Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Première partie. Aux sources de la dénonciation : politique et légitimité

2. De la « politique de la réputation » à la « politique des idéologies » (et retour ?)

Lanceurs d’alerte, dénonciations de la corruption et démocratie hollandaise depuis le xixe siècle1

Ronald Kroeze

Texte intégral

  • 1 Traduction : Maïca Sanconie.
  • 2 Ronald Kroeze, André Vittoria, Guy Geltner (éds), 2018 ; Olivier Dard et al. (éds), 2014 ; Jens Iv (...)

1Dans les « nouvelles études sur la corruption » en histoire, des débats explicites sur la corruption et les scandales de corruption ont été analysés, selon une méthode de description dense, comme des symptômes de changements politiques sous-jacents, liés à l’essor de la politique contemporaine et aux paradoxes de la modernité2. Que peut nous apprendre (de plus) sur la politique contemporaine un travail sur la dénonciation de la corruption ?

  • 3 Pierre Rosanvallon, 2014, p. 47.

2La dénonciation et les dénonciateurs sont des notions peu présentes dans l’historiographie néerlandaise. On peut se tourner vers les travaux de Pierre Rosanvallon qui a défini la dénonciation, proche de la « vigilance », comme un « mode de surveillance » qu’il a relié à l’émergence d’un discours politique né au temps de la Révolution française. Pendant cette période, des « dénonciateurs » publiaient des listes d’ennemis de l’État et de traîtres à la cause révolutionnaire car la dénonciation était considérée comme un « élément de l’activité civique : le contrôle des actes des gouvernants au moyen de la publicité » afin de « faire connaître, dévoiler, révéler3 ». Depuis lors, la dénonciation a été associée à une foi dans la valeur de la transparence et de la publicisation pour assainir la politique et restaurer l’ordre. Le scandale a été le principal moyen de rendre publique une conduite répréhensible et a contribué également à renforcer une culture politique contemporaine selon laquelle les autorités publiques « étaient toujours soupçonnées de corruption ». Pour résumer, dénoncer quelque chose ou quelqu’un c’était mettre un terme à cette activité, c’était aussi montrer que l’on accordait de la valeur à la chose publique comme moyen de réformer le gouvernement, et c’était enfin mettre à l’ordre du jour des débats sur des faits immoraux — ce qui contribuait à réaffirmer ou à fixer de nouvelles valeurs publiques, que les titulaires d’une charge étaient censés respecter. Mais, par ailleurs, une telle démarche entretenait aussi une attitude sceptique envers les hommes politiques et les institutions modernes.

  • 4 Under Construction. The Genesis of Public Value Systems. A project that was funded by the Netherla (...)
  • 5 James Kennedy et al., 2008.
  • 6 Ronald Kroeze, 2013.

3Dans un projet antérieur, auquel j’ai participé4, sur l’histoire de la corruption et des valeurs publiques hollandaises, les scandales politiques étaient de fait analysés pour étudier des valeurs implicites et ambivalentes, qui lors d’une affaire, devenaient explicites et plus claires. Les scandales nous rappellent que ce qui est considéré comme corruption se fonde sur une série d’actions : les scandales sont des créations et il leur faut des « révélateurs » (ou dénonciateurs5). En outre, les scandales sont en relation étroite avec le contexte politique du moment et les moyens de communication disponibles. Les scandales politiques contemporains sont liés à l’essor des valeurs démocratiques, la transparence en politique, la liberté de la presse et de l’opinion — autant de moyens d’aborder l’étude du fonctionnement de la politique démocratique. Mais une trop grande importance accordée au rôle du scandale (et par conséquent à la dénonciation) finit par faire problème. Comme mes précédentes recherches l’ont montré, les scandales et les débats sur la corruption ne sont souvent pas la cause mais le symptôme d’un changement ; et souvent aussi, ce changement commence avant que le scandale n’éclate6. Par conséquent, nous devons veiller à ne pas assigner a priori au scandale et au dénonciateur le rôle puissant de décider du calendrier des débats politiques, indépendamment du fait que dénonciateurs et lanceurs d’alertes eux-mêmes s’attribuent souvent cette fonction. Examiner la dénonciation à travers le prisme des scandales peut aussi donner l’impression que ceux-ci ne sont que des conflits personnels exagérés, donc sans valeur politique réelle — un argument souvent utilisé par ceux là-mêmes qui sont accusés de corruption par un dénonciateur.

4Je propose quant à moi de découvrir dans l’histoire hollandaise, dès la deuxième moitié du xixe siècle, c’est-à-dire lorsque s’amorça la politique démocratique, qui étaient ces dénonciateurs de la corruption et pourquoi ils devenaient tels. En premier lieu, je montrerai par une analyse approfondie de ce que l’on a appelé l’affaire des lettres de 1865, qu’on ne peut séparer chez ces personnes les motivations personnelles des motivations politiques. S’intéresser plus particulièrement aux motivations personnelles permet de comprendre ce qui pousse un individu à agir ainsi, alors que les motivations politiques nous en disent davantage sur les liens entre la dénonciation et les paradoxes de la politique moderne. En second lieu, en évoquant brièvement d’autres scandales, je parlerai des changements qui se sont produits vers 1900. Puis je reviendrai en arrière et examinerai le déplacement qui s’est opéré depuis une forme de politique fondée sur les relations et la réputation personnelles vers une culture politique au sein de laquelle les centres d’intérêts non personnels — comme le groupe, le parti et les affiliations politiques — sont devenus plus importants. Jusqu’à ce jour, on n’a pas accordé beaucoup d’attention aux lanceurs d’alerte et aux dénonciateurs de corruption dans l’historiographie hollandaise, ce qui illustre un paradoxe démocratique hollandais et montre que le rôle de la dénonciation diffère d’un régime démocratique à l’autre, comme je le montrerai en conclusion. Et bien qu’une grande partie de ma documentation s’inscrive dans le contexte historique hollandais, je suis convaincu que les évolutions que je décris sont pertinentes pour comprendre d’un œil critique la relation entre dénonciateurs, corruption et politique moderne dans une perspective européenne plus large.

Le personnel et le politique

  • 7 À propos de ce scandale, voir Ronald Kroeze in James Kennedy et al., 2008, p. 25-43.

5En septembre 1865, le ministre des Finances G. H. Betz — de la mouvance libérale et membre du gouvernement dirigé par Thorbecke, leader lui aussi libéral — fut accusé d’avoir influencé les élections de 1864. Cette année-là, il avait envoyé une lettre au candidat libéral de la province de Limbourg, P. Th. Van der Maesen de Sombreff, où il promettait de retirer une réforme fiscale défavorable si les électeurs de Limbourg votaient pour Van der Maesen. Le maire de Maastricht, H. Pijls, un allié de Thorbecke, fut également accusé d’avoir utilisé des lettres en vue d’apporter des appuis au candidat libéral. Pijls nia et Betz répliqua au parlement que sa lettre concernait une « conversation privée », donc hors de la sphère publique. Mais la lettre de Betz fut finalement retrouvée et publiée, au grand dam de libéraux en vue comme G. Buys et du journal libéral Algemeen Handelsblad. Betz et Van der Maesen démissionnèrent et l’on continua à s’interroger sur le rôle de Pijls et de Thorbecke jusqu’à la chute du cabinet de Thorbecke, fin 18657. Les dénonciateurs voyaient dans la lettre de Betz la preuve de l’existence d’un réseau libéral qui avait corrompu la liberté des élections sous la supervision de Thorbecke.

  • 8 « Lettre de Thorbecke à W.H. Pijls 10-04-1864 », in Gerard J. Hooykaas en F.J.P. Santegoets, 2002, (...)

6Les dénonciateurs étaient animés par deux sortes de motivations : des motivations personnelles (j’entends par là des motivations individuelles spécifiques), ainsi que des motivations politiques (j’entends par là des idées communes sur qui obtient quoi et sur la façon de légitimer ces revendications). P. F. E. van Wintershoven, qui fut le premier homme politique à mentionner publiquement l’existence de la lettre, était un ancien étudiant de Thorbecke (ce dernier avait été professeur de droit à l’université de Leyde) ; ancien membre du parlement affilié au groupe de Thorbecke, c’était un homme politique de la province de Limbourg. En 1864, Van Wintershoven s’était montré critique envers la politique du gouvernement dans la province de Limbourg et n’avait pas été choisi comme candidat libéral. Le maire Pijls semblait être intervenu dans la sélection du candidat. En avril 1864, Thorbecke suggéra que Pijls devrait choisir Van der Maesen « pour être [son] candidat », si Van Wintershoven ne retirait pas ses critiques contre lui, Thorbecke8. Privé des soutiens de Thorbecke et du parti libéral — sous l’étiquette duquel il avait été élu au Parlement par le passé — il s’était présenté comme candidat indépendant contre Van der Maesen en juin 1864 et avait perdu.

  • 9 Le titre original du journal est en français [note des codirecteurs de la publication].

7Pendant les élections et pendant l’affaire des lettres, Van Wintershoven fut soutenu par le journaliste limbourgeois L. Haffmans, qui aviva le débat qui faisait rage à Limbourg par des articles dans le journal local, le Venloosch Weekblad. Depuis des années, l’entrepreneur limbourgeois P. D. Regout, qui soutenait lui aussi Van Wintershoven, accusait Thorbecke de nuire aux intérêts de Limbourg et subventionnait un journal au titre éloquent : L’ami des intérêts limbourgeois9. Van Wintershoven, Regout et Haffmans privilégiaient les groupes d’intérêt particuliers défendant clairement ce qui était à leurs yeux l’intérêt de Limbourg. Mais ils affirmaient aussi que Thorbecke représentait désormais un système corrompu et ils attaquaient son (manque d’) idéal de gouvernement. Regout trouvait de nombreuses analogies entre le régime de Thorbecke et celui de Guizot en France durant les derniers jours de la monarchie de Juillet, lorsque toute forme de critique à l’égard du gouvernement et de l’élite régnante, uniquement préoccupée de ses intérêts, était rejetée comme « calomnie et tromperie ». Regout prévint Thorbecke :

  • 10 Petrus Regout, 1864, p. 10-12.

[La révolution de] février 1848 [en France] était une réponse violente à cette arrogance et cet enrichissement personnel10.

  • 11 Johan Rudolf Thorbecke, 1872, p. 171.
  • 12 Cité dans Ronald Kroeze, 2013, p. 30.

8Les libéraux étaient vulnérables à ce type d’accusation parce que leur ascension au pouvoir, en 1848, avait reposé tout particulièrement sur leur critique du système antérieur. Celui-ci était caractérisé, selon eux, par les favoritismes et le népotisme : il était dominé par une élite qui recherchait avant tout des avantages personnels et s’y employait en secret11. En 1848, Thorbecke était arrivé à la tête du mouvement réformateur, dont le programme mettait l’accent sur la corruption et l’inaptitude de la vieille élite, revendiquait un Parlement plus fort, la transparence en politique (« la cause publique doit être débattue en public12 ») et voulait remettre le pouvoir entre les mains d’hommes capables et honorables, sélectionnés durant des élections directes et libres.

  • 13 Izaak Jacob Lion, 1865, p. 24-25.
  • 14 René Vos, 2009, p. 143-145.
  • 15 Philalethes [pseudonyme de Izaak Jacob Lion], 1858, p. 15.

9Depuis les élections de 1864, un autre journaliste, I. Lion, avait lancé des accusations contre Pijls et le ministre Betz dans sa revue Dagblad van Zuid-Holland and’s-Gravenhage. Le Dagblad soutenait les candidats opposés à Thorbecke, comme J. J.-P. van Zuylen et J. P. J. A. van Zuylen, deux conservateurs qui avaient porté l’affaire devant le parlement de La Haye. L’implication de Lion était à la fois personnelle et politique. Personnelle parce que Thorbecke, qu’il avait soutenu en 1848, l’avait « oublié » : Lion avait en effet pris parti pour lui, non sans risque à une période où de nombreux commentateurs acceptaient des pots-de-vin ou étaient poursuivis en justice par le gouvernement antérieur à 1848. Mais les libéraux ne lui avaient jamais témoigné leur gratitude, par exemple en soutenant ses journaux13, et mettaient constamment en doute son objectivité et ses compétences. Or, même si les historiens ont décrit Lion comme étant un journaliste « compétent » (mais aussi « séduisant » et « controversé »), tous les journaux qu’il fonda firent faillite, si bien que pour gagner sa vie il offrit ses services aux adversaires de Thorbecke14. Il n’empêche que son implication était aussi politique et relevait d’une lutte pour des idéaux, car Lion idéalisait la valeur du débat, la publicité au service de l’intérêt général et les élections libres, et voyait en une presse critique et active « le premier pouvoir » au sein d’un système démocratique. Ces « valeurs de 1848 » étaient menacées dans les mains de Thorbebecke, qui était devenu à ses yeux un politicien partisan, opportuniste et ordinaire, essentiellement préoccupé par sa survie au pouvoir. C’est cette opinion qui avait poussé Lion à se tourner vers les conservateurs, qui lui paraissaient alors les véritables protecteurs de l’idéal et des « valeurs de 1848 ». Lion appréciait aussi que les conservateurs soutinssent ouvertement la formation de partis politiques et une méthode moderne de campagne électorale. Les libéraux, eux, se disaient officiellement contre les partis, mais fonctionnaient officieusement à l’inverse, dépendants d’un réseau d’agents locaux pour faire élire leurs candidats15. Et effectivement, dans les années 1860, afin de battre les libéraux et de détruire leurs réseaux locaux officieux, très efficaces, les conservateurs essayèrent ouvertement de former un parti politique. Leur mouvement s’effondra peu de temps après, mais en 1879 les protestants-orthodoxes fondèrent le premier parti politique moderne, l’ARP, Antirevolutionaire Partij ou parti antirévolutionnaire, imités bientôt par les autres groupes politiques. Par conséquent, analyser la motivation de Lion permet d’expliciter différentes opinions sur la forme idéale de gouvernement et la transformation de la vie politique.

  • 16 « Thorbecke aan W.H. Pijls, 10-04-1864 » in Gerard J. Hooykaas en F.J.P. Santegoets, 2002, VII, p. (...)

10Outre le fait que la lettre avait été gardée secrète, et que, une fois révélée, elle avait prouvé sans l’ombre d’un doute que Betz avait fait un accord quid pro quo, il faut aussi tenir compte d’une culture politique privilégiant les contacts personnels et les interactions à petite échelle. Dans les années 1860, moins de la moitié des quelque 100 000 Hollandais adultes de sexe masculin qui avaient le droit de vote se rendaient aux urnes, et seulement quelques centaines d’hommes politiques étaient aux commandes. En raison du système de vote par district alors en vigueur, un petit nombre d’électeurs était nécessaire pour l’emporter, et le succès dépendait essentiellement d’un réseau local de sympathisants : Van der Maesen fut élu au parlement avec 1 257 voix sur un total de 1 524 votes16. Dans une telle configuration politique, montrer la lettre d’un ministre à d’éventuels électeurs, même lorsqu’elle était de nature « privée », pouvait donc aider à faire la différence.

  • 17 Johannes T. Buys, 1866, p. 31.

11Finalement, la relation « historique » entre les dénonciateurs et ceux qu’ils accusaient de corruption jouait un rôle. Cela montre qu’un scandale n’est ni le commencement ni la cause d’un conflit politique mais en constitue souvent l’un de ses derniers stades. Betz avait la réputation d’être un ministre voulant nuire aux intérêts du Limbourg par ses projets de loi : désireux de prendre des mesures défavorables contre le Limbourg mais capable, pour des raisons opportunistes, de retirer ces projets, comme il l’avait déjà fait plusieurs fois avec le projet d’impôt. Mais l’« histoire » entre les dénonciateurs et Thorbecke est d’une dimension plus importante encore. Le politicien limbourgeois Van Wintershoven et le député conservateur J. J. P. van Zuylen avaient été des alliés de Thorbecke et tous deux avaient perdu son soutien après une série de désaccords politiques. Cela leur valut de voir leur réputation contestée. Au parlement, les sympathisants les plus proches de Thorbecke accusèrent ouvertement Van Zuylen d’être un « renégat » jaloux et peu fiable, surtout soucieux de se venger, et ils le menacèrent, ainsi que ceux qui le soutenaient, de subir les mêmes attaques scandaleuses si les deux hommes politiques maintenaient leurs accusations. Il se trouva même des libéraux, comme le commentateur G. Th. Buys, pour désavouer ces menaces17. Pour Van Zuylen, ce fut un signe supplémentaire l’assurant qu’il défendait des valeurs « véritablement libérales » au service de l’intérêt général, même s’il fallait en arriver à prendre des décisions défavorables dans l’intérêt du pays. Son neveu, J. P. J. A. van Zuylen, qui réclamait une enquête parlementaire afin de tout clarifier, fut, selon de nombreux observateurs, traité lui aussi de façon irrespectueuse.

12En somme, ce scandale montre l’importance des relations et des motivations personnelles et prouve que dénonciation et changement politique sont liés. D’ailleurs, la politique hollandaise se modifia dans les dernières décennies du xixe siècle : jusque-là réservée à des hommes politiques indépendants qui idéalisaient le fait qu’ils servaient l’intérêt général, elle devint une culture politique caractérisée par la formation de partis, par une ouverture sur les groupes d’intérêt et par des campagnes électorales menées sous l’égide de partis.

L’esprit indépendant respecté, le radical irresponsable et le dénonciateur en quête de sensationnel

  • 18 Ronald Kroeze, 2011, p. 285-307.
  • 19 Levinus W.C. Keuchenius, 1883, p. 2-3.
  • 20 Cees Bremmer, 1980, p. 46.

13L’affaire des lettres montre qu’il existait une grande variété de dénonciateurs mais que tous passaient plus ou moins pour des renégats jaloux. Or, on peut distinguer au moins trois autres types de dénonciateurs dans l’histoire hollandaise. Tout d’abord, l’esprit indépendant respecté, que l’on peut illustrer avec L.W.C. Keuchenius, homme politique et membre du parti protestant-orthodoxe ARP. Pendant le scandale Billiton (1882-1892), Keuchenius dénonça la concession que l’administration coloniale avait accordée à la compagnie privée Billiton N. V. pour extraire du minerai d’étain de l’île de Billiton, dans les Indes orientales. La concession ne servait pas l’intérêt général car le loyer fixé à la compagnie correspondait seulement à une taxe de 10 % et, par conséquent, servait surtout l’intérêt du conseil d’administration et de ses actionnaires. En outre, la concession avait été créée sans respecter les procédures officielles et sans que le parlement en eût été informé18. Les plaintes furent exposées dans une série de pamphlets et de questions au parlement, de sorte que Keuchenius fut pratiquement seul à demander que le sujet soit mis à l’ordre du jour19. Une fois sa requête acceptée, les socio-libéraux et les politiciens chrétiens saisirent l’occasion pour s’en prendre aux libéraux conservateurs et soutenir leur plaidoyer en faveur d’un « tournant éthique » et d’une politique économique véritablement libérale qui ouvrirait la colonie à d’autres concurrents au lieu de la limiter à une poignée d’habitués bien informés comme la compagnie Billiton. Le ministre des Affaires coloniales dut démissionner. Keuchenius resta très critique, fidèle à ses principes. Il refusa de soutenir toute nouvelle proposition, pas même une nouvelle concession préparée par le ministre des Affaires coloniales, le protestant orthodoxe A. Mackay, en 1891, proposant d’augmenter le loyer à 50 %, ni la proposition finale du socio-libéral W. K. van Dedem en 1892, qui fut acceptée par une vaste majorité parlementaire. Le ministre Mackay, lorsque sa proposition fut rejetée en 1891, déclara que les personnes comme Keuchenius exigeaient un contrat parfait, « non concevable par un être humain ». Ainsi, l’attitude de Keuchenius montre que, malgré l’existence du parti protestant orthodoxe depuis 1879 (formation la mieux organisée des Pays-Bas), l’affiliation à un parti n’empêchait pas des actions individuelles fondées sur des motivations personnelles de prévaloir. Keuchenius était un protestant orthodoxe convaincu, motivé autant par ses expériences personnelles (il avait vécu aux Indes orientales) que par ses convictions religieuses. Dans les portraits et les biographies qui lui sont consacrés, il est dépeint en politicien indépendant qui défend ses idéaux20.

  • 21 G. Buitendijk, 1887.
  • 22 Roorda van Eysinga, « Verzamelde Stukken. Een aanzienlijke Roover », 1889, p. 34-39 et p. 1-6 [dis (...)
  • 23 Maison royale des Pays-Bas.
  • 24 Geoffrey Russerl Searle, 1987, p. 6 et p. 9-11.

14Cela ne signifie pas pour autant que l’arrière-plan idéologique des partis n’avait pas d’importance. Pendant le scandale Billiton, on prit moins au sérieux les écrits des prétendus « radicaux » comme les journalistes de De Nieuwe Gids, G. Buitendijk21 et Sicco Roorda van Eysinga22. Ils critiquaient l’implication de membres de la maison d’Orange23, qui avaient gagné beaucoup d’argent en vendant leurs actions de la compagnie Billiton, ainsi que l’ambivalence d’une politique qui favorisait à la fois l’entreprenariat capitaliste et la politique éthique. En d’autres termes, à une époque où les protestants et les libéraux soutenaient la formation d’une identité nationale construite autour du protestantisme, du libéralisme, de la maison d’Orange et de l’empire colonial néerlandais, ils dénonçaient les valeurs protestantes et libérales bourgeoises. Du fait que ces groupes politiques étaient en position dominante au parlement vers 1900, la dénonciation d’une « corruption ploutocratique » pouvait être marginalisée parce que réputée trop radicale24. Ainsi, la façon dont les dénonciateurs sont représentés en hommes avides de vengeance, respectueux ou trop radicaux, nous fournit des indices sur les relations de pouvoir d’alors, liées à l’ambivalence de la politique moderne, c’est-à-dire aux tensions entre idéal et pratique.

  • 25 Ronald Kroeze, Annika Klein, 2013.

15Nous trouvons aussi vers 1900 deux autres types de dénonciateurs. La dénonciation de l’usage abusif de l’argent de l’État et de la réalisation de profits excessifs pendant la Première Guerre mondiale, ainsi que la façon dont cela était inscrit à l’agenda politique, était rendue possible en grande partie grâce à des journaux indépendants, à leurs journalistes d’investigation et à de petits fonctionnaires qui les informaient, en coopération avec des avocats25. Même si, depuis 1848, la liberté de la presse existait, les journaux se devaient d’obéir à des valeurs bourgeoises comme la décence et de se vouer à une bonne cause, surtout nationale, libérale et protestante, ce qui les rendait intrinsèquement politiques avant tout. En outre, pendant la guerre, les journaux et les journalistes « respectés » soutinrent la politique officielle de neutralité du gouvernement — à l’exception de De Telegraaf. Ce quotidien — le plus diffusé — ne dépendait d’aucun parti politique, était traité avec scepticisme d’« américain », de sensationnaliste, de commercial et de non conventionnel. Si tous les grands journaux hollandais envoyèrent des correspondants de guerre sur les champs de bataille en Belgique, où ils couvrirent les scènes de guerre les plus connues, De Telegraaf ne cachait pas qu’il tenait les Allemands (des « brutes sans scrupules ») pour responsables. Le propriétaire du journal, Hak Holdert, qui vivait en partie à Paris et adorait les cultures médiatiques française et britannique, avait très tôt décidé de soutenir les alliés. Il encourageait ses journalistes à s’infiltrer, à enquêter et à livrer des rapports critiques sur les profits de guerre abusifs réalisés par les fermiers et les commerçants, ainsi que sur la contrebande à la frontière entre l’Allemagne et les Pays-Bas — ce qui aidait les Allemands à continuer la guerre.

  • 26 Huub Wijfjes, 2004.

16À plusieurs occasions, le gouvernement hollandais, avec le soutien explicite des militaires et le soutien implicite de certains autres journaux, tenta de poursuivre De Telegraaf en justice, sous l’accusation d’affaiblir la neutralité hollandaise — ce qui était un délit selon la loi de l’époque26.

  • 27 Ronald Kroeze, Annika Klein, 2013.

17De Telegraaf encouragea plusieurs personnes, notamment des fonctionnaires ou anciens fonctionnaires, à participer au journal en rendant compte de la contrebande, de la corruption, de la subornation et du manque de vigilance de membres du gouvernement hollandais. Ces informateurs ou whistleblowers avaient surtout des motivations personnelles ; ils étaient eux-mêmes accusés de corruption et étaient licenciés ou poursuivis, mais leurs avocats tentaient, avec l’aide de De Telegraaf, de transformer leurs cas en affaires politiques et de souligner les défaillances du système. En outre, ce journal mit au défi d’autres organes de presse qui s’autoproclamaient indépendants et critiques, comme le socio-démocrate Het Volk et certains journaux libéraux, de dénoncer haut et fort les profits abusifs réalisés pendant la guerre ainsi que la corruption du régime. En 1917, la corruption était clairement à l’ordre du jour politique et, en mai 1918, le Parlement décida d’ouvrir une enquête parlementaire sur le sujet27.

De la politique des personnalités à la politique des idéologies ?

  • 28 Friso Wielenga, 2015, p. 174 et 175.
  • 29 Bernard Manin, 1995, chapitre 6 ; Staf Hellemans, 1990.

18De Telegraaf avait la particularité d’être à la fois « neutre » et un journal d’influence. Cependant, au tournant du siècle, la tendance était de plus en plus au rapprochement entre les partis et la presse, si bien que les hommes politiques se comportaient comme les rédacteurs en chef des journaux affiliés à leurs partis. En raison de l’introduction du suffrage universel, du scrutin proportionnel et d’un seuil électoral peu élevé en 1917, la politique de l’entre-deux guerres aux Pays-Bas fut caractérisée par la fin de la suprématie libérale et par la fragmentation de la politique en groupes clivés politiquement, socialement et culturellement. Les « piliers » les plus forts étaient les catholiques, les protestants-orthodoxes et les socio-démocrates. Mais aucun des partis représentant un pilier n’avait de majorité au parlement ; des coalitions étaient par conséquent nécessaires, ce qui exigeait compromis, proportionnalité et une part de secret sur la coopération avec des partis qui étaient des « ennemis idéologiques » officiels. Si la « pilarisation » est un phénomène propre à l’histoire hollandaise28, l’émergence de partis politiques reflétant une société organisée autour des différences sociales et religieuses était un phénomène occidental et européen29.

19La politique de partis et d’idéologies eut des conséquences sur la dénonciation, car des valeurs telles que l’intégrité, la publicisation et la transparence devinrent relatives — l’immoralité et la corruption étant évaluées du point de vue idéologique. Dans ces circonstances, maintenir la confiance dans l’idéologie, le parti et le groupe étaient plus important que l’intégrité individuelle d’un homme politique — qui jouait un rôle mineur dans la bataille historique entre idéologies. Paradoxalement, l’existence de journaux indépendants — dont le plus vendu était De Telegraaf — devenait plus importante dans une société aussi fortement fragmentée : en dehors du contrôle d’un parti, ces journaux pouvaient décider de façon indépendante ce qu’ils dénonçaient et créer un scandale de corruption.

  • 30 Ronald Kroeze, 2013, chapitre iv.

20L’affaire d’Oss est emblématique à ce sujet. Le cœur de cette affaire reposa sur la conduite du ministre de la Justice et chef du parti catholique, Carel Goseling qui, sur le conseil du procureur général de Bois-le-Duc Speyart van Woerden, était intervenu dans une enquête criminelle dans la ville d’Oss, dans le Sud catholique des Pays-Bas. Goseling était accusé d’avoir agi ainsi afin de protéger non pas la paix publique mais des fonctionnaires catholiques et des prêtres. Il déclara, avec un autre catholique en vue, Speyart, qu’ils s’élevaient contre une section trop active de la police militaire qui n’avait que mépris envers les catholiques. De son côté, la presse catholique souligna le passé sociopolitique des membres de la police militaire : ils connaissaient mal les us et coutumes du Sud parce qu’ils venaient du Nord du pays, que la plupart étaient protestants et avaient des idées d’extrême-droite sur la loi et l’ordre. Comme les protestants travaillaient aux côtés de catholiques dans un cabinet de coalition, c’étaient les libéraux, les socio-démocrates, les communistes, les calvinistes orthodoxes et les nationaux-socialistes qui agissaient comme dénonciateurs. Lorsque Goseling, après une première série de questions, sembla avoir convaincu le Parlement, ce fut De Telegraaf qui continua à révéler des faits et des témoignages de policiers et de leur avocat. Selon le quotidien, la police militaire, entièrement dévouée au service de l’État et de la sécurité publique, s’était fait dépouiller de ses pouvoirs au profit du ministre de la Justice, pour des raisons politiques favorables aux partis30.

21Par la suite, le parlement rouvrit le débat. Les communistes et les socio-démocrates accusèrent Goseling de favoritisme et de justice de classe, car il avait protégé les fonctionnaires catholiques et les prêtres mais n’avait pas fait la moindre tentative pour intervenir lorsque des citoyens de condition modeste avaient été poursuivis en justice dans le passé. Les libéraux fustigeaient le « catholicisme politique », une idéologie qui plaçait la religion au-dessus de la politique et ignorait la séparation de l’État et de l’Église, la liberté d’expression, l’impartialité de l’État et la primauté du droit sur les affaires religieuses. En outre, les calvinistes extrémistes et les protestants modérés considéraient les catholiques — ouvertement pour les premiers et plus discrètement pour les seconds — comme un danger pour la morale protestante des Pays-Bas, élément essentiel de l’identité hollandaise depuis la lutte pour l’indépendance contre l’Église catholique et le roi d’Espagne au xvie siècle. Enfin, pour les peu nombreux mais bruyants nationaux-socialistes hollandais, l’affaire d’Oss montrait que les catholiques étaient déloyaux et que le système démocratique pluraliste, laissant le champ libre aux groupes d’intérêt particuliers, était pourri. L’on voit donc que le rôle des motivations clairement personnelles était moindre.

  • 31 Handelingen van de Staten-General der Tweede Kamer (Minutes de la deuxième Chambre du parlement), (...)

22L’affaire d’Oss illustre une transformation de plus grande envergure. En 1865, pendant l’affaire des lettres, Thorbecke et ses partisans étaient fort mécontents, non seulement parce qu’ils considéraient les accusations portées contre eux comme de scandaleuses exagérations, mais aussi parce que ces accusations étaient très personnelles et révélaient que certaines personnes s’étaient montrées déloyales envers Thorbecke. Le personnel relevait ici du politique et conserver une intégrité personnelle était crucial. Environ soixante-dix ans plus tard, dans le débat final devant le parlement qui allait conduire à la chute de Goseling, on vit ainsi certains de ses plus féroces adversaires exprimer leur confiance en son intégrité (c’était un « homme capable »), mais ils parlèrent très peu de lui en tant que personne. Le problème était qu’il représentait une forme extrêmement dangereuse de catholicisme politique31.

***

23Tout au long de l’histoire hollandaise moderne, des hommes politiques, des commentateurs, des journalistes d’investigation ainsi que des fonctionnaires transformés en lanceurs d’alerte (et leurs porte-paroles) ont dénoncé la corruption. En outre, dans tous les cas, les motivations politiques et personnelles ont été déterminantes. Certes, elles ont toujours été étroitement mêlées, mais on peut les distinguer et il est important de le faire, car la relation entre motivations politiques et motivations personnelles a changé avec le temps. Ainsi, lorsque les divisions idéologiques et les politiques de parti ont pris de l’importance, les relations personnelles ont perdu du poids. Dénoncer la corruption ne revenait plus à saper l’intégrité d’une personne, mais relevait d’un effort pour délégitimer un parti et ses idéaux.

  • 32 William D. Rubinstein, 1983, p. 55-86 ; Geoffrey Russerl Searle, 1987.

24Que pouvons-nous appendre de plus du cas hollandais ? Les analyses des débats sur la corruption en Angleterre présentent de nombreuses similarités, mais font aussi très clairement apparaître les différences. Citons tout d’abord l’utilisation massive de « livres noirs » en Grande-Bretagne, par exemple pour dénoncer « la vieille corruption » au xixe siècle — une pratique qui n’eut pas cours aux Pays-Bas. En deuxième lieu, le cas hollandais ne fournit pas d’exemples de dénonciateurs devenus des personnalités célèbres, comme Hilaire Belloc en Grande-Bretagne, qui joua un rôle dans la révélation de nombreuses affaires au tournant du siècle32. Aux Pays-Bas, des hommes comme Eduard Douwes Dekker, qui dénonça la corruption dans la colonie, ainsi que le journaliste conservateur Izaak Lion, qui s’était voué à combattre la corruption des libéraux, restèrent des figures isolées. Contrairement à la Grande-Bretagne, les Pays-Bas ne disposaient pas d’une diversité suffisante de journaux allant de la presse de boulevard à des journaux indépendants, qui n’hésitaient pas à pratiquer l’infiltration, réservaient une part de leurs finances au journalisme d’investigation, révélaient régulièrement des scandales et dépendaient même de ces activités pour leur survie. Bien sûr, De Telegraaf joua ce rôle mais il fut l’unique publication sérieuse dans ce genre ; en outre, il était souvent laissé de côté et qualifié de journal à sensation, cherchant à séduire le public pour des raisons douteuses. Par conséquent, le fait que les dénonciateurs étaient et pouvaient être traités de renégats jaloux montre que, dans la culture politique hollandaise, la dénonciation — et tout ce que cela représentait — ne s’est pas véritablement développée comme pratique démocratique, alors que cela a été le cas en Grande-Bretagne ou en France depuis la Révolution, si l’on suit les travaux de Pierre Rosanvallon. Ainsi, le rôle de la dénonciation diffère, même entre plusieurs cultures politiques démocratiques. Aux Pays-Bas, finalement, tirer la sonnette d’alarme, dénoncer des abus et appliquer la transparence en politique comptait moins que la coopération politique, la stabilité et la loyauté.

  • 33 Pierre Rosanvallon, 2014, voir p. 46-57.
  • 34 Bernard Manin, 1995, chapitre 6.
  • 35 John Keane, 2009, p. 688-690.
  • 36 David Runciman, 2017, p. 12.

25Il faut par conséquent se montrer prudents en annonçant l’émergence d’« une nouvelle politique de défiance » dans laquelle l’accent mis sur la « transparence » est considéré historiquement comme plus important que jamais et comme le signe d’une culture politique post-idéologique où dénoncer la personne de l’individu qui détient une charge publique est devenu plus important que les idées qu’il représente33. Le cas hollandais montre qu’au xixe siècle, la personne de l’homme politique était déjà essentielle lorsque le personnel relevait du politique (et non l’inverse). À cette époque, s’en prendre à l’intégrité et à la réputation d’un homme politique relevait aussi et surtout d’une critique de l’idéal politique représenté par la personne dénoncée, même si cette attaque avait des motivations personnelles. Certes, l’affaire des lettres résulta d’un conflit personnel sur fond de déloyauté et de vengeance entre Thorbecke et certains de ses anciens amis politiques — un type de scandale représenté dans l’historiographie hollandaise depuis très longtemps. Mais cela participait aussi d’un conflit résultant du déplacement d’un idéal vers une culture : de l’idéal libéral du bon gouvernement — selon lequel la politique était réservée aux hommes de caractère, servant exclusivement l’intérêt général et détenant un pouvoir légitime parce qu’ils avaient été élus lors d’élections libres — vers une culture politique centrée sur des intérêts particuliers défendus par les hommes politiques et les partis qui, durant les élections, représentaient ouvertement des groupes sociaux et des idéologies. Vers 1900, cette « métamorphose », selon les termes de Bernard Manin34, fut perçue dans toute l’Europe de l’Ouest comme une « crise » du système parlementaire libéral. À l’évidence, ce sentiment de crise contribua à l’élaboration d’un nouveau discours démocratique sur la corruption, dans lequel le rôle des partis modernes et des politiciens mus par une idéologie, les formations de groupe et les groupes d’intérêt furent sévèrement considérés, voire dénoncés, par des journalistes, des politiciens et chercheurs « bourgeois » ou « libéraux-conservateurs » comme Max Weber, Robert Michels et Moisey Ostrogorski. Ainsi, la « nouvelle politique de défiance » ou l’essor de la « démocratie monitoire », caractérisés par la surveillance continuelle et attentive du public, comme l’a souligné John Keane35, ou bien encore le vif intérêt des citoyens, des médias sociaux et des organisations comme Transparency International, soucieux de « démasquer » les pratiques cachées dans les prises de décisions, ajoutent à la défiance croissante envers les hommes politiques et les institutions de la démocratie libérale, comme l’a noté David Runciman36. Cela semble faire partie d’un répertoire propre à la politique démocratique moderne, ce qui rend relative la nouveauté de la crise ou de l’ère de défiance, dans une perspective historique.

  • 37 Jeremy Waldron, 2013, p. 1-23.

26Au lieu d’expliquer l’essor récent de la dénonciation par un manque d’idées, par la sur-personnalisation ou par la « simplicité » de la politique contemporaine, il conviendrait de s’intéresser aux paradoxes récurrents de la politique contemporaine que révèle cet essor. L’un d’eux porte sur un thème central de l’histoire politique : la question de savoir si la définition d’un bon gouvernement implique de bonnes institutions, de bons politiciens ou des idéaux appropriés. Bien sûr, ces trois éléments sont importants mais leur interrelation n’a cessé d’évoluer37. L’effort actuel des hommes politiques pour restaurer la confiance concerne aussi bien les personnes des élus que les institutions et les idéaux. L’ambivalence moderne entre ce qui devrait être et ce qui est, notamment en raison de la nécessité démocratique de publicisation et de transparence, restera un terrain fertile pour les débats sur la corruption. Cependant, il faut noter que les dénonciateurs atteignent surtout leurs objectifs lorsque la tension devient trop forte entre ce qui devrait être et ce qui est, que cette tension soit simplement perçue, ou perçue mais imaginaire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bremmer Cees (éd.), ARP. Personen en momenten, Alphen aan de Rhijn, 1980.

Buitendijk G., «Onze Oost. De Billiton-kongsie», De Nieuwe Gids, 2, 1887.

Buys Johannes T., «Winter-en zomerstormen», De Gids, 30, 1866, p. 20-50.

Dard Olivier, Jens Ivo Engels, Andreas Fahrmeir, Frédéric Monier (éds.), Scandales et corruption à l ‘ époque contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014.

Engels Jens Ivo, Die Geschichte der Korruption. Von der Frühen Neuzeit bis ins 20. Jahrhundert, Francfort, S. Fischer, 2014.

Eysinga Roorda Sicco van, « Verzamelde Stukken. Een aanzienlijke Roover », année 1889, p. 34-39 et p. 1-6 [disponible sur social history. org, 2017. Le poème d’Eyjsinga « Sentot » faisait partie de Max Havelaar depuis 1881].

Hellemans Staf, Strijd om de moderniteit : sociale bewegingen en verzuiling in Europa sinds 1800, Louvain, éd. universitaire Pers Leuven, 1990.

Hooykaas Gerard J., F.J.P. Santegoets (éd.), De Briefwisseling van Thorbecke, VII, no 168, La Haye, 2002.

Keane John, The life and death of democracy, New York, W.W. Norton & C°, 2009.

Kennedy James et al. (éds.), The Genesis of Public Value Systems, Public Voices, 10, numéro spécial, 2008.

Kerkhoff Toon, Ronald Kroeze, Pieter Wagenaar, « Corruption and the Rise of Modern Politics in Europe in the Eighteenth and Nineteenth Centuries : A Comparison between France, the Netherlands, Germany and England — Introduction », Journal for Modern European History, Ronald Kroeze, Toon Kerkhoff, Sara Corni (eds), Corruption and the Rise of Modern Politics, numéro spécial, 11, 2013, p. 19-30.

Keuchenius Levinus W.C., Opstellen over de Billiton-maatschappij overgedrukt uit De Standaard, Amsterdam, sn, 1883.

Kroeze Ronald, André Vittoria, Guy Geltner (éds), Anticorruption in History: From Antiquity to the Modern Era, Oxford, Oxford University Press, 2018.

Kroeze Ronald, Annika Klein, «Governing the First World War in Germany and the Netherlands: Bureaucratism, Parlementarism and Corruption Scandals» Journal for Modern European History, Ronald

Kroeze, Toon Kerkhoff, Sara Corni (éds), Corruption and the Rise of Modern Politics, numéro spécial, 11, 2013, p. 480-500.

Kroeze Ronald, «Dutch Political Modernization and the Billiton Case (1882-1892). The Usefulness of a Neoclassical Contextual Approach to Corruption», in Ronald G. Asch, Birgit Emich, Jens Ivo

Engels (dir.), Integration, Legitimation, Koruption. Politische Patronage in Früher Neuzeit und Moderne, Francfort et New York, Peter Lang, 2011, p. 285-307.

Kroeze Ronald, « Political Corruption Scandals in the Netherlands : The Letters Affair of 1865 », Public Voices, 10, numéro spécial, Ken nedy James et al. (éd.), The Genesis of Public Value Systems, 2008, p. 25-43.

Kroeze Ronald, Een kwestie van politieke moraliteit. Politieke corruptie en goed bestuur in Nederland 1848-1940, Hilversum, Verloren, 2013.

Lion Izaak Jacob, Mijn Staatkundig Leven, Bijdrage tot de Kennis der dagbladpers in Nederland, La Haye, 1865.

Manin Bernard, Les principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

Philalethes [pseudonyme de Izaak Jacob Lion], De Dagbladen in Nederland. Wat zijn zij, en wat behoorden zij te wezen ?, La Haye 1858, no 21 de Vlugschriften over staatskunde, regt en bestuur, p. 1-60.

Regout Petrus, Wat heeft Limburg voor den heer Thorbecke, en de heer Thorbecke voor Limburg gedaan?, 1864.

Rosanvallon Pierre, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil, coll. « Points », 2014.

Rubinstein William D., «The End of “Old Corruption” in Britain, 1780-1860», Past & Present, 101, 1983, p. 55-86.

Runciman David, «Political Theory and Real Politics in the Age of the Internet», The Journal of Political Philosophy, Vol. 25, 1, 2017, p. 3-21.

Searle Geoffrey Russerl, Corruption in British Politics 1895-1935, Oxford, Oxford University Press, 1987.

Thorbecke Johan Rudolf, Historische schetsen, 2e éd., La Haye, Martinus Nijhoff, 1872.

Vos René, « Glamorous, Controversial, Competent. Izaak Jacob Lion. Journalist, mediator in politics and politician, 1853-1873 », in Huub Wijfjes et Gerrit Voerman (dir.), Mediatization of politics in history, Louvain, Peeters, 2009, p. 137-150.

Waaldijk Berteke, Legêne Susan, «Ethische politiek in Nederland. Cultureel burgerschap tussen overheersing, opvoeding en afscheid», in Marieke Bloembergen, Remco Raben (dir.), Het koloniale beschavingsoffensief. Wegen naar het nieuwe Indië 1890-1959, Leiden, KILTV Uitgeverij, 2009, p. 187-216.

Waldron Jeremy, «Political Political Theory: An Inaugural Lecture», The Journal of Political Philosophy, 21, 1, 2013, p. 1-23.

Wielenga Friso, A History of the Netherlands. From the Sixteenth Century to the Present Day, Londres, Bloomsbury, 2015.

Wijfjes Huub, Journalistiek in Nederland, 1850-2000, Amsterdam, Boom, 2004.

Notes

1 Traduction : Maïca Sanconie.

2 Ronald Kroeze, André Vittoria, Guy Geltner (éds), 2018 ; Olivier Dard et al. (éds), 2014 ; Jens Ivo Engels, 2014 ; Toon Kerkhoff, Ronald Kroeze, Pieter Wagenaar, 2013, p. 19-30.

3 Pierre Rosanvallon, 2014, p. 47.

4 Under Construction. The Genesis of Public Value Systems. A project that was funded by the Netherlands Organisation for Scientific Research (NWO). https://www.nwo.nl/onderzoek-en-resultaten/onderzoeksprojecten/i/04/2104.html

5 James Kennedy et al., 2008.

6 Ronald Kroeze, 2013.

7 À propos de ce scandale, voir Ronald Kroeze in James Kennedy et al., 2008, p. 25-43.

8 « Lettre de Thorbecke à W.H. Pijls 10-04-1864 », in Gerard J. Hooykaas en F.J.P. Santegoets, 2002, VII, p. 93, note 168.

9 Le titre original du journal est en français [note des codirecteurs de la publication].

10 Petrus Regout, 1864, p. 10-12.

11 Johan Rudolf Thorbecke, 1872, p. 171.

12 Cité dans Ronald Kroeze, 2013, p. 30.

13 Izaak Jacob Lion, 1865, p. 24-25.

14 René Vos, 2009, p. 143-145.

15 Philalethes [pseudonyme de Izaak Jacob Lion], 1858, p. 15.

16 « Thorbecke aan W.H. Pijls, 10-04-1864 » in Gerard J. Hooykaas en F.J.P. Santegoets, 2002, VII, p. 93, note 3.

17 Johannes T. Buys, 1866, p. 31.

18 Ronald Kroeze, 2011, p. 285-307.

19 Levinus W.C. Keuchenius, 1883, p. 2-3.

20 Cees Bremmer, 1980, p. 46.

21 G. Buitendijk, 1887.

22 Roorda van Eysinga, « Verzamelde Stukken. Een aanzienlijke Roover », 1889, p. 34-39 et p. 1-6 [disponible sur social history. org, 2017]. Le poème d’Eyjsinga, « Sentot » faisait partie de Max Havelaar depuis 1881. Berteke Waaldijk, Susan Legêne, 2009, p. 193.

23 Maison royale des Pays-Bas.

24 Geoffrey Russerl Searle, 1987, p. 6 et p. 9-11.

25 Ronald Kroeze, Annika Klein, 2013.

26 Huub Wijfjes, 2004.

27 Ronald Kroeze, Annika Klein, 2013.

28 Friso Wielenga, 2015, p. 174 et 175.

29 Bernard Manin, 1995, chapitre 6 ; Staf Hellemans, 1990.

30 Ronald Kroeze, 2013, chapitre iv.

31 Handelingen van de Staten-General der Tweede Kamer (Minutes de la deuxième Chambre du parlement), 28 juin, 1938-1939, p. 2158 et 2178.

32 William D. Rubinstein, 1983, p. 55-86 ; Geoffrey Russerl Searle, 1987.

33 Pierre Rosanvallon, 2014, voir p. 46-57.

34 Bernard Manin, 1995, chapitre 6.

35 John Keane, 2009, p. 688-690.

36 David Runciman, 2017, p. 12.

37 Jeremy Waldron, 2013, p. 1-23.

Auteur

Professeur assistant d’histoire à la Vrije Universiteit d’Amsterdam. Ses recherches portent sur l’histoire de la gouvernance, la corruption politique et la lutte contre la corruption, ainsi que sur l’histoire de la gestion et du leadership en politique et en affaires aux Pays-Bas et en Europe à l’ère moderne. Chercheur postdoctoral à l’université d’Amsterdam entre 2014 et 2017, il a été impliqué dans le projet FP7 financé par l’Union européenne, Anticorrp (www. anticorrp), sur l’histoire de la lutte contre la corruption. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Ronald Kroeze, Guy Geltner et André Vitoria (éd.), A History of Anticorruption. From Antiquity until the Modern Era (Oxford, Oxford University Press, 2017).

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540