Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Deuxième partie. Acteurs, discours et stratégies

7. Réseaux, pots-de-vin et dons à des partis

Dénoncer des scandales de corruption dans les premiers temps de la République fédérale d’Allemagne : l’étude de cas des tanks HS301

Andrea Perthen

Texte intégral

  • 1 Traduction : Maïca Sanconie.
  • 2 À propos de la « Flick Affäre », voir par exemple Thomas Bartholmes, 2003 ; pour la « Neue Heimat  (...)
  • 3 Les scandales politiques ont été le sujet de nombreuses recherches historiques et sociologiques, v (...)

1Lorsque l’on pense aux scandales de corruption en République fédérale d’Allemagne, ce sont probablement les années 1980 et 1990 qui viennent d’abord à l’esprit : l’affaire Flick, le scandale autour de la société de logements « Neue Heimat », le scandale des dons à la CDU (Christlich Demokratische Union Deutschlands) et de nombreux autres cas de corruption ont fait la une des journaux durant cette période2. En revanche, les premières années de la RFA sont habituellement considérées comme une période de journalisme consensuel, ce qui se traduit par une absence de scandales politiques3 en général et de scandales de corruption en particulier.

2Or, cela n’est vrai qu’en partie. Les contemporains ont en effet vécu les années 1950 et 1960, au moins jusqu’à un certain point, comme des années corrompues et difficiles en raison de multiples crises. Plusieurs affaires de corruption, dans l’administration publique et parmi les fonctionnaires, troublèrent le public dès 1957 jusqu’au début des années 1960, notamment celles concernant le ministre de la Défense, Franz Josef Strauß (Christlich-Soziale Union, CSU), présumé impliqué dans des « événements douteux ». Les accusations de corruption contre les hommes politiques et les fonctionnaires atteignirent un sommet en 1966, lorsqu’éclata ce qu’on a appelé le « scandale des HS30 », à propos de l’achat de véhicules blindés pour la nouvelle armée allemande au milieu des années 1950. En 1966, un magazine intitulé Deutsches Panorama aborda le sujet et fit part des soupçons pesant sur le parti au pouvoir — la CDU — qu’on disait avoir reçu des dons considérables pour cette transaction. Le magazine affirmait aussi que des individus auraient reçu des pots-de-vin à cette occasion. Une commission d’enquête élargie ainsi que le ministère public se penchèrent sur le scandale et les médias en rendirent compte de façon très détaillée et ininterrompue jusqu’à la fin de l’enquête en 1969. Cependant, on ne put trouver aucune preuve confirmant les allégations de dons versés au parti, et l’intérêt pour l’affaire se dissipa.

3En dépit de cette absence d’impact politique direct, l’affaire des HS30 fournit une étude de cas très intéressante sur la façon dont la corruption a fait scandale en Allemagne de l’Ouest. Les articles de 1966 ne furent pas les premiers à traiter de l’achat des véhicules HS30. En 1958, une série d’articles résultant d’une enquête approfondie avait été publiée dans le journal Frankfurter Rundschau. Contrairement aux initiatives de Deutsches Panorama, les articles du Rundschau n’avaient pas créé de scandale majeur. À ce titre, l’affaire des HS30 offre une possibilité unique de mieux connaître l’évolution des perceptions, les circonstances de la création des scandales, et bien sûr la corruption au tout début de la République fédérale.

4L’objectif de cet article est, par conséquent, de faire la lumière sur l’évolution des conditions sociales et culturelles qui ont poussé les journalistes à dénoncer comme scandaleuses des pratiques de corruption dans les premières années de la RFA. En outre, la comparaison entre les deux tentatives de création d’un scandale montre à quel point un sujet peut être traité différemment : alors que la première tentative de 1958 affichait un ton modéré, les publications de 1966 furent plus dramatiques et plus insistantes. Les différents articles, leur conception et la façon dont ils ont été perçus mettent en évidence l’évolution des notions d’identité et du rôle social des journalistes, ainsi que le traitement des affaires politiques importantes par la presse dans la toute jeune RFA. Une comparaison permet aussi d’éclairer les réactions, respectivement dans les domaines de la politique, des médias et du public. Ainsi, le scandale des HS30 peut être vu comme un exemple de la façon dont un changement de circonstances a influencé des journalistes — et, inversement, de la façon dont un changement d’attitude de la presse a modifié le panorama politique et social.

5Dans les pages qui suivent, je replacerai d’abord le scandale des HS30 dans le contexte de l’histoire des scandales de corruption en Allemagne de l’Ouest et expliquerai en quoi consista véritablement cette négociation. Je commenterai ensuite les deux tentatives du Frankfurter Rundschau et du Deutsches Panorama de façon chronologique.

Les scandales de corruption dans les années 1950 et 1960

  • 4 Voir « Klug sein und mundhalten », Der Spiegel 39, 1950, p. 5-7.
  • 5 Voir Bericht des Untersuchungsausschusses, 1. WP, Drucksache 1/2274, 23 mai 1951.

6Les huit premières années de la RFA n’ont connu qu’un seul scandale de corruption au niveau fédéral : il éclata en 1950 et toucha plusieurs députés, accusés de vénalité. Apparemment, leur vote favorable à la décision parlementaire de faire de Bonn la capitale de l’Allemagne de l’Ouest (au lieu de Francfort-sur-le-Main) avait été acheté. Ce fut le magazine Der Spiegel qui publia le premier cette allégation4. Ce magazine était considéré à l’époque comme le plus rebelle. L’article de Der Spiegel provoqua des remous et donna lieu à la création d’une commission d’enquête parlementaire qui, in fine, ne put trouver de preuve d’infraction5.

  • 6 Voir « Die Bonner Affären », Die Zeit 52/1958 ; « Nur nicht kleinlich », Der Spiegel 28, 1958, p.  (...)
  • 7 Voir par exemple « Hans und Franz », Der Spiegel 23, 1961, p. 40-44 ; « Souvenir aus Bonn », Der S (...)
  • 8 Voir Bericht des Untersuchungsausschusses, 4. WP, Drucksache 4/639, 30 août 1962.

7Durant les années suivantes, il n’y eut aucun scandale de corruption au niveau fédéral. Ce n’est qu’en 1957 que la corruption redevint un sujet de premier plan dans les médias. En effet, il y eut de nombreuses révélations de pots-de-vin versés au bureau des Commandes et à d’autres agences gouvernementales, et les médias en parlèrent pendant plusieurs années6. Ce fut le début d’une intense campagne publique sur les scandales de corruption en Allemagne. Au début des années 1960, plusieurs scandales impliquant le ministre de la Défense, le conservateur Franz Josef Strauß, retinrent l’attention du public. Strauß était accusé d’avoir favorisé des relations personnelles dans l’attribution de contrats publics, lors des affaires dites Fibag et Onkel Aloys. Encore une fois, ce fut surtout Der Spiegel qui en parla, avec une attention particulière portée à son « ennemi juré », Franz Josef Strauß7. Une commission d’enquête parlementaire fut mise en place dans l’affaire Fibag, mais ses membres firent valoir que Strauß n’avait commis aucune infraction8. Puis, en 1966, le scandale des HS30 fut l’objet d’analyses approfondies par les médias. C’était, à l’époque, le plus grand scandale de corruption de la République fédérale d’Allemagne depuis sa fondation.

  • 9 Ulrich Herbert, 2002 ; Anselm Doering-Manteuffel, 2000 ; Axel Schildt, 1999, 2000 ; Christina von (...)
  • 10 Anselm Doering-Manteuffel, 2000.
  • 11 Christina von Hodenberg, 2006, p. 323 sqq ; Dorothee Liehr, 2002 ; Martin Doerry, Hauke Janssen, 2 (...)

8De telles affaires de corruption n’étaient qu’une sous-catégorie pour des médias de plus en plus critiques et prêts à traiter les scandales de toutes sortes, très rares au début des années 1950. Les choses avaient commencé à changer dès 1957, avec une tendance à la hausse au milieu des années 1970. Cette évolution d’une presse politique « critique », incluant la télévision, a déjà fait l’objet de nombreuses analyses historiques. Des historiens comme Ulrich Herbert, Anselm Doering-Manteuffel, Axel Schildt et Christina von Hodenberg, pour n’en nommer que quelques-uns, ont travaillé sur le sujet9. Dans une large mesure, ils s’accordent sur la question de la périodisation : la période dite « la brève décennie 1950 » se termina vers 1957 ou 1958 et la « longue décennie des années 1960 » dura jusqu’au tout début des années 1970. La « brève décennie 1950 » était caractérisée par ce qu’on a appelé la Kanzlerdemokratie (« démocratie du chancelier ») du chancelier Konrad Adenauer. Dans les milieux de la presse écrite, on écrivait peu sur les scandales et, la plupart du temps, les articles étaient consensuels. Cette attitude laissa progressivement place à une libéralisation et à un esprit de Zeitkritik au milieu des années 1960, la démocratie s’enracinant dans une société allemande désormais « occidentalisée10 ». Christina von Hodenberg, qui a travaillé sur l’évolution des reportages durant cette période, ajoute au tableau sa description d’un changement générationnel survenu parmi les journalistes au fil de ces années-là. Elle signale aussi que les journalistes gagnèrent en assurance après une série de « scandales médiatiques » qui éclatèrent après une tentative de censure par le gouvernement. Le plus retentissant de ces scandales fut celui dit de « l’affaire Spiegel » en 1962, qui sensibilisa fortement le monde politique ainsi que le public à la liberté de la presse11.

9Un exemple de cette nouvelle assurance de la presse est le scandale des HS30, lancé par Deutsches Panorama.

L’achat des HS30

  • 12 Voir Auflistung « Schützenpanzer SP lang Hispano Suiza », in Bundesarchiv Freiburg (Barch Fr), BW (...)

10Le HS30 était un véhicule de combat blindé acheté pour l’armée allemande au milieu des années 1950. Suite à son adhésion à l’OTAN en 1955, l’Allemagne devait constituer et équiper des forces armées — et cela en peu de temps. Cette année-là, elle entama donc des négociations auprès de l’entreprise suisse Hispano-Suiza pour une commande d’environ 11 000 véhicules blindés, négociations dont le représentant légal était l’avocat Fritz Aretz12. L’associé d’Aretz, Otto Lenz, était député membre du parti au pouvoir, la CDU, et participait également au comité parlementaire de défense chargé de veiller aux contrats militaires.

  • 13 « Stenoprotokoll der gemeinsamen Sitzung des Haushaltsausschusses und des Ausschusses für Verteidi (...)
  • 14 Dieter H. Kollmer, 2002, p. 169-179. Le nombre de véhicules avait été réduit en raison des nouveau (...)
  • 15 Voir Vermerk (W I 5) vom 4.8.58 über Besprechung bei FJS am 17.7.58, in BArch Fr, BW 1/347157, fol (...)
  • 16 Voir Schriftlicher Bericht des 1. UA, 26.6.1969, Drucksache 5/4527, p. 9.

11En mars 1956, le département responsable du ministère de la Défense choisit finalement les HS30 parmi différentes alternatives. Les véhicules devaient être construits sous licence, en partie par deux sociétés allemandes — Hanomag à Hanovre et Henschel à Cassel, associées dans un même consortium nommé A.G.K. — et en partie par la filiale britannique d’Hispano-Suiza, MARC. Le comité de défense et la commission budgétaire devaient donner leur consentement avant que les contrats puissent être signés. En juillet 1956, lors d’une réunion collective, les membres de ces deux entités donnèrent leur accord préliminaire. Seul Helmut Schmidt, du parti d’opposition socio-démocrate (SPD), et futur chancelier de 1974 à 1982, exprima ses inquiétudes quant à l’absence d’une « série pilote ». En effet, les contrats devaient être signés avant que l’on ne construise le moindre prototype. Mais on passa outre les inquiétudes de Schmidt13. Si, le 27 août, un contrat fut effectivement conclu avec Hispano-Suiza pour une série pilote, ce fut pour rien : il était déjà convenu que la totalité du marché serait offerte à la société suisse. Suivirent plusieurs contrats de licence avec les entreprises chargées de fabriquer les HS30 : la MARC britannique devait en fournir 2 800 et A.G.K. 1 61214. Très vite, des problèmes se présentèrent. La fabrication fut retardée, en partie parce que Hispano-Suiza avait livré des plans insuffisants à A.G.K. En octobre 1957, le premier essai d’un prototype extrêmement dysfonctionnel se transforma en catastrophe. Puis la MARC britannique confia sa production à une autre entreprise, Leyland Motors Ltd., sans consulter le ministre de la Défense. À la suite de cela, Franz Josef Strauß enquêta sur la transaction et, en 1958, réduisit le volume de la commande à 1 000 blindés15. Tous ces problèmes provoquèrent d’importants désaccords avec Hispano-Suiza et il fallut de longues négociations pour régler le conflit. Finalement, seuls 2 176 HS30 furent livrés à l’armée allemande, pour un coût total de 517 548 248,79 deutsche mark16.

  • 17 Bundesamt für Ausrüstung, Informationstechnik und Nutzung der Bundeswehr, 2014.

12Ce désastreux processus de production suscita des rumeurs parmi le personnel politique mais aussi parmi les journalistes, rumeurs selon lesquelles il y avait quelque chose de « louche » dans cette transaction. Dans les coulisses du pouvoir, on entendait ces questions : comment un si gros contrat avait-il pu être attribué avec autant de négligence ? Pourquoi Hispano-Suiza avait-elle été choisie alors que l’entreprise n’avait à l’évidence aucune expérience dans la fabrication des tanks, et pourquoi les représentants du gouvernement n’avaient-ils pas insisté pour faire fabriquer d’abord au moins un prototype, sinon une série pilote ? Les réponses officielles à ces questions cruciales arguaient d’une immense contrainte de temps imposée par les exigences de l’OTAN, du prix (prétendument) avantageux qu’avait proposé Hispano-Suiza, ainsi que de l’engagement pris par l’entreprise de respecter toutes les conditions requises par le ministère de la Défense17.

13Mais les rumeurs persistèrent pendant des années. C’est sur ce fond d’interrogation que le magazine illustré Deutsches Panorama s’assura un fort impact politique en réouvrant l’affaire durant l’été 1966 : il affirma que la CDU avait reçu d’énormes pots-de-vin de la part d’Hispano-Suiza. Ceci n’explique pas, pour autant, pourquoi la première tentative de création d’un scandale, en 1958, avait échoué.

La première série d’articles de 1958

  • 18 Peter Miska, 2005, p. 13.
  • 19 Voir « Unabhängig, aber nicht neutral. Karl Gerold hat das Fundament für die politische Linie der (...)

14Peter Miska, l’auteur des articles de 1958 dans le Frankfurter Rundschau, était né en 1915. Il avait été maçon avant la Seconde Guerre mondiale et avait gravi les échelons de la hiérarchie militaire durant le conflit, jusqu’à obtenir le grade de lieutenant. Après avoir été prisonnier de guerre des Britanniques, il avait exercé la profession de comique politique tout en étant auteur freelance pour plusieurs magazines. Il acquit rapidement une bonne réputation de reporter, et la plupart de ses contemporains, y compris de nombreux hommes politiques de l’époque, le considéraient comme un journaliste scrupuleux et respectable. Depuis 1948, il travaillait de façon permanente pour le quotidien socio-libéral Frankfurter Rundschau (où il avait été pigiste dès 194518). Le Frankfurter Rundschau fut le premier journal autorisé par les autorités d’occupation américaines en 1945, et le deuxième dans les secteurs occidentaux. Il se voulait « indépendant mais pas neutre », représentait les idées libérales de gauche et était résolument antinazi19.

  • 20 Miska Peter, « Das Geschäft mit der Rüstung (I) — (XI) », Frankfurter Rundschau, 13 avril 1957, 15 (...)
  • 21 Voir Bericht des Ausschusses für Verteidigung, 3. WP, 14 octobre 1957, Drucksache no 5.

15Désapprouvant le réarmement allemand, Miska publia en 1957 une première série d’articles analysant d’un œil critique le phénomène de lobbying et d’implication d’hommes politiques dans l’industrie de l’armement. À cette époque, les premières rumeurs de corruption au sein des autorités allemandes s’étaient déjà répandues — même si elles n’étaient pas encore liées à l’achat des HS30. Cette première série d’interventions de Miska consista en onze articles, publiés entre avril et septembre 195720. L’un d’eux entraîna même la création d’une commission d’enquête au sein du comité de défense, dont les membres interviewèrent Miska. Trois députés étaient soupçonnés d’avoir utilisé leur position politique pour favoriser les sociétés pour lesquelles ils avaient travaillé : leur avaient-ils « fourgué » des contrats ou avaient-ils simplement laissé fuir des informations d’initiés ? Finalement, les membres du comité de défense ne purent prouver aucune de ces allégations21. Dans deux de ses articles, Miska abordait déjà des aspects de l’affaire des HS30 sur laquelle il devait revenir en 1958 : le septième portait essentiellement sur les contacts qu’Otto Lenz avait établis entre les personnels d’Hispano-Suiza et les fonctionnaires du ministère de la Défense. Et son dernier article, le onzième, traitait du droit de réponse qu’Hispano-Suiza avait publié après le septième article de Miska et présentait la réaction du journaliste qui maintenait sa position et annonçait à la toute fin de son papier :

  • 22 Peter Miska, Frankfurter Rundschau, 12 septembre 1957, p. 3. Original : « Auf diesen Fall werden w (...)

Nous reviendrons sur cette affaire en temps voulu22.

  • 23 Voir Kleine Anfrage der Fraktion der SPD, 3. WP, 17 octobre 1958, Drucksache note 574.
  • 24 Voir Antwort von Franz Josef Strauß auf die Kleine Anfrage, 3. WP, 3 novembre 1958, Drucksache no  (...)
  • 25 Voir Miska Peter, « Das Geschäft seines Lebens (I) — (V) », Frankfurter Runschau, 6-12 décembre 19 (...)

16C’est ce qu’il fit en décembre 1958. Trois mois plus tôt, les rumeurs persistantes concernant de possibles irrégularités lors de l’achat des HS30 avaient donné lieu à une brève interpellation par le parti d’opposition, le SPD. Les sociaux-démocrates exigèrent une clarification des faits, notamment pour savoir si Otto Lenz, membre de la CDU, s’était trouvé en situation de conflit d’intérêt en tant que député et avocat de la société Hispano-Suiza23. En novembre 1958, la réponse du gouvernement fut un simple « non », étant donné que — du moins officiellement — ce n’était pas Lenz mais son associé, Aretz, qui faisait office de représentant légal pour traiter avec Hispano24. Malgré ou à cause de cette réponse plutôt arrogante, les rumeurs de pots-de-vin continuèrent à circuler. Peter Miska publia sa deuxième série d’articles dans le Frankfurter Rundschau entre le 6 et le 16 décembre 1958, sous le titre « Das Geschäft seines Lebens » (« La transaction de sa vie ») ; il y retraçait point par point les conditions de signature des contrats des HS3025.

17Dans ses remarques préliminaires, Miska faisait référence à la brève interpellation du SPD devant le parlement, ainsi qu’à la réplique insatisfaisante de Strauß. Puis il énonçait la question essentielle, à laquelle il voulait qu’on répondît : comment avait-on pu offrir à la société Hispano-Suiza, dénuée d’expérience dans la construction de tanks, un contrat pour l’achat de milliers de tanks sans qu’un seul prototype ait été fabriqué, encore moins testé ?

18Miska retraçait ensuite les événements qui avaient abouti à cette transaction. Il mettait particulièrement en lumière le lobbying d’Hispano-Suiza via son agent général, Conrado José Kraémer, et la stratégie développée par ce dernier pour convaincre les fonctionnaires responsables de choisir sa société, notamment en leur offrant des dîners exquis et autres choses de ce genre. Miska critiquait sévèrement les « réseaux » qu’il percevait comme responsables de la transaction et qui étaient formés de vieux généraux et de hauts gradés se connaissant bien — pour avoir servi pendant la Seconde Guerre mondiale. Tous occupaient maintenant des postes dans l’armée ainsi que dans différentes administrations. Il parlait aussi des déficiences des HS30 et signalait les autres problèmes survenus durant le processus d’achat. En outre, il faisait part de son scepticisme quant à l’intégrité de l’agent général Kraémer : son commerce de ventes de voitures avait prospéré sous le régime nazi sans qu’il soit le moins du monde importuné par les Tchèques après la guerre — une situation fort surprenante. À la fin de sa série d’articles, Miska invitait les hommes politiques à créer une commission d’enquête, afin de faire la lumière sur toutes ces allégations.

19Le ton de Miska était modéré et sa description très détaillée. Il ne mentionnait pas explicitement la rumeur sur les pots-de-vin touchés par le parti conservateur, se contentant d’y faire allusion de façon subtile, de sorte que les gens qui savaient comprendraient — il mentionnait ainsi que le secrétaire d’État, Rust, avait rappelé au chancelier Adenauer que :

  • 26 Peter Miska, « Das Geschäft seines Lebens (I) — (V) », Frankfurter Rundschau, ibid. : [Staatssekre (...)

Le contrat avait été attribué à Hispano-Suiza non seulement dans l’intérêt de l’avocat Otto Lenz, mais aussi dans celui de la CDU (le contrat avait été attribué à Hispano-Suiza approximativement six mois avant les élections du Bundestag en 195726).

  • 27 Voir l’audition de Miska par le procureur Schmitz, Bonn, 22 novembre 1966, in Landesarchiv Nordrhe (...)

20Il semble bien que personne n’ait réagi à cette allusion après la publication — ni les hommes politiques par un démenti officiel, ni les fonctionnaires du ministère de la Défense par des réactions en interne ou par d’autres voies. Il est frappant que Miska n’ait pas attaqué la CDU directement. Plus tard, en 1966, il attesta devant le procureur en charge de l’enquête sur l’affaire des HS30 avoir été au courant de cette rumeur, précisant que c’était même le point de départ de ses investigations. Cependant, ne pouvant trouver de preuve, il s’en était tenu aux implications des fonctionnaires dans l’affaire27.

  • 28 Voir « Brief an den Staatssekretär », 20 décembre 1958, in BArch Fr, BW 1/10152.
  • 29 Voir Frankfurter Rundschau, 17-18 janvier 1959, p. 1 ; 28 février 1959, p. 2 ; 5 mars 1959, p. 1.
  • 30 Peter Miska, « Böses und Gutes », Frankfurter Rundschau, 30 juillet 1959, p. 3.

21Celle-ci, néanmoins, ne donna pas lieu à un scandale en bonne et due forme. Malgré une réimpression des articles de Miska par le Frankfurter Rundschau, les autres organes de presse ne réagirent pas aux accusations détaillées du journaliste, pas plus que l’opposition parlementaire, pourtant déjà engagée dans une série de questions au gouvernement à propos d’autres affaires de corruption impliquant des fonctionnaires publics. L’atmosphère était telle que le ministre de la Défense envisagea d’attaquer Miska en justice, mais comme ce dernier avait pesé ses mots avec soin, cela ne semblait pas très judicieux. On craignait aussi qu’une réaction aux accusations n’attire davantage l’attention et donc ne cause davantage de problèmes au gouvernement28. Il n’y eut dès lors aucune réaction officielle. Le Frankfurter Rundschau tenta de susciter à nouveau l’intérêt du public durant les mois suivants en faisant référence, d’une part, aux déclarations de Strauß à la Défense et à la commission budgétaire, où il admettait des erreurs pendant la transaction des HS30, et, d’autre part, au SPD, qui évaluait la perte financière à 100 millions de deutsche mark29. Miska lui-même revint une fois de plus sur le sujet en juillet 1959, lorsqu’il commenta le traitement, léger ou insouciant, de la corruption par les tribunaux allemands. Dans cet article, il rappelait les délits probablement commis lors de la transaction des HS3030.

22Durant les années qui suivirent, d’autres affaires de corruption occupèrent le devant de la scène. Au début des années 1960, alors que l’intérêt du public pour les HS30 se lassait, Franz Josef Strauß se trouva impliqué dans bon nombre de scandales, notamment les affaires dites Fibag et Onkel Aloys.

  • 31 La cour des comptes fédérale rédigea une note en juin 1962 ; le rapport fut terminé le 22 décembre (...)

23Dans une note de juin 1962, la cour des comptes fédérale se plaignit des dépenses importantes engagées pour les HS30, et en 1964, les sociaux-démocrates introduisirent à nouveau les précédentes rumeurs dans les débats parlementaires. Toutefois, ils n’allèrent pas jusqu’à tenter de provoquer un véritable scandale31.

La deuxième série d’articles de 1966

  • 32 Voir Sepp Ebelseder’s hearing of witness by prosecutor Dr Schmitz, Bonn, 17 octobre 1967, in LArch (...)

24Les choses changèrent lorsqu’en février 1966, deux journalistes célèbres, Gert von Paczensky et Bernt Engelmann, fondèrent un nouveau magazine illustré appelé Deutsches Panorama. Tous deux nés en 1925, ils étaient déjà connus du public allemand, notamment pour leur réputation d’« enfants terribles ». Von Paczensky avait travaillé comme journaliste dans le journal Die Welt avant de présenter l’émission Panorama sur la chaîne de télé NDR (Norddeutscher Rundfunk) au début des années 1960. À cette époque, son « style » était perçu comme polémique et conflictuel, car il énonçait les griefs clairement et sur un ton mordant, ce qui ne correspondait pas au ton neutre utilisé alors. Cela lui valut de ne pas voir son contrat renouvelé en 1963 ; après quoi il travailla au magazine illustré Stern. Là, il commença à s’intéresser à l’affaire des HS30 et au printemps 1964 il chargea son assistant, Sepp Ebelseder, d’enquêter sur ce dossier. Mais von Paczensky quitta Stern en 1965, avant qu’Ebelseder ait pu terminer ses investigations, de sorte qu’aucun article sur le sujet ne fut publié dans ce magazine en cette période32. Quant à Bernt Engelmann, c’était un journaliste et écrivain qui s’autoproclamait critique des élites allemandes et de l’influence qu’elles exerçaient.

  • 33 Voir par exemple Bernt Engelmann, 1963 ; 1964 ; 1965.

25Il avait déjà publié des livres sur le sujet33. Leur nouveau magazine était conçu comme un contrepoids critique au gouvernement, mais il comprenait aussi des éléments divertissants, par exemple des entretiens avec des célébrités et beaucoup d’images. Dans sa préface au premier numéro, von Paczensky présentait son idée du magazine :

  • 34 Gert von Paczensky, « Éditorial », Deutsches Panorama, 1/2, 1966, p. 4. Citation originale : Wir w (...)

Nous aiderons nos lecteurs à voir à travers le brouillard de la propagande officielle. Nous les aiderons à découvrir la vérité qui se cache derrière les plus importantes questions de notre temps ; nous ne rendrons aucun hommage aux idoles des autorités publiques34 […].

  • 35 Bernt Engelmann, « Die Leiche im Keller der CDU », Deutsches Panorama, 6, 1966, p. 28-34.
  • 36 Ibid., p. 28.
  • 37 Bernt Engelmann, « Als der Herr in Grau in Bonn kassierte… », Deutsches Panorama, 7, 1966, p. 40-4 (...)
  • 38 Voir Bernt Engelmann, « Stapellauf einer Staatsaffäre », Deutsches Panorama, 8, 1966, p. 52-66.
  • 39 Ibid., p. 65.
  • 40 Bernt Engelmann, Gert von Paczensky, « Die Staatsaffäre HS30 : Der erste Zeuge », Deutsches Panora (...)
  • 41 Bernt Engelmann, « Sehr geehrter Herr Bundeskanzler ! », Deutsches Panorama, 10, 1966, p. 6-9.
  • 42 Bernt Engelmann, « HS 30 : Ein Prüfstein für die SPD », Deutsches Panorama, 15, 1966, p. 10-12/87- (...)

26À partir de juin 1966, Engelmann publia plusieurs articles sur l’affaire des HS30 dans des numéros successifs du magazine. Le premier article, « Die Leiche im Keller der CDU » (« Le cadavre dans la cave de la CDU »), était principalement fondé sur la série de Miska de 195835. Certains détails variaient et la responsabilité de certains protagonistes était évaluée différemment, mais la principale différence entre les deux séries d’articles restait le ton employé. Contrairement à Miska, Engelmann utilisait des formules saisissantes et des mots à la mode, censés attirer l’intérêt du lecteur. Par exemple, Engelmann ouvrait son article avec un vocabulaire suggestif36, parlant d’« une belle femme faisant beaucoup l’amour », d’« agents secrets », de « gangster », et d’« une mort mystérieuse ». La femme était une maîtresse d’Otto Lenz et elle apparaissait comme un témoin supplémentaire de l’affaire par rapport aux sources précédentes de Miska. Dans le numéro suivant, Engelmann continuait son récit, se concentrant particulièrement sur deux personnes : l’agent général Contrado José Kraémer et Otto Lenz37. Étant donné le passé possiblement douteux de Kraémer, Engelmann accusait le gouvernement de ne pas avoir effectué de vérification de sécurité et faisait allusion aux rumeurs selon lesquelles le bloc de l’Est aurait utilisé cet homme pour retarder le réarmement allemand en fournissant des équipements de mauvaise qualité. Quant à Lenz, il était pour Engelmann au centre de l’affaire, et sa mort au printemps 1957 lui paraissait clairement ne pas être due à des causes naturelles. Ces soupçons rendaient les articles d’Engelmann plus « piquants » et intéressants, les rapprochant du style des tabloïds. Le troisième article d’Engelmann parut en août 1966 sous le gros titre « Stapellauf einer Staatsaffäre » (« Lancement d’une affaire nationale »). Engelmann y énumérait la liste des dix-huit aspects de l’achat des HS30 qu’il trouvait « louches38 ». Il parlait aussi des rumeurs de pots-de-vin touchés par la CDU et par plusieurs membres du parti, en particulier Otto Lenz, et demandait, pour la forme, pourquoi ce soupçon n’avait jamais été levé39. Comme Miska en 1958, il terminait son article en appelant à la création d’une commission d’enquête parlementaire afin de faire la lumière sur ces questions et ces rumeurs. À la différence de Miska cependant, Engelmann, avec l’aide de von Paczensky, ne lâcha pas le sujet et publia des articles sur l’affaire dans chaque numéro successif : les deux journalistes présentèrent des témoins40, adressèrent une lettre ouverte au chancelier41 et parlèrent également de la responsabilité du SPD42.

  • 43 Der Spiegel, 44, 1966, p. 8-24.

27Finalement, Engelmann, toujours assisté par von Paczensky, réussit à lancer le scandale : d’autres médias firent des reportages sur l’affaire, comme le journal influent Der Spiegel en octobre 196643. L’opposition politique aborda également le sujet et, en dernier lieu, la pression des médias aboutit à ce que le parti libéral (FDP) demande l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire en février 1967 ; elle fut mise en place le mois suivant. Le parti libéral avait participé à la coalition gouvernementale au début du scandale ; mais, fin 1966, cette coalition s’effondra et la CDU forma une grande coalition avec les sociaux-démocrates, de sorte que le FDP se trouva dans l’opposition. La commission d’enquête devait enquêter sur les possibles erreurs durant le processus d’achat et se pencher sur la question de savoir si :

  • 44 Voir Schriftlicher Bericht des 1. UA, p. 6. Original :
    […] ob unentgeltliche Zuwendungen von der Fi (...)

[…] des paiements directs ou indirects avaient été faits par Hispano-Suiza à des partis représentés au Bundestag ou encore à des personnes, des entreprises ou des organisations associés à ces partis44.

  • 45 Voir les accusations in LArch NRW, 104/164.
  • 46 Voir Entwurf der Abschlussverfügung in dem Ermittlungsverfahren Komplex HS30-Schützenpanzer, in LA (...)
  • 47 Voir Pressemitteilung der Staatsanwaltschaft, 5 septembre 1968, in LArch NRW, 104/178.

28En outre, Engelmann et von Paczensky intentèrent des poursuites pour corruption, abus de confiance et favoritisme. Ils n’étaient pas les seuls, car plusieurs citoyens firent de même45. Le ministère public commença l’enquête. Le procureur principal, M. Schmitz (Bonn), suivit plusieurs pistes avérant des dons au CDU. Il le fit cependant dans la seule mesure où cela aiderait à éclairer toute l’affaire — faire un don n’étant pas, à cette époque, un délit. En revanche, le ministère public devait établir si les fonctionnaires avaient ou non reçu des pots-de-vin durant le processus d’achat46. Il devait mettre un terme à son investigation en 1968. Les enquêteurs trouvèrent, de fait, des indications de vénalité et reconnurent que plusieurs fonctionnaires avaient probablement reçu des cadeaux et accepté des invitations à des dîners coûteux — mais le délit de vénalité aggravée était désormais prescrit ; par conséquent, ces faits ne pouvaient faire l’objet d’une enquête prolongée, et la procédure fut clôturée le 4 septembre 196847.

  • 48 Voir Schriftlicher Bericht des 1. UA, p. 14, 25, 41, 80, 83.

29Les médias continuèrent à parler du scandale et la commission d’enquête à se réunir, mais le travail se révéla difficile. Les témoins ne pouvaient (ou ne voulaient) pas se rappeler les détails. Or, l’affaire était extrêmement complexe et impliquait un très grand nombre de personnes. Finalement, en juin 1969, après quatre-vingt-dix sessions, la commission termina son enquête. Dans son rapport, elle déclarait que le gouvernement n’avait pas fait preuve de toute la diligence requise en choisissant Hispano-Suiza mais qu’elle n’avait trouvé aucune preuve de pots-de-vin versés à des fonctionnaires, des hommes politiques ou des partis dans le contexte de l’achat48.

  • 49 Bernt Engelmann, 1967.
  • 50 Voir par exemple Neue Politik, 44, 1967, p. 3.
  • 51 Voir par exemple Kölner Stadt-Anzeiger, 8 novembre 1967 ; 9 novembre 1967.

30Ironiquement, le magazine Deutsches Panorama ne survécut pas au scandale. En raison de difficultés financières, von Paczensky et Engelmann durent mettre un terme à leur magazine un an et demi seulement après son lancement. Engelmann fit paraître un livre sur l’histoire des HS3049 et continua à publier de nombreux autres ouvrages traitant de sujets similaires durant les décennies suivantes, devenant ainsi encore plus populaire. Von Paczensky continua à publier des articles concernant l’affaire des HS30 dans d’autres médias, par exemple dans l’hebdomadaire Neue Politik50 et le journal Kölner Stadt-Anzeiger51.

***

31L’étude de l’affaire des HS30 permet donc de comparer deux tentatives de création de scandales. Du point de vue de son contexte social et politique, la première tentative, en 1958, avait eu lieu durant les dernières années de la Kanzlerdemokratie d’Adenauer, période où des journalistes commençaient à critiquer la corruption politique — avec beaucoup de précautions toutefois. Lorsque von Paczensky et Engelmann entreprirent la deuxième tentative en 1966, l’atmosphère avait changé. La société d’Allemagne de l’Ouest s’était, dans une certaine mesure, adaptée à la démocratie libérale, et les journalistes, dont certains appartenaient déjà à une génération plus jeune, avaient gagné en assurance et étaient davantage respectés que durant l’immédiat après-guerre.

32Ces changements étaient visibles dans les séries d’articles écrits respectivement par Peter Miska (1958), puis Bernt Engelmann et Gert von Paczensky (1966). Ce dernier avait déjà acquis de l’expérience à la télévision, ce qui donnait certainement une valeur ajoutée à son style. De son côté, le public s’était probablement habitué à un style dérivé des médias audiovisuels. Bernt Engelmann incorporait donc des éléments « pittoresques » dans ses articles et les illustrait de multiples images. En outre, il écrivait de façon plus agressive que Miska, qui avait choisi un ton modéré, et Engelmann avait renoncé à une structure chronologique pour varier les genres et les focus dans ses articles. L’objectif des deux séries était la création d’une commission d’enquête, mais Engelmann et von Paczensky furent plus pressants que Miska, allant jusqu’à engager eux-mêmes des poursuites judiciaires. En ce qui concerne le contenu, Miska choisit de ne pas mentionner directement les allégations de pots-de-vin versés à la CDU, tandis qu’Engelmann rapporta explicitement ces rumeurs, se référant à des témoins qu’il avait interviewés dans son magazine, renforçant ainsi le soupçon de véracité de la rumeur. En outre, Engelmann mentionnait d’autres soupçons de scandales éventuels, ce qui plaisait aux lecteurs. Par exemple, il faisait allusion à la possibilité qu’Otto Lenz ait pu être assassiné et à une conspiration soviétique pour affaiblir l’Allemagne de l’Ouest. Finalement, la série du Deutsches Panorama fut reprise par d’autres organes de presse, augmentant ainsi la pression exercée sur les hommes politiques au pouvoir.

33Mais le déclenchement d’un scandale dépend d’une multiplicité de facteurs, et pas seulement, en l’occurrence, des différences de styles des journalistes et du changement d’atmosphère de la société d’Allemagne de l’Ouest. Certains aspects de l’affaire avaient aussi évolué entre 1958 et 1966. À la fin des années 1950, le gouvernement poursuivait toujours de sérieuses négociations avec Hispano-Suiza relativement aux problèmes survenus, ce qui a peut-être poussé le SPD, parti d’opposition, à agir avec précaution : même si des membres du parti, surtout Helmut Schmidt, soulignèrent les inconséquences de la transaction, ils ne donnèrent pas suite à la série d’articles de Miska. En revanche, au milieu des années 1960, les carences mécaniques et tactiques des HS30 étaient devenues visibles pour tout le monde, puisque l’armée avait travaillé avec ces équipements. En outre, la cour des comptes fédérale soumit son rapport final en décembre 1966 ; elle y critiquait vivement la piètre planification de la transaction et les coûts excessifs qui en résultaient — coûts qui finalement durent être acquittés par le contribuable. Autre élément : les membres du FDP qui s’étaient montrés critiques et avaient repris le sujet, se retrouvèrent dans l’opposition après l’effondrement de leur coalition avec la CDU, et purent utiliser les allégations pour se démarquer.

34Un dernier aspect mérite d’être souligné : dans ses articles, Miska accusait les fonctionnaires de vénalité, ce qui était bel et bien un délit à l’époque ; pourtant, il ne réussit pas à susciter un scandale avec cette allégation. Engelmann, au contraire, parla de la rumeur des pots-de-vin versés à un parti et à ses membres — ce qui n’était pas, en ce temps-là, considéré comme un délit — l’apport d’argent pouvant entrer dans la catégorie des « dons ». Par conséquent, cette allégation ne permit pas de poursuites en justice après sa révélation en 1966, mais elle eut une énorme réaction à la fois dans le public et parmi les hommes politiques et aboutit finalement à l’explosion de ce long scandale, latent depuis si longtemps. C’est donc, en somme, un comportement politique illégitime mais non illégal qui mit le public en fureur. Le scandale éclata à cause d’une question morale, et non pas judiciaire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bartholmes Thomas, Die « Flick – Affäre ». Verlauf und Folgen, Speyer, DHV, 2003.

Bundesamt für Ausrüstung, Informationstechnik und Nutzung der Bundeswehr (Baainbw), « Mörserträger HS30 », 27.11.2014,

Bösch Frank, « Kampf um Normen : Skandale in historischer Perspektive », in Bulkow Kristin, Petersen Christer (éds), Skandale. Strukturen und Strategien öffentlicher Aufmerksamkeitserzeugung, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2011, p. 29-48.

Bulkow Kristin, Petersen Christer (éds.), Skandale. Strukturen und Strategien öffentlicher Aufmerksamkeitserzeugung, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2011.

Doering-manteuffel Anselm, « Westernisierung. Politisch-ideeller und gesellschaftlicher Wandel in der Bundesrepublik bis zum Ende der 60er Jahre », in Schildt Axel, Siegfried Detlef and Lammers Carl Christian (éds), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, Hans Christians Verlag, 2000, p. 311-341.

Doerry Martin, Janssen Hauke (éds), Die Spiegel-Affäre. Ein Skandal und seine Folgen, Munich, Deutsche Verlagsanstalt, 2013.

Engelmann Bernt, Meine Freunde — die Millionäre. Ein Beitrag zur Soziologie der Wohlstandsgesellschaft nach eigenen Erlebnissen, Darmstadt, Schneekluth Verlag, 1963.

Engelmann Bernt, Meine Freunde, die Waffenhändler. Kleine Kriege — große Geschäfte, Bergisch Gladbach, Lübbe Verlag, 1964.

Engelmann Bernt, Das eigene Nest. Ein Panorama bundesdeutscher Gegenwart, Darmstadt, Schneekluth Verlag, 1965.

Engelmann Bernt, Schützenpanzer HS30, Starfighter F – 104 G. Oder : wie man unseren Staat zugrunde richtet, Munich, Verlag Kurt Desch, 1967.

Herbert Ulrich, « Liberalisierung als Lernprozeß. Die Bundesrepublik in der deutschen Geschichte — eine Skizze », in Herbert Ulrich (ed), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierung 1945-1980, Göttingen, Wallstein Verlag, 2002, p. 7-49.

Höhn Sebastian, Investigativer Journalismus im politischen Medienskandal. Eine Untersuchung anhand der cdu Parteispendenaffäre von 1999/2000, Berlin, LIT Verlag, 2009.

Hondrich Karl Otto, Enthüllung und Entrüstung. Eine Phänomenologie des politischen Skandals, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp Verlag, 2002.

Klein Annika, Korruption und Korruptionsskandale in der Weimarer Republik, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht Unipress Verlag, 2014.

Kollmer Dieter H., Rüstungsgüterbeschaffung in der Aufbauphase der Bundeswehr. Der Schützenpanzer HS 30 als Fallbeispiel (1953-1961), Stuttgart, Steiner Verlag, 2002.

Kramper Peter, Neue Heimat. Unternehmenspolitik und Unternehmensentwicklung im gewerkschaftlichen Wohnungs- und Städtebau 1950-1982, Stuttgart, Steiner Verlag, 2008.

Kramper Peter, « Das Ende der Gemeinwirtschaft : Krisen und Skandale gewerkschaftseigener Unternehmen in den 1980er Jahren », Archiv für Sozialgeschichte 52, 2012, p. 111-138.

Liehr Dorothee, Von der Aktion gegen den Spiegel zur Spiegel-Affäre. Zur gesellschaftspolitischen Rolle der Intellektuellen, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang Verlag, 2002.

Markovits Andrei S., Silverstein Mark (éds), The Politics of Scandal. Power and Process in Liberal Democracies, New York (u.a.), Holmes & Meier, 1988.

Miska Peter, An der Seite der Bonner Politik. Kommentare und Glossen, ed. by Hannah Miska, Berlin, Parthas Verlag, 2005.

Schildt Axel, « Massenmedien im Umbruch der fünfziger Jahre », in Wilke Jürgen (ed), Mediengeschichte der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Bundeszentrale für Politische Bildung, 1999, p. 633-648.

Schildt Axel, « Massenmedien und Öffentlichkeit im 20. Jahrhundert. Ein Periodisierungsvorschlag », in Faulstich Werner and Hickethier Knut, Öffentlichkeit im Wandel. Neue Beiträge zur Begriffsklärung, Bardowick, Wissenschaftler-Verlag, 2000, p. 156-177.

Thompson John B., Political Scandal. Power and Visibility in the Media Age, Cambridge, Polity Press, 2000.

Von Hodenberg Christina, Konsens und Krise. Eine Geschichte der westdeutschen Medienöffentlichkeit, 1945-1973, Göttingen, Wallstein Verlag, 2006.

Welsch Eva-Juliane, Die hessischen Lizenzträger und ihre Zeitungen, Univ. Diss. Dortmund, 2003, http://eldorado.uni-dortmund.de:8080/bitstream/2003/2967/1/welschunt.pdf (11.4.2017).

Notes

1 Traduction : Maïca Sanconie.

2 À propos de la « Flick Affäre », voir par exemple Thomas Bartholmes, 2003 ; pour la « Neue Heimat », voir Peter Kramper, 2008, 2012 ; en ce qui concerne les dons aux partis, voir notamment Sebastian Höhn, 2009.

3 Les scandales politiques ont été le sujet de nombreuses recherches historiques et sociologiques, voir par exemple Frank Bösch, 2011 ; Christin Bulkow, Christer Petersen, 2011 ; Karl Otto Hondrich, 2002 ; Annika Klein, 2014 ; Andrei S. Markovits, Mark Silverstein, 1988 ; John B. Thompson, 2000. Dans cette contribution, je considère les scandales politiques, y compris les scandales de corruption, comme des incidents provoquant de vastes réactions du public et des médias contemporains (par des reportages exhaustifs dans tous les grands organes de presse), et aussi de la classe politique, par des déclarations officielles, l’instrumentalisation oppositionnelle et des enquêtes parlementaires.

4 Voir « Klug sein und mundhalten », Der Spiegel 39, 1950, p. 5-7.

5 Voir Bericht des Untersuchungsausschusses, 1. WP, Drucksache 1/2274, 23 mai 1951.

6 Voir « Die Bonner Affären », Die Zeit 52/1958 ; « Nur nicht kleinlich », Der Spiegel 28, 1958, p. 17-20.

7 Voir par exemple « Hans und Franz », Der Spiegel 23, 1961, p. 40-44 ; « Souvenir aus Bonn », Der Spiegel 44, 1961, p. 52-55 ; « Onkel Aloys », Der Spiegel 39, 1962, p. 29-43.

8 Voir Bericht des Untersuchungsausschusses, 4. WP, Drucksache 4/639, 30 août 1962.

9 Ulrich Herbert, 2002 ; Anselm Doering-Manteuffel, 2000 ; Axel Schildt, 1999, 2000 ; Christina von Hodenberg, 2006.

10 Anselm Doering-Manteuffel, 2000.

11 Christina von Hodenberg, 2006, p. 323 sqq ; Dorothee Liehr, 2002 ; Martin Doerry, Hauke Janssen, 2013.

12 Voir Auflistung « Schützenpanzer SP lang Hispano Suiza », in Bundesarchiv Freiburg (Barch Fr), BW 1/13009.

13 « Stenoprotokoll der gemeinsamen Sitzung des Haushaltsausschusses und des Ausschusses für Verteidigung » am 5.7.1956, in BArch Fr, BW 1/54928.

14 Dieter H. Kollmer, 2002, p. 169-179. Le nombre de véhicules avait été réduit en raison des nouveaux objectifs chiffrés relatifs au nombre de soldats fin 1956 et début 1957.

15 Voir Vermerk (W I 5) vom 4.8.58 über Besprechung bei FJS am 17.7.58, in BArch Fr, BW 1/347157, fol. 264 f. Franz Josef Strauß était ministre de la Défense depuis le 16 octobre 1956.

16 Voir Schriftlicher Bericht des 1. UA, 26.6.1969, Drucksache 5/4527, p. 9.

17 Bundesamt für Ausrüstung, Informationstechnik und Nutzung der Bundeswehr, 2014.

18 Peter Miska, 2005, p. 13.

19 Voir « Unabhängig, aber nicht neutral. Karl Gerold hat das Fundament für die politische Linie der FR gelegt », Frankfurter Rundschau (FR), 31 juillet 2015 ; Eva-Juliane Welsch, 2003.

20 Miska Peter, « Das Geschäft mit der Rüstung (I) — (XI) », Frankfurter Rundschau, 13 avril 1957, 15 avril 1957, 16 avril 1957, 17 avril 1957, 18 avril 1957, 26 août 1957, 27 août 1957, 28 août 1957, 29 août 1957, 4 septembre 1957, 12 septembre 1957, chacun 3 pages.

21 Voir Bericht des Ausschusses für Verteidigung, 3. WP, 14 octobre 1957, Drucksache no 5.

22 Peter Miska, Frankfurter Rundschau, 12 septembre 1957, p. 3. Original : « Auf diesen Fall werden wir zu gegebener Zeit zurückkommen ».

23 Voir Kleine Anfrage der Fraktion der SPD, 3. WP, 17 octobre 1958, Drucksache note 574.

24 Voir Antwort von Franz Josef Strauß auf die Kleine Anfrage, 3. WP, 3 novembre 1958, Drucksache no 613.

25 Voir Miska Peter, « Das Geschäft seines Lebens (I) — (V) », Frankfurter Runschau, 6-12 décembre 1958.

26 Peter Miska, « Das Geschäft seines Lebens (I) — (V) », Frankfurter Rundschau, ibid. : [Staatssekretär Rust] hatte rechtzeitig daran erinnert, daß die Vergabe des Schützenpanzerwagen-Auftrags an die Hispano Suiza nicht nur im Interesse des Anwalts Otto Lenz, sondern auch im Interesse der CDU erfolgte. (Der Auftrag wurde der Hispano Suiza etwa ein halbes Jahr vor der Bundestagswahl 1957 gegeben).

27 Voir l’audition de Miska par le procureur Schmitz, Bonn, 22 novembre 1966, in Landesarchiv Nordrhein-Westfalen (LArch NRW), 104/164, p. 2 sqq.

28 Voir « Brief an den Staatssekretär », 20 décembre 1958, in BArch Fr, BW 1/10152.

29 Voir Frankfurter Rundschau, 17-18 janvier 1959, p. 1 ; 28 février 1959, p. 2 ; 5 mars 1959, p. 1.

30 Peter Miska, « Böses und Gutes », Frankfurter Rundschau, 30 juillet 1959, p. 3.

31 La cour des comptes fédérale rédigea une note en juin 1962 ; le rapport fut terminé le 22 décembre 1966. À propos des débats parlementaires, voir par exemple la contribution de Schäfer (spd) Bundestag, 122. Sitzung, 4. WP, 15 avril 1964, p. 5790 (B) ; 157. Sitzung, 21 janvier 1965, p. 7740 (B)-7741 (C), 4.

32 Voir Sepp Ebelseder’s hearing of witness by prosecutor Dr Schmitz, Bonn, 17 octobre 1967, in LArch NRW 104/167, p. 2 f. ; Nachlass Gert von Paczensky in Archiv der sozialen Demokratie (AdsD).

33 Voir par exemple Bernt Engelmann, 1963 ; 1964 ; 1965.

34 Gert von Paczensky, « Éditorial », Deutsches Panorama, 1/2, 1966, p. 4. Citation originale : Wir werden unseren Lesern helfen, durch die Nebel offizieller Propaganda hindurch die Tatsachen zu erkennen, die den wichtigen Fragen unserer Zeit zugrunde liegen. Wir werden auf amtliche Götzenbilder keine Rücksicht nehmen […].

35 Bernt Engelmann, « Die Leiche im Keller der CDU », Deutsches Panorama, 6, 1966, p. 28-34.

36 Ibid., p. 28.

37 Bernt Engelmann, « Als der Herr in Grau in Bonn kassierte… », Deutsches Panorama, 7, 1966, p. 40-46.

38 Voir Bernt Engelmann, « Stapellauf einer Staatsaffäre », Deutsches Panorama, 8, 1966, p. 52-66.

39 Ibid., p. 65.

40 Bernt Engelmann, Gert von Paczensky, « Die Staatsaffäre HS30 : Der erste Zeuge », Deutsches Panorama, 9, 1966, p. 4-7 ; Bernt Engelmann, « Worauf wartet Bonn noch ? », Deutsches Panorama, 11,1966, p. 10 ; Bernt Engelmann, « Noch eine Frau… und ein neuer Zeuge », Deutsches Panorama, 13, 1966, p. 8-12.

41 Bernt Engelmann, « Sehr geehrter Herr Bundeskanzler ! », Deutsches Panorama, 10, 1966, p. 6-9.

42 Bernt Engelmann, « HS 30 : Ein Prüfstein für die SPD », Deutsches Panorama, 15, 1966, p. 10-12/87-91.

43 Der Spiegel, 44, 1966, p. 8-24.

44 Voir Schriftlicher Bericht des 1. UA, p. 6. Original :
[…] ob unentgeltliche Zuwendungen von der Firma Hispano Suiza an im Bundestag vertretene Parteien, ihr nahestehende Personen, Firmen oder Organisationen direkt oder indirekt gezahlt wurden.

45 Voir les accusations in LArch NRW, 104/164.

46 Voir Entwurf der Abschlussverfügung in dem Ermittlungsverfahren Komplex HS30-Schützenpanzer, in LArch NRW, NW 377 Nr. 7166, p. 57.

47 Voir Pressemitteilung der Staatsanwaltschaft, 5 septembre 1968, in LArch NRW, 104/178.

48 Voir Schriftlicher Bericht des 1. UA, p. 14, 25, 41, 80, 83.

49 Bernt Engelmann, 1967.

50 Voir par exemple Neue Politik, 44, 1967, p. 3.

51 Voir par exemple Kölner Stadt-Anzeiger, 8 novembre 1967 ; 9 novembre 1967.

Auteur

Doctorante à l’université technique de Darmstadt. Après un travail de mastère en histoire urbaine (sur la reconstruction de Francfort après 1945), ses recherches portent sur les critiques de la corruption dans la RFA : journalistes et informateurs, de 1949 aux années 1980. Elle participe au projet franco-allemand de recherche sur l’histoire de la corruption politique.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540