusations pamphlétaires.

Des retombées variables

Sans réaction, pas de scandale32

  • 32 John B. Thompson, 2000, p. 21.

17Se heurtant aux rapports de force existants, la dénonciation de corruption par les pamphlétaires n’est qu’une étape, jamais garantie de réussir, dans la naissance d’un scandale ou d’une affaire dont le déploiement est conditionné tant par la configuration dans laquelle elle s’ancre que par leur capacité à se faire entendre et à paraître crédibles. L’étiquette de « pamphlétaire » leur est d’ailleurs ainsi souvent opposée pour les déconsidérer, comme ils le déplorent eux-mêmes :

  • 33 Édouard Drumont, 1892, p. 10-11.

Vous verrez qu’à propos de ce véridique et impartial récit on trouvera encore moyen de m’appeler pamphlétaire. Il y a des gens que la vérité gêne toujours33

  • 34 Octave Mirbeau, 8 septembre 1883.
  • 35 Le Cri du Peuple, 13 novembre 1883.
  • 36 Jean-François Nivet, Pierre Michel, 1990, p. 172-173.

18De fait, la réussite de leur dénonciation est à géométrie variable. Il est très fréquent que celle-ci ne suscite pas de réaction et qu’elle reste largement lettre morte, dans l’incapacité de désectoriser l’enjeu, voire simplement de rallier un large public. Il ne reste plus alors aux pamphlétaires qu’à tempêter contre la « conspiration du silence », comme dira Léon Bloy, dont ils se considèrent les victimes. L’exemple des Grimaces, d’Octave Mirbeau l’illustre bien. Dans ce pamphlet de septembre 1883, où il accuse les opportunistes de n’être qu’une « horde de bandits qui déshonorent la France », Mirbeau, qui entend faire le « procès de la finance républicaine34 », ambitionne de révéler les scandales étouffés par une presse complaisante ou vénale et de démasquer les puissants en révélant les hideux ressorts de leurs âmes, derrière leurs avantageuses « grimaces » de respectabilité. Il divulgue notamment les dessous frauduleux de la Caisse centrale populaire — auxquels seraient mêlés, outre Eugène Étienne, Paul Bert et le député Severiano de Heredia — ou ceux de la liquidation de la Société des tramways-nord de Paris. Certes, la presse d’opposition salue cette campagne de Mirbeau qui permet de « dire tout haut sur le boulevard ce que chacun pense in petto35 », et le pamphlet semble connaître d’abord quelques succès de vente, puisqu’il doit augmenter son tirage36. Cependant, les mises en accusation répétées de Mirbeau restent sans réelle suite, hormis quelques duels, et le « pamphlet hebdomadaire » arrête sa publication dès son vingt-sixième numéro, six mois après son lancement, sans être parvenu à provoquer de réel scandale.

  • 37 Numa Gilly, 1889.

19Toutefois, les pamphlétaires parviennent parfois à produire des « hyperboles médiatiques ». En témoigne un épisode aujourd’hui largement oublié, l’affaire dite « Numa Gilly ». Cette affaire, qui connaît, à l’époque, un retentissement important, débute en 1888 lorsque Numa Gilly, député-maire de Nîmes, affirme, lors d’une conférence auprès de ses électeurs, que sur les trente-six membres de la commission du budget, il y a « au moins vingt Wilson37 ». Ces paroles suscitent rapidement de larges commentaires indignés dans la presse et le monde politique. Le statut de l’accusateur (un député) et le contexte dans lequel survient la dénonciation (un an après le « scandale des décorations ») favorisent la diffusion des révélations. Mis en demeure de citer les noms de ceux qu’il accuse d’être des prévaricateurs, Gilly publie, sous le titre Mes dossiers, une série d’imputations plus précises envers divers personnages politiques sans apporter toutefois de preuves. L’ouvrage, qui regroupe une série de documents très divers (lettres, rapports et notes confidentielles, articles de presse), est précédé d’une préface d’Auguste Chirac qui apparaît comme l’auteur véritable de l’ouvrage, comme l’indique alors un rapport de police qui décrit ainsi le pamphlétaire :

  • 38 Archives de la préfecture de police de Paris, BA 880 (« Dossier Auguste Chirac »), rapport du 19 s (...)

C’est un personnage mystérieux qui ne donne son adresse à personne de crainte qu’on ne saisisse chez lui ses papiers et ses notes. Il a ses grandes entrées dans le monde parlementaire et c’est des mécontents d’un côté, des dupes de l’autre qu’il obtient des renseignements de toute nature qu’il classe et coordonne pour les mettre à jour à l’heure propice. Il a sur les députés qui tripotent des notes tellement probantes que, tout récemment, il n’a pu trouver un éditeur pour un ouvrage de ce genre qu’il voulait publier ; pourtant les éditeurs sont coulants en la matière, mais le scandale eût été trop gros. Aujourd’hui l’heure est venue.
M. Numa Gilly n’a pas besoin des 22 000 dossiers de M. Wilson pour entreprendre ou plutôt continuer la série d’accusations qu’il a ouvertes contre ses collègues de la Chambre. Sous le couvert d’un homme inviolable par son mandat, sympathique à la foule qui voit en lui un justicier, Chirac pourra dire ou plutôt écrire ce qu’il voudra. C’est lui qui, rompu depuis 15 ans à toute les ruses de la Bourse, initié à tous les tripotages et renseigné avec preuves, dirigera toutes les opérations. Numa Gilly, au fond, n’est pas très fort ; il fait partie du groupe ouvrier de la Chambre et n’entend donc pas grand-chose à la finance38.

20L’identité réelle de l’auteur mais aussi la véracité de l’accusation portée se trouvent rapidement mises au cœur du débat, si bien que l’affaire se retourne contre ses auteurs, Gilly et Chirac faisant l’objet de nombreux procès en diffamation.

Des opérations pamphlétaires réussies

  • 39 Dès la fin du xixe siècle se développe aux États-Unis un stunt journalism (ou « journalisme du cou (...)

21La dénonciation pamphlétaire est parfois davantage couronnée de succès, au point d’ébranler l’ensemble des institutions. Les pamphlétaires apparaissent en effet comme les initiateurs de certains des principaux scandales des débuts de la Troisième République. C’est surtout le cas de ceux, comme Rochefort ou Drumont, qui bénéficient des plus fortes ressources : elles leur permettent notamment de fonder leurs opérations de dénonciation sur un travail de collecte de renseignements. Ceci rend sans doute leurs révélations davantage audibles dans un contexte où l’enquête s’impose comme une norme tant scientifique que journalistique. Une inflexion s’opère, de fait, progressivement dans la méthode et le style même de certains pamphlétaires : afin de divulguer les dessous frauduleux du monde politique, ils recourent de plus en plus, à partir de la fin des années 1880, à des formes d’investigation qui anticipent les pratiques des muckrackers telles qu’elles se développeront aux États-Unis39 et orchestrent de véritables campagnes de presse à la manière de feuilletons médiatiques.

  • 40 Édouard Drumont, 1890, p. 323.
  • 41 Archives nationales, dossier F712927 (« Affaire de Panama 1895-1908 »), rapport du 8 juillet 1892.
  • 42 Micros, 1892.

22Le journal antisémite de Drumont, La Libre Parole, construit ainsi son succès sur la révélation de scandales politico-financiers alimentés par un tel travail d’enquête. Il joue en particulier un rôle primordial dans la mise au jour du scandale de Panama. Dès 1890, Drumont, dans son pamphlet La Dernière Bataille, consacre déjà toute une partie de l’ouvrage à étudier la Compagnie du canal de Panama comme l’une de « ces grandes escroqueries financières […] qui mettent en mouvement tous les ressorts de l’organisation générale, qui ne peuvent réussir qu’avec la complicité de tous les pouvoirs sociaux : les Chambres, la Magistrature, la Presse40 ». Mais Drumont qui, comme à son habitude, s’appuie surtout sur les bruits qui circulent, reconnaît ne pouvoir donner aucun nom ni aucune preuve. Ses accusations restent donc sans réel retentissement, d’autant qu’une grande partie de la presse, elle-même compromise dans l’entreprise, n’a pas intérêt à ce que la lumière soit faite. Alors qu’une information judiciaire est enfin ouverte, deux ans après, contre l’ancienne direction de la Compagnie suite à une pétition des victimes, Drumont entreprend de lancer une campagne de presse pour dénoncer le scandale41. Drumont, qui peut désormais s’adosser sur de nouveaux renseignements, relance l’offensive contre les « panamistes » dans La libre parole. En septembre 1892, son journal publie ainsi une série d’articles sur les « Dessous du Panama42 ». Ils reposent sur les révélations d’un dénommé « Micros » — en réalité, Ferdinand Martin, ancien banquier de Nyons — désormais ruiné, qui a été chargé lui-même d’organiser l’achat d’une dizaine de votes de députés.

  • 43 Damien De Blic, 2005.

23Progressivement, ces révélations sont reprises par l’ensemble de la presse. Le scandale se transforme rapidement en affaire politique et judiciaire d’ampleur en cheminant à travers les différentes arènes publiques. Il provoque une crise ministérielle et compromet des députés de premier plan. Le procès, qui s’ouvre en janvier 1893, ne fournit pas la preuve que la Compagnie ait acheté des votes et, lors du verdict en mars, parmi les parlementaires, seul l’ancien ministre des travaux publics Charles Baïhaut, qui a avoué avoir touché de l’argent, est condamné à cinq ans de détention. Si la conclusion judiciaire du scandale est bien maigre, ce dernier a cependant contribué à faire apparaître au grand jour les pratiques clientélaires et les trafics d’influence impliquant le monde politique, celui des affaires et de la presse. Il ne reste donc pas, loin de là, sans effets politiques43. Bien que le scandale ne conduise pas au vote d’une loi réprimant la corruption ni à la disparition de ces pratiques, il contribue à la définition de conventions visant à empêcher qu’il puisse se renouveler. Ainsi, la seconde commission d’enquête parlementaire sur Panama enjoint aux hommes politiques de ne pas se mêler à des activités financières. À un autre niveau, d’ordre plus moral, il favorise aussi une lourde atmosphère de suspicion à l’égard des acteurs politiques et du rôle de l’argent dans la société.

***

  • 44 Hervé Rayner, 2007, p. 69.
  • 45 Voir Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005.

24Si les pamphlétaires échouent souvent à hisser leur dénonciation de corruption au niveau du scandale ou de l’affaire, ils peuvent aussi, comme on le voit à travers ce dernier exemple majeur, réussir à engendrer, à la faveur d’un contexte favorable, une dynamique scandaleuse par laquelle, pour des motifs variés, un nombre croissant d’acteurs et de secteurs sociaux se saisissent du fait dénoncé pour appuyer ou démentir l’accusation et contribuent, de ce fait, à sa montée en puissance rapide, car « lorsqu’il « prend », le scandale se nourrit du scandale au sens où chaque intervention est susceptible d’en entraîner d’autres44 ». Ce dernier provoque alors des effets en cascade qui affectent plus ou moins fortement les univers sociaux dans lesquels il se propage, que ce soit dans leurs règles, leurs pratiques ou leurs hiérarchies45.

  • 46 Dominique Kalifa, 2007, p. 211.

25Toutefois, dans l’ensemble, les entreprises de dénonciation scandaleuse des pamphlétaires participent surtout d’une « criée publique et permanente, propre à la modernité médiatique, où nombre d’engagements tendent à se diluer ou se diffracter46 ». De fait, elles semblent victimes de leur routinisation et de leur profusion qui s’avèrent sans doute, à la longue, assez lénifiantes. À force de crier au scandale, les pamphlétaires contribuent paradoxalement à affaiblir le potentiel précisément scandaleux de ce qu’ils dénoncent, comme si trop de dénonciations tuaient la dénonciation.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aldrin Philippe, Sociologie politique des rumeurs, Paris, Puf, 2004.

Angenot Marc, La parole pamphlétaire, Paris, Payot, 1982.

Becker Howard S., Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

Bloy Léon, Le Désespéré [1887], Paris, Gallimard, 2010.

Boltanski Luc, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, no 51, 1984.

Briquet Jean-Louis, Garraud Philippe (dir.), Juger la politique. Entreprises et entrepreneurs critiques de la politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

Brossat Alain, « Prestige de la puissance occulte. Les protocoles des Sages de Sion comme exemple et modèle », in Wuillème Tanguy (dir.), Autour des secrets, Paris, L’Harmattan, 2004.

Chirac Auguste, L’Agiotage sous la Troisième République, tome 1, Paris, Savine, 1886a.

Chirac Auguste, Les Rois de la République. Histoire des juiveries, Paris, P. Arnould, 1886b.

Danblon Emmanuelle, La fonction persuasive, Paris, Armand Colin, 2005.

De Blic Damien, « Moraliser l’argent. Ce que Panama a changé dans la société française (1889-1897) », Politix, 2005/3.

De Blic Damien, Lemieux Cyril, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, 2005/3.

Drumont Édouard, Le secret de Fourmies, Paris, Albert Savine, 1892.

Drumont Édouard, « Le monde des coquins », La Libre Parole, 27 janvier 1893.

Drumont Édouard, La Dernière Bataille. Nouvelle étude psychologique et sociale, Paris, Dentu, 1890.

Engels Jens Ivo, Monier Frédéric, « Introduction », in Dard Olivier,

Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric (dir.), Scandales et corruption à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014.

Garrigou Alain, « Le scandale politique comme mobilisation », in Chazel François (dir.), Action collective et mouvements sociaux, Paris, Puf, 1993.

Gilly Numa, Mes dossiers (avec une préface d’Auguste Chirac), Paris, Albert Savine, 1889.

Girardet Raoul, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1990.

Gohier Urbain, « Vie privée », L’Aurore, 7 juin 1898.

Kalifa Dominique, « Qu’est-ce qu’une affaire au xixe siècle ? », in Boltanski Luc, Claverie Élisabeth, Offenstadt Nicolas, Van Damme Stéphane (dir.), Affaires, scandales et grandes causes, Paris, Stock, 2007.

Lamizet Bernard, « Une sémiotique du secret » in Wuillème Tanguy (dir.), Autour des secrets, L’Harmattan, Paris, 2004.

Larousse Pierre (dir.), Supplément au Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, Paris, Larousse, 1877.

Le Bart Christian, « La nostalgie chevaleresque chez les professionnels de la politique », in Bonny Yves, de Queiroz Jean-Manuel, Neveu Érik (dir.), Norbert Elias et la théorie de la civilisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

Mirbeau Octave, « Le procès de la finance républicaine », Les Grimaces, 8 septembre 1883, no 8.

Mirbeau Octave, « Le théâtre », Les Grimaces, 15 décembre 1883, no 22.

Mirbeau Octave, « Pots-de-vin », Les Grimaces, 4 août 1883, no 3.

Muhlmann Géraldine, Une histoire politique du journalisme. xixe- xxe siècle, Paris, Puf, 2004.

Nivet Jean-François, Michel Pierre, Octave Mirbeau. L’imprécateur au cœur fidèle, Paris, Séguier, 1990.

Offerlé Michel, « Illégitimité et légitimation du personnel ouvrier avant 1914 », Annales ESC, juillet-août 1984.

Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, Montchrestien, 1998.

Passard Cédric, L’âge d’or du pamphlet, Paris, CNRS éditions, 2015.

Rayner Hervé, Dynamique du scandale, Paris, Le Cavalier bleu éditions, 2007.

Rochefort Henri, « Les comptes fantastiques de Charles », L’Intransigeant, 30 novembre 1887.

Sapiro Gisèle, « Formes de politisation des écrivains français », in Kaempfer Jean, Florey Sonya, Meizoz Jérôme (dir.), Formes de l’engagement littéraire, Lausanne, Antipode, 2006.

Simmel Georg, Secret et sociétés secrètes [1908], Paris, Circé, 1998.

Taxil Léo, La corruption fin de siècle [1891], Paris, Librairie Nillson, 2e édition, 1894.

Thompson John B., Political Scandal, Power and Visbility in the Media Age, Cambridge, Polity Press, 2000.

Notes

1 Cf. John B. Thompson, 2000 ; Alain Garrigou, 1993.

2 Pierre Larousse (dir.), 1877, p. 1154.

3 La catégorie de « pamphlétaire », si elle circule beaucoup à l’époque, ne désigne pas un groupe allant de soi ou institutionnalisé. Pour sortir des débats sans fin dans lesquels s’enferment les discussions autour des définitions savantes, nous avons cherché à dégager, en confrontant différentes énumérations faites dans les sources contemporaines, les pamphlétaires les plus « typiques », qui nous ont servi ensuite de guides dans tout un monde du pamphlet qui les dépasse largement. Nous nous permettons de renvoyer, sur ce point, à notre ouvrage L’âge d’or du pamphlet (2015).

4 Michel Offerlé désigne ainsi la stratégie qui vise à faire scandale mais aussi à énoncer qu’il y a scandale en prenant la « parole indignée » (1998, p. 122-123).

5 Jean-Louis Briquet, Philippe Garraud, 2001.

6 Octave Mirbeau, 15 décembre 1883.

7 Léon Bloy, [1887], 2010, p. 366-367.

8 Gisèle Sapiro, 2006, p. 143-144.

9 Michel Offerlé, 1984.

10 Luc Boltanski, 1984, p. 35.

11 Emmanuelle Danblon, 2005, p. 53.

12 Christian Le Bart, 2003.

13 Howard Becker désigne ainsi ceux qui créent les normes et ceux qui les font appliquer ou respecter (1985).

14 Jens Ivo Engels, Frédéric Monier, 2014, p. 18.

15 Auguste Chirac, 1886a, p. 154-155.

16 C’est notamment le titre d’un article d’Édouard Drumont dans La Libre Parole (27 janvier 1893).

17 Octave Mirbeau, 4 août 1883.

18 Marc Angenot, 1982.

19 Léo Taxil, 1894, P. II.

20 Le patrimoine de Jules et de Charles Ferry est resté largement commun.

21 L’Intransigeant, 28 juillet 1885.

22 Il s’agit de Daniel Wilson, député d’Indre-et-Loire et gendre du président de la République Jules Grévy. Il se retrouve, en 1887, au cœur du célèbre « scandale des décorations » (un trafic de médailles, notamment de légions d’honneur) qui conduit son beau-père à la démission.

23 Henri Rochefort, 1887.

24 Philippe Aldrin, 2004, p. 196.

25 Urbain Gohier, 7 juin 1898.

26 Bernard Lamizet, 2004, p. 11.

27 Voir Alain Brossat, 2005.

28 Georg Simmel, [1908] 1998.

29 Raoul Girardet, 1990, p. 41.

30 Auguste Chirac, 1886b, p. VII-VIII.

31 Marc Angenot, 1982.

32 John B. Thompson, 2000, p. 21.

33 Édouard Drumont, 1892, p. 10-11.

34 Octave Mirbeau, 8 septembre 1883.

35 Le Cri du Peuple, 13 novembre 1883.

36 Jean-François Nivet, Pierre Michel, 1990, p. 172-173.

37 Numa Gilly, 1889.

38 Archives de la préfecture de police de Paris, BA 880 (« Dossier Auguste Chirac »), rapport du 19 septembre 1888.

39 Dès la fin du xixe siècle se développe aux États-Unis un stunt journalism (ou « journalisme du coup de force ») qui cherche à exposer au regard de tous ce qui restait volontairement caché dans les lieux de pouvoir. Il apparaît comme l’ancêtre du mouvement des muckrakers (voir Géraldine Muhlmann, 2004, p. 58-59).

40 Édouard Drumont, 1890, p. 323.

41 Archives nationales, dossier F712927 (« Affaire de Panama 1895-1908 »), rapport du 8 juillet 1892.

42 Micros, 1892.

43 Damien De Blic, 2005.

44 Hervé Rayner, 2007, p. 69.

45 Voir Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005.

46 Dominique Kalifa, 2007, p. 211.

Auteur

Agrégé de sciences sociales, maître de conférences en science politique à Sciences Po Lille et chercheur au CERAPS-CNRS. Ses recherches s’inscrivent principalement dans le cadre de la sociologie historique du politique et portent, en particulier, sur les processus de politisation sous la Troisième République, ainsi que sur les discours et les débats politiques. Il a publié différents articles dans des collectifs ou des revues (Revue internationale de politique comparée, Mots, Genèses…), ainsi que des ouvrages ou manuels de vulgarisation. Il est notamment l’auteur de L’Âge d’or du pamphlet. 1868-1898, ouvrage tiré de sa thèse, paru en 2015 aux éditions du CNRS. Il poursuit actuellement des recherches concernant la littérature pamphlétaire sur la période de l’entre-deux-guerres.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search