Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

2. Henri Hubert et Marcel Mauss

Deux frères siamois des sciences humaines

Marcel Fournier

Texte intégral

  • 1 Fournier, 2007.
  • 2 Id., 1994.

1Mis à part le milieu social et la confession religieuse d’origine, ainsi que la personnalité et le genre de vie — l’un se marie et l’autre reste célibataire jusqu’à un mariage tardif —, beaucoup de choses rapprochent Marcel Mauss et Henri Hubert, qui deviennent de très proches amis : l’année de naissance (1872), l’agrégation, l’une de philosophie et l’autre d’histoire (1895), les études à l’École pratique des hautes études en histoire des religions et en philologie, la carrière à l’École pratique, Ve section, la participation à la revue L’Année sociologique, un engagement politique du côté du socialisme et de la défense des droits de l’homme. Bref, une vie sous le signe d’une profonde amitié et d’une collaboration professionnelle exceptionnelle. Tout en nous appuyant sur les documents que nous avons réunis pour nos ouvrages sur Émile Durkheim1 et Marcel Mauss2, nous tenterons de dégager les grandes lignes de cette amitié et de cette collaboration, que Mauss qualifie de « fraternelle ».

Une rencontre déterminante

2Marcel Mauss est le neveu d’Émile Durkheim, né aussi à Épinal. L’oncle devient le tuteur puis le professeur de son neveu, qui suit ses cours de philosophie à Bordeaux et qui prépare avec succès son agrégation sous sa supervision. À l’automne 1895, Marcel Mauss, nouvellement agrégé de philosophie, décide, en accord avec son oncle, de ne pas accepter un poste de professeur de philosophie dans un lycée, mais de poursuivre ses études et de s’inscrire au programme de sciences des religions à l’École pratique des hautes études ; il y suit les cours de Sylvain Lévi et de son collaborateur Alfred Foucher sur les religions anciennes de l’Inde et de Léon Marillier sur les religions primitives.

3À l’automne suivant, à nouveau plongé dans la religion et dans le sanscrit, Marcel Mauss fait une rencontre déterminante : celle d’Henri Hubert. Né à Paris, le jeune Hubert est licencié en histoire, normalien et agrégé d’histoire (1895). Boursier de l’université de Paris, Hubert entreprend des voyages en Allemagne et en Italie avant de s’inscrire à l’École pratique des hautes études où il suit des cours d’hébreu et d’histoire des religions ; il s’intéresse, d’un côté, au byzantinisme et, de l’autre, aux langues sémites. Issu d’une famille aisée, Hubert se passionne pour l’art (il dessine et peint) et, exempt de problèmes financiers, il entend se consacrer à l’étude des religions de l’Assyrie et de l’Asie Mineure ; il se spécialise plus tard en archéologie. Ses premiers textes scientifiques paraîtront dans la Revue archéologique : « Deux inscriptions métriques d’Asie mineure » (1894) et « Fibules de Baslieux » (1899).

  • 3 Lettre de Sylvain Lévi à Marcel Mauss, Tokyo, 27 juin 1927, fonds Hubert-Mauss, archives du Collèg (...)
  • 4 Marcel Mauss, « Henri Hubert », s.d. (1927), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France.

4À l’École pratique, Henri Hubert devient, comme son ami Mauss, un « protégé » de l’indianiste Sylvain Lévi : « Du premier jour, il a été un des nôtres et des plus intimes3 ». Hubert et Mauss sont, comme aime le rappeler Mauss, des « frères siamois », des « jumeaux de travail » : nés tous les deux en 1872, ils se découvrent de grandes familiarités intellectuelles et nouent immédiatement d’exceptionnels liens d’amitié. Les deux amis participent activement à la Revue de l’histoire des religions, qui est animée par des professeurs de la section de sciences religieuses. Enfin Marcel attire son ami Henri « dans le camp des sociologues » et lui fait connaître son oncle, Émile Durkheim (1858-1917), auquel il est « l’un des premiers » à se rattacher et dont « il devient un des plus fervents en même temps qu’un des plus indépendants disciples4. » Henri devient rapidement un intime de la famille Durkheim-Mauss, qui le reçoit avec chaleur à Épinal. Bref, L’Année est d’abord une histoire de famille et d’amitiés.

L’Année sociologique. La sociologie religieuse

  • 5 Durkheim, 1899 : 36.
  • 6 Lettre d’Émile Durkheim à Henri Hubert, in Philippe Besnard, « Lettres d’Émile Durkheim à Henri Hu (...)

5L’Année sociologique est une entreprise collective, une œuvre commune. De ses propres collaborateurs, Durkheim parle comme de « travailleurs », qu’une « entente spontanée » a réunis. Il insiste pour dire qu’il ne s’agit pas d’une aventure personnelle : « La science, parce qu’elle est objective, est chose essentiellement impersonnelle et ne peut progresser que grâce à un travail collectif5. » Pour constituer une véritable équipe, il faut convaincre les uns et les autres. L’entreprise démarre au début de l’année 1897. Le premier volume paraît l’année suivante. Durkheim entretient une correspondance fournie avec ses futurs collaborateurs, qui proviennent de trois groupes distincts : l’un se résume à un collègue (Gaston Richard), le deuxième est formé de trois agrégés de philosophie de la même promotion (Célestin Bouglé et ses deux amis, Paul Lapie et Dominique Parodi), enfin le troisième est composé d’amis de son neveu. Étudiant à Paris alors que son oncle est en poste à la faculté des lettres de Bordeaux, Mauss devient, selon son expression, une sorte d’« agent de recrutement ». Il attire dans l’entreprise cinq de ses amis : en plus d’Henri Hubert, ce sont Paul Fauconnet, Emmanuel Lévy, Albert Milhaud et François Simiand. Durkheim considère Marcel Mauss comme la cheville ouvrière » de la nouvelle entreprise, mais rapidement Henri Hubert devient indispensable. Lorsque la revue traverse, avec la parution du troisième volume, une crise et que Durkheim, devant une tâche qui devient « trop lourde » s’avère découragé, Hubert se propose pour le « décharger d’une partie du travail (envoi de circulaires, rédaction des lettres aux éditeurs). L’aide que lui apporte Hubert « allégeant » considérablement son travail, Durkheim va jusqu’à se déclarer disposé à « s’effacer progressivement » et à voir son collaborateur « prendre de plus en plus d’initiatives et de responsabilités » et « mener les choses à [sa] façon ». « L’Année sociologique est impossible sans vous », lui dit Durkheim6. Hubert a pour la revue un grand dévouement, voire, pour reprendre son expression, une véritable « dévotion ».

  • 7 Besnard, 1979.
  • 8 Henri Hubert et Marcel Mauss expliquent la « large place » faite par la revue à l’étude de la myth (...)

6Durkheim et le tandem Hubert-Mauss sont, comme le note Philippe Besnard, les « véritables maîtres d’œuvre » de la revue ; ce sont aussi les plus « productifs » : Durkheim publie six mémoires et 330 comptes-rendus ; Mauss quatre mémoires et 326 comptes-rendus et Hubert, deux mémoires et 272 comptes-rendus7. Hubert et Mauss sont aussi responsables de la section « sociologie religieuse », la plus importante section dès le premier volume avec la section « sociologie morale et juridique » : respectivement 25 % des pages sont consacrées aux comptes-rendus. Entre les deux amis s’établit une division du travail8 : à Mauss les rites (sacrifice, prière) et à Hubert, les mythes (légendes, croyances populaires). Tous les deux doivent aussi couvrir diverses sous-sections ou rubriques : magie, sorcellerie, superstitions, etc.

  • 9 Lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss, Bordeaux, dimanche (février 1898), in Émile Durkheim, Lett (...)

7Enfin, d’entre les collaborateurs, Hubert et Mauss sont les premiers à rédiger pour L’Année un mémoire, qui, intitulé « Essai sur le sacrifice », paraît en 1899 dans le deuxième volume. Durkheim publie dans le même volume son texte important sur la « Définition des phénomènes religieux » ; il se réjouit d’ailleurs que les deux mémoires paraissent dans le même volume car, selon lui, « c’est le seul moyen de montrer d’une manière générale comment la religion est chose sociologique [...]. Il ne serait donc pas mauvais d’indiquer de manière générale comment et en quel sens il y a une sociologie religieuse9. [...] » Tout en préparant son propre mémoire, Durkheim entend donner à ses deux jeunes collaborateurs un coup de main.

8Marcel Mauss est alors à l’étranger, d’abord en Hollande et ensuite en Angleterre, une bonne partie de l’année 1898. Henri Hubert vient, pour sa part, d’obtenir un poste d’attaché libre au musée des Antiquités nationales, dont le conservateur est Salomon Reinach. Tout se fait au début par correspondance. Hubert et Mauss font et refont le plan, échangent leurs fiches, discutent longuement par lettres de telle ou telle question, corrigent les versions préliminaires. Ils rédigent à deux mains, comme le notera ironiquement Charles Andler.

  • 10 Mauss, 1930 : 218.
  • 11 Lorsqu’ils réévalueront leurs premiers travaux, Hubert et Mauss iront plus loin : « À notre avis, (...)

9Le texte de Mauss et Hubert est un article de fond qui porte sur deux religions, l’hindouisme et le judaïsme, mais qui vise, par la méthode comparative, à des « conclusions suffisamment générales ». L’étude s’appuie sur une solide documentation : des textes écrits — les Veda, les Brahmana et les Sûtra pour le rituel védique, et le Pentateuque pour le rituel hébreu —, des recueils d’hymnes, des commentaires méthodologiques et théologiques, des manuels. À ces textes sanscrits et hébraïques s’ajoutent, mais en second plan, des textes puisés dans les antiquités classique et chrétienne. Mais pas question ici de prendre appui sur des données ethnographiques, qui sont « généralement tronqués par une observation hâtive ». Minutieuse et rigoureuse, leur démarche vise à dégager le schème général, la grammaire du sacrifice, avec « un prélude, l’entrée ; un drame, la destruction de la victime ; une conclusion, la sortie ». Sont également identifiés avec précision les divers éléments qui composent le sacrifice : le sacrifiant, le sacrificateur, les lieux et les instruments, les séquences. L’objet de l’étude est le « sacré » : il s’agit en effet, pour Hubert et Mauss, de montrer « un cas clair du fonctionnement de l’idée de sacré », de cette idée-force qui est le « premier phénomène central parmi les phénomènes religieux10 », et de conférer à la religion une dimension et une fonction sociales : « Les notions religieuses, parce qu’elles sont crues, sont ; elles existent objectivement, comme faits sociaux. Les choses sacrées, par rapport auxquelles fonctionne le sacrifice, sont des choses sociales11. »

  • 12 Hubert et Mauss, 1899 : 307.

10L’« Essai sur le sacrifice » propose un véritable programme de recherche, dans la mesure où Hubert et Mauss ont soumis à l’analyse sociologique un ensemble de croyances et de pratiques sociales qui ne sont pas religieuses : dans l’« Essai », il est successivement question du contrat, du rachat, de la peine, du don, de l’abnégation, des idées relatives à l’âme et à l’immortalité. C’est dire « de quelle importance est pour la sociologie la notion de sacrifice12 ».

Dans le cénacle : l’École pratique

  • 13 Lettre d’Émile Durkheim à Henri Hubert (juin 1901), Revue française de sociologie, vol. XXVIII, n (...)

11Au plan professionnel, la situation d’Henri Hubert et Marcel Mauss se stabilise au tout début des années 1900. Au printemps et à l’automne 1901, le décès de deux professeurs de l’École pratique des hautes études bouleverse la vie de la section des sciences religieuses : il s’agit d’Auguste Sabatier, responsable de la chaire de littérature chrétienne, et de Léon Marillier, responsable de la chaire d’histoire des religions des peuples non civilisés. Hubert (qui jouit depuis 1898 d’un poste d’« attaché libre » au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain) et Mauss peuvent tous les deux envisager de poser leur candidature. Toute la question est de savoir qui, de l’un ou de l’autre, a le plus de chances de l’emporter. Il faut faire preuve de stratégie, en parler avec Durkheim et surtout suivre les conseils de leur mentor, Sylvain Lévi. Finalement, Hubert décide de présenter sa candidature à la succession de Sabatier et Mauss à celle de Marillier. Hubert sort victorieux, une victoire qui est aussi, comme le souligne Durkheim, celle de la sociologie : « D’un point de vue général, il n’est pas sans intérêt que la sociologie pénètre à l’École des hautes études. Or si, cette fois encore, elle n’est pas sur l’affiche, elle est dans le choix et dans la personne. C’est de quoi il y a lieu de se féliciter13. » Quant à Mauss qui apparaît comme l’héritier de son ancien professeur, dont il connaît les enseignements et les travaux, il est élu sans difficulté. Tous les deux peuvent donc entreprendre leur carrière d’enseignant-chercheur dans la même institution, tout en poursuivant leur collaboration à L’Année sociologique. Ils doivent aussi penser sérieusement à leur thèse de doctorat.

  • 14 Robert Potter (qui est architecte) et sa femme sont des amis de Joe Stickney qu’Hubert a connus lo (...)

12Henri Hubert va réaliser enfin son rêve ; il fait, en 1902-1903, un voyage autour du monde qui l’amène d’abord aux États-Unis, à New York (où il est reçu par ses amis américains, dont les Potter14), à Washington et à la Nouvelle-Orléans, puis au Mexique, en Asie, au Japon, en Chine et en Indochine. Il participe à Hanoï, en 1903, au premier congrès international des Études d’Extrême-Orient, où il présente une communication sur « La préhistoire de l’Indochine ». Marcel Mauss effectue aussi quelques voyages, mais pour des raisons politiques : reportages sur le Congrès des coopératives à Londres et à Budapest en 1905.

13Enfin, Hubert et Mauss rédigent ensemble pour L’Année sociologique un deuxième mémoire qui paraît en 1904 : l’« Esquisse d’une théorie générale de la magie », un texte de près de cent cinquante pages. Mauss donne alors un cours sur « La théorie générale de la magie et ses rapports avec la religion » (l’année suivante, ce sera au tour de « L’analyse de notions fondamentales sur la magie ») ; cette même année 1904, Mauss fait paraître dans L’Annuaire de l’École pratique des hautes études une longue étude sur « L’origine des pouvoirs magiques dans les sociétés australiennes ». Pour sa part, Hubert publie en 1905, dans L’Annuaire de l’École également, un travail original intitulé « Étude sommaire sur la représentation du temps dans la religion et dans la magie ».

  • 15 Hubert et Mauss, 1904 : 137.

14L’« Esquisse » est le fruit d’une collaboration étroite entre les deux amis, sous la surveillance toujours attentive de Durkheim. La démarche que suivent Hubert et Mauss est semblable à celle qu’ils ont prônée dans leur essai sur le sacrifice : étude critique des documents, comparaisons des faits dans un nombre limité de sociétés, mise en parallèle de la magie dans les sociétés primitives et dans les sociétés différenciées. Question centrale : comment distinguer le rite magique du rite religieux, tous deux étant affaire de croyance et d’opinion ? Hubert et Mauss prennent comme critères les conditions sociales de réalisation du rite (agents, lieux, organisation du culte) ; ils montrent aussi que la magie, qui s’apparente à la science et aux techniques, est d’abord un « art de faire », un « art pratique » ou, mieux, une « idée pratique ». L’« Esquisse » fournit non seulement un chapitre de sociologie religieuse mais aussi une contribution à l’étude des représentations collectives : il s’agit en effet de « trouver à l’origine de la magie la forme première de représentations collectives qui sont devenues depuis les fondements de l’entendement individuel15 ». Hubert et Mauss identifient une notion centrale, celle de force-milieu, et pour désigner cette notion, ils utilisent à nouveau le mot mana : le mana est du même ordre que la notion de sacré, c’est la « force par excellence, l’efficacité véritable des choses ». Dans son texte sur « L’origine des pouvoirs magiques », Mauss démontre que le pouvoir spécial du magicien, son mana n’a d’existence que par le consensus social, l’opinion publique. Tout fonctionne à la croyance collective.

  • 16 Hubert, 1901c.

15En arrière-plan de ces deux études se profile une remise en question des thèses de Frazer, dont l’erreur serait d’avoir opposé radicalement la magie à la religion et d’avoir considérer la première comme la forme première de la pensée humaine, le premier étage de l’évolution humaine, les deux autres étant la religion et la science. Hubert et Mauss reprochent à Frazer de défendre une thèse trop intellectualiste et aussi de négliger la dimension rituelle des phénomènes religieux et magiques16.

16Au moment où le septième volume de L’Année sociologique arrive en librairie, avec l’Esquisse, Henri Hubert se fait aussi remarquer par sa fameuse introduction à la traduction en français du Manuel d’histoire des religions de Pierre Daniël Chantepie de La Saussaye, un éminent spécialiste néerlandais (voir supra p. 48 et infra p. 65, 159).

Les Mélanges d’histoire des religions

  • 17 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, s.d. (1898), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de Fran (...)
  • 18 Hubert et Mauss, 1908.

17Hubert et Mauss ont publié plusieurs articles et un grand nombre de comptes-rendus, mais ni l’un ni l’autre n’ont à leur crédit un ouvrage. Sylvain Lévi les presse. Les textes qu’ils ont publiés sont, comme le note Hubert, dispersés « aux quatre vents17 ». Les deux amis entendent aussi, en en proposant le regroupement en un volume, répondre aux critiques dont leurs travaux ont été l’objet tout en mettant en valeur leurs quelques « victoires » : l’identification de la notion de sacré comme phénomène religieux central, la distinction entre les rites positifs et les rites négatifs (qu’ils tenaient, précisent-ils, de Durkheim) et l’étude de l’origine de l’entendement (« que nous avions déjà commencée avec et après Durkheim »). Le grand problème qui les préoccupe est celui-là même qui est au cœur de l’œuvre de Durkheim : le rapport individu-société. « Quelle est l’attitude de l’individu dans le phénomène social ? Quelle est la part de la société dans la conscience de l’individu ? », se demandent-ils18. Qu’il s’agisse de magie, de sacrifice, de mythe ou de prière, ils y voient la force de la tradition ou de la suggestion collective.

La formation méthodique d’une jeune génération

  • 19 Le travail principal d’Hubert est la réfection de la salle de Mars, dite de la Comparaison : Voir (...)

18Henri Hubert partage ses activités entre l’École pratique des hautes études et le musée de Saint-Germain, où son supérieur est toujours Salomon Reinach, l’auteur du très populaire Orpheus. Promu conservateur-adjoint du musée en 1910, il met toutes ses qualités en œuvre dans les extensions du lieu et la création et l’organisation des salles19. En plus de collaborer à L’Année sociologique, il publie des articles et des comptes-rendus dans diverses revues : L’Anthropologie, la Revue archéologique, la Revue celtique. Les « chroniques archéologiques » qu’il tient dans cette dernière sont le début de ses futurs travaux sur les Celtes.

19Très actif au sein des sociétés savantes nationales et internationales, Hubert participe en 1911 à la création de l’Institut français d’anthropologie, dont l’un des promoteurs est René Verneau, rédacteur en chef de la revue L’Anthropologie. Au moment de sa fondation, Hubert est nommé trésorier, et la présidence est confiée à Salomon Reinach. L’Année sociologique est donc fort bien représentée : parmi les membres du conseil, il y a en effet Antoine Meillet et Émile Durkheim. Marcel Mauss participe aussi aux activités du nouvel institut.

20À l’École pratique des hautes études, Henri Hubert fait toujours équipe avec Marcel Mauss et tous deux forment une nouvelle génération de chercheurs : Czarnowski, Davy, Jeanmaire, Lenoir, Maunier, Marx, Przykuski, etc. Plusieurs d’entre eux (voir infra p. 69) vont collaborer à L’Année sociologique. Czarnowski, un élève d’Hubert, mène une étude sur Saint Patrick, héros national de l’Irlande. L’ouvrage paraîtra en 1919 dans la collection des « Travaux de l’Année sociologique ». Pour sa part Henri Hubert cherche à combiner l’ethnologie avec l’histoire de la religion, la philologie et l’archéologie ; il publie aussi, en 1913, une série d’articles sur le culte des héros, qui va lui servir pour son introduction au livre de Stefan Czarnowski sur saint Patrick.

Le mana ou « l’esprit collectif » en action

  • 20 Mauss, 1905 [1969, 1] : 162.

21La religion, matrice des faits sociaux ? Comme on le voit avec l’importance de la section « sociologie religieuse » de L’Année, la religion est l’une des préoccupations centrales de Durkheim et de ses collaborateurs. Mauss consacre ses cours à l’École pratique aux formes élémentaires de la prière et aux rapports de la famille et de la religion, puis à la magie ; il publiera aussi dans le huitième volume de L’Année une « Note sur le totémisme ». Or, parler de totémisme c’est parler de religion : le totémisme est, note-t-il, « pour nous une donnée de la science des religions » ; et d’ajouter : « Nous concevons le totémisme comme le système religieux le plus fréquemment constaté dans les religions dont l’organisation sociale à base de clans exogamiques est le principe20. » Durkheim consacrera en 1906-1907 son cours public à la Sorbonne à « La Religion : origines ».

22Coresponsable avec Marcel Mauss de la section « sociologie religieuse », Henri Hubert lance, avec Isidore Lévy, le grand projet d’une traduction en français du Manuel d’histoire des religions de P. D. Chantepie de la Saussaye. La traduction de cet ouvrage, parue en 1904, est un événement important : traduire ce manuel, c’est en effet se ranger dans le camp des scientifiques. Éminent spécialiste néerlandais de l’histoire des religions, Chantepie de la Saussaye exclut l’ancienne méthode apologétique du domaine de la science et défend, selon son expression, l’idée d’une « recherche impartiale et libre de la vérité ».

  • 21 Lettre de Marcel Mauss à Henri Hubert, s.d. (l903), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de Fra (...)
  • 22 Mauss, 1904 : 177. Mauss publie aussi un compte-rendu de cet ouvrage dans L’Année sociologique en  (...)
  • 23 Réville, 1905 : 75.

23De retour d’un long voyage autour du monde qui l’a conduit en Asie (Hanoi, Canton, Macao, le Tonkin, etc.) puis aux États-Unis (« J’y gagne comme homme. J’y perds comme scholar. Est-ce bien21 ? »), Henri Hubert rédige l’introduction d’une quarantaine de pages. Un « véritable manifeste », s’exclame Mauss : « Hubert soutient avec une éloquence sobre et persuasive les droits de la sociologie à s’emparer de l’étude de toutes les manifestations de la vie religieuse22 ». Même réaction de la part de Jean Réville, directeur d’études de littérature chrétienne et d’histoire de l’Église à l’École pratique : « Cette introduction est un manifeste, en termes très mesurés, de la nouvelle école à laquelle se rattache M. Hubert et dont l’initiateur en France est M. Durkheim. » Réville admet que les « faits religieux sont des faits religieux », mais il reproche à Hubert de négliger les « individualités », bref de tomber dans les « exagérations des sociologues pour lesquels la vision de la forêt finit par devenir tellement obsédante qu’il ne voit plus les arbres23 ».

24La perspective qu’adopte Hubert est clairement durkheimienne. Opposé à toute théorie individualiste, Hubert considère les faits religieux comme sociaux, rappelant d’abord le poids du système de relations sociales dans lesquelles sont insérés les individus : « Ce qui paraît avoir été donné d’abord à la pensée, ce n’est pas la notion de personne individuelle, mais le sentiment de faire partie d’un groupe. L’individu n’a pris conscience de soi qu’en relation avec ses semblables. Ce n’est pas lui qui projette son âme dans la société, c’est de la société dont il reçoit son âme. » Le caractère collectif des phénomènes religieux est évident : autorité contraignante des lois et des croyances, singularité des états de foule, organisation sociale des sociétés religieuses (hiérarchie).

  • 24 Hubert, 1904 : XLVII.

25Pour Hubert, l’histoire des religions n’est plus « l’humble servante de la théologie » ; elle est une science. À ce titre, il doit extirper de son domaine « l’inconnaissable » afin « d’expliquer, autant que possible, les pratiques et les croyances religieuses comme des gestes ou comme des rêves humains ». Son objet, ce sont les faits religieux, qui sont, selon lui, de deux ordres : les mouvements (les rites) et les représentations (notions de dieu, de démon, de pur, d’impur, les mythes et les dogmes). Plus que toute autre, la notion de sacré domine la croyance religieuse, c’est l’idée mère de la religion. De la religion, Hubert donne d’ailleurs la définition suivante : c’est « l’administration du sacré24 ».

La sociologie esthétique25

  • 25 Pour une présentation de l’ensemble de contributions d’Henri Hubert et Marcel Mauss à cette rubriq (...)
  • 26 Lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss (février 1898) [Durkheim, 1998 : 111-112].
  • 27 Lettre d’Émile Durkheim à Henri Hubert, s.d. (Durkheim, 1987).

26Parlant spécifiquement de l’esthétique, Mauss écrit en 1898 à son oncle : « En général [...], la part du phénomène esthétique est négligée26. » La rubrique « sociologie esthétique » n’apparaît pour la première fois que dans le troisième volume de L’Année (1901-1902). La création de cette nouvelle rubrique (qui fait partie de la section « divers ») est une des grandes nouveautés de ce volume. Durkheim croit que c’est une bonne chose de créer une telle rubrique : « J’y ai songé de tout temps, écrit-il à Hubert. Ce serait le moment de la tenter27. »

27C’est sans surprise que la responsabilité de cette nouvelle rubrique est confiée à Henri Hubert qui est « l’artiste » du groupe, à la fois historien de l’art (il a été élève à l’École du Louvre), peintre amateur et amateur d’art (principalement des estampes japonaises). Ses talents de dessinateur sont remarqués dès ses études à l’École normale supérieure : affiches pour les spectacles étudiants, croquis des professeurs). Hubert s’adjoint Dominique Parodi, agrégé de philosophie et collaborateur de la revue depuis la première heure.

  • 28 Mauss (1933), [1969, 3] : 444.

28La collaboration de Parodi à la rubrique « Sociologie esthétique » est de courte durée et dès le volume suivant de L’Année sociologique, c’est Mauss qui le remplace. Pour le volume, mais seulement pour lui Claude Maître, un jeune normalien, élève de Mauss à l’EPHE, prend la relève. Pour le septième volume (1904), Charles Lalo, un ancien élève de Durkheim à Bordeaux nouvellement nommé professeur de philosophie à Bayonne seconde Hubert et Mauss. L’esthétique sociologique a beau, comme le rappellera Mauss, être l’objet des travaux de C. Lalo28, celui-ci ne publie qu’un seul compte-rendu.

  • 29 L’Année sociologique, 5, 1902 : 577.

29Le domaine que couvre la section de sociologie esthétique est large : l’art primitif et l’archéologie, comme attendu, mais aussi la littérature (poésie et tragédie grecques, poésie au Moyen Âge, etc.), la musique, les jeux et le rire. Manifestement, il s’agit de ne pas se laisser enfermer dans les catégories qui, dominantes dans les milieux intellectuels et universitaires, limitent l’esthétique aux domaines des beaux-arts. La perspective de L’Année sociologique est nettement anthropologique. Il est utile, est-il précisé dans le seul texte de présentation de cette section, rédigé par Henri Hubert, de « donner ici une attention toute spéciale au préhistorique et à l’ethnographique29 ».

30L’adoption d’une telle perspective rend difficile la délimitation précise du domaine de l’esthétique, domaine, qui, dans les sociétés dites primitives, ne jouit d’aucune autonomie. Henri Hubert en est conscient :

  • 30 Hubert, 1902.

Nous n’avons pas la prétention d’expliquer l’art, moins encore celle de peser scrupuleusement les parts respectives de l’individu et de la société dans la production des œuvres d’art. Nous nous bornons à prendre en considération les activités sociales qui s’y manifestent et les lois sociologiques qui s’y vérifient. Il ne s’agit pas de savoir comment l’art est affecté par certains phénomènes sociaux, phénomènes économiques ou autres ; si ces incidences de phénomènes ne conduisent pas à des conclusions sur les conditions sociologiques de la production et du développement de l’art ; en général, elles doivent être cataloguées ailleurs. Du point de vue où nous nous plaçons, l’étude de l’art pourrait être partagée entre la technologie et l’étude des phénomènes de représentation […]. Pour une théorie générale des représentations collectives, l’art devrait sans doute occuper une place capitale ; il fournirait des types de toutes celles qui sont synthétiques et suggestives ; il est évident aussi qu’on pourrait analyser particulièrement bien les éléments sensibles et effectifs des représentations30.

  • 31 L’Année sociologique, 9, 1906.
  • 32 L’Année sociologique, 5, 1902 : 588.

31Même si Hubert évacue la question « des parts respectives de l’individu et de la société dans la production des œuvres d’art », cette question difficile demeure présente à l’esprit des collaborateurs : leur intention est de mettre en évidence la dimension sociale de l’art, non seulement dans les sociétés dites primitives, mais aussi dans les sociétés occidentales contemporaines. L’objectif est donc de montrer qu’« à la base de l’œuvre d’art se trouvent des faits sociaux31 ». Hubert qualifie lui-même les formes littéraires de la pensée grecque comme « réellement des formes de la pensée collective », car celles-ci « sont faites de la multitude des pensées claires, vagues et obscures que tour à tour la répétition de ces accords consacrés peut éveiller de proche en proche ». Réflexion qui l’amène à se poser lui-même « une nouvelle question » : « Jusqu’à quel point peut-on dire que l’écrivain ou le poète soit l’organe de la pensée collective et prenne conscience de son inspiration de représentations obscures qui flottent dans la masse ? » Et lui-même d’apporter une première réponse : « La littérature est quelquefois, au sens usuel et restreint du mot, une institution32. »

  • 33 Ibid., 6, 1903 : 560.

32Marcel Mauss est sur la même longueur d’onde. Il accepte en effet que l’esthétique puisse aussi devenir une branche de la sociologie, mais à la condition que les phénomènes artistiques soient étudiés « comme des faits objectifs dont on recherche les causes » et, d’autre part, que dans ces faits on voie « non une manifestation privée » mais une « institution sociale » qui joue un rôle dans sa « vie publique ». En d’autres termes, ces faits doivent être étudiés comme « des phénomènes essentiellement collectifs33 ».

33Mauss va cependant reconnaître que l’autonomie de l’art est l’une des caractéristiques de l’art moderne, sans qu’il ne soit, tient-il à ajouter, exclu qu’à l’avenir il puisse en être autrement et que l’art, comme il l’a déjà été, puisse redevenir plus « décoratif ».

Formation d’une nouvelle génération pour l’Année ; les thèses de doctorat

  • 34 Parmi les étudiants, il y a aussi des étrangers, dont Marius Barbeau, Stefan Czarnowski et Olaf Ja (...)

34Le rôle d’Hubert et Mauss à L’Année est d’autant plus important qu’ils recrutent la « jeune » génération de collaborateurs : Henri Beuchat, Robert Hertz, René Chaillié, Henri Jeanmaire, Jean-Paul Lafitte, Jean Marx, Philippe De Felice, Roussel.34 Ces recrues, pour la plupart au début de la trentaine, sont nombreuses à avoir suivi les cours de Mauss et Hubert à l’École pratique des hautes études entre 1907 et 1912 (voir supra p. 64). Plus âgé que les autres et spécialisé dans le domaine de l’imprimerie, Beuchat est responsable des index de L’Année ; il collabore aussi avec Mauss à l’« Essai sur les variations saisonnières dans les sociétés eskimos ».

35Sans délaisser le champ de l’histoire des religions (qui est l’objet de son enseignement à l’École pratique et aussi de sa thèse, qui porte sur la prière), Marcel Mauss s’attache de plus en plus à l’ethnographie, la « description des peuples dits primitifs », une discipline dont le développement en France est, regrette-t-il, beaucoup plus lent que dans les pays anglo-saxons et en Allemagne. De son côté, Henri Hubert cherche à combiner l’ethnologie avec l’histoire de la religion, la philologie et l’archéologie ; il publie aussi, en 1913, une série d’articles sur le culte des héros, qui va lui servir pour son introduction au livre de son ancien étudiant, Stefan Czarnowski, sur saint Patrick.

  • 35 Mauss, 1909.

36Ni Mauss ni Hubert ne terminent leur thèse de doctorat. De la thèse de Mauss qui porte sur la prière, on connaît quelques extraits, dont l’introduction35 ; mais de celle d’Hubert, qui devait porter sur la Déesse syrienne, rien, ce qui demeure une énigme. L’un et l’autre sont évidemment littéralement accaparés par L’Année sociologique. Ce dont est d’ailleurs conscient Durkheim, qui regrette que ses plus proches collaborateurs ne peuvent pas consacrer plus de temps à leurs propres travaux et qu’ils ne publient pas d’ouvrages.

  • 36 Hubert, 1915b : 206.

37Tout en étant directeur d’études à l’EPHE, Hubert est à partir de 1906 professeur d’archéologie nationale à l’École du Louvre et « attaché libre » puis conservateur-adjoint (1910) au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Ses travaux se situent au carrefour de l’histoire, de la sociologie et de l’archéologie et portent sur des thèmes divers : le sacrifice, la religion, la magie, la mythologie, mais aussi la représentation du temps, la fête, le culte des héros. L’un des projets d’Hubert est, comme il le dit lui-même, « la constitution d’une ethnographie préhistorique de l’Europe où les données de l’archéologie seraient combinées à celles de la linguistique36 ».

  • 37 Manouvrier, 1899.
  • 38 Hubert, 1901a : 145-146.

38La question des origines est au centre des études d’Hubert qui, tout comme Mauss et les autres collaborateurs de L’Année, s’oppose aux travaux d’anthroposociologie, et en particulier ceux de Vacher de Lapouge sur les Aryens. Tout s’appuyant sur les analyses de Léonce Manouvrier, professeur d’anthropologie physiologique à l’École d’anthropologie de Paris, qui dénonce la « nullité scientifique » et le « simplisme » effrayant des thèses de Vacher de Lapouge et qui qualifie l’anthroposociologie de « pseudoscience37 », Henri Hubert critique, dans les pages de L’Année, « l’évangile de l’anthroposociologie » qu’est le livre de Lapouge sur L’Aryen. Son rôle social : « M. de Lapouge transforme en problèmes biologiques des problèmes qui pour nous sont sociologiques (richesse, répartition des villes, émigration) […]. » Quant aux propositions que celui-ci avance, elles devraient être l’objet d’une « étude infiniment minutieuse et complexe ». Exaspéré, Hubert conclut : « En tout cas ce n’est pas notre affaire. Nous continuerons à chercher les causes sociales des faits sociaux38. »

  • 39 Strenski, 1987.
  • 40 Meillet, 1907.

39Henri Hubert publie en 1910 un texte sur « L’origine des Aryens » dans L’Anthropologie. Il s’engage dans deux controverses, celle qui porte sur les « deux races [Celtes et Germains] » et celle qui se focalise sur l’identité française (d’origine celtique et, compte tenu des traits de cette culture créatrice de civilisation, porteuse elle-même de civilisation39). Pour ce qui est des Germains, l’une de ses hypothèses, qu’il emprunte à son collègue le linguiste Antoine Meillet, est que les Germains sont un peuple de l’Europe, indo-européanisé et ayant adopté une langue indo-européenne40. Ce sont des débats qui ont une dimension manifestement politique.

Mêmes combats

  • 41 Mauss, 1928 : 740-745.

40Henri Hubert et Marcel Mauss partagent les mêmes convictions politiques : ils sont de gauche, socialistes à la Jean Jaurès. Assistant bibliothécaire en 1893-1894 pendant ses études à l’École normale, Henri Hubert nourrit envers Lucien Herr, le bibliothécaire titulaire, un « véritable culte », le considérant comme un « modèle de [l’exigence] morale pour soi et pour les autres, de travail désintéressé, de travail en équipe, de désintéressement41 ». C’est d’ailleurs par « sympathie » pour Herr que l’attitude politique d’Hubert « se teinte de socialisme ».

  • 42 Ibid.
  • 43 Lettre de Joe Stickney à Henri Hubert, s.d. (1899), Archives personnelles Gérard Hubert. Né à Genè (...)

41Mauss, qui n’est pas normalien, côtoie aussi dès ses études à Paris Lucien Herr, un ami de son oncle. Herr devient pour lui un « conseiller constant et écouté » : « Notre socialisme nous rapprochait », dira Mauss42. Ils font route ensemble et deviennent amis. Pour plusieurs collaborateurs de L’Année sociologique qui s’engagent dans l’action politique, le lieu de rassemblement est au moment de l’affaire Dreyfus la librairie de la SNLE. Parmi les membres du conseil d’administration, il y a Léon Blum, Hubert Bourgin et Mario Roques. On y retrouve en plus de Marcel Mauss, Henri Hubert et François Simiand, qui tous deux redoublent de zèle. « Terrassé d’étonnement et de dégoût » devant l’Affaire, l’ami américain d’Hubert (et de Mauss) Joe Stickney se demande si « une telle (que l’Affaire Dreyfus) chose eût été possible ailleurs (qu’en France) », « Quel triste pays ! Je ne sais pas ce qu’il en deviendra. » Sceptique face à « la théorie de l’action partout et toujours », il ne comprend pas qu’Henri n’ait à la bouche que les mots « Action, action ! » ; « Je ne conçois pas, lui écrit-il, quelques deniers versés à une librairie socialiste comme un indice d’action. » Et il ajoute : « Tu n’es pas un homme d’action ; je crains bien que tu ne le deviennes jamais43. »

  • 44 Lettre de Marcel Mauss à Henri Hubert, s.d. (1898), fonds Mauss-Hubert, archives du Collège de Fra (...)

42L’« Affaire Dreyfus » mobilise Émile Durkheim, qui participe à la fondation de la Ligue de défense des droits de l’homme, mais aussi la plupart de ses collaborateurs. Lorsqu’à la suite de la publication du « J’accuse » d’Émile Zola paraît la fameuse pétition qui exige la réouverture du procès Dreyfus, sur la première liste des signataires, il y a le nom d’Émile Durkheim, de même que celui de son ami Lucien Herr et de ses proches collaborateurs, Célestin Bouglé, Paul Lapie et François Simiand. Les noms d’Henri Hubert et Paul Fauconnet apparaissent sur la deuxième et la cinquième liste, avec celui de leur ami Marcel Drouin. Marcel Mauss, en mission à l’étranger, ne signe qu’un peu plus tard la pétition. D’Oxford, il observe, impuissant et triste, les « choses de la France » : « Le brouillard moral qui couvre la France me fait oublier ses beautés », écrit-il à Henri Hubert. Et s’indignant, il passe de l’écœurement à la révolte44.

  • 45 Mauss, 1935 : 754-757.

43Lorsque la Société nouvelle de librairie et d’édition (dont Lucien Herr est l’un des fondateurs) décide, en 1899, de publier un bulletin bibliographique, Notes critiques. Sciences sociales, elle en confie le secrétariat de rédaction à François Simiand, un collaborateur de L’Année sociologique. Simiand s’engage, aux côtés de Lucien Herr, dans la bataille dreyfusarde, puis il entre dans la bataille socialiste : seul « l’ordre socialiste » lui paraît susceptible d’assurer le progrès social. En lui, sociologue et socialiste, se fait « l’union de la science et de l’apostolat », dira-t-on de lui45.

44Les Notes paraissent de 1900 à 1906 : il s’agit, pour des intellectuels dreyfusards et des militants socialistes, d’utiliser les sciences sociales pour défendre leurs idéaux politiques. Sollicité, Durkheim accepte spontanément de donner son « concours ». Simiand se tourne aussi vers ses amis : Henri Hubert, Marcel Mauss, Paul Fauconnet. Les Notes comprennent, tout comme L’Année sociologique, diverses rubriques : sociologie en général, ethnographie et folklore, sciences des religions, science du droit et des mœurs, sciences économiques, études diverses. Dès leur parution, Émile Durkheim, débordé par le travail de direction de L’Année, songe à une fusion des deux revues, qui font un travail bibliographique semblable. Entre les Notes critiques et L’Année sociologique, les liens sont très étroits : presque tous les collaborateurs de L’Année vont y publier des comptes-rendus, et souvent ce sont les mêmes ouvrages qui sont l’objet d’analyses. Parmi les jeunes collaborateurs, beaucoup (Henri Beuchat, Louis Gernet, etc.) signent des analyses dans les Notes critiques avant d’être recrutés dans L’Année. Ce sont, on l’a vu, des étudiants de Mauss et Hubert à l’École pratique des hautes études.

45Alors qu’en raison de ses obligations familiales et professionnelles, Hubert se distancie de l’action politique, Mauss multiplie ses engagements : journaliste à L’Humanité et collaborateur à plusieurs revues (Le Devenir social, etc.), il participe au mouvement coopératif, notamment à la création d’une boulangerie, il donne des cours à l’Université populaire, il nourrit enfin au lendemain de la guerre des projets d’ouvrages sur la nation et sur le bolchévisme.

La fin d’une époque ?

  • 46 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, 4 juillet 1912, fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de F (...)
  • 47 Leenhardt, 1950 : 20.

46L’intérêt que porte Durkheim au totémisme est tel que l’on parle d’une « école totémiste ». À la Sorbonne, les étudiants identifient Durkheim et ses collaborateurs à un clan, le « clan totem et tabou ». Le dernier livre de Durkheim paraît en 1912 : ce sont Les Formes élémentaires de la vie religieuse, fruit de plusieurs années de travail. Conscient de la nature collective de sa recherche, Durkheim cite largement les travaux d’Henri Hubert et Marcel Mauss, de même que ceux de Robert Hertz ; il accorde aussi à la notion de mana (ou principe totémique) une importance primordiale, à cause du rôle qu’elle a joué dans le développement des idées religieuses : « C’est la première forme de la notion de force. » Lorsqu’Henri Hubert reçoit le livre de Durkheim, sa première réaction, toute spontanée, est d’écrire à Mauss : « J’ai reçu le bouquin de Durkheim. Il manque un peu ta signature, car ta part y est grande. Je t’en parlerai bientôt46. » « On ne saura jamais, écrira Maurice Leenhardt, qui, de l’oncle ou du neveu, a pensé le premier aux formes élémentaires de la religion47. »

47Le douzième volume de L’Année sociologique, qui sera le dernier (de la première série), paraît en 1913. Hubert et Mauss en sont toujours parmi les plus actifs collaborateurs. Hubert réussit à attirer à la revue l’un de ses amis et ancien condisciple à l’École normale supérieure : il s’agit d’Albert Demangeon, agrégé d’histoire, professeur à la faculté des lettres de Lille puis à la Sorbonne et coéditeur d’un Dictionnaire de géographie. Il devient le responsable avec Durkheim et Jeanmaire de la rubrique « Base géographique de la vie sociale ». Par ailleurs, Hubert et Mauss sont, avec Durkheim, responsables de la nouvelle rubrique « Civilisation et types de civilisation », qui fait partie de la première section « Sociologie générale ».

  • 48 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, s.d. (1913), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de Fran (...)
  • 49 Henri Hubert n’annonce à son ami Marcel son mariage avec Alma Schierenberg (1880-1924), jeune femm (...)
  • 50 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, s.d., fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 (...)

48L’année 1914 est, pour Émile Durkheim et son entourage, marquée par plusieurs événements heureux dont la naissance du premier garçon d’Henri Hubert, qui le prénomme Marcel : « Ton neveu s’appellera Marcel, François, Charles, Philippe », écrit Henri Hubert à Marcel Mauss48. Henri Hubert s’est fiancé puis marié au mois d’août 1911, une décision qu’a regrettée Mauss, qui craignait de « perdre » son meilleur ami49. La famille s’installe à Chatou dans une grande maison avec vue sur la Seine. Une vie familiale qui ne semble pas toujours facile, car la belle-famille, souvent, à Paris, se mêle de tout. « J’ai vécu des années de tension avec ma femme allemande qui ne veut pas s’assimiler », confie Hubert à son ami Marcel50. Fin juin 1914, Durkheim devient grand-père : sa fille Marie a un premier enfant, Claude.

La Grande Guerre

49Dès le début, Marcel Mauss s’engage comme soldat volontaire pour la durée de la guerre. À 42 ans, il se considère comme « de force à faire un bon soldat ». Une décision qui n’est pas sans inquiéter ses proches, Son oncle le désapprouve immédiatement : « Pourquoi te démènes-tu tant ? Tu as fait ce que tu devais en t’engageant [...] Si j’étais au gouvernement, je ne t’enverrais pas sur le front. Tu peux rendre plus de services à la chose publique qu’en te faisant trouer la peau. Réfléchis à tout cela. Tu as tout fait [...]. » Mauss est, en décembre 1914, attaché comme interprète à une unité combattante, la 27e division britannique.

  • 51 Lettre de Marcel Mauss à Henri Hubert, s.d. (1915), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de Fra (...)

50Lorsqu’une rumeur veut qu’Henri Hubert soit « envoyé au front », Mauss lui demande : « Est-ce vrai ? ». Et il ajoute : « Si tu n’y vas pas, j’en serai aussi content pour toi. L’essentiel c’est qu’on soit utile et fasse son devoir51. » Début mars, Hubert est mobilisé comme sergent d’infanterie, mais, trop faible pour servir au front, il est affecté, sous les ordres du colonel Cordier, au deuxième bureau du sous-secrétariat à l’Artillerie (où il va s’occuper des transports automobiles) peu avant que celui-ci devienne le ministère de l’Armement. Il y retrouve François Simiand et Mario Roques, les deux plus proches collaborateurs d’Albert Thomas, nommé sous-secrétaire d’État à l’Artillerie et à l’Équipement militaire. Il y a aussi Hubert Bourgin qui est chef du service des informations. C’est ce qu’on appelle le « réseau Thomas ». Lorsqu’il est promu en décembre 1916 ministre avec les mêmes attributions (Armement) dans le gouvernement Briand, Albert Thomas conserve son équipe, qui continue à travailler jour et nuit, dimanches et jours fériés compris. Maurice Halbwachs se joint aussi à l’équipe comme membre du cabinet d’Albert Thomas. La présence des collaborateurs de Durkheim est telle qu’on dit : c’est L’Année qui « détient la maison ».

51Pour l’équipe de L’Année, la guerre est en fait une catastrophe : à l’automne 1914, Maxime David est tué à la tête d’une section d’infanterie, en mars 1915 c’est Robert Hertz, et l’année suivante, André Durkheim, le fils d’Émile. Marcel Mauss confie à son ami Henri comme il aimait son neveu : « C’était pour moi un fils et un frère et un copain. Et j’étais son vieux. » Un an et demi plus tard, en 1917, Durkheim meurt de chagrin : pour sa famille, ses amis et ses collaborateurs, c’est, pour reprendre une expression de Marcel Mauss, qui est immédiatement informé du décès de son oncle par son ami Henri, « un grand malheur ».

Fin d’une école ?

  • 52 Mauss, 1925 : 28.
  • 53 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, Les Lecques, 21 décembre 1925, fonds Hubert Mauss, archives (...)

52Au lendemain de la guerre, il ne reste qu’une poignée de collaborateurs : « Notre groupe ressemble à ces petits bois de la région dévastée où, pendant quelques années, quelques vieux arbres, criblés d’éclats, tentent encore de reverdir », explique Mauss, qui ajoute : « Il faut bien du courage52 … » Le projet est de « refaire L’Année », ce qui exige de réunir les ressources financières nécessaires, de trouver un éditeur et de s’assurer la participation des collaborateurs, parmi lesquels se retrouvent tous les anciens de la revue : Marcel Mauss, Henri Hubert, Célestin Bouglé, François Simiand, Paul Fauconnet, Maurice Halbwachs. Et dans le même mouvement où l’on crée l’Institut français de sociologie (dont Mauss est le président), on relance L’Année sociologique en s’inspirant de la formule première manière (mémoires et bibliographie). Le premier volume de la nouvelle série paraît en 1925 : on y trouve le « In memoriam » de Marcel Mauss ainsi que son fameux « Essai sur le don ». Hubert, alors au grand repos dans le Var, le félicite certes, mais le critique aussi, très sévèrement : « Je ne comprends pas encore très bien l’expression prestations totales ; je ne la crois pas heureuse et elle me gêne […] D’ailleurs si satisfaisante que soit cette première partie, je ne te dissimule pas qu’elle n’est pas facile à lire […] C’est souvent brumeux ». Finalement, Hubert reproche à son ami d’avoir, en conclusion, mêlé à son analyse « des considérations de politique et de morale pratique » ; « Es-tu bien sûr que l’on puisse rattacher à ton roc humain, comme tu le dis, le développement des assurances sociales ? Dans ce paragraphe-là, tu as pensé à ton livre sur la nation plus qu’à ton sujet actuel. Je ne trouve pas que le ton soit juste. » Hubert n’a rien perdu de son sens critique. La discussion, franche et ouverte, est ici la meilleure preuve de l’amitié : « Nous reparlerons souvent de ton travail ; j’aurai à m’en servir beaucoup53. »

  • 54 Lettre de Marcel Mauss à Sylvain Lévi, 9 avril 1927, fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de Fr (...)

53Puis, deux ans plus tard, non sans difficulté, l’équipe de L’Année réussit à faire paraître un second volume. Il n’y aura pas de suite. Un échec ? Tous sont débordés, et l’unité de l’équipe est fragile, chacun se repliant sur son domaine ou sa spécialité. L’équipe est aussi affaiblie par les épreuves et les deuils : Henri Hubert perd en mai 1924 sa femme Emma qui meurt au lendemain de la naissance de leur second fils, Gérard ; trois ans plus tard, en mai 1927, c’est lui qui meurt dans sa villa de Chatou ; il a cinquante-cinq ans et il laisse dans le deuil ses deux enfants. Mauss ne cache pas son désarroi : « Je me remets lentement, écrit-il à Sylvain Lévi, de la mort d’Hubert54. » Ses amis savent que le coup est « cruel » pour Marcel : « C’est la fin définitive de chose qui a tenu une si grande place dans (sa) vie. » Dans la vie de Mauss, les grandes épreuves auront en effet, au plan personnel et professionnel, été les morts d’Émile Durkheim et d’Henri Hubert, ses alter ego. Pourrait-il s’en remettre ? Est-ce aussi la fin de l’École française de sociologie ? Dans les années suivantes, meurent Paul Lapie, Paul Fauconnet, François Simiand, Antoine Meillet.

54Élu en 1931 au Collège de France comme titulaire de la chaire de sociologie, Marcel Mauss reprend dans ses cours les discussions sur les origines de l’Europe en s’appuyant sur les travaux inédits de son ami Henri, dont il assure l’édition : d’abord Les Celtes puis avec l’aide d’Olaf Jansé, ancien étudiant et collaborateur d’Hubert, Les Germains. Avec Les Germains, il part, comme il le dit, à la recherche de l’Homo nordicus, sur un terrain où il se sait moins qualifié. Une grande partie de son travail va désormais consister à éditer les textes de son oncle et ceux de son plus proche ami.

55En fin de vie, de retour dans son appartement boulevard Jourdain, Mauss, alité, reçoit quelques amis, des membres de sa famille, dont son neveu Pierre Mauss. Se tournant vers une photographie d’Henri Hubert placée sur un bureau près de la radio, il confie à son neveu en faisant référence à son ancien ami et à la musique : « L’amitié et la beauté, voilà les plus belles choses de la vie. »

Notes

1 Fournier, 2007.

2 Id., 1994.

3 Lettre de Sylvain Lévi à Marcel Mauss, Tokyo, 27 juin 1927, fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 CDF 78-1.

4 Marcel Mauss, « Henri Hubert », s.d. (1927), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France.

5 Durkheim, 1899 : 36.

6 Lettre d’Émile Durkheim à Henri Hubert, in Philippe Besnard, « Lettres d’Émile Durkheim à Henri Hubert », Revue française de sociologie, vol. XXV111, 1, 1987, p. 485 et suivantes.

7 Besnard, 1979.

8 Henri Hubert et Marcel Mauss expliquent la « large place » faite par la revue à l’étude de la mythologie. Ce sont non pas des « bibelots exotiques », « quelque chose de contingent et de surérogatoire » mais bien des « manifestations normales de l’activité collective », des institutions sociales. Les facettes ou points de vue qui sont privilégiés sont 1) les mécanismes de formation des mythes (ce qui renvoie à l’imagination créatrice des mythes, et plus largement à l’activité mentale de l’homme en société : modes particuliers d’associations d’images, appareil logique spécial) et 2) la fonction sociologique et plus spécialement la fonction religieuse du mythe. Une « question capitale » retient l’attention : la relation des mythes avec les rites. En conclusion de la rubrique, Henri Hubert ajoute un court bilan de la recherche dans le domaine : « Si donc l’analyse d’un certain nombre de phénomènes de la mythologie est en voie de progrès, combien sont encore inconnus ! » Puis il fournit, par approximations successives, une « description » de ce qu’il faut entendre par le mot de mythe : un mythe est, conclut-il, « essentiellement vague et multiforme », c’est « un état de pensée assez confus et presque subconscient […] Dès qu’on veut en donner une explication rationnelle, [le mythe] meurt ou plutôt il se métamorphose » (Hubert, 1902).

9 Lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss, Bordeaux, dimanche (février 1898), in Émile Durkheim, Lettres à Marcel Mauss, PUF, 1999 : 108.

10 Mauss, 1930 : 218.

11 Lorsqu’ils réévalueront leurs premiers travaux, Hubert et Mauss iront plus loin : « À notre avis, est conçu comme sacré tout ce qui, pour le groupe et ses membres, qualifie la société. Si les dieux, chacun à leur heure, sortent du temple et deviennent profanes, nous voyons par contre des choses humaines, mais sociales, la patrie, la propriété, le travail, la personne humaine y entrer l’une après l’autre. » (Hubert et Mauss, 1908 : 16-17.)

12 Hubert et Mauss, 1899 : 307.

13 Lettre d’Émile Durkheim à Henri Hubert (juin 1901), Revue française de sociologie, vol. XXVIII, n ° 1, 1987 : 519.

14 Robert Potter (qui est architecte) et sa femme sont des amis de Joe Stickney qu’Hubert a connus lors des séjours qu’ils faisaient en France.

15 Hubert et Mauss, 1904 : 137.

16 Hubert, 1901c.

17 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, s.d. (1898), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 CDF 71.

18 Hubert et Mauss, 1908.

19 Le travail principal d’Hubert est la réfection de la salle de Mars, dite de la Comparaison : Voir Raymond Lantier (1928).

20 Mauss, 1905 [1969, 1] : 162.

21 Lettre de Marcel Mauss à Henri Hubert, s.d. (l903), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 CDF 71.

22 Mauss, 1904 : 177. Mauss publie aussi un compte-rendu de cet ouvrage dans L’Année sociologique en 1905.

23 Réville, 1905 : 75.

24 Hubert, 1904 : XLVII.

25 Pour une présentation de l’ensemble de contributions d’Henri Hubert et Marcel Mauss à cette rubrique, voir notre texte « Durkheim, the Année sociologique and the art » (Fournier, 2013).

26 Lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss (février 1898) [Durkheim, 1998 : 111-112].

27 Lettre d’Émile Durkheim à Henri Hubert, s.d. (Durkheim, 1987).

28 Mauss (1933), [1969, 3] : 444.

29 L’Année sociologique, 5, 1902 : 577.

30 Hubert, 1902.

31 L’Année sociologique, 9, 1906.

32 L’Année sociologique, 5, 1902 : 588.

33 Ibid., 6, 1903 : 560.

34 Parmi les étudiants, il y a aussi des étrangers, dont Marius Barbeau, Stefan Czarnowski et Olaf Jansé.

35 Mauss, 1909.

36 Hubert, 1915b : 206.

37 Manouvrier, 1899.

38 Hubert, 1901a : 145-146.

39 Strenski, 1987.

40 Meillet, 1907.

41 Mauss, 1928 : 740-745.

42 Ibid.

43 Lettre de Joe Stickney à Henri Hubert, s.d. (1899), Archives personnelles Gérard Hubert. Né à Genève en 1874, de nationalité américaine, Stickney étudie d’abord à Harvard (1895, Honors in Classics), puis il vient à Paris pour suivre les cours de Sylvain Lévi et rédiger un mémoire à l’École pratique des hautes études. C’est à l’École qu’il rencontre Marcel Mauss et Henri Hubert. Il devient coresponsable avec Durkheim de la sous-section « organisation politique » ; sa collaboration à L’Année se complète d’une autre aux Notes critiques. Il quitte, non sans regret, la France et ses amis Hubert et Mauss pour retourner aux États-Unis, où il occupera sans grand enthousiasme un poste d’« instructor » en grec et en littérature grecque au Department of Classics de Harvard. Henri Hubert est à un moment amoureux de la sœur de Joe. Il veut se fiancer avec elle avant qu’elle ne retourne aux États-Unis : « J’ai pris la certitude depuis dimanche dernier que j’ai une chance sur deux de me marier. Pas plus, mais c’est énorme et je ne veux pas la sacrifier ». Mauss félicite le nouveau fiancé : « Dis-toi que je suis maintenant heureux qu’après tant d’années mauvaises tu aies enfin un peu de bonheur. »

44 Lettre de Marcel Mauss à Henri Hubert, s.d. (1898), fonds Mauss-Hubert, archives du Collège de France, 57 CDF 71.

45 Mauss, 1935 : 754-757.

46 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, 4 juillet 1912, fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 DCF 71.

47 Leenhardt, 1950 : 20.

48 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, s.d. (1913), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France 57 CDF 71.

49 Henri Hubert n’annonce à son ami Marcel son mariage avec Alma Schierenberg (1880-1924), jeune femme originaire de Wiesbaden en Allemagne, que tardivement : « J’ai toujours voulu me marier [...]. Je m’en veux de t’en avoir parlé si tard. C’est la faute à L’Année sociologique. » Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, s, d. (mai 1910), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France 57 CDF 71). Il le cache à Émile Durkheim : « Je ne sais le mariage d’Hubert comme j’ai su ses fiançailles, c’est-à-dire par ton intermédiaire. J’en ignore même la date. » (Lettre d’Émile Durkheim à Marcel Mauss, hôtel du Mont-Blanc (20 août 1910), in Émile Durkheim, Lettres à Marcel Mauss, op. cit., p. 392).

50 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, s.d., fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 CDF 78-1.

51 Lettre de Marcel Mauss à Henri Hubert, s.d. (1915), fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 CDF 78-1.

52 Mauss, 1925 : 28.

53 Lettre d’Henri Hubert à Marcel Mauss, Les Lecques, 21 décembre 1925, fonds Hubert Mauss, archives du Collège de France, 57 CDF 71.

54 Lettre de Marcel Mauss à Sylvain Lévi, 9 avril 1927, fonds Hubert-Mauss, archives du Collège de France, 57 CDF 78-1.

Auteur

Titulaire d’un doctorat en sociologie de l’École pratique des hautes études (EPHE) et de la Sorbonne (effectué sous la direction de Pierre Bourdieu), est professeur au département de sociologie de l’université de Montréal (Canada). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’école française de sociologie, dont deux biographies de Marcel Mauss (l994) et d’Émile Durkheim (2007). Il a aussi édité : Émile Durkheim, Lettres à Marcel Mauss (en collaboration avec Philippe Besnard), Marcel Mauss, Écrits politiques, et Marcel Mauss, La Nation (en collaboration avec Jean Terrier). Enfin, il est codirecteur (avec Charles Kremer) de Durkheim avant Durkheim, une jeunesse vosgienne (2014). Son dernier ouvrage Au cœur des sciences humaines. La fondation de la Maison des sciences de l’homme de Paris, est paru en décembre 2017. Marcel Fournier est coéditeur d’Études durkheimiennes/Durkheimian Studies, membre du comité de rédaction des revues Sociologie et sociétés et Recherches sociographiques et membre du comité scientifique de la Socius.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540