Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Première partie. Définir et réaliser un programme : la psychologie de Franz Brentano

3. Deux thèses de Franz Brentano sur la conscience

Denis Fisette

Texte intégral

« Wo daher das Bewußtsein […] beginnt, beginnt das Reich der Psychologie. » Franz Brentano

  • 1 J’utilise ici l’abréviation Psychologie en référence à la traduction française de la Psychologie d (...)
  • 2 Je discute de l’interprétation de la théorie de la conscience de Brentano dans la perspective des (...)

1Cette étude porte sur la théorie de la conscience de Franz Brentano dans sa Psychologie d’un point de vue empirique de 1874 et dans d’autres écrits publiés à titre posthume1. Je me propose de revisiter les textes de Brentano sur la conscience à la lumière des interprétations divergentes dont fait l’objet cette théorie aussi bien dans les études brentaniennes que dans la philosophie de l’esprit contemporaine. Car bien que la théorie de la conscience de Brentano suscite actuellement beaucoup d’intérêt, elle donne également lieu à des interprétations et des avis contradictoires sur le sens et la valeur de sa contribution à la philosophie de l’esprit. En effet, même si l’interprétation dominante va dans le sens d’un rapprochement de la théorie de Brentano avec différentes versions des théories d’ordre supérieur de la conscience, on retrouve aussi, dans les études brentaniennes, des interprétations qui préconisent un rapprochement de Brentano avec les théories adverbiales de la conscience ou encore avec les théories qui s’appuient sur la notion de conscience de soi préréflexive. Les avis sont tout aussi partagés sur la valeur de la contribution de Brentano que l’on mesure en règle générale à sa capacité à résoudre ce qu’on appelle en philosophie de l’esprit le problème de la conscience2.

2Mon objectif dans cette étude n’est pas tant de discuter les tenants et aboutissants de cette problématique contemporaine autour de Brentano que de revoir ses textes principaux sur la conscience dans la perspective des deux thèses qu’il formule sur la conscience au tout début du deuxième chapitre du deuxième livre de sa Psychologie. Dans les trois premières sections de cette étude, je propose une analyse de ces deux thèses en accordant une attention particulière à la relation que Brentano établit entre la conscience et l’intentionnalité. J’examinerai ensuite sa théorie des objets primaires et des objets secondaires par laquelle il articule ses deux thèses sur la conscience. Dans la cinquième et la sixième section, j’examine deux problèmes que soulève la théorie de la conscience de Brentano, à savoir le problème de la régression et celui de la complexité qu’il cherche à résoudre à l’aide de son principe de l’unité de la conscience. Dans la dernière partie, je me pencherai sur quelques écrits de Brentano publiés à titre posthume dans lesquels il fait intervenir la notion d’agent psychique (psychich Tätige ) dans ses propos sur la conscience et j’essayerai de montrer que la prise en compte de l’agent dans ces écrits vise à solutionner certains problèmes laissés en suspens dans sa Psychologie.

Formulation des deux thèses sur la conscience

  • 3 Brentano, F. 1944, La psychologie d’un point de vue empirique, Paris : Aubier, 1944 ; 2007 (2 e éd (...)

3Au début du deuxième chapitre du deuxième livre de sa Psychologie3 (§ 2), Brentano avance deux thèses c qu’il formule comme suit :

  1. Tout phénomène psychique est conscience (Bewußtsein)
  2. Tout phénomène psychique est conscient (bewußt)

4La première thèse utilise la conscience dans son sens transitif, c’est-à-dire en tant que conscience de quelque chose, et elle est donc en ce sens conscience intentionnelle. Je propose de la reformuler de la manière suivante :

1b. Tout phénomène psychique est conscience de quelque chose

  • 4 Brentano, F. 2008, Sämtliche veröffentlichte Schriften, vol. 1, Schriften zur Psychologie Psycholo (...)

5En première approximation, la notion de conscience dans la deuxième thèse est employée dans un sens intransitif en tant que prédicat monadique désignant une propriété intrinsèque et non relationnelle d’un état mental (le fait pour un état comme la douleur d’être conscient ou non conscient). Mais cette interprétation est en contradiction avec la formulation de la première thèse puisque la conscience ne peut être à la fois transitive, comme le veut la première thèse, et intransitive dans le sens de cette interprétation de la deuxième. Une autre interprétation inspirée de l’usage que fait Brentano de la notion d’inconscient dans sa Psychologie4 repose sur la distinction entre le sens passif et le sens actif de cette notion. La notion de conscience telle que comprise dans la deuxième thèse est comparable au sens que Brentano attribue à la notion d’inconscient qu’il utilise dans un sens passif, c’est-à-dire au sens où « inconscient » se dit d’une chose dont on a (pas) conscience, Brentano refusant d’admettre le bien-fondé du sens actif de la notion d’inconscient (Schriften I, p. 120). Dans son sens passif, donc, la conscience désigne le phénomène mental dont on a conscience ou en tant qu’il est « objet de conscience » comme le veut aussi Brentano. Pour reprendre l’exemple de Brentano, nous dirons que dans l’audition d’un son, le phénomène mental de l’audition est, dans son sens actif, à propos du son, tandis que l’acte d’audition, dans son sens passif, est luimême objet de conscience en ce sens que, comme nous le montrerons plus tard, l’agent est conscient d’être dans cet état. On peut donc reformuler la deuxième thèse à la lumière de cette interprétation fondée sur la distinction entre le sens passif et le sens actif du terme conscience :

2b. Tout phénomène psychique est objet de conscience

6Cette nouvelle formulation cadre avec la théorie des objets primaires et des objets secondaires par laquelle Brentano articule ces deux thèses sur la conscience et dans laquelle les phénomènes mentaux sont à la fois à propos d’un objet primaire (le son entendu) et à propos d’euxmêmes en tant qu’« objets » secondaires (l’audition du son). C’est à la deuxième thèse que Brentano consacre la majeure partie de sa discussion sur la conscience dans le deuxième livre de sa Psychologie et c’est à cette thèse qu’il oppose dès le départ l’hypothèse d’états mentaux inconscients (Schriften I, p. 119).

Conscience et intentionnalité

7Au début du chapitre II de sa Psychologie, Brentano tient pour acquis que la première thèse (Schriften I, p. 119) a déjà été établie dans le chapitre précédent dont le thème général est la distinction entre deux classes de phénomènes. C’est pour les fins de cette classification qu’il introduit, dans ce chapitre, son concept d’intentionnalité qu’il conçoit à la fois comme un des critères de cette classification et comme un trait caractéristique des états mentaux. Mais puisque Brentano ne traite pas explicitement de la relation entre conscience et intentionnalité dans ce premier chapitre, sa remarque sur le sens que prend la conscience dans la première thèse (en tant que conscience de…) semble indiquer que l’une des propriétés essentielles de la conscience correspond à l’un des traits caractéristiques de l’intentionnalité dans la fameuse définition qu’il propose dans le premier chapitre, à savoir que tout phénomène psychique est à propos d’un objet (Richtung auf ein Objekt) (Schriften I, p. 109). C’est ce que semble confirmer Brentano lorsqu’il affirme que les notions de conscience (au sens actif) et d’intentionnalité sont synonymes en ce sens qu’elles désignent cette propriété d’un état mental d’être à propos d’un objet intentionnel :

En outre, le terme de conscience, s’appliquant à un objet dont la conscience est conscience, paraît tout à fait propre à caractériser les phénomènes psychiques précisément d’après leur différence spécifique, c’est-à-dire la propriété de l’inexistence intentionnelle d’un objet, phénomène pour lequel nous manquons également d’un nom usuel. (Psychologie, p. 114 : Schriften I, p. 119)

  • 5 Brentano, F. 1982, Deskriptive Psychologie, R. Chisholm and W. Baumgartner (éds.), Hamburg, Meiner (...)

8On retrouve des remarques similaires dans d’autres textes appartenant à la période viennoise, notamment dans ses leçons sur la psychologie descriptive où il soutient que conscience et intentionnalité ont la même extension, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de conscience sans intentionnalité et vice versa5. Mentionnons enfin un passage de sa conférence de 1889 sur l’éthique dans lequel Brentano déplore l’équivocité de la notion de conscience et la définit à nouveau par la notion d’intentionnalité qu’il conçoit cette fois comme une relation :

  • 6 Brentano, F. 1889, Vom Ursprung sittlicher Erkenntnis, Leipzig : Dunker & Humblot ; trad. fr. M. G (...)

Le trait caractéristique commun à tout ce qui est psychique est constitué par ce que l’on a souvent défini en utilisant malheureusement un terme qui prête beaucoup au malentendu : la conscience, c’est-à-dire un comportement du sujet, une relation que l’on a qualifiée d’intentionnelle à quelque chose qui n’est peut-être pas effectivement donné, mais qui, néanmoins, est présent intérieurement de manière objective.6

  • 7 Brentano 1982, op. cit., p. 23. Comparer avec ce passage de L’origine de la connaissance morale : (...)

9La notion de relation intentionnelle vient préciser le sens de la directionnalité dans la définition de l’intentionnalité qu’il propose dans la Psychologie. Dans ses leçons sur la psychologie descriptive, Brentano lui attribue deux propriétés essentielles, dont la première renvoie à la notion de corrélation : « Comme dans toute relation, on retrouve ici deux corrélats. L’un des corrélats est l’acte de conscience, l’autre est ce vers quoi elle est dirigée. »7 La deuxième propriété est liée au statut ontologique d’un des termes de la relation, c’est-à-dire :

[…] qu’un seul est réel, tandis que l’autre n’est pas quelque chose de réel (nichts Reales). Un homme pensé n’est pas plus quelque chose de réel qu’une personne qui a cessé d’exister (gewesener Mensch). (Brentano, 1982, op. cit., p. 24)

  • 8 Brentano définit également la conscience à l’aide de la notion de contenu. En effet, au tout début (...)

10Ce deuxième trait correspond à l’usage que fait Brentano du terme « inexistence intentionnelle » dans sa Psychologie. On retrouve donc, dans cette définition partielle de la conscience, les principaux traits caractéristiques que Brentano attribue aux phénomènes mentaux dans sa définition de l’intentionnalité : relation à un objet intentionnel ou, comme le veut aussi une autre définition de la conscience, un « mode particulier d’immanence de l’objet à l’esprit » (Psychologie, p. 239). D’après cette définition, la thèse suivant laquelle tout phénomène psychique est conscience (de quelque chose) semble donc se confondre avec la caractérisation des états mentaux en tant que phénomènes qui entretiennent une relation intentionnelle avec quelque chose d’autre qu’eux-mêmes, et en l’occurrence avec des objets intentionnels8.

Trois modes de conscience

11Tous les phénomènes mentaux sont conscients ou, comme le dit aussi Brentano, cette classe de phénomènes est toujours accompagnée d’une conscience corrélative. Brentano désigne parfois cette conscience concomitante par la notion de perception interne qu’il oppose, dans la Psychologie, à la perception externe, laquelle désigne uniquement la classe des actes psychiques qui ont pour objet des phénomènes physiques tels le son ou la couleur, par exemple. La notion de conscience, telle qu’employée dans la deuxième thèse, désigne ainsi la perception interne qui représente, pour la psychologie descriptive, une voie d’accès privilégiée aux phénomènes mentaux (Psychologie, p. 48 et p. 104). Elle est limitée aux phénomènes psychiques dans la mesure où ce sont les seuls qui, à proprement parler, peuvent être perçus intérieurement.

  • 9 Dans une note au tout début du chapitre II, Brentano distingue explicitement conscience intérieure (...)

12La perception interne remplit ainsi une fonction épistémique dans la philosophie de Brentano. Elle se distingue de la perception externe en ce qu’elle est, comme chez Descartes, immédiatement évidente et elle constitue la source première de notre connaissance des phénomènes mentaux. Mais cette fonction épistémique n’est qu’une des deux fonctions que remplit la conscience interne9, l’autre étant sa fonction psychologique. Sa fonction épistémique est étroitement liée à l’évidence de la perception interne et elle consiste dans la justification du jugement. Dans sa fonction psychologique, en revanche, la conscience interne désigne le mode d’accès privilégié de l’agent à ses propres états mentaux, et c’est en ce sens que Brentano dit de la perception interne qu’elle est le mode privilégié par lequel nous prenons conscience de nos propres états mentaux. Dans sa fonction psychologique, la conscience interne a donc plus d’extension que dans sa fonction épistémique puisqu’elle s’applique indifféremment à toutes les classes d’états mentaux, c’est-à-dire aux représentations, aux jugements et aux sentiments, tandis que dans sa fonction épistémique, la perception interne est limitée à la classe des jugements. Pour les besoins de la présente étude, nous insisterons davantage sur le sens psychologique de la perception interne comprise comme conscience interne.

  • 10 Brentano, F. Sämtliche veröffentlichte Schriften, vol. 3, Schriften zur Ethik und Ästhetik, Frankf (...)

13Une autre notion importante dans la Psychologie par laquelle Brentano établit la relation entre la conscience et les états mentaux est la notion de mode de conscience. Au tout début du troisième chapitre du deuxième livre de sa Psychologie, après avoir établi que tout acte psychique s’accompagne d’une conscience concomitante, c’est-àdire que dans l’audition d’un son, par exemple, la représentation du son s’accompagne toujours d’une conscience d’elle-même, Brentano affirme que les phénomènes psychiques désignent les modes par lesquels la conscience entre en relation avec ses objets (Psychologie, p. 147 ; Schriften I, p. 157). Brentano compare la notion de mode de conscience à ce que Helmholtz appelle, dans son texte classique Die Tatsachen in der Wahrnehmung, les modalités des sensations par lesquelles il désigne à la fois les différences spécifiques entre les classes de qualités sensibles (telles la couleur, le son, etc.) et les sensations appartenant à des sens différents comme par exemple « le bleu, le doux et le chaud »10. D’après cette analogie, les modes de conscience seraient aux classes de phénomènes psychiques ce que les modalités des sensations sont aux différentes classes de qualités sensibles. Et en effet, toute la classification des phénomènes psychiques dans la Psychologie est fondée sur les trois modes généraux par lesquels la conscience se rapporte à ses objets (Schriften I, p. 218 ; 2003, p. 49 ; Schriften III, p. 39) :

Quand nous disons que la représentation et le jugement constituent deux classes fondamentales distinctes de phénomènes psychiques, cela signifie, d’après ce qui précède, qu’ils correspondent à deux modes absolument différents de la conscience qu’on prend d’un objet. (Psychologie, p. 207)

14Brentano distingue trois modes par lesquels on prend conscience d’un objet : le mode représentationnel, le mode judicatif et le mode du sentiment. Le mode de relation à l’objet qui comprend uniquement une représentation est le plus pauvre et il consiste dans le seul fait que l’objet est présent à la conscience et s’y manifeste. Il s’agit alors d’un mode de conscience passif par opposition aux deux autres modes qui présupposent des prises de position actives de la conscience à l’égard de ses objets. Ces derniers se caractérisent par l’opposition, au sein de la relation intentionnelle du jugement et des émotions à leurs objets, entre l’acquiescement et le rejet dans le cas du jugement, de l’amour et de la haine dans le cas des émotions. C’est en ce sens qu’il faut comprendre le sens de la thèse de la perception (interne) comme un jugement, c’està-dire comme prise de position et comme acquiescement ou rejet de l’objet jugé.

15Cette définition des phénomènes psychiques comme modes de conscience soulève à nouveau la question de la relation entre conscience et intentionnalité que nous avons évoquée dans notre examen de la première thèse de Brentano sur la conscience. Plusieurs passages de l’œuvre de Brentano que nous avons cités à l’appui de la première thèse semblaient indiquer que les termes conscience et intentionnalité sont interchangeables, voire même que Brentano penche pour une conception intentionnaliste de la conscience. Cependant, en concevant les états intentionnels comme des modes de conscience, Brentano suggère en outre que non seulement conscience et intentionnalité ne sont pas interchangeables, mais que c’est l’intentionnalité, comprise comme relation à un objet intentionnel, qui est subordonnée à la conscience dans la mesure où elle désigne les modes par lesquels la conscience entre en relation avec ses objets. Il y va ici du statut de cette conscience concomitante à propos de laquelle Brentano répète à plusieurs reprises dans sa Psychologie qu’elle accompagne tous les actes comme le veut une des interprétations de sa deuxième thèse sur la conscience.

16À cet égard, il y a au moins deux manières de comprendre ce que Brentano entend par mode de conscience : dans un sens psychologique et dans un sens ontologique. Le sens psychologique ressort clairement de l’usage que fait Brentano de cette notion en relation avec sa classification des actes. Elle désigne, comme nous venons de le voir, les qualités des actes sur lesquelles s’appuie sa classification et les modes par lesquels la conscience est en relation avec ses objets. En revanche, dans son sens ontologique, cette notion désigne les attributs ou les moments d’un substrat et elle correspond à ce que Brentano appelle dans sa métaphysique une « partie métaphysique ». Dans sa Psychologie, Brentano utilise de préférence la notion de Divisiv par laquelle, comme nous le verrons plus tard, il caractérise les phénomènes mentaux comme des parties ou attributs d’un phénomène unitaire complexe. Sa théorie de l’unité de la conscience, que nous examinerons également plus tard, semble confirmer que la multiplicité des phénomènes mentaux, qui entrent en ligne de compte dans l’accomplissement des actes les plus simples, constituent des moments ou modes de la conscience unitaire et réelle.

Conscience in recto et in obliquo

17Comment la conscience peut-elle être simultanément en relation avec un phénomène physique (thèse I) et avec elle-même en tant qu’objet (Thèse II) ? La réponse de Brentano repose sur sa théorie des objets primaires et des objets secondaires et sur la distinction aristotélicienne entre les modes de relation in recto et in obliquo. Partons de cette formulation générale de Brentano :

Nous pouvons dire que le son est l’objet premier de l’audition, et que l’audition en est l’objet second. Dans le temps, ils se présentent bien tous deux à la fois, mais, suivant la nature des choses, le son est antérieur à l’audition. […] L’audition paraît, au sens le plus propre du mot, tournée vers le son (dem Ton zugewandt), et, de ce fait même, semble se percevoir en passant (nebenbei ) et à titre supplémentaire (als Zugabe). (Psychologie, p. 137-138 ; Schriften I, p. 146)

18Cette formulation porte à confusion parce que les termes nebenbei (en passant) et surtout Zugabe (un extra) suggèrent que la conscience qui accompagne la représentation du son est extrinsèque à l’audition et ne constitue qu’un simple additif comme la crème ou le sucre que l’on ajoute au café, et en ce sens elle lui serait imposée de l’extérieur comme dans la théorie des pensées d’ordre supérieur où le contenu de l’état d’ordre supérieur rend conscient l’état qu’il prend pour cible.

19Il y a plusieurs manières de comprendre cette double relation que la conscience entretient avec ses objets primaires et ses objets secondaires dont la plus connue est la distinction logique entre ce qu’un terme dénote et ce qu’il connote. Mais dans le contexte psychologique qui nous concerne ici, la distinction entre conscience focale et conscience périphérique (ou encore la notion de conscience marginale chez A. Gurwitsch et la notion de frange chez W. James) convient davantage pour rendre compte de cette double relation in recto et in obliquo, et elle est utilisée en règle générale afin d’expliquer la différence entre la conscience que nous avons des choses sur lesquelles nous portons délibérément notre attention de celles que nous avons des choses que nous faisons de manière irréfléchie ou que nous percevons sans y prêter attention. En ce sens, la conscience in recto de l’objet primaire correspondrait à la conscience focale du son tandis que la conscience in obliquo qui accompagne l’audition du son correspondrait à la conscience périphérique de l’audition.

  • 11 Cf. l’article de Mulligan, K. 2004, « Brentano on the Mind », pour une analyse de ces distinctions (...)
  • 12 Dretske, F. 1993, « Conscious Experience », Mind, vol. 102, pp. 263-283.

20Dans ses leçons viennoises sur la psychologie descriptive, Brentano apporte un complément d’information aux analyses de sa Psychologie sur la conscience et introduit certaines distinctions qui semblent militer en faveur de cette dernière interprétation11. Je pense en particulier à la distinction entre conscience implicite (ou conscience au sens large) et conscience explicite (conscience au sens étroit), laquelle est étroitement associée à la notion centrale de remarquer (Bemerken) dans ces leçons. Brentano l’applique d’abord à la perception externe d’un objet primaire et fait valoir que l’on peut voir ou entendre (implicitement) quelque chose que l’on n’aperçoit pas (explicitement). C’est ce que montre l’exemple suivant qui rappelle les cas utilisés par Dretske12 dans sa critique de Rosenthal :

Quiconque voit une alouette dans le bleu du ciel ne la remarque donc pas encore, et ne remarque donc encore moins qu’il voit l’alouette, même si le fait de voir l’alouette est vécu (mitempfinden) par lui de manière concomitante. Cependant, si à un moment donné, non seulement il voyait l’alouette mais la remarquait, alors il remarquerait simultanément qu’il la voit. […] Voir est différent de [percevoir] clairement ce qui est vu. C’est ainsi que l’expérience concomitante (mitempfinden ) du voir sera différente de la [perception] claire de ce voir dont on fait l’expérience de manière concomitante. (Brentano, 1982, op. cit., p. 23-24.)

  • 13 Armstrong, D. 1997, « What is consciousness ? », in N. Block et al. (éds.) The Nature of Conscious (...)
  • 14 Cf. Fisette, D. 2010, « Descriptive Psychology and Natural Sciences. Husserl’s early Criticism of (...)

21Brentano présuppose que l’alouette n’est pas l’objet explicite de cet acte bien qu’il soit dans son champ visuel et soit conscient de manière implicite. Ce qui revient à dire qu’un état peut être implicitement conscient sans que le sujet en soit explicitement conscient. C’est ce que montre aussi le cas bien connu du conducteur inattentif de D. Armstrong13 que l’on utilise souvent dans la littérature comme exemple de l’usage par les théories d’ordre supérieur de la notion d’inconscient. Brentano dirait de ce conducteur non pas qu’il est inconscient comme le veulent les défenseurs des théories d’ordre supérieur de la conscience, mais bien qu’il a alors une conscience implicite et périphérique de conduire son véhicule. Car non seulement Brentano n’admet pas d’états mentaux inconscients, mais il soutient en outre que l’agent ne peut être explicitement conscient de faire l’expérience de quelque chose (comme une alouette par exemple) qu’à la condition d’en être implicitement conscient (Brentano, 1982, op. cit., p. 34). La conscience explicite ou conscience au sens étroit correspond à ce que Brentano appelle dans ces leçons l’acte de remarquer (Bemerken ) qu’il conçoit comme la perception explicite de ce qui est contenu implicitement dans la conscience (Brentano, 1982, op. cit., p. 36). Cette distinction entre conscience implicite et conscience explicite permet de dissiper certaines obscurités de la théorie initiale, en ce qui a trait notamment au statut des phénomènes physiques dans la Psychologie comme l’a souligné Husserl dans sa critique de Brentano dans ses Recherches logiques14.

22La question est de savoir si la distinction entre conscience implicite et conscience explicite supporte notre interprétation de la théorie de la conscience in recto et in obliquo en termes de conscience périphérique et de conscience focale. Elle s’applique d’abord aux objets de la perception externe dans la mesure où la conscience implicite correspond à la conscience in obliquo de l’alouette par opposition à la conscience focale du bleu du ciel, pour reprendre l’exemple de Brentano. Mais dans le passage cité au début de cette section, Brentano associe la relation in recto à l’objet primaire (Thèse I) et la relation in obliquo à l’objet secondaire, c’est-à-dire à la conscience de la représentation de l’objet primaire (Thèse II). En ce sens, la conscience focale serait à la relation à l’objet primaire ce que la conscience périphérique (implicite ou au sens large) est à la relation indirecte à l’objet secondaire. Avec cette différence toutefois que la perception interne, comprise comme conscience explicite, a pour objet l’acte psychique intégral qui inclut l’objet primaire et l’objet secondaire.

Objections contre la deuxième thèse

23Examinons maintenant quelques objections que soulève la deuxième thèse générale sur la conscience que Brentano examine dans le deuxième livre de sa Psychologie. Deux de ces objections remontent à Aristote et elles sont mieux connues sous les noms de la régression à l’infini, que Brentano examine en relation avec le postulat de phénomènes mentaux inconscients, et de l’objection de la duplication suivant laquelle le phénomène physique serait représenté deux fois, une première fois dans la représentation du son et une seconde dans la représentation de la représentation du son. Je m’intéresse tout particulièrement à l’objection de la régression que Brentano examine dans la section 7 (Psychologie, p. 132 sq.) en lien avec sa deuxième thèse sur la conscience d’après laquelle elle s’expose à la régression à l’infini. Car lorsqu’on nie que la représentation qui accompagne l’audition du son est inconsciente, comme le veulent la plupart des théories d’ordre supérieur de la conscience, il semble que nous soyons alors forcés d’admettre un nombre infini de phénomènes psychiques.

24Commençons par énoncer le problème de la régression à l’aide de la formulation que propose Brentano dans sa Psychologie :

Tout comme n’importe quel phénomène psychique, la représentation de l’audition et aussi celle du son doivent être présentées de manière consciente ; il faut donc qu’il en existe également une représentation. Chez le sujet qui entend, nous avons donc trois représentations, celle du son, celle de l’audition et celle de la représentation de l’audition. Mais cette troisième représentation ne peut pas être la dernière. Elle aussi est consciente, donc représentée, et la représentation qui s’y rapporte est à son tour représentée ; bref, ou bien la série est infinie, ou bien elle se termine par une représentation inconsciente. Par suite, quand on nie l’existence de phénomènes psychiques inconscients, on est obligé, dans l’acte le plus simple de l’audition, d’admettre une masse infinie d’activités psychiques. (Psychologie, p. 132-133)

25On peut reformuler cette objection de manière schématique en mettant l’accent sur les deux thèses de Brentano sur la conscience qui sont impliquées dans la formulation de ce problème de la régression :

  1. Tout phénomène psychique est à propos d’un objet (l’audition du son) (Thèse 1)
  2. Tout phénomène psychique est lui-même objet d’une conscience concomitante (représentation de l’audition du son) (Thèse 2)
  3. La représentation qui accompagne l’état mental initial est un acte psychique numériquement distinct de l’état mental cible.
  4. Mais si la représentation de l’audition doit elle aussi être consciente (Thèse 2), et la représentation qui la rend consciente doit à son tour être consciente, la série est alors infinie.
  5. Par conséquent, ou bien la représentation de l’état initial est inconsciente (et la thèse 2 est fausse), ou bien le nombre d’actes est infini.

26La solution que propose Brentano au problème de la régression comme à celui de la duplication consiste à rejeter, dans un premier temps, une des prémisses communes à ces deux objections, à savoir que la conscience concomitante qui accompagne la représentation du son est un acte numériquement distinct de cette dernière. Brentano soutient que la représentation du son et la représentation de la représentation du son ne sont qu’un seul et même acte qui porte sur deux objets, un objet primaire et un objet secondaire. Dans cette perspective, cette distinction entre deux actes, un acte de niveau inférieur et un acte de niveau supérieur, n’est en définitive qu’une simple abstraction conceptuelle :

La représentation du son et la représentation de la représentation du son ne forment qu’un seul phénomène psychique, que nous avons, de façon abstraite, décomposé en deux représentations en le considérant dans son rapport à deux objets différents, dont l’un est un phénomène physique et l’autre un phénomène psychique. (Psychologie, p. 137 ; Schriften I, p. 146)

  • 15 Voir Brentano, F. (1954) Religion und Philosophie, F. Mayer Hillebrand (dir.), Bern : Francke, p. (...)

27Autrement dit, ce ne sont pas deux entités numériquement distinctes, mais bien deux abstracta qui font partie d’une seule et même chose comme par exemple la forme et la grandeur d’un cercle ou encore la vélocité et la direction du mouvement15. La question est évidemment de savoir ce que Brentano entend exactement lorsqu’il dit de la représentation du son et de la représentation de la représentation du son qu’elles désignent une seule et même chose.

28La deuxième présupposition à laquelle s’attaque Brentano dans sa réponse est plus spécifique à l’argument de la régression à l’infini et elle repose sur l’idée que la conscience concomitante prend pour objet la représentation initiale comme dans une théorie d’ordre supérieur de la conscience où la pensée d’ordre supérieur a pour seul objet l’état cible. Brentano répond par sa théorie des objets primaires et des objets secondaires qui, comme nous l’avons vu, veut que l’objet secondaire de la conscience concomitante n’est pas uniquement la représentation initiale ou l’état-cible mais bien l’acte psychique en entier dans lequel le son est représenté en tant qu’objet premier et elle-même est donnée à titre d’objet second (Psychologie, p. 139 ; Schriften I, p. 148). La clé de la solution de Brentano au problème de la régression (Psychologie, p. 142) comme à celui de la duplication réside dans l’idée d’un enchevêtrement particulier (eigentümliche Verwebung) de la représentation de l’objet primaire avec la représentation d’ordre supérieur comme l’explique Brentano en réponse à l’objection de duplication :

L’expérience intérieure semble plutôt prouver de façon incontestable que la représentation du son est liée si intimement à la représentation de la représentation du son que, du fait même de son existence, elle contribue en même temps intérieurement à l’existence de l’autre. Ce fait porte à croire qu’il existe une liaison particulière (eigentümliche Verwebung) entre l’objet de la représentation intérieure et cette représentation même, et qu’ils appartiennent tous deux à un seul et même acte psychique. Et il nous faut bien l’admettre. (Psychologie, p. 137 ; Schriften I, p. 146)

29La question est de savoir en quoi consiste cet enchevêtrement particulier entre l’objet primaire et l’objet secondaire par lequel Brentano cherche à rendre compte de leur appartenance à « un seul et même acte ». Avant de nous pencher sur cette question, on peut conclure notre examen des objections contre la deuxième thèse en disant que, d’une part, il n’y a pas et ne peut y avoir de représentation inconsciente dans le domaine de notre expérience (Schriften I, p. 122), bien que la notion de conscience implicite examinée dans la section précédente remplit la même fonction ; d’autre part, l’objection de la régression, comme celle de la duplication, n’est pas un argument contre la théorie de Brentano parce que la série d’actes se termine avec le second terme (Psychologie, p. 139-140 ; Schriften I, p. 148).

Le problème de la complexité et l’unité de la conscience

30Je voudrais maintenant me pencher sur un autre problème que soulève la théorie des objets primaires et des objets secondaires, ce que j’appellerai pour les fins de cette étude le problème de la complexité. Ce problème concerne la cohésion, au sein de la conscience intérieure, entre les éléments qui sont impliqués dans l’accomplissement de la vie psychique. C’est en réponse à ce problème que Brentano évoque le principe de l’unité de la conscience. Un passage tiré du chapitre II du deuxième livre de la Psychologie, dans lequel Brentano résume les résultats de son enquête, représente aussi un bon exposé du problème de la complexité :

Tout acte psychique, même le plus simple, peut donc être considéré sous quatre aspects différents : d’abord, comme représentation de son objet premier […] ; puis comme représentation de lui-même ; comme connaissance de lui-même ; comme sentiment de lui-même. Et dans l’ensemble de ces quatre rapports, il constitue tout ensemble l’objet de la représentation de soi-même et l’objet de la connaissance de soi-même, et aussi, pour ainsi dire, du sentiment de soi-même, si bien que, sans qu’il soit besoin d’une nouvelle complication, ni d’une nouvelle multiplication, la représentation de soi-même est représentée, la connaissance de soi-même représentée en même temps que connue, et le sentiment de soi-même représenté aussi bien que connu et senti. (Psychologie, p. 162 ; Schriften I, p. 174)

31Je mets entre parenthèses le mode émotionnel parce que Brentano lui accorde un statut à part après la publication de sa Psychologie comme il le souligne dans l’appendice à la classification des actes où il indique que ce mode n’est pas impliqué dans tous les actes (Psychologie, p. 270). Je m’en tiendrai donc dans la suite de mon enquête aux modes représentationnels et judicatifs. La première question que pose Brentano est de savoir si la multiplicité de ces éléments forme un tout ou bien un collectif (Kollektiv) qu’il définit de la manière suivante :

Un collectif est une multiplicité de parties regroupées (zusammengefaßt ) sous un même point de vue et dont chacune des parties est une chose indépendante. (Brentano, 1954, op. cit., p. 225)

  • 16 Brentano justifie l’usage du néologisme « divisif » (Divisiv) dans le passage suivant : « De même (...)

32Contrairement à un simple agrégat, un collectif peut être appréhendé d’un point de vue unitaire et formé un ensemble homogène comme l’explique Brentano dans ce passage. Cependant, contrairement au tout, ses parties ou plus précisément ses morceaux (Stücke ) entretiennent une relation d’indépendance avec le collectif dont ils font partie en ce sens que leur existence ne dépend pas de leur participation à cet ensemble. Il en va autrement d’un tout comme une mélodie, par exemple, dont les parties sont des moments ou ce qu’il appelle aussi dans la Psychologie des divisifs16 qui, contrairement aux parties d’un collectif, entretiennent avec le tout dont ils sont les parties des relations de dépendance. Nous pouvons donc reformuler la question initiale en nous demandant si la multiplicité des états qui sont perçus intérieurement se présente comme un collectif ou bien comme un tout :

Quand il s’agit d’états psychiques compliqués (verwickelten), avonsnous affaire à un collectif de choses ? Ou bien, dans les états les plus compliqués comme dans les états les plus simples, la totalité des phénomènes psychiques appartient-elle à une seule et même réalité, dans laquelle nous ne pouvons que distinguer des divisifs en tant que parties ? (Psychologie, p. 165 ; Schriften I, p. 176)

  • 17 À cet égard, rappelons que Brentano distingue nettement la relation hiérarchique entre les trois c (...)

33On peut d’ores et déjà répondre à cette question en faisant valoir que l’idée même d’un collectif va contre quelques-uns des principes fondamentaux de la psychologie de Brentano tel celui du caractère fondateur de la représentation et de la dépendance du jugement et du sentiment par rapport à celle-ci. Il n’est pas non plus compatible avec la théorie des objets primaires et des objets secondaires parce que celle-ci présuppose une dépendance biunivoque de la conscience primaire et de la conscience secondaire17. La complexité que présuppose toute activité psychique constitue au contraire un tout dont les états mentaux sont les divisifs. À ce titre, la conscience de l’objet premier et la conscience de l’objet second sont des parties métaphysiques d’un seul et même phénomène unitaire et d’une seule et même réalité. D’où le principe de l’unité de la conscience par lequel Brentano cherche à rendre compte de l’appartenance commune de l’ensemble de ces éléments à une seule et même réalité (Psychologie, p. 169).

34Le principe de l’unité de la conscience est évoqué dès le premier chapitre du livre II de la Psychologie en réponse à la question de savoir pourquoi les multiples phénomènes mentaux qui sont impliqués dans les actes les plus simples apparaissent à la conscience non pas comme un agrégat d’éléments dispersés, mais bien comme une réalité unitaire. C’est dans ce contexte que Brentano a recours à sa théorie des touts et des parties et qu’il conçoit les phénomènes mentaux comme « des phénomènes partiels (Teilphänomene) d’un phénomène unitaire dans lequel ils sont contenus et comme une seule chose unitaire » (Psychologie, p. 110 ; Schriften I, p. 114). Ce principe est présupposé à chacune des étapes dans l’élaboration de la théorie de la conscience dans les chapitres subséquents du deuxième livre de la Psychologie. Il s’impose clairement en réponse au problème de la complexité qui découle de la théorie des objets primaires et des objets secondaires, et nous avons vu que le problème de la régression, tout comme celui de la duplication, est insoluble à moins de présupposer que les objets primaires et les objets secondaires forment un tout unitaire insécable. C’est ce que confirme d’ailleurs Brentano au terme de sa réflexion sur l’unité de la conscience :

[L’] ensemble (Gesammtheit) de notre état psychique, quelle qu’en soit la complexité, constitue toujours une unité réelle. C’est le fait bien connu de l’unité de la conscience que l’on a raison de considérer en général comme l’un des principes (Punkte) les plus importants de la psychologie. (Psychologie, p. 171 ; Schriften I, p. 182)

35Ce principe ne vise donc pas à éliminer la complexité au profit de la simplicité, mais il vise à garantir que ce qui est perçu dans la conscience intérieure est, malgré cette complexité, quelque chose d’unitaire.

36Ceci dit, tout ce que nous avons dit jusqu’à maintenant à propos de cette unité ne concerne en définitive que les relations de dépendance méréologiques auxquelles Brentano a recours dans sa solution métaphysique au problème de la complexité. Cet aspect de sa théorie de l’unité de la conscience rend compte de l’appartenance commune de l’ensemble de ces éléments à une seule et même réalité et elle ne concerne au bout du compte que l’objet perçu intérieurement. Mais il ne s’agit apparemment que de l’une des deux conditions que Brentano impose à l’unité de la conscience, l’autre condition étant la condition de simultanéité qui s’applique cette fois à la conscience intérieure en tant que telle :

L’unité de la conscience, telle qu’elle ressort avec évidence de ce que nous percevons intérieurement, consiste en ceci : tous les phénomènes psychiques qui se trouvent simultanément (gleichzeitig) en nous – si différents soient-ils : vision et ouïe, représentation, jugement et raisonnement, amour et haine, désir et aversion, etc. sous la seule condition d’être intérieurement perçus comme simultanés (wenn sie nur als zusammen bestehend innerlich wahrgenommen werden), appartiennent tous à une seule et même réalité (sämmtlich zu einer einheitlichen Realität gehören) ; phénomènes partiels, ils forment un phénomène psychique dont les parties constitutives ne sont pas des choses distinctes ni des parties de choses distinctes, mais appartiennent à une unité réelle. Telle est la condition nécessaire, mais suffisante, de l’unité de la conscience. (Schriften I, pp. 182-183)

37Par la notion de simultanéité, Brentano semble vouloir rendre compte du fait que ce phénomène complexe est une donnée immédiate et non inférentielle de la conscience interne et écarter le facteur temporel qui est impliqué dans l’accomplissement des nombreux actes que Brentano mentionne dans ce passage et qui font partie de ce phénomène complexe. La condition de simultanéité présuppose en outre que l’on ait conscience de la simultanéité en tant que telle, c’est-à-dire, pour reprendre le cas de la mélodie que Brentano utilise fréquemment dans sa Psychologie (par exemple Psychologie, p. 168 ; Schriften I, p. 179), que non seulement on se représente plusieurs objets à la fois, mais que l’on a aussi conscience que ces objets appartiennent ensemble à une seule et même réalité, et en l’occurrence à la mélodie. En ce sens, la condition de simultanéité serait à la conscience du phénomène unitaire ce que la condition ontologique de l’appartenance à une seule et même réalité est à l’objet perçu, c’est-à-dire à l’objet intentionnel.

L’agent psychique et la conscience de soi

  • 18 Cf. aussi l’introduction de M. Antonelli à son édition de la Psychologie de Brentano (Schriften I, (...)

38L’hypothèse que je développerai succinctement dans cette section est que Brentano a recours à la notion d’agent psychique ou de « chose mentalement active » (Psychich Tätige ) afin de solutionner deux problèmes laissés en suspens dans sa Psychologie : celui du substrat des modes de conscience et celui de la conscience de l’acte psychique entier que l’on peut comprendre dès lors comme la conscience que l’agent prend de lui même en tant que porteur de l’état complexe dans lequel il se trouve. Les commentateurs de Brentano sont divisés sur la question de savoir ce qui motive le recours à la notion d’agent psychique chez Brentano. L’introduction de la notion d’agent psychique coïncide et va de pair avec un changement important de sa conception de la conscience, plus précisément dans son interprétation de la deuxième thèse générale sur la conscience voulant que tout état psychique soit conscient au sens il est toujours objet d’une conscience qui l’accompagne18. Mon hypothèse est que Brentano la conçoit sur le tard comme conscience de soi, c’est-à-dire que la conscience de l’acte psychique est en fait la conscience que l’agent prend de lui-même en tant qu’il se trouve dans cet état.

39En fait, ces deux problèmes sont directement liés aux deux significations que nous avons associées à la notion de mode de conscience, à savoir au sens ontologique d’après lequel les états psychiques sont des moments ou attributs de la conscience, et au sens psychologique dans lequel les trois classes d’acte sont les modes par lesquels la conscience entre en relation avec ses objets. Le premier problème porte sur le substrat ou le porteur de ces propriétés tandis que le deuxième concerne le mode par lequel on prend conscience de ce phénomène unitaire complexe. Car, en effet, comment peut-on prendre conscience de ce phénomène complexe autrement que par l’un quelconque de ses modes, même en ne supposant pas que ce mode constitue ontologiquement un Teilphänomene du phénomène complexe ?

40Le premier problème porte plus précisément sur ce que Brentano appelle dans sa Psychologie « cet être unitaire réel » (Schriften I, p. 175) dont les modes de conscience, en tant que divisifs, sont les déterminations. En première approximation, cette notion désigne l’état psychique intégral qui forme une unité « réelle » en ce sens que tous les phénomènes psychiques individuels, contrairement aux phénomènes physiques, « possèdent une existence effective en dehors de l’existence intentionnelle » (Psychologie, p. 105). Et l’unité de la conscience, avons-nous dit, n’est rien d’autre que l’appartenance des phénomènes partiels (Teilphänomene ) à cette chose réelle. Mais le principe de l’unité de la conscience, tel que formulé dans la Psychologie, n’apporte pas de précisions sur la nature du substrat des modes de conscience formant un tout, ni sur le statut de la conscience simultanée de l’ensemble des éléments qui composent cette unité. C’est ici qu’intervient l’agent psychique. En effet, il répond d’abord à la question du substrat réel de l’acte psychique complexe perçu intérieurement comme le confirme Brentano dans quelques fragments réunis dans l’ouvrage Religion und Philosophie dont le passage suivant dans lequel il formule sa thèse générale en réaction à ce qu’il appelle le semi-matérialisme d’Aristote :

Il s’ensuit donc indubitablement que ce même sujet unitaire dernier doit être au fondement de toutes les activités psychiques, sensibles et non sensibles, qui tombent sous la perception interne simultanée. L’unité de la conscience exclut le semi-matérialisme d’Aristote. (Brentano, 1954, op. cit., p. 228)

41Ainsi, les modes de conscience appartiennent bien à un seul et même acte complexe, comme le veut le principe de l’unité de la conscience, mais ce tout n’est pas la conscience en tant que telle mais bien l’agent psychique qui en est le porteur. Tous les états conscients sont des phénomènes psychiques qui lui appartiennent au sens trivial que c’est lui, et personne d’autre, qui accomplit ces actes et que c’est lui qui est conscient de sa douleur à l’estomac ou du plaisir qu’il prend à jouer aux échecs ou à composer des vers. Cet accès privé (ou à la première personne) et privilégié à ses propres états mentaux est d’ailleurs une présupposition dans l’usage que fait Brentano de la perception et de la conscience intérieures.

42D’où le deuxième problème qui porte sur le statut de la conscience concomitante et la deuxième thèse générale sur la conscience dans la Psychologie suivant laquelle tout état psychique est conscient. Cette thèse peut être interprétée de deux manières différentes selon que l’on conçoit le prédicat « est conscient » comme une propriété intrinsèque aux états mentaux, ou encore comme objet de conscience au sens où tout état mental est toujours accompagné d’une conscience concomitante. La première interprétation est problématique ne serait-ce que parce qu’un état en tant que tel ne saurait être conscient ou non conscient à moins de supposer ce que G. Ryle appelle le caractère autolumineux d’un état. Car en effet, un état nécessite un porteur ou un agent qui accomplit ces actes et une explication de la conscience doit en tenir compte comme l’a d’ailleurs reconnu Brentano (1954, op. cit., p. 226-22). La deuxième interprétation comporte également son lot de problèmes parce qu’elle n’explique pas pourquoi le simple fait d’être en relation avec un objet secondaire nous rend conscient d’accomplir un acte qui prend pour objet un phénomène physique. Car, en effet, comment la conscience peut-elle être à la fois conscience (au sens actif) de cette unité et objet de conscience (au sens passif), c’est-à-dire être conscience de cette conscience ? Brentano envisage cette dernière possibilité dans une discussion avec Thomas d’Aquin et soutient que la conscience de cette conscience coïncide avec la conscience de la représentation initiale. C’est dans ce contexte que Brentano introduit l’idée que la conscience de la conscience de la représentation du son n’est en fait que la conscience de l’acte psychique intégral qui devient « son objet et son contenu propres » (Psychologie, p. 139). Mais cette conscience concomitante de l’objet secondaire compris comme l’acte psychique intégral ne rend pas compte du fait que cet état est conscient, sinon en disant que nous en avons conscience. Ces deux explications de la deuxième thèse qui, comme je l’ai dit, est au cœur des analyses de Brentano sur la conscience dans le deuxième livre de la Psychologie, ne rendent donc pas compte adéquatement de ce que c’est pour un état mental d’être conscient. C’est ce que Brentano semble avoir réalisé sur le tard et mon hypothèse est que la prise en compte de l’agent psychique vise non seulement à résoudre le problème du substrat des modes de conscience mais encore à fournir une explication plus adéquate de la deuxième thèse.

43En effet, d’après cette explication, un état est conscient seulement si l’agent prend conscience non pas de cet état en tant que tel mais bien de lui-même en tant qu’il se trouve dans cet état. Ainsi, la prise en compte de l’agent psychique dans cette théorie de la conscience implique que, dans l’accomplissement normal d’un acte de perception externe, par exemple, l’agent prend conscience en plus de son objet primaire, de lui-même en tant qu’agent percevant (Brentano, 1954, op. cit., p. 226). C’est ce que confirme un passage de l’appendice de 1911 à la classification des actes dans lequel Brentano soutient que l’objet de la conscience secondaire ou de la perception interne est l’agent psychique lui-même qui contient à la fois la relation à l’objet primaire et la conscience secondaire de la relation à lui-même :

Comme je l’ai fait observer dans ma Psychologie du point de vue empirique, on ne doit pas prendre comme objet second de l’activité psychique l’une quelconque de ces relations, par exemple la relation avec l’objet premier ; […] ce qui constitue l’objet second, c’est proprement l’activité psychique ou plus exactement l’agent psychique qui enveloppe (sondern die psychische Tätigkeit, genauer gesprochen das psychisch Tätige, in welchem beschlossen ist) à la fois la relation seconde et la relation première. (Psychologie, p. 270 ; Schriften I, p. 385)

  • 19 Comparer avec les remarques de Kriegel, U. 2003 « Consciousness, Higher-Order Content, and the Ind (...)
  • 20 Brentano, F. 1975, « Was an Reid zuloben. Über die Philosophie von Thomas Reid », Aus dem Nachlaß, (...)

44Ce passage met en évidence un nouveau mode de conscience qu’on ne retrouve pas dans la Psychologie, à savoir le mode de conscience de se qui désigne la conscience que l’agent prend de lui-même en tant qu’il se trouve dans cet état complexe. Pour prendre à nouveau l’exemple de la représentation du son, la conscience de soi ressemblerait à ceci : je suis moi-même en train de me représenter un son ou d’en faire l’expérience19. Ce point ressort encore plus clairement du cas de la douleur en tant qu’états dont l’agent prend nécessairement conscience à la première personne. La thèse voulant que tout état est conscient serait donc à comprendre, à la lumière du mode de conscience de se, comme la thèse que cette conscience de soi est implicite à toute expérience. Cette thèse trouve une nouvelle confirmation dans la distinction dont il a été question précédemment entre conscience implicite (ou conscience au sens large) et conscience explicite (conscience au sens étroit) que Brentano applique, dans ses leçons sur la psychognosie, aussi bien à la perception externe qu’à la perception interne. Nous avons vu que la théorie de la conscience dans la Psychologie se limite à la seule conscience intérieure (ou à la conscience implicite). Or puisque les phénomènes physiques ne sont pas des données de la conscience intérieure qui se limite aux états mentaux, la question se posait de savoir si cette classe de phénomènes désigne des contenus de l’expérience sensible. Le recours à la notion de conscience implicite montre que les qualia sont des données de la conscience primaire et que contrairement à la conception que s’en font les théories d’ordre supérieur, l’expérience qualitative (et la conscience implicite par l’agent de la dimension sensible) est une condition nécessaire aux pensées qui la prennent pour objet et elle leur préexiste. Notons enfin que cette conscience primaire est conscience intransitive et préréflexive comme le montrent les remarques de Brentano sur Thomas Reid20.

45Ceci dit, l’adoption par Brentano de la notion de conscience de soi de même que la prise en compte du sujet de l’expérience ne remettent pas en question le bien-fondé de sa théorie des objets primaires et des objets secondaires ni non plus la place qui revient au principe de l’unité de la conscience dans cette théorie. En tant que substrat réel de l’ensemble des modes de conscience, l’agent constitue le siège de l’unité de la conscience mais il n’en est pas le principe unificateur. Nous avons vu que dans les écrits postérieurs à la publication de la Psychologie, sa théorie de la conscience connait un élargissement en ce qu’elle intègre ce qu’il appelle parfois la conscience primaire ou la conscience au sens large qui inclut les états qualitatifs de l’agent. Ce qui entraine une nouvelle interprétation de la thèse du caractère conscient des états mentaux dans le sens de la conscience de se. C’est en ce sens que j’interprète le passage de Religion und Philosophie où il fait allusion à l’activité sensible du sujet (Brentano, 1954, op. cit., p. 228) et celui de l’appendice de 1911 où il soutient que la relation première (la conscience de l’objet primaire) et la relation secondaire (la conscience de ses propres états) sont contenues (eingeschlossen) dans le sujet dont elles font partie (Psychologie, p. 270).

Notes

1 J’utilise ici l’abréviation Psychologie en référence à la traduction française de la Psychologie d’un point de vue empirique de Brentano et Schriften pour l’édition chez Ontos de ses écrits.

2 Je discute de l’interprétation de la théorie de la conscience de Brentano dans la perspective des théories d’ordre supérieur de la conscience in Fisette « Franz Brentano and higher order theories of consciousness », (à paraître dans la revue brésilienne Argumentos).

3 Brentano, F. 1944, La psychologie d’un point de vue empirique, Paris : Aubier, 1944 ; 2007 (2 e éd.) revue par J. -F. Courtine, Paris, Vrin.

4 Brentano, F. 2008, Sämtliche veröffentlichte Schriften, vol. 1, Schriften zur Psychologie Psychologie vom empirischen Standpunkte, M. Antonelli (éd.), Frankfurt a. M. : Ontos ; désormais noté Schriften I, p. 120.

5 Brentano, F. 1982, Deskriptive Psychologie, R. Chisholm and W. Baumgartner (éds.), Hamburg, Meiner, p. 26.

6 Brentano, F. 1889, Vom Ursprung sittlicher Erkenntnis, Leipzig : Dunker & Humblot ; trad. fr. M. Gens, L’origine de la connaissance morale, Paris : Gallimard, 2003, pp. 48-49.

7 Brentano 1982, op. cit., p. 23. Comparer avec ce passage de L’origine de la connaissance morale : « Pas d’audition sans quelque chose qui soit entendu, pas de croyance sans quelque chose à quoi accorder crédit, pas d’espoir sans quelque chose qui soit espéré, pas d’effort sans quelque chose vers quoi on tende, pas de joie sans quelque chose dont on se réjouisse, et ainsi de suite » (Brentano, 2003, p. 49).

8 Brentano définit également la conscience à l’aide de la notion de contenu. En effet, au tout début du troisième chapitre du deuxième livre, Brentano dit de la conscience qu’elle désigne « tout phénomène psychique pour autant qu’il ait un contenu » (Psychologie, p. 147). Rappelons que la notion de contenu représente, avec celles d’inexistence intentionnelle et de directionnalité, l’une des trois notions par lesquelles Brentano définit l’intentionnalité dans la Psychologie (Psychologie, p. 102).

9 Dans une note au tout début du chapitre II, Brentano distingue explicitement conscience intérieure et perception interne : « De même qu’on appelle perception « interne » la perception d’une activité psychique actuellement présente en nous, nous appelons ici conscience « interne » la conscience qui s’y rapporte » (Psychologie, p. 113 ; Schriften I, p. 118).

10 Brentano, F. Sämtliche veröffentlichte Schriften, vol. 3, Schriften zur Ethik und Ästhetik, Frankfurt a. M. : Ontos, 2011, désormais noté Schriften III, p. 39 ; Helmholtz, W. von 1879, Die Tatsachen in der Wahrnehmung, Berlin : Hirschwald, p. 9.

11 Cf. l’article de Mulligan, K. 2004, « Brentano on the Mind », pour une analyse de ces distinctions dans les leçons de Brentano sur la psychognosie (dans Jacquette, D. (éd.), The Cambridge Companion to Brentano, CUP, pp. 66-97.

12 Dretske, F. 1993, « Conscious Experience », Mind, vol. 102, pp. 263-283.

13 Armstrong, D. 1997, « What is consciousness ? », in N. Block et al. (éds.) The Nature of Consciousness. Philosophical Debates, Cambridge, MIT Press, pp. 721-728, p. 723.

14 Cf. Fisette, D. 2010, « Descriptive Psychology and Natural Sciences. Husserl’s early Criticism of Brentano », C. Ierna et al. (éds.), Edmund Husserl 150 Years : Philosophy, Phenomenology, Sciences, Berlin, Springer, p. 135-167, pour un examen de la critique que Husserl adresse à Brentano dans ses Recherches logiques et Werner, A. 1931, Die Psychologisch-erkenntistheoretischen Grundlagen der Metaphysik Franz Brentanos, Hildesheim : Borgmeyer, sur le statut ambigu de la notion de phénomène physique dans la Psychologie de Brentano.

15 Voir Brentano, F. (1954) Religion und Philosophie, F. Mayer Hillebrand (dir.), Bern : Francke, p. 191.

16 Brentano justifie l’usage du néologisme « divisif » (Divisiv) dans le passage suivant : « De même que nous attribuons un seul et même nom à une réunion de plusieurs choses, nous pouvons considérer et désigner chaque partie d’une chose comme quelque chose à part. Mais de même que dans le premier cas la dénomination s’appliquait non pas à une chose, mais à un collectif, la dénomination ne s’appliquera pas ici non plus à une chose, et, faute d’un vocable usuel et clair, puisque le nom de partie s’applique également à des choses effectives par rapport à des collectifs, nous emploierons le terme’divisif’ » (Psychologie, p. 165 ; Schriften I, p. 176).

17 À cet égard, rappelons que Brentano distingue nettement la relation hiérarchique entre les trois classes d’actes de celle entre les objets primaires et les objets secondaires. Car dans le premier cas, la relation de fondation entre la première classe et les deux autres se traduit par une dépendance unilatérale (einseitig) du jugement et des émotions à la classe des représentations, laquelle, comme nous l’avons vu, est en principe autonome par rapport aux autres classes d’actes. En revanche, entre la conscience de l’objet primaire et la conscience de l’objet secondaire, il existe une relation de dépendance biunivoque (gegenseitig ) en ce sens que les deux relata sont mutuellement dépendants l’un de l’autre comme le présupposent d’ailleurs les deux thèses générales sur la conscience (cf. Brentano, F. 1954, op. cit., pp. 226-227).

18 Cf. aussi l’introduction de M. Antonelli à son édition de la Psychologie de Brentano (Schriften I, p. LXXX).

19 Comparer avec les remarques de Kriegel, U. 2003 « Consciousness, Higher-Order Content, and the Individuation of Vehicles », Synthese, 134/3, pp. 477-504, p. 480-481, à propos de la distinction chez Brentano entre self-representation et representation of the self.

20 Brentano, F. 1975, « Was an Reid zuloben. Über die Philosophie von Thomas Reid », Aus dem Nachlaß, herausgegeben von R. Chisholm und R. Fabian, Grazer Philosophische Studien, vol. I, 1975, pp. 1-18.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search