Version classiqueVersion mobile

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

8. Françoise Henry (1902-1982)

Une héritière sans trône ni royaume

Laurent Olivier

Texte intégral

  • 1 Henry, 1933a.
  • 2 Id., 1933b.

1Henri Hubert a eu beaucoup d’auditeurs à l’École du Louvre, mais n’a guère formé d’élèves en France : il en est une toutefois qu’il a fait entrer à Saint-Germain et qui s’est très vite distinguée comme son héritière potentielle. Il s’agit de Françoise Henry (1902-1982), qui était promise à occuper à sa suite une place importante dans la recherche française, en particulier dans le domaine de l’art celtique. À trente ans à peine, elle avait déjà publié deux thèses remarquées, l’une en histoire de l’art1 et l’autre en archéologie protohistorique2. Courageuse, travailleuse et brillante, Françoise Henry était pressentie pour occuper le poste de conservateur-adjoint du musée des Antiquités nationales à la suite d’Hubert ; ce qui la destinait à prendre un jour la direction du musée de Saint-Germain.

2Mais Françoise n’avait qu’un seul amour, dont elle a toujours refusé de s’éloigner : l’art de l’Irlande ancienne, dont elle avait eu la révélation alors qu’elle était encore étudiante. C’est pour pouvoir se consacrer, sur place, à cet « art irlandais » qu’elle avait accepté un poste de lectrice de français à l’université de Dublin. Et c’est pour pouvoir continuer à travailler et à fouiller en Irlande qu’elle n’a jamais voulu abandonner ce travail mal payé et ne correspondant pas à ses compétences scientifiques. Ce choix, qu’elle a toujours assumé, lui a fermé la voie à une carrière scientifique en France, qui était pourtant toute tracée.

  • 3 Wright, 2012.
  • 4 Marquart, 2012a.
  • 5 Il est d’ailleurs significatif que les articles scientifiques consacrés à la biographie de Françoi (...)
  • 6 Ce chapitre reprend et complète un article publié dans la revue du musée d’Archéologie nationale : (...)

3Françoise Henry a été oubliée. Deux ouvrages en langue anglaise lui ont été consacrés, qui révèlent ses préoccupations et ses réflexions lors de ses fouilles dans les îles d’Inishkea, au large des côtes occidentales de l’Irlande, travaux qu’elle a dû mener seule, dans des conditions matérielles absolument minimales. Le premier livre, édité par Barbara Wright, professeur de littérature française à l’université de Dublin, est la publication de ses carnets de terrain : il s’y découvre un véritable talent de chroniqueur et d’écrivain3. Le second ouvrage, publié par Janet Marquardt, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Eastern Illinois University, aux États-Unis, a mis à la disposition du lectorat anglo-saxon la traduction anglaise de ces carnets4. Ce sont les chercheurs irlandais — tels en particulier Peter Harbison, ou Hilary Richardson — ou d’une manière générale les représentants de la recherche anglo-américaine qui ont reconnu l’importance fondatrice de la contribution de Françoise Henry à la connaissance de l’art de l’Irlande ancienne, et ce sont les chercheurs anglophones qui continuent à lui rendre hommage5. Dans le milieu de la recherche française, le travail de Françoise Henry est resté pour l’essentiel méconnu, concernant notamment son activité au musée des Antiquités nationales jusqu’à la période de la guerre. Nous nous attacherons ici à réunir les éléments qui permettent de reconstituer son parcours scientifique en France et de restituer la dimension de sa personnalité de chercheuse6.

La formation intellectuelle de Françoise Henry

  • 7 Le grand-père maternel de Françoise Henry, Charles Clément, avait fréquenté le peintre vaudois Cha (...)
  • 8 C’est Françoise Henry qui rédigera, avec sa cousine Geneviève Marsh-Micheli, la notice nécrologiqu (...)
  • 9 Focillon, 1943 : 25.

4Françoise Henry est née à Paris dans une famille de la bourgeoisie, sensible aux choses de l’art du côté de sa mère. Elle est l’enfant unique d’un couple désaccordé qui finira par se séparer dans les années 1920. Françoise grandit dans la proximité de sa famille maternelle, plutôt que de celle de son père, René Henry. Son grand-père maternel, Charles Clément (1821-1887), avait été un spécialiste de l’œuvre du peintre Géricault. Françoise Henry a dit que c’était la vision des tableaux du peintre suisse Charles Gleyre (1806-1874), dans l’appartement de sa grand-mère maternelle à Paris, qui l’avait, très jeune, sensibilisée à l’art7. Durant la période de la Première Guerre mondiale, la jeune Françoise fréquente le lycée Molière, dans le XVIe arrondissement de Paris. Après son baccalauréat, elle entre à la Sorbonne pour y étudier l’histoire de l’art. Elle y a pour professeurs les historiens de l’art Émile Mâle (1862-1954) et son successeur Henri Focillon (1881-1943)8. Spécialiste de l’art médiéval, Focillon cherche alors à isoler, dans ce qu’il appelle « la vie des formes », « les règles qui leurs sont propres » et qui, par un mouvement de type dialectique, produisent des successions d’états ou d’âges stylistiques : l’âge « expérimental » des débuts, puis l’âge « classique », enfin « l’âge du raffinement » ou âge « baroque » des périodes finales de transition. Dans une démarche préfigurant celle de l’anthropologie de l’art, Focillon s’oriente ainsi, selon ses termes, vers une « ethnographie spirituelle » : « Peut-être chaque style et chaque état d’un style, écrit-il dans sa Vie des formes parue en 1934, peut-être chaque technique requièrent-ils de préférence telle nature d’homme, telle famille spirituelle9. »

5Durant ces années de formation universitaire qui la mèneront à être diplômée de l’École pratique des hautes études (EPHE), Françoise Henry est inscrite également à l’École du Louvre. Elle en obtient le diplôme en 1927. À l’École du Louvre, Françoise Henry découvre surtout l’archéologie celtique, enseignée par Henri Hubert. Comme on l’a vu, le projet d’Hubert est d’ouvrir l’archéologie protohistorique à une véritable « ethnographie préhistorique de l’Europe », qui constitue le cœur du programme scientifique qu’il a fixé à sa carrière. Les îles britanniques occupent une position clé dans ce dispositif intellectuel, dans la mesure où elles ont conservé, encore au Moyen Âge, des traits culturels de type « celtique », qui s’expriment notamment dans la littérature et les arts plastiques, et en particulier en Irlande. Ce ne sont pas à proprement parler les survivances des faits culturels d’une civilisation ancienne disparue sur le continent qu’Hubert va chercher dans ces témoignages d’époque historique des îles britanniques : c’est plus exactement l’écho, pourrait-on dire, qu’aurait produit durant plusieurs siècles encore la mémoire d’une structure sociale préromaine, effacée par la romanisation en Europe continentale.

6Focillon et Hubert, tous deux tournés vers une ethnographie des créations matérielles des sociétés du passé, jouent donc un rôle complémentaire dans la formation intellectuelle de Françoise Henry. En 1926, Françoise découvre l’Irlande à l’occasion d’un voyage à vélo avec une amie dans le Tipperary, en Irlande du Sud. Elle admire les hautes croix sculptées en grès datant des viiie-ixe siècles qui se dressent, couvertes de motifs d’entrelacs et de scènes historiées, dans le petit cimetière de l’église d’Ahenny, près de Kilkenny. Contrairement à la France, où l’art des périodes mérovingienne et carolingienne ne subsiste qu’à l’état de restes souvent isolés et démembrés, l’Irlande possède encore des ensembles complets témoignant de la sculpture monumentale de la période chrétienne primitive. À son retour en France, Françoise parle, enthousiasmée, de sa découverte à Focillon. Celui-ci lui propose d’en faire le sujet de sa thèse, qui portera, sous sa direction, sur la sculpture de l’art irlandais ancien, de l’Antiquité à la fin du haut Moyen Âge.

  • 10 Henry, 1928.
  • 11 Id., 1930b.

7Parallèlement à la préparation de sa thèse, Françoise Henry publie ses premiers articles scientifiques. Son premier papier, paru en 1928 dans la revue des étudiants du groupe « histoire de l’art » de la Sorbonne, est consacré à l’architecture de la chapelle dite du roi Cormac, sur le rocher de Cashel, dans le Tipperary, où se discernent des influences stylistiques continentales, manifestement germaniques10. Deux autres articles sur l’art irlandais suivent en 1930, et sont publiés dans la prestigieuse Revue archéologique éditée par Salomon Reinach. Le premier est un commentaire critique du travail qu’Arthur Kingsley-Porter venait de publier l’année précédente sur la sculpture anglo-irlandaise de la période carolingienne, travail dans lequel il avait tenté d’identifier les origines culturelles de l’iconographie des croix insulaires. Françoise y conduit une démonstration magistrale, fondée sur ses propres observations de terrain ; elle isole les principaux groupes stylistiques de la sculpture médiévale irlandaise, et en définit la chronologie (Henry, 1930a : 94). Dans son second article de 1930, Françoise Henry présente une inscription gravée qu’elle a découverte sur la croix de Beolin. Elle la date, par ses caractères épigraphiques, de la transition du viiie au ixe siècle et l’attribue à l’abbé de Clonmacnoise, Thuatgall. Cette dédicace fournit un repère chronologique précieux, ce monument sculpté constituant un jalon important dans l’évolution de la sculpture irlandaise11.

  • 12 Id., 1933a.
  • 13 Id., 1933b.

8En décembre 1932, Françoise soutient sa thèse de doctorat à la Sorbonne. Elle en tirera un ouvrage, intitulé La sculpture irlandaise pendant les douze premiers siècles de notre ère, publié en 193312. Dans le même temps, elle travaille à la publication de sa thèse complémentaire, réalisée sous la direction d’Henri Hubert à l’École du Louvre. Celle-ci a pour objet « Les tumulus du département de la Côte d’Or », et sera publiée la même année que sa thèse d’histoire de l’art13.

Françoise Henry archéologue

  • 14 Les chargés de mission des musées nationaux sont nommés pour un an renouvelable parmi les élèves e (...)

9Les premiers témoignages de l’activité de Françoise Henry au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye remontent au mois de décembre 1925. Encore étudiante, Françoise a été recrutée comme « attachée libre travaillant d’après les instructions de H. Hubert » depuis 192414. À partir de la fin de l’année 1925, elle prépare la prise en inventaire de l’importante collection de protohistoire bretonne constituée par l’archéologue Paul du Châtellier (1833-1911), acquise par le MAN en 1924. Hubert a manifestement recruté Françoise Henry comme collaboratrice bénévole du musée à l’École du Louvre, où il l’aura remarquée. Âgée seulement de vingt-trois ans, elle a désormais la responsabilité de mettre en fiche chaque pièce ou ensemble de pièces de ces vastes séries de mobilier essentiellement protohistorique, avant que celles-ci ne soient inscrites au registre d’inventaire du musée.

  • 15 Elle dédiera la publication de ce travail « à la mémoire de (s)on maître, Henri Hubert » (Henry, 1 (...)
  • 16 Bertrand, 1873.

10Au musée, Françoise travaille également, pour sa thèse complémentaire, sur les importantes séries protohistoriques issues des fouilles de la fin du xixe siècle dans les tertres funéraires de la Côte d’Or15. Après Claude Rossignol (1805-1886), ancien archiviste départemental et premier conservateur du MAN, Félicien de Saulcy (1807-1880), président de la Commission de la topographie des Gaules, avait entrepris une première série de fouilles au début des années 1860 dans les tumulus dits des Chaumes d’Auvenay, sur les territoires des communes d’Ivry-en-Montagne et de Meloisey (Côte-d’Or). Par la suite, Abel Maître (1826-1899), alors responsable des ateliers de restauration du MAN, avait réalisé au début des années 1870 d’importantes fouilles pour le musée dans les groupes de tertres funéraires de Magny-Lambert (Côte d’Or). Ces recherches de terrain avaient révélé en particulier la riche sépulture de guerrier à épée du viie siècle av. J.-C. enterrée sous le tumulus monumental dit du Cap à Monceau-Laurent, dans laquelle avait été placé un service à boisson en bronze qui comportait une grande ciste à cordons importée d’Italie du Nord16. Au musée de Saint-Germain avait été déposé par ailleurs l’extraordinaire ensemble de parures en or découvert en 1863 dans le grand tumulus à tombe à char de la Butte à Sainte-Colombe-sur-Seine, à l’occasion de fouilles ordonnées par Stoffel. Au total, ces collections formaient une base documentaire de premier plan — et encore inégalée alors —pour l’étude des périodes de la fin du bronze final au courant du second âge du fer dans le Nord-Est de la France. Mais la documentation était dispersée dans la littérature scientifique, et les collections éclatées entre le MAN et les musées de Bourgogne, qui avaient recueilli certaines des collections privées constituées lors de ces fouilles antérieures à la Première Guerre mondiale.

  • 17 Millotte, 1963 ; id., 1965.
  • 18 Henry, 1933b : 7.

11Pour sa thèse sur « Les tumulus du département de la Côte-d’Or », Françoise Henry a réalisé un travail exemplaire à bien des égards et surtout encore sans précédent à l’époque. Elle a mené une entreprise pionnière, qui ne commencera à trouver des équivalents qu’au moment du renouveau de l’archéologie protohistorique française de la fin du xxe siècle, lorsque se constitueront les premières synthèses archéologiques régionales, dans le prolongement des travaux de Jacques-Pierre Millotte sur la Franche-Comté et la Lorraine17. Françoise a non seulement classé et identifié le mobilier des collections du MAN, mais elle a également étudié le matériel conservé dans les différents musées locaux (Dijon, Châtillon-sur-Seine, Beaune, Semur). Elle a dépouillé l’ensemble de la bibliographie régionale — dont de nombreuses sources étaient encore inédites — et rédigé les notices de chaque trouvaille, restituant les assemblages funéraires découverts. Elle a reconstitué l’histoire des recherches depuis les premiers travaux des années 1850 ; surtout, elle s’est rendue sur le terrain : elle a relevé les plans schématiques des groupes de tumulus ouverts au xixe siècle, comme sur le plateau des Chaumes d’Auvenay. Elle y a réalisé elle-même des fouilles de contrôle, afin d’observer les structures funéraires rencontrées lors des fouilles anciennes. Le résultat est une « étude méthodique fondée sur (l)’inventaire [des contextes archéologiques] qui examine le groupement des tombes, leurs dates, les analogies et les différences qu’elles ont avec les tombes des régions voisines et avec celles du reste de l’Europe18 ».

  • 19 Cecil (née Mowbray) et Françoise s’étaient connues étudiantes à la Sorbonne, où elles avaient suiv (...)
  • 20 Curle et Kane, 1982 : 143.

12Françoise est à la fois une intellectuelle et une femme de terrain, une fouilleuse. « Françoise était, et est restée toute sa vie, essentiellement une femme de la campagne aussi bien qu’une chercheuse », a dit d’elle son amie écossaise Cecil Curle, qui l’a fréquentée pendant plus de cinquante ans19. « Elle avait une connaissance pratique du fonctionnement du travail à la ferme et dans les champs, et possédait un talent particulier pour le jardinage et la cuisine, comme une vraie campagnarde qu’elle était », ajoutait-elle. Françoise Henry aime plus que tout la recherche de terrain : « Elle n’était jamais aussi heureuse que lorsqu’elle pouvait quitter la ville et partir en fouille, ou bien prendre son vélo pour un tour dans la campagne pour y photographier des croix et des églises », soulignait Cecil Curle20. C’est une recrue précieuse pour Hubert, qui, comme on le sait, n’est guère homme de terrain.

Françoise Henry au musée de Saint-Germain

  • 21 La nomination de Raymond Lantier au MAN est validée par décret du 6 janvier 1926.
  • 22 Registre d’inventaire du MAN, année 1926.

13Françoise Henry arrive à Saint-Germain pendant les dernières années d’Henri Hubert au MAN, dans une atmosphère de fin de règne. Salomon Reinach dirige la maison de chez lui, n’étant présent au musée que de manière ponctuelle. Henri Hubert, qui fait fonction de conservateur-adjoint à ses côtés, est depuis longtemps malade du cœur. Depuis le mois de mai 1925, il n’est plus reparu au musée et a dû partir se reposer à Toulon à la fin novembre 1925. L’absence prolongée d’Hubert pousse à recruter un second conservateur-adjoint, afin d’assurer la poursuite du suivi de l’entrée des collections. C’est Raymond Lantier (1886-1980), alors sous-directeur des Antiquités à Tunis, qui est élu à ce poste par la commission des Musées nationaux réunie au Louvre le 23 novembre 192521. Au début de mars 1926, Hubert va mieux et revient au musée, apparemment « en meilleure santé », alors que Lantier prend son service22 ; mais Hubert doit à nouveau rentrer chez lui, à Chatou, où il meurt finalement le 27 mai 1927.

  • 23 Cette interruption correspondrait-elle à la période du premier voyage de Françoise Henry en Irland (...)

14Durant cette période difficile, Françoise Henry poursuit le travail de préparation de la collection du Châtellier, jusqu’à ce que Raymond Lantier prenne son relais23. Elle continue visiblement ce travail de pré-inventaire des collections l’année suivante, vers la fin de laquelle elle est nommée, le 30 octobre 1927, « attachée temporaire » pour une période d’un an renouvelable. Cette nomination fait désormais de Françoise Henry une collaboratrice scientifique officielle du musée des Antiquités nationales. Le pré-inventaire de la collection du Châtellier l’occupe encore jusqu’en juin 1930. Ensuite, après l’été, elle passe le mois d’octobre 1930 à inventorier avec Lantier le mobilier des fouilles Meunier et Chenet, qui provient de recherches effectuées dans les sépultures d’époque romaine tardive des ateliers céramiques de l’Argonne (Meuse).

15Pendant ce temps, Françoise continue à travailler à sa thèse d’histoire de l’art de la Sorbonne. Alors que son mémoire est en voie d’achèvement, elle obtient en 1932 un poste de lectrice au département de français de l’University College de Dublin, auprès de l’écrivain René Chauviré (1881-1957) qui y enseigne depuis 1918. Françoise avait déjà effectué plusieurs voyages pour étudier les monuments sculptés de l’Irlande ancienne, bénéficiant d’un hébergement à Trinity Hall (université de Dublin). Cette charge de lectrice de français lui fournit un revenu modeste, mais elle lui offre surtout un emploi stable qui lui permet de se consacrer sur place à son sujet d’étude : l’art irlandais. Françoise séjourne désormais plus de la moitié de l’année en Irlande, pendant l’année universitaire, ne revenant en France que pour les fêtes de Noël et les grandes vacances d’été.

  • 24 Registre d’inventaire du MAN, année 1932.
  • 25 Ibid., année 1933.

16À partir de cette date, la situation de Françoise Henry au musée de Saint-Germain devient compliquée. Âgé et malade, Salomon Reinach cesse de venir travailler au musée à partir d’avril 1932, laissant de fait Lantier assurer son intérim à la tête de l’institution. Après l’été, il est clair que Reinach ne reviendra plus au MAN ; aussi, c’est désormais Raymond Lantier qui, à partir du 31 octobre 1932, « commence les inscriptions dans le registre » d’inventaire des collections24. Le décès de Salomon Reinach ayant laissé le musée de Saint-Germain sans directeur depuis novembre 1932, Lantier est nommé à sa succession par décret du 13 mars 1933. Une réunion particulièrement importante a lieu au Louvre quelques mois plus tard, le 31 mai 1933. Y assistent, sous la présidence d’Henri Verne (1880-1949), directeur des Musées nationaux, Étienne Michon (1865-1939), conservateur en chef au Louvre, René Dussaud (1868-1958), conservateur du département des Antiquités orientales du Louvre, et Raymond Lantier, nouveau conservateur du musée de Saint-Germain. L’objectif de cette entrevue est de désigner un conservateur-adjoint, qui assistera Lantier, désormais absorbé par le travail de direction du MAN. Françoise Henry est pressentie pour ce poste, manifestement soutenue par Lantier lui-même. C’est finalement Claude Frédéric-Armand Schaeffer (1898-1982), alors conservateur du musée de Strasbourg, qui est choisi à l’unanimité ; tandis que « Mlle F. Henry est présentée en deuxième ligne25 ». La décision du comité est officialisée à l’été par un décret du 24 août 1933 ; Claude Schaeffer prenant ses fonctions au musée de Saint-Germain à partir du 24 septembre 1933. On peut se demander si ce n’est pas le manque de disponibilité de Françoise Henry — régulièrement absente en Irlande — qui a motivé ce choix de la direction des Musées nationaux.

17On verra néanmoins assez peu le nouveau conservateur-adjoint du MAN au musée de Saint-Germain. Dès l’année de son arrivée, Schaeffer part en effet pour plusieurs mois sur le terrain en Syrie, afin d’y poursuivre ses fouilles du tell de Ras Shamra, l’ancienne Ougarit. Débutées en 1930, ces recherches de terrain livrent un important mobilier de la période du bronze récent (xive-xiie siècle av. J.-C.), qui va progressivement enrichir les collections du musée de Saint-Germain. Durant toute la période d’activité de Schaeffer au MAN, les recherches de Ras Shamra continueront à l’occuper tous les ans, pour des missions d’une durée à chaque fois de plusieurs mois consécutifs. Au total, Schaeffer passera plus de quarante ans à fouiller le site d’Ougarit (dont une petite partie seulement a pu être dégagée).

Entre Dublin et Saint-Germain

18Lorsqu’elle revient en France, Françoise rentre pour les fêtes de Noël et de fin d’année chez sa mère Jeanne, qui possède une ferme à Chassagne, dans le Morvan. Pendant la période des vacances d’été, où l’université de Dublin est fermée, elle travaille au musée des Antiquités nationales, en général entre juillet et septembre. Cela n’est visiblement pas suffisant pour absorber le volume des collections à classer et à inventorier. À partir du 1er janvier 1935, une nouvelle « attachée libre » est recrutée à ses côtés, pour s’occuper avec elle de la prise en inventaire des collections. Il s’agit de Gabrielle Fabre (1907-1960), qui a été également formée par Hubert et vient d’obtenir son diplôme de l’École du Louvre en 1934. Celle-ci prend notamment en charge la très importante collection paléolithique de la grotte d’Isturitz, au Pays basque, qui avait été fouillée entre 1913 et 1921 par le préhistorien Emmanuel Passemard (1876-1945).

  • 26 Henry, 1933c ; id., 1938.
  • 27 Jacobstahl, 1944.
  • 28 La correspondance entretenue entre Françoise Henry et Paul Jacobsthal est conservée aux archives d (...)
  • 29 Dans son premier courrier du 29 août 1934, elle adresse à Paul Jacobstahl « (s)es meilleurs vœux p (...)
  • 30 Could you manage to go from St Germain to Dublin via Oxford ? It would give me great pleasure to s (...)

19Bien qu’elle ne soit plus présente au musée que de manière temporaire, Françoise Henry maintient des liens scientifiques étroits avec le MAN. Elle collabore notamment à la nouvelle revue Préhistoire, qu’a créée Raymond Lantier en 1932, en y publiant les résultats de ses recherches sur l’art irlandais26. À Dublin, elle correspond surtout avec l’archéologue et historien de l’art allemand Paul Jacobstahl (1880-1957), alors encore enseignant à l’université de Marburg et qui prépare la publication de son futur chef-d’œuvre consacré à L’Art celtique ancien27. Françoise Henry est en contact avec lui dès août 193428 et lui communique des renseignements sur le contexte des trouvailles dont le mobilier est conservé au musée de Saint-Germain, ou bien l’aide à obtenir des clichés des pièces du MAN qu’il souhaite illustrer dans son ouvrage. Dès l’origine, elle est persuadée que l’entreprise de Jacobstahl constituera une contribution majeure à l’étude de l’art celtique29. Les contacts entre les deux chercheurs reprennent à partir de septembre 1938, après que Jacobsthal, démis de son poste par les autorités nazies, eut trouvé refuge à l’université d’Oxford. « Pourriez-vous vous arranger pour aller de Saint-Germain à Dublin en passant par Oxford ? lui demande-t-il30 dans un courrier du 8 septembre 1938. Cela me ferait un très grand plaisir de vous montrer ma “boutique celtique” ».

  • 31 Cette information est donnée par Cecile Curle, dans sa nécrologie de Françoise Henry : « [François (...)
  • 32 Les meubles de l’appartement d’Hubert au musée de Saint-Germain ne seront déménagés qu’en 1935.
  • 33 Lantier occupe l’appartement précédemment concédé à l’architecte du musée, François. Ce logement e (...)
  • 34 Registre d’inventaire du MAN, année 1938.
  • 35 Comme elle l’indique dans un courrier à Raymond Lantier du 31 mai 1939, Françoise Henry a bénéfici (...)

20Lorsqu’elle vient à Saint-Germain, Françoise Henry est semble-t-il logée dans l’appartement réservé au conservateur du musée31, où Henri Hubert a laissé un logement inoccupé depuis sa mort en 192732 et où Raymond Lantier s’installera à partir de mai 193633. Le 4 mars 1938, la mission de Françoise Henry au MAN est renouvelée, en même temps que celle de Gabrielle Fabre. La situation internationale se détériore, tandis que la menace d’une guerre avec l’Allemagne se fait chaque jour plus précise et plus pesante. Il faut désormais se préparer à une évacuation des collections du musée. À partir du 25 septembre 1938, le MAN est fermé pour une semaine : on procède alors à des « travaux d’emballage des collections, pour leur évacuation, lors de menaces de conflit armé34 ». Françoise Henry prend-elle part à ces opérations ? C’est très vraisemblable, dans la mesure où ces travaux de conditionnement des collections ont lieu durant la période où elle se trouve habituellement en France, pour les vacances universitaires d’été35.

  • 36 C’est en effet Benoît Champion qui, sur la décision du directeur des Musées nationaux, Henri Verne (...)
  • 37 La mission de Françoise Henry comme « attachée bénévole » au MAN avait été renouvelée pour l’année (...)

21L’évacuation des collections du musée de Saint-Germain est ordonnée l’année suivante par la direction des Musées nationaux, le 24 août 1939, alors que la guerre est sur le point d’éclater. Les collections sont déplacées vers les châteaux de la Loire, au plus loin, pense-t-on, de la menace d’invasion des troupes allemandes. Entre le 28 septembre et le 11 novembre 1939, Raymond Lantier est envoyé à Cheverny (Loir-et-Cher), dont le château a été transformé en un vaste entrepôt. Chargé de la garde de ce dépôt de Cheverny, Lantier demeurera absent du MAN jusqu’aux environs du 15 octobre 1939. C’est Françoise Henry qui prend alors le relais du directeur pour assurer l’enlèvement des dernières collections de Saint-Germain et la protection sur place des pièces qui ne peuvent être déplacées. Benoît Champion (1863-1952), qui dirige les ateliers de restauration du MAN, se joint à elle pour coordonner le conditionnement des pièces fragiles36. Comme l’indique alors le registre d’inventaire du MAN, « pendant [l’] absence [de Raymond Lantier], jusqu’à la mi-octobre, la surveillance du musée et des derniers emballages, ainsi que l’installation des objets protégés sur place [ont été] assurées par Mlle Françoise Henry, attachée à ce département, qui, fin août, est revenue d’Irlande se mettre à la disposition de la conservation,37 et par M. B. Champion, sans lequel nous n’aurions pu mener à bien ces opérations ».

La future conservatrice du musée des Antiquités nationales ?

  • 38 Françoise Henry, courrier manuscrit du 31 décembre 1937 adressé à Raymond Lantier, conservateur du (...)
  • 39 Un compte-rendu de ses fouilles de 1938 dans l’île d’Inishkea nord, où un habitat semble-t-il mona (...)

22Malgré ces temps troublés, Raymond Lantier n’a pas abandonné le projet de faire de Françoise Henry son adjointe à la direction du musée de Saint-Germain. Bien qu’elle perçoive une indemnité de recherche de l’État pour sa mission au MAN, que lui a obtenue Jean Marx (1884-1972), Françoise se trouve alors dans une situation particulièrement précaire et difficile, dans la mesure où elle doit combiner sa charge de lectrice à l’université de Dublin et son travail au MAN, qu’elle ne peut effectuer à temps plein38. Ses ressources, surtout, sont limitées. Françoise ne reçoit qu’un maigre traitement en Irlande ; alors que ses voyages réguliers en France, sans compter ses fouilles dans les îles d’Irlande, lui coûtent cher39.

  • 40 Raymond Lantier — Aide-mémoire [concernant l’accord Schaeffer-Henry] transmis au directeur des Mus (...)

23Une solution se dessine dans le courant de l’année 1939. Claude Schaeffer, qui est continuellement occupé par ses recherches de Ras Shamra, souhaite manifestement pouvoir officialiser ses séjours répétés en Méditerranée orientale. Il est prêt à abandonner la moitié de son traitement annuel à Françoise Henry — soit 25 000 francs — ce qui le libérerait pendant six mois de l’année de son travail à Saint-Germain, tout en lui conservant son poste. Il pourrait alors se consacrer pleinement à ses travaux de terrain, et à leur publication. En échange de quoi, Françoise Henry serait nommée conservateur-adjoint du musée, sur la recommandation de Lantier. Cet « arrangement » permettrait à Schaeffer de poursuivre son activité de recherche à l’étranger pendant une première période de trois ans (1940-1943), qui pourrait être renouvelée encore deux ans jusqu’en 194540.

  • 41 Françoise Henry — Courrier manuscrit du 2 mai 1939, adressé à Raymond Lantier, conservateur du mus (...)
  • 42 Françoise Henry — Courrier manuscrit du 8 mai 1939, adressé à Raymond Lantier, conservateur du mus (...)
  • 43 C’est le préhistorien Guy Gaudron (1891-1965) qui, en l’absence de Claude Schaeffer, est nommé cha (...)

24Françoise est prête à accepter cette proposition, à condition que celle-ci ne se fasse pas au détriment de son engagement à l’université de Dublin : « je serais tout à fait d’accord, écrit-elle à Lantier le 2 mai 1939, sauf qu’il me faudrait revenir ici [à Dublin] en mai pour un mois à peu près ; ce que je pourrais compenser par un mois à Noël41. » Françoise Henry doit, en effet, se trouver impérativement en Irlande pour la période des examens, qui tomberait en plein milieu de son séjour de six mois en France. S’il lui était accordé de pouvoir revenir en mai à Dublin, elle renoncerait à ses vacances en famille à Noël, en venant travailler un mois au MAN en décembre. Françoise Henry s’inquiète pour son avenir à l’université de Dublin car elle ne bénéficie que d’un accord fragile avec Chauviré, qui lui a confié sa charge de lectrice de français. « Le professeur de français actuel va prendre sa retraite, écrit-elle à Lantier le 8 mai 1939, et son successeur, très probablement irlandais, sera certainement moins enclin à fermer les yeux sur les excentricités d’une lectrice à éclipses42. » L’accord concernant Saint-Germain ne se fera pas, la guerre venant bouleverser ces projets. Comme on l’a vu, Françoise revient une dernière fois au MAN à l’été 1939, où elle prend en charge la protection du musée, puis elle rentre en Irlande. Quant à Schaeffer, mobilisé dans la marine, il rejoint en juin 1940 la British Navy, où il intègre une unité de cryptographie au sein de l’Amirauté, le Government Communication Bureau. Le 28 janvier 1941, il rejoint les forces du général de Gaulle et s’engage dans les Forces navales de la France libre (FNFL), où il sera affecté à l’état-major de Londres avec le grade de capitaine de corvette43.

  • 44 La mission bénévole de Françoise est renouvelée ainsi annuellement de 1940 (arrêté du 4 juin 1940) (...)
  • 45 Lantier réitère cette demande pour 1945 dans un courrier du 3 décembre 1944 à la direction des Mus (...)
  • 46 Raymond Lantier — Rapport sur la candidature de Mademoiselle Françoise Henry à un poste de conserv (...)

25Tout au long de l’absence de Françoise Henry, qui est en Angleterre, Raymond Lantier renouvellera régulièrement sa candidature de chargée de mission auprès de la direction des Musées nationaux, jusqu’en 194544. Pourquoi le fait-il, alors qu’il est matériellement impossible que Françoise puisse réaliser le moindre travail au musée de Saint-Germain ? Lantier s’en explique dans sa demande de renouvellement pour l’année 1944, adressée le 8 janvier 1944 : « Je demande le renouvellement de la mission de Melle F. Henry, écrit-il, actuellement chargée de cours à l’université de Dublin, qui au moment de l’évacuation des collections en 1939, a rendu au Musée les plus grands services, pour réserver ses droits à un poste d’attachée rétribuée, et même de conservateur45. » Quelques mois plus tard, le 29 mai 1944, Lantier adresse à sa tutelle un « rapport sur la candidature de Mademoiselle Françoise Henry à un poste de conservateur des Musées nationaux », dans lequel il conclut que celle-ci « remplit toutes les conditions nécessaires pour être inscrite au tableau de classement en vue d’un poste de conservateur au musée des Antiquités nationales46 ».

De la guerre à la Libération

  • 47 Depuis juillet 1934, elle y dispense un cours sur l’histoire générale de la peinture européenne de (...)
  • 48 Curle et Kane, 1982 : 144.
  • 49 Henri Focillon s’est engagé dès 1940 aux côtés du général de Gaulle et a été déchu de son poste au (...)
  • 50 Cette instance donnera par la suite naissance à l’Unesco.
  • 51 De son côté, Jeanne Clément, la mère de Françoise Henry, aide la Résistance dans le Morvan (Curle (...)

26Rentrée en Irlande à l’automne 1939, Françoise Henry se met en congé de son poste à l’université de Dublin en 194147. Elle part alors travailler dans une usine de munitions de guerre à Londres48. À partir de 1944, la défaite prochaine de l’Allemagne devient certaine et, avec elle, la possibilité pour Françoise de se rendre utile à son pays. Elle est alors recrutée en tant qu’élève de Focillon49 par la commission Paul Vaucher, une instance créé en 1944 par la commission interalliée pour assurer la protection et la restitution des biens culturels en France et en Europe occupées, et dont les bureaux sont à Londres, à Belgrave Square50. Le rôle de la commission Vaucher est notamment d’informer les forces alliées, en prévision du débarquement, des monuments qui doivent absolument être préservés de la destruction dans les futures zones de combat. Françoise est chargée du secrétariat ; Geneviève Marsh-Micheli travaille dans son équipe. Après le débarquement en Normandie, Françoise Henry rentre en France avec les troupes alliées et s’engage comme conductrice d’ambulance51 : c’est dans ce but qu’elle avait appris à conduire quelques mois auparavant.

  • 52 Cette fibule est inventoriée en 1946 sous le numéro d’inventaire MAN 78186. Il s’agit semble-t-il (...)

27On reverra une dernière fois Françoise Henry au musée de Saint-Germain le 10 août 1945. Elle apporte alors au MAN une magnifique fibule mérovingienne, à motifs de têtes de rapaces, qui avait été trouvée anciennement à Saint-Maur-des-Fossés.52 Cette pièce avait été achetée pendant la guerre par Claude Schaeffer, lors de la vente Gantley, organisée à Londres en 1942. Dans l’attente de jours meilleurs, Schaeffer l’avait confiée à Thomas Kendrick (1895-1975), conservateur du département des Antiquités britanniques au British Museum. La France enfin libérée, ce dernier avait redonné cette pièce à Françoise Henry pour qu’elle la rapporte où était sa place : au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

  • 53 Un courrier de Paul Jacobsthal à un correspondant établi en Suisse, intercepté en août 1945 par la (...)
  • 54 Selon Lee Sorensen, elle aurait refusé un poste d’enseignement à l’université qui lui aurait été p (...)

28L’année suivante, en 1946, André Varagnac (1894-1983), qui avait été attaché libre au MAN de 1919 à 1921, est nommé à la direction du musée, à la place de Raymond Lantier. On connaît mal les raisons de cette nomination, qui éloigne Lantier des affaires du MAN53. Par une sorte d’ironie de l’histoire, la libération de la France amène à la direction du musée des Antiquités nationales un ancien pétainiste, jadis socialiste ; tandis que les successeurs attendus de Raymond Lantier — à savoir Claude Schaeffer et Françoise Henry — qui s’étaient engagés dès juin 1940 aux côtés des Alliés et du général de Gaulle, prennent quant à eux d’autres voies. En 1948, Françoise Henry rejoint le département d’archéologie de l’université de Dublin54. Quant à Schaeffer, il est enfin mis à la disposition du Centre national de la recherche scientifique en avril 1946, comme il le souhaitait depuis plusieurs années. En 1947, Françoise Henry et Claude Schaeffer reçoivent chacun la Légion d’honneur pour services rendus à la nation pendant la période de la guerre.

  • 55 Wright, 2016 : 179, note 3. Françoise Henry fut également l’une des quatre premières femmes à être (...)
  • 56 En 1965, elle sera nommée directrice du département d’histoire de la peinture européenne à l’unive (...)
  • 57 Henry, 1963-1964.
  • 58 Selon Barbara Wright, « pendant la Deuxième Guerre mondiale, les Allemands ont occupé cette maison (...)
  • 59 Cette ferme est actuellement située au 6, rue des Chênots à Lindry.

29L’année suivante, en 1948, Françoise Henry retourne à l’University College de Dublin. Elle y reprend son enseignement de la peinture européenne, qu’elle avait été invitée à donner avant-guerre, en 1934, dans le cadre des Purser Griffith Lectures. Elle est bientôt nommée « directrice d’études spécialisées en archéologie et en histoire de la peinture européenne » et se trouve parallèlement chargée des archives photographiques du département d’archéologie de l’University College55. Établie définitivement en Irlande56, sans plus aucun lien désormais avec le musée des Antiquités nationales, elle n’oublie pas la France pour autant. Elle donne aux nouvelles éditions du Zodiaque la synthèse de ses recherches sur l’art de l’Irlande ancienne. Cet ouvrage magistral fait l’objet de trois volumes, publiés en français en 1963 et 196457. Après sa retraite de l’université de Dublin à l’été 1974, Françoise revient vivre à la ferme des Bretons, près de Lindry (Yonne), non loin d’Auxerre. Elle habite la grande maison que sa mère Jeanne Clément (1877-1949) avait achetée après la Seconde Guerre mondiale58 et dont elle hérite après le décès de cette dernière, survenu en 194959. C’est là qu’elle accueille ses anciens collègues et amis. Françoise Henry meurt le 10 février 1982, à l’hôpital d’Auxerre, dans sa quatre-vingtième année. Elle est enterrée dans le petit cimetière de Lindry, en compagnie de sa mère.

L’héritière d’Hubert

  • 60 Raymond Lantier — Rapport sur la candidature de Mademoiselle Françoise Henry à un poste de conserv (...)

30Françoise Henry était destinée à devenir l’héritière de ce courant de recherche anthropologique et archéologique incarné par le « couple de travail » unissant Marcel Mauss à Henri Hubert, et que l’on a pu désigner sous le terme « d’« école de Saint-Germain ». Formée à la fois à l’histoire de l’art et à l’archéologie, elle aurait pu poursuivre le travail initié par Hubert sur l’héritage celtique des îles britanniques, en approfondissant considérablement la documentation, jusqu’alors incomplète et dispersée, concernant l’Irlande postpréhistorique. Ce faisant, elle aurait pu amasser une masse inédite de données interrogeant les mécanismes de transmission, ou plus exactement d’inscription dans la mémoire collective, de traits culturels anciens, manifestement communs à la protohistoire de l’Europe continentale « celtique ». Dans sa note de 1944 à la direction des Musées nationaux pour soutenir sa nomination à un poste de conservateur au MAN, Raymond Lantier l’avait d’ailleurs décrite comme une spécialiste de « l’étude des âges du bronze et du fer et (de) leurs survivances jusque pendant le haut Moyen Âge60 ». C’est très exactement ce à quoi s’était consacré Hubert pour la préparation de son ouvrage sur les Celtes. Hubert poussait manifestement ses étudiants les plus brillants — tels Françoise Henry ou Stefan Czarnowski — vers l’Irlande médiévale, comme si, dans son esprit, celle-ci renfermait les clés qui permettraient d’appréhender l’ethnographie du passé protohistorique du continent européen, recouvert par la romanisation.

31Les circonstances, et en particulier le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, ont ruiné ce programme. La pensée de l’« école de Saint-Germain » s’est éteinte après la disparition d’Hubert, faute non pas exactement d’héritiers mais plutôt de continuateurs. Sans doute, Françoise Henry est-elle arrivée trop tard ; alors qu’Hubert, épuisé par des décennies de labeur forcené, était déjà parvenu au bout de sa vie. Sans doute également, Hubert avait-il déjà échoué à imposer sa marque commune, à lui et à Mauss, à l’archéologie française, et notamment à l’archéologie celtique. Sans doute aussi, la Première Guerre mondiale avait-elle déjà rompu auparavant la transmission, sur le plan transdisciplinaire, des idées et de la pensée dans le champ de la recherche sur les sociétés anciennes dont témoigne l’archéologie.

32Il est difficile d’isoler les causes, toujours multiples, d’un échec comme celui-là. Certes, l’institution n’a pas été capable d’offrir à Françoise Henry le poste qui lui aurait permis de poursuivre ses recherches en Irlande, depuis la France. Mais Françoise Henry elle-même n’a visiblement pas cherché à obtenir une position lui garantissant la continuation de ses recherches à l’étranger, comme n’a cessé de le faire au contraire son collègue Claude Schaeffer. Elle s’est concentrée sur son travail, en restant résolument fidèle à la parole donnée, quelles qu’en pussent être les conséquences pour elle-même. Elle s’est investie, en Irlande, dans la création d’une immense base photographique de plus de 20 000 clichés et négatifs, préalable indispensable à l’instauration d’un véritable domaine de recherche sur « l’art irlandais ». Mais elle n’en aura guère profité. De toute évidence, elle n’a pas été assez ambitieuse pour elle-même ni suffisamment calculatrice et manœuvrière vis-à-vis de son entourage professionnel. Ce n’était certainement pas dans son caractère. Car non seulement Françoise était moralement droite ; mais Mademoiselle — comme l’appelaient respectueusement ses étudiants en Irlande — était surtout modeste, et néanmoins obstinée. Un peu comme son mentor Henri Hubert, semble-t-il ?

Notes

1 Henry, 1933a.

2 Id., 1933b.

3 Wright, 2012.

4 Marquart, 2012a.

5 Il est d’ailleurs significatif que les articles scientifiques consacrés à la biographie de Françoise Henry soient essentiellement publiés en langue anglaise, comme sa nécrologie (Curle et Kane, 1982), ou les diverses notices la concernant dans des dictionnaires thématiques ou des encyclopédies spécialisées (Richardson, 2009 ; Sorensen, 2010 ; Marquardt, 2012b). Depuis 1988, l’University College de Dublin délivre tous les ans une médaille en la mémoire de Françoise Henry (Françoise Henry Memorial Medal) à ses meilleurs étudiants en histoire de l’art. L’université a intégrée également dans ses locaux une salle de lecture Françoise Henry (Françoise Henry Reading Rooom), créée à partir des ouvrages et de la documentation scientifique qu’elle avait accumulés durant sa carrière à Dublin.

6 Ce chapitre reprend et complète un article publié dans la revue du musée d’Archéologie nationale : Olivier L. (2016) — Françoise Henry (1902-1982) et le musée des Antiquités nationales. La chance manquée de la recherche française. Antiquités nationales, 46 (2015), p. 163-176.

7 Le grand-père maternel de Françoise Henry, Charles Clément, avait fréquenté le peintre vaudois Charles Gleyre entre 1846 et 1848 ; celui-ci lui avait légué à sa mort, en 1874, la totalité de son atelier.

8 C’est Françoise Henry qui rédigera, avec sa cousine Geneviève Marsh-Micheli, la notice nécrologique consacrée à Henri Focillon pour la revue de la Gazette des Beaux-Arts (Henry et Marsh-Micheli, 1945).

9 Focillon, 1943 : 25.

10 Henry, 1928.

11 Id., 1930b.

12 Id., 1933a.

13 Id., 1933b.

14 Les chargés de mission des musées nationaux sont nommés pour un an renouvelable parmi les élèves et anciens élèves de l’École du Louvre. Leur mission est bénévole et temporaire. Ils sont nommés sur proposition des conservateurs des musées concernés, en accord avec le directeur des Musées nationaux.

15 Elle dédiera la publication de ce travail « à la mémoire de (s)on maître, Henri Hubert » (Henry, 1933b)

16 Bertrand, 1873.

17 Millotte, 1963 ; id., 1965.

18 Henry, 1933b : 7.

19 Cecil (née Mowbray) et Françoise s’étaient connues étudiantes à la Sorbonne, où elles avaient suivi ensemble les cours d’Henri Focillon, avec Geneviève Micheli (devenue Marsh-Micheli après son mariage). Formée à la préhistoire par l’abbé Breuil à Lascaux, Cecil se spécialisa dans l’étude de la sculpture sur pierre de la période chrétienne primitive en Écosse, un sujet étroitement complémentaire de celui étudié par Françoise Henry.

20 Curle et Kane, 1982 : 143.

21 La nomination de Raymond Lantier au MAN est validée par décret du 6 janvier 1926.

22 Registre d’inventaire du MAN, année 1926.

23 Cette interruption correspondrait-elle à la période du premier voyage de Françoise Henry en Irlande ?

24 Registre d’inventaire du MAN, année 1932.

25 Ibid., année 1933.

26 Henry, 1933c ; id., 1938.

27 Jacobstahl, 1944.

28 La correspondance entretenue entre Françoise Henry et Paul Jacobsthal est conservée aux archives de l’université d’Oxford.

29 Dans son premier courrier du 29 août 1934, elle adresse à Paul Jacobstahl « (s)es meilleurs vœux pour la réussite de [sa] grande œuvre » (document conservé aux archives de l’université d’Oxford).

30 Could you manage to go from St Germain to Dublin via Oxford ? It would give me great pleasure to show you my “Celtic Shop” (document conservé aux archives de l’université d’Oxford).

31 Cette information est donnée par Cecile Curle, dans sa nécrologie de Françoise Henry : « [Françoise Henry] was working as assistant to Henri Hubert at the Musée de St Germain-en-Laye, where she lived in a small flat at the top of the museum. » (Curle et Kane, 1982 : 142.) Au printemps 1939, Lantier lui offre la possibilité de la loger dans un bâtiment du parc du Château : « Le pavillon, si vous voyiez le moyen de me l’avoir avec certitude, et s’il ne tombe pas trop en ruine, fournirait peut-être la solution », lui écrit Françoise Henry dans un courrier du 31 mai 1939 (Françoise Henry, courrier manuscrit du 31 mai 1939, adressé à Raymond Lantier, conservateur du musée des Antiquités nationales. Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

32 Les meubles de l’appartement d’Hubert au musée de Saint-Germain ne seront déménagés qu’en 1935.

33 Lantier occupe l’appartement précédemment concédé à l’architecte du musée, François. Ce logement est mis à sa disposition le 26 mai 1926, après qu’il a été nommé conservateur adjoint.

34 Registre d’inventaire du MAN, année 1938.

35 Comme elle l’indique dans un courrier à Raymond Lantier du 31 mai 1939, Françoise Henry a bénéficié en effet de deux bourses de la Caisse nationale de la recherche scientifique, en 1938 et 1939, pour ses travaux à Saint-Germain : elle a travaillé au MAN pendant deux séjours annuels effectués à l’été et durant la période des vacances de Noël (Françoise Henry — Courrier manuscrit du 31 mai 1939, adressé à Raymond Lantier, conservateur du musée des Antiquités nationales. (Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

36 C’est en effet Benoît Champion qui, sur la décision du directeur des Musées nationaux, Henri Verne, assure par intérim la direction du musée de Saint-Germain « lorsque M. Lantier se rend à Cheverny pour assurer la direction du dépôt qui y est installé » et « en l’absence de M. Schaeffer, conservateur-adjoint mobilisé ». (Note de service du 17 novembre 1939.)

37 La mission de Françoise Henry comme « attachée bénévole » au MAN avait été renouvelée pour l’année 1939 par arrêté du 26 mai 1939.

38 Françoise Henry, courrier manuscrit du 31 décembre 1937 adressé à Raymond Lantier, conservateur du musée des Antiquités nationales. (Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

39 Un compte-rendu de ses fouilles de 1938 dans l’île d’Inishkea nord, où un habitat semble-t-il monastique datant du viie siècle est exploré, sera publié après-guerre dans la Revue Archéologique (Henry, 1947).

40 Raymond Lantier — Aide-mémoire [concernant l’accord Schaeffer-Henry] transmis au directeur des Musées nationaux le 22 mai 1939. (Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

41 Françoise Henry — Courrier manuscrit du 2 mai 1939, adressé à Raymond Lantier, conservateur du musée des Antiquités nationales. (Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

42 Françoise Henry — Courrier manuscrit du 8 mai 1939, adressé à Raymond Lantier, conservateur du musée des Antiquités nationales. (Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

43 C’est le préhistorien Guy Gaudron (1891-1965) qui, en l’absence de Claude Schaeffer, est nommé chargé de mission auprès de Raymond Lantier pour l’assister et le « suppléer en cas de nécessité ».

44 La mission bénévole de Françoise est renouvelée ainsi annuellement de 1940 (arrêté du 4 juin 1940) à 1945 (arrêté du 4 avril 1945). Depuis le décret du 10 août 1941 sur les musées des Beaux-Arts, les chargés de mission des Musées nationaux doivent déclarer sur l’honneur qu’ils sont nés de père français et qu’aucun de leurs grands-parents n’est juif. Ils doivent en outre « déclarer sous la foi du serment » qu’ils n’appartiennent à aucune des sociétés suivantes, interdites par le régime de Vichy : Grand Orient de France, Grande Loge de France, Grande Loge nationale indépendante, Ordre mixte international du droit humain, Société théosophique et Grand Prieuré des Gaules.

45 Lantier réitère cette demande pour 1945 dans un courrier du 3 décembre 1944 à la direction des Musées nationaux : « Pour Mademoiselle F. Henry, écrit-il, je demande que sa mission continue à lui être accordée, en vue de ménager ses droits à un poste d’attachée rétribuée (sic) à son retour. »

46 Raymond Lantier — Rapport sur la candidature de Mademoiselle Françoise Henry à un poste de conservateur des Musées nationaux. (Note dactylographiée datée du 29 mai 1944. Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

47 Depuis juillet 1934, elle y dispense un cours sur l’histoire générale de la peinture européenne de 1200 à 1900.

48 Curle et Kane, 1982 : 144.

49 Henri Focillon s’est engagé dès 1940 aux côtés du général de Gaulle et a été déchu de son poste au Collège de France par les autorités de Vichy. Durant la période de la guerre, il est réfugié aux États-Unis, où il meurt en 1943.

50 Cette instance donnera par la suite naissance à l’Unesco.

51 De son côté, Jeanne Clément, la mère de Françoise Henry, aide la Résistance dans le Morvan (Curle et Kane, 1982 : 145).

52 Cette fibule est inventoriée en 1946 sous le numéro d’inventaire MAN 78186. Il s’agit semble-t-il d’un faux (Françoise Vallet, comm. pers., avril 2016).

53 Un courrier de Paul Jacobsthal à un correspondant établi en Suisse, intercepté en août 1945 par la section « réfugiés politiques » de la censure des postes et télégraphes britanniques, pourrait fournir des indications sur les raisons de cette mise à l’écart de Raymond Lantier à la Libération : « C’est un de mes amis, écrit Jacobsthal à propos de Lantier le 1er août 1945, mais je l’ai évité, dans la mesure où son attitude pendant la guerre l’oblige à être très correct à présent, tandis que Schetter [lire ici Schaeffer], qui a combattu du côté des Alliés, pourrait être capable de faire quelque chose de contraire à la majorité. » (He is a friend of mine but I have avoided him as his attitude during the war makes it necessary to be very correct now while SCHETTER who fought on the Allied side might be able to do something contrary to the majority ; document LON/SE/7520/45, National Archives.)

54 Selon Lee Sorensen, elle aurait refusé un poste d’enseignement à l’université qui lui aurait été proposé alors en France (Though offered a university teaching post in France, she refused it. ; Sorensen, 2010). Cette information n’a pu être confirmée.

55 Wright, 2016 : 179, note 3. Françoise Henry fut également l’une des quatre premières femmes à être élues membres de la Royal Irish Academy, en 1949. Sa carrière irlandaise fut récompensée par le grade de docteur honoris causa de Trinity College en 1963 et de l’University College de Dublin, en 1971.

56 En 1965, elle sera nommée directrice du département d’histoire de la peinture européenne à l’université de Dublin, premier département d’histoire de l’art créé en Irlande (Briggs, 2016 : 18-19 et note 41).

57 Henry, 1963-1964.

58 Selon Barbara Wright, « pendant la Deuxième Guerre mondiale, les Allemands ont occupé cette maison de ferme nivernaise [que Jeanne Clément possédait à Chassagne]. La mère de Françoise Henry en a été tellement bouleversée qu’elle a décidé de la quitter et d’acheter une autre ferme [celle des Bretons près de Lindry] » Wright, comm. pers. (décembre 2015).

59 Cette ferme est actuellement située au 6, rue des Chênots à Lindry.

60 Raymond Lantier — Rapport sur la candidature de Mademoiselle Françoise Henry à un poste de conservateur des Musées nationaux. (Note dactylographiée datée du 29 mai 1944. Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.)

Auteur

Archéologue, conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections d’archéologie celtique et gauloise au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Il est titulaire d’une thèse de doctorat en anthropologie, ethnologie et préhistoire de l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), d’un Ph. D d’archéologie de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne) ainsi que d’une thèse d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de l’université de Paris I. Il coordonne actuellement l’étude d’un vaste site de production « proto-industrielle » du sel en Lorraine et de son impact à long terme sur l’environnement naturel et social. Une part importante de ses recherches est consacrée à l’histoire de la discipline archéologique et à son rôle dans la constitution des identités collectives et des idéologies nationales. Il a publié notamment Le sombre abîme du temps, mémoire et archéologie au Seuil (trad. angl. 2011). En 2012, il a publié Nos ancêtres les Germains. Les archéologues allemands et français au service du nazisme chez Tallandier et s’apprête à faire paraître (2018, Seuil) Le Pays des Celtes. Mémoires de la Gaule.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search