Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Deuxième partie. Poursuivre un programme : l'école de Brentano

8. De l’intentionnalité à la théorie de l’objet

Meinong, son école, ses critiques

Guillaume Fréchette

Texte intégral

  • 1 Voir Fisette, D. & Fréchette, G. 2007.

1Comme Marty et Stumpf avant lui, et comme Husserl, Twardowski, et bien d’autres après lui, Meinong est introduit à la philosophie par Brentano, une rencontre qui marquera de manière durable sa propre conception de la philosophie. On connaît l’esprit d’école qu’entretenait Brentano dans sa relation avec ses étudiants1. En effet, Brentano nourrissait le projet dès son entrée à Vienne d’une promotion de la philosophie exacte et scientifique, basée sur la psychologie empirique et suivant les méthodes de l’investigation scientifique. Ce projet visait à marquer le début d’une nouvelle ère en philosophie, alors que s’éteignaient les derniers foyers de l’idéalisme allemand – quatrième et dernière phase, dégénérative, de la philosophie de l’ancienne ère allant de Descartes à Schelling.

  • 2 De 1875 à 1878, Meinong suit tous les cours de Brentano : Ausgewählte philosophische Fragen (1875- (...)
  • 3 Voir Brentano 1874, premier livre. Voir notamment les cours de métaphysique de Brentano (M96) ains (...)
  • 4 Voir les leçons de logique de Brentano professées à Vienne dans les années 1880 (manuscrit EL72).
  • 5 Voir la lettre de Brentano à Meinong du 15 février 1886, reproduite dans Kindinger (1965, 22-23).
  • 6 Voir notamment Meinong 1891, 1894, 1896, 1899, 1900 et 1904.

2Puisqu’il décide de se consacrer pleinement à la philosophie en 1875 en suivant pour ce faire les enseignements de Brentano, il est naturel de voir le développement philosophique de Meinong en continuité avec le programme de Brentano2. En effet, les premiers travaux de Meinong suivent tout à fait le cœur des préoccupations de Brentano à la même époque : la théorie des relations de Hume (Meinong 1882) par exemple suit bien la distinction brentanienne entre les plans métaphysiques et psychologiques des théories de la relation, telle qu’elle est présente dans les cours de métaphysique et de psychologie de Brentano que Meinong suivit en 1877, mais telle qu’elle est aussi annoncée dans la Psychologie de 18743. Les travaux qui suivent, notamment sur la mémoire (Meinong 1886) et sur l’imagination (Meinong 1889) reprennent également des thèmes classiques de l’intentionnalité traités par Brentano, notamment dans sa Alte und neue Logik4. Ces travaux marquent les premiers développements de la théorie des suppositions que Meinong exposera en détail dans son ouvrage sur les assomptions en 1901 (Meinong 1901). Bien que ces développements ne plairont pas à Brentano, qui le fera d’ailleurs clairement savoir à Meinong dès 18865, les travaux subséquents de Meinong demeurent inscrits dans le cadre d’une investigation de l’intentionnalité des actes mentaux au moyen de la psychologie descriptive et empirique telle que préconisée par Brentano et comme en témoignent les travaux des années 1890 et du début des années 19006. De même, le projet poursuivi par la théorie de l’objet ainsi que les travaux du laboratoire de psychologie s’inscrivent clairement dans la démarche préconisée par Brentano. En ce sens, sur le plan du programme de recherche, les travaux poursuivis par Meinong s’inscrivent en continuité de ceux développés par Brentano dès les années 1860.

  • 7 Voir Meinong GA VII, pp. 3-4.
  • 8 Voir Fisette & Fréchette (2007).

3Bien que cette lecture soit juste, elle masque cependant des différences fondamentales entre Brentano et Meinong, et ce tant sur le plan personnel que philosophique. L’importance de ces différences vient à expression dans l’autobiographie de Meinong, où la place accordée à Brentano est remarquablement marginale7. Les raisons circonstancielles qui ont poussé Meinong à ne reconnaître de Brentano que le rôle de « conseiller bien intentionné » dans son cheminement philosophique sont multiples et elles ont été exposées ailleurs8. Résumons cependant l’essentiel : tout comme Husserl, Meinong ne s’est prêté au programme de Brentano que dans son volet théorique. Tout l’aspect pratique et politique du programme – allégeance scolaire, diffusion de la doctrine, formation doctrinaire des nouvelles générations d’étudiants et culture d’une doctrine aux thèses bien définies – comme il a été entretenu de manière assidue par Marty notamment, lui est resté complètement étranger.

4Quoi qu’en dise Brentano, il est clair que cette absence de reconnaissance manifeste de la part de Meinong est la principale cause du dénigrement qu’il exprime à son égard, publiquement ou non, à partir de la fin des années 1880, sinon la seule. Le récit plutôt contradictoire qu’il fait à Ehrenfels de son rapport à Meinong témoigne surtout d’une insatisfaction de Brentano face au comportement de Meinong bien plus que d’une piètre appréciation de ses qualités philosophiques, contrairement à ce qu’il prétend et à ce qui est parfois encore véhiculé sur la relation entre Brentano et Meinong :

  • 9 Benno von David était conseiller de la cour et directeur ministériel au ministère de l’Enseignemen (...)
  • 10 Référence à la nouvelle de Grillparzer, Der arme Spielmann (le pauvre ménétrier).
  • 11 Lettre de Brentano à Ehrenfels, 29 octobre 1895.

J’ai aussi fait des efforts pour lui [Meinong] concernant sa situation. Je me souviens par exemple d’avoir approuvé pour lui – en vain – des petits essais pour [l’éditeur] Hartleben. Et c’est aussi moi qui, grâce à ma recommandation énergique, lui fit obtenir la chaire de Graz, et cela malgré l’aversion la plus prononcée de David9. Je ne sais ni quand ni comment il aurait pu se montrer reconnaissant pour cela, mais c’est bien le contraire qui s’est produit et cela de manière méprisable sous plus d’un angle.
Mais je n’ai pas fait cela pour obtenir sa reconnaissance. Et pas non plus avec la conscience d’encourager un talent véritablement important. Bien au contraire. Et tout honnête que j’ai toujours été, je me suis d’abord efforcé (c’étaient là les premières années de mon activité en Autriche et j’ai pu à ce moment m’illusionner encore un peu quant à la fécondité de ce sol) de l’éloigner de l’idée de se dévouer complètement à la philosophie. Je me fis un devoir de ne pas lui dissimuler ce qui me semblait défaillant dans son tempérament. Assurément, cela lui fut communiqué de la manière la plus amicale, comme ce fut le cas plus tard avec Husserl, qui était incomparablement plus faible que Meinong. Il est cependant possible que mon mot d’amitié bien intentionné… ait pu blesser l’homme. Quoi qu’il en soit, à mon avis, mon mot de l’époque n’était pas simplement dénué de mauvaises intentions, mais il était aussi essentiellement vrai, et ce de manière absolue, et non relativement à la médiocrité du potentiel étudiant qui se tenait en face de moi en Autriche – une médiocrité dont j’ai dû de plus en plus me convaincre. Puisque je recommandais prestement à David sa nomination à Graz... je n’en restai pas moins tout à fait fidèle à la vérité. Je ne niai pas qu’il ne s’agissait pas ici d’un talent véritablement supérieur, mais je soulignai le manque de forces travaillantes qui pourraient autrement jouer ce rôle, je soulignai également son application ainsi que les traces de perspicacité qui se manifestaient chez lui et qu’on ne devait quand même pas sous-estimer. Bref je fis ce que ma conscience m’autorisait à faire et menai ainsi l’affaire à une victoire… Qu’en serait-il si, en musique, on faisait valoir ce point de vue dans l’évaluation des compositions ou des reproductions d’un musicien ? Le ménétrier de Grillparzer10 pourrait ainsi être glorifié du même droit qu’un Paganini. »11
Il est difficile de prendre Brentano au mot sur le talent philosophique de Meinong et Husserl, qui sont sans conteste les deux figures les plus marquantes issues de son école, d’autant que les recommandations à Czernowitz et à Graz témoignent bien des espoirs qu’il fondait en Meinong. Et comme on le verra dans les sections à venir, au-delà du rattachement doctrinaire, Meinong est resté fidèle à au moins deux des principes fondamentaux de la philosophie brentanienne : celui selon lequel la vraie méthode de la philosophie n’est nulle autre que celles des sciences naturelles (Brentano, 1866) mais aussi celui, plus particulier, formulé en préface de la Psychologie d’un point de vue empirique, du rôle primordial de l’expérience :
« Mon point de vue en psychologie est le point de vue empirique ; mon maître est l’expérience à elle seule : je partage toutefois avec d’autres la conviction qu’une certaine intuition idéale est compatible avec un tel point de vue. » (Brentano 2008, p. 3)

Le laboratoire de psychologie

  • 12 . Voir Meinong 1921, 105.
  • 13 . « Philosophische Societät : Übungen im Anstellen und Interpretieren psychologischer Experimente » (...)
  • 14 . Voir notamment la lettre de Meinong à Jodl du 28 février 1889, dans laquelle il expose les motifs (...)
  • 15 Voir la correspondance académique de Meinong à ce sujet (particulièrement les lettres du 5 juin 18 (...)
  • 16 Voir Krones (1895, 86).

5L’adhésion de Meinong à ce deuxième principe est claire lorsqu’on observe son engagement envers la psychologie expérimentale. L’expérimentation en psychologie a été une préoccupation centrale dès les tout premiers enseignements de Meinong. En effet, dans son autobiographie, Meinong affirme s’être déjà livré à des expérimentations dans ses séminaires de Vienne à la fin des années 187012. Peu après son habilitation en 1878, alors que Meinong succède à Alois Riehl à titre d’ extraordinarius à Graz, cette préoccupation continue de se manifester : les premières leçons et séminaires de Meinong portent notamment sur l’origine de la représentation de l’espace (été 1883), sur la psychophysique (été 1885) et sur la psychologie de la vie affective (été 1886). C’est au semestre d’hiver 1886-87 que Meinong inscrit au programme académique de la faculté de philosophie de l’université de Graz les premiers exercices de laboratoire (Übungen) en psychologie expérimentale jamais tenus dans l’empire autrichien, marquant du coup non seulement les débuts de la psychologie expérimentale en Autriche mais établissant également les bases de ce qui deviendra le premier laboratoire de psychologie expérimentale en Autriche13. Trois ans plus tard, après avoir financé les exercices de laboratoire à même ses propres moyens, Meinong décide toutefois d’interrompre ces travaux devant l’absence de collaboration des autorités universitaires14. Cette interruption n’empêche toutefois pas Meinong, après l’obtention du statut d’ordinarius en 1889, de soumettre dès 1893 une demande au ministère, par le biais de la faculté, concernant l’obtention du matériel nécessaire pour la tenue des exercices expérimentaux.15 Du même souffle, il propose la fondation d’un « institut de psychologie expérimentale », une demande qui sera acceptée le 20 novembre 1894 par l’université, cette date marquant la fondation officielle du « laboratoire psychologique » (Psychologisches Laboratorium), qui devient alors un nom légal dès janvier 189516.

  • 17 Voir Meinong et Witasek (1897).
  • 18 Voir particulièrement Witasek (1901), (1904) et (1908).

6Avec son étudiant Stefan Witasek, Meinong se livre au travail expérimental, notamment dans des expérimentations sur la fusion sonore, dans lesquelles ils visent à montrer que les régularités postulées par Stumpf (1891) ne sont pas conciliables avec l’expérience17. C’est d’ailleurs Witasek qui, très rapidement, prendra la direction du laboratoire, bien avant sa nomination formelle en 1914. Après une thèse sur la théorie des complexes (1895) et son habilitation sur les illusions géométrico-optiques (1899), Witasek consacre plusieurs ouvrages à la psychologie de la connaissance et des émotions18. Sa mort prématurée en 1915 contraint Meinong à trouver un remplaçant à la direction du laboratoire, ce qui s’avère une tâche ardue : Vittorio Benussi, le candidat choisi par Meinong, est refusé en raison de sa nationalité. Après le départ de Benussi pour Trieste puis Padoue en 1919, Meinong parvient à attribuer à un ancien étudiant, Ernst Mally, le poste de démonstrateur au laboratoire. Mally, qui n’a jamais manifesté beaucoup d’intérêt pour l’expérimentation en psychologie, prendra la direction du laboratoire en 1922. C’est sous sa direction que le laboratoire s’émancipera de l’institut de philosophie.

7Les travaux du laboratoire de psychologie, du moins dans ses dix premières années d’existence, s’inscrivent en continuité des travaux théoriques de Meinong sur les relations des années 1880 et 1890, qui le mèneront ultimement, en 1904, à formuler les grandes lignes de sa théorie de l’objet. Dans l’ouvrage collectif dirigé par Meinong et célébrant le dixième anniversaire d’existence du laboratoire, le rôle de l’expérimentation dans ce cadre est clairement délimité :

Nous avons toujours été d’avis que l’expérimentation psychologique n’est jamais une fin en soi et qu’elle est plutôt au service des tâches d’une théorie psychologique, qu’elle en est certes un constituant fondamental, une partie intégrante, mais qu’elle ne constitue pour autant qu’une seule partie à l’intérieur des sciences qui, en proches parents, se regroupent sous le nom de « philosophie ». (Meinong 1904a, VII)

  • 19 Voir particulièrement Meinong (1904, 34sq).

8Qu’en est-il de ces « sciences qui se regroupent sous le nom de “philosophie” », desquelles la psychologie expérimentale est une partie constituante ? Dans son essai publié dans le même ouvrage, Meinong plaide pour donner à sa théorie de l’objet ce rôle unificateur19. Dans les sections qui suivent, je propose de retracer le développement qui a conduit Meinong à voir dans la théorie de l’objet l’aboutissement de ses premiers travaux allant de la théorie des relations et des complexions aux objets d’ordre supérieur et à la théorie de la production. Comme je le suggère, trois facteurs sont essentiels aux transformations que fait subir Meinong à la conception brentanienne de l’intentionnalité des actes mentaux et qui le conduisent à formuler sa théorie de l’objet en 1904 : 1) l’introduction des qualités de forme en 1890 par Ehrenfels, qui, avec Höfler, compte parmi les tout premiers étudiants de Meinong ; 2) la distinction entre le contenu et l’objet des représentations, telle qu’intégrée dans la théorie des objets d’ordre supérieur en 1899 et enfin 3) la distinction entre production et fondation, inspirée de la deuxième, et systématisée pour la première fois par Ameseder en 1901. Ce que montre notamment l’histoire de ce développement est que le projet de Meinong reste ancré dans l’esprit des principes fondamentaux de la philosophie brentanienne. Même s’il remet en question certaines des thèses de Brentano – la tripartition des actes mentaux, ou encore la nature ponctuelle de la perception interne, mise en cause qui conduira Brentano ultimement à dénigrer Meinong de la manière que nous venons de voir – le philosophe de Graz poursuit un projet analogue à celui de Brentano – à savoir celui d’unifier les champs philosophiques (notamment la logique, l’éthique et l’esthétique) sous l’égide de la théorie de l’objet, et ce de la même manière par laquelle Brentano assignait ces disciplines à la psychologie.

De Mach à Ehrenfels

9La préhistoire de la théorie des relations de Meinong est à trouver chez Mach, dans un questionnement que ce dernier formule dès 1865 : Comment en vient-on à reconnaître plus facilement une mélodie transposée que sa tonalité respective ? Et comment se fait-il qu’on puisse reconnaître différentes formes géométriques comme étant des instances d’une seule et même forme ? Dans Bemerkungen zur Lehre vom räumlichen Sehen de 1865, il fait remarquer que les qualités individuelles perçues dans l’écoute de la mélodie, et la « ressemblance » de mélodies transposées ne peuvent dépendre des contenus individuels. Son point s’attaque à Herbart : « comment se fait-il que des formes identiques (gleich) de couleurs différentes se laissent reproduire réciproquement et qu’elles soient reconnues comme pareilles ? » (Mach, 1865, 1).

10Pour Mach, la théorie herbartienne de la reproduction n’est pas en mesure de répondre à cette question. Il offre les exemples suivants contre Herbart :

de deux mélodies, nous reconnaissons le rythme identique, puissentelles être complètement différentes. Nous remarquons et reconnaissons le rythme d’ailleurs plus facilement que la durée absolue (le tempo). (Ibid, p. 4)

11Ces exemples suffisent, ajoute Mach, pour montrer que :

dans tous ces cas et dans des cas semblables, la reconnaissance et la similarité (Gleichheit) ne peuvent reposer sur la qualité des représentations, car celles-ci sont différentes. D’autre part, la reconnaissance, suivant les principes de la psychologie, n’est possible qu’à partir de représentations de même qualité. Il n’y a donc aucune autre issue que celle selon laquelle nous pensons les représentations qualitativement dissimilaires de deux séries comme étant nécessairement connectées avec d’autres qualitativement similaires. Afin que les formes (Gestalten) puissent être reconnues comme identiques (gleich), des sensations musculaires identiques doivent intervenir dans [la perception de] formes identiques de couleurs différentes, et de manière analogue, toutes les formes, et on pourrait aussi dire, toutes les abstractions, ont des représentations de qualité propre à leur base. Cela est le cas pour l’espace et la forme de la même manière que pour le temps, le rythme, la hauteur de son, la forme de mélodie ou l’intensité (Ibid.)

12Notons que la préoccupation de départ chez Mach en est une qui concerne la reproduction d’une forme A vers une forme B identique (et l’inverse) : cette « reproduction réciproque », nous y reviendrons, peut se comprendre comme une sorte de transposabilité. Mais de manière plus importante, c’est la relation entre les formes qui est déterminante. Mach parle bien de Gleichheit, un terme qu’on peut certainement traduire par identité, mais qui n’est tout au plus qu’une identité qualitative, et dans les faits, on emploie aussi ce terme pour parler de relations de ressemblance ou de similarité.

13Or on voit déjà, dans cette première discussion pertinente des qualités de forme, la généralisation qui s’inscrit tout naturellement dans l’idée de départ de la théorie. Le point de départ de Mach, mais il est repris aussi par Ehrenfels, est la volonté d’expliquer ce qui est la base de la similarité entre A et B, et corrélativement, ce qui permet de reconnaître A et B comme similaires. Du coup, l’hypothèse de la Gestalt a nécessairement deux faces : il ne suffit pas de dire que, d’un point de vue ontologique, une forme se détache de l’ensemble de ses parties, ce qui est la thèse ontologique. La thèse ontologique est corrélative d’une thèse psychologique (ou même, éventuellement, physiologique), ce que Mach avait bien vu :

Afin que les formes (Gestalten) puissent être reconnues comme identiques (gleich), des sensations musculaires identiques doivent intervenir dans [la perception de] formes identiques de couleurs différentes. (Mach, Ibid.)

14Il est vrai que Mach poursuivait un projet métaphysique propre, précisément basé sur ce type de corrélation, dans sa théorie des éléments et caractéristique de sa position moniste, comme l’illustre bien ce passage célèbre de l’Analyse des sensations de 1886 :

Les couleurs, les sons, les températures, les pressions, les espaces, les temps, etc. forment entre eux des connexions multiples et variées, et ils sont eux-mêmes associés à des états d’âme, des sentiments, des volitions. De ce réseau émerge ce qui est relativement plus solide et plus stable, qui s’imprime dans la mémoire et s’exprime dans la langue. (Mach 1886, 8)

15Comme Mach, Ehrenfels considère le monde d’un point de vue atomique : le monde est constitué d’atomes. Et donc, par corrélation, il y a aussi une structure atomique de l’expérience. Toutefois, Ehrenfels distingue entre les atomes et les éléments de Mach. Il distingue effectivement entre les objets unitaires de l’expérience et les constituants simples du monde de l’autre. Il est important de rappeler que les qualités de forme d’Ehrenfels ne sont pas des objets qui embrassent leurs fondements – les sons associés, les couleurs, les goûts ou les odeurs – comme parties. Ils sont des objets unitaires supplémentaires, qui existent à côté et en plus des éléments unitaires auxquels ils sont associés. La Gestalt n’est pas une combinaison, mais quelque chose de nouveau. C’est là une modification importante de l’idée de Mach, qui n’accepte de Gestalt que sous la forme d’aides auxiliaires à la pensée, mais qui ne leur attribue pas pour autant de réalité distincte.

16Selon Ehrenfels, la perception d’une Gestalt est conditionnée de la manière suivante : une forme spatiale est perçue, ou donnée dans la représentation visuelle, sur la base d’un ensemble de sensations d’éléments individuels ayant des « déterminations spatiales distinctes ». En ayant la sensation de ces éléments et de leurs déterminations spatiales, nous sommes aptes à appréhender la forme comme un objet supplémentaire (une qualité, un attribut), comme s’il se tenait côte à côte avec les éléments qui lui sont associés. En effet, on peut appréhender selon lui la même forme (la même qualité spatiale) en association avec des déterminations et des éléments qui, pris individuellement, n’ont rien en commun.

17La suggestion d’Ehrenfels est qu’à chaque fois que nous avons une relation entre un complexe d’éléments vus ou sentis et une expérience unitaire qui lui est associée d’une structure invariante, on doit considérer cette dernière comme une Gestalt. Et on doit concevoir l’expérience unitaire (ou l’expérience de l’unité) comme structurellement analogue à l’expérience d’une forme spatiale. Autrement dit, l’expérience de la tasse comme forme spatiale et l’expérience de la structure ou de la Gestalt de la tasse ne relève pas de facultés mentales distinctes. Ce sont des instances de la même espèce, dans laquelle des processus mentaux du même genre sont impliqués.

18Ce qui ressort de la proposition d’Ehrenfels, relativement simple quand on y pense, est la généralisation qu’on peut lui faire subir, généralisation qu’Ehrenfels reprend visiblement de Mach. Non seulement Ehrenfels combine les qualités de manière multisensorielles, en définissant par exemple l’humidité comme une Gestalt de sensations simultanées de température et de pression, ou encore la Gestalt des goûts et des arômes comme des fusions de sensations gustatives avec des sensations de température, des sensations haptiques et olfactives, mais il admet également des Gestalt multimodales, ou du moins, on peut supposer qu’il les admette, par exemple dans le cas de goûts et odeurs subtiles qui parfois sont fondées dans des souvenirs complexes et dans d’autres données de la perception interne. Le principe sous-jacent à cette combinatoire met en jeu l’idée d’une stratification de l’expérience, et ce dans plusieurs domaines des produits de civilisations. C’est cette combinatoire qu’on retrouvera plus tard dans la théorie des objets supérieurs de Meinong, mais aussi dans la sixième recherche logique de Husserl sur l’intuition catégoriale, qui n’est en fait rien d’autre qu’une perception d’ordre supérieur.

D’Ehrenfels à Meinong

  • 20 Voir notamment Meinong 1891, 288.

19Ehrenfels voyait la Gestalt comme étant « à côté » des éléments qui la forme. Or Meinong, en partant de ce concept, reprend l’idée formulée plus tôt par Mach d’un rapport de fondation entre les éléments fondateurs et la Gestalt, mettant celle-ci « en haut », et non « à côté » des contenus fondateurs. Dès 1891, en réaction à l’essai de son étudiant Ehrenfels, Meinong parle des Gestalt comme contenus fondés, et d’une différence de niveau entre ceux-ci et leur fondement : les contenus fondateurs20. La question qui intéresse Meinong en 1891 est de savoir si les qualités de forme sont le produit d’une activité ou si elles sont données simultanément avec leur fondement. Meinong fait l’hypothèse d’une activité du sujet dans l’appréhension des Gestalt :

Nous présupposons d’abord que le sujet – suivant des motifs qui ne sont pas arbitraires mais bien objectifs – a rassemblé tels et tels sons en un groupe, et c’est ainsi que le contenu fondé en question semble pouvoir émerger de la phrase musicale. (Meinong 1891, 297)

  • 21 Voir Meinong 1899/2007, 271.

20Ce rapport de fondation entre les fondements et les contenus fondés est développé plus avant dans l’article de 1899 sur les objets d’ordre supérieur. À la différence d’une boule de billard et d’une pomme prises individuellement, qui sont des objets réels, la relation de ressemblance entre ces deux objets n’est rien de réel. C’est pour Meinong un objet idéal qu’on pourrait désigner par le prédicat à deux places » – ressemble à – ». Les places vides marquent bien, sur un plan linguistique, l’absence d’autonomie (Unselbstständigkeit) qui revient nécessairement à tout objet idéal : l’objet idéal’ressemblance’nécessite, pour subsister, l’existence des relata, en l’occurrence la pomme et la boule de billard. Les relations ne sont cependant pas les seuls objets idéaux : le tout formé par la relation et les relata est ce que Meinong appelle une complexion (ce qu’Ehrenfels appelait une qualité de forme), et qui compte également parmi les objets idéaux. Le principe qui sous-tend le rapport entre les relations et les complexions est ce que Meinong appelle le principe de coïncidence : « là où il y a complexion, il y a relation, et inversement »21. Autrement dit, le rapport de fondation est aussi un rapport de coïncidence. La complexion ne peut donc s’émanciper des contenus qui la fondent.

21Il y a cependant une différence importante entre cet essai de 1899 et l’essai de 1891 sur la psychologie des complexions et des relations. Dans l’essai de 1899, Meinong fait sienne la distinction entre le contenu et l’objet des représentations présentée dans Twardowski 1894. Pour la théorie des objets d’ordre supérieur, cette distinction joue un rôle déterminant : en 1891, l’hypothèse d’une activité du sujet dans le regroupement des contenus en complexions laissait indéterminée la question de savoir ce qui, exactement, était regroupé : en d’autres termes, la position de 1891 ne semble formuler rien de plus qu’une théorie sur la constitution des contenus complexes. Les complexions ne sont alors qu’un certain type de contenus, et comme tous les contenus, ce sont des entités réelles qui n’ont d’existence que celle de l’acte dont ils sont les contenus. Or pour les complexions, et même pour les relations, cela implique que leur constitution soit essentiellement dépendante d’un processus psychologique, qui ultimement est garant de l’analyse qu’on fera de ces contenus complexes. L’hypothèse d’une activité synthétisante prend alors une place centrale en devenant le principe de constitution des Gestalt.

22Meinong refuse clairement cette conséquence en 1899 et dans tous ses travaux subséquents. Après la publication de Meinong 1899, il réévalue le rôle de la production dans l’appréhension et la constitution des Gestalt. Le premier résultat de cette réévaluation se retrouve dans la thèse de doctorat de son étudiant Rudolf Ameseder, Zur Systematik der idealen Gegenstände (1901) qui, en se basant sur Meinong (1899) ainsi que sur les discussions avec le maître, reformule les principes de la théorie des complexions en partant de la distinction entre contenu et objet.

23Ameseder propose d’abord de distinguer la fondation et la perception comme deux modalités représentationnelles : pour la théorie des objets d’ordre supérieur, les représentations peuvent être des représentations d’objets idéaux ou réaux : la modalité représentative des objets réaux est perceptive (Wahrnehmung) alors que la modalité représentative des objets idéaux est fondatrice (Fundierung). En ce sens, les représentations sont soit perceptives, soit fondatrices.

24Prenons deux objets A et B, la pomme et la boule de billard. Entre ces deux objets subsiste une relation (idéale) ρ qui est constituée sur A et B et qui est fondée par ceux-ci. La relation exprimée par « – est de taille distincte de – » subsiste nécessairement comme fondée par A et B.

  • 22 Ameseder ne s’attribue pas à lui seul la paternité de ce concept, qui découle selon lui des discus (...)
  • 23 Voir Ameseder (1901, 8).

25Du point de vue de la perception, on note quelque chose d’analogue : un contenu de représentation a et un contenu b “supportent” une relation r. Comme ρ, r est constituée de manière nécessaire. À la différence de ρ cependant, r n’est pas une relation de nécessité logique, mais de nécessité psychologique : pour me représenter une différence quelconque, je dois au moins avoir deux contenus de représentation sur lesquels est basée cette différence. Or comment le contenu r en vient-il à exister ? C’est ici qu’Ameseder fait intervenir la notion de production (Ameseder 1901, p. 9), en tant qu’activité psychique qui joue un rôle semblable à la fondation du côté des objets22. Cette activité produit effectivement un nouveau contenu (r est distinct de a et b), et les contenus produits correspondent aux objets fondés. Le schéma suivant proposé par Ameseder éclaire un peu l’ensemble des relations23 :

26Les doubles flèches sont des relations de correspondance intentionnelle : le contenu a correspond (intentionnellement) à l’objet A. La flèche simple entre r et ρ est aussi une relation de correspondance. En fait, r est un peu l’image miroir de ρ. Toutefois, à la différence de ρ, r est un contenu et donc par définition quelque chose de réel, ce qui exclu dont un rapport de fondation. Ici, le concept de production est introduit pour exposer comment les objets idéaux peuvent être représentés. En d’autre termes, on pourrait dire que la production est le versant psychologique de la fondation, bien que les deux processus fonctionnent de manière analogue. La relation ρ est ce qui permet aux relata A et B de se constituer en complexion. En fait, et c’est le principe de coincidence, pour toute complexion il y a une relation, et pour toute relation il y a une complexion. Ce principe est un principe épistémologique, et non psychologique, comme le remarque Ameseder (1901, p. 13).

27Trois ans plus tard, dans Über Vorstellungsproduktion, Ameseder élucidera plus avant cette contrepartie psychologique de la fondation qu’il appelle la production. L’idée de base est la suivante : afin que, à partir des représentations inferiora rouge et bleu, on puisse constituer la représentation superius de la différence entre les deux couleurs, on doit prendre en compte un facteur psychique jusqu’ici tout à fait ignoré. C’est ce facteur qu’Ameseder nomme la production, en l’opposant aux représentations élémentaires de rouge et de bleu comme une représentation superius. Ainsi, la différence entre des représentations élémentaires est saisie par production, qui est un acte psychique. En partant de ce principe de représentations élémentaires, qui rejoint l’atomisme de Mach qui a inspiré Ehrenfels mais aussi l’atomisme des sensations de Brentano, Ameseder ajoute que si un ensemble de deux (ou plus) représentations élémentaires donne une base à plusieurs superiora différents, alors il y a différents actes de production. Bref le superius est ontologiquement dépendant des inferiora, mais dépendant d’un acte donné de production seulement d’un point de vue épistémique. Et comme les sensations sont des représentations atomiques en ce sens, toute représentation perceptive qui n’est pas une sensation implique une production (Ameseder 1904, p. 489).

  • 24 Voir Stumpf, (1907/2006, p. 28/p. 156) ainsi que sa critique de la théorie de la production comme (...)

28On a parfois reproché à la théorie meinongienne de concevoir les Gestalt ou qualités de forme comme le résultat d’une activité synthétique, bref comme le résultat de la production. C’est le cas notamment de Stumpf24. Or cette critique est basée sur la non distinction entre le contenu et l’objet : le processus de production concerne bien les contenus de représentation, et non les superiora (justement comme les mélodies) qui elles sont des objets idéaux, qui ne sont pas produits, mais bien qui sont fondés. Il est tout à fait inadmissible, comme le souligne Ameseder, de parler de la « production d’un superius, d’une Gestalt, d’une mélodie, etc. » (Ameseder 1904, p. 488). Cette distinction des deux processus est bien mise en valeur dès la thèse de doctorat d’Ameseder. En fait, ce qui frappe dans ce texte de 1901, basé en partie sur Meinong (1899) ainsi que sur des discussions entre lui et Meinong, c’est que la distinction entre contenu et objet sert à marquer celle entre les processus par lesquels se forment les contenus et ceux par lesquels se constituent les objets. Partant de la relation intentionnelle, Meinong stipule une relation de correspondance entre les contenus et les objets. Sur le plan de la méthode, les principes de constitution des objets suivent des principes épistémiques apriori, alors que la constitution des contenus suit des principes psychologiques : les lois qui gèrent ces deux classes de phénomènes sont des lois de différent type (nécessité métaphysique vs nécessité psychologique).

  • 25 . Voir Ameseder 1904a, 72.

29Cette distinction entre l’objet et le contenu dans la théorie des complexes ouvre également à d’autres distinctions du côté des objets. Ameseder, par exemple, notera que le superius (par exemple l’objet « ressemblance ») aussi bien que le complexe « ressemblance entre A et B » sont des « objets ». Il y a donc au moins deux types d’objets supérieurs, à savoir le relatum « fondé » et le complexe « co-fondé ». Ce dernier est co-fondé par les inferiora individuels. La relation « constituer un complexe » est appelée une complexion, et cette relation n’est pas un objet mais un objectif. Et on peut ainsi ajouter que tout bien considéré, il n’y a pas seulement deux types d’objets d’ordre supérieur, mais il y a aussi deux objectifs, à savoir l’objectif « fondation » et « co-fondation »25.

Gestalt et production dans l’école de Graz

  • 26 . Voir par exemple Meinong GA IV, p. 59-61.
  • 27 Voir Meinong (dir.) (1904)

30Comme l’a reconnu Meinong, les travaux d’Ameseder ont accentué l’orientation des travaux de l’école de Graz vers la théorie de l’objet, orientation qu’on trouvait déjà in nuce dans le texte de Meinong de 1899 sur les objets d’ordre supérieur26. Avec la double théorie de la fondation et de la production, les philosophes de Graz mettent en marche une série de recherches expérimentales dont on peut voir les premiers résultats dans l’ouvrage collectif publié par Meinong en 190427.

31Sur le plan expérimental, Vittorio Benussi, un élève de Meinong, en vient à la conclusion que les présentations de Gestalt sont conçues seulement indirectement sur la base de présentations de stimulus, et qu’elles sont sous-déterminées par les expériences de niveau inférieur sur lesquelles elles sont fondées. Considérons par exemple le vase de Rubin :

32La sous-détermination des expériences de niveau inférieur s’exprime dans le fait que les mêmes stimuli, les mêmes éléments fondateurs, donnent lieu à des Gestalt différentes (le vase ou les deux visages) sous différentes conditions de production. C’est ce qu’on appelle le phénomène du Gestalt switch, et c’est effectivement à Benussi qu’on doit le premier traitement détaillé de ce phénomène.

  • 28 Voir Benussi (1906) et (1907).

33Ce phénomène du Gestalt switch exprime une propriété que les philosophes de l’école de Graz, et particulièrement Benussi, attribuent aux Gestalt : leur ambiguïté. Les Gestalt ne se distinguent pas tellement des objets sensoriels par leur caractère abstrait ou idéal, mais par leur ambiguïté, une caractéristique que les phénomènes sensoriels n’ont pas. Car sur la base de mêmes conditions de stimulation, différentes présentations de Gestalt peuvent être obtenues : cela mènera Benussi à la thèse qu’il doit exister une sorte spéciale de processus mentaux nonsensoriels qui puisse expliquer justement cette ambiguïté de la forme28.

  • 29 Voir Benussi (1902).
  • 30 Voir Benussi (1904).
  • 31 Voir Benussi (1912) ainsi que Huber (2007), p. 383sq. pour une discussion détaillée de l’entrepris (...)

34C’est aussi à Benussi qu’on doit une des tentatives les plus complètes de mettre en application la théorie de la production dans un cadre expérimental. En fait, et c’est l’hypothèse de départ de Benussi, les illusions d’optiques sont des illusions de production, et non, comme plusieurs le pensaient à cette époque, des caractéristiques intrinsèques au contenu de représentation. On se rappellera de l’explication brentanienne de l’illusion de Müller-Lyer, qui se base justement sur la surévaluation de la perception des angles obtus. Or dès sa thèse de doctorat et jusqu’en 1912, Benussi propose de prouver empiriquement son hypothèse en considérant d’abord que les effets d’illusion sont maintenus aussi après une correction des congruences éventuelles de la rétine29. Ensuite, il montre que la dimension de l’illusion, lorsque la stimulation est tenue continuellement, est dépendante de l’attitude de l’expérimentateur et du nombre de répétition30. Enfin, en 1912, il établit la démonstration que les mouvements apparents qui sont suscités par les figures d’illusion ne se laissent pas expliquer comme des effets stroboscopiques, ce qui est selon lui la preuve de l’intervention d’un processus psychique : la production31.

Graz et ses critiques

  • 32 Voir Wertheimer 1912, 225sq et Boring 1957, 591.

35Les travaux de Benussi furent reçus de manière très critique par une autre branche de l’école de Brentano : l’école de psychologie de Berlin. La position de l’école de Berlin suggère que nous avons une perception directe des Gestalt et que les sensations sont des entités abstraites. C’est notamment à Wertheimer qu’on doit l’expérience des lumières clignotantes qui font voir un mouvement (Wertheimer 1912). Le mouvement tel quel, dans de telles conditions, est un objet de perception pur et simple : ce n’est pas un pur produit intellectuel d’un acte de production. Et effectivement, dans certaines circonstances selon lui, on peut faire l’expérience d’un mouvement phénoménal pur, c’est à dire d’un mouvement sans objets mus, ce que Wertheimer appelle un phénomène φ, qui n’est ni une sensation au sens de Wundt ou Külpe, ni un phénomène au sens phénoménologique du terme32.

36Les expériences de Wertheimer visent à montrer que ce n’est pas le cas que pour chaque partie d’une structure perçue, il y a une ou plusieurs données sensorielles qui peuvent en principe être expérimentées en isolation. Ce que nous percevons, ce sont plutôt des Gestalt complexes, dont seulement certaines des parties sont analogues des soi-disant parties indépendantes des data sensoriels qui ont formé la base des théories précédentes.

37C’est dans cet esprit que, contre les Grazois, Koffka (1915) remet en question la thèse qu’il puisse y avoir des expériences purement sensorielles. Lorsque par exemple nous voyons plusieurs points individuels dans une ligne de couleur, est-il possible, comme le présupposent les Grazois, que nous ne voyions pas l’ordre particulier des points, et que cet ordre ne soit pas inclus dans l’acte de voir ? Or s’il y a une telle perception purement sensorielle, comment peut-on faire sens de l’idée d’une ambiguïté de la forme, si ce n’est sur la base de données sensorielles constantes ? Dans ce cas, quelle sera la preuve que les données sensorielles sont effectivement constantes si, au bout du compte, les donnes sensorielles sont présentes seulement dans la Gestalt ?

38Cette critique rejoint celle, formulée par Köhler (1913), de l’hypothèse de la constance. L’hypothèse de la constance est celle selon laquelle les contenus sensoriels dépendent uniquement des stimuli physiques. Il s’ensuit qu’à chaque fois qu’un événement physique se produit (que les mêmes éléments du système nerveux sont stimulés) une même sensation se produit. L’ampleur de la différence entre l’observation et l’anticipation de la constance peut conduire à différentes adaptations allant dans le sens de l’hypothèse de la constance, par exemple en distinguant entre ce qui est remarqué et non-remarqué dans le matériel conscient (une distinction centrale dans les principes de la psychologie descriptive brentanienne). En ce sens, un contenu de sensation qui n’est pas remarqué peut être « déduit » (erschlossen : un terme cher à Stumpf et Brentano et que Köhler reprend ici), mais sa réalité psychique n’est pas remise en question pour autant. L’idée de base étant que l’attention ne change rien aux contenus de sensation.

  • 33 Voir Koffka (1915, pp. 59-60).

39Une autre manière de préserver l’hypothèse de la constance consiste à distinguer, comme le fait Brentano mais aussi Meinong et l’école de Graz, entre sensation et perception, et à attribuer les fonctions intellectuelles au dernier domaine. Face à une illusion comme celle de Müller-Lyer, la stratégie consiste alors à soutenir que les jugements sont erronés, mais qu’il n’y a pas d’erreur au niveau de la sensation. Même si la théorie de la production affirme que dans le processus de production, les contenus sensoriels sont interprétés et modifiés, il n’en demeure pas moins que la théorie de la production présuppose l’hypothèse de la constance puisque la production a lieu sur la base des sensations et qu’elle vient après celles-ci33. En effet, suivant la critique berlinoise, on doit noter que le stimulus est quelque chose d’objectif pour l’école de Graz, quelque chose de posé par la théorie, suivant l’atomisme des sensations hérité de Mach et Brentano et transmis par Ehrenfels. En refusant l’hypothèse de la constance, l’école de Berlin refuse aussi les rapports de fondation entre sensation et perception supposés à la fois par Brentano et l’école de Graz. En refusant cette hypothèse ainsi que la thèse de la fondation, ils doivent reconnaître que les Gestalt sont des entités concrètes et irréductibles, non idéales, et qui, comme la causalité, jouent un rôle fondamental en science. Cette thèse sera poursuivie par Köhler (1920) dans une application de la théorie des Gestalt dans le monde de la nature inanimée.

Critique pragoise de Graz

40Si la critique berlinoise de la théorie de la production tend à regrouper les positions brentanienne et meinongienne comme étant deux versions de l’atomisme des sensations, la critique brentanienne et martyienne de la théorie de la production attaque le problème d’un autre angle : pour Marty, les Gestalt d’Ehrenfels et de Meinong ne sont rien d’autre que des groupes de sensations entre lesquelles subsistent certaines relations, et donc une Gestalt n’est rien d’autre qu’une somme de relations entre les objets formant le fondement de la soi-disante Gestalt :

Une forme (Gestalt) est ce qu’on appelait jusqu’ici comme tel (c’est-àdire une somme de relations) et à cette forme se rattache quelque chose comme une qualité (de manière analogue aux rapports de son, comme les accords, les mélodies, etc… Les « formes » elles-mêmes ne sont donc, en aucun sens, des qualités, et il demeure qu’elles ne sont rien d’autre que des groupes de sensations, entre lesquels subsistent des relations particulières. Toutefois, elles peuvent être accompagnées de qualités au sens propre, c’est-à-dire de qualités de sensation de type particulier, qui s’associent de manière régulée à ces connexions d’autres éléments sensibles, comme les réflexes. (Marty 1908, pp. 111-112).

41La perspective critique adoptée par Marty consiste à réduire la Gestalt à des groupes de sensations, qui sont perçues ensemble au moyen de mécanismes innés, comme les réflexes. La stratégie a ceci de particulier qu’elle réduit tout l’aspect de l’appréhension, qui est en soi un corrélat de la Gestalt, à un mécanisme inné comme les réflexes. Cette stratégie est proche d’une des idées de Brentano relativement à tout un aspect passif de la vie mentale qui tombe sous le coup des dispositions. Les dispositions, les traits de caractères, les réflexes et les habitus, ne sont pas des phénomènes psychiques mais sont en relation causale avec de tels phénomènes. Tout le problème de l’appréhension, du coup, est écarté de l’analyse.

42Dans le cas spécifique de la mélodie, Marty associe la pertinence de la Gestalt à celle des sensations affectives qui peuvent accompagner une mélodie, un accord, etc. tout aussi bien qu’un simple élément (une sensation de bleu prise isolément). La sensation affective, dans le cas de la mélodie, ne peut se rattacher à la relation, car si cela était le cas, on n’aurait qu’un intérêt théorique pour la mélodie, ou une joie abstraite. La solution de Marty, qu’il emprunte à Brentano, est de dire que dans le cas du plaisir ressenti à l’écoute d’une mélodie, le sentiment de plaisir ou de déplaisir se rattache non pas à une relation ou à une « Gestalt », mais plutôt à une « sensation concomitante » (Mitempfindung) que Marty et Brentano appellent les sensations affectives.

43De plus, les Gestalt étant conçues comme des relations, et les relations étant des abstracta, le modèle de l’école de Graz est contraint d’accepter selon Marty des sentiments abstraits, ou du moins des actes mentaux dirigés vers une pluralité comme tout, ce qui demeure une hypothèse qui, selon eux, n’est pas vérifiée par l’expérience.

44Là où Marty fait intervenir les sensations concomitantes comme explication du plaisir obtenu à l’écoute d’une mélodie – qui devient alors un plaisir à l’ écoute de la mélodie, et non un plaisir dirigé vers la mélodie elle-même, Brentano souligne dans ses cours de logique de Vienne des années 1880 que c’est l’association originaire qui donne l’impression d’entendre une mélodie, mais que cette impression elle-même n’est pas garante de la réalité des mélodies :

  • 34 Tiré de la leçon de logique du 17 décembre 1884 (Brentano 1884, 52).

Au moyen d’un type particulier d’association… que nous… pourrions appeler l’association originaire, les premiers phénomènes du passé font leur apparition… Ce que montre cette mémoire momentanée est si étendu qu’un changement répété devient immanquable, comme c’est le cas avec une mélodie par exemple. Les gens croient voir quelque chose se mouvoir, ils croient entendre une mélodie :… et ainsi, ils croient encore entendre ce qui vient tout juste de se produire. Cela est le fruit de la vivacité et des associations.34

  • 35 Dans Meinong 1886, Meinong défend précisément la thèse d’une évidence (donc d’une perception inter (...)

45La perception interne n’a de durée que celle de la représentation. Les représentations étant quasi-ponctuelles, on ne peut donc parler de perception d’un acte étendu dans le temps. Mais comment le mouvement peut-il être perçu ? Selon Brentano, le mouvement a ceci de commun avec les mélodies que ces deux types de phénomènes découlent d’erreurs de jugement. On croit voir une forme, on croit entendre quelque chose qui s’étend dans le temps, mais en fait c’est là le produit des associations et la vivacité de certaines représentations qui viennent tout juste de se produire et qui fait en sorte que nous avons cette impression. Bref, pour Brentano et Marty, les Gestalt ne peuvent intervenir dans le champ de la perception (et donc non plus dans l’ontologie) étant donné les limitations inhérente à la perception interne. On notera que c’est précisément sur ce point qu’en 1886, Meinong et Brentano rompirent35.

*****

46Comme on l’a suggéré ici, c’est l’hypothèse des Gestalt avancée par Ehrenfels en 1890 ainsi que sa systématisation dans le contexte d’une distinction entre le contenu et l’objet des actes mentaux par Meinong en 1899 qui a permis, au tournant du siècle, de réaliser la transformation de la théorie de l’intentionnalité de Brentano vers la théorie de l’objet, celle-ci devenant, à partir de 1904, le projet central de l’école de Graz. Les étapes sont les suivantes : 1) on reconnaît d’abord l’appréhension de touts complexes (Ehrenfels 1890) ; 2) ces touts complexes sont considérés comme des objets idéaux dont l’existence est basée sur celle d’ inferiora qui sont ses constituants (Meinong 1899) ; 3) En un autre sens, ces objets dits idéaux sont toutefois ontologiquement indépendants dans la mesure où tout objet est par nature indifférent à l’être, ce qui est formulé par Meinong dans le principe d’indifférence caractérisant la théorie de l’objet (Meinong 1904, p. 494).

47Le point délicat dans ces trois étapes est le passage de la seconde à la troisième : comment l’idéalité des Gestalt, et des superiora en général, mène-t-elle au principe d’indifférence ? Une partie de la réponse est à trouver dans ce que nous avons appelé, en partant d’Ameseder, les relations de correspondance intentionnelle telles que décrites dans l’avantdernière illustration : si on généralise le schéma à celui de la perception de tout objet complexe, celui-ci suppose que pour chaque partie d’un contenu de représentation correspond une partie d’objet : or cette relation de correspondance est plus forte que la relation de dépendance ontologique qui a lieu entre le superius et les inferiora : elle suppose que la structure du contenu d’un acte mental dépeint la structure de l’objet ou, en d’autres termes, que les rapports de production dépeignent les rapports de fondation. En reconnaissant pleinement ce principe, Meinong n’a d’autre choix que d’accepter le principe d’indépendance et le principe d’indifférence : tout objet x a les propriétés qu’il est dit avoir, peu importe que x soit existant ou non (principe d’indépendance de l’être-tel face à l’être) et ni l’être, ni le non-être, ne fait partie de la nature des objets. Car suivant le schéma d’Ameseder, tout rapport de production ρ des contenus a et b en relation r correspond à un rapport de fondation. Bref mes représentations du motif d’introduction de la 5e symphonie de Beethoven, de la racine carré de-2, de l’être-rouge d’une pomme, d’une montagne d’or ou d’un cercle carré sont toutes constituées par des rapports de production semblables, qui dépeignent des rapports de fondation. Il est clair ici que la distinction entre le réel et l’idéal ne peut suffire à isoler la particularité ontologique des Gestalt face aux objets de sensations non-complexes.

  • 36 Voir par exemple Brentano (1982, p. 21).
  • 37 Cet article a reçu le soutien du Fonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung (FWF) de Vie (...)

48Malgré les différends qui opposent Meinong et Brentano relativement à la nature de la perception interne ou encore à la tripartition des actes mentaux – des différends qui sont plutôt périphériques et ponctuel dans le contexte de l’émergence de la théorie de l’objet – un point commun majeur est ressorti au niveau de ce que nous avons appelé l’atomisme des sensations, et ce que Köhler, en critiquant à la fois Brentano et Meinong, a appelé l’hypothèse de la constance. Autant pour Brentano que pour Meinong, les sensations sont conçues comme étant les éléments les plus primitifs de la vie mentale. La transposabilité d’une complexion à une autre que leur attribuent Meinong et Ehrenfels et que leur refuse Brentano présuppose de toute manière leur intentionnalité, c’est-à-dire l’existence d’un contenu déterminé et individué par chaque acte de sensation. Que la structure de ce contenu, une entité mentale, dépeigne celle d’une entité non-mentale, un objet, est certes une thèse que Meinong reprend de Twardowski (1894), mais qu’on retrouve défendue par Brentano notamment dans ses cours de psychologie descriptive de 1888-8936. La différence décisive entre les projets de Brentano et de Meinong – ou l’originalité de la contribution du second par rapport au premier – repose sur trois résultats de recherche issus des travaux de l’école de Graz et fondamentaux pour la théorie de l’objet : la reconnaissance d’une activité psychique distincte dans l’appréhension des complexes (la production) ; la dépsychologisation du processus correspondant du côté des objets, dès lors caractérisé comme fondation, là où Brentano voyait simplement un processus d’abstraction, et enfin, l’indépendance ontologique des objets dont traite la théorie de l’objet au sens de leur indifférence à l’être, rendue possible par la reconnaissance d’une relation de correspondance entre les contenus et les objets qui, au plus tard à partir des travaux d’Ameseder, prend la place de la relation de dépendance ontologique entre le superius et les inferiora comme relation constituante pour la théorie de l’objet. Si le Brentano de la Psychologie descriptive aurait été en principe sympathique à ce troisième résultat de recherche, il n’en aurait pas moins refusé l’application aux objets complexes : complexions, objectifs, etc. qui constituent la marque distinctive de la théorie de Meinong. Ce refus – tout comme les deux différends mentionnés plus haut – est peut-être finalement, lui aussi, un différend périphérique et ponctuel. Les recherches à venir sur les inédits de Brentano pourront sans doute le montrer37.

Bibliographie

AMESEDER, R. 1901, Zur Systematik der idealen Gegenstände. Thèse de doctorat, Université de Graz.

AMESEDER, R. 1904a, « Beiträge zur Grundlegung der Gegenstandstheorie » dans A. Meinong (dir.) 1904, pp. 51-120.

AMESEDER, R. 1904b « Über Vorstellungsproduktion » dans A. MEINONG (dir.), Untersuchungen zur Gegenstandstheorie und Psychologie. Zum zehnjährigen Bestande des Psychologischen Laboratoriums der Universität Graz, Leipzig, Barth, pp. 481-508.

BENUSSI, V. 1902, « Über den Einfluss der Farbe auf die Größe der Zöllner’schen Täuschung », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 29, pp. 264-433.

BENUSSI, V. 1904, « Zur Psychologie des Gestalterfassens (Die Müller-Lyersche Figur) », dans A. Meinong (dir.) (1904), pp. 303-448.

BENUSSI V. 1906, « Experimentelles über Vorstellungsinadäquatheit. 1. Das Erfassen gestaltmehrdeutiger Komplexe », Zeitschrift für Psychologie, vol. 42, pp. 22-55.

BENUSSI, V. 1907, « Zur experimentellen Analyse des Zeitvergleichs I. », Archiv für die gesamte Psychologie, vol. 9, pp. 572-579.

BENUSSI, V. 1912, « Stroboskopische Scheinbewegungen und geometrisch-optische Gestalttäuschungen », Archiv für die gesamte Psychologie, vol. 24, pp. 31-62.

BORING, E. G. 1957, A History of Experimental Psychology (2e éd.), New York, Appleton-Century-Crofts.

BRENTANO, F. 1866, Ad disputationem qua theses gratiosi philosophorum ordinis consensu et auctoritate pro impetranda venia docendi in alma universitate Julio-Maximiliana defendet… invitat Franciscus Brentano, Aschaffenburg, J. W. Schipner. Réimpr. dans Brentano, F. 1929, Über die Zukunft der Philosophie, Leipzig, Meiner, pp. 133-142.

BRENTANO, F. 1874, Psychologie vom empirischen Standpunkt, Leipzig, Duncker & Humblot.

BRENTANO, F. Lettre à Ehrenfels du 29 octobre 1895, Université Harvard, Houghton Library.

BRENTANO, F. EL72, Logikkolleg 1878-79. Forschungs-und Dokumentationsstelle zur österreichischen Philosophie, Université de Graz.

BRENTANO, F. M96, Metaphysik. Vorlesungen. Forschungs-und Dokumentationsstelle zur österreichischen Philosophie, Université de Graz.

BRENTANO, F. PS64, Psychologiekolleg 1876. Forschungs-und Dokumentationsstelle zur österreichischen Philosophie, Université de Graz.

BRENTANO, F 1884, Logik-Vorlesungen. Notes de cours par E. Leisching. Archives Husserl, Leuven.

BRENTANO, F. 1982, Deskriptive Psychologie. Hamburg, Meiner.

BRENTANO, F. 2008, Psychologie vom empirischen Standpunkt, Frankfurt, Ontos Verlag.

EHRENFELS, C. 1890, « Über” Gestaltqualitäten” », in Vierteljahrsschrift für wissenschaftliche Philosophie, vol. 14, no. 3, 1890, pp. 249-292. Reprod. Dans EHRENFELS, C., Philosophische Schriften, t. 3, Psychologie, Ethik, Erkenntnistheorie, Munich, Philosophia Verlag, 1988, pp. 128-155.

EHRENFELS, C. 2007, « Sur les” qualités de forme” », dans trad. fr. de Ehrenfels (1890) par Denis FISETTE, dans FISETTE, D. et G. FRÉCHETTE (dirs.), À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne, Paris, Vrin, pp. 225-259.

FISETTE, D. & FRÉCHETTE, G. 2007, « Le legs de Brentano », dans FISETTE, D. et G. FRÉCHETTE (dir.), À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne. Paris, Vrin.

HÖFLER, A. 1895, « Psychische Arbeit », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 8, pp. 44-103 ; pp. 161-230.

HUBER, H. P. 2007, « Die Grazer Schule der Psychologie um Meinong » dans K. ACHAM (dir.) Naturwissenschaft, Medizin und Technik aus Graz, Vienne, Böhlau, pp. 375-396.

KINDINGER, R. (dir.) 1965, Philosophenbriefe. Aus der wissenschaftlichen Korrespondenz von Alexius Meinong, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt.

KÖHLER, W. 1913, « Über unbemerkte Empfindungen und Urteilstäuschungen », Zeitschrift für Psychologie, vol. 66, pp. 51-80.

KÖHLER, W. 1920, Die physischen Gestalten in Ruhe und im stationären Zustand. Eine naturphilosophische Untersuchungen, Erlangen, Verlag der Philosophischen Akademie.

KOFFKA, K. 1915, « Zur Grundlegung der Wahrnhemungspsychologie. Eine Auseinandersetzung mit V. Benussi », Zeitschift für Psychologie, vol. 73, pp. 11-90.

KRONES, F. (dir.) 1895, Festschrift zur Feier der Schlussteinlegung des neuen Hauptgebäude der Grazer Universität am 4. Juni des Jahres 1895. I. Die Grazer Universität 1886-1895, ihre Entwicklung und ihr gegenwärtiger Bestand, Graz, Verlag der KFU.

MACH, E. 1865, « Bemerkungen zur Lehre vom räumlichen Sehen », Zeitschrift für Philosophie und philosophische Kritik, Neue Folge 46, pp. 1-5.

MACH, E. 1886, Beiträge zur Analyse der Empfindungen, Jena, Fischer.

MACH, E. 1996, L’analyse des sensations. Le rapport du physique au psychique, trad. fr. de Mach par F. EGGERS et J. -M. MONNOYER, Nîmes, Chambon.

MARTY, A. 1908, Untersuchungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle, Max Niemeyer.

MEINONG, A. 1970, (GAII) Gesamtausgabe, Band II. Abhandlungen zur Erkenntnistheorie und Gegenstandstheorie, Graz, Akademische Druckund Verlagsanstalt.

MEINONG, A. 1877, « Hume-Studien I : Zur Geschichte und Kritik des modernen Nominalismus », Sitzungsberichte der philosophisch-historischen Klasse der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien, vol. 87, p. 185-260. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band I. Abhandlungen zur Psychologie, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1969, pp. 1-70.

MEINONG, A. 1882, Hume-Studien II. Zur Relationstheorie, Wien, Carl Gerhold’s Sohn. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band II. Abhandlungen zur Erkenntnistheorie und Gegenstandstheorie, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, pp. 1-183.

MEINONG, A. 1886, « Zur erkentnißstheoretischen Würdigung des Gedächtnisses », Vierteljahrsschrift für wissenschaftliche Philosophie, vol. 10, no. 1, p. 7-33. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band II. Abhandlungen zur Erkenntnistheorie und Gegenstandstheorie, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1970, pp. 185-209.

MEINONG, A. 1889, « Phantasie-Vorstellung und Phantasie », Zeitschrift für Philosophie und philosophische Kritik, vol. 95, p. 161-244. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band I. Abhandlungen zur Psychologie, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1969, pp. 193-277.

MEINONG, A. 1891, « Zur Psychologie der Complexionen und Relationen », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 2, pp. 245-265.

MEINONG, A. 1894, « Beiträge zur Theorie der psychischen Analyse », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 6, pp. 340-385 ; pp. 417-455.

MEINONG, A. 1896, « Über die Bedeutung des Weber’schen Gesetzes », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 11, 1896, p. 81-133 ; 230-285 ; 353-404. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band II. Abhandlungen zur Erkenntnistheorie und Gegenstandstheorie, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1970, pp. 215-376.

MEINONG, A. 1899, « Über Gegenstände höherer Ordnung und ihr Verhältnis zur inneren Wahrnehmung », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 21, p. 182-272. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band II. Abhandlungen zur Erkenntnistheorie und Gegenstandstheorie, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1970, pp. 377-480. Trad. fr. par Guillaume Fréchette.

MEINONG, A. 1900, « Abstrahieren und Vergleichen », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 24, pp. 34 – 82.

MEINONG, A. 1902, Über Annahmen, Leipzig, Johann Ambrosius Barth, 1902. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band IV. Über Annahmen, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1977.

MEINONG, A. 1904, « Über Gegenstandstheorie », dans A. Meinong (dir.) 1904, pp. 1-50.

MEINONG, A. 1904a, « Vorwort », dans A. MEINONG (dir.), 1904, p. v-x.

MEINONG, A. 1921, « Selbstdarstellung », dans R. Schmidt (dir.), Die deutsche Philosophie der Gegenwart in Selbstdarstellungen, Leipzig, Meiner, p. 91-150. Réimpr. dans MEINONG, A., Gesamtausgabe, Band VII. Selbstdarstellung und vermischte Schriften, Graz, Akademische Druckund Verlagsanstalt, 1978, pp. 1-63.

MEINONG, A. 2000, Théorie de l’objet et présentation personnelle, trad. fr. de Meinong (1904) et Meinong (1921) par J. -F. COURTINE et M. DE LAUNAY Paris, Vrin, 2000.

MEINONG, A. 2007, « Sur les objets d’ordre supérieur et leur rapport à la perception interne », trad. fr. de Meinong (1899) par Guillaume FRÉCHETTE, dans FISETTE, D. et G. FRÉCHETTE (dirs.), À l’école de Brentano. De Würzburg à Vienne, Paris, Vrin, pp. 261-341.

MEINONG, A. (dir.) 1904, Untersuchungen zur Gegenstandstheorie und Psychologie. Zum zehnjährigen Bestande des Psychologischen Laboratoriums der Universität Graz, Leipzig, Barth, pp. 1-50.

MEINONG, A. & WITASEK, S. 1897, « Zur experimentellen Bestimmung der Tonverschmelzungsgrade », Zeitschrift für Psychologie une Physiologie der Sinnesorgane, vol. 15, pp. 189-205.

MITTENECKER, E., SCHULTER, G. (dir.) 1994, 100 Jahre Psychologie an der Universität Graz, Graz, Akademische Druck-und Verlagsanstalt.

TWARDOWSKI, K. 1894, Zur Lehre vom Inhalt und Gegenstand der Vorstellungen. Eine psychologische Untersuchung, Wien, Hölder, 1894. Réimpr. München, Philosophia, 1982.

TWARDOWSKI, K. 1993, « Sur la théorie du contenu et de l’objet des représentations », dans E. HUSSERL et K. TWARDOWSKI (dirs.), Sur les objets intentionnels, 1893 – 1901, trad. fr. de TWARDOWSKI (1894) par J. ENGLISH, Paris, Vrin.

WERTHEIMER, M. 1912, « Experimentelle Studien über das Sehen von Bewegung », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 61, pp. 161-265.

WITASEK, S. 1901, « Zur psychologischen Analyse der ästhetischen Einfühlung », Zeitschrift für Psychologie und Physiologie der Sinnesorgane, vol. 25, pp. 1-49.

WITASEK, S. 1904, Grundzüge der allgemeinen Ästhetik, Leipzig, Barth.

WITASEK, S. 1908, Grundlinien der Psychologie, Leipzig, Dürr.

Notes

1 Voir Fisette, D. & Fréchette, G. 2007.

2 De 1875 à 1878, Meinong suit tous les cours de Brentano : Ausgewählte philosophische Fragen (1875-76) ; Sophismen und deren Anwendung auf politischem Gebiet (1876) ; Praktische Philosophie (1875-76) ; Alte und neue Logik (1875) ; Logik (1877) ; Die Philosophie des Aristoteles (1876) ; Philosophie der Geschichte der Philosophie (1878) ; Psychologie (1876-77) ; Fragen aus der Psychologie (1877) ; Metaphysik (1877-78). Voir Meinong, Gesamtausgabe (GA) VIII, 109.

3 Voir Brentano 1874, premier livre. Voir notamment les cours de métaphysique de Brentano (M96) ainsi que les cours de psychologie, notamment l’introduction de 1876 (Ps64). Sur la séparation entre psychologie et métaphysique, voir notamment Meinong (1882, 9).

4 Voir les leçons de logique de Brentano professées à Vienne dans les années 1880 (manuscrit EL72).

5 Voir la lettre de Brentano à Meinong du 15 février 1886, reproduite dans Kindinger (1965, 22-23).

6 Voir notamment Meinong 1891, 1894, 1896, 1899, 1900 et 1904.

7 Voir Meinong GA VII, pp. 3-4.

8 Voir Fisette & Fréchette (2007).

9 Benno von David était conseiller de la cour et directeur ministériel au ministère de l’Enseignement autrichien à Vienne, responsable des autorisations d’embauche du corps professoral pour l’empire autrichien.

10 Référence à la nouvelle de Grillparzer, Der arme Spielmann (le pauvre ménétrier).

11 Lettre de Brentano à Ehrenfels, 29 octobre 1895.

12 . Voir Meinong 1921, 105.

13 . « Philosophische Societät : Übungen im Anstellen und Interpretieren psychologischer Experimente ». Voir Meinong 1921, 95.

14 . Voir notamment la lettre de Meinong à Jodl du 28 février 1889, dans laquelle il expose les motifs de cette décision. Voir Kindinger (1965), 40sq.

15 Voir la correspondance académique de Meinong à ce sujet (particulièrement les lettres du 5 juin 1893 et du 18 novembre 1894) telle que reproduite dans Mittenecker et Schulter (1994), 10sq.

16 Voir Krones (1895, 86).

17 Voir Meinong et Witasek (1897).

18 Voir particulièrement Witasek (1901), (1904) et (1908).

19 Voir particulièrement Meinong (1904, 34sq).

20 Voir notamment Meinong 1891, 288.

21 Voir Meinong 1899/2007, 271.

22 Ameseder ne s’attribue pas à lui seul la paternité de ce concept, qui découle selon lui des discussions eues avec Meinong ainsi que du concept de travail psychique développé par Höfler (1895), p. 185.

23 Voir Ameseder (1901, 8).

24 Voir Stumpf, (1907/2006, p. 28/p. 156) ainsi que sa critique de la théorie de la production comme production de formes (1939, p. 233).

25 . Voir Ameseder 1904a, 72.

26 . Voir par exemple Meinong GA IV, p. 59-61.

27 Voir Meinong (dir.) (1904)

28 Voir Benussi (1906) et (1907).

29 Voir Benussi (1902).

30 Voir Benussi (1904).

31 Voir Benussi (1912) ainsi que Huber (2007), p. 383sq. pour une discussion détaillée de l’entreprise de Benussi.

32 Voir Wertheimer 1912, 225sq et Boring 1957, 591.

33 Voir Koffka (1915, pp. 59-60).

34 Tiré de la leçon de logique du 17 décembre 1884 (Brentano 1884, 52).

35 Dans Meinong 1886, Meinong défend précisément la thèse d’une évidence (donc d’une perception interne) qui s’étend dans la mémoire, une thèse qui inspira naturellement Ehrenfels, mais qui souleva l’indignation de Brentano. Le dernier échange connu entre Brentano et Meinong porte en effet sur cet article.

36 Voir par exemple Brentano (1982, p. 21).

37 Cet article a reçu le soutien du Fonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung (FWF) de Vienne dans le cadre du projet M-1403. Une partie du présent article a été présentée en janvier 2013 dans une première version au colloque « La forme : enjeux philosophiques » organisé par Jean-Marie Chevalier et Benoit Gaultier de la chaire de métaphysique et philosophie de la connaissance de Claudine Tiercelin au Collège de France. Je remercie les organisateurs ainsi que les intervenants pour leurs commentaires stimulants.

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Figure 2
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/122/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search