Version classiqueVersion mobile

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

5. Penser le temps des vestiges du passé

Henri Hubert et l’archéologie des Antiquités nationales : une tentative d’ethnographie préhistorique

Laurent Olivier

Texte intégral

1On a dérangé Hubert pour prendre une photographie de lui, sur le balcon du musée des Antiquités nationales qui donne sur la perspective du parc de Saint-Germain. Il a ce sourire timide qu’on lui connaît et nous regarde à travers l’objectif de la caméra comme s’il n’était pas sûr d’être tout à fait à sa place. La main gauche dans la poche de son veston, il affecte la décontraction d’un homme sûr de lui, mais son geste reste suspendu. En prenant la pose, il a l’air de se prêter malgré lui à cette exposition publique, pressé qu’il est d’en finir avec ce pénible rituel de la photo souvenir pour retourner enfin là où l’attend son travail, dans la pénombre des réserves du MAN.

  • 1 Comme le souligne Hubert dans son autobiographie de mars 1915, « je suis allé à l’Idée de Temps, p (...)
  • 2 Lettre d’Hubert à Mauss (1898), publiée dans Bert, 2012a : 101.
  • 3 Ibid. : 112, 103 et 113.

2Quel contraste avec la carrure de son ami Marcel Mauss, son « frère de travail » ! Mauss a ce port altier des gens qui savent où ils vont. Il sait qu’il appartient à la génération des héritiers des grands maîtres, auxquels il succédera. Pour s’afficher déjà comme l’un des leurs, il s’est fait une barbe imposante, comme la portaient les savants du xixe siècle, et se promène fièrement avec une canne, qu’il tient comme une épée. Marcel est un peu frimeur, un peu viveur, un peu glandeur. À la suite de leur rencontre en 1896, Mauss et Hubert se sont partagés le travail : Marcel s’occupera des faits sociologiques des sociétés contemporaines, tandis qu’Henri s’attaquera, de manière symétrique, à la sociologie des sociétés disparues que permettent de connaître l’archéologie et la préhistoire. À Mauss l’espace, et à Hubert le temps1. À sa table tous les jours de la semaine, Hubert travaille comme un fou et « peste contre toutes les distractions » de la vie courante auxquelles il ne peut se soustraire2 ; Mauss, lui, travaille par à-coups. Il tarde à lui envoyer les parties des textes qu’il doit écrire, et qu’Hubert doit corriger et intégrer à une démonstration commune progressant de manière logique et construite. Dans le couple de travail qu’il forme avec Mauss, Hubert rature, raccommode et recompose la matière souvent brute que lui envoie son ami. Il est souvent « exaspéré » par ce « grand paresseux » de Mauss et finit par demander à Durkheim de bien vouloir « secouer » son neveu3.

3Pourtant, c’est Mauss qui écrira le fameux « Essai sur le don ». Ce texte fondateur le rendra célèbre et fera sa réputation bien au-delà du cercle de l’école de sociologie française. Contrairement à Mauss, Hubert n’aura formé aucun héritier capable de prolonger sa pensée. Parmi ceux qui auront suivi son enseignement à l’École du Louvre, ceux qui prendront sa succession à Saint-Germain n’auront ni l’envergure intellectuelle ni la formation théorique qui leur aurait permis d’approfondir sa démarche. Ni un Raymond Lantier ni un André Varagnac, qui prendront la direction du musée des Antiquités nationales, ne laisseront de véritable héritage intellectuel.

  • 4 Comme l’indique Hubert dans son autobiographie de mars 1915, son enseignement à l’École du Louvre (...)

4En réalité, bien avant la révolution de la New Archaeology américaine, Hubert ouvrait l’archéologie à l’ethnographie et aurait pu faire sien le mot d’ordre qu’allait populariser Lewis Binford au début des années 1960 : Archaeology is Anthropology or it is nothing. Sans doute, le sourire modeste d’Hubert cachait-il un dessein trop ambitieux, ou trop novateur, pour les archéologues de son temps, qui n’en prirent pas la mesure. Force est de constater en tout cas que les chercheurs ne se sont pas appropriés l’approche « ethnographique » des vestiges du passé qu’avait commencé à construire Hubert4. La trajectoire intellectuelle d’Hubert ressemble à la course d’un météore dans le ciel brouillé de la recherche française : il est passé sans qu’il en soit resté la moindre trace.

5Qu’est-ce donc qui n’a pas marché ? Il existe, au fond, un persistant « mystère Hubert ». Hubert était celui qui pouvait réussir la synthèse de la tradition issue de l’école sociologique de Durkheim — dont il portait l’héritage, avec Mauss — et de l’archéologie des Antiquités nationales, constituée autour de l’école des chercheurs de Saint-Germain, à laquelle il appartenait. Mauss voyait en lui son double (un double sans doute parfois un peu trop sérieux à son goût). Salomon Reinach avait décidé faire de lui son second à la tête du musée des Antiquités nationales. Que s’est-il donc passé pour que rien de tout cela n’aboutisse ? La lecture des œuvres d’Henri Hubert laisse un sentiment indistinct d’incompréhension et de frustration. Car lire Hubert, c’est, finalement, réaliser l’énormité du ratage historique que représente pour la discipline archéologique l’incapacité dans laquelle il s’est trouvé de parvenir à imposer, en son temps, la démarche qu’il avait choisi de partager avec Mauss.

Le projet d’une ethnographie préhistorique

  • 5 L’expression est de Marcel Mauss (Mauss, 1932 : XXIV).
  • 6 Hubert 1932a ; id., 1932b.
  • 7 Id., 1952.

6Pourquoi Mauss est-il parvenu à ses fins et pas Hubert ? Dans tous ses développements, l’œuvre archéologique d’Henri Hubert laisse une troublante impression d’incomplétude. Hubert a lancé une multitude de chantiers, dont la plupart n’ont pas abouti. Il a consacré un énorme travail à la proposition d’une réglementation des fouilles archéologiques, qui n’a jamais vu le jour (Hubert, 1914b). À Saint-Germain, malgré « un immense labeur5 », il n’a pu mener à terme la présentation des salles qu’il avait entreprise. Ses deux grands livres d’archéologie, Les Celtes6 et Les Germains7 sont des publications posthumes, réalisées à partir de notes datant d’avant la guerre de 1914-1918 : il faut malheureusement constater que ces ouvrages n’ont eu aucun impact réel sur la recherche de leur temps. Le même bilan s’impose à nous pour son activité d’historien des religions anciennes : Hubert n’a jamais rédigé sa thèse sur « la grande déesse », qui n’est restée qu’à l’état de projet.

  • 8 Lantier, 1928.

7Sa bibliographie8 n’est pas celle que l’on attendrait de lui. De son vivant, Hubert n’a pas publié un seul livre, si ce n’est des mémoires ou de gros articles, qui sont parus dans des mélanges ou des actes de colloques. Au cours d’une carrière scientifique longue d’une trentaine d’années, Il n’a publié en tout qu’une cinquantaine d’articles scientifiques ; toutes ces contributions concernent essentiellement l’histoire des religions. En revanche, il a produit une somme extraordinaire de plus de cinq cents notices et comptes-rendus d’ouvrages. En réalité, Hubert a été absorbé par ce travail éreintant. Dans les quinze meilleures années de sa production intellectuelle, qui vont des environs de 1900 au début de la Première Guerre mondiale, il a rédigé en moyenne plus d’une trentaine de recensions d’ouvrages par an – et jusqu’à plus de soixante-dix pour la seule année 1901. On comprend qu’il n’ait guère eu le temps d’écrire autre chose, manquant de temps, en fait, pour sa propre recherche.

8Le couple Mauss et Hubert avait conçu un véritable plan de conquête des sciences humaines. En poussant en avant la sociologie héritée de Durkheim, c’est au primat académique de l’histoire sur les sciences de l’Homme qu’ils s’attaquent. Dans une lettre à Hubert de 1900, Mauss explique très clairement à son ami sa perception des enjeux de la situation. L’historien et philosophe Henri Berr (1863-1954), qui vient de créer la Revue de Synthèse, souhaite y associer Hubert. « Si j’ai un conseil à te donner, bien net, lui dit Mauss, c’est de ne pas marcher […] La synthèse historique ne veut rien dire. » L’enjeu, c’est évidemment la concurrence que ferait cette nouvelle revue de « synthèse historique » à L’Année sociologique dans laquelle se sont investis Mauss et Hubert : faut-il en être ou pas et, dans l’un ou l’autre cas, quelles en seraient les conséquences pour le projet porté par le couple Mauss-Hubert ? Hubert pense qu’il vaut mieux participer au projet d’Henri Berr, car c’est un moyen d’influer sur ce qui s’écrira dans cette nouvelle revue ; c’est en n’y étant pas, fait-il valoir à Mauss, qu’on laisserait se créer un espace concurrentiel à L’Année sociologique, sur lequel on n’aurait dès lors plus aucun contrôle.

  • 9 Lettre de Mauss à Hubert, 1900. IMEC, fonds Mauss, cité par Bert, 2012a : 11-12.

9Pas du tout, lui répond Mauss, « […] l’important est précisément que nous soyons les seuls à faire ce que nous faisons à L’Année, et qu’étant les seuls nous ne le fassions qu’à L’Année. » Comme il le dit à Hubert, il est impératif de ne pas se disperser, le travail à accomplir pour imposer leur projet intellectuel étant déjà considérable. « Aucun d’entre nous, lui dit-il, surtout toi, n’a le temps de collaborer à une telle salade. Tu as L’Année, et son secrétariat partiel ; Saint-Germain, ta thèse. Tu as des masses de travaux prêts ou à préparer. Tu as les notes critiques. Tu as des tas de choses sur les bras. » Certes, comme le fait valoir Hubert, il est important de ne pas se laisser enfermer dans le travail à long terme qu’impose l’édition de L’Année sociologique, et Mauss est d’accord avec lui pour admettre « [qu’] il serait temps qu’à notre travail de L’Année […] nous ajoutions des publications dogmatiques étendues ». Mais pas au prix de la dispersion : « Il vaut mieux, lui dit-il, pénétrer dans des organisations toutes faites, fort respectables presque toujours, influentes déjà, où nous pouvons parler à coup sûr avec la certitude d’être entendus. »9

10L’histoire et les historiens : voilà donc le domaine vis-à-vis duquel Mauss, plus encore qu’Hubert — qui est prêt à se laisser séduire —, entend affirmer leur indépendance. Les « organisations toutes faites » dans lesquelles Mauss cherche à instituer une tribune qui leur permettrait de faire entendre leur différence sont des revues dédiées à l’histoire des idées, ou à la préhistoire et à l’archéologie. Ce sont la Revue de l’histoire des religions, la Revue philosophique, la Revue archéologique ou encore L’Anthropologie. Car l’histoire impose sa pesanteur écrasante à l’étude des sociétés anciennes. Les historiens, antiquisants pour la plupart, qui contrôlent les comités de rédaction des grandes revues, barrent l’accès à la diffusion des approches « sociologiques » ou « ethnographiques » que portent Mauss et Hubert. En l’occurrence, il faut, soutient Mauss — qui se montre ici plus fin stratège qu’Hubert — imposer à l’intérieur une marque de fabrique exclusive (avec L’Année sociologique) et, à l’extérieur, pratiquer un entrisme délibéré dans des revues déjà bien établies, qui serviront de porte-voix de la pensée du couple Mauss-Hubert.

  • 10 « Promis à M. Berr bien avant la guerre » (Mauss, 1932 : XXI), l’ouvrage est annoncé en 1914 parmi (...)
  • 11 Déchelette, 1913 ; id., 1914.
  • 12 « Mon cours de l’École du Louvre à partir de 1906 a été dirigé, écrit-il dans son autobiographie d (...)

11De ce point de vue, le projet des Celtes d’Hubert était destiné, semble-t-il, à fonctionner comme un cheval de Troie. Promis à Henri Berr pour sa collection intitulée « l’évolution de l’humanité » dans la Bibliothèque de synthèse historique, l’ouvrage est déjà conçu dans ses grandes lignes dès avant 191410. Pour sa partie archéologique, il se fonde sur la synthèse des découvertes européennes de l’âge du fer que réalise Joseph Déchelette pour son fameux Manuel d’archéologie, en grande partie à partir des collections du musée de Saint-Germain11. Mais l’ambition d’Hubert est d’aller beaucoup plus loin, en intégrant aux données de l’archéologie celles de la linguistique et en englobant dans son étude les sources littéraires irlandaises de la période médiévale. Le projet d’Hubert est d’ouvrir ainsi l’archéologie celtique à une véritable « ethnographie préhistorique de l’Europe », qui constitue le cœur du programme scientifique qu’il a fixé à sa carrière12. Ce ne sont pas à proprement parler les survivances des faits culturels d’une civilisation ancienne disparue sur le continent qu’Hubert va chercher dans les témoignages d’époque historique des Îles britanniques, comme on le lui reproche encore aujourd’hui. C’est plus exactement l’écho, pourrait-on dire, qu’aurait produit durant plusieurs siècles encore la mémoire d’une structure sociale préromaine, dont l’organisation aurait été dominée jadis par l’institution du druidisme.

  • 13 Jullian, 1907-1926.

12Malheureusement, lorsqu’il est enfin publié au début des années 1930, le livre paraît trop tard, quand l’occasion est déjà manquée depuis longtemps. La Grande Guerre est passée par là. Camille Jullian, « le grand historien patriote », a laissé une somme sur l’histoire de la Gaule que les spécialistes s’accordent alors à tenir pour indépassable13. Les rapprochements opérés par Hubert, qui tente de jeter les bases d’une anthropologie du monde celtique, ne convainquent pas. Suivis par la plupart des archéologues, les historiens rejettent les comparaisons grâce auxquelles Hubert relie les témoignages archéologiques des Celtes de l’antiquité préromaine et les mentions historiques des sociétés irlandaises du haut Moyen Âge. Ils font valoir que les distances sont trop grandes, à la fois dans le temps et dans l’espace, pour qu’un quelconque héritage ait pu se transmettre du continent aux îles britanniques et surtout pour que ces survivances puissent encore être reconnaissables. Depuis longtemps, les historiens ont déjà reconquis le terrain sur lequel Hubert avait tenté de bâtir son projet « d’ethnographie préhistorique de l’Europe ». On n’en entendra plus jamais parler.

Henri Hubert à Saint-Germain

  • 14 Lorre, 2016 : 150. Hubert ne sera cependant nommé officiellement par l’administration des musées q (...)

13C’est en 1898 qu’Henri Hubert entre comme « attaché libre » (c’est-à-dire collaborateur non rétribué) au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Il est alors âgé de vingt-quatre ans. Cinq ans plus tard, en 1903, il exerce désormais les fonctions de conservateur adjoint aux côtés de Salomon Reinach, se concentrant sur l’acquisition et l’installation des collections, tandis que le patron du musée représente le MAN vis-à-vis des instances officielles14. Mobilisé en 1915, Hubert doit interrompre son travail jusqu’en 1920. Son retour au musée est chaotique. Souffrant de graves problèmes cardiaques, Hubert doit finalement prendre congé du MAN en novembre 1925 pour partir se reposer aux environs de Toulon. Il ne reviendra plus à Saint-Germain. Dès le début de l’année suivante, Raymond Lantier est nommé à sa succession comme conservateur adjoint, en janvier 1926.

  • 15 Daumet avait été précédé à Saint-Germain par l’architecte Joseph-Auguste Lafollye (1828-1891).
  • 16 Ces salles présentaient les collections, essentiellement pré- et protohistoriques, qui avaient été (...)

14Hubert sera resté vingt-deux ans au musée des Antiquités nationales. Lorsqu’il arrive à Saint-Germain, le musée est encore en construction, depuis sa création en 1865. On démolit alors le dernier des pavillons Mansart qui avaient été ajoutés au xviie siècle à l’ancien château Renaissance édifié par François Ier. La chapelle royale construite sous saint Louis est encore en cours de restauration. Le musée continue à s’agrandir, par la création de nouvelles salles. Il faudra attendre encore dix ans pour que le musée conçu au début des années 1860 soit enfin achevé, en 1908. Dans cette atmosphère de chantier permanent, où les maçons croisent les menuisiers et les peintres, Hubert s’active à faire entrer de nouvelles collections ; il organise le stockage des pièces non encore exposées, les inventorie et les fait restaurer dans les ateliers du musée. Il s’occupe également de l’installation des collections dans les nouvelles salles livrées par l’architecte en charge de la restauration du bâtiment, Honoré Daumet15 (1826-1911), qui poursuit et achève l’œuvre commencée en 1862 par Eugène Millet (1819-1879). C’est ainsi qu’Hubert aménage d’abord la salle Moreau (1900), puis la salle Piette (1902) et les salles de Baye et Morgan (1910 à 1926) enfin16. Parallèlement, il réorganise la présentation des collections déjà installées dans les parties désormais terminées du musée : celles de la salle de mythologie (salle XXI), de la salle des métiers (salle XXV), de la salle de la céramique gallo-romaine (salle XV), et enfin des salles dites du bronze (salle V), et de Hallstatt et de La Tène (salle VI).

  • 17 Comme il l’écrit dans son autobiographie de 1915, « à Saint-Germain, mon principal travail a été l (...)
  • 18 Lettre du 29 janvier 1898 conservée aux Archives nationales (F21 4034b, dossier Henri Hubert) ; ci (...)
  • 19 D’après Raymond Lantier, Hubert « dote le musée d’un vaste magasin central » avant sa mobilisation (...)
  • 20 C’est en effet seulement en 1910 que Salomon Reinach confie officiellement à Hubert la nouvelle pr (...)
  • 21 Lorre, 2011 : 193.

15Cependant, le grand œuvre d’Henri Hubert à Saint-Germain est l’organisation de la salle de comparaison. Elle occupe la grande salle de bal du château, appelée communément salle de Mars17. Ce sont Alexandre Bertrand, alors directeur du musée, et son conservateur adjoint de l’époque, Salomon Reinach, qui lancent ce projet muséographique en 1898. Pour mettre en œuvre ce chantier, ils missionnent Henri Hubert, qui leur paraît « tout désigné pour présider à ce travail délicat, auquel ses études le préparent particulièrement18 » : ils font recruter le jeune chercheur au MAN. Prévue dès la conception du musée, la salle de comparaison n’était encore installée qu’en partie. L’espace de la salle de Mars était alors utilisé pour servir de « magasin central », où étaient entreposées les collections non encore exposées, et pour certaines non encore inventoriées. L’engorgement menaçait sans cesse. L’aménagement définitif de la salle de comparaison passait donc nécessairement par l’organisation d’espaces de rangement des collections — première tentative de création d’espaces de réserve : une préfiguration en quelque sorte — qui n’avaient pas été prévus au moment de la création du musée : c’est ce dont doit s’occuper Hubert en priorité. Ces difficultés semblent avoir contribué au démarrage tardif des travaux muséographiques19. En effet, le travail d’installation des collections définitives de la salle de comparaison ne paraît débuter véritablement qu’en 1909, au moment de l’arrivée des collections ethnographiques du Louvre20. Ces séries avaient été officiellement attribuées au MAN cinq ans auparavant, en 190421.

  • 22 Auteur anonyme (Henri Hubert ?) — Notes sur le musée de Saint-Germain. Texte dactylographié daté d (...)
  • 23 Olivier, 2000 : fig. 1.

16Hubert ne verra pas l’achèvement de la salle de comparaison, dont six vitrines restaient encore à installer au moment de son départ. Il laissera également en chantier l’aménagement de la salle d’Isturitz et de la salle des antiquités mérovingiennes (salle IV). Il ne parviendra pas à mettre en forme le catalogue de la collection Moreau, qu’il prévoyait de rédiger. De la même manière, le catalogue de la salle de comparaison est resté à l’état de notes et de fiches éparses. En revanche, Hubert a très activement contribué à l’enrichissement des collections du musée des Antiquités nationales. De 1898 à 1926, il fait plus que doubler le fonds d’objets entrés au MAN, qui passe d’environ 30 000 à 73 000 items22 : la progression est très forte jusqu’en 1902, date du départ à la retraite de Bertrand, puis se poursuit de manière régulière jusqu’au départ d’Hubert, malgré un fléchissement sensible durant les années de guerre23.

17Henri Hubert arrive en effet à Saint-Germain vers la fin d’une période durant laquelle le musée des Antiquités nationales n’a cessé de se développer, en enrichissant ses collections par l’acquisition de grandes séries de référence, comme le mobilier funéraire des tombes celtiques de Champagne, ou les pièces d’outillage lithique en silex du Paléolithique. La phase « d’accumulation primitive des collections », pourrait-on dire, durant laquelle entrent étaient entrés au MAN des ensembles d’objets aux contextes de provenance souvent mal définis, ne s’était pas prolongée au-delà des toutes premières années d’existence du musée. Elle fut globalement terminée dès avant la guerre de 1870. La conservation de Saint-Germain cherchait désormais à consolider la présentation de ses collections par l’exposition de séries d’objets appartenant à des ensembles archéologiques bien identifiés. On privilégiait la présentation de mobiliers issus de dépôts funéraires ou de formations stratigraphiques bien observées. De la même manière, non seulement on regroupait des séries illustrant des périodes ou des phases particulières de la chronologie des temps préhistoriques, mais on présentait également des ensembles faisant apparaître l’existence de faciès culturels régionaux. Cette évolution concerne particulièrement les collections de préhistoire et des âges des métaux.

  • 24 Hubert, 1902a ; Olivier et Schönfelder, 2002.

18Hubert poursuit cette politique d’acquisition. Il contribue à faire entrer au MAN d’importantes séries de mobilier provenant de la fouille de sites majeurs. Ce sont notamment les collections des sites paléolithiques de La Quina et du Roc-de-Sers (Charente), explorés par le docteur Henri-Martin. Hubert fait acquérir par le musée de Saint-Germain le matériel d’habitat néolithique et des âges du bronze et du fer, qui provient des fouilles de l’abbé Philippe au « Fort-Harrouard » de Sorel-Moussel (Eure-et-Loire). Le MAN acquiert également l’important mobilier des âges du bronze et du fer issu des fouilles systématiques entreprises par le chercheur Maurice Piroutet dans les tertres funéraires de la région de Salins et dans l’habitat de hauteur fortifié du « camp du Château » à Salins-les-Bains (Jura). Hubert ne néglige pas pour autant les découvertes fortuites : c’est ainsi qu’il fait entrer au musée de Saint-Germain l’exceptionnel mobilier de la tombe à char celtique de Nanterre (Hauts-de-Seine), que des travaux d’exploitation de sablière avaient mis au jour en 189924.

19Hubert s’intéresse par ailleurs aux séries d’archéologie et d’ethnographie extra-européennes, qui sont destinées à enrichir les collections de la salle de comparaison. Il fait notamment entrer au MAN un important ensemble d’objets amérindiens qu’a ramenés de Virginie et d’Ohio son ami italien Enrico Hillyer Giglioni (1845-1909), directeur du Muséum d’histoire naturelle de Florence et grand collecteur d’objets ethnographiques (1901). Henri Hubert fait également acquérir par le MAN une série de préhistoire japonaise (1901-1903). L’acquisition de cette collection est liée à son voyage de 1902-1903 en Indochine et au Japon, à l’occasion duquel il participe au Congrès international des orientalistes à Hanoï.

  • 25 Brière et Olivier, 2012.

20Derrière cette activité frénétique se cache un véritable projet scientifique et muséographique pour le MAN. Henri Hubert l’a conçu, mais il ne l’a jamais écrit ni véritablement exposé. De quoi s’agissait-il, au juste ? Hubert nous laisse chercher seuls la réponse à cette question. Elle se trouve dans de petits feuillets de papier jauni qu’il a couverts de son écriture anguleuse, pour nous difficilement déchiffrable, et qui sont aujourd’hui conservés dans les archives du musée de Saint-Germain. Plus que des notes préparatoires, ce sont des sortes de pense-bête griffonné à la hâte, dans des moments où les idées viennent à Hubert et où il cherche à les conserver dans leur articulation. Dans ces fiches éparses, ces esquisses de distribution de vitrines sans cesse redessinées, se trouvent les éléments du plan qu’il avait élaboré pour Saint-Germain. Cette démarche, qu’il n’a pas jugée utile de présenter ni de commenter, consistait à rechercher une méthode qui manifestât le sens des collections archéologiques. Que cherchait-il dans les collections du MAN ? Que lui laissaient entrevoir les matériaux archéologiques et sur quoi comptait-il s’appuyer pour bâtir son discours sur les civilisations anciennes ? Pour reconstituer la démarche d’Henri Hubert au musée de Saint-Germain, il nous faut entreprendre une véritable exploration archéologique de son travail scientifique. Celle-ci s’inscrit, plus globalement, dans une archéologie de la muséographie du musée de Saint-Germain, dont les premiers éléments commencent à être réunis depuis ces dernières années25.

Le MAN : un musée archéologique total

  • 26 Auteurs collectifs, 1865 – Commission consultative pour l’organisation du musée de Saint-Germain. (...)

21Comme on s’en doute, Hubert n’arrive pas à Saint-Germain sur un terrain complètement neuf. Lorsqu’il est recruté au MAN, le musée est ouvert depuis plus de trente ans. Surtout, la présentation des collections et le discours scientifique qu’elles supportent ont déjà fait l’objet d’une importante réflexion, qui a évolué avec les transformations de la discipline archéologique. Dès la création du musée, les travaux de la Commission consultative pour l’organisation du musée de Saint-Germain, mise en place en 1865, ont consisté à définir le contenu des collections, leur mode de présentation et les connaissances scientifiques qu’elles devaient communiquer au public26. Par la suite, cette réflexion muséographique a été poursuivie par Gabriel de Mortillet et Alexandre Bertrand, qui ont dirigé l’installation des premières salles du musée jusqu’en 1885 et 1902.

  • 27 Lors de la cinquième séance de la Commission consultative pour l’organisation du musée de Saint-Ge (...)

22Aussi ne faut-il pas imaginer Henri Hubert faisant entrer seul l’ethnographie à Saint-Germain. Au contraire, dès l’origine de la création du MAN, les concepteurs du musée avaient prévu que la présentation des collections archéologiques trouvées en France serait associée à celles « d’objets de comparaison27 ». Il s’agissait, en somme, de replacer dans le contexte technique et culturel qui était le leur à l’origine les trouvailles exhumées sur le territoire national. Pour les créateurs du MAN, il était clair que l’on ne pouvait appréhender l’histoire des hommes qui s’étaient succédé dans l’espace correspondant à la France actuelle si l’on ne saisissait pas que leurs créations procédaient de civilisations, ou de faciès techno-culturels, qui s’étendaient à d’autres pays d’Europe ou à d’autres régions du monde.

  • 28 Le musée de Saint-Germain est créé par un décret de Napoléon III du 8 novembre 1862.
  • 29 Mortillet, 1869a : 12.

23Ainsi, de « musée gallo-romain » qu’il était au moment de sa fondation en 186228, le musée de Saint-Germain devait-il évoluer rapidement, au cours des premières années de sa création, vers un musée archéologique « total ». Dès avant la fin des années 1860, le MAN apparaît « destiné à contenir les archives archéologiques de la France, avec termes de comparaison étrangers29 ». Dès l’origine en fait, les collections ne cessent de déborder du cadre national, pour représenter les civilisations qui se sont succédées sur l’ensemble de l’Europe depuis la préhistoire, ou celles de mêmes types qui continuent à se perpétuer ailleurs, comme aux Amériques, en Océanie ou en Australie. Depuis la France, le MAN embrasse l’histoire de l’humanité, depuis ses lointaines origines préhistoriques.

L’ethnographie, miroir de l’archéologie

  • 30 Ibid. : 121.
  • 31 Mortillet, 1869a : 121.

24De manière tout à fait originale, l’ethnographie n’était donc nullement séparée des « antiquités nationales » dans la présentation des collections du musée de Saint-Germain à son ouverture de 1867. Ainsi, dans les premières salles consacrées à « l’âge de la pierre », des « harpons en fer employés de nos jours dans les régions où vit encore le renne » étaient-ils rapprochés des « pointes harpons en bois de renne de l’époque de La Madelaine » dans la mesure où ils sont « presque identiques de forme »30. Ces rapprochements montraient — en quelque sorte sous la forme d’une évidence visuelle — qu’un même usage technique conduit, dans des conditions environnementales similaires, à produire des formes d’outils identiques. D’autre part, la confrontation de grattoirs en silex du Groenland, encore utilisés au xixe siècle pour racler les peaux, avec des pièces de forme et de fabrication similaires trouvées en France dans les sites datant de « l’âge du renne » donnait à penser que ces outils en silex préhistoriques avaient vraisemblablement été conçus pour le même usage. Symétriquement, la fonction de certaines pièces archéologiques énigmatiques pouvait trouver une explication dans la comparaison avec des pièces ethnographiques contemporaines. Ainsi, un « bâton de chef, insigne de commandement » provenant des îles Malouines présentait-il « la plus grande analogie avec les pièces des cavernes que nous avons désignées sous le nom de bâton de commandement »31.

  • 32 Ibid. : 149.

25Plus précisément, certains états de civilisation, les uns révélés par l’archéologie et les autres documentés par l’ethnographie, pouvaient être quasiment comparés terme à terme. Dans la salle suivante, celle de l’âge de la pierre polie, l’outillage et l’équipement domestique de la période néolithique étaient rapprochés de ceux des « Peaux-rouges » contemporains d’Amérique du Nord. On pouvait comparer en particulier les formes et les techniques de fabrication de la poterie, celles des meules à va-et-vient utilisées pour la mouture de la farine, ou encore celles des outils et des armes en pierre taillée. Certains outils, notamment les pointes de flèches, apparaissaient parfaitement interchangeables, de l’Amérique indienne du xixe siècle à la France de l’époque des dolmens. De manière fascinante, on pouvait voir la technologie de ces populations « primitives » contemporaines se transformer sous l’effet du contact avec les immigrants venus d’Europe. Les derniers groupes autochtones de Californie produisaient désormais leurs pointes de flèches en verre de bouteille, « les Indiens trouvant beaucoup plus simple et plus commode d’utiliser les culs de bouteille, qu’ils rencontrent maintenant partout, que d’aller chercher au loin l’obsidienne32. »

  • 33 Mortillet, 1869b.
  • 34 Id., 1883 : 16.

26Le classement de ces collections préhistoriques, conçu essentiellement par Gabriel de Mortillet, visait à démontrer visuellement l’existence de véritables lois d’évolution de l’humanité, qui fonctionneraient à l’instar des lois de la physique33. Selon Mortillet, la succession des âges préhistoriques serait portée en effet par une logique interne, qui est celle du développement continu des sociétés humaines ; autrement dit, l’articulation des périodes successives de la chronologie des temps préhistoriques serait un effet direct de la loi générale du progrès de l’humanité. Lorsqu’ils seraient confrontés à des contraintes environnementales proches les unes des autres, les groupes humains trouveraient des solutions techniques voisines, car l’esprit humain fonctionnerait de la même manière en tous lieux et sous toutes périodes : ce serait là une manifestation de la loi d’unité psychologique de l’humanité. Enfin, dans l’optique de Mortillet, l’archéologie et l’ethnographie montreraient clairement que les groupes humains passent, au cours de leur développement historique, par les mêmes stades techniques et culturels : c’est, souligne Mortillet, l’illustration de l’existence d’une loi du développement similaire de l’humanité. Pour Mortillet, l’archéologie préhistorique se confondrait ainsi avec une nouvelle science qui devrait dorénavant porter le nom de paléoethnologie ; « la paléoethnologie, souligne-t-il, est l’étude de l’origine et du développement de l’humanité en dehors des documents historiques34. »

Le MAN : un musée de « l’histoire ethnographique de l’Europe et de l’humanité »

  • 35 Hubert, s.d., publié dans Lorre, 2011 : 197-198.

27Comme on le voit, c’est sur les bases jetées par Mortillet à Saint-Germain qu’Hubert a pu construire son projet de faire pleinement du MAN un musée d’ethnographie préhistorique. Néanmoins, comme le perçoit alors clairement Hubert, le discours muséographique sur lequel reposait jusqu’alors la présentation des collections doit désormais évoluer. En effet, au moment où ce dernier arrive à Saint-Germain, le programme muséographique conçu au début des années 1860, tel que Mortillet l’avait enrichi pour la préhistoire, est en passe d’être complètement réalisé : comme on l’a vu, c’est Hubert qui installera les dernières salles et réorganisera certaines des salles déjà ouvertes. L’enrichissement continu des collections a fait du MAN une institution dont l’assise dépasse largement le territoire national. Mais surtout, proportionnellement, l’accroissement des collections s’est effectué au profit des séries appartenant aux civilisations préhistoriques de toutes origines. Comme le souligne en effet Hubert dans une note préparatoire à l’aménagement de la salle de comparaison, « par la force des choses, de musée des antiquités nationales, il est devenu musée préhistorique. » Et il ajoute : « Il doit le rester et le devenir plus décidément encore […]. »35

28Comment y parvenir ? En prenant appui, comme le suggère Hubert, sur la démarche comparative propre à la muséographie de Saint-Germain et en ouvrant davantage encore les collections du MAN à l’ethnographie. Il l’indique dans sa note préparatoire à l’aménagement de la salle de comparaison :

  • 36 Hubert (H.) — De la nécessité de maintenir au Musée de Saint-Germain des objets définis généraleme (...)

Il y a lieu de tenir compte d’abord de l’état actuel de cette collection [ethnographique du MAN]. Ces collections sont considérées jusqu’à présent comme des collections de comparaison. Le résultat de ces comparaisons a jusqu’à présent été rudimentaire. On a pu d’une part démontrer l’existence d’un âge de la pierre, ancien ou récent, en dehors de l’Europe et d’autre part des objets montrant comment des lames de pierre analogues à celles qui ont été trouvées en France pouvaient être emmanchées ou utilisées.
La comparaison peut donner aujourd’hui d’autres résultats et contribuer à l’étude des phénomènes sociaux, phénomènes de la vie humaine, étude à laquelle peuvent déjà servir les matériaux rassemblés dans la partie principale du Musée. Ces phénomènes sont […] des phénomènes technologiques (adaptation des objets à la fonction, filiation des formes) et des phénomènes de répartition (répartition des objets dans une aire donnée, correspondance de l’aire de répartition des objets avec l’aire d’extension des peuples correspondants)36.

  • 37 Mauss, 1932 : XXIV.

29Il convient donc, souligne Hubert, non pas de rejeter la démarche comparatiste qu’a mise en œuvre Mortillet pour la présentation des collections préhistoriques de Saint-Germain, mais de pousser au contraire cette démarche plus loin, en exploitant à fond les données de l’ethnographie et de l’anthropologie. Ce sera l’objectif particulier de la salle de comparaison. Il s’agit, en somme, de transcrire sous une forme muséographique le programme intellectuel qu’Hubert s’est fixé et qu’il dévoilera progressivement à partir de 1906 dans son cours de l’École du Louvre. Par l’ampleur de ses collections, le MAN est destiné en effet, aux yeux d’Hubert, à présenter « une histoire ethnographique de l’Europe et de l’humanité » que doit synthétiser la salle de comparaison37.

  • 38 Leroi-Gourhan et Brézillon, 1972.

30Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi, dans la courte autobiographie qu’il a rédigée à la hâte le 10 mars 1915, à la veille de sa mobilisation pour la guerre, Hubert a écrit s’être attaché à Saint-Germain « au côté ethnographique de l’archéologie ». Étudier les vestiges archéologiques non pas comme l’illustration d’époques historiques décrites par les sources antiques, mais bien davantage comme les témoins de l’ethnographie de sociétés disparues, certaines depuis les origines de la préhistoire : ce sera le programme que relèvera, à la suite d’Henri Hubert, le préhistorien André Leroi-Gourhan. Ce dernier fera de cette approche « ethnographique » des vestiges archéologiques une véritable méthode, qu’il appliquera à la fouille préhistorique elle-même et à la lecture des restes enfouis dans le sol38.

Le « tableau des techniques de la civilisation »

  • 39 Autobiographie datée du 10 mars 1915, publiée dans Bert, 2012a : 148.

31Dans cette entreprise, quelles ont été les sources d’inspiration d’Hubert ? Lui-même n’en a rien dit. Dans son autobiographie de 1915 — qui reste la principale source d’information à notre disposition pour connaître ses motivations et sa démarche — il note : « Dans le musée [de Saint-Germain], ce qui m’a attiré, c’est la salle dite de comparaison où précisément la diversité des reliquats archéologiques correspond à la diversité des peuples39. » Qu’entend-il par-là ? Il veut manifestement dire que l’une des principales originalités des collections de Saint-Germain réside dans le fait qu’elles rassemblent une grande variété de types d’objets ou d’outils, dont on observe qu’ils sont particuliers à des cultures ou à des sociétés bien définies. Or, dès lors que l’on réunit ces « assemblages » de productions matérielles — qui proviennent tout autant de civilisations préhistoriques disparues que de sociétés « primitives » contemporaines — un fait essentiel saute aux yeux : ces groupes de mobiliers sont caractérisés par l’utilisation de techniques de fabrication et de modes d’utilisation spécifiques, qui les identifient en tant que productions culturelles.

32C’est donc la technique qui imprime aux productions de ces cultures passées ou actuelles un caractère propre, reconnaissable au premier coup d’œil, et c’est bien elle qui constitue le fil rouge du projet de réorganisation de la salle de comparaison. La technique, ou plus exactement les « affinités socio-technologiques » pour reprendre les termes d’Hubert. Une de ses fiches, intitulée « De la représentation des civilisations et des peuples en préhistoire », ne retient que deux aspects, qui procèdent fondamentalement de la technique : « [la] nature des matériaux à mettre en œuvre [et] ce que l’on prétend leur faire rendre ». Pour Hubert, la question centrale que pose l’étude de ces civilisations préhistoriques sous l’angle de la technique est de déterminer « comment l’on passe de l’un à l’autre » ; c’est-à-dire comment se négocie le rapport réciproque des contraintes particulières de la matière avec le projet technique porté par la production des objets ou des outils façonnés dans cette matière. Leroi-Gourhan, qui n’est pas encore né, n’est pas loin. Hubert indique que la solution de cette question se trouve dans la recherche des « affinités sociotechnologiques ».

  • 40 Pitt Rivers, 1906.
  • 41 Chapman (W.R.) — Ethnology in the Museum : A.H.L.F. Pitt Rivers (1827-1900) and the Institutional (...)

33De quoi s’agit-il ? Hubert nous donne semble-t-il la réponse dans une autre fiche griffonnée, comme la précédente, sur une petite feuille de papier. Il a écrit, sous le titre général « La méthode suivie », à la rubrique « moyens de réaliser », les mots suivants : « tableau des techniques de la civilisation » suivis en dessous de l’indication « musée Pitt Rivers ». Grand amateur d’archéologie, le général anglais Augustus Pitt Rivers (1827-1900) avait légué sa vaste collection ethnographique à l’université d’Oxford, qui créa, en 1884, le « Pitt Rivers Museum ». Pitt Rivers avait commencé à collecter des objets d’ethnographie dès 1851 et, en une trentaine d’années, il avait amassé une collection riche de plus de 22 000 pièces. À travers les objets d’ethnographie, Pitt Rivers cherchait la démonstration d’une thèse qui lui semblait correspondre à une loi scientifique du développement humain. Fortement influencé par l’interprétation spencérienne de la pensée évolutionniste de Darwin, Pitt Rivers traquait dans l’histoire des techniques la manifestation d’une évolution graduelle des cultures et de la civilisation de l’histoire de l’humanité40. Riche de pièces de tous types et de toutes provenances, le musée Pitt Rivers visait à reconstituer les transformations de l’outillage des sociétés, depuis les formes originelles les plus primitives jusqu’aux formes tardives les plus complexes ou les plus évoluées41.

  • 42 Autobiographie datée du 10 mars 1915, publiée dans Bert, 2012a : 148.

34Comme on le voit, le musée Pitt Rivers constituait dans l’esprit d’Hubert une préfiguration du projet d’aménagement de la salle de comparaison. L’idée, naturellement, n’était plus de donner une interprétation évolutionniste, au sens étroit, des transformations de la culture matérielle. Ce « tableau des techniques de la civilisation » que voulait réaliser Hubert avec la salle de comparaison visait un objectif beaucoup plus ambitieux, mais aussi bien plus complexe à mettre en œuvre. Par la juxtaposition « d’assemblages d’objets », il s’agissait de donner une image globale de la circulation des innovations technologiques et culturelles, à la fois dans le temps et dans l’espace. La propagation des outillages et des techniques de production devait refléter l’évolution des cultures et des civilisations de l’histoire de l’humanité. Elle devait faire apparaître de nouveaux ensembles culturels selon leurs « affinités sociotechnologiques » ; au-delà, ce grand montage d’objets de toutes les périodes du monde entier devait rendre visible une nouvelle appréhension de l’histoire de l’humanité : ce n’était plus seulement l’essor et la chute des grands empires et des grandes civilisations classiques qui se trouvait au centre, mais l’homme comme producteur de techniques, de styles et de significations symboliques. Surtout, l’espace du musée devenait celui du monde tout entier en réduction. Ainsi, l’expression qu’a utilisée Hubert pour décrire, dans son autobiographie de 1915, l’idée du projet d’aménagement de la salle de comparaison prend-elle ici tout son sens : « j’ai voulu, écrit-il, y faire un microcosme42. » Le musée comme modèle réduit de l’histoire du monde, voilà l’idée géniale d’Henri Hubert.

Aux origines : le classement de la collection Moreau

  • 43 Comme l’écrit Hubert dans son autobiographie de 1915 : « Mon goût pour les musées, les formes, l’a (...)
  • 44 Hubert, 1902b ; id. 1906.

35S’il a été profondément mûri, le projet d’organisation de la salle de comparaison du musée d’Archéologie nationale n’est cependant pas apparu tout fait dans la tête d’Hubert au moment de son arrivée au musée en 1898. On a vu comment ce projet avait été différé jusqu’à la fin des années 1890, notamment pour des raisons techniques. En réalité, la conception du projet de la salle de comparaison s’est dessinée et affirmée dans l’esprit d’Hubert à l’occasion des premières expériences de travail muséographique qu’il a connues à Saint-Germain. Les premières années de son installation au MAN sont une période d’apprentissage, de réflexion et d’expérimentation43. À bien des égards, la création de la salle Moreau — qui est la première grande réalisation d’Hubert à Saint-Germain — constitue, dans sa conception, une préfiguration de l’organisation de la salle de comparaison. Ce premier projet n’a fait l’objet, de la part d’Hubert, que d’une courte présentation préliminaire44. Fort heureusement, des notes et des dessins conservés dans le fonds Hubert des archives du MAN permettent de reconstituer certains éléments inédits de la démarche muséographique et de la méthode archéologique développées par Hubert.

La collection Moreau

36Né à la fin du xviiie siècle, Frédéric Moreau (1798-1898) avait été censeur de la Banque de France avant de prendre sa retraite dans sa propriété familiale de Fère-en-Tardenois (Aisne). Il y avait débuté, à soixante-dix ans, une carrière d’archéologue. À l’instar d’un Pitt Rivers, il avait fait fouiller sur ses propriétés de nombreux sites allant du Néolithique à la période mérovingienne, parmi lesquels un ensemble de vingt-deux nécropoles, ayant livré au total quelques 15 000 sépultures. Les fouilles, réalisées dans un secteur situé aux alentours du dolmen dit de Caranda, avaient été soigneusement consignées sous la forme de vingt-quatre volumes de procès-verbaux manuscrits, dans lesquels les découvertes avaient été illustrées sous forme d’aquarelles. Moreau avait également pris le soin de faire publier ses recherches de manière suivie : sous le nom d’album Caranda, dix-huit fascicules, parus de 1873 à 1893, rassemblaient le résultat de ses fouilles. L’ensemble de la collection issue des fouilles Moreau entra au MAN en 1889. Elle avait été acquise pour la somme importante de 20 000 francs, que Moreau avait demandé en échange de sa collection pour la reconstruction du clocher de l’église de Fère-en-Tardenois, endommagé quelques années auparavant par la foudre.

  • 45 Dans une note du 27 juillet 1901, le directeur des Beaux-Arts autorise la suppression de l’obligat (...)

37C’est Hubert qui s’est chargé d’installer la collection Moreau dans la salle XI du second étage du musée45. Outre sa richesse, la collection Moreau présentait pour lui un double intérêt. Elle était non seulement particulièrement bien documentée pour l’époque, mais elle appartenait surtout à une suite d’occupations archéologiques qui s’étaient succédé dans la très longue durée historique, à l’intérieur d’une même unité géographique. Comme le souligne Hubert dans son projet d’introduction au catalogue de la collection :

  • 46 Hubert, 1902b : 170-171.

C’est l’histoire continue d’un coin de terre depuis la civilisation de La Tène jusqu’au Moyen âge que nous trouvons représentée par ses débris […]. Il manque à peu près deux chaînons, l’âge du bronze et le premier âge du fer, pour relier les tombes gauloises au dolmen de Caranda, le deuxième âge du fer au Néolithique, qui est au contraire très richement représenté46.

L’origine du microcosme

38Ainsi Hubert voit-il dans la collection Moreau le matériau muséographique grâce auquel il va pouvoir mettre en œuvre le concept dont il fera l’assise de l’organisation de la salle de comparaison : c’est l’idée, déjà, du « microcosme ». En effet, les ensembles archéologiques exhumés aux environs de Fère-en-Tardenois illustrent, en quelque sorte en réduction, l’histoire des civilisations européennes depuis le Néolithique jusqu’à la période médiévale. Cinq millénaires d’histoire de l’humanité sont concentrés dans ce petit « coin de terre » et sont retracés par les objets qui en proviennent.

39Mais surtout, constate Hubert, le mobilier archéologique recueilli par Moreau sur ces sites disparates est destiné à prendre une dimension nouvelle dès lors qu’il est exposé. L’espace muséographique constitué par la salle Moreau devient alors un lieu d’expérimentation qui reproduit, en plus petit, l’unité géographique dont provient le mobilier. Sous l’effet de la mise en présence des séries d’objets, on voit alors apparaître quelque chose qui n’est normalement pas visible, et que seul le musée peut faire surgir : c’est le lent mouvement du temps par lequel se lit la transformation continuelle des productions humaines, génération après génération ; c’est la profonde solidarité qu’entretiennent les formes des créations humaines, à chaque instant de cette évolution, qui nous est imperceptible sur le moment. Exposer des objets, les disposer les uns par rapport aux autres, c’est véritablement recréer un monde en réduction, traversé par le passage du temps qui construit du sens : un microcosme, en somme.

40Hubert comprend également que cette mise en corrélation des objets nécessite une méthode, encore inédite. Il ne suffit pas en effet de juxtaposer les pièces par type ou par ordre de ressemblance, comme on le faisait généralement jusqu’alors. La clé qui donne accès à ce remontage du temps archéologique, c’est le classement systématique des objets non seulement par sites mais surtout par assemblages. Avec le classement de la collection Moreau, Hubert systématise un mode de présentation des objets par ensembles de mobiliers funéraires, qu’il place à l’intérieur de cadres délimités par des baguettes noires. De la présentation du mobilier « tombe par tombe », il attend un effet visuel qui livre une signification. En effet, la juxtaposition d’assemblages de pièces analogues fait apparaître l’existence à la fois de types génériques d’objets et de combinaisons de types. Elle construit visuellement le contenu typologique de phases qui sont simultanément des périodes chronologiques et des styles culturels. La mise en présence de séries d’assemblages appartenant à des phases typo-chronologiques différentes rend visible, quant à elle, les effets de rupture et de continuité dans l’évolution de l’équipement matériel. L’organisation de la collection Moreau permet donc de reconstituer avec un degré de précision encore jamais atteint jusqu’alors la périodisation des cultures archéologiques entre le début du second âge du fer et le haut Moyen Âge à partir d’un ensemble de matériaux cohérents, provenant essentiellement de nécropoles. Comme l’écrit Hubert :

  • 47 Hubert, 1902b : 173.

Le meilleur classement d’une collection formée dans des fouilles de nécropoles est celui qui présenterait les objets tombe par tombe. Outre l’avantage négatif de laisser peu de place à la fantaisie, cette disposition a le mérite de faire saisir d’un coup d’œil les concomitances, et de préparer l’établissement d’une chronologie par l’étude de la variation des éléments de ces séries toutes faites d’objets contemporains47.

41En juxtaposant les assemblages funéraires, Hubert réordonne, en quelque sorte, la suite des instants du temps archéologique, ou plus exactement chronotypologique, dont témoignent les caractéristiques stylistiques du mobilier des sépultures. Par la disposition de ses collections, le musée fait ressurgir le déploiement de ce temps « typochronologique » des matériaux archéologiques. Néanmoins Hubert a bien compris que, fondamentalement, une telle entreprise n’est pas destinée à produire des phases typochronologiques rigides. Elle révèle au contraire un enchaînement de séquences dynamiques, à l’intérieur duquel le travail du temps se lit essentiellement dans les transitions d’une période stylistique à l’autre. Comme Hubert le souligne en effet :

  • 48 Hubert, 1902b : 171.

C’est d’ailleurs moins sur les périodes où les civilisations nous apparaissent comme pures, complètes et parfaitement distinctes, que sur les transitions d’une époque à une autre, sur les transformations, sur les mélanges de coutumes et de mobiliers, sur les phases indécises de métamorphoses, qu’un pareil assemblage d’objets semble devoir nous instruire48.

La méthode technotypologique d’Henri Hubert

42Une série de notes et de croquis conservée dans le fonds Hubert des archives du musée d’Archéologie nationale révèlent que le dessein véritable d’Henri Hubert allait beaucoup plus loin qu’une simple mise en ordre typochronologique des assemblages de mobiliers de la collection Moreau. Son objectif était de concevoir une méthode statistique faisant apparaître les cooccurrences d’attributs stylistiques et techniques caractérisant ces périodes anciennes, à commencer par celles de l’époque gauloise. L’idée était d’observer « les relations entre l’ornement et la forme » sur de mêmes catégories d’objets, afin d’analyser leurs variations et leur évolution. Hubert précise :

  • 49 Hubert, 1902b : 178.

Il m’a semblé nécessaire de donner à l’intérieur de chaque classe une cote spéciale aux éléments séparables de la forme et de la décoration entre lesquels on ne peut établir de rapports constants. Cette distinction, qui permet de simplifier l’analyse, est destinée à faciliter l’analyse technologique des objets, en faisant apparaître plus clairement la parenté des motifs interchangeables ou associés, les relations entre l’ornement et la forme et les emprunts de l’un à l’autre49.

43Une série de croquis montre qu’Hubert cherche à isoler des classes morphologiques à partir de la forme et des décors des parures métalliques annulaires, comme en particulier les torques et les bracelets de la période ancienne du second âge du fer. Il étudie en détail la forme et l’ornementation des extrémités, à partir desquelles ils forment de groupes morphologiques (exprimés par des chiffres : 1, 2, 3), qui contiennent des variantes portant sur le décor (exprimées par des lettres : a, b, c). Il décompose, de la même manière, les divers éléments constitutifs de l’ornementation des parures, isolant les motifs de partition (en chevrons ou en panneaux) des motifs composés (à base notamment de groupements de cercles oculés, ou d’éléments composant des formes linéaires. Il observe les corrélations entre le type de section des parures — dont il distingue plus d’une quinzaine de classes — et les types de fermeture, dont il retient moins d’une dizaine de variantes.

44Ainsi, Hubert cherche-t-il explicitement à croiser les attributs du style et les caractéristiques de la technique. Ce qui l’intéresse, ce sont les cooccurrences de critères grâce auxquelles il devient possible d’isoler des types et des groupes d’objets, selon leur degré de ressemblance. Grâce à la méthode ainsi définie, on peut analyser ce qu’il convient d’appeler l’architecture de ces appariements, en observant la disposition et la solidité des liens qui associent ces attributs différents les uns des autres. Si l’on dispose de séries d’un même type d’objet appartenant à des périodes différentes, les grilles analytiques d’Hubert permettent de faire apparaître le jeu des apparitions et disparitions respectives d’attributs qui marquent l’évolution stylistique des productions. On peut pousser très loin l’observation de ces processus typochronologiques, en examinant notamment les relations entretenues par chacun des attributs vis-à-vis des autres : on voit alors quels sont ceux qui tendent à se développer, tandis que d’autres se raréfient ou disparaissent ; on observe également quels sont les attributs ou groupes d’attributs qui tendent à se diversifier alors que d’autres se standardisent.

La révélation des survivances

  • 50 Djindjian, 1991 : 171-173.
  • 51 Petrie, 1899.

45Dans sa conception, la méthode d’analyse technotypologique d’Henri Hubert était révolutionnaire. Elle préfigurait les techniques de sériation qui se développeront essentiellement à partir des années 1960, d’abord à partir de manipulations manuelles puis d’ordonnancements informatiques50. La méthode d’Hubert est cependant restée à l’état d’esquisse inachevée et n’a jamais été publiée. Aussi, considère-t-on aujourd’hui que le précurseur de ces techniques d’ordonnancement typochronologique est l’archéologue anglais Flinders Petrie (1853-1942), qui a fondé la chronologie de l’Égypte prédynastique grâce à la sériation du mobilier des quelques 900 sépultures de la nécropole de Naquada51.

  • 52 Didi-Huberman, 2002.

46Hubert n’a fait que concevoir une idée, qu’il n’a pas mise en œuvre. Sa démarche évoque celle de l’historien de l’art allemand Aby Warburg (1866-1929). Plusieurs années après Hubert, Warburg a élaboré le même type de grille analytique, qu’il a appliqué à l’évolution de l’art occidental, entre 1909 et 191152. Warburg s’intéressait aux différentes formes d’expression corporelle pathétique (Pathosformen), dont il recherchait les filiations depuis l’Antiquité jusque dans la peinture classique. Comme chez Hubert, il convenait d’isoler les attributs pertinents qui identifiaient ces figures, puis d’observer leurs associations, ou leurs cooccurrences, qui déterminaient des types et des variantes. Comme Hubert également, Warburg a abandonné ses grilles descriptives d’assemblages d’attributs à l’état de brouillon : lui aussi ne les a pas remplies.

  • 53 Michaud, 1998.

47L’intérêt de ces deux tentatives parallèles — celle d’Henri Hubert et celle de Warburg — réside dans le fait qu’il s’agissait, dans les deux cas, d’aller bien au-delà d’un simple ordonnancement chronologique des matériaux étudiés. Warburg tentait de construire une « anthropologie de l’art » finalement peu éloignée de l’idée « d’ethnographie préhistorique » d’Hubert. Cette démarche l’avait conduit chez les populations Hopi du Nouveau-Mexique et de l’Arizona, où il avait étudié l’extraordinaire rituel du serpent, qui rappelait, dans son fonctionnement cathartique, certaines manifestations cultuelles de l’antiquité méditerranéenne53. Warburg était fasciné par la question des survivances (Nachleben) et leurs modes de résurgence, par-delà le temps et l’espace. Alors que Warburg observait les images et les symboles, Hubert recherchait les effets de transmission dans les formes et les techniques. Plus qu’aux détails, il était attentif à l’architecture, c’est-à-dire à la structure des manifestations de la culture et de la société. Lui aussi étudiait les survivances, ou ce que rend mieux le terme allemand de Nachleben : les prolongements posthumes, les héritages.

  • 54 « J’étais sincèrement dégoûté de l’histoire de l’art esthétisante, écrira-t-il en 1923. Il me semb (...)

48Le concept d’héritage, ou de transmission, dans le domaine des formes et des structures, constituait une notion fondamentale sur laquelle pouvaient se fonder de nouvelles approches du temps anthropologique et du temps archéologique. C’était une façon de dynamiter le temps unilinéaire des conceptions historicistes classiques, qui écrasaient tout à la fois l’archéologie et l’histoire de l’art, comme l’avait déjà bien perçu Warburg54. Hubert était sur cette voie, qui menait à la remise en cause de l’histoire classique et de son temps séquentiel. C’est dans cette direction que cherchait à l’entraîner Mauss, mais Hubert hésitait manifestement à franchir le pas : y aller franchement ne signifiait pas seulement prendre le risque de se voir définitivement exclu de la communauté des historiens et des spécialistes du passé en général ; c’était se jeter sans espoir de retour dans une pensée dangereuse et vertigineuse, qui menait on ne sait où.

Perspectives : l’héritage perdu d’Henri Hubert

  • 55 Lantier, 1940 ; Varagnac et Fabre, 1956.
  • 56 Varagnac, 1949 ; id., 1955.

49Que reste-t-il aujourd’hui de l’héritage d’Henri Hubert dans l’archéologie française ? Aucun des élèves d’Henri Hubert à Saint-Germain n’a été en mesure de recueillir et de transmettre son enseignement. Après lui, Raymond Lantier et André Varagnac ont fait de l’art celtique la préfiguration d’un « art français », dans lequel se serait maintenue une identité multimillénaire, dont les racines immémoriales remonteraient à l’âge du bronze55. Varagnac a poussé l’argument jusqu’au bout, en cherchant à promouvoir son concept « d’archéocivilisation », selon lequel les « arts populaires » auraient fidèlement transmis l’héritage de l’art gaulois jusqu’au cœur des provinces françaises traditionnelles56. On était très loin du « celtisme républicain » envisagé par Hubert.

  • 57 Grenier, 1931 : 105.

50On oubliera très vite Hubert, après avoir immédiatement déformé sa pensée, malgré les efforts de Mauss pour la transmettre. Prisonniers de leur soumission aux sources historiques antiques, les protohistoriens ne verront pas l’intérêt qu’ils pourraient tirer, pour l’archéologie des âges du bronze et du fer, de l’approche « ethnographique » des restes archéologiques qu’avait tenté d’établir Henri Hubert. Quel intérêt pouvaient bien présenter ces rapprochements improbables, pensaient-ils, alors que l’on disposait des textes grâce auxquels il était possible de reconstituer l’histoire de ces périodes ? Ainsi, lorsque Albert Grenier reprendra, à la suite de Déchelette tué à la guerre en 1914, la publication de son désormais fameux Manuel d’archéologie, ce sera pour rappeler, dès l’ouverture du premier volume, que « l’archéologie doit servir à l’histoire [dont] elle n’est qu’une science auxiliaire57 ». C’était une façon de siffler la fin de la récréation.

  • 58 Leroi-Gourhan, 1992.

51De manière inattendue, c’est le préhistorien André Leroi-Gourhan qui paraît le plus proche de l’héritage d’Hubert. On ne s’en surprendra pas, en réalité, connaissant la proximité intellectuelle qui liait Leroi-Gourhan à l’enseignement de Marcel Mauss. Comme Hubert, Leroi-Gourhan cherche à édifier une approche ethnographique des données de l’archéologie. Néanmoins, alors qu’Hubert s’intéresse aux séries et aux objets de musée, Leroi-Gourhan focalise son attention sur les sites et les vestiges trouvés sur le terrain. Ne serait-ce pas l’héritage de son ami Hubert que Mauss aurait transmis en partie à Leroi-Gourhan ? On est frappé en tout cas par des similitudes de méthode, tous deux étant, fondamentalement, des spécialistes de la technique. La définition d’attributs, l’observation des cooccurrences de critères, l’étude des phénomènes de covariance, qu’Hubert met en place à l’occasion de son travail sur la collection Moreau, trouveraient-ils un écho lointain dans les travaux de Leroi-Gourhan sur l’art pariétal paléolithique58 ?

Le projet d’Henri Hubert au MAN : un échec muséographique ?

52Qu’en est-il du bilan de l’héritage muséographique laissé par Hubert à Saint-Germain ? Contrairement aux apparences, celui-ci reste mitigé. On peut se demander en effet si l’incapacité dans laquelle s’est trouvé Hubert d’achever l’organisation de la salle de comparaison n’a pas contribué à déstabiliser l’ensemble du projet muséographique de Saint-Germain, tel que l’avaient conçu les créateurs du musée, dans les années 1860. Il fallait certes dépasser le comparatisme d’un Mortillet ou d’un Pitt Rivers — qui accréditaient désormais une vision quelque peu réductrice et simpliste de l’évolutionnisme darwinien — en le transposant à l’histoire de l’humanité. Néanmoins, la création d’une salle de comparaison nécessairement séparée du reste des collections exposées dans le musée vidait de son sens la confrontation des séries ethnographiques aux objets archéologiques, qui avait constitué jusqu’alors le principe de présentation des collections préhistoriques du MAN. Plus précisément, la comparaison des collections devenait redondante, c’est-à-dire inutile, dès lors que la muséographie imaginée dans l’ancienne salle de Mars exposait en détail le « tableau des techniques de la civilisation » voulu par Hubert.

  • 59 Goldwater, 1998.

53En d’autres termes, en concentrant l’ethnographie dans la salle de comparaison, l’entreprise d’Hubert la faisait disparaître du reste du musée et finalement l’isolait de la présentation des collections archéologiques. Aussi la tentative ethnographique inachevée d’Hubert était-elle destinée à constituer, après lui, un objet muséographique indéterminé. Certains pouvaient dorénavant considérer ce type de présentation comme un kyste ethnographique déplacé sur un pur musée « d’archéologie nationale ». La situation pouvait se prolonger en l’état tant que les objets ethnographiques n’accédaient pas au rang de pièces de musée — c’est-à-dire d’œuvres d’art — et ne constituaient que de simples documents. C’était encore le cas à l’époque d’Henri Hubert, mais la situation allait changer radicalement dans le courant du xxe siècle. De plus en plus rares à mesure que les anciennes populations primitives s’acculturaient ou simplement disparaissaient, les objets ethnographiques devenaient des objets de collection et surtout des sources d’inspiration, si ce n’est des modèles, pour l’art contemporain59.

54Leur captation par les musées de beaux-arts était dès lors inéluctable ; ce d’autant que le discours ethnographique qu’avait tenté d’élaborer Hubert à Saint-Germain était devenu inaudible. Aussi peut-on se demander si l’échec d’Hubert n’a pas contribué, sans que celui-ci ait pu naturellement l’anticiper, au démantèlement des séries ethnographiques du MAN, qui rejoindront pour l’essentiel les collections du musée du quai Branly lorsque celui-ci sera créé en 1996.

Le pari risqué d’Hubert

  • 60 Comme le souligne l’anthropologue Alain Testart, de nombreux aspects sociologiques des sociétés ar (...)

55Dans tous les cas, il semble qu’Henri Hubert ait sous-évalué la nature particulière des vestiges archéologiques. La démarche partagée du couple Mauss-Hubert reposait en effet sur un pari d’ordre phénoménologique, dont les enjeux restent toujours actuels. En se répartissant le travail à égalité, Mauss et Hubert ont dû en effet tenir pour acquis un postulat qui n’était malgré tout qu’une hypothèse. Ils ont considéré que les manifestations de la sociologie des cultures humaines pouvaient être appréhendées symétriquement dans le temps et dans l’espace. Le problème n’est pas tant de considérer que de telles manifestations puissent être identiques, ou du moins analogues, dans des sociétés différentes, éloignées qu’elles soient les unes des autres dans la chronologie et/ou la géographie. Il est plutôt d’envisager que ces manifestations sociologiques puissent être également accessibles à partir de catégories de faits radicalement différentes ; à savoir d’un côté les faits anthropologiques, et de l’autre les faits archéologiques60.

56Lorsqu’ils travaillent sur des données ethnologiques ou sociologiques, les chercheurs savent en général à quels collectifs ils ont affaire : ceux-ci se désignent d’eux-mêmes, tandis que les communautés se fondent sur une idée commune de leur identité. Ces collectifs produisent des comportements qui s’organisent et qui s’expliquent à l’intérieur d’une logique sociologique ou anthropologique qui leur est propre. En revanche, les matériaux archéologiques sont d’une nature tout à fait différente, ne serait-ce que parce qu’ils correspondent à la transcription matérielle — et par conséquent indirecte et aléatoire — de comportements individuels ou collectifs. Mais surtout, l’identité des groupes qui les ont produits est le plus souvent perdue, comme s’est évanouie toute la complexité de leur univers symbolique, dont il ne nous reste, au mieux, que des témoignages épars et en général discontinus. Faut-il donc tenir comme un fait acquis que la cohérence technique ou stylistique de ces productions matérielles implique une cohérence correspondante du ou des groupe(s) sociologique(s) qui les ont créés ? En d’autres termes, peut-on remonter aussi aisément des vestiges matériels aux comportements idéels et à l’identité des groupes humains ? Est-ce seulement possible lorsque l’on ne dispose plus de textes ni de mentions orales pour nous les faire connaître ?

57Il était sans doute trop tôt, à l’époque d’Henri Hubert, pour soulever de telles questions. La nature des matériaux archéologiques ne constituait pas encore un champ de réflexion, comme elle le deviendrait à la fin du xxe siècle, notamment dans la recherche américaine. Néanmoins, ce problème explique sans doute en partie les louvoiements d’Hubert, qui, contrairement à Mauss, se sent attiré par la pensée de « l’école méthodique » incarnée par le courant historique de Seignobos, Langlois ou Monod. Dans cette configuration, la question de la place des textes et de leur interprétation est évidemment cruciale. Il est révélateur d’observer que, lorsqu’il s’est agi d’écrire, Hubert est revenu vers les textes, en faisant appel à la linguistique et à la mythologie comparée. Il a repoussé l’archéologie à l’arrière-plan, comme si c’était la simple illustration matérielle d’une réalité anthropologique autrement mieux connue par d’autres sources.

58Il est curieux de constater qu’Hubert n’a rien écrit sur ce qui, précisément, constituait une nouvelle approche des matériaux archéologiques : sa méthode de classement des collections du musée de Saint-Germain. Sans doute ce savoir-là n’était-il formalisable ni dans les termes de la sociologie, ni dans ceux de l’histoire. Hubert a abordé l’archéologie en pensant qu’il pourrait facilement lui appliquer les outils de ces disciplines, auxquelles il avait été formé. Ce faisant, il a découvert autre chose : cet objet de connaissance rebelle, qui échappe aux champs disciplinaires classiques, que constitue l’archéologie. L’archéologie n’est pas, ne peut pas être une « science auxiliaire de l’histoire ». Elle ne constitue pas non plus une annexe des sciences humaines — de l’anthropologie, de l’ethnologie ou de la sociologie — dans le domaine du passé. On doit à Hubert de nous l’avoir fait découvrir, finalement malgré lui.

Notes

1 Comme le souligne Hubert dans son autobiographie de mars 1915, « je suis allé à l’Idée de Temps, pendant que Mauss allait à celle d’Espace » (cité par Bert, 2012a : 148).

2 Lettre d’Hubert à Mauss (1898), publiée dans Bert, 2012a : 101.

3 Ibid. : 112, 103 et 113.

4 Comme l’indique Hubert dans son autobiographie de mars 1915, son enseignement à l’École du Louvre s’est naturellement « dirigé vers la constitution d’une ethnographie préhistorique de l’Europe où les données de l’archéologie seraient combinées avec celles de la linguistique » (cité par Bert, 2012a : 148).

5 L’expression est de Marcel Mauss (Mauss, 1932 : XXIV).

6 Hubert 1932a ; id., 1932b.

7 Id., 1952.

8 Lantier, 1928.

9 Lettre de Mauss à Hubert, 1900. IMEC, fonds Mauss, cité par Bert, 2012a : 11-12.

10 « Promis à M. Berr bien avant la guerre » (Mauss, 1932 : XXI), l’ouvrage est annoncé en 1914 parmi les cent volumes (vol. XXI) de la « Bibliothèque de Synthèse historique » que vient de fonder Henri Berr et dont le but est de « résumer, dans une vaste synthèse, le travail immense accompli par les anthropologistes, les historiens, les archéologues, les sociologues, par tous ceux qui ont étudié le passé humain et par tous ceux qui ont réfléchi sur la nature de l’histoire ». (Boule, 1914).

11 Déchelette, 1913 ; id., 1914.

12 « Mon cours de l’École du Louvre à partir de 1906 a été dirigé, écrit-il dans son autobiographie de 1915, vers la constitution d’une ethnographie préhistorique de l’Europe où les données de l’archéologie seraient combinées avec celles de la linguistique. »

13 Jullian, 1907-1926.

14 Lorre, 2016 : 150. Hubert ne sera cependant nommé officiellement par l’administration des musées que le 20 juillet 1910.

15 Daumet avait été précédé à Saint-Germain par l’architecte Joseph-Auguste Lafollye (1828-1891).

16 Ces salles présentaient les collections, essentiellement pré- et protohistoriques, qui avaient été rassemblées par ces chercheurs.

17 Comme il l’écrit dans son autobiographie de 1915, « à Saint-Germain, mon principal travail a été la réfection de la Salle de Mars » (publié dans Bert, 2012a : 148).

18 Lettre du 29 janvier 1898 conservée aux Archives nationales (F21 4034b, dossier Henri Hubert) ; citée par Lorre, 2011 : 193.

19 D’après Raymond Lantier, Hubert « dote le musée d’un vaste magasin central » avant sa mobilisation de 1915 (Lantier, 1928 : 289).

20 C’est en effet seulement en 1910 que Salomon Reinach confie officiellement à Hubert la nouvelle présentation de la salle de Mars, dite salle de comparaison.

21 Lorre, 2011 : 193.

22 Auteur anonyme (Henri Hubert ?) — Notes sur le musée de Saint-Germain. Texte dactylographié daté du 17 octobre 1926. Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale (fonds Henri Hubert).

23 Olivier, 2000 : fig. 1.

24 Hubert, 1902a ; Olivier et Schönfelder, 2002.

25 Brière et Olivier, 2012.

26 Auteurs collectifs, 1865 – Commission consultative pour l’organisation du musée de Saint-Germain. Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale.

27 Lors de la cinquième séance de la Commission consultative pour l’organisation du musée de Saint-Germain, tenue le 16 mai 1865, il est notamment décidé qu’il faudra « former une collection d’analogies de formes et une d’analogies de matières » aux côtés de la présentation des séries archéologiques elles-mêmes (Commission consultative pour l’organisation du musée de Saint-Germain, 1865).

28 Le musée de Saint-Germain est créé par un décret de Napoléon III du 8 novembre 1862.

29 Mortillet, 1869a : 12.

30 Ibid. : 121.

31 Mortillet, 1869a : 121.

32 Ibid. : 149.

33 Mortillet, 1869b.

34 Id., 1883 : 16.

35 Hubert, s.d., publié dans Lorre, 2011 : 197-198.

36 Hubert (H.) — De la nécessité de maintenir au Musée de Saint-Germain des objets définis généralement comme ethnographiques. Texte manuscrit inachevé (11 feuillets). Saint-Germain-en-Laye, archives du musée d’Archéologie nationale (fonds Henri Hubert).

37 Mauss, 1932 : XXIV.

38 Leroi-Gourhan et Brézillon, 1972.

39 Autobiographie datée du 10 mars 1915, publiée dans Bert, 2012a : 148.

40 Pitt Rivers, 1906.

41 Chapman (W.R.) — Ethnology in the Museum : A.H.L.F. Pitt Rivers (1827-1900) and the Institutional Foundations of British Anthropology. Mémoire de Ph. D non publié. Oxford, université d’Oxford, 1982.

42 Autobiographie datée du 10 mars 1915, publiée dans Bert, 2012a : 148.

43 Comme l’écrit Hubert dans son autobiographie de 1915 : « Mon goût pour les musées, les formes, l’art, l’archéologie m’a porté à accepter d’entrer au musée de Saint-Germain avec Salomon Reinach. Au bout de trois ans je m’y suis passionné et j’ai beaucoup entrepris. » (Publié dans Bert, 2012a : 148.) Cette précision pourrait indiquer qu’Hubert a commencé à « se passionner » véritablement pour la muséographie à partir de 1900, date de création de la salle Moreau.

44 Hubert, 1902b ; id. 1906.

45 Dans une note du 27 juillet 1901, le directeur des Beaux-Arts autorise la suppression de l’obligation du dépôt des vêtements des visiteurs au vestiaire ; ce qui permettra, est-il précisé, de libérer un gardien qui sera employé à la surveillance de la salle Moreau. Comme il est indiqué, « [la salle Moreau] pourra donc rester ouverte après le 1er octobre, ce qui évitera de nouvelles réclamations ». La salle est donc ouverte au public, semble-t-il, depuis au moins l’automne 1900.

46 Hubert, 1902b : 170-171.

47 Hubert, 1902b : 173.

48 Hubert, 1902b : 171.

49 Hubert, 1902b : 178.

50 Djindjian, 1991 : 171-173.

51 Petrie, 1899.

52 Didi-Huberman, 2002.

53 Michaud, 1998.

54 « J’étais sincèrement dégoûté de l’histoire de l’art esthétisante, écrira-t-il en 1923. Il me semblait que la contemplation formelle de l’image — qui ne la considère pas comme un produit biologique nécessaire entre la religion et la pratique de l’art […] — donnait lieu à des bavardages si stériles qu’après mon voyage à Berlin en été 1896 je cherchais à me reconvertir dans la médecine. » (Manuscrit du 14 mars 1924, publié dans Michaud, 1998 : 254.)

55 Lantier, 1940 ; Varagnac et Fabre, 1956.

56 Varagnac, 1949 ; id., 1955.

57 Grenier, 1931 : 105.

58 Leroi-Gourhan, 1992.

59 Goldwater, 1998.

60 Comme le souligne l’anthropologue Alain Testart, de nombreux aspects sociologiques des sociétés archaïques — tels en particulier les institutions ou les structures sociales, mais aussi les échanges et l’économie — sont des « invisibles » pour l’archéologie, dans la mesure où ces comportements collectifs laissent peu ou pas de traces dans les vestiges matériels : « la société, écrit Testart, est normalement et globalement invisible. Ou du moins n’est-elle visible que par certaines de ses œuvres matérielles ; pour peut-être 95 % ou 90 %, elle est invisible » aux yeux des archéologues (Testart, 2012 : 157-159).

Auteur

Archéologue, conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections d’archéologie celtique et gauloise au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Il est titulaire d’une thèse de doctorat en anthropologie, ethnologie et préhistoire de l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), d’un Ph. D d’archéologie de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne) ainsi que d’une thèse d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de l’université de Paris I. Il coordonne actuellement l’étude d’un vaste site de production « proto-industrielle » du sel en Lorraine et de son impact à long terme sur l’environnement naturel et social. Une part importante de ses recherches est consacrée à l’histoire de la discipline archéologique et à son rôle dans la constitution des identités collectives et des idéologies nationales. Il a publié notamment Le sombre abîme du temps, mémoire et archéologie au Seuil (trad. angl. 2011). En 2012, il a publié Nos ancêtres les Germains. Les archéologues allemands et français au service du nazisme chez Tallandier et s’apprête à faire paraître (2018, Seuil) Le Pays des Celtes. Mémoires de la Gaule.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search