Version classiqueVersion mobile

Dénoncer la corruption

 | 
Jens Ivo Engels
, 
Olivier Dard
, 
Frédéric Monier
, 
et al.

Les auteurs

Texte intégral

1Emmanuel Bayle est professeur en gestion du sport à l’Institut des sciences du sport de l’université de Lausanne (ISSUL). Ses recherches portent principalement sur la gouvernance, le management et la performance des organisations sportives.

2Guillaume Courty est professeur de science politique à l’université de Lille et chercheur au CERAPS (unité CNRS). Spécialiste des groupes d’intérêt, il a codirigé avec Julie Gervais l’ouvrage sur les actions de lobbying pendant l’élection présidentielle de 2012 (Le lobbying électoral) et reprend l’ensemble de ses travaux dans Le lobbying en France (Peter Lang, 2017).

3Valentina Dal Cin a reçu en 2015 son doctorat de recherche en histoire à l’université de Vérone. Elle a bénéficié de bourses postdoctorales offertes par l’Istituto Italiano per gli Studi Storici (Naples) et la Fondazione Einaudi, Maison des sciences de l’homme (Turin, Paris). Elle est actuellement professeur d’histoire et philosophie dans l’enseignement secondaire et collaboratrice scientifique à l’université Ca’Foscari (Venise). Ses recherches portent sur les rapports entre le gouvernement et les élites locales à l’époque napoléonienne, et plus généralement sur la transition de l’ancien régime à l’époque contemporaine. Elle a publié des articles dans les revues Studi Veneziani (2013), Ateneo Veneto (2015) et Società e Storia (2017). Elle s’apprête à publier une monographie tirée de sa thèse consacrée à l’élite vénitienne entre 1797 et 1815.

4Armand Dang Mezang est doctorant en science politique à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et rattaché au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP). Sa thèse porte sur les mobilisations en France autour de l’affaire des « biens mal acquis » des dirigeants africains.

5Olivier Dard est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et spécialiste d’histoire politique du xxe siècle. Il est membre de l’UMR SIRICE (Laboratoire Sorbonne Identités, Relations internationales et Civilisations de l’Europe) et du laboratoire d’excellence EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe). Ses travaux ont principalement porté sur le conspirationnisme, les droites radicales françaises et étrangères (Charles Maurras, l’OAS, le salazarisme), l’histoire des élites politiques, économique et technocratiques et l’histoire des idées politiques et économiques.

6Stacey Renee Davis est professeur d’histoire à l’Evergreen State College (Washington, États-Unis). Spécialiste de la France de la seconde moitié du xixe siècle, elle a travaillé sur les opposants républicains au coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, leurs devenirs et la mémoire des proscrits. Sa thèse est intitulée Transforming the enemy : Algerian colonization, imperial clemency, and the rehabilitation of France’s 1851 republican insurrectionaries (Université de Yale, 1999).

7Stéphanie Dechézelles est maîtresse de conférences en science politique à Sciences Po Aix, chercheuse au CHERPA (EA4261) et associée au LAMES (UMR CNRS 7305). Après une thèse consacrée aux ressorts de l’engagement de jeunes dans les droites italiennes, elle travaille depuis plusieurs années à une sociologie des controverses et des mobilisations localisées contre l’éolien industriel terrestre. Avec Maurice Olive, elle a codirigé « Conflits de lieux, lieux de conflits » pour la revue Norois (2016) et « Mouvements d’occupation » pour la revue Politix (2017). Elle a aussi publié « Une ZAD peut en cacher d’autres. De la fragilité du mode d’action occupationnel » (Politix, vol. 30, no 117, 2017) ; « Des chiffres et du vent. Expertises institutionnelles, marchandes et citoyennes dans les politiques locales de l’éolien » in Martine Mespoulet (dir.), Les chiffres dans l’action publique territoriale (Presses universitaires de Rennes, 2017).

8Jens Ivo Engels est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Institut d’histoire de la Technische Universität Darmstadt. Il est l’éditeur principal de la revue Neue politische Literatur. Depuis 2016, il dirige une école doctorale pluridisciplinaire traitant des « infrastructures critiques », financée par la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Ses recherches portent sur l’histoire de la monarchie en France, sur l’histoire du mouvement écologique en Allemagne, sur les infrastructures techniques et sur l’histoire de la corruption politique en Europe depuis les débuts de l’époque moderne. Avec Frédéric Monier, il a initié la coopération franco-allemande en ce domaine et coédité plusieurs ouvrages. Il est l’auteur de Die Geschichte der Korruption. Von der Frühen Neuzeit bis ins 20. Jahrhundert (Frankfurt a. M., S. Fischer, 2014).

9Gilles Favarel-Garrigues est directeur de recherche au CERI (Sciences Po, Centre de recherche internationale, CNRS). Il mène actuellement des recherches sur les mobilisations internationales contre les menaces criminelles et sur les transformations de la politique pénale en Russie. Ses travaux s’inscrivent dans le projet transversal Trajectoires historiques de l’État. Médaille de bronze du CNRS en 2006, il codirige la collection Questions de recherche/Research in question du CERI et participe au comité de rédaction des revues Critique internationale, Cultures & conflits et Politix. Il a notamment publié Policing economic crime in Russia : From soviet planned Economy to privatization (NY, Columbia University Press, 2011).

10Benjamin Gérome est doctorant depuis 2014 à l’université de Paris-Sorbonne. Il mène ses recherches sous la direction du professeur Olivier Dard dans le cadre d’un projet de thèse intitulé Dénonciations et dénonciateurs de la corruption en France au xxe siècle. Il a notamment publié « Francis Delaisi, entre la Guerre sociale et la dénonciation des “nouvelles féodalités” » dans Éric Bussière, Olivier Dard & Geneviève Duchenne (dir.), Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle » (Bruxelles, PIE Peter Lang, 2015).

11Ronald Kroeze est professeur assistant d’histoire à la Vrije Universiteit d’Amsterdam. Ses recherches portent sur l’histoire de la gouvernance, la corruption politique et la lutte contre la corruption, ainsi que sur l’histoire de la gestion et du leadership en politique et en affaires aux Pays-Bas et en Europe à l’ère moderne. Chercheur postdoctoral à l’université d’Amsterdam entre 2014 et 2017, il a été impliqué dans le projet FP7 financé par l’Union européenne, Anticorrp (www.anticorrp), sur l’histoire de la lutte contre la corruption. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Ronald Kroeze, Guy Geltner et André Vitoria (éd.), A History of Anticorruption. From Antiquity until the Modern Era (Oxford, Oxford University Press, 2017).

12Oriol Lujan est docteur en histoire et professeur associé à l’Université autonome de Barcelone, où il fait partie du groupe de recherche Politique, institutions et corruption à l’époque contemporaine. Il a consacré sa recherche à l’étude du libéralisme politique, l’histoire du parlementarisme, la corruption politique et les études électorales, en particulier pendant le xixe siècle. Parmi ses publications, El Desencís de la Dècada Moderada : Els diputats catalans en la política espanyola (1843-1854) en 2017.

13Ryan Lux est doctorant en sociologie à l’École d’études sociologiques et anthropologiques de l’université d’Ottawa, diplômé en journalisme de l’université Carleton et ancien journaliste. Ryan Lux s’intéresse tout particulièrement à la transformation de l’imaginaire socioculturel au Québec et au Canada. Il consacre d’ailleurs sa thèse à la délicate question des fermetures d’églises catholiques au Québec, de 1980 à nos jours. Ryan Lux est chercheur étudiant à la chaire « Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles » de l’université d’Ottawa.

14Nicolas Maisetti est docteur en science politique, chercheur contractuel au laboratoire Techniques, territoires et société (CNRS UMR 8134). Ses travaux portent sur la sociologie politique de l’action publique urbaine. Il est l’auteur notamment de Marseille ville du monde. L’internationalisation d’une métropole morcelée (Karthala, 2017).

15Silvia Marton est maître de conférences à la faculté de sciences politiques de l’université de Bucarest et membre correspondant du centre Norbert Elias (UMR 8562). Elle a été boursière du New Europe College — Institut for Advanced Studies de Bucarest et du Wissenschaftskolleg zu Berlin, ainsi que professeur invitée à l’EHESS, à l’université d’Avignon et à l’université Paris-Sorbonne. Elle a publié La construction politique de la nation. La nation dans les débats du Parlement de la Roumanie, 1866-1871 (Iasi, Institutul European, 2009) et « Republica de la Ploiești » și începuturile parlamentarismului în România (La « République de Ploiești » et les débuts du parlementarisme en Roumanie) [Bucarest, Humanitas, 2016]. Elle a récemment coédité, avec Frédéric Monier et Olivier Dard, Moralité du pouvoir et corruption en France et en Roumanie, xviiie-xxe siècle (Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2017).

16Cesare Mattina est sociologue au Laboratoire méditerranéen de sociologie (Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES UMR 7305). Ses travaux portent sur la sociologie du gouvernement des villes et des relations entre élites politiques et groupes sociaux urbains. En 2016, il a publié aux Presses de Sciences Po Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille.

17E.-Martin Meunier est professeur à l’École d’études sociologiques et anthropologiques de l’université d’Ottawa, titulaire de la chaire « Québec, francophonie canadienne et mutations culturelles ». Ses recherches portent sur différents sujets, allant de la sociologie de la société québécoise à la sociologie des religions, en passant par l’analyse sociale et historique du Canada français. E.-Martin Meunier dirige un chantier de recherche subventionné par le CRSH (2008-2011 ; 2011-2014) « Vers une sortie de la religion culturelle des Québécois ? Enquête quantitative et qualitative au Québec et au Canada (1968-2014) ». Auteur de plus d’une cinquantaine de contributions scientifiques, il a notamment publié Le pari personnaliste (Fides, 2007), avec S. Lefebvre et C. Béraud, Catholicisme et cultures. Regards croisés Québec-France (PUL/PUR, 2015) et, récemment, Le Québec et ses mutations culturelles (PUO, 2016). Il dirige la collection « 21e – Société, histoire et culture » aux Presses de l’université d’Ottawa.

18Frédéric Monier est professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Avignon et membre du centre Norbert Elias (UMR CNRS 8562). Spécialiste d’histoire politique de la fin du xixe et du xxe siècle, ses recherches ont porté sur les complots, sur les gauches en France, en particulier entre les deux guerres mondiales, mais aussi sur les patronages et clientélismes politiques. La plupart de ses travaux plus récents concernent l’histoire de la corruption (Corruption et politique, rien de nouveau ?, Paris, Armand Colin, 2011). Avec Jens Ivo Engels, il a initié une coopération scientifique franco-allemande sur ce sujet et coédité plusieurs ouvrages. Il coordonne, depuis 2016, un groupement de recherche international sur ces thématiques (GDRI CNRS).

19Cédric Passard est agrégé de sciences sociales, maître de conférences en science politique à Sciences Po Lille et chercheur au CERAPS-CNRS. Ses recherches s’inscrivent principalement dans le cadre de la sociologie historique du politique et portent, en particulier, sur les processus de politisation sous la Troisième République, ainsi que sur les discours et les débats politiques. Il a publié différents articles dans des collectifs ou des revues (Revue internationale de politique comparée, Mots, Genèses…), ainsi que des ouvrages ou manuels de vulgarisation. Il est notamment l’auteur de L’Âge d’or du pamphlet. 1868-1898, ouvrage tiré de sa thèse, paru en 2015 aux éditions du CNRS. Il poursuit actuellement des recherches concernant la littérature pamphlétaire sur la période de l’entre-deux-guerres.

20Andrea Perthen est doctorante à l’université technique de Darmstadt. Après un travail de mastère en histoire urbaine (sur la reconstruction de Francfort après 1945), ses recherches portent sur les critiques de la corruption dans la RFA : journalistes et informateurs, de 1949 aux années 1980. Elle participe au projet franco-allemand de recherche sur l’histoire de la corruption politique.

21Hervé Rayner est maître d’enseignement et de recherche à l’Institut d’études politiques, historiques et internationales (IEPHI) de l’université de Lausanne, et membre du Centre de recherche sur l’action politique de l’université de Lausanne (CRAPUL). Le scandale — qu’il aborde à partir des variations de la jouabilité de la dénonciation — est son principal objet de recherche.

22Gemma Rubí est professeure d’histoire moderne et contemporaine à l’université autonome de Barcelone, et directrice académique du groupe de recherche Politique, institutions et corruption à l’époque contemporaine. Ses recherches portent essentiellement sur l’étude du pouvoir, des discours et des pratiques politiques. Elle travaille sur le parlementarisme, la représentation politique, les actions politiques et contestations de la Catalogne et de l’Espagne contemporaines. Elle est l’auteur, avec Josep Armengol, de Vots, electors i corrupció. Una anàlisi de l’apatia política a Catalunya, 1869-1923, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2012. Elle a lancé des recherches en Espagne sur l’histoire de la corruption à l’époque contemporaine, en partenariat avec des collègues français, allemands et roumains.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search