Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

Introduction

L’énigme Henri Hubert

Texte intégral

  • 1 Reinach, 1927 : 177.

1On l’a oublié ; mais Marcel Mauss, le flamboyant héritier de Durkheim, était deux personnes, comme le jour et la nuit. Il y avait Marcel, solaire, conquérant, rebelle, et il y avait Henri, tout en retrait, appliqué, lunaire. Par la suite, la silhouette intellectuelle d’Henri s’est recroquevillée dans l’ombre de celle de Marcel, qui s’épanouissait dans la lumière. On a oublié Henri Hubert. Pourtant, ce touche-à-tout solitaire, alter ego de Mauss, a abattu, presque incognito, une masse de travail intellectuel colossale dans des domaines aussi divers que l’histoire des religions, la sociologie historique ou l’archéologie protohistorique. Quand Marcel ne pensait qu’à sortir, Henri ne vivait que pour l’étude, rageant de devoir perdre son temps avec les loisirs forcés qu’étaient pour lui les vacances et les week-ends. Certains le trouvaient terne, ennuyeux, prude ; d’autres le soupçonnaient d’être snob et méprisant. Salomon Reinach, son patron au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, ne pouvait s’empêcher de conserver à son égard une impression mêlée, faite de déception et d’irritation, regrettant qu’Hubert « entreprît trop à la fois et passât d’une série à l’autre avant d’avoir terminé le premier travail1 ».

2On ne connaît à Henri Hubert qu’un seul grand ami, qui a été comme un frère pour lui : l’éblouissant Marcel Mauss, avec lequel il entretenait une véritable relation de gémellité intellectuelle. Ensemble, ils formaient un couple de travail fusionnel, comme il n’y en a sans doute pas eu d’autres dans l’histoire des sciences humaines. Tous deux étaient d’un appétit de savoir sans limites, et les deux amis pour la vie s’étaient partagés le monde : Mauss défrichait, ratissait l’univers des cultures dites « primitives » qui subsistaient encore aux confins de la Terre ; Hubert, quant à lui, s’était réservé le temps dans lequel fonctionnent et s’inscrivent les sociétés archaïques anciennes. Du couple, il était celui qui apprêtait et organisait la matière intellectuelle qu’ensemble ils produisaient ; c’est lui qui l’assemblait et la composait, alors que Marcel, d’esprit plus abstrait et moins enclin à ce travail fastidieux, se laissait volontiers porter en ces circonstances.

  • 2 C’est ainsi que Freud, grand lecteur d’ouvrages d’archéologie, se définissait lui-même. Cf. Michel (...)

3Car Henri ne vit que par et pour les livres. Son existence est celle d’un lecteur compulsif, d’un Bücherwurm aurait pu dire Freud2 : un « ver de livres ». De la sociologie et de l’anthropologie, il ne connaît l’activité de terrain que par les textes qu’en ont rapporté ceux qui sont partis s’y confronter, au loin. Mais il connaît toute la littérature scientifique. Archéologue, il ne fouille pas, et serait sans doute bien en peine de manier la pelle et la truelle. D’une constitution fragile, il pourrait se blesser, qui sait. Mais il lit tout ce qui se publie d’important. Homme de musée, enfin, il n’étudie aucune époque, aucun type d’objet ou de collection en particulier. C’est la totalité qui l’intéresse : la matière muséographique comme expression d’un monde en réduction — le monde des sociétés et des cultures anciennes, tel qu’il se déploie dans l’espace et le temps. Ceux qui ne l’apprécient guère voient clair, au moins, sur un point : sous des dehors modestes et craintifs, Hubert cache une ambition dévorante, celle de tout saisir, de tout embrasser. Il ouvre tous les chantiers intellectuels qui se présentent à lui, et les mène tous de front, comme s’il redoutait de laisser quoi que ce soit échapper à son emprise. C’est que Mauss et lui-même se sont promis de conquérir les sciences sociales, et de leur imprimer leur marque commune.

  • 3 L’Année Sociologique a été fondée en 1896 par Émile Durkheim, pour constituer la revue centrale re (...)
  • 4 La revue L’Anthropologie a été créée en 1890 comme l’organe central de publication des travaux de (...)

4Contrairement à Marcel, Henri est un chercheur pressé. Tout se passe comme si Hubert savait, au fond de lui, que le temps lui est compté. Alors, il avance ; il creuse, il déblaie, repoussant à plus tard le travail de présentation des données et des résultats, que l’on effectue quand, justement, on n’est plus en capacité de faire : quand on met les choses en ordre, qu’on les range pour passer à un autre sujet. Hubert, manifestement, ne veut abandonner aucune des pistes qu’il a ouvertes. Il les suit, au pas de course, s’engageant dans des bifurcations et des ramifications qui l’éloignent toujours plus de son point de départ : l’histoire des religions de l’Antiquité méditerranéenne et notamment de la « Grande Déesse » syrienne, à laquelle il est censé consacrer sa thèse, qu’il n’écrira jamais. Il ne finira pas non plus son grand livre sur Les Celtes, devenu en réalité impubliable, et laissera en chantier le projet d’un autre ouvrage, s’inscrivant en miroir du premier, portant sur Les Germains. Au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain, il n’achèvera pas la réalisation de son grand œuvre, l’aménagement de la « salle de comparaison », conçue comme un « microcosme » de l’histoire mondiale des civilisations et des techniques. À sa mort, au seuil de ses cinquante-cinq ans, il laisse plusieurs centaines de comptes-rendus de lectures, principalement effectués pour L’Année sociologique3 ainsi que L’Anthropologie ou la Revue archéologique4, et dont la rédaction accaparait son temps. Mais presque rien sur ses champs de recherche personnels, si ce n’est des plans griffonnés, des notes préparatoires, et de rares publications préliminaires.

  • 5 Isambert, 1979.
  • 6 Brun, 2000 ; Brunaux, 2012 : 200-202 ; id., 2014 : 291-296.

5En disparaissant, Hubert nous a laissés avec une énigme : le mystère que représente sa trajectoire intellectuelle. Une obscurité persistante enveloppe en effet son activité scientifique et ses travaux, que l’on ne connaît guère que sous la forme d’esquisses inabouties. Mais le peu qu’il nous est donné d’en connaître est fascinant : Hubert ouvre des voies novatrices, empruntant des chemins risqués, frayant des sentiers de traverse ouvrant sur des perspectives à la fois inédites et vertigineuses. Les premiers, les sociologues ont perçu la portée de sa conception du temps des rites5 ; encore qu’il ait fallu attendre l’aube des années 1980, comme si c’était une découverte que l’on n’eût pas pu faire auparavant ! Pour la plupart, les ethnologues et les anthropologues ne voient encore guère en lui qu’un associé de Mauss, dont ils peinent à percevoir l’apport original qu’il pourrait avoir imprimé aux travaux du magistral auteur de l’Essai sur le don. Quant aux archéologues, la plupart en font un chercheur aux théories dépassées, n’ayant joué qu’un rôle marginal dans l’histoire de la discipline archéologique en général et des études celtiques en particulier. À tout prendre, l’œuvre d’Henri Hubert ne serait, à les entendre, qu’un épiphénomène des études durkheimiennes — ou, pour le dire autrement, une tentative d’extension de la sociologie à l’archéologie, qui, par nature, était vouée à l’échec6.

  • 7 Olivier, 2000.
  • 8 Lorre, 2011.

6Nous ne sommes plus, en effet, à l’époque d’Hubert. Le temps est loin où l’on pouvait considérer — au moins à titre de base de réflexion — que, d’un côté, les sociologues et avec eux les ethnologues et les anthropologues, et, de l’autre, les archéologues, les historiens et les gens de musées partagent un terrain commun, de nature fondamentalement sociale et culturelle. Depuis le milieu du xxe siècle, le développement séparé de ces différents champs disciplinaires a fait que, chacun pris dans son domaine d’expertise, les chercheurs n’ont plus désormais qu’une vision approximative, et souvent inexacte, de l’état de l’art et des enjeux de ces disciplines anciennement voisines des leurs, qui leur sont désormais devenues étrangères. Cette situation a largement contribué à éclater et parcellariser l’œuvre atypique et puissamment hybride d’Henri Hubert. Ainsi, les sociologues qui se sont penchés sur les travaux d’Hubert ne se sont pas risqués sur le terrain de l’archéologie, tandis que les archéologues et les gens de musée ont soigneusement évité de s’aventurer sur les terres de la sociologie ou de l’anthropologie7, ou en sont restés au stade de la réaffirmation des principes généraux8.

  • 9 Strenski, 1987.
  • 10 Fournier, 1994 ; id., 2007.

7Un des objectifs premiers de ce livre, qui rassemble les meilleurs connaisseurs actuels de l’œuvre d’Henri Hubert, aura donc été de décloisonner l’image fragmentée de ses recherches, qu’il entreprit tour à tour en tant qu’historien des religions, sociologue, anthropologue, archéologue ou conservateur de musée. Il s’agissait d’en donner une vision d’ensemble, qui a fait défaut jusqu’ici. Cette entreprise s’est avérée indissociable d’un autre travail, tout aussi nécessaire, qui a consisté à reconstituer la vie et le parcours intellectuel d’Henri Hubert. Là encore, on ne connaît en général l’activité et les aspirations d’Henri Hubert que de manière morcelée et dispersée. Ivan Strenski (université de Californie, Riverside), qui a révélé au public anglo-saxon un Henri Hubert politique9, a réuni ici les éléments d’une biographie intellectuelle « inquiète ». Marcel Fournier (université de Montréal), qui a donné deux biographies scientifiques de Marcel Mauss et Émile Durkheim respectivement, faisant référence aujourd’hui10, étudie la relation puissante qui associait Hubert à Mauss, et le fonctionnement de leur association intellectuelle. Marine Dhermy-Mairal (Institut d’études politiques de Grenoble) dévoile l’existence d’un Henri Hubert stratège et conseiller politique, mettant pendant la guerre de 1914-1918 au service du ministre de l’Armement, Albert Thomas, la même énergie et la même inventivité qu’il avait déployées pour ses recherches en sciences humaines.

8Il n’était pas possible de couvrir l’intégralité de l’immense champ de recherches qu’a parcouru Henri Hubert au long de sa courte vie. Nous nous sommes concentrés sur ce qui nous a paru constituer les aspects les plus saillants et les plus contemporains, dans leurs enjeux méthodologiques et disciplinaires — de son œuvre intellectuelle : la question du temps. Ainsi, Thomas Hirsch (École des hautes études en sciences sociales, Paris) montre comment la représentation du temps qu’a élaborée Hubert à la faveur de ses travaux sur la magie et la religion constitue un tournant dans les études durkheimiennes ; le temps lui-même devenant « un objet de représentations collectives » selon la forte expression d’Henri Hubert.

9L’appréhension du temps, qui, si l’on peut dire, s’enregistre dans les productions du passé, est naturellement une clé de compréhension essentielle des matériaux archéologiques, tels qu’ils parviennent jusque dans les collections des musées. Laurent Olivier (musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye) montre comment, chez Hubert, cette appréhension d’un temps des vestiges plus qualitatif que quantitatif — s’exprimant par des caractères et des attributs inscrits dans des durées — est indissociable d’une approche des cultures et des sociétés du passé sous l’angle d’une « ethnographie préhistorique », spécialement européenne.

10Serge Lewuillon (université de Picardie, Arras) explique comment cette compréhension du temps archéologique, attentive aux rythmes, aux ruptures et aux durées, s’inscrit fondamentalement dans une « socialisation du temps » dont procèdent les recherches d’Hubert sur le fonctionnement des rites religieux et magiques. C’est dans cette perspective, sans doute, qu’il faut saisir les engagements d’Hubert, et notamment son combat contre « l’anthroposociologie », en d’autres termes la sociologie et l’archéologie « racialistes » alors en pleine expansion, particulièrement en Allemagne.

11Laurent Olivier revient sur la double (et imparfaite) publication des Celtes et des Germains, les deux entreprises éditoriales majeures d’Henri Hubert, qui met clairement en confrontation deux temps socialisés radicalement opposés : au temps de la mémoire culturelle, transmettant et transformant tout à la fois les héritage multiples du passé, dont Hubert fait la temporalité spécifique des survivances de la culture celtique, s’oppose le temps figé et stérile du fantasme identitaire qui s’exprime dans la « préhistoire allemande », exaltant la germanité, de Gustaf Kossinna.

12Nous ne pouvions clore cet ouvrage sans aborder la question de l’héritage de la pensée d’Henri Hubert. Celui-ci forma peu d’élèves, tant sans doute il était difficile de le suivre sur les chemins solitaires qu’il avait ouverts. Il eut néanmoins pour élève la protohistorienne et historienne de l’art Françoise Henry (1902-1982), qui était destinée à lui succéder à Saint-Germain, et dont Laurent Olivier présente la biographie, jusqu’ici méconnue. Se consacrant à l’étude de l’art irlandais de la période médiévale, Françoise Henry ne devait jamais faire carrière en France et s’établit à Dublin. Damien Thiriet (université de Cracovie) et Joanna Wawrzyniak (université de Varsovie) nous font connaître l’autre élève d’Henri Hubert, le sociologue polonais Stefan Czarnowski (1879-1937), lui aussi lié à l’Irlande et auteur d’une magistrale étude sur saint Patrick.

13Nous présentons en annexe de ce volume un portfolio, rassemblant quelques images inédites d’Henri Hubert, aimablement mises à notre disposition par Étienne, le petit-fils d’Henri Hubert. Une chronologie sommaire rappelle au lecteur les dates les plus marquantes de la vie et de la carrière d’Hubert. Enfin, une bibliographie rassemble les plus de 550 titres qui composent la production intellectuelle d’Henri Hubert, dont l’étude n’est qu’à peine entamée. Nous espérons que cet ouvrage inspirera à d’autres le désir de prolonger et d’approfondir ces premières approches, qui révèlent la fertilité et la densité de la pensée de cet auteur.

14En cette année qui marque le quatre-vingt-dixième anniversaire de sa mort, nous souhaitons que les essais réunis dans ce volume lui offrent la reconnaissance qu’il mérite aujourd’hui. Il s’agit en somme, ainsi que François-André Isambert en avait fait le vœu, de rendre justice à Henri Hubert. Car, il faut bien le dire, l’histoire a été ingrate envers lui.

Notes

1 Reinach, 1927 : 177.

2 C’est ainsi que Freud, grand lecteur d’ouvrages d’archéologie, se définissait lui-même. Cf. Michelle Moreau-Ricaud, (2011) – Freud collectionneur. Paris, éditions Campagne Première, p. 119-120.

3 L’Année Sociologique a été fondée en 1896 par Émile Durkheim, pour constituer la revue centrale représentative de la sociologie française, telle que la concevait le groupe des durkheimiens.

4 La revue L’Anthropologie a été créée en 1890 comme l’organe central de publication des travaux de langue française de préhistoire et de paléontologie humaine. Fondée en 1844, la Revue archéologique est l’une des plus anciennes revues françaises d’archéologie. Elle est dédiée principalement à l’archéologie classique et au Proche-Orient ancien. À l’époque d’Hubert, la revue est dirigée par Salomon Reinach, directeur du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye.

5 Isambert, 1979.

6 Brun, 2000 ; Brunaux, 2012 : 200-202 ; id., 2014 : 291-296.

7 Olivier, 2000.

8 Lorre, 2011.

9 Strenski, 1987.

10 Fournier, 1994 ; id., 2007.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540