Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

3. Henri Hubert et la guerre

Un « rail » pour Albert Thomas

Marine Dhermy-Mairal

Texte intégral

  • 1 Nous extrayons cette formule arabe d’une note personnelle d’Albert Thomas du 18 avril 1932. ABIT, (...)

Les savants sont comme les bougies.
Ils se consument pour éclairer les autres1

  • 2 Nous n’avons malheureusement pu consulter les archives d’Henri Hubert conservées au Musée d’archéo (...)
  • 3 Lettre de Paul Fauconnet à Henri Hubert du 10 septembre 1905. Archives du Collège de France, fonds (...)
  • 4 Strenski, 1987.

1Henri Hubert était-il un homme engagé, à la façon de ses condisciples normaliens, biberonnés par Lucien Herr, Charles Andler ou Jean Jaurès ? Si, entré en 1892 à l’École normale supérieure, il fut bibliothécaire-adjoint de Lucien Herr et semble avoir été profondément marqué par la pensée socialiste de ce dernier, Hubert n’a, pour autant qu’on puisse en juger, rien d’un homme d’action. Les archives, en tous cas, restent muettes ou peu s’en faut2. La partie de sa correspondance conservée au Collège de France porte la marque d’un fort engagement scientifique qui laisse peu de place à une quelconque forme d’intérêt pour la politique. Doit-on alors donner raison à Paul Fauconnet, lorsqu’il qualifiait ainsi la vie de son ami : « sérieuse et solitaire, un peu triste3 » ? Travailleur, Henri Hubert l’était manifestement. En atteste son investissement au sein de L’Année sociologique où il lui arriva de décharger Émile Durkheim dans la lourde gestion de la revue, au musée d’Archéologie nationale de Saint Germain en Laye, et dans son œuvre commune avec Marcel Mauss. Il n’a pas laissé d’écrits politiques, si bien que les rares chercheurs qui se sont aventurés à interroger cet aspect du personnage ont dû se risquer à une exégèse politique des textes scientifiques qui voulaient bien s’y prêter4. Encore cette exégèse portait-elle sur des objets politiquement investis, telle la question des races. À supposer qu’Hubert ait été concrètement engagé, cet engagement aura à tout le moins été discret.

  • 5 Ancien élève de l’École, dans l’argot normalien.
  • 6 Prochasson, 1999.

2Notre ambition est de lancer plusieurs pistes de recherche, à titre exploratoire, en suivant un fil directeur : Albert Thomas. Il n’est pas de normalien socialiste qui n’ait été profondément marqué par ce prestigieux « archicube5 », reçu premier au concours d’entrée (en 1899) comme il fut premier à l’agrégation d’histoire-géographie (1902) ; une pointure intellectuelle que sa carrière mènerait, entre autres, à être ministre de l’Armement durant la guerre et premier directeur du Bureau international du travail (BIT) dans l’après-guerre. Si les liens entretenus par Henri Hubert avec Édouard Herriot et Marcel Sembat mériteraient d’être approfondis, la figure d’Albert Thomas apparaît comme centrale, au moins à partir de la guerre et jusqu’à la mort de l’archéologue en 1927. Engagé fin 1915, secrétaire archiviste pour le ministre durant une mission en Russie en 1917, puis chef du service des questions russes, Henri Hubert n’abandonne pas Albert Thomas après son départ du gouvernement en septembre 1917. On le retrouve ainsi en 1918, avec d’autres comme Mario Roques, au premier plan dans l’animation de l’Association d’études et de documentation sociales (AEDS), créée dans l’idée de soutenir et d’accompagner la carrière politique de Thomas ; ce qui n’est pas sans rappeler le Groupe d’études socialistes d’avant-guerre6. Henri Hubert en sera l’un des fers de lance jusqu’à sa mort, y compris pendant les heures douloureuses où il sera rongé par la maladie. Tout au long des années 1920, il entretint en outre une correspondance relativement soutenue avec Albert Thomas afin de mettre en place le paiement de sa dette de guerre par l’Allemagne, sujet qui intéressait particulièrement l’homme politique.

  • 7 Lettre d’Henri Hubert à un destinataire qui doit être Mario Roques, datée du 24 avril 1917. AN, 94 (...)
  • 8 Nous remercions Christophe Labaune du Collège de France pour sa gentillesse et son dévouement, ain (...)

3Si ces trois formes d’engagement sont assez différentes, une formule qu’Henri Hubert utilisa pour décrire ses activités en Russie en 1917 auprès du ministre nous semble les caractériser assez justement : l’archéologue s’employa « à servir de rail à la vie d’Albert Thomas7 ». C’est dans le rôle de fidèle serviteur et ami intime que se traduit l’engagement d’Henri Hubert, et ses prises de position politiques apparaissent bien moins militantes que réfléchies. Ces trois pistes de recherche sont indépendantes les unes des autres mais reposent sur des fonds d’archives dispersés dont le point commun reste Albert Thomas. Nous nous sommes appuyés sur le fonds Hubert-Mauss des archives du Collège de France, le fonds Albert Thomas des Archives nationales, le fonds Mario Roques de l’Institut de France et le fonds Albert Thomas du Bureau international du travail de Genève8. Les correspondances, en particulier, permettent de jeter un regard neuf sur une personnalité très discrète.

Henri Hubert au ministère de l’Armement

  • 9 Archives du ministère de la Culture. Base Leonore des Archives nationales, LH/13163.

4L’implication d’Henri Hubert, pendant la Première Guerre mondiale, au service Automobiles du sous-secrétariat d’État aux Munitions d’abord, au ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre ensuite, auprès d’Albert Thomas en Russie, puis au service de protection des monuments enfin, mériterait qu’on lui consacre une thèse à part entière. Les cartons d’archives relatifs à ces diverses activités accumulés aux Archives nationales sont en effet inépuisables et sous-exploités. La nature de cet engagement nous est fournie par une lettre que le nouveau directeur du BIT rédigea en 1920 à destination du ministre de l’Instruction publique, André Honnorat. Cette lettre visait à appuyer la proposition de Paul Léon, alors directeur des Beaux-Arts, de décorer Henri Hubert de la Légion d’honneur, pour les services qu’il avait rendus depuis mai 1918 dans la sauvegarde du patrimoine architectural et artistique des régions de l’Est de la France, au sein du service de protection des monuments et œuvres d’art du front Est9 :

  • 10 Lettre d’Albert Thomas à André Honnorat du 29 septembre 1920. AN 94AP/381. Correspondance entre Al (...)

Ce que j’ai le droit de rappeler, ce qui me permet d’insister auprès de vous pour que la promotion de M. Hubert soit comprise dans la liste que vous établirez prochainement, c’est l’œuvre qu’il a accomplie au Ministère de l’Armement pendant la guerre. À côté du Colonel Cordier, puis du Général Mourret, M. Hubert a été l’âme de l’organisation du Service Automobile au Sous-Secrétariat d’État des Munitions d’abord, puis au Ministère de l’Armement. C’est grâce à son insistance, c’est grâce à sa conviction qu’un grand nombre des inventions ou des améliorations qui ont été précieuses pour la défense nationale ont obtenu gain de cause auprès des services de l’armée. C’est grâce à lui qu’à un moment où l’organisation était insuffisante et où il s’y glissait encore quelque désordre, elle a pu être complètement transformée. M. Hubert m’a en outre accompagné pendant le deuxième voyage que j’ai fait en Russie comme représentant du Gouvernement français d’avril à juin 1917. Mes deux chefs de cabinet étant restés au Ministère de l’Armement à Paris, c’est lui qui a conduit, en cette même qualité, l’importante mission que j’avais avec moi. Je ne saurais donc trop insister auprès de vous pour qu’une distinction aussi méritée que celle qui vous est demandée par votre propre département, soit accordée à un homme qui, dans toutes les places, a rendu au pays d’éminents services10.

5Au-delà de l’exercice dithyrambique, cet appui nous invite à ne pas sous-estimer les activités d’Henri Hubert. Ses fonctions de secrétaire le placèrent souvent en position de remplacer ses chefs immédiats ou de servir de médiateur. Même si la position d’Hubert était relativement effacée, celle-ci n’était cependant pas dénuée d’influence, tout comme les divers postes « politiques » qu’occupa ce dernier.

  • 11 Detchessar et Lamarchand, 2001 : 10.

6Henri Hubert fut donc recruté au service Automobile des armées sous la direction du général Mourret en juillet 1915, puis nommé secrétaire du Comité consultatif de l’Artillerie d’assaut (CCAA) créé en décembre 1916. Ce comité, composé d’industriels, de parlementaires et de personnels administratifs, visait à court-circuiter les canaux habituels de la conception de l’artillerie pour en raccourcir les délais. À ce titre, Henri Hubert participa à l’effort de guerre visant à doter l’armée de chars d’assaut légers, dont les modèles Schneider, Saint-Chamond et Renault furent d’un apport certain dans la retraite allemande de 1918. Certains travaux disent d’Hubert qu’il fut un « infatigable rédacteur de notes » et qu’il aura pris part « à toutes les grandes décisions et à tous les voyages d’études concernant les chars d’assaut11 ». De fait, ses traces sont omniprésentes dans les archives du ministère. En lien quotidien avec les chef et sous-chef du cabinet d’Albert Thomas, ses condisciples à Normale François Simiand et Mario Roques, Henri Hubert assura la communication entre le ministère et le CCAA. C’est avec ces mêmes acteurs qu’il correspondit lorsqu’il accompagna Albert Thomas lors de sa seconde mission en Russie (avril-juin 1917). Il participe à cette mission au titre de secrétaire-archiviste, mais il apparaît, à parcourir les nombreuses archives de la mission aux Archives nationales, que son rôle alla nettement au-delà. À son retour en France, dès juillet 1917, Albert Thomas lui confia d’ailleurs la direction d’un service des affaires russes, directement rattaché à son cabinet, ce qui atteste de sa connaissance fine de l’action française en Russie. Son implication réelle en Russie de même que ses activités à la direction du service restent néanmoins un terrain de recherche à explorer, et de ce point de vue, Henri Hubert ne nous aide guère à en savoir davantage. Dans une lettre rédigée à l’intention de Mario Roques, il fait part de son renoncement à tenir un journal de mission :

  • 12 Note d’Henri Hubert à Mario Roques du 24 avril 1917. AN, 94AP180. Les citations ultérieures sont e (...)

J’ai renoncé à t’écrire la sorte de journal que j’avais commencée. Je compte que tu voies les dépêches de Thomas. Tu auras son journal. Ce sera pour le retour. Je voudrais pouvoir te faire connaître au jour le jour nos préoccupations et notre section, mais à quoi bon ! Les courriers prennent trois semaines12.

  • 13 Ce journal a été publié dans Sinagoglou, 1973.

7De fait, nous n’avons pas (encore ?) trouvé trace de cet hypothétique journal, même à ses débuts. Le journal d’Albert Thomas, lui bien présent dans les archives, n’aide guère à se représenter le travail d’Hubert13. Aussi devons-nous nous contenter des quelques notes éparses, personnelles, que ce dernier rédigea essentiellement à l’intention de Mario Roques. Elles sont peu nombreuses : Hubert apparaît très vite accaparé par la mise en place matérielle de la mission, à l’ambassade de France à Petrograd, se démenant pour installer leur « petit ministère », et tentant d’y installer « des téléphones et même un téléphone intérieur ». Cela ne lui donnait guère le temps de renseigner le cabinet : « nous perdons beaucoup de temps en allées et venues et en repas mal servis », dit-il, témoignage des premières difficultés en termes d’installation. « Ne t’imagine pas, précise Henri Hubert à Mario Roques, que l’emploi de mon temps soit mal organisé bien que je ne réussisse pas à faire grand’chose, sauf à servir de rail à la vie d’Albert Thomas. »

  • 14 Riasanovsky, 1994 : 490-499 ; Sumpf, 2014 : 267-270.
  • 15 Blaszkiewicz-Maison, 2015.
  • 16 Cela fut encore plus vrai après la guerre, en tant que directeur du Bureau international du travai (...)
  • 17 Note d’Henri Hubert à Mario Roques du 24 avril 1917. Ibid.

8Que peut-on imaginer derrière l’expression « servir de rail à Albert Thomas » ? Organiser et classer ses notes, préparer ses rendez-vous, rédiger ses discours mais aussi le conseiller. Sur ce dernier point, Henri Hubert ne semble guère se faire d’illusions sur les objectifs de cette mission en Russie, officiellement pour relancer la Russie dans un processus de guerre, mais officieusement pour faire face à son prévisible retrait des opérations. Il rapporte avoir été confronté en Russie à un « idéalisme pacifique » largement partagé et à « la détente de l’esprit de guerre ». Les historiens de la Russie opposent effectivement l’entêtement de Nicolas II à poursuivre la guerre à l’incapacité de l’armée à y faire face tout autant qu’au défaitisme de la population14. De ce fait, Henri Hubert estime que la place d’Albert Thomas est plutôt au ministère de l’Armement : « je te garantis, écrit-il encore à Mario Roques, que je ne pousse pas Thomas à s’éterniser ici. Si importante que soit l’action qu’il y exerce, j’ai trop le sentiment qu’il manque ailleurs. » Hubert est ici aux antipodes de la pensée et de la conviction — erronées — d’Albert Thomas selon lesquelles le peuple russe, après avoir eu raison du régime tsariste en février 1917, finirait par reprendre le chemin des hostilités pour échapper au joug allemand15. C’est donc en conseiller de l’ombre qu’Henri Hubert politique se démarque, fait valoir sa personnalité. Celle-ci est marquée par la fidélité : c’est à mettre en valeur l’action politique d’Albert Thomas qu’il ne cessera de travailler, que cette action se déroule en Russie, en France ou à Genève ; il montrera qu’en dépit de son éloignement — Albert Thomas était un grand voyageur16 — ce dernier était « toujours sur la scène, prêt à s’y avancer en protagoniste nécessaire17 ». Hubert communie clairement dans le respect qu’imposait Albert Thomas, personnage, de fait, exceptionnel et qui fédéra autour de lui de nombreuses énergies, notamment normaliennes.

Le trésorier de l’Association d’études et de documentation sociales

  • 18 Là encore, les archives sont très rares. Au Bureau international du travail, elles sont tout simpl (...)

9Il n’est donc pas étonnant de retrouver Hubert dans l’association mentionnée ci-dessus, créée pour accompagner et soutenir la carrière politique d’Albert Thomas après son départ du ministère : l’Association d’études et de documentation sociales (AEDS). Cette association semble avoir été active de 1918 à 1927, date — qui correspond au décès d’Henri Hubert — à laquelle nous en perdons la trace18.

  • 19 Mariée le 21 décembre 1944 avec Julien Auguste Morel, on la trouve parfois avec son nom de jeune f (...)

10Un témoignage, le seul dont nous disposons, nous donne un indice des conditions dans lesquelles cette association fut créée. Il s’agit du témoignage d’Aimée-Louise Morel19, recrutée à dix-huit ans en avril 1916 au secrétariat du chef-adjoint du cabinet du ministre de l’Armement, Mario Roques :

  • 20 Souvenirs d’Aimée-Louise Morel, 1ère partie : http://www.ilo.org/paris/publications/WCMS_473849/la (...)

Septembre 1917, crise ministérielle. Le Parti socialiste refuse sa participation au cabinet Painlevé. Albert Thomas n’est plus ministre, il reprend sa place à la Chambre des députés. Les amis envisagent l’avenir. Tous pensent qu’Albert Thomas s’est constitué‚ comme ministre un capital d’expérience sociale et de relations lui permettant de jouer un rôle important dans la nouvelle organisation du monde qui suivra la terrible guerre. Il faut le lui conserver. Ils décident, chacun donnant sa contribution, de se grouper avec lui en une petite Association d’Études et de Documentations sociales (A.E.D.S.), qui couvrira les frais d’un bureau et d’un secrétariat réduit20.

  • 21 Note de Mario Roques à Henri Hubert du 28 avril 1918. CDF, fonds Hubert-Mauss, 57 CDF-MAS 52.
  • 22 Une lettre d’Aline Ménard-Dorian à Henri Hubert du 19 septembre 1918 atteste de sa présence : « Do (...)
  • 23 D’après une lettre d’Henri Hubert à Mario Roques d’avril 1918. IDF, fonds Mario Roques, Ms6151, fe (...)
  • 24 Jean Marx sera l’un des éditeurs de l’ouvrage posthume d’Henri Hubert, Les Celtes et l’expansion c (...)
  • 25 Bourlet, 2007.
  • 26 Albert Pauphilet fut le successeur de Jérôme Carcopino à la direction de l’École normale supérieur (...)
  • 27 Nous tirons tous ces noms d’une lettre d’Henri Hubert à Mario Roques datée du 15 septembre 1918. C (...)

11Quelle était la composition de cette association chargée d’accompagner la carrière d’Albert Thomas dans cette phase de transition et peut-être au-delà ? Nous ne disposons pas d’une liste en bonne et due forme, mais le ministère de l’Armement semble en avoir constitué le principal vivier. D’abord, les membres du bureau : Albert Thomas en était certainement le directeur ; Mario Roques en fut le secrétaire-administrateur au moins jusqu’en avril 1918, date à laquelle il démissionna pour aller au front21 ; malgré cette démission, il resta la cheville ouvrière du groupe et rien ne nous dit qu’il ne reprit pas sa responsabilité dans l’association dès la fin des hostilités. Henri Hubert pensa bien lui trouver un remplaçant en la personne de Jean-Paul Lafitte, mais nous ignorons si celui-ci accepta la proposition. Il fut également question d’un certain « Aubert », que nous n’avons pu identifier. La correspondance que Mario Roques entretint avec Henri Hubert et Albert Thomas manifeste sa présence continue, au moins comme simple membre de l’association. Enfin, Henri Hubert en fut l’infatigable trésorier : il n’eut de cesse de la porter à bout de bras jusqu’à la fin de sa vie. Parmi les autres membres présents dès le début, on compte notamment Aline Ménard-Dorian22 (1850-1929), Marcel Mauss (1872-1950), le normalien agrégé de philosophie et de mathématiques Henri Marais (1881-1940), Paul Mantoux (1877-1956)23, collaborateur d’Albert Thomas au ministère, Léon Eyrolles (1861-1945), directeur de l’École spéciale des travaux publics et ancien chef du service industriel du ministère de l’Armement, et Charles Dulot (1882-1946), chef du service de presse du même ministère et rédacteur du Bulletin des usines de guerre. Aimée-Louise Rommel quitta également le ministère pour suivre Albert Thomas. L’association était relativement fermée : on n’y entrait que sur cooptation. Jean Marx (1884-1972), Joachim Eisenmann (1869-1937) et Albert Pauphilet (1884-1948), cooptés par Henri Hubert, rejoignirent ainsi très vite le groupe, en septembre 1918. Marx était un élève d’Henri Hubert24, spécialiste de l’histoire celtique, chartiste, archiviste-paléographe, auteur d’une thèse sur L’Inquisition en Dauphiné et proche de Marcel Mauss. Eisenmann, auteur d’une thèse de droit sur Le Compromis austro-hongrois, avait intégré dès 1915 la section économique du deuxième bureau de l’État-Major de l’Armée, autrement dit le service de renseignement du ministère de la Guerre25. Dulot était normalien, spécialiste d’histoire médiévale26. Furent très probablement intégrés aussi à l’association Roger Picard (1884-1950), ancien membre du Groupe d’études socialistes et proche d’Albert Thomas au ministère, Bertrand Nogaro (1880-1950), économiste et futur ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts en 1926, Théodore Rosset (1877-1961), linguiste et proche de Mario Roques, ou encore Alfred Quellet, ancien chef du secrétariat particulier du ministre de l’Armement, au sujet duquel nous ne disposons d’aucune information27. On peut envisager qu’il en ait été de même de René Robine (1881-1930), un autre élève d’Henri Hubert, et d’Eugène Petit (1871-1938), que nous mentionnons dans la troisième partie de ce chapitre. D’après le témoignage d’Aimée-Louise Rommel, l’AEDS fut en fait le nouveau cabinet d’Albert Thomas, les uns et les autres s’affairant à documenter les travaux de l’ancien ministre :

Charles Dulot trouve un appartement libre 74 rue de l’Université ; le député socialiste est donc installé en plein faubourg St-Germain, ce qui est assez amusant, mais les locaux vacants ne sont pas nombreux. Les amis apportent les tables et chaises dont ils peuvent disposer personnellement chez eux, on en achète quelques autres d’occasion, on fait poser quelques rayons en bois blanc, et on travaille. Ambiance laborieuse mais calme, sans énervement, sans vaine agitation. Avec un collègue, j’ai abandonné le ministère pour suivre le ministre […]. Chacun s’ingénie à se rendre utile pour des recherches de documents, des études, de la correspondance d’électeurs. Les membres de l’Association viennent très souvent ; la guerre terminée, Mario Roques reprendra son enseignement à la Sorbonne et viendra tous les jours. Les colloques sont longs dans le bureau de l’ex-ministre.

  • 28 Lettre d’Henri Hubert à Mario Roques du 9 décembre 1919. IDF, Fonds Mario Roques, Ms6151, feuillet (...)

12L’atmosphère était laborieuse mais néanmoins très amicale : Albert Thomas évoque souvent « la famille du 74 » dans ses échanges avec Mario Roques, conservés à la bibliothèque de l’Institut de France. Un point particulièrement intéressant : ce même 74 rue de l’Université hébergerait bientôt, dès 1920, l’antenne parisienne du BIT que dirigerait Mario Roques. Les archives de l’AEDS y furent d’ailleurs longtemps conservées, mais nous n’avons pu les y retrouver. Le 74 abrita par ailleurs la revue d’Albert Thomas et Charles Dulot L’information ouvrière et sociale, moyennant des frais de bail au profit de l’association. Dans une lettre du 9 décembre 1919 destinée à Mario Roques, Henri Hubert présente la fondation de ce journal comme « l’aboutissement des efforts faits par [leur] société pour s’exprimer, pour donner à son travail théorique, dans ses différents domaines, un caractère pratique, pour sceller [leur] collaboration dans une œuvre positive28 ». Dans une lettre du 24 juin 1918 envoyée à Mario Roques, qui se trouvait alors au front, Albert Thomas explique le lien entre son journal et l’AEDS :

  • 29 LLettre d’Albert Thomas à Mario Roques du 24 juin 1918. IDF, fonds Mario Roques. Ms6161, feuillet (...)

Notre organisation du 74 tend à s’étendre de jour en jour. Dulot est toujours là. L’I.O.S vit avec une combinaison nouvelle : il y a une société Dulot-Faisant (tu devines qui est derrière). Et j’ai passé avec elle un contrat en vertu duquel l’A.E.D. S apporte sa contribution à la rédaction. Par le même contrat, j’apporte également ma direction et ma collaboration. Et le tout permet à l’A.E.D. S d’avoir une somme de mille francs par mois […]. Nos amis songent à étendre la Société. C’est la grosse préoccupation d’Hubert29.

13Albert Thomas publia de nombreux articles dans l’Information ouvrière et sociale ; la publication se voulait ouverte et sollicitait aussi des contributions dans les milieux patronaux. Elle devait, a-t-on lieu de penser, servir d’outil d’élaboration et de diffusion d’une nouvelle doctrine, élaborée par les membres de l’AEDS regroupés autour d’Albert Thomas, propre à contrer le bolchevisme et à soutenir — le congrès de Tours n’a pas encore eu lieu — la majorité réformiste de la SFIO.

  • 30 Lettres d’Henri Hubert à Mario Roques des 30 décembre 1919 et 6 janvier 1920. IDF, fonds Mario Roq (...)
  • 31 Sur ces fondations philanthropiques, voir par exemple Tournès, 2007.
  • 32 Lettre d’Albert Thomas à Mario Roques du 1er janvier 1918. IDF, fonds Mario Roques. Ms6161, feuill (...)

14L’existence de l’association masque cependant une certaine fébrilité que trahissent les efforts d’Henri Hubert pour la maintenir en vie. Fébrilité financière certes, mais aussi fébrilité dans ses activités. Tout au long des années 1920, Henri Hubert ne cessa de chercher de nouveaux membres et de repenser le système de cotisation pour assurer à l’association une certaine pérennité. Les fonds propres du journal ont pu servir à financer le local de l’association qui était endettée. En tout cas, Henri Hubert s’inquiétait régulièrement de l’état des finances et se plaignait souvent du caractère ridicule du bail accordé à L’information ouvrière et sociale, qu’il souhaitait voir doubler30. Albert Thomas tenta-t-il d’obtenir une aide des fondations philanthropiques américaines31 ? Une de ses notes adressées à Mario Roques au 1er janvier 1918 mentionne une réunion avec des « Américains32 », mais nous n’avons pas été en mesure de comprendre ce dont il s’agissait exactement. En matière d’activités, l’association semblait tiraillée entre son objectif de soutien personnel à l’homme politique Albert Thomas et un objectif plus large de documentation et de réflexion sociales. Henri Hubert se désolait ainsi auprès de Mario Roques :

  • 33 Lettre d’Henri Hubert à Mario Roques du 30 décembre 1919. IDF, fonds Mario Roques, Ms6151, Feuille (...)

Permets-moi de te dire que l’AEDS a beaucoup trop l’air de n’être faite que pour aider personnellement Thomas. On n’a plus fait effort avec assez de persévérance pour lui donner un autre caractère. On n’a pas assez élargi d’ailleurs ni d’un côté, ni de l’autre. Or, le ministre Thomas est déjà loin et les meilleurs amis sont pauvres33.

15Hubert déplore le caractère trop peu ouvert de l’association : nous en déduisons que ses membres se faisaient rares — et comprenaient trop peu d’industriels. Trop centrée sur Albert Thomas, l’AEDS donne l’impression d’une structure qui n’a fait que « vivoter » et n’a jamais vraiment réussi à témoigner du même dynamisme que son modèle putatif, le Groupe d’études socialistes. Facteur sans doute déterminant mais point unique, la nomination d’Albert Thomas à la direction du Bureau international du travail, son éloignement et la lourdeur de sa tâche à Genève conduisirent à la mettre en sourdine. L’Information ouvrière et sociale devint essentiellement l’affaire de Charles Dulot et son mode de financement changea à partir de 1922, puisque la publication fut désormais financée par André Borie, entrepreneur en travaux publics, futur président du syndicat patronal des travaux publics en 1936.

16L’association ne résista pas à ses difficultés budgétaires et s’effondra après le départ d’Albert Thomas pour Genève : elle subsista certainement sous la forme d’une coquille vide. Mais, si nous en perdons ainsi la trace dans le courant de l’année 1920, nous la retrouvons à la fin de l’année 1923… sous la plume et à l’instigation, là encore, d’Henri Hubert. Cette « résurrection » est à mettre sur le compte de l’éventualité d’un retour du directeur du BIT dans la vie politique française. Albert Thomas n’a en effet jamais caché à ses anciens amis que sa vie de directeur lui pesait et qu’il préparait son possible retour en France. La mort d’Henri Hubert en 1927 mit visiblement un terme à son entreprise de refondation ; il en était le principal garant :

  • 34 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 22 décembre 1923. AN, 94AP381.

Roques m’avait demandé d’attirer Mauss dans notre AEDS en vue de la résurrection que tu médites et que j’attends. J’ai eu hier avec Mauss une conversation assez intéressante pour toi […]. Mauss estime que le parti socialiste ne peut pas se passer de toi. Je le lui accorde bien volontiers, et toi aussi, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas tout à fait son point de vue. Je ne pense pas que j’aie déteint sur ce brave Mauss et que je l’aie rendu quasi réactionnaire, mais je suis surpris de voir qu’à mesure qu’il écrit théoriquement sur la politique, il se rapproche de points de vue où je me place naturellement. Il voit plus loin que le parti. Il voit la France, qui n’est pas socialiste, et c’est de ce point de vue qu’il pense à toi. Inutile que tu rentres dans la politique selon lui, si ce n’est pour faire un ministre et même un Président du Conseil. Or, suppose que la gauche l’emporte aux prochaines élections, ne penses-tu pas qu’elle aura bientôt usé ses présidents du conseil possibles ; nous ne disons pas ses ministres, bien entendu. Mauss est persuadé que ton heure viendra vite ; il ne faudrait pas la laisser passer34.

17Le ton est donc donné : la nouvelle AEDS en formation se serait donnée pour objectif de favoriser l’accession d’Albert Thomas à un ministère, voire à la présidence du conseil. Ce dernier cependant n’avait pas encore l’intention de quitter le BIT et entendait bien réaliser son mandat de sept ans. Sans doute pour cette raison, cette résurrection n’aboutit pas. Nous perdons de nouveau toute trace de l’association pour ne la retrouver qu’en mai 1926. La date de la fin du mandat d’Albert Thomas à la tête de l’organisation genevoise se rapprochait :

  • 35 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 21 mai 1926. AN, 94AP381.

Oui [dit Albert Thomas à Henri Hubert], il faut dès maintenant s’organiser, réunir les forces et les ressources nécessaires, constituer et reconstituer l’équipe. J’ai envoyé ta lettre à Roques qui, lui aussi, est souvent préoccupé de ces choses […]. Dès maintenant, nous pourrions tous les trois poser les premiers jalons. Je crois que nous n’aurons pas de mal à réunir le premier groupe d’amis. J’ai gardé beaucoup de relations dans notre monde industriel35.

  • 36 Henri Hubert terminait souvent ses lettres par « Ton affectueusement dévoué, H. Hubert ».
  • 37 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 11 septembre 1926. AN, 94AP381.
  • 38 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 19 novembre 1926. AN, 94AP381.

18Henri Hubert, Mario Roques, nous avons là les deux personnages-clefs de l’AEDS. « Affectueusement dévoué36 » à Albert Thomas, c’est dans le courant du mois de juillet 1926 au lieu-dit La Gaudière dans l’Allier, que l’archéologue et le Genevois se rencontrent pour dessiner les contours de la future Association d’études et de documentations sociales refondée. Albert Thomas possédait en effet à La Gaudière une petite ferme, et Henri Hubert avait l’habitude de passer ses vacances à Néris, situé à moins de vingt kilomètres à l’est. À notre connaissance, aucune note ou écrit ne reste malheureusement de cette rencontre. Au mois de septembre 1926, Albert Thomas suggéra à son ami de « reprendre avec [lui] [leurs] vieux projets agités à La Gaudière37 ». La chose semblait bien partie. Dans une lettre du 19 novembre 1926, Albert Thomas demandait à Henri Hubert d’apporter « les papiers AEDS » pour une réunion organisée le 29 novembre au bureau parisien du BIT. Il précisait que cette « reconstitution [était] mûre » et qu’elle serait « chose facile38 ». Cette note optimiste sera la dernière : l’association ne vit jamais le jour et nous en perdons définitivement la trace. Cette réunion parisienne eut-elle bien lieu ? Rien de l’indique. La mort d’Henri Hubert le 25 mai 1927 eut-elle raison de ce projet ? C’est possible. En outre, Albert Thomas repartit pour un second mandat au Bureau international du travail : son retour dans la politique française n’était plus d’actualité. Ajoutons que lui-même mourut prématurément en 1932 et ne fit jamais en France cette grande carrière dont l’association devait être l’un des moteurs…

L’expérience allemande d’Henri Hubert

19En dépit de ce soutien indéfectible à l’homme politique Albert Thomas, Henri Hubert n’a jamais été encarté au Parti socialiste et disait n’avoir aucune raison de l’être. Il n’a pas non plus laissé d’écrits politiques, à notre connaissance. Un extrait d’une lettre d’Albert Thomas sous-entend que nous avons peu de chance d’en trouver :

  • 39 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 14 mars 1922. AN, 94AP381.

Une phrase de ta lettre me laisse rêveur. Tu parles de notes que, l’année dernière, tu voulais bien faire à Petit, et qui n’ont pas servi à grand-chose. Est-ce que tu songes, parfois, cette année encore, à préciser ta pensée sur le papier ? Si tu le fais, ne manque pas de m’adresser tout ce que tu pourrais rédiger au sujet de l’état financier ou économique, ou sur tout autre sujet d’intérêt européen39.

  • 40 Dix jours après l’armistice, il fut par exemple invité par Eugène Petit à venir dîner chez lui, en (...)
  • 41 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 5 avril 1923. AN, 94AP381.
  • 42 Pour une étude du rôle de l’expérience personnelle du savant dans l’élaboration des écrits savants (...)

20Rêveur, Thomas pouvait l’être : Hubert était visiblement avare en matière de réflexions politiques. Ces notes pour Eugène Petit (1871-1938), secrétaire général de la Présidence de la République entre 1920 et 1924, il en rédigea peu et cessa de les lui transmettre quand il se rendit compte qu’elles ne rencontraient pas d’écho. Il était de toute façon bien entouré, au plus haut niveau, et l’on peut penser qu’il était en matière politique plus un homme de l’oral qu’un homme de l’écrit40. Les notes dont nous disposons sont celles qu’il accepta de rédiger pour Albert Thomas, qui les accueillit de façon très positive : « il est peu d’amis, dit-il en 1923, avec lesquels je me sente autant d’accord41. » Les échanges courent entre février 1922 et octobre 1923 et comportent six lettres substantielles d’Henri Hubert sur l’état des finances allemandes et la question des réparations : elles nous livrent une pensée très ancrée dans l’actualité politique et économique et relativement aboutie, quoique parfois difficile à saisir, l’écriture d’Henri Hubert n’aidant pas. Ces échanges sont extrêmement riches et nécessiteraient d’être longuement commentés, ce que nous ne pouvons faire ici. Nous en proposons en revanche quelques extraits qui révèlent que s’il n’était pas un homme d’action, Henri Hubert se tenait néanmoins très informé. Son expérience personnelle lui donnait un avantage indéniable42 : outre la nationalité allemande de sa femme Emma, il administrait la fortune de son beau-père en Allemagne, qui décèdera à l’automne 1923.

  • 43 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 23 février 1922. AN, 94AP381.

De temps à autre, je vais en Allemagne m’occuper des affaires de mon beau-père et de celles qu’il nous a laissées. Cela me donne une connaissance pratique des choses allemandes, que je voudrais bien communiquer à quelque homme politique. Je crois avoir une idée assez exacte de la réduction réelle de la fortune de l’Allemagne et de ses possibilités de paiement actuelles […]. Comme je dois administrer aussi une toute petite fortune américaine, je vois les choses également d’un autre point de vue, qui n’est, je t’assure, pas celui de nos ministres des finances et de nos banquiers43.

  • 44 Voir par exemple Tortajada, 2009 ; Halbwachs, 2016.
  • 45 Sur la réception des Conséquences économiques de la paix en France, voir Crouzet, 1972.

21Ces échanges doivent être lus au prisme de la réception française de l’ouvrage de John Maynard Keynes, Les conséquences économiques de la paix, paru en 1919 en Grande-Bretagne et rapidement traduit en français en 1920. Sa réception en France fut négative et très limitée, à l’image du sort général de l’œuvre de Keynes avant la Seconde Guerre mondiale44. Quelques articles critiques parurent dans la Revue d’économie politique, sous la plume de Charles Rist, mais aussi dans le Journal de la Société de statistique de Paris et dans le Journal des débats45.

  • 46 Il faut certainement lire ici une allusion à l’ouvrage de Keynes accusant les Français de vouloir (...)

22Dans ces échanges épistolaires avec Thomas relatifs aux réparations, Hubert marque son opposition à Keynes, mais d’une manière qui laisse à penser qu’il ne l’a pas lu directement et que sa connaissance des Conséquences est restée de seconde main. En effet, Hubert qualifie Keynes d’« idiot » mais ne commente pas précisément ses propositions. Il reprend en revanche la critique que firent les économistes français de l’ouvrage sur la question de la sous-évaluation par Keynes du montant des dommages subis par la France et du montant des réparations dues par l’Allemagne. S’appuyant sur ces critiques de l’ouvrage de Keynes et sur sa propre connaissance pratique des finances allemandes, il imagine une refondation du système de paiement des réparations par l’Allemagne. Sa position à l’égard des réparations reste certes très française et sans équivoque : l’Allemagne doit payer, mais cela ne l’empêche pas d’être critique vis-à-vis de la politique d’intransigeance menée par la France et de vouloir le redressement économique de l’Allemagne plutôt que sa ruine46. Ce n’est pas le montant des réparations qui posait problème d’après Hubert, mais plutôt les modes de paiements :

  • 47 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 27 mars 1922. AN, 94AP381.

À mon avis, le problème n’est pas là. Discuter de ces chiffres qui n’ont jamais été fixes, comme le font les Anglais, c’est du temps perdu. Il est aussi difficile de faire passer entre les mains des Alliés les 30 milliards de cet idiot de Keynes, idiot malhonnête, que les 132 milliards du pacte de Londres. Le problème est un problème de moyens. Les moyens employés jusqu’à présent me paraissent insensés47.

  • 48 À la fin du mois d’avril 1922, Henri Hubert dit à son ami : « L’industrie allemande a jusqu’à prés (...)
  • 49 Cette intégration est, du reste, ce que proposait Keynes dans son ouvrage, mais pour d’autres rais (...)
  • 50 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 27 mars 1922. AN, 94AP381. La longue citation ci-dessous (...)

23À ses yeux, l’une des données fondamentales du problème était la baisse du papier-mark, encouragée par la spéculation sur les changes, ainsi que l’augmentation mécanique de la fortune des actionnaires en Allemagne. En bref, « l’industrie est active, mais le capital se détériore48 ». Avec un mark au taux de change si faible, demander réparation à l’Allemagne s’avérait ridicule. La priorité était donc de contrôler le marché des changes afin de stopper les pratiques spéculatives et freiner la dégringolade du mark. Henri Hubert proposait que ce contrôle fût réalisé par la Commission des réparations, pourvu que celle-ci fût adossée, sinon intégrée à la Société des Nations49. Quel était donc ce « système complet »50 ?

  • 51 Henri Hubert faisait le constat, en administrant la fortune de son beau-père, et donc chiffres à l (...)
  • 52 Henri Hubert fait ici référence à l’occupation de la Ruhr par la France.

Je vais maintenant te dérouler mes rêves […]. Je me représente la Commission des réparations comme le fournisseur de change de l’Allemagne […]. La tâche de la commission serait de limiter dans toute la mesure du possible les échanges directs de marks contre du change. Les Allemands ont en outre des produits, des matières d’échanges. Ils peuvent hypothéquer des immeubles. Ils peuvent fournir des valeurs industrielles. Voilà longtemps que j’ai pensé que les Allemands auraient pu nous payer ces valeurs industrielles. Il n’est pas une société allemande qui n’ait doublé ou triplé son capital51. Ces augmentations de capital auraient pu n’être autorisées que moyennant prélèvement par l’État d’un certain nombre d’actions, qui auraient été une valeur réelle […]. Je me représente les industriels allemands achetant du change à la Commission des réparations en lui remettant des actions de la société, ou la Commission s’entremettrait entre les groupes d’industriels allemands et des groupes de capitalistes étrangers pour obtenir aux premiers des moyens d’achat à l’étranger. Elle remplira ainsi un rôle de grandissime banque internationale […]. La Commission des réparations appuyée par la Société des Nations se trouverait au centre des échanges entre l’Allemagne et l’étranger. Elle contrôlerait les besoins de l’Allemagne en devises, et en fournirait à des taux qui devraient être de plus en plus favorables, si l’Allemagne, toutefois, voulait bien cesser les émissions, percevoir des impôts férocement et faire des économies […]. Mais la Commission des réparations doit servir de banquier aux Alliés. Comment remplira-t-elle ses caisses ? Il est tout d’abord évident que, munie de ses chèques allemands, de ses bons or et faisant pour l’Allemagne les grandes affaires que je viens de dire, elle aurait un crédit presque inépuisable qui lui permettrait d’attendre que le gouvernement allemand ait amélioré ses finances. La Commission prélèverait des taxes sur ses opérations. Mais il faudrait des revenus d’une autre taille résultant d’une hypothèque effective sur tel ou tel revenu allemand, les douanes par exemple, ou les revenus de la rive gauche du Rhin52. L’assignation de ces revenus à la Commission des réparations pourrait avoir comme contrepartie l’obligation de reverser au crédit de l’Allemagne telles sommes jugées nécessaires.

  • 53 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 3 octobre 1923. AN, 94AP381.

24Ce système, centré autour d’une Commission des réparations intégrée à la Société des Nations se donnait pour objectif de redresser les finances allemandes sans néanmoins mettre en péril le processus des réparations de guerre. Que fit Albert Thomas de ces suggestions, qu’il approuvait dans leur totalité ? Il est difficile à ce stade d’en mesurer les effets, mais il affirmait y être très attentif, se permettant d’en faire la propagande auprès des membres de la Société des Nations : « Tu peux être sûr, affirmait-il, que tes renseignements ne tomberont pas dans l’oreille d’un sourd ni sous les yeux d’un aveugle53. » Il faudrait pour en savoir plus quitter Henri Hubert et s’intéresser à l’action politique d’Albert Thomas, ce qui n’entre pas dans le cadre immédiat de ce chapitre.

***

25Le personnage politique Henri Hubert se laisse difficilement saisir. Contrairement à la plupart de ses camarades de promotion de l’École normale supérieure, son « activisme » fut très limité. Un parcours général de ses correspondances montre un fort engagement scientifique et laisse très peu de place pour toute considération politique, quelle qu’en fût la forme : elles donnent davantage l’impression d’une autonomie pleine et entière de sa démarche scientifique, et nous donnent à voir un Henri Hubert hors du monde politique et social. Cette vision n’est peut-être pas sans fondement, comme en témoignent les jugements portés par ses amis cités plus haut ou ses propres déclarations :

  • 54 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 23 février 1922. AN, 94AP381.

Moi, je m’occupe des Celtes ; j’écris un bouquin sur les Celtes et je continue à faire mon musée. Cela me fait une vie fort occupée. De temps à autre, je vais en Allemagne m’occuper des affaires de mon beau-père et de celles qu’il nous a laissées54.

  • 55 Sur le « non-engagement » de François Simiand et ses rapports à Albert Thomas, voir Dhermy-Mairal, (...)
  • 56 « Sur le côté socialiste, je me suis toujours tenu à ton égard sur une extrême réserve ; je n’ai j (...)

26Ses livres, son musée… et parfois l’Allemagne. La proximité d’Albert Thomas et d’Henri Hubert est donc d’autant plus surprenante que les savants proches du premier étaient tous, à divers degrés, engagés dans des structures politiques établies. Leurs relations semblent plutôt traduire une profonde amitié, scellée à Normale puis au ministère de l’Armement. Albert Thomas se plaignait souvent de n’avoir personne à qui se fier comme à lui-même, et que seuls François Simiand ou Henri Hubert étaient en mesure de tenir ce rôle. Ni l’un ni l’autre ne purent pourtant le seconder au Bureau international du travail de Genève55. C’est à « servir de rail à la vie d’Albert Thomas » qu’Henri Hubert sembla consacrer l’essentiel de son engagement politique. Toute tentative d’inscription dans les typologies existantes de l’engagement intellectuel est néanmoins malaisée : Henri Hubert s’y subsume tantôt dans l’une, tantôt dans l’autre et trois ou quatre formes d’engagement pourraient lui convenir. Soutenir logistiquement et moralement Albert Thomas dans les épreuves, l’accompagner dans sa carrière politique, le conseiller, le remplacer parfois ; s’il fallait qualifier cette proximité, sans doute devrions-nous parler de « conseiller intime ». C’est en tant qu’ami, et un ami fiable, que la parole d’Henri Hubert avait du poids aux yeux d’Albert Thomas. Il apparaît comme un fidèle soutien de l’homme politique, en Russie et par le biais de l’Association d’études et de documentations sociales. Il resterait à préciser la nature de ce soutien, qui ne peut pas être seulement logistique, notamment en Russie. De ce point de vue, il est surprenant qu’Henri Hubert n’ait pas mis à profit sa connaissance des affaires russes après la Première Guerre mondiale. Pourquoi un tel silence ? Ses correspondances avec Albert Thomas y font bien quelques allusions furtives, les bolcheviques étant qualifiés par exemple d’« extrémistes », mais il les cantonne à « de vieux souvenirs, qui sont bons ». Tout porte à croire que la politique n’intéressait pas particulièrement Henri Hubert, dont l’engagement était surtout circonstanciel. Si le Parti socialiste lui était parfaitement indifférent56, il était en revanche attiré par la personnalité d’Albert Thomas, qu’il voyait comme le seul à pouvoir administrer la France, comme ministre ou comme président du conseil.

Notes

1 Nous extrayons cette formule arabe d’une note personnelle d’Albert Thomas du 18 avril 1932. ABIT, CAT 4-181.

2 Nous n’avons malheureusement pu consulter les archives d’Henri Hubert conservées au Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

3 Lettre de Paul Fauconnet à Henri Hubert du 10 septembre 1905. Archives du Collège de France, fonds Hubert-Mauss, MAS 48.

4 Strenski, 1987.

5 Ancien élève de l’École, dans l’argot normalien.

6 Prochasson, 1999.

7 Lettre d’Henri Hubert à un destinataire qui doit être Mario Roques, datée du 24 avril 1917. AN, 94AP180.

8 Nous remercions Christophe Labaune du Collège de France pour sa gentillesse et son dévouement, ainsi que Jean Baechler pour nous avoir ouvert les portes de la bibliothèque de l’Institut de France.

9 Archives du ministère de la Culture. Base Leonore des Archives nationales, LH/13163.

10 Lettre d’Albert Thomas à André Honnorat du 29 septembre 1920. AN 94AP/381. Correspondance entre Albert Thomas et Henri Hubert.

11 Detchessar et Lamarchand, 2001 : 10.

12 Note d’Henri Hubert à Mario Roques du 24 avril 1917. AN, 94AP180. Les citations ultérieures sont extraites de cette même note, écrite le 24 avril et poursuivie le 11 mai.

13 Ce journal a été publié dans Sinagoglou, 1973.

14 Riasanovsky, 1994 : 490-499 ; Sumpf, 2014 : 267-270.

15 Blaszkiewicz-Maison, 2015.

16 Cela fut encore plus vrai après la guerre, en tant que directeur du Bureau international du travail. Sur ses voyages, voir Hoehtker & Kott, 2015.

17 Note d’Henri Hubert à Mario Roques du 24 avril 1917. Ibid.

18 Là encore, les archives sont très rares. Au Bureau international du travail, elles sont tout simplement inexistantes en dehors de quelques mentions manuscrites d’Albert Thomas, telles que « ne pas oublier de reprendre l’affaire de l’A.E.D.S. », (note personnelle d’Albert Thomas du 18 novembre 1926. ABIT, CAT 8-4-) — ce qui n’est pas sans nous surprendre tant les liens entre cette association et le BIT étaient manifestes.

19 Mariée le 21 décembre 1944 avec Julien Auguste Morel, on la trouve parfois avec son nom de jeune fille « Rommel ».

20 Souvenirs d’Aimée-Louise Morel, 1ère partie : http://www.ilo.org/paris/publications/WCMS_473849/lang-fr/index.htm. Consulté le 30 juin 2016.

21 Note de Mario Roques à Henri Hubert du 28 avril 1918. CDF, fonds Hubert-Mauss, 57 CDF-MAS 52.

22 Une lettre d’Aline Ménard-Dorian à Henri Hubert du 19 septembre 1918 atteste de sa présence : « Donnez-moi quelques précisions sur ce que vous attendez des membres de notre EADS. Dites-moi combien nous sommes et qui nous sommes. Je ne sais absolument rien. Êtes-vous bien sûr qu’il soit bon d’être très nombreux ? Je ne le crois pas. » 57 CDF-MAS 50.

23 D’après une lettre d’Henri Hubert à Mario Roques d’avril 1918. IDF, fonds Mario Roques, Ms6151, feuillet 239. On trouve également une note de Paul Mantoux à Henri Hubert dans le fonds Hubert Mauss du Collège de France, où le premier propose une contribution à hauteur de 200 francs pour l’AEDS. Voir 57 CDF-MAS 50.

24 Jean Marx sera l’un des éditeurs de l’ouvrage posthume d’Henri Hubert, Les Celtes et l’expansion celtique jusqu’à l’époque de La Tène, et lui succédera dans sa chaire en 1927 à la direction d’études de civilisation celtique à l’École pratique des hautes études. Pour une biographie approfondie, voir Nicault, 2013.

25 Bourlet, 2007.

26 Albert Pauphilet fut le successeur de Jérôme Carcopino à la direction de l’École normale supérieure à la Libération.

27 Nous tirons tous ces noms d’une lettre d’Henri Hubert à Mario Roques datée du 15 septembre 1918. Cette lettre est un compte-rendu personnalisé d’une réunion de l’EADS qui s’était tenue la veille. Institut de France, fonds Mario Roques, Ms6151, feuillet 205.

28 Lettre d’Henri Hubert à Mario Roques du 9 décembre 1919. IDF, Fonds Mario Roques, Ms6151, feuillet 209.

29 LLettre d’Albert Thomas à Mario Roques du 24 juin 1918. IDF, fonds Mario Roques. Ms6161, feuillet 31. Dans son mémoire de maîtrise sur L’Information ouvrière et sociale, Pierre Zigmant ne fait aucunement référence à l’EADS. Il signale plusieurs adresses de domiciliation du journal, aucune n’étant celle du 74 rue de l’Université, ce qui est surprenant. Entre 1918 et 1921, dit-il, on ignore qui finance ce journal. Il est fort possible que la réponse à cette question passe par l’AEDS et la société Dulot-Faisant évoquée ici. Voir Pierre Zigmant : L’information ouvrière et sociale, 1918-1921. Mémoire soutenu en 1972 au Centre d’histoire du syndicalisme de l’université Paris 1 et conservé au centre Malher.

30 Lettres d’Henri Hubert à Mario Roques des 30 décembre 1919 et 6 janvier 1920. IDF, fonds Mario Roques. Ms6151, feuillet 210 et 212.

31 Sur ces fondations philanthropiques, voir par exemple Tournès, 2007.

32 Lettre d’Albert Thomas à Mario Roques du 1er janvier 1918. IDF, fonds Mario Roques. Ms6161, feuillet 29.

33 Lettre d’Henri Hubert à Mario Roques du 30 décembre 1919. IDF, fonds Mario Roques, Ms6151, Feuillet 210.

34 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 22 décembre 1923. AN, 94AP381.

35 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 21 mai 1926. AN, 94AP381.

36 Henri Hubert terminait souvent ses lettres par « Ton affectueusement dévoué, H. Hubert ».

37 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 11 septembre 1926. AN, 94AP381.

38 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 19 novembre 1926. AN, 94AP381.

39 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 14 mars 1922. AN, 94AP381.

40 Dix jours après l’armistice, il fut par exemple invité par Eugène Petit à venir dîner chez lui, en compagnie d’Albert Thomas et d’Aline Ménard-Dorian. Henri Hubert était donc au centre des mondanités politiques. Voir la lettre d’Eugène Petit à Henri Hubert du 21 novembre 1918. 57CDF – MAS 51.

41 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 5 avril 1923. AN, 94AP381.

42 Pour une étude du rôle de l’expérience personnelle du savant dans l’élaboration des écrits savants, voir par exemple Topalov, 2012.

43 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 23 février 1922. AN, 94AP381.

44 Voir par exemple Tortajada, 2009 ; Halbwachs, 2016.

45 Sur la réception des Conséquences économiques de la paix en France, voir Crouzet, 1972.

46 Il faut certainement lire ici une allusion à l’ouvrage de Keynes accusant les Français de vouloir acculer l’Allemagne à la ruine, de façon systématique : « nous n’avons pas à ruiner l’Allemagne, au contraire ». Voir lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas de la fin avril 1922. AN, 94AP381.

47 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 27 mars 1922. AN, 94AP381.

48 À la fin du mois d’avril 1922, Henri Hubert dit à son ami : « L’industrie allemande a jusqu’à présent évité la crise. Elle travaille à plein. Elle a racheté des matières premières. Elle produit. Elle gagne. Jamais je n’ai vu autant et de si formidables automobiles à Wiesbaden depuis trois ans. Tout ce que le luxe demande et procure, on l’a. » Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas, avril 1922. AN, 94AP381.

49 Cette intégration est, du reste, ce que proposait Keynes dans son ouvrage, mais pour d’autres raisons. Keynes souhaitait en effet en faire un contre-pouvoir nécessaire aux demandes du gouvernement français et des agissements qui lui semblaient gouvernés par l’intérêt et le nationalisme, plutôt que par des sentiments de justice.

50 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 27 mars 1922. AN, 94AP381. La longue citation ci-dessous est issue de cette même lettre.

51 Henri Hubert faisait le constat, en administrant la fortune de son beau-père, et donc chiffres à l’appui, que ses revenus se nourrissaient eux-mêmes : « Les revenus ont servi à payer les souscriptions aux nouvelles émissions. Le total était en marcs, 428 160 en 1911, de 1 567 790 le 11 novembre 1920, de 5 269 504 le 31 décembre 1921. » Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 27 mars 1922. AN, 94AP381.

52 Henri Hubert fait ici référence à l’occupation de la Ruhr par la France.

53 Lettre d’Albert Thomas à Henri Hubert du 3 octobre 1923. AN, 94AP381.

54 Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 23 février 1922. AN, 94AP381.

55 Sur le « non-engagement » de François Simiand et ses rapports à Albert Thomas, voir Dhermy-Mairal, 2015.

56 « Sur le côté socialiste, je me suis toujours tenu à ton égard sur une extrême réserve ; je n’ai jamais adhéré au parti et je n’ai aucune raison d’y adhérer ». Lettre d’Henri Hubert à Albert Thomas du 22 décembre 1923. AN, 94AP381.

Auteur

Docteure de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et de l’Institut national d’études démographiques (INED). Ater à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 2015, elle mène des recherches sur les activités scientifiques des fonctionnaires des organisations internationales dans la première moitié du xxe siècle, notamment au Bureau international du travail (BIT) et à la Société des Nations. Auteure d’une thèse sur l’entourage durkheimien du BIT dans l’entre-deux-guerres, son travail s’inscrit dans une sociologie historique des sciences qui accorde une large place aux approches ethnographiques et aux réflexions épistémologiques, tout en prenant en compte l’historicité propre des phénomènes étudiés.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540