Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

9. Stefan Czarnowski

L’héritage polonais d’Henri Hubert

Damien Thiriet et Joanna Wawrzyniak

Texte intégral

  • 1 Czarnowski, 1956.
  • 2 La direction du Parti qualifiait de révisionnistes le groupe d’intellectuels marxistes de l’univer (...)
  • 3 Voir Kaczocha, 2001 : 93-108 ; Markiewicz-Lagneau, 1982 : 186-241.

1La publication en 1956 des Œuvres complètes1 de Stefan Czarnowski (1879-1937) fut l’un des symptômes intellectuels du dégel polonais, les éditions scientifiques nationales (PWN) honorant de la sorte un auteur qui n’était pas marxiste-léniniste. Nina Assorodobraj-Kula, l’initiatrice du projet, avait été très proche de Czarnowski avant-guerre. Cette sociologue occupait une position stratégique dans le champ scientifique polonais. Marxiste en cour aussi bien auprès du Parti que des révisionnistes2, elle venait d’être élue doyenne de la faculté de philosophie de l’université de Varsovie. Ces cinq tomes, édités en duo avec le sociologue Stefan Ossowski, hissèrent Czarnowski au rang de père fondateur de la sociologie polonaise, vingt ans après sa mort. Leur publication fit aussi beaucoup pour imposer l’image d’un intellectuel de gauche, à la fois durkheimien et marxisant3.

  • 4 Cette préface d’Hubert était d’ailleurs parue seule lors des premiers mois de la Première Guerre m (...)
  • 5 Czarnowski, 1919.
  • 6 Ossowski, 1956 : 5.
  • 7 Hubert, 1915b.
  • 8 Assorodobraj, 1956 : 139.

2Henri Hubert aurait pu bénéficier de cette percée dans l’opinion scientifique polonaise. N’avait-il pas dirigé et longuement préfacé4 Le culte des héros et ses conditions sociales : Saint Patrick héros national de l’Irlande5, publié pour la première fois en 1956 dans la langue maternelle de l’auteur ? Malheureusement pour lui, son avant-propos ne fut pas traduit. Il eut juste droit à une brève mention dans la courte introduction de Stanisław Ossowski au Saint Patrick6. Même la postface érudite et bien informée que Nina Assorodobraj-Kula consacra à l’ensemble de l’œuvre de Czarnowski ne cite Hubert que deux fois, comme directeur de recherche du jeune sociologue. Bien qu’il ait vu en Czarnowski celui qui était le plus apte, avec Jean Marx, à reprendre son flambeau7, ses conceptions ne sont guère abordées. Assodobraj le mentionnait juste comme un représentant de cette école durkheimienne où Czarnowski « trouva les questionnements théorétiques initiaux qu’il recherchait, tant dans le domaine de la sociologie que de ses méthodes de recherche8 ».

  • 9 Tarkowska, 1987.
  • 10 Banaszczyk, 1989.

3Henri Hubert est donc peu connu en Pologne, même s’il lui arrive d’être cité pour ses travaux sur le temps9 ou l’espace10. Paradoxalement, la mémoire de cet archéologue, spécialiste des Celtes et muséographe tant soucieux de faire dialoguer ces disciplines avec la sociologie, a souffert d’avoir été filtrée par des sociologues. Les études celtiques n’étant guère au cœur des préoccupations des éditeurs des Œuvres complètes, ils ne se demandèrent guère comment l’étudiant en sciences des religions Czarnowski, sous l’influence d’Henri Hubert, en était venu à se penser sociologue.

  • 11 Kończal, Wawrzyniak, 2015.

4La redécouverte récente de lettres de Czarnowski à Hubert a montré qu’il le considérait comme son mentor11. Alors qu’ils étaient de la même génération (sept ans à peine les séparaient), Czarnowski utilisa la formule « Cher Maître » jusqu’au décès de ce dernier en 1927. De même, il ne manquait jamais une occasion de souligner qu’il devait tout à ses études parisiennes, comme s’il n’avait jamais été en Allemagne. Ces mots de Czarnowski écrits dans la perspective d’un premier retour à Paris disent combien il était attaché à ces échanges intellectuels, scientifiques et pratiques :

  • 12 Lettre du 5 septembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 271.

Je ne peux vous exprimer comme je suis surtout content de pouvoir vous revoir, vous avant tout ! Il y a une infinité de choses qu’il est difficile ou même impossible d’exprimer par lettre, et sur lesquelles on s’entend en deux mots. Croyez-moi qu’il m’est bien nécessaire de me retremper un peu auprès de vous après les dix ans derniers12.

  • 13 Kończal, Wawrzyniak, 2015 : 188-189.

5Hubert semble même avoir pesé sur les orientations politiques de Czarnowski. Le jeune nationaliste polonais amorça à Paris un lent glissement vers la gauche qui s’accentua au fil des ans passés en Pologne13.

  • 14 Mucchielli, 1998 : 527-528.
  • 15 Raj, 2016.

6Comme le rappelle Laurent Mucchielli, l’histoire d’une discipline doit commencer par le meurtre du père : « Tous ces grands héros que l’on nomme les “fondateurs” n’ont été que les catalyseurs de mouvements collectifs sans lesquels ils n’auraient jamais existé14. » La relation maître-disciple que nous allons décrire est bien plus qu’une composante hexagonale du durkheimisme se déployant à l’ombre de la figure tutélaire de Durkheim — pour ne pas dire du totem ; il s’agit d’une histoire croisée transnationale dans laquelle Czarnowski joue le rôle de culture broker, de go-between15 entre l’école française et la sociologie polonaise naissante. Un transfert jusqu’alors peu abordé par les historiens qui se sont concentrés sur le réseau tissé par l’école française de sociologie dans l’hexagone, et dans une moindre mesure sur ses contacts anglo-saxons ou latins. Il s’inscrit dans l’histoire intellectuelle du début du xxe siècle. On vit alors émerger des collaborations internationales fondées sur une commune fascination pour les études celtiques et l’histoire des religions, combinées à la volonté de contrer l’expansion des idées allemandes.

  • 16 Id., 2007.
  • 17 Collins, 2002.

7En quoi la confiance mutuelle16, l’énergie émotionnelle17 unissant Hubert à Czarnowski contribuèrent-elles à institutionnaliser la sociologie en Pologne ? Une présentation de la personnalité du sociologue polonais, suivie d’une analyse des influences d’Hubert sur ses conceptions et des échanges des deux hommes, une fois Czarnowski revenu en Pologne, permet de répondre à cette question.

Stefan Czarnowski : éléments biographiques

  • 18 Cywński, 2010.

8Né en 1879 à Kroczewo, non loin de Varsovie, dans la partie russe de l’ancien royaume de Pologne, Czarnowski suivit le cursus classique d’une petite noblesse terrienne affaiblie par l’évolution politique et économique. Ceux qui renonçaient à vivre de leurs terres gonflaient les rangs de l’intelligentsia de l’Europe du Centre-Est et se radicalisaient sous l’influence du nationalisme, du socialisme ou du communisme18. S’ils en avaient les moyens et la volonté, ils se formaient à Vienne, Berlin, Saint-Pétersbourg ou ailleurs. Czarnowski étudia ainsi les sciences politiques et l’économie à Leipzig, puis Berlin. Il y fréquenta des séminaires de psychologie, philosophie, sciences des religions, sociologie ou histoire de la culture, notamment ceux de Wilhelm Wundt et Georg Simmel. Lorsqu’en 1902 son militantisme polonais conduisit à son expulsion, il gagna Paris. Il suivit le séminaire « Religions des peuples non civilisés » de Marcel Mauss à l’École pratique des hautes études (EPHE) à partir de 1903-1904, et, à partir de 1905-1906, celui d’Henri Hubert (« Religions primitives de l’Europe »), sous la direction duquel il soutint son mémoire sur le culte de saint Patrick en 1911.

  • 19 Le fait que l’enseignement supérieur était exclusivement dispensé en russe donne une idée des pers (...)

9Son diplôme de l’EPHE en poche, il s’installa à Varsovie. S’il ne nourrissait guère d’illusion sur ses chances de carrière dans l’université tsariste19, il était sans doute loin de supposer qu’il lui faudrait attendre une bonne douzaine d’années avant de pouvoir se consacrer à la recherche. L’environnement auquel devait s’adapter l’intelligentsia polonaise le contraignit en effet à multiplier les activités connexes. Il fit ainsi fructifier sa connaissance de la société française dans le journalisme, comme rédacteur en chef du Tygodnik Polski (« L’Hebdomadaire polonais ») avant-guerre ou pigiste au Kurier polski (« Le Courrier polonais ») après 1918. Il dut une relative stabilisation financière à des enseignements éloignés de ses thèmes de recherche (cours de géographie militaire et traduction des enseignants français à l’École de guerre polonaise en 1918-1923 ; cours d’histoire de la culture au Conservatoire national en 1923-1926). Surtout, son engagement patriotique le poussa à embrasser l’uniforme, alors qu’il aurait pu chercher dans la science un rempart contre la folie du monde.

10À compter de l’été 1915, le régime d’occupation des empires centraux offrait de telles opportunités : les Varsoviens qui, comme Czarnowski, avaient pu se soustraire à la mobilisation russe, étaient protégés par les conventions interdisant l’enrôlement en pays conquis. Les Allemands, qui venaient de poloniser l’enseignement supérieur, recherchaient des scientifiques prêts à cautionner leur politique. Czarnowski préféra s’enrôler dans les Légions polonaises, composées de volontaires tablant sur l’uniforme autrichien pour faire avancer la cause polonaise. Versé au bureau statistique et géographique de l’état-major, Czarnowski rempila dans l’armée polonaise alors en lutte contre la plupart de ses voisins. Czarnowski combattit même en première ligne lors de la guerre polono-bolchévique (1919-1921).

11En 1923, il fut enfin élu à la chaire de sciences des religions créée pour lui à l’Université libre polonaise. Il pouvait enfin se sentir enseignant-chercheur, d’autant que sa participation au congrès d’histoire des religions de Paris à l’automne marqua son retour à la vie scientifique internationale. Ses contacts avec les universitaires français, avec Hubert en premier lieu, lui permirent par la suite d’animer des contacts bilatéraux, mais aussi de figurer dans le comité de rédaction de L’Année sociologique renouvelée. Il fut également membre fondateur de l’Institut français de sociologie. En 1929, il dirigea à l’EPHE, sur invitation de Mauss, un séminaire consacré à « La notion d’espace dans la religion et le folklore italo-celtique et slave ».

12En revanche, l’université de Varsovie lui faisait la sourde oreille, en des termes qui n’étaient pas sans rappeler ceux auxquels s’étaient heurtés les durkheimiens dans la France d’avant-guerre. Les influents théologiens catholiques n’appréciaient guère leur approche sécularisée de la religion ; au sein même de la faculté de philosophie, les tenants de l’école de Lwów et de Varsovie avaient pour principe cardinal de se méfier des hypostases. Le holisme méthodologique de Durkheim avait donc tout pour leur déplaire. Czarnowski ne pouvait même pas compter sur une solidarité entre sociologues, à un moment où la discipline cherchait à s’institutionnaliser : Florian Znaniecki par exemple, fort de son prestige américain, s’était fait imposer à l’université de Poznań, mais était trop hostile au durkheimisme pour soutenir son collègue.

13Czarnowski n’en resta pas moins fidèle à son ambition de diffuser en Pologne les conceptions françaises. Informant Hubert de l’obtention d’un poste de docent (enseignant non titulaire) à l’université de Varsovie, il rejeta l’idée qu’une thèse soutenue à Paris aurait mieux servi sa carrière :

  • 20 Lettre du 13 juin 1925 ; Czarnowski, 2015 : 319.

Je ne regrette pas de ne pas l’avoir fait. Ce m’est passablement égal d’être docteur ou de ne pas l’être. Mais je tiens à me présenter pour ce que je suis réellement — un élève formé par vous. En définitive j’ai remporté une victoire qui n’est pas seulement personnelle. C’est un courant d’idées qui obtient droit de cité à l’université de Varsovie — celui qui en France est représenté par L’Année sociologique. Du même coup, je me classe dans la science officielle en Pologne avec beaucoup plus de netteté, que si je n’avais présenté qu’un titre de docteur ès-lettres. […]. Il n’y a pas à s’y tromper : les raisons qu’on m’opposait étaient bien moins dirigées contre moi que contre l’école de Durkheim20.

  • 21 À l’université, les milieux antisémites entendaient confiner les étudiants juifs dans des « bancs- (...)

14La consécration vint dans les années 1930 : élection à la chaire d’histoire de la culture de l’université de Varsovie (1930), à laquelle on ajouta la mention « et de sociologie » en 1934, membre du comité de rédaction la première revue sociologique polonaise, le Przegląd socjologiczny (1935). Cette reconnaissance intervint toutefois à un moment où il s’inspirait de plus en plus du marxisme, sous l’effet d’une crise économique particulièrement dure. Il s’opposa aussi vigoureusement à l’antisémitisme de plus en plus marqué des universités21.

  • 22 Czarnowski, 1939.
  • 23 Bardach, 1932.
  • 24 Assorodobraj, 1935.
  • 25 Pleskot, 2010.

15Après la mort brutale de Stefan Czarnowski en décembre 1937, sa femme et ses amis eurent à peine le temps d’éditer le un recueil posthume22. La question de son héritage intellectuel reste ouverte : on ne sait pas ce que sont devenus la plupart de ses étudiants. Deux thèses furent soutenues sous sa direction : « La question du progrès technique dans la théorie marxiste de l’histoire23 « et « Les débuts de la classe ouvrière. Le problème de la force de travail dans l’industrie de l’époque stanislavienne24 ». Son séminaire était aussi suivi par des médiévistes et modernistes tentés par le comparatisme. Aleksander Gieysztor, Witold Kula et Marian Małowist, relais des Annales en Pologne après-guerre25, ont fait part de ce qu’ils devaient à Czarnowski.

  • 26 Czarnowski, 2015 : 407-430.

16Après avoir été célébré comme père fondateur de la sociologie polonaise après 1956, Czarnowski est quelque peu tombé dans l’oubli après 1989. La bibliographie détaillée des publications qui lui sont consacrées26 témoigne tout juste d’un modeste regain d’intérêt ces derniers temps. À l’heure où l’œuvre d’Henri Hubert est redécouverte dans son individualité, le moment est donc venu de se pencher sur une question négligée en 1956, celle de son influence sur son élève polonais.

« Croyez que vous avez en moi un élève qui n’oublie pas ce qu’il vous doit »

  • 27 Lettre du 19 décembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 295.
  • 28 Hubert, 1910 : 100 ; Czarnowski, 2015 : 254.

17À quelle dette intellectuelle Czarnowski faisait-il ainsi référence27 ? En l’état actuel des sources, établir une genèse intellectuelle du Saint Patrick semble difficile. Les brefs comptes-rendus annuels des séminaires d’Hubert sont avares en exemples, mais on peut avancer qu’ils ont eu une influence de long terme sur les réflexions de l’étudiant polonais. En effet, on retrouve dans les articles et la correspondance ultérieure de Czarnowski des références aux éléments de culte étudiés en 1910 : le vase de Gundestrup, la stèle de Néris, le dieu Cernunnos28.

  • 29 Czarnowski, 1919 : 16-18.
  • 30 Ibid. : 259, 331-333.
  • 31 Ibid. : 3-28.
  • 32 Ibid. : 66.
  • 33 Hubert, 1905 : 47-48.
  • 34 Czarnowski, 1919 : 110-153.
  • 35 Ibid. : 270.

18Hubert demandait à ses étudiants de comparer les mythes de différentes époques et cercles géographiques et de se tenir au courant des recherches contemporaines consacrées aux sociétés primitives. Czarnowski consulta donc Marcel Mauss lors de ses recherches, qui font références au mana29 ou au totémisme30. Sa définition du héros se nourrit de références à la Grèce antique et aux martyrs chrétiens, mais aussi à Garibaldi, Robin des Bois ou la Chine31. Quant à son analyse, elle a pour ressort une comparaison de la mythologie et de l’hagiographie irlandaise, replacées dans leur contexte : « Au cours des siècles […] [l] e rude lutteur que nous venons de caractériser devient peu à peu un personnage plein d’humilité et de pardon32. » Étudiant les fêtes irlandaises, Czarnowski reprend vraisemblablement certaines méthodes utilisées en 1905 par Hubert pour analyser avec ses étudiants le calendrier festif germanique33. Les célébrations estivales rassemblant tous les clans, puis les légendes associées à ces rassemblements sont décrites, puis caractérisées comme un culte des morts dont Patrick reprend tous les attributs héroïques34. Cela, combiné à une analyse des structures de l’Église irlandaise, lui permet de conclure que « si ses liens avec les clans et les familles sont moins apparents que ceux d’autres saints, il en a de plus forts avec l’Irlande entière. Ce n’est pas le héros d’une province, le saint d’un monastère. C’est le « héros national35 » par qui les clans sont devenus nation.

  • 36 Ibid. : 282.
  • 37 Ibid. : 273-313.

19La force du Saint Patrick vient aussi d’analyses sociologiques visiblement influencées par Hubert. Le livre s’ouvre, dans le plus strict respect des règles de la méthode sociologique, par une longue définition du concept de héros, et se referme sur un essai de typologie. Czarnowski démontre surtout que la confrérie des filid, devins et savants itinérants, « créateurs et […] gardiens de la tradition mythique et épique36 » liés à l’aristocratie avait embrassé le christianisme et diffusé la légende de Patrick pour supplanter les druides37. Une lettre du 1er octobre 1905 montre que ce sujet fut discuté avec Hubert :

  • 38 Id., 2015 : 222.

Je vous suis surtout reconnaissant pour vos remarques au sujet des filé, dont on ne pourrait exagérer le rôle dans l’Irlande de Patrick, et qui sont toutefois si mal connus. Je crois pouvoir toutefois prouver avec certitude leur rôle actif dans la propagation du christianisme. Ceci est démontré pour les temps postérieurs à Patrick, et je possède assez de textes pour conclure à une alliance entre eux et le héros religieux irlandais38.

  • 39 Id., 1919 : I.
  • 40 Ibid. : III.

20Les travaux de Czarnowski n’en prêtaient pas moins le flanc aux critiques des sociologues les plus orthodoxes. Hubert en était si conscient qu’il ouvrit sa préface en ces termes : « On se demandera comment une étude aux données étroitement circonscrites, comme celle-ci […] peut avoir une portée sociologique et si l’on peut passer d’un bond de saint Patrick, héros national de l’Irlande, aux conditions sociales du culte des héros39. » Il consacre ensuite près de cent pages à montrer combien Czarnowski se fondait sur la méthode comparative, « méthode habituelle de la sociologie, méthode de recherche et de démonstration40 ».

  • 41 Schwartz, 1996.
  • 42 Strenski, 1987 : 361, 362.
  • 43 Strenski, 1987 : 353.

21Cette apologétique peut surprendre le lecteur contemporain, qui attendrait une préface louant l’innovante déconstruction d’une mémoire qui vaut au Saint Patrick d’être encore cité41. Hubert était d’autant plus conscient du rôle que peut jouer le mythe dans la construction nationale qu’il construisait les Celtes en ancêtres mythiques de la France républicaine42. S’il préfère toutefois louer Czarnowski pour son apport à la sociologie globale du héros — 20 des 22 occurrences des mots « nation » et « national » sont concentrées entre les pages XIII et XXXVI de la préface — c’est aussi probablement en raison de l’apolitisme affiché par les durkheimiens. Ils percevaient la démarche scientifique comme coupée des querelles du monde, même si la pratique démentait parfois cette profession de foi43.

  • 44 Markiewicz-Lagneau, 1982 : 194-195.
  • 45 Krzywicki, 1938 : VI.

22Les commentateurs polonais, quant à eux, insistèrent sur cette analogie entre les indépendantismes polonais et irlandais44, si populaire que l’administration tsariste censurait ces deux sujets avec la même sévérité45. Czarnowski n’était sans doute pas insensible à l’analogie entre les filid et l’intelligentsia polonaise, dont le rôle moteur dans la construction nationale s’appuyait sur des références au catholicisme. On peut donc voir dans le Saint Patrick le fruit de la rencontre : d’un engouement pour les sciences religieuses et les études celtiques ; des tentatives de l’école durkheimienne pour établir les catégories de l’analyse sociologique ; de la sensibilité politique propre à un chercheur polonais.

  • 46 Czarnowski, 1925a.
  • 47 Id., 1925b.
  • 48 Id., 1930.

23Dans la Pologne des années 1920, les problématiques développées par Czarnowski restaient marquées par ses études parisiennes. Son intérêt pour la culture celtique s’exprima dans les articles « L’Hercule gaulois »46 et « L’arbre d’Esus »47, au sujet desquels il consulta Hubert. En 1930, il publia en polonais un manuel de littérature celtique48. Sa correspondance comprend aussi plusieurs réflexions sur le héros. Il se lança aussi dans l’étude de la notion d’étendue :

  • 49 Lettre du 24 avril 1922 ; Czarnowski, 2015 : 249.

Je crois entrevoir […] que la notion de l’étendue s’est formée dans la conscience humaine suivant une voie analogue à celle de la notion de temps. Elle est une représentation collective, et elle l’a été avant que de devenir une notion philosophique. […] Je voudrais arriver à serrer cette question de plus près en tâchant de dégager la représentation « étendue » dans les faits de la religion et de la magie, où elle me paraît revêtir un aspect bien plus concret que partout ailleurs. […]. Le peu de recherches que j’ai eu le temps et la possibilité de faire jusqu’ici, m’induisent à croire que […] l’étendue comme telle est douée de mana qui se manifeste au commencement et à la fin des mesures de l’étendue49.

  • 50 Allen, 2000 : 94.
  • 51 Czarnowski, 1923, id., 1940.
  • 52 Id., 1935.

24Les durkheimiens comptèrent même sur Czarnowski pour compléter le panorama des catégories fondamentales de la vie sociale50. Ils durent se contenter de deux articles, dont un posthume51, et d’un séminaire à l’EPHE. Dans les années 1930, Czarnowski analysa surtout la culture, sous un angle à la fois durkheimien et marxiste, sans perdre de vue la société polonaise contemporaine, comme en témoigne son célèbre essai sur les risques d’instrumentalisation par l’extrême-droite de la jeunesse radicalisée par le chômage52. Son rôle de passeur des innovations françaises dans la culture polonaise passa en quelque sorte au second plan. Hubert et lui étaient pourtant parvenus à surmonter l’asymétrie de leurs positions pour mettre en place un échange scientifique dont les modalités allaient bien au-delà d’une simple circulation des idées.

« Vous me proposez en outre d’organiser un échange d’objets archéologiques de Pologne contre des livres »

  • 53 Willaume, 1989 : 191.

25En pleine reconstruction, l’Europe du Centre-Est était un enjeu géopolitique de taille. La stratégie française donnait la priorité aux politiques militaires et économiques, mais elle comprenait aussi un volet de diplomatie culturelle. Dans le cas polonais, cette dernière était du ressort d’institutions diverses : ministère des Affaires étrangères, mission française en Pologne, commission mixte franco-polonaise, Institut d’études slaves ou bibliothèque polonaise à Paris53.

  • 54 Gòrny, 2014.
  • 55 Hubert, 1952, Strenski, 1987 : 358, 363-364.

26Les idées françaises entraient toutefois en concurrence avec les influences allemandes. Czarnowski était un adversaire résolu des thèses de l’école archéologique de Gustaf Kossinna, très populaires dans les universités polonaises54. Il se savait à l’unisson d’Hubert, dont les critiques des racismes à prétentions scientifiques avaient été adoptées par les durkheimiens55. On ne s’étonnera donc pas de voir Czarnowski annoncer en ces termes à Mauss sa collaboration à la nouvelle série de la Revue sociologique :

  • 56 Lettre du 14 octobre 1924 ; Czarnowski, 2015 : 303.

Il est vraiment grand temps de recommencer à se serrer les coudes et à faire voir que les idées semées jadis par Durkheim sont toujours de notre temps. Je suis d’autant plus convaincu de l’utilité de la chose que je suis à même de constater les ravages de l’école ethnologique allemande, dite « historique », depuis que ses méthodes ne sont plus corrigées par les nôtres. On recommence ici surtout à voir dans chaque fait social la manifestation de la race somatique « porteuse » d’une civilisation particulière56.

  • 57 Lettre du 13 avril 1921 ; Czarnowski, 2015 : 243.
  • 58 Lettre du 19 décembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 290.

27Ce sentiment de solitude allait bien au-delà de cette querelle d’écoles. Czarnowski souffrait d’être tenu à l’écart des innovations scientifiques : « Ne pourriez-vous pas me faire savoir, mon cher Maître, quel accueil a reçu mon livre parmi les spécialistes ? Il ne nous arrive jamais de voir ici une revue scientifique quelconque. Il n’y a surtout personne qui s’occupe de choses celtiques et je suis le seul homme en Pologne à posséder la collection complète de la Revue celtique jusqu’à l’année 191357. » Il se sentait de surcroît incompris : « Je travaille dans un isolement total et les seules critiques que je rencontre ne concernent que la méthode de présentation de mes conclusions, jamais le fond de mes arguments58. »

  • 59 Raj, 2016.
  • 60 Lettre du 3 avril 1925 ; Czarnowski, 2015 : 316.

28Kapil Raj a noté que les chercheurs transnationaux se heurtaient souvent à la suspicion, voire l’hostilité de leurs confrères59. Czarnowski n’échappait pas à la règle. Il décrivit en ces termes les chicanes auxquelles se heurtait sa candidature à l’université de Varsovie : « Bien entendu, on a lancé que je suis franc-maçon, vendu aux juifs, que m’admettre à enseigner dans l’université de l’État serait faire place libre à l’internationalisme, à la libre pensée militante, à toute sorte d’influences pernicieuses dont le foyer est dans le groupe de L’Année sociologique60. »

  • 61 Lettre du 13 avril 1921 ; ibid. : 243.
  • 62 Lettre du 18 novembre 1923 ; ibid. : 280.
  • 63 Lettre du 10 octobre 1922 ; ibid. : 231.
  • 64 Lettre du 10 février 1923 ; ibid. : 253.
  • 65 Lettre du 18 mai 1923 ; ibid. : 271.

29La situation précaire des universitaires polonais aggravait la donne. La Pologne était un État jeune, en proie à des difficultés financières chroniques (en 1919, les rentrées budgétaires couvrirent à peine le cinquième des dépenses !) qui débouchèrent sur une spectaculaire hyperinflation de juin 1923 à février 1924. Même en cas de stabilisation professionnelle rapide, Czarnowski aurait dû se contenter d’un train de vie modeste, dans un pays où l’enseignement était perçu comme une vocation, et à ce titre modestement rémunéré. Non seulement « le cours du mark polonais interdi[sait] à qui que ce soit de s’abonner61 » à une revue étrangère, mais « l’achat des devises et des monnaies étrangères n’étant autorisé qu’aux négociants sur présentation d’une facture, ainsi qu’à ceux qui ont un passeport pour l’étranger62 », Czarnowski sollicita donc régulièrement Hubert : achat de six exemplaires du Saint Patrick, gestion de ses acomptes avec Alcan, avance pour regagner la Pologne, références introuvables en Pologne63, envoi de photographies d’antiquités64, invitation à un congrès international65

30Czarnowski n’en savait pas moins mobiliser ses contacts professionnels et institutionnels pour activer ses réseaux français. Les délais postaux laissant parfois à désirer, il donnait dès que possible des plis à remettre en main propre à ses collègues polonais en partance pour Paris, en l’occurrence Jan Krassowski et le médiéviste Marceli Handelsman. Les conseils d’Hubert pouvaient, en retour, leur faire gagner un temps précieux. Czarnowski demanda aussi aux officiers de la mission militaire française en Pologne, enseignants comme lui à la Haute École de guerre, de prendre des lettres avec eux.

31Les demandes d’Hubert étaient d’une autre nature. La plus étonnante concerna le jeune Tadeusz Manteuffel recommandé par Handelsman dans le cadre d’un poste d’attaché au musée de Saint-Germain, mais dont la candidature élevait des doutes à Paris. Czarnowski lui dressa un certificat de polonité de plusieurs pages :

  • 66 Lettre du 19 décembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 294. On sait que Manteuffel reçut ce poste d’attac (...)

Il ne s’agit donc pas d’un juif ni d’un garçon d’origine juive, mais d’un Polonais de vieille roche, apparenté à l’aristocratie locale du Nord-Est, qui descend — on ne peut pas remonter plus haut — des chevaliers porte-glaive. […] Je ne sais rien d’ailleurs sur sa valeur scientifique. Tout ce que j’en puis dire est qu’il me fait l’effet d’un esprit éveillé. Je préviendrai donc Handelsman que le nom à désinence allemande de son candidat risque de choquer en France et qu’il peut y éveiller des suspicions, mais je ne puis pas lui faire comprendre qu’il ne doit pas vous recommander un juif, puisque Manteuffel n’en est pas un66.

32En règle générale, Hubert était demandeur d’informations relatives à l’archéologie slave ou l’ethnologie locales. Czarnowski n’en était pas un spécialiste, mais il mettait volontiers ses compétences et ses contacts au service de son mentor.

33L’asymétrie de leur relation ne résultait donc pas de la perpétuation des rôles de maître et d’élève, mais de la situation géographique de Czarnowski. La forte identification à l’école durkheimienne, les liens émotionnels forts tissés au fil des ans et la confiance mutuelle permettait toutefois aux deux amis de ne pas s’en tenir aux inégalités formelles et informelles, voire aux situations de dépendance. Bien au contraire, ils parvenaient souvent à contourner les barrières institutionnelles pour réaliser leurs fins, et créer de la sorte leurs propres échanges internationaux.

  • 67 Lettres du 11 janvier 1912 et 4 mai 1913 ; Czarnowski, 2015 : 230, 235-236.

34Dès l’avant-guerre, Hubert avait tenté d’enrichir les collections du musée des Antiquités nationales du produit des fouilles polonaises. Czarnowski avait alors servi d’intermédiaire, à Cracovie auprès de l’académie des Facultés polonaises, et à Varsovie auprès d’Érasme Majewski. Dans ce dernier cas, il s’agissait d’un moule du modèle réduit néolithique en terre cuite découvert à Popudnia, dans l’Ukraine actuelle67. Comme Czarnowski souffrait après-guerre d’être coupé de la littérature scientifique internationale, Hubert proposa d’échanger des pièces archéologiques polonaises contre des livres français. Czarnowski, qui avait la haute main sur le choix des titres à expédier, réagit avec enthousiasme. Il exprima sa gratitude et évaluant ce que l’archéologie polonaise pouvait apporter au musée, dans lequel il se souvenait avoir été stagiaire :

  • 68 Lettre du 22 mars 1923 ; ibid. : 257-259.

À mon avis, les objets que la Pologne devrait vous y envoyer ne doivent pas être des objets pris dans le tas, mais des pièces qui compléteraient utilement ce qu’il y a à Saint-Germain. Il s’agirait donc — je crois — en premier lieu de types qui rentrent dans les séries qu’on trouve en France et dans les pays de l’Europe centrale, nordique et méridionale, et qui sont particuliers à notre sol. Ce seraient ainsi des types qui représentent des chaînons qui manquent, ou des types qui représentent des suites et des embranchements d’évolutions connues par ailleurs. D’autre part il s’agirait de types illustrant des civilisations particulières — comme les poteries peintes de Bilcze Złote en Galicie Orientale — et des croisements de courants qui ont leur foyer hors de la Pologne. […] Ce que je vous cite ici n’est écrit qu’à titre d’exemple. Je n’ai pas la compétence nécessaire pour élaborer un programme détaillé. Les archéologues le feront eux-mêmes et c’est eux qui devront choisir les objets à envoyer tels quels, à mouler ou à copier. Mais je veux les forcer à faire un bon choix et je vous serai obligé de vouloir me faire savoir si vous partagez mes points de vue qui, à mon avis, doivent guider ce choix68.

  • 69 Sułek, 2007 : 81-83 ; id., 2008 : 103-105.

35Fait significatif, un autre disciple d’Hubert, Jean Marx, servit d’intermédiaire. Il était employé au Service des œuvres françaises à l’étranger, dédié à la propagation de la culture. Nous ne disposons pas d’informations précises sur le volume de ces échanges. On sait néanmoins que, dans les années 1930, les étudiants louaient la chaire de Czarnowski pour la qualité de la bibliothèque. Le rapport de liquidation dressé début 1942 pour le compte de la direction allemande de la bibliothèque de l’université de Varsovie compte 4 000 volumes. La chaire de sociologie concurrente animée par Jan Bystroń n’en possédait que 30069.

Un passeur du durkheimisme

36Les relations entre Hubert et Czarnowski constituent donc un cas intéressant de reconstruction d’une relation scientifique internationale bouleversée par la Première Guerre mondiale. Leur intensité, jusqu’à la mort d’Hubert, ne souffrit guère de leur caractère asymétrique. Czarnowski préférait le rôle de passeur du durkheimisme en Pologne à une carrière plus brillante en France. Cette posture caractérisait l’ethos d’une bonne part de l’intelligentsia polonaise. Nombreux furent ceux qui, abandonnant une situation chèrement acquise à l’étranger, regagnèrent alors la Pologne qui avait peu à leur offrir. Quelle fut donc la portée des efforts de Czarnowski pour introduire la culture française en Pologne ?

  • 70 Durkheim, 1968 ; Halbwachs, 1969.
  • 71 Hubert et Mauss, 2005.
  • 72 Maunier, 1932.
  • 73 Sułek, 2007 ; id., 2008.

37La réception du durkheimisme y fut sans aucun doute sélective. Les premières traductions70 virent le jour dans les années 1960, notamment sous l’impulsion de Nina Assorodobraj et de ses étudiants. Le seul ouvrage d’Hubert à avoir bénéficié de ce traitement reste à ce jour celui qu’il consacra au sacrifice avec Mauss71. En novembre 1923, Czarnowski avait pourtant proposé à Hubert de traduire Les Celtes. Dix années passèrent avant sa sortie en France, et Czarnowski ne mena pas son projet à terme. En revanche, il fit paraître une version polonaise de l’introduction à la sociologie de René Maunier, qu’il préfaça72. Cela montre que les manuels étaient perçus alors comme prioritaires. Pour connaître les essais les plus emblématiques, il fallait maîtriser les langues étrangères ou se les faire résumer par un universitaire. C’est à ses étudiants que Czarnowski transmit l’essentiel de sa connaissance des publications françaises73.

  • 74 Collins, 2005 ; Heilbron, 1985 ; Markiewicz-Lagneau, 1982 ; Szacki, 1995.

38L’efficacité d’un cultural broker ne se mesure pas qu’à ses traductions. Czarnowski se sentait durkheimien, mais nous avons vu qu’il bâtit dans les années 1930 son propre programme de recherche, axé sur la culture. Dans la mesure où il introduisit des catégories marxistes, on ne saurait le réduire à un simple épigone du durkheimisme. Comme d’autres universitaires de sa génération, il sut en métamorphoser les acquis, à un moment où son programme initial donnait des signes d’essoufflement74.

39Le souvenir de Czarnowski contribua en définitive à donner une place au durkheimisme en Pologne. Ce travail de mémoire mit Hubert à l’écart. Cela tient à la mort prématurée des deux sociologues mais aussi, plus largement, au déclin des études celtiques, au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et aux transformations du champ universitaire dans la Pologne communiste.

Notes

1 Czarnowski, 1956.

2 La direction du Parti qualifiait de révisionnistes le groupe d’intellectuels marxistes de l’université de Varsovie animé par le philosophe Leszek Kołakowski, groupe qui cherchait à régénérer le communisme grâce à l’extension des libertés politiques et économiques et à l’autogestion des entreprises par les conseils ouvriers. (Zblewski, 2000 : 138-139.)

3 Voir Kaczocha, 2001 : 93-108 ; Markiewicz-Lagneau, 1982 : 186-241.

4 Cette préface d’Hubert était d’ailleurs parue seule lors des premiers mois de la Première Guerre mondiale, à un moment où l’on ne savait pas ce qu’il était advenu de Czarnowski (Hubert, 1914-1915).

5 Czarnowski, 1919.

6 Ossowski, 1956 : 5.

7 Hubert, 1915b.

8 Assorodobraj, 1956 : 139.

9 Tarkowska, 1987.

10 Banaszczyk, 1989.

11 Kończal, Wawrzyniak, 2015.

12 Lettre du 5 septembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 271.

13 Kończal, Wawrzyniak, 2015 : 188-189.

14 Mucchielli, 1998 : 527-528.

15 Raj, 2016.

16 Id., 2007.

17 Collins, 2002.

18 Cywński, 2010.

19 Le fait que l’enseignement supérieur était exclusivement dispensé en russe donne une idée des perspectives de carrière universitaire d’un indépendantiste polonais sujet du tsar.

20 Lettre du 13 juin 1925 ; Czarnowski, 2015 : 319.

21 À l’université, les milieux antisémites entendaient confiner les étudiants juifs dans des « bancs-ghetto », limiter leur nombre, voire leur interdire les études supérieures. Le recteur de l’université de Varsovie introduisit un semblable numerus clausus en octobre 1937.

22 Czarnowski, 1939.

23 Bardach, 1932.

24 Assorodobraj, 1935.

25 Pleskot, 2010.

26 Czarnowski, 2015 : 407-430.

27 Lettre du 19 décembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 295.

28 Hubert, 1910 : 100 ; Czarnowski, 2015 : 254.

29 Czarnowski, 1919 : 16-18.

30 Ibid. : 259, 331-333.

31 Ibid. : 3-28.

32 Ibid. : 66.

33 Hubert, 1905 : 47-48.

34 Czarnowski, 1919 : 110-153.

35 Ibid. : 270.

36 Ibid. : 282.

37 Ibid. : 273-313.

38 Id., 2015 : 222.

39 Id., 1919 : I.

40 Ibid. : III.

41 Schwartz, 1996.

42 Strenski, 1987 : 361, 362.

43 Strenski, 1987 : 353.

44 Markiewicz-Lagneau, 1982 : 194-195.

45 Krzywicki, 1938 : VI.

46 Czarnowski, 1925a.

47 Id., 1925b.

48 Id., 1930.

49 Lettre du 24 avril 1922 ; Czarnowski, 2015 : 249.

50 Allen, 2000 : 94.

51 Czarnowski, 1923, id., 1940.

52 Id., 1935.

53 Willaume, 1989 : 191.

54 Gòrny, 2014.

55 Hubert, 1952, Strenski, 1987 : 358, 363-364.

56 Lettre du 14 octobre 1924 ; Czarnowski, 2015 : 303.

57 Lettre du 13 avril 1921 ; Czarnowski, 2015 : 243.

58 Lettre du 19 décembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 290.

59 Raj, 2016.

60 Lettre du 3 avril 1925 ; Czarnowski, 2015 : 316.

61 Lettre du 13 avril 1921 ; ibid. : 243.

62 Lettre du 18 novembre 1923 ; ibid. : 280.

63 Lettre du 10 octobre 1922 ; ibid. : 231.

64 Lettre du 10 février 1923 ; ibid. : 253.

65 Lettre du 18 mai 1923 ; ibid. : 271.

66 Lettre du 19 décembre 1923 ; Czarnowski, 2015 : 294. On sait que Manteuffel reçut ce poste d’attaché (Willaume, 1989 : 57-58).

67 Lettres du 11 janvier 1912 et 4 mai 1913 ; Czarnowski, 2015 : 230, 235-236.

68 Lettre du 22 mars 1923 ; ibid. : 257-259.

69 Sułek, 2007 : 81-83 ; id., 2008 : 103-105.

70 Durkheim, 1968 ; Halbwachs, 1969.

71 Hubert et Mauss, 2005.

72 Maunier, 1932.

73 Sułek, 2007 ; id., 2008.

74 Collins, 2005 ; Heilbron, 1985 ; Markiewicz-Lagneau, 1982 ; Szacki, 1995.

Auteurs

Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, est maître de conférences à l’Institut des sciences politiques et des relations internationales de l’université Jagellonne de Cracovie (Pologne). Ses recherches portent sur la mémoire collective, l’histoire du catholicisme et les usages de l’informatique en histoire. Il s’intéresse aussi à la diffusion des savoirs (conception et rédaction du site internet « Histoire et Mémoire en Pologne »). Il a traduit du polonais vers le français l’apparat critique de l’édition bilingue des lettres de Stefan Czarnowski à Henri Hubert et Marcel Mauss.

Maître de conférences à l’Institut de sociologie de l’université de Varsovie (Pologne). Elle est l’une des initiatrices du projet « Genealogies of Memory in Central and Eastern Europe ». Ses publications portent sur la formation de l’identité et de la mémoire collective, l’histoire de l’opposition politique en Pologne et la muséalisation (entre autres Memory and Change in Europe : Eastern Perspectives, coédité avec Małgorzata Pakier, Berghahn Books 2016). Elle a aussi à son actif une série d’articles sur l’histoire des sciences humaines et sociales polonaises au xxe siècle. Elle a publié avec Kornelia Kończal une édition bilingue des lettres de Stefan Czarnowski à Henri Hubert et à Marcel Mauss, parue à Varsovie en 2015.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540