Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Introduction

Cesare Mattina et Frédéric Monier

Texte intégral

1Alors que la vie politique de nombreux pays est marquée, depuis les années 1980, par la récurrence des scandales de corruption et des affaires politico-financières, la dénonciation des manquements à la morale civique, des pratiques de favoritisme et des conflits d’intérêts est devenue une question centrale dans nos démocraties. Elle soulève de multiples débats sur le rôle des dénonciateurs ou des « fuites », sur le droit à l’information, comme sur les valeurs publiques associées à la transparence. Face à ces interrogations, la mise en perspective historique est pertinente pour faire apparaître les contenus et les formes changeantes de ces révélations, de ces dénonciations et de ces appels au public. Le recours à l’histoire, clé de l’intelligence du présent, va de pair ici avec une analyse sociologique d’acteurs très divers : qui sont ces pamphlétaires, ces chevaliers blancs de la morale et ces promoteurs de la transparence aux xixe et xxe siècles ? Quels termes et mots utilisent-ils pour dénoncer ? Quels profils sociaux et quelles pratiques sont leurs cibles prioritaires ? Quels contextes d’opportunité favorisent l’essor des dénonciations ? Ce livre collectif entend ainsi apporter des réponses argumentées, nourries par les sciences sociales, aux questions multiples que soulèvent ces phénomènes.

  • 1 Les journées d’études « Dénonciations et dénonciateurs de la corruption » ont eu lieu les 16 et 17 (...)
  • 2 Jens Ivo Engels, Frédéric Monier, Nathalie Petiteau, 2012 ; Frédéric Monier, 2013 ; Frédéric Monie (...)

2Porté par un groupe international de chercheurs qui travaillent sur l’histoire et la sociologie de la corruption politique, ce livre réunit des contributions d’historiens, de politistes et de sociologues venus de neuf pays. La grande majorité de ces contributions a été présentée et discutée pendant un colloque organisé à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, à Aix-en-Provence, en novembre 20161. Cette manifestation a été organisée dans le cadre de programmes de recherche internationaux consacrés à ces thématiques et qui ont déjà donné lieu à plusieurs publications, en France et en Allemagne2.

  • 3 Dirk Tänzler, Konstadinos Marras, Angelos Giannakopoulos, 2012.
  • 4 Pierre Lascoumes, 2010.

3Le groupe de chercheurs à l’initiative de ces études s’inscrit dans une approche critique et historique — certains diront constructiviste3 — des phénomènes d’intérêt et de pouvoir jugés immoraux, comme les phénomènes de corruption et de favoritisme. Cette fois, il ne s’agit pas d’analyser centralement la corruption comme phénomène objectivable (analyse de ses pratiques et du sens que les acteurs de la corruption leur donnent), ni dans les interrelations avec leurs dénonciations et critique. Il ne s’agit pas non plus de prendre comme objet central les jugements moraux et les opinions que les individus peuvent se faire des pratiques de corruption4. Il s’agit plutôt de travailler à bras le corps les logiques sociologiques et historiques de la dénonciation et de la critique de la corruption comme de l’improbité publique aux xixe et au xxe siècle globalement dans les contextes occidentaux. L’un des principaux postulats adoptés ici est que l’on ne peut pas comprendre les pratiques de corruption, de faveurs ou clientélaires à une échelle micro, sans considérer à la fois l’importance des processus sociohistoriques de dénonciation, les cadres intellectuels, moraux et juridiques qui rendent possible la compréhension et la critique de la corruption. Celle-ci ne constitue pas une catégorie d’analyse déjà définie, mais bien une notion chargée de sens divers, qui évolue historiquement et sociologiquement selon les configurations de pouvoir et les situations concrètes. Selon notre hypothèse, la corruption est un concept fondateur de nos modernités : à l’instar de la liberté, de l’égalité en droits ou de la bureaucratie, ce terme polysémique et ambivalent constitue un bon révélateur des processus qui fondent la politique contemporaine. Il constitue un spectre qui hante les débats publics, et il forme, à bien des égards, un repoussoir particulièrement efficace dans la quête d’un bon gouvernement.

4Cette dénonciation ne va pas de soi : les pratiques pointées du doigt sont rarement définies de la même manière par les acteurs. Ceux-ci occupent des positions et des rôles sociaux souvent changeants et jamais pérennes qui influent sur les choix de dénoncer ou pas certains phénomènes, ainsi que sur les modalités de la révélation et de la publicisation.

Dénonciations, délations et sphère publique

  • 5 Carine Doganis, 2007 ; Yann Rivière, 2002.

5Cette perspective scientifique soulève plusieurs difficultés en histoire et en sociologie politique, où les travaux sur la dénonciation ont mis en avant l’extrême ambivalence, autrement dit les fortes tensions qui entourent ces pratiques sociales, judiciaires et politiques. En effet, la dénonciation n’est pas associée en priorité, dans les esprits, à une pratique de surveillance de la corruption de gouvernants et d’appel à la moralité du public. Pourtant, l’héritage de l’Antiquité grecque — avec les sycophantes athéniens —, comme de l’Antiquité romaine — avec le personnage du delator, citoyen, souvent intéressé, usant de son droit à porter des accusations publiques contre des abus —, montre qu’un lien étroit existe entre les pratiques de dénonciation publique et les représentations collectives de la corruption dans la cité. En ce sens, on se trouverait là « aux origines de la corruption » politique5.

  • 6 Jean-François Gayraud, 1995.
  • 7 Sheila Fitzpatrick, Robert Gellately, 1997.

6L’idée de dénonciation est plutôt attachée, en France, à deux moments de forte intensité et particulièrement dramatiques où elle se croise avec la délation souvent exercée ad hominem : la Révolution française en amont et la Seconde Guerre mondiale en aval. Ils pèsent très lourdement sur les définitions de ces termes et sur la représentation connotée que les Français s’en font. La Terreur d’un côté, et la dénonciation des juifs, des communistes, des gaullistes ou des francs-maçons pendant les « années noires » : ces deux moments historiques figurent dans plusieurs essais sur la dénonciation et la délation, qui prennent aussi en compte des épisodes restés célèbres, comme la chasse aux sorcières et le maccarthysme aux États-Unis, ou encore en URSS, l’appel à la dénonciation institutionnalisée par la propagande soviétique, particulièrement sous Staline6. À l’échelle internationale, l’historiographie de la dénonciation, surtout après 1989, s’est focalisée sur la Révolution française, mais aussi sur des dictatures du xxe siècle — URSS stalinienne et Troisième Reich national-socialiste — pour rendre compte de phénomènes définis comme des produits de l’intolérance ou du fanatisme, et qui correspondent à des formes de contrôle social instrumentalisées par un pouvoir politique et policier7.

  • 8 Stefan Lemny, 2012.

7Les recherches historiques entreprises depuis lors ont confirmé l’évolution des perceptions et des conceptions à ce sujet. On l’observe en France, dès l’Ancien régime, lorsqu’il est question d’une part de reconnaître le rôle judiciaire des magistrats accusateurs, et d’autre part de borner des pratiques sociales de signalement aux autorités : ceux qui jouent le rôle de dénonciateurs font l’objet de réprobation8. Dans les faits, pour nombre de contemporains, les accusateurs, les délateurs et les dénonciateurs semblent incarner les différentes facettes d’un même phénomène social.

  • 9 Boucher dArgis, 1754.

8« Quoique ces rôles soient également odieux aux yeux du peuple, il est des occasions où le philosophe ne peut s’empêcher de louer le dénonciateur et d’approuver l’accusateur ; le délateur lui paraît méprisable dans toutes », écrit ainsi Boucher d’Argis dans L’Encyclopédie9. À ses yeux il est vrai, le dénonciateur est mu par « l’attachement sévère à la loi », l’accusateur par de fortes passions (l’honneur, la vengeance), tandis que le délateur n’est poussé que par « un dévouement bas, mercenaire et servile ou une méchanceté qui se plaît à faire mal ». Cette typologie morale inventée au temps des Lumières a une importance fondatrice, car elle met de côté des normes juridiques pour mieux faire le tri entre des pratiques aux effets similaires.

9Or, avec la Révolution française, le bouleversement du système des valeurs publiques renverse la situation. La dénonciation, auprès du nouveau pouvoir, d’abus ou de conspirations devient une expression du civisme dont doivent faire preuve les Français, face aux intrigues et aux menaces. On connaît le mot, souvent cité, de Mirabeau au comité des recherches de l’Assemblée :

  • 10 Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau, 1789.

[…] Auprès d’un despote, la délation fait horreur. Mais dans l’Assemblée nationale, mais au milieu des dangers qui nous environnent, je la regarde comme la plus importante de nos nouvelles vertus ; c’est une arme purement défensive, ou plutôt c’est le Palladium de notre liberté naissante10.

  • 11 Jean-Baptiste Legoff, 2013.
  • 12 Vincent Bernardeau, 2014.

10Les recherches récentes ont bien documenté les usages pluriels de ces pratiques, auxquels se trouvent exposés les représentants du peuple eux-mêmes11. Pourtant, en dépit de ces tensions dramatiques, la Révolution française aurait abouti au final à faciliter et à clarifier la distinction entre accusation et dénonciation/délation. La typologie venue de L’Encyclopédie semble avoir été confortée par les évolutions des années 1790-1810 : au dénonciateur, dépeint en exemple de vertu et dont les pratiques seraient marquées par la publicité, s’opposerait le délateur, être voué à l’opprobre et dont les actions seraient caractérisées par le secret. Instituée en délit en 1810 par le Code pénal, la dénonciation calomnieuse n’est censée punir que des auteurs mal intentionnés12.

11Cette imbrication du moment révolutionnaire, de la dénonciation et de valeurs publiques axées sur la notion de vertu est centrale dans la genèse des pratiques contemporaines de mise en accusation publique de corrompus et corrupteurs. Cela joue aussi à long terme, sur les processus de politisation qui marquent nos sociétés. Ce moment révolutionnaire correspond à une redéfinition de la corruption. Cette notion sort assez profondément changée, par rapport au début du xviiie siècle, des débats qui marquent les Lumières et plus encore de la tourmente des années 1790-1810. Ainsi en France, les normes légales qui prévoient et répriment la corruption de fonctionnaire sont-elles modifiées avec le Code pénal de 1810. De façon beaucoup plus large, la perception et les représentations de la frontière entre charges publiques et intérêts privés évoluent brutalement et les sensibilités changent : sont remis en cause les systèmes d’attributions personnalisées de faveurs et de grâces vénales, que la chute de l’Ancien régime rend illégitimes. Ce n’est pas un hasard si les premières occurrences du terme « favoritisme » datent de la fin des années 1790 : il s’agit bien du conflit entre deux nouveaux systèmes de valeurs publiques, l’un décrié comme vieux, corrompu et attaché à la monarchie, l’autre, pensé comme nouveau, vertueux et régénérateur. L’éclat nouveau qui entoure la dénonciation va de pair avec la suspicion généralisée des révolutionnaires envers la corruption.

  • 13 Pierre Rosanvallon, 2006.

12Faut-il y voir un trait constitutif des exigences démocratiques et libérales qui façonnent l’ère contemporaine, au sens français de l’expression, ou, si l’on préfère, notre modernité ? Dans un essai qui a fait date — La contre-démocratie — Pierre Rosanvallon revient sur la crise de confiance dans les gouvernements représentatifs libéraux actuels, qui se manifeste avec acuité dans nos sociétés13. Les expériences démocratiques ont, note-t-il, toujours supposé deux moteurs : d’un côté, des institutions représentatives et gouvernementales, mais aussi, d’un autre côté, l’organisation d’une société de la défiance à l’égard du pouvoir, sous une forme tantôt libérale, tantôt démocratique. Où se trouve, dans ce schéma général, la dénonciation ? Elle est inextricablement attachée à l’une des formes prises par la surveillance civile du pouvoir : le scandale, dont l’une des manifestations principales est, depuis le xixe siècle, le scandale de corruption. Dans cette lecture générale, c’est une méfiance civique ou citoyenne à l’égard des gouvernants qui rend compte, depuis la fin du xviiie siècle, des pratiques de surveillance et de révélation publique. En d’autres termes, la dénonciation de la corruption, avec pour conséquence les scandales, serait l’enfant naturel d’une exigence, démocratique ou libérale, héritée des Lumières et de la Révolution française. Répondant à une attente sociale, venue du bas si l’on veut, la dénonciation de la corruption remplirait donc une fonction politique et culturelle substantielle et méconnue dans un système qui, de ce point de vue, n’aurait guère changé entre la fin du xviiie siècle et le xxe siècle.

  • 14 François-Xavier Nérard, 2004 ; François-Xavier Nérard dans Laurent Joly, 2012.
  • 15 Laurent Joly, 2012 ; 2017.
  • 16 Robert Gellately, 2001 ; Stephanie Abke, 2003.

13Pourtant, le xxe siècle se signale — on l’a noté — comme un moment de mise à l’épreuve et de destruction de ces sphères publiques libérales. Les années 1914-1945 se sont caractérisées dans plusieurs pays par la construction de systèmes d’incitation à la dénonciation d’abus, et de promotion des dénonciateurs dans des États dictatoriaux de type nouveau. L’un des exemples les mieux documentés par les recherches récentes est celui de l’URSS stalinienne, même si d’autres formes d’encouragement à la dénonciation ont, elles aussi, existé dans l’Italie fasciste et dans l’Allemagne nazie14. Ce phénomène a été particulièrement débattu dans le cas de la France de la Seconde Guerre mondiale, pour la dénonciation des juifs, ainsi que d’autres minorités, comme les communistes, les francs-maçons, mais aussi les résistants. Or les recherches récentes évoquent, de façon très argumentée, des pratiques de dénonciation, même si le terme de délation, consacré par l’usage, reste central15. L’historiographie du Troisième Reich national-socialiste a elle aussi éclairé les ressorts de ces pratiques16.

  • 17 Fabrice Grenard, 2012.

14On doit insister, bien entendu, sur le fait que le terme et la notion de dénonciation désignent, dans ce cas, des phénomènes intrinsèquement différents de ceux qui sont ici étudiés. Les différences sont extrêmement fortes, à quelques réserves près. Dans la France de la Seconde Guerre mondiale, soupçons de corruption et hantise du marché noir se retrouvent dans certaines dénonciations17. La question, certes secondaire, n’est pas ignorée des contemporains. L’autre objection, essentielle, tient aux changements de configuration entre les scandales du temps de paix et les pratiques de délation de 1940-1945. Dans un cas, il s’agit d’une entreprise de critique du pouvoir et d’appel à un public, dont le dénonciateur suppose qu’il est, moralement, apte à juger. De l’autre, il s’agit d’une pratique, souvent anonyme ou secrète, d’appel aux agents du pouvoir, afin de signaler un ou plusieurs citoyens ou individus, désignés comme malfaisants, coupables ou dangereux. Reste que les pratiques de dénonciation ne sont pas toujours restées secrètes : le cas de la publication au Journal officiel, en France, de noms de fonctionnaires francs-maçons par le régime de Vichy, illustre bien la complexité des phénomènes à l’œuvre.

Quelles sociologies pour la dénonciation ?

15Les recherches récentes en histoire incitent à revenir sur les rapports complexes entre dénonciation et pouvoir politique, pendant une période qui, de l’extrême fin du xviiie siècle à la fin du xxe siècle, est marquée par deux phénomènes. Le premier est l’apparition des scandales médiatisés, sensible au plan international à partir des années 1870-1880. Cela ne doit pas occulter le second : la genèse d’instrumentalisations politiques de pratiques sociales. Ce type d’interrogations conduit à tenter une sociologie de la dénonciation. De façon surprenante, il s’agit d’un sujet d’enquête peu discuté, à quelques exceptions près.

  • 18 Luc Boltanski, Yann Darré, Marie-Ange Schiltz, 1984.
  • 19 Luc Boltanski, Laurent Thévenot, 1991.

16Des auteurs comme Luc Boltanski, et plus généralement le courant de la sociologie pragmatique des années 1980-2000, ont principalement inscrits leurs travaux dans une analyse des rhétoriques et du langage de la dénonciation et de la critique portés par des acteurs individuels, dans leur langage sociologique des « actants ». L’article pionnier de 1984 de Luc Boltanski (avec Yann Darré et Marie-Ange Schiltz), « La dénonciation », repose principalement sur des courriers adressés au quotidien Le Monde entre la fin des années 1970 et début des années 1980 par des individus qui entendent dénoncer des personnes ou des phénomènes perçus comme des injustices ou qui leur auraient porté personnellement préjudice. Leur analyse se concentre particulièrement sur les argumentations par lesquelles les dénonciateurs essaient, par des « montées en généralité » sur des questions de société plus amples que leur cas individuel, de se rendre légitimes aux yeux des journalistes, de se montrer crédibles et d’associer d’autres personnes à leurs dénonciations et revendications18. En revanche, dans les cas évoqués dans notre ouvrage, prédomine la logique de la dénonciation publique portée par des acteurs ayant des rôles institutionnels (des élus de partis ou de factions politiques, des fonctionnaires, dans des moindres cas des magistrats), par des acteurs de la publicisation par excellence (les pamphlétaires, les essayistes et les journalistes) ou par des associations prenant part au débat public. Leurs démarches de dénonciation et de critique ne sont que rarement cantonnées à une voix individuelle et isolée (bien qu’en quête d’universalité), mais elles ambitionnent d’emblée — et souvent réussissent — à incarner un point de vue institutionnel, un parti ou un mouvement politique, un mouvement d’opinion, un ensemble de positions intellectuelles et, en même temps à se réclamer d’un intérêt général universel dénonçant des intérêts privés particuliers. En suivant les catégories de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, ces acteurs sont dans la dénonciation et la critique de la cité domestique à partir des « grandeurs » d’une cité civique19.

17Cependant, si certaines analyses et catégories de la sociologie pragmatique sont fort utiles pour comprendre les logiques notamment rhétoriques et langagières de critique et de dénonciation, elles n’abordent pas de front d’autres aspects.

  • 20 Jean-Louis Briquet, Philippe Garraud, 2002.

18Un autre apport notable à cette sociologie de la dénonciation est un livre collectif dirigé par Jean-Louis Briquet et Philippe Garraud, Juger la politique20. Ces études ont livré, pour leur part, une sociologie de certains acteurs, particulièrement sensibles à la dénonciation médiatisée et à la répression de la corruption politique. Ces études prenaient appui sur la multiplication des « affaires » depuis les années 1980 et sur les phénomènes récents dits de « criminalisation de la politique » pour s’intéresser à trois « producteurs de la critique » : « les juges, les journalistes, les écrivains ». Ces premières analyses incitaient, en réalité, à tenter une sociologie de ces acteurs et de leurs pratiques, en essayant autant que possible d’ouvrir le spectre.

  • 21 Jean-Louis Briquet, Philippe Garraud, 2002.

19Cet effort est poursuivi ici dans les différents chapitres de ce livre, qui veut offrir une analyse élargie de la dénonciation de la corruption sur la longue durée, depuis le début du xixe siècle, et une analyse attentive à une pluralité d’acteurs, sans se focaliser sur une catégorie donnée. Les études réunies s’attachent à certains types d’acteurs, et en particulier aux journalistes, publicistes, mais aussi aux hommes politiques ou aux élus, cibles de la dénonciation, mais aussi protagonistes actifs. En revanche, l’accent n’est pas mis sur les acteurs judiciaires et cet ouvrage ne traite pas des magistrats comme acteurs de la dénonciation21. Notons cependant que les fonctionnaires ne sont pas oubliés, à la fois comme cibles des dénonciations (Valentina Dal Cin) et comme acteurs de ces processus (Nicolas Maïsetti, Armand Dang Mazang).

20De nombreuses communications s’efforcent de saisir l’ensemble des dénonciateurs et des acteurs impliqués : elles font apparaître des figures de militants. La contribution de S. R. Davis, consacrée aux proscrits républicains devenus délateurs au début des années 1880 est suggestive à cet égard. La période la plus récente se caractériserait par une recomposition des formes et des logiques de la dénonciation, mais aussi par une sorte de démultiplication des acteurs, militants de la transparence au sens strict, mais aussi avocats devenus, dit A. Dang Mazang, cause lawyers. Les tensions existent entre les dénonciations militantes, au nom de la bonne cause morale, et, d’un autre côté, les dénonciateurs de profession.

21Sans doute, sait-on, avec Luc Boltanski et depuis 1984, que « les opérations accomplies par les « affaires » […] contribuent à faire et à défaire des groupes », et qu’elles sont « toujours associées à des déplacements entre le « cas particulier » et « l’intérêt général », le singulier et le collectif ». Mais il restait à entreprendre une sociologie historique concrète — qui permette de comprendre avec précision ces « opérations » et ces « déplacements ». Voilà quel est, si l’on veut, l’un des objectifs de ce livre collectif. Son postulat général, sur le plan historique, est qu’un fil rouge court des délations révolutionnaires des années 1790-1810 jusqu’aux formes de dénonciation médiatisée de la corruption de la fin du xxe siècle. Mais selon nous, ce fil, souvent emmêlé, ne permet pas, à lui seul, de saisir les motifs plus complexes sur la trame.

Contextes culturels, domination politique et trajectoires sociales

22La dimension comparatiste et pluridisciplinaire de cet ouvrage collectif fait apparaître des points saillants, quelquefois inattendus, lorsqu’il s’agit d’analyser la dénonciation dans une double perspective à la fois historique et sociologique. Plusieurs aspects émergent bien à la lecture des contributions de ce volume. Cinq d’entre eux peuvent être soulignés.

  • 22 Inge Marssolek, Olaf Stieglitz, 2001.
  • 23 Jean-Paul Brodeur, Fabien Jobard, 2012.

23Le premier point concerne la notion même de dénonciation, qui est culturellement située. La sémantique l’indique sans grande ambiguïté : la notion, complexe ou ambivalente en français, à cause du doublet délation/dénonciation, est d’abord une notion très… française. Les termes employés dans d’autres langues en témoignent : l’anglais denunciation vient du français. Comme l’évoque Ronald Kroeze, la culture néerlandaise est tout autant imprégnée de références démocratiques et libérales. Pourtant elle ne connaît pas d’équivalent exact à ces pratiques politiques, culturelles, judiciaires et médiatiques. Du côté de l’allemand, on trouve plusieurs expressions proches : Enthüllung pour dénonciation, Korruptionsvorwürfe pour les accusations de corruption, ou encore le terme Skandalisierer pour évoquer ceux qui portent le scandale. Il faut aller vers le mot Denunziation pour retrouver le concept, d’ailleurs connoté très négativement en allemand, de délation. La Denunziation évoque des épisodes sombres de l’histoire, et en particulier, au xxe siècle, le Troisième Reich national-socialiste ou, sur un mode différent, les pratiques de surveillance et de répression dans l’État est-allemand entre 1945 et 198922. En un mot, penser, comme c’est le cas en France, que la dénonciation a pu être associée à un héritage positif — la Révolution — et passer pour une forme de civisme ne va pas du tout de soi dans de nombreuses autres cultures européennes23.

24Le deuxième point invite à penser que le niveau des scandales et dénonciations de la corruption et des improbités publiques doit être analysé en corrélation avec des contextes et des dynamiques sociohistoriques de long terme. De fait, deux moments historiques sont privilégiés dans ce livre : les années 1880-1940 (Benjamin Gérôme, Ronald Kroeze, Silvia Marton, Cédric Passard, Stacey Renee Davis, Gemma Rubí) et la période la plus récente, postérieure à la charnière des années 1980 (E.-Martin Meunier et Ryan Lux, Armand Dang Mezang, Guillaume Courty, Hervé Rayner et Emmanuel Bayle, Stéphanie Dechézelles, Gilles Favarel-Garrigues). Cela ne veut pas dire que les autres périodes sont oubliées, mais leur étude est moins fréquente : le début du xixe siècle avec Valentina Dal Cin, le milieu du xixe siècle avec Oriol Luján, les années 1950-1960 avec Andrea Perthen côté allemand et avec Nicolas Maïsetti côté français. Cela s’explique, peut-être en partie, par un facteur : il est plus difficile de parler de dénonciation de la corruption en dehors des moments de genèse des scandales et des affaires médiatisées — les années 1880-1930 —, ou de redécouverte des scandales — depuis les années 1980 environ. En d’autres termes, la dénonciation, comme les scandales d’ailleurs, ont partie liée avec des phénomènes de transition, de stabilité et de croissance ou à l’inverse de mutations et de légitimité.

  • 24 Luc Boltanski, Yann Darré, Marie-Ange Schiltz, 1984.
  • 25 Cesare Mattina, 2017.
  • 26 Dans sa critique de la sociologie pragmatiste, Bernard Lahire a souligné que ce courant sociologiq (...)

25Le troisième point concerne la question du pouvoir et du rôle social des acteurs. Les dénonciations sont, dans un certain nombre de cas, exprimées par des acteurs qui sans être systématiquement dominants, détiennent des ressources et du pouvoir et qui, au travers de ces dénonciations, s’essaient à le reproduire ou à le renforcer. S’il est vrai, comme affirme Luc Boltanski que les acteurs de la dénonciation prennent des risques en dénonçant24, ce n’est pas systématiquement vrai lorsque les dénonciateurs sont dans une certaine position de force. C’est le cas des fonctionnaires du gouvernement des Habsbourg en Vénétie après la restauration postnapoléonienne décrits dans l’article de Valentina Dal Cin, ou des fonctionnaires espagnols qui, s’attaquant aux fraudes électorales, veulent dénoncer les « méfaits » du régime parlementaire (Oriol Luján). C’est aussi le cas de dirigeants d’ONG dénonçant, dans les années 2000, la corruption des pays africains (Dang Mezang) ou d’anciens fonctionnaires de la FIFA dans l’article d’Emmanuel Bayle et d’Hervé Rayner. Parfois, le pouvoir de certains dénonciateurs peut même être écrasant : dans la contribution de Gilles Favarel-Garrigues, nous avons probablement le cas le plus éclatant en la personne du russe Alexandre Klichtein, un muckracker devenu, dans les années 2000, homme du pouvoir établi de Vladimir Poutine et exerçant le rôle de dénonciateur de la corruption depuis le système politique dominant. Par ailleurs, les travaux de Cesare Mattina sur le scandale des fausses factures à la mairie de Marseille en 1982, montrent que les révélations débouchant sur un scandale judiciaire et impliquant de nombreux fonctionnaires municipaux (accusés d’avoir empoché des pots-de-vin afin de ne pas contrôler des travaux dans les bâtiments communaux) proviennent du maire de Marseille Gaston Defferre lui-même. Ce dernier, à l’époque maire et ministre de l’intérieur, contrôle l’enquête de la police judiciaire en l’influençant à sa façon et selon les temporalités qui lui conviennent dans le but d’écarter la vieille garde de son propre parti25. Le point de vue pragmatiste qui privilégie fortement une vision interactionniste des acteurs et l’analyse des controverses a du mal à voir les ressources détenues par les acteurs ainsi que la dissymétrie et les inégalités de pouvoirs entre eux26. Dans certains cas de dénonciation et de critique, il n’y a pas forcément des controverses mais des arguments impératifs qui vont avec des positions de force et qui ne trouvent en face que des réactions faibles, voire aucune.

  • 27 Francis Chateauraynaud, Didier Torny, 2013.

26Le quatrième point a à voir avec les trajectoires sociales des acteurs de la dénonciation. Les dénonciations sont portées non seulement par des acteurs ayant des rôles institutionnels, mais aussi par des personnes en chair et en os. Ces personnes ont des positions sociales et ont connu des itinéraires socioprofessionnels et biographiques dont certains auteurs de cet ouvrage essaient de regarder de plus près les caractéristiques. Les chevaliers blancs de la fin du xixe siècle sont insérés dans des courants de pensée bien précis auxquels ils se socialisent en devenant au fur et à mesure de véritables professionnels et des entrepreneurs de la dénonciation au travers des écrits de presse, comme le montrent Benjamin Gérôme et Cédric Passard à propos des pamphlétaires et polémistes français des années 1880-1940. On peut faire des constats similaires sur les acteurs médiatiques décrits dans la contribution de E.-Martin Meunier et Ryan Lux concernant les journalistes télévisuels actuels au Canada, ou encore dans le texte d’Andrea Perthen sur les journalistes allemands après 1945. On risque en effet de ne pas saisir une grosse partie des logiques de dénonciation si l’on n’analyse pas les parcours biographiques et socioprofessionnels des dénonciateurs dans leur accumulation de compétences et de savoir-faire dans les domaines juridiques. L’étude de Guillaume Courty sur les dénonciateurs des lobbyistes l’éclaire. Cela est vrai de la militance associative, des ONG ou d’autres dénonciations de la corruption dans le secteur de l’éolien, étudiées par Stéphanie Dechézelles. Force est de constater que, dans la sociologie pragmatique, les propriétés sociales des acteurs, leurs trajectoires sociales et professionnelles, leurs expériences et compétences accumulées précédemment restent assez marginales dans l’analyse des dynamiques de mise en dénonciation publique. Nous en avons un exemple assez frappant dans l’ouvrage de Didier Torny et Francis Chateaureynaud sur les lanceurs d’alerte, qui n’en retrace quasiment jamais les positions sociales et les itinéraires de socialisation personnelle et socioprofessionnelle. Est ainsi écartée toute hypothèse de l’influence de ces éléments sur l’action de dénoncer27.

  • 28 Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005.

27Le cinquième et dernier point concerne les stratégies liées aux temporalités de la dénonciation. Sans évidemment vouloir parler de calculs parfaitement rationnels, les acteurs de la dénonciation ont des stratégies en matière de choix de rhétoriques, de cibles et d’agendas de publicisation de leurs dénonciations et critiques de la probité publique. Dénoncer les fraudes électorales ou la corruption peut être aussi un moyen d’attaquer des adversaires politiques et le régime parlementaire, comme le montrent bien les contributions de Gemma Rubi sur l’Espagne et la Catalogne du tournant du xxe siècle, ou encore celle de Silvia Marton sur la Roumanie du début du xxe siècle. On ne dénonce et on ne critique pas n’importe quand ni n’importe comment. À la différence de Cyril Lemieux et Damien De Blic qui minorent la question stratégique dans le dévoilement de scandales28, les contributions montrent que les acteurs de la dénonciation peuvent poursuivre des stratégies multiples de dénonciation et de critique. On le voit bien chez les anciens dirigeants de la FIFA étudiés par Emmanuel Bayle et Hervé Rayner ou chez les acteurs associatifs en lutte contre les installations énergétiques d’éoliennes dans le sud-ouest de la France pris dans leurs dilemmes tactiques (Stéphanie Dechezelles).

***

28Compte tenu de ces interrogations et de ces hypothèses, les contributions scientifiques ici réunies offrent une vision contrastée de la dénonciation de la corruption. Celle-ci apparaît comme le fruit des transformations de longue durée qui affectent nos sociétés politiques. Mais elle est aussi un témoin de l’entrée récente dans une ère marquée par des formes inédites de défiance à l’égard du pouvoir.

  • 29 Pierre Rosanvallon, 2006, p. 51.

29L’une des hypothèses générales vers lesquelles ce livre tend est en effet que des discontinuités historiques majeures séparent les pratiques et les normes culturelles héritées de la fin du xviiie siècle de celles qui ont cours depuis la fin du xxe siècle, avec l’entrée, peutêtre, dans une autre période historique marquée par une culture de la transparence. La fin du xxe siècle voit, selon Pierre Rosanvallon, la création d’« une nouvelle fonction morale et politique de la dénonciation », liée à la « transparence29 ». Celle-ci constitue, à ses yeux, l’élément majeur de rupture, ou l’inflexion la plus notable, dans un processus historique placé sous le signe de remarquables continuités. Dans d’autres langues, ce phénomène se traduit par l’usage de nouveaux vocables : ainsi le terme anglais whistleblower est adopté en allemand au début du xxie siècle pour évoquer une pratique plus positive et moins connotée négativement que la Denunziation.

  • 30 Ibid., p. 28.

30Si l’on accepte la pertinence de cette analyse, il faudrait suivre Pierre Rosanvallon et admettre que la transparence est moins la fille de la publicité que l’enfant naturel de la défiance. On s’éloigne de la sphère publique pour se rapprocher d’une histoire qui reste en bonne partie à écrire : celle des mises en jugement du pouvoir pour immoralité, celle des quasi-institutions de la révélation scandaleuse ou, en tout cas, des formes politiques qui véhiculent les combats et les idéologies des acteurs critiques. Or, cette histoire englobe la question des instrumentalisations politiques et des usages d’État. Elle évoque, depuis les années 2000, les « dérives possibles » et en particulier les « tentations populistes-réactives » liées à la dénonciation30. En bref, la question de la corruption serait toujours grosse de remises en cause des régimes politiques et de déstabilisation des formes existantes de gouvernement.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abke Stephanie, Sichtbare Zeichen, unsichtbare Kräfte. Denunziationsmuster aund Denunziationsverhalten 1933-1949, Tübingen, 2003.

Bernadeau Vincent, « La dénonciation calomnieuse au xixe siècle : acteurs, circuits et implications », in Charageat Martine, Soulat Mathieu (coord.), Dénoncer le crime du Moyen-âge au xixe siècle, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2014.

Boltanski Luc, Darre Yann, Schiltz Marie-Ange, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, no 51, 1984, p. 3-40.

Boltanski Luc, Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

(Boucher dArgis), « Délateur (jurisprud.) », Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, (1751-1772), Volume iv [Cons-Diz], Paris, 1754, p. 777b ; consultable sur le site ENCCRE de l’académie des sciences : http://enccre.academiesciences.fr/encyclopedie/.

Briquet Jean-Louis, Garraud Philippe (coord.), Juger la politique : entreprises et entrepreneurs critiques de la politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Brodeur Jean-Paul et Jobard Fabien, « Citoyens et délateurs. La délation peut-elle être civique ? », in Czechowski Nicole, Hassoun Jacques (coord.), La délation, un archaïsme, une technique, Paris, Autrement, 1992.

Chateauraynaud Francis, Torny Didier, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, éditions de l’EHESS, 2013, [1e éd. 1999].

Dard Olivier, Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric (coord.), Scandales et corruption à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014.

De Blic Damien, Lemieux Cyril, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, no 71, 2005, p. 9-38.

Doganis Carine, Aux origines de la corruption, Paris, Puf, 2007.

Engels Jens Ivo, Monier Fréderic, Petiteau Nathalie (coord.), La politique vue d’en bas. Pratiques privées et débats publics xixe-xxe siècles, Paris, Armand Colin, 2012.

Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Monier Frédéric, Dard Olivier (dir.), Krumme Touren in der Wirtschaft. Zur Geschichte ethischen Fehlverhaltens und seiner Bekämpfung, Köln, Böhlau, 2015.

Engels Jens Ivo, Fahrmeir Andreas, Mattina Cesare, Monier Frédéric (coord.), Stadt, Macht ; Korruption, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2017.

Fitzpatrick Sheila, Gellately Robert (dir.), Accusatory practices: denunciation in modern European history, 1789-1989, Chicago, University of Chicago press Journals, Studies in European history from the Journal of modern history, 1997.

Gayraud Jean-François, La dénonciation, Paris, Puf, coll. « Politique d’aujourd’hui », 1995.

Gellately Robert, Backing Hitler. Coertion and consent in Germany, Oxford, Oxford University Press, 2001.

Grenard Fabrice, Les scandales du ravitaillement. Détournements, corruption, affaires étouffées en France, de l’Occupation à la guerre froide, Paris, Payot & Rivages, 2012.

Joly Laurent (coord.), La dénonciation dans la France des années noires, Paris, Perrin, 2012.

Joly Laurent, Dénoncer les Juifs sous l’occupation, Paris, CNRS Éditions, 2017.

Lahire Bernard, Ceci n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, Paris, La Découverte, 2015.

Lascoumes Pierre (coord.), Favoritisme et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2010.

Legoff Jean-Baptiste, « Dénoncer les conventionnels pendant la Terreur et la Réaction thermidorienne : des logiques et pratiques entre local et national », Annales historiques de la Révolution française [en ligne], no 372 | avril-juin 2013, mis en ligne le 1er juin 2016.

Lemny Stefan, « Essais de définition. Délation, dénonciation, délateur, dénonciateur dans les dictionnaires français jusqu’à la révolution », Annales historiques de la Révolution française [en ligne], no 368, 2012.

Marssolek Inge, Stieglitz Olaf (coord.), Denunziation im 20. Jahrhundert. Zwischen Komparatistik und Interdisziplinarität, Cologne, Historische Sozialforschung, 26, no 2/3, 2001.

Mattina Cesare, « Dénoncer l’improbité publique dans une “ville maudite”. Acteurs, rhétoriques et contextes de la critique de la politique marseillaise depuis les années 1980 », in Marton Silvia, Monier Frédéric, Dard Olivier (coord.), Moralité du pouvoir et corruption en France et en Roumanie. xviiie-xxe siècle, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2017, p. 205-217.

Monier Frédéric (coord.), « La corruption et ses critiques », Cahiers Jaurès, no 209, 2013, p. 3-122.

Monier Frédéric, Dard Olivier, Engels Jens Ivo (coord.), Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaine, Paris, Armand Colin, 2014.

Nérard François Xavier, Cinq pour cent de vérité : la dénonciation dans l’URSS de Staline (1928-1941), Paris, Tallandier, 2004.

Riqueti de Mirabeau Honoré Gabriel, Lettre du comte de Mirabeau au comité des Recherches, Paris, Lejay, 1789.

Rivière Yann, Les délateurs sous l’Empire romain, Paris, de Boccard, École française de Rome, 2002.

Rosanvallon Pierre, La contre-démocratie, Paris, Seuil, 2006.

Tänzler Dirk, Marras Konstadinos, Giannakopoulos Angelos, The social construction of corruption in Europe, Londres, Routledge, 2012.

Notes

1 Les journées d’études « Dénonciations et dénonciateurs de la corruption » ont eu lieu les 16 et 17 novembre 2016 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence. Elles ont été organisées par le Laboratoire méditerranéen de sociologie (Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES) et le Centre Norbert Elias (CNE) dans le cadre d’un programme franco-allemand soutenu par l’Agence nationale de recherche (ANR) et son homologue allemande, la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

2 Jens Ivo Engels, Frédéric Monier, Nathalie Petiteau, 2012 ; Frédéric Monier, 2013 ; Frédéric Monier, Olivier Dard, Jens Ivo Engels, 2014 ; Olivier Dard, Jens Ivo Engels, Andreas Fahrmeir, Frédéric Monier, 2014 ; Jens Ivo Engels, Andreas Fahrmeir, Frédéric Monier, Olivier Dard, 2015 ; Jens Ivo Engels, Andreas Fahrmeir, Cesare Mattina, Frédéric Monier, 2017.

3 Dirk Tänzler, Konstadinos Marras, Angelos Giannakopoulos, 2012.

4 Pierre Lascoumes, 2010.

5 Carine Doganis, 2007 ; Yann Rivière, 2002.

6 Jean-François Gayraud, 1995.

7 Sheila Fitzpatrick, Robert Gellately, 1997.

8 Stefan Lemny, 2012.

9 Boucher dArgis, 1754.

10 Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau, 1789.

11 Jean-Baptiste Legoff, 2013.

12 Vincent Bernardeau, 2014.

13 Pierre Rosanvallon, 2006.

14 François-Xavier Nérard, 2004 ; François-Xavier Nérard dans Laurent Joly, 2012.

15 Laurent Joly, 2012 ; 2017.

16 Robert Gellately, 2001 ; Stephanie Abke, 2003.

17 Fabrice Grenard, 2012.

18 Luc Boltanski, Yann Darré, Marie-Ange Schiltz, 1984.

19 Luc Boltanski, Laurent Thévenot, 1991.

20 Jean-Louis Briquet, Philippe Garraud, 2002.

21 Jean-Louis Briquet, Philippe Garraud, 2002.

22 Inge Marssolek, Olaf Stieglitz, 2001.

23 Jean-Paul Brodeur, Fabien Jobard, 2012.

24 Luc Boltanski, Yann Darré, Marie-Ange Schiltz, 1984.

25 Cesare Mattina, 2017.

26 Dans sa critique de la sociologie pragmatiste, Bernard Lahire a souligné que ce courant sociologique généralise abusivement les moments critiques en faisant comme si tous les acteurs étaient également dotés de capacités subversives et critiques (cf. Bernard Lahire, 2015).

27 Francis Chateauraynaud, Didier Torny, 2013.

28 Damien De Blic, Cyril Lemieux, 2005.

29 Pierre Rosanvallon, 2006, p. 51.

30 Ibid., p. 28.

Auteurs

Sociologue au Laboratoire méditerranéen de sociologie (Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES UMR 7305). Ses travaux portent sur la sociologie du gouvernement des villes et des relations entre élites politiques et groupes sociaux urbains. En 2016, il a publié aux Presses de Sciences Po Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille.

Professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon et membre du centre Norbert Elias (UMR CNRS 8562). Spécialiste d’histoire politique de la fin du xixe et du xxe siècle, ses recherches ont porté sur les complots, sur les gauches en France, en particulier entre les deux guerres mondiales, mais aussi sur les patronages et clientélismes politiques. La plupart de ses travaux plus récents concernent l’histoire de la corruption (Corruption et politique, rien de nouveau ?, Paris, Armand Colin, 2011). Avec Jens Ivo Engels, il a initié une coopération scientifique franco-allemande sur ce sujet et coédité plusieurs ouvrages. Il coordonne, depuis 2016, un groupement de recherche international sur ces thématiques (GDRI CNRS).

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540