Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Première partie. Définir et réaliser un programme : la psychologie de Franz Brentano

2. La science de la conscience selon Brentano

Carlo Ierna
Traduction de Charles-Édouard Niveleau

Texte intégral

  • 1 La psychologie de Brentano est en tout point « un programme pour la recherche scientifique », Albe (...)
  • 2 Brentano, F. 1929, « Die Habilitationsthesen », dans O. Kraus (éd.), Franz Brentano, Über die Zuku (...)
  • 3 Ierna, C. 2014, « The making of the Humanities scientific : Brentano’s project of philosophy of sc (...)

1La Psychologie du point de vue empirique de Franz Brentano présente un cadre de travail et une méthodologie permettant la réalisation d’une recherche scientifique dans le champ de la psychologie.1 Ce projet fournit même une fondation à un idéal ambitieux visant à faire renaître la philosophie en tant que science, et auquel Brentano s’est toujours tenu depuis la défense de sa thèse d’habilitation suivant laquelle « il n’existe pas d’autre méthode en philosophie que celle des sciences de la nature »2. Brentano a donc besoin de soigneusement articuler la position précise et le rôle de sa psychologie scientifique parmi les Geisteswissenschaften et les Naturwissenschaften3. En quoi consiste cet idéal d’une philosophie en tant que science ? Quelle est la relation entre sa psychologie scientifique et la philosophie ? Comment la psychologie est-elle liée aux sciences naturelles, en particulier à la psychophysique et à la physiologie ?

La philosophie en tant que science

  • 4 Bambach, C. 1995, Heidegger, Dilthey and the crisis of historicism, New York, Cornell University P (...)
  • 5 Paulsen, F. 1892, Einleitung in der Philosophie, Berlin, Wilhelm Hertz, p. 15 sq.

2Au XIXe siècle, la question du statut scientifique de la philosophie est au cœur des débats, et tout particulièrement en Allemagne4. En suivant l’ascension et l’effondrement de l’idéalisme allemand et du romantisme, la philosophie s’est rapprochée des sciences de la nature, ne manquant ainsi de souligner la différence entre les méthodes spéculatives et les méthodes empiriques5.

En soutenant que la vraie méthode de la philosophie n’est rien d’autre que celle de la science de la nature, Brentano remet directement en question l’establishment post-kantien. Brentano dénonce l’hégélianisme comme étant une pseudoscience et promeut à la place des méthodes plus « scientifiques », inspirées d’Aristote et des sciences de la nature, et telles qu’elles furent adoptées dès les XVIIIe et XIXe siècles comme un paradigme philosophique par les empiristes britanniques comme David Hume ou encore John Stuart Mill. (Jacquette 2002, op. cit., p. 193)

  • 6 Ce qui mit le feu aux poudres fut la nomination d’Erich Jaensch à la succession d’Herman Cohen à M (...)

3Ceci nous conduit toujours davantage vers l’idée que l’objet propre de la philosophie serait l’esprit : le domaine psychique par opposition au domaine physique. Toute philosophie qui s’efforcerait d’être scientifique, aurait alors bien sûr besoin d’être fondée sur la psychologie comprise comme une science naturelle : la psychologie scientifique correspondrait à la psychologie expérimentale. Ceci aurait également des répercussions considérables au niveau institutionnel, puisque les chaires académiques en philosophie seraient progressivement attribuées aux psychologues expérimentaux6.

  • 7 Si sa requête avait été retenue, il aurait devancé Wundt de cinq ans. Au lieu de cela, il aura fal (...)

4Toutefois, Brentano avait en tête une idée bien plus nuancée que cela lorsqu’il fut transféré à Vienne en 1874. Lorsqu’il formula, au moment où il obtint son titre de professeur7, une demande (infructueuse) de subvention auprès du gouvernement austro-hongrois visant à établir un laboratoire de psychologie, son intention était bien de compléter l’approche des sciences naturelles en psychologie avec la psychologie philosophique, sans pour autant renoncer à la méthode scientifique empirique elle-même. Le but de Brentano était d’éviter les pièges de la spéculation non-scientifique des idéalistes d’une part et ceux du réductionnisme matérialiste et biologique des sciences de la nature d’autre part.

  • 8 Rollinger, R. 2004, « Brentano and Husserl », dans Jacquette, D. (éd.), The Cambridge companion to (...)

Aussi difficile que cela puisse être aujourd’hui à comprendre pour un philosophe anglo-américain, il est grand temps de souligner encore une fois que la conscience, complètement exempte de toute sorte de réduction physicaliste, représente un objet de science pour Brentano et Husserl. Bien plus encore, ils considèrent cette science comme absolument centrale pour toutes les préoccupations de la philosophie.8

  • 9 Voir Albertazzi, L. 2003, op. cit., p. 111.

5Comme nous allons le voir plus tard en détail, cette ambition de préserver une approche équilibrée entre sa psychologie, en tant que discipline philosophique, et une méthode empirique, le projet de Brentano s’avère être une tâche incroyablement contemporaine9 :

  • 10 Chalmers, D. 2004, « How can we construct a science of consciousness ? », dans Gazzaniga, M. (éd.) (...)

La tâche d’une science de la conscience […] consiste à intégrer de façon systématique deux classes essentielles de données dans un même cadre de travail scientifique : les données en troisième personne, ou celles portant sur le comportement et les processus cérébraux, et les données en première personne, ou celles portant sur l’expérience subjective. Lorsqu’on examine un système conscient à partir du point de vue en troisième personne, une série de phénomènes comportementaux et neuronaux spécifiques apparaissent. Lorsqu’on examine un système conscient du point de vue en première personne, une série de phénomènes subjectifs spécifiques apparaissent. Ces deux sortes de phénomènes ont le statut de données pour une science de la conscience.10

  • 11 Brentano, F. 1929, « Über Schellings Philosophie », dans Kraus, O. (éd.), op. cit., p. 131 ; Baumg (...)
  • 12 Comparez avec Albertazzi 2003, op. cit., p. 110 et sq.

6L’affirmation de Brentano selon laquelle la vraie méthode de la philosophie serait celle des sciences de la nature n’était pas une remarque en l’air ou une provocation, mais était censée sérieusement servir de point de départ à un programme de recherche global et constituer une position fondamentale de son école. Pour Brentano et ses étudiants, la recherche philosophique n’était pas une affaire de spéculation grandiose mais plutôt une enquête humble et détaillée. Comme le dira Brentano à ses élèves quelques années plus tard : « Nous franchissons les premières étapes vers la renaissance de la philosophie comme science », non en invoquant des « systèmes grandioses » à partir de rien, mais plus modestement « en cultivant le terrain scientifique en friche. »11 Ainsi, Brentano a inculqué à ses élèves un sens aigu de la rigueur scientifique si bien qu’ils ne se considéraient pas eux-mêmes comme pratiquant de « la philosophie de salon » mais comme faisant à proprement parler de la science. C’est ainsi que là où le maître avait échoué, ses étudiants réussirent en parvenant à établir des laboratoires de psychologie (notamment Stumpf à Berlin et Meinong à Graz) ou en menant des recherches qui peuvent être considérées comme précurseurs par rapport aux pratiques actuelles12 :

  • 13 Albertazzi, L. (éd.) 2001, The dawn of cognitive science. Early contributors, Dordrecht, Kluwer, « (...)

Aussi bien dans l’analyse que dans la théorie, les positions qui furent développées durant la période [1870-1930] ont non seulement anticipé une grande partie du contenu des sciences cognitives contemporaines mais également une grande partie des modes de recherche typiques du courant dominant de la fin du vingtième siècle.13

  • 14 Comparez avec avec Huemer & Landerer, op. cit., p. 72 et p. 86.

7Brentano considère comme absolument essentielle l’idée que la philosophie doive utiliser la même méthode que celle des sciences de la nature, et donc que sa psychologie philosophique en fasse également usage, en tenant compte des données (sans bien évidemment s’y limiter) provenant du travail expérimental en laboratoire14. Cela permettrait de faciliter le travail interdisciplinaire entre les différentes sciences :

  • 15 Brentano, F. 1929, « Meine letzten Wünsche für Österreich », dans Kraus, O. (éd.), op. cit., pp. 3 (...)

La philosophie est une science comme les autres et donc, pour la pratiquer correctement, elle doit également disposer d’une méthode qui est, dans son essence, identique à celle des autres sciences. La méthode scientifique des sciences naturelles […], ce qui est tout à fait clair de nos jours, est aussi la seule véritable méthode pour la philosophie. Et c’est seulement de cette manière qu’elle peut alors établir et maintenir une connexion avec les autres sciences ; parce que nulle part les domaines de la connaissance que nous distinguons ne sont strictement délimités, mais sont davantage tous interconnectés d’une manière ou d’une autre.15

La psychologie en tant que science

  • 16 Brentano, F. 1874, Psychologie vom empirischen Standpunkte, Leipzig, Duncker & Humblot, p. V.

8Dans la Psychologie, le but de Brentano est d’élever la psychologie au rang de science,16 en caractérisant son objet et sa méthode. La méthode de la psychologie est précisément la méthode empirique : « Mon seul maître, c’est l’expérience », « comme les sciences de la nature, la psychologie repose sur la perception et l’expérience » (Psychologie, p. 35). Ce n’est seulement qu’à travers l’application rigoureuse de la méthode scientifique des sciences de la nature que la psychologie peut espérer progresser au niveau déjà atteint par les autres sciences :

Notre but doit être de réaliser ici ce que la mathématique, la physique, la chimie et la physiologie ont déjà réalisé avec plus ou moins de retard, c’est-à-dire trouver un noyau de vérité généralement admis, autour duquel, grâce au concours de forces nombreuses, ne tarderont pas à venir s’agréger de toutes parts de nouvelles cristallisations. Aux psychologies, nous cherchons à substituer une psychologie. (Ibid., p. VI)

9Notons pourtant que la position de la psychologie par rapport aux autres sciences est spéciale : bien qu’elle soit la dernière des sciences et la plus dépendante d’entre elles, elle est aussi de ce fait « la conclusion qui [les] couronne » (Ibid., p. 3). Selon Brentano, « la psychologie est seule à nous révéler toute la richesse à laquelle aboutit la méthode scientifique » (p. 34). En même temps elle devrait être capable d’informer toutes les autres sciences en retour (p. 3-4) :

  • 17 Au sujet de la philosophie des mathématiques, voir Ierna, C. 2011, « Brentano et les mathématiques (...)

Toutes deux [Les mathématiques et la psychologie comme représentant respectivement la moins et la plus dépendante de sciences] concourent à mettre en pleine lumière les procédés auxquels font appel dans leurs recherches les sciences intermédiaires. La différence qui s’établit entre deux sciences consécutives, la raison de leurs propriétés distinctives, l’accroissement de la difficulté proportionnellement à la complexité plus grande des phénomènes, mais aussi l’accroissement simultané des moyens d’y parer, lequel, jusqu’à un certain point, compense au minimum celui des difficultés, tout cela se révèle naturellement avec le plus de netteté quand on fait l’examen comparé du premier et du dernier maillon de la chaîne continue. (p. 35)17

  • 18 Voir également Brentano, F. WS 1884/1885, Manuscrit Y 2 : Die elementare Logik und die in ihr nöti (...)
  • 19 Comparez avec Brentano, F. 1889 Vom Ursprungsittlicher Erkenntnis Leipzig, Duncker & Humblot, p. 1 (...)
  • 20 En discutant la psychologie d’Aristote dans son travail d’habilitation de 1866, Brentano discutait (...)

10L’objet principal de la psychologie de Brentano porte sur « les phénomènes de la conscience [Erscheinungen des Bewusstseins] » (p. 5). Selon Brentano il y a trois classes fondamentales d’actes mentaux : les représentations, les jugements et les phénomènes d’amour et de haine ou les émotions (p. 260). En effet, chaque acte tombe dans ces trois classes selon un degré plus ou moins important : « Nous voyons en outre que les trois classes sont d’une extrême universalité. Il n’y a pas un seul acte psychique où chacune ne soit représentée. À chaque classe revient une certaine omniprésence dans l’ensemble de la vie psychique » (p. 346). Bien sûr, comme cela est bien connu, tous les actes de conscience sont des actes intentionnels, il ne peut y avoir aucune représentation sans quelque chose de représenté : « Il n’existe pas de phénomène psychique qui ne soit conscience d’un objet. » (p. 133)18 Tous les actes mentaux seraient soit des représentations, soit contiendraient en eux des représentations : le jugement et les émotions consisteraient essentiellement en une qualité positive ou négative ajoutée à une représentation (p. 104 et p. 111). Ce qui est accepté ou rejeté dans un jugement est l’existence de ce qui est représenté19. La perception, aussi bien interne qu’externe, serait alors un cas de jugement, où nous accepterions positivement l’existence de ce qui serait donné dans la représentation. Dans ce sens, la perception interne est proprement supérieure à la perception externe. Il est toujours possible de douter de l’existence des objets de notre perception externe, ne pouvant exclure que nous soyons victimes d’illusions ou d’hallucinations, ou en train de rêver. « [La perception interne] est vraiment la seule perception au sens propre du mot (…) [alors que l] a perception dite externe n’est pas, au sens rigoureux du mot, une perception » (p. 119). En raison du privilège épistémique de la perception interne20, Brentano considérait sa psychologie philosophique comme étant capable de devenir une science exacte : « la perception interne a encore un autre caractère distinctif, l’évidence immédiate, indubitable » (p. 119).

11Néanmoins, non seulement l’expérience interne mais aussi l’expérience externe peut et devrait contribuer à la psychologie, puisque « [l] es faits dont s’occupe le physiologiste et ceux dont s’occupe le psychologue entretiennent en effet, malgré toute la différence de leur caractère, les relations mutuelles les plus intimes. (…) Non seulement des états physiques sont provoqués par des états physiques, des états psychiques par des états psychiques, mais il arrive que des états physiques aient des conséquences psychiques, et inversement » (p. 6). Bien qu’il y ait toujours des tâches séparées pour la psychologie et la physiologie, là où la première découvre « les premiers phénomènes psychiques provoqués par un excitant physique, dût-il nécessairement pour cela jeter un regard sur les faits physiologiques », il appartient à la seconde de « rechercher la cause dernière et immédiatement physique de la sensation » (p. 8).

12Au fond, il s’agit déjà d’une préfiguration de la distinction que Brentano établira ultérieurement entre psychologie descriptive et génétique, telle qu’elle fut élaborée dans ses cours du semestre d’hiver des années 1887-1888, regroupés dans le recueil intitulé Descriptive Psychologie :

  • 21 Brentano, F. WS 1887/1888 Manuscrit Q 10 : Descriptive Psychologie, Wien, p. 4.

La psychologie est aussi confrontée à une autre tâche [en plus de la formulation des lois qui régulent la cohérence (causale) du corps et de l’esprit, qui est la tâche de la psychologie génétique] : celle de clarifier ce que l’expérience interne montre immédiatement ; par conséquent [elle consiste] non pas en une genèse des faits, mais dans un premier temps en leur seule description. Cette partie n’est pas psychophysique, mais purement psychologique. Nous devons savoir par avance à quoi ressemblent les faits : et cela se manifeste par une perception interne du psychique. Lorsque nous voulons décrire cela, nous convoquons les phénomènes par l’itération des stimuli physiques ; en ce sens nous devrons discuter du corps. Sinon seule l’expérience interne est prise en compte. Ce champ de la psychologie, je l’appelle descriptif.21

13Dans sa Psychologie de 1874, Brentano parle plutôt de psychologie en général, par contraste avec la physiologie et la psychophysique comprises comme des sciences naturelles spécifiques. Néanmoins, dans les deux textes, il répète que les stimuli physiques causent les phénomènes mentaux. Cependant, ce discours causal est un peu égarant et nécessite une clarification. En effet, la psychologie est une science des phénomènes psychiques pour Brentano, et non une science de l’âme (comprises comme une substance), de la même manière que la physique est une science des phénomènes physiques et non des corps substantiels (Psychologie, p. 12). Ni la perception interne ni la perception externe nous montrent les substances, elles sont une fiction et non un objet de science (Ibid., p. 12). Ainsi, la « causalité » dans ce contexte ne doit pas être comprise comme une substance physique affectant une âme substantielle. En effet, tant que la perception externe est concernée, non seulement elle ne nous montre aucune substance, mais les phénomènes physiques qu’elle montre sont aussi manifestement faux. Nous n’avons aucune raison de croire que les objets de la perception externe sont tels qu’ils apparaissent : ils existent seulement de manière intentionnelle, en tant que phénomènes :

Nous avons vu à quelle sorte de connaissance le physicien peut prétendre. Les phénomènes qu’il étudie et qui concernent la lumière, le son, la chaleur, le lieu, le mouvement local n’ont pas d’existence véritable et effective. Ils constituent les signes d’une réalité effective dont l’action produit leur représentation. Mais l’image qu’ils en donnent ne correspond aucunement à cette réalité, et la connaissance qu’on peut en tirer demeure très imparfaite. […] En soi et pour soi, ce qui est réel n’apparaît pas et ce qui apparaît n’est pas réel [An sich und für sich tritt das, was wahrhaft ist, nicht in die Erscheinung, und das, was er scheint, ist nicht wahrhaft]. La vérité des phénomènes physiques n’est, suivant l’expression consacrée, qu’une vérité relative. (Ibid., p. 24)

  • 22 Voir aussi Ierna, C. 2012, « Brentano and the theory of signs », Paradigmi. Rivista di Critica Fil (...)

14Les phénomènes physiques qui sont les contenus de nos phénomènes mentaux servent de signes d’une réalité extérieure à laquelle nous n’avons pas d’accès direct22. Considérons à nouveau ses cours sur la Psychologie descriptive :

L’expérience est interne et externe. Un fait de l’expérience interne est : Je veux, je pense ; de l’expérience externe : ici la lampe éclaire, etc. Cette distinction peut être vraie ou fausse. Nous devons parler de certains faits médiats et immédiats. Dans le dernier cas, il n’y a pas d’[expérience] externe qui pourrait servir de fondation à la science. Comme sais-je que la lampe fonctionne ? Je le vois. Qu’estce que cela signifie ? Est-ce que l’éclairage de la lampe est immédiatement certain ? C’est seulement par des inférences que nous pouvons l’admettre, l’apparence [Schein] elle-même que j’ai, ne le justifie pas. Notre apparence [Schein] est seulement un signe qui n’est pourtant pas la [chose] extérieure […]. Aussi faible que soit mon inclination à douter de l’existence du monde extérieur, nous n’avons pourtant aucune certitude à son égard. (Deskriptive Psychologie, op. cit., Q10, cours du 17/10)

15Brentano nous avertit que nous ne devons pas confondre les phénomènes physiques avec leurs causes supposées, c’est-à-dire les forces externes dans la nature (Psychologie, p. 128, sq.). Les phénomènes physiques ont seulement une existence phénoménale, intentionnelle en tant que contenus de phénomènes mentaux.

Les phénomènes psychiques, avons-nous dit, sont seuls susceptibles d’être perçus au sens propre du terme. Nous pouvons dire tout aussi bien que ce sont les phénomènes qui seuls possèdent une existence effective en dehors de l’existence intentionnelle. La connaissance, la joie, le désir existent effectivement ; la couleur, le son, la chaleur n’ont qu’une existence phénoménale et intentionnelle. (Ibid., p. 120).

  • 23 Comparer sa discussion de l’imagination et de la sensation dans Die Psychologie des Aristoteles, o (...)

16Ce cas est tout à fait analogue à celui des rêves :23

Dans le rêve, nous avons vraiment des représentations de couleurs et de sons et d’autres images ; nous avons peur, nous nous mettons en colère, nous sommes heureux, nous éprouvons toutes sortes d’autres émotions. Mais l’objet de ces activités psychiques, ce qui nous apparaît vraiment comme extérieur, existe aussi peu dans la réalité qu’en nous-mêmes ; c’est une simple apparence, de même que les phénomènes physiques, qui nous apparaissent à l’état de veille, ne correspondent à aucune réalité effective, bien que l’on admette souvent le contraire. (Ibid., p. 230-231)

17Au contraire, la psychologie peut reposer sur la perception interne, qui révèle non seulement l’existence réelle de ses objets, mais également leur essence : « Personne ne peut véritablement douter que l’état psychique qu’il perçoit en lui-même n’existe et n’existe tel qu’il le perçoit » (ibid., p. 12). La tâche principale de la psychologie devient alors de découvrir les « lois de succession de nos états psychiques » (p. 14).

18Ce n’est pas une tâche que la psychologie peut remplir toute seule ou en utilisant exclusivement la source de la perception interne. Tout d’abord, les sensations dépendent du stimulus physique, et de cette manière la science des phénomènes psychiques suppose aussi une contribution des sciences des phénomènes physiques, allant de la physique à la physiologie. Les phénomènes physiques sont au mieux un signe qui, sous certaines conditions, cause les sensations en nous (p. 24). Pourtant, Brentano n’a pas de doute concernant le fait que les sensations sont les effets d’une cause physique (p. 58). Leur origine repose sur des processus psychophysiques et de ce fait la psychologie a aussi besoin de s’appuyer sur la physiologie, en particulier la physiologie des organes sensoriels. Bien que nous ne pouvons pas nier que notre vie psychique dépende de notre cerveau, qui co-détermine les phénomènes psychiques (ibid., p. 80), Brentano ne veut pas du tout dire que cela implique que les lois de la psychologie seraient réductibles à celles de la physiologie, ou même pire encore à celles de la chimie ou de la physique (p. 59). D’un point de vue épistémologique, même une connaissance complète du cerveau ne conduirait pas à révéler davantage la vraie nature des causes physiques de nos états psychiques que ce que la psychologie peut nous apporter (pp. 77-78). Bien que les lois que nous pouvons trouver en psychologie aient besoin d’être complétés par la physiologie (p. 81), cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas obtenir quoi que ce soit par la seule psychologie, mais seulement que nous ne pouvons pas tout obtenir (p. 82).

19Le point de départ de la psychologie réside dans l’étude des sensations qui forment une source pour les autres phénomènes psychiques et « pour beaucoup de savants » l’unique source (p. 58). De façon significative, Brentano souligne comment les sensations forment aussi le point de départ des sciences de la nature, qui « ne traitent pas de tous les phénomènes psychiques ; elles ne traitent pas de ceux de l’imagination, mais uniquement de ceux qui se présentent dans la sensation. Et, même pour ces derniers, elles ne fixent leurs lois que pour autant qu’ils dépendent de l’excitation physique des organes des sens » (p. 127). Cependant, les causes, comprises comme des forces qui génèrent des sensations en nous, sont seulement une « attribution » (p. 128), puisque de telles forces externes dans leur nature « échappe [nt] à toute représentation » (p. 161) et ne sont donc pas des objets de connaissance possibles.

La perception interne nous montre, en effet, avec une évidence immédiate, que l’audition a un contenu différent d’elle-même et qui, contrairement à l’audition, ne participe à aucune des propriétés des phénomènes psychiques. Aussi personne n’entend-il par « son », une autre audition extérieure à nous-mêmes et dont l’action sur notre oreille produirait notre audition comme sa propre copie [Abild]. On ne pense pas non plus à une force qui échapperait à toute représentation [ unvorstellbare Kraft] et qui produirait l’audition ; sans quoi l’on ne parlerait pas de sons qui apparaissent dans l’imagination. On désigne plutôt sous ce nom ce qui, en tant que phénomène, forme l’objet immanent de notre audition sans se confondre avec elle. En suivant que nous croyons ou ne croyons pas que ce phénomène ait, en dehors de nous, une cause correspondante, nous croyons qu’il n’en existe pas dans le monde extérieur. (p. 161)

20Au mieux, il y a des raisons pragmatiques de supposer de telles forces externes comme des causes de nos sensations :

Même lorsque, des phénomènes de nos sensations, nous tirons la conclusion qu’ils ont leur cause dans un monde étendue sous forme spatiale, nous supposons quelque chose qui n’a jamais été constaté comme un fait immédiat d’expérience, et il se peut néanmoins que la conclusion ne soit pas injustifiée. Mais pourquoi ? Uniquement parce que l’hypothèse d’un tel monde, si nous la rattachons à l’hypothèse de certaines lois générales qui le régissent, nous permet de comprendre et même de prévoir d’avance, dans leur liaison, la succession qui resterait sans cela incompréhensible de nos phénomènes sensibles. (p. 140)

  • 24 Voir aussi Brentano, F. « Über die Gründe der Entmutingung auf philosophischem Gebiete », dans Zuk (...)

21De ce point de départ commun de nos sensations nous pouvons procéder inductivement dans deux directions, vers l’extérieur et l’intérieur, en trouvant les lois de coexistence et de succession de tous les phénomènes. Plus précisément, nous pouvons d’abord induire les lois les plus générales et ensuite déduire les plus spécifiques et enfin les vérifier par l’expérience concrète (p. 93)24.

  • 25 Dans son ouvrage sur la psychologie d’Aristote, Brentano mentionne déjà que « le voir est seulemen (...)

22Outre la perception interne, Brentano relève plusieurs autres espèces de sources d’expérience permettant de conduire la recherche en psychologie. Celles-ci s’avèrent d’autant plus nécessaires que la perception interne a un inconvénient de taille : celui de ne jamais pouvoir devenir une observation interne. Brentano est très explicite sur le fait que cette méthode ne repose pas sur l’introspection ou sur une focalisation de l’attention sur notre vie psychique telle qu’elle se déroule (p. 36 et p. 42). En effet, nous semblons capables de percevoir nos propres phénomènes psychiques seulement incidemment « sur le côté »25, puisque nous nous concentrons en réalité sur quelque chose d’autre, par exemple les phénomènes physiques (p. 36).

Considérons la perception interne, elle nous montre par exemple des représentations qui sont réelles ; juger, aimer, haïr sont tous réels. Mais ils ne le sont pas sans corrélats : pas de représentation sans un représenté, pas de juger sans un jugement. En effet, ces corrélats sont ce qui est observé directement dans la perception interne alors que le représenter, le juger etc. qui sont réels, sont observés indirectement. (Brentano 1884/5, Manuscrit Y2, op. cit., pp. 104-105)

23Ainsi, la perception interne, en tant que conscience secondaire présente dans l’observation des phénomènes physiques mais aussi dans l’imagination, est la source principale permettant de découvrir les lois psychiques. Néanmoins, en raison des limitations de cette approche, Brentano reconnait immédiatement la nécessité d’importer d’autres sources supplémentaires de données pour la psychologie. Même s’il n’est pas possible d’observer directement nos phénomènes psychiques, nous pouvons tourner notre pleine attention vers les phénomènes psychiques passés dans la mémoire (p. 42).

Les sons que nous entendons, nous pouvons les observer, mais nous ne pouvons observer l’audition des sons ; car ce n’est que dans l’audition des sons que nous percevons l’audition elle-même. S’il s’agit au contraire d’audition antérieure, que nous considérons dans notre mémoire, nous nous tournons vers elle comme vers un objet premier et il arrive que ce soit précisément pour l’observer. (p. 169)

24Bien que la mémoire puisse, dans ce sens spécifique, servir de substitut à l’observation et l’expérimentation (p. 43), elle reste bien sûr un substitut très imparfait à l’infaillibilité de la perception interne immédiate (p. 44). En outre, bien que nous n’ayons pas d’accès direct aux phénomènes mentaux des autres (p. 45 et sq.), nous en avons une certaine connaissance indirecte dans la mesure où ils expriment autant volontairement qu’involontairement leur propre vie mentale (p. 49). Évidemment, la meilleure façon d’explorer la vie mentale des autres est lorsqu’ils l’expriment par des mots, prononcés ou écrits, y compris sous la forme d’autobiographies.

  • 26 Brentano, F. Manuscrit EL 80, p. 31, Cité dans Chrudzimski, A. 2001, « Die Intentionalitäts theori (...)

Le langage en général est le but de l’expression de nos phénomènes psychiques. Pour exprimer le contenu de nos phénomènes psychiques : ce qui est représenté, jugé, désiré, aimé en tant que tel.26

  • 27 Brentano, Psychologie, p. 48, voir également p. 55 et 233. Comparer avec Brentano Y 2, p. 30 : « S (...)

25Le langage lui-même est un sédiment culturel de la manière avec laquelle les gens ont mis leur vie psychique en mots, fournissant au moins une classification préliminaire27. De la même manière, l’histoire peut fournir des éclairages sur la vie mentale du plus grand nombre, établissant la moyenne des spécificités individuelles (Psychologie, p. 53). En effet, à travers les générations, les généralisations empiriques découlant des intuitions du sens commun sont encodées et véhiculées par les proverbes, qui peuvent être expliqués et vérifiés par une recherche psychologique détaillée (ibid., p. 95). Les maladies mentales et la folie peuvent également fournir un matériau à la psychologie, en particulier à la psychophysique, dans la mesure où une vie psychique anormale est corrélée avec des anomalies dans les organes corporels (p. 51). De plus, la perception interne peut être complétée par des recherches auprès d’esprits plus simples, comme ceux des enfants, des personnes de culture plus primitive et des animaux (p. 49 et sq.). Bien que nous ne puissions pas nous souvenir de manière fiable des toutes premières étapes de notre vie psychique, l’observation des nouveau-nés nous apporte au moins quelques indices (p. 57).

  • 28 Voir également Stumpf, C. Q11/I, op. cit., p. 25 et sq.

26À propos de l’importance des recherches sur les esprits plus simples, Brentano soutient que nous pouvons imaginer des créatures qui ne possèdent pas toutes les classes d’actes psychiques que nous avons (p. 348). Par exemple, nous pouvons sans contradiction imaginer une créature qui serait capable d’avoir des représentations mais qui serait incapable de former des jugements ou des émotions et de façon similaire une autre capable de représentation et de jugement, mais dépourvu d’émotions. En effet, comme tous les actes mentaux sont soit des représentations, soit basés sur les représentations, cette hiérarchie n’est pas quelque chose de surprenant. En outre, même si, selon Brentano, les émotions ne supposent pas l’existence de leur objet, elles sont néanmoins impliquées dans leur statut existentiel : nous désirons ou avons peur que quelque chose soit ou ne soit pas (pp. 349-350). Ainsi, la capacité à former des émotions présuppose la capacité à former des jugements. Cette hiérarchie suppose que les niveaux fondateurs sont plus simples que les niveaux fondés : les représentations sont plus simples que les jugements qui à leur tour sont plus simples que les émotions. Par conséquent, la recherche sur la capacité représentationnelle en général peut être menée à bien en se limitant aux seules formes des représentations, indépendamment des réalités psychiques plus complexes. Ainsi, les expérimentations psychologiques sur les animaux ou les enfants par exemple révèlent avec une facilité et une clarté plus grande les fonctions psychiques les plus simples, en raison de la grande simplicité de l’esprit des sujets28.

  • 29 Marty, A. 1908, Untersuschungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, H (...)
  • 30 Marty, A. Untersuschungen, op. cit., p. 1.
  • 31 Comparer avec Stumpf, C. Q11/I, p. 10.

27Pour illustrer au mieux les relations complexes entre science, philosophie, et psychologie, nous pouvons nous tourner vers l’un des étudiants les plus orthodoxes de Brentano, à savoir Anton Marty. Un simple coup d’œil à la table des matières de son œuvre Untersuschungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie29, suffit à lui seul pour se convaincre de la structure brentanienne que sous-tend son enquête. Dès le début, Marty traite explicitement de la relation entre la science et la philosophie du langage, soulignant qu’il n’y a, entre les deux, aucune différence de méthode. La philosophie du langage serait une partie de la science du langage, et la partie philosophique serait à son tour subdivisée en une partie théorique et une partie pratique. La partie théorique serait la psychologie du langage et passerait à la fois par une enquête descriptive et génétique. Comme nous l’avons vu plus haut, le langage est compris avant tout comme étant orienté vers la communication de la vie intérieure grâce à des signes30, c’est-à-dire en vue, littéralement, de faire « parler votre esprit », exprimer vos phénomènes psychiques, bien que les expressions involontaires de votre esprit soient également prises en compte (telles que rire, pleurer, rougir). La philosophie du langage n’est pas opposée à la science du langage, comme il l’était peut être initialement à cette époque où la Naturphilosophie de l’idéalisme allemand était un concept complètement indépendant de la Naturwissenschaft, en appliquant sa propre méthode spéculative de manière uniforme. Pour Marty et Brentano, la seule et unique méthode scientifique est la méthode empirique (Marty, ibid., p. 2). La philosophie doit se concevoir comme traitant de toute recherche qui comprend et qui est basée sur la psychologie (ibid., p. 3), et qui ne se limite donc pas à la seule perception interne (p. 13)31.

28Le couronnement de la philosophie du langage serait de découvrir les éléments les plus primitifs et fondationnels du langage, qui formeraient alors la base pour une characteristica universalis au sens d’un langage idéal (p. 27). La description psychologique, l’analyse, et la classification sont les premières étapes pour découvrir les éléments les plus simples dans les phénomènes complexes ainsi que les relations fondamentales qui les connectent (p. 52 et sq., p. 58 et sq.), et c’est seulement alors sur cette fondation que nous devrions procéder à des recherches génétiques (p. 554).

  • 32 Stumpf, C. 1883, Tonpsychologie, I, Leipzig, Hirzel.

29De la même manière, nous pouvons citer l’ouvrage de Stumpf sur la psychologie du son32, dans lequel les mêmes principes généraux de la recherche empirique en psychologie et en philosophie sont énoncés dès le début de la recherche. Dans la préface, Stumpf souligne que l’analyse psychologique des phénomènes mentaux peut nous conduire à faire des découvertes au niveau des cas les plus singuliers, ce qui promet également une riche moisson d’éclairages d’ordre général (ibid., p. V et sq.). Comme source permettant d’aider les recherches en psychologie, Stumpf énumère « l’observation de soi et les indications des autres, les données statistiques de séries de jugements, les faits et hypothèses physiologiques, la comparaison entre populations et époques, les éléments biographiques, etc. » (ibid., p. VI). Comme nous l’avons vu plus haut pour Brentano, il est également clair que pour Stumpf les recherches sur les phénomènes psychiques et physiques partagent leur point de départ dans les sensations : « L’acoustique psychologique a un matériau identique à celui de l’acoustique physico-physiologique : les sensations de son. Cependant, la dernière s’occupe de ce qui précède les sensations pendant que la première s’occupe de leurs conséquences » (p. VI, et sq.). En outre, Stumpf souligne l’existence de relations entre les recherches psychologiques sur les sons et la musique, et les « disciplines philosophiques sœurs » que sont l’esthétique et l’éthique. Ces deux brèves esquisses ont pour but de souligner certains des traits fondamentaux de la psychologie de Brentano dans l’œuvre de deux étudiants hautement représentatifs. Stumpf et Marty forment la toute première génération de l’école de Brentano, ayant étudié avec lui à Würzburg et assisté à la fameuse défense publique de sa thèse d’habilitation :

  • 33 Kraus, O. 1916, « Martys Leben und Werke. Eine Skizze », dans Eisenmeier, J., Kastil, A. & Kraus, (...)

Déjà à l’occasion de son habilitation en 1866, Brentano défendait la thèse suivant laquelle : Vera philosophiae methodus nulla alia nisi scientae est. « La véritable méthode de la philosophie est celle des sciences de la nature ». « Cette thèse et ce qu’elle implique », comme Stumpf l’écrit à Brentano en 1892, « fut ce qui provoqua le ralliement enthousiaste de Marty et moi-même à votre étendard ».33

  • 34 Brentano a reconnu explicitement l’importance de Marty à ce sujet, voir Kastil « Vorwort », dans A (...)
  • 35 Stumpf, C. 1919, « Erinnerungen an Franz Brentano », dans Kraus, O. (éd.), Franz Brentano : zur Ke (...)
  • 36 Sur l’influence de Stumpf sur Husserl, voir par exemple Rollinger, R. 1999, Husserl’s position in (...)
  • 37 Schumann, K. 1996, « Carl Stumpf (1848-1936) », dans Albertazzi, L. & al. (éds.), The school of Fr (...)

30Marty et Stumpf furent d’une importance cruciale dans la diffusion des doctrines de Brentano. Marty enseigna à l’université allemande de Prague à partir de 1880, en formant la seconde génération des brentaniens et en enseignant, entre autres aux fondateurs, de l’école pragoise de linguistique34. Stumpf également eut un rôle important en tant que « plus vieil » élève de Brentano35 et en tant que mentor influent d’Edmund Husserl36. En outre, après s’être installé à Berlin, Stumpf y établit un laboratoire de psychologie37 et fut d’une importance cruciale pour le développement de la psychologie de la Gestalt en tant que professeur de Kurt Koffka et de Wolfgang Köhler. Marty et Stumpf conduisirent des recherches hautement spécialisées sur le langage et la musique, à partir du cadre de travail général et des principes avancés par leur maître Brentano. Ces exemples montrent que les idées et les idéaux de Brentano furent non seulement appliqués en principe, mais réellement mis en pratique, et qu’ils furent, par ailleurs, très productifs dans des disciplines philosophiques très différentes.

***

  • 38 Voir aussi Brentano, F. « Über die Gründe der Entmigung », dans Kraus, (éd.) Die Zukunft der Philo (...)

31Comme tous l’avons vu ci-dessus, la psychologie est diversement liée à un certain nombre d’autres sciences et ne repose pas exclusivement sur la perception interne d’un sujet unique. Non seulement la psychologie s’inspire des éclairages et des découvertes venant des sciences de la nature, de la physique à la physiologie, mais également des Humanités, entre autres l’histoire et la linguistique, autant de disciplines qu’elle est capable d’informer en retour. En effet, dans chacune des trois classes d’actes mentaux nous trouvons les fondations psychologiques pour une discipline philosophique : dans les représentations pour l’esthétique, dans les jugements pour la logique, et dans les émotions pour l’éthique (Brentano, Psychologie, p. 331, 342). Ainsi, il n’est pas surprenant que Brentano revendique que la psychologie devienne de cette manière la fondation de tous les buts les plus élevés de l’humanité et qu’elle puisse contribuer au développement ultérieur de toutes les sciences (ibid., p. 26)38. En effet, grâce à son vaste champ d’applications pratiques, la psychologie est « la science du futur » (ibid., p. 31), celle à même de pouvoir, de toute évidence, prendre la place que la politique occupe chez Aristote à titre de discipline « architectonique », celle-ci n’étant au final qu’une « psychologie appliquée » (ibid., p. 32).

  • 39 Voir Brentano, F. Meine letzten Wünsche für Österreich, op. cit., p. 34 et Brentano, F. Y2, op. ci (...)

32La portée de l’ambition de Brentano ne se limitait pas à établir la psychologie comme une science. Grâce à l’application de la méthode scientifique à l’esprit, comprise au sens large de méthode empirique, Brentano voulait mettre à jour les éléments ultimes de toute pensée, ce qui conduirait idéalement à établir la base d’une characteristica universalis.39 Ainsi, une psychologie scientifique, telle que Brentano l’envisage, serait un complément indispensable à toute recherche physiologique et psychophysique, et en même temps le niveau fondationnel pour la recherche philosophique. Brentano distingue le travail expérimental en laboratoire de l’enquête conduite par la perception interne, sans toutefois les considérer comme mutuellement exclusives. En effet, en reconnaissant explicitement, dès ses premiers travaux, d’autres sources que la seule perception interne comme permettant de développer notre connaissance des phénomènes psychiques, Brentano élargit le cadre de travail de la psychologie à la fois aux données en première et en troisième personne. Il maintient en même temps bien séparés les tâches et rôles respectifs des sciences naturelles et philosophiques, afin d’éviter toute réduction des Geisteswissenschaften aux Naturwissenschaften par l’intermédiaire de la psychologie.

33Même si Brentano n’a pas vraiment mené de travail dans le domaine de la psychologie expérimentale au sens où nous l’entendons aujourd’hui, deux arguments permettent néanmoins de le considérer sérieusement comme ayant contribué au développement de la psychologie scientifique de son époque. Tout d’abord, il apporte un cadre de travail incroyablement contemporain pour conduire de telle recherche, indiquant clairement de quelle manière la psychologie peut informer et bénéficier de la physiologie, de quelle manière elle peut intégrer des données de perspectives en première et troisième personne, tout en restant une discipline autonome en tant que science de la conscience. Ensuite, le projet de Brentano fut en réalité poursuivi par ses étudiants qui parvinrent notamment à fonder des laboratoires, à conduire des expérimentations, et à inspirer à leur tour une nouvelle génération de chercheurs dont le succès les a presque éclipsé tout comme ils avaient eux-mêmes éclipsé Brentano. En ce sens, « l’invisibilité » de Brentano dans l’histoire de la philosophie et de la psychologie peut être comprise non comme un simple accident historique contingent, mais bien comme un signe de la fécondité de son projet.

Notes

1 La psychologie de Brentano est en tout point « un programme pour la recherche scientifique », Albertazzi, L. 2003, « Brentano’s psychology today. A programme of empirical and experimental metaphysics, Brentano Studien, 10, p. 118.

2 Brentano, F. 1929, « Die Habilitationsthesen », dans O. Kraus (éd.), Franz Brentano, Über die Zukunft der Philosophie, Leipzig, Felix Meiner, pp. 136-137. Voir aussi Jacquette, D. 2002, « Brentano’s scientific revolution in philosophy », The Southern Journal of Philosophy, 40, et Rollinger, R. 2008, Austrian phenomenology. Brentano, Husserl, Meinong and others on mind and object, Phenomenology & Mind, Frankfurt, Ontos Verlag, p. 3.

3 Ierna, C. 2014, « The making of the Humanities scientific : Brentano’s project of philosophy of science », dans Bod, R., Maat, J. & Weststejin, T. (éds.), The making of the Humanities III, Amsterdam, Amsterdam University Press.

4 Bambach, C. 1995, Heidegger, Dilthey and the crisis of historicism, New York, Cornell University Press, p. 23.

5 Paulsen, F. 1892, Einleitung in der Philosophie, Berlin, Wilhelm Hertz, p. 15 sq.

6 Ce qui mit le feu aux poudres fut la nomination d’Erich Jaensch à la succession d’Herman Cohen à Marburg en 1912. Les philosophes protestèrent de manière véhémente et firent circuler une pétition, pour recueillir la signature de toutes les universités allemandes, contenant une « déclaration contre l’occupation des chaires de philosophie par des représentants de la psychologie expérimentale », et revendiquant une séparation des chaires destinées aux psychologues ainsi que la restitution des chaires de philosophie qui avaient été assignées à des psychologues » (« Erklärung gegen die Besetzung philosophischer Lehrstühle mit Vertretern der experimentellen Psychologie » publié dans Logos 4 (1913), p. 114, avec plus de 100 signataires. Cf. Kush, M. 1995, Psychologism. A case study in the sociology of philosophical knowledge, Londres et New York, Routledge, p. 186 et sq., et Ash, M. G. 1980, « Academic politics in the history of science : experimental psychology in Germany, 1879-1941, Central European History, 13 (3), pp. 279-280.

7 Si sa requête avait été retenue, il aurait devancé Wundt de cinq ans. Au lieu de cela, il aura fallu attendre 1894 pour voir l’établissement du premier laboratoire de psychologie en Autriche, à Graz, par l’un des élèves de Brentano, Alexius Meinong. Voir Huemer, W. & Landerer, C. 2010, « Mathematics, experience and laboratories : Herbart’s and Brentano’s role in the rise of scientific psychology », History of the Human Sciences, 23, p. 72 et p. 85 ; et Albertazzi, L. 2006, Immanent realism. An introduction to Brentano, Dordrecht, Springer, p. 26.

8 Rollinger, R. 2004, « Brentano and Husserl », dans Jacquette, D. (éd.), The Cambridge companion to Brentano, Cambridge, Cambridge University Press, p. 271.

9 Voir Albertazzi, L. 2003, op. cit., p. 111.

10 Chalmers, D. 2004, « How can we construct a science of consciousness ? », dans Gazzaniga, M. (éd.), The cognitive neurosciences III, MIT Press.

11 Brentano, F. 1929, « Über Schellings Philosophie », dans Kraus, O. (éd.), op. cit., p. 131 ; Baumgartner, W. 1997, Nineteenth-century Würzburg : the development of the scientific approach to philosophy », dans Poli, R. (éd.), In itinere : European cities and the birth of modern scientific philosophy, Poznan Studies in the Philosophy of the Sciences and the Humanities, vol. 54, Amsterdam, Rodopi, p. 86.

12 Comparez avec Albertazzi 2003, op. cit., p. 110 et sq.

13 Albertazzi, L. (éd.) 2001, The dawn of cognitive science. Early contributors, Dordrecht, Kluwer, « Introduction », p. 18

14 Comparez avec avec Huemer & Landerer, op. cit., p. 72 et p. 86.

15 Brentano, F. 1929, « Meine letzten Wünsche für Österreich », dans Kraus, O. (éd.), op. cit., pp. 32-33.

16 Brentano, F. 1874, Psychologie vom empirischen Standpunkte, Leipzig, Duncker & Humblot, p. V.

17 Au sujet de la philosophie des mathématiques, voir Ierna, C. 2011, « Brentano et les mathématiques », Revue roumaine de philosophie, 55 (1), pp. 149-167.

18 Voir également Brentano, F. WS 1884/1885, Manuscrit Y 2 : Die elementare Logik und die in ihr nötigen Reformen I, Vienna, p. 54 : « il n’y a pas de représentation sans [quelque chose] représenté. Il ne peut y avoir de représentation vide », et comparez avec Brentano, F. 1867, Die Psychologie des Aristoteles, insbesondere seine Lehre vom Nous Poietikos, Mainz : Verlag von Franz Kirchheim, p. 123 et p. 153.

19 Comparez avec Brentano, F. 1889 Vom Ursprungsittlicher Erkenntnis Leipzig, Duncker & Humblot, p. 16 et Psychologie, p. 119.

20 En discutant la psychologie d’Aristote dans son travail d’habilitation de 1866, Brentano discutait d’une « Empfindungsvermögen », d’une capacité sensationnelle. Ce sens interne permettrait de « percevoir et distinguer » les sensations de nos sens externes et serait ainsi une « sensation de sensations » (Brentano Psychologie des Aristoteles, op. cit., p. 85 et sq.). Dans sa Psychologie de 1874, il clarifie toutefois sa position, voir p. 173, n. 1.

21 Brentano, F. WS 1887/1888 Manuscrit Q 10 : Descriptive Psychologie, Wien, p. 4.

22 Voir aussi Ierna, C. 2012, « Brentano and the theory of signs », Paradigmi. Rivista di Critica Filosofica, 2, p. 1-22.

23 Comparer sa discussion de l’imagination et de la sensation dans Die Psychologie des Aristoteles, op. cit., p. 102.

24 Voir aussi Brentano, F. « Über die Gründe der Entmutingung auf philosophischem Gebiete », dans Zukunft der Philosophie, op. cit., pp. 89-90, et 96 Et Brentano, F. 1968, Die vier Phasen der Philosophie, Hamburg, Meiner, p. 18 où Brentano soutient les méthodes de Bacon et Descartes. Prendre en compte également sa discussion dans Die Psychologie des Aristoteles, op. cit., p. 214 et sq. Et comparer avec Stumpf, C. WS 1886/1887 Manuscrit Q11/I, Vorlesungen über Psychologie, Halle, p. 34. Pour une discussion du développement de la méthode descriptive dans son contexte historique et intellectuel, voir Baumgartner, W. 1997, « Nineteenth-century Würzburg : The development of the scientific approach to philosophy », op. cit., pp. 86 et 91.

25 Dans son ouvrage sur la psychologie d’Aristote, Brentano mentionne déjà que « le voir est seulement vu per accidens », op. cit., p. 86.

26 Brentano, F. Manuscrit EL 80, p. 31, Cité dans Chrudzimski, A. 2001, « Die Intentionalitäts theorie Anton Martys », Grazer Philosophische Studien, 62, p. 180 ; comparer cela avec Brentano Y2, p. 27 : « Le but premier et principal du langage est de communiquer nos pensées ».

27 Brentano, Psychologie, p. 48, voir également p. 55 et 233. Comparer avec Brentano Y 2, p. 30 : « Sans la moindre instruction formelle, le langage nous enseigne toute la philosophie d’une époque [ die ganze Philosophie des Zeitalters]… elle nous fournit des classifications etc. »

28 Voir également Stumpf, C. Q11/I, op. cit., p. 25 et sq.

29 Marty, A. 1908, Untersuschungen zur Grundlegung der allgemeinen Grammatik und Sprachphilosophie, Halle, Max Niemeyer.

30 Marty, A. Untersuschungen, op. cit., p. 1.

31 Comparer avec Stumpf, C. Q11/I, p. 10.

32 Stumpf, C. 1883, Tonpsychologie, I, Leipzig, Hirzel.

33 Kraus, O. 1916, « Martys Leben und Werke. Eine Skizze », dans Eisenmeier, J., Kastil, A. & Kraus, O. (éds.), Anton Marty Gesammelte Schriften, I, Halle, a. d. Saale, Max Niemeyer, p. 4.

34 Brentano a reconnu explicitement l’importance de Marty à ce sujet, voir Kastil « Vorwort », dans Anton Marty Gesammelte Schriften, op. cit., p. viii. Voir également Leska, Oldrich 2002, « Anton Marty’s philosophy of language », dans Hajicova, Eva & al. (éds.), Prague linguistic circle papers, vol. 4, John Benjamins, p. 90 & sq. ; Sebestik, J. 1994, « Prague Mosaic. Encounters with Prague philosophers », Axiomathes, 2-3, p. 215 ; Holenstein, E. 1976, Linguistik Semiotik Hermeneutik, Frankfurt a. M. : Suhrkamp, p. 17.

35 Stumpf, C. 1919, « Erinnerungen an Franz Brentano », dans Kraus, O. (éd.), Franz Brentano : zur Kenntis seines Lebens und seiner Lehre. München, Beck, p. 145.

36 Sur l’influence de Stumpf sur Husserl, voir par exemple Rollinger, R. 1999, Husserl’s position in the school of Franz Brentano, Dordrecht, Kluwer, chapitre 3 et Ierna, C. 2006, « The beginnings of Husserl’s phenomenology, Part 2 : philosophical and mathematical background », dans The new yearbook for phenomenology and phenomenological Philosophy, VI, § 4.

37 Schumann, K. 1996, « Carl Stumpf (1848-1936) », dans Albertazzi, L. & al. (éds.), The school of Franz Brentano, Dordrecht, Kluwer, p. 113 ; Sprung, H. & Sprung, L. 2000/2001, « Carl Stumpf in Berlin (1894-1936) », Brentano Studien, 9, p. 91 et p. 95.

38 Voir aussi Brentano, F. « Über die Gründe der Entmigung », dans Kraus, (éd.) Die Zukunft der Philosophie, op. cit., pp. 99-100.

39 Voir Brentano, F. Meine letzten Wünsche für Österreich, op. cit., p. 34 et Brentano, F. Y2, op. cit., p. 36.

Auteur

Charles-Édouard Niveleau (Traducteur)

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540