Version classiqueVersion mobile

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Première partie. Aux sources de la dénonciation : politique et légitimité

4. Une ressemblance improbable

Dénonciations socialistes et nationalistes de l’« oligarchie » en Roumanie

Silvia Marton

Texte intégral

1Au début du xxe siècle, deux courants idéologiques très différents — le mouvement agrarien conservateur de la revue Sămănătorul (« Le semeur »), d’un côté, et les socialistes de l’autre — se retrouvent sur les mêmes barricades dans leur critique du système politique. Ces deux courants n’arrivent pas à briser le monopole du parti national libéral et du parti conservateur sur la représentation parlementaire. Mais ils dénoncent la corruption politique et les pratiques de pouvoir qu’ils désignent du même vocable péjoratif : la « politicaillerie » (politicianismul), une dénonciation à la fois politique et morale.

2Ils ont l’un et l’autre des visions idéologiques très différentes de la société roumaine et les dénonciations auxquelles ils se livrent en portent la marque. Mais ils identifient le même ennemi, à savoir le personnel politique qu’ils accusent d’être « oligarchique ». La présente étude s’attache à comprendre le contenu des dénonciations telles que les effectuent ces deux groupes marginaux au moment même où ils tentent de briser le monopole des deux grands partis sur les institutions politiques et électorales et où ils s’imposent dans le débat public. Ces nouveaux courants s’érigent à la fois en défenseurs de la moralité en politique et en « vrais » représentants du peuple, et sont en quête d’un rôle politique. Notre analyse s’attachera au discours, au vocabulaire et aux prises de position des agrariens conservateurs et des socialistes.

  • 1 Sorin Alexandrescu, 2008, p. 132.
  • 2 Florin Țurcanu, 2007 ; Sorin Alexandrescu, 2008.

3Les dénonciations de la corruption politique et des pratiques de pouvoir pendant les premières années du xxe siècle sont cruciales pour comprendre la politique de l’entre-deux-guerres, lorsque le mépris de la « politicaillerie » permit l’ascension de l’autoritarisme et des partis d’extrême-droite. La critique sociale et économique des socialistes, plus inclusive, demeura marginale. En revanche, la critique nationaliste au nom de la race-ethnie roumaine (neam), antilibérale, anti-égalitariste et exclusive qui l’emporte chez les (néo) traditionalistes des années 1920-1930 reprend les idées clefs des agrariens conservateurs. Les (néo) traditionalistes entérinent la rupture entre la politique et la culture1. Ils dénoncent la « ploutocratie » libérale et la démocratie parlementaire, et opposent à la politique la tradition autochtone et la culture, les seules sources de vérité et d’authenticité, seules opposables au « mensonge » de la politique démocratique2.

Critique nationaliste, critique socialiste : les différences idéologiques

  • 3 Zigu Ornea, 1998a ; Nicolae Iorga, 1934.
  • 4 William O. Oldson, 1991 ; 1973.

4Le courant agrarien conservateur et nationaliste de la revue Sămănătorul (fondée en 1901), dit le sămănătorism, est animé par le jeune historien Nicolae Iorga (1871-1940) à partir de 19043. C’est Iorga qui formule sa doctrine, à une époque où il est déjà reconnu comme un grand historien : il détient la chaire d’histoire universelle à l’université de Bucarest et il est membre correspondant de l’Académie roumaine. En 1906, Iorga démissionne de la direction de la revue et le sămănătorism commence à s’essouffler. Après l’échec d’une tentative de joindre son courant au parti conservateur, Iorga fonde la revue nationaliste Neamul românesc — qui paraîtra jusqu’en 1940 — qui sympathise avec l’Action française4. Fort de sa renommée dans les milieux culturels, Iorga commence sa longue carrière parlementaire en 1907. Avec son ami Alexandru C. Cuza, qui deviendra ultérieurement le leader d’un mouvement fasciste, il crée le parti nationaliste-démocrate (PND) en 1910 ; ils avaient déjà collaboré à la constitution d’une « alliance antisémite universelle » en 1895. Neamul românesc et le PND, centrés autour de la figure dominante de Iorga, reprennent les idées de Sămănătorul. Le parti doit tout à la personnalité du savant Iorga et, de ce fait, son prestige dépasse de loin son importance électorale. Néanmoins, il arrive à mobiliser les intellectuels et la petite bourgeoise jusqu’en 1938 — date à laquelle il est dissout — mais sans jamais devenir un véritable parti de masse et sans jamais achever l’objectif ambitieux du Iorga de l’après-1918, celui de devenir un vrai parti gouvernemental.

  • 5 Zigu Ornea, 1982 ; Constantin Bacalbașa, 2014, p. 217-223, 258-259.
  • 6 Zigu Ornea, 1998b ; Adevărul, le 1er mars 1895 ; Zigu Ornea, 1982.
  • 7 Keith Hitchins, 1996, p. 151.
  • 8 Zigu Ornea, 1982, p. 296.
  • 9 Zigu Ornea, 1982.
  • 10 Lucie Guesnier, 2014, p. 98-102 ; Zigu Ornea, 1982, p. 404-407.
  • 11 Armin Heinen, 2006, p. 65.

5Au milieu de la décennie 1870 et à l’autre bout du spectre idéologique, le socialisme se développe assez rapidement dans un pays sans industrie. Il devient populaire parmi les intellectuels, les étudiants et les instituteurs5. Les conservateurs et les libéraux au gouvernement n’épargnent pas les moyens pour limiter, voire censurer les activités des socialistes6. Néanmoins, les premiers députés socialistes entrent au parlement en 1888. En dépit de ses débuts assez prometteurs, le parti social-démocrate des ouvriers de Roumanie (PSD), fondé en 1893, a un seul député élu aux élections de 1891, 1892 et 1895 ; il atteint les 6 000 membres en 18977. Si Iorga et son PND refusent toute alliance avec les deux grands partis, cette question divise profondément les socialistes. Ils font alliance avec les libéraux à certaines élections communales. Les congrès de 1897 et de 1898 du PSD recommandent des alliances avec les partis favorables au suffrage universel8. Un groupe de socialistes — appelés ironiquement les « généreux » — entre au parti libéral en 1900. C’est la crise la plus grande que les socialistes aient connue avant 1917, au point que le PSD disparaît pour être reconstitué avec difficulté en 19109. De 1899 à 1914, les socialistes ne sont plus représentés au parlement. Les années 1902-1905 donnent une direction plus ouvrière et syndicaliste au socialisme roumain, car la revendication porte désormais sur les droits économiques et sur le travail des ouvriers10. Le mouvement socialiste noue des alliances avec les syndicats et essaie de sortir des villes vers le monde rural, mais il reste néanmoins un mouvement urbain11 et d’intellectuels.

  • 12 Zigu Ornea, 1983, p. 281-294, 331-380 ; Cristian Preda, 2003, p. 21-32.
  • 13 Ce courant agrarien, dit poporanism, autour de la revue Viața românească (« La vie roumaine »), es (...)
  • 14 Michael Kitch, 1977, p. 77.
  • 15 Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, notamment p. 70-101.

6C’est Constantin Dobrogeanu-Gherea (1855-1920) qui donne un cadre idéologique cohérent à la dénonciation du système politique du point de vue marxiste12. Le combat de ce réfugié de Russie a été de démontrer la légitimité du socialisme dans une Roumanie agraire et sous-développée et, du coup, de combattre ses adversaires, dont notamment les agrariens progressistes13, les conservateurs et les libéraux, qui niaient la possibilité du socialisme dans un pays sans industrie et sans prolétariat. Dobrogeanu-Gherea est convaincu que l’importation du capitalisme bourgeois est une étape nécessaire pour la Roumanie. Le socialisme devra donc suivre une voie inversée par rapport à l’Occident : la superstructure, à savoir les institutions du capitalisme bourgeois, expressions du contact avec l’Occident, stimulera l’apparition des structures sociales et économiques capitalistes. Il renverse donc le rapport causal établi par Marx14. Mais la création de la société capitaliste est entravée, selon Dobrogeanu-Gherea, par les rapports économiques agraires du pays, qu’il conceptualise par l’expression « néoféodalisme agraire » (neoiobăgia), le titre de son ouvrage le plus connu publié en 191015.

  • 16 Ibid., 1910, p. 367-408.
  • 17 Michael Kitch, 1977, p. 72.
  • 18 Zigu Ornea, 1983 ; Michael Kitch, 1977, p. 71-73.
  • 19 Alex Drace-Francis, 2016, p. 205-207.
  • 20 Călin Cotoi, 2016.

7Dobrogeanu-Gherea est conscient que les conditions objectives et subjectives de l’avènement d’une société socialiste ne sont pas encore réunies dans une Roumanie arriérée. La solution qu’il préconise est l’abolition du néoféodalisme. Pour ce faire, il entend faire avancer les rapports capitalistes dans le monde rural, une étape obligatoire, selon lui, pour tout État arriéré16. Lorsque le socialisme triomphera en Occident, les pays arriérés suivront la même voie, par le mécanisme de l’« importation » des formes supra-structurelles. Le rôle du mouvement socialiste roumain est de préparer les cadres pour cet avenir, c’est-à-dire de lutter contre les injustices sociales et la pauvreté qui sont le résultat du néoféodalisme17. Il a également un rôle de démocratisation et d’éducation à jouer, c’est-à-dire qu’il doit contribuer à transformer en réalité les lois démocratiques qui n’existent que formellement. Dobrogeanu-Gherea a donc été un social-démocrate et non un révolutionnaire18. Comme c’est le social et l’élimination du néoservage qui l’intéressent, il relègue au second plan le national19. En général, pour les socialistes roumains, le social, dans son sens moderne, est conçu comme un domaine autonome dès les années 188020.

  • 21 Zigu Ornea, 1998a, p. 166-168.
  • 22 Ibid., p. 17-23.
  • 23 Ibid., 1998a, p. 168-171.

8Revenons au sămănătorism. Il parvient à s’imposer surtout dans les milieux universitaires et parmi les jeunes intellectuels où l’hostilité déclarée envers le libéralisme arrive à son apogée, après deux longues périodes où les libéraux ont formé le gouvernement et ont eu la majorité au parlement (de 1876 à 1888 et de 1895 à 190421). La crise politique de 1895, lorsque le gouvernement libéral décide de ne plus soutenir les initiatives irrédentistes en faveur des Roumains de Transylvanie et donc de respecter le statu quo dans l’Empire austro-hongrois, a favorisé la naissance du « moment national » qui dominera dorénavant la vie politique et littéraire-culturelle roumaine22. Une aubaine pour les conservateurs déjà en colère contre la domination institutionnelle et idéologique des libéraux. La nouvelle génération antilibérale d’intellectuels et d’historiens propose une relecture à la fois du présent et du passé, elle appelle à la revitalisation de la culture nationale, elle propage le nouveau nationalisme et s’affirme conservatrice par sa vision des rapports sociaux23. Jeune professeur à l’université de Bucarest, Nicolae Iorga en est, on l’a vu, l’étoile montante.

  • 24 La classe aristocratique des grands propriétaires des terres.
  • 25 Zigu Ornea, 1998a, p. 152-160.

9Le but du sămănătorism est d’exalter le passé pour mieux dénoncer le présent. Il nie la nécessité de la modernité telle que l’avait comprise la génération libérale de 1848. En cela, le courant est beaucoup plus radical que les membres du parti conservateur. Sa sociologie et la dénonciation découlent de cette vision réactionnaire. Par son idéalisation du monde rural autochtone, le sămănătorism répudie les influences venues de l’extérieur qui perturberaient l’ordre préétabli d’une société agraire. Il dénonce également la classe dirigeante riche asservie à ses propres intérêts égoïstes, pire encore, aux étrangers. Les deux classes réelles — la paysannerie et les anciens boyards24 — non la bourgeoisie étrangère, peut-on lire dans les pages de Sămănătorul, correspondent seules à la structure agraire de la Roumanie. Les membres de Sămănătorul et surtout Iorga font également le procès de l’industrialisation erronée du pays sous l’emprise de la bourgeoisie, représentée par le parti libéral et asservie au capital étranger25.

  • 26 Radu Ioanid, 1992 ; Keith Hitchins, 1996, p. 424.
  • 27 Keith Hitchins, 1996 ; Sorin Alexandrescu, 1999.
  • 28 Zigu Ornea, 1983.

10Le sămănătorism et Neamul românesc sont persuadés que les forces morales et spirituelles déterminent le développement d’une société, ils idéalisent le monde rural, ils considèrent le village comme le dépositaire de la vraie tradition et cultivent l’exaltation de la nation roumaine chrétienne et de ses paysans26. En cela, le sămănătorism reste dans la spéculation passéiste, il donne la priorité à la culture et se montre xénophobe et antisémite27. En contraste, les socialistes sont convaincus que l’industrie est la clef de l’avenir, que la Roumanie ne peut pas être isolée des changements sociaux et économiques européens et que le progrès relève des structures sociales et économiques28.

  • 29 Zigu Ornea, 1998a, p. 116.
  • 30 Ibid., p. 118-119.
  • 31 Ibid., p. 128.

11La « question paysanne » est un enjeu majeur à l’époque, surtout après les jacqueries violentes de 1888 ou encore de 1907. Contrairement aux socialistes, le sămănătorism propose une critique romantique et agraire du capitalisme. Il exprime une conviction largement répandue à l’époque et pendant les décennies à venir selon laquelle la Roumanie doit être un espace essentiellement agraire29. Iorga voit dans l’éducation l’instrument le plus propice pour améliorer la condition du paysan, mais ses projets de réforme restent vagues : il demande une réforme agraire modérée, même après 1907, assez similaire aux réformes proposées par les libéraux. Le sămănătorism entend assainir moralement la société roumaine du présent pour faire place, par la culture et par l’éducation, à la permanence des valeurs nationales30. Le courant baigne dans le climat intellectuel de l’antinomie entre la culture et la civilisation. Iorga envisageait de maintenir à l’infini la morphologie rurale de la culture et de la civilisation roumaine31.

  • 32 Zigu Ornea, 1983, p. 280-281.
  • 33 Ibid., 1983, p. 295-312.

12Les socialistes oscillent entre deux solutions pour résoudre la « question paysanne ». Le premier programme des socialistes de 1886 contient des revendications tributaires du populisme russe, notamment la création des communes paysannes collectives et l’expropriation des grandes propriétés32. Le programme du PSD — au moment de sa création en 1893 — renonce à l’expropriation et à la création des communes rurales. Les socialistes préconisent l’octroi de baux aux travailleurs agricoles et militent pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Dobrogeanu-Gherea pense que le petit propriétaire paysan peut être un allié des socialistes et qu’il n’est pas forcément réactionnaire, comme le craignent ses camarades allemands ou français33.

  • 34 Alex Drace-Francis, 2016, p. 208.

13Tout sépare donc l’idéologie des agrariens conservateurs et celle des socialistes. Néanmoins, les deux courants se ressemblent à certains égards. Leur influence dans le débat intellectuel dépasse de loin leur marginalité électorale. Avant comme après la Grande Guerre, leur représentation parlementaire est symbolique. Iorga et Dobrogeanu-Gherea s’accordent sur le fait que la Roumanie est une société d’institutions superficielles et d’idées importées34. Les agrariens conservateurs et les socialistes se retrouvent surtout sur le terrain de la dénonciation idéologique du système politique.

Dénonciation de la classe politique « corrompue », « parvenue », « oligarchique »

14Avant 1914, il n’y a pas encore de dénonciation du parlementarisme en tant que tel. Les socialistes et les agrariens conservateurs dénoncent la classe politique « corrompue », égoïste, « parvenue » (ciocoii) et « oligarchique » issue des deux grands partis et leurs pratiques de pouvoir.

  • 35 Călin Cotoi, 2014.
  • 36 Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 52-69.

15Les socialistes — des premiers socialistes, anarchistes et adeptes des idées populistes russes, jusqu’aux marxistes autour de Dobrogeanu-Gherea — dénoncent les pratiques de pouvoir à partir d’une critique sociale développée au nom du « peuple » et/ou d’une classe sociale35. Pour Dobrogeanu-Gherea, la cause du retard économique de la Roumanie est le néoféodalisme, le résultat de la contradiction immense (une « monstruosité ») entre ce qu’il appelle l’état réel des faits — la réalité sociale et l’organisation économique néoféodale — et l’état légal libéral-bourgeois. Cette contradiction fait que les libertés constitutionnelles sont un « mensonge36 ».

  • 37 Ibid., p. 487.
  • 38 Ibid., p. 52-69.
  • 39 Ibid., p. 360.
  • 40 Ibid., p. 411.
  • 41 Cristian Preda, 2003, p. 41-42 ; Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 158-165, 360-361.
  • 42 Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 451-453.
  • 43 Michael Kitch, 1977, p. 81.

16L’auteur des structures néoféodales est « l’oligarchie politicaillesque » (oligarhia politicianistă) qui a créé l’État bureaucratique et la législation qui ont pour seul but de l’enrichir37. L’oligarchie, ce sont les classes dominantes, dénonce Dobrogeanu-Gherea, notamment les grands propriétaires agraires38. C’est cette « politicaille » qui maintient le statu quo. Il est convaincu que l’administration — « un corps autonome parasitaire39 » composée de « classes parasitaires bourgeoises et bureaucrates40 », avec son apparence de légalité pour mieux dissimuler l’illégalité, surtout dans le monde rural — est au service de cette oligarchie et de la servitude néoféodale41. Cet État « bureaucratique-parasitaire », « hypertrophié » et budgétivore, a acquis « une puissance écrasante » dans la société42. Neoiobăgia, l’ouvrage de Dobrogeanu-Gherea dont sont tirées ces citations, est à la fois l’explication d’un système économique et la condamnation morale d’un ordre social43.

  • 44 Par exemple, Adevărul, le 23 avril 1913.
  • 45 Ibid., le 1er mars 1895.
  • 46 Ibid., le 10 novembre 1895.

17Pour les socialistes de Adevărul, les libéraux sont la cible de prédilection de la dénonciation, vu notamment les scandales financiers auxquels ils sont liés44. Le quotidien accuse les libéraux et les conservateurs d’être des démagogues et de négliger l’intérêt général au profit de leurs intérêts de clan, ils sont « les parvenus (ciocoii) au pouvoir45 ». Les deux partis sont tout aussi « corrompus et immoraux », « un bourbier moral » (cloacă morală46). Ce sont ces expressions qui résument le plus clairement la dénonciation du personnel politique dans les cercles socialistes.

  • 47 C’est une argumentation spécifique au xixe siècle, voir Holly Case, 2016.
  • 48 Nicolae Iorga, 1909.

18La construction à la fois idéologique et rhétorique passéiste de Nicolae Iorga a, elle, pour but de mettre en évidence, par contraste, la situation problématique du présent et de créer le sentiment de l’urgence à trouver une solution à la « question paysanne47 ». Iorga développe sa vision romantique-conservatrice de l’histoire dans la quasi-totalité de ses prises de parole, dont notamment un discours à la chambre, peu de temps après sa première élection en 190748.

  • 49 Zigu Ornea, 1998a, p. 172.

19Selon Iorga, la classe dirigeante est composée de grands propriétaires et de tenanciers (arendași) qui exploitent les paysans, tandis que la législation et les institutions, empruntées aux « civilisations trop avancées » occidentales, ne s’inspirent pas des « coutumes anciennes » et ne correspondent pas à l’état social, politique et économique du pays. Comme tous les conservateurs et contrairement à Dobrogeanu-Gherea, Iorga est convaincu que tout vrai changement doit être organique, conforme à l’« esprit » d’un peuple, et non le fruit de l’imitation d’un modèle étranger ; le rationalisme détruit la société traditionnelle. Il n’est donc pas étonnant que Iorga soit l’un des plus farouches adversaires du socialisme qu’il dénonce comme un emprunt idéologique aux étrangers49.

  • 50 Keith Hitchins, 1996, p. 85.

20Le « mal » du présent, dénonce Iorga, a ses origines dans la modernisation institutionnelle du début du xixe siècle qui a désorganisé les relations supposées harmonieuses entre les paysans et les boyards anciens basées sur les « coutumes séculaires » et dépossédé les paysans de leur autonomie locale. Le vote indirect des paysans dans les collèges censitaires a entériné leur exclusion de la vie politique. Dans leur idéalisation du monde rural, Iorga et les sympathisants du sămănătorism ne voient aucune incompatibilité entre le paysan et les grands boyards propriétaires50.

  • 51 Nicolae Iorga, 1934, p. 1.
  • 52 Keith Hitchins, 1996, p. 87.

21Après le remplacement des grands boyards, bienveillants envers leurs sujets, par les boyards-fonctionnaires à la recherche de postes, la nouvelle classe dirigeante issue de la constitution de 1866 poursuit son propre intérêt égoïste, elle se complaint dans des luttes politiques à caractère personnel ; elle a formé deux partis sans programme et par trop disciplinés. Dans toutes ses prises de parole, Iorga accuse ces deux partis de diviser illégitimement le pays ; il rêve d’un grand parti national qui aurait déjà existé dans le passé. La nouvelle génération, à partir de 1890, aurait dû endosser la cause des paysans et des Roumains pauvres, pour les sauver devant la bourgeoisie étrangère, surtout juive. Mais au contraire, ce sont les « aventuriers » qui dominent la vie politique, martèle-t-il, et ils sont tributaires des étrangers et de leurs intérêts. La différence de qualité entre les générations d’hommes d’État est insurmontable : l’esprit de faction des boyards « déchirés par la passion politique » a apporté la ruine au pays51. Les villes n’appartiennent plus aux Roumains, mais aux étrangers, surtout aux Juifs, qui veulent « voler » le pays et sa richesse. La ville est pour Iorga le symbole de toutes les erreurs dans l’évolution de la Roumanie au xixe siècle : son industrie capitaliste et ses nouveaux rapports économiques et sociaux ont perverti les assises morales de la société traditionnelle52. La conclusion de Iorga est implacable : les hommes politiques ont vendu le pays aux étrangers.

  • 53 Ibid., p. 85.
  • 54 Zigu Ornea, 1998a, p. 119-125, 171-177.

22Par la construction de ce contraste entre le présent dégénéré et le passé idyllique, Iorga brouille délibérément les contours de la « question sociale » des paysans. En dépit de la dénonciation du capitalisme et du présent, le sămănătorism ne propose pas des réformes économiques et sociales concrètes, mais morales et culturelles53. Son but est d’œuvrer à la régénérescence culturelle, voire à l’épuration morale de la vie publique. C’est ce que proclame l’article programmatique de Iorga : « O nouă epocă de cultură » (« Une nouvelle époque de culture »), publié dans Sămănătorul en 1903. Accomplir les buts politiques par la culture et par sa dissémination au sein de la population : le courant considère la culture comme la panacée réformatrice et, en cela, il oblitère le social qui est converti en culturel54. Que les problèmes politiques et sociaux puissent être résolus uniquement par la culture était une opinion répandue à l’époque. Le sămănătorism est la version la plus exagérée de cette conviction. Ou alors, la « question sociale » des paysans devient une « question nationale », comme chez les autres antisémites de la période. Le courant se fait ainsi l’apôtre de la xénophobie et du protectionnisme dans le domaine de la culture.

  • 55 Cristian Preda, 2003, p. 50-52.
  • 56 Nicolae Iorga, 1909, p. 111.

23Les socialistes imputent la jacquerie sanglante de 1907 à des causes sociales et économiques, considérant qu’elle est le résultat du conflit de classe et, surtout, qu’elle a un responsable politique, « l’État-instigateur55 ». C’est une autre convergence apparente entre les deux courants. Pour Iorga, la cause de la révolte paysanne est l’État et son administration qui fonctionnent à l’avantage des riches et des puissants exploiteurs et qui sont l’œuvre des deux grands partis. Ceux-ci ont produit une démocratie qui est identique à l’ochlocratie (gouvernement de la foule), dénonce-t-il56.

La dénonciation du régime politique et des pratiques électorales

  • 57 Emil D. Fagure, éditorial dans Adevărul, le 24 avril 1913.

24Pour les socialistes comme pour les agrariens conservateurs, la dénonciation du personnel politique est aussi une critique du régime. Ils focalisent leur dénonciation sur la subordination du législatif au gouvernement et au roi. Le parlement comme émanation du gouvernement ou, pire encore, du roi est dénoncé par la formule ironique « Que le roi me donne le pouvoir et je me construirai un parlement », la cible étant l’homme politique de l’« oligarchie » parlementaire des deux partis, libéral et conservateur57.

  • 58 Adevărul, le 11 octobre 1898.
  • 59 Ibid., le 18 novembre 1895.

25Dans sa volonté d’avoir le « pouvoir absolu », dénoncent les socialistes, le souverain a abdiqué devant les deux partis. L’éditorialiste Constantin Mille, militant socialiste, fustige le régime qui est devenu une « monarchie absolue » qui limite la liberté de la presse et des réunions. Il est convaincu que les « infamies » du gouvernement renforceront la détermination des socialistes à entrer dans la lutte politique pour la cause du prolétariat et de la « foule exploitée58 ». Un autre éditorialiste socialiste, Constantin Bacalbașa, va jusqu’à annoncer la fin imminente du régime « odieux59 ».

  • 60 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 58, 95.
  • 61 Adevărul, le 11 octobre 1898.

26La dénonciation du caractère faux ou du « mensonge » du régime politique de 1866 est présente chez tous les conservateurs. Ils contestent les assises idéologiques et institutionnelles de la société et de l’État roumain telles que les anciens « quarante-huitards » et les libéraux les ont conçues depuis le début du xixe siècle, alors que les libéraux les défendent puisqu’ils se voient comme leurs créateurs60. Lorsque C. Mille dénonce « le caractère faux de notre lutte parlementaire et constitutionnelle61 », il vise surtout le monopole des deux partis sur la vie politique et leurs pratiques clientélaires. Les socialistes et les agrariens conservateurs accusent les deux partis d’être les médiateurs inconditionnels vers des fonctions dans toutes les institutions du pays et d’utiliser les postes dans l’administration comme récompenses pour les services électoraux. Iorga décrit le parti libéral comme une association de clientèle, sans idées ni idéaux, dominée par une bourgeoisie urbaine composée d’étrangers, un parti qui dévore le budget et qui n’est pas représentatif.

27À part le clientélisme, la dénonciation des pratiques de pouvoir vise les fraudes et les pressions électorales des autorités locales et du gouvernement qui organise les élections. Iorga et les socialistes dénoncent la connivence des libéraux et des conservateurs dans l’utilisation du système électoral censitaire à leur profit. Le vocabulaire de la dénonciation est similaire à cet égard : « l’éternel gouvernementalisme des collèges électoraux », le système « immoral », « le pays gouvernemental », les élections comme « simulacre », « cinématographe politique », « comédie » ou encore « guignol » (păpușerie). Sont fustigées surtout les candidats officiels et les fraudes dans le troisième collège électoral, appelé le « collège-mensonge », où les paysans ne peuvent pas exercer librement leur droit de vote et où ils sont menacés et agressés, alors que leurs candidats sont empêchés de se présenter. Les deux courants exigent que les paysans aient leurs propres représentants, issus des paysans, pour une véritable représentation.

  • 62 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 101-102, 104.
  • 63 Keith Hitchins, 1996, p. 37, 110-111.
  • 64 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 103.

28Outre la pratique électorale, la critique vise aussi les structures profondes, économiques et sociales, de la Roumanie de 1900. Le pouvoir politique et le pouvoir économique sont concentrés entre les mains de 1,5 % de la population qui vote dans le premier collège électoral (pour la chambre des députés et le sénat) ; le deuxième collège pour la chambre représente les villes ; la petite bourgeoisie rurale vote dans le troisième collège pour la chambre où elle a le droit de vote direct, alors que les paysans qui paient un impôt y votent indirectement. La petite bourgeoisie rurale a les droits de citoyen du pays légal, mais elle n’a pas de pouvoir réel62. Les paysans en ont encore moins. Les deux premiers collèges, qui ont un nombre très réduit d’électeurs, contrairement au troisième collège qui en a le plus grand nombre, élisent la majorité des députés63. De surcroît, les électeurs du troisième collège ne peuvent élire que des députés issus des catégories sociales qui leur sont supérieures64.

  • 65 Adevărul, le 18 novembre 1895 ; Adevărul, le 28 novembre 1895.
  • 66 Ion Mamina, 1979, p. 2113-2119.

29La solution des agrariens conservateurs et des socialistes pour avoir des élections vraiment libres est la même : le suffrage universel. Ce n’est que les partis « démocratiques et socialistes » qui seront capables de cette réforme, prévient Adevărul65. Le suffrage universel masculin direct, égal et secret est déjà mentionné dans le premier programme des socialistes de 1886, avant même la constitution formelle du PSD en 1893. Tous les congrès ultérieurs du parti inscrivent cette revendication à la une de leurs déclarations. À partir de 1908, les socialistes lancent des campagnes éducatives pour le vote universel dans les villes66.

  • 67 Adevărul, le 28 mai 1907.
  • 68 Ibid., le 27 mai 1907.

30Au lendemain de la répression cruelle de la jacquerie de 1907, c’est la conviction des socialistes que les paysans peuvent résister aux ingérences électorales et à la falsification des élections, et qu’ils souhaitent avoir des élus issus de leurs rangs ou qui représentent leurs intérêts67. « Annulons les votes » dans le troisième collège, selon l’expression de l’éditorialiste C. Mille, est le mot d’ordre de la lutte politique : forcés d’aller voter par les gendarmes et les maires, les paysans ont ce seul moyen de protestation, mais ce geste « peut devenir à l’avenir une école pour un vote indépendant68 ».

  • 69 Nicolae Iorga, 1909, p. 39-40.
  • 70 Neamul Românesc pentru Popor no 6, le 16 février 1911.

31Les agrariens conservateurs exigent une plus juste représentation des paysans, définis comme la classe la plus laborieuse et comme la seule capable de régénérer moralement la nation. Le candidat Iorga se définit comme le représentant non d’un parti, mais d’un « courant de l’opinion publique », c’est-à-dire de ceux qui ne font pas de la politique et qui n’ont pas le droit d’en faire, à savoir les paysans, plus nombreux que tous les autres électeurs. Il s’engage à ne jamais faire partie d’une « association politique d’intérêts personnels » au détriment du pays. C’est son expression péjorative pour désigner les autres partis ; en ce sens, il se dit indépendant et le « vrai » représentant du peuple69. L’appel aux électeurs du PND proclame que ses députés sont seuls capables d’agir véritablement pour les intérêts des paysans, puisque le parti a comme but « la rédemption » de la race-ethnie roumaine (neam) et des paysans pour leur apporter « la lumière » et la justice70.

  • 71 Nicolae Iorga, 1910.

32Les agrariens conservateurs et les socialistes ne sont pas les seuls à revendiquer le vote universel masculin. Take Ionescu, un dissident conservateur, le courant agrarien progressiste animé par Constantin Stere ou encore certains dissidents libéraux défendent cette réforme. Mais les agrariens conservateurs et les socialistes formulent le plus clairement un jugement moral et une vision différente de la représentation : ils exigent une représentativité sociale de l’élu. À une différence près : contrairement aux socialistes, les agrariens conservateurs soutiennent haut et fort que le suffrage universel ne peut pas inclure les Juifs, mais seulement le neam. En tant que candidat et député, Iorga embrasse la cause des paysans parce qu’il veut les sauver des hommes politiques immoraux, exploiteurs et égoïstes, épaulés par les Juifs. Il définit l’État national comme la propriété du neam. Et donc il ne peut représenter que le neam et non les Juifs. C’est une vision à la fois organique et patrimoniale de l’État national des Roumains, qui doivent seuls posséder leur État et leur territoire71.

  • 72 Yves Déloye, 1999, p. 236-243.
  • 73 Pierre Rosanvallon, 1998, p. 231.

33Les deux courants sont les porteurs d’une nouvelle vision de la représentation selon laquelle l’élu doit avoir une proximité sociale avec ses électeurs. Lorsque Iorga dit qu’il parle au nom des paysans et qu’il se définit comme leur représentant, l’historien et intellectuel qu’il est joue le jeu de l’identification imaginée avec eux. À défaut d’être lui-même issu de ce milieu, il affirme néanmoins que la principale qualité du représentant est sa capacité à se mettre à la place de ses électeurs72. Les socialistes se veulent les porte-paroles à la fois des ouvriers et des paysans exploités, surtout après la jacquerie de 1907. Il s’agit d’un changement majeur du rapport entre les élus et leurs électeurs. Iorga et les socialistes envisagent une représentation descriptive, selon laquelle le représentant doit ressembler par ses caractéristiques au peuple qu’il doit refléter73. Cette nouvelle vision de l’élu qui doit être le porte-parole d’intérêts qui le rapprochent de ses électeurs est le résultat, à la fois, de la dénonciation de la corruption et des pratiques de pouvoir des deux grands partis, et d’une vision plus démocratique de la société.

  • 74 Wim Van Meurs, 2010, p. 159-161.

34Néanmoins, la majorité des élites est consciente, tout comme Dobrogeanu-Gherea et Iorga, du décalage entre la modernité politique, incarnée par l’institution du vote et de la représentation, et les structures économiques agraires. Elles restent convaincues du bien-fondé de la construction du champ politique de haut en bas et des vertus de la pédagogie politique. C’est un point commun important chez Dobrogeanu-Gherea et Iorga : ils s’accordent sur le niveau précaire de culture des paysans et sur leur incapacité à agir en tant qu’acteurs de la démocratie74.

En guise de conclusion : démocratie versus dégénérescence morale

  • 75 Nicolae Iorga, 1914, p. 7.

35La perspective de la dénonciation permet de mieux saisir les divergences fondamentales entre les deux courants. Les agrariens conservateurs finissent par dénoncer la politique en elle-même. Cette dénonciation se présente de façon rhétorique comme un discours sur la dégénérescence morale : une fois au pouvoir, les acteurs politiques seraient salis par le fléau de la corruption, de l’opportunisme et de l’égoïsme. À maintes reprises, Iorga décrit la politique roumaine comme une « guerre civile » qui illustre la dégénérescence morale du neam75. Aussi donne-t-il la primauté à la culture pour éviter cette dégénérescence. La culture seule peut moraliser et changer les comportements. La culture seule transforme un peuple — c’est la conviction profonde des agrariens conservateurs.

  • 76 Michael Kitch, 1977, p. 83-85.
  • 77 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 113-116 ; Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 407-408.
  • 78 Zigu Ornea, 1982, p. 291.
  • 79 Alex Drace-Francis, 2016, p. 206-207.
  • 80 Michael Kitch, 1977, p. 66, 87-88.

36Alors que la corruption est un problème systémique et moral pour Iorga, Dobrogeanu-Gherea pense que l’abolition de la servitude néoféodale est le chemin vers la société capitaliste, une nécessité pour lui, et que les institutions politiques libérales et bourgeoises produiront le changement76. Le but politique essentiel, selon Dobrogeanu-Gherea, reste le droit de vote universel, l’arme politique nécessaire pour l’émancipation politique et sociale, tandis que la culture est pour lui un instrument pour l’éducation à la vie démocratique et pour l’inclusion dans la politique77. Les institutions démocratiques doivent devenir une réalité pour les paysans afin qu’ils soient capables d’utiliser leurs droits dans la lutte économique et politique : c’est la recommandation de Dobrogeanu-Gherea au congrès de 1898 du PSD78. Néanmoins, le socialisme de Dobrogeanu-Gherea est un échec. Le PSD tourne au nationalisme après 1899, dans la débâcle organisationnelle totale, tandis que de nombreux proches de Dobrogeanu-Gherea rejoignent soit le sămănătorism, soit le poporanism79. Et surtout le programme pratique que Dobrogeanu-Gherea a tiré de son analyse théorique marxiste aura finalement été incapable de soutenir une organisation politique socialiste indépendante, tandis que son plaidoyer pour des réformes politiques libérales pour promouvoir le développement capitaliste a gommé les traits spécifiquement socialistes de son programme80.

  • 81 Nicolae Iorga, 1914, p. 7-11.
  • 82 Neamul Românesc pentru Popor no 49, le 1er décembre 1910, p. 770-771, 782-784 ; Neamul Românesc pe (...)

37Le droit de vote universel n’est pas un but en soi pour Iorga. Le but premier de la politique doit être la propagation de la culture nationale authentique, exprimant l’âme du neam, pour éliminer la culture étrangère superficielle (spoiala străină), pour réaliser l’unité étatique de tous les Roumains et pour avoir une politique morale81. Iorga envisage ici l’État national qui devrait inclure les Roumains de la Transylvanie des Habsbourg. Le nationalisme de Iorga et du PND est une négation de la différence entre les classes et un discours de l’harmonie sociale en faveur de l’unité du neam avec sa culture nationale ; c’est un nationalisme exclusiviste et xénophobe, anti-occidental et antilibéral82. Ce sont les idées maîtresses des dénonciateurs de la démocratie pendant l’entre-deux-guerres, qui en appellent eux aussi à la renaissance morale. Du point de vue de la postérité immédiate donc, le succès de Iorga n’en est que plus visible si on le compare avec l’échec du socialisme de Dobrogeanu-Gherea.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alexandrescu Sorin, « Populism și burghezie : România la începutul secolului xx », in Alexandrescu Sorin, Privind înapoi, modernitatea, București, Univers, 1999, p. 91-124.

Alexandrescu Sorin, « Modernism și anti-modernism. Din nou, cazul românesc », in Antohi Sorin (éd.), Modernism și antimodernism. Noi perspective interdisciplinare, București, Cuvântul, 2008, p. 103-159.

Bacalbașa Constantin, Bucureștii de altădată vol. ii, 1878-1884, București, Humanitas, 2014 [1927].

Case Holly, « The « social question » 1820-1920 », Modern Intellectual History 13, no 3, 2016, p. 747-775.

Cotoi Călin, « Națiune, societate și anarhism în România fin-desiècle », Revista de Ştiinţe Politice şi Relaţii Internaţionale, 11, no 2, 2014, p. 17-40.

Déloye Yves, « Se présenter pour représenter. Enquête sur les professions de foi électorales de 1848 », in Oferlé Michel (éd.), La profession politique, xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 1999, p. 231-254.

Dobrogeanu-Gherea Constantin, Neoiobăgia. Studiu economicosociologic al problemei noastre agrare, București, Ed. Librăriei Socec, 1910.

Drace-Francis Alex, Geneza culturii române moderne. Instituțiile scrisului și dezvoltarea identității naționale, 1700-1900, trad. Marius-Adrian Hazaparu, Iași, Polirom, 2016 [2012].

Guesnier Lucie, « Les socialistes et la guerre. Du socialisme roumain à la “Confédération Balkanique”, un projet pour la paix dans l’ombre de la IIe Internationale », in Durandin Catherine, Fol Schweiller Cécile (éds.), Alerte en Europe : la guerre dans les Balkans (1912-1913), Paris, L’Harmattan, 2014, p. 97-122.

Heinen Armin, Legiunea « Arhanghelul Mihail ». Mișcare socială și organizație politică. O contribuție la problema fascismului internațional, 2e éd., trad. Cornelia et Delia Eșianu, București, Humanitas, 2006 [1986].

Hitchins Keith, România. 1866-1947, trad. George G. Potra, Delia Răzdolescu, București, Humanitas, 1996 [1994].

Ioanid Radu, « Nicolae Iorga and Fascism », Journal of Contemporary History 27, no 3, 1992, p. 467-492.

Iorga Nicolae, În era «Reformelor». Discursuri politice rostite în Camera Deputaților (1907-1909), Vălenii de Munte, 1909.

Iorga Nicolae, Problema evreiască la Cameră. O interpelare, cu o introducere de A. C. Cuza și note despre vechimea evreilor în țară, Vălenii de Munte, 1910.

Iorga Nicolae, O luptă literară. Articole din Sămănătorul, Volumul 1 (mai 1903-iulie 1905), Vălenii de Munte, 1914.

Iorga Nicolae, O viață de om. Așa cum a fost, vol. II, București, Ed. N. Stroila, 1934.

Iorga Nicolae, O nouă epocă de cultură, București, Fundația « România de mâine », 2000 [1903].

Kitch Michael, « Constantin Dobrogeanu-Gherea and Rumanian Marxism », The Slavonic and East European Review, 55, no 1, 1977, p. 65-89.

Mamina Ion, « Partidul revoluționar — reprezentantul politic al intereselor clasei muncitoare, al maselor populare (1900-1914) », Revista de Istorie, 32, no 11, 1979, p. 2097-2122.

Oldson William O., «The Historical and Nationalistic Thought of Nicolae Iorga» (East European Monographs, 5.) Boulder, Colo., East European Quarterly, New York, Columbia University Press, 1973.

Oldson William O., A Providential Anti-Semitism. Nationalism and Polity in Nineteenth Century Romania, Philadelphia, The American Philosophical Society, 1991.

Ornea Zigu, Viața lui C. Dobrogeanu-Gherea, București, Cartea românească, 1982.

Ornea Zigu, Opera lui C. Dobrogeanu-Gherea, București, Cartea românească, 1983.

Ornea Zigu, Sămănătorismul, 3e éd., București, Ed. Fundației Culturale Române, 1998a [1970].

Ornea Zigu, Junimea și junimismul, vol. II, București, Minerva, 1998b [1978].

Preda Cristian, Contribuții la istoria intelectuală a politicii românești, București, Meridiane, 2003.

Rosanvallon Pierre, Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998.

Țurcanu Florin, Intellectuels, histoire et mémoire en Roumanie. De l’entre-deux-guerres à l’après-communisme, București, Ed. Academiei Române, 2007.

Van Meurs Wim, « Democrație, democrat, democratizare », in Neumann Victor, Heinen Armin (éds.), Istoria României prin concepte. Perspective alternative asupra limbajelor social-politice, Iași, Polirom, 2010, p. 151-171.

Notes

1 Sorin Alexandrescu, 2008, p. 132.

2 Florin Țurcanu, 2007 ; Sorin Alexandrescu, 2008.

3 Zigu Ornea, 1998a ; Nicolae Iorga, 1934.

4 William O. Oldson, 1991 ; 1973.

5 Zigu Ornea, 1982 ; Constantin Bacalbașa, 2014, p. 217-223, 258-259.

6 Zigu Ornea, 1998b ; Adevărul, le 1er mars 1895 ; Zigu Ornea, 1982.

7 Keith Hitchins, 1996, p. 151.

8 Zigu Ornea, 1982, p. 296.

9 Zigu Ornea, 1982.

10 Lucie Guesnier, 2014, p. 98-102 ; Zigu Ornea, 1982, p. 404-407.

11 Armin Heinen, 2006, p. 65.

12 Zigu Ornea, 1983, p. 281-294, 331-380 ; Cristian Preda, 2003, p. 21-32.

13 Ce courant agrarien, dit poporanism, autour de la revue Viața românească (« La vie roumaine »), est animé par Constantin Stere. C’est une variante nationaliste du populisme russe, Călin Cotoi, 2014, p. 32 et note 42, p. 33.

14 Michael Kitch, 1977, p. 77.

15 Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, notamment p. 70-101.

16 Ibid., 1910, p. 367-408.

17 Michael Kitch, 1977, p. 72.

18 Zigu Ornea, 1983 ; Michael Kitch, 1977, p. 71-73.

19 Alex Drace-Francis, 2016, p. 205-207.

20 Călin Cotoi, 2016.

21 Zigu Ornea, 1998a, p. 166-168.

22 Ibid., p. 17-23.

23 Ibid., 1998a, p. 168-171.

24 La classe aristocratique des grands propriétaires des terres.

25 Zigu Ornea, 1998a, p. 152-160.

26 Radu Ioanid, 1992 ; Keith Hitchins, 1996, p. 424.

27 Keith Hitchins, 1996 ; Sorin Alexandrescu, 1999.

28 Zigu Ornea, 1983.

29 Zigu Ornea, 1998a, p. 116.

30 Ibid., p. 118-119.

31 Ibid., p. 128.

32 Zigu Ornea, 1983, p. 280-281.

33 Ibid., 1983, p. 295-312.

34 Alex Drace-Francis, 2016, p. 208.

35 Călin Cotoi, 2014.

36 Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 52-69.

37 Ibid., p. 487.

38 Ibid., p. 52-69.

39 Ibid., p. 360.

40 Ibid., p. 411.

41 Cristian Preda, 2003, p. 41-42 ; Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 158-165, 360-361.

42 Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 451-453.

43 Michael Kitch, 1977, p. 81.

44 Par exemple, Adevărul, le 23 avril 1913.

45 Ibid., le 1er mars 1895.

46 Ibid., le 10 novembre 1895.

47 C’est une argumentation spécifique au xixe siècle, voir Holly Case, 2016.

48 Nicolae Iorga, 1909.

49 Zigu Ornea, 1998a, p. 172.

50 Keith Hitchins, 1996, p. 85.

51 Nicolae Iorga, 1934, p. 1.

52 Keith Hitchins, 1996, p. 87.

53 Ibid., p. 85.

54 Zigu Ornea, 1998a, p. 119-125, 171-177.

55 Cristian Preda, 2003, p. 50-52.

56 Nicolae Iorga, 1909, p. 111.

57 Emil D. Fagure, éditorial dans Adevărul, le 24 avril 1913.

58 Adevărul, le 11 octobre 1898.

59 Ibid., le 18 novembre 1895.

60 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 58, 95.

61 Adevărul, le 11 octobre 1898.

62 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 101-102, 104.

63 Keith Hitchins, 1996, p. 37, 110-111.

64 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 103.

65 Adevărul, le 18 novembre 1895 ; Adevărul, le 28 novembre 1895.

66 Ion Mamina, 1979, p. 2113-2119.

67 Adevărul, le 28 mai 1907.

68 Ibid., le 27 mai 1907.

69 Nicolae Iorga, 1909, p. 39-40.

70 Neamul Românesc pentru Popor no 6, le 16 février 1911.

71 Nicolae Iorga, 1910.

72 Yves Déloye, 1999, p. 236-243.

73 Pierre Rosanvallon, 1998, p. 231.

74 Wim Van Meurs, 2010, p. 159-161.

75 Nicolae Iorga, 1914, p. 7.

76 Michael Kitch, 1977, p. 83-85.

77 Sorin Alexandrescu, 1999, p. 113-116 ; Constantin Dobrogeanu-Gherea, 1910, p. 407-408.

78 Zigu Ornea, 1982, p. 291.

79 Alex Drace-Francis, 2016, p. 206-207.

80 Michael Kitch, 1977, p. 66, 87-88.

81 Nicolae Iorga, 1914, p. 7-11.

82 Neamul Românesc pentru Popor no 49, le 1er décembre 1910, p. 770-771, 782-784 ; Neamul Românesc pentru Popor no 50, le 8 décembre 1910, p. 785-790.

Auteur

Maître de conférences à la faculté de sciences politiques de l’université de Bucarest et membre correspondant du centre Norbert Elias (UMR 8562). Elle a été boursière du New Europe College — Institut for Advanced Studies de Bucarest et du Wissenschaftskolleg zu Berlin, ainsi que professeur invitée à l’EHESS, à l’université d’Avignon et à l’université Paris-Sorbonne. Elle a publié La construction politique de la nation. La nation dans les débats du Parlement de la Roumanie, 1866-1871 (Iasi, Institutul European, 2009) et « Republica de la Ploiești » și începuturile parlamentarismului în România (La « République de Ploiești » et les débuts du parlementarisme en Roumanie) [Bucarest, Humanitas, 2016]. Elle a récemment coédité, avec Frédéric Monier et Olivier Dard, Moralité du pouvoir et corruption en France et en Roumanie, xviiie-xxe siècle (Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2017).

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search