Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Deuxième partie. Poursuivre un programme : l'école de Brentano

6. Ouverture

Charles-Édouard Niveleau

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir l’introduction éclairante de Denis Fisette et Guillaume Fréchette (A l’école de (...)

1L’une des raisons pour lesquelles Brentano a été éclipsé de l’histoire de la psychologie – comme le rappelle très justement Carlo Ierna à la fin de son article – tient précisément au rayonnement de ses élèves. Or, c’est de ce rayonnement dont il va être question dans cette deuxième partie. Dans quelle mesure, les travaux des élèves de Brentano sont-ils parvenus à démontrer la fécondité de son programme au point d’en oublier même parfois la figure du maître ? Comment sont-ils parvenus à poursuivre le programme là où celui-ci avait été laissé en friche par Brentano ? Il s’agit d’une question éminemment complexe en ce sens que les diverses réalisations sont loin de se recouper en tous points1. Mais plutôt que comparer entre elles les perspectives adoptées par les divers élèves de Brentano, les contributions s’attachent davantage à mettre en avant et explorer les différentes manières – aussi fidèles, originales ou libérales soient-elles – avec lesquelles Marty, Meinong, Twardowski, l’école de Florence et de Padoue, ou encore Freud, ont interprété, et partant, poursuivi la réalisation de ce programme.

2La contribution de Robin Rollinger, qui ouvre cette deuxième partie, examine l’interprétation que développe Anton Marty de la distinction brentanienne entre psychologie descriptive et psychologie génétique. S’appuyant sur un matériau inédit de notes de cours, l’auteur décrit comment Marty explore cette partie de la distinction dont Brentano ne souffle mot, à savoir la psychologie génétique. L’éclairage apporté sur le contenu et les résultats de la psychologie génétique est d’autant plus précieux que le corpus brentanien, au sens large, n’en comporte aucune étude détaillée. Complémentaire de la psychologie descriptive – en se fondant sur l’analyse des phénomènes mentaux – elle ne se confond pas, contrairement à une opinion répandue, à la physiologie, quoiqu’elle puisse impliquer son recours. Marty semble même aller plus loin que Brentano en accordant une relative indépendance de principe à la psychologie génétique. Selon la lecture de Rollinger, la psychologie génétique pourrait très bien fonctionner sans le recours à la physiologie, au regard de l’habitude prise par cette dernière à ne pas prendre en compte une étude spécifique du mental dont elle dépend. Le premier objectif de la psychologie génétique est méthodologique. Celleci cherche à clarifier ce que signifie « expliquer » ou « explorer » les phénomènes mentaux. Pour ce faire, Marty réhabilite, contre Herbart, la notion de « faculté de l’âme » qu’il juge indispensable au développement de la psychologie génétique, pourvue qu’elle soit étudiée de manière scientifique. Appliquant alors à la lettre les principes introduits par Brentano, il propose d’en mener l’étude en suivant le modèle des sciences de la nature. Il s’agit alors ici d’identifier et expliquer les facultés de l’âme – qui se divisent en forces et capacités – en les subsumant sous les lois auxquelles se rattachent les événements mentaux. « De façon tout à fait analogue [avec les sciences de la nature], écrit Marty, on a également le droit, en psychologie, de parler de forces et de capacités, si l’on découvre les lois de succession. ». Marty ne nie pas pour autant les difficultés que rencontre le développement scientifique de la psychologie génétique. Comment, en effet, isoler les différents facteurs de notre vie mentale, étant donné que ses possibilités d’expérimentation sont encore plus limitées que pour la physiologie ? En dépit de la limitation des conditions matérielles dont disposait Marty – qui n’avait pu fonder son laboratoire – et des difficultés impliquant une inexactitude insurmontable et constitutive de cette branche de la psychologie, plusieurs stratégies sont proposées : notamment l’observation des personnes ayant une faculté en moins ou une diminuée, les enfants, les retardés mentaux ou encore les animaux. Quoi qu’il en soit, le développement de la psychologie génétique dépend de la reconnaissance d’une interaction psycho-physique. Montrant qu’il est possible d’observer les interactions entre le corps et l’esprit, Marty tente de démontrer la supériorité du modèle dualiste sur l’ensemble des courants majeurs de son époque (matérialisme, monisme et épiphénoménalisme). Toutefois Marty ne tire aucune conclusion sinon celle, écrit Rollinger, « selon laquelle l’esprit et le corps sont d’une part deux réalités distinctes et sont d’autre par causalement connectées ». Même s’il ne s’agit que d’une étude préparatoire, Marty s’efforce de formuler un certain nombre de lois empiriques pour les facteurs qui déterminent le caractère transitoire ou la persistance des phénomènes mentaux (comme la fatigue, l’épuisement ou l’habitude), ainsi que pour leur genèse. Même si la question reste de savoir comment ces lois empiriques auraient pu être validées expérimentalement, il n’en reste pas moins que dans leur formulation la psychologie génétique peut tout à fait fonctionner sans dépendre de la physiologie.

3Guillaume Fréchette s’intéresse à une autre figure majeure de l’école de Brentano, Alexius Meinong, dont l’orthodoxie revendiquée est inversement proportionnelle à celle de Marty, comme en témoigne le récit de son autobiographie de 1916. Toutefois, l’auteur montre d’une part qu’une telle déclaration d’indépendance ne résiste pas à une reconstruction de la première partie de son œuvre et d’autre part qu’une inscription dans le programme brentanien ne représente pas un frein au développement d’une conception et d’un programme original comme en atteste sa Gegenstandstheorie. Les travaux de Meinong et son école, qui aboutissent à la thèse de la perceptibilité des relations en tant qu’objets d’ordre supérieur, s’inscrivent clairement dans le programme de recherche sur les phénomènes psychiques mis en place par la psychologie empirique et descriptive de Brentano. De plus, il ne fait aucun doute que Meinong souscrit positivement aux deux principes cardinaux de la psychologie de Brentano, à savoir l’utilisation de la méthode des sciences de la nature et le rôle primordial accordé à l’expérience. Il nous suffit pour cela de rappeler que l’expérimentation en psychologie est apparue comme une préoccupation centrale dès les tout premiers cours de Meinong et que les travaux menés dans son laboratoire à Graz, au moins dans ses dix premières années d’existence, s’inscrivent en continuité de ses travaux théoriques sur les relations des années 1880 et 1890. Fréchette propose de décrire le « développement qui a conduit Meinong à voir dans la théorie de l’objet l’aboutissement de ses premiers travaux allant de la théorie des relations et des complexions aux objets d’ordre supérieur et à la théorie de la production ». L’auteur examine en détail les trois facteurs qui permettent à Meinong de transformer la conception brentanienne des phénomènes psychiques et qui débouchent sur la formulation de sa théorie de l’objet : 1) la reprise critique par Meinong de l’introduction des qualités de forme de son élève Ehrenfels : la reconnaissance d’une activité psychique d’appréhension distincte de touts complexes (production) ; 2) la souscription à la distinction essentielle que Twardowski introduit entre contenu et objet des représentations et son intégration à sa théorie des objets supérieurs : ces touts complexes sont des objets idéaux dont l’existence dépend de celle d’ inferiora qui sont à leur base à titre de constituants (dépsychologisation) ; 3) le développement par Ameseder, un autre élève de Meinong, de la distinction, inspirée de la précédente, entre production et fondation qui permet de marquer une distinction entre les processus par lesquels se forment les contenus et ceux par lesquels se constituent les objets, conférant une indifférence ontologique de ces objets par rapport à l’être. Mais l’histoire de ce développement, conclut l’auteur, permet surtout de montrer que, au-delà des marques distinctives du programme meinongien – qui ne représentent finalement qu’un « différend périphérique et ponctuel » –, « le projet de Meinong reste ancré dans l’esprit des principes fondamentaux de la philosophie brentanienne » tout particulièrement en ayant réussi là où Brentano et Marty avaient précisément échoué, à savoir dans la fondation d’un laboratoire de psychologie expérimentale.

4Pourtant, ce serait une erreur de croire que Meinong (à Graz) et Stumpf (à Munich puis Berlin) soient les seuls élèves de Brentano à illustrer l’importance de la tradition brentanienne dans le processus d’institutionnalisation de la psychologie de laboratoire au tournant du XXe siècle. La contribution de Wioletta Miskiewicz entend rendre justice à un autre élève majeur de Brentano, Kazimir Twardowski, dont on oublie trop souvent le rôle fondateur que celui-ci joua dans le développement de la psychologie expérimentale en Pologne. L’auteur tente de mettre en perspective le travail pionnier de Twardowski en commençant par revenir sur la première percée accomplie par Wundt dans ce champ disciplinaire. Si en effet l’année 1879 est souvent retenue comme la date de création du premier laboratoire de psychologie expérimentale, il s’agit davantage d’une date symbolique et exprime plus une contingence institutionnelle qu’un fait majeur de l’histoire des sciences. Le choix de cette date ignore les travaux antérieurs de Wundt, notamment à Heidelberg et Zurich, lequel, d’ailleurs, à cette époque, ne fait plus partie des chercheurs les plus investis dans le domaine de l’expérimentation. D’un point de vue institutionnel la date de 1883 serait plus adéquate. Grâce à un document récemment retrouvé et grâce à une lettre adressée à Meinong, il est aujourd’hui possible d’affirmer que Twardowski conduisait également des travaux psychologiques dans les locaux du département de la Physique de l’université de Lvov depuis 1896. En 1905, grâce à une subvention de l’État autrichien, un « Laboratoire psychologique » est officiellement crée. Cependant Twardowski lui-même donne étrangement la date de 1901. L’auteur en analyse les raisons avant d’exposer l’idée même que se fait Twardowski de la psychologie empirique dont la méthode descriptive brentanienne et l’analyse sémiotique, développée dans sa Théorie des actions et des produits (1912), constituent les principales sources. L’originalité de Twardowski réside, selon Miskiewicz, dans l’élaboration d’une psychologie théorique qui se démarque aussi bien de la psychologie brentanienne, par son anti-physicalisme et une approche sémiotique originale, que de la psychologie expérimentale, dominante à l’époque, grâce à une défense de la méthode introspective pour les fonctions supérieures de l’esprit et à sa propre vision du travail expérimental. La nouvelle psychologie ne joue pas le rôle architectonique que lui conférait Brentano dans l’édifice du Savoir, pas même pour la philosophie, mais se présente en tant que science philosophique, pour ainsi dire, comme les autres, c’est-à-dire à côté d’autres sciences philosophiques, comme la logique, même si, par ailleurs, Twardowski conserve l’importance de son pouvoir heuristique pour la théorie de la connaissance et pour l’épistémologie des sciences. L’auteur achève son riche article par la présentation d’une monographie inachevée et inédite de Twardowski sur Brentano, traitant de la méthode scientifique.

5L’article de Liliana Albertazzi présente une thèse résolument continuiste en interprétant les travaux expérimentaux de la branche italienne du programme de Meinong comme une extension et un développement direct du programme brentanien d’une psychologie empirique et descriptive. Forte d’une recherche de plus de vingt ans sur le sujet, l’auteur propose un compte-rendu de la littérature présentant les principaux résultats obtenus par l’école de Florence de De Sarlo – lui-même grand admirateur de Brentano – grâce aux travaux de Bonaventura et Calabresi, et l’école de Padoue de Benussi et son élève Musatti – dont la filiation à Brentano passe donc par Meinong. L’objectif de l’auteur est de montrer que ces deux écoles italiennes peuvent à juste titre se réclamer de Brentano tant du point de vue des bases théoriques – ou du cadre conceptuel – que du type de recherche qui y est mené. Pour être une science des phénomènes psychiques, la psychologie doit rendre compte de la manière avec laquelle ceux-ci nous apparaissent, en analysant les différents changements qui surgissent au sein même de la conscience, dans leur dimension spatiale, temporelle et qualitative.

6Leurs recherches expérimentales concernent au premier chef le temps et l’espace subjectif des actes de représentation. À ce titre, les travaux de Bonaventura ont permis de procéder à une véritable dissection en laboratoire de l’architecture temporelle de la représentation en déterminant l’origine, la nature et l’extension de la durée. Il est notamment parvenu à montrer que nous pouvions percevoir un changement même pour des durées inférieures au seuil de succession des impressions ponctuelles. Les laboratoires italiens ont également analysé les principaux phénomènes spatiaux, des grandeurs et mouvements apparents aux illusions optico-géométriques, en passant par la nature de l’extension spatiale, des sensations kinesthésiques ou des mouvements stéréo-cinétiques et stroboscopiques etc. Un point décisif de ces développements réside dans l’introduction par Benussi d’une méthode originale appelée « analyse concrète du psychique », laquelle consiste à appréhender la vie psychique comme une « chose » manipulable de telle sorte à pouvoir examiner « les décompositions et les séparations effectives des états psychiques obtenus au moyen de l’hypnose. » Albertazzi précise : « (…) l’hypnose permet de rapprocher l’expérimentation psychologique au plus près des méthodes exactes des sciences de la nature, en l’affranchissant de l’analyse seulement mentale et descriptive des phénomènes psychiques conscients. (…) [Elle] permet, à partir d’un objet, d’isoler des fonctions particulières de la conscience comme autant de facteurs de l’état que nous souhaitons analyser. Au moyen de la suggestion, par exemple, il est possible, sur une surface visuelle, de supprimer toutes les couleurs à l’exception d’une seule. De cette manière, la suggestion apparaît comme un analyseur par décomposition de faits psychiques concrets. » Il est certain que cette méthode, analysant les facteurs opérationnels impliqués dans le fonctionnement des phénomènes psychiques et la microgenèse des représentations, conduit nécessairement à « un changement de perspective à l’intérieur de la psychologie descriptive et de la classification par Brentano des activités psychiques. » Ainsi, en soumettant certains principes de la psychologie de Brentano à la vérification expérimentale, les analyses développées à Florence et Padoue ont permis d’en étendre les limites, au prix, certes, d’une refonte de la catégorie de phénomène psychique.

7Dans cette exploration des limites du programme de Brentano, l’article de Valérie Aucouturier permet de franchir un pas supplémentaire en montrant comment, par l’éviction du concept d’inconscient, la théorie brentanienne est incapable de rendre compte de l’ intégralité du psychisme. Le chemin vers une telle théorie complète du psychisme n’est pourtant pas simple. En effet, si la pleine affirmation d’un inconscient psychique doit nécessairement passer pour Freud par une rupture avec toute philosophie de la conscience, certains éléments de sa première métapsychologie semblent encore malgré tout pointer en direction de Brentano. Au moins d’un point de vue méthodologique, les deux auteurs partagent la même volonté de construire une psychologie scientifique en s’appuyant sur la seule expérience et non la spéculation philosophique. L’objectif central de l’auteur consiste alors à « mesurer le degré de commensurabilité entre les conceptions de l’inconscient envisagées par Brentano et celles de Freud (…). Ceci afin d’évaluer dans quelle mesure le système freudien lui-même demeure, en certains points, tributaire des philosophies de la conscience. » Pour Brentano, la conscience est nécessairement capable de se prendre elle-même pour objet de conscience. De ce fait, l’inconscient ne peut être envisagé que du point de vue de la possibilité d’une « conscience inconsciente », non pas au sens actif d’une conscience qui n’aurait littéralement pas conscience d’une chose, mais plutôt « au sens passif (…) d’une chose dont on n’a pas conscience », d’un acte de conscience dont nous n’aurions pas réflexivement conscience. Mais cette hypothèse est d’autant plus irrecevable qu’un acte de la conscience, qui ne serait pas conscient, n’appartiendrait tout simplement pas aux phénomènes psychiques. La possibilité d’une psychologie empirique repose précisément sur l’examen des actes psychiques par la conscience elle-même, ce qui implique alors une réflexivité constitutive de la conscience. L’hypothèse d’un inconscient psychique menace donc le programme même de la psychologie brentanienne. Mais signalons d’emblée que Freud n’accorderait pas plus que Brentano le statut d’inconscient à ce qui ne correspondrait chez lui qu’au seul niveau préconscient des contenus latents (qui peuvent ou non attirer l’attention de la conscience). En revanche, « d’un point de vue dynamique ou systémique, où l’inconscient et le préconscient ne jouent pas simplement un rôle descriptif mais un rôle explicatif, l’hypothèse de l’inconscient constitue un véritable défi pour une philosophie de la conscience » en permettant d’expliquer de nombreux phénomènes ignorés par cette dernière, comme les pathologies mentales, et en affirmant le caractère majoritairement inconscient des phénomènes psychiques. Pour Freud, le psychisme résulte de la sédimentation de pulsions primaires et de l’intériorisation d’expériences. Or, comme le souligne l’auteur, c’est bien le caractère « limite » de la pulsion, dans sa dimension psychique et somatique, et pas seulement psychique, qui permet à la métapsychologie freudienne de dépasser la théorie brentanienne de la conscience, en introduisant une causalité inconsciente jusque là inédite. Pourtant, conclut Aucouturier, en laissant inexpliquée l’énergétique des pulsions, Freud réintroduit, du même coup, un dualisme entre l’esprit et le corps qui n’est pas sans rappeler les théories classiques de la conscience.

Notes

1 Sur ce point, voir l’introduction éclairante de Denis Fisette et Guillaume Fréchette (A l’école de Brentano. De Würzbourg à Vienne, Paris, Vrin, 2007).

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search