Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Deuxième partie. Poursuivre un programme : l'école de Brentano

9. Sur le laboratoire de psychologie expérimentale à Lvov et sur la psychologie théorique de Kazimierz Twardowski

Wioletta Miskiewicz

Texte intégral

  • 1 « Lvov », « Lwów », « Lemberg », aujourd’hui – « Lviv ». Nous utilisons la forme française la plus (...)

1En évoquant son entrée à l’université de Lvov1 en 1912, Ingarden se souvient qu’il y régnait :

  • 2 Husserl, E. 1968, Briefe an Roman Ingarden, éd. R. Ingarden, Phaenomenologica 24, Martinus Nijhoff (...)

malgré Twardowski, une ambiance philosophique fortement marquée par le positivisme (...), car une partie des élèves de Twardowski (surtout Łukasiewicz) était tombée sous l’influence de Bertrand Russell et d’Ernst Mach. L’autre partie des élèves de Twardowski pratiquait uniquement la psychologie descriptive au sens de Brentano, alors que Twardowski le donnait toujours pour un « psychologue ». En ce temps, on ne croyait plus beaucoup à la philosophie.2

  • 3 Après un an à Lvov, Ingarden va chez Husserl à Göttingen. Cependant l’influence de Twardowski sur (...)
  • 4 Cette tendance s’exprimera pleinement à Varsovie par des attitudes explicitement antiphilosophique (...)
  • 5 Ingarden 1969, « Le concept de philosophie chez Franz Brentano », Archives de philosophie, pp. 632 (...)
  • 6 Dąmbska 1979, « Franciszek Brentano a polska mysl filozoficzna », Ruch Filozoficzny XXXVII, Nr 1-2 (...)
  • 7 Nous utilisons l’expression « psychologie théorique » par analogie avec la « physique théorique » (...)

2Dans cette description où visiblement Lvov est vécue par Ingarden comme un désert philosophique, l’expression « trotz Twardowski » (« malgré Twardowski ») prend une grande signification en positionnant le père de l’école Lvov-Varsovie, d’une certaine façon, « en retrait » par rapport à l’ambiance philosophique de l’époque dominant à Lvov3. Dans ce témoignage, deux aspects nous intéressent particulièrement. Premièrement, le fait qu’Ingarden déplore la domination positiviste et l’importance de Łukasiewicz qui, depuis 1904, est ouvertement en opposition à toute forme de théorie de la connaissance qu’il considère comme une forme de psychologie4. La deuxième observation d’Ingarden, qui concerne le « reste » des léopoliens, ceux qui n’étaient pas sous l’influence de Łukasiewicz et qui pratiquaient la « psychologie descriptive de type brentanienne », est bien plus discutable. Dans un article publié en français, Ingarden affirme même qu’en Pologne les théories psychologiques de Brentano avaient acquise une telle popularité avant la seconde guerre mondiale qu’elles avaient accédé au statut d’ opinio communis et que Brentano n’était pas apprécié à sa juste valeur en tant que philosophe5. Izydora Dąmbska, l’une des plus éminentes élèves de Twardowski, s’insurge, à juste titre, contre cette opinion6. Elle considère au contraire que Brentano, en tant que psychologue, n’a pas eu véritablement de descendance en Pologne, mais qu’il y a laissé une empreinte significative par la méthode de la psychologie descriptive, qui constitue justement l’une des origines de la méthode analytique de l’école de Twardowski. Nous souscrivons entièrement à cette opinion. Grâce à l’abandon du psychologisme et à une analyse sémiotique originale (Théorie des actions et des produits – APT) élaborée à partir de la méthode brentanienne, Twardowski a développé sa propre conception d’une psychologie théorique7 et a ouvert la voie scientifique et interdisciplinaire aux sciences humaines.

La psychologie au début du XXe siècle : Kampf ums Dasein

  • 8 Twardowski, K. 1913, « Filozofia a psychologia eksperymentalna », Ruch Filozoficzny, III (4), p. 8 (...)
  • 9 Cf . à ce sujet : W. Miskiewicz « Dilthey et la difficile recherche d’une autre objectivité », Int (...)

3Dans la première décade du XXe siècle une pétition circule en Europe : 107 professeurs et assistants habilités des facultés de philosophie des universités germanophones (entre autres Cassirer, Cohen, Cornelius, Husserl, Natorp, Rickert et Simmel), protestent contre le recrutement des psychologues expérimentaux aux postes des professeurs de philosophie8 . L’Europe est arrivée au sommet d’un processus qui a commencé d’une certaine façon avec le « lynchage scientifique » de Dilthey par Ebbinghaus en 1895 dans la Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane . Les circonstances directes de la publication par Ebbinghaus de sa critique des Ideen über eine beschreibende und zergliedernde Psychologie (1894) de Dilthey sont surprenantes par rapport aux usages académiques de l’époque9 et méritent d’être rappelées car elles témoignent de l’ambiance qui accompagne la naissance de la psychologie expérimentale.

  • 10 1923, Briefwechsel zwischen Wilhelm Dilthey und dem Grafen Paul Yorck v. Wartenburg 1877 - 1897, H (...)
  • 11 Dilthey se retire dans les archives où il découvrira un manuscrit inconnu de Hegel.

4Dilthey soumet à ses collègues psychologues et philosophes (entre autres Natorp, Sigwart, Riehl, Lipps, Falkenberg et Ebbinghaus) l’article de son exposé présenté à l’Académie des sciences de Prusse10. Ebbinghaus choisit de présenter sa critique publiquement dans une revue (dont il est d’ailleurs coéditeur) car il pense qu’il faut défendre la psychologie expérimentale contre Dilthey. Son article a un grand impact et Dilthey aura le tort de ne pas rentrer dans la polémique en déclinant la proposition que lui fait Riehl de publier une réponse dans la Vierteljahresschrift für Psychologie (la revue d’Avenarius), ainsi que celle de Lipps qui lui aurait permis de s’expliquer au congrès de psychologie de Munich en 1896. Mais Dilthey est personnellement touché par le ton de la publication qui le discrédite professionnellement11.

5Ebbinghaus attaque avec virulence le principe cardinal de la psychologie de Dilthey, à savoir sa revendication de l’unité psychophysique de l’homme ainsi que son affirmation de l’importance formelle – pour toute théorie psychologique – de l’unité diachronique d’une conscience vivante. La proposition de Dilthey implique la remise en question du caractère universel de la méthodologie dualiste psychophysique, celle qui permet de calquer l’ordre des phénomènes de la conscience « détectable » par les instruments de mesure sur la succession des unités de temps de la physique. Pour sa part, Ebbinghaus défend le parallélisme psychophysique et finit même son texte en assurant aux chercheurs en sciences humaines qu’ils n’ont rien à craindre du parallélisme psychophysique. Implicitement il lui importe aussi d’affirmer la spécificité des compétences et de la formation nécessaire pour pratiquer la psychologie moderne et scientifique : il ne suffit pas d’être philosophe pour être psychologue. Vingt ans plus tard, ce sont les philosophes qui s’insurgeront à leur tour contre la pétition que nous avons évoquée plus haut : il ne suffit pas cette fois d’être psychologue pour être philosophe.

  • 12 Wundt, W. 1913, Die Psychologie im Kampf ums Dasein, Alfred Kröner Verlag : Leipzig.
  • 13 Idem : l’Introduction.

6La situation est néanmoins compliquée. Dans un texte intitulé Die Psychologie im Kampf ums Dasein12, Wilhelm Wundt (lui-même médecin et physiologiste de formation) s’oppose contre cette pétition, d’une manière surprenante pour quelqu’un considéré comme le fondateur du premier laboratoire de psychologie expérimentale au monde. Selon Wundt, la pétition présuppose la réduction de la psychologie à la psychologie expérimentale ! Or, de nombreux domaines de la psychologie, à commencer par la Völkerpsychologie, ne peuvent être traités expérimentalement. Plus encore, Wundt s’oppose aussi à la création des chaires autonomes de psychologie expérimentale. Selon Wundt, les connaissances dans le domaine de la psychologie expérimentale sont une sorte de compétence auxiliaire, nécessaire pour certains philosophes, comme l’est la connaissance du grec ancien pour ceux qui se spécialisent dans la philosophie antique. Wundt conclut qu’une bonne université doit avoir au moins trois chaires de philosophie ayant respectivement pour spécialité : la philosophie systématique, l’histoire de la philosophie et la psychologie. En adoptant un style quelque peu dramatique (« dans un couple qui divorce les deux sont perdants » !), Wundt avertit dans la préface de la deuxième édition de sa brochure que la philosophie ne gagnera rien avec une telle séparation, mais qu’en revanche la psychologie expérimentale s’en trouvera gravement endommagée. C’est pourquoi selon lui « la polémique sur la question de savoir si oui ou non elle est une science philosophique, signifie pour elle la lutte pour la vie (Kampf ums Dasein) »13.

L’année 1879 vraie date de création du laboratoire de Wundt ?

  • 14 Ochorowicz est l’initiateur du premier Congrès international de la psychologie. Ce doctorant de Wu (...)

7La renommée publique de Wundt est grande à l’époque. Sa Psychologie physiologique et le prestige mondial de l’Institut Psychologique de Leipzig ont transformé pendant un moment l’adjectif « physiologique » en synonyme de « scientifique ». Ainsi, le premier congrès international de psychologie organisé à Paris en 1889 à l’initiative Julian Ochorowicz14 (doctorant polonais de Wundt en 1874), et auquel participent 21 nations, sera intitulé : Congrès international de psychologie physiologique.

8L’année 1879, retenue comme la date de création du premier Laboratoire de Psychologie Expérimentale au monde, est généralement considérée comme l’année symbolique de la naissance de la psychologie expérimentale. Pourtant, cette affirmation ne résiste pas à un examen attentif. Esquissons le contexte de la création de l’Institut de Wundt à Leipzig et commençons par rappeler le témoignage de Wundt lui-même. Il écrit 1910 :

  • 15 Le terme « séminaire » utilisé ici signifie une sorte d’« école doctorale » ; par la suite il sera (...)
  • 16 Wundt, W. 1910, « Das Institut für experimentelle Psychologie zu Leipzig », Psychologische Studien(...)

L’Institut de la psychologie expérimentale a débuté de manière très modeste. Quand son actuel directeur a intégré, le premier octobre 1875, le corps enseignant de l’Université, le Ministère Royal, avec l’accord du Sénat, a mis à sa disposition un petit auditoire de l’ancien internat, pour y déposer le matériel de démonstration pour les cours de psychologie ainsi que les appareils pour mes propres travaux expérimentaux. En annexe aux « Travaux dirigés en psychologie », qui, dans les premiers semestres, se déroulaient sous la forme d’un colloque traitant des sujets du cours, certains étudiants ont aussi commencé à s’occuper de travaux expérimentaux dans ladite pièce. C’est ainsi que fut élaboré Sur la durée de la perception des représentations simples et des représentations composées par le Dr Max Friedrich - hélas précocement décédé - professeur agrégé à Bautzen, comme premier travail ayant son origine dans les recherches de ce Séminaire15 . C’était la première d’une grande série de recherches consacrées depuis aux lois du déroulement des processus psychiques. Commencé en hiver 1879/80, ce travail fut publié en 1883 comme doctorat et aussi dans le premier volume des Philosophische Studien éditées par Wilhelm Wundt.16

  • 17 Cf. Mausfeld, R. 2000, « Von der Experimentierstube zur Massenforschung : Experiment und Erkenntis (...)
  • 18 Rieber, R. W. & Robinson, D. K. (éds.) 2001, Wilhelm Wundt in History. The Making of a Scientific (...)
  • 19 Wundt, W. 1907, « Über Ausfrageexperimente und über die Methoden zur Psychologie des Denkens », Ps (...)

9Les travaux des historiens nuancent ce récit de Wundt exposé à l’occasion des festivités du 500e anniversaire de l’université de Leipzig. Pour de nombreux chercheurs, le choix de 1879 comme « la date de création du premier laboratoire de la psychologie expérimentale dans le monde » est arbitraire, voire injustifié. Grâce aux conférences et colloques organisés en 1979 pour le centenaire de la création de son laboratoire (ce qui est déjà parlant en soi) il s’est imposé que cette date était avant tout symbolique, qu’elle exprimait une revendication de la part de Wundt17 et qu’elle marquait davantage la naissance d’une nouvelle idée de l’université qu’un fait majeur de l’histoire des sciences. Ce choix ignore à la fois les travaux de Wundt avant son arrivé à Leipzig et le fait qu’en 1879 il ne fait plus partie des chercheurs les plus investis dans l’expérimentation psychologique. À l’époque, le rôle de Wundt dans le développement de ce domaine n’est plus très important et son attitude s’avère même ambivalente18 . Sa prise de position publique contre l’autonomie des postes de psychologie expérimentale par rapport à la philosophie en fournit la preuve. Du point de vue institutionnel, c’est l’année 1883, correspondant à la date de la reconnaissance de son unité de recherche au sein de l’université, qui semble être plus adéquate, même si elle n’est pas présentée comme un moment crucial, ni dans l’histoire de la psychologie, ni dans l’histoire des sciences. Cependant, Wundt demeure le défenseur et le symbole d’une ligne « dure » dans l’expérimentation psychologique, en refusant l’élargissement aux expérimentations basées sur l’introspection et les analyses des énoncés (les Ausfrageexperimente développées par Marbe, Bühler, Külpe et l’École de Würzburg)19.

  • 20 W. G. Bringmann, G. A. Ungerer, « The foundation of the institute for experimental psychology at L (...)
  • 21 Wundt est soutenu principalement par l’astrophysicien Cari Friedrich Zöllner (1834-1882), passionn (...)
  • 22 À Zürich, avant son arrivée à Leipzig, Wundt disposait déjà d’un local pour les appareils.
  • 23 Cf. la thèse de doctorat de David K. Robinson 1987, Wilhelm Wundt and the Establishment of Experim (...)

10Wundt, médecin et physiologiste de formation est un autodidacte en philosophie. En arrivant à Leipzig, il partage sa chaire de philosophie avec Max Heinze, historien de la philosophie et spécialiste de l’esthétique. Comme le montrent les recherches historiques, au moment d’arriver à Leipzig, Wundt ne se passionne plus pour l’expérimentation20. Cependant il possède incontestablement une autorité dans le domaine, une grande expérience du travail en laboratoire et c’est grâce à cette renommée et à son idée d’une psychologie scientifique qu’il obtient le poste21. Contrairement à Heidelberg et à Zürich où il était avant, Wundt n’a plus de laboratoire privé à Leipzig alors qu’il possède toujours une belle collection d’appareils de mesure dont il est à le concepteur pour certains. Depuis Heidelberg déjà, Wundt utilise dans ses cours les planches, les projecteurs et effectue même parfois des expérimentations pendant ses cours. Ceci représente une nouveauté absolue pour un philosophe et ses cours attirent un public toujours plus nombreux. Dès mars 1876, l’Université met à sa disposition un petit local (kleines früheres Auditorium, qui est en fait une étroite salle de classe du vieil internat), pour qu’il puisse déposer ses appareils22. Avec la modique somme de 231.75 Marks, l’université équipe cette petite pièce avec deux lavabos, trois tables et six chaises23. En 1881, les « exercices psychophysiques pour les avancés » sont même annoncés dans le programme de l’université, mais compte tenu du manque de place, ils ne sont réalisés que d’une manière très limitée. C’est en 1883 que le ministère Royal attribue un financement permanent et l’Experimentierstube devient formellement un « Institut à l’université Leipzig ». Les locaux sont aussi légèrement agrandis à cette occasion grâce au rattachement d’une partie de l’auditorium. Si on cherche donc un premier moment d’engagement institutionnel conséquent de la part de l’Université, la date de 1883 semble plus adéquate. Dans le semestre d’hiver 1883/84, pour la première fois, le nom de l’Institut für experimentelle Psychologie zu Leipzig apparait dans le programme de l’université et le Seminar für experimentelle Psychologie remplace les « Travaux dirigés en psychophysique ». Les locaux sont alors encore une fois agrandis et le laboratoire dispose finalement de 5 pièces. Cependant, ce n’est seulement qu’après la construction des nouveaux bâtiments de l’université en 1896, à ses deux auditoriums (un grand de 492 places et un petit de 98 places), ainsi qu’à un équipement de pointe pour l’époque (avec un poste permanent de « mécanicien » pour s’occuper des instruments de mesure), que l’Institut de psychologie expérimentale de Leipzig devient l’institution mythique de la psychologie moderne connue dans le monde entier.

La création du laboratoire de Twardowski à Lvov : historique et choix doctrinaux

11C’est en commentant les prises des positions de Wundt dans Die Psychologie im Kampf ums Dasein, et en réponse à son appel dramatique de ne pas séparer la psychologie de la philosophie, que Twardowski, luimême défenseur engagé de la nature philosophique de la psychologie, suggère en 1913 :

  • 24 Twardowski 1913, « Filozofia a psychologia ekserymentalna », Ruch Filozoficzny, vol. 3 (4), p. 81- (...)

Peut-être faudrait-il cependant au moins séparer de la philosophie ces domaines, qui sous le nom de psychologie expérimentale, ont développé une technique bien à part qui nécessite une formation spéciale en mathématiques et en sciences de la nature ? C’est ce qui est arrivé en Amérique, étant couverte par un dense réseau des laboratoires en psychologie et disposant de nombreuses chaires consacrées exclusivement à la psychologie expérimentale.24

  • 25 Ainsi, pour les polonais, sans État à l’époque, la psychologie scientifique donne l’opportunité de (...)
  • 26 Cf. Wundt, W. 1893, Hypnotisme et suggestion. Étude critique, trad. A. Keller. Paris : F. Alcan. W (...)

12En réfléchissant sur ce qui se passe aux États-Unis (les créateurs des laboratoires américains sont généralement tous passés par l’Institut de Leipzig), Twardowski voit bien la direction que prennent les relations entre la philosophie et la psychologie expérimentale stricto sensu . Au moment où Twardowski rend compte de cette situation, son point de vue apparaît original eu égard aux débats passionnés sur les relations théoriques et institutionnelles entre la philosophie et la psychologie et à la persistance du paradigme réductionniste des différentes formes de psychologisme. En effet, comme nous le verrons, c’est bien le psychologisme lui-même qu’abandonnent Twardowski et son École léopolienne. Parmi les philosophes, les logiciens sont les premiers à se lever contre la naturalisation de leur discipline (Frege, Husserl, le jeune Łukasiewicz). Cependant, face aux découvertes spectaculaires dues à l’alliance des sciences exactes et de la technologie, la psychologie, qui s’appuie sur les instruments de mesure physique, devient pour beaucoup le synonyme de la modernité, du progrès et de la scientificité. Les attentes sont immenses et parfois contradictoires. Les uns pensent que la nouvelle psychologie résoudra à jamais les problèmes que se posent les philosophes depuis l’antiquité, alors que pour les autres la psychologie doit plutôt se déterminer comme une discipline scientifique nouvelle sui generis. Mais si tel est le cas, alors est-ce une science naturelle ou une science humaine d’un genre nouveau ? Certains espèrent que la psychologie empirique réussira à extirper les idées socialistes de la jeunesse alors que pour d’autres, elle pourrait au contraire être porteuse du progrès social25. Les parapsychologies et les diverses sciences occultes prolifèrent dans cette confusion et certaines se considèrent même comme l’expression d’un nouvel esprit positiviste. Les hypnotiseurs sévissent26. Le vertige technologique et la complexité théorique effective sont grands et les publications nombreuses. L’étude de l’évolution institutionnelle – les postes universitaires consacrés explicitement à la psychologie, les programmes d’enseignement universitaire, les premiers doctorats et habilitations, l’organisation des congrès et le financement de la recherche expérimentale – montre cependant bien comment la psychologie avance en tant que discipline scientifique et universitaire en imposant progressivement son autonomie par rapport à la philosophie. L’examen des faits majeurs de cette évolution montre aussi comment en avançant elle magnifie déjà sa propre histoire, comme nous l’avons montré sur le cas avec la création du « premier laboratoire » de psychologie expérimentale.

  • 27 L’importance de la problématique ontologique et logique de cette œuvre reste n’a pas encore été me (...)
  • 28 En 1795 et 1918 Pologne est partagée entre la Russie, la Prusse et l’Autriche.

13Twardowski est un acteur lucide de cette évolution. Après la publication en 1894 de son habilitation : Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellungen (Sur la théorie de l’objet et du contenu des présentations)27 il devient – et demeure à ce jour – une référence importante dans les publications sur la théorie de la connaissance. En 1895, en devenant professeur à l’université Jean-Casimir de Lvov (UJK), il commence un travail de longue haleine pour le développement non seulement de la philosophie, mais aussi de la psychologie moderne de langue polonaise. Jusqu’en 1918 la Pologne n’existe pas comme État et ceci détermine en partie les activités de Twardowski en tant qu’organisateur de la vie académique à Lvov, ville universitaire sur les territoires polonais sous occupation autrichienne, deuxième après Cracovie28. Alors que son œuvre philosophique et didactique est mondialement reconnue (il est l’inspirateur et formateur de l’école analytique polonaise connue sous le nom de l’école de Lvov-Varsovie), ses mérites dans le domaine de la psychologie et le fait d’avoir donné une existence institutionnelle à la psychologie à l’UJK sont méconnues. Mais c’est avant tout son projet de la psychologie scientifique, que nous nommons, par analogie avec la physique théorique, psychologie théorique, qui n’est à ce jour toujours pas reconnu dans toute son originalité.

  • 29 Twardowski ; K. 1913, O psychologii, jej przedmiocie, zadaniach, metodzie, stosunku do innych nauk (...)
  • 30 Kazimierz, K. 1898, O złudzeniach wzrokowych, Twardowski, Kazimierz, W. Miskiewicz (éd.), Paris : (...)
  • 31 Pieter, J. 1972, Historia psychologii, Varsovie, p. 396.
  • 32 Rzepa, T. 1992, Psychologia w Przegląd Filozoficzny, p. 37) se base sur Kleiner, J. (1974, Portret (...)
  • 33 La lettre est signée par le doyen Stanislaw Zakrzewski. L’authenticité de la lettre est confirmée (...)
  • 34 Nous remarquons au passage que l’expérimentation psychologique jouit déjà d’un prestige, auprès de (...)
  • 35 À partir de 1907/08, les travaux dirigés en psychologie expérimentale (2h hebdomadaire) sont systé (...)

14Dans un article encyclopédique important intitulé « Sur la psychologie, son objet, ses tâches, sa méthode, sa relation aux autres sciences et son évolution » (1913), Twardowski29 affirme avoir enseigné la psychologie expérimentale à Lvov, dès le semestre d’hiver 1898/99, sous l’intitulé « Sur les illusions optiques, avec planches »30, et avoir fondé le premier laboratoire de psychologie en Pologne à l’Université Jan Kazimierz de Lvov en 1901. Cette date est reprise par certains historiens31 et remise en question par d’autres qui donnent plutôt l’année 1905 où 190732. Grâce à un document que nous avons récemment retrouvé à Lvov – une lettre de la faculté de Philosophie de l’UJK – nous sommes en mesure d’y apporter quelques précisions importantes. La lettre de la faculté de Philosophie de l’université Jan Kazimierz de Lvov, adressée aux ministère de l’Éducation polonaise et datée du 07.07.1920, concerne la décision de la faculté de philosophie au sujet de la reconnaissance formelle de la direction du Laboratoire de psychologie d’UJK par Twardowski33. Grâce à elle nous pouvons reconstruire les détails inconnus de la création du laboratoire de Twardowski. Ainsi nous pouvons affirmer avec certitude que le Laboratoire psychologique (Pracownia psychologiczna) existe à l’UJK comme une unité d’enseignement et de recherches ayant recours aux instruments à partir de l’année 1905. Cette même année, à l’occasion du déménagement du séminaire Philosophique de Twardowski dans de nouveaux locaux, deux pièces sont attribuées officiellement au Laboratoire de psychologie. Les aménagements et l’équipement sont alors financés principalement par une subvention exceptionnelle du ministère autrichien (1400 Krons) mais aussi par des fonds propres (entre autre les cotisations d’étudiants). Il est vrai que Twardowski n’a pas réussi à obtenir la création d’une unité de recherche pérenne et autonome par rapport au Séminaire Philosophique et doté d’un budget permanent. C’est plutôt le Séminaire Philosophique de Twardowski qui en profite, en obtenant un poste d’assistant attitré, poste justifié aux yeux du ministère autrichien en raison des travaux et des expérimentations psychologiques qui y sont menés34. Jusquelà Twardowski assurait seul l’ensemble de l’enseignement et des travaux dirigés en psychologie, en plus de ses cours et exercices en philosophie35.

15La lettre retrouvée montre aussi que c’est seulement en 1920, après la renaissance de l’État polonais, qu’un Institut psychologique, lié à une chaire de psychologie, bénéficiera d’une dotation annuelle et d’un poste permanent de « démonstrateur ». Le sujet explicite de la lettre de juin 1920 (rappelons que nous sommes en pleine guerre polono-soviétique et que la ville de Lvov est très exposée sur le théâtre de la guerre) est que les deux candidats choisis pour occuper le poste du professeur de psychologie et du directeur de Laboratoire psychologique ne sont pas prêts de venir à Lvov. C’est donc par décision de la Faculté de Philosophie de l’UJK que Twardowski, qui de facto assume déjà cette fonction depuis 1905, devient professeur par intermittence (avec deux rémunérations), cumulant ainsi la chaire de philosophie et de psychologie. Dans cette lettre nous apprenons encore que dans l’année 1919-20 il y a à l’UJK 30 étudiants inscrits en travaux dirigés en psychologie (cwiczenia) et 12 en recherches expérimentales (prace). La fonction de Directeur de l’Institut psychologique de Lvov sera officiellement assumée par Twardowski de 1920 à 1928, puis par Mieczyslaw Kreutz (1893-1971).

16Une question s’impose : pourquoi Twardowski donne-t-il l’année 1901 comme la date de la création du laboratoire psychologique de Lvov ? Il y a au moins deux raisons pour lesquelles il remonte en amont de l’année 1905. Premièrement, il est probable qu’en choisissant 1901 Twardowski essaye de rendre justice à son travail de pionnier en psychologie expérimentale. En effet, Włodzimierz Heinrich36 est souvent considéré comme le fondateur du premier laboratoire polonais de psychologie expérimentale en 1903 à l’université Jagellon de Cracovie. Pourtant, Twardowski pratique déjà, avant 1903, des travaux et des expériences psychologiques dans son séminaire philosophique. Ce Seminarium Filozoficzne est crée en 1897-98 pour les étudiants avancés en vue de les entraîner au travail philosophique et psychologique37 . À partir des archives et du programme de l’université nous pouvons connaître la problématique des cours et des séminaires en psychologie de Twardowski : Psychologie et Psychologie des émotions (1896-97), Les concepts fondamentaux de la psychophysique (1897-98), Sur les illusions optiques (1898-99), Psychologie et Sur les erreurs de la cognition (1900), Psychologie de l’odorat et du goût (1901-02)38. Ainsi, pourquoi ne donne-t-il pas la date de création du Séminaire Philosophique comme la date du début de l’expérimentation psychologique à Lvov ?

  • 39 Wundt, qui partait de l’expérimentation médicale et physiologique, représentait en réalité un cas (...)
  • 40 Lettre citéé dans Jadczak, R. 1996, « Inspiracje i kontrowersje. Z korespondencji K. Twardowskiego (...)
  • 41 Le grand historien de l’école Lvov-Varsovie, Ryszard Jadczak (1951-1998), est le premier à avoir a (...)
  • 42 Le « séminaire » possède d’ailleurs ses propres locaux : bibliothèque, salle de lecture, salle de (...)

17La vérité est plus étonnante. En réalité déjà depuis l’année académique 1896-97 Twardowski conduit non seulement des exercices de psychologie expérimentale mais il les réalise, qui plus est, dans un laboratoire de physique. Ce qui correspond parfaitement au paradigme wundtien de la psychologie expérimentale39. Pourquoi alors ne donnet-il pas la date 1896 comme le début des travaux de laboratoire à Lvov ? D’autant que les débuts de l’Institut de Wundt étaient bien plus modestes comme nous l’avons vu. Le problème est que ces travaux expérimentaux se déroulent au sein des locaux du département de physique expérimentale dans une quasi-clandestinité et grâce à la complaisance discrète d’un collègue physicien ! L’hypothèse, selon laquelle le cours d’introduction à la psychophysique de 1897-8 était déjà accompagné de présentations d’appareils et de travaux pratiques, est plus que plausible. Mais le problème – et Twardowski en parle dans la lettre à Meinong datée du 25. 07.1897 – est que la haute administration (hohere Behörden, à savoir le ministère autrichien) n’est pas au courant de ces « arrangements entre collègues »40 et Twardowski – grand légitimiste et formaliste par ailleurs – peut difficilement s’en vanter dans une publication encyclopédique41. La deuxième raison pour laquelle Twardowski donne 1901 comme la date de la création de son laboratoire est de nature doctrinaire. S’il s’agissait seulement pour lui d’être reconnu comme ayant précédé W. Heinrich et l’université jagellonne, cela n’expliquerait toujours pas pourquoi il ne donne pas la date de la création de son séminaire Philosophique (à savoir l’année académique 1897-98)42 comme la date du commencement des expérimentations en psychologie. Il est vrai qu’en 1901, afin d’accompagner son cours sur la « psychologie de l’odorat et du goût », Twardowski annonce l’utilisation de « planches » et donc d’exercices d’observation sensorielle, ce qui pourrait être considéré comme une innovation didactique. Il le faisait déjà probablement avant 1901 et à la date qu’il donne dans l’Encyclopédie, mais il ne devait pas plus disposer de locaux pour l’expérimentation qu’en 1897, en dehors de ceux dédiés au séminaire philosophique.

18Un début de réponse se trouve dans le fait que l’année 1901 correspond à l’année la de soutenance d’un premier doctorat en psychologie sous la direction de Twardowki. Le 14 avril 1901 Władyslaw Witwicki soutient son rigorosum et une dissertation consacrée à l’analyse psychologique de l’ambition. Twardowski donne donc peut-être l’année 1901 dans la mesure où cette première soutenance ainsi que la nature de son sujet lui permettent d’annoncer la naissance de la psychologie léopolienne dans sa particularité : empirique et basée sur l’introspection. Twardowski soulignerait de cette façon sa différence par rapport à la psychologie de Wundt.

  • 43 Encyklopedia Wychowawcza, op. cit. p. 284.
  • 44 Ainsi le premier Congrès des philosophes polonais, qui s’est tenu en mois de mai 1923 à Lvov, a pr (...)
  • 45 De nombreux psychophysiciens polonais participaient activement au début du siècle à la naissance d (...)
  • 46 L’un des élèves d’origine ukrainienne de Twardowski, Jaroslaw Cukrowski (1904-1995), est le direct (...)

19Notre hypothèse se confirme par le fait que dans ce même article encyclopédique, ce n’est pas son introduction à la psychophysique (1897-98) que Twardowski considère comme son premier cours de psychologie expérimentale, mais celui de 1898-99, consacré aux illusions optiques43. Notre hypothèse est aussi cohérente avec la suggestion de Twardowski en réponse à Wundt, consistant à séparer la psychophysique de la psychologie, sans, par ailleurs, nier l’utilité scientifique de cette dernière44. Avant la seconde guerre, il y a en Pologne de nombreux laboratoires de psychophysique souvent attachés à des institutions et aux académies pédagogiques45. La psychotechnique – discipline qui étudie les prédispositions naturelles (ou plutôt leur manque) pour certains métiers – se développe tout particulièrement46.

  • 47 Sa stratégie concordait avec l’évolution de l’université qui d’un lieu exclusivement de transmissi (...)
  • 48 Alors que le laboratoire d’Heinrich à Cracovie s’inscrit tout à fait dans la tendance psychophysiq (...)

20Comme nous avons montré, les dates « officielles » de création des « premiers » laboratoires de psychologie expérimentale ne sont pas retenues par hasard. Dans le cas du laboratoire de Wundt, c’est sa « stratégie scientifique » et le lancement d’un premier projet de recherche expérimentale suivie d’une publication qui ont transformé – rétrospectivement – un dépôt en laboratoire47. Dans le cas de Twardowski, 1901 est pour lui une date qui marque la naissance de sa psychologie empirique qu’il conçoit de concert avec un travail expérimental néanmoins différent de celui dont l’Institut für experimentelle Psychologie de Leipzig est devenu le symbole48.

Une psychologie empirique sans « scolastique formelle des chiffres »49

  • 49 L’expression de Twardowski « scolastique formelle des chiffres » pour désigner le laboratoire de W (...)
  • 50 Twardowski, K. « Autobiografia Filozoficzna » (Selbstdarstellung), Przeglad Filozoficzny. Nowa Ser (...)
  • 51 Cet épisode de la vie de Twardowski confirme par ailleurs l’éloignement de Wundt pour l’expériment (...)

21Franz Brentano, le maître philosophique de Twardowski, qui attribue une grande importance à la psychologie expérimentale, n’a lui-même jamais disposé des outils nécessaires pour la pratiquer. C’est donc avec un intérêt passionné que le jeune Twardowski, profitant d’une bourse du ministère autrichien se rend à l’automne 1891 à Leipzig pour connaitre « les instruments et les méthodes » de la psychologie expérimentale50. Hélas, Wundt donne à l’époque uniquement un cours d’histoire de la philosophie moderne et c’est seulement grâce à la gentillesse d’Oswald Külpe, assistant de Wundt à l’époque, que Twardowski pourra approcher ses appareils et obtenir les renseignements au sujet du fonctionnement de l’Institut51.

  • 52 Publié pour la première fois en 1927, cit ; après Wybrane pisma filozoficzne, PWN, Warszawa, 1965, (...)

22Le jeune Twardowski est à l’origine adepte de l’idée brentanienne selon laquelle la psychologie est la base de la philosophie. C’est en ce sens qu’il s’exprime en 1897 – alors qu’il est déjà professeur à Lvov – dans une longue conférence intitulée « La psychologie par rapport à la physiologie »52. Le ton de son exposé est alors plein d’enthousiasme, si caractéristique à l’époque, pour la révolution que représente le développement de la psychologie empirique. Grâce aux progrès de la connaissance dans le domaine de la psychologie, la philosophie aura enfin – affirme Twardowski – la possibilité de devenir un savoir faire (umiejetność) universel et capable de justifier d’une manière scientifique ses propositions. Pour Tzqrdozski, la psychologie doit donner à la philosophie non seulement la méthodologie, mais aussi l’objet, car tous les concepts de la philosophie sont des créations psychiques.

  • 53 Dans un recueil de 1965 édité par un groupe d’élèves proche de Twardowski, la date 1902 et la publ (...)
  • 54 Voir Miskiewicz 2011, op. cité.

23La parution des Recherches Logiques (1900) d’un autre élève de Brentano, Husserl, a un grand impact sur Twardowski. Les faiblesses du psychologisme en tant que théorie deviennent claires pour lui. Twardowski accepte en premier lieu l’objection montrant l’impossibilité de justifier empiriquement des lois aprioriques dont l’existence est évidente dans les sciences et en philosophie (par exemple les lois logiques ou les relations mathématiques). Après la lecture des Recherches Logiques Twardowski prendra explicitement ses distances à l’égard du psychologisme dès 190253. Son école entière l’abandonnera après une bataille antipsychologiste menait entre 1904 et 1907 par le jeune Jan Łukasiewicz54 . Mais, alors que pour Łukasiewicz cette réfutation du psychologisme, focalisée sur la justification et le statut de la logique, est accompagnée d’une critique radicale de la place de la psychologie dans la philosophie, Twardowski ne se détourne pas de la psychologie en général. Tout au long de sa carrière il ne cesse de former des psychologues et de développer les recherches en psychologie, profondément convaincu que c’est bien la psychologie, en tant que science, qui est la première victime du psychologisme. Cependant, ce n’est qu’en 1912, après avoir élaboré et publié sa Théorie des actions et des produits dans « O czynnościach i wytworach », qu’il trouve des arguments permettant la réfutation définitive du psychologisme dans les sciences. Dans toutes les sciences, mais également en philosophie, en grammaire et en psychologie, l’erreur psychologiste consiste dans la confusion entre les actions et leurs produits. Pour la psychologie, l’erreur consiste d’abord à confondre les activités psychiques avec leurs produits – par exemple entre le processus cognitif et la pensée (Gedanke) qui en résulte – et ensuite à omettre le fait que les produits psychiques peuvent avoir des propriétés et relations – par exemple, les relations entre les jugements par rapport à leur vérité ou fausseté – déterminables a priori et donc indépendamment des résultats empiriques de la psychologie.

  • 55 Idem pp. 270-271.

24Cependant, selon Twardowski, la critique du psychologisme ne doit pas rendre aveugle au fait que nous apprenons l’existence de toutes les propriétés des produits psychiques (même leurs propriétés aprioriques) ainsi que l’existence des produits psychiques « uniquement par le biais de l’expérience intime et des conclusions qui en sont tirées »55. Pour cette raison, la psychologie demeure pour Twardowski une science philosophique auxiliaire incontournable, aussi bien pour les autres sciences philosophiques (logique, théorie de la connaissance, éthique, esthétique, etc.) que pour les sciences humaines et même pour les sciences de la nature : la psychologie traite et relève du pouvoir heuristique de l’homme.

  • 56 Idem p. 244. Pour cette définition Twardowski se réfère à Witasek, S. 1908 Grundlinien der Psychol (...)
  • 57 Idem p. 250.

25Dans son article encyclopédique de 1913, Twardowski définit la psychologie comme une science empirique des faits psychiques56. La psychologie, comme toute science empirique, a pour tâche selon lui l’agencement ordonné de son domaine d’expérience, en l’occurrence de la vie psychique. Elle a pour but « l’agencement ordonné de toute la matière factuelle et la formulation des lois qui gouvernent ces faits et par cela-même leur explication »57

  • 58 Les dispositions sont inégalement distribuées dans la population.
  • 59 Idem p. 244.

26Twardowski définit un fait psychique comme une unité concrète composée de l’activité psychique et du produit de cette activité. En plus des faits psychiques, la psychologie a pour objet aussi certaines conditions dont dépendent l’apparition et les qualités des faits psychiques, à savoir les dispositions (przysposobienia) telles que la sensibilité, la mémoire, l’imagination, l’intelligence, les penchants, la volonté, le caractère58. Parmi les dispositions, Twardowski distingue d’une part les capacités qui sont plutôt de nature intellectuelle (zdolności) et de l’autre le tempérament relevant plutôt des émotions (usposobienie ). L’étude de dispositions ne relève pas de la même méthodologie que celle des faits psychiques : il n’est pas possible de les constater directement dans l’expérience. Les dispositions jouent le rôle de facteurs hypothétiques admis afin de lier et d’expliquer les faits (l’« énergie » en physique ou l’« atome » en chimie sont des hypothèses jouant un rôle similaire)59. Parfois, lorsque certaines sont liées à des dispositions physiques naturelles, elles deviennent psychophysiques – comme par exemple l’hyperactivité.

  • 60 A l’exception de l’École de Würzburg avec laquelle il a des affinités évidentes et personnellement (...)

27Néanmoins, certaines conditions qui accompagnent les faits psychiques ne font pas partie de la psychologie. Ainsi, les analyses des impulsions mécaniques ou chimiques, à l’origine des sensations, font partie de la chimie et de la physique et l’étude des organes sensoriels est l’objet de l’anatomie et de la physiologie. Twardowski se démarque ici radicalement de la psychologie expérimentale naturaliste de la plupart de ses collègues philosophes-psychologues60. Cette différence devient claire dans sa conceptualisation et dans sa pratique de l’expérimentation.

28Twardowski distingue nettement ce qui est « expérimental » (eksperymentalne) de ce qui est « empirique, relevant de l’expérience » (doświadczalne) en général. « Empirique » est pour lui un adjectif qui, dans sa plus large acception, contient absolument toute l’activité ou la « vie » humaine. Tout savoir et toute connaissance humaine est en ce sens empirique, car ils relèvent d’une manière où d’une autre de l’expérience de la vie. En revanche, « l’expérimentation » est un procédé volontaire, généralement codifié d’une manière précise et utilisé dans les sciences. Ainsi les premières expériences de Wundt ou de Helmholtz s’avèrent être en réalité des expériences psychophysiologiques ou psychophysiques et non pas purement psychologiques. Les considérer comme des expérimentations psychologiques consiste pour Twardowski à ne pas penser la nouvelle science dans sa véritable nature, dans sa spécificté. C’est succomber au réductionnisme physiologiste ou physicaliste propre aux psychologismes. Dans un article intitulé : « La psychologie sans instrument » de 1912, Twardowski juge cette évolution avec une grande sévérité :

  • 61 1927, RAF, p. 321.

Quand on a donc commencé à utiliser d’une manière systématique l’expérimentation en psychologie, on a jugé par ci ou par là, qu’on avait réussi à trouver une manière entièrement nouvelle de poursuivre l’investigation psychologique, une manière qui – en prenant la place de l’introspection (qui serait elle-même pleine de défauts et même peutêtre carrément impossible) – introduirait la psychologie directement sur les voies des sciences exactes. C’était une double illusion. Il est vrai, les psychophysiologistes rassemblaient, juxtaposaient et décrivaient dans leurs expérimentations de grosses séries de chiffres et de nombres, mais au fur et à mesure que les recherches progressaient, il apparaissait de plus en plus clairement que l’idée de Fechner consistant à mesurer les impressions sensorielles par l’intermédiaire de l’intensification de l’impulsion, reposait sur des présuppositions fausses. Ainsi est née pourtant une scolastique formelle des chiffres (avec le laboratoire de Wundt à Leipzig en tête) : on expérimentait pour obtenir des colonnes de chiffres les plus longues possibles, mais on n’obtenait aucun résultat remarquable permettant de faire progresser notre connaissance de la vie psychique.61

29Twardowski poursuit :

  • 62 Bovet, P. 1910, La conscience du devoir dans l’introspection provoquée, Genève : Ency, p. 264. C’e (...)
  • 63 Idem p. 322.

En plus, il s’est rapidement avéré que si l’expérimentation psychologique devait avoir une valeur pour la psychologie, elle ne pouvait pas remplacer l’introspection, elle devait s’appuyer sur elle et la soutenir, car c’est justement grâce à l’expérimentation psychologique, c’est-à-dire grâce à la confrontation voulue des faits psychiques62 dans des conditions strictement déterminées, que nous pouvons réitérer la saisie des « mêmes » faits psychiques dans l’introspection, en les répétant jusqu’à en acquérir la connaissance recherchée.63

  • 64 Déjà dans son exposé de 1897, Twardowski cite longuement l’argumentation critique d’Émile Du Bois- (...)
  • 65 Cette théorie est à l’origine de l’interprétation selon laquelle la psychologie de Twardowski pour (...)
  • 66 Bronislaw Bandrowski (1879-1914), l’un des disciples préférés de Twardowski, mort très jeune dans (...)
  • 67 « Twardowski s’est opposé à ceux qui identifiaient les phénomènes psychiques avec les processus ph (...)

30L’introspection doit être la méthode principale de la psychologie64. Les critiques, remettant en doute sa possibilité même, ne tiennent pas compte de la différence entre l’observation et la perception. L’auto-observation est de fait impossible, mais l’aperception, surtout accompagnée de l’expérimentation, est non seulement possible mais elle est par ailleurs une source valable de la connaissance psychologique : elle permet, entre autres, de constater les faits psychiques en les réitérant et en les reconstruisant de plus en plus précisément grâce à la mémoire65. En ce sens, Twardowski considère comme exemplaires les expérimentations d’Ebbinghaus sur la mémoire, mais aussi les travaux de G. E. Müller à Göttingen et de l’École de Würzburg66 qui lui sont proches67.

31Twardowski distingue deux méthodes propres à la psychologie scientifique : la méthode introspective ou subjective, partant du sujet, et la méthode objective (przedmiotowa ). La méthode objective est une méthode complémentaire pour la méthode partant du sujet. Elle est nécessaire car il existe de nombreux phénomènes psychiques inaccessibles par introspection mais où la reconstruction permet néanmoins d’accéder à certains faits psychiques, à commencer par la vie psychique des autres. Dans une telle reconstruction on procède généralement par analogie. Ainsi, la connaissance de nos propres états psychiques nous permet de reconstruire par analogie les faits psychiques chez les autres. C’est de cette façon que nous sommes capables de « lire » les signes corporels (les mimiques, les positions du corps mais aussi un rugissement, un tremblement, etc .) des autres. En ce sens Twardowski est un mentaliste.

La psychologie théorique

32Twardowski donne l’année 1901 comme date de création de son laboratoire de psychologie et comme date de naissance de sa psychologie théorique. Il symbolise de cette façon le commencement de son travail expérimental en psychologie même s’il se distingue du courant dominant de la psychologie expérimentale en vogue à l’époque. Il considère cette dernière comme une psychophysique, une science naturelle, exigeant avant tout des connaissances en physique et en mathématiques. Twardowski la situe en dehors des sciences philosophiques.

  • 68 Pour décrire le projet de la science psychologique de Twardowski, nous utilisons l’expression « ps (...)

33La date de 1901 coïncide également avec la parution du deuxième volume des Recherches logiques de Husserl. Alors que le premier volume jouissait d’une opinion positive, pour ne pas dire unanime, dans des milieux philosophiques à Lvov, l’accueil du deuxième volume, où se trouve exposée sa théorie de la signification, était partagé entre le rejet violant (Łukasiewicz) et l’enthousiasme (Ingarden). Chez Twardowski, ce deuxième volume des Recherches logiques participera à la remise en question, déjà engagée, de la conception brentanienne de la signification, sans laquelle l’idée twardowskienne de psychologie théorique, comme modèle sémantique, n’aurait pu voir le jour68.

  • 69 Encyclopedia Wychowawcza, op. cit., p. 250.

34L’examen scientifique de la vie psychique par la psychologie théorique possède un aspect analytique (descriptif) et un aspect génétique (explicatif) qui consiste à lier les faits psychiques aux lois. Le travail descriptif consiste dans le dénombrement ordonné des faits psychiques, leur analyse et leur classification. Comme pour toute autre science, c’est la langue qui donne les premières indications quant à l’agencement ordonné du domaine. La langue donne les premiers mots pour décrire les activités et les produits psychiques, les dispositions et leurs propriétés et relations. Les mots de la langue ordonnent toute la matière psychologique en groupes. Cependant, ces classifications initiales n’ont, selon Twardowski, que la valeur indicative des premières approximations. Elles ont une valeur pragmatique et ne peuvent prétendre à l’exactitude scientifique69. Ensuite, l’analyse consiste dans la recherche et dans la classification des ressemblances et des différences, dans la distinction, la description et l’analyse détaillées des opérations et des produits psychiques. Pour cela, la psychologie peut avoir recours aussi bien aux sciences de la nature – pour les activités psychiques surtout mais pas uniquement – qu’aux sciences humaines – pour les produits fixés dans les mots, schémas, statistiques, photographies, enregistrements audio, etc. Tout produit fixé sur un support matériel quelconque devient un document (à la fois trace et source).

  • 70 Ceci rappelle la conception brentanienne de l’évidence comme critère de vérité.

35La méthode descriptive de la psychologie de Twardowski dérive de la psychologie descriptive de Brentano. Le point de départ des analyses descriptives est toujours donné par un exemple simple mais considéré comme un exemple type (représentant une classe). Il est analysé et décrit à l’aide des propositions qui ont un caractère général. Ce caractère général des propositions descriptives est de nature intuitif : on voit immédiatement que les choses sont ainsi et pas autrement70.

  • 71 Contrairement à ce que Twardowski appellera la psychologie des cas individuels pratiquée par des p (...)

36L’un des disciples de Twardowski, Tadeusz Czeżowski, montre qu’en suivant cette méthode la psychologie descriptive s’avère être une description analytique des phénomènes psychiques, considérés d’une manière abstraite, c’est-à-dire dans leur généralité71 . La psychologie descriptive de Brentano est ainsi une théorie générale et plus précisément un ensemble structuré de propositions.

37Cette analyse s’applique aussi à la méthode descriptive de Twardowski. Toutefois, des différences essentielles surgissent en raison de l’influence qu’exerce sur lui la critique husserlienne du psychologisme. Cette critique, dont l’aspect principal concerne les contenus de la conscience, est avant tout une critique des défauts des théories psychologistes en tant que théories et une critique de leur incompatibilité avec la raison théorique. Mais elle aussi une critique de la conception naturaliste de la signification.

  • 72 « Lorsque j’entends et comprends un nom, je me représente ce qu’il désigne ; et les noms n’ont en (...)

38Initialement, Twardowski partage la conception psychologiste des noms de Brentano selon laquelle la fonction des noms est de provoquer (ou d’évoquer) dans la conscience leurs significations, comprises comme les contenus psychiques ainsi provoqués et rendus concrets72 . Mais convaincu par Husserl de la nécessité de distinguer entre l’acte de penser du cogito et son cogitatum, Twardowski transforme son concept de signification des mots (des noms) pour lui ajouter – entre autres – une validité intersubjective. Un déplacement substantiel apparaît alors puisque les noms correspondant à la description (le mot où la phrase) deviennent les noms des définitions. Cette modification définitionnelle permet également d’introduire une directive métathéorique essentielle pour les sciences, à savoir la supposition de la vérité. Cette directive participe à son tour à la constitution de l’objet théorique de la définition.

  • 73 Izydora Dambska 1979, « Franciszek Brentano a polska mysl filozoficzna », Ruch Filozoficzny XXXVII(...)

39Pour Twardowski, la psychologie devient une psychologie théorique : une théorie générale, un ensemble structuré de propositions auxquelles correspondent des objets théoriques. Tout en continuant à pratiquer l’analyse sémantique – les noms et les propositions sont des signes des activités et des produits psychiques – Twardowski distingue alors clairement entre les contenus effectifs dans la conscience et les produits fixés matériellement comme signes. Il esquisse une théorie de la signification comme l’ensemble (abstrait et possible à définir) des propriétés communes d’un nom en tant que produit (perçu ou extériorisé)73. La signification est obtenue par abstraction des propriétés particulières d’une classe concernée. Les relations entre les significations sont cependant de nature apriorique. L’expérimentation dans la psychologie théorique a pour tâche de mettre à l’épreuve le modèle sémantique ainsi obtenu.

40La psychologie générale de Twardowski devient de cette façon une discipline scientifique suis generis et non pas une théorie qui cède au probable ou à la généralité, en tirant des conclusions finalement « locales » sur la base de résultats expérimentaux ou statistiques.

  • 74 Au-delà de l’influence immédiate de Husserl, l’origine de cette théorie de la signification est à (...)

41La méthode descriptive analytique constitue l’un des deux piliers de la psychologie léopolienne. Elle a, nous l’avons dit, ses origines dans la psychologie descriptive de Brentano. L’autre pilier de la psychologie théorique est constitué par l’analyse sémiotique développé à Lvov à partir du concept non-psychologiste de signification. La signification étant fixée – par exemple, dans un mot écrit considéré comme un signe d’une vie psychique effectivement possible et partagé par une communauté linguistique dans laquelle ce mot peut provoquer des contenus psychiques concrets – celle-ci est affranchie des limites spatio-temporelles propres à l’actualisation d’un mot énoncé ou entendu concrètement par quelqu’un74. Chez Twardowski, il n’y a cependant aucune ambiguïté quant au fait que la signification n’est pas autonome dans son existence. Ainsi, lorsqu’il s’agit de la signification d’un mot écrit, celle-ci est liée aux traces graphiques du mot qui l’évoque et à celui qui l’émet (ou l’écrit), celui qui l’entend (ou le lit). Sa nature est hétérogène et intersubjective.

  • 75 Ceci fait largement écho aux discussions qui portèrent au ème sur le rôle du grec dans la distinct (...)

42Pour Twardowski, dans la pratique scientifique de la psychologie, surtout à l’étape de la description de la vie psychique qui consiste dans le dénombrement ordonné des faits psychiques (leur analyse et leur classification), la langue pose des distinctions et des descriptions préliminaires. Mais ce n’est pas elle qui valide cependant l’analyse descriptive75.

  • 76 Le réductionnisme linguistique tardif de Brentano n’a pas lui non plus été accepté par Twardowski. (...)

43Ce type d’analyse sémiotique éloigne la psychologie de Twardowski de Brentano pour qui le rôle de la signification des mots se limite à provoquer (évoquer) un contenu mental76 . C’est pourquoi, comme nous l’avons vu dans le témoignage d’Ingarden cité en introduction, malgré toute sa proximité avec Brentano, Twardowski le traite de psychologue. Même si Twardowski conserve la topologie brentanienne de l’expérience (expérience interne et externe) et l’évidence de la connaissance immédiate par introspection, la méthode descriptive analytique de Brentano ne constitue en ce sens qu’une des origines de la science psychologique de Twardowski qui est avant tout déterminée, en tant que théorie, par le concept des objets théoriques construits par la science et par la recherche des lois qui concernent ces objets.

44La psychologie empirique de Twardowski élabore un modèle sémantique de la vie psychique. Elle développe un système des objets théoriques relevant de la vie psychique et elle étudie les lois psychiques qui les lient. L’expérimentation constitue l’un des aspects de l’investigation psychologique :

  • 77 Blaustein, L. 1930, Przedstawienia imaginatywne. Studium z pogranicza psychologii i estetyki. PTF, (...)

L’expérimentation vérifie parfois les résultats de la psychologie descriptive, généralement elle examine cependant des problèmes particuliers en se basant sur les concepts fondamentaux soumis à l’analyse et déterminés dans la cadre de la psychologie descriptives.77

  • 78 Comme l’ont fait les éditeurs de la traduction anglaise, Twardowski 1999, On Actions, Products and (...)

45La psychologie théorique ainsi définie est capable de participer à de nombreuses recherches philosophiques. Ainsi, dans l’ouvrage fondamental de Twardowski de 1911 Sur les actions et les produits c’est bien la psychologie qui, de concert avec la grammaire et la logique, participe à la détermination du champ de la théorie de la connaissance. Ce petit ouvrage, qui porte comme sous-titre « Quelques remarques aux confins de la psychologie, de la grammaire et de la logiques », est paradigmatique eu égard à la méthode scientifique de son auteur. La psychologie, la grammaire et la logique qu’il mobilise sont les trois sciences philosophiques les plus importantes pour les analyses de la théorie de la connaissance. La modestie du sous-titre, « quelques remarques », ne doit pas induire en erreur. De la même façon, le mot « confins » ne doit pas être compris ici comme « lointain au point d’être flou » ou comme borderline, à savoir qui concerne les cas limites ou qui pose des problèmes de classification. Lorsqu’il s’agit des trois disciplines en question, leurs « confins » est à comprendre au sens étymologique du latin confinium, à savoir à la fois cum et finis, donc au sens de « territoires communs à ». Pour Twardowski, un « débordement » des problèmes d’une discipline sur une autre est inévitable et implique un passage logique de l’un vers l’autre : les distinctions linguistiques permettent dans un premier temps de fournir les descriptions de faits psychiques ; elles cèdent ensuite la place aux analyses introspectives qui cèdent à leur tour la place aux considérations logiques. Cette idée de l’interdisciplinarité domaniale est paradigmatique pour la méthode scientifique de Twardowski78.

  • 79 Blaustein, L. 1930, Przedstawienia imaginatywne, Lvov, Wydawnictwo PTFu. Notons aussi son travail  (...)
  • 80 Blaustein, L. 1939 Étude sur la perception des pièces radiophoniques, Drukarnia Uniwersytetu Pozna (...)
  • 81 Miskiewicz 2009, « Leopold Blaustein’s origins of analytical phenomenology : evidential cognition (...)

46Cette idée de pluridisciplinarité et d’interdisciplinarité de la philosophie est pratiquée avec talent par Leopold Blaustein, philosophe et théoricien le plus représentatif de la psychologie théorique, auteur entre autres des Représentations imaginatives. L’étude aux confins de la psychologie et de l’esthétique79, dont sujet est la construction du concept de représentation imaginaire en tant qu’un concept élémentaire de la psychologie théorique. Dans son traité sur les pièces radiophoniques, Blaustein pose le problème de la perception d’une fiction radiophonique et se donne pour tâche de réfléchir sur ce qui caractérise sa perception en tant qu’objet esthétique. Une fiction étant une œuvre d’art dynamique, elle se dévoile d’une manière évolutive dans la suite des phases qui se succèdent. Sa saisie s’effectue dans la perception continue des parties qui la composent. Mais sa continuité n’est pas calquée sur la continuité du temps physique correspondant à la présence de l’auditeur devant sa radio. Même l’auditeur très attentif vit un va-et-vient entre son espace réel et l’espace crée dans la fiction. C’est même le secret d’une perception esthétique réussie. L’immersion totale de longue durée n’est pas propre à la perception esthétique mais concerne également la transe. La perception de l’œuvre d’art, par le biais de la matérialité de sa fixation, n’est cependant pas toujours et nécessairement une perception esthétique. De même qu’un tableau peut-être perçu comme une planche pour remplacer un carreau cassé, il est arrivé qu’une fiction radiophonique ait pu servir pour brouiller les écoutes dans une pièce. Dans de pareils cas, une fiction radiophonique est perçue « simplement » comme un objet acoustique. Cependant, comme Blaustein s’intéresse à la fiction comme œuvre d’art, dans son analyse « il n’est pas possible de ne pas outrepasser le cadre de la problématique psychologique » et de la perception naturelle. En conséquence, ses « déductions vont s’appuyer sur deux sciences : la psychologie et l’esthétique »80 et comme pour certains autres de ses travaux c’est à une « étude aux confins de la psychologie et de l’esthétique » à laquelle il se livre81.

47Comme nous pouvons le voir avec cet exemple, la psychologie théorique est une science philosophique qui a une place importante dans le système des sciences et tout particulièrement dans les sciences humaines.

La psychologie théorique et la méthode psychanalytique

  • 82 Teresa Rzepa 1999, « Zlekceważony fenomen w dziejach nauki polskiej - psychologiczna Szkola Lwowsk (...)
  • 83 S. Ivanyk, op. cit.
  • 84 Bobryk, J. 2001, « Twardowski », Teoria dzialania, Proszynski i S-ka.

48Étant donné que la psychologie théorique s’affirme en opposition au paradigme psychophysique de la psychologie expérimentale et tient compte de l’importance méthodologique reconnue de l’introspection et de l’analyse sémantique, certains auteurs en sont venus à penser que la psychologie théorique de Twardowski pouvait servir d’explication méthodologique à la psychanalyse82. Cette interprétation a récemment trouvé un soutien dans des études consacrées aux étudiants ukrainiens de Twardowski parmi lesquels on a pu constater un fort intérêt pour la psychanalyse83. Cette idée se trouve aussi renforcée par l’argumentation visant à intégrer les états inconscients dans la tradition de l’intentionnalité brentanienne par l’intermédiaire de Searle84.

  • 85 O psychologii 1925-1926, Twardowski, Kazimierz, W. Miskiewicz (éd.), Paris : Éditions e-LV, 2008. (...)

49Les tenants de cette théorie regrettent l’apparente négligence de l’avènement de la psychanalyse par Twardowski. Grâce au manuscrit du cours « Sur la psychologie » du troisième trimestre 1925-26, consacré au behaviorisme et à la méthode psychanalytique, nous pouvons non seulement affirmer que Twardowski avait connaissance des écrits de Freud et même d’une certaine littérature secondaire, mais aussi qu’il considérait la psychanalyse comme un phénomène méritant l’attention. Cependant, Twardowski distingue clairement entre les « hypothèses et les propositions auxquelles elle a abouti » d’une part et la méthode psychanalytique de l’autre, à laquelle il s’intéresse en particulier85.

50Dans son cours Twardowski analyse l’explication psychanalytique des actes manqués et l’interprétation freudienne des rêves au moyen de l’appareil conceptuel de sa psychologie théorique. Le concept des actes manqués de Freud a pour Twardowski un sens car ceux-ci remplissent une fonction compréhensible à partir de la situation dans laquelle ils surgissent. Ils résultent de l’existence simultanée de deux tendances chez un individu : d’une tendance voulue, originaire, et d’une tendance obstructive. Dans sa forme rudimentaire, la psychanalyse consiste pour Twardowski en une sorte d’expérimentation. Il constate que l’analyste provoque le dévoilement de ce qui se passe ou de ce qui s’est passé dans la psyché de l’autre en suivant notamment la voie du questionnement ou des commentaires :

  • 86 Idem, p. 44/scans 88.

51« C’est une méthode objective : les signes sont ici les mots, le récit d’un fait remarqué et mémorisé par l’analysé. Nous comprenons le récit, car nous l’interprétons sur la base de notre propre introspection. Cependant la personne en question ne nous dévoile pas toujours directement des tendances obstructives à l’œuvre. Il y a alors un autre chemin : nous devons baser l’explication d’un acte manqué non pas sur les paroles qui dévoileraient la tendance obstructive, mais sur d’autres signes qui peuvent être des mots renvoyant à autre chose ou encore sur l’ensemble du comportement de la personne ; en le faisant nous nous laissons conduire par diverses analogies etc. »86

52Par la suite, Twardowski décrit la particularité de la méthode psychanalytique par rapport à sa propre méthode de la façon suivante :

  • 87 Idem, p. 48.

53« Les actes manqués se trouvent expliqués car ils sont saisis comme les résultats de certaines tendances, en grande partie inconscientes, agissant dans notre vie psychique et s’influençant les unes sur les autres. (...) C’est donc une analyse psychique d’une autre nature que celle effectuée par la psychologie qui vise pour sa part les descriptions les plus exactes possibles des processus psychiques et qui se limite donc toujours à ce qui est donné dans l’introspection. La psychanalyse puise dans les sphères de ce qui n’est pas conscient, de ce qui est inaccessible à l’introspection pour y trouver des éléments censés expliquer ce qui se passe dans la sphère consciente et accessible à l’introspection ou par la méthode objective. »87

  • 88 Idem, p. 96

54Sur la marge du manuscrit Twardowski ajoute la note suivante : « comparer à l’analyse chimique »88. Mais nous ne pouvons malheureusement que spéculer sur la manière dont Twardowski comprenait exactement cette comparaison entre psychanalyse et analyse chimique. Plus loin dans le cours, en rappelant que la psychanalyse se veut aussi une « méthode générale pour expliquer la vie psychique consciente à l’aide de la vie psychique inconsciente », Twardowski formule une observation qui montre l’incompatibilité de la méthode psychanalytique avec la méthode analytique descriptive de type brentanienne, et cela d’une manière bien plus convaincante encore que l’objection manifeste portant sur la compatibilité entre le concept même d’inconscient et le paradigme brentanien de l’analyse de la conscience.

  • 89 « Déformé » n’a pas ici de sens péjoratif : ce ne sont pas des signes tels quels.

55Chez Brentano, c’est bien sa théorie des contenus de la conscience qui explique la connaissance immédiate dans l’évidence et qui permet donc de justifier l’introspection. Or Twardowski remarque que la psychanalyse opère avec des contenus de substitution (zastępcze). Pour Twardowski, même les contenus psychiques obtenus par hypnose (méthode que Freud a ensuite abandonnée) ou par l’analyse directe non-psychanalytique des rêves demeurent des contenus immédiats de la conscience dans l’introspection. En revanche, les contenus avec lesquels travaille l’analyste freudien sont non seulement des contenus de substitution (par exemple le rejet à la place du désir) mais en plus ils sont « déformés », affirme-t-il89. C’est l’interprétation de l’analyste qui détermine si et comment les contenus en question résultent de processus plus ou moins pathologiques, comme par exemple la censure d’un désir inavouable.

56Malheureusement l’arrivée des vacances 1926 sonne la fin du cours de Twardowski. La question annoncée à la fin du cours, celle des liens entre les déformations des contenus de la conscience et les hypothèses psychanalytiques reste sans réponse explicite. Mais si nous appliquons ici la théorie des actions et des produits, il semble bien que ces contenus freudiens de substitution puissent être considérés comme les produits de la cure psychanalytique.

La psychologie théorique et les sciences

  • 90 C’est une raison supplémentaire pour ne pas traduire les « czynności », dans le titre de son essai (...)
  • 91 Les analyses statistiques sont importantes pour Twardowski.

57La psychologie théorique de Twardowski est une discipline philosophique qui se donne pour but l’analyse logique de la méthode grâce à laquelle la connaissance de la vie psychique et intellectuelle, mise au service d’un ethos éthique et scientifique, peut progresser. C’est une science de la cognition incarnée qui, contrairement à la plupart des formes contemporaines de psychologie cognitive, ne réduit pas les faits psychiques aux fonctions neurophysiologiques90. Pour Twardowski les faits neuropsychologiques ne relèvent pas du domaine de la psychologie, car un fait psychique n’est tout simplement pas un fait des sciences de la nature. Un fait psychique est fondamentalement un hybride psychophysique. En tant qu’unité concrète composée de l’activité psychique et du produit, le fait psychique n’est pas localisable dans le temps et dans l’espace physique. Sa continuité dans le temps n’est pas celle de la continuité du temps mesurable par les appareils de mesure. Sa localisation dans l’espace n’est pas identifiable à un fragment de l’espace physique. Étant hybride il se compose aussi bien des états mentaux concrets des personnes que de la matérialité des signes graphiques ou vocaux de la proposition (du jugement) qui le décrit. Un fait psychique est le représentant d’une classe générique d’objets construits et définis par des propositions qui en sont des signes. Les relations entre les objets et les lois qui les déterminent sont en partie justifiables d’une manière apriorique, par exemple quand ils relèvent de la logique ou des mathématiques91.

  • 92 Twardowski reconnait cependant l’utilité de l’étude des pathologies.

58Il est manifeste que la psychologie théorique chez Twardowski, en tant psychologie générale, prenne comme point de départ l’analyse d’un adulte en régime de fonctionnement normal92. Les résultats de ses expérimentations, menées au sujet de l’identification du style féminin et masculin dans l’écriture, laissent présager qu’elles concernent dans la même mesure les hommes et les femmes.

  • 93 Nous avons présenté la psychologie théorique par analogie avec la physique théorique, ce qui ne ve (...)

59Dans la psychologie de Twardowski on accède aux faits psychiques par la voie de l’introspection ou par le raisonnement analogique au sujet des états psychiques des autres. En raison de cette méthode, on peut considérer à certains égards la psychologie théorique comme une forme de mentalisme inspirée par le concept d’introspection provoquée. On y procède par la compréhension des signes en tant que produits psychophysiques exprimant les contenus de la conscience. La critique que fait Twardowski de la méthode psychanalytique – sa critique des signes de substitution déformés – montre l’importance fondamentale pour sa théorie de la base psychophysique due à l’immédiateté de l’introspection (mais également dans le cas du raisonnement par l’analogie). Elle est la base et la condition de possibilité de l’expérimentation par introspection provoquée. Cette théorie est déterminée par l’auto-donation immédiate des faits psychiques dans l’introspection. En ce sens, on peut dire que paradoxalement la psychologie est la seule science qui opère d’une certaine façon avec les faits bruts. Un fait psychique élémentaire est pour Twardowski un fait brut énoncé en jugement. Par contraste, un fait scientifique physique, comme l’affirme Duhem contre Poincaré dans son ouvrage sur la physique théorique, n’est pas un fait brut mais une construction93.

  • 94 Après la mort de Brentano, Twardowski projetait d’écrire une monographie sur lui. Selon Dambska, T (...)

60Dans un inédit consacré à Brentano94, Twardowski écrit que ce ne sont pas les « faits » qui ont la plus grande importance pour la connaissance scientifique :

Je parle de la découverte des jugements, et non des faits, car premièrement, il existe les sciences, comme la logique et les mathématiques, qui n’opèrent pas avec les faits, et deuxièmement, même les sciences qui s’en occupent, ne s’y limitent pas : elles examinent aussi les liens entre les faits. Puisque chaque conquête scientifique, chaque constat d’un fait ou d’un lien entre les faits, ou bien d’une relation entre les objets détachés des mathématiques s’accomplit et s’articule dans un jugement, nous nous exprimons d’une manière plus simple et plus précise, en disant que la recherche scientifique consiste dans la découverte et dans la justification des jugements, d’autant plus que ni les faits ni les relations n’ont besoin de justification. En revanche, les jugements qui constatent un fait ou une relation ou encore un lien en ont besoin. [Nos italiques]

61Chaque science se compose d’une suite de propositions (jugements) logiquement liées et justifiées. Chaque science est un modèle sémantique qui sera mise à l’épreuve par l’expérience et par l’expérimentation. La recherche scientifique se compose d’une part des activités (actions) qui visent à la justifier (uniquement de ce point de vue on peut parler des sciences aprioriques et des sciences empiriques au sens étroit du terme) et d’autre part des activités (actions) qui mènent aux découvertes des jugements. Les sciences qui obéissent aux lois sont pourtant réalisées par des chercheurs. Les mathématiciens et les philosophes, tout comme les chimistes, pratiquent leur science comme individus, et en ce sens, même les sciences qui justifient leurs jugements d’une manière aprioriques sont empiriques. Voici comment la théorie des sciences de Twardowski fonde l’importance heuristique de sa psychologie théorique.

*****

  • 95 La disparition des classes devait garantir à elle seule la disparition des pathologies psychiques.

62En Pologne, où des tendances très variées en psychologie jouissaient d’un grand intérêt à la fin du XIXe siècle, ce sont les élèves de Twardowski qui ont occupé avant la Seconde Guerre Mondiale toutes les chaires de psychologie (à l’exception de Cracovie). Cette psychologie philosophique qui a eu un impact important dans les sciences humaines n’a cependant pas débouché sur l’élaboration d’une psychologie clinique et, comme discipline, elle n’a pas trouvé de continuation après la guerre. On ne pourra que très difficilement évaluer la part de responsabilité qui incombe ici à l’histoire particulièrement tragique de cette partie de l’Europe : la disparition massive des personnes, des centres de recherches et de leurs archives et la suppression finale de la psychologie des universités après la mise en place de la dictature du prolétariat95.

63La psychologie comme discipline philosophique a permis de développer une terminologie psychologique riche et précise et a donné lieu à de nombreux ouvrages développant les concepts de base d’une psychologie appliquée à l’épistémologie. Bien qu’elle ait inspiré une philosophie des sciences humaines originale dans l’école de Twardowski et qu’elle ait anticipé de nombreuses problématiques contemporaines (surtout dans le domaine de l’esthétique), il reste encore largement à la découvrir.

Notes

1 « Lvov », « Lwów », « Lemberg », aujourd’hui – « Lviv ». Nous utilisons la forme française la plus courante du nom de la ville et nous gardons la racine de son nom français sorti d’usage – « Léopol », pour l’adjectif : « léopolien ».

2 Husserl, E. 1968, Briefe an Roman Ingarden, éd. R. Ingarden, Phaenomenologica 24, Martinus Nijhoff, La Haye, p. 115 ; sauf mention – toutes les traductions viennent de l’auteur.

3 Après un an à Lvov, Ingarden va chez Husserl à Göttingen. Cependant l’influence de Twardowski sur Ingarden est largement sous-estimée.

4 Cette tendance s’exprimera pleinement à Varsovie par des attitudes explicitement antiphilosophiques des logisticiens et par leur rapprochement avec le Cercle de Vienne. Rappelons que les « logisticiens » sont les représentants de la « logistique » : une théorie métaphilosophique développée à partir de la logique mathématique entre les deux guerres à Varsovie (autour de Łukasiewicz et Leśniewski). Ingarden évoque ici un aspect peu connu de l’histoire de l’École-Lvov Varsovie (voir à ce sujet : Miskiewicz 2011, « La critique du psychologisme et la métaphysique retrouvée – Sur les idées philosophiques du jeune Łukasiewicz », Philosophia Scientiae 15/2, – La syllogistique de Łukasiewicz, pp. 21-55).

5 Ingarden 1969, « Le concept de philosophie chez Franz Brentano », Archives de philosophie, pp. 632-636.

6 Dąmbska 1979, « Franciszek Brentano a polska mysl filozoficzna », Ruch Filozoficzny XXXVII, Nr 1-2, Torun, pp. 1-10.

7 Nous utilisons l’expression « psychologie théorique » par analogie avec la « physique théorique » pris au sens de Pierre Duhem dans La théorie physique, son objet et sa structure . L’expression « psychologie théorique », « theoretische Psychologie » est utilisée pour la première fois par J. Lindworsky en 1926 : Theoretische Psychologie im Umriss. Leipzig : Johann Ambrosius Barth. Lindworsky est une élève d’O. Külpe.

8 Twardowski, K. 1913, « Filozofia a psychologia eksperymentalna », Ruch Filozoficzny, III (4), p. 81-85 ; Twardowski, Artykuly i rozprawy filozoficzne, Lvov : Ksiaznica-Atlas, 1927, p. 324. Par la suite : ARF.

9 Cf . à ce sujet : W. Miskiewicz « Dilthey et la difficile recherche d’une autre objectivité », Intellectica 26-27, Paris, 1998/1-2, pp. 111-133.

10 1923, Briefwechsel zwischen Wilhelm Dilthey und dem Grafen Paul Yorck v. Wartenburg 1877 - 1897, Halle, pp. 38-46.

11 Dilthey se retire dans les archives où il découvrira un manuscrit inconnu de Hegel.

12 Wundt, W. 1913, Die Psychologie im Kampf ums Dasein, Alfred Kröner Verlag : Leipzig.

13 Idem : l’Introduction.

14 Ochorowicz est l’initiateur du premier Congrès international de la psychologie. Ce doctorant de Wundt, qui était pendant un moment assistant en sciences de la nature à l’université de Lvov, a entièrement dirigé par la suite ses intérêts sur les phénomènes parapsychologiques (tout en respectant l’esprit positiviste et psychophysique). Il a crée un Laboratoire expérimentale à Wisła dans le Sud de la Pologne où il travaillait avec les mediums, photographiait les fantômes où encore l’énergie mentale, etc. Il est devenu un classique du spiritisme. Cf. Ochorowicz 1887, De la suggestion mentale, avec une préface de Charles Richet, Paris : Octave Doin Éditeur.

15 Le terme « séminaire » utilisé ici signifie une sorte d’« école doctorale » ; par la suite il sera beaucoup question du séminaire philosophique de Twardowski.

16 Wundt, W. 1910, « Das Institut für experimentelle Psychologie zu Leipzig », Psychologische Studien vol. 5 (6), Wilhelm Engelmann : Leipzig ; http://www.uni-leipzig.de/~psycho/wundt/opera/wundt/institut/institut.html

17 Cf. Mausfeld, R. 2000, « Von der Experimentierstube zur Massenforschung : Experiment und Erkenntisfortschritt in der Psychologie », Albertina Christiana, 50, pp. 21-36.

18 Rieber, R. W. & Robinson, D. K. (éds.) 2001, Wilhelm Wundt in History. The Making of a Scientific Psychology, Springer. Voir en particulier E. J. Haupt, « Laboratories for Experimental Psychology », pp. 205-250.

19 Wundt, W. 1907, « Über Ausfrageexperimente und über die Methoden zur Psychologie des Denkens », Psychologische Studien, 3, pp. 301-360. Il est clair que l’expérimentation de Twardowski tombe aussi sous ses critiques.

20 W. G. Bringmann, G. A. Ungerer, « The foundation of the institute for experimental psychology at Leipzig University, Psychological Research, June II 1980, vol. 42 (1-2), pp. 5-18

21 Wundt est soutenu principalement par l’astrophysicien Cari Friedrich Zöllner (1834-1882), passionné par la question des illusions optiques.

22 À Zürich, avant son arrivée à Leipzig, Wundt disposait déjà d’un local pour les appareils.

23 Cf. la thèse de doctorat de David K. Robinson 1987, Wilhelm Wundt and the Establishment of Experimental Psychology, 1875-1914, Berkeley, chap III, p. 3.

24 Twardowski 1913, « Filozofia a psychologia ekserymentalna », Ruch Filozoficzny, vol. 3 (4), p. 81-85 ; cité d’après Twardowski 1927, Rozprawy i artykuly filozoficzne, Lwow, Ksiegarnia S. A. « Ksiaznica-Atlas », T. N. S. W (par la suite : RAF), p. 326.

25 Ainsi, pour les polonais, sans État à l’époque, la psychologie scientifique donne l’opportunité de pratiquer dans le pays la recherche et l’enseignement supérieur. À Varsovie par exemple l’occupant russe considère la psychologie comme moins susceptible d’être porteuse des idées patriotiques que la philosophie. Les congrès philosophiques y sont impensables alors que les congrès des médecins, des naturalistes où des neurologues sont autorisés ; une première société savante, la Société Psychologique, peut ainsi naître en 1907. Les intellectuels progressistes y propagent la nouvelle science comme J. E. Abramowski (1868-1918) ou J. W. Dawid (1859-1914). Cependant, l’édition commune des Annales de la Psychologie Expérimentale des psychologues de Varsovie et de Lvov est interdite par la censure russe (cf. la lettre d’Abramowski à Twardowski du 5 novembre 1914, cf. Archives e-LV).

26 Cf. Wundt, W. 1893, Hypnotisme et suggestion. Étude critique, trad. A. Keller. Paris : F. Alcan. Wundt analyse ici la méthode de « suggestion » et ne lui reconnait pas de valeur pour la psychologie (entre autres l’argument sur les limites de l’observation personnelle). Wundt reconnait par contre l’utilité de l’hypnose dans la pratique médicale (surtout quand elle est accompagnée des médicaments).

27 L’importance de la problématique ontologique et logique de cette œuvre reste n’a pas encore été mesurée.

28 En 1795 et 1918 Pologne est partagée entre la Russie, la Prusse et l’Autriche.

29 Twardowski ; K. 1913, O psychologii, jej przedmiocie, zadaniach, metodzie, stosunku do innych nauk i o jej rozwoju. Encyklopedia Wychowawcza, Varsovie.

30 Kazimierz, K. 1898, O złudzeniach wzrokowych, Twardowski, Kazimierz, W. Miskiewicz (éd.), Paris : Éditions e-LV, 2008. Disponible sur : <http://www.elv-akt.net/ressources/archives.php?id_archive=42>

31 Pieter, J. 1972, Historia psychologii, Varsovie, p. 396.

32 Rzepa, T. 1992, Psychologia w Przegląd Filozoficzny, p. 37) se base sur Kleiner, J. (1974, Portrety uczonych polskich, Carcovie, p. 449). Fisette et Frechette donnent en fait comme date de la création du laboratoire la date de la création du Séminaire Philosophique à Lvov (2007, À L’école de Brentano, Paris : Vrin, p. 73).

33 La lettre est signée par le doyen Stanislaw Zakrzewski. L’authenticité de la lettre est confirmée par la notice dans le Journal de Twardowski qui, après avoir noté le départ d’Ajdukiewicz à la guerre, mentionne à la date du 07.07.1920 la réunion et la décision de la Faculté (Twardowski 1997, Dzienniki, Adam Marszalek, Torun, vol. 1, p. 162). La copie carbone de la lettre se trouve dans l’Archive Centrale de Lvov. Le document a été trouvé par Joanna Szaflik durant ses recherches à Lvov cofinancées par les Archives Numériques de l’école Lvov-Varsovie : http://www.elv-akt.net/ressources/archives.php ?id_archive=2180.

34 Nous remarquons au passage que l’expérimentation psychologique jouit déjà d’un prestige, auprès des hauts fonctionnaires d’État, qui justifie son financement.

35 À partir de 1907/08, les travaux dirigés en psychologie expérimentale (2h hebdomadaire) sont systématiquement dans le programme universitaire de l’UJK. Cf. Jadczak, R. 1996, « Inspiracje i kontrowersje. Z korespondencji K. Twardowskiego z A. Meinongiem », Przeglad Filozoficzny-NS, R. V, pp. 105-117 ; p. 111.

36 Wladyslaw Heinrich (1869-1957) étudie des mathématiques et les sciences naturelle à Zurich, Munich, Paris et Vienne puis la philosophie et défend finalement en 1894 un doctorat sous la direction d’Avenarius : « Bemerkungen zur neueren physiologischen Psychologie in Deutschland mit besonderer Brücksichtigung der Aufmerksamkeit ». À partir de 1897 il est assistant dans le département de physique de l’université Jagellonne.

37 Les étudiants admis au Seminarium ont une place de travail permanente (de 7h à 22h), l’accès direct à la bibliothèque du séminaire et surtout à Twardowski lui-même qui passe la plupart de son temps dans le séminaire.

38 http://www.elv-akt.net/ressources/archives.php?id_catalogue=1&ordre=title&option=asc

39 Wundt, qui partait de l’expérimentation médicale et physiologique, représentait en réalité un cas rare. Les expérimentations psychologiques ont majoritairement débuté dans des départements de physique.

40 Lettre citéé dans Jadczak, R. 1996, « Inspiracje i kontrowersje. Z korespondencji K. Twardowskiego z A. Meinongiem », Przeglad Filozoficzny-NS, R. V, p. 110.

41 Le grand historien de l’école Lvov-Varsovie, Ryszard Jadczak (1951-1998), est le premier à avoir attiré l’attention sur l’existence de ce « laboratoire clandestin » (cf. Jadczak, R. 1996, op. cité, R. V, pp. 105-117 ; p. 110). Pour l’anecdote, le « collègue de la physique expérimentale », dont Twardowski parle dans sa lettre à Meinong et qui laisse à Twardowski l’accès au laboratoire de la physique expérimentale, est Ignacy Zakrzewski, celui-là même qui, des années plus tard, en tant que doyen, signera la lettre du 07. 07.1920 que nous avons retrouvée.

42 Le « séminaire » possède d’ailleurs ses propres locaux : bibliothèque, salle de lecture, salle de réunion.

43 Encyklopedia Wychowawcza, op. cit. p. 284.

44 Ainsi le premier Congrès des philosophes polonais, qui s’est tenu en mois de mai 1923 à Lvov, a pris une résolution pour la fondation de l’Institut psychophysique ; cf. « Chronique » dans la Revue néo-scolastique de philosophie, 25e année, n ° 100, 1923, pp. 457-470.

45 De nombreux psychophysiciens polonais participaient activement au début du siècle à la naissance de la discipline. Durant le VIe congrès international de la psychologie à Genève, il y a avait huit psychologues polonais dont cinq femmes ! L’une d’entre elle, Mlle Dr J. Ioteyko, était non seulement la première femme membre du comité d’organisation du Congrès mais aussi la première femme, avant Maria Curie-Sklodowska, à avoir donné des cours au Collège de France (en 1903). Josefa Joteyko (1866-1928), docteur en médecine et en physique, dirige un laboratoire de psychologie expérimentale à Bruxelles et travaille à l’Institut Solvay avant de revenir en Pologne en 1919.

46 L’un des élèves d’origine ukrainienne de Twardowski, Jaroslaw Cukrowski (1904-1995), est le directeur de l’Institut Badan Psychotechnicznych à Katowice entre 1932-39 (S. Ivanyk, dissertation de doctorat à l’université de Varsovie, » Filozofowie Ukrainscy w Szkole Lwowsko-Warszawskiej », l’université de Varsovie, 2012).

47 Sa stratégie concordait avec l’évolution de l’université qui d’un lieu exclusivement de transmission de la culture devenait aussi un lieu de recherche.

48 Alors que le laboratoire d’Heinrich à Cracovie s’inscrit tout à fait dans la tendance psychophysique.

49 L’expression de Twardowski « scolastique formelle des chiffres » pour désigner le laboratoire de Wundt vient de « Psychologia bez przyrzadow » (1912) dans Twardowski 1927, Rozprawy i artykuly filozoficzne. Zebrali i wydali uczniowie, Lwow, Ksiaznica « Atlas », p. 321.

50 Twardowski, K. « Autobiografia Filozoficzna » (Selbstdarstellung), Przeglad Filozoficzny. Nowa Seria, I, Nr. 1, pp. 19-33, p. 14.

51 Cet épisode de la vie de Twardowski confirme par ailleurs l’éloignement de Wundt pour l’expérimentation à Leipzig dont nous avons parlé plus haut. Le séjour dans des lieux de psychologie expérimentale sera un passage obligé pour tous les disciples de Twardowski (chez Wundt à Leipzig, chez G. E. Müller à Göttingen, chez Stumpf à Munich puis Berlin). Cf. la lettre de Twardowski à Külpe et l’école de Würzburg dans sa Selbstdarstellung.

52 Publié pour la première fois en 1927, cit ; après Wybrane pisma filozoficzne, PWN, Warszawa, 1965, pp. 92-113.

53 Dans un recueil de 1965 édité par un groupe d’élèves proche de Twardowski, la date 1902 et la publication d’un document didactique sont données explicitement comme la date de l’abondant du psychologisme par Twardowski. Ibidem, p. 107.

54 Voir Miskiewicz 2011, op. cité.

55 Idem pp. 270-271.

56 Idem p. 244. Pour cette définition Twardowski se réfère à Witasek, S. 1908 Grundlinien der Psychologie, Leipzig.

57 Idem p. 250.

58 Les dispositions sont inégalement distribuées dans la population.

59 Idem p. 244.

60 A l’exception de l’École de Würzburg avec laquelle il a des affinités évidentes et personnellement renforcées par les relations amicales qu’il conserve avec Oscar Külpe.

61 1927, RAF, p. 321.

62 Bovet, P. 1910, La conscience du devoir dans l’introspection provoquée, Genève : Ency, p. 264. C’est par Bovet que le concept d’introspection et celui de la confrontation aux phénomènes psychiques sont introduits chez Twardowski. Il faut d’ailleurs souligner en général l’importance de la psychiatrie française à l’époque en Pologne.

63 Idem p. 322.

64 Déjà dans son exposé de 1897, Twardowski cite longuement l’argumentation critique d’Émile Du Bois-Reymond contre le remplacement de l’étude de l’expérience intérieure par les études sur les processus du cerveau dans Über die Grenzen des Naturerkennens (WPF, p. 97).

65 Cette théorie est à l’origine de l’interprétation selon laquelle la psychologie de Twardowski pourrait assez aisément constituer une théorie scientifique de la psychanalyse. Nous y revenons par la suite.

66 Bronislaw Bandrowski (1879-1914), l’un des disciples préférés de Twardowski, mort très jeune dans un accident de montagne, décrit de la façon suivante les points forts de l’École de Würzburg : 1) la réunification de l’introspection systématique avec la méthode expérimentale, 2) la considération du processus du penser comme un élément d’un processus réactif et 3) l’explication des faits par le mécanisme reproductif limité résultant des tendances, Cf. Czeslaw Glombik 1999, Husserl i Polacy, Gnome, p. 163.

67 « Twardowski s’est opposé à ceux qui identifiaient les phénomènes psychiques avec les processus physiologiques et il est resté un défenseur de l’introspection (…). Pour Twardowski la différence fondamentale entre les fonctions du système nerveux et les phénomènes psychiques était vitale pour deux raisons : d’abord parce que les processus physiologiques sont spatialement déterminés, contrairement aux processus psychiques, et ensuite parce que les phénomènes psychiques sont perçus différemment des processus physiologiques. » Sloniewska, H. 1973, « Kazimierz Twardowski (1866-1938), Polish Psychological Bulletin, vol. 4, n o 1, p. 56.

68 Pour décrire le projet de la science psychologique de Twardowski, nous utilisons l’expression « psychologie théorique » par analogie avec la « physique théorique » au sens de Pierre Duhem. Dans La théorie physique, son objet et sa structure, Duhem écrit : « Nous avons cherché, tout d’abord, à en [la théorie physique] fixer l’ objet avec précision. Puis, connaissant la fin à laquelle elle est ordonnée, nous en avons examiné la structure ; nous avons étudié successivement le mécanisme de chacune des opérations par lesquelles elle se constitue ; nous avons marqué comment chacune d’elles concourait à l’objet de la Théorie. » (Introduction, 2e éd. Paris, 1914, p. 5). En réfléchissant sur l’évolution (agitée à l’époque) de la physique, Duhem écrit : « Cette course effrénée et désordonnée à la poursuite de l’idée nouvelle a bouleversé tout le domaine des théories physiques ; elle en a fait un véritable chaos, où la logique ne trouve plus sa voie et d’où le bon sens fuit épouvanté. » En pensant à la logique de son temps Twardowski ne pourrait que souscrire à ce diagnostic. Le développement plus détaillé de l’analogie physique théorique/psychologie théorique dépasse cependant le cadre de notre article. Nous nous limitons ici à sa pertinence dans l’exposition de la différence entre la psychologie scientifique de Twardowski et la psychologie expérimentale de l’époque.

69 Encyclopedia Wychowawcza, op. cit., p. 250.

70 Ceci rappelle la conception brentanienne de l’évidence comme critère de vérité.

71 Contrairement à ce que Twardowski appellera la psychologie des cas individuels pratiquée par des psychiatres français.

72 « Lorsque j’entends et comprends un nom, je me représente ce qu’il désigne ; et les noms n’ont en général d’autre but que de provoquer des représentations » (Brentano F. 2008, Psychologie du point de vue empirique, Paris : Vrin, p. 217).

73 Izydora Dambska 1979, « Franciszek Brentano a polska mysl filozoficzna », Ruch Filozoficzny XXXVII, Nr. 1-2, Torun, pp. 1-10, p. 4.

74 Au-delà de l’influence immédiate de Husserl, l’origine de cette théorie de la signification est à chercher dans les concepts bolzaniens de propositions et représentations en soi. Cf. Miskiewicz 2004, « À propos des origines philosophiques de l’École de Lvov et de Varsovie : affaire Zimmermann », dans Thouard, D. (éd.) 2004, Aristote au XIXe siècle, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, pp. 377-395.

75 Ceci fait largement écho aux discussions qui portèrent au ème sur le rôle du grec dans la distinction des catégories aristotéliciennes et en particulier à cette affirmation de Trendelenburg « Die grammatsiche Gestalt leitet aber sie entscheidet nicht ». Cf. Courtine, J. -F. « La question des catégories : le débat entre Trendelenburg et Bonitz », dans Aristote au XIXe siècle, op. cit., p. 78.

76 Le réductionnisme linguistique tardif de Brentano n’a pas lui non plus été accepté par Twardowski. Le fait que l’un de ses disciples – Kotarbinski – ait inventé le réisme avant et indépendamment de Brentano, n’est d’une certaine façon qu’une coïncidence terminologique, car chez Kotabinski le réisme résulte des investigations ontologiques (que Brentano rejette).

77 Blaustein, L. 1930, Przedstawienia imaginatywne. Studium z pogranicza psychologii i estetyki. PTF, Przemysl, p. 5. Mieczyslaw Kreutz, qui remplacera Twardowski à la tête du Laboratoire de psychologie à Lvov écrit : « pour la description scientifique des phénomènes, un appareil de concepts descriptifs, exactement définis et bien appliqués aux propriétés des phénomènes examinés est nécessaire ». Ces concepts fondamentaux sont par exemple : « un vécu psychique », « un état psychique », « une propriété des phénomènes psychiques », Idem., p. 5.

78 Comme l’ont fait les éditeurs de la traduction anglaise, Twardowski 1999, On Actions, Products and Other Topics in Philosophy, ed. J. Brandl et J. Wolenski, Rodopi, 1999, pp. 103-133.

79 Blaustein, L. 1930, Przedstawienia imaginatywne, Lvov, Wydawnictwo PTFu. Notons aussi son travail : « Quelques remarques sur les représentations schématiques et symboliques. Recherches au confins de la psychologie et de l’esthétique » (Przedstawienia schematyczne i symboliczne, Wydawnictwo Przegladu Humanistycznego, Lwow, 1931). Leopold Blaustein (1905 - 1942 ?) est disparu tragiquement avec sa femme, la logicienne Eugenia Ginsberg-Blaustein (1905-1942 ?) et leur fils Ludwik (1937-1942 ?) dans le ghetto de Lvov.

80 Blaustein, L. 1939 Étude sur la perception des pièces radiophoniques, Drukarnia Uniwersytetu Poznanskiego, PTP, Pozna ; extrait du Kwartalnik Psychologiczny, vol. XI.

81 Miskiewicz 2009, « Leopold Blaustein’s origins of analytical phenomenology : evidential cognition and theory of representations », dans S. Lapointe, M. Marion, W. Miskiewicz & J. Wolenski (eds), The Golden Age of Polish Philosophy, Springer Verlag, Logic, Epistemology and the unity of Science Series, pp. 181-191.

82 Teresa Rzepa 1999, « Zlekceważony fenomen w dziejach nauki polskiej - psychologiczna Szkola Lwowska, in Polska Filozofia Analityczna, Torun, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikolaja Kopernika », pp. 43-57.

83 S. Ivanyk, op. cit.

84 Bobryk, J. 2001, « Twardowski », Teoria dzialania, Proszynski i S-ka.

85 O psychologii 1925-1926, Twardowski, Kazimierz, W. Miskiewicz (éd.), Paris : Éditions e-LV, 2008. Disponible sur : <http://www.elv-akt.net/ressources/archives.php?id_%20archive=%2048>

86 Idem, p. 44/scans 88.

87 Idem, p. 48.

88 Idem, p. 96

89 « Déformé » n’a pas ici de sens péjoratif : ce ne sont pas des signes tels quels.

90 C’est une raison supplémentaire pour ne pas traduire les « czynności », dans le titre de son essai de 1911, par « fonctions » mais par « actions ». Cf. Fonctions et formations. Quelques remarques aux confins de la psychologie, de la grammaire et de la logique (dans D. Fisette & G. Fréchette (éds.) op. cité, pp. 343-385).

91 Les analyses statistiques sont importantes pour Twardowski.

92 Twardowski reconnait cependant l’utilité de l’étude des pathologies.

93 Nous avons présenté la psychologie théorique par analogie avec la physique théorique, ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire de différence entre les phénomènes psychiques et les phénomènes physiques. Chez Brentano, rappelons que les phénomènes physiques ne sont pas connus ou accessibles immédiatement. Pour Duhem, les faits physiques purs n’existent pas pour le physicien : ils résultent de l’interprétation. Pour Twardowski, Freud, interprétant les contenus de la conscience, est un naturaliste.

94 Après la mort de Brentano, Twardowski projetait d’écrire une monographie sur lui. Selon Dambska, Twardowski a commencé ce travail peu après la mort de Brentano en 1917 (cf. « Franciszek Brentano a polska mysl filozoficzna », Ruch Filozoficzny XXXVII, Nr 1-2, Torun, 1979, pp. 1-10). La page 42 de son manuscrit est écrite sur le verso d’un certificat de participation aux cours d’un certain Rücker Gustav durant l’année académique 1923-24 (op. cit. scan n ° 39). Ce qui permet de conclure que Twardowski a repris le projet après cette date.

95 La disparition des classes devait garantir à elle seule la disparition des pathologies psychiques.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search