Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mémoire et le temps

 | 
Laurent Olivier

Les auteurs

Texte intégral

1Marine DHERMY-MAIRAL est docteure de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et de l’Institut national d’études démographiques (INED). Ater à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 2015, elle mène des recherches sur les activités scientifiques des fonctionnaires des organisations internationales dans la première moitié du xxe siècle, notamment au Bureau international du travail (BIT) et à la Société des Nations. Auteure d’une thèse sur l’entourage durkheimien du BIT dans l’entre-deux-guerres, son travail s’inscrit dans une sociologie historique des sciences qui accorde une large place aux approches ethnographiques et aux réflexions épistémologiques, tout en prenant en compte l’historicité propre des phénomènes étudiés.

2Marcel FOURNIER, titulaire d’un doctorat en sociologie de l’École pratique des hautes études (EPHE) et de la Sorbonne (effectué sous la direction de Pierre Bourdieu), est professeur au département de sociologie de l’université de Montréal (Canada). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’école française de sociologie, dont deux biographies de Marcel Mauss (l994) et d’Émile Durkheim (2007). Il a aussi édité : Émile Durkheim, Lettres à Marcel Mauss (en collaboration avec Philippe Besnard), Marcel Mauss, Écrits politiques, et Marcel Mauss, La Nation (en collaboration avec Jean Terrier). Enfin, il est codirecteur (avec Charles Kremer) de Durkheim avant Durkheim, une jeunesse vosgienne (2014). Son dernier ouvrage Au cœur des sciences humaines. La fondation de la Maison des sciences de l’homme de Paris, est paru en décembre 2017. Marcel Fournier est coéditeur d’Études durkheimiennes/Durkheimian Studies, membre du comité de rédaction des revues Sociologie et sociétés et Recherches sociographiques et membre du comité scientifique de la Socius.

3Thomas HIRSCH est sociologue et travaille sur l’histoire des sciences sociales en France au xxe siècle ; il a notamment publié Le Temps des sociétés. D’Émile Durkheim à Marc Bloch (Éditions de l’EHESS, 2016), ainsi que l’édition d’un cours de Maurice Halbwachs, La psychologie collective (Flammarion, 2015).

4Serge LEWUILLON (†), historien de formation classique et archéologue, issu de l’Université libre de Bruxelles, enseignant d’histoire ancienne et de lettres classiques, puis chargé de recherche au Fonds national belge de la recherche scientifique (F.N.R.S.), a été maître de conférences associé à l’université de Bourgogne, attaché d’enseignement et chargé de cours aux universités de Tours, de Lille (FLSH-IC), d’Artois, de Picardie et de Valenciennes-Hainaut-Cambrésis. Ses recherches ont porté sur l’anthropologie gauloise, l’épistémologie des sciences historiques, ainsi que sur l’histoire de l’historiographie et de l’iconographie. Responsable des formations techniques de l’archéologie et de la valorisation des patrimoines en Europe à l’université de Picardie (UPJV), il y a développé des enseignements dédiés à l’archéologie professionnelle et à la mise en valeur des sites culturels. Commissaire de plusieurs expositions, il a été conseiller scientifique pour la réorganisation des collections permanentes de Bibracte. Parmi ses publications : Vercingétorix ou le mirage d’Alésia (Bruxelles, Complexe [« Questions à l’histoire »], 1999).

5Laurent OLIVIER est archéologue, conservateur en chef du patrimoine, responsable des collections d’archéologie celtique et gauloise au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Il est titulaire d’une thèse de doctorat en anthropologie, ethnologie et préhistoire de l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), d’un Ph. D d’archéologie de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne) ainsi que d’une thèse d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de l’université de Paris I. Il coordonne actuellement l’étude d’un vaste site de production « proto-industrielle » du sel en Lorraine et de son impact à long terme sur l’environnement naturel et social. Une part importante de ses recherches est consacrée à l’histoire de la discipline archéologique et à son rôle dans la constitution des identités collectives et des idéologies nationales. Il a publié notamment Le sombre abîme du temps, mémoire et archéologie au Seuil (trad. angl. 2011). En 2012, il a publié Nos ancêtres les Germains. Les archéologues allemands et français au service du nazisme chez Tallandier et s’apprête à faire paraître (2018, Seuil) Le Pays des Celtes. Mémoires de la Gaule.

6Ivan STRENSKI, historien des religions, est professeur à l’université de Californie ; il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages et de nombreux articles sur des thèmes tels que les relations entre l’idéologie religieuse et les actes de sacrifice politique ou les attentats-suicides à la bombe ; il collabore à la presse d’opinion et un numéro spécial du magazine en ligne Library of Social Science a été consacré à ses travaux sur le sacrifice. Ses Four Theories of Myth in 20th -Century History ont été primés par l’Académie américaine de religion.

7Damien THIRIEN, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, est maître de conférences à l’Institut des sciences politiques et des relations internationales de l’université Jagellonne de Cracovie (Pologne). Ses recherches portent sur la mémoire collective, l’histoire du catholicisme et les usages de l’informatique en histoire. Il s’intéresse aussi à la diffusion des savoirs (conception et rédaction du site internet « Histoire et Mémoire en Pologne »). Il a traduit du polonais vers le français l’apparat critique de l’édition bilingue des lettres de Stefan Czarnowski à Henri Hubert et Marcel Mauss.

8Joanna WAWRZYNIAK est maître de conférences à l’Institut de sociologie de l’université de Varsovie (Pologne). Elle est l’une des initiatrices du projet « Genealogies of Memory in Central and Eastern Europe ». Ses publications portent sur la formation de l’identité et de la mémoire collective, l’histoire de l’opposition politique en Pologne et la muséalisation (entre autres Memory and Change in Europe : Eastern Perspectives, coédité avec Małgorzata Pakier, Berghahn Books 2016). Elle a aussi à son actif une série d’articles sur l’histoire des sciences humaines et sociales polonaises au xxe siècle. Elle a publié avec Kornelia Kończal une édition bilingue des lettres de Stefan Czarnowski à Henri Hubert et à Marcel Mauss, parue à Varsovie en 2015.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540