Version classiqueVersion mobile

Vers une philosophie scientifique

 | 
Charles-Édouard Niveleau

Première partie. Définir et réaliser un programme : la psychologie de Franz Brentano

1. Ouverture

Charles-Édouard Niveleau

Texte intégral

1L’objectif de cette première partie est double. Elle vise tout d’abord à introduire le programme de recherche d’une philosophie scientifique dont Brentano pose les bases dans sa Psychologie d’un point de vue empirique de 1874. Elle montre ensuite de quelle manière Brentano est lui-même parvenu, au moins en partie, à réaliser son programme, en particulier dans ses cours de Psychologie descriptive prononcés à Vienne entre 1887 et 1891 ainsi que dans un ensemble de conférences, articles et dictées regroupés en 1907 dans un ouvrage intitulé Untersuschungen zur Sinnespsychologie dont il n’est que trop rarement question lorsqu’il s’agit d’évoquer la psychologie de Brentano.

2La contribution de Carlo Ierna revient sur les raisons qui poussent Brentano à épouser le programme d’une philosophie scientifique et analyse comment le projet de fondation d’une psychologie scientifique en permet la réalisation. Est-ce à dire que la philosophie s’identifie littéralement avec la science et en particulier la psychologie expérimentale ? Si certaines injonctions de Brentano, comme celle d’un retour à l’expérience ou celle visant à suivre même en philosophie la méthode des sciences de la nature, peuvent en apparence porter à confusion, il serait pourtant erroné de céder à une telle identification qui conduirait à la pure et simple dissolution de la philosophie. Ce n’est pas parce que pour être scientifique la philosophie doit se fonder sur la psychologie que cette psychologie doit nécessairement être comprise comme une science naturelle ou céder au réductionnisme physicaliste. Comme l’écrit Ierna, l’objectif de Brentano est de « [compléter] l’approche des sciences naturelles en psychologie par une psychologie philosophique sans renoncer à la méthode scientifique elle-même ». Il s’agit d’une certaine manière de trouver un point d’équilibre, entre les sciences de l’esprit et les sciences de la nature, lequel dépend d’une refonte des normes de la scientificité de la psychologie. Son tour de force consiste à considérer la philosophie comme la seule capable – grâce notamment au privilège épistémique de la perception interne – d’élaborer une science des phénomènes psychiques qui ne souffre pas de cette inexactitude caractéristique de la psychologie physiologique. Il serait pourtant difficile, sinon impossible, d’isoler arbitrairement la psychologie de toute physiologie en se limitant au seul cercle de la perception interne. Considérer cette dernière comme l’unique source de la psychologie reviendrait à négliger l’apport décisif de la physiologie des sens à l’étude de la sensation qui représente, comme pour la psychologie, son point de départ. Ierna montre ainsi que les prémisses de la distinction et de l’articulation entre psychologie descriptive et psychologie génétique ou physiologique, qu’opèrera Brentano pendant ses années viennoises, sont déjà largement présentes dans sa Psychologie de 1874, comme en attestent par ailleurs les travaux de deux étudiants de cette période : Anton Marty et Carl Stumpf. Bien plus encore, compte tenu de la diversité des sources de l’expérience (mémoire, témoignage en troisième personne etc.) qui la nourrissent, la psychologie empirique brentanienne s’articule, de fait, à tout un ensemble d’autres disciplines (psychophysique, physiologie, pathologie, linguistique, histoire, Humanités etc.) qui la supportent et qu’elle éclaire en retour, offrant ainsi un ambitieux programme de recherche susceptible d’assurer une véritable renaissance de la philosophie.

3Définir un programme c’est aussi éclaircir les notions centrales sur lesquelles il s’appuie. Or, si la psychologie de Brentano est une science des phénomènes psychiques, ou pour le dire autrement une science de la conscience, encore faut-il éclaircir ce que Brentano entend par conscience. Ce travail d’explicitation terminologique, qui vise à dégager la théorie de la conscience que sous-tend la psychologie de Brentano, est mené de front par l’enquête minutieuse de Denis Fisette. Si l’on attribue en effet toujours un peu trop rapidement à Brentano une conception intentionnaliste de la conscience – oubliant ainsi que l’intentionnalité est bel et bien subordonnée à la conscience en désignant les modes (représentation, jugement, sentiment) par lesquels celle-ci entre en relation avec ses objets –, Fisette décide d’examiner une autre acception de la conscience suivant laquelle tout état psychique, selon Brentano, est lui-même conscient au sens où il est toujours objet d’une conscience concomitante qui l’accompagne. Après avoir montré comment la conscience pouvait simultanément être en relation avec un phénomène physique et avec elle-même en tant qu’objet, au moyen de la distinction entre conscience implicite ou périphérique et conscience explicite ou focale, il examine en détail la thèse affirmant que tout phénomène psychique est objet de conscience ainsi que tous les problèmes qui en découlent. Lorsque j’ai conscience d’un phénomène physique, un son par exemple, cette conscience s’accompagne d’une conscience concomitante, autrement dit d’une conscience de ma conscience du son. Or, pour parer aux fameuses objections de régression à l’infini et de duplication de la conscience, Brentano introduit une distinction entre objet primaire et objet secondaire, de telle sorte que la conscience du son et la conscience de la conscience du son ne forment en réalité qu’un seul et même acte dont la distinction résulterait d’une simple abstraction conceptuelle. Or, comme l’écrit Fisette, « l’objet secondaire de la conscience concomitante n’est pas uniquement la représentation initiale ou l’état-cible mais bien l’acte psychique en entier dans lequel le son est représenté en tant qu’objet premier et elle-même est donnée à titre d’objet second ». Se pose alors immédiatement le problème suivant : comment la théorie de Brentano parvient-elle alors à garantir la cohésion des éléments – en particulier l’enchevêtrement entre l’objet primaire et l’objet secondaire – qui, au sein de la conscience intérieure, sont impliqués dans l’accomplissement de la vie psychique ? Brentano propose une réponse métaphysique en introduisant un principe d’unité de la conscience censé rendre compte de l’appartenance commune de l’ensemble des phénomènes mentaux à une seule vie psychique. Selon ce principe, la complexité de la vie psychique doit nécessairement constituer un tout dont les phénomènes mentaux sont les parties métaphysiques (ou les « divisifs »). « À ce titre, écrit Fisette, la conscience de l’objet premier et la conscience de l’objet second sont des parties métaphysiques d’un seul et même phénomène unitaire et d’une seule et même réalité ». Pourtant, si le principe de l’unité de la conscience montre comment ses modes appartiennent à un seul et même complexe, la conscience à elle-seule ne suffit pas à constituer ce tout. Dèslors, le problème est que ce principe d’unité ne permet d’expliquer ni la nature du substrat des modes de conscience formant un tout, ni comment la conscience concomitante de l’objet secondaire, comprise comme l’acte psychique intégral, peut rendre compte du fait que cet état soit conscient. C’est justement pour résoudre ce double problème que Brentano fait intervenir la notion d’ agent psychique qui permet de montrer, selon l’hypothèse de Fisette, que « la conscience de l’acte psychique est en fait la conscience que l’agent prend de lui-même en tant qu’il se trouve dans cet état. » Ceci implique alors que l’objet de la conscience secondaire soit « l’agent psychique lui-même qui contient à la fois la relation à l’objet primaire et la conscience secondaire de la relation à lui-même ».

4Arnaud Dewalque se penche ensuite sur l’utilisation que fait Brentano de l’analyse méréologique de l’esprit dans ses cours de Psychologie descriptive de 1887-1891 alors qu’elle n’avait été qu’esquissée dans sa Psychologie de 1874 pour tenter de résoudre le problème de l’unité de la conscience. Pour ce faire, il propose un tableau comparatif qui montre comment le clivage entre Brentano et Wundt ne se situe pas du tout là où on l’attendrait. Loin de s’exclure mutuellement dans leur programme, Brentano n’était pas plus opposé à l’usage de la méthode expérimentale que Wundt ne l’était à l’encontre d’une certaine attitude descriptive. L’opposition se situe bien plus sur le terrain même de la méthode descriptive – à laquelle souscrit également Wundt – c’est-àdire au niveau de l’analyse du psychique ou de la décomposition du mental en parties. La mise en lumière par Dewalque de ces deux programmes analytiques – consistant à faire varier expérimentalement les parties des phénomènes psychiques - est d’autant plus cruciale qu’elle permet d’une part de préciser la méthode par laquelle Brentano est en mesure de réaliser son programme, et d’autre part de mieux saisir le point d’articulation entre psychologie descriptive et psychologie génétique en ce sens que la seconde requiert un fondement descriptif que seule la première est en mesure de fournir. Sur ce dernier point, les positions de Wundt et Brentano sont très proches puisque pour eux la psychologie, loin d’être fondée sur la physiologie – qu’elle utilise uniquement à titre d’appui auxiliaire – repose avant tout sur la perception interne, laquelle permet de distinguer intuitivement entre les éléments dans le tissu continu de la vie mentale. Wundt propose alors de contrôler expérimentalement la perception interne en produisant arbitrairement un état psychique au moyen de stimuli externes : « [cette] méthode expérimentale, écrit Dewalque, (…) permet principalement de faire varier les parties des phénomènes psychiques et d’explorer systématiquement leur structure. » Après avoir soulevé les difficultés qui résident dans le fait que Wundt identifie les sensations comme les éléments psychiques ultimes, à partir desquels se reconstruit, par fusion, l’ensemble de la vie psychique, l’auteur soulève un problème capital : la théorie des éléments de Wundt est-elle vraiment le résultat des données de la perception interne ? En réalité, Dewalque avance plusieurs arguments montrant que la théorie analytique de Wundt semble « résulter de décisions théoriques opérées en amont, non d’une véritable description analytique des phénomènes ». En particulier, le problème est que le procédé de variation expérimentale des parties d’un phénomène total permet une analyse explicative des relations causales entre éléments « qui étaient déjà distingués auparavant ». Comment en venons-nous alors « à distinguer et à fixer tels éléments plutôt que tels autres » ? Le choix des sensations comme éléments psychiques de base n’est pas chez Wundt le résultat de l’analyse mais procède d’un choix qui, comme le montre l’auteur, est intimement lié au projet d’une psychologie physiologique. La particularité de la théorie de l’analyse de Brentano est d’admettre des « parties distinctionnelles » ou des « moments abstraits » à l’intérieur même des phénomènes psychiques indivisibles. Au-delà des parties que l’on peut séparer – par exemple le fait de ne pas pouvoir remarquer sans voir mais de pouvoir voir sans remarquer – nous rencontrons, en poursuivant l’analyse du mental, des parties qu’on ne peut plus décomposer en parties séparables appelés « éléments ». Mais il est pourtant possible d’obtenir d’autres parties de ces éléments que Brentano désigne comme des parties distinctionnelles. Déclinant l’analyse psychique en analyse par séparation et analyse par distinction, Brentano propose ensuite une typologie sophistiquée des parties distinctionnelles. Cette analyse, de nature logique et dont l’article s’attache à fournir certains résultats, permet de dégager une partie ultime qui constitue l’« essence » d’une partie séparable. Dèslors, l’opposition entre Wundt et Brentano sur la nature de l’analyse psychique prend la forme d’un double problème. Pour Brentano, jusqu’où puis-je poursuivre l’analyse sans tomber dans une forme ou une autre de logicisme ? Inversement, pour Wundt, lorsque je crois obtenir les éléments au moyens du seul procédé expérimental de variation et de comparaison jusqu’à quel point ne suis-je pas en train de succomber à un préjugé naturaliste qui me fait oublier la clarification minimale des concepts psychologiques dont je suis parti pour réaliser une telle variation ? Pour ce qui concerne Brentano, la solution figure probablement dans ces passages de la Psychologie descriptive montrant que l’analyse descriptive, et en un certain sens métaphysique, devrait reposer sur la possibilité de comparer et faire varier les éléments expérimentalement. Autrement dit, l’expérimentation pourrait tout aussi bien être au service de l’analyse explicative que de l’analyse descriptive.

5L’article d’Olivier Massin et Marion Härmmerli offre l’occasion rare de voir présentée et évaluée la capacité de la psychologie descriptive brentanienne à produire une théorie permettant de répondre à un problème particulier. Ce problème concerne le statut de ces couleurs, dites « multiples » comme le violet, qui apparaissent, au sujet qui les appréhende, comme un mélange de couleurs plus élémentaires, en l’occurrence le rouge et le bleu. Pour Brentano, le problème se pose schématiquement de la façon suivante : comment concilier à la fois la réalité des couleurs multiples intrinsèques – reconnaître qu’elles sont authentiquement multiples – et l’impénétrabilité des couleurs qui les composent ? Pour Brentano, l’impénétrabilité des couleurs est étroitement liée au principe spatial d’individuation des qualités, qui implique que même des qualités sensibles qualitativement identiques et se produisant au même moment doivent nécessairement avoir des localisations distinctes dans l’espace des sensations. Mais, comme le précisent les auteurs, au niveau phénoménologique où se place le problème, c’est bien « le principe d’impénétrabilité des sensations qui fonde le principe d’individuation des sensations » et non l’inverse. Si donc Brentano veut embrasser à la fois la multiplicité intrinsèque des couleurs multiples et l’impénétrabilité des couleurs déterminées d’un même porteur alors se pose le problème suivant : « Comment le violet peut-il être composé de bleu et de rouge sans que l’un et l’autre se ne trouvent localisés au même endroit au même moment ? » Comme l’examinent dans le détail les auteurs, la solution de Brentano consiste à expliquer la multiplicité des qualités par une distribution si fine des qualités simples dans l’espace des sensations qu’il nous est impossible de percevoir distinctement la multitude de très petites parties qui le remplissent. Notre perception d’une couleur multiple comme le violet dépend finalement de notre incapacité à apercevoir les couleurs simples différentes qui remplissent les localités, ou à percevoir distinctement l’échiquier de rouge et de bleu qui compose le violet. C’est donc « [grâce] à l’idée que l’espace sensoriel est constitué de localités qui ne peuvent être distinctement perçues », que Brentano pense pouvoir concilier impénétrabilité et multiplicité des couleurs. Ainsi, en renvoyant aux limites de nos capacités de discrimination qui génèrent les apparences sensibles, Brentano apporte une solution de nature épistémologique au problème des mélanges chromatiques. Or, « [l’] échiquier est une hypothèse explicative, qui ne relève pas à strictement parler de la description des phénomènes perceptifs ». Le problème, comme le soulèvent justement les auteurs, est surtout que cette hypothèse contredit la phénoménologie de notre expérience qui nous fait voir le violet comme spatialement continu. Cette objection est d’autant plus sérieuse qu’elle se place sur le terrain phénoménologique et porte sur l’insuffisance de la description négative du violet phénoménal que propose Brentano. Lorsque l’on cherche à donner une description positive de la façon dont nous apparaissent les couleurs multiples, l’absence de discontinuité du violet n’est pas suffisante. Le violet semble bien remplir de façon continue l’espace qu’il occupe, ce qui « suppose une occupation positivement homogène et uniforme » que contredit l’hypothèse de l’échiquier. Les auteurs esquissent enfin une hypothèse, censée « respecter à la fois l’impénétrabilité des composants chère à Brentano, et l’homogénéité des mélanges chère à Aristote » en refusant le présupposé qui leur est commun, à savoir que « les ingrédients d’un mélange en sont des parties spatiales ». Ils écrivent : « Pourquoi ne pas prendre les apparences au pied de la lettre ? S’il n’y a pas d’absurdité phénoménologique à voir le bleu dans le violet sans voir où le bleu est dans le violet, il ne devrait pas y avoir non plus d’absurdité conceptuelle à admettre que le bleu est dans le violet sans être quelque part dans le violet. Les couleurs multiples sont telles qu’elles semblent : constituées de couleurs élémentaires dépourvues de localisation ». Ce qui nous semble remarquable dans cette hypothèse est que le recours à une théorie métaphysique des mélanges ne se fait pas au prix d’une invraisemblance phénoménologique. Au contraire, la solution métaphysique avancée par les auteurs découle en quelque sorte d’un retour à l’expérience, ce qui, au final, n’est pas si éloigné de l’un des mots d’ordre de la psychologie de Brentano.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search