Version classiqueVersion mobile

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Deuxième partie. Acteurs, discours et stratégies

6. Matrices et héritages discursifs dans la dénonciation de la corruption en France

Du xixe siècle à la première moitié du xxe siècle

Benjamin Gérôme

Texte intégral

  • 1 On peut s’en assurer en se référant au tour d’horizon historiographique rédigé par Frédéric Monier (...)

1Si l’étude de la corruption est un phénomène historiographique relativement récent et, à dire vrai, assez contenu1, la dénonciation de cette pratique par ses contemporains est, quant à elle, bien plus ancienne et l’on peut très aisément trouver à lire bien des ouvrages critiques à son égard durant les deux derniers siècles. C’est la lecture et l’analyse de ce type d’ouvrages qui constituent le cœur de nos travaux de recherche, dont nous nous proposons de résumer postulats et hypothèses qui guident nos pas et orientent nos réflexions.

2Ainsi, la dénonciation de la corruption aurait donné lieu sur le temps long à toute une littérature née sous la plume d’auteurs divers mais qui aurait la particularité de présenter une certaine homogénéité, malgré des évolutions et des inflexions — on ne dénonce évidemment pas ce phénomène exactement de la même façon au milieu du xixe siècle et cent cinquante ans plus tard. Le but est donc principalement de comprendre dans quelle mesure cette production écrite peut être considérée comme un genre littéraire à proprement parler, marqué par des filiations fortes entre les différents auteurs ainsi qu’entre leurs ouvrages. En l’occurrence, le sujet qui nous occupe ici est même un peu plus restreint car, dans ce cadre général, nous avons choisi d’interroger plus particulièrement la question de la continuité entre xixe et xxe siècle du point de vue de la dénonciation de la corruption en France.

  • 2 Parmi les auteurs étudiés, on peut déjà citer, dans l’ordre chronologique : Alphonse Toussenel (18 (...)

3Concernant les sources utilisées, dans la grande majorité — et c’est le sujet qui l’impose — les lectures ont été celles d’ouvrages ou de brochures imprimées de divers auteurs, choisis évidemment pour leur combat commun mais choisis aussi pour que la période étudiée soit couverte de la façon la plus homogène possible2.

  • 3 Qu’il nous soit permis de renvoyer le lecteur à la bibliographie de Francis Delaisi : Benjamin Gér (...)

4Par ailleurs, certains périodiques ont été pris en compte, quelques auteurs ayant également eu une activité au sein de tel ou tel journal : Francis Delaisi est ainsi à l’origine de plusieurs centaines d’articles dans la Bataille syndicaliste ou la Guerre sociale3. Parfois même, ils sont à l’origine de certains périodiques comme l’est Roger Ménnevée pour les Documents politiques, diplomatiques et financiers (1920-1969). Concernant les archives personnelles, nous avons essentiellement pris en compte celles d’Augustin Hamon (tout du moins celles qui se trouvent à Nantes au Centre d’histoire du travail, une autre importante partie de sa correspondance étant archivée à Amsterdam).

5Dans un premier temps sera évoquée la dénonciation de la corruption en tant que thème commun à tous les auteurs présentés. Ensuite, la deuxième partie sera consacrée à la personne du dénonciateur lui-même, telle que présentée au lecteur à travers les ouvrages. Enfin, nous aborderons la question du style et des procédés utilisés par les dénonciateurs de la corruption, en insistant par ailleurs sur les liens et héritages formels qui permettent de les lier les uns aux autres.

La dénonciation de la corruption en tant que telle et comme symptôme

6Il est un premier constat à faire de ce point de vue : il est rare que la corruption soit au centre des ouvrages comme sujet unique ou principal. Tous la dénoncent mais pointent en parallèle d’autres maux, dans le cadre d’une critique plus globale du monde politique ou de la société. Les seules exceptions concernent les articles qui se veulent plus ciblés ou de rares écrits : à notre connaissance, seul Les Pots-de-vin parlementaires d’Auguste Chirac (1888) et Dans le cloaque de Maurice Barrès (en 1914) approchent au plus près du sujet et laissent les autres de côté.

7La plupart du temps, cette corruption aux yeux des auteurs est généralisée au point où, à la lecture de certains livres, on est amené à se demander s’il reste encore des personnes n’ayant rien à se reprocher. Cela se remarque dès les premiers écrits du milieu du xixe siècle : Alphonse Toussenel, dans son livre paru en 1845, Les Juifs rois de l’époque, histoire de la féodalité financière, dresse un tableau catastrophé de la situation :

  • 4 Alphonse Toussenel, 1845, p. 40.

La loi, dépouillée de tout caractère grandiose et national, n’est plus qu’une transaction d’argent entre d’avides prétentions de clocher. Il n’y a de majorité assurée pour les ministres qu’à la condition, pour ceux-ci, de ne pas gouverner. Acheter des consciences et pallier les bassesses, voilà l’œuvre édifiante et à peu près exclusive que les mœurs du temps ont assigné au pouvoir4.

8Au reste, il n’y aurait même pas de distinction chez lui entre tel ou tel courant politique : lorsque des ministres sont accusés par l’opposition, ceux qui la composent leur répondent :

  • 5 Ibid., 1845.

Vous ne valez pas mieux que nous… et ces ministres disent vrai ; il n’y a plus de question de conscience dans ce régime soi-disant représentatif, où deux cent mille électeurs à deux cents francs sont censés représenter trente-cinq millions de Français5.

9Et Toussenel d’ajouter :

  • 6 Ibid.

Les mêmes ministres ont bien ri un jour qu’un député naïf avait cité à la tribune le nom de quelques ministres anglais morts de honte pour avoir été pris la main dans le sac de la corruption. On ne meurt plus de honte en ce temps : on en vit6.

  • 7 Nous nous sommes principalement basés sur Les Rois de la République, histoire des Juiveries, 1886  (...)

10Auguste Chirac en arrive également au constat similaire d’une corruption généralisée7. Dans Les Pots-de-vin parlementaires, il affirme dès les premières pages que :

  • 8 Auguste Chirac, 1888, p. 5.

Toute l’indignation publique se base, actuellement, sur ce fait qu’à ses yeux il n’y ait plus un mandataire du pays qui ne soit à l’abri d’une accusation de pot-de-vin8.

11Et il poursuit en affirmant :

  • 9 Ibid., p. 6.

Qu’il n’y a pas un sénateur et pas un député qui, dans l’exercice de son mandat, fasse passer son propre intérêt après celui du pays ; les meilleurs mettent les deux intérêts sur le même pied d’égalité, les autres, carrément, font prédominer leur avantage personnel9.

  • 10 Auguste Chirac, 1876, p. 255.
  • 11 Id., 1888, p. 6.

12Progressivement, toute la société apparaît coupable de son point de vue car si la corruption au sens moral vient, à l’en croire, « d’en haut10 », elle contamine le peuple, montré du doigt pour accepter cet état de fait11.

13Les quelques extraits sont assez significatifs et l’on retrouve des constats similaires et aussi définitifs lorsqu’on lit les auteurs plus récents qui ont été cités. Parfois, on peut découvrir sous la plume de ceux-ci la mise en avant de rares exceptions convoquées en l’occurrence pour faire ressortir davantage la généralisation de la corruption. Par ailleurs, Auguste Chirac, par exemple, parvient à trouver dans certaines professions tel ou tel poste ou fonction dont les titulaires sont demeurés honnêtes :

  • 12 Id., 1886, p. 202.

Il est établi que les courages et les probités sont ordinaires parmi les plus humbles fonctionnaires de police et que, chez eux, les cas de vénalité sont très rares12.

  • 13 Robert de Jouvenel, 2014, p. 200.

14Existent également des auteurs plus mesurés qui jugent leurs contemporains avec sans doute plus de lucidité et moins de militantisme : ainsi, Robert de Jouvenel, en 1914, dans sa République des camarades, se veut plus retenu et même s’il constate que les hommes politiques, à défaut de se laisser corrompre, se laissent toujours intimider, il met aussi en avant le fait que, dans les domaines de la fonction publique, de la justice ou de la presse, c’est la plupart du temps de façon passive que les individus concernés agissaient mal13.

15Les catégories de personnes concernées par la corruption, sont nombreuses, mais les élites sont assez souvent au centre ; on pourrait ainsi citer :

  • les élites politiques (membres du gouvernement ou élus),
  • la fonction publique (des hauts fonctionnaires comme les préfets aux employés municipaux),
  • les membres de l’armée (notamment parmi les hauts gradés),
  • les journalistes,
  • et — à en croire Auguste Chirac — jusqu’aux « prolétaires ».

16Au sein de ce catalogue, la corruption de la presse peut être vue, sans doute plus que d’autres, comme une sorte de « marronnier » : parfois, tel ou tel journaliste est accusé d’avoir reçu des fonds, mais on est parfois aussi en présence d’une forme de corruption plus subtile, qui est néanmoins analysée et dénoncée comme telle à travers la question des annonces et de la publicité. La presse est ainsi accusée de dénaturer la réalité, de présenter les faits dans le sens qui conviendrait le mieux aux puissants et ce dans plusieurs buts : leurrer l’honnête citoyen, influer sur des décisions parlementaires ou sur la politique générale.

  • 14 Robert de Jouvenel, 2014, p. 192.

17Chez tous, que ce soit Toussenel, Chirac, Drumont, Hamon ou Delaisi, se retrouve la dénonciation de ces travers. À nouveau, seul Jouvenel se montre moins radical, en affirmant que si « la presse n’est plus indépendante […] elle n’est pas encore servile14 ».

  • 15 Francis Delaisi (sous le pseudonyme de Z), « Briand, agent des Pereire » 2 novembre 1910.
  • 16 Francis Delaisi, 1910, p. 170-171.
  • 17 Francis Delaisi (sous le pseudonyme de Z), « La démocratie et les financiers. La preuve : la grève (...)
  • 18 Francis Delaisi, « Ma visite à l’Humanité II », 23 novembre 1910.
  • 19 Ibid.

18Chez les autres, les dénonciations peuvent être à géométrie variable : chez Delaisi par exemple, la presse serait largement corrompue ou pour le moins sous influence, à l’exception de quelques journaux de gauche radicale — Francis Delaisi étant lui-même de ce bord politique. Ainsi, Aristide Briand est à ses yeux « un agent des banquiers Pereire15 » qui aurait acquis le journal La Lanterne et y aurait convié ses amis dans le but de créer un contexte favorable au vote de subventions et de primes pour la marine marchande et les paquebots. L’Aurore aurait été, quant à elle, donnée à Clémenceau par des financiers juifs16. Pour des raisons de stratégie politique, certains journaux sont parfois dénoncés plus que d’autres. Ainsi, on peut rappeler que l’Humanité est prise pour cible par Delaisi et accablée par un feu nourri en novembre 1910 à travers des articles de la Guerre sociale : Delaisi reproche au journal de Jaurès d’avoir caché le rôle des Rothschild dans un conflit entre des employés de chemin de fer et leur compagnie17. Selon Delaisi, le journal a été fondé « par les soins de Briand, avec l’argent de gros personnages juifs, liés aux Rothschild18 » et « aujourd’hui encore, son capital est formé en majorité par des souscriptions des bourgeois19 ».

19Nous l’évoquions également, la corruption peut être vue comme un symptôme, et sa dénonciation peut permettre de s’attaquer à une situation ou un mal plus profond et plus large. Le lecteur a sans doute pu s’en rendre compte, une partie des auteurs concernés, Drumont le premier, sont antisémites et dès lors, la corruption apparaît comme un phénomène spécifiquement juif ou qui aurait — en tout cas — une origine juive. Ils dénoncent de façon assez classique la mainmise des Juifs sur le pays : la corruption fait partie de l’arsenal dont ils disposeraient. La lecture de La France juive de Drumont est là pour le montrer. Quelques années plus tard, en 1889, on retrouve cette même logique chez Augustin Hamon dans L’Agonie d’une société, volume dans lequel il fait débuter son propos en disant que :

  • 20 Augustin Hamon, 1889, P. I.

Le Juif […] a corrompu avec rapidité cette classe [la classe bourgeoise] qui ne demandait qu’à l’être, parce que l’absence de moralité lui procurait de sérieux bénéfices20.

20Il poursuit :

  • 21 Ibid., p. 76.

L’aryen doit s’habituer à se laisser molester, sans protester, par le Juif, puisque c’est lui le maître, le possesseur de l’or, le dispensateur des places et des pots-de-vin. C’est le patron des ministres et des députés qui prennent ses ordres pour tondre le Français bête et bon21.

21Dans un registre nationaliste, certains élargissent même le cercle et y incluent tout ce qui n’est pas français et pourrait être considéré comme une anti-France avant l’heure : les protestants sont ainsi associés aux juifs pour les mêmes méfaits, notamment chez Toussenel ou Drumont. Et ce dernier peut ainsi résumer les choses :

  • 22 Édouard Drumont, 1938, p. 199.

Rien n’est plus absolument probe, plus complètement désintéressé que le journaliste d’origine française et chrétienne22.

  • 23 Ibid., p. 155.
  • 24 Maurice Barrès, 1914, p. 89.
  • 25 Auguste Chirac, 1886, p. 56.
  • 26 Édouard Drumont, 1938, p. 155.
  • 27 Alphonse Toussenel, 1845, p. 168.

22Parfois aussi, c’est le régime en tant que tel qui peut être visé : Drumont éreinte ainsi le régime républicain et son « hypocrisie républicaine, [son] amour de ce qui est trouble, de ce qui permet de faire des bénéfices honteux23 ». Barrès ne dit pas autre chose lorsqu’il stigmatise « la pourriture des assemblées24 ». Chez d’autres, comme Chirac, gouvernements républicains et monarchistes sont renvoyés dos à dos25. Plus largement, la corruption à proprement parler s’explique souvent par la corruption morale, chose que l’on retrouve chez Drumont ou encore chez Chirac, qui pointe du doigt l’« œuvre démoralisatrice de la finance ». Chez ces deux auteurs ainsi que chez Toussenel, on trouve d’ailleurs des références religieuses, soit à la morale chrétienne, soit à l’Ancien Testament et il est également intéressant de remarquer que, par moments, ils dénoncent les choses sous un angle purement moral : le développement du jeu dans Paris chez Drumont26, les cabarets chez Toussenel27 en sont deux illustrations parmi d’autres.

23C’est aussi et plus globalement tout un rapport au travail ainsi qu’à l’argent, à sa production et à ses usages qui est dénoncé, surtout chez les auteurs du xixe siècle mais encore chez Jouvenel : l’argent corrompt, avilit et gouverne chez Toussenel, Chirac et Drumont et c’est là quelque chose de logique dans la mesure où leur antisémitisme se base notamment sur une vision du Juif considéré comme un parasite improductif maniant les capitaux à défaut de manier la charrue et demeurant oisif tout en s’enrichissant.

24Parallèlement à tous ces premiers éléments, on peut aussi s’intéresser à la personne du dénonciateur en tant que telle, à son travail, à sa méthode, car de façon quasiment systématique, les auteurs tendent à se mettre eux-mêmes en scène.

Le dénonciateur, son travail, sa méthode

  • 28 Auguste Chirac, 1886, p. 285.

25On trouve chez Auguste Chirac une formulation qui est assez éloquente et qui correspond assez bien à ces notions de « chevalier blanc » ou de lanceur d’alerte placées au cœur de nos interrogations : il évoque à demi-mot la question des journaux qui peuvent être payés pour attaquer un adversaire et continue en écrivant : « qui donc sera assez fort pour savoir et assez pur pour dire28 ? ». Cela résume bien des choses : de toute évidence, la question est parfaitement rhétorique et celui qui présenterait ces qualités n’est autre que celui qui a ici pris la plume et qui aurait donc des capacités morales ou intellectuelles supérieures à celles des autres.

26Drumont se présente ainsi quasiment comme un prophète :

  • 29 Édouard Drumont, 1886, p. 137.

Quant à moi, je ne suis que le modeste annonciateur des événements curieux qui approchent29.

  • 30 Auguste Chirac, 1888, p. 19.

27Le dénonciateur est donc celui qui dispose des connaissances ou de l’expérience nécessaires pour bien comprendre les choses : Chirac se présente ainsi comme celui « qui connait les dessous de la finance30 » et au début du xxe siècle encore, Jouvenel se targue, quoiqu’avec davantage de modestie, d’être journaliste, d’avoir fréquenté les parlementaires, d’avoir traversé les palais de justice et d’être entré dans les cabinets ministériels.

  • 31 Francis Delaisi, « Le Guignol » 22 décembre 1911.
  • 32 Augustin Hamon, 1936, p. 1 95.

28Mais plus encore que des connaissances, c’est de qualités particulières dont dispose le dénonciateur : chez Delaisi notamment, on trouve une vision du monde assez singulière. Il y aurait, selon lui, deux niveaux de réalité : ce que tout le monde voit et croit, par exemple le fait que la France soit une république, une démocratie basée sur la souveraineté populaire mais qui selon lui ne serait qu’un « décor », un théâtre de guignol31. Et parallèlement à cela, il y aurait la réalité profonde des choses que seules certaines personnes seraient aptes à percevoir et à décrypter. Hamon reprend une vision identique dans Les Maîtres de la France en affirmant qu’à nouveau les apparences cachent les réalités32.

  • 33 Alphonse Toussenel, 1845, p. 76-77.
  • 34 Auguste Chirac, 1888, p. 1.

29Souvent, le dénonciateur s’oppose donc à la grande majorité de la population et se veut un être singulier : Toussenel se décide ainsi à écrire car la « nation entière en est arrivée à ce degré de cécité intellectuelle » et les autorités se caractérisent surtout par leur « couardise33 ». Chirac se dit, pour sa part, entouré par la « lâcheté universelle34 ».

30Du coup, ils prennent volontairement la plume mais en étant persuadés (c’est du moins ce qu’ils feignent) de courir des risques. En effet, tous se présentent comme étant rejetés, en danger et devant faire face à des personnes qui veulent les faire taire : Toussenel est, selon lui et aux yeux des autres, un utopiste, un fou, un émeutier et se voit rejeté pour cette raison. Chaussant les mêmes lunettes, Chirac se plaint à plusieurs reprises dans Les Rois de la République du fait qu’on veuille le faire taire et empêcher la publication de ses livres. Drumont va plus loin et rend sa situation plus dramatique encore. Nous avons vu qu’il se présentait comme annonciateur des événements ; à la ligne suivante, son constat illustre parfaitement le propos :

  • 35 Édouard Drumont, 1886, tome 1, p. 137.

Insulté, diffamé, méconnu, peut-être mourrais-je […] qu’importe ! j’aurai rempli mon devoir et accompli mon œuvre35.

31C’est là également quelque chose d’intéressant, car tous — ou presque — ont le sentiment de faire leur devoir, d’obéir à une mission, d’être forcés d’agir à cause des événements. À la fin de La France juive, Drumont revient sur ses motivations :

  • 36 À traduire par « j’ai délivré mon âme/mon esprit », Édouard Drumont, 1938, p. 577.

J’ai accompli mon devoir […] en proclamant la Vérité, j’ai obéi à l’appel impérieux de ma conscience, liberavi animam meam36

  • 37 Maurice Barrès, 1914, p. 104.

32Dans des termes quasi identiques, Chirac clôt ses Rois de la République par : « en attendant, quoi qu’il arrive, l’auteur aura fait son devoir ». Et, chez Barrès, qui se propose de dévoiler les dessous de la commission d’enquête mise en place pour faire le jour sur l’affaire Rochette, on retrouve cette notion de devoir : l’auteur doit faire la publicité de l’affaire. Il prétend donc avoir un rôle particulier et ce rôle n’est généralement pas des moindres : il s’agit ici du « bien public37 ». Très humblement, Chirac pour sa part affirme dans Les Rois de la République qu’il écrit parce qu’il croit son œuvre utile au relèvement et à la prospérité de son pays.

33Les auteurs de ce corpus ont donc un but, une motivation particulière : souvent, on retrouve une dimension éminemment civique. Francis Delaisi souhaite ainsi éduquer, instruire, apprendre aux gens à voir ce qui est caché. Et dans Le Patriotisme des plaques blindées paru en 1913, il affirme — évoquant les logiques et manipulations du secteur de l’armement — que :

  • 38 Francis Delaisi, 1913, p. 10.

Cette histoire, bien connue de tous les hommes d’affaires est cependant trop ignorée encore du grand public. Elle devrait figurer en bonne place dans tous les manuels d’éducation civique38.

  • 39 Id., 1911, p. 114.

34Plus encore, sa volonté est d’affronter les dérives du libéralisme, de s’opposer à la puissance des trusts et d’éviter la guerre (thèmes qui font partie de ses principaux chevaux de bataille) puisque, selon ses propos développés dans La Guerre qui vient, il estime que les financiers règnent aussi grâce à l’ignorance de la population39. La lutte, pour Delaisi, avant même d’être armée ou révolutionnaire, doit se faire sur le plan de la compétence. Il s’en explique dans La Démocratie et les Financiers :

  • 40 Id., 1910, p. 63.

Si le capitalisme dure et domine, c’est parce qu’il a su créer et mettre à sa tête une élite40.

35À dire vrai, rien de très original à cela : d’autres se placent dans les mêmes perspectives, tel Augustin Hamon qui prétend — dans L’Agonie d’une société — préférer une évolution à une révolution, mais surtout aider au réveil de l’esprit de justice en étalant la richesse des uns et la misère des autres. Là encore, le but avoué est le suivant :

  • 41 Augustin Hamon, 1889, P. V-VII.

Nous voulons, dans la mesure de nos moyens, porter un coup de plus aux financiers, aux possédants, aux exploiteurs41.

  • 42 Auguste Chirac, 1888, p. 35.

36Très ponctuellement, certains se proposent même d’éclairer et d’épauler les dirigeants pour changer les choses, ce qui est par exemple le cas de Chirac dans les Pots-de-vin parlementaires : il renvoie le président de la commission du budget vers sa propre bibliographie, partant du principe que ses livres peuvent être utiles aux hommes politiques, et communique à Maurice Rouvier des projets mis en place par ses propres soins42.

37Chaque auteur a aussi à cœur d’exposer les tenants et aboutissants de son travail, de sa méthode. Il y a là d’ailleurs quelque chose d’un peu paradoxal car les ouvrages composant le corpus étudié sont, pour la majorité d’entre eux, pour le moins engagés. Or, à en lire les auteurs, leurs motivations seraient à des lieues de cette logique militante.

  • 43 Id., 1896, P. VII.

38Chirac affirme ne vouloir que « rapprocher historiquement les hommes et les faits », « peindre d’une façon vivante et réaliste les actes et les caractères » à l’aide à la fois de sa mémoire mais aussi de sa raison ; ailleurs encore il entend dénoncer, mais « abstraction faite de toute préférence politique43 ». De façon générale, il cherche aussi à habiller son propos et sa « démonstration » (c’est son propre terme) d’un decorum scientifique. Dans La Haute Banque et les Révolutions, c’est la même logique que l’on retrouve :

  • 44 Id., 1876, p. 24

Nous ferons cet examen dans un esprit de conciliation et de réforme équitable, et non pas avec un parti pris de guerre contre les financiers44.

  • 45 Robert de Jouvenel, 2014, p. 24.

39Quant à Jouvenel, il a voulu « ne point céder à l’attrait du scandale45 », éviter le cas monstrueux et chercher le cas normal : il arrive ainsi à la conclusion que son livre est impartial.

  • 46 Augustin Hamon, 1936, p. 8 et 9.

40Mais celui qui détaille le plus sa méthode est sans doute Augustin Hamon : au seuil de ses trois volumes sur Les Maîtres de la France, il se dit objectif, dépourvu de tout esprit de parti et présente le fruit de ses recherches comme une étude de sociologie construite selon la méthode scientifique46.

  • 47 Cette observation se base sur une impression d’ensemble rémanente une fois achevée la lecture des (...)
  • 48 Francis Delaisi, 1910, p. 44-59.
  • 49 Ibid., p. 79-87.
  • 50 Ibid., p. 100 et 101.

41Et, effectivement, que ce soit pour dénoncer la corruption ou un autre phénomène qui lui est lié, les auteurs usent souvent de procédés censés renforcer leur crédibilité du point de vue de la rigueur, surtout pour les écrits parus au xxe siècle47. Ainsi Delaisi et Hamon, notamment, se plaisent à faire apparaître un certain nombre de listes, de tableaux : le premier, dans La Démocratie et les Financiers, dresse un tableau et énumère ceux qu’il qualifie de « rois de la France » seize pages durant, en faisant ressortir leur appartenance à divers établissements et secteurs économiques48. On y trouve également un catalogue de neuf pages regroupant les noms de ceux qu’il appelle les « députés financiers », auxquels il reproche de faire prévaloir des intérêts personnels, à la fois politiques et économiques49. Toujours afin de prouver ses dires, il produit le cas échéant des séries de calculs pour aboutir à la conclusion que tel ou tel député, compte tenu de ses revenus et de son train de vie, ne peut que recevoir de l’argent aux origines douteuses et incertaines50.

42Pourtant, si beaucoup évoquent cette rigueur et martèlent à l’envi qu’ils en font usage, il faut bien dire qu’en réalité, cette logique n’est, chez certains, que de façade. Très souvent, Auguste Chirac fait appel au bon sens des lecteurs après avoir avancé quelques allusions ou suspicions, sans nécessairement prouver ses assertions. Quant aux chiffres utilisés, on ne sait pas toujours d’où ils sont tirés, les justifications par le biais de références étant assez aléatoires. Sa posture est assez particulière puisqu’à la manière des complotistes, il renverse les rôles de l’accusation et de la défense : aussi, c’est aux individus qu’il estime corrompus de faire la preuve de leur innocence. Plus encore, la preuve en bonne et due forme ne paraît pas chez lui indispensable et il avance même ceci :

Il faut empêcher que le public soit la dupe du procédé juridique consistant à réclamer des faits précis. Ai-je besoin d’avoir vu un financier tendant un sac d’écus à un député pour être certain qu’il y a eu sac reçu, pot-de-vin bu ?

  • 51 Auguste Chirac, 1888, p. 41.

43Puis, une page plus loin, il coupe court au débat par un « quoi donc ? Cela crève les yeux » qui laisse un peu songeur quant à l’efficacité de ses démonstrations51.

Styles, héritages et continuités

44Ici encore, l’étude du style et des procédés utilisés met en évidence la proximité entre les auteurs. Une première particularité consiste dans l’utilisation de dialogues ou de discours inventés de toutes pièces, qui contribuent à illustrer le propos et à le rendre plus vivant : Drumont, Chirac et Delaisi se distinguent dans ce domaine. Par ailleurs, les cibles des attaques sont souvent nommées de façon assez similaire : dès Toussenel, on évoque les « monopoleurs », les « vampires », les « parasites », termes repris ensuite par Hamon ou encore par Chirac qui évoque de plus « la secte des financiers ». Dans la même veine, Delaisi peut, lui, s’en prendre aux « maîtres de la France », expression usitée s’il en est puisqu’elle constitue aussi le titre d’une trilogie d’Augustin Hamon et qu’elle est a été reprise au sein du numéro spécial de La Flèche en février 1936. Les « requins », les « vautours », les « financiers » sont aussi dénoncés sous la plume de Delaisi.

45Parmi les procédés utilisés, on s’adresse aussi fréquemment au lecteur par le biais de questions rhétoriques ou d’apostrophes : Toussenel le fait déjà en 1845, Barrès en 1914 associe le lecteur à son enquête, crée une proximité avec lui, le prend par la main pour lui présenter les séances d’une commission d’enquête. Et cela serait encore valable pour d’autres auteurs comme Chirac ou Delaisi.

  • 52 Pierre Birnbaum, 1995.

46Parfois, les figures de style font la part belle aux oppositions et aux effets de contraste : on trouve chez Toussenel la mise en parallèle du « pays légal » et de ce qui s’apparenterait à une forme de « pays réel », malgré l’absence de l’expression en tant que telle. On retrouve des aspects similaires sous la plume de Delaisi qui manie à l’envi le contraste entre la masse et le petit nombre, en correspondance avec une autre opposition, bien étudiée par Pierre Birnbaum52, celle des « petits » assimilés au peuple et des « gros ». À plusieurs reprises chez lui, « le plus grand nombre » fait face à « un petit clan », la « minorité » passe devant la « foule ». Chez Barrès, la lumière est opposée au cloaque, la pourriture à la vertu, et chez Hamon, le lecteur se trouve parfois confronté à des tableaux entiers, dignes des Mystères de Paris, où les pauvres sont présentés on ne peut plus démunis et les riches on ne peut plus aisés. Sur ce plan-là, les continuités sont donc assez évidentes. Seul Barrès sort peut-être du lot, sans doute parce que plus que publiciste, il est écrivain de talent ; l’on trouve chez lui un goût pour la mise en scène bien plus prononcé que chez les autres : les effets de dramatisation et de théâtralisation sont nombreux et parfois même explicites. On trouve ainsi cet extrait dans ses Notes d’un membre de la commission d’enquête sur l’affaire Rochette :

  • 53 Maurice Barrès, 1914, p. 25.

Au soir, au moment où l’on allume l’électricité, nous vîmes apparaître soudain, parmi nous, le mystérieux personnage. C’est M. Monis qui se chargeait de nous le ramener. La mise en scène, cette fois, était, au vrai sens du mot, dramatique, car sur notre petit théâtre, je veux dire au centre de notre table en fer à cheval, ce n’était pas comme tout à l’heure un personnage qui faisait paisiblement sa déposition, mais deux adversaires qui s’affrontaient53.

47Un certain nombre de filiations stylistiques apparaissent donc bien, sous condition de connaître la prose des différents auteurs étudiés. Cependant, les relations peuvent apparaître de façon bien plus évidente encore : on peut sans risque dire que les auteurs se lisent et se citent les uns les autres.

  • 54 Édouard Drumont, 1886, tome 1, p. 342. Il cite également Léo Taxil à la page 468 du second tome.
  • 55 Exergue d’Auguste Chirac, 1886.

48Ainsi, si l’on suit l’ordre chronologique, Drumont cite et vante Toussenel dont le livre Les Juifs rois de l’époque est considéré comme un chef d’œuvre impérissable54. Chirac à son tour cite Toussenel, y renvoie le lecteur ; la même logique apparaît chez Augustin Hamon55.

  • 56 Sans toutefois pouvoir trancher.
  • 57 Édouard Drumont, 1938, p. 169.
  • 58 Francis Delaisi, « L’exploitation des femmes par le Bon Marché », 1er mai 1912.

49Des thèmes traversent également les années : la corruption évidemment, mais pas seulement. On peut ainsi légitimement se demander56 si la critique des conditions de travail des couturières et des employés des grands magasins par Drumont57 n’a pas inspiré Delaisi, qui les reprend très exactement dans les années 191058.

  • 59 Alphonse Toussenel, 1845, p. 373.
  • 60 Francis Delaisi, « Les maîtres de la France. Les primes à la paresse », 19 juillet 1911.

50Au chapitre de la critique des gabegies publiques, le système des concessions dans les transports, déjà vilipendé par Toussenel, l’est aussi par Delaisi une soixantaine d’années plus tard. Des expressions très spécifiques sont parfois reprises au premier : Toussenel affirme ainsi que l’« État ne doit pas de primes à la paresse59 », expression que l’on retrouve telle quelle dans un article de Delaisi paru dans la Guerre sociale en 191160.

  • 61 Centre d’histoire du travail de Nantes/Archives Hamon/HAM 18/correspondance Hamon-Chirac (les élém (...)

51Enfin, les archives personnelles d’Augustin Hamon révèlent des liens à la fois avec ses devanciers et ses successeurs, notamment grâce à une abondante correspondance. Il est ainsi en relation épistolaire avec Auguste Chirac qu’il rencontre à l’occasion et qui lui fait parfois parvenir des éléments tirés de ses archives, souvent des statistiques, des chiffres. Chirac lui propose également de relire ses versions provisoires pour les enrichir éventuellement61. De façon générale, les lettres regorgent de conseils censés permettre à Hamon de trouver telle ou telle information, tel ou tel document.

  • 62 Ibid., correspondance Hamon-Drumont (les éléments évoqués couvrent la période 1889-1896).

52Quoique moins nombreuses, les lettres échangées entre Hamon et Drumont montrent bien toute la sympathie et le respect qu’ils ont l’un pour l’autre : là encore, des articles sont partagés, des commentaires sont faits sur les travaux du correspondant62.

  • 63 Centre d’histoire du travail de Nantes/Archives Hamon/HAM 46 et HAM 50/correspondance Hamon-Mennev (...)
  • 64 Ibid., HAM 52/correspondance Hamon-Coston/lettre de Henry Coston à Mme Hamon, 30 janvier 1960.
  • 65 Il s’agit de la fille d’Augustin Hamon.

53Dans l’entre-deux-guerres, des échanges sont assez fréquents également entre Augustin Hamon et Roger Ménnevée. Là encore, des échanges de documents, d’ouvrages ou d’articles épuisés en librairie, parfois aussi de vues ou d’interprétations concernant tel fait d’actualité scruté par les deux publicistes sont attestés63. Il est même possible de prolonger la chaîne des interactions jusqu’à la deuxième moitié du xxe siècle puisque l’on trouve dans les archives nantaises quelques lettres adressées en 1960 par Henry Coston à la veuve et à la fille d’Augustin Hamon. Au fil de ces lettres, Coston fait part de l’intérêt qu’il porte aux travaux du défunt malgré leurs différences de bord politique — Hamon étant d’extrême gauche et Coston d’extrême droite, mais les deux étant réunis par un anticapitalisme foncier. Il cherche notamment à récupérer les épreuves du quatrième tome des Maîtres de la France laissé sur le métier par Hamon à partir de la fin des années trente64. Enfin, un court extrait d’une lettre adressée par Henry Coston à mademoiselle Hamon65 le 23 février 1960 donne clairement à voir que la logique de continuité que nous avons tenté de mettre en lumière entre le xixe et le xxe siècle peut être prolongée au-delà :

  • 66 Centre d’histoire du travail de Nantes/Archives Hamon/HAM 52/correspondance Hamon-Coston/lettre de (...)

Votre père était politiquement un adversaire — je suis « de droite » comme il était « de gauche » mais [ses] idées sociales et économiques étaient si près des miennes. Et nous avons tant d’adversaires communs, aujourd’hui au pouvoir ! Avant la guerre, c’était la gauche qui dénonçait la dictature de l’Argent. Il y avait votre père, Francis Delaisi, le PC. Aujourd’hui, Augustin Hamon est mort, Delaisi également et l’ex (et futur) Front populaire « fleurte » avec le Grand capital […]. Seul Rassinier, soutenu par les libertaires continue la lutte à gauche, et moi à droite66.

  • 67 Jean Garrigues, 2004, p. 28 sqq.
  • 68 Jean-Noël Jeanneney, 1984, p. 78-79.
  • 69 Ibid., p. 57.

54On le voit donc bien, tous les éléments rassemblés jusqu’ici tendent à confirmer notre hypothèse de départ : les thématiques, les postures, les éléments de langage, communs à la grande majorité des auteurs étudiés laissent apparaître une forte continuité — de Toussenel à Hamon ou à Delaisi. Si les doutes n’ont, de ce point de vue, guère de place, plus ambiguë est la question de la réalité de la corruption. En effet, même si cette dernière n’est pas en tant que telle au centre de notre sujet, il est évidemment intéressant de savoir si les dénonciations des auteurs étudiés sont bel et bien fondées ou si, au contraire, elles ne sont que le fruit d’affabulations ou de raisonnements subjectifs. Disons-le tout net, une vérification systématique de chaque fait avancé serait extrêmement malaisée, voire, souvent impossible : les phénomènes de corruption ayant vocation à rester secrets, il nous faut souvent nous contenter des éléments ayant été dévoilés au grand jour par la justice ou par le travail de l’historien. Ainsi, la corruption peut être attestée, parfois de façon assez large, pour des affaires précises comme le scandale de Panama à partir de 1892. En effet, l’existence de fonds de « publicité » destinés à influencer la presse mais aussi un certain nombre d’hommes politiques est bien avérée dans le cas de ce scandale67. En revanche, il faut bien, avec Jean-Noël Jeanneney, constater qu’« après le scandale de Panama, la corruption brutale [grâce à l’achat direct d’hommes politiques] a toujours été rare, en somme, sous la Troisième République68 ». D’autres formes de prévarication plus indirectes ou plus subtiles ont évidemment pu exister mais en l’absence de preuves, la prudence reste de mise. Jean-Noël Jeanneney, toujours, invitait ainsi à ne pas céder à l’attrait du sensationnel ou du fantasme à l’égard des phénomènes dissimulés, et justifiait leur rareté par le fait qu’« il n’y a pas plus de francs filous dans la classe politique que dans le reste de la nation telle qu’elle est : c’est-à-dire assez peu69 ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Barrès Maurice, Dans le cloaque. Notes d’un membre de la commission d’enquête sur l’affaire Rochette, Paris, Émile-Paul frères éditeurs, 1914.

Birnbaum Pierre, Le peuple et les « gros ». Histoire d’un mythe, Paris, Grasset, 1995.

Chirac Auguste, La Haute Banque et les Révolutions, Paris, Amyot, 1876

Chirac Auguste, Les Pots-de-vin parlementaires, Évreux, Impr. de C. Hérrissey, 1888.

Chirac Auguste, Les Rois de la République, histoire des Juiveries, Paris, P. Arnould, 1886.

Delaisi Francis (sous le pseudonyme de Z), « Briand, agent des Pereire », La Guerre sociale, 2 novembre 1910.

Delaisi Francis (sous le pseudonyme de Z), « La démocratie et les financiers. La preuve : la grève des cheminots », La Guerre sociale, 22 octobre 1910.

Delaisi Francis, « L’exploitation des femmes par le Bon Marché », La Bataille syndicaliste, no 371, 1er mai 1912.

Delaisi Francis, « Le Guignol », La Bataille syndicaliste, no 240, 22 décembre 1911.

Delaisi Francis, « Ma visite à l’Humanité II », La Guerre sociale, 23 novembre 1910

Delaisi Francis, La Démocratie et les financiers. Durand 1er, Roi de France, Paris, Éditions de la Guerre sociale, 1910.

Delaisi Francis, La Guerre qui vient, Paris, Éditions de la Guerre sociale, 1911 (édition bilingue franco-anglaise).

Delaisi Francis, Le Patriotisme des plaques blindées (Krupp Schneider & Cie), Nîmes, Éditions de la Revue de la Paix par le Droit, 1913.

Delaisi Francis, « Les maîtres de la France. Les primes à la paresse », La Guerre sociale, 19 juillet 1911.

Dreyfus Michel, L’Antisémitisme à gauche, Paris, La Découverte, 2011.

Drumont Édouard, La France juive : essai d’histoire contemporaine, tome I, Paris, C. Marton et E. Flammarion, 1886 [43e édition numérisée sur Gallica].

Drumont Édouard, La France juive, tome II, Paris, Flammarion, 1938.

Garrigues Jean, Les scandales de la République. De Panama à l’affaire Elf, Paris, Robert Laffont, 2004.

Gérôme Benjamin, « Sources et bibliographie relatives à Francis Delaisi » dans Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne (dir.), Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle », Peter Lang, Bruxelles, 2015, p. 223-252.

Hamon Augustin, L’Agonie d’une société, Paris, Savine, 1889.

Hamon Augustin, Les Maîtres de la France. La féodalité financière dans les banques, 3 volumes, Paris, Éditions sociales internationales, 1936.

Jeanneney Jean-Noël, L’Argent caché. Milieux d’affaire et pouvoirs politiques dans la France du xxe siècle, Fayard, Points Seuil, 1984,

Jouvenel Robert de, La République des camarades, Paris, Équateurs, 2014 [1914].

Monier Frédéric, « La corruption politique, une histoire européenne », Cahiers Jaurès, « La corruption et ses critiques », no 209, juillet-septembre 2013, pages 3-13.

Toussenel Alphonse, Les Juifs rois de l’époque. Histoire de la féodalité financière, Kontre Kulture, 2012 [1845].

Notes

1 On peut s’en assurer en se référant au tour d’horizon historiographique rédigé par Frédéric Monier qui ouvre le volume des Cahiers Jaurès consacré à ce sujet (Frédéric Monier, 2013, p. 3-13).

2 Parmi les auteurs étudiés, on peut déjà citer, dans l’ordre chronologique : Alphonse Toussenel (1803-1885) ; Auguste Chirac (1838-1903) ; Édouard Drumont (1844-1917) ; Maurice Barrès (1862-1923) ; Augustin Hamon (1862-1945) ; Francis Delaisi (1873-1947) ; Robert de Jouvenel (1882-1924) ; Roger Ménnevée (1885-1972).

3 Qu’il nous soit permis de renvoyer le lecteur à la bibliographie de Francis Delaisi : Benjamin Gérôme, « Sources et bibliographie relatives à Francis Delaisi » dans Éric Bussière, Olivier Dard, Geneviève Duchenne, 2015, p. 223-252.

4 Alphonse Toussenel, 1845, p. 40.

5 Ibid., 1845.

6 Ibid.

7 Nous nous sommes principalement basés sur Les Rois de la République, histoire des Juiveries, 1886 ; La Haute Banque et les Révolutions, 1876, ainsi que Les Pots-de-vin parlementaires, 1888, dont il a déjà été question.

8 Auguste Chirac, 1888, p. 5.

9 Ibid., p. 6.

10 Auguste Chirac, 1876, p. 255.

11 Id., 1888, p. 6.

12 Id., 1886, p. 202.

13 Robert de Jouvenel, 2014, p. 200.

14 Robert de Jouvenel, 2014, p. 192.

15 Francis Delaisi (sous le pseudonyme de Z), « Briand, agent des Pereire » 2 novembre 1910.

16 Francis Delaisi, 1910, p. 170-171.

17 Francis Delaisi (sous le pseudonyme de Z), « La démocratie et les financiers. La preuve : la grève des cheminots », 22 octobre 1910. Nous ne développons pas le sujet outre mesure et renvoyons le lecteur à l’ouvrage de Michel Dreyfus (2011) qui détaille parfaitement les différents aspects de cette affaire.

18 Francis Delaisi, « Ma visite à l’Humanité II », 23 novembre 1910.

19 Ibid.

20 Augustin Hamon, 1889, P. I.

21 Ibid., p. 76.

22 Édouard Drumont, 1938, p. 199.

23 Ibid., p. 155.

24 Maurice Barrès, 1914, p. 89.

25 Auguste Chirac, 1886, p. 56.

26 Édouard Drumont, 1938, p. 155.

27 Alphonse Toussenel, 1845, p. 168.

28 Auguste Chirac, 1886, p. 285.

29 Édouard Drumont, 1886, p. 137.

30 Auguste Chirac, 1888, p. 19.

31 Francis Delaisi, « Le Guignol » 22 décembre 1911.

32 Augustin Hamon, 1936, p. 1 95.

33 Alphonse Toussenel, 1845, p. 76-77.

34 Auguste Chirac, 1888, p. 1.

35 Édouard Drumont, 1886, tome 1, p. 137.

36 À traduire par « j’ai délivré mon âme/mon esprit », Édouard Drumont, 1938, p. 577.

37 Maurice Barrès, 1914, p. 104.

38 Francis Delaisi, 1913, p. 10.

39 Id., 1911, p. 114.

40 Id., 1910, p. 63.

41 Augustin Hamon, 1889, P. V-VII.

42 Auguste Chirac, 1888, p. 35.

43 Id., 1896, P. VII.

44 Id., 1876, p. 24

45 Robert de Jouvenel, 2014, p. 24.

46 Augustin Hamon, 1936, p. 8 et 9.

47 Cette observation se base sur une impression d’ensemble rémanente une fois achevée la lecture des différents ouvrages, mais nous ignorons s’il est possible d’en faire une règle générale.

48 Francis Delaisi, 1910, p. 44-59.

49 Ibid., p. 79-87.

50 Ibid., p. 100 et 101.

51 Auguste Chirac, 1888, p. 41.

52 Pierre Birnbaum, 1995.

53 Maurice Barrès, 1914, p. 25.

54 Édouard Drumont, 1886, tome 1, p. 342. Il cite également Léo Taxil à la page 468 du second tome.

55 Exergue d’Auguste Chirac, 1886.

56 Sans toutefois pouvoir trancher.

57 Édouard Drumont, 1938, p. 169.

58 Francis Delaisi, « L’exploitation des femmes par le Bon Marché », 1er mai 1912.

59 Alphonse Toussenel, 1845, p. 373.

60 Francis Delaisi, « Les maîtres de la France. Les primes à la paresse », 19 juillet 1911.

61 Centre d’histoire du travail de Nantes/Archives Hamon/HAM 18/correspondance Hamon-Chirac (les éléments évoqués correspondent à la période 1889-1900).

62 Ibid., correspondance Hamon-Drumont (les éléments évoqués couvrent la période 1889-1896).

63 Centre d’histoire du travail de Nantes/Archives Hamon/HAM 46 et HAM 50/correspondance Hamon-Mennevée (les éléments évoqués correspondent à la période 1922-1939).

64 Ibid., HAM 52/correspondance Hamon-Coston/lettre de Henry Coston à Mme Hamon, 30 janvier 1960.

65 Il s’agit de la fille d’Augustin Hamon.

66 Centre d’histoire du travail de Nantes/Archives Hamon/HAM 52/correspondance Hamon-Coston/lettre de Henry Coston à Mlle Hamon, 23 février 1960.

67 Jean Garrigues, 2004, p. 28 sqq.

68 Jean-Noël Jeanneney, 1984, p. 78-79.

69 Ibid., p. 57.

Auteur

Doctorant depuis 2014 à l’université de Paris-Sorbonne. Il mène ses recherches sous la direction du professeur Olivier Dard dans le cadre d’un projet de thèse intitulé Dénonciations et dénonciateurs de la corruption en France au xxe siècle. Il a notamment publié « Francis Delaisi, entre la Guerre sociale et la dénonciation des “nouvelles féodalités” » dans Éric Bussière, Olivier Dard & Geneviève Duchenne (dir.), Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle » (Bruxelles, PIE Peter Lang, 2015).

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search